Sonatrach produira du gaz de schiste dès 2022

Comments

Transcription

Sonatrach produira du gaz de schiste dès 2022
Sonatrach produira du gaz
de schiste dès 2022
l ÉNERGIE
La stratégie
a-t-elle changé ?
l LUTTE ANTITERRORISTE
Le Bonjour du «Soir»
Hymne pour
une défunte…
l La lutte antiterroriste connaît un regain d’intensité depuis l’enlèvement et l’exécution sauvage du
ressortissant français Hervé Gourdel par un groupe terroriste ayant prêté allégeance à l’organisation
de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL). Accompagnées d’une médiatisation adéquate, les
opérations militaires menées ces derniers jours et celles toujours en cours témoignent d’un front
intérieur encore loin d’être totalement sécurisé.
Je voulais voir ça de près. Je tenais à
marquer une halte symbolique, me tenir
debout, dans un moment de grande
solennité, pour dire «adieu» à cette belle
œuvre qui, comme beaucoup d’autres,
s’est arrêtée net. Morte de sa belle mort.
Finie. Terminée sans aller jusqu’au bout
de son parcours… A Dréan, face aux
carcasses rouillées de quelques engins
entassés au fond d’un parc poussiéreux,
gît l’autoroute Est-Ouest, amoindrie de sa
centaine de kilomètres qui sont encore à
l’état de piste…
Dans le silence des lieux, à peine
perturbé par le vrombissement lointain
des véhicules circulant sur l’axe AnnabaSouk-Ahras, ou empruntant l’autoroute
dans l’autre sens (ils la quitteront avant
Constantine, parce que, là-bas aussi, le
bitume tourne en rond !) ; dans ce silence,
je crois entendre la voix de Amar Ghoul
avancer des dates successives pour la fin
des travaux !
Au fait, il est où le Ghoul ?
Certainement à jongler avec d’autres
dates pour faire rouler des trains, des
tramways et des bateaux… Personne
n’ose lui reparler de l’autoroute. Il s’en
fiche d’ailleurs. Ce n’est plus son
problème. Mais est-ce le mien ? A plus de
soixante berges, je n’ai toujours pas de
permis de conduire… Mais ça me fait
mal… Ridiculement, j’entame l’hymne
national devant la plaque corrodée et ce
long ruban vide et chauffé à blanc par un
été qui n’en finit pas !
[email protected]
l LOI SANITAIRE
Des réserves
en attendant
la mouture
finale
PAGE 4
l RÉOUVERTURE DES
MARCHÉS AUX BESTIAUX
Le bovin autorisé
à la circulation
dans les
prochains jours
PAGE 5
Photo : Samir Sid
PAGE 3
Photos : DR
Edition d’Alger - ISSN IIII - 0074
PAGE 5
Anep n° 149 429 - Le Soir d’Algérie du 13/10/2014
LINDI 13 OCTOBRE 2014 - 19 DHOU AL-HIDJA 1435 - N° 7302 - PRIX 15 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58
DIGOUTAGE
Trévidic et les moines
de Tibehirine
Par Arris Touffan
C’est au moment où on nous
annonce l’identification de l’assassin d’Hervé Gourdel que le
juge français Marc Trévidic et
un staff d’experts débarquent à
Alger. Feuille de route : une
semaine pour autopsier les
têtes des moines. L’opération
déterminera s’ils ont été tués
par balles avant d’être décapités ou pas. Ce qui changera
radicalement la version des
faits. On sait que deux thèses
s’affrontent dans ce dossier :
ceux qui croient à la vérité de
l’enlèvement par un groupe islamiste et ceux qui, à l’inverse,
soupçonnent une bavure de
l’armée algérienne.
Après de nombreux essais
infructueux, la coopération judiciaire algéro-française a fini par
être établie. Il faut s’en réjouir et
s’interroger. S’en réjouir car ça
apportera certainement un plus
au niveau technique et même
judiciaire. L’interrogation, elle,
porte sur la décision de
l’Algérie d’accepter in fine,
après moult tergiversations et
atermoiements, cette enquête.
Quelles sont les motivations
d’un tel assentiment, sachant
que l’Algérie avait fait de ce
dossier une affaire quasiment
de souveraineté nationale ?
A. T.
[email protected]
P
ERISCOOP
Macabre surprise
En attendant le code communal
La ministre de l’Education souhaite recentrer les activités de son secteur autour de
la pédagogie en se dégageant, petit à petit, des aspects purement matériels. Il n’est
pas exclu que la gestion des manuels scolaires soit déléguée aux collectivités
locales, alors que le transfert de la gestion des écoles primaires reste tributaire de la
révision du code communal.
Pas de réseau
Depuis la mise en service du Métro
d’Alger, les usagers attendent toujours la
possibilité de passer des communications
téléphoniques avec leurs portables. En effet,
et alors que l’on pense attribuer les
espaces publicitaires au niveau des
stations de métro, le réseau téléphonique y est encore absent.
Où est la priorité ?
Pensez-vous que
l’Algérie a bien
fait d’accélérer
le processus de
préparation à
l’exploitation du
gaz de schiste ?
NON
Sans opinion
Avez-vous été convaincu par la prestation de l’équipe
nationale face au Malawi ?
OUI :
49,21%
Lundi 13 octobre 2014 - Page 2
Un avocat s’est rendu, hier, dimanche, à la prison d’El-Harrach
pour rendre visite à son client. L’administration pénitentiaire l’in forme que celui-ci est décédé depuis mercredi dernier.
La famille, qui est sous le choc, a décidé de se pourvoir en
justice sur ce qu’elle considère comme un manquement
grave.
Un jour, un sondage
OUI
[email protected]
Résultat sondage
NON :
Sans opinion :
39,06%
11,73%
Panique chez le personnel
de la Thalasso
Le Centre de thalassothérapie de Sidi-Fredj sera
bientôt fermé pour rénovation. La
panique a vite gagné le personnel de
l’établissement public, qui croit à une
privatisation déguisée. Il se murmure,
en effet, que ledit centre passera aux
mains d’un opérateur privé.
Deux opérations antiterroristes liées
Lundi 13 octobre 2014 - PAGE
BOUIRA-TIARET
Un véritable coup de
maître vient d’être réussi
par les services de sécurité
à Bouira.
Cette opération, qui a permis
l’élimination de ce groupe, s’est
déroulée en deux temps, avec la
mise hors d’état de nuire, dans un
premier temps, de trois terroristes
et la récupération de leurs armes,
deux kalachnikovs et un Seminov,
au lieudit Douar-Amir, situé aux
frontières entre les communes de
Lakhdaria, Maâla et Zbarbar.
Le lendemain, après que les
mêmes éléments des services de
sécurité eurent traqué le restant
du groupe évalué à quatre éléments, auquel s’est vraisemblablement joint un cinquième qui
était jusque-là un soutien au groupe et non listé comme terroriste, a
eu lieu une autre opération aux
environs de 16 heures, sur les
monts d’El-Mokrani, aux frontières
entre les communes de Zbarbar et
El-Mokrani, à 60 kilomètres au
nord-ouest de Bouira.
Parmi les cinq terroristes abattus et sur lesquels étaient récupérés deux kalachnikovs, un pistolet
automatique, deux éléments faisaient partie du réseau de soutien.
En outre, dans ce groupe figurait un certain Ferhat Abdenour,
considéré comme étant le chef de
ce groupe appartenant à la phalange Al Farouk et qui activait
dans ce vaste périmètre dans la
région de Zbarbar et s’étendant
sur les communes de Lakhdaria,
Maâla, Guerrouma et Zbarbar, jusqu’à El-Mokrani, relevant de la
daïra de Souk-Lekhmis, au sud de
Lakhdaria et au nord d’Aïn
Bessem.
H. M.
La lutte antiterroriste connaît un regain d’intensité
depuis l’enlèvement et l’exécution sauvage du ressortissant français Hervé Gourdel par un groupe terroriste
ayant prêté allégeance à l’organisation de l’Etat islamique
en Irak et au Levant (EIIL). Accompagnées d’une médiatisation adéquate, les opérations militaires menées ces derniers jours et celles toujours en cours témoignent d’un
front intérieur encore loin d’être totalement sécurisé.
de Bouira. L’opération est toujours
en cours. Autant que le ratissage
qui a lieu dans le massif du
Djurdjura, l’opération antiterroriste
de Lakhdaria est largement médiatisée. Une médiatisation qui fait
ressentir une réorientation de l’effort militaire antiterroriste vers le
front intérieur que le discours
autour de la réconciliation nationale présentait comme grandement
sécurisé, voire totalement apaisé.
La promotion de la réconciliation nationale et le leitmotiv de «la
paix revenue» ne pouvaient s’accommoder du feu des canonnières
sans souffrir la contradiction. Dès
lors que le discours officiel devait
vanter la réussite de l’option
réconciliatrice, imaginée dès 1999
comme substitut au tout sécuritaire, l’engagement militaire sur le
terrain devait apparaître considérablement réduit.
Les services de sécurité, qui
ont mené l’opération de bout en
bout, ont réussi, sur la base d’informations recueillies auprès d’un
terroriste capturé vers la fin de la
semaine dernière à Tiaret – ce qui
explique la synchronisation des
deux opérations —, à venir à bout
d’un groupe terroriste évalué à huit
éléments qui activait dans la
région de Lakhdaria, à 50 kilomètres au nord-ouest de Bouira, et
dans lequel figurent l’émir de la
phalange Al Farouk, un certain
Alouane Noureddine, et un chef
de groupe, identifié comme étant
un certain Ferhat Abdenour.
3
La stratégie a-t-elle changé ?
LUTTE ANTITERRORISTE
évacué à la hâte par Abdelmalek
Gouri et ses acolytes, en témoignent les objets retrouvés sur
place. En même temps que cette
grande offensive militaire dans le
massif du Djurdjura, d’autres opérations sont menées par l’ANP un
peu partout dans ce périmètre
géographique qui regroupe les
trois wilayas du Centre, TiziOuzou, Bouira et Boumerdès.
La plus spectaculaire de ces
opérations est celle qui a permis
l’élimination de 8 terroristes au
total à Lakhdaria, dans la wilaya
AFFAIRE DES
MAGISTRATS FAUSSAIRES
Le procès renvoyé
au 9 novembre
prochain
Prévue pour ce dimanche à la cour d’appel
d’Alger, l’affaire des magistrats faussaires est
renvoyée au 9 novembre prochain.
La décision a été prise, par le juge en charge du dossier et ce, suite à l’absence de la
partie civile.
Tant attendu par l’opinion publique, le procès de l’affaire des magistrats faussaires ne se
tiendra finalement que le 9 novembre prochain
au grand étonnement des avocats de la défense du principal concerné Benyoucef Mellouk.
L’absence de la partie civile est à l’origine
de la décision du juge du siège. Pour rappel,
ce procès a été renvoyé de nouveau devant le
tribunal correctionnel après la décision de la
Cour suprême de rejeter le jugement prononcé
en mars 2010 par la cour d’Alger. Un jugement
qui avait condamné M. Mellouk à 4 mois de
prison ferme pour diffamation.
M. Mellouk était poursuivi en justice par
deux anciens ministres, celui de l’Intérieur,
Mostefa
Mohammedi,
et
celui
des
Moudjahidine, Mohamed Djeghaba.
La Cour suprême renvoie, donc, le dossier
devant la cour d’Alger.
A. B.
Cet état de fait a presque réussi
à créer l’illusion de maquis grandement dégarni. En même temps
que cette illusion, la dégradation
de la situation aux frontières, suite
aux guerres que connurent le Mali
et la Libye et le basculement de la
Tunisie dans l’insécurité, fournit
suffisamment de contenus pour
alimenter la rubrique sécurité.
L’urgence apparaissait, en effet,
dans la sécurisation diligente des
frontières.
Et pour ces digues sécuritaires
sur les larges bandeaux des frontières, il était nécessaire de mobiliser un surcroît de soldats, d’autant
que ce qui y est appréhendé est
plus important que celui que présentaient les poches terroristes
restant encore dans les maquis
intérieurs. Or, la réconciliation
nationale, plutôt que de prémunir
contre la résurgence de la menace
terroriste, n’a fait que baisser la
vigilance générale, laquelle s’est
accompagnée du rétrécissement
du renseignement. Conséquences
: des maquis terroristes se sont
régénérés à l’ombre de la réconciliation nationale et des diverses
amnisties qu’elle a générées.
L’on découvre avec Jund Al
Khalifah la cellule locale de l’EIIL,
que des terroristes amnistiés dans
le cadre de la réconciliation nationale ont repris le maquis en compagnie de nouvelles recrues.
Le chef de Jund Al Khalifah,
Abdelmalek Gouri, a fait partie des
terroristes qui ont repris le maquis
après avoir bénéficié de la clémence. Natif de Si-Mustapha, il a repris
les armes immédiatement après
sa sortie de prison en 2000, après
avoir purgé une peine de 3 ans
pour activités terroristes.
S. A. I.
JEAN-PIERRE CHEVÈNEMENT
ÉVOQUE L’ASSASSINAT DE GOURDEL :
«Pas d’incidence sur la relation algéro-française»
Le président de l’Association
France-Algérie, l’ancien ministre
français
Jean-Pierre
Chevènement, a estimé samedi,
lors d’un débat à l’Institut français
d’Alger, que l’assassinat de son
compatriote Hervé Gourdel par les
terroristes du Daesh n’a pas d’incidence négative sur la relation
algéro-française. Il a appelé à faire
la différence entre l’Islam, l’islamisme radical et armé.
L’hôte de l’Algérie a, à l’occasion, rendu
hommage à l’Armée nationale populaire
(ANP) pour les efforts qu’elle déploie pour
retrouver les auteurs du rapt et de l’assassinat d’Hervé Gourdel.
Jean-Pierre Chevènement soutiendra
que «le crime odieux n’a pas altéré» la
relation d’amitié entre l’Algérie et la France
et qu’il ne faille pas commettre la confusion
entre « les mouvements de résistance et le
terrorisme et entre terrorisme et islamisme
radical et islamisme politique».
Evoquant le Daesh, qui fait aujourd’hui
l’actualité sécuritaire à l’échelle planétaire,
l’ancien ministre français dira que «c’est un
danger pour tout le monde et qu’il faut le
combattre». Le séjour de Jean-Pierre
Chevènement en Algérie en cette particu-
Photo : DR
Sofiane Aït Iflis - Alger (Le
Soir) - En Kabylie, dans le massif
imposant et escarpé du Djurdjura,
lieu du rapt du randonneur français, l’armée s’est déployée en
masse.
On évoque une mobilisation de
1 500 soldats pour mener la traque
à la cellule locale de l’EIIL, dirigée
par le sinistre Abdelmalek Gouri.
La progression des hommes en
vert engagés dans cette traque
s’est soldée, pour l’instant, par la
découverte d’un campement terroriste. Un campement qui aurait été
Une opération d’envergure qui a permis l’élimination d’un groupe terroriste.
Jean-Pierre Chevènement.
lière conjoncture liée à l’enlèvement puis la
décapitation d’Hervé Gourdel par le groupe terroriste Jund Al Khalifah se voudrait
une preuve que le «vieux couple», l’Algérie
et la France, file encore l’amour, en dépit
des «scènes de ménage».
L’amitié
algéro-française
que
Chevènement était venu conter ne se
passe pas de lauriers. Les commentaires
qui peuvent fâcher sont mis de côté pour
laisser place à un discours lénifiant.
Aussi les questions comme celle sahraouie sont zappées par l’hôte de l’Algérie
qui a préféré botter en touche.
«La question sahraouie dépasse la
France, elle est du ressort de l’ONU.» Pour
Chevènement, rien n’interdit un Maghreb à
trois, Algérie, Maroc et Tunisie, et la création d’un marché unique attractif.
«Il n’est pas normal que le Maghreb
recueille seulement 20 milliards sur les 2
000 milliards d’investissements français à
l’étranger», a-t-il déploré.
Abordant le dossier brûlant du Sahel,
Jean-Pierre Chevènement s’est déclaré
défavorable à la solution militaire en Libye.
«La France a écouté l’Algérie qui juge que
l’option militaire n’est pas la solution pour
le règlement de la crise», a-t-il indiqué.
Même prudence affinée s’agissant de la
crise malienne.
«Il faut préserver l’intégrité territoriale
du Mali. La fragmentation du pays n’est
pas une bonne chose.»
Jean-Pierre Chevènement s’est néanmoins risqué à évoquer la régionalisation
comme la meilleure solution.
S. A. I.
Photo : New Press
Actualité
Le Soir
d’Algérie
Actualité
Le Soir
d’Algérie
4
Des réserves en attendant la mouture finale
Lundi 13 octobre 2014 - PAGE
LOI SANITAIRE
Nawal Imès - Alger (Le Soir) resté de longues années dans les
tiroirs, ce qui devrait être la nouvelle
loi sanitaire avait, dès son élaboration, provoqué une véritable levée
de boucliers. Les professionnels de
la santé avaient beaucoup trouvé à
redire, non seulement sur le fond
mais aussi sur la forme.
Le ministère de la Santé avait
remis ledit texte aux différents
acteurs à la fin août en leur demandant de remettre leurs propositions
au plus tard à la mi-septembre. Un
délai que Lyès Merabet, président
du SNPSP, avait jugé trop court.
Son syndicat avait d’ailleurs demandé un délai supplémentaire et ne
remettra ses conclusions que mercredi prochain à l’issue d’un conseil
régional du centre qui regroupera
les représentants de 11 wilayas.
Le SNPSP fera un courrier au
ministère de la Santé dans lequel il
fera part de ses réserves. Le
SNPSP est ouvertement opposé à
l’exercice de l’activité complémentaire. Son président considère que
les conditions pour cet exercice ne
sont nullement réunies.
Photo : DR
Contestée dès son élaboration, la loi sanitaire continue
de faire l’objet d’enrichissement. Si certains partenaires
sociaux ont déjà remis une copie corrigée dudit texte au
ministère, d’autres continuent encore de l’étudier avant
de transmettre leurs propositions.
Lyès Merabet, président du SNPSP.
En
France,
explique
le
Dr Merabet, des balises sont régulièrement mises en place sans pour
autant réussir à totalement barrer la
route aux dérives.
Le syndicat des praticiens plaide
pour l’installation d’un haut conseil
de la santé qui soit directement rattaché au gouvernement.
Une institution que le Dr Merbat
conçoit comme étant supérieure au
ministère de la Santé qui doit être
garant de l’application de la stratégie du gouvernement.
Le président du SNPSP considère que ce haut conseil doit être
ouvert à des experts dans plusieurs
domaines et pas seulement médical. Il plaide également pour la
création des comptes nationaux de
la santé et considère qu’il est urgent
de donner plus de poids au Conseil
de l’ordre tout en se disant opposé
à l’installation d’une sous-direction
Place à l’épreuve du terrain
TRANSITION DÉMOCRATIQUE
L’opposition, regroupée au sein
de l’instance de suivi et de la
concertation issue de la conférence
sur la transition démocratique du
10 juin dernier, se met à l’épreuve
sur laquelle elle est fortement
attendue, celle du terrain pour faire
admettre son leitmotiv de transition
démocratique.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Les acteurs composant cette entité mise sur pied le 10 septembre
dernier au siège national du rCD, se sont mis,
pour certains d’entre eux, dans le bain, dans l’attente que les autres en fassent de même. Il s’agira pour le rCD, le MSP, Jil Jadid, FJD, Nahda,
Islah, UFDS et autres personnalités regroupées
qui au sein de la Coordination nationale pour les
libertés et la transition démocratique (CNLTD),
qui au sein du Pôle des forces du changement
(PFC) de vulgariser au mieux les concepts des
libertés et de la transition démocratique à même
de les faire admettre et adopter par le petit peuple
sans quoi ils resteraient deux slogans creux. Une
nécessité, un impératif retenu d’ailleurs parmi les
11 recommandations de la conférence de Zéralda
du 10 juin dernier.
Et c’est, d’ailleurs, tout l’enjeu sur lequel cette
opposition «frondeuse» est attendue aussi bien
du pouvoir et ses relais que de partis se réclamant du même bord de l’opposition.
C’est ainsi que bien des membres de cette
ISC ont d’ores et déjà entamé ce travail de proximité à l’image du MSP et de Jil Jadid, les autres
sont appelés à leur emboîter le pas prochainement, occupés qu’ils sont, à des activités purement «domestiques». Le premier a même élaboré un menu s’étalant sur 8 jours et entamé vendredi dernier par une conférence nationale autour
des réseaux sociaux, avant que son président,
Abderrazak Mokri, n’entame une virée l’ayant
mené avant-hier samedi, à Mascara puis
Mostaganem, et hier dimanche à AïnTémouchent. Aujourd’hui, il sera à Sidi-Bel-Abbès
puis demain à Tlemcen. A chacune de ses
escales, Mokri a un seul menu : des rencontres
avec les élus, les cadres et les militants du mouvement et des contacts directs avec les populations à travers des sorties de proximité que ce
soit dans les cafés ou autres espaces publics.
Une stratégie adoptée également par Jil
Jadid et dont, d’ailleurs, son président dit la plus
grande efficacité. «C’est beaucoup mieux qu’un
meeting ou une rencontre-débat où l’échange
des points de vue est restreint à la seule assistance. Tout le contraire de ce que permet la rue
ou le café et l’épicier du coin où le contact est
possible avec toutes les franges sociétales»,
affirmait hier Soufiane Djillali qui remerciait ironiquement l’administration locale de la ville de
Khemis-Miliana, dans la wilaya de Aïn-Defla, de
lui avoir refusé la demande d’autorisation d’une
salle pour les besoins d’une rencontre. Car pour
lui, la sortie de proximité faite dans les rues et les
cafés de cette ville a été beaucoup plus rentable
tout comme ce fut le cas le lendemain à Oran.
«Les gens étaient réceptifs aux thèses sur les
libertés et l’impératif d’une transition démocratique que nous avions développées, eux qui ne
cessent de parler de hogra, de passe-droit et
autres vicissitudes qui rythment leur quotidien»,
poursuivait-il. Le patron de Jil Jadid, qui dit organiser une activité chaque week-end, tiendra
samedi prochain à Alger une conférence thématique avant de se rendre à Annaba et Batna.
Du côté du Pôle des forces du changement,
partenaire au sein de l’instance de suivi et de
concertation, on adopte la même stratégie. A
l’image de l’UFDS (Union des forces démocratiques et sociales) qui a élaboré un menu dont le
coup de starter sera donné à partir de
Mostaganem, le week-end prochain. Pour son
secrétaire général, Noureddine Bahbouh, «il n’est
pas question de nous presser» car il faudra, selon
lui, «prendre tout le temps qu’il faut pour que la
mayonnaise puisse prendre». Car il sera question
de prendre en compte la disponibilité des militants, des cadres et des simples citoyens mais
surtout des relais d’opinion au sein de la société.
Et de préciser qu’à chacune de leurs sorties, les
leaders partisans seront accompagnés, au besoin
et selon leur disponibilité, de personnalités partageant les mots d’ordre des libertés et de la transition démocratique.
M. K.
Tayeb Louh installe le nouveau président
et le procureur général de la cour
BOUMERDÈS
Tayeb Louh, ministre de la Justice, garde des Sceaux,
a effectué hier une visite dans la wilaya de Boumerdès
pour procéder à l’installation de deux nouveaux hauts
magistrats au niveau de la cour de cette ville.
Ainsi, le ministre a installé
Azzedine Sahraoui à la tête de la
présidence de la circonscription judiciaire de Boumerdès alors que
Djamila Zigha s’occupera désormais
du parquet général de la même circonscription. Ils remplacent respectivement Abdelkader Djellab et Fekar
Noureddine.
Les journalistes présents en
nombre à cette cérémonie pensaient
qu’ils avaient une belle occasion
pour questionner le ministre sur un
certain nombre d’affaires qui intéressent l’opinion publique nationale,
concernant notamment le dossier
Khalifa, l’affaire Sonatrach ou la
venue en Algérie du magistrat
enquêteur français au sujet de l’assassinat des 7 moines à Médéa. Il
n’en fut rien. Dans son intervention
devant un auditoire constitué de res-
RECTIFICATIF
Dans notre compte-rendu du passage de M. Brahim Kessali,
P-DG de la CAAT et président de l’Union des assurances, à l’émission «Invité de la rédaction» de la Chaîne III, nous avions écrit que
ce dernier avait affirmé que les raisons du peu d’engouement pour
l’assurance CATNAT découlent de «l’ignorance, l’inconscience,
mais surtout du manque, voire de l’absence de toute culture d’assurance». Or, l’invité de la radio Chaîne III avait évoqué «le manque
d’information et de sensibilisation, les raisons économiques et le
manque de culture d’assurance».
