M - Collections

Comments

Transcription

M - Collections
Arts et spectacles
f Théâtre
m/ Musique
¥ Cinéma
École Professionnelle
IjjXtiJ àe Chant 335.0193
Christian Dorion Inc.
Professionnels et
débutants • • ' > * •
LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMED115 OCTOBRE 1988
mm
Les tendres d'Offenbach
Gerry et la survivance
I Gerry Boulet survit à Offenbach, à lu maladie, au
rock, ù son image de bum. Son microsillon, Rendez-vous doux, s'illumine de l'intérieur, s'attendrit sur la vie et sur l'amour. Ses paroliers — de grands noms — ont mis dans sa
bouche les mots qu'il n'osait d i r e ; ses
musiciens lui ont façonné un nouveau décor dans lequel il évolue tout doucement.
« Ce disque, c'est un disque d'espérance... AU the way\ » dit-il.
I Pierre Harel ( photo du bas ), qui a
composé les premières tounes françaises d'Offenbach, n'a pas pu résister à la tentation du Tendre
ravageur. La musique, il a tant
a i m é : « Un si grand plaisir! »
• Harel a tout fait et e n c o r e
plus. Ce qu'il veut maintenant
réaliser, c'est une oeuvre qui
résiste au temps.
Françoise Craton
Dix-huit ans dans l'alcôve
de l'initiation théâtrale
JEAN
BEAUNOVER
L
Le temps que vivent les poètes...
• Roch Carrier fait peutêtre rire le bon Dieu en
lui adressant les Prières
d'un
enfant
très
très
sage.
• O c t o b r e , mois funeste. Il y a 2 5 ans, Edith Piaf et lean Cocteau s'en allaient ; il y a dix ans, Jacques Brel partait ù son tour.
Lin page E 4 , lean-Paul Soulié remue de vieux — e t beaux —
souvenirs. « Ne m'oubliez pas trop vite », disait Brel, sachant
ce qui l'attendait. Personne ne l'a oublié.
_ Le dernier r o m a n d e
Tom Wolfe est disponible en français. Le New
Y o r k des pauvres et d e s
riches brûle s u r Le bûcher des vanités.
.. Keith R i c h a r d s rend
un fier service a u x S t o nes en e n r e g i s t r a n t s o n
premier disque solo.
Talk Is Cheap.
es 2 5 ans de la Nouvelle
Compagnie Théâtrale,
c'est 18 ans de la vie de Françoise Craton. En compagnie
de Gilles Pelletier et Georges
Groulx, elle fonde en I 9 6 4 un
t h é â t r e e s s e n t i e l d a n s un
Québec eu pleine révolution
tranquille. Un théâtre de répertoire consacré principalement à un public adolescent.
Ceux qui ont 35 ou 4 0 uns aujourd'hui ont vécu, duns lu
plupart des eus, une premiere
relation théâtrale grâce à la
N.C.T.
Il en aura fallu du travail,
de la générosité, du désintéressement pour éduquer une
nouvelle génération de spectateurs.
Françoise Craton, que j ' a i
rencontrée dans son d o m i c i l e
d'Outremont, parle de l'expérience vécue à la N.C.T. avec
autant de fierté que de lassitude: « Le jour où j ' a i quitté
la compagnie, c'était fini! » Il
lui a fallu trois ans pour s'en
remettre. Trois ans à s'occuper de reliure, trois uns à bricoler ù lu maison, ù jouer très
peu, sans savoir sur le coup
qu'elle avait dnngcurcuscinent besoin de recharger les
butteries.
Gilles Pelletier, qui fut son
compugnon de travail a lu
N.C.T. cl qui demeure son
compagnon de vie. u effectue
le même c h e m i n e m e n t ; mais
Françoise Gruton fut davantage duns l'ombre. Comédien
sollicité pur plusieurs compagnies et même pur des troupes étrangères, Gilles Pelletier pouvait remettre lu direc-
tion
du t h é â t r e
à sa
compagne pendant qu'il
jouait ailleurs. Organisatrice
hors pair, femme intense, féb r i l e et p a r t i c u l i è r e m e n t
énergique, Françoise Graton
n'a reculé devant rien pendant ces 18 ans de direction.
Non s e u l e m e n t il fallait
tout faire duns ce théùtre qui
naissait au Gésti mais il fallait
de plus établir des liens avec
les maisons d'enseignement.
P r é p a r e r autant les professeurs que les acteurs. De plus,
elle jouait dans plusieurs dé
ces p i è c e s et p a r l e aujourd'hui d'une performance
sportive devant îles étudiant!)
de tous les milieux et de tous
les niveaux qu'il fallait intéresser.
« Ft si les étudiants ne murSUITE A LA PACE £ 1 1
mmmm
v;m<A.:.'A ••••
Les tisserands du pouvoir
123 oeuvres: onze
jours de cinéma neuf
La plume ou la caméra?
SUZANNE
e
• Sélection plus serrée, cette a n n é e , au 1 7 Festival international du nouveau c i n é m a et d e la vidéo, qui s'est bien relevé d e
ses malheurs: moins d'oeuvre, plus de diversité, résument les
patrons d e l'événement, Dimitri Eipides et Claude Chnmberlan ( n o t r e p h o t o ) . Luc Perreault r a c o n t e . c n page E 2 0 .
COLPRON
L
W idée d'écrire un premier roman lui trottait dans la tète
depuis une b o n n e dizaine d'années. Mais il a fallu qu'un
ami s'en mêle pour qu'il se décide enfin.
Cet ami, c'était René Lévesque.
« À l'époque, j'écrivais le scénario du film Les tisserands du
pouvoir. René Lévesque, lui, achevait la rédaction de ses mé-
Les étranges lubies de
l'homme des Prairies
• Considéré par certains critiques c o m m e le plus grand peintre des Prairies. Ivan Eyre expose au Musée des beaux-arts du
Canada. Fn page F b , locelyne Lepage décrit cette curieuse vision du monde. Quant à l'oeuvre ci-dessous, elle est intitulée
Return to Itunu et Eyre l'a réalisée en 1974.
•
Claude Fournier
PHOTO LA PRESSE. ROBERT MMUflUX
moires. Il venait souvent /aire un tour u mon bureau pour bavarder », raconte Claude Fournier, en fouillant dans son sac
pour trouver son étui à cigares.
« Un jour, poursuit-il, j e lui ai proposé de lire le scénario. Je
savais que l'histoire l'intéressait et j e voulais savoir ce qu'il en
pensait. »
SUITE A LA P A C E E 1 8
PHOTO U PRESSE MICHEL GRAVEL
ISABELLE H U P P E R T - F R A N Ç O I S CLUZE
U N F I L M DE
CLAUDE CHABROL
COMPLEXE
DESJARDINS
UASHAIH! 1
?d6.il4l
ESI
r
DE FEMMES
C INI M A S
ClNlI'UXODrON
LA PRESSE, MONTREAL, SAMED115 OCTOBRE 1988
E2
Deux cents producteurs à Cannes pour le MIPCOMim
Télévision
Agence
h'rance-l'resse
tient ù Cannes jusqu'à mardi.
Ce m a r c h é d e l'automne des
programmes d e télévision est un
rendez-vous des professionnels d e
l'audiovisuel, acheteurs et diffuseurs, réalisateurs, opérateurs de
satellites et producteurs.
PARIS
Matthias Rioux poursuit à la
télé son métier d'enseignant
RAYMOND
BERNATCHEZ
Michel C h a t n b e r l a n d , vicep r é s i d e n t ù la
programmation
de T é l c - M é t r o pole, proposa à
M a t t h i a s Rioux
d'animer une émission d'information matinale, d e 6 h 3 0 à 8h,
du lundi au vendredi, Matthias
RJoux, a d'abord
hésité.
«C'était pas drôle. Ça voulait
dire q u e je devais changer d e
vie. »
. - Plus question de passer u n e
soirée avec des amis dans un
bon restaurant, plus question
.de.sorties en ville.
• Depuis le début de la saison.
