France - indigo magazine

Comments

Transcription

France - indigo magazine
indigo
homesick for europe
#1
WWW.INDIGOMAG.EU
MARZO 2007
PÈRE MANQUANT
BIÉLORUSSIE : LES DRAPEAUX DE LA LIBERTÉ, ENTRE COMMÉMORATION ET RÉVOLUTION
LOST IN TRANSLATION
LES EXPRESSIONS INTRADUISIBLES : SOURCES DE MALENTENDUS ENTRE EUROPÉENS?
PLURILINGUE MULTILINGUE
DU CERVEAU À LA LANGUE. SAURAI-JE UN JOUR ROULER CE MAUDIT "R" ESPAGNOL?
HEY, BABY
L'EURO-GUIDE DU FLIRT. COMMENT FAIRE UNE PROPOSITION INDÉCENTE EN BULGARE?
Bon Anniversaire
50 ans d'Europe - et après?
3
Edito
Auteur: Ingo Arzt
Cher lecteur,
Un grand merci pour le travail de défrichage !
L’Europe n’est pas un emplacement géographique mais un sentiment, une envie d’ailleurs combinée à un mal du pays. C’est très contagieux. Voici
la liste des symptômes : un grand appétit pour les
parfums de villes étrangères. Un fréquent sentiment
de malaise dans son propre pays. Une tendance à traverser la moitié du continent pour se rendre à une
fête d’anniversaire. Une capacité à trouver un mot dans
une autre langue sans être capable de le traduire dans
sa langue maternelle.
Malheureusement, la politique européenne actuelle
a perdu la légèreté avec laquelle ses habitants ont
conquis le continent. Nous exprimons cette idée en
couverture du magazine. Le montage combine une
photographie prise dans un ancien entrepôt berlinois
et la peinture « La Liberté Guidant Le Peuple ». Le
Index des icônes Indigo
chef-d’œuvre de Delacroix a inspiré une citation du
poète allemand Heinrich Heine, qui propose une belle
Attention
description de l’Europe, au-delà de la politique belliamour et sexe
gérante : « Une grande pensée émane de ce tableau.
Elle se répand superbement sur nos visages. »
Garanti sans UE
Pour celui qui commence à découvrir l’Europe, le
« chez soi » devient la totalité du continent. Ce sont
ces sentiments qui alimentent les créateurs d’Indigo.
Le magazine est publié en français, anglais, espagnol,
allemand, italien, polonais et néerlandais. Un même
contenu pour des langues différentes. Son histoire,
ainsi que les histoires que rapporte Indigo, racontent
le formidable tohu-bohu et le mélange de langues au
sein de ce nouveau chez-soi.
Attention violence
Attention
obscénités
Attention humour
Cela dépasse l’Europe, son Union, ses traités, ses tentatives de constitution commune, ses femmes et hommes
d’État. Plus de 100 journalistes, photographes, traducteurs et graphistes de l’Espagne à la Biélorussie
ont participé bénévolement à la création du magazine.
Leur motivation ? Faire d’Indigo un magazine qui brise les frontières de la feuille politique habituelle.
À l’occasion de ce premier numéro, nous avons décidé
de réécrire l’histoire de l’Europe : un véritable mélo
familial ! Il y a cinquante ans, le 25 mars 1957, six chefs
d’Etat signaient le Traité de Rome, et réalisaient une
avancée cruciale dans le chemin de l’Union Européenne.
www.indigomag.eu
Sommaire
done
22
25 Mars
Les salauds !
Les manifestations au rendez-vous
On les a viré. Ils ne reviendront plus –
Retour sur les dictateurs européennes
18
Mère Europe
Cinquantenaire de l‘Europe –
Les dessous de la vieille dame
16
Avant et après
Un continent en mouvement
4
todo
34
Au placard ! Père disparu
Valeriya Krasovskayase se bat
contre le dernier dictateur européen
26 Acceptez! Homo Exodus
61
Violence à l‘Est contre les homos :
la nouvelle exode du siècle ?
Abolir !
Van Dyk s‘engage contre la pauvreté
Vous avez du courrier !
Timbres et lettres : sur les traces
des romances d‘hier.
1
2
4
5
6
7
8
9
11
12
14
15
16
17
18
19
20
21
22
10
23
24
25
13
26
27
28
3
Différences
8 Vue d‘ailleurs Demandez à votre voisin
Post-Modern
Find each postbox‘s country – no prizes to
be won, but maybe you‘ll recognise one
when you‘re on holiday!
28 Sweden
14 Latvia
27
13 Cyprus
26 Czech Republic
12 Italy
United Kingdom
25 Spain
11 Hungary
24 Slovakia
10 Denmark
23 Slovenia
9 Greece
22 Romania
8 France
Portugal
Netherlands
Monaco
18
4 Croatia
17
3 Bulgaria
16
2 Belgium
Austria
15
Malta
Luxembourg
Lithuania
Author: Julia Fuhr
Marzena Lesinska
Photo: Ralph Pache
Translation: Adam Chrambach
1
Cold Style War
21
20 Poland
19
Prejudices abound in this battle
between an Easten sexbomb and
a Western powerbabe. Stiletto vs.
Sneaker, take to the ring.
Finland
War
7
6 Estonia
5 Germany
Cold Style
I’ve worn that much colour, I was five and flouting Indian’s war paint! But the feathers in my
hair wouldn’t compete with the extent of your
high-carat decorations. I’d feel sorry for a Christmas tree, carrying all that around. Take a look
at the sky? No sun, right? Then what the devil
are you doing with those sunglasses – especially with lenses that could pass for dinner plates.
Your makeup makes such a thunderous impression that a hurricane would run and hide. Don’t
you think that the last of your weekly visits to
the hairdresser ended a shade too blonde?
Your hair is so light I have to close my
eyes perfect moment for a thought:
Why the masquerade? Do you really
think you can calculate the value of
a woman in the height of her heels
The amount you save around the middle and
bottom you pile around the top! Leopards, tigers, snakes, and other fauna, you could go as
a walking lesson on advanced zoology! All that
creeping and crawling, it’s the biodiversity of the
textile industry copulating with pink satin and
black lace.
If there were a prize for tasteless exaggeration,
you’d take every category. The section on clothing is yours, hands (and cleavages) down. And I
haven’t even started on that multicoloured paint
pot you dive into every morning. The last time
24
True beauty glows from the inside – you
wish! It might be that inner values are
highly regarded. But what’s a pretty product without a selling point?
You know the joke about there not
being an ugly woman, just a lack
of wine? If I look at you Western
Europeans, I have to admit that
no amount of vodka is going to
remedy this situation. Wherever
I look, inconspicuous wallflowers
from here to the horizon.
want to know when your hair has seen a drying
hood from the bottom. What’s the problem in
making the best out of technology? Sunbeds and
home-trainers are there to be used. Your stupid
ascetic antics are not an excuse. Your cheeks are
screaming for rouge. And if eyelashes could write
wishlists, yours would have Mascara in the first
line, in bold. And what about that formless cloth
bag that you pretend is a jacket. Twelve year olds
don’t make the style-bloopers you do, and you’re
a grown woman. What were you thinking? Have
you forgotten the meaning of style sense?
The problems start with the footwear: shoes without heels might be
comfy, but I might consider taking
them to my aerobics class. My little brother wears foxier jeans than you
You’re spastically running after your own authenticity; now I understand the meaning of the ugly
running shoes. Lady, wake up to the fact that your
personality won’t suffer from being presented in
a full package—and looks are a part of that. With
you, I have to say in all respect, those looks come
across as unspectacular and unfeminine. I’m
pretty sure that style wont survive your steady attacks. You say one scores in being natural. Could
you imagine a woman might want to show what
she’s got? You’re always so big on emancipation.
Then don’t let your femininity be stolen like this.
Use your weapons! A little more cleavage, a little
less cover-ups, ok? Sexy, not unisex. Deal with it,
dear, a book is, in the end, judged by its cover.
At least I‘m always given due warning. The
unmelodious clicking of your stilettos is a warning of what is to come, and my eyes won’t take it.
Please stop. I know one should steer well clear of
prejudices and stereotypes. Political correctness
is good for some, but allow me a tiny flirt with
the stylish antagonisms between Eastern- and
Western Europe. There’s an ominous clicking on
Europe’s streets. You, my dear Eastern European
women, have been happily prancing across Western European asphalt too long now.
What’s the thing with the pointy, skybound footwear? A javelin thrower worries me less. Your
thin, naked legs in those caricatures of shoes prove that well roasted chicken doesn’t just come on
a plate. Who cares about the skin, what on earth
do you think you’re doing to the energy crisis? If
you’re not willing to be scanty here, then at least
be consequent. Minimalism might be cool when
it comes to art, but that shred wrapped around
your ass can’t really pass as a skirt. And what’s the
point of a ‘handbag’ which fits nothing but its
own lining. Oh, I forgot that there’s Prada pasted
on the front. You like generous labelling, don’t
you, it makes you feel good about yourself in
your pointless world.
ce qu‘il pense de vous
Top 5
European Countries in Clothing and
Footwear Expenditure, in % of total
2004 household Expenditure
times cup size? As you blame us Western European gals for the world’s antistyle, Lady, try
stepping into our blunt but stylish shoes and
take a good look in the mirror—although you do
that already. Style requires not superlatives but
the perfect dose. I have nothing against fashion
accessories of any kind, as long as I feel good
beneath them. Away with the scratchy leopardskin, I want my own skin, not his – and not
every square inch of it presented for public
inspection. I’m sexy without a miniskirt.
We women haven’t fought long and
hard for emancipation for it all to go
in a puff of powder smoke. And as
clichéed as it sounds: true beauty glows from the inside.
and my Yorkie more jewellery.
Your favourite colour must be
washed-out (if not washout!) and
your tops are odious to look at.
Face it, babe, there are collections
that go beyond cotton T-shirts in
three colour possibilities and way
beyond the standard, five-pocket
jeans. Obviously your poor choice
of labels is only made worse by your
general aversion to shopping.
Do you live by the maxim: spoilt for choice and
choices spoilt? I don’t understand the point of
walking behind a gargantuan handbag that could
easily pass for a shopping bag. From a style point
of view, just don’t go there! Your head is topped
by a “I don’t need a trim” haircut. And I don’t
Greece
10.1
Italy
8.2
Portugal
7.6
Latvia
6.9
Estonia &
Austria
6.7
www.eurostat.eu
Going
Multilingo
The genius and the failure. Why learning languages is torture to some and
a walkover for others. Is your brain
up to the challenge?
For ten minutes you’re explaining to the receptionist that your shower curtain needs replacing. You
still mix up clumsy gestures with ready-made phrasebook formulas when your girlfriend comes to the
rescue. In three irritating, perfect sentences, she sorts it
out... again. The same frustrating story repeats throughout the holidays. Whilst you labour to put together
replies of more than two words, she has befriended
the entire holiday resort and her language skills have
risen to a whole new level. This is so unfair, you cry. It
undoubtedly must be due to that string of dreadful teachers you endured throughout your school years. Or
is it because your parents could never afford to send
you on those language exchanges?
„At the end of the day, maybe I am a failure at languages?”
Is there such a thing as innately talented or untalented
people? Katrien Mondt, a linguist at the Vrije Universiteit in Brussels, believes that any motivated student
can learn a language if the circumstances are right—in
particular if the environment is favourable and allows
the language to be employed frequently. Take, for instance, adopted or immigrant children: most if not all
acquire near-native skills. But why do some adults,
despite being immersed in the same environment,
struggle to acquire a second language, while your
girlfriend finds it dead easy? Michael W. L. Chee, at
the Cognitive Neuroscience Lab of Singapore Health
Services, believes that ‘phonological working memory’ (PWM) could be a determining answer. PWM describes a short-term capacity system that allows us to
store and repeat new, unfamiliar sounds. In contrast,
permanent, familiar sound patterns are stored in our
long-term memory. PWM is located in several areas of
the brain—for instance, the area responsible for rehearsing sounds without pronouncing them can be found
in the ‘Broca’s area’ and the phonological storage area
in the left inferior parietal cortex. According to Chee,
the larger your PWM capacity is, the easier you’ll find
the development of a vocabulary base, and in turn,
your foreign language acquisition. Yet, it is hard to
tell whether a large PWM is consequence or cause of
easy bilingualism and this theory is criticised by other
researchers in the field. It can only be part of the explanation, as a number of intricate factors are at play:
whatever your ‘talent’, motivation and usage, among
other things, are also key.
Going Multilingo
Author: Tania Rabesandratana
Illustration: Verena Brandt
74
Brèves de ville
Les histoires les plus délirantes
de la mémoire collective des européens
Post-moderne
Une lettre ? C‘est ici !
Guerre des styles Est contre Ouest, un sérieux
58 problème de compréhension vestimentaire
EG
Plurilingue
Multilingue
Pourquoi certains sont des quiches en
langue tandis que d‘autres déchirent
tout ?
Entendre
30 Ma nostalgie de l’Europe
Du sentiment au continent
9 Nous sommes enfin haïs !
Quelqu‘un pourrait-il brûler
le drapeau de l‘Europe ?
31
Dites-le en poster
Les posters de Loesje :
la politique de l‘affiche
6 Bubbles Les Européens se rencontrent.
5
stimuli
64 Une guide pervers du cinéma
66
40
Le psychanalyste slovaque Vlavoj Zizek
et le film de Sophie Fienne
sur la mort du cinéma
Lordi et sa bande
Saxophones et auto-mutilation
voyage au coeur de la scène finlandaise
Insanités visuelles
Certains disent que Second Life
est un nouveau pas dans l‘histoire
de l‘humanité
72
HipHop Kung Fu
La France et l‘Allemagne sur le tapis
do it yourself
42
52
51
Hey Baby !
Le guide conseil de la drague
rrrrrrrrhhhhhh !!
Lost in Translation Le casse-tête des
mots intraduisibles
Voyage ! Tchernobyl
Trash-tourisme en Ukraine
10
A vous de jouer L‘Europe à la carte
en jeu de société
44
Soit Vieux ! Huile d‘olive et moutons :
les secrets des insulaires centenaires
73
Couilles de taureau : la nouvelle recette
de nos amis espagnols
Tip secret
Les Anglais gagnent
souvent l’eurovision :
est-ce parce
qu’ils souffrent
plus d’obésité
qu’ailleurs en Europe ?
FINLANDE
J : Tu parles souvent avec ta petite
amie ? Tu utilises Skype ou un
autre site de chat ?
K : Skype. C’est mieux car tu peux
organiser des conférences vidéo et
voir ton interlocuteur. Et toi ?
J : Je lui parle tous les jours. On
est tous les deux très occupés,
alors on ne peut pas toujours se
parler autant que l’on voudrait.
ITALIE • FRANCE
V : La ville de Nice était un cadeau
des Italiens aux Français. Elle nous
appartenait et nous vous l’avons
donnée après la Seconde Guerre
d’Indépendance italienne !
A-M : Tous les Italiens que je rencontre me disent la même chose…
6
Allemand
Italien
Français
Bulles
Auteur/Photo: Carolina Pirola
Traduction: Éloïse Bouton
Français/ Espagnol
Espagnol
ITALIE
S : Pourquoi étudies-tu l’Italien?
C : J’en ai besoin pour mes études
de tourisme à l’université. Je dois
parler plusieurs langues pour
travailler dans ce domaine.
S : Mais pourquoi l’Italien?
C : Hmm… Je ne sais pas! Parce
que c’est facile pour nous!
GRECE • FRANCE • ALLEMAGNE
M : Le festival des Fallas de Valence est le plus fou que j’ai vu de
toute ma vie!
C : Tu as vu? Ils passent tellement
de temps à construire les statues,
tout ça pour les brûler en deux
minutes. Ça me dépasse!
M : C’est fou, mais c’est magnifique. J’y suis allée l’année dernière
et j’ai adoré. Tout le monde faisait
la fête dans la rue, buvait et dansait… Inoubliable!
FRANCE • ESPAGNE
E : Le pâté de caille est délicieux!
Carlos m’a emmené dans un restaurant où l’on pouvait en manger.
Au début, je ne voulais pas essayer
mais j’ai tellement aimé que
maintenant j’en cherche partout
où je vais!
C : Tant mieux!
V : Beurk, ne compte pas sur moi
pour en manger, je suis végétarien.
C : Quoi ? Tu n’as pas idée de ce
que tu rates!
Grec,
Français, Allemand
Quand l’Europe se rencontre, c’est une grande cacophonie. Tous les dimanches à Madrid, des douzaines d’Européens venus du continent entier, surtout des étudiants Erasmus, se retrouvent au Parc du Retiro
pour jouer du bongo et d’autres percussions jusqu’au coucher du soleil.
ESPAGNE
J : Il va y avoir une nouvelle guerre avant que quiconque ne puisse
le réaliser. Bush a dit je-ne-saisquoi sur l’Iran.
E : Je sais, j’ai entendu aux informations.
A : C’est inquiétant. Tous les
prétextes sont bons pour faire la
guerre.
FRANCE
A : Oui, oui, je crois que nous
devons tout essayer.
B : Je pense que ça dépend. On
ne peut pas tout faire.
A : L’expérience est la seule chose
que l’on ait dans la vie.
Finlandais
Anglais
7
Espagnol
Italien/ Français
Espagnol
MALI • BELGIQUE
A : Ils ont un bon rythme.
Dans mon pays, on trouve des
percussions dans toutes sortes de
fêtes. Par exemple, au mariage de
mon frère, des musiciens ont joué
toute la nuit.
K : J’adore. En été, nous allons à
la plage la nuit pour jouer sans
déranger personne.
ESPAGNE
E : ... Et tout à coup elle dit : « Tu
as toujours tout eu sans avoir à
travailler pour l’obtenir. » Et je
lui réponds : « Vraiment ? Et qui
a acheté ta voiture? »
J : Ignore-la. Vous vous disputez
tout le temps.
ALLEMAGNE
M : C’est tellement reposant.
P : Ouais, je sais. Le sud et le
nord de l’Europe sont complètement différents. Cela doit venir
du climat.
Être haï !
Enfin!
Notre chroniqueur s‘ennuie de son
identité européenne. Quelqu’un pourrait-il enfin le haïr ?
8
L‘Européen
Auteur: Ingo Arzt
Photo: Carina C. Kircher
Traduction: Tania Mara
Rabesandratana
« Repliez-vous ! », ordonne l’officier au soldat.
Quelque part dans le désert, l’escadron affronte des tirs
répétés. Les hommes rampent pour se mettre à l’abri,
et les mitraillettes caquètent alors que d’innombrables
explosions leur jettent du sable à la figure.
Quel film de nazes. Je m’enfonce dans mon fauteuil
de cinéma, et tandis que les grenades pétaradent à
l’écran, je m’arrête un instant pour méditer sur mon
identité européenne. Je déroule la scène dans ma tête: «
On ne peut pas abandonner le drapeau ici ! », hurle le
soldat à l’officier. Au centre de l’écran, des lambeaux de
drapeau flottent vaillamment au vent au sommet d’une
dune. L’officier acquiesce d’un signe de tête. Le soldat
s’élance sous la mitraille et sauve le drapeau, mais alors
qu’il court se mettre à l’abri, il est touché et s’effondre,
serrant fermement contre son cœur, dans une dernière
étreinte héroïque, le drapeau bleu aux douze étoiles
jaunes. L’Europe. Pas croyable. On meurt pour le drapeau de l’Union européenne.
Mais non bien sûr, il s’agit des fameuses Stars and
Stripes du drapeau américain. Du genre de film hollywoodien à la Pro-Irak-Anti-Vietnam-mords-moi-lenœud. Tentons d’adapter ce genre de concept à nos
contrées : dans la scène suivante, le cercueil du soldat,
drapé dans le drapeau de l’Union, est porté jusqu’à
sa tombe. José Manuel Barroso plie soigneusement
Sens
invers
Si tu veux savoir qui tu es,
demandes à ton voisin.
Gérard Sina (43 ans) habites
à Kigali, capitale rwandaise,
avec sa femme et ses cinq
enfants.
Arrogants Europeéens
Depuis 2002, mon entreprise, Urwibutso, exporte des denrées agricoles vers l’Europe. L’Agence
américaine USAID nous a aidé à nouer les premiers
contacts avec l’Europe. Au départ nous exportions
seulement des fruits de la passion vers Bruxelles, puis
des bananes, des fraises et des mangues vers l’Italie,
l’Allemagne, la France et les Pays-Bas. Dans un premier temps, ça marchait bien. Mais les Européens sont
le drapeau et le tend à la jeune et ravissante veuve
éplorée. Une larme coule sur une étoile, jaune comme
un tournesol, sur l’air de la neuvième symphonie de
Beethoven.
En vérité, l’Europe se contrefiche de son drapeau. À
l’heure où les drapeaux danois, britanniques ou américains doivent exister en version auto-immolation, qui
aurait l’idée saugrenue de brûler le drapeau européen?
Comment pouvons-nous être véritablement aimés si
personne ne sait comment nous haïr? Quelle tristesse!
Mais tout n’est pas perdu!
Récemment, un soldat gardant la Division 8 des
Missiles Guidés Légers à Genève a grimpé sur le toit
de l’ambassade sur laquelle il veillait. Il a mis le drapeau de l’UE en berne, comme ça, sans qu’on lui ait
rien demandé. Ça, c’est un événement ! Sur l’échelle
plutôt nonchalante des comportements helvétiques, ce
geste s’approche fort d’un incendie de drapeau.
