LES SYNOSTOSES DU TARSE

Comments

Transcription

LES SYNOSTOSES DU TARSE
LES SYNOSTOSES DU TARSE
Aspects Clinico-Radiologiques
Intérêt de l’imagerie en coupes
Michaël BENAYOUN* David PETROVER* **
*Service de Radiologie Hôpital Beaujon,
** Service de Radiologie Hôpital Lariboisière, Paris
GÉNÉRALITÉS
Les synostoses du tarse correspondent à une
fusion anormale entre 2 ou plusieurs os du
tarse
Le pont entre les os impliqués dans ces
synostoses peut être:
fibreux = syndesmose
cartilagineux = synchondrose
osseux = synostose
GÉNÉRALITÉS
Le plus souvent congénitale, secondaire à
une anomalie génétique transmise sur un
mode autosomique dominant avec une
pénétrance variable
Challis, J., Hereditary transmission of talonavicular coalition in association with anomaly of the little finger.
J Bone Joint Surg Am, 1974. 56(6): p. 1273-6.
•
•
Peuvent également être acquises
secondairement à une atteinte articulaire
d’origine dégénérative, inflammatoire,
infectieuse ou à un trouble statique du pied,
on parle alors plus volontiers d’ankylose
Bohne, W.H., Tarsal coalition. Curr Opin Pediatr, 2001. 13(1): p. 29-35.
GÉNÉRALITÉS
1% de la population
Sex Ratio = 1
Découverte le plus souvent au cours des 2ème
ou 3ème décennies
Le pont interosseux est initialement fibreux ou
cartilagineux chez l’enfant pouvant expliquer
un retard du diagnostic radiographique
GÉNÉRALITÉS
Dans 90% des cas ces synostoses sont
calcanéo-naviculaires ou talo-calcanéennes
Les autres formes sont rares :
•
talo-naviculaire
calcanéo-cuboidienne
cubo-naviculaire,
Dans 50% des cas les synostoses sont
bilatérales
Stormont, D.M. and H.A. Peterson, The relative incidence of tarsal coalition.Clin Orthop Relat Res, 1983
CLINIQUE
Le plus souvent asymptomatiques
L’apparition des symptômes est parallèle au
degré d’ossification
Peuvent parfois se manifester par des
douleurs ou une instabilité de la cheville
Entorses répétées
CLINIQUE
A l’examen il peut exister:
dans le cas des synostoses talo-calcanéennes, un
pied plat avec valgus de l’arrière pied.
un point douloureux en regard de l’interligne
concerné
une limitation des amplitudes articulaires
Contracture éverseurs (fibulaires)
CLINIQUE
valgus de l’arrière pied
pied plat
RADIOGRAPHIES STANDARDS
Radiographies standards face, profil et
incidence ¾ externe permettent de rechercher
des signes directs et indirects plus ou moins
spécifiques
Signes directs
Diminution ou disparition de l’espace
physiologique entre les os du tarse impliqués
Condensation et irrégularité des surfaces
osseuses
RADIOGRAPHIES STANDARDS
Synostose cubo naviculaire
IMAGERIES EN COUPES
Scanner multibarette et imagerie par résonance
magnétique
Permettent de visualiser de manière précise les
synostoses même incomplètes ou non ossifiées
grâce à une étude multiplanaire en coupes fines
s’affranchissant des superpositions radiographiques
Newman, J.S. and A.H. Newberg, Congenital tarsal coalition: multimodality evaluation with emphasis on CT and MR imaging.
Radiographics, 2000. 20(2): p. 321-32; quiz 526-7, 532
•
SCANNER
EXAMEN DE REFERENCE
Scanner multibarrette, acquisition volumique
comparative
Synostose complète: scanner montre un pont
osseux entre le talus et le calcanéus, avec une
corticale et un spongieux commun
Synostose incomplète: apparaît sous la forme
d’une pseudarthrose, avec des berges irrégulières
et condensées
SCANNER
Avantages:
Coupes fines avec reconstructions multiplanaires
Analyse de la nature ossifiée ou non du pont
Analyse des réactions osseuses au contact:
sclérose, géodes
Inconvénients:
Irradiation
Pas d’étude de l’œdème réactionnel
Complète
Partielle
Synostose calcanéo naviculaire
Imagerie par Résonnance
Magnétique
Coupes frontales, sagittales et/ou axiales en pondérations
T1 et T2 fat sat.