Nos excuses aux lecteurs et à M. Kessali.
ponsables politico-administratifs,
sécuritaires et judiciaires régionaux,
à leur tête le wali Kamel Abbès.
Le garde des Sceaux a beaucoup plus fait une bonne plaidoirie
pour la défense du programme de
Bouteflika. Il n’a pas manqué de
rappeler l’intégration de la femme
dans le processus du développement du pays.
La nomination de madame Zigha
– une première depuis l’indépendance du pays —constitue pour Louh
une preuve de la pertinence du programme présidentiel. «D’ailleurs, j’ai
saisi cette occasion pour renouveler
notre engagement visant à impliquer
davantage la femme dans les responsabilités au sein de la justice,
conformément aux orientations et au
programme du président de la
république», dira-t-il. Il a rappelé à
l’occasion, sa réforme visant à donner au parquet une plus grande visibilité sur le terrain judiciaire afin de
lutter plus efficacement contre la
délinquance et le grand banditisme.
Il affirmera en substance : «Nous lutterons pour atteindre nos objectifs et
instaurer un état de droit, conformément à la Constitution approuvée
par les deux chambres, du
Parlement et du Sénat.»
Le ministre a probablement tiré
un bilan négatif sur le système de
l’évaluation des juges par les seules
statistiques. Il affirme vouloir changer cette méthode. «Il faut admettre
que les juges ont besoin de travailler
dans de meilleures conditions qui
permettent d’instaurer une justice
performante, efficace, juste et équitable.» Donc les présents se sont
contentés de cette intervention
transmise, en direct, par système
vidéo dans six cours du pays. Pour
revenir aux deux nouveaux magistrats, ils remplacent deux partants
qui n’étaient pas très portés sur la
communication avec la Presse.
Cette Presse, qui était habituée
avec les procureurs Douadi et
Bacha qui ont fait des passages
remarqués à Boumerdès, à des
contacts réguliers et sereins avec
ces magistrats. Il en a été sevré
durant cette mandature qui s’achève. Il faut espérer que madame
Zigha apportera un changement
peut-être même pour la bonne
cause féminine.
Abachi L.
dédiée à la déontologie au niveau
du ministère de la Santé. Il est tout
aussi opposé à l’élaboration d’une
nouvelle carte sanitaire alors que
celle en vigueur n’est appliquée que
depuis deux années.
Le Syndicat algérien des paramédicaux (SAP) a, quant à lui, déjà
remis ses propositions au ministère
de la Santé. S’il a émis beaucoup
de réserves, son président note
avec satisfaction la référence faite
aux paramédicaux dans le texte
soumis à discussion alors que dans
l’ancienne mouture, le paramédical
n’était nullement mentionné.
Gachi plaide pour l’installation
d’un conseil d’éthique des paramédicaux et l’institution du poste d’inspecteur du paramédical.
N. I.
AU 8e ANNIVERSAIRE
DE SON ASSASSINAT
Le FFS rend hommage
à Rabah Aïssat
Le huitième anniversaire de l’assassinat,
dans la nuit du 12 octobre 2006, à AïnZaouia, par un groupe de terroristes, de
rabah Aïssat a été célébré par le FFS. Une
foule nombreuse, constituée principalement
de militants, d’élus et de cadres locaux et
nationaux de ce parti et des membres de la
famille du défunt, a pris part à cette cérémonie du souvenir et de recueillement à la
mémoire de l’ex-P/APW dont la mémoire, les
valeurs et les qualités de militant et de l’élu
modèle ont été saluées par les différents responsables et élus du parti d’Aït Ahmed qui se
sont, par ailleurs, recueillis et ont déposé des
gerbes de fleurs sur la tombe de l’ex-P/APW.
Cette commémoration a été l’occasion
d’un autre hommage rendu aux vétérans du
FFS, ces militants pour lesquels le parti
revendique toujours la reconnaissance d’un
statut de martyrs pour ces derniers.
Des diplômes de reconnaissance ont été
remis à sept d’entre ces militants issus de la
commune de Aïn-Zaouia, lors d’une cérémonie qui a été organisée au niveau de la
Maison de jeunes de la localité. Une opportunité pour Ali Laskri, membre de la direction
collégiale du FFS de réitérer les principes et
les préconisations du FFS pour le dépassement des blocages politiques actuels que
connaît le pays. Des blocages qui peuvent
être dépassés par l’adoption du principe du
consensus national préconisé par le FFS. Le
consensus national qui prévalait en 1954 et
durant la révolution a été rompu après l’indépendance, selon l’ex-premier secrétaire du
Front des forces socialistes. Un parti qui n’entrevoit pas de solution à travers une simple
rotation de personnes au pouvoir, une vision
qui privilégie la succession pour la succession mais par l’instauration d’une véritable
alternative démocratique, selon A. Laskri,
pour qui le choix du principe du consensus
que préconise et autour duquel le FFS
cherche à faire adopter par l’ensemble des
acteurs qui animent la vie politique nationale,
pouvoir y compris, s’inspire des fondement
de la révolution et des valeurs de la société
algérienne. «Nous avons toujours milité pour
une Assemblée constituante et l'organisation
d'une conférence nationale négociée qui
devra être souveraine», rappellera le
membre du directoire national du FFS, pour
qui le contexte géopolitique et les foyers de
conflits qui sont en activité au niveau de nos
frontières est et sahélo-sahariennes constitue
une source d’inquiétude. «En regardant
autour de nous, on voit que les contextes,
régional et international, ont changé (...) Il est
temps de renforcer la cohésion et la sauvegarde de nos frontières.
Les enjeux sont multiples et nombreux»,
avertira Ali Laskri, qui reviendra sur ce qui
appellera le credo du FFS, selon lequel la
solution au blocage politique actuel ne viendra, par le recours, à un simple jeu de
chaises musicales au sommet de l’Etat mais
en inscrivant l’Algérie dans une véritable
perspective démocratique.
S. A. M.
Actualité
Le Soir
d’Algérie
Lundi 13 octobre 2014 - PAgE
5
«A l’instar de nombreuses sociétés pétrolières à travers le monde,
Sonatrach se prépare activement à utiliser les technologies de l’exploration des ressources non conventionnelles pour les tester au niveau de
sites pilotes pour les formations schisteuses». Des propos qu’a tenus
hier le ministre de l’Energie, M. Youcef Yousfi, dans le cadre de la conférence internationale sur l’industrie du gaz en Algérie qui s’est déroulée
au centre des Conventions d’Oran. Toujours au sujet de l’exploitation du
gaz de schiste en Algérie, le P-dg de Sonatrach, M. Saïd Sahnoun, lui
emboîte le pas et déclare «nous avons dépassé le stade d’hésitation,
nous entrons de plain-pied dans la mise en œuvre de la feuille de route
que nous avons développée». Il n’y a plus de doute, le pays est bien
engagé dans cette voie malgré la désapprobation d’une bonne partie de
la population notamment celle du Sud, ainsi que de certains experts qui
rejettent ce projet.
Amel Bentolba - Oran (Le Soir) - Le
ministre de l’Energie a souligné les quatre axes
autour desquels seront concentrés les efforts
en matière de potentialités significatives en
hydroélectricité et en charbon. Ainsi, il aborde
l’évaluation et la préparation de l’exploitation
des ressources non conventionnelles, précisant
que le potentiel de ces ressources dans notre
pays est considérable. «Entre les schistes et
les formations compactes, il y aurait quelque
1 000 TCF de gaz et une dizaine de milliards de
barils de liquide techniquement récupérable».
Dans son discours, le ministre se montre
convaincu par la maîtrise du forage horizontal
et la fracturation dans les opérations classiques
dans l’industrie des hydrocarbures. Tout en
soulignant, «la nouveauté de la combinaison du
forage horizontal et la fracturation étagée, qui a
donné naissance à la révolution des schistes.».
Plus loin, il tente de rassurer les réfractaires de
l’exploitation du gaz de schiste qui n’étaient
bien évidemment pas conviés à cette ren-
Ce qu’a déclaré Yousfi
— «Au sujet des inquiétudes qui ont été exprimées concernant le déclin de notre production
d’hydrocarbures, permettez-moi d’indiquer à cet égard que notre production recommence à
croître. Grâce à la mise en exploitation de nouveaux gisements, nous prévoyons d’augmenter la
production de gaz naturel de 40% dans les cinq années à venir et de la doubler d’ici une dizaine
d’années.»
— «Concernant le dernier appel d’offres d’Alnaft, cinq sociétés ont exprimé leur volonté de
nous accompagner dans cet effort, ceci est appréciable, mais nous demeurons à l’écoute de nos
partenaires pour prendre en charge la préoccupation et améliorer d’avantage l’attractivité de notre
domaine minier. La réactivité des différents acteurs devra également être revue pour plus d’efficacité.»
— «Sonatrach se prépare activement à cette industrie de l’énergie non conventionnelle et
l’une des conditions, c’est la formation des cadres et des techniciens. Dans les prochains jours,
Sonatrach entamera une campagne de recrutement de milliers d’agents. Entre 1 000 à 1 500 personnes à recruter par an.»
contre, en mettant en avant la mise en place
d’une gestion rigoureuse des ressources en
eau et de la préservation de l’environnement.
Le P-dg de Sonatrach prendra par la suite la
parole et sera, quant à lui, plus explicite et plus
précis quant à l’exploration et l’exploitation du
gaz de schiste en Algérie. «Pour revenir à la
première composante, les ressources de gaz
de schiste en Algérie en terme de quantité, sept
bassins potentiels ont été identifiés dans la partie sud de l’Algérie, le plus grand étant le bassin
de Berkine qui est certainement le plus attractif».
L’intervenant fait savoir que les estimations
de gaz total en place pour les cinq bassins principaux tournent autour de 4 940 TCF, les
réserves récupérables sur la base d’un facteur
de récupération donneront 740 TCF. «Ce
chiffre est dit-il, assez près de l’estimation faite
par l’AIE (Agence internationale de l’énergie)
en 2013 qui a crédité l’Algérie de réserves techniquement de 707 Tcf, c’est-à-dire le troisième
pays après la Chine et l’Argentine».
Il annoncera que la Sonatrach va dépenser
près de trois milliards 400 millions de dollars
pour la construction de nouveaux gazoducs et
pour étendre la capacité des gazoducs existants, et ce, dans le cadre du programme de
travail du budget 2015)-2019. Le développement des champs gaziers non conventionnels
impliquera, précise-t-il, la construction d’un
autre réseau principal. Abordant la chaîne logistique de ce projet, le P-dg de Sonatrach met en
avant le nombre insuffisant d’unités de fracturation qui n’est que de 5, un projet réussi en
matière de gaz et d’huile de schiste exigerait
dit-il, 10 à 25 plateformes. «Pour combler le
vide qui existe aujourd’hui en Algérie en matière d’équipements, nous avons estimé que pour
un projet de 20 milliards de mètres cubes, il faudrait beaucoup de puits et de plateformes, donc
ce qu’il faut c’est mobiliser 50 plateformes. Le
nombre total de puits qui devra être foré dans le
cadre du projet est près de 4 000. Nous avons
besoin de 4 équipes de fracturation et de traitement et des infrastructures et de collectes.»
Youcef Yousfi, ministre de l’Energie.
Face à la nécessité de combler le manque
de plateformes et d’unités de fracturation, M.
Saïd Sahnoun fait savoir que les entrepreneurs
locaux qui font le forage envisagent d’importer
20 nouvelles plateformes au cours des deux
prochaines années. Toutefois, ceci ne suffira
pas d’où explique-t-il, les discussions en cours
pour construire localement, ainsi que d’autre
discussions avec des partenaires pour importer
ces plateformes.
Face à l’insuffisance des unités de fracturation qui existent aujourd’hui, le P-dg de
Sonatrach a lancé, hier, un appel pressant aux
entreprises qui ne sont pas encore établies en
Algérie à estimer le potentiel que le marché
algérien peut offrir.
A. B.
Le bovin autorisé à la circulation dans les prochains jours
RÉOUVERTURE DES MARCHÉS AUX BESTIAUX
La réouverture des marchés aux bestiaux réservés aux bovins interviendra dans les prochains jours. La circulation de l’espèce bovine qui a
été largement touchée par l’épidémie de la fièvre aphteuse sera également autorisée, mais sous haut contrôle sanitaire.
Mehdi Mehenni - Alger (Le Soir) - Selon le
directeur des services agricoles au niveau du
ministère de l’Agriculture, Karim Boughalem,
interrogé hier, à Alger, la campagne de vaccination et de lutte contre l’épidémie de la fièvre
aphteuse qui a ravagé l’espèce bovine en
Algérie pendant l’été 2014, a permis d’installer
un bon matelas immunitaire.
Ainsi, et après la réouverture des marchés
aux bestiaux réservés aux petits ruminants
(ovins et caprins), le 12 septembre, soit à la
veille de la fête du sacrifice, la remise en
marche des marchés bovins interviendra dans
les prochains jours. «Dans moins de dix jours,
nous allons procéder à la réouverture des marchés aux bestiaux réservés au bovin, une espèce qui, à la différence de l’ovin et du caprin est
toujours interdite de circulation», a-t-il indiqué.
Le Dr Karim Boughalem a toutefois précisé
que cette réouverture se fera parallèlement
avec la mise en place d’un dispositif sanitaire, à
savoir la certification et les visites d’inspection
de vétérinaires au niveau des marchés en
question. «Le déplacement de chaque bovin
sera obligatoirement suivi par un certificat vétérinaire, délivré par la Direction des services
agricoles de wilaya compétente», a-t-il ajouté.
Un label pour le cheptel algérien
Par ailleurs, le directeur des services vétérinaires a réaffirmé l’information suivant laquelle
une opération est en cours pour la labellisation
du cheptel algérien. Cette action rentre, en
effet, dans le cadre du programme d’appui à la
mise en œuvre de l’accord d’association (P3A),
entre le ministère de l’Agriculture et l’Union
européenne, dont un séminaire de lancement
commun de trois jumelages pour la sécurité
sanitaire, la protection et la labellisation des
produits agricoles a été organisé hier, à Alger,
sous la présidence du ministre du secteur,
Abdelwahab Nouri.
Il est à signaler que le programme est majoritairement financé par l’Union européenne.
M. M.
Qui est derrière la hausse des prix ?
POMME DE TERRE
Salima Akkouche - Alger
(Le Soir) - Au vu de son prix
qui a atteint les 100 dinars le
kilo, on penserait que la
pomme de terre est un produit
rare. Pourtant, point de
manque de ce produit sur le
marché. Comment justifie-t-on
cette flambée ?
Avec une production nationale de 44 millions de quintaux pour la campagne
2013-2014, le ministère de
l’Agriculture
et
du
Développement rural estime
que cette quantité est largement suffisante pour couvrir
les 40 millions de quintaux du
besoin national.
L’argument de la période
de soudure pour cette production est également exclu.
Selon l’Office national interprofessionnel des légumes et
viandes (ONILV), les quantités
de pomme de terre stockées
sont suffisantes pour couvrir la
période de soudure qui coïnci-
La pomme de terre est proposée entre 50 à 60 dinars le kilo.
de avec le mois d’octobre. Le
recours à la pomme de terre
des chambres froides a
d’ailleurs commencé depuis
mi-septembre. L’ONILV a ainsi
procédé au déstockage de
Photo : DR
Pourquoi le prix de la pomme de terre a subitement flambé ? Est-ce un problème d’indisponibilité du tubercule ou y a-t-il d’autres facteurs
qui interfèrent ? L’Office national interprofessionnel des légumes et viandes (ONILV) dont la
mission est d’approvisionner le marché pour
stabiliser les prix, refuse d’être pointé du doigt.
60 000 tonnes sans pour
autant pouvoir stabiliser les
prix. Réfutant toute accusation, l’ONILV assure que le
tubercule est suffisamment
disponible.
Selon
son
président
Benallal, l’Office a assuré sa
mission d’approvisionnement
et de régulation. «Nous
sommes en train de combler
cette période de soudure en
déstockant en quantité suffisante la pomme de terre.
60 000 tonnes ont été déstockées à ce jour pour un programme tracé de 100 000
tonnes. Nous sommes à la
troisième étape de déstockage et le marché de gros est
suffisamment approvisionné»,
a-t-il encore précisé. Pourquoi
le prix de la pomme de terre
est inaccessible si le problème
de l’offre et la demande ne se
pose pas ?
Et au président de l’ONILV
d’ajouter : «La mission de
l’Office s’arrête au marché de
gros au niveau duquel il assure la disponibilité». D’ailleurs,
poursuit-il, «le prix de la
pomme de terre congelée aux
marchés de gros oscille entre
38 à 44 dinars le kilo. La
pomme de terre fraîche est
proposée entre 50 à 60 dinars
le kilo».
Un prix dont le consommateur est loin d’en profiter. «Qui
bénéficie
de
cette
différence ?», s’interroge
Benallal. La question reste
posée au moment où certains
accusent les spéculateurs.
S. A.
Photo : Samir Sid
Sonatrach produira du gaz de schiste dès 2022
ÉNERGIE
Les émissions du dioxyde
Contribution
Le Soir
d’Algérie
1- Etat des lieux
L’Organisation météorologique mondiale, dans un rapport publié début septembre, affirme que le niveau du gaz carbonique dans l’atmosphère en 2013 était
de 42% supérieur à celui qui prévalait
avant la révolution industrielle. Il en est de
même des autres gaz à effet de serre avec
un accroissement de 153% pour le méthane et 21% pour les oxydes d’azote par rapport à leur niveau de 1 750 ! L’augmentation du volume de ces gaz ainsi que ceux
dus à l’activité humaine ont provoqué le
réchauffement de la planète de 2°C depuis
l’ère préindustrielle, entraînant la fonte des
inspection et contrôle réguliers de ces
puits selon une règlementation et une juridiction dument établies, comme cela
s’opère dans les pays d’où sont originaires
les différentes compagnies pétrolières
telles que BP, Statoil, Total, Gaz de France,
GDF Suez, Shell, Anadarko, etc.
2- Estimation de la quantité de CO2
enfoui dans le sous-sol saharien
Selon le Massachusetts Institute of
Technology[6], le volume de CO2 séquestré dans le site de Krechba de 2004 à 2011
serait de 3,8 millions de tonnes. Initialement, il était prévu d’y injecter 20 millions
L’Algérie semble ne pas mesurer l’impact catastrophique à très
long terme du choix de la séquestration géologique du dioxyde de
carbone, filière qu’elle ne maîtrise point. Aucun pays développé,
parmi les rares qui la pratiquent, ne peut prétendre avoir un retour
d’expérience. La nouvelle publication du Christian Science Monitor
n’a-t-elle pas révélé, à la grande surprise des chercheurs du
Lawrence Livermore National Laboratory, la migration du CO2 à
travers la roche de couverture dans le site de Krechba. Il a
entièrement occupé l’aquifère salin.
glaciers, l’élévation du niveau des océans,
l’intensification des vagues de chaleur et la
récurrence des pluies torrentielles.
En 2013, les émissions mondiales de
CO2 par personne et par an étaient de 5,1
tonnes de CO2 avec 16,4 tonnes de CO2
aux États-Unis, 7,2 tonnes de CO2 en
Chine, 6,8 tonnes de CO2 dans les pays
de l’UE et 1,9 tonne de CO2 en Inde. Elles
sont de 3,7 tonnes en Algérie pour une
émission de 143 millions de tonnes, une
nette augmentation par rapport à 2010
quand l’Algérie était classée 35e pour
l’émission de 123, 475 tonnes de CO2,
soit 0,39% du volume mondial. Une émission en hausse de 16% en trois ans due à
la combustion de l’énergie fossile, à la production de ciment, l’exploitation des gisements miniers et l’extraction des hydrocarbures. La production électrique, à elle
seule, génère 547.8543g/kWhel (grammes
par kiloWatt heure électrique)[1] .
En Algérie, ce gaz carbonique est rejeté
directement dans l’atmosphère. Seul 1%
de ce gaz était géologiquement séquestré
jusqu’en 2011. Le seul site connu du public
relatif à la séquestration géologique du
dioxyde de carbone, jusqu’à l’arrêt de cette
activité en juin 2011, est celui de Krechba
près du site gazier d’In Salah[2].
Cette séquestration avait débuté en
2004 suite à l’agrément accordé par la
direction de Sonatrach en 2000 et approuvé par le ministère de tutelle[3] en l’absence
de tout cadre juridique et réglementaire !
Selon la revue américaine The North
Africa Journal du 10 novembre 2010[4], les
compagnies pétrolières la pratiquent
depuis plus de vingt ans dans d’anciens
puits de forages pétroliers abandonnés. Ils
ne sont point répertoriés puisqu’il n’existe
aucune publication le confirmant, ni une
quelconque surveillance, ni monitoring, ni
de tonnes ! Quant aux puits abandonnés, il
n’existe aucune donnée sur le volume de
CO2 injecté. Sonatrach ne fournit aucune
information ! S’est-elle inquiétée d’établir
un inventaire et disposerait-elle de statistiques crédibles ?
Il reste à savoir si cette expérience de
séquestration géologique va être élargie
aux gisements de Rhourde Nouss et Gassi
Touil. Le groupe Sonatrach, Total et Gaz
de France compte mettre en œuvre cette
technologie dans les champs gaziers de
Timimoun, Ahnet et Touat.
Ces gisements ciblés représentent 20%
des capacités d’exportation de gaz de l’Algérie à moyen terme. La récente décision
Lundi 13 octobre 2014 - PAGE
la grande surprise des chercheurs du
Lawrence Livermore National Laboratory,
la migration du CO2 à travers la roche de
couverture dans le site de Krechba. Il a
entièrement occupé l’aquifère salin.
Le Sahara va-t-il continuer à servir de
champ d’expérimentation et de dépotoir au
profit de pays et de laboratoires d’outremer comme ce fut le cas pour B2-Oued
Namous[11] !
Ce sont d’abord les puits d'injection qui
constituent la première source de risque
de fuite à court, moyen et long termes.
Lors de la phase d'injection du CO2 à au
moins 800 m sous terre, ces puits sont
soumis à d'importants écarts de température entre fluide et roche ainsi qu'à la dissolution de matière. Deuxième source de
risque : les perturbations de nature thermo-hydro-mécano-chimique (THMC), qui
pourraient dissoudre la roche-réservoir,
faire varier sa porosité et la fissurer. Les
perturbations THMC seront induites par
l'injection du CO2 à l'état supercritique
(c’est un excellent solvant de la matière
organique), les impuretés associées au
CO2 lors de son captage (oxygène,
oxydes de soufre ou d'azote) et les réactions chimiques avec la roche.
Le dioxyde de carbone (CO2) est plus
lourd que l’air. Il est asphyxiant quand il
chasse l’oxygène. Il est acide lorsqu’il est
dissous. Toute fuite massive de grande
quantité de CO2 dans une zone habitée
peut avoir des conséquences humaines et
écologiques immédiates graves et même
mortelles (asphyxie immédiate des
humains et des animaux). Dans certaines
configurations de fuite et de relief, compte
tenu de la vitesse et des directions prévalentes des vents, le CO2 d'une fuite pourrait se déployer en une chape de gaz irrespirable. Le risque de fuites diffuses n’est
Il faut aussi ne pas oublier la catastrophe, qu’il faut citer à titre
d’avertissement, le fameux forage de Berkaoui [11-12] dans la
wilaya de Ouargla, célèbre par l’immense effondrement qu’il a
engendré suite à une «manœuvre accidentelle» et à une cimentation
et un équipement inadéquats qui ont eu pour conséquences un
effondrement gigantesque et contribué à une salinisation des
nappes supérieures créant un risque certain pour l’existence même
de la ville de Ouargla et la disparition de sa palmeraie.
du gouvernement d’exploiter le gaz de
schiste dans ces champs gaziers laisse
penser qu’elle pourrait viser à trouver de
nouveaux sites de stockage de CO2.
3- Risques de pollution et de contamination de la nappe albienne
L’Algérie semble ne pas mesurer l’impact catastrophique à très long terme du
choix de la séquestration géologique du
dioxyde de carbone, filière qu’elle ne maîtrise point. Aucun pays développé, parmi
les rares qui la pratiquent, ne peut prétendre avoir un retour d’expérience.
La nouvelle publication du Christian
Science Monitor [5] n’a-t-elle pas révélé, à
Références
1- International Energy Agency (IEA).
2- H. Bensaad Séquestration géologique du doxyde de
carbone : enjeu pour l’intégrité territoriale et la souveraineté
nationale.