Pendant ce temps, quelques hélicoptères d’attaque
pulvérisent leur ennemi à l’écran. Je me demande
quels ressorts scénaristiques devraient être déployés
pour transposer l’action de ce film en Europe. Imaginons : les soldats atterrissent dans la zone de conflit
et érigent rapidement leur base, qu’ils entourent de
généreux barbelés. Les troupes ennemies, finement
dissimulées, les observent : « Commandant, les intrus viennent d’installer leur base et brandissent un
drapeau bleu à étoiles jaunes. Devons-nous ouvrir le
feu ? » Le chef jette un œil à son télescope : « Bah,
nan… Ils doivent être en train de creuser un puits, ou
de construire une usine de traitement des eaux usées
à énergie solaire. » S’ensuivent deux heures de film à
la profondeur ethnologique sans pareille, sensible à
la cause des bergers locaux. C’est ça, la bonne vieille
scène européenne.
très difficiles, et les standards de qualité très élevés.
Lorsque nous négocions avec les Européens, nous
nous retrouvons toujours en position de faiblesse. Par
exemple, un jour un client belge m’a annoncé au téléphone qu’un conteneur entier de biens était avarié,
or nous n’avions pas de représentant sur place, ne serait-ce que pour vérifier si c’était vrai. Cela aurait été
beaucoup trop cher d’envoyer quelqu’un en Belgique
depuis le Rwanda.
Parfois, je pense que nous devrions être complètement soumis pour satisfaire les clients européens. J’ai
donc décidé de ne plus exporter de fruits frais vers
l’Europe, parce que ça n’en vaut pas la peine : les risques sont grands et les prix beaucoup trop bas. J’exporte
désormais du jus de fruit et du vin de banane vers la
Belgique, la France et l’Allemagne. Je rentre tout juste
d’Italie où j’ai acheté des machines pour produire du
jus de fruits ; ces machines sont nécessaires pour répondre aux normes européennes. Le commerce avec
l’Europe nous rapporte peu, mais j’espère que cela va
changer.
Travail dur, ou fait autre chose…
S’il y a un endroit sur terre où on devrait vivre,
c’est en Grande-Bretagne. Les gens qui y vivent sont
des gentlemans aguerris, de vrais amis. C’est réellement
épatant. Je les appelle tous les jours de mon call center
de New Delhi pour essayer de leur refourguer des téléphones portables et des contrats de gestion téléphonique de dernière génération. Parfois, j’ai l’impression
de les déranger. Il déjeune quand je les appelle. Je me
fais passer pour un certain «Charles», car personne
n’arriverait à comprendre mon vrai prénom «Vishnu».
Après ça, je leur dis avec mon accent indien combien
il pourrait gagner d’argent s’ils signaient le contrat que
je leur propose. «Non-merci mon cher Monsieur, je ne
suis pas intéressé», me répondent-ils, en mangeant
bruyamment. Quand j’appelle aux Etats-Unis, c’est
complètement différent. Il commence à me maudire et
à insulter ma mère et ma sœur, bien que je n’ai qu’un
frère.
Malgré cela, le call center tourne bien, en Inde aussi.
Je suis fier de ce succès. On chaparde de plus en plus
de jobs aux européens et on arrive à se faire des milli-
ons. L’Europe pourrait être nettement puissante si elle
s’en donnait les moyens. L’Italie, la France, l’Allemagne
– vous avez tous la même culture. Cependant,
c’est bien comme c’est maintenant. Pendant 300
ans, on a été dominé par les Britanniques. C’est
à notre tour maintenant. Le futur est à nous.
Tout ce que je peux vous dire, c’est de mettre
un bon coup de collier. Travailler et étudier ! Si
vous vous laissez aller, les Chinois et les Indiens
auront vite fait de bâtir leur propre business et
vous prendre vos richesses.
Interview : Ingo Arzt
Vishnu Sharma (20 ans), allias Charles, travaille dans
un call center à New Delhi
et étudie l’économie, la gestion et l’anglais.
10
10 - 99
Author: Adam Chrambach
Illustration: Jan Steinbach
2-4
20 - 45
Europe
à la Carte
Trouves des amis pour jouer et écrases les
grâce à l‘index du BigMac !
11
Instructions :
Distribuer les cartes. Choisissez si les statistiques les plus
hautes ou les plus basses sont gagnantes. Celui qui a la
main décide quelle statistique figurant sur la carte doit
être prise en compte pour le compte. Le gagnant remporte
les cartes et commence à jouer.
Légende :
Litres d’alcool pur consommés chaque année par personne : éthanol pur consommé par personne et par an, sous
toute forme.
Index du Big Mac : manière de mesurer la richesse relative
des habitants du pays.
Rang de classement dans l’index de Happy Planet : classification planétaire en fonction du bien être personnel et
du bonheur.
Podium de l’Eurovision : le plus fort des pays est celui qui
a gagné le plus de prix à l’eurovision
Pourcentage de femmes au parlement : il s’agit de savoir
ici si les statistiques les plus hautes ou les plus basses
sont gagnantes.
Rang de classement de l’OMS des pays où les gens souffre
le plus d’obésité : les Luxembourgeois sont-ils plus gros
que les Lituaniens ? L’OMS vous donne la réponse.
Pourcentage de personnes souffrant d’obésité :
Membres de Hospitality Club : Hospitality Club est un réseau de gens qui s’accueillent mutuellement et gratuitement. Une certaine manière de ne pas payer l’auberge de
jeunesse.
12
13
14
15
16
A vant & Après
Photos: EC/Marcelle
Jamar (gauche),
Irene Sacchi (droite)
Rond-Point Schuman en 1962
50 ans de changement. Le rond-point Schuman, Bruxelles.
Le rond-point Schuman porte le nom de Robert Schuman, un des pères fondateurs de
l’UE. En 1950, ce dernier a invité l’Allemagne à former la Communauté Européenne
du Charbon et de l’Acier et a ainsi posé les fondations de ce qui est devenu l’Union
Européenne. Aujourd’hui, la place accueille le siège de la Commission Européenne au
cœur du quartier européen de Bruxelles.
17
Rond-Point Schuman en 2007
18
E.a.h.C.
Autor: Jochen Markett
Illustration: Maria Messing
Translation: Adam Chrambach
1957 − Germany • Belgium • France • Italy
Luxembourg • Netherlands
1973 − United Kingdom • Denmark • Ireland
1981 − Greece • 1986 − Portugal • Spain
L‘Europe et
ses enfants
Depuis des débuts, la famille européenne patchwork croît et croît. Tout a
commencé un soir de plus, il y a très
très longtemps.
Le soir du 25 mars 2007, la famille européenne fut conçue au cours d’une orgie festive. La
pluie battante tombant sur le toit du Capitole de Rome
n’affectait en rien l’atmosphère régnant dans la flamboyante salle de bal du Campidoglio. Onze anciens y
étaient réunis pour représenter leurs six pays respectifs
; selon la version officielle, il était question de signer
un accord de coopération économique et nucléaire.
Ce qui se produisit réellement dans l’intimité de cette
salle de bal restera un mystère. Indigo s’abstiendra de
dévoiler un tel secret, mais devine cependant que les
chefs d’état et de gouvernement présents firent rentrer
leurs épouses par une porte dérobée. Fascinées par la
signification historique de l’événement et émoustillées par l’atmosphère de prestige et de pouvoir, elles
récompensèrent leurs époux sur le lieu même des
négociations. Le ministre belge des affaires étrangères,
Henri Spaak, surgit dans la salle de bal, ébouriffé et
débraillé, et proclama cette soirée « un acte mémorable
de l’histoire européenne ! »
Neuf mois et six jours plus tard, le 1er janvier 1958,
six bébés virent le jour à la maternité de l’hôpital universitaire de Rome : trois garçons et trois filles—Jean
le petit français, Francesco l’italien, Michel l’allemand,
Emma la belge, Sanne la néerlandaise et Octavie, la
luxembourgeoise. Les parents décidèrent d’offrir à leur
progéniture une éducation particulière et recrutèrent
une gouvernante dont l’excellente réputation dépassait
les frontières : Europe, issue de la noblesse grecque,
promit d’inculquer des valeurs fondamentales communes aux enfants.
La joie des journalistes était à son comble : une décennie plus tôt, un tel événement aurait été impensable. Les familles s’affrontaient alors avec une violence
inouïe ; les affrontements entre Montagu et Capulet
faisaient figure de broutilles en comparaison. Et désormais, six enfants de nationalités différentes grandiraient à l’unisson ?
Pour la gouvernante, la tâche n’était pas une sinécure. Dès le début, elle eut des difficultés à garder le
petit Jean sur le droit chemin. Lorsqu’un couple britannique demanda si son rejeton pourrait intégrer la
jeune famille, Jean marmonna un « non » têtu dans
sa barbe. C’était un enfant difficile. Alors que les au-
tres enfants adoraient jouer dans la cave à charbon, il
s’entêtait à rester dans sa chambre pour s’y amuser avec
son arsenal de joujoux atomiques. A l’âge de 8 ans, il
refusa de prendre part aux repas de famille ; sa chaise
restait désespérément vide. La gouvernante, consciente
de la fragilité de l’équilibre entre les six enfants, se
garda bien de le contraindre à quoi que ce soit, et déploya toute sa finesse pour réconcilier les membres
du groupe. Durant des vacances au Luxembourg, la
famille reconnut que, tout en préservant des objectifs
communs, chacun avait bien besoin de préserver son
espace personnel.
Alors que la fratrie était âgée de neuf ans, Maman
Europe décida de déménager à Bruxelles et réunit
d’emblée toute la famille pour désamorcer les conflits
latents. Cette décision porta ses fruits : le sextet traversa la puberté sans l’ombre d’une crise d’adolescence.
Forts d’un développement harmonieux, les trois filles
et trois garçons demandèrent même à leur bien-aimée
Nanny d’adopter quatre autres enfants. Europe était
ravie de cette requête, car de nombreux parents de différents pays – le Danemark, l’Irlande, le Royaume-Uni
et la Norvège – avaient d’ores et déjà exprimé leur souhait d’apporter leur pierre à cet édifice familial hors
du commun et acclamé dans le monde entier. Hélas, la
maman norvégienne subit une tragique fausse-couche
mais dès 1973, les petits Mathilde, Patrick et Emily
rejoignirent la famille. Patrick était fort turbulent ; à
la naissance, il atteignait à peine les 2,8 kilos. Néanmoins, après un régime nourrissant et grâce à beaucoup d’amour maternel, le jeune irlandais s’épanouit
avec bonheur.
La famille patchwork jouissait d’une harmonie grandissante. Lorsque Mère Europe décida d’introduire
une nouvelle monnaie pour l’argent de poche des enfants, l’ECU, seule Emily, l’individualiste petite-fille
des Windsor, trouva l’idée stupide. Europe, dans sa
grande bonté, autorisa Emily à utiliser son vieil argent
de poche.
Très vite, la communauté eut à affronter de nouveaux défis : trois autres couples souhaitaient que
leurs enfants soient adoptés par la famille Europe. De
longues discussions s’ensuivirent, en particulier à propos du jeune Georgios, dont les parents grecs avaient
été surnommés « junte » en raison de leurs principes
éducatifs autoritaires — qui n’excluaient pas l’usage
de châtiments corporels. Finalement, la famille reconnut que les parents de Georgios avaient assoupli leurs
méthodes depuis quelques années, et ouvrirent grand
leurs bras aux nouveaux venus en 1981.
A peine cinq ans plus tard, le seuil historique des
douze enfants fut atteint. Europe était ravie d’accueillir
Rui et Alejandro et leur teint bronzé, bien qu’ils aient peu commun avec leurs frères et sœurs. Tous les
enfants avaient un sens de la famille si poussé qu’ils
vivaient toujours chez leurs parents, une situation que
Francesco, l’italien, savourait particulièrement. Alors
que les six aînés amassaient une fortune en travaillant
dans les secteurs secondaire et tertiaire, Rui et Alejandro passaient leur temps à jouer dans le jardin et
batifoler dans les champs.
19
Europe prit une sage décision : elle décida de se
concentrer davantage sur la responsabilité sociale, et
moins sur les profits à tout crin. A Maastricht, pendant les vacances d’hiver 1991, elle débaptisa la famille,
désormais nommée “Union”. La famille était bien décidée à montrer un front uni et à délivrer un message
commun aux autres familles. Elle conclut également
que des réunions de famille régulières, pour jouer aux
gendarmes et aux voleurs dans la joie et la bonne humeur, ne feraient pas de mal. Ah! Ils avaient mûri. La
gouvernante n’avait plus de derrières à nettoyer, plus
d’horaires à faire respecter, et les nounours des enfants
n’avaient plus à rester confinés dans une même chambre à coucher. Ils pouvaient maintenant changer de lit
selon leur gré. Liberté de mouvement pour tous les
oursons !
20
Ces changements eurent immédiatement un effet
positif pour tous les membres de la famille. L’allemand
Michel, qui souffrait jadis d’un dédoublement de la
personnalité, était maintenant rétabli et jouissait d’une
croissante régulière et vigoureuse. Plus personne ne
craignait ses crises. L’adoption d’Elisabeth la viennoise,
d’Anna la blondinette suédoise, et d’Iida, originaire de
Finlande, n’ébranla nullement l’équilibre familial.
Fascinée par les dimensions impressionnantes de
la famille, Europe annonça la même année que son
ouvrage était loin d’être terminé. Elle prépara des acquisitions immobilières pour pouvoir accueillir au
moins dix autres enfants. Personne n’osa remettre en
question cette détermination : la famille prenait une
direction résolument nouvelle.
Pendant des vacances à Amsterdam en 1997, la
progéniture se mit d’accord pour laisser entière liberté
d’action à leur mère pour toutes les décisions familiales. Trois ans plus tard, ils firent leurs valises pour
la Côte d’Azur, ou ils adoptèrent un nouveau plan
prévoyant l’adoption de nombreux enfants – ce qui en
fit ronchonner plus d’un. Tout le monde s’accordait
sur une chose : « il faut un contrat familial ! » Europe
se dit que ce ne serait pas bien compliqué. « Je mettrai
tout ça par écrit quand j’aurai du calme. Les enfants
pourront le lire et tout le monde dira que je suis une
maman fantastique. »
Europe croyait à tort jouir d’un pouvoir absolu ; distraite par tous ces enfants, elle remit le projet au lendemain, puis au surlendemain… En mai 2004, un autre
minibus vint à s’arrêter devant la maison de campagne
de l’Union familiale. Dix couples radieux descendirent
du véhicule, chacun tenant un nouveau-né dans ses
bras : Erik, l’estonien ; Liga, la jolie lettone ; Ona, la
lituanienne aux grands yeux verts ; Jakub, le polonais
(étonnamment grand pour son âge) ; Tomas et Pavol les
jumeaux, respectivement tchèque et slovaque ; Marija,
de Slovénie ; Karol, le hongrois ; le chaleureux Joseph,
maltais ; et enfin Dimitra, de Chypre. L’accouchement
de cette dernière avait engendré des complications et
depuis lors, les médecins espéraient toujours trouver
un remède à son hémiplégie.
L’Europe vieillissante pouvait garder la tête haute,
avec 25 enfants acquis à sa cause. Alors qu’elle se débattait avec tous ces nourrissons, un vieil ami de la famille,
Valéry Giscard d’Estaing, offrit ses services pour rédiger le règlement intérieur de la maison. Il se mit aussitôt au travail, et acheva son magnum opus après de
longues nuits de réflexion à la lueur de la chandelle.
Chaque enfant reçut une copie sur sa table de nuit.
Certains, comme Emma la petite belge ou Elisabeth
l’autrichienne, dévorèrent le texte en une nuit et annoncèrent fièrement le lendemain matin qu’elles trouvaient l’idée fantastique. En l’espace de quelques jours,
tous les autres enfants annoncèrent qu’ils étaient du
même avis. Soudain, durant un orage de mai 2005,
Jean et Sanne firent irruption dans la salle à manger,
furieux ! Oncle Valéry en a du culot, de pondre de
telles inepties ! Il ne sait rien de rien sur le fonctionnement de cette famille et ce qu’elle veut vraiment ! Il
ne nous a jamais consultés, et tout d’un coup voilà que
nous sommes censés prendre une décision immédiate
à propos de ce document lamentable !? De toute façon,
le monde est trop injuste ! Plutôt crever ! Jean et Sanne
déchirèrent le nouveau règlement en mille morceaux
et quittèrent la pièce dans une colère noire.
Un silence de mort s’abattit. Europe, si éprise
d’harmonie et de paix, avait déjà assisté à de tels éclats
de rage de la part de ses enfants. Mais cette fois, elle
ne pouvait les ignorer, car tous les enfants devaient
se mettre d’accord sur le règlement. En état de choc,
elle parvint à articuler après de longues minutes : «
J’ai besoin d’être un peu seule… » et se réfugia dans sa
chambre, cachant son visage dans ses mains. L’ombre
d’un nuage noir assombrit l’horizon de la famille pendant de longs mois. L’adoption, au printemps 2007, de
Gabriela, la petite roumaine, et Stefka, venue de Sofia,
ne suffit pas à détendre l’atmosphère de plomb.
Le 25 mars 2007 arriva bien vite. Michel, l’aîné,
invita tous ses frères et soeurs à Berlin pour une fête
de famille. Il savait qu’une grande occasion était nécessaire pour resserrer les liens après ces crises familiales.
Le moment tant attendu arriva enfin : la voix rauque
de Gianna Nannini s’éleva au-dessus de la foule, qui
reprit en chœur la chanson “Grazie”, et les frères et
sœurs se tombèrent dans les bras avec émotion. Fatma,
une jeune turque, observait la scène en souriant, caressant doucement son ventre rond de future maman.
1995 − Sweden • Finland • Austria
1995 − Estonia • Latvia • Lituania • Poland Caesco •
Slovenia • Slovakia • Hungary • Malta • Cyprus
2007 − Romania • Bulgaria
21
www.sjsu.edu
www.dictateurs.com
www.calvin.edu
www.worldexplorer.be
www.ceausescu.org
www.marxists.org
www.vitral.org
www.ahistoryofgreece.com
Les salauds !
Que restent-ils de l‘époque des grandes
dictatures européennes ? Retour sur
les moments oubliés des tyrannies
déchues.
L’Union européenne a eu au moins ce mérite
depuis la seconde guerre mondiale de garantir une
certaine paix entre les peuples. Tant et si bien qu’on
en vient souvent à oublier que certains hommes politiques de ces cinquante dernières années étaient de
véritables despotes. Que reste-t-il des tyrans lorsque
leur tête n’apparaît plus à la télé ? Leur histoire, leur
personnalité gagne à être connue.
Peu de gens savent par exemple que Nikolae Ceausescu voulait être cordonnier quand il était petit. Peu de
gens se rappellent que Francisco Franco avait eu l’idée
de génie d’interdire aux femmes de travailler, d’avoir
leur propre propriété, d’ouvrir un compte en banque
et de voyager sans le consentement de leur mari. Rares
sont ceux qui se souviennent de ce moment touchant
où, après la seconde guerre mondiale, Antonio Salazar
dut retirer des murs de son bureau l’image de son idole, Benito Mussolini. Plus rares encore sont ceux qui
se rappellent que Georgios Papadopoulos faisait partie
de la CIA pendant les 15 années qui précédèrent son
coup d’Etat.
Le temps passe et des dictatures ne nous restent que
les moments les plus insupportables, les actes barbares
et inhumains. Si bien que lorsque Wojciech Jaruzelki
publia un livre en 1994, quatre années après son départ, un fermier lui jeta un pierre au visage, lui brisant
la mâchoire.
Les despotes restent dans les mémoires. Mais l’histoire
ne leur donne pas le rôle des gentils.
Photos : Luis Carlos Torres • Viorika Prikhodko
Realisation : Joeri Oudshoorn • Maria Messing • Maik Wiechmann
Auteur : Adam Chrambach
Traduction : Etienne Deshoulières
24
Auteur : Carolina Pirola
Traduction :
Tania Rabesandratana
Légendes urbaines
Histoires de fromage, de statue ou de castration : tout s’entend dans les rues de
l’Europe. Retour sur les légendes urbaines
les plus cocasses du vieux continent.
Barcelone (Espagne)
Le 9 Février 2007, Alberto Fernández a proposé que les
immigrants qui “respectent véritablement la société, la ville,
et le pays où ils vivent” reçoivent un “certi¿cat de bonne
conduite” et de “vie commune amiable.» Fernández est le
candidat du Groupe Populaire Municipal à la mairie de la
capitale catalane.
Les réactions des groupes de citoyens immigrés en Catalogne sont plutôt pessimistes. Jordi Hereu, maire de Barcelone, met en garde contre ce genre de certi¿cats, qu’il
considère comme une forme de discrimination basée sur
le pays d’origine ou la couleur de peau. Hereu rappelle que
les droits et devoirs « doivent s’appliquer à tous de façon
universelle. »
Athènes (Grèce)
Les citoyens d’Athènes sont tous d’accord sur un point : ils
refusent les universités privées. Un amendement ouvre la
porte au remplacement d’un article de la constitution stipulant que toutes les institutions d’éducation supérieure sont
« sous la responsabilité de l’Etat, » rendant ainsi possible la
création d’universités privées.
Dès l’annonce de cet amendement, les étudiants de gauche
sont descendus dans la rue. Les grèves étudiantes durent
depuis plusieurs semaines et gagnent en intensité. L’une
des plus importantes grèves a eu lieu le 23 février 2007 :
plus de 25 000 étudiants de toute la Grèce se sont réunis à
Athènes—la manifestation s’est soldée par plusieurs blessés ainsi que des détentions par la police locale.
