Avis Technique non valide

Comments

Transcription

Avis Technique non valide
Annulé le : 18/05/2011
Bardage
Metal faced sandwich panel
Sandwich-Element mit
Metalldeckschichten
JI WALL FC
Titulaire :
JORIS IDE
Hille 174
B-8750 Zwevezele
Belgique
ue
Panneau Sandwich Métallique
no
nv
ali
de
Avis Technique 2/07-1241
niq
Tél. : (00) 32 (0) 51 61 07 80
Fax : (00) 32 (0) 51 61 07 81
E-mail : division.export @joriside.be
Internet : www.joriside.be
JORIS IDE
Hille 174
B-8750 Zwevezele
Belgique
Av
is
Te
ch
Usine :
Commission chargée de formuler des Avis Techniques
(arrêté du 2 décembre 1969)
Groupe Spécialisé n° 2
Constructions, Façades et Cloisons Légères
Vu pour enregistrement le 5 juillet 2007
Secrétariat de la commission des Avis Techniques
CSTB, 84 avenue Jean Jaurès, Champs sur Marne, F-77447 Marne la Vallée Cedex 2
Tél. : 01 64 68 82 82 - Fax : 01 60 05 70 37 - Internet : www.cstb.fr
Les Avis Techniques sont publiés par le Secrétariat des Avis Techniques, assuré par le CSTB. Les versions authentifiées sont disponibles gratuitement sur le site Internet du CSTB (http://www.cstb.fr)
© CSTB 2007
Le Groupe Spécialisé n° 2 "CONSTRUCTIONS, FACADES ET CLOISONS LEGERES » de la
Commission chargée de formuler les Avis Techniques, a examiné, le 3 avril 2007 le
procédé de bardage en panneaux sandwich JI WALL FC présenté par la Société JORIS
IDE. Il a formulé, sur ce système, l'Avis Technique ci-après. Cet Avis a été formulé pour les
utilisations en France Européenne.
Isolation acoustique
1. Définition succincte
S’il existe une exigence applicable aux bâtiments à construire pour ce
procédé, la justification devra être apportée au cas par cas.
1.1 Description succincte du procédé
Procédé de bardage en panneaux sandwiches tôle-mousse de polyuréthanne-tôle, posés uniquement verticalement, à fixations cachées.
Les panneaux ont les dimensions suivantes :
• épaisseurs
:
60, 80 et 100 mm,
• longueur maximale
:
14,5 m,
• largeur utile
:
1,06 m.
La mousse PU est expansée au Pentane. Il existe 2 formulations :
• JI 10 X,
Prévention des accidents
Elle nécessite de s’assurer de la stabilité des ouvrages en cours de
montage et de respecter les précautions liées à la manutention
d’éléments de grandes dimensions.
Etanchéité des parois
Elle peut être considérée comme normalement assurée pour le domaine d’emploi accepté, compte tenu de la géométrie des joints
Autres informations techniques relatives à l’effet bilame
Les informations ci-dessous sont données à titre informatif et ne sont
pas à prendre en compte pour le moment dans le dimensionnement.
• JI 15 X.
Les jonctions s’effectuent par emboîtement des rives longitudinales.
1.2 Identification
Le rayon de courbure R (exprimé en m) d'un panneau d’épaisseur e
(en mm) libre de se déformer pour une différence de température ΔΘ
(exprimée en K) entre les deux faces est :
Les colis sont identifiés au moyen d'une étiquette conformément au
§ 7.3 du dossier technique.
R=
118 e
ΔΘ
[m]
2. AVIS
2.1 Domaine d'emploi accepté
La flèche en résultant s’obtient par f =
Le domaine d’emploi visé est celui des bardages de bâtiments industriels ou agricoles, à température positive, dont les conditions de gestion de l’air intérieur permettent de limiter les risques de condensation
superficielle (locaux ventilés naturellement de faible à moyenne hygrométrie ou conditionnés en température et en humidité dont la pression de vapeur d’eau est comprise entre 5 et 10 mmHg).
lisse.
2
L
, L étant la portée entre
8R
La réaction sur appui intermédiaire d’un panneau d’épaisseur 100 mm
et de 3,5 m de portée est, en fonction de la différence de température
donnée par mètre de lisse :
[
F = 3,66 Δθ daN / m
]
2.2 Appréciation sur le procédé
2.21 Aptitude à l'emploi
2.22 Durabilité - Entretien
Stabilité
Les matériaux utilisés pour la fabrication des éléments et leur mise en
œuvre ne présentent pas d'incompatibilité.
Les panneaux de bardage ne participent pas à la stabilité générale des
bâtiments. Elle incombe à l’ouvrage qui les supporte.
L’espacement entre lisses ou poteaux, déterminé cas par cas en fonction des efforts de vent appliqués en tenant compte d’une part de la
résistance des organes de fixations et d’autre part de la résistance en
flexion des panneaux, permet d’assurer convenablement la stabilité
propre des panneaux.
L'adhérence mousse/paroi et la stabilité dimensionnelle de la mousse
d’âme sont satisfaisantes.
Les chocs de corps durs conventionnels selon la norme P 08-302
provoquent des empreintes risquant d'endommager l'aspect des façades sans toutefois altérer le revêtement protecteur.
Sécurité en cas de chocs
La durabilité des tôles prélaquées est, avant rénovation, supérieure à
une dizaine d'années.
Elle est à vérifier au cas par cas.
Sécurité en cas de séisme
La durabilité du procédé peut être considérée équivalente à celle des
bardages traditionnels.
L’utilisation en zone sismique des procédés à base de panneaux
sandwich métalliques n’a pas été évaluée dans les Avis Techniques.