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2013/05/15/print-41148915.php.
3- M. Keddam, manager, In Salah Gas, 2-nd Symposium on
CCS development and deployment.
Sonatrachhttp://network.carboncapturejournal.com/video/moha
med-keddam-manager-in-1
4- CO2 Sequestration to Expand in Algeria’s Gas
Fieldshttp://www.northafrica.com/mobile/naj_economy/industries_markets/1noveleven
45.html
5- Can we hide carbon dioxide underground? Algeria site offers
donc pas à exclure dans les puits d'injection qui ne seraient plus étanches à cause
de défauts dans la réalisation, du défaut
d’étanchéité des vannes de régulation du
débit de gaz, de la dégradation du cuvelage et de la cimentation des puits suite au
vieillissement des matériaux au contact du
CO2, de la dégradation de l’étanchéité de
la roche-couverture du gisement, de l’apparition de failles ou suite à des tremblements de terre.
De nos jours, aucun expert au monde
n’est en mesure de garantir la préservation
des nappes phréatiques et de la nappe
albienne de la contamination et de la
dégradation irrémédiable par l’injection de
note of caution. MAY 27, 2014
http://www.csmonitor.com/Environment/2014/0527/Can-wehide-carbon-dioxide-underground-Algeria-site-offers-note-of-cau
tion
6- In Salah Fact Sheet: Carbon Dioxide Capture and Storage
Project.http://sequestration.mit.edu/tools/projects/in_salah.html
7- James Kanter, Obstacles to capturing carbon gas. The
International Herald Tribune August 1, 2011
http://www.nytimes.com/2011/08/01/business/global/obstacles-tocapturing-carbon-gas.html?pagewanted=1&_r=0&partner=rss&e
mc=rss
8- En Algérie, étude de l’impact d’une éventuelle fuite de CO2 en
contexte de stockage http://www.brgm.fr/content/algerie-etudeimpact-eventuelle-fuite-co2-contexte-stockage
9- In Salah CO2 Storage JIP: Site Selection Management, Field
Development Plan and Monitoring Overview Wright I. W.,
6
Par Dr Hocine Bensaad
Expert/Consultant en gestion
et prévention des risques
de catastrophe
produits chimiques et la migration du
dioxyde de carbone, du méthane et autres
gaz. Cette contamination risque d’être la
pomme de discorde entre pays maghrébins qui partagent cette richesse commune. Il est utile de rappeler que la nappe
albienne est la plus grande réserve d’eau
douce au monde et constitue donc une
immense réserve d’hydrogène, source
d’énergie du futur stockée naturellement !
Il faut aussi ne pas oublier la catastrophe, qu’il faut citer à titre d’avertissement, le fameux forage de Berkaoui [1112] dans la wilaya de Ouargla, célèbre
par l’immense effondrement qu’il a
engendré suite à une «manœuvre accidentelle» et à une cimentation et un équipement inadéquats qui ont eu pour
conséquences un effondrement gigantesque et contribué à une salinisation des
nappes supérieures créant un risque certain pour l’existence même de la ville de
Ouargla et la disparition de sa palmeraie.
4- Gaz de schiste et dioxyde de
carbone
Une des caractéristiques du gaz de
schiste, c'est son énergie calorifique. Elle
est relativement faible comparée au gaz
naturel, car le gaz récupéré n’est pas pur.
Il renferme en plus du méthane et de l’azote deux produits dérivés particulièrement
problématiques : l’hydrogène sulfuré (H2S)
qui est un gaz acide agressif et le dioxyde
de carbone (CO2) connu pour sa nature de
gaz à effet de serre.
Il faut donc le purifier avant de l’acheminer et de le fournir au client comme cela se
fait pour le gaz conventionnel. Sa liquéfaction sans purification est très onéreuse,
jusqu’à 4 fois son prix de revient.
5- Risques générés de la séquestration du CO2
La notion de risque possède deux
dimensions indissociables : la probabilité
d’occurrence d’un événement et la sévérité
des conséquences de sa réalisation. Analyser les risques, c’est donc répondre aux
questions suivantes :
• Qu’est-ce qui peut mal tourner ?
• Quelle est la probabilité que cela se
produise ?
• Si cela se produit, quelles en seront
les conséquences ?
• Quel crédit accorder aux réponses
données à ces questions ?
Le CO2 n’est pas un gaz inflammable. Il
est plus lourd que l’air et donc susceptible
de s’accumuler au-dessus du sol. En cas
de fuite à travers une brèche dans une
canalisation de transport, à forte concentration dans l’air, il peut causer la mort par
asphyxie. Le CO2 est soluble dans l’eau.
Mathieson A. S., Riddiford F., Bishop, .Energy Procedia 00
(2010) 614–000
10- CO2 Technology Centre Mongstad Project (formerly
European CO2 Technology Centre Mongstad Project).
http://cslforum.org/projects/europeanco2tech.html
11- Note relative aux forages pétroliers convertis en puits d’eau.
http://www.abhs.dz/php/fr/files/note_forage_petrolier_converti.pdf
12- La grande catastrophe pétrolière en Algérie champ de
Berkaoui H80mD120m.3gp
http://www.youtube.com/watch?v=9ZC2r7YJc4Y
http://www.forum-algerie.com/actualite-algerienne/92818-ou-enest-laffaire-okn32-l-effondrement-d-un-forage-realise-par-total-e
n-1978-a.html
13- Essais chimiques B2.Oued-namous.beni-ounif.62-7
http://www.dailymotion.com/video/x5blxn_essais-chimiques-b2oued-namous-ben_webcam.
de carbone en Algérie
Contribution
Le Soir
d’Algérie
Il conduit à une acidification de celle-ci.
Il peut donc provoquer la dissolution de
métaux présents dans le sous-sol et leur
transfert dans l'eau. Ces modifications chimiques au niveau des aquifères profonds
peuvent influencer la qualité des nappes
d'eau moins profondes dont certaines sont
potables. Le plus grand danger, c’est de voir
le CO2 s’échapper dans un ancien aquifère
situé au-dessus du champ gazier suite à
une fissuration liée à l'augmentation de
pression du CO2, ou suite à un tremblement
de terre ou un accident naturel de la croûte
terrestre entraînant la rupture de l'étanchéité du confinement.
Le CO2 peut s’avérer corrosif vis-à-vis
des tubages en acier, des ciments classiques et des roches souterraines (ce qui,
outre le risque de fuite, peut l’amener à
remobiliser des micropolluants minéraux ou
organiques).
Le Lawrence Berkeley National Laboratory indique qu’«au cours de la dernière
décennie, il a été observé un certain
nombre de cas de sismicité induite par l’exploitation du pétrole et du gaz naturel, ainsi
que par l’injection de liquides à haute pression». L’analyse à partir de 2010 des données sismiques et géomécaniques du
réservoir de Krechba a abouti à la décision
de suspendre en juin 2011 l’injection du
CO2, suite à des fuites verticales dans la
roche de couverture (6) dues au volume de
CO2 injecté et à l’accumulation de la pres-
Lundi 13 octobre 2014 - PAGE
ou ayant exercé une activé lors des différentes étapes de forage et d’édification des
différents complexes pétroliers et gaziers
en milieu saharien ? Une carte sanitaire et
un inventaire de l’ensemble des malaises et
Le silence des autorités concernées relève de l’indifférence et de
l’impéritie dans le domaine. Il s’explique par l’absence de législation
et de règlementation propre à l’activité. L’amendement de 2013 à la
loi sur les hydrocarbures est muet à ce sujet. Elle échappe donc au
contrôle et au suivi par les institutions nationales concernées.
sion dans l’aquifère salin [7]. Ces fuites font
suite à celles déjà détectées en 2007 et à la
mise en évidence en 2009 d’une élévation
de la surface du sol suite à l’injection de
CO2. Ce fut l’objet de l’étude commandée
au BRGM pour «évaluer l’impact d’une
éventuelle fuite de CO2 sur le système aquifère du Sahara septentrional, immense
réservoir d’eau douce souterraine qui alimente aujourd’hui trois pays (Tunisie, Libye,
Algérie), et dont une partie est située à la
verticale du gisement gazier[8]». Cette étude
n’a jamais été rendue publique !
Par ailleurs, n’est-il pas logique et impératif de soulever la question sur l’état de
santé des centaines de travailleurs activant
pathologies liés à cette activité en milieu
saharien ne doivent-ils pas faire l’objet
d’une attention particulière et être réalisés
par des équipes multidisciplinaires, y compris pour les populations environnantes ?
6- Silence et absence de mesures
sécuritaires
Le silence des autorités concernées
relève de l’indifférence et de l’impéritie dans
le domaine. Il s’explique par l’absence de
législation et de règlementation propre à
l’activité. L’amendement de 2013 à la loi sur
les hydrocarbures est muet à ce sujet. Elle
échappe donc au contrôle et au suivi par les
institutions nationales concernées. Il existe
7
certes un centre d’enfouissement pilote de
Krechba (In Salah). Il est supervisé par le
«Joint Industry Project (JIP)», associant les
compagnies pétrolières BP (33,15%), Statoil (31.85%) et Sonatrach (35%). Ce JIP
bénéficie d’un cofinancement de 30 millions
de dollars du département de l’Energie des
Etats-Unis (US DoE) et de la DG de la
Recherche de l’UE dans le cadre du sixième Programme-Cadre de recherche et
développement européen (PCRD)[9-10].
La maîtrise du procédé de séquestration
du CO2 (conception, injection, fermeture) a
toujours été gérée par BP et Statoil avec
l’appui de l’Agence internationale de l’Energie (AIE) et les différents laboratoires européens et américains à qui tous les travaux
d’analyse et de recherche sont confiés. Les
seules mesures sécuritaires à prendre sont
celles qui consistent à investir massivement
dans la ressource humaine, à impliquer les
compétences nationales en cessant de les
marginaliser et d’arrêter de livrer le pays à
toutes les expérimentations rejetées ailleurs
en se dotant d’un cadre législatif et réglementaire clair, précis et efficient pour sauvegarder la santé des citoyens, l’intégrité du
territoire et la souveraineté du pays.
H. B.
La quête du Livre
Les grandes œuvres littéraires depuis Homère et Hésiode
jusqu’à nos jours sont, à l’image d’un immense palimpseste
(un livre peut toujours en cacher un autre), en transfusion
perpétuelle, pour ne pas dire un hypertexte en incessante
«perfusion transtextuelle» comme le dirait Gérard Genette,
dans l’optique d’une vision utopique borgésienne d’une «littérature inépuisable» (et qui tiendrait dans un seul Livre,
jamais fini, chaque texte dit «original» renvoie à un texte
antérieur, et que le lecteur recrée à son tour, et ainsi de
suite…), laquelle s’est inspirée de Valéry, un Valéry au plus
fort de sa poétique et qui, dans sa quête de poésie pure ou
absolue, conçoit le poème comme une approximation de l’inaccessible, tous les autres poèmes écrits ou réalisés n’étant
que des versions inachevées du même poème idéal, un seul
grand poème, comme un seul livre unique et inaccessible.
Valery est, à son tour, dans les pas de Mallarmé qui était persuadé qu’il n’y a qu’un seul livre, le livre qu’il a rêvé toute sa
vie d’écrire, et dont «Igitur» et «un coup de dés jamais n’abolira le hasard» ne seraient peut-être que des prémisses à cet
idéal projeté en avant et toujours recommencé. Sans remonter beaucoup plus loin dans le temps de l’écriture, nous pouvons nous arrêter à Nerval, et citer «Aurélia» ou le «livre
infaisable», un livre unique sur les expériences oniriques
continues et la «descente aux enfers» d’un narrateur –
auteur en quête de salut, et nous demander si c’est un livre
achevé ou inachevé.
L’œuvre essentielle de Nerval est un ensemble de fragments très liés les uns aux autres (de Sylvie à Promenades
et souvenirs, en passant par Les chimères, Pandora et enfin
Aurélia) et qui forment un seul poème, une seule œuvre, loin
d’être close sur elle-même, mais résolument ouverte. Est-ce
Aurélia un livre palimpseste de «souvenirs à demi rêvés», un
héritage de Swedenborg, de Dante, d’Apulée ? La raison
écrivant sous les doigts de la folie ou une tentative lucide et
douloureuse de transcrire les expériences d’une longue et
cruelle maladie ? Un long étrange et fascinant poème onirique, unique dans toute la littérature française ? Aurélia est
tout cela et autre chose. C’est un texte extraordinairement
beau et lucide sur une pénible traversée de la folie, une
œuvre ultime qui n’a cessé de nous fasciner.
En remontant la chaîne des grands écrivains et poètes
de toutes les histoires littéraires connues, suivant l’idée borgésienne, on arriverait à un seul immense livre, constitué de
transfusions perpétuelles d’apports poétiques d’auteurs originaux à travers les siècles, alimentant ainsi une espèce de
fontaine de Jouvence pour les esprits en quête d’écriture
capable d’inciter tout lecteur potentiel à produire son propre
poème, qu’il soit en vers ou en prose.
L’exemple de la créativité poétique qui résulterait de cette
communion privilégiée entre le poète et son lecteur, ou l’art
d’établir un lien étroit et subtil entre les expériences multiples
d’une vie et l’art d’écrire, est unique chez Rainer Maria Rilke,
dans son œuvre essentielle qui va des Lettres à un jeune
poète aux Elégies de Duino, en passant par Les carnets de
Malte Laurids Brigge et les Sonnets à Orphée. Ainsi, une
œuvre d’art, qui pourrait être constituée par un livre unique
de poésie pure, exigerait, selon le mot de Rilke, une «volonté de solitude» nécessaire pour celui ou celle qui aurait une
prédisposition pour l’écriture afin d’aller à la rencontre de soi,
de ce qui lui appartient en propre, et transformer cette vie
intérieure, lui donner un sens en l’élevant au rang d’une véritable ascèse à la fois spirituelle et morale mais surtout en
une discipline héroïque d’artiste. Pour ce faire, il faut de la
patience, de l’abnégation et de la souffrance, le temps de
maturation pour cette vie intérieure, un amour de la nature,
un intérêt et une attention particulière aux choses les plus
simples, les plus anodines de la vie qui nous entoure, pour
y découvrir de la grandeur, du merveilleux et du sublime là
où les autres ne verront que du banal.
En parlant d’œuvre d’art, de poésie non pas seulement
au sens consacré du terme, mais en y incluant la poésie des
noms, des personnages et des lieux, qui nous ont marqués
ou qui nous ont vu naître, j’ai une irrésistible envie de parler
de Roland Barthes, le Barthes de La chambre claire et du
Bruissement de la langue. Arrivé au milieu de sa vie (qui
n’est pas comme ou pourrait le croire le milieu chronologique
d’une vie donnée, mais la conséquence d’un événement
important dans sa vie — un deuil cruel — qui pourrait être
tardif comme dans le cas de Barthes), Barthes se sent un
désir impérieux d’écrire une œuvre qu’il hésite à appeler
«roman» ou «essai» ou quelque autre forme d’écriture.
Un événement capital (la mort de sa mère) aurait été à
l’origine de cette mutation chez le critique bien connu,
comme elle l’avait été pour Proust après la mort de sa mère.
Barthes dit, en substance, qu’«un événement (et non plus
seulement une conscience) peut survenir, qui va marquer,
inciser, articuler cet ensablement progressif du travail, et
déterminer cette mutation, ce renversement de paysage,
que j’ai appelé le «milieu de la vie».
Rancé, cavalier frondeur, dandy mondain, revient de
voyage et découvre le corps de sa maîtresse décapitée par
un accident, il se retire et fonde la Trappe. Pour Proust le
«chemin de la vie fut certainement la mort de sa mère
(1905), même si la mutation d’existence, l’inauguration de
l’œuvre nouvelle n’eut lieu que quelques années plus tard.
Un deuil cruel, un deuil unique et comme irréductible, peut
constituer pour moi cette cime du particulier», dont parlait
Proust ; quoique tardif, ce deuil sera pour moi le milieu de
ma vie ; car le «milieu de la vie» n’est peut-être jamais rien
d’autre que ce moment où l’on découvre que la mort est réelle, et non plus seulement redoutable» (Le bruissement de la
langue, éditions du Seuil, 1984, PP.321-22)
A ce point précis, je n’hésiterai pas un seul instant à citer
un autre passage de Barthes, tiré de La chambre claire où il
est dit qu’«un soir de novembre, peu de temps après la mort
de ma mère, je rangeai des photos. Je n’espérais pas la
Par Hacène Saâdi
Maître de conférences à l’université
de Constantine
‘‘retrouver’’, je n’attendais rien de ces photographies d’un
être, devant lesquelles on se rappelle moins bien qu’en se
contentant de penser à lui» (Proust). Je savais bien que par
cette fatalité qui est l’un des traits les plus atroces du deuil,
j’aurais beau consulter des images, je ne pourrais jamais
plus me rappeler ses traits (les appeler tout entiers à moi).
Non, je voulais, selon le vœu de Valéry à la mort de sa
mère, «écrire un petit recueil pour elle, pour moi seul» (peutêtre l’écrirai-je un jour, afin qu’imprimée, sa mémoire dure au
moins le temps de ma propre notoriété).
De plus, ces photos, si l’on voit ma mère jeune marcher
sur une plage des Landes et où je «retrouvais» sa
démarche, sa santé, son rayonnement mais non son visage,
trop lointain — ces photos que j’avais d’elle, je ne pourrais
pas dire que je les aimais : je ne me mettais pas à les
contempler, je ne m’abîmais pas en elles. Je les égrenais,
mais aucune ne me paraissait vraiment ‘‘bonne’’ : ni performance photographique, ni résurrection vive du visage aimé.
Si je venais un jour à les montrer à des amis, je pouvais douter qu’elles leur parlent.» (La chambre claire, GallimardSeuil, 1980, PP.99-100). Je trouve infiniment plus de tendresse dans ces pages de La chambre claire (et les suivantes que j’invite le lecteur à lire dans le livre éponyme de
Barthes) à propos de la découverte (la découverte de la
mère, en sa qualité et singularité — en tendresse et en
amour — de mère aimée, dans une photographie d’elle à
l’âge de cinq ans, près du Jardin d’Hiver à ChennevèresSur-Marne) de la perte cruelle d’un être cher, que la redécouverte (parce qu’un geste, un événement imprévu ou accidentel a fait jaillir le sentiment) chez Proust de la perte cruelle de la grand-mère (la grand-mère du narrateur).
Il y a bien sûr des pages sublimes chez Proust sur la
mort de sa grand-mère (amalgamée subtilement avec celle
de sa mère, survenue en 1905), mais cette douleur
(impromptue, fruit de la résurrection d’un passé qui n’est pas
mort) est plus lointaine, beaucoup plus effacée que celle
récente (deux années à peine au moment où il écrivait son
texte) et dévastatrice de Barthes.
En rêvant du livre à venir, de l’effort d’imagination pour le
concrétiser, et produire ainsi un pur éclat poétique, ce qui est
loin d’être le cas dans ma condition présente, j’ai fini par me
percevoir comme quelqu’un qui se surprend toujours dans
cette attitude de celui qui regarde, dans une rêverie sans fin,
l’ombre des nuages courir sur la campagne un matin d’automne, semblable en cela à l’ombre de son imagination qu’il
n’arrive pas à fixer sur la page désespérément blanche. A
défaut d’œuvre (absence d’œuvre), il nous reste à écrire sur
le désir de l’œuvre.
H. S.
Régions
Le Soir
d’Algérie
Les propriétaires de fusils de chasse à Bouira
ne voient rien venir
MALGRÉ LES ENGAGEMENTS DE BELAIZ
Lundi 13 octobre 2014 - PAGE
En effet, selon le porte-parole
de ces propriétaires, Guerrache
Abdelkader, «alors que le ministre
de l’Intérieur s’était solennellement
engagé à restituer les armes à
leurs propriétaires et dans toutes
les wilayas avant le 31 décembre
2014, à Bouira et malgré les promesses des responsables locaux
quant à la concrétisation de ces
promesses, rien n’est venu pour
nous rassurer».
Selon notre interlocuteur qui
s’exprimait devant l’ensemble des
propriétaires de fusils de chasse ce
dimanche, malgré l’affichage la fin
du mois de septembre d’une liste
de 240 fusils à restituer à leurs propriétaires, l’opération traîne et à ce
rythme, «nous ne voyons pas comment les responsables pourront
nous restituer nos armes qui se
chiffrent à 8 500 fusils» dira-t-il.
Aussi, et c’est parce que, mathématiquement,
pour
les
dix
semaines qui nous séparent du
nouvel an, il faudrait restituer au
moins 850 fusils de chasse par
DIRECTION DE L’ACTION SOCIALE
ET DE LA SOLIDARITÉ D’EL-TARF
12 projets sur la bande
frontalière non lancés
sans raisons objectives
Il ressort des chiffres avancés par les responsables de la direction de
l’action sociale et de la solidarité, lors du dernier conseil de wilaya consacré à la bande frontalière que l’ensemble des projets relevant du secteur
en question et touchant plusieurs mechtas des communes de Bouhadjar,
Aïn El-Karma et Bougous, sont au point mort , à savoir 0% du taux physique de réalisation et 0% du taux de consommation des montants
alloués. En effet, les projets concernent entre autres l’assainissement des
réseaux des eaux usées, l’entretien des routes reliant les mechtas au
chef-lieu des communes et le captage d’eau potable. Ainsi ce sont 12
projets qui relèvent du programme de développement des communes
(DEV-COM) et des activités utiles d’intérêt général à haute utilisation de
la main-d’œuvre (TUP-HUMO) qui ne sont pas encore lancés, sans que
les responsables de ce secteur névralgique ne fournissent des raisons
objectives pour de tels retards, impactant, cependant, sur le quotidien des
citoyens de la bande frontalière, seul rempart contre la prolifération des
armes et la contrebande d’une multitude de produits, dont les carburants.
Daoud Allam
SOUK AHRAS
Des égouts à ciel ouvert au niveau
de la cité Lalaouiya
Il faut le dire, les riverains de la cité Lalaouiya au chef-lieu de la wilaya de
Souk-Ahras font face depuis plusieurs semaines à un véritable problème d’insalubrité publique. Des eaux usées sont déversées tout au long de la chaussée en allant de la cité 26-Avril vers le centre-ville en passant par le populeux
quartier appelé communément Souk Lalaouiya, à quelques encablures des 60
logements LSP. Les odeurs émanant des égouts et les eaux usées qui sont déversées
H24, laissent croire que les canalisations sont complètement éventrées laissant les eaux usées se répandre dans la nature. Aussi paradoxal que cela
puisse paraître, ces anomalies qui perdurent dans le temps ne cessent d’incommoder les passants qui ne peuvent emprunter ce passage sans fermer les
yeux et se boucher les narines. Les habitants de ce quartier qui ne savent plus à quel saint se vouer s’inquiètent des risques des maladies à transmission hydrique et du danger de
contamination du réseau de l’eau potable, du fait que ce dernier se trouve à
quelques mètres du réseau d’assainissement. Face à cette situation inextricable qui ne fait qu’attiser la grogne du humble citoyen, les élus locaux et les
services concernés continuent manifestement de faire la sourde oreille et persistent à briller par leur absence sur le terrain et les exemples sont multiples.
Yacine Barour
SIDI-BEL-ABBÈS
Des étudiants adhérents à la SNE
bloquent l’entrée du rectorat
Dans la matinée d’hier, des étudiants affiliés à la SNE (Solidarité nationale
estudiantine) ont, selon nos sources, bloqué l’entrée du rectorat de l’Université
Djilali-Liabès de Sidi-Bel-Abbès, empêchant le personnel et les enseignants d’y
accéder. Selon certains, les manifestants exigeaient de meilleures notes pour
leurs pairs n’ayant pas réussi leurs modules du deuxième semestre. Mais, selon
le doyen de la Faculté des sciences de la nature et de la vie où les notes étaients
contestées, il s’agirait plutôt d’autres revendications, à savoir le transport, la
bibliothèque, l’internet, etc. et les contestataires provenaient de différentes facultés de l’université, selon lui.
En tous cas, tôt dans la matinée, les esprits surchauffés, les étudiants ont
tenté de fermer la grille de l’entrée. Ce qui a fait réagir les agents en charge qui
feront tout pour les empêcher et permettre au personnel d’entrer. Selon nos
sources, le chef de sécurité, un agent de sécurité et un cadre de l’université ont
été blessés. A la vue des gendarmes venus en renfort, les manifestants auraient
pris la fuite.