Londres (Royaume-Uni)
Les Britanniques ont dû sécher leurs séances d’éducation
sexuelle. C’est le moins qu’on puisse dire au vu des résultats d’un récent sondage publié par l’Association Britannique des Affaires Familiales.
Les chiffres font froid dans le dos : 89% des 495 sujets de
sa majesté interrogés ignorent qu’un spermatozoïde peut
survivre jusqu’à 7 jours dans le corps d’une femme ; 50%
pensent, à tort, qu’une femme atteint son pic de fertilité durant ses règles ; et 29% imaginent que sauter de haut en
bas après un coït non protégé permet d’éviter une grossesse. Ahem.
Cluj-Napoca (Romania)
Le château du Comte Dracula, en Transylvanie, est à
vendre. Cette forteresse du XIVe siècle a été restituée à
la dynastie des Habsburg l’année dernière, 50 ans après
sa con¿scation par les communistes. Mise à prix : 60 millions d’Euros. Le gouvernement roumain, incapable de débourser une telle somme, craint que ce symbole culturel ne
soit racheté par une chaîne hôtelière, ou converti en parc
d’attractions à la gloire du Comte Dracula.
Saint-Pétersbourg (Russie)
Le ministre de l’intérieur nie les accusations contre des of¿ciers de l’armée russe, accusés d’avoir contraint des soldats à se prostituer a¿n d’empocher les béné¿ces. Un jeune
homme de 18 ans a été battu si violemment qu’il a dû subir
une amputation des jambes et des testicules.
Le porte-parole de l’Organisation des Mères de Soldats a
con¿rmé que plusieurs clients de Saint-Pétersbourg étaient
prêts à payer pour avoir des relations sexuelles avec des
soldats. La Russie est souvent dans le collimateur des organisations de défense des droits de l’homme ; le gouvernement a ouvert une enquête.
25
Merchtem (Belgique)
Le maire de Merchtem, une petite ville près de Bruxelles,
a causé l’émoi en Belgique, où les tensions linguistiques
sont pourtant monnaie courante : il interdit de parler français
dans les écoles, contraignant les enfants à parler Àamand et
punissant les contrevenants.
Le maire assure, bien sûr, qu’un groupe de professeurs de
langue Àamande est disponible pour soutenir les enfants
qui ne parlent pas la langue. Les parents qui auraient du
mal à communiquer lors des réunions entre familles et
enseignants auraient également accès aux services d’un
interprète.
Varsovie (Pologne) et Bratislava (Slovaquie)
La Pologne et la Slovaquie sont en pleine dispute fromagère. L’Union Européenne a voulu accorder au fromage
polonais Oscypek le statut de marque déposée ; le ministère
slovaque objecte que seul son Ostiepok est l’authentique
fromage.
Les Polonais avancent que leur Oscypek contient 60% de
lait de brebis, alors que l’Ostiepok est à base de lait de
vache à 80%. Les deux fromages ne pourraient donc être
considérés comme une seule et même variété de fromage.
L’UE a invité les deux parties à se débrouiller entre elles
pour trouver un arrangement amiable.
Amsterdam (Pays-Bas)
Nasr Joemann, secrétaire de l’Organisation de Contact
entre les Musulmans et le Gouvernement aux Pays-Bas,
s’exprime sur les dif¿cultés de la communauté musulmane
néerlandaise. Souffrant de discrimination depuis les attentats du 11 Septembre 2001, beaucoup émigrent en France
ou en Espagne. Les postes ainsi vacants sont occupés par
des membres du clergé plus radicaux, favorisant l’essor du
wahhabisme, une doctrine jusqu’ici peu répandue aux PaysBas, et créant des tensions au sein de la communauté.
Ankara (Turquie)
Ankara nie l’existence d’une minorité kurde dans le pays—
une barrière majeure pour l’adhésion éventuelle du pays à
l’Union Européenne. Le chef du Parti Démocratique et son
adjoint Aysel Tegluk ont passé un an et demi derrière les
barreaux d’une prison turque pour avoir distribué des tracts
en langue kurde, ce qui constitue une violation des lois du
parti, qui interdisent l’usage d’une langue autre que le Turc
lors des événements ou dans les publications du parti.
Tallinn (Estonie)
Le président estonien, Toomas Hendrik Ilves, désapprouve une loi interdisant les monuments à la gloire du régime
soviétique, ordonnant qu’une statue intitulée « le soldat de
bronze », soit retirée du centre de Talinn dans un délai d’un
mois.
Les citoyens estoniens d’origine russe déplorent ce qu’ils
considèrent comme un manque de respect à un monument
célébrant la libération de l’emprise nazie. Le gouvernement
a annoncé que la statue déplacée et remplacée.
NO!
26
Homo Exodus
Auteur: Etienne Deshoulières
Photo: Joab Nist
Les propos des jeunes militants homosexuels d’Europe
ont été recueillis par le
Mouvement d’Affirmation des
jeunes Gays et Lesbiennes
(MAG). Les interviews intégrales sont disponibles sur
www.mag-paris.org/magazette.
Homo
Exodus
Victimes de violences et de discriminations, les homosexuels des pays de
l’Est émigrent massivement
Au nom de quoi certaines pratiques de la vie
privée, sources de plaisir pour leurs adeptes, ont-elles pu faire l’objet d’interdictions religieuse, sociale
et juridique plus que millénaire ? Pourquoi certaines
formes de sensualité ont-elles dérangé au point que
ceux qu’elles tentaient pouvaient être punis de la
peine capitale ? Et pourquoi, encore aujourd’hui, alors
que dans les démocraties occidentales les homosexuels ne risquent plus d’être condamnés pénalement,
l’orientation sexuelle continue-t-elle d’être une source
de discrimination ?
Si le combat des associations gays et lesbiennes ont
permis une nette amélioration de la condition des homosexuelles en Europe occidentale, la situation reste
préoccupante dans les pays de l’ex-bloc soviétique. Les
apparitions publiques des mouvements de contestation ont en effet déclenché des vagues de violence in-
Sur la photo, Jaco van den Dool (en rose) et Sjoerd
Warmerdam., mariés le 6 mars 2007.
attendues. En Lettonie, la toute première Gay Pride
organisée à Riga en 2005 a vite tourné au désastre.
Juris Lavrikovs, militant gay letton, raconte : «Avant la
manifestation, une campagne homophobe hystérique
avait été initiée par les Eglises catholique, luthérienne
et évangélique, ainsi que par plusieurs associations
d’extrême droite ultra-nationalistes». Le Premier ministre, Aigars Kalvitis, s’est également déclaré contre la
manifestation, considérant qu’une parade de minorités
sexuelles n’avait rien à faire dans le centre de la capitale. «C’est la première fois dans l’histoire de l’Union
européenne que le Premier ministre d’un Etat membre
condamne publiquement une Marche des Fiertés et
donne le feu vert à une campagne homophobe».
De quoi aviver les animosités à l’encontre des manifestants. «Quand nous nous sommes mis en route,
de milliers de personnes ont commencé à entonner
des chants homophobes et à brandir des pancartes. On
pouvait y lire : Les homos baisent notre patrie, vos droits s’arrêtent là où commence mon cul, le défilé de la
honte…». A plusieurs reprises, les contre-manifestants
se sont interposés, en se tenant les bras ou en s’asseyant
dans les rues, afin de bloquer le cortège. Malgré la
protection de la police, le défilé dut rapidement être
interrompu. «Ils nous jetaient des œufs, des tomates
et même des gaz lacrymogènes. Nous avons dû nous
réfugier dans une église», témoigne Juris Lavrikovs. Finalement, aucun manifestant n’a été blessé.
Tel n’a pas été le cas lors de la première manifestation des homosexuels russes organisée à Moscou le
27 mai 2007. «Plusieurs organisations non-gouvernementales et l’Église orthodoxe russe se sont opposées à
l’organisation de la marche», rapporte l’organisation de
défense des droits de l’homme Human Rights Watch.
27
Malgré l’interdiction de la police et de la justice, imposée en violation des accords internationaux ratifiés
par la Russie, les organisateurs ont décidé que le défilé
aurait lieu. «Moscou n’est pas Sodome !», «Les pédés,
hors de Russie !» : comme en Lettonie, l’apparition publique des gays et des lesbiennes a déchaîné la haine
de plusieurs centaines de nationalistes. «Il faut tuer
les pédés», assénait Boris, jeune agent de sécurité particulièrement costaud. Bien que la police ait essayé de
repousser les hordes de skinheads, des petits groupes
de jeunes ont réussi à agresser les manifestants. Parmi
ceux-là figurait le député Vert allemand, Volker Beck,
porte-parole des gays et lesbiennes dans son pays, et
Pierre Serne, militant écologiste français, venus soutenir les homosexuels russes.
L’homophobie légitimée
La situation en Lettonie et en Russie n’est malheureusement pas marginale en Europe de l’Est. En Biélorussie, une large partie de la population se montre
hostile face à l’émergence d’un mouvement homosexuel. «L’homophobie, la suspicion et les préjugés sont
encore très présents. Selon une étude de la ligue biélorusse pour l’égalité des sexes, 47% des citoyens biélorusses pensent que les homosexuels devraient être
emprisonnés», affirme Svyatoslav Sementsov, militant
membre de l’organisation Vstrecha. «Les gays et les
lesbiennes sont victimes de harcèlement quel que soit
leur milieu social». Et ils ne sont pas épargnés par les
politiciens. En avril 2005, Viktar Kuchnynski affirmait
sa volonté de voir l’homosexualité criminalisée. Plusieurs conférences ont été interdites par le gouvernement. Certains militants ont été arrêtés. «Les médias
contrôlés par l’Etat ont aussi discrédité le mouvement
LGBT».
Ce discrédit a été largement relayé par certains courants religieux, qui jouent ainsi un rôle important dans
la persistance du sentiment homophobe. A cet égard,
la récente élection de Benoît XVI n’annonce pas de
changement dans la position du Vatican. Le cardinal
Ratzinger s’était en effet fait la voix de l’homophobie
pendant le pontificat de Jean-Paul II. Pour l’actuel
pape, l’homosexualité est une «anomalie» contraire à
la «loi morale naturelle» et à laquelle il faut «s’opposer
de manière claire et incisive». Dans un document resté
célèbre intitulé «considérations à propos des projets de
reconnaissance juridique des unions entre personnes
homosexuelles», il en appelle à des interventions
de l’Eglise dans la sphère publique. Il s’agit en effet
«d’affirmer clairement le caractère immoral de ce type
d’union», «de ne pas exposer les jeunes générations à
une conception erronée de la sexualité» et, plus généralement, de lutter contre l’égalité des droits des gays
et des lesbiennes.
Eradiquer l’homosexualité
Les prises de position des institutions ecclésiastiques
contre les pratiques homosexuelles ont eu un large
écho dans la classe politique polonaise. Les politiciens
ont en effet multiplié les déclarations et les actes homophobes. En 2005, l’ancien Premier ministre a ainsi
déclaré : «Si une personne essaie d’en infecter une autre avec son homosexualité, l’Etat doit alors intervenir
contre cette atteinte à la liberté».
En 2006, un haut fonctionnaire a été congédié par le
Ministre de l’éducation pour avoir diffusé Compass, un
manuel du Conseil de l’Europe sensibilisant les jeunes
aux problèmes de discrimination. Sa remplaçante, Te-
28
resa Lecka, a affirmé peu de temps après être entrée
dans ses fonctions : «L’homosexualité est contraire à
la nature humaine (…). Les comportements malpropres
ne doivent pas être présents dans les écoles. L’objectif
de l’école est en effet d’expliquer la différence entre le
bien et le mal, la beauté et la laideur (…). L’école doit
expliquer que les pratiques homosexuelles mènent au
drame, au vide et à la dégénérescence».
Considérant que la violence du discours homophobe
ne suffisait pas, le député polonais Wojciech Wierzejski a publiquement appelé à user de la force physique
à l’encontre des militants gays et lesbiens lors de la
marche annuelle du mouvement organisée l’an passé
à Varsovie : «Si des déviants se mettent à manifester,
il faut les taper à coups de bâton». Plus grave encore,
selon Amnesty International, lors d’un rassemblement
à Poznan, les militants de la cause homosexuelle se
sont heurtés au Mlodziez Wszechpolska, mouvement
nationaliste ultracatholique d’extrême droite, membre de la coalition au pouvoir. Certains membres de
l’organisation en appelaient à l’extermination des gays
et des lesbiennes. Parmi les insultes, on pouvait alors
entendre «gazons les pédés» et «nous vous ferons ce
que Hitler a fait aux juifs».
Emigration massive
Confrontés à un environnement hostile et avouant
difficilement leur différence à leurs proches, les homosexuels des pays de l’Est vivent souvent mal leur
sexualité. De récentes études montrent la permanence
de certains comportements.
Dans le cadre du programme de l’Union européenne contre la discrimination, l’International Lesbian
and Gay Association (ILGA) a réalisé une étude sur
la population homosexuelle des pays de l’Est. Les statistiques réalisées à l’aide de données recueillies dans
dix nouveaux pays membres de l’Union (République
tchèque, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte,
Pologne, Slovaquie, Slovénie et Roumanie) révèlent
qu’environ 50% des gays et lesbiennes de ces régions
choisissent d’émigrer.
Les discriminations se font en effet ressentir tant
dans la famille qu’à l’école ou au travail, dans l’armée,
à l’hôpital ou à l’église. Plus de 40% ont déjà subi
des harcèlements et près de 20% ont été victimes
d’agressions physiques. En Roumanie, Slovaquie et
Slovénie, 25% des homosexuels agressés déclarent que
la police a eu une réaction hostile lorsqu’ils sont allés
porter plainte.
Dans la plupart des pays d’Europe de l’Est, les violences contre les homosexuels ne sont pas seulement
le fait de particuliers. L’homophobie est la plupart du
temps profondément ancrée dans la culture de la police et de l’armée. Le rapport de l’ILGA rapporte le témoignage d’un jeune roumain : «Pendant mon service
militaire, j’ai été violé par trois officiers (…). Afin de
m’initier au «plaisir du service», les trois hommes ont
apparemment considéré qu’il fallait me donner une
leçon sexuelle».
Le temps où, en Europe occidentale, l’homophobie
institutionnelle était encore de mise n’est en réalité pas
si éloigné. En 1960, Paul Mirguet, alors député du parti majoritaire au parlement français, tenait un discours
ouvertement homophobe : «Je pense qu’il est inutile
d’insister longuement, car vous êtes tous conscients de
la gravité de ce fléau qu’est l’homosexualité, fléau contre lequel nous avons le devoir de protéger nos enfants.
Au moment où notre civilisation dangereusement mi-
29
noritaire dans un monde en pleine évolution devient
si vulnérable, nous devons lutter contre tout ce qui
peut diminuer son prestige». Face à ces propos, loin
de manifester leur hostilité, les parlementaires français
adoptèrent l’amendement proposé et une nouvelle catégorie «d’outrage public à la pudeur prenant la forme
d’un acte contre nature avec un individu du même
sexe» fut insérée dans le Code pénal.
Vers l’égalité des droits
«Jusqu’à la fin des années 1970, on n’en parlait pas du
tout dans les médias», témoigne Jean-Michel Bonnet,
médecin anesthésiste originaire d’une petite ville de
la province française. A l’image de 46% des homosexuels français, Jean-Michel a décidé d’habiter en région parisienne. Ce cinquantenaire en pleine forme fait
partie, comme la plupart de ses congénères, des catégories socioprofessionnelles supérieures. «Si je n’avais
pas été gay, je serais probablement resté en province»,
admet-il. «A l’époque, c’était un sujet encore complètement tabou. Pourtant, c’était après 1968. Comme quoi
tout ne s’est pas passé à ce moment-là». Il faudra en
effet attendre la formation de nombreux groupes de
pression, tel que le Comité d’Urgence Anti-Répression
Homosexuelle, des années 1970 au début des années
1980, pour que le mouvement commence à avoir une
réelle visibilité. «Quand j’ai quitté la province pour aller m’installer à Paris, on vivait encore un peu comme
les premiers chrétiens, avec des codes et des lieux de
rencontre. Il y avait seulement des bars avec des vitres
teintées».
Mais au cours des 20 dernières années, les choses
ont bougé. Depuis la dépénalisation de 1982 jusqu’au
Pacte Civil de Solidarité de 1999, la situation n’a cessé
de s’améliorer pour les homosexuels parisiens. «Maintenant, il y a le quartier du Marais et un homosexuel à
la tête de la Mairie de Paris. Mais il faut rester vigilent.
Une minorité sera toujours une minorité. Il suffit de
regarder ce qui se passe du côté des religions pour voir
que rien n’est acquis».
Si l’homosexualité est de mieux en mieux acceptée
par la famille et les amis, elle n’est pas toujours bien
vécue par les gays et les lesbiennes eux-mêmes. Les
jeunes homosexuels français âgés de 16 à 39 ans ont en
effet treize fois plus de chance de faire une tentative
de suicide que les jeunes hétérosexuels. Preuve que le
combat n’est pas terminé, même à l’Ouest.
Désormais, les revendications des mouvements homosexuels français portent sur l’égalité des droits. Mariage, fiscalité, adoption, succession, rapprochement de
conjoint : les discriminations sont encore nombreuses
à l’encontre des homosexuels. «Le prochain grand progrès sera le droit à l’indifférence. Le fait que je sois
homo fait partie de ma vie privée, comme une religion
ou un mode d’alimentation».
Jean-Michel affirme toutefois qu’il ne se sent pas
victime de discrimination dans son quotidien. Il souhaite que les homosexuels des pays de l’ancien bloc
soviétique puissent bientôt en dire autant. «Les pays de
l’Est découvrent actuellement la pluralité, qu’elle soit
politique, religieuse ou sexuelle. Quand on va à Prague
aujourd’hui, c’est encourageant. On n’a pas l’impression
qu’il y ait de grandes différences avec Paris».
Alors pour le médecin parisien, le combat à l’Est en
faveur de la cause homosexuelle doit passer par des
modes d’action collectifs : «Militez ! Unissez-vous !
Côtoyez-vous ! Voyagez à l’Ouest. Et surtout, servezvous de l’Europe !».
30
M.D.E
Auteur: Björn Richter
Photo: Carl Berger
Traduction: Éloïse Bouton
Mon désir
d’Europe
Redécouvrir le mal du pays à une
échelle continentale: partager une
fierté mélancolique.
Il est tard à Capetown. La Montagne de la Table
se recouvre doucement d’épais nuages. Je m’arrache à
ce spectacle et rentre chez Jan, mon hôte. Il boit une
gorgée de vin ; nous parlons de la vie en Europe et en
Afrique. Jan est un Sud Africain instruit de descendance Boers. Bien que son pays soit le plus beau du
monde, il s’extasie sur les métropoles – Berlin, Paris et
Vienne – qu’il a visitées ces dernières années. « Quand
j’étais à Berlin, j’ai remarqué le pouls de la vie. On le
ressent vraiment. » Il raconte les bus de nuit, les cafés
ouverts après minuit, les clubs, les opportunités de carrière, et la liberté relative comparée à la vie à Capetown.
Depuis, je repense souvent aux paroles de Jan. Suis-je
aussi positif au sujet de Berlin, ma ville natale? Je suis
heureux ici, même fier, mais ce sentiment s’étend audelà des frontières de la ville. C’est un désir d’Europe.
La dernière fois, cette émotion m’a submergé lors d’un
voyage dans les Pyrénées françaises. J’ai passé quelques
jours avec des amis dans un petit village peuplé de
fous qui voulaient s’échapper de la société. C’était un
peu comme Capetown. Je regardais les montagnes et
laissais mon esprit vagabonder quand soudain, ce sentiment m’a saisi: cet étrange désir d’Europe. Cette sensation est difficile à ébranler. Les semaines suivantes,
j’ai été surpris de constater que tout le monde comprenait ce que j’évoquais sans que je ne l’explique. Igor
de Moldavie a découvert ce sentiment en voyageant à
New York. Kasta de Budapest a ressenti la même chose
en allant étudier le droit à Constance. Vegard d’Oslo a
pris des cours de conduite à Vancouver et avait le mal
du pays comme jamais auparavant. Même Vitaut de
Hrodna en Biélorussie l’a éprouvé : ce n’est pas un mal
du pays traditionnel où notre quatre murs, nos amis ou
notre lit nous manquent. Imaginez une fierté mélancolique. Un sentiment étrange que ni mes parents ni
mes grands-parents n’ont expérimenté. « Mon enfant,
c’est formidable que tu voyages autant. Profites-en. »
Ils ne comprennent pas. Je ne veux pas juste voyager,
expérimenter et consommer. Je veux m’immerger dans
ce sentiment, je veux me sentir chez moi partout sur le
continent européen. Igor, Kata, Vegard, Vitaut et moi
parlons de questions communes relatives à nos études.
Nous aimons la même musique et avons les mêmes
problèmes de relation. Cela ressemble à une liaison
amoureuse.
Subitement, je comprends ce que cela fait que
d’acclamer la victoire du FC Porto en Ligue des Champions, d’applaudir devant la performance de Lordi au
concours de l’Eurovision, ou de rencontrer plein de
monde au festival Sziget de Budapest. Ajoutez à cela
des heures de discussions et de débats sur Skype pour
produire un magazine européen ensemble, tout cela
ressemble bien à l’Europe.
Ne vous méprenez pas, je ne suis pas du genre à me
sentir euphorique dès que quelqu’un qualifie l’Europe
de « bastion de la paix. » C’est une évidence pour moi.
Je sais que je ne suis pas le seul à exiger plus que cela.