Le domaine d’emploi est par conséquent limité à la zone « zéro » ou
aux ouvrages de classe A au sens du décret n° 91-461 du 14 mai
1991.
Sécurité en cas d’incendie
2.23 Fabrication
Elle est, à examiner au cas par cas en fonction de la destination des
ouvrages réalisés.
L’utilisation du procédé dans les ERP et bâtiments relevant du code du
travail dont le plancher bas du dernier niveau est situé à plus de 8 m
est exclue.
La masse combustible de l’âme en polyuréthanne, exprimée par mètre
carré et par centimètre d’épaisseur est :
2
Mc = 10,8 MJ/m cm
Le classement de réaction au feu des panneaux est attesté par un
procès-verbal d’essai en cours de validité. (cf D.T § 4.5)
Isolation thermique
Ce procédé permet de respecter les coefficients surfaciques maximaux
admissibles de la Réglementation Thermique pour les murs opaques
en contact avec l’extérieur.
2
Annulé le : 18/05/2011
La fabrication des panneaux est effectuée en continu par la Société
JORIS IDE qui a mis en place des dispositions de fabrication et
d’autocontrôle qui permettent de compter sur une suffisante constance
de qualité.
Elle fait l’objet d’un suivi par le CSTB.
2.24 Mise en œuvre
La mise en œuvre est réalisée par des entreprises spécialisées et doit
s'accompagner de précautions (cf. § CPT).
2.3 Cahier des Prescriptions Techniques
2.31 Conditions de conception
L'ossature du bâtiment devra être calculée conformément aux règles
en vigueur sans tenir compte de la résistance propre des panneaux.
Le choix de la tôle et du revêtement devra tenir compte du type
d’environnement selon les tableaux 1 et 1bis du Dossier Technique.
Dans le cas de locaux avec température et humidité fixées et régulées,
la pression de vapeur d’eau intérieure (mmHg) doit être précisée dans
les DPM.
Dans le cas de locaux avec renouvellement d’air et humidité non fixée,
le rapport W/n doit être précisé dans les DPM.
2/07-1241
2.32 Conditions de mise en œuvre
La Société JORIS IDE devra assurer son assistance technique sur le
chantier auprès des entreprises de pose (à leur demande).
Des précautions devront être prises pour assurer la continuité de
l’étanchéité à l’air entre cordons d’étanchéité des joints courants et
dispositifs d’étanchéité des points singuliers : pied de façade, encadrements de baies, acrotère.
Les efforts agissant sur les baies devront être reportés sur les lisses de
fixation grâce à des chevêtres par exemple.
3. Remarques complémentaires du
Groupe Spécialisé
JI WALL FC est un procédé de bardage en panneaux sandwiches tôlemousse de polyuréthanne-tôle, à fixations cachées. Les panneaux sont
mis en œuvre uniquement verticalement.
Le rapporteur du Groupe Spécialisé n° 2
M. COSSAVELLA
Conclusions
Appréciation globale
L'utilisation du procédé JI WALL FC dans le domaine d'emploi
accepté, est appréciée favorablement.
Validité
Jusqu’au 30 avril 2010
Pour le Groupe Spécialisé n° 2
Le Président
J.P. GORDY
2/07-1241
Annulé le : 18/05/2011
3
Dossier Technique
établi par le demandeur
A. Description
3.12 Section transversale
Cf. figure 1.
3.13 Parements
1. Principe
• JI WALL FC N
Le procédé JI WALL FC est un système de bardage métallique
isolant, à fixation cachées, composé de grands éléments sandwiches, constitués de mousse de polyuréthanne comportant des
ignifugeants et de parements en tôle d’acier.
Ce procédé est destiné au bardage de bâtiments industriels et
agricoles à faible ou moyenne hygrométrie (W /n ≤ 5 g/m³.h) et pour
des pressions de vapeur entre 5 et 10mmHg.
2. Matériaux
Profil de nervuration de forme trapézoïdale faiblement prononcée
(50 mm x 2 mm), au module de 100 mm sur les 2 parements du
panneau (cf. figure 1).
• JI WALL FC M
Profil avec micro nervuration de forme triangulaire faiblement
prononcée (8 mm x 0,6 mm), au module de 8 mm sur le parement extérieur et profil avec nervuration de forme trapézoïdale
faiblement prononcée (50 mm x 2 mm), au module de 100 mm
sur le parement intérieur (cf. figure 1).
2.1 Parements
L’épaisseur du parement externe est de 0.60 mm mini.
2.11 Tôles d’acier
L’épaisseur du parement interne est de 0.50 mm mini.
Les parements sont réalisés en tôle d’acier, galvanisé à chaud en
continu, selon norme EN 10326 nuance S 280 GD d’épaisseur
nominale 0,6 mm minimum pour l’extérieur et 0,5 mm minimum
pour l’intérieur.
2.12 Revêtements
Revêtement galvanisé classe Z 275 (uniquement pour parement
intérieur) conforme à la norme P34-310 ou galvanisée prélaquée,
classe Z 225, avec prélaquage conforme à la norme NF P 34-301
(pour parements intérieur et extérieur).
3.14 Emboîtement longitudinal
En rive, le panneau JI WALL FC présente :
• d’un coté, une rainure plus un décrochement du parement externe pour loger la fixation
• de l’autre coté, un tenon complété d’une languette sur le parement externe permettant de recouvrir et cacher la fixation (cf. figure 2).
La rive mâle est fermée par un film PVC adhésif.
Les revêtements prélaqués sont de type polyester et plastisol.
La rive femelle comporte un joint continu en polyuréthanne,
d’épaisseur 5 mm et de largeur fonction de l’épaisseur du panneau.
Un film provisoire en polyéthylène adhésif protège la surface des
parements.