Pondération T2 fatsat ou STIR : recherche
d’anomalie odèmateuse de part et d’autre de la
synchondrose
Coupes fines de 3 mm peu ou pas espacées
Imagerie par Résonnance
Magnétique
Avantages:
Analyse de la nature du pont synostotique:
•
osseux avec une continuité du signal de la moelle
fibreux avec un signal intermédiaire
cartilagineux avec un signal élevé en T2 parfois proche de
celui du liquide synovial
WECHSLER R.J, SCHWEITZER M.E ET AL; Tarsal coalition : depiction and characterization with CT and MR Imaging
Radiology 1994; 193:447-452.
Analyse des réactions osseuses au contact : œdème
intra osseux ou géodes
Imagerie par Résonnance
Magnétique
Inconvénients:
Temps d’examen plus long
Reconstructions plus limitées
Interprétation plus difficile si coupes
épaisses ou espace inter coupe
Contre-indications à l’IRM
Imagerie par Résonnance
Magnétique
Synostose calcanéo naviculaire incomplète compliquée d’une fracture
de contrainte du processus antérieur du calcanéum
Synostose cubo-naviculaire incomplète
Complète sur son versant superficiel (coupe latérale T1)
Incomplète sur son versant le plus médial (coupe plus médiale pondération
STIR). Noter l’œdème osseux. Pont fibreux.
SYNOSTOSE CALCANÉONAVICULAIRE
Synostose calcanéo-naviculaire
Radiographies standards
La plus fréquente
Radiographies: signes directs = pont osseux
ou diminution de l’espace entre l’angle supéro
interne de la grande apophyse du calcanéum
et le bord inféro externe du naviculaire
Synostose calcanéo-naviculaire complète
non ossifiée incomplète
Synostose calcanéo-naviculaire
Radiographies standards
Radiographies: signes indirects
Hypoplasie de la tête du talus
Nez de fourmillier
(anteater nose) = Aspect
de processus antérieur
du calcanéum trop long
Synostose calcanéo-naviculaire
Scanner
Forme complète ossifiée
Forme incomplète
Synostose calcanéo-naviculaire
IRM
Synostose calcanéo-naviculaire
complications
Ce type de synostose entraînerait une augmentation du risque de
facture du processus antérieur du calcanéum.
L’aspect IRM est alors celui d’une fracture de fatigue a quelque
centimètres de la synostose probablement par un report des charges
favorisé par une entorse.
D.Petrover et al. Anterior process calcaneal fractures: a systematic evaluation of associated conditions Skeletal Radiol 2007
SYNOSTOSE TALOCALCANÉENNE
Synostose talo-calcanéenne
Radiographies standards
2ème en fréquence
Radiographies: signes directs =
diminution voire disparition de l’espace articulaire à
la partie interne de la sous talienne antérieure ou
postérieure.
Rarement visible sur les incidences habituelles
Incidence axiale postérieure de Korvin ou
rétrocalcanéenne de Harris & Beath
Synostose talo-calcanéenne
Radiographies standards
Incidence rétrocalcanéenne de Harris & Beath
Synostose talo-calcanéenne
Radiographies standards
Radiographies: signes indirects
Signe du C complet (ou de l’anneau, ou du
croissant) = continuité entre la corticale du dôme
talien et la corticale hypertrophiée du sustentaculum
tali
Signe discuté car faible sensibilité
•C Sign for Diagnosis of talocalcaneal Coalition
Akira Taniguchi et al. Radiology 2003; 228:501–505
•The C sign: more specific for flatfoot deformity than subtalar
coalition
Robert R. Brownet al Skeletal Radiol; 2001 30:84–87
Synostose talo-calcanéenne
Radiographies standards
Radiographies: signes indirects
Bec talien = excroissance dorsale de l’astragale
en rapport avec la limitation de la sous talienne
responsable d’une subluxation dorsale du naviculaire
lors de la flexion dorsale du pied avec traction
capsulaire
•Faible sensibilité et spécificité.
•Témoigne d’hypertractions
capsulaires; signe fréquemment
rencontré chez les patients
sportifs
•
Keats TE, harrison RB. Hypertrophy of the talar beak
Skeletal Radiol. 1979 Apr. 10; 4(1): 37-9
Synostose talo-calcanéenne
Radiographies standards
Radiographies: signes indirects
Astragale en dôme (ball and
socket joint) = aspect arrondi et
convexe du dôme astragalien qui
s’emboite avec l’extrémité
inférieure du tibia concave.