A. M.
Photo : DR
Encore une fois, ils étaient ce dimanche des centaines
de propriétaires de fusils de chasse à se donner rendezvous à la place des Martyrs du chef-lieu de la wilaya de
Bouira, pour se concerter et décider ensemble des actions
à entreprendre au cas où les pouvoirs publics à l’échelle
locale continuaient dans leurs tergiversations.
semaine et au rythme actuel, la
chose relève du domaine de l'impossible. Ces propriétaires crient
toute leur indignation quant à ces
fausses promesses que l’on tienne
aux vieux dont certains sont des
Les propriétaires de fusils de chasse hier à la place des Martyrs de Bouira.
8
moudjahidine ayant participé à la
guerre de Libération nationale.
Aussi, hier, le rassemblement
de ces centaines de propriétaires
était un ultime appel aux responsables locaux et nationaux pour
activer la procédure et rendre les
fusils de chasse à leurs propriétaires.
Et cela sans tergiversations
puisque, sur place, des témoins
parlent de plusieurs anomalies
dans cette opération, avec certains
convoqués qui n’ont pas trouvé
leurs fusils, d’autres à qui l’on a
restitué des fusils autres que le
leur, et d’autres encore qui ont été
convoqués mais qui se sont
bataillés pour pouvoir récupérer
leur véritable fusil.
Y. Y.
L'emploi sous la loupe
Une commission a été installée pour servir de cadre de
concertation et de coordination
entre les nombreux intervenants dans le secteur de l’emploi et de réceptacle à toutes
les réflexions capables de stimuler le rythme de recrutement
au niveau de la wilaya.
Dans le cadre de la collecte des
informations relatives au secteur de
l’emploi, notamment sur le plan de la
demande et de l’offre, en sus des possibilités potentielles d’embauche garanties par les secteurs économiques,
administratifs, ou de services, une commission locale de l’emploi a été installée
à Relizane, en marge d’une réunion
RELIZANE
consacrée à l’examen de la situation de
l’emploi et des perspectives d’embauche à la faveur des différents dispositifs d’emploi mis en place par les pouvoirs publics au profit des jeunes chômeurs avec ou sans diplômes. Selon le
chef de l’exécutif de la wilaya, cette
commission va servir de cadre de
concertation et de coordination entre les
nombreux intervenants dans le secteur
de l’emploi et de réceptacle à toutes les
réflexions capables de stimuler le rythme de recrutement au niveau de la
wilaya.
Cette dernière sera également appelée à contribuer à la mise en place des
conditions susceptibles de favoriser la
création d’opportunités de travail au profit des jeunes en quête d’emploi au
cours de la cérémonie d’installation de
cette structure, composée de représentants des organismes publics d’emploi,
des secteurs techniques et des structures financières. Elle a aussi, pour mission de «booster» les programmes
d’emploi affectés annuellement à la
wilaya, de faciliter l’exécution des dispositifs introduits à l’effet d’encourager le
recrutement des jeunes ainsi que la promotion des initiatives locales en matière
d’emploi. Rappelons que l’Agence
nationale de l’emploi s’est dotée d’un
nouveau siège situé à la cité DNC, à
800 mètres du chef-lieu de wilaya, ce
qui va permettre aux employés de cette
structure publique de travailler dans les
meilleures conditions.
A. Rahmane
au bord de l'oued Mina, avec une vue
prenante sur la palmeraie, au-dessus
d'une nappe, dit-on, assez importante
qui servait, il y a encore quelque
temps, au remplissage de la piscine
municipale, située à proximité ainsi
qu'à l'alimentation en eau potable des
habitations de ce périmètre verdoyant.
Notre interlocuteur nous rappelle
une tentative de changement de statut du jardin public en lotissement
dans les années 1990 et ce n'est que
grâce à une opposition énergique et
efficace des associations locales de
protection de la nature et des riverains
que le projet a été abandonné.
«La sauvegarde, la réhabilitation
et la protection de ce lieu de détente
sont l'affaire de tous et nous sommes
prêts à contribuer matériellement pour
ce faire», conclura ce citoyen, volontaire à plus d'un titre, qui nous a remis
un document relatant l'historique de
ce jardin public centenaire.
Au sens de la législation en matière d'environnement, ce patrimoine
devrait être, en principe, classé.
A. R.
L’unique jardin public en état d’abandon
Un responsable d'une association de protection de la nature se confie au journal, Le Soir
d’Algérie, pour dénoncer l'état
d'abandon dans lequel se trouve l'unique jardin public communal de la ville de Relizane.
Cet espace vert, jadis utilisé par
les familles relizanaises comme lieu
privilégié de repos et de loisirs où se
confondaient les miracles de la nature
en faune et flore, se trouve dans un
état de désolation servant de refuge
aux SDF et autres délinquants. Situé
GUELMA
Important dispositif médical dans le milieu
des réfugiés subsahariens
Le camp des réfugiés subsahariens, qui
sont en majorité des Nigériens, se trouve au
lieu-dit Bab Annaba, dans le prolongement de
la gare routière. Il constitue un risque majeur
qui pourrait poser un problème de santé
publique.
«Le dispositif médical
préventif déployé par la
Direction de la santé de la
wilaya a pour mission prioritaire, en coordination avec
les services de la Protection
civile et ceux de la DAS,
d’apporter un soutien aux
réfugiés subsahariens de
Guelma.
Dans ce cadre, plusieurs
patients ont été consultés et
suivis par des équipes
médicales
du
secteur
public», a déclaré M.
Bouhenna, directeur de la
santé de Guelma au cours
d'un entretien qu'il nous a
accordé dimanche.
«Cette opération, qui se
déroule
essentiellement
dans le camp de ces réfugiés, a montré qu’il fallait
impérativement organiser
des campagnes de vaccination, notamment contre la
rougeole», a-t-il indiqué en
précisant que 168 patients
ont été déjà vaccinés.
Selon les spécialistes, il
s'agit de lutter contre cette
maladie infectieuse éruptive
et qui risque de causer de
sérieux
problèmes
de
santé.
Le directeur de la santé
a également rendu un hommage aux médecins et infirmiers de l'EPSP de Guelma
et ceux de la cellule médicale de proximité de la DAS
pour les efforts soutenus
qu'ils déploient au service
de cette population en difficulté. Le camp de ces réfugiés subsahariens, qui sont
en majorité des Nigériens,
se trouve au lieu-dit Bab
Annaba, dans le prolongement de la gare routière.
Il constitue un risque
majeur qui pourrait poser un
problème
de
santé
publique. Il s'agit incontestablement d'une opération
salutaire des services de la
santé, qui ont donc su
répondre très rapidement à
cette situation qui aurait pu
devenir une urgence sanitaire.
Noureddine Guergour
Monde
Le Soir
d’Algérie
Un SOS des autorités maliennes à l’ONU
Lundi 13 octobre 2014 - PAGE
À LA VEILLE DE LA REPRISE DU DIALOGUE INTERMALIEN D’ALGER
Si tout se déroule comme convenu, le dialogue intermalien devrait
reprendre le 15 octobre à Alger. La situation sécuritaire au Nord-Mali et le
climat dans la région et ailleurs ne sont pas faits pour faciliter l’avancement dans la résolution du problème malien. Les «djihadistes sont de
retour», avertit le MAE malien, qui appelle à l’aide l’ONU et réclame le
déploiement d’une force d’intervention rapide.
Il était clair pour beaucoup d’observateurs et surtout aussi pour l’Algérie, qui
supervise le dialogue intermalien, que ce
dialogue allait être difficile et long. Peu,
toutefois, pensaient que le Nord-Mali
allait connaître un embrasement et un
retour en force des djihadistes.
Encouragés sans doute par l’émergence de Daesh, par son implantation et
son développement en Irak, en Syrie, en
Libye et son éclosion en Algérie, les
groupes terroristes ont fait la démonstration qu’ils sont toujours présents au Mali
et qu’ils peuvent frapper à tout moment.
Depuis début octobre, neuf Nigériens et
un Sénégalais de la Mission des Nations
Unies au Mali (Minusma) ont été tués
dans des embuscades au Nord-Mali.
Ce ne sont pas les seuls « faits
d’armes» enregistrés par les groupes
armés. Les autorités maliennes sont bien
obligées de reconnaître que leur armée
ne peut faire face comme ne peuvent
apparemment faire face aux conditions
actuelles de déploiement, ni la Minusma
ni les forces françaises de Barkhane.
Devant une situation qualifiée par certains commentateurs maliens de «bourbier», un appel à l’aide, mieux encore, un
SOS a été lancé – par vidéoconférence –
depuis Bamako mercredi 8 octobre par
Abdullaye Diop le ministre des Affaires
étrangères en direction du Conseil de
sécurité de l’ONU pour demander que la
Mission des Nations Unies qui compte 12
000 hommes soit plus étoffée dans le
nord du pays et qu’elle soit plus offensive
pour aller «identifier les foyers d’insécurité et les éliminer». «La menace, avertit-il,
ne concerne pas que le Mali mais tout le
Sahel et le terrorisme est présent au
Nigeria, en Irak, en Syrie».
En direction de la France qui a près de
3 000 soldats présents au Mali, au
Burkina Faso, au Niger et au Tchad dans
l’opération Barkhane, le Premier ministre
malien relève que la France a réduit sa
présence militaire au Nord-Mali et partant, le retour des actions terroristes a
quelque peu été rendu possible.
TURQUIE
Au Conseil de sécurité comme à la
France les autorités maliennes demandent donc que la mission d’intervention
soit plus importante et qu’elle bénéficie
de plus de ressources en soldats et en
moyens matériels. Pour l’heure, et en
réponse à cet appel malien, François
Hollande a demandé, selon un communiqué de l’Elysée, aux forces françaises de
l’opération Barkhane de poursuivre la
traque des groupes armés terroristes,
«responsables des attaques meurtrières
contre les unités de la Mission des
Nations Unies au Nord du Mali».
Selon ce même communiqué, le chef
d’Etat français «réaffirme la détermination
de la France à assumer toutes ses responsabilités dans la lutte contre les
groupes armés terroristes qui menacent
la paix et la sécurité, en Afrique comme
au Moyen-Orient».
De son côté, Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint de l’ONU aux opérations de maintien de l’ordre, a assuré que
l’ONU compte bien renforcer les moyens
de protection et d’action de ses Casques
bleus au Mali et certains diplomates
avancent que la Minusma devrait recevoir
des hélicoptères de transport et d’attaque
; des véhicules blindés supplémentaires
et des drones à long rayon d’action.
Si ce nouveau déploiement, ce renfor-
Erdogan appelle le Parlement à renforcer
la répression contre les émeutes
«La République de Turquie
ne serait pas un Etat si elle
n'était pas capable de faire plier
quelques voyous. Ils brûlent
mais ils en paieront le prix.
Nous allons faire plus», a promis M. Erdogan, lors d'un discours prononcé à Bayburt
(nord-est). Lors d'un discours
prononcé samedi soir dans la
Photo : DR
Le gouvernement turc
va renforcer son arsenal
législatif pour réprimer les
violences lors des manifestations,
après
les
émeutes pro-kurdes qui
ont agité le pays cette
semaine,
a
indiqué
dimanche le président
Recep Tayyip Erdogan.
Recep Tayyip Erdogan.
ville voisine de Rizé, le chef de
l'Etat a souhaité que le
Parlement se saisisse d'un nouveau projet de loi dès la semaine prochaine, afin de «nettoyer
rapidement les rues de ces vandales».
De violentes manifestations
pro-kurdes ont agité cette
semaine la Turquie, pour
dénoncer le refus du gouvernement d'Ankara de venir militairement en aide à la ville frontalière
syrienne de Aïn El-Arab
(Kobané), peuplée en majorité
de Kurdes, assiégée par les éléments de l'organisation autoproclamée Etat islamique (Daech).
Ces émeutes ont fait 34
morts et des centaines de blessés, selon le bilan dressé vendredi par le ministre turc de
l'Intérieur, Efkan Ala. Ils menacent de faire dérailler le processus de paix engagé il y a deux
ans, entre le PKK et Ankara.
9
cement paraît nécessaire, il n’est cependant pas suffisant. A la veille de la tenue
des négociations d’Alger, des voix de plus
en plus nombreuses se font entendre
comme celle du Premier ministre malien
qui déclarait, à l’Assemblée nationale
française, la semaine dernière, qu’un
accord avec les groupes armés ne pouvait signifier le règlement de la question
du terrorisme.
Comment, en effet, distinguer ceux qui
sont réellement pour l’intégrité du territoire malien et contre les actions armées et
qui, malgré leur signature des accords de
Ouagadougou, ne semblent pas prêts à
abandonner leur volonté de partition ni
pour certains leur objectif final d’instauration d’un régime pas si étranger à celui
que veulent installer les idéologues de
l’Etat islamique ?
Même si beaucoup de monde s’accorde à dire qu’Alger a fait un travail remarquable jusque-là pour mettre autour
d’une table tous les protagonistes
maliens, les superviseurs algériens de
ces négociations, qui devront s’ouvrir
cette semaine dans la capitale si tout va
bien, devront déployer des efforts colossaux pour maintenir l’espoir que tout n’est
pas perdu, malgré une conjoncture très
différente du round dernier.
Khedidja Baba-Ahmed
LIBYE
21 morts et plus de 60 blessés
dans des affrontements
tribaux à Tripoli
Au moins 21 personnes ont été tuées et plus de 60 autres blessées
depuis samedi dans des affrontements tribaux à l'ouest de Tripoli, selon
une source hospitalière. Cette source à l'hôpital de Gharyan, citée par
l'agence libyenne Lana, a indiqué que les victimes ont été transférées
depuis samedi, sans préciser s'il s'agissait de civils ou de miliciens.
Selon des témoins cités par l'AFP, des milices de Zentan (170 km
au sud-ouest de Tripoli) ont lancé samedi une attaque sur la ville voisine de Kekla, qui soutient leurs rivaux de «Fajr Libya», une coalition
hétéroclite de milices notamment islamistes et de la ville de Misrata
(200 km à l'est de Tripoli).
Fajr Libya avait chassé les Zentanis de Tripoli en août, à l'issue de
plusieurs semaines de combats meurtriers. Les milices de Zentan
contrôlaient alors une grande partie de la capitale, dont l'aéroport international. Après Tripoli, Fajr Libya a élargi ses opérations militaires à
l'ouest de la capitale, dans la région de Ouercheffana, alliée des
Zentanis et accusée d'abriter des fidèles de l'ancien régime de Maâmar
El Gueddafi. La Libye continue à vivre un conflit armé dans plusieurs
de ses villes notamment à Tripoli (ouest) et Benghazi (est) entre des
milices armées qui visent le pouvoir ainsi qu'une profonde crise politique entre le courant libéral et celui d'obédience islamique.
Soir Corruption
Le Soir
d’Algérie
Lundi 13 octobre 2014 - Page
10
Le Soir d’Algérie - Espace «Corruption» - E.mail : soir_ [email protected]
Du népotisme au clientélisme en passant
par la rétrocession des services
LES POTS-DE-VIN
La corruption est un phénomène qui a pris au cours de ces dernières années des proportions inquiétantes, l’Algérie étant un des
pays les plus touchés. Il faut développer pour chaque pays des stratégies spécifiques et adaptées aux formes et dimensions
historiques que prend le phénomène dans chacun de ces pays. Mais pour combattre ce phénomène, encore faut-il l’identifier au
mieux, en indiquant une définition du concept, pour mieux en mesurer les dimensions afin de produire des indicateurs, qui
permettent d’appréhender ses formes, ses manifestions et ses mécanismes.
Il y a un accord général sur les
situations qui favorisent la corruption.
Cependant pour la combattre efficacement, il faut s’attaquer aux racines
du mal. Il est essentiel de comprendre les motivations de ceux qui
offrent les pots-de-vin, ainsi que
celles de ceux qui sont les victimes
de la corruption des autres. On peut
établir quatre catégories générales :
Catégorie 1. Un pot-de-vin peut
être payé pour (a) obtenir une ressource rare, ou (b) éviter de payer
des frais.
Catégorie 2. Un pot-de-vin peut
être payé pour accéder à un service
qui n’est pas rare, mais qui n’est
accessible qu’à travers le pouvoir
discrétionnaire des agents de l’administration.
Catégorie 3. On peut être soudoyé ou recevoir un pot-de-vin non
pas pour obtenir un bénéfice précis
mais pour accéder par exemple à
une source d’information classée ou
particulière, ou bien pour pouvoir
accélérer ou détourner la procédure
habituelle.
Catégorie 4. Un pot-de-vin peut
être payé pour (a) l’accès exclusif à
un service ou produit, ou (b) imposer
des frais supplémentaires à un autre.
Identification, classification et
signification des catégories
La catégorie 1 comprend toute
décision bureaucratique par laquelle
celui qui offre le pot-de-vin obtient un
avantage, en privant un autre. Par
exemple, l’accès à des permis d’importation ou d’exportation, à l’octroi
de devises étrangères, à un contrat
avec un gouvernement ou l’obtention
d’une franchise, de concessions
gérant une opération illégale paie les
forces de l’ordre pour faire des descentes sur ses concurrents ; ou le
patron d’une entreprise légitime
cherche à faire imposer une réglementation sévère et injuste sur ses
concurrents, ou pousse les agents
publics à refuser une licence commerciale à un concurrent potentiel.
Le pouvoir des monopoles
pétrolières ou minérales, à l’allocation de terrains appartenant à l’Etat, à
l’achat de sociétés récemment privatisées, à des capitaux sous contrôle
de l’Etat, à des permis commerciaux
limités par des quotas, à des allocations ou facilités d’obtention d’un
logement financé par l’Etat, à des
subventions diverses ou à la protection renforcée d’une affaire par la
police. Il peut aussi exister, pour chacun de ces exemples, une concurrence entre ceux qui offrent les potsde-vin — parfois créée ou manipulée
par les bureaucrates ou les politiciens. Si les agents de l’administration ont le pouvoir discrétionnaire
d’élaborer des programmes, ils peuvent créer des pénuries, ou demander une «sur-allocation» de ressources (un phénomène appelé
«l’extension des ressources») pour
leur propre bénéfice.
La catégorie 2 couvre tout ce qui
touche à la réduction des taxes ou
l’extorsion de paiements plus élevés
en l’absence de contraintes sur le
revenu fixe ; la dispense du paiement
de taxes douanières au non- contrôle
des prix ; l’attribution de permis ou de
licences aux «mieux» qualifiés ; l’accès illimité aux services publics (l’habilitation) ; des affectations dans la
fonction publique ; le favoritisme
dans l’application de la loi (surtout
dans le cas de crimes de cols blancs
sans victime) ; l’accord de l’APC
(mairie) pour un objet de construction
; de la non-application des lois
concernant la sécurité ou l’environnement. Le pouvoir discrétionnaire
bureaucratique peut mener à l’extorsion de pots-de-vin. Tout en acceptant des paiements de la part des
entreprises pour leur protection, la
police peut aussi payer des gangs
pour les menacer. De la même
manière, un homme politique peut
A propos de la corruption
dans les services publics
L’hypothèse de base sur
laquelle fonctionne en principe le
service public est la primauté de
l’intérêt général sur les intérêts
particuliers de manière à assurer
sans discrimination à l’ensemble
du public l’accès aux services de
base. Dans cette perspective,
l’agent public, homme politique
ou fonctionnaire, doit rester
impartial, objectif et privilégier,
dans l’exercice de ses fonctions,
les principes de désintéressement et d’intérêt général. Traditionnellement, face à ce principe,
on définit la corruption comme
«un abus du pouvoir dont on est
investi à des fins (de profit) personnelles».
Au-delà de toute considération morale, si cette définition
opérationnelle est suffisamment
large pour englober une grande
partie des pratiques de corruption, la tentative de définir la
notion de corruption doit mettre
en évidence le fait que :
- la prise de décision ne doit
pas être influencée par des
considérations personnelles ou
familiales et qu’une «distance
saine» doit être respectée à cet
égard ;
- la corruption se manifeste
dans le secteur public autant que
dans le secteur privé ;
- la corruption désigne un
ensemble très large de pratiques
et concerne toutes sortes de
fraudes telles que le détournement des deniers publics, la
concussion, etc.
- la définition de la corruption
doit inclure les notions de corruption passive et de corruption
active et désigne autant le fait de
donner que de recevoir des potsde-vin ou autres avantages.
Nous pouvons reformuler
ainsi la définition de la corruption
: «La corruption est le fait, pour
un agent public ou privé, de donner ou recevoir indûment un
bénéfice personnel (argent, présent ou autre avantage) afin de
s’assurer un traitement préférentiel dans l’exercice de sa fonction
(officielle)».
Dans la pratique, les acteurs
concernés ont une perception
«subjective» de la notion de corruption et il est important de
prendre la manière dont ils perçoivent la notion de corruption
comme point de départ de toute
stratégie visant à promouvoir des
changements de comportement.
Les acteurs concernés reconnaissent-ils ces principes ? Les
fonctionnaires en particulier,
reconnaissent-ils la nécessité de
privilégier la recherche du bienêtre public et comment perçoivent-ils «la corruption» ?
Il est donc évident que toute
initiative de lutte contre la corruption doit tenir compte des perceptions individuelles des personnes dont on cherche à modifier le comportement.
L’étape initiale consiste à
susciter la prise de conscience
d’une norme de conduite acceptable, ainsi qu’une compréhension approfondie des conséquences de la corruption.
D. H.
menacer de soutenir des lois imposant des frais supplémentaires aux
sociétés, ou leur accorder des privilèges moyennant le paiement de
pots-de-vin.
La catégorie 3 comprend tout ce
qui concerne l’amélioration des services plus que l’obtention d’un bénéfice ou d’un avantage en soi. Par
exemple, l’information classée sur
les spécifications d’un contrat, un
service plus rapide, une bureaucratie
réduite, un avis préalable d’une descente de police, ou une vérification
comptable favorable à une baisse
d’impôts. Le bureaucrate peut créer
une situation favorable aux pots-devin, en introduisant par exemple des
délais inutiles, ou en imposant des
critères rigides aux demandes d’un
service.
La catégorie 4, comme la première, génère des gagnants et des perdants. Par exemple, une personne
Pour les catégories 1 et 4 qui
génèrent des perdants l’organisation
des «soudoyeurs» potentiels peut
être importante pour déterminer la
taille et l’ampleur de la corruption. S’il
n’y a qu’un petit nombre de bénéficiaires potentiels, ils peuvent se partager le marché de façon monopolistique et présenter un front uni aux
administrateurs, évitant ainsi le versement de pots-de-vin.
Ces exemples montrent bien
pourquoi l’élimination de la corruption
ne devrait pas être une fin en soi. Un
programme qui réduit la corruption,
mais qui en même temps encourage
la monopolisation d’un secteur, aura
peu d’impact bénéfique sur la société. Les profits se trouveront dans les
coffres des monopolisateurs, au lieu
des poches des agents de l’administration. Si en plus le monopolisateur
fait partie d’une organisation criminelle internationale — ou d’une
société étrangère — le transfert de
ses gains à l’étranger ne rapportera
aucun bénéfice à l’économie domestique. Par ces exemples on voit que
le problème réside non seulement
dans la corruption, mais aussi dans
les monopoles qui engendrent la
perte d’argent.
Djilali Hadjadj
COMMENT SE MANIFESTE
LA CORRUPTION ET QUELLES
MÉTHODES SONT UTILISÉES ?
Les méthodes appliquées, remarquablement similaires un peu partout, comprennent :
- les relations familiales, professionnelles
et personnelles ;
- la corruption politique, par les dons
au financement des campagnes électorales, etc. ;
- les ristournes illégales dans les contrats
gouvernementaux (et dans des souscontrats de consultants) ;
- les fraudes de toutes sortes.
Dans les services publics (comprenant
les fonctionnaires nommés et les élus), on
trouve les pratiques suivantes :
- la «vente» du pouvoir discrétionnaire
des ministres ;
- un certain pourcentage empoché par des
agents publics sur les contrats gouvernementaux, souvent transféré directement
sur des comptes bancaires à l’étranger ;
- «l’hospitalité» excessive, et autres avantages divers, que reçoivent les agents
publics de la part des bénéficiaires des
contrats gouvernementaux (par exemple,
des bourses d’université à l’étranger pour
leurs enfants) ;
- les contrats gouvernementaux qui béné-
ficient aux agents publics eux-mêmes,
en tant que «consultants» ou à travers
des «sociétés-écrans» ou des «partenaires» inexistants ;
- les voyages inutiles à l’étranger pour
lesquels les agents publics fixent euxmêmes leurs indemnités, souvent exagérées ;
- la perspective du pouvoir, utilisée par les
partis politiques pour lever des recettes,
sur les entreprises internationales en particulier (prenant la forme d’une donation à
une «œuvre de charité» ou un «hôpital»
ou un «établissement humanitaire» ;
- le chantage exercé par les forces de
l’ordre en menaçant d’amendes contre le
paiement d’un pot-de-vin (le pot-de-vin
ne coûtant guère moins que l’amende) ;
- l’insistance de la part des agents publics
pour qu’on les paie ou pour qu’ils accélèrent une procédure pour la délivrance,
par exemple, de permis de conduire, permis commerciaux ou le contrôle de passeports ;
- le versement hebdomadaire ou mensuel d’une somme d’argent à son supérieur par l’agent public.