«C'est soft, très rapide mais
pas agressant. Nous avons étudié le concept avant d e le mettre en ondes et c'est cet objectiflà q u e n o u s v o u l i o n s a t t e i n dre. »
Ce qui étonne, à Salut, Bonjourl,
c'est le bizarre tandem
formé par Rioux et A n n e Poliquin. Matthias Rioux a 54 a n s .
A n n e Poliquin à peine 30 ans.
Matthias Rioux a une impressionnante feuille de route. D e
f o r m a t i o n c l a s s i q u e , il a
d'abord fait carrière d a n s r e n seignement. Puis il a bifurqué
dans le syndicalisme. Président
de l'Alliance des enseignants d e
Montréal, vice-président d e la
CEQ, Matthias Rioux est également politicologue. H s'est présenté sous la bannière d u Parti
Québécois aux élections de
1973. «Parce q u e René Lévesque m e l'avait d e m a n d é » a-t-il
précisé. « E n I976, j ' a i refusé
• La quatrième édition du murché international d u film et des
programmes d e télévision, vidéo,
câble et satellite (MIPCOM 88) se
d e l'éditorial. Depuis le début
d e la campagne électorale, je
profite d e l'occasion pour appuyer publiquement des candidats dans certains comtés, je dis
par exemple que je soutiens
Hervieux Payette ou Paul Martin. Je me fais bien sûr des ennemis d a n s les autres partis. Mais
je s o u h a i t e la r é é l e c t i o n d e
Mme Landry o u l'élection d e
Philip Edmunston. Je dis cela
en ondes et jamais la direction
de Télé-Métropole n'est intervenue pour m ' e m p ê c h e r d e le
faire.»
Pourquoi a p p u y e r précisém e n t ces personnes-là. «Parce
que ce sont des amis, des gens
que je connais depuis plusieurs
années et parce q u e je sais qu'elles font o u qu'elles peuvent faire d u b o n travail.
« Mais ce q u e je préfère c'est
la politique internationale.»
Il n'y a pas q u e cela à Salut,
Cette a n n é e , 200 producteurs
indépendants issus de 12 pays de
la c o m m u n a u t é européenne se- i
ront présents, réunis sous le label |
E u r o Aim ( o r g a n i s a t i o n e u r o - }
péenne pour un marché indépen- •
dant d e l'audiovisuel).
PELVIRE
«Le plus beau spectacle de la rentrée.
Sylvie Drapeatr la plus belle interpretation
qui soit À voir sans faute- Robert Lévesque, Le Devoir
• Quelle merveilleuse audace Jean Beaunoyer.ta Presse
"Unmerveilleux duo d'acteurs. Un a dëslrissons»
Carmen Montessuit, Journal de Montreal
"Beautifully directed.and performed" Pat Donelly. Th$ Gazette
un texte aussi percutant, monte de façon aussi éloquente >
Daniel Hart, Liaison SI Louis
«C'est très fascinant • Rene Homier Roy, CKAC
. «J'ai des frissons |usti; à en parler» Francine Grimaldi. Ctif Bonjour
RESERVATIONS: 845-7277
4jjmP
I N F O R M E Z - V O U S DE
NOS S O U P E R S - T H E A T R E
T
H
E
A
T
R
E
1
D E
QUAT'SOUS
"•IM f •^lPIf«Ill*fl
i
nruXVTOOM H M O r t l t l A l
mm.
:
«Salut, Bonjour!», avec A n n e Poliquin e t Matthias Rioux
Matthias Rioux s'endort à 21 h
• et doit se.réveiller chaque matin à 3h. À 4h il quitte la inai. son, 30 minutes plus lard il arri. ve à Télé-Métropole. À 6h30. il
est en ondes.
.: . l'ai regardé son emission, Sa• lut. Bonjour],
a quelques occasions. Pour débuter la journée,
vers 9h00 ( u n e belle invention
le magnétoscope à m i n u t e r i e ) ,
je, regarde parfois Salut,
Bonjour], l'aime bien celte formulc. la. Il y a des informations, comme à la radio, des images, des
.commentaires sur l'actualité,
.une revue de presse, tout ce
qu'il faut pour partir d u bon
,pied. Ce qui me plait surtout
c'est le rythme et le t o n . A la
radio, certains « morning m e n »
"se;; sentent obligés de crier d a n s
lé micro pour réveiller le mon',dé et les publicités commerciales f o n t g r i m p e r m o n t a u x
d'adrénaline. À Salut,
Bonjour]
il y a c o m m e un climat de détente dans le studio.
. «Ce que j'aime à Salut, BonJour],
disait hier Matthias
Rioux, c'est le « k i k » d e travailler en direct à la télévision.
C'est un show de télé q u e les
gens peuvent écouter en se ras a n t ou en préparant le repas et
q u ' i l s p e u v e n t r e g a r d e r s'ils
sont intéressés par quelque cho^ e . Pour moi il n'y a pas de proHfileme. Us peuvent se contenter
-de nous écouter, ça fait pareil.
d'être candidat dans Saint-Henri, l'avais trop peur d'être élu.»
En 1974, il devient c o m m e n tateur à la radio de CKAC puis
il passe à CKVL. 11 y travaille 10
ans dont sept ans avec lean
Cournoyer. Nous retrouvons
ensuite Rioux-Cournoyer à Radio-Québec. À Télé-Métropole,
Mathîas Rioux a animé Forum
et Débat sur la place.
Rioux et Cournoyer n e s'entendaient pas toujours, c'était
m ê m e leur marque de commerc e , m a i s les d e u x h o m m e s
avaient plus ou moins été témoins des mêmes événements.
Comme Matthias Rioux a i m e
bien c o m m e n t e r l ' a c t u a l i t é ,
«édilorialiser», Anne Poliquin
a visiblement d e la difficulté à
le suivre sur ce terrain. Et lorsque Rioux, pour appuyer un rais o n n e m e n t se réfère à u n e affaire survenue il y a 30 ans, la coanimatrice ne possède pas les
connaissances nécessaires p o u r
le contredire ou donner u n e autre interprétation.
« A n n e Poliquin, souligne
Rioux, est vive, i n t é r e s s a n t e .
Mais ce n'est pas facile, c o m p t e
tenu de mon âge et d u sien,
d ' é t a b l i r u n e c o m p l i c i t é . Ça
v i e n d r a peut-être avec le
U'mps».
Bonjour]
Il y a u n e petite équipe d e collaborateurs qui communiquent quotidiennement
des informations aux téléspect a t e u r s . Louise P i n s o n n e a u l t
qui fait la revue d e presse, Benoit Johnson qui parle d e faitsdivers, Jacques Moisan et les
journalistes d e T.-M. qui alimentent l'émission en nouvelles. Chantai Roy à la météo et
Lise Morency aux sports.
Les sports. le point faible de
Matthias Rioux. «Je n e suis pas
très fort dans certains sports.
En baseball par exemple, mais
je peux parler d e hockey. J'ai
toujours aimé ce sport.» Il était
adolescent à Rivière-à-Claude,
près de Sainte-Anne-des-Monts
lorsqu'il a été dépisté par des recruteurs du Canadien. Il a quitté la Gaspésie pour la région de
Montréal pour faire carrière au
hockey. «Mais je me suis rendu
compte très rapidement q u e si
j ' é t a i s le m e i l l e u r d a n s m o n
coin de Gaspésie je n'étais pas
le meilleur à Montréal. Et puis
j'aimais trop les études alors j'ai
fait mon cours classique et je
suis devenu professeur.»
Existe-t-il un lien entre son
travail à la télévision et son ancien métier d'enseignant? «Disons que j'ai élargi ma salle de
classe. J'ai des préoccupations
«Ce que j'apprécie à Télé-Mé- pédagogiques. J'aime expliquer,
tropole, c'est la complète liber- j ' a i m e que le m o n d e comprenté d e manoeuvre, l'aime ça faire ne.»
Votre soirée de télévision
18 h 00 18 h 3 0 19 h 0 0 19 h 3 0 20 h 0 0 20 h 30 21 h 00 21 h 3 0 22 h 0 0 22 h 3 0 23 h 0 0 23 h 30
:€HOIX D'EMISSIONS
^}xir Raymond Bernatchez
,19:45 O — Juste pour rire
Meilleurs m o m e n t s d e la 6e
*
4
é d i t i o n du Festival ,'uste
pour rire, été 1988. Domin i q u e Michel r e ç o i t | . C .