Nota :
Choix des revêtements organiques :
Par référence aux différentes expositions définies par l’annexe B1
du DTU 40.35, les choix sont précisés par les tableaux 1 et 1bis en
fin de Dossier Technique.
2.2 Isolant
L’isolant est constitué d’une mousse avec ignifugeant à cellules
fermées de polyuréthanne, avec agents d’expansion sans CFC
(pentane).
Il existe deux formulations différentes : JI 10 X et JI 15 X.
- Masse volumique de la mousse : 40 ± 5 Kg/ m³(EN 1602)
3.2 Façonnés
Les façonnés sont réalisés en tôle d’acier d’épaisseur 0.60 mm mini
de même nuance et de même revêtement que les parements des
panneaux.
Sur demande, ces éléments sont fabriqués par pliage pour traiter
les points singuliers du bardage tels que bavettes, bandeaux de
rive, capotages, pièces de calfeutrement, etc. …
Un film polyéthylène protège également le revêtement de ces éléments.
3.3 Fixations
- Coefficient de conductivité thermique (lambda) : 0,025 W/m.K
(selon décision n°4 du CTAT)
Les panneaux sont fixés à la structure par vis en acier revêtu ou
inoxydable (cf. § 9.4) avec protection conforme au DTU 40.35 –
annexe K:
- Adhérence tôle/mousse :≥ 0,05 N/mm² (EN 1607)
• Sur support acier ou béton (avec insert métallique) :
- Compression sous 10% d’écrasement ≥ 0,07 N/mm² (EN 826)
- Résistance en flexion 4 points : ≥ 0,07 N/mm2 (EN 14509)
2.3 Film de protection
Vis autotaraudeuses de ∅ mini 6.3 mm (type FASTOVIS de L.R.
ETANCO ou ayant des caractéristiques mécaniques supérieures
ou égales).
• Sur support bois :
Film adhésif en polyéthylène.
Tire-fond à visser Ø mini 8 mm ou vis à bois Ø mini 6,5 mm (ancrage mini : 50 mm) (type FASTOVIS BOIS de L.R. ETANCO ou
ayant des caractéristiques mécaniques supérieures ou égales).
3. Eléments
Les plaquettes de répartition sont en tôle d’acier inox d’épaisseur
1,5 mm (cf. figure 2).
3.1 Panneaux
3.11 Dimensions
ISOWALL FC est proposé en un seul module :
- largeur utile : 1060 mm,
- longueur maximum : 14.500 mm (12.000 mm en transport standard),
- épaisseurs nominales : 60, 80 et 100 mm.
Tolérances :
- sur la largeur utile : ± 5 mm,
4
En extrémité des panneaux, les coupes standard sont droites.
Les façonnés sont fixées par rivetage aveugle (rivets POP alu ou
inox) type étanche, de ∅ 4,8 mm avec rondelle d’étanchéité
∅ 14 mm.
3.4 Joints de calfeutrement
Ces joints auto-adhésifs en mousse imprégnée assurent
l’étanchéité à l’air et à la vapeur d’eau aux différents points singuliers.
3.5 Complément d’isolation thermique
- sur la longueur :
L > 3000 mm,
± 5 mm pour L ≤ 3000 , ± 10mm pour
- sur l’épaisseur :
± 2 mm,
- sur l’équerrage :
± 0,006 x largeur utile (m).
Annulé le : 18/05/2011
Des produits à base de laine minérale ou de mousse de polyuréthanne permettront de parfaire l’isolation thermique aux suggestions
de raccordement.
2/07-1241
4. Caractéristiques des panneaux
Ces portées sont établies pour des charges uniformément réparties.
Les critères déterminants sont :
• flèche ≤ 1/200 de la portée
• sécurité à la ruine (sous charge répartie) ≥ 2
• sécurité à la déformation permanente (pose sur 3 appuis) ≥ 1,5,
• résistance admissible sous vent normal des organes de fixation
donnée au § 9.2.
4.1 Charges admissibles sous vent normal en
pression (en daN/m2)
Cf. Tableau 2 en fin de dossier.
4.2 Charges admissibles sous vent normal en
dépression (en daN/m2)
Cf. Tableau 3 en fin de dossier.
• référence de la mousse,
• épaisseur du panneau,
• longueur et quantité de panneaux,
• date de fabrication,
• provenance « JORIS IDE – Zwevezele »,
• numérotation colis (par exemple : 1/3).
Autres information enregistrée au dossier « n° de commande »,
mais non précisée sur étiquette :
• épaisseurs des parements
7.4 Transport
Les panneaux et leurs accessoires doivent être transportés dans
des conditions permettant de préserver leurs caractéristiques initiales.
Une attention toute particulière sera portée sur le gerbage et le
calage des colis.
Les camions seront bâchés.
4.3 Coefficient de transmission thermique
(Uc en W/m2/K)
8. Manutention et stockage
Cf. Tableau 4 en fin de dossier..
8.1 Manutention
4.4 Masse théorique
8.11 Déchargement à la grue
Cf. Tableau 5 en fin de dossier.
On utilisera un palonnier et des élingues en Nylon avec entretoises
pour éviter d’écraser les chants des panneaux (cf. figure 4).
4.5 Comportement au feu
8.12 Déchargement au chariot élévateur
Classement de réaction au feu :
L’écartement et la longueur des fourches seront adaptés aux poids
et dimensions du colis (cf. figure 4 bis).
• Mousse type JI 15 X avec tôle prélaquée polyester 25 microns :
B s3 d0 (Essai SBI, PV CSTB n° RA 06 0154)
8.13 Déchargement manuel
• Mousse type JI 10 X avec tôle prélaquée polyester 25 microns :
D s3 d0 (Essai SBI, PV CSTB n° RA 07 0025).