D. H.
Cette saison, Aboubakar Rebih,
l'attaquant du CRB, s'est vu
confier plus de responsabilités et
lors des derniers entraînements, le coach français Victor
Zvunka l'a placé à un poste
inédit de N° 10. Au Chabab,
Rebih est aussi chargé de tirer
les coups-francs et il faut dire
qu'il a une belle patte gauche
mais il ne réussit pas toujours à
cadrer ses frappes. A la fin d'une
séance de récupération, nous lui avons
rappelé que le spécialiste des coups de pied arrêtés, en
l'occurrence Michel Platini, a déclaré qu'il devait sa légendaire réussite à un travail acharné et qu'il prolongeait ses
entraînements en s'exerçant à tirer des ballons avec un
mur de mannequins en bois et un gardien en...chair et en
os. Réponse d'un Rebih réaliste : «Mais où voulez-vous
que je travaille ? D'abord le club n'a pas de mannequins.
Ensuite, le CRB n'est pas propriétaire du stade et c'est
tout juste si on nous réserve des créneaux. L'autre jour,
j'ai tardé à quitter le terrain à peine de dix minutes qu'un
responsable est venu m'inviter à sortir rapidement parce
que les joueurs de l'OMR s'apprêtaient à s'y entraîner.
Alors ne comparons pas l'incomparable.»
H. B.
La piste Benchikha
écartée
ASO CHLEF
La direction de l'ASO Chlef a écarté la piste de l'entraîneur Abdelhak Benchikha, qui était pressenti pour succéder à Meziane Ighil, dont le contrat a été résilié, a indiqué
Abdelkrim Medouar, le porte-parole du club de Ligue 1. «Il
est vrai que nous avons souhaité engager Benchikha,
mais ce dernier, qui vient partir du Raja Casablanca (Div.
1, Maroc), est confronté à des problèmes personnels ne
lui permettant pas de reprendre le travail de sitôt», a
déclaré le responsable chélifien samedi soir au micro de la
télévision algérienne. Medouar a fait savoir que l'équipe
dirigeante de l'ASO est toujours à la recherche d'un technicien répondant au profil souhaité pour lui confier la barre
technique de sa formation. L'ASO et Ighil ont procédé à
une «résiliation à l'amiable» du contrat liant les deux parties mardi dernier. Le club a justifié cette mesure par des
«problèmes familiaux ayant empêché l'entraîneur d'assurer sa mission». En attendant la nomination d'un nouvel
entraîneur, c'est le coach assistant Lamine Kebir en compagnie de l'entraîneur des gardiens de but, Sid Rouhou
qui assurent l'intérim. L'ASO a réalisé un très mauvais
départ en championnat. Elle occupe l'avant-dernière place
au classement après six journées de compétition. Ighil est
le cinquième coach à quitter son club depuis le début du
championnat de Ligue 1. Alain Michel (JS Saoura),
Mohamed Mekhazni (RC Arbaâ), Cherif El-Ouezzani (MC
Oran) et Hugo Broos (JS Kabylie) ont, soit démissionné,
soit été limogés en cette entame de l'exercice 2014-2015.
USM BLIDA
Mehdi Benaldjia a négocié
avec Mohamed Douidène
L’ex-attaquant
de
l’USM Alger, Mehdi
Benaldjia, a négocié avec
Mohamed Douidène, président de la formation blidéenne, quant à un éventuel enrôlement dans
l’équipe de la ville des
Roses. C’était la veille du
match contre Batna.
En effet, Benaldjia
devait rejoindre en début
de saison la maison blidéenne mais a préféré
tenter sa chance avec
une équipe portugaise, laquelle expérience qui ne s’est
pas concrétisée.
Toutefois, nous avons appris que ce dernier, après
avoir mis sur table toutes ses conditions pour rejoindre
Blida, a demandé au boss blidéen de lui remettre un
chèque de garantie avant la signature du contrat, proposition à laquelle Mohamed Douidène s’est refusé de
répondre immédiatement, préférant réfléchir et se
concerter avec le staff dirigeant, avant de donner son
accord.
FOOTBALL
Lundi 13 octobre 2014 - PAGE
11
L’EN DE RETOUR À ALGER POUR PRÉPARER LE MATCH
DE MERCREDI FACE AU MALAWI
Gourcuff refuse de s’enflammer,
les Verts assument leur
nouveau statut
l Pari gagné pour les
Verts et leur sélectionneur
Christian Gourcuff. Auteurs
d’une troisième victoire
d’affilée, les Algériens ne
sont plus, mathématiquement parlant, qu’à un
point de la qualification à la
phase finale de la CAN-2015
que le Maroc veut reporter
à une date ultérieure.
Le Malawi n’est plus
cette épouvante qui fait peur
aux Algériens. Samedi, sur
leur terrain du Kamuzu
Stadium, les Flames se sont
consumés face à une
moyenne équipe d’Algérie.
Une forme à propos de
laquelle le technicien français n’a pas montré des
signes d’inquiétude. «On
savait que ça allait être un
match difficile pour nous et
cela a été le cas même si
nous avons marqué très tôt,
car cela leur a donné plus
d’ambitions (aux Malawites,
ndlr) et ils ont davantage
poussé. Mais il y a la satisfaction d’avoir pu empocher
ces trois points qui nous placent désormais dans une
position très favorable pour
la qualification», dira
Gourcuff, satisfait tout de
même de l’application de
ses joueurs sur le plan tactique. «C’est une nette progression dans le jeu avec un
4-4-2 qui se dessine bien et
qui se met en place. Le seul
regret qu’on peut avoir dans
un match comme celui-là,
c’est de savoir qu’on a la
capacité d’avoir plus de maîtrise sur le match, mais on
Photos : DR
Les bonnes paroles
de Rebih
CR BÉLOUIZDAD
Sports
manquait de rythme pour le
faire», confie l’ancien coach
de Lorient qui regrette le
manque de fraîcheur qui a
fait à certains éléments de
son team leur rayonnement
habituel. «Sur le plan physique, certains joueurs ont
été en difficulté. Il y a eu des
périodes où on a été sous
forte pression et on aurait
aimé
moins
subir.
Globalement pourtant, je
trouve qu’il y a eu une nette
progression dans l’organisation sur le terrain et je crois
qu’on a su tirer les leçons
des deux premiers matches
en étant très appliqués cette
fois», avoue le successeur
de Halilhodzic qui croit
savoir que le temps imparti à
la préparation de ces qualifications est insuffisant.
Raison pour laquelle ses
joueurs confondaient vitesse
et précipitation, multipliant
les pertes de ballons et les
longues et inutiles passes
dans la zone adverse.
«Quand on n’a plus de
jambes et qu’on a un déficit
de rythme dans la course,
cela se traduit souvent par
un jeu vers l’arrière. Le
regret que j’ai, c’est qu’on
n’ait pas joué davantage
dans leur camp. En étant,
plus haut, on aurait moins
subi. Vous avez vu qu’ils
mettaient de longs ballons
quand ils jouaient leur vatout et on aurait pu éviter
cela en empêchant d’abord
le départ du ballon et c’est
pour ça que le rôle de
Brahimi et Slimani était
important pour moi», admet
Gourcuff. Pragmatique à
souhait, le sélectionneur
algérien n’en demeure pas
moins soucieux concernant
la marge de progression de
son team. C’est pourquoi sa
«sentence» faite après le
match de Blantyre où il
déclarait à qui voulait l’entendre que «ce n’est pas en
gagnant trois matches qu’on
est
les
champions
d’Afrique», ne laisse aucun
doute sur ses intentions de
revoir certains détails dans
la philosophie de jeu qu’il
compte imprégner à l’EN
algérienne, qu’il dirige
depuis à peine deux mois.
«Quand je suis venu, je
savais évidemment que j’allais être soumis à court
terme à l’obligation de résultats et si on m’avait dit que
j’allais empocher neuf points
en trois matchs, j’aurais
signé tout de suite. Mais en
parallèle, si on veut avoir
des ambitions, il ne faut pas
se limiter aux résultats, il
faut penser à l’organisation
dans le jeu, à la progression
et à la maîtrise aussi. Avec
un groupe réceptif et intéressant, on avance, et ce n’est
pas parce qu’on a gagné
trois matches qu’on est les
champions d’Afrique, mais
on avance petit à petit».
Mesbah savoure sa «petite revanche»
IL A OUVERT SON COMPTEUR BUTS SOUS LE MAILLOT DES VERTS
l Le défenseur Djamel Mesbah
s'est dit «content» d'avoir ouvert
son compteur but avec l'équipe algérienne de football, samedi lors de sa
victoire à Blantyre face au Malawi (20), pour le compte de la 3e journée
(Gr B) des qualifications à la Coupe
d'Afrique des nations CAN 2015.
«Je suis très content d'avoir inscrit
mon premier but en sélection. J'avais
une folle envie de le faire, ce qui est
chose faite aujourd'hui. Je dédie ce but
à toute ma famille», a indiqué le joueur
de la Sampdoria de Gênes (Serie A) à
l'APS, à l'issue de la partie.
L'Algérie a réalisé samedi son troisième succès de rang dans ces qualifications, ce qui lui a permis de se positionner à un point de la qualification à
la phase finale au Maroc (17 janvier-8
février).
«Nous nous sommes bien comportés tout au long de cette rencontre. Je
félicite mes coéquipiers qui se sont
donnés à fond, dans des conditions
assez difficiles. C'est de bon augure
pour la suite», a commenté Mesbah,
considéré, en compagnie de Rafik
Halliche et Madjid Bougherra, comme
l'un des cadors de la sélection.
Relégué sur le banc des remplaçants lors de cette rencontre face aux
«Flames», Mesbah, ne s'est pas
inquiété outre mesure, en acceptant
les choix du sélectionneur, Christian
Gourcuff.
«Les mauvaises réactions pour ce
genre de situations sont dépassées en
sélection. Il règne un excellent état
d'esprit mis en place depuis déjà trois
ans, c'est très important, et ça se voit
sur le terrain», a-t-il souligné.
Concernant son positionnement sur le
terrain, Mesbah, a indiqué qu'il avait
déjà occupé le poste milieu gauche
avec Gourcuff, dix ans plus tôt au FC
Lorient (Ligue 1-France).
«Je connais Gourcuff pour l'avoir
déjà eu comme entraîneur il y a dix
ans à Lorient. Je reste entièrement à
sa disposition que se soit pour 5
minutes ou 90 minutes, dans le poste
de son choix. Je serai toujours à
100%», a assuré Mesbah.
Evoquant la prochaine sortie des
Verts, ce mercredi face au Malawi,
dans le cadre de la 4e journée des qua-
Photo : Samir Sid
Le Soir
d’Algérie
lifications à la CAN 2014, le joueur de
Gênes parle de la nécessité de «sceller le sort» de la qualification dans
l'antre de Blida.
«Nous avons les moyens de battre
le Malawi chez nous, et composter
notre billet pour la CAN-2015», a-t-il
conclu.
Lundi 13 octobre 2014 - PAGE
12
Sports
Du sang neuf pour
le match de Blida
FOOTBALL
L'Allemagne
à la traîne
BATTUE PAR LA POLOGNE
À 48 HEURES DE LA CONFIRMATION DU BILLET POUR LA CAN-2015
Hier, à 11h, Gourcuff a programmé
une séance de décrassage pour l’ensemble des joueurs ayant effectué le
voyage à Blantyre. Des séances de
soins étaient également au menu de
certains blessés à l’image de Slimani,
Ghoulam et Bentaleb. Pour le match de
ce mercredi, l’entraîneur national a déjà
fait savoir qu’il compte apporter
quelques changements dans son team
de départ. «Il est probable, en effet,
qu’on fasse quelques changements
pour le match de Blida, car comme je
viens de le dire, il y a des joueurs qui ont
beaucoup joué et qui sont un peu fatigués. On pensera peut-être à quelques
rotations, sachant que les automatismes
autour du 4-4-2 commencent à se fixer.
Maintenant, il faut penser à récupérer et
à retrouver une certaine fraîcheur physique et on fera le point mardi là-dessus», affirmait-il au sortir de la première
manche gagnée face aux Malawites.
Ces changements pourraient concerner
le compartiment offensif où Belfodil, à
titre d’exemple, n’a pas apporté le plus
souhaité au cours de sa première titularisation en tant qu’avant-centre.
Le point des groupes
Groupe A
Congo-Afrique du Sud 0-2
Soudan-Nigeria 1-0
Classement
1- Afrique du Sud
2- Congo
3-Soudan
4- Nigeria
Groupe B
Malawi-Algérie 0-2
Ethiopie-Mali 0-2
Classement
1- Algérie
2- Mali
3- Malawi
4- Ethiopie
Groupe C
Angola-Lesotho 0-0
Gabon-Burkina Faso 2-0
Classement
1- Gabon
2- Burkina Faso
3- Lesotho
4- Angola
Groupe D
-Sierra Leone-Cameroun 0-0
-RD Congo-Côte d'Ivoire 1-2
Classement
1- Cameroun
2- Côte d’Ivoire
3- RD Congo
4- Sierra Leone
Groupe E
Ouganda-Togo 0-1
Guinée-Ghana 1-1
Classement
1- Ghana
2- Ouganda
3- Guinée
4- Togo
Groupe F
Mozambique-Cap Vert 2-0
Niger-Zambie 0-0
Classement
1- Cap-Vert
2- Mozambique
3- Zambie
4- Niger
Groupe G
Sénégal-Tunisie 0-0
Botswana-Egypte 0-2
Classement
1- Sénégal
2- Tunisie
3- Egypte
4- Botswana
7 pts
6 pts
3 pts
1 pt
9 pts
6 pts
3 pts
0 pt
7 pts
6 pts
2 pts
1 pt
7 pts
6 pts
3 pts
1 pt
5 pts
4 pts
4 pts
3 pts
6 pts
5 pts
2 pts
2 pts
7 pts
7 pts
3 pts
0 pts
Gourcuff a tenu d’abord à justifier le rendement de l’attaquant de Parme par la
stratégie adoptée qui favoriserait l’incorporation de Slimani : « Pour Belfodil,
c’était un peu plus difficile parce que
c’était un contexte où on avait besoin de
profondeur et lui il joue plutôt en pivot. Il
s’est forcé de garder le ballon, il s’est
créé un peu d’occasions en première mitemps, et par la suite, cela a été un peu
compliqué pour lui. Dans ce contexte-là,
il fallait un joueur qui prend les espaces
et là, bien sûr, Slimani est beaucoup
plus à l’aise que lui.» Outre le retour de
l’avant-centre du Sporting Lisbonne, le
sélectionneur algérien pourrait faire
appel à Djabou qui viendrait suppléer,
sur le couloir gauche, Mahrez pas tout à
fait à son aise samedi dernier. Un flanc
gauche qui devrait voir Ghoulam conserver son poste en dépit du fait que
Mesbah soit actuellement dans de
meilleures
dispositions
que
le
Napolitain, sérieusement handicapé par
sa blessure au bras. Un choix que le
technicien breton renvoie aux qualités
premières du sociétaire de la
Sampdoria. «Mesbah, je l’ai eu
quelques mois à Lorient, c’était un milieu
gauche très performant, et même s’il
s’est reconverti en latéral, pour moi et
dans mon esprit, il reste un milieu
gauche. Il n’a pas trop joué aujourd’hui,
mais dans les cinq minutes qu’il a disputées, il a été très performant. Il est vrai
que je peux l’utiliser comme latéral, mais
pour moi, il intègre bien le 4-4-2 comme
milieu gauche.» De quoi faire taire une
Photo : DR
l De retour, hier matin, de
Blantyre où elle a disputé samedi son
match face au Malawi, l’EN a immédiatement plongé dans le bain de la
préparation de son second rendezvous direct devant les Flames, prévu
ce mercredi soir à Blida.
polémique qui n’aura que trop duré
concernant la rivalité Mesbah-Ghoulam
sur le flanc gauche de la défense algé-
rienne qui peut enregistrer, dans un
proche avenir, le retour du Lyonnais
Mehdi Zeffane.
M. B.
30 000 billets mis en vente mardi
ALGÉRIE-MALAWI MERCREDI À 20H30
Trente-mille (30 000) billets seront mis
en vente à partir de mardi, la veille de la
rencontre Algérie-Malawi au stade
Mustapha-Tchaker à Blida (20h30), pour
le compte de la 4e journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations
(CAN-2015) au Maroc.
Les dix guichets ouverts à 8h30
L'opération de vente débutera à 8h30
au niveau du stade Tchaker et pour
laquelle seront ouverts dix guichets. Le
prix du billet a été fixé à 300 DA, ajoute la
même source.
100 caméras de surveillance installées
Par ailleurs, cent (100) caméras supplémentaires de surveillance ont été installées dans les tribunes du stade et
seront opérationnelles pour la circonstance, a-t-on appris de même source.
7 pays en pole position
LE POINT DES QUALIFICATIONS AVANT LA 4e JOURNÉE
l Au soir de cette troisième journée des
qualificatifs du championnat d’Afrique des
nations qui sera abrité par le Maroc en
2015, sept nations sont en pole position
pour décrocher l’un des deux billets de leurs
groupes respectifs sans oublier la troisième
meilleure équipe pour compléter, au côté du
Maroc, pays organisateur, la liste des participants à cette CAN 2015.
Mais avant d’épiloguer sur cette troisième étape, un flash back est intéressant à faire sur la période ayant découlé
du tirage au sort et celle prévalant actuellement. A l’issue du tirage au sort, deux
groupes étaient mis en exergue car
considérés comme étant bien relevés. Il
s’agit de la poule D où figurent le
Cameroun de Samuel Eto'o, la Côte
d'Ivoire de Yaya Touré et la RDC de
Youssouf Mulumbu. Dans le groupe G,
se retrouvent les Pharaons d'Égypte,
absents lors de deux dernières éditions
de la compétition continentale, les Lions
de la Teranga du Sénégal et les Aigles de
Carthage de Tunisie. Pour le reste des
groupes, les habituels animateurs de la
compétition continentale que sont le
Nigeria, l’Algérie, l’Afrique du Sud et le
Mali étaient tranquillisés quant à leur
qualif’. Par contre, dans certains
groupes, le jeu était pressenti comme
très équilibré et l’obtention du fameux
sésame comme possible pour les formations de la poule C, entre le Burkina
Faso, l’Angola et le Gabon tout comme le
groupe D avec le Cameroun, la Côte
d’Ivoire et la RD Congo. Place à la réalité
du terrain. Une fois le virtuel des pronostics évacué, c’est la réalité du terrain qui
prévaut depuis l’entame de la compétition, au lendemain de la phase préliminaire complétée chacun des 7 groupes,
l Trois mois après son triomphe mondial au Maracana, l'Allemagne est à la
peine et même à la traîne dans le groupe
D des qualifications à l'Euro-2016 après
sa première défaite historique (2-0)
samedi chez le voisin polonais.
par chacune des nations ayant dépassé
ce tour. Ainsi, au soir des deux premières
étapes jouées les 5, 6 et 10 septembre
dernier, certains pays annoncent la couleur et affichent leurs prétentions en remportant leurs deux premiers matchs et ce
sont les Diables rouges du Congo, les
Verts d’Algérie, les Etalons du Burkina
Faso, les Camerounais, les Sénégalais
et les Tunisiens. Par contre, des nations
marquent le pas et donnent des frissons
à leurs fans. Il s’agit ni plus ni moins des
Nigérians, champions en titre et des
Egyptiens triple vainqueurs du trophée
continental mais ayant déjà raté les deux
précédentes éditions. Quant à la poule E,
les observateurs le considèrent comme
le plus indécis puisque aucun des pays
s’y trouvant ne domine et il s’agit de
l’Ouganda, du Ghana et de la Guinée
alors que le Togo semble décrocher déjà.
Une fois ce démarrage accompli, chaque
nation savait ce qu’elle devrait faire pour
consolider sa position ou se remettre en
cause et rattraper le chemin perdu.
Aussi, la troisième journée était attendue avec plein d’intérêt. Cependant, une
donne a surgi et a donné du souci à certaines équipes en perturbant leurs plans
et il s’agit de l’épidémie Ebola. Ce fléau
dont la progression en Afrique de l’Ouest
effraie aussi bien les Africains que le
reste du monde. Ainsi trois pays, la
Guinée d’où est partie l’épidémie, le
Liberia et la Sierra Leone très menacés
sont pointés du doigt par l’instance africaine de football qu’est la CAF. De ce fait,
cette instance, sur recommandation de
l’Organisation mondiale de la santé
(OMS) décide le déplacement «dans un
pays neutre» «jusqu'à la mi-septembre»
des matches impliquant ces trois Etats.
Cette sentence vise à «éviter de gros rassemblements de gens qui pourraient faciliter la diffusion du virus Ebola», ont indiqué les responsables de la CAF en collaboration avec l’OMS. Pour la troisième
journée disputée les 10 et 11 de ce mois,
certains pays ont fait un grand pas vers
leur qualification prématurée à la CAN
2015 sans attendre la suite des prochaines étapes alors que d’autres se sont
secoués pour rattraper et le terrain perdu
et les points dilapidés auparavant. Avant
d’évoquer les pays qui ont consolidé
leurs positions, mettons en exergue, le
coup de tonnerre qui a retenti à Khartoum
où la formation soudanaise, composée
uniquement de joueurs locaux, a surclassé celle du Nigeria, détenteur du trophée
continental. Excusez du peu ! Pour ceux
qui poursuivent leur pérégrination victorieuse, c’est l’Algérie qui fait le plein en
allant au Malawi damer le pion aux
locaux trop confiants. Les Verts sont imités par les Maliens qui reviennent
d’Ethiopie avec deux précieux points et
aussi les Ivoiriens euphoriques au
Congo. Parmi les faits saillants de cette
escale, citons celui de l’Egypte qui
revient du Botswana avec un précieux
succès qui lui redonne espoir. N’oublions
pas les Tunisiens et les Camerounais qui
sont allés contraindre, respectivement
les Sénégalais et les Sierra-Léonais au
partage des points.
Les éliminatoires se poursuivront
encore sur quatre journées, à savoir le 15
octobre courant, les 14, 15 et enfin le 19
novembre. Le tirage au sort aura lieu le
26 novembre à Rabat. La phase finale de
la CAN 2015 se déroulera du 17 janvier
au 8 février au Maroc.
H. C.
La gifle reçue à domicile contre
l'Argentine (4-2) début septembre pouvait
être attribuée à un match de reprise sans
enjeu. La victoire à l'arrachée contre
l'Ecosse (2-1) n'avait pas convaincu mais
permis de débuter les qualifications sur de
bons rails. Cette fois, c'est une défaite qui
relègue la Mannschaft dans l'ombre de la
Pologne et de l'Irlande, deux équipes à 6
points, et met fin à deux séries dans l'exercice des qualifications (européennes ou
mondiales) : l'invincibilité en 33 matches
depuis le faux-pas à domicile contre la
République tchèque (3-0) le 17 octobre
2007 et le premier revers à l'extérieur
depuis le déplacement en Turquie (1-0) le
10 octobre 1998. La vie est-elle donc plus
difficile dans la peau d'un champion du
monde ? Faut-il s'inquiéter pour la
Mannschaft qui a, en outre, concédé sept
buts en trois sorties ? Pas particulièrement,
selon le sélectionneur Joachim Löw :
«Malgré la défaite, la vie n'est pas plus difficile. Elle est bien plus belle qu'avant le
Mondial.» Et de souligner que «chaque
adversaire veut se donner encore plus face
au champion du monde». D'avouer qu'il «y
a plus de changements notoires après le
Mondial» dans l'équipe : «Au-delà des trois
retraités (Lahm, Klose et Mertesacker),
l'équipe manque de quatre ou cinq joueursclés tels Mesut Özil, Sami Khedira et bien
sûr Bastian Schweinsteiger». Pour lui, les
jeunes arrivants, tels les latéraux Erik
Durm et Antonio Rüdiger et le milieu défensif Christoph Kramer, qui totalisent à eux
trois une moyenne d'âge de 22 ans et seulement 13 capes, «doivent profiter des
deux prochaines années pour gagner de
l'expérience». Les absences n'ont pas
empêché la Mannschaft de dominer très
nettement la partie, mais sans jamais pouvoir concrétiser cette supériorité, laissant le
poids sur une défense où le retour en charnière de Mats Hummels n'a pas évité deux
buts en contres. La faute au portier
d'Arsenal, Wojciech Szczesny, qui a tout
sorti sur sa ligne. Mais aussi à la pelletée
d'occasions manquées notamment par
Mario Götze, le buteur héros de la finale
mondiale, Thomas Müller, l'auteur du doublé face à l'Ecosse, et Karim Bellarabi, par
ailleurs excellent pour sa première sélection. «Je ne vois rien de dramatique car on
a eu assez d'occasions. Il faut juste tirer les
leçons de ce match. Je suis sûr qu'on
saura inverser la tendance», a affirmé le
sélectionneur de 54 ans, qui ne voit «pas
de gros problèmes dans ces qualifications». Pas plus d'inquiétude chez Götze.
