Télécharger le roman - Canopé Hauts-de-Seine

Comments

Transcription

Télécharger le roman - Canopé Hauts-de-Seine
Trois contes écrits par les élèves de CE1
de l’école Paul Bert B de Bois-Colombes
dans le cadre d’un atelier d’écriture mené en collaboration
avec Christine Naumann-Villemin, écrivain
Comment ? Vous ne connaissez pas le Graziloutte ? L’incroyable,
le génial, l’extraordinaire Graziloutte ? Et la planète Poséidon ?
Y avez-vous jamais mis les pieds ? J’ose au moins espérer
que vous connaissez l’Afrique… Non ? Londres au moins ?
Et l’intérieur d’un réfrigérateur, l’avez-vous déjà exploré ?
C’est que vous n’êtes jamais vraiment partis à l’aventure.
Heureusement, il y a un début à tout.
Alors, ouvrez ce livre et… Voyagez !
Christine Naumann-Villemin
Juin 2013
Trois voyages extaordinaires
Trois voyages
extraordinaires
Les élèves de CE1 de l’école Paul Bert B
de Bois-Colombes présentent :
Trois voyages
extraordinaires
Trois contes écrits par les élèves de CE1
dans le cadre d’un atelier d’écriture mené en collaboration
avec Christine Naumann-Villemin, écrivain
© Centre régional de documentation pédagogique de l’académie de Versailles
© Centre départemental de documentation pédagogique des Hauts-de-Seine
Juin 2013
2
Avant-propos
Ce recueil de contes a été réalisé de A à Z par tous les élèves de CE1 de l’école
Paul Bert B de Bois-Colombes. Il s’inscrit dans le cadre d’un projet culturel
mené par les trois enseignantes en partenariat avec la ville de Bois-Colombes.
Christine Naumann-Villemin a apporté toute son expertise d’écrivain et tout
son talent dans cette aventure. Elle a imposé des contraintes d’écriture.
Quelle surprise de devoir par exemple inclure « Graziloutte » dans un récit
! L’étonnement passé, les élèves avec l’aide de leurs enseignantes, ont dû
faire preuve de créativité pour donner naissance à ce Graziloutte et construire
progressivement une histoire. Des échanges de messages électroniques avec
l’écrivain ont permis d’enrichir le texte et de le modifier afin qu’il conserve
toute sa cohérence. Puis ce fut le moment magique de la rencontre avec cet
auteur de littérature de jeunesse qui fut présente tout au long du parcours
d’écriture.
Chaque élève a également ajouté une part de sa créativité artistique par de
riches illustrations.
Un projet d’écriture est toujours ambitieux. Il est porteur de nombreux objectifs
d’apprentissages que ce soit en maîtrise de la langue (langage oral, écrit,
enrichissement du vocabulaire, lecture, littérature), en arts visuels, et permet
de développer ses capacités à travailler en groupe. L’investissement des élèves
a été réel tout au long de ces sept mois de travail.
à la lecture de ces histoires, chaque élève saura se souvenir de cette aventure
et retrouvera sans doute dans cet ouvrage une partie de lui-même et de ses
camarades de classe.
Le pilotage et le suivi pédagogique de ce projet ont été assurés par l’Inspection
de l’éducation nationale de la 7e circonscription en partenariat avec le CDDP
des Hauts-de-Seine.
Un grand bravo à tous les élèves et merci à l’ensemble des adultes concernés
dans l’élaboration de ce formidable projet.
Il ne reste plus qu’à vous souhaiter une bonne lecture, en espérant que vous
vous laisserez séduire par ces « trois voyages extraordinaires ».
Laurent Develay, conseiller pédagogique
3
Les élèves souhaitent remercier :
Alain Bouhours, inspecteur de l’éducation nationale
Hervé Bozec, directeur de l’école Paul Bert B
leurs enseignantes : Emmanuelle Garnier, Elvina Kistner-Laborde
et Christine Supizet
la municipalité de Bois-Colombes pour le financement du projet
Laurent Develay, conseiller pédagogique
Alain Sedbon, directeur du CDDP des Hauts-de-Seine
Et tous les parents, pour leur soutien et leurs encouragements
tout au long du projet.