Nous ne sommes pas une génération de pleurnichards,
nous agissons. Nous ne sommes pas des politiciens à
Bruxelles qui assemblent des directives rafistolées au
lieu de créer des visions durables. Ces dernières années ont vu émerger cette génération, qui voit l’Europe
comme une idée que l’on peut vivre.
31
Pensée Post-it
Collez! Établie depuis longtemps aux
Pays-Bas, l‘organisation Loesje vise
à remodeler l‘expression publique
par le biais de considérables campagnes d‘affichage. Elle est maintenant devenue européenne alors
façades, gare à vous.
En regardant des hordes d‘employés partir au travail
ou rentrer chez eux, avez-vous déjà eu l‘impression
que l‘espace public était ignoré? À part un coup d‘œil
occasionnel aux panneaux d‘affichage ou aux feux de
signalisation, peu de gens perçoivent le temps passé
dans les transports comme l‘essence de moments de
liberté : l‘observation et la réflexion. 1983, Arnhem,
Pays-Bas. D‘étranges affiches commencent à apparaître un peu partout dans la ville. Elles se moquent
des messages positivistes, vous défient de prendre le
temps de lire et de réfléchir. Presque vingt ans plus
tard, ces affiches et l‘organisation Loesje se sont fait
une place en Europe. Ce qui a commencé comme un
phénomène purement néerlandais est devenu international, et pourtant le processus est resté aussi simple
qu‘à sa conception. Conviez quelques jeunes esprits
critiques à une même table et sortez vos papiers et vos
stylos. Une grande marmite de pot-au-feu complète
habituellement le tableau. Ensuite, tout le monde se
lance dans une folle créativité frénétique et écrit toutes
les phrases contenant un soupçon de sens qui leur traversent l‘esprit. Deux heures, beaucoup d‘arguments
et de bols de pot-au-feu plus tard, quelques affiches
ont survécu à la discussion critique. Les messages sont
alors multipliés et diffusés sur l‘Internet, l‘intention
étant d‘en « coller » le plus possible. Le collage est un
processus délicat. Choisissez un mur ou d‘autres surfaces publiques faciles d‘accès, bien visibles si possible.
Priez pour que le propriétaire du mur ne vous surprenne pas et accomplissez le rite du papier et de la colle.
Quittez les lieux en silence et à une vitesse extrême.
Priez encore pour que beaucoup de passants aperçoivent l‘affiche avant que des ennemis de l‘expression
publique ne décident de l‘enlever. Le frisson réside
dans l‘invasion d‘un espace public de plus en plus
privatisé. L‘intention est de féconder la pensée dans
sa forme la plus pure : le « hein » perplexe face à un
objet et un message inconnus dans un environnement
que votre inconscient a mémorisé depuis longtemps.
Seul un œil expert reconnaîtra l‘affiche parfaite avec
sa touche subtile assortie d‘une expression intelligente
et drôle. Cependant, l‘affiche n‘est parfaite que si elle
attire l‘œil inexpérimenté.
Petit conseil: si vous êtes trop occupés ou craignez de
coller une affiche vous-même, vous pouvez malgré
tout profiter de messages poignants de temps à autres.
Loesje vous autorise à inclure une mini-affiche actualisée tous les mois sur votre site Internet. Jetez donc un
coup d‘œil: www.loesje.org
Auteur: Adam Chrambach
Photo: Ingo Arzt · Traduction: Éloïse Bouton
3
1990
1991
1993
1994
La Biélorussie déclare son indépendance le 27 juillet.
L’Union soviétique devient la
Communauté des Etats indépendants
Lukachenko prétend avoir été le
seul membre du Soviet Suprême
à voter contre
Lukachenko est élu à la tête du
comité anti corruption du parlement
Lukachenko remporte les premières élections présidentielles. Il
devient président le 20 juillet.
1996
1999
2000
2001
70 des 199 députés biélorusses signent une motion de destitution
contre Lukachenko pour violation
de la Constitution.
Lukachenko organise un référendum pour faire adopter une nouvelle constitution. Les Etats-Unis
et l’Union européenne contestent
la légitimité du référendum.
Pendant la guerre du Kosovo, Lukashenko lance l’idée d’une union
slave unissant la Russie, la Biélorussie, Ukraine et la Yougoslavie.
L’idée fait long feu.
Le 7 mai, le membre de
l’opposition et ancien ministre
de l’intérieur Youri Zakharenko
disparaît.
Le 16 septembre, le leader de
l’opposition Victor Gonchar et
son associé Anatoly Krasov disparaissent.
Le 7 juillet, le journaliste de la télévision publique russe ORT Dimitri Zavadsky disparaît. De 1994
à 1997, il avait été le photographe
attitré de Lukachenko.
Lukachenko est réélu le 9 septembre. Les Etats occidentaux
critique le déroulement des élections, mais pas la Russie.
2003
2004
Après la chute du régime de Saddam Hussein, les anciens dignitaires irakiens que les Etats-Unis
refusent d’accueillir se voient offrir des passeports biélorusses.
Lukachenko remporte un référendum lui permettant d’être réélu
un nombre illimité de fois. Les
pays occidentaux sont critiques,
la CEI affirme qu’il n’y a pas eu
de problème significatif.
2006
2007
Le 19 mars, Lukachenko remporte les élections. L’OSCE (Organisation pour la sécurité et la
coopération en Europe) rejette les
résultats, la CEI parle d’élections
ouvertes et transparentes.
Dans les jours qui suivent, 10 000
manifestants descendent dans les
rues pour protester contre ces
élections. Des jeunes campent sur
le square d’Octobre. Les autorités
mettent fin aux manifestations.
La Russie cesse de vendre son gaz
à la Biélorussie à un tarif préférentiel.
Le 25 mars est Dan Voli, le jour
de la libération. On annonce
d’importantes manifestations.
Père manquant
Un leader biolorusse disparait mistérieusement. Sa fille appelle publiquement à sa commémoration. Le dernier dictateur de l‘Europe
doit faire face à une révolution des Jeans.
“Mes chers amis, voici mon père, Anatoly Krasovsky, et son ami Victor Gonchar. Le 16 septembre 1999,
ils ont probablement perdu la vie…” Plantée devant deux
grandes photos des deux hommes, c’est avec ces mots que
j’ai entamé mon discours pour le septième anniversaire
de leur disparition. En ce jour de la “Grande Fête du
Jean”, 10 000 personnes s’étaient rassemblées sur la place
ensoleillée de Bangalor Square, à Minsk, en l’honneur
de mon père et de trois autres “disparus” biélorusses.
Dans leurs yeux, je pouvais lire un mélange de compassion, de soutien et de solidarité. J’éprouvais une certaine
d’excitation / Etrangement, une certaine excitation s’est
emparé de moi, différente de celle que j’avais éprouvé 6
ans plus tôt lorsque ma mère, moi et seulement deux
autres personnes avions décidé de commémorer le premier anniversaire des disparitions, seules au milieu du
quartier endormi de la rue Fabrichnaya où mon père
avait été vu pour la dernière fois.
36
Durant sept ans, de nombreuses manifestations ont eu
lieu pour célébrer la mémoire de tous ces biélorusses
Père manquant brutalement disparus. Sept ans durant, chaque fois que je
m’y rendais, je me demandais : « combien de personnes
viendront aujourd’hui ? ». J’étais terrifiée à l’idée de me
Auteur: Valeriya Krasovskaya
retrouver seule au beau milieu de la rue. C’est la raison
Photos: Charter97.org
pour laquelle, ce jour là, je me sentais si excitée de prendre
la parole devant la foule si importante de la Grande Fête
du Jean – des gens qui savaient ce qui était arrivé à mon
père, et qui n’étaient pas prêts d’oublier. Ils étaient venus
en dépit des habituelles « perturbations » des transports
publics les jours de manifestation contre le régime autocratique de Lukashenko. Ils étaient venus au mépris de
l’ordre intimé aux étudiants et aux écoliers de se rendre
ce jour là dans leurs établissements pour y participer à
des activités extrascolaires – nettoyage des espaces verts
du campus ou n’importe quoi d’autre. Tous les moyens
possibles furent employés pour empêcher les gens de
venir participer à ce rassemblement pour ceux qui ont
souffert au nom de la liberté des biélorusses. Dans une
certaine mesure, c’était un jour heureux pour moi, si tant
est que l’on puisse parler de bonheur dans ma situation
: une incertitude totale quant au sort de mon père, la
personne la plus importante dans ma vie.
Je me souviens encore comme si c’était hier de cette
nuit où mon père n’est pas rentré à la maison. Je me suis
réveillée à 4 heures du matin pour trouver ma mère seule
dans la cuisine. Elle ne semblait pas aller mal. Pas encore.
Que ce passe-t-il? lui ai-je demandé, Papa n’est pas renté?
– Non, m’a-t-elle répondu. Son portable éteint, et celui
Anatoly Krasovsky, disparu
de
Victor
aussi. Mais va te coucher, tout ira bien. Rien n’a
Valeriya
Krasovskaya
plus été comme avant de puis cette nuit là. Le lendemain
matin, nous avons appelé la police. Ils ne montrèrent pas
très coopératifs. Je devais aller à l’Université, où je venais
de m’inscrire, pour assister à un séminaire spécial où le
chef de la télévision biélorusse, Kisel, était invité à nous
faire cours. Ma mère a contacté des proches de mon père
et de Victor et s’est rendue à l’endroit où ils avaient rendez-vous la veille au soir – les bains publics de la rue
Fabrichnaya. Des éclats de verre provenant du Cherokee
de mon père furent retrouvés sur les lieux présumés de
l’incident, ainsi que des traces de sang, plus tard identifié
comme celui de Victor Gonchar.
Il m’est difficile d’expliquer les sentiments que j’éprouvais
à cette époque. Peut-être que tentais de me protéger. En
tout état de cause, je ne me suis pas impliquée immédiatement de quelque façon que ce soit. Ce n’est que plus
tard que j’ai réellement compris tout ce qui s’était passé.
Je n’avais jamais envisagé qu’un être humain puisse disparaître corps et âme sans laisser de traces, ça me semblait
tout simplement en dehors de toute logique. Ma mère,
ma sœur et moi attendions le retour de mon père, pensant que cette situation saugrenue allait bientôt prendre
fin. Il m’a fallu quelques années pour commencer à en
douter, et aujourd’hui encore, je garde espoir.
Tous les 16 du mois, nous commémorons le jour de Septembre 2005 où, lors de l’anniversaire de la disparition
de mon père, le leader du mouvement des jeunes Nikita
Sasim a ôté sa chemise en jean pour la brandir dans les
airs comme un symbole de la révolution. Après six ans,
nous avions le sentiment que le gouvernement ne pouvait plus continuer à refuser de nous donner des réponses
sérieuses. Nikita est devenu tellement populaire auprès
des jeunes que Lukashenko a fini par sentir qu’il devait
prendre des mesures. Cinq jours avant les élections de
Mars 2005, il a fait arrêter Nikita et l’a retenu prisonnier
trois mois sans lui donner droit à un procès pour qu’il
ne puisse pas organiser le mouvement des étudiants. La
première audience n’était prévue que pour le 4 Mai.
Le fait que le rassemblement de cette année n’ait pas
été interdit ou perturbé par l’intervention des milices
est probablement du à la prudence de Lukashenko, inquiet de son image à l’étranger. Après avoir fait enlever
par la force les tentes des manifestants réunis contre le
trucage des élections en Mars 2006, après l’arrestation,
le 25 du même mois, d’un millier de personnes célébrant
l’indépendance lors des manifestations de Den Voli, il
a voulu faire profil bas devant. Il
aurait aimé faire interdire le mouvement, mais n’a pas osé. Nous avions collé des affiches sur tous les
murs de la ville, mis des bannières
sur Internet, des autocollants sur
les lampadaires : même proscrite,
la manifestation aurait eu lieu et
Lukashenko n’a pas voulu s’attirer
les foudres de la communauté internationale. Maintenant, tout le
monde en Biélorussie a entendu
parler des actions qui se tiennent
tous les 16 du mois. Si vous vous
baladez dans les rues de Minsk,
vous y verrez sûrement le chiffre
16 tagué sur les murs. Des manifestations s’organisent même dans
d’autres pays : tous les mois aux
Etats-Unis et en Pologne ; régulièrement en France, Lituanie, Estonie, Russie, Ukraine, République Tchèque,
Suède, Belgique, Pays Bas…
de Russie. A mon arrivée, je n’ai vu qu’une poignée de
gens rassemblés. Parmi eux se trouvait une amie. Elle
m’a dit : tu arrives trop tard. Quelques minutes plus tôt,
quatre fourgons de la milice étaient venus embarquer la
plupart des participants. Elle n’avait pas encore terminé
son histoire lorsque quatre nouveaux fourgons sont arrivés. Des hommes en tenue de camouflage en sont sortis
pour arrêter le reste de ces manifestants pacifiques. Tout
le monde a commencé à s’enfuir, donc j’ai suivi. Mais il ne
m’a pas fallu bien longtemps pour comprendre que je n’y
parviendrais pas. Ces hommes étaient bien plus rapides
et costauds que moi, et il y avait tant de haine dans leurs
regards que je me suis simplement figée. Et comme ils
ne s’attendaient pas à ce que qui que ce soit s’arrête sans
qu’on l’y force, ils m’ont dépassée pour poursuivre les
autres. C’est grâce à ça que, cette fois là, j’ai survécu. Toute
la soirée, j’ai reçu des coups de téléphone de mes amis et
de simples connaissances qui avaient entendu dans les
médias que j’avais été arrêtée avec les autres.
Mais revenons-en à la Grande Fête du Jean. Après mon
discours d’ouverture et ceux de
leaders démocrates, dont le chef
de l’opposition Alexander Milinkevich, un grand concert de
rock bélarusse a commencé. En
général, les rockers bélarusses
n’ont pas le droit de faire de concert que dans les temples. Ils ne
sont pas invités aux festivals, parce qu’ils ne sont pas assez soumis
à la dictature. Il y avait beaucoup de gens que je n’avais pas vu
depuis des années. L’un d’entre
eux était un de mes camarades de
lycée, Denis, qui avait été arrêté
et condamné à 15 jours de prison
pour avoir dormi dans une tente
sur la place d’Octobre, pendant
les jours de mars si froids si froids
qui avaient suivi les «élections» de 2006. Jusqu’alors, je
le voyais comme une personne calme, et j’ignorais comment il voyait le monde. Et tout d’un coup son nom est
apparu dans les journaux. Il faisait partie de ceux qui
avaient été arrêtés, et il a fait une grève de la faim pendant toute la durée de son séjour en prison. C’est alors
que j’ai réalisé que ce camarade de classe si calme en
apparence était en fait l’un des nôtres ! Pendant de la Fête
de Jean, il m’a parlé de son séjour en prison, de comment
les prisonniers passaient leur temps à faire des blagues.
Personne n‘a osé interdire la commémoration
Cette Grande Fête du Jean fut une journée marquante également dans la mesure où, pour une fois, aucun
manifestant n’a été arrêté. A la différence du mois dernier, par exemple, où je m’étais déjà rendue à Minsk pour
cette journée mensuelle de solidarité. Cette fois là, nous
nous étions donné rendez-vous en face de l’ambassade
Victor Gonchar, disparu
37
38
Il m’a dit que peu temps après être sorti, il avait reçu une
facture de la prison ! Nous avons ri à l’idée qu’il devait
payer au gouvernement la note de ses «vacances» en prison, et qu’il n’avait même pas eu de réduction alors qu’il
n’avait rien mangé de tout son séjour. Plus, il m’a avoué
avoir payé, pour ne pas récolter encore plus d’ennuis. Le
temps que des ONG réunissent de quoi l’aider à payer,
l’argent récolté devait déjà servir à plus de 1000 autres
personnes arrêtés entre temps. Denis a payé 40 dollars, et
au Bélarusse ça représente beaucoup d’argent. Il a perdu
15 kilos pendant sa grève de la faim, et il a eu besoin
de soins médicaux. Mais bien sûr, il ne pouvait pas dire
aux docteurs pourquoi il avait tant maigri. Il a dit qu’il
avait voulu perdre du poids, qu’après deux semaines de
régime il avait réalisé que c’était une mauvaise idée, et
qu’il voulait savoir comment recommencer à s’alimenter
normalement.
La plupart des participants de la Grande Fête du Jean
portaient des jeans. Ils en tenaient aussi à bout de bras,
comme des drapeaux de la liberté. Une heure avant la
fin de la Grande Fête, l’électricité a été coupée. On nous
a parlé d’un «incident», mais nous savions parfaitement
que c’était encore une petite manœuvre de l’Etat. Les
gens ont quand même continué à chanter ensemble, ils
ont allumé des bougies et il y a même eu un feu d’artifice
! A la fin, des musiciens comme Krama, Neiro Dubel et
Tovarish Mauzer sont montés sur scène et ont chanté
des chansons connues dans des mégaphones. La dernière chanson commémorant la disparition de mon père se
finissait sur ces mots : «Nos villes sont pleine de gens en
treillis, mais bientôt le Bélarusse sera libre !» C’est exactement ce que je ressentais.
remerciement à
Katrien Mondt, Philippe Mousty
and Bram Vanderborght
Commémoration du 16 septembre 2006: Alexander Milinkevich,
leader de l‘opposition. (photo de gauche).
Pour en savoir plus
sur Katrien Mondt’s :
http://homepages.vub.ac.be/~kamondt/
“Lukashenko
n‘a jamais tenu
une promesse“
39
Jeanine Hennis-Plasschaert est députée européenne et membre de l’Alliance des libéraux et démocrates d’Europe (ALDE). Elle
s’inquiète de la position de l’Union Européenne vis-à-vis de la Biélorussie. Indigo l’a
rencontrée et lui a demandé ce que l’Union
Européenne devrait faire.
„«Il y a peu de temps encore, la situation de
la Biélorussie était à peu près claire. Alexandre Lukachenko était un dictateur, il tenait le pays et était suffisamment puissant pour contrôler une opposition divisée. Il avait réussi à mettre fin aux manifestations de
mars 2006 qui avaient suivies des élections manifestement truquées. Il restait en position de force au sein
de l’élite politique et parvenait à maintenir les leaders
de l’opposition dans une situation d’impuissance. Les
journaux privés étaient interdits, les partis politiques
poursuivis, et les activistes étaient jetés en prison.
Grâce au soutien économique important du président russe Poutine, l’économie biélorusse était plus ou
moins stable. Lukachenko se croyait le meilleur ami
de Poutine. Et même si l’Occident refusait de traiter
Lukachenko comme un partenaire, il restait divisé sur
l’approche à adopter vis-à-vis de la Biélorussie, étant
donné les enjeux énergétiques.
Le mauvais cheval
Les choses ont changé suite au conflit au sujet des hydrocarbures entre Poutine et Lukachenko Moscou a de
moins en mois envie de continuer à subventionner indirectement la Biélorussie, notamment au travers d’un
tarif très bas sur le gaz. Les rôles ont donc changé, et
tout le monde est obligé d’adopter de nouvelles positions. Soudain Lukachenko pense que Poutine ne le respecte pas assez, et il ne souhaite plus le rattachement
de la Biélorussie à la Russie. Et il essaie maintenant de
flirter avec l’UE, mais selon ses propres termes. Il a déclaré lors d’une interview : ‘J’apprends vite. J’avais parié
sur le mauvais cheval.’ Ces récents développements ont
fait naître l’espoir chez certains leaders européens que
Lukachenko allait enfin se montrer raisonnable. De
mon point de vue, c’est un raisonnement dangereux.
Lukachenko ne tient pas ses promesses, et ce n’est pas
aujourd’hui qu’il va commencer. Son unique mobile
est d’asseoir sa position.»
Augmenter la pression
«Il est donc extrêmement important de ne pas être
trompé par ses soi-disant ‘Bonnes intentions’. Il
doit être clair que les activistes, les organisations de
l’opposition, les journalistes, les syndicalistes, etc.
sont toujours oppressés et/ou emprisonnés. La liberté
d’expression est inexistante en Biélorussie. Si on suit la
logique de Lukachenko, l’Occident devrait faire de lui
un partenaire à part entière sans poser de conditions
telles que la liberté et la démocratie. Si l’Occident
devait se laisser séduire, nous ne parviendrons qu’à
soutenir le pouvoir personnel d’un dictateur. Pour
commencer, l’Union Européenne devait augmenter
la pression sur Lukachenko afin qu’il libère les prisonniers politiques, comme l’a demandé le Conseil de
l’Europe. Pour l’instant, la Biélorussie prétend ne pas
détenir de prisonnier politique. Le Conseil de l’Europe
a proposé d’ouvrir une enquête. Le résultat de cette enquête sera décisif pour la Biélorussie. Pourtant, le gouvernement biélorusse n’a toujours pas répondu à cette
offre. L’UE gagnerait à se faire entendre et à soutenir
ceux qui combattent le régime de Lukachenko. Mias
en ce moment, l’Union a des difficultés à parler d’une
même voix. Les intérêts nationaux interdisent toute approche cohérente contre le régime de Lukachenko.»
Interview: Joeri Oudshoorn
Second
Hype
40
Second Hype
Auteur : Martin Lafréchoux
Bienvenue dans Second Life, un
univers virtuel où des gens du
monde entiers se font de nouveaux amis, deviennent riches et
célèbres, combattent le racisme,
aident des ONG... et sont utilisés
pour des campagnes de marketing.
Fin décembre, le Front National,
un parti français d’extrême-droite, a annoncé
l’ouverture de son siège dans Second Life (SL),
un monde virtuel où chacun peut créer son
avatar, ainsi que des objets ou des bâtiments.