«Ce n'était pas notre jour. Mardi (contre
l'Irlande), on va prendre les trois points et
on verra les choses différemment», a promis «Super Mario» qui, en l'absence d'Özil,
doit renouer avec un rôle de stratège alors
que Toni Kroos est maître du milieu défensif. Une victoire remettrait évidemment la
Mannschaft sur de bons rails, d'autant que
l'adversaire suivant, le 14 novembre, sera
Gibraltar, un nouveau venu dans le giron
européen face auquel le groupe de Löw
pourra travailler sa différence de buts...
CONDOLÉANCES
Mohamed Bouchama, les journalistes de
la rédaction et la direction du journal Le Soir
d’Algérie, très peinés par le décès du père
de leur ami et ancien collaborateur, Ahmed
Chebaraka (actuel président de la FA
Natation), présentent à ce denier ainsi qu’à
toute sa famille leurs condoléances attristées.
A Dieu nous appartenons, à Lui nous
retournons.
Lundi 13 octobre 2014 - PAGE
Opération rachat pour
les Pays-Bas
BELGIQUE
EURO-2016 (QUALIFICATIONS)
L'attaquant de Lille Divock Origi, très convaincant contre
Andorre (6-0), vendredi, après avoir réussi un excellent Mondial
l'été dernier, est occupé à faire son trou au sein de l'effectif des
Diables Rouges appelés à affronter la Bosnie en match de qualification pour l'Euro-2016, aujourd’hui. Un but, une passe décisive et deux envois sur le cadre. Certes, c'était contre la modeste
formation andorrane mais la prestation du jeune homme (19 ans)
n'a laissé personne indifférent. «Il est archi doué.
Techniquement, c'est un monstre. Mais, surtout, c'est un travailleur hors pair. A l'entraînement, je le vois bosser comme un
fou», note le capitaine belge Vincent Kompany. «S'il continue de
la sorte, dans quelques années, il sera parmi les cinq ou dix
meilleurs attaquants du monde», parie même le joueur de
Manchester City. La presse belge a elle aussi multiplié les superlatifs après la prestation du Diable. Et la plupart des journaux
locaux l'ont désigné meilleur joueur de la rencontre avec le
meneur de jeu Kevin De Bruyne. Appelé pour la première fois en
équipe de Belgique à l'occasion de la Coupe du monde pour
remplacer Christian Benteke, forfait après une rupture d'un tendon d'Achille, Origi a été la révélation belge de l'épreuve brésilienne, alors qu'il s'attendait à n'être que le substitut de Romelu
Lukaku. C'est pourtant lui qui a éclipsé l'attaquant d'Everton.
l Les Pays-Bas, troisièmes du dernier
Mondial, auront aujourd’hui un déplacement difficile en Islande mais ils doivent se
racheter après un revers en République
tchèque, alors que l'Italie devra donner
face à Malte une autre impression que
contre l'Azerbaïdjan.
Gare à l'Islande !
Battus par la République tchèque
vendredi, les Pays-Bas doivent réagir
mais ils n'auront pas forcément la partie
facile contre une équipe d'Islande qui
surprend et séduit depuis le début des
éliminatoires. Victorieux 3-0 des Lettons
puis des Turcs, les Islandais sont en tête
du groupe et croient déjà à une possible
qualification. Les Tchèques comptent
eux aussi six points et visent le neuf sur
neuf à l'occasion de leur voyage au
Kazakhstan. Dans le dernier match, la
Lettonie accueille la Turquie, qui n'a pas
encore pris le moindre point.
Les Belges favoris en Bosnie
Quart-finalistes du Mondial, les
Belges sont ambitieux et viseront haut
lors de l'Euro. En attendant, ils ont débuté ces éliminatoires par un carton 6-0
face à Andorre. Pour leur deuxième
match, ils seront en Bosnie. Les
hommes de Safet Susic sont entrés à
l'envers dans ce groupe B, avec un nul
au Pays de Galles et une défaite à domicile contre Chypre. Gallois et
Chypriotes, outsiders possibles pour la
qualification, se retrouvent d'ailleurs à
Cardiff.
L'Italie doit faire mieux
Les Italiens se sont fait peur vendredi
avec un succès ric-rac face à
l'Azerbaïdjan (2-1). On attend beaucoup
mieux d'eux lundi à Malte, face à un
autre tout petit du continent. La Croatie
semble être l'adversaire le plus sérieux
des Azzurri dans ce groupe. Les
Croates comptent eux aussi six points
en deux matches et pourraient bien être
à neuf après la visite de l'Azerbaïdjan.
Dans le dernier match, la Norvège et la
Bulgarie s'affrontent à Oslo dans un duel
d'outsiders.
Start
Groupe A
À Astana : Kazakhstan-République
tchèque
À Riga : Lettonie-Turquie
À Reykjavík : Islande-Pays-Bas
Groupe B
À Zenica : Bosnie-Belgique
À Andorre-la-Vieille : Andorre-Israël
À Cardiff : Pays de Galles-Chypre
Groupe H
À Osijek : Croatie-Azerbaïdjan
À Oslo : Norvège-Bulgarie
À Ta'Qali : Malte-Italie
*Toutes les rencontres à 19h45 sauf
Kazakhstan- Rép. Tchèque à 17h
(heures algériennes)
13
Le Soir
d’Algérie
Origi fait son trou
FOOTBALL
Photo : DR
Le Soir
d’Algérie
«De plus en plus comme un homme»
«J'ai beaucoup d'admiration pour Lukaku. Il est déjà loin dans
son développement. Il est absolument quelqu'un que je regarde.
Une fois, je joue, une autre fois c'est son tour. C'est le choix du
coach», indique le Lillois. Origi a été transféré cet été contre 12
millions d'euros du LOSC à Liverpool qui l'a toutefois laissé une
saison supplémentaire faire ses gammes en Ligue 1 dans le
nord de la France. Origi a déjà marqué trois buts cette saison
dans le championnat français. «Le coach René Girard me fait
confiance. Je sens que je fais des progrès. Je joue de plus en
plus comme un homme. Le dernier Mondial a certainement
accéléré mon développement», se félicite le Belge. La semaine
dernière le manager de Liverpool Brendan Rodgers a déclaré
attendre l'arrivée du Diable Rouge avec impatience. Les Reds
éprouvent des difficultés en attaque après le départ de Suarez
vers le Barça et les débuts timides de Mario Balotelli. «Je prends
les déclarations de Rodgers comme un grand compliment. Je
sais qu'il me voulait immédiatement, dès cette saison. Liverpool
me suit attentivement. J'ai déjà rencontré à deux ou trois
reprises un «scout» après un match. Je reçois de temps à autre
un feedback. Mais C'est quand même positif que je puisse encore me développer à Lille», explique le jeune prodige. Légèrement
blessé à l'arrière d'une cuisse, Origi devrait toutefois être apte à
jouer en Bosnie lundi. Entre lui et Lukaku, c'est du 50-50.
Culture
Le Soir
d’Algérie
Racisme anti-«africain» !
Par Kader Bakou
L’Algérien raciste et (ou) xénophobe
? Un raciste ne dit pas qu’il est raciste : il est tout simplement supérieur !
Beaucoup d’Algériens se considèrent, en fait, comme des Africains
par erreur à cause d’une lointaine
migration de leurs aïeux venus
d’Europe. On les voit à longueur de
journée se plaindre de la chaleur et
vanter les mérites de la climatisation dont ils nous laissent comprendre qu’elle leur rappelle le froid
«béni» de leur Europe d’origine. Ces
gens-là n’aiment, donc, pas la chaleur «africaine» avec laquelle ils
sont génétiquement inadaptés ou
du moins le laissent-ils entendre.
Beaucoup d’Algériens font aussi
semblant d’ignorer que les habitants de la plus grande partie de
l’Algérie sont noirs. D’autres reconnaissent qu’à partir de Biskra par
exemple, les Algériens sont en
majorité noirs, mais s’empressent
d’ajouter que les Algériens noirs
sont plus beaux et ne sentent pas
mauvais comme «les Africains».
Enfin, il y a aussi une catégorie d’Algériens qui disent qu’ils ne sont pas
racistes et qu’ils aiment bien les
«Africains»… mais chez eux ! Ça ne
vous rappelle rien ?
K. B.
[email protected]
[email protected]
Meursault, contre-enquête
ou l’ivresse des mots
KAMEL DAOUD REÇOIT LE PRIX MAURIAC
Le cortège des prix va bon train pour Kamel Daoud, talentueux écrivain et chroniqueur controversé qui, dans son premier roman Meursault, contre-enquête (Editions Barzakh,
2013), s’impose un défi aussi bien formel que thématique.
A près avoir été sélectionné
dans les short-list du Goncourt
et du Renaudot, Kamel Daoud
enchaîne les récompenses
outre-Méditerranée : en septembre, il reçoit le Prix des cinq
continents décerné par l’Organisation internationale de la francophonie ; et vendredi dernier,
l’écrivain reçoit à Bordeaux le
Prix François-Mauriac dont le
jury est présidé cette année par
le journaliste et écrivain français
Eric Fottorino.
Meursault, contre-enquête
est un véritable phénomène
médiatique en France. Cela
s’explique non seulement par
l’intérêt prévisible porté à une
œuvre algérienne directement
liée à Camus qui fait l’objet d’un
engouement tenace en Hexagone, mais aussi par la forme
novatrice et audacieuse du
roman. En effet, écrit à la première personne du singulier,
Meursault, contre-enquête est
une sorte de réécriture de
L’étranger de Camus avec une
réhabilitation littéraire du per-
sonnage de l’Arabe. Le narrateur, Haroun, n’est autre que le
frère de ce dernier qui, accoudé
au comptoir d’un bar, raconte à
un universitaire le destin de
Moussa, assassiné par Meursault parce qu’il faisait trop
chaud sur la plage !
Dédaléen et volontiers provocateur, le livre entraîne le lecteur dans un délire aussi chaotique en apparence que structuré dans le fond. La langue nerveuse et le récit fiévreux font de
ce roman une belle digression
dans le paysage littéraire algérien. Kamel Daoud rectifie un
livre majeur de la littérature universelle : c’est culotté et risqué
mais le résultat est plus que
convaincant.
De bout en bout, le personnage du roman captive le lecteur et le précipite dans un psychodrame haletant. Sa narration
va crescendo au fur et à mesure
que le souvenir de son frère se
ravive et que l’alcoolémie l’aide
à mieux entrer dans l’esprit de
Meursault et de Camus, écrivain
qu’il vénère et méprise, aime et
honnit, célèbre et excommunie...
Il y a une volonté de défier
Camus, non pas par simple (et
simpliste) désir de revanche
pour ce fameux Arabe réduit à
l’anonymat et moult fois évoqué
par ses détracteurs comme
pièce à conviction dans un éternel procès stérile, mais c’est
surtout un duel littéraire que
Daoud orchestre avec finesse et
intelligence. Les soliloques du
Les mélomanes au rendez-vous
FESTIVAL INTERNATIONAL DU MALOUF À CONSTANTINE
e maître du malouf constantinois, Hadj Mohamed-Tahar
Fergani, a une nouvelle fois
subjugué les mélomanes à l’ouverture du Festival international du
malouf
à
El-Khroub
(Constantine).L’auteur de Ghab felk
lazhab, accompagné de son fils
Mourad et de son petit-fils, a donné
libre cours à son talent et épaté le
nombreux public que la salle omnisports Smaïl-Sedrati, choisie en raison des travaux de réhabilitation en
cours dans les principales salles de
Constantine, a eu de la peine à
contenir.
L’ouverture de cette 8e édition du
Festival international du malouf,
organisée en présence des autorités
de la wilaya de Constantine et de
l’ambassadeur du sultanat d’Oman à
Alger, a offert l’occasion au cheikh,
égal à lui-même, d’interpréter un istikhbar, Sfat Annaouakhis suivi d’un
m’saddar, Ya Nass ma iadrouni. Ce
fut ensuite le tour d’un autre chantre
L
du malouf, Hamdi Bennani, de faire
remonter le temps aux nostalgiques
de l’Andalousie heureuse en rendant
hommage à la tendresse, à la quiétude, à la joie de vivre, à la sérénité
et à la beauté de la nature. Tirant la
quintessence de son violon immaculé, Bennani interpréta les principaux
morceaux qui font sa notoriété
depuis plus de cinquante ans.
Ahmed Aouabdia, une autre star
montante, a animé la dernière partie
de la soirée avec une nouba zidane
poétesse Sabrina Chaâllal, autour de son
livre : Comme un souffle sur ma nuque,
paru aux Editions Lazhari Labter, suivie
d’une lecture de poésie.
et un z’djel interprétés sous forme
d’extraits dédiés à l’amour, dont
Youm idji rfiqi naamallou hadra. La
2e soirée du 8e festival a été marquée, vendredi soir, par une production très remarquée de la troupe ElFarabi de Damas dont les mélodies
inspirées du folklore syrien d’Alep
ont envoûté les spectateurs.
D’emblée, ce groupe a conquis
l’assistance, dans la salle omnisports d’El- Khroub, grâce aux performances de son maestro Hussein
Sebsabi et aux voix sublimes de sa
chorale. Des maouaouil, des ouaslat, des maqamat et des mouachahat, extraits de la poésie arabe
ancienne, ont littéralement subjugué
et produit beaucoup d’effet sur un
public enchanté par les mélodies,
mais aussi par la maîtrise des
musiciens qui ont tiré la quintessence du oud (luth) et des percussions.
En seconde partie de soirée, l’artiste annabi Lakhdar Kesri n’a pas
laissé le temps à l’assistance de
Mardi 14 octobre à 19h : Générale de la
pièce théâtrale Li Bou... Tok de Hafid Aït
El Hadj
Mercredi 15 octobre à 19h : Pièce
théâtrale Le contrat de Mohamed
GALERIE EZZOUA’ART DU CENTRE
Ferimhidi
COMMERCIAL & DE LOISIRS DE BAB- Jeudi 16 octobre à 19h : A l’ occasion
EZZOUAR (ALGER)
du semestre de la présidence italienne
Jusqu’au 10 novembre : ExpositionMUSÉE NATIONAL PUBLIC D’ART
du Conseil de l’Union européenne,
vente de peinture «La musique et les
MODERNE ET CONTEMPORAIN
l’ambassade d’Italie et l’Institut culturel
D’ALGER (26, RUE LARBI-BEN-M’HIDI, danseurs... d’ici et d’ailleurs» de l’artiste
italien d’Alger organisent un concert de
Mira Naporowska.
ALGER-CENTRE)
l’orchestre I Solisti Veneti, dirigé par le
Jusqu’au 20 novembre : 5e édition du
maestro Claudio Scimone.
Festival national de la photographie d’art MAISON DE LA CULTURE MOULOUD(FESPA), placée sous le thème : «La
MAMMERI DE TIZI-OUZOU
GALERIE D’ART CIV-ŒIL (3, RUE
condition humaine».
Lundi 13 octobre : Exposition de
LATRECHE-MOHAMED, MIRAMAR,
photographies sur la wilaya de TiziORAN
LIBRAIRIE INTERNATIONALE AURASSI Ouzou, par Rahim Bellamdani.
Jusqu’au 28 octobre : Exposition
OMEGA (HÔTEL EL-AURASSI, ALGER)
«Peinture & Poésie» de Mersali
Samedi 18 octobre de 15h à 18h :
THÉÂTRE NATIONAL ALGÉRIEN
Othmane.
GALERIE D’ART ASLAH (39, RUE
Séance de vente-dédicace avec la
MAHIEDDINE- BACHTARZI (ALGER)
CULTUREL MUSTAPHA- KATEB (5,
RUE DIDOUCHE-MOURAD, ALGER)
Lundi 13 octobre : 3e Salon philatélique
international d’Alger sous le thème
«L’agriculture familiale pour la réduction
de la faim et de la pauvreté dans le
monde».
14
Photos : DR
LE COUP DE BILL’ART DU SOIR
Lundi 13 octobre 2014 - PAGE
souffler en accaparant la scène pour
interpréter une nouba mezmoum
entamée par un bechraf et un b’taïhi
intitulés Taïr el qalb outara an ouakri
(l’oiseau du cœur qui s’est envolé de
mon nid), suivis de quatre insirafs,
Sahihane el ouaqt ouanchaqa el
qamar, Farakouni ya tarahoum yarjaâoun, Mahboubti akhtarat alhilla
oual houlli et Qom yassar lana el
qotâan. Un khlas intitulé Moukkabbad el hob a ensuite arraché les
applaudissements des spectateurs
venus, le plus souvent, en famille.
L’association Nedjm Kourtouba
de Constantine, lauréate du dernier
Festival culturel national du malouf
de Constantine, a clôturé la soirée
par une nouba raml dédiée au coucher du soleil. 19 artistes et associations du malouf représentant l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, l’Egypte, la
Syrie, le Liban, l’Espagne et l’Allemagne participent à cette manifestation culturelle qui se poursuivra
jusqu’à demain 14 octobre.
personnage sont également traversés par des réflexions incisives sur la société algérienne
contemporaine. Blasé mais très
attachant, le frère de l’Arabe
n’est en rien démagogue dans
son interminable monologue où
il est question de Camus
d’abord, mais aussi de l’Algérie
et de son histoire tourmentée,
des Algériens et de leurs vies
sclérosées…
Certaines de ses fulgurances
sont tout bonnement des
prouesses d’écriture et le style
général du roman l’inscrit dans
une démarche esthétique indéniable qui enrichit l’ossature narrative et crée une totale cohésion entre le contenu et la
forme.
Dans cette chevauchée folle
et pleine de surprises, la démesure n’est jamais surfaite, la perdition et le délire rendent le
voyage passionnant, jouissif,
même si Kamel Daoud fait preuve d’une certaine prudence en
rappelant régulièrement au lecteur les clefs de cette histoire
débridée, probablement pour ne
pas le décourager, pour qu’il ne
lâche pas prise devant un tel
enchevêtrement stylistique.
Malgré les critiques acerbes
dont il fait l’objet en tant que
chroniqueur et malgré les mises
en doute de ses talents d’écrivain pour la simple raison que
ce sont des prix «français» qui
pleuvent sur son livre, Kamel
Daoud n’est pas loin de la virtuosité dans Meursault, contreenquête, un roman ténébreux,
fort et épidermique…
Sarah Haidar
ASSELAH-HOCINE, ALGERCENTRE)
Jusqu’au 20 octobre : Exposition de
peinture sous thème «L’originalité et le
contemporain» de l’artiste Noureddine
Mokkedes.
COMPLEXE CULTUREL
ABDELOUAHEB-SALIM
(CHENOUA, TIPASA)
Jusqu’au 14 octobre : Exposition
d’art plastique avec l’artiste Belaziz
Amina de Blida.
CINÉMATHÈQUE ALGÉRIENNE
(26, RUE LARBI-BEN-M’HIDI,
ALGER)
Jusqu'à la fin du mois d’octobre :
Projection des films Titi de Khaled
Barket et L’Héroïne de Chérif
Aggoune.
SALLE IBN KHALDOUN
(ALGER-CENTRE)
Mardi 14 octobre à 19h : Concert de
Lucía Álvarez «La Piñona». Un
événement organisé par l'ambassade
d’Espagne en Algérie et l'institut
Cervantès d'Alger. Entrée libre.
SALLE EL-MOUGGAR
(ALGER-CENTRE)
Du 1er au 28 octobre : Film
L’andalou de Mohamed Chouikh, à
raison de 3 séances : 14h-17h-20h,
sauf les dimanches.
GALERIE SACRÉ ART (126, RUE
DIDOUCHE-MOURAD, SACRÉ-CŒUR,
ALGER)
Jusqu’au 15 octobre : Exposition de
peinture «Réalisme contemporain» de
l’artiste Lamine Azzouzi.
Le Soir
[email protected]
d’Algérie
Lundi 13 octobre 2014 - PAGE 17
TRUCS ET
ASTUCES
Pour empêcher un bouton de
fièvre de pousser
Dès que
vous
sentez
qu'un
bouton de
fièvre
commence à s'installer, il
faut frotter l'emplacement
du bouton avec une
lamelle d'oignon. Répéter
plusieurs fois par jour.
Le
magazine de la femme
6 gestes douceur
pour le corps
BEAUTÉ
Pour éliminer la statique
dans les cheveux
Pour éliminer la statique
dans les cheveux, il suffit
d’appliquer de la crème
hydratante sur les mains
puis de frotter vos mains
ensemble. Lorsque la
crème est absorbée,
passez vos mains dans
vos cheveux. Vous
n'aurez plus de statique et
vos mains seront douces !
Pour éliminer une mauvaise
odeur sur les mains
Pour éliminer une
mauvaise odeur sur les
mains causée par de
l’eau de Javel ou autre,
lavez-les à l’aide de
dentifrice, puis avec votre
savon habituel.
Pour enlever facilement une
bague
Pour
enlever
facilement
une bague
d'un doigt
qui est un
peu gonflé, il suffit de
passer un peu d'eau de
Javel sur le doigt et la
bague s'enlèvera.
Gommez : ainsi vous
oxygénez votre peau en la
débarrassant des cellules
mortes et autres impuretés
qui l’empêchent de respirer.
Bannissez les produits
desséchants ou agressifs
comme certains savons.
Choisissez des produits
doux, adaptés à votre
peau. Et ne soyez pas trop
dure avec elle si vous
utilisez un gang de crin.
Évitez les bains trop
chauds et trop longs.
Certes, ils délassent, mais
ils agressent l’épiderme et,
surtout, le ramollissent.
Une douche tiède est
infiniment plus tonique.
Séchez très soigneusement
votre corps après votre
toilette. Lorsque toute trace
d’humidité aura disparu,
vous pourrez alors
appliquer votre lait de
corps.
Buvez pour hydrater votre
corps de l’intérieur. Parce
que l’épiderme est
constitué à 60 % d’eau, il
est essentiel de conserver
ce précieux capital. De
l’eau et encore de l’eau :
soit au minimum 1 litre et
demi par jour, en
commençant par un grand
verre à jeun.
Enfin, oxygénez-vous.
Votre corps en a un besoin
vital. Marchez, courez,
faites de l’exercice, cela
Fondant au chocolat
200 g de chocolat noir, 150 g de beurre,
150 g de sucre en poudre, 50 g de
farine, 3 œufs
Commencez par sortir le beurre du
réfrigérateur afin qu'il ramollisse. Si vous
avez oublié, il suffit de le passer au microondes pendant une dizaine de secondes, il
vous sera plus facile de le travailler par la
suite. Dans une casserole, cassez le
chocolat en morceaux auxquels vous
ajoutez 3 cuillères à soupe d'eau, et
mettez le tout à fondre à feu moyen au
bain-marie. Pendant ce temps, dans un
saladier, travaillez, à l'aide d'une cuillère
en bois, le beurre mou en pommade, ajoutez le sucre en poudre, et continuez de
remuer jusqu'à ce que le mélange devienne léger et onctueux ; vous pouvez aussi
vous aider d'un batteur électrique, plus efficace pour obtenir la consistance désirée.
Ajoutez alors les œufs un à un en alternant avec la farine. Ajouter le chocolat au
mélange. Verser dans des moules en cilicone préalablement saupoudrés de cacao.
Cuire dans un four préchauffé à 180° 10 à 15 minutes maximum.