Cette brochure a été réalisée au CDDP des Hauts-de-Seine
Maquette, mise en pages et infographie : Guy Fontaine
Illustrations : les élèves de CE1
Pour Jennifer Cohen-Salmon
4
Les classes et les élèves
La classe de CE1 A de Christine Supizet
Riyâd Arbaoui, Samy Babaci, Clara Boju, Alix Boukni-Dichant,
Apolline du Bessey de Contenson, Walid El Dmairy, Sylviane Engone Akoughey,
Antoine Gauthié, Nacim Guendouli, Yann Le Foll,
Camille Le Monnier de Gouville, Gaspard Lehedois, Noah Locrasto,
Sohane Mahani, Adel Mansouri, Jeanne Monin, Cassandra Rasoaholinirina,
Léo Ribeiro, Sathush Sebamalai, Victoria Tokplo, Justin Vavasseur,
Mathis Vieillard-Baron, Clara Vitores
La classe de CE1 B d’Emmanuelle Garnier
Alexandre Campos, Isaac Cotacachi, Anssoumane Dabo, Ryan Dupuis,
Angy Eugène, Mattéo Ferre, édouard Henry, Antoine Jean-Louis,
Maxime Llobell, Emma Magier, Coline Mbanza, William Mbombo,
Marwan Medjahed, Yanis Nait Makhlouf, Lina Chahd Oisti, Tony Pierson,
Océane Pommier, Clarissa Roy Stroeymeyte, Roméo Salgado, Valentine Sander,
Pauline Savate, éléonore Thomas, Emma Vavasseur
La classe de CE1 C d’Elvina Kistner-Laborde
Wissam Abdelkader, Sara-Gabriela Agbo-Holondji, Lison Capucine Barry,
Ilias Belhouari, Rafaël Bou, Célestin Calu, Mustapha Camara, Lou Cosson,
Jeanne Dargent, Madeleine Delmotte, Timothée Fabre, Sarra Ferte,
Shayane Frican, Roman Gautier, Fanny Janssens, Hicham Lahna, Tom Monod,
Tilya Navilys Maire, Eva Neira, Thomas Piedvache, Ynès Slaim, Ilan Souadda,
Noa Villard, Adrien Weyer
5
Destination sourire !
Classe CE1 A de Christine Supizet
Il y a longtemps, bien plus qu’il n’y paraît,
dans une lointaine forêt,
un drôle de petit village se cachait à l’abri des regards.
Ce village ne ressemblait à aucun autre.
Chaque habitant avait trouvé refuge
dans un drôle d’objet abandonné : une théière,
un chapeau tout rond, un sac à main, un gant,
une boîte de conserve, un moulin à café…
Il y avait aussi une vieille chaussure toute usée
et une jolie boîte à musique…
Justement ! Voici leurs occupants : deux jeunes souriceaux…
Hum… ça doit être les héros…
Approchons-nous un peu…
8
9
Il y avait Jojo et Catimini, deux cousin et cousine inséparables.
L’un était gaffeur et l’autre vraiment très gourmande !
Comme il faisait beau cet après-midi-là,
ils avaient décidé d’organiser une chasse aux trésors.
Catimini était chargée de cacher les indices
et Jojo devait les trouver.
Alors que Catimini voulait cacher un indice
dans la boîte aux lettres de son papy,
elle y trouva une drôle d’enveloppe, toute dorée,
sur laquelle était écrit en grosses lettres « URGENT ».
Jojo était gaffeur et Catimini très gourmande…
Hé bien, ils étaient aussi tous les deux terriblement curieux !
Alors Catimini prit la lettre, alla trouver Jojo
et après avoir hésité juste deux petites secondes,
ils ouvrirent la drôle d’enveloppe.
10
11
Royaume des souris
à l’est de la forêt
Le 22 juillet
Cher Papy Musot
J’ai bien reçu votre lettre m’expliquant
que votre femme, Mamie Musette,
avait perdu le sourire.
Vous me demandez comment faire
pour qu’elle le retrouve…
J’ai beaucoup réfléchi et le seul moyen est de trouver
le Graziloutte et de le faire venir auprès d’elle.
Lui seul pourra vous aider.
Mais attention ! Il faut être très courageux
pour tenter cette aventure !
Bonne chance !
Le vieux sage
12
13
– Catastrophe ! Mamie Musette a perdu le sourire !
Mais que s’est-il passé ? s’écria Jojo.
– Et pourquoi Papy Musot ne nous a rien dit ?
s’exclama Catimini.
– Quand j’y pense, c’est vrai que je n’ai pas vu Mamie
rire ou sourire depuis bien longtemps…
Elle reste souvent chez elle, dans le sac à main doré…
– Et si on partait à la recherche de ce mystérieux Graziloutte ?
proposa Catimini.
– Ben oui, mais je suis sûr que Papy ne voudrait pas !
– Il n’est pas obligé de le savoir… renchérit Catimini.
On pourrait partir à la nuit tombée
quand tout monde nous croit couchés…
– Bonne idée ! On prend des provisions pour la route et hop,
direction… euh…
Quelle direction au fait ?
On ne sait même pas où chercher ? s’inquiéta Jojo.
– Ne t’inquiète pas pour ça, on se renseignera en chemin !
Allez, filons préparer nos affaires !