Mais les extrémistes n’ont pas été très bien accueillis par les résidents de SL. Le journaliste
américain Wagner James Au (1) raconte que
dès l’ouverture du bâtiment, «au moins deux
groupes, antiFN et SL Left Unity, se sont dressés contre eux. Armés de banderoles, de t-shirts
et d’affiches, ils se sont rassemblés sur des terrains voisins pour montrer clairement que le
FN n’était pas le bienvenu dans Second Life.»
SL permet aux utilisateurs de créer des objets et de modifier profondément leur environnement, y compris pour détruire d’autres
éléments. Les manifestations d’hostilité ont
donc assez rapidement pris une certaine ampleur. Au fil des jours, ce furent d’abord des
tirs à la mitrailleuse lourde, puis «un manifestant particulièrement entreprenant a créé une
grenade-cochon qu’il a envoyée par soucoupe
volante sur le QG du FN, où elle a fini en gigantesque explosion porcine.» Après une semaine de combat acharné, le bâtiment du FN
avait entièrement disparu le l5 janvier.
A priori, c’est épatant : dans le monde virtuel, personne ne soutient les extrémistes, et des
gens du monde entier s’allient pour les jeter
dehors ! Mais les frontistes ne s’étaient pas
installé dans SL pour conquérir de nouveaux
électeurs. Ils étaient venus pour se faire de la
publicité gratuite, et ça a parfaitement fonctionné. L’incident a été relaté par de nombreux
media, en France mais aussi dans d’autres
pays.
Utilisateurs européens de SL en% du total :
France 12.73% • Allemagne 10.46%
Royaune-Uni 8.09% • Pays-Bas 6.55%
Espagne 3.83% • Belgique 2.63% • Italie 1.93%
Campagne de communication
C’est tout l’intérêt de Second Life : la communication. Ce monde virtuel a été créé afin
que tout ce qui s’y passe intéresse la presse.
Le 27 janvier dernier, le groupe d’utilisateurs
américains de SL Netroots a organisé une manifestation contre la guerre en Irak. Selon les
organisateurs, elle a réuni des avatars issus de
7 pays différents (2). Génial. Sauf qu’en tout, il
y avait à peu près 120 personnes, et que cette
manifestation n’était pas un événement en soi,
seulement le relais d’un mouvement organisé
dans le monde réel.
Autre exemple, en décembre 2006, l’ONG espagnole Mensajeros de la Paz («Les messagers
de la paix») a utilisé SL pour récolter des
dons. Ils ont créé un SDF virtuel qui portait
une pancarte expliquant l’opération. En une
semaine, l’avatar sans domicile a récolté à
peu près 30 euros, ce qui est loin d’être renversant. Mais comme le disait un membre
de l’ONG, «l’argent n’est pas notre seul but,
nous voulons aussi créer une prise de conscience». Une chose est sûre : qu’ils soient
créés par les résidents ou par des organisations réelles, l’immense majorité des «événements» qui se produit dans SL cache en fait
des opérations de communication. Ainsi, le
29 janvier, la Suède annonçait à la surprise
générale l’ouverture de la première ambassade virtuelle dans Second Life. L’idée ne
venait pas du ministère des
Affaires étrangères, mais
bien de l’Institut suédois, une institution
chargée de la communication du pays.
En fait, cette soidisant ambassade
ne délivre pas de
visas et n’a aucun rôle officiel.
Son seul objectif
est d’informer les
résidents de SL sur
la Suède et, au passage, de donner au
pays une «image moderne».
Du gros business
Si la Suède est le premier pays à avoir une
forme de représentation officielle dans
Second Life, beaucoup
d’entreprises y ont déjà tenu des réunions ou
même ouvert des boutiques. Suivant l’exemple
de multinationales telles qu’IBM ou Adidas, la
banque néerlandaise ABN a ouvert une succursale dans SL en décembre 2006. Elle n’offre
pour l’instant aucun service bancaire réel, seulement du «conseil financier». Depuis octobre
2006, la très sérieuse agence de presse britannique Reuters y a envoyé un correspondant
permanent. Pendant le dernier forum économique de Davos, ce correspondant a réussi à
interviewer les avatars des PDG d’EasyJet et de
Skype, ainsi que de nombreux autres exécutifs
présents.
Le groupe de presse allemand Axel Springer est
même allé plus loin : depuis décembre 2006,
il publie exclusivement dans SL un tabloïd appelé l’AvaStar. S’il y a tant de journalistes, c’est
bien qu’il se passe des choses intéressantes,
non ? Eh bien non. L’AvaStar ne se vend pas
très bien. Contrairement à ce que la frénésie
de communication et de business donne à
penser, le nombre d’utilisateurs de SL reste
étonnament bas. Certes, plus de 3 millions
de personnes se sont inscrits, mais selon le
Guardian (3), seuls 100 000 sont considérés
comme des utilisateurs actifs et passent un
temps significatif dans le monde virtuel. Il
y a moins de 60 000 abonnés payants.
En février, Linden Lab, l’éditeur de SL, a
annoncé sur son site (4) que pour la première fois, 30 000 personnes avaient été
connectés au site simultanément. Cela dit,
sachant que le monde de SL a une superficie
plus vaste que la bande de Gaza, ça fait un peu
vide. Ce que ces chiffres montrent, c’est qu’il
n’y a pas de marché virtuel qui attirerait les entreprises. Si certaines y ouvrent des magasins
et y organisent des événements,
c’est parce que SL leur permet
d’attirer l’attention des journalistes sur des produits qui ne
les auraient pas intéressés en
temps normal.
Les utilisateurs existent,
aussi
Linden Lab a rendu tout
cela possible en ayant
d’ores et déjà convaincu
de nombreux journalistes
de l’intérêt de Second Life.
L’argent a été le déclencheur. SL utilise du «vrai
argent», dans le sens où il
existe un taux de change
entre une monnaie réelle (le dollar) et la monnaie
du jeu. En mai 2006, Anshe
Cheung, une résidente de
SL, a fait la couverture de
Business Week en tant que
«première millionnaire de Second Life». Cheung est d’origine
allemande, mais sa société se trouve en Chine;
elle crée et vend des bâtiments virtuels dans
SL, et a déjà 23 employés. Mais il suffit de regarder les statistiques officielles de SL pour
s’apercevoir que très peu de personnes - moins
d’un millier - gagnent plus de 100 euros par
mois dans le monde virtuel, et que seule une
nwn.blogs.com
rootscamp.pbwiki.com
lindenlab.com
terranova.blogs.com
getafirstlife.com
dizaine y gagne plus de 1000 euros (5).
Incontestablement, Linden Lab sait gérer son
image. Lorsqu’une parodie plutôt méchante
de SL (5) a été créée, les éditeurs n’ont pas
cherché à fermer le site hébergeant la parodie
: ils lui ont donné leur autorisation officielle.
Cette décision assez inhabituelle a montré
qu’ils avaient de l’humour, ce qui a attiré de
nouveaux utilisateurs.
Mais la mode ne durera pas éternellement.
Ironiquement, le correspondant de Reuters
dans SL a récemment publié une interview
annonçant la fin de la période de grâce. Pour
le cabinet de consultant Gartner Group, SL
est très proche du «pic des attentes exagérées», ce qui signifie qu’on peut s’attendre à
un effondrement de l’effet de mode.
Selon leur théorie, Linden Lab espère être
racheté par une grande entreprise avant que
le buzz ne disparaisse. En d’autres termes,
les résidents de SL ne sont pas les clients de
Linden, mais bien le produit qu’ils essaient
de vendre. Le consultant interviewé, Steven
Prentice, pense que «Google fait partie des
acheteurs potentiels les plus probables».
L’idée n’a rien d’absurde, étant donné que le
géant du moteur de recherche a récemment
acheté Adscape, une entreprise spécialisée
dans la publicité au sein des jeux vidéos.
Mais si ce rachat doit arriver, il faut qu’il arrive vite, car les résidents sont de plus en plus
mécontents, d’une part à cause de la mauvaise qualité des serveurs (SL peut être vraiment
très lent), et d’autre part à cause de l’invasion
continuelle des professionnels du marketing
et de la communication. Fin février, l’Armée
de Libération de Second Life (SLLA) a organisé des attentats virtuels contre les magasins
de Reebok et American Apparel, en réclamant
un plus grand contrôle des résidents sur le
devenir de SL. Ce genre d’incidents risque de
se multiplier si rien ne change.
Si Linden Lab veut que SL tienne ses promesses, les résidents doivent passer avant les
entreprises. Faute de quoi SL sera bientôt un
monde rempli de commerciaux essayant de
fourguer leurs produits, sans personne pour
les acheter.
341
Hey, Baby!
Messages érotiques entre un café et
une cigarette...
Les comprenons-nous vraiment ?
Espagne
Ne jouez pas trop au malin avec les espagnols.
N’allez pas faire des œillades appuyées au copain
d’une ibérique possessive, et ne vous avisez pas de
vous trémousser façon Shaggy derrière le premier
popotin venu, à moins que vous ne cherchiez la bagarre. Les Espagnols ont le sang chaud, ils aiment
ou ils haïssent, et vous ne pouvez rien y faire. Prudence.
Italie
42
Hey, Baby!
Auteur : Irene Sacchi
Illustration : Anne Buch
traduction : Etienne
Deshoulières
Si vous êtes aveugle et sourd ou un peu stupide, il se
peut que vous ne vous rendiez compte de rien quand
un italien vous drague ; dans le cas contraire, vous
n’avez aucune excuse. Ici, on y va franchement, tous
les coups sont permis et tous les prétextes sont bons.
L’inuendo romantique italien est à l’art de la cour
galante ce que les écrase merdes sont au mocassin à
gland : un cousin robuste, puissant et un peu lourd.
Les garçons vous offrent des verres et vous couvrent
de compliments, les filles vous demandent une cigarette avec l’air de poser en Une de Jeune et Jolie.
Grèce
Tout le monde sait que les Grecs font montre
d’hôspitalité en dançant le Sitaki et en comsommant
de l’ouzo et de la vodka sans modération. Mais leur
technique de drague est moins connue. Oubliez les
méthodes dernier cri, les Grecs aiment être étourdis
par la finesse de la culture. Organisez une soirée
théâtre ou une visite archéologique dans un style
bien romantique. Devenez Homer ou Platon, et ce
sera banco !
Pologne
Bulgarie
Une fille seule sur un dancefloor bulgare appâtera
plus sûrement une horde de mâles électrisés qu’une
Mercedes tunée dans un parking du 93. En temps normal, elle sera immédiatement repérée et prise d’assaut
par un régiment de bulgares gourmands en coups d’un
soir. Si vous ne vous sentez pas de taille à éliminer cette
cohorte de rivaux déterminés, ou si vous êtes du genre
amoureux transi en quête du Grand Amour, préférez
les invitations dans les soirées canapé de vos amis. Les
filles y sont souvent plus à l’aise et la musique, plus
discrète, vous permettra de leur réciter du Baudelaire.
Dans le cas contraire, foncez dans le tas et proposez lui
un verre – rien ne vaut, à cet effet, une « vodka flirt ».
Comment draguer en Pologne, pays peu réputé pour
la frivolité de ses habitants ? En accord avec l’un des
grands principes de l’art de la guerre, il vous faut
d’abord obtenir l’avantage du terrain. Choisissez
un endroit où la conversation est impossible : bar
bondé, discothèque, salle de concert, préférez les lieux où la musique, assourdissante et omniprésente,
interdit les trop longs discours. Contentez-vous alors
de quelques mots aimables entre deux pas de danse
et de pouvoir échanger vos numéros de téléphone.
Après quoi, l’usage est d’aller ensemble au cinéma,
d’aller boire un coup, assister à des concerts et tout
le tralala – la routine, quoi.
Suisse
Les Suisses se complaisent généralement dans une
routine culturelle confortable mais chauvine : ils se
gavent de fondue et de chocolat. De fait, si vous êtes
invité à rejoindre quelqu’un dans un restaurant exotique, tenez vous le pour dit : vous avez un ticket.
Le mythe du suisse emprunté, timide et fébrile a
fait long feu. Les jeunes helvétiques semblent avoir
enfin compris, avec la lenteur qu’on leur connaît,
que qui ne tente rien n’a rien. Il est probable qu’une
tendance croissante à l’ivrognerie les ait un tantinet décoincés, au grand dam du corps médical ; les
filles, elles, ne semblent pas s’en plaindre.
Pays-Bas
Les Néerlandais, dont les célibataires semblent
toujours sortir d’un camping, ont été inventifs
côté drague. Si vous allez dans un supermarché
pour célibataire – étant précisé que ceux-ci ne
sont pas à vendre – vous trouverez des repas
faciles et pratiques pour une personne. Mais
ça ne veut pas dire pour autant que vous ne
puissiez pas faire connaissance au rayon fruit
et légumes ou dans la queue avant la caisse.
43
Portugal
Allemagne
Des garçons coincés et des filles entreprenantes ;
l’Allemagne est le pays où des donzelles franches
du collier vous payent des shots au bar pendant que
des jouvençaux hésitants vous invitent à boire un
chocolat chaud à la cafétéria. Le seul véritable problème, c’est le premier contact. Le/la séducteur/séductrice devra faire preuve de finesse pour lire entre
les lignes et décrocher le moindre rencard. Car le
germain est un animal subtil : il aime la conversation. Sa tactique favorite est de vous attirer dans un
endroit calme et de vous y tester pour voir si vous
correspondez vraiment à ses attentes.
Belgique
Oubliez les nuits de maraude solitaire aux abords
de comptoir à la recherche d’un(e) camarade de jeu.
Cette ruse peut s’avérer payante dans les pays du
sud et, parfois, dans certains pays d’Europe de l’est,
mais en Belgique, vous vous retrouverez le plus souvent ivre, bredouille, affalé sur le zinc et tout juste
capable de commander une dernière bière au serveur - généralement taciturne. Mais alors, que faire
!? La Belgique est un pays âpre et rugueux, il n’y a
pas de recette rapide. Intégrez-vous, dites du mal des
Français, apprenez des chansons à boire.
Voilà du bon galant vieille école, de la vraie chair
à précieuse vénale : les portugais vous ouvrent la
portière de la voiture, ils vous aident à enfiler votre
manteau et se chargent de l’addition. Mais ne vous
y trompez pas, ce respect maniaque de l’étiquette est
un stratagème bien rôdé. Conseil pratique : si l’un
d’entre eux vous aborde dans la rue sous un prétexte
fallacieux, comme ils le font souvent (« nous nous
sommes déjà rencontrés quelque part, non ? »), jouez le jeu : un repas gratuit, ça ne se refuse pas, hein.
Turquie
La Turquie, c’est pour les pros ! Mais si vous suivez
méticuleusement les indications qui suivent, vous
avez une chance d’y arriver. Prenez votre temps et
construisez une stratégie. D’abord, prenez soins des
parents, surtout du père. Ensuite faites attention à
l’entourage. En Turquie, les maisons des copains
sont les meilleurs lieux de rencontre. Peut-être votre proie va-t-elle à l’université. Dans ce cas, adressez-vous au professeur pour être bien placé. Vous
avez un chance de lui adresser la parole d’ici trois
ou quatre ans. On peut toutefois noter que la situation évolue rapidement, et qu’il semble donc utile
d’attendre encore un peu.
44
Vis lentement
et meurt vieux
Auteur : Silvia Cravotta
Photos : Silvia Cravotta
Translation : Martin
Lafrèchoux
Vis lentement
et meurs vieux !
La longévité n’a jamais été aussi accessible.
Pendant des siècles, des hommes ont parcouru le monde à la recherche de la fontaine
de jouvence.
Envolez-vous pour la Sardaigne, et vous la
trouverez. A première vue, le village de Silanus, situé au coeur de cette île méditerranéenne, n’a rien
d’extraordinaire : 2 300 habitants, des maisons plantées
dans quelques rues. Pourtant, on peut lire l’histoire sur
le visage de ses habitants. Les rides de Michele Mura
racontent des histoires de dur labeur et de lassitude. Et
pourtant, pas trace d’amertume ou de regrets dans ses
paroles/
Tiu Micheli («oncle Michele»), comme les villageois
l’appellent, porte un pantalon trop large pour ses maigres jambes, d’énormes bottes en caoutchouc, et un
manteau vert vif. Le ciel recouvre son troupeau de
moutons. Chaque jour, il les emmène paître et en profite pour s’occuper de ses quelques vignes. Michele a 83
ans. «C’est l’air du pays qui me sert de médicament»,
avoue-t-il. Il admet également avoir l’impression d’être
à la retraire, puisqu’il profite de l’aide de son fils en
dépit de son étonnante jeunesse. Tonino Cola, un autre habitant dur à la tâche, est le benjamin du groupe
puisqu’il n’a que 77 ans.
Pour lui, toutes les journées commencent de bonne
heure : il faut s’occuper de son âne, de ses moutons et
de son bétail. Il les accompagne pendant des kilomètres
à la recherche d’herbe, et passe souvent ses nuits à la
belle étoile, de peur que des voleurs ne s’en prennent
à son troupeau. «Un homme doit être passionné par ce
qu’il fait, même si ça reste du travail» explique Tonino,
qui rappelle étonnamment un chevalier des temps anciens en quête d’aventure. En déballant son déjeuner,
il révèle de quoi se compose le régime de son île : de la
viande, du fromage et du «nieddu», un vin rouge qu’il
produit lui-même en plus des légumes de son jardin.
L’introduction de l’euro a décidé beaucoup d’habitants
à produire des légumes dans leur jardin. Et c’est là la
source de l’élixir de longévité méditerranéen. Un régime essentiellement composé de poisson, de légumes
et de pain complet, à des années lumière de nos plats
préparés et sur-emballés. Ici, la mémoire fonctionne parfaitement : Tonino peut disserter pendant des
heures sur sa généalogie, ou raconter les aventures de
son oncle qui était pilote pendant la deuxième guerre
mondiale. Des cigarettes ? Pas beaucoup, seulement
quand les temps sont durs. Des médicaments ? Encore
moins, seulement quand il en a vraiment besoin. Le
médicament le plus fort qu’on ait jamais vu au village
est un simple antibiotique.
Silanus ressemble beaucoup à bien d’autres communes de Sardaigne. Elle n’est devenue célèbre que
lorsque les scientifiques de l’Institut national du vieillissement, aux Etats-Unis, en ont fait l’un des endroits
du monde où la longévité est la plus grande, aux côtés
de l’île d’Okinawa au Japon, de la ville de Loma Linda
en Californie, et de certaines régions du Costa Rica.
On ne sait pas vraiment pourquoi ce village a une plus
grande proportion d’habitants âgés de plus de 90 ans
que n’importe quel autre en Europe. Si l’on en croit
les statistiques officielles européennes, la proportion
de «dinosaures» est cinq fois plus élevée à Silanus
que la normale. Et tandis que partout ailleurs dans le
45
monde, on compte quatre femmes centenaires pour un
homme, ici les hommes s’en sortent bien : ils sont deux
fois plus nombreux que la moyenne.
Des vies tranquilles, sans stress, de la nourriture venue
du jardin, une activité physique à l’opposé du jogging
ou des salles de sport : c’est peut-être la formule magique pour connaître un siècle de bonne santé. Mais
des facteurs génétiques ne sont-ils pas également à
l’oeuvre ? L’isolement des gênes du village et de son
île pourrait expliquer en partie le phénomène. Des
scientifiques de l’université de Sassari mettent cette
théorie à l’épreuve au sein d’un projet appelé AkeA
(nommé d’après l’expression sicilienne a kent’annos,
«d’ici un siècle».
«Bien entendu, le facteur générique est important»,
affirme la conseillère municipale à la culture, Gigliola Congiu, tandis que nous dégustons un fromage de
brebis local, le pecorino. «Mais n’oubliez pas que la
nourriture a toujours été précieuse, surtout durant la
guerre, et que les gens d’ici ont eu des vies austères.
Mais le plus important, c’est qu’ici tout le monde vit
entouré de ses proches, et peut trouver sa place dans
la société.»
La société du village protège ses habitants contre la
solitude qui ronge les personnes âgées dans les zones
urbaines. Un hospice ne pourrait jamais s’installer làbas. Francisco Nieddu, ancien maire et fondateur de
Pro Loco, une institution qui organise des évènements
et des activités culturels, a sa propre théorie sur la longévité de ses concitoyens. Pour lui, c’est la sélection
naturelle : ceux qui ont 80 ou 90 ans aujourd’hui ont
en effet survécu à la malaria, qui était endémique au
temps de leur jeunesse.
Pour lui, ces gens sont plus forts physiquement et
plus résistants aux maladies, et il n’est pas certain qu’il
en sera de même pour ses propres enfants. Ici, les enfants sont rois, et vieillir n’empêche pas les parents
de s’occuper des petits. Stefano Cossu a un visage
d’enfant, son visage est à peine ridé pour ses 93 ans.
A peine a-t-il aidé son fils Andrea avec les moutons
qu’il est déjà parti donner un coup de main à son
autre fils, Angelo. Tous deux chantent le canto a
tenore, un chant polyphonique sarde inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.
Les passants s’arrêtent, incrédules, lorsqu’il commence à chanter d’une voix forte et profonde, attablé dans sa cuisine. Apparemment, la longévité
est avant tout dans la tête. Andreana Penduzzu, 95
ans, en fournit un nouvel exemple : quand on la
voit assise en robe noire devant sa cheminée, on
ne s’attend pas vraiment à l’entendre raconter des
histoires drôles. C’est pourtant ce qu’elle fait, tant
avec ses visiteurs avec ses enfants et ses petits enfants qui l’adorent.