SAUCE AUX FINES HERBES
250 g de fromage blanc à 20 % de MG, 2 c. à soupe de
vinaigre, 1 c. à café de moutarde, 1 bouquet de
cerfeuil, 12 bouquets d'estragon, sel, poivre
Battez le fromage blanc avec le vinaigre, la moutarde, sel,
poivre. Ciselez le cerfeuil et l’estragon, puis incorporez.
favorise le renouvellement
cellulaire.
Page animée par Hayet Ben
Purée d’oignons
aux côtelettes
8 côtes secondes d’agneau, 6 oignons, 60 g de
beurre, 3 c. à soupe de crème fraîche, 1 c. à café de
farine, sel et poivre du moulin
Eplucher et émincer les oignons. Les faire fondre dans
une casserole avec le beurre, 30 min environ à feu
moyen. Eviter de les faire colorer, les oignons doivent
rester blonds. Remuer régulièrement. Réduire les
oignons en purée à l’aide d’un mixer plongeant ou d’un
presse-purée : la purée doit être assez épaisse et
blanche. Ajouter la farine et la crème fraîche, saler et
poivrer. Conserver la purée d’oignons au chaud. Faire
griller les côtes d’agneau 2 à 4 min sur chaque face.
Servir les côtelettes accompagnées de la purée
d’oignons.
Parents-enfants :
ritualisez le réveil
Le rituel du
réveil est
aussi
important
que celui
du
coucher!
Premier
repère de
votre
enfant le
matin, il
donne
aussi le
ton de sa journée. Alors essayez de
démarrer en douceur. Si possible,
favorisez un réveil naturel par les bruits
ambiants et la lumière.
Dès qu'il aura les yeux ouverts, un bisou
ou un câlin l'assureront de votre amour.
Lui laisser le temps de se réveiller est
essentiel,
même au
prix de
quelques
minutes de
paresse au
lit. Vous
pouvez
aussi
mettre le
réveil plus
tôt, pour
éviter la
précipitation. Tout le monde y gagne en
détente ! Si votre enfant est de ceux qui
n'ont pas faim au réveil, commencez par
sa toilette pour lui laisser le temps de
s'ouvrir l'appétit. Et pour lui faciliter la vie,
ne lui demandez qu'une chose à la fois et
ne multipliez pas les recommandations.
Les pâtes :
les alliés d'un régime minceur
Si vous cherchez à contrôler votre
poids, ou même à maigrir, les pâtes
sont vos meilleurs alliés. Et ce, pour
trois raisons :
Elle ont une faible densité calorique.
Une portion de 50 g de pâtes crues se
gonfle d’eau à la cuisson pour atteindre
150 g, soit 175 cal. Accompagnées de
poisson et de légumes, les pâtes
constituent une ration alimentaire à
moins de 300 cal. Une astuce : faites
comme les Italiens, consommez-les en
entrée. Vous serez ainsi mieux
rassasiée.
Elles ont un effet antifringale.
On a faim lorsque l’estomac est vide ou que le taux de sucre dans le sang diminue
trop. Or, les pâtes quittent lentement l’estomac et, de plus, stabilisent le taux de sucre
sanguin.
Elles ont un effet antigraisse.
Plus on consomme de pâtes, moins on compense avec des aliments gras ou sucrés.
MOTS FLÉCHÉS
Détente
Le Soir
d’Algérie
Son nom
---------------Son prénom
Lundi 13 octobre 2014 - PAGE
Par Tayeb Bouamar
Président
auquel il a
succédé
Capitale
---------------Coula
---------------Insecte
Fabrique
---------------Assiste
Hélium
---------------Accord
anglais
---------------Cloîtrée
Osmium
---------------Note
---------------Germanium
Son
pays
Article
---------------Calcium
---------------Gallium
Organisation
internationale
---------------Dans le Nil
---------------Lancés
Démonstratif
---------------La première
---------------Amende
Sodium
---------------Dévore
Monnaie
---------------Profits
Ville de
France
---------------Amusé
Prénom
---------------Autoritaire
18
Poèmes
---------------Possessif
Néon
---------------Tellure
---------------Couche
Loi du
silence
---------------Relevée
Bateau
---------------Idiots
Gouttelette
---------------Ile
Allé
---------------Cervidé
Armée
sahraouie
---------------Doter
Posa
---------------Crétin
Carton
---------------Géant
Génial
Pulvérisé
---------------Joyeux
---------------Invite
Fin de série
---------------Interjection
Gabarit
---------------Répond au
tac
Poisson
---------------Grecque
---------------Semblable
Adverbe
---------------Saisit
---------------Leader
chinois
Caché
---------------Crie
---------------Substance
Forme
d’être
---------------Trolley
---------------Etain
Terre
---------------Epate
---------------Condition
ENUMÉRATION
Circule
---------------Ternie
Parti
---------------Ministère
Pur
Il y
est né
L ET T R E S D E : Katowice
Ces colonnes abritent les noms
de six œuvres de Josef Hora.
Une lettre ne peut être cochée qu’une seule fois.
Définition du mot restant =
«Son pays»
H
O
U
I
L
L
E
1
2
3
4
5
C
H
E
Q
U
I
E
C
L
A
T
D
R
A
J
E
L
O
E
B
S
I
L
E
U
R
S
R
D
E
E E N N A X I
N D E C E N D
F N E E R B R
A
L
T
N
D E S A U V E
E E N R U O J
U R J E A N L
1- CORDES AU
3- LE JARDIN DE
VENT
CENDRILLON
2- L’ARBRE EN
4- LA JOURNÉE
FLEURS
DE LABEUR
D
R
I
L
L
O
N
L
A
E
E
T
S
I
N
O
L
O
I
V
5- JEAN, LE
VILONISTE
6- DIX ANNÉES
6
7
Sacré
---------------Emporte
1- GISEMENT
2- VILLE VOISINE
3- PRODUCTION
4- FONDERIE
8
5- PAYS
9
10
6- RÉGION
11
7- INDUSTRIE
12
S OLUTIONS …S OLUTIONS …S OLUTIONS …
MOTS FLÉCHÉS
GÉANTS
HAMAMLIFA-PETRIT
AMER--ARIDE-VELO
RIT-FAMILE-DINER
LE-FRAISE-SE-T-R
E-CRO-NE-TU-FETE
MELANGE-RACEES-N
-R-NCI-BARRER-AT
LANCE-CRIMES-CIOBUS-BOUDAS-DORE
BLE-FENNEC-VER-L
-E-DUR-ES-GAR-AL
F-PRIEES-MALIGNE
REPORTS-SOLIDE-S
OC-LAS-TC-ESA-PTARES-FROTTE-BEM
TRIS-STORES-CRUA
ETE-RP-NES-TUE-L
RA-POLIES-MA-SAC
A-ROUEES-REPIT-H
-MEULES-POLIR-LA
DUBLIN-VOUES-PIN
ETUIS-BERGE-TROC
MITE-HANTE-REINE
ONS-RANGS-RALA-U
NA-KURDE-DUPE-ES
T-CITEE-BIDE-OTE
ACRE-N-BASE-LIASAUVEGARDE-BELLE
MOTS FLÉCHÉS
-AMAR-AINBENIANSUER-AMOUR-AMI-C
INS-C-EDS-ETIRER
DE-MOINE-FLUTE-B
A-POULE-EGARE-SE
LEVURE----NE-TEL
IN-E-T----S-MARC
-NOS-G-----MACAO
LUS-BALAI-CUIT-U
AI-FORET-BIEN-RR
L-CURES-NIET-TOT
MALINS-MIEL-CRIAMERE-FIER-BOA-F
SI-ARRIEREGAUCHE
LETTRES DE
KATMANDOU
----NEPAL-------NEWAR----------STUPAS------BHADGAUN----BODNATH----
MOT RESTANT = TCHÉQUIE
MOTS FLÉCHÉS GÉANTS
Détente
Le Soir
d’Algérie
Lundi 13 octobre 2014 - PAGE
19
Par Tayeb Bouamar
Détroit
---------------Plus
qu’assez
Monnaies
---------------Chiffre
Inanimé
---------------Langue
Consonne
Cube
double
---------------- ---------------Samarium
---------------- Lanthane
Certains
Dans le sol
---------------Chaîne TV
---------------Cloîtrées
Dans l’œil
---------------Dans la
hutte
Note (inv)
---------------Hurleur
Dans
la cellule
---------------Issue
---------------Dépité
Brevet
---------------Imite le chat
Idiot
---------------Divinité
---------------Baudet
Adora
---------------Article
---------------Arsenic
Surfaces
---------------Mélodie
Artère
---------------Article
Lac
---------------Sodium
---------------Divinité
Crack
---------------Préposition
Préfixe
---------------Danses
Rossés
---------------Note
Classées
---------------Dissimulée
Gouttelettes
---------------Condition
Prix
---------------Saint
---------------Dresse
Tristes
---------------Océan
Queue de
souris
---------------Ménage
Dans l’œil
---------------Pour deux
Douleur
---------------Sommet
---------------Nazis
Burlesque
---------------Consonne
double
Chanson
---------------Ecroulée
Exhiberait
---------------Rigolé
Coffre
---------------Clowns
Pouffé
---------------Cube
Référence
---------------Broyai
---------------Possessif
Peintures
---------------Gaie
Circules
---------------Pauvreté
---------------Ont
sommeil
Césium
---------------Etain
Passions
---------------Ordinaire
Peuple
---------------Venge
Farce
---------------Peuplera
Minus
---------------Béryllium
Brome
---------------Saison
Mesure
---------------Pouffé
---------------Possessif
Radium
---------------Soldats
Couleurs
---------------Manganèse
---------------Ile
Issue
---------------Substance
Os
---------------Retraites
---------------Honneur
Exprimais
---------------Organisation
internationale
Suce
---------------Jeunes
Pronom
---------------Foot à Sétif
Armée
---------------Pointe
Voyelle
double
---------------Titres
Duel
---------------Entamées
Version
---------------Grecque
Influencera
---------------Volume
Fruit
---------------Pourrit
---------------Bandes
Chlore
---------------Disposées
Fictif
---------------Commérages
Ile
---------------Ecolos
Poil
Inutiles
---------------Chrome
---------------Cède
Ustensile
---------------Voix élevée
Bout
---------------Leader
libanais
Routes
---------------Ose
---------------Parti
Père de
Tintin
---------------Mal de dent
Greffes
---------------Entraver
Issues
---------------Protection
---------------Sent
Humide
---------------Fruit
---------------Mesure
Démonstratif
---------------Océan
Vedettes
---------------Note
Pot
---------------Pronom
Doter
---------------Consonne
double
Préposition
---------------Scandium
Plus âgées
---------------Planter
Lettre
---------------Profits
Creuse
---------------Note
---------------Etain
Met
---------------Bruit
Terni
Friandises
---------------Salis
Publicité
Le Soir
d’Algérie
Lundi 13 octobre 2014 - PAGE
SOIR DE LA FORMATION
ÉCOLE TECHNIQUE lance :
• Des formations diplômantes en : Topographie - Conducteur de travaux bâtiment-Métreur,
vérificateur et études des prix - Informatique - Comptabilité - Agent de transit et dédouanement
- Plomberie - Froid et climatisation - Photographie - Education de jeunes enfants…
• Des formations qualifiantes en : Informatique (maintenance et réseaux, les vers et les virus
informatiques, création de sites web…) - Infographie - Réparation GSM - Langues étrangères
avec méthodes d’apprentissage audiovisuelle - Topographie - HSE - Déclarant en douane Gestion des ressources humaines - Photographie - Vidéographie…
> Stage pratique assuré par l’Ecole Technique.
> Possibilité d’insertion en milieu professionnel.
> Emploi du temps au choix des candidats.
Contactez-nous :
Tizi-Ouzou : Lotissement Ameyoud, rue des frères Beggaz - 026 212 335 - 0550 230 303
Alger : Rue Didouche-Mourad, Bt n° 08, 2e étage - 021 645 680 - 0560 97 10 33
www.ecole-technique.com F119003/B13
TIZI-OUZOU - IST lance des formations à distance : Licence professionnelle :
management, finances, fiscalité et comptabilité, GRH, marketing. - Master professionnel :
management des entreprises, management en QHSE, GRH, marketing. - HSE : manager,
inspecteur, agent de sécurité, HACCP. - Adresse : IST Imm. Chergui, rue Kerrad-Rachid,
Tizi-Ouzou. - Tél./Fax : 026 12 89 08 - Mob.: 0550 59 46 18 F119011/B13
TIZI-OUZOU - IST - www.ist-dz.com lance : Formations diplômantes : BTS cond.
trav. bât., métreur-vérif., arch. d’intérieur. - BT topographie, expl. inf. - CAP inst. sanit.
et gaz, chauffage centr., inst. pann. solaires, électr. ind./bât., peint. bât. - Formations
qualifiantes : Bâtiment : chef de projet, installation sanitaire et gaz, chauffage centr.,
électricité bât, agent topographe, arch. d’intérieur. - Informatique : Agent de saisie,
infographie, maint. inf. et réseaux. - Gestion : déclaration en douane, assist. GRH, gest.
stocks. - Technique : électr. ind., électronique génl. - Médical/Social : délégué médical,
délégué dentaire, marketing pharm., vendeur pharm., prothésiste dentaire, secrét.
médicale, assist. maternelle. - Hôtellerie : agent de voyages, réceptionniste, intendant
(gest. base de vie). - HSE : manager, inspecteur, agent de sécurité, HACCP. Langues : français, anglais, allemand, espagnol. - Formations supérieures :
Ingénieur : d’affaires, commercial, bâtiment, énergétique, informatique. - Master
professionnel : manag. et stratégie d’entreprise, manag. en QHSE, GRH, bâtiment. Adresse : IST Imm. Chergui, rue Kerrad-Rachid, Tizi-Ouzou. - Tél./Fax : 026 12 89 08
- Mob.: 0550 59 46 18 F119012/B13
PRO-INFO FORMATION à Alger-Centre lance cycle informatique de gestion et bureautique
(6 mois), cycle infographiste/maquettiste (4 mois), cycle maintenance PC + réseaux (4 mois). 06, rue Richelieu, Alger-Centre. - Tél.: 021 73 50 28/27 - Mob.: 0560 42 21 12
F138549
ÉCOLE DE FORMATION PROFESSIONNELLE EL-QODS - Devenir pizzaïolo, boulanger ou
briochard professionnel, l’Ecole vous propose des formations de courtes durées avec des
méthodes professionnelles. Kouba : 021 68 03 29 - 0549 34 16 71
F138556
20
SMATECH (SCHOOL OF MANAGEMENT & TECHNOLOGy), école agréée par l’Etat,
spécialisée en HSE, et en partenariat avec OSHA Academy des USA,
assure la formation en :
• QHSE (Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement), pour : Manager - Superviseur Inspecteur. • Agent de sécurité et de prévention. - Les attestations HSE sont délivrées par
OSHA Academy des USA. • Cours de langues. • Initiation à l’informatique.
- Pour plus de renseignements et inscriptions, veuillez nous contacter aux :
026 200 506 - 0550 906 950 et 0550 906 951 - Adresse : Rue des frères Oudahmane
(axe nouveau lycée Abane-Ramdhane), Tizi-Ouzou. - E-mail : [email protected]
- Visitez notre site web : www.smatech-tiziouzou.com F118950/B13
LES STAGES DE BEAUTÉ ACADÉMIE : coiffure le 11/10, manucure maquillage.
Tél.: 021 68 17 70 - 0556 82 46 36 AF
ÉCOLE AGRÉÉE PAR L’ETAT lance formations : CMP banque, durée 18 mois, pour
4e AM, et déclarant en douanes, durée 6 mois, pour 1re AS. - Contacter : IMS au 31,
Bd Amirouche, Alger. - Tél.: 021 63 45 08 et 0561 37 12 91 F138507
TIZI-OUZOU - IST lance formations de : Chauffagiste (45 h), instal. panneaux solaires
(45 h), automates progr. (30 h), télésurveillance (30 h), optique lunetterie (6 mois)
avec possibilité d’hébergement. - Adresse : IST Imm. Chergui, rue Kerrad-Rachid, TiziOuzou. - Tél./Fax : 026 12 89 08 - Mob.: 0550 59 46 18 F119011/B13
TIZI-OUZOU - IST lance le 19 octobre 2014 formation en Scanner automobile (théorie +
pratique) : systèmes inject. E/D, antidémar., ABS et clim. - Durée : 6 jours avec possibilité
d’hébergement. - Adresse : IST Imm. Chergui, rue Kerrad-Rachid, Tizi-Ouzou. Tél./Fax : 026 12 89 08 - Mob.: 0550 59 46 18 F119011/B13
ÉCOLE EFMOD LANCE : TS en éducatrion des jeunes enfants, éducatrice de crèche.
- L’école assure le stage pratique - Possibilité d’insertion en milieu professionnel. 021 96 54 91 - 021 96 34 80 BEO. F138446
NEW FORMA, agréée par l’Etat, assure des formations coiffure, esthétique,
massage et onglerie, maquillage, modélisme, stylisme, H.-couture, éducatrice de la
petite enfance, crèche. - 021 64 24 80 - 0551 15 31 71 - 0799 34 74 27 - 021 64 25 04 F138297
PRO-INFO FORMATION à Alger-Centre donne cours accélérés de langues : anglais, français,
espagnol, allemand. Cours pour adultes et enfants. 12 niveaux. Promotion de – 30 % (pour
octobre). - 06, rue Richelieu, Alger-Centre. - Tél.: 021 73 50 28/27 - Mob.: 0560 42 21 12 F138549
ECO FAM lance pour les 3e AS et bacheliers formations TS en commerce international,
marketing, management, banque et informatique de gestion, déclarant en douanes et
formations qualifiantes pour cadres d’entreprise et universitaires en management, GRH,
gestion des stocks et approvisionnement, fiscalité, management opérationnel des
ressources humaines, marketing et finance comptabilité selon les normes IAS/IFRS.
Tél.: 021 63 28 83 - 021 63 43 75 - Mail : [email protected] AF
DEMANDES D’EMPLOI
JF, ing. en agronomie, cherche emploi
à Aïn-Defla. Tél.: 0795 450 308
–––––––––––––––
JH, 34 ans, père de famille, 11 ans
d’expérience dans l’automobile, cherche emploi
dans la logistique ou service après-vente, dans
société ou autre. Tél.: 0559 80 74 04 NS
–––––––––––––––
JH, sérieux, dynamique, cherche emploi
comme chauffeur, agent de sécurité ou autre.
Tél.: 0551 98 38 66 - 0550 06 83 23 NS
–––––––––––––––
JF possédant permis léger et permis de place
cherche emploi comme chauffeur pour
transport enfants ou famille, ou dans Sté
privée ou étatique. Tél.: 0555 48 41 66
–––––––––––––––
JH, ing. en hydraulique, exp. un an, cherche
SOS
––––––––––––––––
Jeune fille âgée de 30 ans, handicapée
moteur à 100 %, lance un appel à l’aide pour
l’achat d’un fauteuil roulant électrique pour
se déplacer. Je demande à toute âme
charitable de l’aider. Que Dieu vous le
rendre. Tél.: 0772 19 34 80
Edité par la SARL
LE SOIR D’ALGERIE
SIÈGE :
DIRECTION-RÉDACTION :
Fax : 021 67.06.76
ADMINISTRATION :
Fax : 021 67.06.56
1, Rue Bachir Attar
Place du 1er -Mai
- Alger Tél. : 021 67.06.58 021 67.06.51
empoi dans Sté publique ou privée.
Tél.: 0773 22 01 08
–––––––––––––––
H., 58 ans, cherche emploi comme chauffeur,
démarch., distrib., représent., vend., magas.
ou autre, dynamique, très sérieux.
Tél.: 0771 38 44 74
–––––––––––––––
JD cherche emploi comme garde-malade ou
femme de ménage. Tél.: 0558 71 53 17
–––––––––––––––
JH, 24 ans, DEUA en commerce international,
2 ans d’exp., cherche emploi dans le dom. ou
autre. Tél.: 0771 45 03 89
–––––––––––––––
Cadre comptable, long. exp. en compta et
finances, maîtrise logic. PC Compta et
PC Paie, cherche emploi. Tél.: 0770 71 68 69
et 021 94 14 43
–––––––––––––––
JH, 31 ans, ing. en environnement, superv.
HSE, 3 ans d’exp. dans le dom. HSE et
logistique, cherche emploi dans le dom. (HSE,
logistique). Tél.: 0555 088 799
–––––––––––––––
JH, comptable, 10 ans d’expérience sur
PC Compta et PC Paie, outil informatique,
cherche emploi. Tél.: 0553 641 500
–––––––––––––––
COMPTES BANCAIRES :
CPA : Agence
Hassiba Ben Bouali
N°116.400.11336/2
BNA : Agence «G»
Hussein-Dey
N° 611.313.335.31
CCP : N° 14653.59
Registre du commerce :
RC N° 0013739.B.00
MEMBRES
FONDATEURS :
Maâmar FARAH
Djamel SAÏFI
Fouad BOUGHANEM
Zoubir M. SOUISSI
Mohamed BEDERINA
GÉRANT-DIRECTEUR
DE LA PUBLICATION :
Fouad BOUGHANEM
DIRECTEUR
DE LA RÉDACTION
Nacer BELHADJOUDJA
P.A.O. : «Le Soir»
PUBLICITÉ
Le Soir : SIÈGE Fax : 021 67.06.75
BUREAUX REGIONAUX :
BOUMERDÈS
«Résidence Badi», bt 3,
2e étage,
RN n° 24, Boumerdès-ville
Tél./fax : (024) 79 40 72
Email : [email protected]
ANNABA
19, rue du CNRA
(Cours de la Révolution)
Tél. : 038 86.54.22
Fax : 038 86.61.76
Télex : 81095
BLIDA
103, Avenue Ben-Boulaïd
Blida
Tél./Fax : 025 40.10.10 Tél. : 025 40.20.20
JH, 30 ans, ing. + respons. HSE, 4 ans d’exp.
comme resp. HSE dans une entrep. étrang.,
maîtrise la réglementation HSE, out. informat.,
cherche emploi dans une entrep. priv. ou
étrang. Tél.: 0660 465 038
–––––––––––––––
JF, 24 ans, licence sc. éco., opt. monnaie,
finance et banque + DES comm. internat.,
5 mois exp. assistante gérant, cherche emploi
w. 16, axe Rouiba-Alger. Tél.: 0552 29 45 92
–––––––––––––––
JH, 23 ans, diplômé en plomberie Gnl et
réception hôtellerie, cherche emploi dans le
domaine. Tél.: 0550 40 50 64
–––––––––––––––
JH, cuisinier qualifié, longue exp., cherche
emploi. Tél.: 0778 36 94 04
–––––––––––––––
Cadre à la retraite, longue exp. en fabrication
mécanique, cherche emploi. Tél.: 0797 28 92 26
–––––––––––––––
JH, cuisinier qualifié, longue exp., cherche
emploi. Tél.: 0778 36 94 04
–––––––––––––––
JH, sérieux, TS en informatique de gestion,
expérimenté en maintenance, ing. d’affaires,
cherche poste de travail en rapport, dans axe
Alger-Boumerdès. Tél.: 0551 34 50 24
–––––––––––––––
CONSTANTINE
9, rue Bouderbala
(ex, rue petit),
Constantine
Tél. : 031 92.34.23
Fax : 031 92.34.22
ORAN
3, rue Kerras Aoued.
Tél. : 041 33.23.95
SÉTIF
Rue du Fida, centre
commercial Zedioui
1re étage, Sétif.
Tél. : 036 84 48 00
BOUIRA
Gare Routière. Lot N°1.
3e étage Tél. : 026 94 29 19
E-Mail : [email protected]
MASCARA
Rue Senouci Habib
BORDJ-BOU-ARRERIDJ
2, rue Cherifi Mohamed
TIZI-OUZOU
Bt Bleu,cage C
(à côté de la CNEP)
2e étage, gauche
Tél./Fax : 026 12 87 04
Tél. : 026 12 87 01
Maison de la presse.
Tél.Fax : 045 80.28.43
TLEMCEN
Cité R’hiba Bt n°2 RDC.
Tél. : 043 27.30.61 /
Fax : 043 27.30.82
BÉJAÏA
19, rue Larbi Ben-M’hidi
(rue Piétonnière),
Béjaïa-ville 06000
Tél. : 034 21.14.51
Fax : 034 21.18.60
JH, 26 ans, niv. universitaire, cherche emploi
l’après-midi comme vendeur ou ag. de
sécurité, sur Alger. Tél.: 0550 98 54 91
DÉCORATION + JARDINS
➦ Tous travaux d’espaces verts
➦ Gazon en plaques pour pelouses
➦ Réalisation des parcs et jardins
➦ Décoration intérieure et extérieure
➦ Conception de cascades.