Rendez-vous à la nuit tombée sous le vieux pommier…
14
15
Le soir arrivé, au lieu d’être au fond de leurs lits,
Jojo et Catimini se retrouvèrent sous le vieil arbre.
Chacun avait préparé un sac.
Dans celui de Jojo,
il y avait une boussole, une lampe de poche,
quelques vêtements, du fromage et du pain.
Il y avait aussi un grand sac, au cas où,
pour rapporter le Graziloutte…
Dans celui de Catimini, il y avait une carte de la forêt, de l’eau,
des vêtements, de la ficelle bien solide et… douze cookies,
huit muffins, quatre gaufres, un gros gâteau au chocolat,
neuf paquets de bonbons, trois parts de tarte aux pommes,
quatre bananes et cinq tablettes de chocolat…
Sans un bruit, discrets comme des souris, ils s’enfoncèrent
dans la forêt très sombre. Ils marchèrent jusqu’au petit matin
puis s’endormirent profondément sur un lit de feuilles.
16
17
Catimini se réveilla en sursaut ;
une petite voix lui hurlait dans l’oreille…
– Saluti bestioles à moustaches ! Yé soui Gorgonzola,
le lutin italien ! Qui êtes-vous y qué faites-vous
sour mon territoiré ???
Les deux souriceaux, un peu effrayés, lui répondirent :
– Euh, moi c’est Catimini et lui c’est Jojo.
On cherche le Graziloutte pour qu’il redonne le sourire
à notre Mamie Musette.
– Il Graziloutté ? Il grandioso Graziloutté ?
Il famoso Graziloutté ?
Yé lé connais très bien, c’est oune ami à moi.
Il habite au château du roi Robert lé Terriblé !
Contre oune morceau dé fromage, Yé vous y emmène !
Les deux cousins hésitèrent,
Jojo parce qu’il ne connaissait pas le lutin
et… Catimini parce qu’elle ne voulait pas donner son fromage !
– Réfléchissez mes amis !
Mais sans moi, vous n’y arriverez jamais !
– Ok, dit Catimini,
mais vous n’aurez qu’une petite miette de fromage !
– Ouné miette mé souffira, signorina, sourit Gorgonzola.
18
19
Ils se mirent tous les trois en route et marchèrent
toute la journée. Ils traversèrent la forêt, le grand lac
sur un morceau de bois, un immense champ de maïs et…
tout à coup se dressa devant eux, tout en haut d’une colline,
le château de Robert le Terrible.
Un château gris, immense, sombre,
entouré d’une forêt de ronces.
Jojo et Catimini reculèrent de quelques pas.
Ce château était vraiment effrayant
et les ronces infranchissables.
– Impossible d’atteindre ce château,
nous n’y arriverons jamais ! s’exclama Catimini.
20
21
– Né vous inquiétez pas, les rassura Gorgonzola,
yé connais oune passage souterrain secret qui nous amènera
directement sous le lit de Robert lé Terriblé.
Ils s’armèrent de courage, allumèrent leur lampe de poche
et passèrent sous la forêt de ronces.
Au bout de quelques minutes, ils se retrouvèrent
sous une petite trappe. Gorgonzola la souleva tout doucement
et un terrible bruit se fit entendre…
RON ZZZZZZ ! RON ZZZZZZ !
– Mais qu’est-ce que c’est que cet horrible bruit ?
demanda Jojo effrayé.
– C’est lé terriblé ronflement de Robert lé Terriblé,
chuchota Gorgonzola. Il ne faut surtout pas le réveiller
sinon nous allons avoir de gros ennuis ! CHUUUTTT !!!
22
23
Jojo et Catimini jetèrent un coup d’œil par la trappe…
Tout au fond de la chambre du roi, il y avait une grande cage
et dans cette grande cage une forme semblait dormir
sous une couverture…
– Mais au fait, murmura Catimini,
c’est qui, c’est quoi ce fameux Graziloutte ?
– Hé bien, c’est oune lutin, comme moi !
répondit Gorgonzola.
Il y a quelques mois, lé terriblé Roi Robert l’a aperçu
dans la forêt et l’a capturé…
Il en a fait son fou du Roi et le retient prisonnier.
Dépouis, notre ami est obligé dé faire lé clown
toute la journée pour l’amuser…
Jojo, Catimini et Gorgonzola se hissèrent sur le plancher
de la chambre et sautèrent sur la table de nuit, sans bruit…
Autour du cou de Robert le Terrible brillait une grosse clé…
24
25
– Regardez ! C’est la clé qui ouvre la cage, dit Gorgonzola.
Est-ce que l’oune dé vous est assez courageux
pour aller la chercher ?
– Ben… Oui… moi…, dit Jojo. J’y vais !
– Je surveille pour voir s’il ne se réveille pas,
murmura Catimini.