Les Sardes sont généralement plein d’énergie, mais
cette vieille rendrait jaloux bien des trentenaires.
Elle dit que ce sont ses petits enfants qui la gardent en vie. «Bien entendu, les gênes sont importants pour vivre vieux», explique Claudia Hennig,
la présidente de la section allemande de la société européenne de la médecine anti-vieillissement,
«mais c’est le style de vie qui fait la différence entre
être incapable de marcher à 70 ans et être en pleine forme plus tard. Vieillir, c’est comme épargner
pour sa retraite : plus on commence à mener une
vie saine tôt, moins il faudra fournir d’efforts en
vieillissant.» C’est sûrement une bonne idée, et elle
est nettement plus facile à appliquer dans un village comme Silanus. Le problème sera sans doute de réussir à transposer ce style de vie dans les
métropoles, au beau milieu de la pollution et des
rythmes de vie effrénés. Saurons-nous y parvenir ?
Au pire, on le saura d’ici un siècle.
Plurilingue
Multilingue
Le génie ou l’ennui ? Pourquoi apprendre une langue est une torture
pour certains et un jeu d’enfant pour
d’autres ?
Voilà bien dix minutes que vous essayez vainement
d’expliquer au réceptionniste pourquoi vous auriez besoin
d’un nouveau rideau de douche. Vous êtes occupé à parsemer vos trois phrases de gesticulations maladroites lorsque
votre chère et tendre arrive à la rescousse. En trois phrases
agaçantes de perfection, elle a réglé le problème. Depuis le
début des vacances, c’est la même chose. Pendant que vous
vous efforciez péniblement d’aligner des phrases de plus
de deux mots, elle a fait ami-ami avec tout le village—et ses
connaissances linguistiques, des progrès ahurissants. C’est
trop injuste, gémissez-vous. La faute à ces profs atroces que
vous avez endurés à l’école, forcément. Ou peut-être est-ce
parce que vos parents n’ont jamais eu les moyens de vous
envoyer à l’un de ces séjours linguistiques ?
« Tout compte fait, peut-être que je suis juste nul en langues. »
Y a-t-il véritablement des gens naturellement bons ou
mauvais en langues ? Katrien Mondt, linguiste à la Vrije
Universiteit à Bruxelles, pense que n’importe qui peut apprendre une langue, s’il est véritablement motivé et que les
circonstances s’y prêtent—en particulier, si l’environnement
est favorable et permet d’utiliser la langue fréquemment.
Par exemple, les enfants adoptés ou récemment immigrés
acquièrent tous ou presque une maîtrise quasi-maternelle
de leur nouvelle langue.
Mais pourquoi diable, malgré une immersion
dans un environnement similaire, certains adultes peinent-ils à acquérir une seconde langue, alors que votre
petite amie trouve tout cela enfantin ? Michael W. L. Chee,
du Laboratoire de Neurosciences Cognitives des Services
de Santé de Singapour est d’avis que la « mémoire phonologique fonctionnelle » (MPF) joue un rôle-clé. La MPF
est une capacité de mémoire à court terme qui nous permet de stocker et répéter des sons inconnus, tandis que
les sons familiers et permanents sont conservés dans notre
mémoire à long terme. La MPF est localisée dans différentes zones du cerveau ; par exemple, la région responsable pour la répétition des sons est localisée dans la zone
dite de Broca, et l’aire de stockage phonologique dans le
cortex pariétal inférieur gauche. Selon Chee, plus la MPF
est importante, plus le développement du vocabulaire, et
donc l’acquisition d’une langue étrangère sont aisés. Toutefois, cette théorie a ses détracteurs, et il est difficile de
déterminer si une grosse capacité de MPF est une cause
ou une conséquence de l’aisance linguistique. La MPF ne
peut constituer qu’une partie de la réponse : quel que soit
le « talent » de base, plusieurs facteurs comme la motivation personnelle et la fréquence d’utilisation restent décisifs.
Plurilingue
Mutlilingue
Auteur: Tania Rabesandratana
Illustration: Verena Brandt
47
« J’ignore la taille de ma MPF, mais je sais que mon père
me serine que son talent est un don héréditaire pour lequel je devrais me montrer reconnaissant. »
Le patrimoine génétique pèse fortement nos capacités
d’apprentissage linguistique, tout comme il influe sur
l’ensemble de notre développement. Mais cet héritage est
combiné avec ce qu’on englobe sous le terme d’« environnement », c’est-à-dire tous les éléments qui nous entourent
à différents moments de notre vie : culture, éducation, ex-
48
position aux langues étrangères, etc. Autrement dit, non
seulement le talent de vos parents, mais aussi leur ouverture d’esprit face aux autres cultures ou l’encouragement
qu’ils vous ont fourni (ou pas), sont responsables, à des
degrés divers, pour vos dispositions linguistiques.
« De toute façon, c’est sûrement trop tard maintenant ? »
Non, ce n’est pas trop tard. En principe, tout le monde peut
apprendre une langue étrangère—à n’importe quel âge.
L’idée d’un âge « tournant » après lequel les enfants ne
pourraient plus acquérir une maîtrise satisfaisante d’une
langue (la « période critique ») a alimenté de longs débats
dans les cercles linguistiques. Certains scientifiques situaient l’âge critique autour de 6 ou 7 ans, alors que d’autres
définissaient la puberté comme la période cruciale. Mais
finalement, « l’idée est désormais obsolète pour la majorité
des psycholinguistes, » considère Philippe Mousty, un chercheur à l’Université Libre de Bruxelles. « On n’observe pas
de chute brutale des performances linguistiques à partir
d’un âge donné, mais un déclin progressif des capacités
d’apprentissage linguistique avec l’âge, » explique-t-il. En
clair : mieux vaut tôt que tard, mais mieux vaut tard que
jamais.
« Soit. Peut-être pourrai-je apprendre la langue. Mais jamais je ne m’en sortirai avec l’accent. »
En général, plus on apprend une langue tardivement, plus
l’accent persiste. Après la naissance, le cerveau subit un
long processus de maturation ; par exemple, une fonction donnée peut se déplacer d’une zone du cerveau à
l’autre si elle a été lésée après un traumatisme, ou à la suite
d’un apprentissage. C’est cette plasticité qui nous permet
d’apprendre tout au long de la vie, mais la maturation cérébrale est loin d’être un processus uniforme pour toutes les
fonctions du langage. Le vocabulaire et la grammaire persistent assez tard, alors que les fonctions phonologiques—la
représentation et production des sons—se dégradent plus
rapidement. Voilà qui pourrait expliquer pourquoi les jeunes élèves acquièrent rapidement les accents, alors que les
plus âgés gardent souvent un accent plus marqué. Mais
Katrien Mondt, chercheuse à la Vrije Universiteit Brussel,
a invité Indigo aux premières loges de son exploration
expérimentale du cerveau bilingue.
Mondt travaille avec trois groupes : bilingues précoces (qui ont appris une seconde langue dès la prime
enfance), bilingues tardifs, et monolingues. Elle tente
de déterminer si et comment leur performance linguistique est liée à leur performance en maths. L’une de ses
observations les plus frappantes : les enfants bilingues
précoces équilibrés sont meilleurs en arithmétique que
les monolingues. Elle mène désormais une étude similaire avec des groupes d’adultes et m’a incluse comme
l’une des « bilingues tardifs » de son échantillon.
L’expérience a lieu à l’hôpital Erasme de Bruxelles,
car elle requiert un équipement spécifique d’imagerie
par résonance magnétique (IRM) fonctionnelle. Grâce
à cette technique, Katrien peut visualiser l’activation
des neurones dans différentes zones de mon cerveau
pendant que j’exécute diverses tâches.
Le technicien IRM me tend une tenue réglementaire
et rit gentiment lorsque j’émerge dans mon habit de
lumière. Par le pouvoir du pyjama gris, je passe de l’état
de jeune journaliste fringante à celui de cobaye lambda
vaguement effarouché.
Pendant ce temps, Katrien détaille les trois types de
tâches que j’ai à réaliser et qui apparaissent devant mes
yeux sur un écran durant le scanner—par exemple :
1. Langue : générer des verbes dans ma tête à partir
d’une série de noms communs ;
2. Attention : appuyer sur le bouton si le mot affiché
est le même que le nom de la couleur utilisée pour
l’écrire à l’écran ;
3. Maths : appuyer sur le bouton si le résultat d’une
addition est correct.
Les doigts dans le nez, pensé-je. Le technicien
IRM me conduit alors jusqu’au scanner et me confie
d’imposants écouteurs, « pour protéger du bruit. » Le
bruit ? Quel bruit ? Tandis que je glisse souplement
dans les entrailles de la machine, je me sens telle une
héroïne de science-fiction. Goldorak, go.
Enfin, l’expérience commence. Ainsi que le bruit.
INATTENDU, ININTERROMPU ET TERRIBLEMENT FORT. Au début, j’ai la sensation que ma tête
est coincée à l’intérieur du haut-parleur d’un système
d’alarme à incendie. Puis, celle d’être enfermée dans un
lave-linge. Vous voyez ces jeux télévisés ? Quand on est
bien calé dans le canapé, on a souvent tout bon ; mais
une fois devant les caméras, on bégaye sous l’effet du
stress. Même syndrome ici. Lorsqu’on se retrouve gisant
dans ce tube étroit avec tout le raffut autour, reconnaître que bleu est bien bleu ou que 2 + 3 égale bien 5
apparaît démesurément ardu.
De l’autre côté de la fenêtre, Katrien compte mes
bonnes réponses et enregistre les images de mon cerveau pour voir quelles zones de mon cerveau s’activent
durant les différentes tâches. Lorsqu’elle aura répété
l’expérience avec tous ses cobayes, elle rassemblera les
données des trois groupes et comparera les schémas
d’activation. Au final, elle pourra caractériser nos stratégies cognitives, et si tout va bien, comprendre un peu
mieux comment le cerveau bilingue fonctionne.
Le tout dure environ une heure, durant laquelle les
plus idiotes parties de mon corps ont, bien entendu,
tout loisir de démanger aux moments les plus inopportuns. Quand mon esprit s’égare quelque peu, je me
demandais si Katrien peut voir à l’écran mes pensées
secrètes, et si j’y perds des points. Mais finalement, tout
se passe à merveille. Je quitte donc la pièce, éreintée
mais tout entière, et pas peu fière d’avoir apporté mon
petit caillou à l’édifice neurolinguistique.
49
honnêtement, quelle importance ? Tant qu’ils restent compréhensibles, les accents sont fort mignons.
« Et pourquoi est-ce que je n’arrive jamais à rouler ce « R »
espagnol comme il faut ? »
A la naissance, un bébé peut percevoir tous les sons, mais
après quelques mois cette capacité à discerner les contrastes décroît. « Les gens ne prononcent pas tous les sons de
façon identique. En grandissant, on apprend à reconnaître
ces sons légèrement différents comme un seul et même
phonème. Ce faisant, on perd aussi la capacité de percevoir
des choses nouvelles, comme des sons étrangers, » explique
Philippe Mousty. C’est pourquoi, par exemple, les Japonais
ont des difficultés à distinguer la différence entre les sons
« L » et « R », car ce contraste n’existe pas dans leur langue.
Cependant, avec de l’entraînement, on peut toujours améliorer sa prononciation.
« C’est bien joli tout ça, mais malgré mes efforts, je reste un
homme et les garçons ne sont jamais aussi bons que les filles en langues. Suffit de voir avec quelle aisance ma copine
se débrouille, alors que je balbutie péniblement. »
« En général, les filles sont un peu meilleures… Mais c’est
bien plus compliqué que ça, » prévient Philippe Mousty. Les cerveaux féminin et masculin se développent différemment, mais les interprétations qui s’ensuivent sont
délicates. Par exemple, garçons et filles ont des schémas
d’activation cérébrale différents pendant des tâches linguistiques : cela signifie qu’ils adoptent des stratégies cognitives différentes, mais ne nous dit rien sur l’efficacité des
dites stratégies en pratique. Et une fois encore, il est ardu
de démêler l’inné de l’acquis—et en particulier, l’influence
des rôles et attitudes que différentes sociétés attribuent aux
hommes et aux femmes. « Dans les années 1970 et 80,
des socio-linguistes américains ont démontré que les femmes avaient une influence bénéfique et plus importante
que les hommes sur l’évolution du langage, » se souvient
Mousty. « Certains auteurs ont aussi soutenu que les femmes étaient plus à l’aise dans des tâches d’interaction et
de communication, et les hommes plutôt dans les tâches
de production linguistique. » Haut les cœurs cependant :
si certains « effets de genre » sont avérés, tous ne sont pas
favorables aux filles.
« Mouais. Filles ou garçons, tous ces gens doués dans plein
de langues me découragent profondément. »
Quand on a appris une langue étrangère, il est plus facile
d’en apprendre une deuxième ou une troisième. « Les compétences qu’on développe en apprenant une langue sont
transférées aux autres langues. C’est comme entraîner un
muscle, » explique Katrien Mondt. Passer fréquemment
d’une langue à l’autre, par exemple, pourrait ralentir les effets de l’âge sur le cerveau et ses capacités d’apprentissage.
Ellen Bialystok, chercheuse à York University à Toronto, a
démontré que les bilingues actifs souffraient de la maladie d’Alzheimer plus tard que les autres patients—en moyenne, jusqu’à quatre ans plus tard que les monolingues.
Voilà preuve s’il en fallait que l’exercice régulier est bon
pour le cerveau en général, et que la pratique des langues
étrangères est un exercice de choix en la matière.
certaines tâches, comme compter.
« Et si on excelle vraiment dans une langue étrangère,
peut-on jamais oublier sa langue maternelle ? »
Oui. Christophe Pallier, un chercheur français, a démontré
que des enfants coréens adoptés par des familles françaises
à un âge précoce n’avaient aucune différence de langage
avec les enfants élevés en français dès leur naissance. De
plus, ces enfants n’avaient pas d’activation cérébrale spécifique lorsqu’ils rencontraient des éléments linguistiques
typiquement coréens : ils avaient oublié leur langue maternelle. De son côté, Katrien Mondt a étudié des enfants
en situation de submersion, par exemple des enfants de
familles immigrées qui parlent une langue nouvelle à
l’école. Elle a constaté qu’après un certain temps, ces en-
« Si je m’améliore vraiment, pourrais-je un jour PENSER
dans une langue étrangère ? Ça, ce serait chouette. »
50
« Ah, voilà une vaste question philosophique, » remarque
Katrien Mondt. « A-t-on besoin du langage tout court pour
penser ou pensons-nous à travers des concepts purs, des
images, des sons ? » En principe, on peut bien sûr penser
dans une autre langue, mais là encore, cela dépend d’une
ribambelle de facteurs, et en particulier de notre niveau de
maîtrise de la langue. Les mots équivalents employés dans
différentes langues représentent-ils des concepts iden-
fants ont besoin de plus de temps et d’efforts pour réaliser
des tâches dans leur langue maternelle. « Les situations
de submersion engendrent des bilingues déséquilibrés,
et ça n’est franchement pas un avantage cognitif, » observe Mondt. Cependant, dans votre cas d’adulte, le danger
est moindre—dans l’ensemble, la langue maternelle des
grandes personnes est plus stable que celle des enfants.
« En fait, ça m’arrive de m’améliorer en langues… Quand
je suis éméché. »
tiques, ou pensons-nous via notre langue la plus forte ?
Thierry et Wu ont conduit des expériences à l’Université
du Pays de Galles pour éclaircir ce mécanisme chez des
bilingues tardifs chinois/anglais. Les participants devaient
indiquer si des paires de mots anglais étaient associées
dans leur signification. Ils ignoraient que certains couples de mots, bien qu’ayant des sens bien différents, contenaient un caractère répété dans leur traduction chinoise.
Lorsqu’elles traitaient ces paires « piégées », les personnes
de langue maternelle chinoise avaient un temps de réaction plus long que celles de langue maternelle anglaise.
Les chercheurs pensent donc que les locuteurs chinois
traduisent inconsciemment en chinois lorsqu’ils lisent en
anglais, et avaient donc besoin de plus de temps pour traiter l’information. En général, les bilingues « déséquilibrés
» (qui ont un niveau de maîtrise différent dans les deux
langues) utilisent leur langue la plus forte pour réaliser
Avec un très grand merci à Katrien Mondt, Philippe Mousty et Bram Vanderborght
C’est logique. L’alcool ne joue pas sur les compétences linguistiques, mais libère des inhibitions qui d’ordinaire peuvent vous empêcher de parler, et ralentissent donc votre
acquisition. « Les personnes extraverties avancent peut-être
plus vite que les timides qui n’osent pas ouvrir la bouche,
tout simplement parce qu’elles pratiquent plus, » pense Katrien Mondt. Accepter de faire des erreurs, parce que c’est
ce qui permet de progresser, est moins cher, moins nocif
et tout aussi efficace qu’un verre de caipirinha. Demandez
donc vous-même au réceptionniste ce fameux rideau de
douche : vous n’avez rien à y perdre sinon un peu de fierté linguistique, et tout l’attendrissement des habitants du
coin à gagner.
Pour en savoir plus
sur les recherches de Katrien Mondt, voir son blog
http://homepages.vub.ac.be/~kamondt/
Bons baisers de...
...Tchernobyl
Longtemps ignorée par l’industrie
du tourisme, Tchernobyl accueille
aujourd’hui les voyageurs hardis et resplendit d’une énergie nouvelle.
Tourisme du désastre, 20 ans après les faits.
Trois américains, quatre ukrainiens et moi quittons
Kiev dans une camionnette blanche, direction : la zone
s’étendant 30 kilomètres autour de l’ancienne centrale
nucléaire de Tchernobyl. Notre guide travaille pour
le Ministère des Désastres — un moustachu à l’air
sérieux et à la carrure imposante, portant treillis et
chaussures de sport. Il sent la sueur et n’aime pas les
questions tant qu’il n’a pas fini de parler. Nous sommes assis dans son bureau tristounet, muni d’un vieux
téléphone de bakélite et de papier peint jauni, et écoutons son monologue d’une heure sur le plus gros désastre nucléaire que l’histoire ait connu : la catastrophe
de Tchernobyl, le 26 avril 1986.
Après cette introduction, notre guide nous
emmène à Pripyat, une ville abandonnée, construite
au début des années 1970 comme ville modèle soviétique où il faisait bon vivre. Il y reste un manège et
un vieux nounours, gisant devant la guérite à tickets.
Nous pénétrons dans un appartement qui a été pillé
de toutes parts : même le carrelage de la cuisine a été
volé. À la fin des années 1980, le marché noir ukrainien regorgeait de meubles radioactifs provenant de
villes comme Pripyat. Aujourd’hui encore, il est fort
probable que des milliers de personnes mijotent leurs
petits plats sur des cuisinières hautement radioactives,
ou reposent leurs fessiers sur des canapés nocifs.
Ce qui me surprend le plus, c’est la présence
envahissante de la nature. En lieu et place des anciens
lopins de pommes de terre s’étendent des prés et une
jeune forêt. Il y règne un silence de mort — pas même
le chant d’un oiseau. Tous les bâtiments sont abandonnés. À l’entrée d’un immeuble vide, un arbre a grandi
ses racines à travers le trottoir. Mon compteur Geiger bipe de façon inquiétante à proximité d’une dalle
couverte de mousse ; apparemment, la mousse retient
fortement la radioactivité.
http://www.pripyat.com/en
http://www.chernobyl.info
Plusieurs jours après la catastrophe, plus de 200 000
personnes furent évacuées de la zone autour de Tchernobyl. À l’époque, on leur a promis qu’ils pourraient
revenir chez eux après quelques jours. Certains ne sont
jamais revenus, d’autres après dix-huit ans d’absence.
Aujourd’hui, environ 2000 habitants vivent dans les
villages pollués autour du site. Ils sont revenus par
nostalgie de leurs champs et de leurs fermes – pour
la plupart, des personnes âgées. Les radiations ne les
gênent pas; elles préfèrent passer le temps qu’il leur
reste à vivre là où elles se sentent chez elles.
Voyage
Auteur: Florence Tonk
Photo: Martijn de Vries
Traduction: Sébastien
Lachaussée
Après Pripyat, la camionnette nous emmène à la centrale nucléaire. Le réacteur numéro 4 est emballé dans
un sarcophage de béton, construit à la va-vite
après la catastrophe. Mon compteur Geiger
Pour y aller:
s’emballe comme jamais à proximité du triste
site, et notre guide limite notre visite à cinq
- à Kiev, de nombreuses
minutes. Un repas chaud nous est ensuite
organisations arrangent des
servi dans le bureau du Ministère des Dévisites de la zone de trente
sastres. Une ronchonne nous sert bouillon de
poulet, viande froide, purée de pommes de
kilomètres autour de Tcherterre, salade de chou et pudding. Les tourisnobyl. La visite coûte environ
tes américains chipotent avec leurs portions,
300 USD pour une personne
un peu honteux : ils craignent que la nourriseule, mais le prix descend à
ture ne soit contaminée. Pour ma part, mon
100 USD par personne pour
appétit est plus grand que leur inquiétude.
un groupe de six.
- réservez environ une semaine à l’avance – ce délai
est nécessaire pour obtenir
les autorisations officielles
indispensables.
- la zone contrôlée de 30 kilomètres est à deux heures
de route de Kiev, la capitale.