Lauzon, Pierre Péchin,
Pierre Labelle, Jean-Marc
Parent, Alex Métayer, Pierre Verville et Benoit Marleau.
- ,22:00 O Journal intime
L'invité de Gaston L'Heureux ce soir: Jean Perron.
Autres invités: Antoinette
Perron (mère), Rita Perron
(épouse), la famille Perron,
soeur
Edouard-NotreDame. Danielle Rainvillc,
Martin Simoncau, Martin
Stevens et Patrick N o r m a n .
e
Hockey: les Canadien) de Montréal vt les Islanders de New York (IThOO)
Juste pourrire(19h45)
Impact (20M5)
Le Tèiéjoumal/Sports (21h«)
Téte-séfecSoft: "Sis*". (22h20)
®
©
The News
CBS Evening News
Di*ney:"Hot Lead Cold Feet" (dem. de 2).
Lrvel Dick Clark Present
Simon and Simon
West 57 th
The News
The No Smoking Show
News on S
MAS.H.
Cheers
Baseball Mondial: les A'errOaklandvs les Dodgers de Los Angeles
Newson5
Saturday Night Live
G
News Saturday Report Week in Parliament
The Tommy Hunter Show
Hockey: les Red Wings de Détroit vs les Maple Leafs de Toronto
The National
Newswatch (23h15)
O
Ctnèortra: "La Force d* vaincre".''
01 Ciné-ertï "La Force de vaincre".
O
Newsline
®
®
College Football (t5h30)
d'une
enfant
des
Andes
Évocation poétique de l'enfonce d'une petite fille dans son
village de la Cordillère des Andes avant l'arrivée des Blancs.
Movie
13:00 O — CFCF Special
Présentation de la deuxième
partie du film «Oui o f Africa».
(Le
film
«Rccklcss
Disregard*
est annulé)
14:00 O O — '"je Nature of
14:00 rfsi — Musique
Balade
(L'émission «Sports
esi retirée)
Things
d'Europe»
Star Search
Musieart
La Lutte WWF
©
Dick Irvin's Hockey
Fifteen
m
The Last Frontier
Hockey: les Canadiens de Montréal va les Islanders de New Yord (IThOO)
Puise
Journal intime
Lotto 6/49 (22h53)
NouveliesTVASports "LesRuesdefeu"
CW-ertrt: " U f»oun>uitt".
Journal intime
Lotto 6/49 (22h53)
Nouvelles TVASports "LssRuesdefeo"
ABC Famity Theatre
All-Star Celebration the '88 Vote
Juste pour rire (19M5)
Impact (20M5)
Cinéma du samedi: ' l e Rapt de Karen Swenson".
• Frank's Places
Passe-Partout
À plein temps
Odyssée sous-marine de l'équipe Cousteau
Ciné-cinéma: "Porc Royal".
•
Star Trek: The Next Generation.
ABC Family Theatre
Nature Watch
Doctor Who
Conversations
Austin City Limits
Lonesome Pine Specials: The 0'Kanes.
€D Top Jeunesse
MacGyver
Cinema: Tin dernier Adieu".
m
Sneak Previews
Inside Albany
North Country Review The Editors
The McLaughlin Group Bill Moyens
©
L'assiette (17h15)
Le Divan
Le Journal de TFt
Continents tranc.
iza Satlenrva and the Blues
E l Star Trek IV: le Retour sur la terre. (17M0)
• Changement de dernière heurt.
VoiPop
Journal intime
NouveliesTVASports 'URévre au corps"
Lotto 6/49 (22h53)
Lumières
Corps vivant
Dossier justice
Musique Vidéo
Morgan Stewart's Coming Home (ISM5)
Les Secrets du médecin (19M0)
Encore! Vermont ETV at 21
Pulse
Cinè-Ktlon:"LêReptil«".(2ît'5C)
Mémoires du Québec: L'Outaouais
ABC Weekend Report Ware) the Worlds
All-Star Celebration Ihe'88 Vote
Œ) Lawrence Weft Show
Musique Vidéo
Ciné-action: "Le Reptile". (22h20)
LcTé!éjoumal/Sports(21M5)
LeClap(21h35)
Nti Geographic Explorer Movie: "Breathless".
Vitiontario
Letélcjoumal/Sports(21h«)
CTV National News
Impact (20h45)
Nightfinc
Nlghtbeat/ABC News Freedy's Nightmare
Baseball Mondial: les A's d'Oakland vs les Dodgers de Los Angeles
Juste pourrire(19h45)
Polka Dot Doof
CTV National News
Baseball Mondial: les A's ifOakland vs les Dodgers de Los Angeles
Hockey: les Canadiens de Montréal vs les Islanders de New York (IThOO)
00 CoHejeFootbaP (15H30
10:30 CD QD — La Bande animée Oh)
12:00 O O Ci' CD CD —
Mémoires
Frank's Place
CD Ici Montréal
0
HORAIRE REVISE
Regional Contact
Cine-extra: 'laTPoursurte".
tIovfc"AlptoiW\'
The Explorera: A Century of Discovery.
The Sound»!
Le Grand Journal
Adventures of Robin Hood
Survival Special
L'Oeil en coulisses
JaziakW
Musique Video
Concertplus: Elvis '56,
Surl'oreSler
Bttu-nuH
Austin City Limits
Journal TFI
Entrepreneurs Inc.
Musique Vidéo
Stakeout
Dudes
Classe vacances
.esAilesde la justice
m
LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMED115 OCTOBRE 1988
La chronique des arts
Deux événements pour
s'envoyer en l'air...
MARIO
ROY
ROCK
Cerry Boulet :
«...aller chercher
en dedans de soi... »
ompier ou astronaute. Quand j'étais tout
petit, la majorité d e mes compagnons de
P
classe et de jeu rêvaient à l'un ou l autre job.
Moi, j'allais me faire père blanc et missionnaire auprès des p'tits Chinois d'Afrique (on aura
constaté que j'ai changé d'idée depuis). Et il y
avait tout de même quelques tordus pour songer à devenir avocats ou politiciens...
le ne suis pas si âgé mais quand m ê m e : c'était à cette époque encore empreinte de sexisme — époque révolue, il va sans
dire — où les filles, elles, ne pouvaient aspirer à ces nobles
vocations et devaient se contenter d e devenir infirmières ou
institutrices, ou soeurs grises et missionnaires auprès des p'tits
Chinois d'Afrique — les mêmes, ceux dont on obtenait la photographie moyennant rançon.
Il y en a peut-être parmi mes copains qui sont devenus pompiers; un seul Canadien, à ma connaissance, s'est fait astronaute; les Chinois se sont fort bien occupé de leur propre
sort... et nous voilà aujourd'hui dépouillés de nos jeux et de
nos rêves. De ceux-là en tous les cas.
Mais je m'égare.
Ce dont je veux vraiment vous parler, c'est de deux événements simultanés, un peu semblables mais complètement différents (!), qui vont nous gratifier au cours des prochains
jours d'une formidable quantité de rêve sur bobines.
Le premier consiste en la projection, à compter de cette semaine, au cinéma IMAX du Vieux-Port, du film En direct de
l'espace. Il s'agit d'un documentaire largement constitué
d'images tournées par plusieurs membres de l'équipe de 14
astronautes entraînés pour ce travail particulier et ayant fait
partie, en 1984, de l'équipage d e trois des vols de la navette
spatiale américaine.
Vous avez sans doute entendu parler du procédé IMAX:
l'image est consignée sur une pellicule 70mm défilant horizontalement dans un projecteur placé devant un écran de plus
de 21 par 28 mètres couvrant la totalité du c h a m p de vision;
le son provient de six sources distinctes.
Dans le cas précis de ce film de 37 minutes, on comprendra
qu'il s'agit des images les plus saisissantes à avoir été tournées
dans l'espace, complétées par des séquences inédites sur toutes les phases du vol de la navette, du lancement jusqu'à l'atterrissage.