Jojo, sur la pointe des pieds, s’approcha en tremblant
de l’immense lit. Il s’agrippa à la couverture,
grimpa tout en haut et se retrouva sur le ventre
de Robert le Terrible.
Il s’approcha lentement et calmement du cou du roi…
Il défit le nœud… et prit la clé. Il osait à peine respirer…
mais PAF ! Il trébucha et tomba par terre…
Quand il voulu se relever, il glissa sur la peau d’une banane
que Catimini avait mangée, pour se calmer,
pendant qu’il prenait la clé.
La clé lui échappa des mains
et rebondit sur le plancher avec fracas.
26
27
Le roi se mit à hurler :
– Qui est là ? Qu’est-ce qui se passe ? Qui ose me réveiller ?
Je vais le réduire en chair à pâté !
Nos trois amis épouvantés coururent vers la cage
du Graziloutte pour le délivrer.
Le roi bondit hors de son lit.
– Gardes ! à moi ! à l’aide ! Des intrus !
Réveillez-vous bande de fainéants !
Le roi debout sur son tapis hurlait à pleins poumons.
– Filez délivrer il Graziloutte, yé m’occoupe de ce gros balourd,
dit Gorgonzola.
Jojo et Catimini se précipitèrent vers la cage
et avec la lourde clé, ils ouvrirent la porte.
Pendant ce temps, Gorgonzola récupéra la peau de banane
et la jeta sous les pieds du roi.
Robert le Terrible s’écroula par terre en hurlant.
Malheureusement, dans les escaliers du château, se mirent
à raisonner les pas lourds des gardes qui arrivaient…
BOUM ! BOUM ! BOUM !
28
29
La porte de la chambre s’ouvrit brusquement,
au moment même où Jojo, Catimini et Gorgonzola tiraient
vers la trappe le Graziloutte tout ensommeillé.
– Mais où sont les intrus, mon Roi ? demanda un garde.
– Ils sont là ! Sous mon lit, j’en suis sûr ! Attrapez-les vite,
bande d’idiots ! cria Robert le Terrible.
Les gardes, qui en effet n’étaient pas très malins,
se précipitèrent tous en même temps sous le lit,
se cognèrent les uns contre les autres et s’assommèrent.
– Nom d’un souriceau à bretelles !
Vous n’êtes que des incapables ! s’énerva le roi.
Nos quatre compères profitèrent de ce moment
pour se glisser sous la trappe ;
ils dévalèrent l’escalier pour rejoindre le souterrain.
Le Graziloutte était maintenant complètement réveillé !
Une fois dans le souterrain, ils se précipitèrent vers la sortie.
30
31
– Hé mon ami Gorgonzola ! Que se passe t-il ?
Qui sont ces souriceaux ? Et où m’emmenez-vous ?
s’exclama le Graziloutte.
– Moi c’est Jojo et elle, c’est ma cousine Catimini.
Nous avons besoin de toi : le grand sage a dit
que toi seul pourrait redonner le sourire à notre Mamie !
– Ah ! Redonner le sourire ? C’est ma spécialité !
Je suis le lutin qu’il vous faut ! En plus, mon petit doigt me dit
que demain est un jour spécial pour votre Mamie.
Ils se mirent en route tous les quatre, bras dessus,
bras dessous. Ils traversèrent le champ de maïs,
puis le lac sur un morceau de bois et enfin la forêt.
Quand ils aperçurent les lumières du village,
ils avaient eu tout le temps de mettre leur plan au point.
– Enfin chez nous ! s’écria Catimini.
– Gorgonzola ! Graziloutte ! Filez vous cacher ! Nous viendrons
vous chercher quand tout le monde dormira, chuchota Jojo.
à minuit, tous au village étaient endormis.
Tous ? Sauf Mamie Musette…
Elle se sentait si vieille et si fatiguée depuis quelque temps
qu’elle ne voulait même plus mettre le museau dehors…
et demain ce serait pire encore…
Elle se tournait et se retournait dans son lit.
32
33
Toute la nuit, nos amis scièrent, clouèrent, vissèrent
et firent bien d’autres choses encore.
Au petit matin, sur la place du village, tout était prêt.
Une délicieuse odeur de gâteaux sortait
de la maison de Catimini.
Ils allèrent frapper aux portes du village et chercher
en complotant leur famille et leurs amis.
Quand tous furent réunis sur la place,
Jojo et Catimini allèrent chercher leur Mamie.
Ils posèrent la main sur ses yeux et la guidèrent
jusqu’à la scène fabriquée pendant la nuit.
Quand Mamie ouvrit les yeux,
les tables croulaient sous les sucreries,
des lampions brillaient de mille feux…
et tous les habitants du village s’écrièrent :
« Joyeux anniversaire Mamie Musette ! »
Le grand rideau rouge s’ouvrit et sous les applaudissements,
dans son magnifique costume de clown,
le Graziloutte commença son numéro.