Les panneaux longs devront être placés sur chant avant d’être
transportés (cf. figure 11).
5. Fabrication
8.2 Stockage
Les panneaux sont fabriqués à l’usine de Zwevezele (Belgique)
conformément au e-Cahier CSTB 3501 Conditions générale de
conception et de fabrication des panneaux sandwichs isolants à
parements métalliques.
La durée du stockage doit être réduite au minimum.
L’origine de fabrication est identifiée sur les panneaux.
On évitera que l’eau s’introduise par ruissellement entre les panneaux.
Dans cette usine, les panneaux sont fabriqués sur ligne en continu
comportant successivement les opérations suivantes :
• profilage sur machine galets,
• préchauffage des parements avant injection,
• injection en continu entre les parements, des composants de
l’isolant,
• expansion et polymérisation de l’isolant en conformateur,
• coupe à la volée en longueur sur mesure,
• conditionnement en colis protégé par film étirable,
• temps de mûrissage.
6. Contrôle
Les colis seront entreposés à l’abri, posés avec une légère pente
sur un calage de traverses régulièrement espacées (cf. figure 5).
Stocker au maximum sur 3 niveaux (cf. figure 6).
La présence d’humidité provoque, sur les parements à faces galvanisées, la formation d’oxyde de zinc (rouille blanche).
Nota : Le film de protection des parements devra être retiré aussitôt
si les panneaux sont exposés au soleil (cf. figure. 7), ou bien sous
un mois maximum si le stockage (à l’abri) devait se prolonger audelà.
9. Mise en œuvre
9.1 Conditions relatives à la structure
porteuse
9.11 Réglage de la structure
Les contrôles et leurs fréquences sont donnés par le tableau 6 en
fin de dossier.
La structure porteuse devra être entièrement terminée et réglée.
7. Conditionnement, marquage,
transport
• alignement verticale : ± 10 mm par 10 m de hauteur par rapport à
la verticale ;
7.1 Film de protection
Un film de protection est appliqué en usine sur les parements externes prélaqués.
Les tolérances d’alignement de l’ossature sont :
• alignement horizontal : ± 10 mm par 10 m de longueur par rapport au plan théorique de la façade.
9.12 Dimensions des appuis
7.2 Conditionnement
Suivant les types d’ossature, les largeurs minimales d’appui (T) des
panneaux seront les suivantes :
Les panneaux sont emballés sur ligne de fabrication par empilage
et posés sur des traverses de polystyrène régulièrement espacées.
• Ossature acier (épaisseur mini 1,5 mm) ou béton avec insert
métallique :
L’ensemble est maintenu et protégé par un film étirable
En intermédiaire, T ≥ 80 mm (cf. figure 8bis)
7.3 Marquage
Les colis sont identifiés au moyen d’une étiquette indiquant :
• nom du client,
• référence client (chantier ou numéro d’affaire),
• numéro de commande client
• nom du panneau,
2/07-1241
En extrémité, T ≥ 55 mm (cf. figure 8)
Annulé le : 18/05/2011
Au raccord transversal, T ≥ 55 mm (cf. figure 8 ter), soit une largeur totale d’appui ≥ 120 mm
• Ossature bois (section minimale 60 x 80 mm) :
En extrémité, T ≥ 60 mm (cf. figure 9).
En intermédiaire, T ≥ 110 mm (cf. figure 9bis)
5
Au raccord transversal, T ≥ 60 mm* (cf. figure 9ter), soit une largeur totale d’appui ≥ 150 mm
(*) : Cette largeur minimum T sera respectée en tous points des
supports, et cela, compte tenu des tolérances de réalisation de la
charpente qui sera conçue et réglée en conséquence.
9.2 Ecartement entre axes d’appuis
Les portées maximales sous charges descendantes et ascendantes
sont indiquées respectivement dans les tableaux 2 et 3 en fin de
dossier.
La résistance des fixations doit être prise en compte pour vérifier la
tenue en dépression des panneaux ; celle-ci dépend :
• des supports (arrachement) : PK/γM défini aux tableaux 2 et 3,
• de la résistance admissible sous vent normal (fatigue) :
9.41 Répartition des fixations
En partie courante du bâtiment : (voir Fig.3)
• en extrémité de panneau, prévoir 1 plaquette avec 1 vis par
panneau et par lisse
• en partie intermédiaire de panneau, prévoir 1 plaquette avec 2 vis
par panneau et par lisse.
En sommet de bardage, prévoir en extrémité du panneau 1 vis
supplémentaire traversante, placée dans l’axe de chaque panneau
(ces vis étant ultérieurement cachées par le couronnement
d’acrotère).
En angle de bâtiment, prévoir 2 vis (avec plaquette de répartition
retournée) en extrémité de panneau et 3 vis (avec plaquette de
répartition retournée) par lisse en partie intermédiaire de panneau
(ces vis étant ultérieurement cachées par le capotage extérieur).
- en appui intermédiaire : 300 daN/pièce,
Distance de la fixation à l’extrémité :
- en appui d’extrémité : 200 daN/pièce.
• minimum 40 mm,
9.31 Préparation des appuis
• maximum (en cas de porte à faux) : 10 fois l’épaisseur du panneau sans dépasser le 1/3 de la portée entre appuis.
Avant le montage des panneaux, placer horizontalement et fixer :
9.42 Conseils de mise en œuvre des fixations
• Sur la lisse basse : une bavette et un joint d’étanchéité en
mousse 20 x 10 mm (cf. figure 14).
On veillera à éviter l’écrasement du panneau au serrage en utilisant
une visseuse électrique munie d’une butée de profondeur.