Même si le dernier vol spatial s'est bien déroulé, faisant
oublier un peu la catastrophe d'il y a deux ans, on sait que la
NASA est toujours aux prises avec des problèmes graves et
complexes. Pendant 37 minutes, il sera quand m ê m e bien
agréable de mettre de côté cet inextricable écheveau et de friper, tout simplement, sur ce que ces gens-là nous permettent
malgré tout de voir et de vivre.
Le second événement s'enveloppe autour du plus gigantesque succès commercial de l'histoire du cinéma. Nous parlons
d'E.T., The Extra-Terrestrial, bien sûr. Vous vous souvenez de
la frénésie déclenchée par le truc en 1982: 240 millions de
personnes ont vu le film. Au Canada et aux États-Unis uniquement, le distributeur a encaissé $ 2 2 8 379 000 des propriétaires de salles. En passant, quatre des cinq plus grands succès
cinématographiques de tous les temps en termes de revenus
son t des space operas — ou assimilables à—, l'exception étant
faws. Astronaute ou pompier, le choix est vite fait: The Towering Inferno ne vient qu'en 4 6 position...
Bon. Alors, E.T. sera disponible sur vidéocassette le jeudi,
27 octobre. Les distributeurs, MCA Home Video, en ont fait
fabriquer, semble-t-il, plus de 20 millions d'exemplaires pour
l'Amérique. « )e sais que ça peut paraître incroyable, mais ils
comptent vendre deux millions de vidéocassettes au Canada
seulement », dit Pierre Jourdain, directeur du marketing au
Club International Vidéo, qui a évidemment acheté un nombre sans précédent de vidéocassettes: près de 4 000 à lui seul.
Le fait est qu'un système de vente lui aussi sans précédent a
été mis sur pied: on prend les commandes non seulement
pour les copies neuves (relativement bon marché d'ailleurs, à
moins de $ 3 0 ) , mais aussi pour "les copies de location qui auront circulé pendant 30 ou 50 jours.
Cela s'appelle presser le citron.
Jourdain ajoute: « 11 n'y aura pas de seconde édition d'E.T.
et le film ne sera jamais projeté à la télévision conventionnelle ou à péage, nous assure la maison de distribution ».
Alors, ce sera inutile de téléphoner à la maison...
e
Un tout petit moi sur Richard Séguin, qui donnait son nouveau spectacle, cette semaine,
au Spectrum.
L'opinion
qui prévaut est
que son dernier
microsillon,
J o u r n é e d ' A m é r i q u e , est
moins consistant que le précédent. Double vie. Sur scène,
en tous les cas, rien de cela
n'est évident. Avec l'expérience qu'il a, Séguin a bien saisi
la chimie des planches, la nécessité de transmettre en priorité la somme d'énergie que
contiennent
ses
oeuvres,
quitte à écorcher au passage
les oreilles trop précieuses.
Il s'est adjoint de solides accompagnateurs
— à commencer par la guitariste
Kathleen
Dyson — et il livre un rock
« de racines » qui n 'est pas
sans rapport avec les tableaux
que l'Américain John Cougar Mellencamp peint à l'intention
de ses compatriotes.
Séguin rejoint définitivement
les rangs des deux ou trois
grands magiciens de la scène québécoise.
E3
DBNIS
LAVOIR
éritable figuV
re de proue
du rock québécois,
de mourir d'un cancer, sourit à la
vie après avoir reçu c o m m e « un
coup de massue dans le front », à
l'annonce de son mauvais état de
santé ( une tumeur maligne au côlon). Les textes qu'on lui a donnés, qui collaient le mieux à ses
musiques, se rattachent par la
bande à son épreuve, mais il ne
faut pas y voir autre chose q u ' u n e
coïncidence, précise Boulet.
Pourquoi ne s'est-il pas risqué à
écrire lui-même? « J'ai essayé, repond-il. Je ne me sens pas à la
hauteur. C'est peut-être un manque de confiance. Ce que les autres m'ont pitché, c'est quand
même des affaires que j'ai pensées ». Les autres, ces auteurs qu'a
choisis Boulet, ce sont de grands
noms comme Michel Rivard, Denise Boucher et Plume Latraverse, ainsi qu'un nouveau collaborateur, Jean Hould, plus André
Saint-Denis et Pierre Côté. La sélection a été ardue, Boulet ayant
mis de côté un texte de Lucien
Francoeur.
C'est « une connivence dans le
respect m u t u e l » , qui a présidé au
travail de composition des premières chansons de Gerry Boulet,
ses premières vraies chansons, où
il n'est pas que la voix d'un groupe, et d o n t il a composé la musique en solitaire. «Le choix des
textes a été bien important. Ça ce
rapporte plus à moi». Et le compositeur-interprète n'est pas demeuré soumis à ses auteurs, il a
amené des changements à certains textes, histoires d'arrondir
les coins pour ajuster la musique.
G e r r y B o u l e t , le
plus tenace des
rockeurs québécois avec son group e Offenbach
,
s'est l o n g t e m p s imposé, c o n t r e
vents et marées, comme le pilier
du rock en français au Québec.
C'est sa voix écorchée qui nous
a d o n n é nos plus sublimes hymnes rock. Converti à une carrière
solo, après avoir recomposé son
groupe à maintes reprises, Boulet
nous revient sur disque, avec des
c h a n s o n s aussi c a p t i v a n t e s , le
m ê m e souffle et d e prestigieux
a u t e u r s , m a i s p l u s de g r o u p e
rock.
Il avait déjà réalisé un premier
album solo, voué au blues, maintenant il nous arrive avec une
nouvelle couleur musicale et un
titre d e microsillon tout à fait opposé à l'image de mauvais garç o n s q u e dégageait Offenbach.
Avec Rendez-vous
doux, voilà
d o n c que Gerry Boulet passe au
pop, à une autre gamme d'émotions, avec toujours la même voix,
remarquable.
« J'avais envie de changer de
sonorité », de dire Boulet, particulièrement surpris à l'écoute de
ses musiques une fois arrangées.
« C'était de belles découvertes,
s e u l s les a r r a n g e m e n t s a y a n t ,
« Cé l'fun d'aller chercher des
changé l'orientation de la musi- couleurs différentes chez chaque
que », ajoute-t-il.
auteur », d e délarer Boulet, qui
Le chanteur, qui a eu bien peur nous annonce un retour sur scène
DENIS LAVOIE
« donnée » à Gerry Boulet, comme bien d'autres de ses textes.
Il est donc long et tortueux le
chemin qui a mené Harel à devoir s'imposer comme chanteur,
lui qui a pourtant débuté comme
chansonnier en faisant les premières parties de spectacles de Félix Leclerc, pour se retrouver des
années plus tard au sein d'un
groupe, Offenbach, qu'il a poussé
à faire des chansons « en français ».
• Les groupes Offenbach et Corbeau lui sont redevables de leurs
premiers grands succès. Et pourtant, qui du grand public connaît
Pierre H a r e l ? On reconnaîtra
bientôt son talent, lui qui a souffert de ne pas être reconnu et apprécié pour sa contribution au
rock québécois.
Arrivé à 44 ans, Harel signe son
tout premier microsillon. Tendre
ravageur, se disant « chanceux de
reprendre un métier que j'ai trop
aimé et que je peux faire aujourd'hui sans désir ni anticipation. »
Ce qu'il peut raconter de ses
aventures comme auteur et inspirateur d'Offenbach et Corbeau
aurait de quoi remplir une pleine
page. Pierre Harel a aussi fait sa
marque comme cinéaste, coureur
des bois, réalisateur de vidéclip
( Marjo) et pour Radio-Québec ( 6
mois à Téléservice); comme bûcheron également...
les moyens d'enregistrer une oeuvre durable.
Il ne nourissait pourtant plus
d'espoir, désabusé par les « mesquineries » qu'engendre le succès.
Car en idéaliste qu'il est, il a toujours partagé, et le fait encore, la
c o n t r i b u t a t i o n d e s a u t r e s à la
composition de ses chansons.