Il fit des blagues et des pirouettes,
des tours de magie et des cabrioles, il dansa sur les mains…
34
35
Mamie Musette sourit
un peu…
beaucoup…
puis
éclata de rire !
36
37
Les incroyables
et dangereuses
aventures de
Tommy l’écureuil
Classe de CE1 B d’Emmanuelle Garnier
38
39
Tommy. Avec ce prénom, il aurait pu être adorable
mais notre écureuil est plutôt désagréable, mauvais joueur,
mauvais camarade, bagarreur, râleur, espiègle, coquin
et affreusement gourmand…
Bref on l’appelle plutôt Casse-Tête,
Casse-Pieds ou encore Casse-Noisettes.
Il vit dans un arbre, dans une forêt dense et sombre,
habitée par une terrible sorcière, Karaba Pépette.
à l’école, Casse-Noisette énerve tous les copains.
Il déchire toutes les pages de son cahier.
à la cantine, il lance son assiette pleine par terre.
En classe, il se lève et dit à sa maîtresse : « T’es moche ! »
Il crie : « La maîtresse en maillot de bain ! »
Il grimpe sur les murs de l’école.
Il imite les filles qui font de la danse classique.
à la maison, il énerve même ses parents.
Il jette son verre d’eau dans l’assiette de son père.
Il le réveille toutes les heures. Il casse tous les vases de fleurs.
Bref, personne n’apprécie Tommy.
Tommy est toujours tout seul.
Il est malheureux et triste car il n’a aucun ami.
40
41
Du coup, notre petit écureuil se réfugie
au creux d’un arbre isolé de tous les autres,
une écorce lui servant de porte.
Une fois, Tommy, tout seul sur son arbre,
aperçoit Karaba Pépette, la sorcière de la forêt.
C’est à cause d’elle que Tommy est devenu Casse-Noisettes.
En effet, autrefois, Tommy était un gentil écureuil.
Mais cette méchante sorcière déteste les animaux gentils.
Alors, un jour que notre écureuil rendait service à un ami,
la terrible Karaba Pépette lui a jeté un sort.
Depuis ce jour, Tommy est Casse-Pieds… et seul.
42
43
La méchante sorcière est en train de jeter
son réfrigérateur par la fenêtre.
Elle n’en veut plus de ce réfrigérateur tout moche !
En plus de ça, il n’est même pas magique !
Il atterrit directement dans la décharge,
en plein milieu du terrain vague.
– Boum ! Boum ! Boum ! fait le réfrigérateur.
– Aïe ! Aië ! Aïe ! fait Tommy.
– Ouille ! Ouille ! Ouille !
fait une petite voix dans le réfrigérateur.
– D’où vient cette voix désagréable ? demande Tommy.
La porte du réfrigérateur s’ouvre.
Une jolie petite écureuil pousse la porte.
– Qu’est-ce que tu fais là ? dit Tommy d’un air méchant.
– Pourquoi tu me parles comme ça ?
dit Marie, la mignonne petite écureuil.
– Laisse-moi tranquille. Va-t-en. Je n’ai pas besoin d’aide,
gronde Tommy. D’ailleurs, tu as un gros nez.
– Je sais pourquoi tu es méchant.
Je vais te raconter comment ça s’est passé, explique Marie.
– Ah non ! Je ne veux pas !
44
45
– Je te raconte quand même ce qui est arrivé, insiste Marie.
Tu étais en train de m’aider à ramasser des fruits
et des noisettes pour l’hiver.
Mais Karaba Pépette n’aime pas les écureuils gentils.
Alors, folle de colère, elle t’a jeté un sort :
« Bave de crapaud, cervelle de moineau, peau de serpent,
caca de paon, que tu deviennes méchant !
Zougoulou zougoulouna alacatcha ! » Voilà ce qu’elle a crié !
Et tu es devenu méchant !
Je sais que tu peux rompre le sort.
Pour cela, poursuit Marie, il te faudra réussir deux épreuves :
battre le record du monde du 400 mètres à Londres,
ramener le trophée et aller en Chine chercher
une pierre précieuse gardée par un dragon.
– C’est pas vrai ! se lamente Tommy. C’est trop dur !
C’est la cata !! C’est complètement ridicule !
C’est complètement dingue ! Comment vais-je faire ?
s’interroge Tommy.
– Suis-moi ! rétorque la petite écureuil maligne.
Les deux écureuils se retrouvent devant le réfrigérateur.
La porte du réfrigérateur s’ouvre.
Les deux écureuils entrent.
– Clap ! clap ! clap ! boum ! boum ! boum !
Bibidibabidiboum ! Tralalal ! Je vais au Sénégal !
dit Marie qui connaît la formule magique. Et hop !!!
46
47
Les voilà au Sénégal !