• Sur lisse intermédiaire (seulement en cas de raccordement transversal de 2 panneaux) : deux joints en mousse 20 x 10 mm
(cf. figure 18).
9.5 Complément d’étanchéité et d’isolation
9.32 Sens de la pose
Pour éviter les ponts thermiques aux points singuliers de jonction
des panneaux, un complément d’isolation sera apporté (cf. figures
16 à 23).
9.3 Mise en place des panneaux
Les panneaux JI WALL FC sont ici prévus pour être posés avec
leurs nervures dirigées verticalement.
Au raccordement longitudinal, les panneaux JI WALL FC seront
placés de telle manière que la partie femelle du premier panneau
posé puisse recevoir la partie mâle du deuxième panneau à poser.
L’étanchéité à l’air est assurée aux différentes jonctions par un joint
mousse 20x10 mm (cf. figures 14 à 23).
9.6 Découpes des panneaux
Pour le raccordement transversal (cf. § 10.3 et figure 18).
Les opérations de découpe sont réalisées à l’aide de matériel approprié : scie sauteuse pour les panneaux, grignoteuse pour les
pièces pliées.
9.33 Pose des panneaux
L’utilisation de la tronçonneuse est interdite.
La pose doit se faire de façon opposée aux sens des vents de pluie
dominants.
On veillera à éviter des incrustations de particules chaudes sur le
revêtement.
• Pose du premier panneau
Les limailles et copeaux seront enlevés sans délais.
Placer verticalement la partie male du 1er panneau à l’angle sortant ou rentrant, du bâtiment.
Pour cela, on se référera aux plans d’exécution et aux dispositions énoncées précédemment pour positionner verticalement le
premier panneau en contrôlant son alignement par rapport aux
lisses sous-jacentes.
Maintenir ce panneau à l’aide d’une première vis placée et vissée
dans la lisse haute (cf. figure 12) ou bien placée dans l’axe du
panneau si cette première fixation peut être ultérieurement cachée par la pièce de finition en acrotère.
Tout en vérifiant à nouveau la verticalité du panneau, procéder à
la fixation de ce premier panneau :
- A chaque lisse, par vis traversant toute l’épaisseur du panneau
(avec plaquette de répartition) dans la zone qui sera ultérieurement recouverte par la pièce de finition d’angle (cf. figures 3,
12 et 13).
- A chaque lisse, par vis (avec plaquette de répartition) traversant uniquement la partie femelle de l’emboîtement
(cf. figures 3, 12 et 13).
• Pose des panneaux suivants
La pose du second panneau s’effectuera en emboîtant à fond son
tenon dans la mortaise du premier panneau (cf. figure 2 et 13).
9.7 Découpe et fixation des pièces de finition
9.71 Découpe
Elle s’effectue avec une scie grignoteuse.
L’utilisation d’une tronçonneuse est à proscrire (cf. § 9.6).
9.72 Fixation
La fixation est réalisée par rivetage aveugle ou rivets POP, en alu
ou en inox, type étanche, de diamètre 4,8 mm ou par vis autotaraudeuses avec tête surmoulée et rondelle d’étanchéité (Type
ETANCOVIS FAT 1 HR ou ayant des caractéristiques mécaniques
supérieures ou égales).
Les fixations seront placées à environ 15 à 20 mm du bord des
pièces de finition et leur espacement restera inférieur à 500 mm,
voire 300 mm pour les entourages de châssis.
9.8 Nettoyage – Retouches
9.81 Nettoyage
En cas de salissure des éléments en cours de pose ou de manutention, procéder à leur nettoyage au fur et à mesure de la mise en
œuvre.
Ce second panneau sera fixé selon les modalités précisées cidessus.
Utiliser de l’eau, éventuellement additionnée de détergent neutre
sans produits chlorés et non abrasifs (boue, graisse) ou de
l’essence minérale (colle, peinture, graisse) puis rincer abondamment à l’eau claire.
Et ainsi de suite pour les panneaux suivants.
Ne pas utiliser de solvant, alcool ou de produits acide ou basique.
Important :
9.82 Retouches
Le film de protection devra être enlevé au fur et à mesure de la
pose des panneaux, notamment au droit des raccordements longitudinaux avant emboîtement définitif.
Les retouches sont nécessaires chaque fois que le revêtement a
été localement détérioré tels rayures, impacts, trous… (cf. § 11.1.3).
9.4 Fixation des panneaux à la structure
Après le nettoyage, utiliser une peinture identique en protection à
celle du revêtement initial.
Les panneaux sont fixés à la structure par vis (cf. § 3.3) plus plaquette de répartition permettant une fixation avec 1 ou 2 vis selon le
descriptif ci-dessous.
6
Annulé le : 18/05/2011
2/07-1241
10. Ouvrages particuliers de bardage
10.1 Pied de bardage
La fixation se fait sur la lisse base avec interposition d’un joint
d’étanchéité à l’air 20 x 10 mm et d’une bavette présentant une
pente d’environ 5 %.
Un jeu minimum de 5 mm sera prévu entre la partie inférieure du
parement et la bavette (cf. figure 14).
Eventuellement, un support en tôle de 1,5 mm pourra soutenir le
panneau pendant le montage. Dans ce cas, une bavette complémentaire assurera alors le rejet d’eau vers l’extérieur (cf. figure 15).
10.2
Tête de bardage
La fixation se fait sur la lisse haute.
Lorsque la couverture recouvre le bardage, un bandeau de rive
assure le raccordement entre les panneaux de couverture et de
bardage (cf. figure 16).
Lorsqu’à l’inverse, le panneau de bardage dépasse la couverture,
l’habillage du sommet du bardage se fait par un couronnement
d’acrotère fixé sur le panneau de bardage et la couverture ou sur
une ossature secondaire (cf. figure 17).