Mais après avoir exercé tous ces
métiers et s'être arrache de l'esprit t o u t e idée de revenir au
showbiz, il n'a pu résister à la
tentation d'enregistrer un disque,
à la d e m a n d e insistante de producteurs qui croyaient en son talent et qui ont voulu lui donner
LE T H É Â T R E
Vivant avec une Amérindienne, Pierre Harel a inclus des propos montagnais d a n s ses chansons, comme dans sa reprise de
Faut que je me pousse qu'il avait
DE
QUARTIER
10 r e p r é s e n t a t i o n s
l e a n B a s i l e : Essais. J a c q u e s B e n o i t : Vin. B r u n o B i s s o n :
Appareils stéréo. D a n i e l l e B o n n c a u : Rock. P a s c a l e Bréniel:
Danse, Alain Brunei: Jazz et Nouvelle musique. Jean Duniont:
Galeries d'art. J a c q u e s F o l c h - R i b a s : Littérature française.
Gilbert G r a n d : Roman policier. Francinc G r i m a l d i : Actualité
artistique. P i e r r e H u c t : Bande dessinée. F r a n ç o i s e Kaylcr:
Restaurants. Robert Mailloux: Appareils photo. A n d r é Noél:
Livres pour enfants. Francinc O s b o r n e : Romans en traduction.
Louis-Bernard Robitaillc et René Viau: à Paris. Gilles Toupin:
Poésie.
SUITE À LA PACE E 5
19 AU 29 OCTOBRE
BALZAC
d'après La Peau de chagrin
mise en scène de Téo Spychalski
Journalistes permanents
Collaborateurs réguliers
De retour au Québec, il écrit je
suis un rockeur
( inspiré de
Chuck Berry ) et Le blues me guette, puis tourne un deuxième film,
Vie d'ange. Il se retire ensuite au
fond des bois et finit comme bûcheron pour ouvrir la voie aux lignes de transmissions de la Baie
James à Montréal.
Quelques a n n é e s plus tard,
avec un musicien évincé d'Offenbach, puis un autre, il allait mettre plus de deux ans de travail
pour forger un nouveau groupe
rock. Corbeau. « Je m'ennuyais
de la musique, de la scène. J'étais
fou de ça, c'était un trop grand
plaisir ».
Mais il en faut du temps p o u r
constituer un bon groupe. Au moment d'aboutir, Harel qui cherchait une chanteuse, rencontre
Marjo alors choriste pour François Guy. Il lui offre sa chance de
chanter avec Corbeau, puis il décroche au début d e la vraie carriè-
AVANT PARIS • BRUXELLES • BORDEAUX
Michel G. Tremblay, directeur adjoint de l'Information. Bruno
Dostie, chef de division. R a y m o n d Bernatchez, chef de section
Radio. Télévision et C o m m u n i c a t i o n s . M a r i o R o y , chef de
section Musique. Spectacles et Politiques culturelles. Fleurette
Bélanger cl Nicole St-Gerniain, secrétaires de rédaction.
Pupitre
Cette r e n c o n t r e , c'est p a r le
biais de la réalisation de son premier film, Bulldozer, qu'elle s'est
produite. Et, anecdote curieuse,
le plus fidèle spectateur des premiers spectacles d'Offenbach, à
Saint-Placide, fut un célèbre résident de la place, Gilles Vigneault,
c o m m e le r a c o n t e H a r e l . Vigneault aurait même souhaité
alors que le groupe interprète de
ses chansons.
Harel a composé les premières
tonnes rock françaises d'Offenbach, rappelant qu'il était plus facile de chanter en anglais « parce
que tu peux être plus lousse car
ce n'est ni ta langue, ni tes sentiments ». Harel était fasciné par la
voix noire de Boulet, d o n t il appréciait l'intensité émotionnelle.
Il finit par lui céder sa place pour
interpréter ses c h a n s o n s : Câline
de blues et Faut que j'me pousse.
Il va a b a n d o n n e r le groupe après
le premier disque, au m o m e n t du
tournage, en France, d e Tabarnac.
« Comme lorsque j'ai abandonné comme chansonnier, je n'arrivais plus à m'exprimer, à trouver
un sens à ma vie ». Après cinq ans
avec O f f e n b a c h , Harel laisse
q u a n t i t é d e t e x t e s au g r o u p e .
« Gerry pis moi, on composait
souvent ensemble », rappelle Harel.
LA VEILLEE
Direction et coordination
iean-Claudc Dussault, Michel H o t t e , Gilles P r a t t c .
Québécois savent apprécier des
chansons vraiment québécoises.
« Une confiance plus forte s'est
établie par rapport aux auteurs et
compositeurs. 11 y a maintenant
une place pour les francophones.
Des c h a n g e m e n t s significatifs
sont là, avec les succès obtenus
par les Marjo, Rivard et Lavoie.
On n'est plus à une époque où on
n'écoutait pas les Québécois ». ;
C'est cette remarque, formulée
à la toute fin de la rencontre avec
les représentants du Devoir et de
La Presse, qui illustre le mieux ce
vers quoi s'en va Gerry Boulet,
après s'être accroché tant d'années à la vie du groupe rock, établissant un record de survivance.
Boulet a vraiment tourné la
page sur une époque, a b a n d o n n é
le gros rock pour mettre sa voix
unique, au service de chansons
plus tendres. L'intensité vient aujourd'hui de l'intérieur, c o m m e il
le laisse entendre, plutôt que de
la musique. « Ce disque-là, c'est
un disque d'espérance. All the
way\ », de déclarer Gerry Boulet,
en bête de scène qui n'attend que
l'appel du public pour nous revenir dans une nouvelle peau, libéré du carcan de la vie de groupe.
Pierre Harel: créer une oeuvre durable
L'équipe des pages Arts, Lettres,
Spectacles et Télévision de La Presse
lean Beau noyer: Théâtre. Serge Dussault: Cinéma. Claude
G ingras: Musique. Denis Lavoic: Chanson et Comédie musicale.
D a n i e l Lemay: Radio et Télévision, focclync L e p a g e : Arts
plastiques. R e g i n a l d M a r t e l : L i t t é r a t u r e . Luc P e r r e a u l t :
Cinéma et Vidéo. Alain d e Repentigny: Rock.
en février, au théâtre Saint-Denis,
avec une grosse équipe de musiciens, dont au moins trois cuivres.
C'est seul, sans influence extérieure, contrairement à l'époque
d'Offenbach et du travail d'équipe, que Gerry Boulet a composé
la musique de son récent microsillon. Ce qui amène le chanteur à
croire qu'il a ainsi pu a m e n e r un
autre feeling. Il y a ajouté la voix
de Marjo pour un duo (chansontitre), histoire de se réconcilier
avec celle qui s'est retrouvée avec
d'anciens musiciens d'Offenbach.
« Je suis allé chercher en dedans de moi. C'est pour ça que les
musiques sont différentes. J'ai jamais écrit comme ça. Et je ne savais pas quel son j'adopterais, ni
quels musiciens j'utiliserais. Ce
n'était vraiment pas c o m m e pour
mon premier album solo (Quarante ans de Blues) ».
« Je pense que mon disque va
en surprendre plusieurs. Et ça va
m a r c h e r ! », c l a m e G e r r y . Plus
q u e j a m a i s , le c h a n t e u r q u i a
maintes fois tenté de percer sur le
marché anglophone (au moins
deux albums et des tournées dans
l'Ouest canadien) sent que les
de Leonie OssowsKi (Allemagne) et Loute-Dotnlnlque lavlgne (Québec)
mise en scène de Wolfgang Kolneder (du Grips-Thoatre Berlin)
avec
scénographie de Daniel Casfonguoy
Marie-Derryse Daudelin, Nathalie Dupont, Martin Faucher,
Valérie Gone, Sylvain Hétu, Domlnlc lovollée
produit en collaboration avec
Toute l'intensité, tout le souffle de
Balzac. Un «Balzac» de fièvre, de
démesure. Tout l'homme est dans
cette oeuvre. On l'a aimé, respecté
en mettant en place cet univers
balzacien. Balzac ne mourra
jamais et la Veillée l'a magnifiquement compris.
J Beaunoyer, La Presse
J'ai vu un spectacle:
un must ! Une production
absolument admirable, spectacle
de qualité exceptionnelle.