– Comment connais-tu cette formule ?
Qu’est- ce que c’est que cette histoire ?
Comment sais-tu que j’ai été ensorcelé ?
Comment connais-tu les épreuves qui vont rompre le sort ?
Et d’abord, pourquoi veux-tu m’aider ? demande Tommy.
Moi, je ne veux pas rester au Sénégal !
Je veux revenir où on était avant ! Je n’ai pas envie
que tu m’aides ! Laisse-moi tranquille !
– Je vais t’expliquer, insiste Marie calmement.
48
49
Marie lui raconte :
– Mon arrière-grand-père est un grand magicien. Mais Karaba
Pépette, la méchante sorcière, l’a transformé en réfrigérateur
car elle était jalouse de ses pouvoirs. Heureusement,
cette idiote de Karaba Pépette s’est trompée de formule
et elle a oublié d’enlever un pouvoir
à mon gentil arrière-grand-père. Ce pouvoir,
c’est celui de faire voyager dans tous les pays du monde.
Bien sûr, je connais la formule car je ne quittais jamais
mon grand-papy. Il m’a tout appris mais,
comme je suis trop jeune, je n’ai pas encore de pouvoirs ! La
seule façon de délivrer mon arrière-grand-père
de ce réfrigérateur, c’est d’aider un ami à briser un sort jeté par
Karaba Pépette. Comme je ne voulais pas quitter
le réfrigérateur pour rester auprès de mon arrière-grand-père,
j’ai tout vu et tout entendu quand Karaba Pépette t’a jeté
un sort. Tu dois me croire !
J’ai vraiment besoin que tu m’aides aussi.
– Non, je n’ai pas du tout envie de t’aider !
– Si tu réussis, tu auras une bonne glace à la noisette.
Or Tommy est un gourmand ! Mais un gourmand !
Il traverserait les océans pour une glace à la noisette !
50
51
Les deux écureuils rentrent de nouveau dans le réfrigérateur.
Marie prononce la formule :
– Clap ! clap ! clap ! boum ! boum ! boum !
Bibidibabidiboum ! Tralalondres ! Je vais à Londres.
Tommy et Marie arrivent à Londres,
près de Buckingham Palace.
Le réfrigérateur les dépose juste devant le départ
d’une course très spéciale.
Un renard, une limace, un caméléon, un loup, un lion,
un guépard, un escargot et notre écureuil
sont sur la ligne de départ.
Tommy se dit : « Oh la la, ça va être dur !! »
Big Ben sonne les douze coups de midi. Ding ding dong !
Puis le compte à rebours est lancé. Trois ! deux ! un ! partez !
Tommy ne démarre pas assez vite
mais il est bien décidé à rattraper son retard !
Marie l’encourage : Allez, Tommy, allez, continue comme ça,
tu y es presque ! Fonce, Alphonse, heu, Tommy !
Mais Karaba Pépette, déguisée en lion, fait un croche-pied à
notre héros. Tommy trébuche ; il perd des places,
tout le monde le dépasse, même la limace !!
52
53
– Je dois trouver une solution ! se dit Tommy.
Je veux remporter ce trophée !
Tout à coup, il se met à pleuvoir ! pleuvoir ! pleuvoir !
Il pleut tellement qu’il y a de la boue.
Tommy en profite pour glisser et filer comme le vent.
Casse-Noisettes, ou plutôt, Casse-Cou, dépasse tout le monde.
Le vainqueur est Tommy !!!
Karaba le lion est dernière ! Elle enrage. La reine d’Angleterre
remet la coupe à Tommy, qui la ramène auprès de Marie.
54
55
Les deux compères reprennent leur place dans le réfrigérateur.
Clap ! clap ! clap ! boum ! boum ! boum ! Bibidibabidiboum !
Tralaline ! On va en Chine.
Ils arrivent en Chine. Ils cherchent la grande muraille.
En effet, la pierre précieuse se trouve
dans un labyrinthe près du grand mur.
C’est un dragon terrifiant, hideux avec sa grosse tête
et gluant qui garde la pierre précieuse.
56
57
Le dragon, qui entend Tommy et Marie,
sort de sa grotte et hurle en crachant du feu :
– Pas touche, la mouche ! Si vous voulez la pierre précieuse,
vous devez traverser le labyrinthe infernal de lave
et quand vous serez arrivés à la fin du labyrinthe,
il y aura trois pierres précieuses. Seule une pierre est la bonne.
Et vous devrez refaire le labyrinthe à l’envers en échappant
aux pièges ! Attention, seul un écureuil courageux pourra
recueillir le diamant-miroir qui brille de mille feux.
– Non, non, non, non, non, ppp…as question que je risque
ma vie ! bafouille Tommy. T’as qu’à y aller, toi !
Tout ça pour un diamant de rien du tout !!!
