Trouble de l`articulation temporo-mandibulaire

Comments

Transcription

Trouble de l`articulation temporo-mandibulaire
Tête
Cou
Épaule
Dos
Focus Chiro
Trouble de l’articulation
temporo-mandibulaire
Par le Dr Shipka, B.Sc., D.C.
À propos de l'auteur
Le Dr Peter Shipka est un chiropraticien autorisé
dans la province de l'Alberta avec plus de 15 ans
d'expérience dans l'évaluation, le traitement et la
gestion des patients présentant un large éventail
de troubles musculo-squelettiques. Il a enseigné
et a présenté de nombreuses conférences au
cours des 13 dernières années et il est activement
impliqué dans l'amélioration de la pratique
chiropratique au Canada.
Webdiffusion | éducation en ligne
Pour un apprentissage approfondi
de l'ATM et une démonstration
visuelle du protocole de traitement par Dr Shipka, veuillez visiter
www.heel.ca
DIAgnoSTIC
Trouble de l’articulation temporo-mandibulaire
(ATM) est le terme utilisé pour décrire un mauvais
fonctionnement aigu ou chronique de l’articulation
qui se trouve entre l’os temporal et la mandibule.
on appelle aussi cette affection myalgie ou arthralgie
temporo-mandibulaire. Les muscles masticateurs,
les nerfs, les tendons, les ligaments, les os, le tissu
conjonctif et les dents peuvent être touchés par
cette affection. Des études suggèrent qu’il affecte
environ 40 % de la population des États-Unis et qu’il
touche 4 femmes pour 1 homme. Une palpation
de l’ATM devrait être envisagée comme générateur
de douleur et comme source de référence chez
les patients qui ressentent de la douleur à la tête,
au niveau cervical, dans les oreilles et dans la région
de la mâchoire.
ÉTIoLogIe
Les facteurs étiologiques sont nombreux et incluent
notamment : traumatisme (sports/accident de la
route), malocclusion dentaire, bruxisme, implants
dentaires défectueux, stress émotionnel, hypertonicité
ou déséquilibre des muscles masticateurs. Les liens
défectueux avec le rachis cervical (comme dans les
cas de syndrome algique myofascial ou de subluxations
vertébrales) ou les anomalies dentaires figurent parmi
les causes extra-articulaires. Quant aux causes intraarticulaires, elles peuvent inclure une synovite et une
capsulite, particulièrement en présence d’altération
du disque articulaire (disque déplacé ou abîmé).
SIgneS eT SyMPTôMeS
Le patient peut présenter une douleur localisée, ou une
douleur qu’il décrit comme sourde et diffuse et qui peut
couvrir la figure, l’oreille et l’arrière de la tête. Souvent,
le patient consulte en raison d’une capacité réduite
à ouvrir et à fermer la bouche. Il peut également se
plaindre d’ouverture asymétrique de la mâchoire
ou d’autres mouvements anormaux indiquant une
altération du cycle de mastication. Des craquements
sonores ou des bruits secs peuvent également se
produire durant les repas. Le patient peut se plaindre
d’otalgie ou de céphalée apparaissant habituellement
à l’ouverture de la bouche ou à la mastication. Dans le
cas de douleur à la mastication, il importe de faire un
examen de manière à exclure un problème dentaire.
Ce type de douleur est souvent diagnostiqué comme
une synovite résultant de mauvaises habitudes de
mastication, de consommation excessive de gomme
à mâcher ou d’une blessure d’impact. Ces céphalées
ou otalgies sont généralement unilatérales. Le patient
peut aussi se plaindre de problèmes auditifs tels
qu’une perte auditive du côté affecté, de même
que d’acouphène ou d’étourdissement.
exAMen PhySIQUe
Commencer par demander au patient d’ouvrir et de
fermer lentement la bouche. Il est possible d’observer
une hypomobilité accompagnée de douleur à
l’ouverture et à la fermeture de la bouche. Une
douleur excessive à l’ouverture est le plus souvent
un indice d’une capsulite, particulièrement s’il y a
présence de douleur du côté controlatéral à la
mastication ou au mouvement latéral de la mâchoire.
Inspecter visuellement afin de détecter une saillie au
niveau de la mandibule de même qu’une mastication
anormale ou perturbée. Inspecter les dents pour
déceler des signes de bruxisme et d’usure excessive.
Le bruxisme a souvent pour effet de causer des microtraumatismes au disque et aux tissus de soutien. Prêter
l’oreille aux claquements et aux bruits secs survenant
pendant le cycle de mastication de la mâchoire.