F Grimaldi. Radio-Canada
Un «Balzac» épuisant mais
ravissant I Tous les comédiens
sont excellents. Spectacle très
bien monté.
C. Montesiuit. Journal da Montréal
le Gooîhe-lmttihtf Montréal
11 ou 23 octobre
mercredi 12 oct: 20h/$ame#:15h et 20h/dimanche.- 15h/matlnéôjscolaires«nsemoine
m
^MAISON-THÉÂTRE
f
Burton laitier
du Canada
255 ONTARIO EST (MÉTRO BERRI)
Hydro-Quebec
qOMTMt
^ W t H ' Ê Â T A E DE LA V E I L L É E , 1371 O N T A R I O E S T Â 20H30 BILLETS 12 S M A R D I S : 8 S INF. 526-6582
LA PRESSE, MONTREAL, SAMED115 OCTOBRE 1 9 8 8
E4
irel. Piaf, Cocteau : Ses grands disparus d'octobre
JEAN-PAUL
SOULIÉ
I y a vingt-cinq
• uns, le 11 octobre, Jean Cocteau
et Edith Piaf disparaissaient. Quinze
ans plus tard, dans
cette méine semaine de la mi-octobre, c'était au tour de lacques
Brel, Il a beaucoup été question
dç Brel, cette semaine, et aussi de
l'iàf. Leurs chansons ont été sur
les ondes, ceux qui les ont connus
ont parlé d'eux, brassé des souvenirs.
, Pour tous les autres, les trois
grands noms résonnent comme
des émotions anciennes, le climat
d'une autre époque, pas oubliée,
mais e n d o r m i e q u e l q u e part.
C'est de J a c q u e s Brcl q u ' i l a
d'abord été question cette semaine. Il est mort le 9 octobre 1978,
d'un cancer du poumon qui lui a
laissé tout le temps de préparer sa
.sortie. « N e m'oubliez pas trop
vite», avait-il demandé. Son voeu
a été exhaussé.
Sa carrière, commencée dans
'. les 'années 50, aura été brève.
Vanl d'interprètes ont toutefois
repris ses chansons qu'il a l'air de
se survivre, â travers les David
Howie, loan Baez, Nina Simone
'ei, ici, Danielle Odcrra. Toujours
là, l'émotion. Dimanche dernier,
quand elle a appris par la radio
que c'était l'anniversaire de la
ïnôrt de Brel, qu'elle aime toujours autant qu'il y a dix ans, ma
chum s'est souvenu que dix ans
iivynt, jour pour jour, elle avait
. pleuré.
Brel, au début des années 50,
c'était ce jeune Belge qui avait lâché une job d ' i n g é n i e u r dans
l'usine de boites de carton de
papa pour aller pousser la chansonnette ù Paris. Ma mère trouvait que c'était là un exemple
épouvantable, et ses amies étaient
bien d'accord.
l'aimais
beaucoup
Les
Bourgeois, et peut-être plus encore Quand on n'a que l'iunour.
Brassens était déjà très connu,
mais même à cette époque, plusieurs de ses chansons étaient
interdites d'ondes. C'est longtemps iiprès que j'ai su que les
deux chanteurs-poètes étaient de
grands copains.
; Quand il est venu à Montréal
pour la premiere fois, c'était en
.1958, et Phil Laframboise, l'historien, la Bible québécoise des variétés, se souvient de son passage
;a l'émission Music Hull de Radio
Canada, animée par Michelle Tisiseyré. Par la suite Brel est revenu
souvent ici, pour chanter ou pour
Voir îles amis. Mais son souvenir
est plus vivace encore en Belgique
que partout ailleurs. Le plat pays
qui était le sien a pardonné ses incartades au fils révolté. Une Fondation internationale JacqucsBrcl a été formée par sa fille France; un disque a été tiré à 100 0 0 0
e x e m p l a i r e s et les m u r s d e
Bruxelles sont couverts des affiches d'une campagne contre le
cancer lancée par la Fondation.
Edith Piaf a elle aussi hanté les
ondes cette semaine. Sa gloire a
survécu ses vingt-cinq dernières
années, et les tentatives de comparaisons avec de nouvelles vedettes ont toujours pris des allures de pales contrefaçons. Mireille Mathieu a connu le succès, sans
parvenir à faire oublier /a Môme.
Son air de couventinc sage ne
pouvait remplacer la minuscule
silhouette maigrichonne, dans
son éternelle petite robe noire, le
visage blanc, les yeux rehausses
de sourcils au crayon et l'immense bouche hurlant la passion.
C'est encore Phil Laframboise
qui m'a rappelé que la dernière
fois que j'ai vu Edith Piaf en scène, c'était en 1958, au Casino BellevUC, un ancien club très vaste,
au coin d'Ontario et de Bleury.
Tout le monde la savait très malade. La salle était archicomble, et
quand elle a chanté La foule, les
papiers-mouchoirs ont beaucoup
servi.
Peu de chanteuses auront eu
une carrière aussi étrange. Partie
du trottoir — ses parents étaient
ce qu'on appellerait aujourd'hui
des «itinérants» vaguement artiste — clic avait aterri dans un bordel avant de connaître le succès
iiu music hall. Après la guerre de
1939-1945, elle avait c o n q u i s
l'Amérique, venant présenter ici
les Compagnons de la Chanson
en septembre 1948, au Monument National.
Pendant longtemps le public
petit bourgeois de la francophonie avait boudé cette chanteuse
qualifiée à l'époque de « réaliste»,
e x p r e s s i o n q u i é v o q u a i t des
moeurs douteuses. Son immense
talent, la passion qui l'a animée
jusqu'à ses derniers tour de piste
l'avaient fait passer très haut au
dessus de ces réticences.
Des compositeurs aussi réputes
que Aznavour, Dumont, Moustaki, des chanteurs comme Eddie
Constantinc. Gilbert Bécaud, lui
doivent énormément. Elle avait
un flair extraordinaire pour découvrir les grandes chansons.
Souffrant affreusement d'arthrite, elle se droguait et buvait
beaucoup. Il y a vingt-cinq ans, il
n'était pas beaucoup question de
ces choses, sinon à mots couverts.
Après les |eux O l y m p i q u e s de
Séoul et avec la banalisation de la
drogue, plus personne n'ignore
ces choses. Mais pour Phil Laframboise. lidith était avant tout
les Nouvelles
Variétés lyriques
Direction artistique Bruno Lapliinte
et Ultramar
présentent
UNE NUIT
À VENISE
une mystique qui priait beaucoup
et qui souffrait le martyre.
Elle a fait du cinéma avec )ean
Renoir et avec Sacha Guitry, et
ses amours avec le champion de
boxe Marcel Cerdan, mort dans
l'écrasement de son avion alors
qu'il allait la rejoindre à New
York ont été racontées dans le
film de Lelouch Ldith et Marcel.
Jean C o c t e a u
Le même jour qu'Edith Piaf,
quelques heures seulement après
elle, mourrait son ami lean Cocteau. Né en 1889. lean Cocteau a
louché a tout et génialement
c o m m e il a été dit souvent. Merveilleux acrobate de la langue,
poète, romancier, il sera aussi scénariste, metteur en scène, dramaturge. , dessinateur et peintre. Il
se voulait «le Paganini du violon
d'Ingres», et on citera éternellement de lui cette réplique: «S'il y
avait le feu chez vous, quel est
l'objet que vous emporteriez? - Le
feu. »
Cocteau n'était pas né dans la
rue comme son amie Edith Piaf,
mais dans une famille bourgeoise.
Son père se suicide, sa mère est
tyrannique. Il fait de la poésie, et
admire Anna de Noailles. C'est la
vie des salons, et le début de sa
carrière artistique tous azimuths.