Devis et plans gratuits
Tél. : 0770 884 901 - 021 603 659
Nous contacter par : e-mail : [email protected]
(près du cinéma Vox)
Tél./Fax : (035) 68-10-52
IMPRESSION
Centre : S.I.A Alger
Est : S.I.E Constantine
Ouest : S.I.O Oran
DIFFUSION
Est : Sodi-Presse
Centre : Le Soir
Ouest : MPS
Tél.: 0550 17 26 03
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation.
NOTRE JOURNAL
fait sienne cette citation de Joseph Pulitzer, fondateur du
journalisme moderne :
«Il (son journal, ndlr) combattra toujours pour le progrès et
les réformes, ne tolérera jamais l’injustice et la
corruption ; il attaquera toujours les démagogues de tous
les partis, n’appartiendra à aucun parti, s’opposera aux
classes privilégiées et aux exploiteurs du peuple, ne
relâchera jamais sa sympathie envers les pauvres,
demeurera toujours dévoué au bien public. Il maintiendra
radicalement son indépendance, il n’aura jamais peur
d’attaquer le mal, autant quand il provient de la
ploutocratie que de ceux qui se réclament de la pauvreté.»
Publicité
Le Soir
d’Algérie
AppARTeMenTS
Lundi 13 octobre 2014 - pAge
LE SOIR DE L’IMMOBILIER
––––––––––––––––––––
Agence EUREKA M’douha N° tél.: 0555 12 31 60 - 0772 09 63 67 - TiziOuzou, vend F2 sup. 54 m2, prix 230 u.,
paiement par tranche, endroit résidentiel. - F3,
sup. 77 m2, prix 400 u. nég., paiement par
tranche. - F4, sup. 103 m2, prix 520 u. nég.,
NECROLOGIE
DÉCÈS
––––––––––––––––––––
Les familles Aït Saïd et Bouchène
d’Alger et de Tiguemounine (Ouacif),
parents et alliés ont la douleur de faire
part du décès de leur très chère et regrettée mère, grand-mère, arrière-grand-mère,
sœur et tante
Aït Saïd Ouardia née Bouchène
à l’âge de 79 ans.
La levée du corps se fera aujourd’hui
lundi 13 octobre 2014 du domicile familial — 379, rue Abdelaziz-Redouane,
Draria, Alger, et l’enterrement aura lieu
au cimetière Essebala après la prière du
Dohr.
Que Dieu accorde à la défunte Sa
Sainte Miséricorde et l’accueille en Son
Vaste Paradis.
A Dieu nous appartenons et à Lui
nous retournons.
––––––––––––––––––––
paiement par tranche. - La Tour, vend F3, sup.
75 m2, prix 790 u. avec crédit bancaire. Espagne, vend F3, prix 30 000 € nég. F119045/B13
––––––––––––––––––––
Agence immobilière Amazith Tizi-Ouzou N° tél.: 026 21 84 06 - 0550 48 99 70 0560 93 22 18 - Met en vente : F3 fini, 72 m2,
1er étage, 02 façades, 600-EPLF, N.-Ville, livret
foncier + F3, 6e étage, très bien fini, 60 m2,
Etatique, côté Registre du commerce T-O + F2
fini, 1er étage, 55 m2, CNR, T-O, acté, crédit
bancaire. F119044/B13
––––––––––––––––––––
Eurl Promotion Immobilière vend
appartements, F2, F3, F4, F5 à Tizi-Ouzou et à
Tigzirt-sur-Mer, avec crédit bancaire, au taux
bonifié 1 % d’intérêt. Tél.: 0552 28 22 13
F119033/B13
––––––––––––––––––––
LOcATiOnS
––––––––––––––––––––
Agence EUREKA M’douha N° tél.: 0555 12 31 60 - 0772 09 63 67 - TiziOuzou, loue F4 meublé, endroit résidentiel,
60 000 DA/mois. - Loue F4 à la Tour,
25 000 DA/mois. F119045/B13
––––––––––––––––––––
Dély-Ibrahim, loue belle villa. - 0661 51 45 64
F138547
––––––––––––––––––––
Loue local 1er étage, bien situé, Ben-Aknoun.
Tél.: 0673 78 19 56 F138538
––––––––––––––––––––
Douéra, loue local toutes activités, sauf
AviS de
RecheRche
––––––––––––––––
L’absence inquiétante d’un père de famille
Domicilié à Blida, hAdJAdJ ABdeLKAdeR n’a plus donné de nouvelles
depuis le 7 août 2014, âgé de 78 ans, vêtu d’une veste d’été noire et chemise
avec pantalon vert militaire et qui perd de temps en temps la mémoire.
Prière à toute personne ayant des informations sur lui de les communiquer aux
services de police ou de gendarmerie les plus proches, ou bien aux numéros
de téléphone suivants : 0771 24 08 79 - 0552 88 94 39
AVIS
AppeL Au dOn
petite fille de 3 ans, atteinte d’une Spina Bifida, lance un appel à l’aide à toute âme charitable
pour l’aider à bénéficier d’une prise en charge en Algérie ou à l’étranger. Prière de contacter
son père au : 0542 39 29 16 - Merci. - Dieu vous le rendra au centuple, inch’Allah. B15
RÉPARATION
machines à laver, réfrigérateurs,
climatiseurs, à domicile.
Tél.: 0553 00 07 48
0770 10 41 36
NS
––––––––––––––––
Vous augmentez le son de votre télé ? Vous
faites répéter celui qui vous parle ? Vous ne
comprenez pas bien dans le bruit ? Vous avez
sûrement un problème d’audition. - AUDIOLEF
vous invite à faire un test auditif gratuit. - Pour
RDV, téléphonez au 0661 10 35 23 si vous
habitez à : Batna, Médéa, Laghouat. F000295/B10
––––––––––––––––
RÉOUVERTURE DU
MÉLIA ALHAMBRA
PÂTISSIERS-TRAITEURS
CITÉ DU 11 DÉCEMBRE 1960
N°54 DÉLY BRAHIM - ALGER.
OFFRES
Restaurant à Alger cherche
Serveuses - Serveurs - Femmes
de ménage. Tél.: 0791 01 04 81 NS
–––––––––––––––
Rec. superviseur en HSE + femme de
ménage. Tél.: 0560 09 98 56 - 0560 09 98 75
- CV au : 021 63 27 18 F138527
–––––––––––––––
SABIE recrute pour son site d’Hydra à Alger :
chauffeurs-livreurs, magasiniers, commerciaux.
- Envoyer votre CV à :
[email protected] F138559
–––––––––––––––
Restaurant à Alger cherche un serveur
qualifié, résidant Alger. - 0672 42 94 43 F138558
–––––––––––––––
Cherche femme de ménage, Alger, hébergée.
Tél.: 0561 337 149 F138563
–––––––––––––––
Sté à Rouiba, spécialisée dans la fabrication
de matériel de grande cuisine et équipements
frigorifiques, cherche : • Responsable
TeRRAinS
––––––––––––––––––––
Vends terrain à Dellys, 1 479 m2, chemin TrikEl-Khendak, Les Jardins. Tél.: 0557 03 79 00 Intermédiaires s’abstenir. NS
––––––––––––––––––––
Agence immobilière Amazith Tizi-Ouzou N° tél.: 026 21 84 06 - 0550 48 99 70 0560 93 22 18 - Vend terrain commercial, acté,
de 800 m2, avec une villa style colonial, au
centre-ville Issers + terrain acté de 587 m2, lot
Salhi. F119044/B13
––––––––––––––––––––
Vends terrain Draria, 213 m2, acte + livret +
PC, 22 u./m2. Tél.: 0771 43 08 19 F138559
––––––––––––––––––––
LOcAux cOMMeRciAux
––––––––––––––––––––
Loue local 45 m2, Hydra, bien aménagé,
conviendrait agence de voyages ou
assurances. Tél.: 0770 26 39 20 NS
––––––––––––––––––––
Agence immobilière Amazith Tizi-Ouzou N° tél.: 026 21 84 06 - 0550 48 99 70 0560 93 22 18 - Vend local aménagé en
cafétéria, intégration, 49 m2, La Tour + local
fini de 63 m2, intégration, lot Bouzar + local en
SOIR AUTO
Vends Golf 7, année 2013, noire, 5 000 km.
- 0561 24 20 42 F138561
–––––––––––––––
Vds Peugeot 207 Allure, 2013, 1.4 VTI,
95 ch., 75 000 km. Tél.: 0558 90 08 11 0555 61 63 06 F138557
F119044/B13
––––––––––––––––––––
pROSpecTiOnS
––––––––––––––––––––
Sté étra. cher. appt et villa, env. Hydra. 021 91 48 33 - Urgent. F138547
––––––––––––––––––––
penSiOnS
––––––––––––––––––––
Dame offre colocation pour fille travailleuse à
Alger-Centre. Tél.: 0559 93 84 26 F143705/B4
––––––––––––––––––––
Offre pension à Alger-Centre pour jeunes filles
sérieuses. - 0542 400 884 F138561
––––––––––––––––––––
Offre pension étudiant, fonctionnaire, Maillot,
BEO. Tél.: 0667 33 09 43 - sms F138546
––––––––––––––––––––
ENTREPRISE DE TRAVAUX
FORESTIERS ET D’AMÉNAGEMENT
D’ESPACES VERTS
AOUICHA-CHERIF
Abattage • Elagage
• Couronnement d’arbres
• Décoration de jardin et
gazonnage • Bordures de
jardins, plantation,
aménagement de surfaces,
nettoyage • Désherbage,
piochage, tondeuse pour gazon.
0771 60 90 89
0550 64 31 33
N.S.
CYLKA - Soins à domicile
A votre disposition et assurés par une équipe médicale et
paramédicale qualifiée
• Consultation médicale • Kiné • Soins infirmiers,
post-opératoires • Prélèvements, analyses et résultats
• Conseil, orientation, accompagnement aux hôpitaux
d’Alger • Garde-malades • Circoncision.
Appelez-nous au : 0550 40 14 14
Vous entendez mal ? Votre enfant entend mal ?
Audifel vous offre un bilan auditif gratuit. Pour
prendre rendez-vous, téléphonez aux :
0661 10 35 08 Annaba - 0661 10 35 11 Sétif 0661 10 35 02 Alger. F000293/B10
––––––––––––––––
Prenons travaux de peinture, maçonnerie,
étanchéité. - 0553 08 24 47 F138525
––––––––––––––––
Prends ts trav. maçonnerie, modification toute
bricole. - 0550 18 32 48 F138534
––––––––––––––––
Saffâa, hadicapée moteur à 100 %, âgée
de 12 ans, demande à toute âme charitable
de l’aider en lui procurant des couches
adultes medium (moyennes). - Merci Allah vous le rendra. - Tél.: 0552 57 05 26
SOS
SOS
(ANCIENNEMENT INSTALLÉ
AU GOLF)
TÉL. : 0555-85-63-20
viLLAS
––––––––––––––––––––
Vends villa R+1, Bordj-El-Bahri. 0772 14 44 27 F138563
––––––––––––––––––––
intégration, 34 m2, à côté Bank El-Baraka.
DIVERS
––––––––––––––––
vous voulez réussir la tessdira de votre
fille ? vous voulez que ce jour soit le plus
beau jour de sa vie ? Faites appel à une
professionnelle au : 0554 92 23 08 NS
––––––––––––––––
Urgent, pour raison d’âge, société CADIC SOLI
(CD, DVD, sous-traitance) à céder pour
5 millions dinars. Offert catalogue et
équipement dépassant 10 milliards Cts en
valeur, rendement moyen 1 million/mois.
Tél.: 0555 92 61 46 F138536
restauration et mécanique auto, eau,
électricité. Tél.: 0662 765 490 F138523
––––––––––––––––––––
21
éLevAgeS
––––––––––––––––
Vends chiots race berger allemande.
Tél.: 0772 63 08 13 F138522
Réparation Tv à domicile,
toutes marques.
Tél.: 0772 89 17 22 - 0776 33 88 56
NS
dame dans le besoin cherche couches
3e âge. - Tél.: 0551 06 73 11 dieu vous le rendra.
D’EMPLOI
commercial. • Chef de production.
• Programmeur poinçonneuse ou plieuse
numérique. • Frigoriste. • Soudeur argon.
• Ouvriers qualifiés frigorifiques (armoire,
présentoirs…) - Ayant expérience, salaire très
motivant. - E-mail : [email protected] F862/B1
–––––––––––––––
Central à béton sise à Tizi-Ouzou recrute :
- Opérateur sur pompe à béton - Opérateur
central à béton. - Ingénieur en génie civil
option béton armé (contrôle de qualité). Mécanicien poids lourd. - Expérience exigée.
Tél.: 0561 685 692 F119035/B13
–––––––––––––––
Ch. garde-malade couchante, courte durée +
F. de ménage, jour, Heuraoua.
Tél.: 0673 78 19 56 F138538
–––––––––––––––
Importante entreprise spécialisée dans la
fabrication des produits en terre cuite, installée
à Tizi-Ouzou, recrute dans l’immédiat :
1. Directeur de production. Exigences du
postes : > Diplôme universitaire (bac+3
minimum). > Spécialité : technologie des
matériaux de construction ou équivalent.
> Expérience de plus de 05 ans dans le
domaine. - Conditions : > Sens de
commandement. > Disponibilité et sens de
responsabilité. > Esprit d’analyse et de
synthèse. > Notion en gestion de production et
en maintenance industrielle. > Bonne aptitude
rédactionnelle. > Maîtrise de l’outil
informatique. > Résider dans les environs de
Tizi-Ouzou. - Avantage : rémunération
motivante. - Adressez votre CV à l’adresse email suivante : [email protected]
F119028/B13
–––––––––––––––
Importante entreprise spécialisée dans la
fabrication des produits en terre cuite, installée
à Tizi-Ouzou, offre des possibilités de carrière
dans les différents profils : > 04 technicien
supérieur en mécanique et électromécanique.
> 04 technicien supérieur en matériaux de
construction. > 04 technicien supérieur en
maintenance industrielle. > 04 technicien
supérieur en automatisme. > 02 gestionnaire
des stocks. > 02 mécanicien (poids lourd et
engins), résidant dans la région, 2 ans
d’expérience minimum, disponibilité immédiate.
- Adressez votre candidature à :
[email protected] F119028/B13
–––––––––––––––
COURS PARTICULIERS
Cherche prof de musique,
guitare, pour cours particuliers à domicile pour deux
enfants.
Tél. : 0552 04 24 90
0668 01 47 43.
Sous le regard des islamistes-rémouleurs
KIOSQUE ARABE
J
PANORAMA
oe Biden est un vice-président
des États-Unis mal récompensé, même s'il n'est pas toujours
incompris, il est catalogué comme
gaffeur hors pair, sauf lorsqu'il se
tait, mais il est utile pour dire certaines vérités. Joe Biden ne dit rien
sur les cahots de cette étrange coalition anti-Daesh, dont les bombardements semblent faire autant d'effet
sur les islamistes que les obus du
Hamas sur Israël. Mais il sait se
départir de sa réserve d'Etat, pour
rappeler que Daesh n'est pas le
résultat d'une génération spontanée,
et que des gouvernements sont à
l'origine de la puissance de l'État
islamique(1). Le vice-président américain a montré du doigt les trois principaux responsables de la naissance
et de l'expansion du califat de
Mossoul, à savoir l'Arabie Saoudite,
le Qatar et la Turquie. Cette dernière
ayant rejoint tardivement la coalition
en traînant les pieds, et juste pour en
profiter, un peu comme les Ulémas
l'avaient fait en ralliant la lutte
armée. Mais comme il y a des vérités
qui ne sont pas toujours bonnes à
dire, Joe Biden a dû s'improviser
porte-excuses, et faire amende
honorable auprès des concernés.
Comme Galilée, réduit à se déjuger,
il aurait pu ajouter, in petto : «Et
pourtant, je n'ai dit que la vérité,
l'Arabie Saoudite et le Qatar financent et arment, la Turquie offre ses
zones frontalières et les facilités de
transit pour les convertis européens.»
Seulement, les trois pays sont des
alliés plus ou moins inconditionnels
de Washington, et le prouvent,
même si la Turquie se montre parfois rétive, et rue dans les brancards,
si l'expression est de mise. Les deux
alliés arabes, par ailleurs grands
pourfendeurs de l'Occident impie et
sanctuaires d'un Islam pur et dur, ne
veulent pas trop faire de bruit autour
de cette relation. Ils ont d'ailleurs
une panoplie de mariages de conve-
POUSSE AVEC EUX !
Par Hakim Laâlam
[email protected]
@hakimlaalam
nance à leur disposition pour tourner la Charia, dont ils sont les plus
âpres défenseurs, du mariage
«friend» du Yéménite Zendani au
«missiar» saoudien. Le missiar
consistant, rappelons-le, à faire
comme les marins et à disposer
d'une femme dans chaque port, ou
chaque oasis, dans ce cas d'espèce.
Quant à la Turquie de Tayip (il n'est
pas Tayeb comme on s'acharne à
nous en convaincre) Erdogan, son
choix est fait : l'idée d'une victoire
kurde à Kobbané (2) est plus insupportable que l'horreur d'un massacre
collectif, commis par Daesh. Le président turc l'a reconnu : pour lui le
parti kurde laïque (3) qui contrôle
Kobbané est pire que ses alliés naturels contre qui il a promis de retourner ses armes. Seulement, les chars
turcs en observation non loin de
Kobbané n'ont pas tiré encore une
seule salve, et se contentent de
parader, alors que les combats font
rage dans les rues de la ville assiégée.
Tout se passe comme si du haut
des collines qui surplombent
Kobbané, vouée à devenir la source
sanglante, des islamistes-rémouleurs supervisaient l'utilisation par
les islamistes-égorgeurs des lames
qu'ils leur ont aiguisées. Viendront
ensuite les islamistes-conjureurs qui
se confondront en lamentations,
plus ou moins sincères, sur les
pauvres victimes, et protesteront
encore une fois de leur innocence.
C'est à ces musulmans-conjureurs et
aux autres qui n'osent dire tout haut
ce qu'ils pensent tout bas, et qui se
complaisent dans le déni que
s'adresse le philosophe Abdennour
Bidar, dans sa lettre au monde
musulman : «Depuis le XVIIIe siècle
en particulier, il est temps de te
l’avouer, tu as été incapable de
répondre au défi de l’Occident. Soit
tu t’es réfugié de façon infantile et
mortifère dans le passé, avec la
régression obscurantiste du wahha-
bisme qui continue de faire des
ravages presque partout à l’intérieur
de tes frontières – un wahhabisme
que tu répands à partir de tes Lieux
Saints de l’Arabie Saoudite comme
un cancer qui partirait de ton cœur
lui-même ! Soit tu as suivi le pire de
cet Occident, en produisant comme
lui des nationalismes et un modernisme qui est une caricature de
modernité – je veux parler notamment de ce développement technologique sans cohérence avec leur
archaïsme religieux qui fait de tes
"élites" richissimes du Golfe seulement des victimes consentantes de
la maladie mondiale qu’est le culte
du dieu argent.»(4)
Ah, j'allais oublier les islamobaasistes : eux ne se contentent pas de
retourner à Médine, mais remontent
beaucoup plus loin, jusqu'à Hannibal
qu'un des leurs a arabisé il y a
quelques semaines(5). Suite à la parution de ma chronique sur le sujet, un
ami m'a fait parvenir un texte du
journaliste et pacifiste israélien Yuri
Avnery, qui prétend, au contraire,
que le prince phénicien était juif. Il
soutient lui aussi qu'Hannibal était
bien d'origine cananéenne, mais qu'il
appartenait à une tribu qui s'exprimait en hébreu ancien. Voilà qui
devrait nous valoir un débat intéressant, même si le glorieux Hannibal
aurait voulu, ou mérité, un peu
mieux que ces tentatives de se l'approprier.
A. H.
(1) La peur des mots étant contagieuse, la chaîne Al-Jazeera du Qatar
n'utilise plus que le mot «État», pour
désigner Daesh, et a biffé l'épithète
«islamique», une façon de se prémunir contre l'accusation de complicité.
(2) Les médias arabes optent plutôt, et on les comprend, pour l'appellation de «Aïn-Al-Arab», pour cette
ville de Kobbané qui tirerait son nom
d'une compagnie britannique (company) installée là lors de la construc-
Par Ahmed Halli
[email protected]
tion du chemin de fer reliant Istanbul
à Baghdad. Le nom arabe est dû à la
présence d'une source où les pâtres
arabes venaient faire boire leurs
troupeaux (Al-Rai-Alyoum). Mais
comme la surenchère va bon train,
les djihadistes «sûrs d'y passer l'hiver l'ont déjà rebaptisée Aïn-AlIslam», en attendant d'y faire couler
du sang.
(3) Le virus wahhabite et djihadiste n'épargne pas aussi les Kurdes,
puisque l'un des principaux chefs de
l'offensive islamiste contre Kobbané
n'est autre que le nommé AbouKhattab, un Kurde originaire d'Irak.
(4) A lire en intégralité sur ce lien :
http://blog.oratoiredulouvre.fr/2014/1
0/tres-profonde-lettre-ouverte-aumonde-musulman-du-philosophemusulman-abdennour-bidar/
(5) Il s'agit de l'incurable Othmane
Saadi qui a décrété que le
Carthaginois Hannibal était un glorieux chef arabe (voir Kiosque arabe
du 8 septembre 2014). Au passage,
je m'excuse auprès de mes lecteurs
pour le faux bond de lundi dernier,
pour raisons de santé, uniquement.
http://ahmedhalli.blogspot.com/
Le Soir sur Internet :
http:www.lesoirdalgerie.com
E-mail : [email protected]
Qui t’a mis le couteau sous
la gorge, camarade-patron ?
Grâce à Lakhdar Brahimi, 80 ans, nous avons des nouvelles rassurantes sur l’état de santé de Abdekka, 77 ans.
Mon cœur va finir par lâcher !
Lorsqu’un condamné à mort voit arriver le jour de
l’application de la sentence terrible, il n’a pas le choix.
A moins d’une grâce de dernière minute, il est emmené de gré ou de force vers la potence. Là, les choses
sont claires ! Rien à voir avec la sentence qui se profile au FCE, le patronat. Des «patrons» bien de leur personne, très intéressants lorsque vous les prenez en
aparté, quand ils philosophent avec vous sur
l’Algérie, sur l’avenir, sur les affaires, sur ce cartésianisme vers lequel il faut revenir pour construire un
pays plus aux normes universelles, vous avouent
entre deux lampées de soda avec glace qu’ils sont
scandalisés par l’arrivée à leur tête d’un mec parachuté, d’un chef «nommé» à l’élection de leur instance.
Une fois les glaçons fondus, et le soda digéré, les
mêmes patrons très bien de leur personne baissent la
tête, rentrent sagement dans le rang de leur organisation et sacrent celui qui a déjà reçu la sainte bénédiction du Palais. Pourtant, personne n’est venu les forcer au corps, les torturer ces patrons pour qu’ils
acceptent ainsi le parachutage. Un patron, ça peut
aussi claquer une porte. Dire m… à l’assemblée
consentante et faire son job loin des geishas du sys-
tème. J’en connais un qui l’a fait ! C’est donc possible. Il est encore loisible de dire non, de refuser
«Zaouadj El Moutaâ des affaires» ! Le reste, tout le
reste – restes y compris – ne peuvent représenter à
mes yeux les capitaines d’industrie au sens où je l’entends. Ils ne sont pas le salut de la relance en Algérie.
Parce qu’il leur manque justement une qualité chez
tout capitaine d’industrie, l’audace ! Celle d’assumer
son nom et son «non» ! Un exemple concret pour
ceux qui ont besoin de surlignage. Et même si je ne
suis que salarié, pas patron. Demain, Le Soir d’Algérie
désigne un nouveau chef à sa tête. Le boss à peine
installé déviera de la ligne historique de mon canard,
celle de la défense de la République démocratique et
anti-intégriste, vais-je rester à bafouiller mes blagues
à deux balles dans ses colonnes ? C’est kif-kif ! Itou
en tout ! Rien ne vous oblige à rien «camarades
patrons». Et surtout pas à éructer votre courroux en
douce, loin des lumières et des flashs. En prenant
soin, ensuite, après avoir ainsi copieusement éructé
en alcôves, de vous essuyer la bouche avec de jolis et
précieux mouchoirs en soie brodés de vos initiales et
de remonter dans la salle des réjouissances pour y
applaudir à tout rompre le nouveau Capo de Capos !
Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.