Des claquements à l’ouverture sont souvent signes
d’un déplacement du disque avec réduction. Cela
se produit lorsque le condyle glisse dans sa position
normale sous le rebord postérieur du disque. Des
claquements à la fermeture suggèrent une faiblesse
du ligament postérieur qui ne réussit pas à tirer
le disque.
exAMen PhySIQUe
(suite)
Vérifier ensuite s’il y a des signes de sensibilité au
toucher ou de spasmes au niveau des muscles
masticateurs (y compris les ptérygoïdiens médians
et latéraux, le masséter, le temporal, le digastrique,
le mylo-hyoïdien et l’omo-hyoïdien). Le patient
pourrait se plaindre de sensibilité au toucher au
niveau facial et de tuméfaction synoviale. Sur le
plan neurologique, on peut observer un réflexe
massétérin diminué. L’amplitude de mouvement
actif d’une incisive à l’autre est d’environ 35 mm
chez les femmes et 40 mm chez les hommes. Le
mouvement mandibulaire latéral est d’environ
8 mm pour les deux sexes. Il est important de
mesurer et de noter l’amplitude de mouvement
actif initiale à titre de référence. La réalisation du
test des trois doigts est une option envisageable
pour observer s’il y a une ouverture normale de la
mâchoire. Le test de compression et de distraction
peut être utilisé pour distinguer une capsulite
d’une rétrodiscite. Une douleur rétrodiscale à
la compression de la mandibule dans la fosse
confirme une rétrodiscite. Une douleur à la
distraction de la mandibule indique souvent
une capsulite. Lorsque le mouvement mandibulaire est limité, on peut vaporiser une préparation rafraîchissante sur la mandibule pour
déterminer si la limitation est due à une affection
externe. Si on constate une augmentation
graduelle du mouvement mandibulaire, alors
il est fort probable qu’un dérèglement externe
soit en cause.
RÉSULTATS oBTenUS
PAR IMAgeRIe
habituellement négatifs, mais l’imagerie peut
révéler une sclérose et des changements
biomécaniques.
MeSURe DeS RÉSULTATS
Échelle visuelle analogique, quadruple échelle visuelle analogique, questionnaire sur l’indice d’incapacité de l’ATM, indice d’incapacité lié aux
céphalées (au besoin), indice d’incapacité cervicale (au besoin).
WeBDIFFUSIon ATM :
MÉDICAMenTS SUggÉRÉS
Douleur aiguë
TraumeelMD S est recommandé
pour traiter la douleur aiguë. Il régule
efficacement l'inflammation, soulage
la douleur et favorise la guérison
des tissus mous.
Spasmes musculaires
SpascupreelMD est recommandé
pour réduire les spasmes musculaires
et diminuer l'hypertonie des muscles
de la mastication.
Troubles arthritiques
ZeelMD est recommandé pour
traiter l'inflammation chronique
des articulations et soulager
la douleur associée à l'arthrite
et / ou l'arthrose.
Stress émotionnel
nervoheelMD est recommandé pour
soulager le stress émotionnel comme
facteur causal de l'articulation temporomandibulaire. Il traite efficacement
les symptômes liés à l'humeur tels que
la nervosité et l'irritabilité.
Étourdissement
VertigoheelMD est recommandé aux
patients d'ATM montrant des signes de
vertiges. Il prévient et traite efficacement
les épisodes aigus de vertiges et
d'étourdissements.
Douleur cervicale
gelsemium-homaccordMD est
recommandé pour traiter les douleurs
cervicales, les céphalées cervicogènes,
l'arthrose de la colonne cervicale
(ostéochondrose du rachis cervical
de la colonne vertébrale), la névralgie.
www.heel.ca
oBJeCTIFS De TRAITeMenTS eT ReCoMMAnDATIonS
Favoriser la guérison des tissus mous
et soulager la douleur
Utiliser de la glace pendant les 24 à 48 premières heures
pour réduire l’enflure et la douleur. Un massage à la glace
peut être effectué en cabinet ou à domicile. Pour un
traitement à domicile, demander au patient de remplir
aux trois-quarts un gobelet de styromousse avec de l’eau
et de le placer au congélateur. Une fois l’eau gelée, retirer
la partie supérieure du gobelet de manière à exposer
la glace. Il suffit alors d’appliquer la glace sur la région
affectée par petits cercles pendant deux à trois minutes.
Ce procédé est particulièrement efficace dans les cas de
capsulite. L’utilisation topique et interne de TraumeelMD S peut
aider à réduire l’inflammation et à favoriser la guérison. on
peut avoir recours à un traitement par contraste (chaud-froid)
après 40 heures, conjointement avec des techniques de
mobilisation. La chaleur humide (débarbouillette chaude) est
souvent efficace pour soulager la musculature hypertonique.
Des jets de préparation rafraîchissante vaporisés sur les
muscles masticateurs externes peuvent aider à diminuer
l’hypertonicité et la douleur. Cette méthode de vaporisation
suivie d’étirements est généralement efficace pour les
dérèglements externes. L’acupuncture soulage souvent la
douleur de façon efficace et aide à réduire l’inflammation
(points Li4, Liv3, gV 20, gB34, Sp6, Sp9, Si6). Le Dr Steven Aung
suggère comme approche de relier TB21, gB 2 et SI 19
par une aiguille pour aider à rétablir l’équilibre de l’ATM
et diminuer l’hypertonicité des muscles de la mastication.
Le point 8 de l’estomac peut également être utilisé avec les
points mentionnés précédemment pour renforcer le schéma
thérapeutique. Les pressions sur les points gâchettes, les
techniques de relâchement actif (ART), la massothérapie et
la thérapie au laser à faible niveau peuvent également être
bénéfiques dans le processus de rétablissement du patient.