En 191b , c'est «Parade», musique d'Lric Satie, décors de Picasso et arguments de Cocteau. Il
rencontre Raymond Radiguet - Le
diable au corps - qui meurt en
1923. Cocteau se drogue. Lui aussi.
Theatre, films - Orphée, le Testament d'Orphée, La Belle et la
Bête - romans, Cocteau défend
Jean Genet, «grand poète et mauvais voleur», et règne sur Paris et
sur le monde de l'art, Prince magnifique. «L'enchanteur», 20 ans
après sa mort, reçoit ce qu'il appellait lui-même « u n e raclée
d'honneurs». Pas grand chose
pour le vingt-cinquième anniversaire, à part la présentation de sa
pièce Bacchus par son fidèle
« a m i » lean Marais, et la publication par «leannot» de ses lettres
— 667 en tout —. ce qui donne
une idée de la chaleur de leurs relations.
lean Cocteau, anticonformiste
né. avait pourtant été reçu à
l'Académie Française. Il en avait
profité pour se faire faire une
epée hautement fantaisiste et artistique, chez son ami le joaillier
Cartier, et pour prononcer le discours d'entrée le plus irrévérencieux qui ait jamais été entendu
sous la Coupole. Sa voix, d'un métal clair, monte encore pour trai
ter ses collègues immortels de «si
rênes a queues vertes.»
MICHEL FORGET • GISÈLE DUFOUR
LA n U V W O K CC M C M I U l
Opéra comique (le Johann Strauss
HENRI CHASSÉ • CHRISTINE SÉGUIN
ANTOINE DURAND • VIOLETTE CHAUVEAU
PAUL CAGELET • CHARLES MAHER
Du 7 au 22 octobre 1988
EN GRANDE TOURNEE
AVEC U l t r a m a r
=
NOVEMBRE
3 QUÉBEC
4 QUÉBEC
5 QUÉBEC
19 GRANBY
23 SHERBROOKE
24 SHERBROOKE
ILLE 25 LAVAL
18 MONTMAGNY
26 LAVAL
19 THÉÂTRE
30 BELOEIL
au ARLEQUIN
nÉnnumM
23 THÉÂTRE
ARLEQUIN
2 SOREL
25 OTTAWA
3 JULIETTE
28 RIVIÈRE DU LOUP 8 ST-JEAN
29 RIMOUSKI
10 TROIS-RIVIÈRES
30 EDMUNTON
DECEMBRE
THÉÂTRE
A l l l
J9ÉJBCA-K>MJKVJ I
EtfMI
M
l^Ê
AI I OQ O P T O R R C
\\j M U éLÔ U U I U D I I L
1004est.Ste-Catherine288-4261 -i n
en venle au guichet de l'Arlequin
et dans tcus les comptoirs Ticketron.
I
LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMED115 OCTOBRE 1988
Pierre Harel, après
Offenbach et Corbeau
SUITE DE LA PACE E 3
rc du groupe, pour aller vivre en
forêt de chasse et de pêche.
Et c'est lors du tournage d'un
vidéoclip de Marjo qu'on l'incite
à Taire son disque, dont la chanson-titre était faite depuis une
quinzaine d'années sur maquette.
Pour bien faire, on est allé chercher un réalisateur de talent, Michel Lachance, qui a fait les suc-
E5
cès d'Harmonium et Beau Dommage, et Harel s'est entouré de
vieux complices: Wézo et Donald
Hince. Se sont ajoutés deux musiciens de talent: Scott Price et
Claude Arsenault.
Pierre Harel reprendra du service sur scène en février 1989 au
Club Soda, nous réservant sans
doute son interprétation de chansons qu'il a données à nos deux
plus fameux groupes rock québécois. Il a aussi bien des chansons
inédites, car il n'a jamais cessé
d'écrire. Déjà, il annonce que son
prochain microsillon sera plus intellectuel et sophistiqué.
Àr\ THEATRE DU RIDEAU VERT
/ hS
\l#
40ème
ANNIVERSAIRE
DIRECTION
YVETTE BRINp'AMQUfl - MERCEDES PALQMINq
Les Fausses
Confidences
Mise en scène:
UNE CARRIERE
ou
L'AMOUR À VIE
1
m'Mmt_'
;
Charlotte
Boisjoli
,
_a
écrit et interprété par
LUC MELOCHE
mise en scène
SERGE OLIVIER
JUSQU'AU 29 OCTOBRE, 20 H 30
MATINÉE DEMAIN, 14 H
THÉÂTRE DE L'ESKABEL
Louise Marleau • Luc Durand
Gisèle Schmidt • Robert Toupin
Marc Labrèche • Sylvie Malo • Julien Genay
Pierre Germain • Marie-Eve Doré
1 2 3 7 , rue S a n g u i n e !
Rés.: 8 4 9 - 7 1 6 4
OÊCOR
ANDRÉ HÊNAULT
COSTUMES
Mai .iu vç.v 20 h
.Dim t s h
4 6 6 4 , rue S l - D e n l i
Mitro Laurier, sortie
FRANÇOIS BARBEAU
GiliO'O
ECLAIRAGES
ANDRÉ NAUO
Réservations d e 12h a 1 9 h
844-1793
Les Productions 0NDINN0K inc. présentent
CENTRE SAIDYE BRONFMAN
présente
'Tout a lait genial.. Sans doute un dos spectacles qui ravive i irtoe que la vio est mise en
valeur lorsquo recréée sur see no »
— Davar
Le Boker
Mime
Théâtre
d'Israël
Réservations téléphoniques
514 8 4 2 2 1 1 2 Froi$ do service
Rutfovuncu dif 1 S
sur
..: billot de plus de 7$.
Voyage au pays des morts
de Yves Sioui Durand
DISTRIBUTION:
le 16 octobre à 20 h.
A
COMPTER
DU
20 OCTOBRE
88
Atelier s p é c i a l offert pour e n f a n t s et
a d o l e s c e n t s : dim., 14 h
D E
Billots:
Montréal
Margo Kane
CrtwiBlacktout-Vancouver
Véronique Régis
Montagnaise Maliotenam
Annie Rouleau
L'auditorium Grover, Y M - Y W H A
Succursale Snowdon
5500, avenue Westbury
3% M A R I A G E
DE ^ Î G A R O
Catherine J o n c a s
739-2301
Montréal
Centre Saidye Bronfman,
Y M - Y W H A e t N H S d e Montréal
5170, chemin Cote-Sainte-Catherine
Annette Vincent
Wendat Wendake
Marco Bacon
/Worifacvia/i-Bersimis • .
J o h n Blondin
B E A U M A R C H A I S
DeneFon
Joe
Franklin
Deer
/Wo/iaiv/c-Kahnawake
une production de
La Nouvelle
Compagnie théâtrale
Denis Lacroix
RESERVATIONS
(514) 253-8974
Crée-Toronto
Yves Sioui Durand
(Irais de service
sur carte de crédit)
Mise en scène
JEAN-LUC BASTIEN
Wendat-Montréal
Assistez à une
représentation en
soirée et courez la
chance de gagner
deux billets d'avion
pour Amsterdam
avec
avec
N O O V N AHO
MARKITA BOIES
LOUISE T U R C O T
ROBERT LALONDE
CATHERINE BEGIN
EDGAR FRUITIER
MISE EN SCENE:
Yves Sioui Durand
Alejandro Moran
Canadien
Du 26 octobre au 6 novembre à 2 0 h
e( plusieurs
autres comédiens
r
t
Relâche lundi et mardi
Salle Alfred-Laliberté
N
S C È N E
D E P U I S
25 A N S
Université du Québec à Montréal
Billet en vente au comptoir Ticketron
Réservations:
282-3456
j — ENFIN À MONTRÉAL!