Les dispositions particulières assurant l’étanchéité à l’air et la continuité d’isolation avec la toiture, sont traitées dans les documents
traitant de la mise en œuvre de la couverture.
10.3
Raccord transversal de panneaux
Ce raccord est réalisé sur une lisse intermédiaire où les extrémités
des deux panneaux à raccorder seront fixées.
Une bavette (pente > 5 %) assure le renvoi d’eau du panneau
supérieur sur le panneau inférieur.
11.1.1 Présence de corps étrangers (feuilles,
mousses, agglomérats de poussières,
sable…) entretenant, par stagnation, une
humidité de surface ou empêchant le bon
écoulement des eaux pluviales
Enlever tous les corps étrangers et procéder à un nettoyage soigné
dans le but de rendre la surface des parements parfaitement visible.
Vérifier s’il n’y a pas de dommages et procéder à un lavage à l’eau
additionnée de détergents neutres sans produits chlorés et non
abrasifs. Rincer abondamment à l’eau claire.
Dans les cas plus difficiles, utiliser des brosses très souples.
En cas de dommages, voir paragraphes 11.1.2, 11.1.3 ou 11.1.4.
11.1.2 Dépôt de substances agressives provenant
de l’environnement (exutoires, cheminée,
voisinage…)
Procéder à une inspection minutieuse des surfaces.
Si un commencement de corrosion est détecté, il faut immédiatement appliquer une protection adaptée indiqué par le fabricant.
11.1.3 Impacts, rayures ou abrasion
Nettoyer et procéder par retouches à l’aide de produits préconisé
par le fabricant.
11.1.4 Présence de points de rouille
Nettoyer et décaper les surfaces concernées en mettant le métal à
nu.
Appliquer un primer puis peinture selon préconisations du fabricant.
11.1.5 Etanchéité défectueuse des joints
Un jeu minimum de 5 mm sera prévu entre la partie inférieure du
parement et la bavette.
Vérifier leur présence et leur élasticité. Si nécessaire les remplacer
ou compléter par des joints à la pompe.
Côté intérieur, l’étanchéité à l’air est assurée par deux joints en
mousse (cf. figure 18).
11.2
10.4
Angle sortant
Fixation : la rive des panneaux constituant l’angle, doit obligatoirement être fixée par vis traversante.
La fixation des capotages se fera par rivets POP inox ou vis à tête
surmoulée espacées au maximum de 500 mm (cf. figure 19).
Etanchéité : des joints en mousse de 20 x 10 mm (ou 20 x 20 mm
dans certains cas) assurent l’étanchéité à l’air des parements avec
les capotages.
10.5
Angle rentrant
Rénovation
La rénovation du parement extérieur en tôle prélaquée s’effectue
selon le processus suivant :
• Nettoyage (cf. § 11.1.1).
• Séchage
11.3
Remplacement d’un panneau
Soit B le panneau endommagé placé entre les panneaux A et C.
Le remplacement d’un panneau s’effectue ainsi :
• Déposer la pièce de finition placée en acrotère correspondant au
panneau endommagé B.
Technique et remarques identiques à celles de l’angle sortant
(cf. figure 20).
• Repérer au sommet du panneau B ainsi dégagé le côté fixé par
vis (emboîtement A/B).
10.6
• Découper verticalement le panneau endommagé B sur toute sa
hauteur, à 50 mm environ de la ligne apparente externe de
l’emboîtement A/B, coté fixé par vis (protéger l’environnement
des projections de découpage)
Joint de dilatation
Lorsque les dimensions du bâtiment l’imposent, un ou plusieurs
joints de dilatation sont prévus dans la structure.
Dans ce cas, le bardage doit être interrompu au droit de ces points
dont l’étanchéité et l’isolation seront assurées par un système
particulier de raccordement des bardages (cf. figure 21).
10.7
Entourage de châssis
Les panneaux et le châssis sont fixés sur l’ossature secondaire.
• Sortir la partie restante de panneau endommagé B ainsi libérée.
• Accéder aux vis de fixation du petit morceau B restant en enlevant localement la mousse.
• Couper les vis de fixation à raz le parement intérieur de ce petit
morceau B restant.
Les pièces d’entourage de l’ouverture (bavette sur appui, bavette
sous linteau et jambages) sont fixées sur les parements des panneaux et sur le châssis avec compléments d’étanchéité à l’air.
• Dégager avec précaution ce morceau de panneau
Un joint mastic (cordon) complétera l’étanchéité à la jonction des
jambages avec la bavette d’appui (cf. figures 22, 23 et 24).
• Démonter les fixations (devenues apparentes) du panneau adjacent C qui devient alors libre (prendre soin de le maintenir suspendu pendant cette opération)
11. Entretien – Rénovation Remplacement
11.1
Entretien
Pour conserver au mieux avec le temps les performances initiales
des panneaux ISOWALL FC, l’aspect esthétique des parements et
la durabilité des revêtements, il est indispensable d’effectuer une
inspection préventive de contrôle deux fois par an, de préférence au
printemps et en automne par temps sec.
Une intervention d’entretien sera nécessaire dans les cas suivants :
2/07-1241
Annulé le : 18/05/2011
• Araser par meulage la surface d’appui (protéger l’environnement
des projections de meulage)
• Dégager légèrement ce panneau C en s’articulant sur son emboîtement C/D avec le panneau adjacent D resté fixé.
• Emboîter partiellement le nouveau panneau B dans le panneau
A.
• Puis emboîter entre eux les chants libres des panneaux B et C.
• Plaquer ce dernier emboîtement B/C contre les lisses.