Au dernier checkpoint, nous passons à travers une grosse structure d’acier qui me rappelle l’appareil utilisé par Frankenstein son
monstre. Nous devons mesurer la radioactivité que nous avons accumulée, qui semble
être dans la norme acceptable. Un des gardes
utilise un compteur Geiger spécifique pour
s’assurer que les pneus du van ne sont pas
contaminés : tout est en ordre. Nous retournons à Kiev. Un kilomètre à peine après le
checkpoint, j’aperçois une babushka penchée
sur son champ de pommes de terre. Sur le
côté de la route, des femmes vendent des myrtilles et
des framboises fraîchement cueillies. Quelle est la différence, en termes de niveaux de radiation, entre cet
endroit et la zone de 30 kilomètres soigneusement délimitée et sécurisée ? Nul ne le sait.
http://www.tourkiev.com/chernobyl.php
http://www.newlogic.com.ua/en/services/tours/chernobil
51
Lost in
Translation
Quand un Lampadato voyage le long
du Weißwurstäquator – expliquer certains mots peut être un vrai voyage.
52
Lost in Translation
Auteur : Frida Thurm
Illustration : Anne Buch
Kweesten (néerlandais) :
Henry Reed
Stiles écrivit un ouvrage en 1871 mentionnant une pratique romantique singulière typique des Antilles néerlandaises : elle
laisse sa fenêtre et sa porte ouvertes durant
la nuit, et se cache sous les couvertures. Il
pénètre sa chambre et, sans soulever les
draps, déploie toute son éloquence dans
l’espoir de la convaincre. Aujourd’hui, la génération Internet a rebaptisé le procédé «
Queesting » et les Hollandais aux mœurs
libérées ont éliminé ce terme de leur vocabulaire depuis belle lurette.
53
Uitwaaien (néerlandais) :
3000 kilomètres de digues ne peuvent enrayer ce
phénomène : aux Pays-Bas, le vent met les
cyclistes et les tulipes sens dessus dessous
depuis la nuit des temps. Les moulins à
vent ne sont pas les seuls à en profiter : les
Hollandais sont friands de promenades par
temps venteux, une habitude appelée uitwaaien.
Lagom (suédois) :
Si la fameuse corne
Viking permettait à tous les convives de voir
de belles gorgées, ils parlaient alors de Laget
om. Le terme a évolué au fil des siècles, mais
les Suédois restent amateurs de partages alcooliques ; Lagom signifie aujourd’hui pas
trop, mais jamais trop peu.
54
Talkoot (finois) :
Quand ces coquins
de rennes bloquent les routes, ou lorsque
le toit de l’école maternelle doit être réparé,
les citoyens finlandais se réunissent pour
un Talkoot. Ce terme désigne tous les travaux un peu désagréables qui requièrent
l’attention de la communauté. Bien sûr, un
Talkoot est suivi d’un repas bien arrosé, puis
d’un bon grattage de crasse dans le sauna.
ÿlfrygt (danois) : La neige s’abat sur les maisons, le froid
glacial s’infiltre par les rainures des fenêtres. Mais à l’intérieur,
il fait bon et les verres de bière s’entrechoquent au son de joyeux « Skåll! ». L’ambiance serait parfaite si une peur panique
ne paralysait les fêtards. Ce mot Viking a vite été adopté par le
reste du monde : Ølfrygt, la peur de manquer de bière.
Esprit d’escalier (français) : “Ben,
euh, mmm...” Quand cette vilaine secrétaire
se fend d’une de ses remarques acides, vous
êtes infichus de lieu répondre par autre
chose qu’un sourire niais. La réponse pertinente, la vraie répartie du tac-au-tac, vous
vient seulement alors que vous descendez
les escaliers – cinquante marches trop tard.
55
Koshatnik
(russe) : Quiconque
s’aventure dans un village comme Nishnij
Nowogorod a tout intérêt à se munir de son
propre pique-nique. Si vous arrivez affamé,
méfiez-vous des ‘Koshatnik.’ Pour les profanes, le nom pourrait être celui d’un petit
snack sympathique, mais il désigne en fait
un vendeur de chats volés.
Lampadato (italien) : Le Lampadato
existe dans toutes les contrées. Pantalon de
jogging, chevelure peroxydée, et voiture rutilante passablement tunée. Leur trait principal est ce bronzage parfait, y compris dans
les régions et durant les saisons où le brun
pourrait être confondu avec la rouille. Le
Lampadato ne raterait sous aucun prétexte
une séance d’U.V. dans son salon favori.
56
Yakamoz (turc) : “Trésor, regarde comme
la lune se reflète sur la mer d’argent… » Certains amants se seraient déjà endormis ou
auraient déjà fui la mièvrerie de la scène ; un
vrai romantique se prendrait à rêver d’une
formule à même de résumer la beauté de
l’instant. Si ce poète parlait turc, le problème
serait réglé en un mot.
Evgi, ask, sevda, tutku, karasevda,
hoslanmak, divane (turc) : “Tu sais, c’est
pas que j’t’aime pas, mais parfois je t’aime et
j’aime aussi Tina en même temps… » Compliqué ? Vous pourriez peut-être poursuivre
la conversation en turc. Dans cette langue,
chaque forme d’amour possède un mot différent.
Weisswurstäquator (allemand) :
La Weißwurst — une saucisse de couleur
Claire à base de veau et de lard – vient de
célébrer son 150e anniversaire. Cette saucisse a également causé un véritable émoi
géographique. L’équateur de la Weißwurst
divise l’Allemagne en deux. Au Sud, et particulièrement en Bavière, elle se mange au
petit-déjeuner. Dans le Nord, beaucoup sont
d’avis que déguster du veau roulé dans un
boyau de porc et arrosé de moutarde douce
est une hérésie (les gens du nord ne sont pas
non plus de ceux qui sucrent leur moutarde, mais c’est une autre histoire). À ce jour,
il n’y a pas de consensus sur le tracé exact
de cette frontière, mais il serait bien malaisé de trouver ne serait-ce qu’une personne
qui n’a pas fermement choisi son camp en
la matière.
57
La guerre des
Styles
Débauche de préjugés dans ce match
entre une sexbomb de l’Est et une
powergirl de l’Ouest. Talon aiguille
vs. Basket, le ring est à vous.
58
La guerre
des styles
Auteur : Julia Fuhr
Marzena Lesinska
Photo : Ralph Pache
Au moins, je sais à quoi m’attendre.
Le clic-clac de tes stilettos me prévient bien à
l’avance de ce qui s’annonce, et ça m’évite d’avoir
à te regarder. Par pitié, arrête. Je sais que je devrais éviter préjugés et clichés. Le politiquement
correct convient à certains, mais permets-moi
de m’aventurer du côté des antagonismes stylistiques. Ce clic-clac menaçant inquiète nos rues.
Madame d’Europe de l’Est, tu arpentes le bitume
ouest-européen depuis bien trop longtemps.
D’abord, j’aimerais qu’on m’explique ces chaussures pointues, plus effrayantes que des javelots.
Tes petites jambes nues enfermées dans ces caricatures chaussantes sont la preuve que le poulet
bien rôti ne se trouve pas que dans une assiette.
Passons sur la peau de vieux pruneau flétri. Mais
la crise énergétique, y as-tu pensé ? Tu as envie
de dévoiler de la peau, soit, mais au moins sois
cohérente. Le minimalisme est cool quand il s’agit
d’œuvres d’art, mais ce bout de tissu enroulé autour de ton cul ne peut pas faire office de jupe.
Et à quoi diantre sert un ‘sac à main’ qui ne peut
loger que sa doublure ? Ah oui, j’oubliais le gros
Prada collé dessus. Tu aimes bien l’étiquetage généreux, hein, ça te rassure sur ton sort et celui de
ton petit univers insignifiant.
Les sommes que tu économises sur le bas, tu les
investis pour le haut ! Léopards, tigres, serpents
et autres bestioles, tu es comme une leçon de
zoologie sur pattes : la biodiversité de l’industrie
textile en copulation avec le satin rose et la dentelle noire. Si on décernait des prix d’exagération
et de mauvais goût, tu les raflerais tous. Le prix
de l’habillement, tu le remportes haut la main. Et
encore, je n’ai pas mentionné ce pot de peinture
multicolore dans lequel tu plonges gaiement
chaque matin. La dernière fois que j’ai porté autant de couleurs sur mon visage, j’avais cinq ans
et je jouais aux cowboys et aux indiens ! Mais
même les plumes que j’arborais alors ne feraient
pas le poids contre tes décorations à 24 carats.
C’est dur pour un sapin de Noël, de trimballer
toute cette quincaillerie. Tu as vu le ciel ? Pas de
soleil, n’est-ce pas ? Alors pourquoi t’obstines-tu
à porter ces lunettes noires, avec ces verres gros
comme des assiettes ? Ton maquillage outrancier
ferait fuir une drag-queen. Et ta dernière visite
hebdomadaire chez le coiffeur, elle n’aurait pas
fini un chouïa trop clair sur le nuancier blondasse ?
Tes cheveux sont si éblouissants que je dois
fermer les yeux… parfait pour réfléchir un
peu. Pourquoi cette mascarade ? Pensestu vraiment que la valeur d’une femme
puisse se mesurer par la hauteur de ses
talons multipliée par son bonnet de
soutien-gorge ? Au lieu de critiquer
notre anti-style, Madame, essaie
d’enfiler nos chaussures, simples mais stylées,
et regarde-toi bien dans le miroir — bien que tu
le fasses déjà assez souvent. Le style n’est pas une
affaire de superlatifs, mais un dosage subtil. Je
n’ai rien contre les accessoires de mode, tant que
je me sens bien en les portant. Oublie la peau
de panthère qui gratte : je veux ma peau à moi
– et je ne veux pas que chaque centimètre carré
soit soumis à une inspection publique. Je suis
sexy sans minijupe. Nous, les femmes, nous
sommes battues longtemps et durement
pour l’émancipation, ce n’est pas pour
tout flanquer par terre maintenant.
C’est peut-être un poncif, mais la
vraie beauté vient de l’intérieur.
La vraie beauté vient de l’intérieur – mais
ouais, bien sûr ! Les valeurs profondes
sont sans doute importantes. Mais que
serait un joli produit sans atout de
vente ? Tu connais la blague disant
qu’il n’y a pas de femmes laides,
seulement des pénuries de vin ?
Quand je vous regarde, vous les
européennes de l’Ouest, je dois
admettre que toute la vodka du
monde ne pourrait remédier à la
situation. Où que je pose le regard,
je ne vois que du fade et du terne.
Le problème commence avec les
chaussures : les chaussures plates sont
sans doute fort confortables – pour un
cours d’aérobic. Mon petit frère porte
des jeans plus sexy que les tiens, et mon
ne peut nous offrir ? Les cabines à U.V. et les appareils de muscu à domicile ne sont pas là pour
les chiens. Tes airs d’ascète à deux balles ne sont
pas une excuse. Tes joues se damneraient pour
un peu de blush. Et si les cils pouvaient crier
leur détresse, les tiens prieraient la bonne étoile
du mascara à tue-tête chaque matin. Quant à ce
vieux sac de toile informe que tu appelles « veste
»… même les enfants de douze ans ne commettent
pas des fautes de goût pareilles. Tu es une grande
fille. Une femme même. As-tu oublié le sens du
mot « style » ?
Tu cours pathétiquement après ta propre authenticité ; maintenant je comprends à quoi te servent
ces baskets hideuses. Ouvre les yeux : ta personnalité ne souffrira pas d’être présentée sous un
emballage complet – et le look en fait partie. Ton
look à toi, sans vouloir te vexer, est tristement
passe-partout et n’a aucune féminité. Je crains
fort que le Style ne survive pas à tes attaques incessantes. Tu penses que le naturel doit primer.
Et si les femmes montraient leurs atouts ? Toi qui
es si fervente sur le chapitre de l’émancipation,
ne laisse pas ta féminité passer à la trappe. Utilise
tes armes ! Un décolleté un poil plus profond,
des habits un rien plus suggestifs, ok ? Sexy, pas
unisexe. Il faut t’y faire, ma chère : au final, l’habit
fait le moine.
Top 5
Dépenses pour les habits et les chaussures dans les pays européens en 2004,
en pourcentage des dépenses totales
yorkshire plus de bijoux. Ta couleur préférée doit être le délavé,
et tes hauts font peut à voir. Admets-le, il y a une vie après les
tee-shirts de coton par lot de trois
et le jean standard à cinq poches.
Évidemment, le peu de marques
parmi lesquelles tu peux choisir
n’est pas arrangé par ton aversion
généralisée pour le shopping.
Et cette manie de trimballer un sac géant.
Un sac à main n’est pas fait pour rapporter
tes provisions du supermarché. Oublie ! Ton allure est couronnée par une coupe de cheveux à
la « pas besoin de coupe de cheveux ». Je préfère
ne pas savoir quand ta tignasse a vu le bout d’un
sèche-cheveux pour la dernière fois. Pourquoi ne
pas profiter de tout ce que la technologie moder-
Grèce
10.1
Italie
8.2
Portugal
7.6
Lettonie
6.9
Estonie
Autriche
6.7
www.eurostat.eu
59
Rédaction
Rédacteur en chef
Ingo Arzt
60
Directeur aristique:
Hermann Radeloff
Directeur de la photographie:
Ralph Pache, Carina C. Kircher
Organisation de la traduction:
Susanne Wallenöffer, Irene Sacchi
Organisation:
Hans Maria Heÿn, Jona Hölderle, Björn Richter
Rédacteurs en chef par langue
english
Adam Chrambach – [email protected]
Spanish
Carolina Pirola – [email protected]
Polish
Zuza Szybisty – [email protected]
phone: +48 663 728 472
French
Tania Rabesandratana – [email protected]
Etienne Deshouliere
Italian
Irene Sacchi – [email protected]
Dutch
Joeri Oudshoorn – [email protected]
phone: +31 6 454 72 961
German
see below
Bureau de la rédaction
Dolziger Straße 39
D-10247 Berlin
tel: +49 174 967 55 50 (Ingo Arzt)
fax: +49 30 420 262 75
Rédacteurs:
Silvia Cravotta, Jochen Markett, Valeriya Krasovskaya, Frida
Thurm, Martin Lafréchoux, Heike Schröder, Katharina Lötzsch,
Miriam Frömel, Björn Richter, Florence Tonk, Chloé Belloc, Aaron
Schuster, Julia Fuhr, Marzena Lesinska, Michael Schnackers
Illustration / Maquette / Retouche:
Maria Messing, Maik Wiechmann, Christoph Mayer, Benjamin von
Zobeltitz, Nina Weber, Anne Buch, Christoph Mayer, Verena
Brandt, Jan Steinbach
Photos:
Mikula Lüllwitz, Wil van den Dool, Martijn de Vries, Annet Voskamp, charter97, Joab Nist, Marcelle Jamar, Carl Berger, Razzo
Campanelli, Verena Brandt, Irene Sacchi, Joeri Oudshoorn, Silvia
Cravotta
Photographie en couverture
Ralph Pache, Carina C. Kircher, Benjamin von Zobeltitz
Translation:
Éloïse Bouton, Diana Kaniewska, Piotr Kaczmarek, Karina
Wojas, Robert Karsznia, Zofia Bluszcz, Maria Zawadzka, Victor
Hugo Scacchi Forieri, Alessandra D’Angelo, Jorge Teunissen, Elke
Zonder, Irina Dinca, Roberta Penna, Daniela Castrataro, Marco
Riciputi, Giorgio Regoli, Michael Schnackers, Helmer van der
Heide, Mark Petimezas, Bart van Bael, Irene Accardo, Elise van
Ditmars, Amber van der Chijs, Jorge Teunissen, Nele Bulckaert,
László Huszar, Marina ter Woort, Melissa Valso
Collaborateurs:
Talia Delgado, Ingela West, Alba González Sanz, Vasilis Psichoyios, Timo Burmeister, Marcela Maidaniuc, Marko Andrejic,
Jana Wriedt, François Angaer, Ali Egilmez, Christoph Suter,
Laura Casielles, Stefan Kägebein, Tomek Szczesniak, François
Gaertner, Rumen Dimitranov, Ulla Kaja Radeloff, Rainer Burggraf,
Niels Richter, Carl Berger, Dana Radloff, Loesje.org
Remerciements:
Anne Richter, cafebabel.com, Doeko Pinxt, European Youth Press,
Forum for European Journalism Students, Plotki, Lutz, Roland
Schröder, Erich-Brost-Institut für Journalismus in Europa, Karol
Krzyczkowski, 25xEurope.com
INDIGO A BESOIN DE PARTENAIRES! IMPRIMEURS ET EDITEURS SONT LES BIENVENUS
Combattre la pauvreté
Paul van Dyk, le meilleur DJ du monde, a largement
écumé la scène électro mondiale. Il nous accorde un
tête-à-tête pour défendre ce qui lui tient à cœur : la
justice sociale.
62
Beating Poverty
Auteur: Miriam Frömel
Photos: Harry Schnitger
Verena Brandt
Tradiction : Tania Rabesandratana
Indigo: New York – Stockholm – Shanghai – vos
activités de DJ vous ont amené à voyager aux quatre coins
du globe et à observer le monde entier, non seulement
sous le jour léger du monde de la nuit, mais aussi dans
ses aspects plus sombres…
pauvres – ils préfèrent dire qu’ils n’ont pas fait leurs devoirs et avoir une mauvaise note. Notre priorité, c’est de
montrer à ces enfants qu’ils comptent. Quand on pense
qu’on n’est personne, on n’a aucune motivation pour apprendre quoi que ce soit.
Paul van Dyk: C’est vrai. Au fil de mes voyages, j’ai vu les
bidonvilles de Rio de Janeiro, Sao Paulo et Mexico City.
Mais le vrai déclencheur a été mon premier séjour à Mumbai, en Inde. C’est depuis ce moment précis que j’essaie
vraiment d’agir contre la pauvreté enfantine. La misère
que j’ai vue là-bas était tout simplement inacceptable.
Aussitôt, j’ai contacté le consulat allemand pour trouver
une association sur place. Akansha était celle qui défendait le concept le plus efficace : l’organisation a ses propres écoles dans les bidonvilles, mais sa priorité absolue
est de distribuer de la nourriture aux gamins. Akansha
offre aux enfants un accès à l’école, et donc la possibilité
d’un avenir meilleur.
Indigo: Vous apportez votre soutien à Akansha en Inde,
Rückenwind en Allemagne, Ground Zero Kids aux EtatsUnis, et bien d’autres organisations. Avec votre emploi
du temps surchargé, avez-vous le temps de vous investir
réellement dans ces projets ?
Paul van Dyk: Je ne suis qu’un élément parmi beaucoup d’autres. Qu’est-ce que je peux offrir à ces enfants,
à part faire le clown ou jouer avec eux ? Bien sûr, ça
fait partie de mon boulot, mais nous travaillons avec des
pédagogues diplômés. Mon rôle, c’est surtout d’apporter
des idées neuves.
Indigo: Comme par exemple… ?
Indigo: La pauvreté enfantine n’est hélas pas préoccupante que dans les pays comme l’Inde. L’UNICEF a récemment publié un rapport sur le sujet : dans les pays européens les plus riches, comme l’Allemagne, le Royaume-Uni
ou l’Italie, la situation est alarmante.
Paul van Dyk: Nous avons le projet d’affréter deux minibus pour emmener des mômes à la campagne pour qu’ils
voient une vraie vache, un vrai cochon, de vrais arbres
– et pas ces troncs sales qu’ils voient d’habitude en ville.
Paul van Dyk: Oui, l’Allemagne est toujours l’un des pays
les plus riches au monde, mais les gens qui en ont véritablement besoin ne bénéficient pas du système de sécurité sociale. Je me permets de le dire car j’ai déjà travaillé
pour des œuvres de charité.
Indigo: La ville de Berlin a salué votre engagement
l’année dernière en vous décernant le Landesverdienstorden (l’ordre du mérite). Après toutes les récompenses que
vous avez déjà reçues en tant que DJ, cette distinction
revêt-elle une signification particulière ?
Indigo: Avec votre projet « Rückenwind » vous venez
en aide à des enfants dans votre ville d’origine, Berlin.
Pouvez-vous comparer la situation des enfants allemands
avec celle des enfants indiens ?
Paul van Dyk: Evidemment, ça fait toujours plaisir de recevoir des récompenses, mais ce n’est certainement pas ce
qui me fait avancer. Je ne changerais pas une note d’un
morceau dans l’espoir de recevoir un prix.
Soda caféiné = Coca-Cola, petits morceaux de papier jaune autocollant = Post-It,
musique électronique = Paul van Dyk. Certaines marques sont devenues planétaires
– et des termes consacrés. Né en 1971, Paul van Dyk a grandi à Berlin-Est. Il est
l’un des DJs et producteurs les plus populaires au monde. Après avoir été consacré
Meilleur Producteur de Musique Techno et House par British DJ Magazine, DJ le plus
populaire en 2005 en 2006 (par le sondage Top 100 DJ de DJ Mag), puis nommé aux
Grammy Awards 2005 dans la catégorie Meilleur Album Electro/Dance, il a été décoré
de l’ordre du mérite par la ville de Berlin. Quand il n’est pas aux platines, Paul van Dyk
donne de son temps et son argent dans des projets sociaux et politiques. Fondateur
du projet allemand « Rückenwind », il a également encouragé les jeunes Américains à
s’exprimer par les urnes à travers l’opération « Rock the Vote. » Son dernier album «
The Politics of Dancing 2 » est sorti en 2005 et son remix du single de Justin Timberlake, « What Goes Around... Comes Around » est en ce moment dans les bacs.