– Non, tu dois y aller, pour sauver ta vie
et celle de mon arrière-grand-père, supplie Marie.
Pas d’épreuve, plus d’amis.
Plus d’amis, pas de glace à la noisette !!
Crois-moi, je ne rigole pas !!
58
59
Tommy tient vraiment à sa glace, il se retrouve donc
dans le labyrinthe infernal. Il fait noir
comme dans des oubliettes. Il avance à tâtons
dans les couloirs étroits. Les murs se rapprochent
de plus en plus. Tommy tremble.
Soudain, de la lave éclaire les murs. Tommy arrive à voir
au loin un mur qui se déplace
et qui donne accès à la pierre précieuse.
Tommy le malin place un caillou au travers de la porte.
Celle-ci est bloquée. Un panneau indique :
« Vous avez trois secondes pour accéder aux pierres,
quatre secondes pour choisir la bonne pierre
et trois secondes pour ressortir de la pièce. »
Tommy hésite mais entre tout de même.
– Dans toutes les histoires, pense Tommy, c’est celle du milieu
qui est la bonne donc là… c’est logique,
je prends celle… de droite !
60
61
Sur le chemin du retour, des ombres chinoises effrayantes
le font courir aussi vite que l’éclair, que le guépard…
Il a très envie de sa glace !!
Le dragon prend la pierre qui brille de mille feux.
62
63
– Tu as trouvé la bonne pierre.
Filez ou je vous croque tout cru !!
crie le dragon de toutes ses forces.
C’est à ce moment que le diamant s’éclaire et montre la peau
du dragon qui se déchire. Un nez crochu apparaît.
– Oh ! c’est Karaba Pépette ! crie Marie. Fuyons !
64
65
De retour dans la forêt des écureuils, près du réfrigérateur,
Tommy et Marie assemblent la pierre précieuse et la coupe.
Tommy redevient gentil instantanément.
L’arrière-grand-père de Marie redevient un écureuil et il jette
tout de suite un sort à Karaba Pépette qui se transforme
immédiatement en réfrigérateur.
Puis Tommy dit à Marie avec un clin d’œil :
– Où est ma glace à la noisette ?
66
67
L’aventure
du super héros
Classe de CE1 C d’Elvina Kistner-Laborde
68
69
Il était une fois un homme et une femme
qui habitaient sur la planète Poséidon.
Un jour, ils trouvèrent une pierre magique.
Ils l’amenèrent chez eux. Ils se disputèrent
pour avoir cette pierre et elle tomba par terre.
70
71
Soudain, ils virent sortir de cette pierre un fluide rose.
Quand la mère but la potion magique, elle tomba enceinte.
Neuf mois plus tard, elle accoucha mais pas d’un bébé
comme les autres. Le bébé était un super héros.
Le jeune garçon avait les cheveux noirs,
les yeux bleus et rouges.
C’était un drôle de petit garçon.
72
73
Le super héros grandissait. Il était adoré par ses parents.
Ils lui avaient même offert un guépard.
Le super héros et le guépard devinrent
les meilleurs amis du monde.
Ils allaient souvent dans un cirque qui se trouvait
près de chez eux.
Ils aimaient beaucoup y aller.
Il y avait plein d’animaux : des zèbres, des lions, des chevaux,
des dauphins, des orques !
Le cirque était au-dessus de la mer Karkérane.
Il fallait savoir voler pour pouvoir s’y rendre.
74
75
Les années passèrent jusqu’à cette fameuse nuit…
Le super-héros alla se coucher. Il fit un rêve étrange.
Il rêva que le cirque était en danger,
qu’un méchant sorcier l’avait ensorcelé.
Ce sorcier était vêtu d’une grande cape noire,
d’un chapeau noir et il avait une grande barbe blanche.
Le rêve du super héros était prémonitoire.
à son réveil, il décida de se rendre au cirque
pour connaître la vérité.
76
77
Quand il arriva, le sorcier empêcha le super héros
et son guépard de traverser la mer.
– Laisse-nous passer ! dit le super héros.
– Non, c’est mon cirque ! dit le méchant sorcier.
– Tu n’as pas le droit ! C’est le cirque de tout le monde !
– Tu m’énerves ! Tu ne m’en empêcheras pas !
Le sorcier jeta un sort au super héros et à son guépard.
Un souffle de lumière apparut. Notre héros se retrouva
à des centaines de kilomètres de chez lui et du cirque.
78
79
Le super héros et son guépard reprirent leur route.
Il fallait sauver le cirque !
Après quelques jours de marche,
ils arrivèrent devant un grand rocher qui leur cachait la vue.
Ils l’escaladèrent et quand ils arrivèrent au sommet,
ils virent la mer Karkérane.
Après plusieurs jours de marche, le super héros et le guépard
arrivèrent au pied d’une montagne de glace. Elle était énorme.