• Fixer de façon classique par vis traversantes (non cachées) le
panneau de remplacement B tout près de A/B et le panneau adjacent C tout près de B/C (respecter le nombre de vis prévu par
lisse + une vis, car il n’y a plus de plaquette de répartition).
7
B. Résultats expérimentaux
C. Références
Nomenclature des essais
Les premières fabrications des panneaux JI WALL FC remontent à
2003.
• Essais de traction, compression, flexion sur échantillons de provenance de l’usine de Zwevezele (Belgique) dans les deux formulations de mousse expansée an Pentane (origine : CSTB,
PV n° CL 1121392 A et B ).
• Essais de flexion statique sous charge descendante ou ascendante répartie et sous charge concentrée, (origine : CSTB,
PV n° ES 552 1116).
Fabriqués, depuis l’origine sans CFC ou HCFC, selon un procédé
en continu, ces panneaux ont donné lieu à de nombreuses références d’utilisation dans le monde portant sur près de 300 000 m² dont
100 000 m2 en France.
• Essais de fatigue des fixations en charge ascendante (origine :
CSTB, PV n° ES 552 05 1115).
• Essais d’insolation et de choc thermique (origine : CSTB,
PV n° ES 552 1121).
• Essais pour la détermination des caractéristiques thermiques des
2 types de mousse de polyuréthanne (origine : CSTB,
PV n° HO 06-056 et 06-05071)
• Analyse des gaz occlus dans la mousse de polyuréthanne
(origine : CSTB, PV n° CPM 06 1024)
• Essais de réaction au feu :
8
-
Mousse JI 10X : CSTB, PV n° RA 07 0025
-
Mousse JI 15X : CSTB, PV n° RA 06 0154
Annulé le : 18/05/2011
2/07-1241
Tableau 1 - Choix des revêtements des parements en fonction des atmosphères extérieures
Revêtements
Atmosphères extérieures
Urbaine ou
industrielle
Organique
Métal.
Z 225
Rurale non
polluée
Marine
Normale
Sévère
20 à
10 Km
10 à
3 Km
Bord
de mer
< 3 Km (*)
Mixte
■
■
{
■
—
—
—
IV
■
■
{
■
■
—
—
IV
■
■
{
■
■
—
—
Type
Catégorie
Selon XP P
34301
Polyester
25 µm
III
Polyester
35 µm
Plastisol
200 µm
■ Revêtements adaptés à l’exposition.
o Revêtements dont le choix définitif ainsi que les caractéristiques particulières doivent être arrêtés après consultation
et accord du fabricant.
– Revêtements non adaptés à l’exposition.
(*) : A l’exception du front de mer
Tableau 1bis - Choix des revêtements des parements en fonction des ambiances intérieures selon la norme P 34301
Revêtements
Organique
Métal.
Z 275
Z 225
2/07-1241
Ambiances non agressives
Type
Catégorie
Selon GA A 36355
Hygrométrie faible ou moyenne
(W/n ≤ 5 g/m3)
—
—
■
Polyester 15µ
II
■
Polyester 25µ
IIIa
■
Plastisol 200µ
IIIa
Annulé le : 18/05/2011
■
9
Tableau 2 – charges admissibles normales en 2 appuis (daN/m2) – JI WALL FC 0,6 / 0,5
2 appuis
2 appuis
Portée en m
Pression
60
80
100
dépression
60
80
2,50
186
151
2,75
163
218
143
190
237
3,00
126
167
208
112
148
100
137
137
126
126
126
3,25
116
116
116
185
3,50
104
106
108
98
132
165
3,75
92
96
101
85
117
149
4,00
82
88
94
75
105
136
4,25
74
81
89
67
95
124
4,50
67
75
84
60
88
116
4,75
60
70
79
53
81
108
5,00
55
65
75
48
75
101
5,25
50
61
72
44
69
94
5,50
46
57
69
64
88
5,75
54
66
60
83
6,00
51
63
56
78
6,25
48
60
52
73
6,50
46
Les valeurs de ce tableau tiennent compte d’un assemblage de panneau justifiant d’une résistance de calcul à l’arrachement Pk / γ m ≥ 350 daN
Dans le cas de résistance d’assemblage inférieure, la charge admissible en dépression des panneaux peut être obtenue par les formules
suivantes :
- Sur 2 appuis : Q × L = 2 ×
n
e
(
)
× Pk / γ m / 1, 75
où :
- Q : est la charge répartie en daN/m²
- L : la portée en m
- l : la largeur du panneau
- n = 1 : le nombre de fixations d’un panneau par appui.
- Pk : la résistance caractéristique à l'arrachement de l'assemblage, déterminée selon la norme NF P 30-310
- γm : le coefficient de sécurité matériau pris égale à :
- 1,15 pour les supports métalliques d’épaisseur > 3 mm,
- 1,35 pour les supports bois et les supports métalliques d’épaisseur comprise entre 1,5 et 3 mm.
10
Annulé le : 18/05/2011
2/07-1241
Tableau 3 – Charges admissibles normales en 3 appuis (daN/m2)– JI WALL FC 0,6 / 0,5
3 appuis
3 appuis
Portée en m
Pression
60
Dépression
80
100
202
2,50
92
2,75
83
3,00
76
3,25
71
178
194
158
176
195
3,50
66
142
162
182
3,75
61
129
149
170
4,00
57
115
137
160
4,25
54
100
125
151
4,50
51
87
115
142
4,75
48
76
106
136
5,00
46
Les valeurs de ce tableau tiennent compte d’un assemblage de panneau justifiant d’une résistance de calcul
à l’arrachement Pk / γ m ≥ 260 daN
Dans le cas de résistance d’assemblage inférieure, la charge ascendante (dépression) admissible des
panneaux peut être obtenue par les formules suivantes :
- Sur 3 appuis :` Q × L =
n
1, 25 l
(
)
× Pk / γ m / 1, 75
où :
- Q : est la charge répartie en daN/m²
- L : la portée en m
- l : la largeur du panneau
- n = 2 : le nombre de fixations d’un panneau par appui.