Paul van Dyk: Ce n’est pas la même pauvreté. Il y a toujours des gens qui considèrent que la situation est bien
pire en Inde qu’ici, mais ce n’est simplement pas comparable. Une personne n’est pauvre que par rapport aux
conditions dans lesquelles elle vit.
Indigo: Dans ce cas, qui peut être considéré comme pauvre en Allemagne ?
Paul van Dyk: Dans notre projet « Rückenwind », nous
rencontrons souvent des familles qui n’ont ni ordinateur,
ni accès Internet à la maison. Quand les professeurs disent : « faites une recherche sur Internet sur tel ou tel
sujet, » les enfants ne veulent pas admettre qu’ils sont
Indigo: Malgré votre succès, vous ne vous reposez pas
sur vos lauriers, et soutenez de jeunes artistes avec votre
label, VANDIT records. Quels artistes vous intéressent en
particulier ?
Paul van Dyk: La musique électronique n’est pas si différente du punk ; il y a de très bons groupes comme de très
mauvais. Je préfère ne pas parler des mauvais ! En ce moment, j’admire le travail de Santiago Niño. Il est d’origine
guatémaltèque et vit en Colombie. Comme c’est un vrai
expert en matière de musique électronique, je l’ai invité à
me rejoindre pendant ma tournée en Amérique du Sud.
Indigo: Quelques artistes Européens qui vous ont marqués ?
Paul van Dyk: Eddie Halliwell et Adam Sharadon, tous
deux britanniques, ont sortis de superbes morceaux. Mais
maintenant, à l’heure d’Internet, la provenance n’est plus
un critère. Une chanson composée au fin fond d’un village
peut devenir un hit planétaire. Les spots comme Londres
ou Barcelone n’ont plus d’importance. C’est comme répondre à la question : « Quel est ton club préféré ? » Par
exemple, la Gallery au Turnmills à Londres est un événement excellent, mais je ne dirais pas que c’est un club
fantastique, parce qu’il est mal conçu, l’espace y est mal
structuré. Nous avons organisé une soirée à la Kesselhaus
berlinoise ; dans cette salle, il peut y avoir un concert de
guitare classique un jour, et un show electro le lendemain
– impossible de dire si le club est « bon » ou « mauvais
» en soi. La musique electro est un phénomène global,
qui a ses racines en Europe, mais est apprécié dans le
monde entier.
sant de relier des personnes des gens d’horizons culturels,
historiques ou religieux différents… Ce serait intéressant
d’imaginer combien de diplomates seraient nécessaires
pour accomplir un résultat identique
Indigo: Un exemple de public enthousiaste ?
Paul van Dyk: Toute la saison estivale à Ibiza est incroyable. Ibiza est située Europe, mais on y rencontre
des gens du monde entier. En temps normal, les fêtards
de Beyrouth n’allument pas de feux de joie avec ceux de
Tel-Aviv… A Ibiza, peu importe la religion – l’important
c’est de passer un bon moment avec des gens chouettes.
Indigo: Votre dernier disque, une compilation en collaboration avec d’autres artistes, était intitulé « The Politics
of Dancing 2. » Vous lancez-vous sur un
terrain politique avec un titre pareil ?
63
Paul van Dyk: Je considère la musique
électronique comme un moyen puis
Le guide
pervers
du cinéma
64
Le guide...
Auteur: Chloé Belloc
Le film de Sophie Fienne en hommage
au philosophe slovène Slavoj Žižek (en
photo) dévoile des secrets du tréfonds
de la psychanalyse et révèle combien
le cinéma nous fait croire que nous
pouvons toucher la vérité.
Le titre résonne comme une blague provocante
et absurde. C’est, que le lecteur est ici invité à entrer
dans une certaine réflexion sur le cinéma où l’humour
et l’absurde ont une place latente. La réalisatrice anglaise Sophie Fiennes a fait appel à l’univers fantasque du
fameux Zizek pour appréhender le cinéma à travers un
angle très spécifique : celui de la psychanalyse. Le spectateur n’est pas ici convié à écouter béat l’intellectuel
mais au contraire à garder l’oreille hagarde, à réagir à
ses propos : ce documentaire est avant tout une invitation à réfléchir au 7ème art, à le regarder autrement, à
travers un certain regard.
Dans « The Pervert’s Guide to Cinéma », Zizek questionne le cinéma à travers la psychanalyse : il invite le
spectateur à penser à sa relation au cinéma, d’une part,
et à ce que le cinéma peut nous apprendre sur nousmêmes, d’autre part. L’une des raisons pour lesquelles
Zizek est devenu un phénomène en Europe de l’Est et
aux Etats-Unis, réside précisément dans son aptitude à
expliquer ses analyses théoriques à travers la culture populaire – notamment le cinéma -. Son livre Everything
You Always Wanted to Know about Lacan (But Were
Afraid to Ask Hitchcock) en est un exemple.
Fidèle à ses provocantes déclarations, Zizek, ouvre le
documentaire par cette phrase : « Le cinéma est le plus
pervers des arts: il ne te donnes pas ce que tu désires, il te
dis quoi désirer ». Le guide entame alors son expédition
en pays cinématographique, dévoilant ce qu’Hitchcock,
Lynch, Chaplin, Tarkovsky, Kubrick et d’autres révèlent
de notre obscure relation à l’inconscient, la relation entre l’imagination et le réel, les apparences, la sexualité
etcetera. Parlant de sexualité, Zizek interpelle le spectateur : « pourquoi avons-nous besoin de se créer tout
un contexte fantasque afin d’être excité sexuellement ?
Photos: www.thepervertsguide.com
». Ayant interprété auparavant, le fantasme de Mélanie
dans Les Oiseaux d’Hitchcock alors qu’elle conduit son
petit bateau à moteur dans la baie de Bodega et qu’elle
s’apprête à rejoindre Mitch : « Je veux baiser Mitch ».
Dans cette scène, Zizek est filmé comme si il était Mélanie, dans la même position et le même décor. Réside
ici une des originalités de ce jeu de l’interprétation scénique : Zizek, alors qu’il explique ses films favoris se
retrouve placé dans le décorum même de ces films, se
substituant parfois à l’un des personnages.
Rien de très pervers au final si ce n’est « la particularité de Zizek pour le plaisir obscène » (Aaron Schuster
Interviu 2006). Difficile, en effet, de distinguer les moment où le philosophe-psychanalyste Zizek est sérieux
des moments où il se livre à des interprétations d’un
fantasque complet : c’est pour mieux garder le spectateur en éveil. L’important ici n’est pas que les idées
développées par Zizek soient toujours intéressantes ou
brillantes mais qu’après avoir vu ce documentaire, on ne
regarde plus le cinéma avec la même délectation passive. Sophie Fiennes en interpelle ici à la passivité des
spectateurs. Le cinéma, du fait de sa nature fictionnelle
et de la distance de l’écran, est sécurisant : il reflète nos
anxiétés et nos désirs tout « en les tenant à une distance
sûre, les domestiquant » selon les mots de Zizek. Ses
explications des films de Lynch sont parmi les moments
les plus intéressant et ce, précisément parce que Lynch
dépasse cette ligne jaune derrière laquelle le spectateur
se sent en sécurité. Le documentaire finit clairement sur
un appel à considérer le cinéma comme un art essentiel de notre réalité : les grands réalisateurs sont d’une
importance cruciale car ils nous permettent de nous
confronter à des dimensions de notre réalité que nous
ne sommes pas prêt à confronter dans notre réalité quotidienne. Sophie Fiennes réussit ici à transformer son
documentaire en une performance où le spectateur est
invité non pas seulement à regarder mais à vivre le plus
pervers des arts.
néma aujourd’hui, et que penser de l’idée selon laquelle le but de l’art est de révéler une vérité insupportable
pour qu’elle devienne (un peu plus) supportable ?
C’est un oiseau, c’est un avion, c’est…
Slavoj Žižek
Aaron Schuster a interviewé la réalisatrice Sophie Fiennes
au sujet de son documentaire «Le guide pervers du cinéma»
actuellement présenté au festi val du film international.
Aaron Schuster : Comment en êtes-vous venu à réaliser ce projet? Quel message voulez-vous transmettre
à travers ce film? Êtes-vous principalement intéressée
par Zizek ou par la psychanalyse et la théorie des films
en général?
Sophie Fiennes : Cela commence par la volonté de
mieux comprendre une chose par laquelle on se sent
attiré… Je ne sais pas ce que je voulais accomplir au
début, mis à part le fait que je voulais approfondir le
sujet choisi et que je voulais y confronter une audience. Faire un film est un bon moyen d’accomplir cela.
Il y a néanmoins toujours un certain risque. Je suis
très intéressée par la psychanalyse. Je pense que cela
est la clé de quelque chose dont nous avons besoin
plus que jamais puisque nous devons nous maîtriser
en tant qu’humains. Je ne lis pas beaucoup de théorie
sur le cinéma en dehors de Zizek (…). Comme réalisatrice, j’apprécie beaucoup ce que Zizek exprime sur
les films; pour moi, c’est vraiment très pratique, de la
théorie et de la philosophie à la fois. Je ne me sens pas
prête à faire des films dressant le portrait d’un artiste
ou d’un philosophe qui doivent parler d’eux-mêmes
avec recul et objectivité. Je préfère faire un documentaire les montrant en train d’accomplir ce qu’ils font
vraiment.
AS: Si je me souviens bien, le film finit avec Zizek se
demandant si le cinéma peut faire face à l’ultime vérité
du désir ou s’il obscurcit cette vérité avec de belles illusions. D’un côté, c’est proche de cette idée nietzschéenne : «nous avons l’art pour ne pas mourir de la vérité» ; d’un autre, ça rappelle aussi la fameuse phrase de
Jacques Nicholson dans A Few Good Men : «tu veux la
vérité ? On ne peut pas jouer avec la vérité». Le cinéma
est divisé entre le réel et l’offuscation idéologique, un
problème plus présent que jamais. Qu’attend-on du ci-
SF: J’aime ce que vous venez de dire, et je ferais le même
constat sur cette tension propre au cinéma. Mais je ne
pense pas qu’il soit possible de rendre l’insupportable
supportable. L’insupportable est ce qu’il est. Ce qui est
insupportable renvoie à l’anxiété : l’anxiété de la culpabilité, l’anxiété du sens, l’anxiété de la finitude.
Mais sans doute le cinéma nous permet-il de penser
que nous traitons de la vérité – et cela nous permet de
calmer notre anxiété. C’est ce qui est agréable, comme
dans l’alcool. Peut-être devrait-on être un peu plus
humble et dénoncer le courage feint concernant notre
capacité à endurer les choses. Nous ne devrions pas en
avoir honte, mais faire comme les héros de Beckett,
être prêts à rire de notre propre anxiété. J’aime quand
Zizek dit que le désir est une blessure de la réalité. Le
cinéma joue avec nos désirs et crée de l’anxiété par ce
biais
AS: Que pensez-vous de cette phrase : «La seule vraie
femme est une femme morte»
SF: Il faut se souvenir de ce qui a été dit au début, que
le désir de la femme menace l’homme… Dans le vertigo
de Hitchcock, Scottie annihile l’identité de Judy et en
fait une femme fictionnelle, alors que Judy est ellemême amoureuse de Scottie, sans que son désir puisse
se réaliser. La seule manière de lui faire l’amour, c’est
en imagination. Son regard sur son visage quand elle
est dans la salle de bain est tellement plein de colère.
Je trouve que ce regard est beaucoup plus percutant
que ce que dit Slavoj. Cela révèle la terrifiante dimension de brutalité qu’il existe entre les sexes.
Je crains que cet aspect ne passe inaperçu pour les
hommes qui liront le guide pervers du cinéma. Ils entendent cette phrase de Zizek et font abstraction miraculeusement de tout le contexte – mais ils devraient se
demander pourquoi les femmes qui regardent le film
aiment tellement cette réalité. C’est une description de
la dureté des hommes et également une démonstration
que, en tant que femme, nous n’avons pas le choix de
mourir ou de ne pas mourir. C’est très provocateur.
AS: Quelles ont été les réactions face au guide pervers
du cinéma jusqu’à maintenant ?
SF: Les gens ont vraiment l’air de l’apprécier. C’est très
bien pour moi, parce que ça a été un travail de longue
haleine. C’est impressionnant combien l’ensemble devient plus pressant, plus menaçant, plus passionnant
sur la façon dont on place un mot ici ou là... C’est l’art
du cinéma. C’est comme si Slavoj était le Christ et que
j’étais Saint Paul.
65
Lordi‘s Lair
Après une arrivée explosive sous les projecteurs en 2006, Lordi a montré au
monde entier que la musique Finlandaise ne se limite pas à humppa. Devinez un
peu, Lordi ne sont pas seuls.
66
Musique
Photos: Mikula Lüllwitz
367
Enochian Crescent
Presque Lordi. Un son semi blackmétal-gothique, sans le style orque. Est devenu célèbre
pour ses séances d‘auto-mutilation.
« Ma plus courte performance s‘est produite
quand j‘avais utilisé un lapinleuku, couteau traditionnel finlandais, pour m‘entailler. J‘ai dû partir à
l‘hôpital après seulement deux chansons. »
Wrath, chanteur principal
68
Kimmo Pohjonen
Célèbre pour ses sonorités prudes
et ses performances spasmodiques de danse, Kimmo
Pohjonen joue de la musique électronique avant-garde à
l‘accordéon.
« Je suis l‘esclave masochiste urbain et international des désirs métropolitains. »
Tuomas, rappeur et parolier
Giant Robot
mêlent rock, dub, electro et dance. « Helsinki Rock City » était le tube scandinave de l‘été 1999. Un
nouvel album doit sortir au printemps.
69
« Tu peux vi vre une vie paisible en Finlande sans
craindre qu‘on ne t‘agresse ou qu‘une guerre se
déclare. »
Janne, chanteuse
Endstand
Du punk harcore intense avec beaucoup de
mélodies à la guitare et de chants perçants.
Jimi Tenor
Jimi Tenor a débuté avec de la musique jazzy
ironique et reposante. Aujourd‘hui, il joue différentes sortes de saxophones. Il a sorti l‘album « Europa » en 1995.
« Nous faisons partie de votre pauvre cul. »
Le message de Jimi Tenor de la Finlande à l‘Europe.
Besoin de preuves?
Jetez un coup d‘oeil à Funky Elephant www.funk.fi
The Micragirls
Du hard rock finlandais style années
50. Elles sont également surnommées les nouvelles
reines du trash rock lo-fi. « Jungle Run », dernier album
en date, occupe les ondes finlandaises.
70
« Les citoyens finlandais portaient très peu
d‘intérêt au concours de l‘Eurovision. Mais maintenant les choses ont changé grâce à Lordi! »
Mari, chanteuse principale
BushidoLe pire cauchemar de tous les
enseignants et parents semble venu
tout droit des profondeurs de l’enfer
pour tourmenter les enfants de 13 ans avec
ses textes dégoulinants de violence et
de sexe. Néanmoins, le rappeur berlinois est désormais acquis à la cause
des « gentils » et s’adresse aux jeunes
pour les convaincre de l’importance
du « respect » et des études. Dans ce
cas, personne ne semble se soucier de ses
petits séjours en prison ou du fait qu’il a luimême quitté l’école prématurément.
72
Music
Auteur: Frida Thurm
Illustration: Christoph Mayer
Nique ta Rem
Le rap a sa façon très particulière de donner
son avis sur le débat politique et social. Florilège des meilleurs passages de Bushido
(Allemagne) et Booba (France).
Bushido: Je parle d’expérience, avec le sens de mon
coeur
Booba: Viens pas mettre le nez dans mes affaires
Bu: Mes chemins sont poussiéreux, mes yeux remplis
de larmes
Bo: Je fais des dons d’urine pour que la France entière
se désaltère
Bu: Toi l’homo, t’es assis dans ton bain avec tes galettes de soja et ton thé vert
Parle même pas de rap si t’es pas prêt à saigner
Bo: Ce son c’est ma manière de dire d’aller niquer ta
mère
Bu: Ouais, on est des porcs, j’t’écrirai
Parce que j’ai niqué ton oncle et j’me suis fait ta tante
Bo: Ok, Ok, fumer mes confrères, je n’ai que ça à faire
Les humilier, balayer, ravager, tabasser, voyager en
classe affaire
Bu: Je veux niquer ta mère, pédé, maintenant c’est la
guerre
Bo: Tu voudrais nous chier dessus, devenir official
Tes grosses merdes se coupent en 2, essaye sans ton
string ficelle
Bu : Maintenant on boxe et ta mère me tend son cul,
yeah
Bo: J’suis dans l’coin VIP, du poing VIP
Bu: Tu veux d’la romance, moi j’nique avec mon
poing
Bo: Prends le bus pour aller sucer au marché
aux puces
Bu: Yeah, je crache du sang, parce que je
mords les victimes comme toi
Bo: Pour toi c’est fini, demande à
Yékini, j’te, j’te, j’te baise
Bu: Yeah! La vie c’t’une enculée
Boopa Elie Yaffa, alias Booba, est né en 1976 à Boulogne-Billancourt, une ville de banlieue parisienne
plutôt tranquille. Certains fans à l’esprit particulièrement analytique qualifient ses textes énigmatiques,
quelque peu agressifs et métaphoriques de « rap impressioniste ». Le Duc de Boulogne devient peu à peu
le chouchou des talk-shows grand public, tout en conservant sa crédibilité d’artiste en collaborant avec des
pointures telles que Akon, Cassie ou P. Diddy.
Préparation
Dans une casserole, faire cuire pendant
5 minutes la cervelle et les testicules
préalablement nettoyés dans de l’eau
salée additionnée de quelques feuilles
de laurier et d’un doigt de vin blanc.
Puis faire revenir le tout dans une
poêle. Ajouter les œufs battus dans le
contenu de la poêle et étaler. Cuire
la mixture à feu doux pour la rendre
solide, en y ajoutant un peu d’huile.
Ingrédients pour 6 personnes :
100g de cervelle de taureau ou
d’agneau, 100g de testicules
de taureau ou d’agneau, Huile
d’olive extra vierge, 1 verre de
vin blanc
6 œufs
Oignons
Carottes
Poivre
Sel
Testicules de taureau
aux petits oignons
Les Espagnols ont trouvé une recette naturelle pour remplacer le viagra : la tortilla
sacramonte. Un nouveau remède pour libérer sa libido !
taureau assaisonnées de miel et d’huile d’olive, afin de
«redonner de l’énergie et remonter le moral».
La population européenne vieillit : les taux de natalité déclinent, les jeunes gens mettent de plus en plus
de temps à quitter le nid familial, et le taux de divorce menace l’institution du mariage. Dans un quartier souriant d’Andalousie, en Espagne, la vie suit
tranquillement son cours entre soleil, banquets, vin,
tapas et flamenco. Et tandis que le commun des mortels s’acharne à se retourner l’estomac avec de petites
pilules bleues, des décoctions d’huître ou de sang de
porcs fraîchement abattus, les Andalous gardent précieusement leur secret.
Tout commence au XVIIIe siècle, dans le quartier
gitan de Sacramonte, à Grenade, rendez-vous des artisans, musiciens et danseurs. Selon la légende, une
bande de voleurs pénètre dans l’abbaye de ce quartier
la veille du célèbre banquet de San Cecilio et vole tout
le gibier. Comme tous les 1er février, l’abbé organise
un dîner en l’honneur de la haute société de Grenade.
Désespéré par ce pillage, il parcourt la cuisine à la
recherche d’une solution pour sauver son souper. Il
trouve alors le sac dans lequel le boucher a laissé les
précieuses parties intimes des animaux volés et se souvient de Marcelle Empirico qui, dans De Medicamentis Libri, suggère une cure de trois jours de glandes de
L’abbé en personne se remonte les manches et se met
aux fourneaux. Il place les cervelles et les testicules
des animaux dans de l’eau avec un peu de vin blanc
et les laisse mijoter cinq minutes. Il fait frire des oignons, carottes et poivrons dans l’huile d’olive, pèle les
testicules comme des pommes de terre, et les coupe en
petits morceaux ainsi que les cervelles. Il y ajoute des
œufs battus et fait frire le tout, puis laisse le mélange
solidifier comme une tortilla classique et sert le tout
a ses invités.
L’abbé veut-il prouver à la bonne société de Grenade
les miraculeux pouvoirs divins ? Essaie-t-il d’améliorer
le taux de natalité de la région, ou simplement de satisfaire ses invités, qui ignorent tout de l’origine de leur
repas ? Assurément, il crée là un mets aux propriétés
aphrodisiaques miraculeuses - une recette transmise
de génération en génération avant d’arriver jusqu’à notre table.
Recette
Auteur : Irene Sacchi
Photos: Claude Dagenais,
Sieto Verver, Matthew Cole
73
18
4 Croatie
17
Bulgarie
3
Belgique
2
Autriche
1
15
16
Allemagne
5
19
13
20
12
Estonie
11
6
10
21
9
Finlande
8
7
7
22
6
8 France
5
Grèce
4
Lituanie
Luxemburg
Malte
Monaco
Pays-Bas
Pologne
Portugal
Roumanie
28
14 Lettonie
27
13 Chypre
26
12 Italie
25
11 Hongrie
24 Slovaquie
10 Danemark
23
9
Slovénie
Espagne
République
tchèque
Royaumes-Unis
Devenez expert en boîtes aux lettres :
devinez de quelle pays viennent ces boîtes !
Post-Moderne
1
2
3
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
Photos:
Joeri Oudshoorn
This magazine was made possible thanks to the kind support of cafebabel.com.
cafebabel.com is the first multilingual European current affairs magazine, designed for readers across borders.
Writer and Translators are welcome to join the team.