Il fallait la grimper pour arriver au cirque.
Ils commencèrent à monter.
Il faisait froid, il y avait du vent et beaucoup de neige.
Le glacier bougeait.
Le guépard plantait ses griffes dans la glace pour ne pas glisser.
80
81
Tout d’un coup, le super héros reçut une énorme boule de feu.
Heureusement qu’il avait son armure en acier blindé !
Cette boule de feu avait été envoyée par un énorme dragon !
C’était le méchant sorcier qui l’avait crachée
pour surveiller la montagne de neige.
Le guépard se cacha derrière le super héros.
Le combat avait commencé.
82
83
Le dragon crachait du feu,
le super héros se défendait en jetant des boules de glace.
C’était difficile car le dragon était énorme !
Tout d’un coup, le guépard eut une idée.
Il se glissa derrière le dragon
et commença à monter sur sa queue et sur son dos.
Il arriva jusqu’à la tête du dragon
et planta ses griffes dans ses yeux.
Le dragon devint aveugle.
Le super héros lui jeta une dernière boule de glace
qui fit tomber le dragon de la falaise.
Notre héros et son fidèle compagnon avaient gagné !
84
85
Nos deux héros reprirent leur voyage et arrivèrent à leur but :
la mer Karkérane, la mer où se trouvait le cirque.
Le paysage était magnifique.
Le guépard monta sur le dos de son maître
qui commença à s’envoler.
Tout d’un coup, d’immenses aigles
avec des griffes énormes surgirent de nulle part !
Il y avait aussi des requins et des serpents dans la mer
qui sautaient pour attraper le super héros !
Le guépard rugissait pour faire s’éloigner les aigles
qui agitaient leurs immenses ailes pour brasser l’air.
Le super héros utilisa l’un de ses pouvoirs magiques :
avec ses yeux bleu et rouge,
il lança un puissant rayon laser qui fit peur aux aigles.
Puis le rayon laser électrocuta les serpents
qui sautaient de l’eau pour mordre le héros.
Les requins, eux, continuaient d’attaquer
mais le héros lança des boules de glace
qui les pétrifiaient sur place.
Le combat était gagné !
86
87
Après cette aventure, ils arrivèrent devant le cirque.
Ils devaient ouvrir la porte mais il y avait un code.
Le héros n’avait que trois chances.
S’il échouait, tous deux allaient tomber dans un piège :
une trappe allait s’ouvrir sous leurs pieds et les faire tomber.
Le super héros utilisa ses yeux à rayon X pour trouver le code.
L’immense porte s’ouvrit et un cheval apparut.
88
89
Le sorcier avait ensorcelé tout le cirque
et contrôlait les animaux.
Tout était pétrifié : les animaux, les trapézistes,
les jongleurs, les clowns…
Tout d’un coup, l’ennemi apparut.
– Tu n’es pas encore mort ? dit le sorcier.
– Non, répondit le super héros. Je suis immortel !
– C’est ce qu’on va voir !
Le combat commença…
– Je vais te réduire en bouillie ! dit le sorcier.
– C’est ce qu’on va voir !
90
91
Le héros lança une boule de feu
et le sorcier une boule d’éclair.
Le combat faisait rage.
Ils étaient à égalité.
Le fidèle ami du super héros, le guépard,
se mit derrière son maître
et commença lui aussi à lancer du feu.
C’est alors que le sorcier tomba et qu’il s’enflamma.
Un énorme éclair surgit de nulle part
et tout le cirque s’alluma.
92
93
Les animaux bougeaient,
les lions rugissaient,
les dauphins sautaient dans l’eau,
les clowns riaient !
Le cirque, qui était tout noir, redevint bleu, blanc et rouge.
Tout le monde vint remercier le super héros et son guépard
qui avaient sauvé le cirque.
Nos deux héros décidèrent de s’en aller
pour retourner à l’aventure.
94
96
Trois contes écrits par les élèves de CE1
de l’école Paul Bert B de Bois-Colombes
dans le cadre d’un atelier d’écriture mené en collaboration
avec Christine Naumann-Villemin, écrivain
Comment ? Vous ne connaissez pas le Graziloutte ? L’incroyable,
le génial, l’extraordinaire Graziloutte ? Et la planète Poséidon ?
Y avez-vous jamais mis les pieds ? J’ose au moins espérer
que vous connaissez l’Afrique… Non ? Londres au moins ?
Et l’intérieur d’un réfrigérateur, l’avez-vous déjà exploré ?
C’est que vous n’êtes jamais vraiment partis à l’aventure.
Heureusement, il y a un début à tout.
Alors, ouvrez ce livre et… Voyagez !
Christine Naumann-Villemin
Juin 2013
Trois voyages extaordinaires
Trois voyages
extraordinaires