- Pk : la résistance caractéristique à l'arrachement de l'assemblage, déterminée selon la norme NF P 30-310
- γm : le coefficient de sécurité matériau pris égale à :
- 1,15 pour les supports métalliques d’épaisseur > 3 mm,
- 1,35 pour les supports bois et les supports métalliques d’épaisseur comprise entre 1,5 et 3 mm.
Tableau 4 – Performances thermiques
e (mm)
60
80
100
Uc (W/m2/K)
0,41
0,31
0,25
ψemboîtement
en W/(m.K)
0,027
0,013
0,008
Tableau 5 – Masse surfacique
Parement
extérieur
Parement
Intérieur
0.6 mm
0.5 mm
2/07-1241
Epaisseur
Panneau (mm)
Masse
(Kg/m²)
Annulé le : 18/05/2011
60
80
100
11,97
12,77
13,57
11
Tableau 6 - Contrôles
Nomenclature des contrôles
Fréquence des contrôles
Contrôles à réception des matières premières :
a) Tôles des parements (Caractéristiques garanties sur
documents accompagnant chaque bobine par le fournisseur)
Epaisseur
Résistance en traction
Pourcentage d’allongement
Grammage de zinc
Adhérence et épaisseur prélaquage
b) Mousse
A chaque livraison
A chaque livraison
A chaque livraison
A chaque livraison
A chaque bobine
Réactivité (temps de crème, de fil, de contact)
Viscosité
A chaque livraison
10%
Contrôles en cours de fabrication :
a) Parements
Aspect des bobines
Aspect des profils
Géométrie
Module des profils
b) Mousse
Permanent
A chaque poste
A chaque poste
A chaque poste
Température des parements
Température et pression des composants
Réactivité (temps de crème, de fil, de contact)
c) Panneau
A chaque poste
A chaque poste
A chaque poste
Longueur, largeur, épaisseur, équerrage
Emboîtements du panneau
A chaque poste
A chaque poste
Contrôles sur produit fini :
Contrôle visuel final
Remplissage par la mousse après enlèvement des parois
Permanent
1 fois par semaine
Contrôles sur échantillons :
Masse volumique
Résistance à la traction
Résistance à la compression
Résistance à la flexion 4 points
Stabilité dimensionnelle
Conductivité thermique
Stabilité à -20°C selon NF EN 1604
12
Annulé le : 18/05/2011
1 fois par poste ou tous les 2000 m²
1 fois par poste ou tous les 2000 m²
1 fois par poste ou tous les 2000 m²
1 fois par semaine
2 fois par mois
2 fois par mois
2/07-1241
Figures du Dossier Technique
Figure 1 – Section transversale des panneaux
Figure 2 – Raccordement longitudinal des panneaux
2/07-1241
Annulé le : 18/05/2011
13
Figure 3 – Répartition des vis de fixation
Figure 4 – Déchargement des panneaux
14
Annulé le : 18/05/2011
2/07-1241
Figure 4 bis – Déchargement des panneaux
Figure 5 – Stockage des panneaux
2/07-1241
Annulé le : 18/05/2011
15
Figure 6 – Stockage des panneaux
Figure 7 – Stockage des panneaux
16
Annulé le : 18/05/2011
2/07-1241
Figure 8 – Fixation sur ossature métallique en extrémité – Largeur d’appui
Figure 8 bis – Fixation sur ossature métallique en appui intermédiaire – Largeur d’appui
2/07-1241
Annulé le : 18/05/2011
17
Figure 8 ter – Fixation sur ossature métallique en raccord transversale – Largeur d’appui
Figure 9 – Fixation su ossature bois en extrémité – Largeur d’appui
18
Annulé le : 18/05/2011
2/07-1241
Figure 9 bis – Fixation sur ossature bois en appui intermédiaire – Largeur d’appui
Figure 9 ter – Fixation sur ossature en bois en raccord transversale – Largeur d’appui
2/07-1241
Annulé le : 18/05/2011
19
Figure 10 – Fixation sur ossature béton en extrémité – Largeur d’appui
Figure 10 bis – Fixation sur ossature béton en appui intermédiaire – Largeur d’appui
20
Annulé le : 18/05/2011
2/07-1241
Figure 10 ter – Fixation sur ossature béton en raccord transversal – Largeur d’appui
Figure 11 – Manutention des panneaux
2/07-1241
Annulé le : 18/05/2011
21
Figure 12 – Pose du premier panneau
Figure 13 – Pose du deuxième panneau
22
Annulé le : 18/05/2011
2/07-1241
Figure 14 – Pied de bardage
Figure 15 – Pied de bardage avec support
2/07-1241
Annulé le : 18/05/2011
23
Figure 16 – Tête de bardage
Figure 17 – Tête de bardage
24
Annulé le : 18/05/2011
2/07-1241
Figure 18 – Raccord transversal
Figure 19 – Angle sortant (vue du dessus)
2/07-1241
Annulé le : 18/05/2011
25
Figure 20 – Angle rentrant (vue de dessus)
Figure 21 – Joint de dilatation (vue de dessus)
26
Annulé le : 18/05/2011
2/07-1241
Figure 22 – Entourage de châssis
Figure 23 – Entourage du châssis (vue du dessus)
2/07-1241
Annulé le : 18/05/2011
27
Figure 24 - Encadrement baie
28
Annulé le : 18/05/2011
2/07-1241