Adaptation de la tibio talienne pour
compenser la perte de mobilité en
inversion- éversion de la sous
talienne
Synostose talo-calcanéenne
Scanner
forme ossifiée
forme non ossifiée
Synostose talo-calcanéenne
IRM
forme complète avec
continuité de la médullaire
forme incomplète, pont fibreux
SYNOSTOSE TALO-NAVICULAIRE
Synostose talo-naviculaire
3ème en fréquence
Radiographies: signe direct = disparition de
l’interligne talo-naviculaire
SYNOSTOSE CALCANÉOCUBOÏDIENNE
Synostose calcanéo-cuboïdienne
Rare, moins de 1% des cas; une vingtaine
d’observation dans la littérature
Clinique : +/-pied plat spastique
Synostose calcanéo-cuboïdienne
Radiographies: signes directs = disparition de
l’interligne entre la face latérale de l’os
naviculaire et la face médiale du cuboïde (cliché
oblique ++)
Pas de signe radiographique indirect spécifique
•
I.S. Talkhani, I.S. and P. Laing, Cuboid-navicular coalition in an adult: a case report. Foot and Ankle Surgery 1999
Synostose calcanéo-cuboïdienne
IRM
T1
Fusion quasi complète entre l’os naviculaire et le
cuboïde avec pont osseux antérieur complet et
quelques remaniements géodiques
Synostose calcanéo-cuboïdienne
IRM
T2 Fat Sat
Fusion incomplète
Discret œdème osseux des berges
APPROCHE THERAPEUTIQUE
L'abstention thérapeutique est la règle lorsque la
malformation est asymptomatique.
En cas de symptômes un traitement conservateur
est de règle en première intention associant un
arrêt des activités sportives, une immobilisation,
des traitements anti-inflammatoires généraux,
voire des infiltrations cortisoniques, et des
séances de kinésithérapie.
APPROCHE THERAPEUTIQUE
En cas d'échec de ce traitement, et lorsque les
douleurs persistent et deviennent invalidantes
dans la vie quotidienne, le traitement chirurgical
consiste en une résection des ponts inter osseux
avec interpositions tendineuse ou graisseuse pour
éviter leur reformation
Le traitement chirurgical peut à l’extrême
consister en une arthrodèse du tarse.
CONCLUSION
Les synostoses du tarses sont des
malformations classiques du pied.
Les clichés standards sont évocateurs mais
peuvent manquer le diagnostic.
Le scanner est l’examen de référence pour
apprécier le pont osseux de manière
tridimensionnelle.
l’IRM permet d’apprécier les caractéristiques
et l’œdème accompagnant une synostose
incomplète.
BIBLIOGRAPHIE
1.
Challis, J., Hereditary transmission of talonavicular coalition in association with anomaly of the
little finger. J Bone Joint Surg Am, 1974. 56(6): p. 1273-6.
2.
Bohne, W.H., Tarsal coalition. Curr Opin Pediatr, 2001. 13(1): p. 29-35.
3.
Stormont, D.M. and H.A. Peterson, The relative incidence of tarsal coalition. Clin Orthop Relat
Res, 1983(181): p. 28-36.
4.
Piqueres, X., et al., Cubonavicular coalition: a case report and literature review. Clin Orthop
Relat Res, 2002(396): p. 112-4.
5.
Palladino, S.J., L. Schiller, and J.D. Johnson, Cubonavicular coalition. J Am Podiatr Med Assoc,
1991. 81(5): p. 262-6.
6.
Newman, J.S. and A.H. Newberg, Congenital tarsal coalition: multimodality evaluation with
emphasis on CT and MR imaging. Radiographics, 2000. 20(2): p. 321-32; quiz 526-7, 532.
7.
Crim, J.R. and K.M. Kjeldsberg, Radiographic diagnosis of tarsal coalition. AJR Am J Roentgenol,
2004. 182(2): p. 323-8.
8
I.S. Talkhani, I.S. and P. Laing, Cuboid-navicular coalition in an adult: a case report. Foot and
Ankle Surgery 1999 5:151-154
9.
David Petrover & Mark E. Schweitzer & J. D. Laredo; Anterior process calcaneal fractures: a
systematic evaluation of associated conditions. Skeletal Radiol 2007; 36:627–632
10.
Akira Taniguchi et Al. C Sign for Diagnosis of talocalcaneal Coalition. Radiology 2003;
228:501–505
11.
Robert R. Brown . The C sign: more specific for flatfoot deformity than subtalar coalition
Skeletal Radiol; 2001 30:84–87
12
Keats TE, harrison RB. Hypertrophy of the talar beak. Skeletal Radiol. 1979; 4(1): 37-9
LES SYNOSTOSES DU TARSE
Aspects Clinico-Radiologiques
Intérêt de l’imagerie en coupes
Michaël BENAYOUN* David PETROVER* **
*Service de Radiologie Hôpital Beaujon,
** Service de Radiologie Hôpital Lariboisière, Paris

Similar documents