Réduire les points gâchettes myofasciaux
secondaires dans la musculature faciale
et de soutien
Le traitement par point gâchette interne et externe
sur les muscles masticateurs est souvent efficace
pour aider à soulager la douleur et l’inconfort. Une
diminution de la consommation de gomme et de
bonbons durs est recommandée et si possible, une
alimentation de consistance molle pendant la phase
aiguë; ces mesures peuvent aider à diminuer l’hypertonicité et la réapparition des points gâchettes.
SpascupreelMD peut être utilisé pour aider à réduire les
spasmes musculaires et l’hypertonicité des muscles
masticateurs. Des ultrasons par impulsion sur le masséter
et les ptérygoïdiens latéraux contribuent généralement
à diminuer la douleur et les symptômes myofasciaux.
Une recommandation pour l’obtention d’une attelle
dentaire est souvent bénéfique, car ce type de
dispositif crée un environnement propice à la relaxation
des muscles masticateurs, sans effets secondaires
néfastes.
Augmenter l’amplitude de mouvement non
douloureuse et la stabilité de l’articulation
en plus du traitement myofascial par point gâchette,
les manipulations chiropratiques sont efficaces pour
aider l’ATM à retrouver son amplitude de mouvement
biomécanique normale. Plusieurs auteurs (dont Skaggs,
Curl et DeVocht) ont présenté des approches chiropratiques à la prise en charge des ATM et pourraient
suggérer d’autres types d’approches thérapeutiques.
RÉFÉRenCeS
(1) edzard, e., White, A., Acupuncture as a Treatment for Temporomandibular Joint Dysfunction: A systematic Review of the Randomized Trials. Arch Otolaryngol Head
Neck Surgery. 1999 Vol 125, (3). (2) DeVocht, J.W., Long,C.R., Zeitler, D., Schaeffer, W. Chiropractic Treatment of Temporomandibular Disorders Using the Activator
Adjusting Instrument: A Prospective Case Series. J Manipulative Physiol Ther 2003 (Sep); 26 (7): 421-425. (3) Durham J. Temporomandibular disorders (TMD): an overview.
Oral Surgery 2008;1:60–68 (4) Alcantara, J., Plaugher, g., Klemp, D., Salem,C., Chiropractic Care of a Patient with Temporomandibular Disorder and Atlas Subluxation.
J Manipulative Physiol Ther 2002 (Jan); 25 (1): 63–70. (5) Chinappi AS Jr, getzoff h. The Dental-Chiropractic Cotreatment of Structural Disorders of the Jaw and Temporomandibular Joint Dysfunction. J Manipulative Physiol Ther 1995 (Sep); 18 (7): 476–481. (6) Saghafi D, Curl DD. Chiropractic Manipulation of Anteriorly Displaced Temporomandibular Disc With Adhesion. J Manipulative Physiol Ther 1995 (Feb); 18 (2): 98–104. (7) Skaggs,C. Temporomandibular Dysfunction:Chiropractic Rehabilitation.
J Bodywork and Movement Therapies 1997 (Jul): 1 (4): 208–213. (8) Agerberg g. Maximal mandibular movements in young men and women. Sven Tandlak Tidskr. 1974
Mar;67(2):81-100. (9) Mcneely, M.L., olivo, S.A., Magee D.J., A Systematic Review of the effectiveness of Physical Therapy Interventions for Temporomandibular Disorders.
Physical Therapy May 2006 vol. 86 no. 5 710-725. (10) Koh, h., Robinson, P.g., occlusal adjustment for treating and preventing temporomandibular joint disorders. 2004
Volume 31, Issue 4, pages 287–292. (11) Michael LA., Jaws revisited: Costen's syndrome. Ann Otol Rhinol Laryngol. 1997 oct;106(10 Pt 1):820-2. (12) Aung, S.K.h., Chen,
W.P.D. Clinical Introduction to Medical Acupuncture. new york, Thieme Medical Publishing 2006. (13) o’Connor,J., Bensky,D., Acupuncture: A Comprehensive Text.
Seattle. Eastland Press 1987. (14) Curl,D.D. TMJ injuries in Whiplash: A Practitioner’s guide to Understanding Whiplash Associated Disorders (WAD). Canadian Chiropractic
Association.1999. (15) Jenkins,D.B., hollinshead’s Functional Anatomy of the Limbs and Back 6th edition. W.B. Saunder’s Company, Philadelphia 1991.
Les informations contenues dans ce document sont issues de l'expérience du Dr Shipka et représentent
ses opinions et non celles de heel Canada. Les informations contenues dans le présent document sont
destinées à un usage professionnel seulement et ne visent pas à diagnostiquer ou traiter une maladie,
il n‘est pas destiné à remplacer un avis médical compétent. heel n’acceptera aucune responsabilité
médicale ou légale à la suite d’une mauvaise interprétation ou une mauvaise utilisation du contenu
informatif et éducatif du présent document. © heel Canada
heel Canada Inc. 1 888 879-4335, [email protected]