ACCLAMÉ DE TOUS, TANT À BROADWAY QU'À EASTMAN
Même production qu'au Théâtre de Marjolaine
Lfc
I
J M 0
,,
NUNSENSE
•éîemusicaleen tançais d après
n
a n r è s
o
théâtre d e n i s e - p e l l e t i e r
NATHALIE GAD0UAS
SUZANNE GARCEAU
MICHELLE LAB0NTÉ
MONIQUE RICHARD
JUNEWALLACK
NE M A N Q U E Z PAS DE V O U S A B O N N E R DES M A I N T E N A N T
PROCHAINS
SPECTACLES:
A M O U R S PASSIBLES
D ' A M E N D E
D E G E O R G E F. W A L K E R
C ' É T A I T A V A N T
L A
G U E R R E
À
L ' A N
S- E
À
G I L L E S
DE MARIE LABLRGE
A B O N N E Z - V O U S E N C O M P O S A N T LE (514) 2 5 3 - 8 9 7 4
H
Mise en scène : A N D R É M O N T M O R E N C Y
Décor-. M I C H E L D E M E R S
Costumes : D A L I A C H A U V E A U
Musique : F R A N Ç O I S S A S S E V I L L E
Cboirtvnphies : PIERRE P A U L S A V O I E
Éclaimavs : M I C H E L B E A U L I E U
Accessoires : C L A U D E R O B E R G E
Ditvction de scène : A L L A I N ROY
G
o
g
g
m
Traduction et adaptation: Serge Grenier
Mise en scène: Raymond Cloutier
Chorégraphie. Dominique Giraldeau
Direction musicale: Céline Prévost
Décor: Sylvie Lacerte
Éclairages: Guy Simard
THÉÂTRE L E MONT-ROYAL
f)?10 Duïocher. Oiiiremunt
* (au coin de Foirmounl)
semaine: IBS 15$ riu ago d'or)
IOJ
|tî ans a l moln>| tam. 2 0 $
73
QâSc«ft»
ou
*
20 SEPTEMBRE AU 22 OCTOBRE
mardi au vondrodi 20M00
samedi 18h00 et 21M00
Billets disponibles
Un divertissement toi.... mie réussite complete.
J Br-iu'lUïSt Ijf'rr'.sr
*
\
.
. . . .
,
~'
5 excellentes comédiennes! Un spectacle que je vous recommande.
I.GP:'.II!
*•
" " '
a
MALADE
GINAIRE
RÉSERVATIONS: 591-5774
O'KEEFE
n
3V6C
4353, Ste-Catherine Est Mtl
À N O T R E 2 5 ' S A I S O N ! NOS
a
Comploiri lickotron, Rons.: 788-3651
achol carte de credit, telèlron: 288-2575
*
Aiolïtre
A V E C R A Y M O N D B O U C H A R D D A N S L E RÔLE TITRE
ET D A N I E L BRIÈRE, M A R T I N D R A I N V I L L E , S Y L V I E FERLATTE, L U C G U E R I N \
M I C H E L LAPERRIERE, M A R I E - C H R I S T I N E PERREAULT, PIERRETTE ROB1TAILLE,
JEAN-LOUIS ROUX, M A R C E L SABOURIN, FRANÇOIS SASSEVILLE
jusqu'au
29 octobre
Mardi au ivtidtrdi : 20 b
Samedi : 16 h et 21 h
Billets en rente dès maintenant
Tljcàtrc
du Nouveau
Monde
84, nu- Ste-Catherine ouest
Métro 1 lacc-des-A tts
Réservations: 861-0563
,
i
Excellente mise en scène. Très 1res beau spectacle: Magnilique... Super... Hyper...!
Hydro-Québec
E6
LA PRESSE, M O N T R E A L , S A M E D 1 1 5 O C T O B R E 1988
ARTS PLASTIQUES
Au Musée des beaux-arts du Canada
Ivan Eyre :
Le grand peintre des Prairies
-—»-—
• •• • •
JOCELVNE
LEPAGE
1
".4
J P # * 5 fa "
» 1 % AÊÏÎ
V
ous ne le
connaissez
probablement pas.
Pourtant, c'est lui
qui a l'honneur de
remplacer Edgur
Degas dans les magnifiques salles d u
Musée des beaux-arts du C a n a d a
réservées aux expositions temporaires. Pas un m i n c e h o n n e u r
pour Ivan Eyre, 53 ans, né à T u l lymet, Saskatchewan, et installé
aujourd'hui à Winnipeg. Manitoba.
Si • * r ? ; . €
'. iff
m m» * m -on
m f ' *\*%m m
• H
-
*r-'
, Jt **K
J
i
,.
i «
Hi
s a a s « . v î » . "»a« aras m
mi*
\„:m m m
as aft tm i .... ? m m. tu:
ms
f o i as « H nu
«8 fig:var ••. » H M l as
tSS» 5«W «FBjag* nai
Wf
agi
m -m sss
m m
9M KM
W
i»
»
M
1**1 fesi
* * «î-
a* '
L « sas
jtfo fis*
lais
C o n s i d é r é par certains c r i t i ques comme le plus grand peintre
îles Prairies, Ivan Eyre a droit à
une rétrospective généreuse —
plus de 90 tableaux de 1957 à
1988 — et bénéficie d'un « m o mentum» extraordinaire. Le nouveau inusée de Moshe Safdie continue en effet d'attirer une foule
nombreuse (735639 visiteurs depuis son ouverture en mai et une
moyenne de 15429 personnes par
semaine depuis le départ de D e gas) que le nom d'Ivan Eyre n'aurait probablement pas suffi à faire venir à l'ancienne Galerie nationale.
- ci*'; i
Ffl/'-îfe DBS
Tant mieux pour lui car ces
nombreux visiteurs, qu'ils soient
ou non séduits par son étrange
peinture, ne risquent guère de
l'oublier. Ivan Eyre ne laisse personne indifférent.
1
L'exposition, organisée par la
Winnipeg Art Gallery, met en effet l'accent sur un aspect de l'oeuvre du peintre que le conservateur r e s p o n s a b l e , T e r r e n c e
Heath, appelle les ^mythologies
Flight Path, un tableau de 1987
18,19 octobre.
LHS C O N C E R T S
M.ir M tu, 20h00
Son travail, qui dans les premières années fait penser à lu
peinture néoexpressionniste, se
transforme plus tard en quelque
chose qui évoque, pour les amateurs de B . D . . le momie apocalyptique d'Enki Bilal dans La foire
aux immortels,
par exemple.
personnelles» d ' I v a n E y r e . « J e
considère mes toiles c o m m e
d'autres moi-mêmes, dit M . Eyre
(cité dans le catalogue) — ils sont
rédigés clans ma langue pour dire
ce que je pense.»- Il dit oussi: «Le
véritable problème de l'urt est
d'ordre o n t o l o g i q u e . . . l ' a r t i s t e
veut faire venir Quelque chose au
monde.»
4
1
Et le monde 4ue fait naitre le
peintre des Prairies, monde apparemment facile a saisir parce que
les images, souvent de facture naturaliste, sont rapidement reconnaissables, ne cesse de nous
é c h a p p e r , de g l i s s e r ^ n t r e les
sens, nombreux et contradictoires. Il conserve son mystère. U n
mystère qui agit, qui trouble, qui
inquiète.
En parcourant les toiles, le visit e u r r e m a r q u e r a q u e d e s éléments, des motifs, des thèmes reviennent souvent, parfois même
depuis les tout débuts. C o m m e
ces hommes, un peu guerriers,
montés sur des chevaux à roulettes qui n'ont guère tic chance
d'avancer. O u ces barbus, qui se
17 octobre
CONCERTS
1
ret*
fois »
YEVGENY SVETLÀNOV. chef
ORCHESTRE SYMPHONIQUE
NATIONAL DE L'URSS
Il IIAIKOVSKY: I J icnipcu:. fuiaisie op. I h
SVETLANOV: kjpmlie nu i pour orchestre
KACHMANINOV: Symphonie no 1 en té mineur, op. 13
Commanditaires:
le 18, Banque Canadienne Impériale de Commerce
lu 19. Digital Equipment du Canada liée.
Billets. 33S. 24$, I8S017S
cffc
Sallo Wilfrid-Pollotier
Race des A r t s
E 5 H
Hecorvalions teiépnoniqjes
à 14 042 2112 Frais do sorvic».
R M s v a r u o fle 1 $ Km loui billet d e plou 00 rs
ORCHESTRE SYMPHONIQUE
DE MONTREAL CHAR LES DUTOIT
«Beaucoup de gens pensent en
quelque sorte qu'on fait de l'abstraction en mettant m o i n s de
choses, et que moins devient plus,
dit Ivan Eyre (toujours cité dans
le catalogue). Et tout le monde
croit peut-être qu'une peinture
abstraite est un tableau où on ne
reconnaît rien de familier. Les
oeuvres de ce genre ont été appelées abstraites ou modernes, et
depuis on les confond avec l'abstraction en tant que cheminement intellectuel alors qu'en fait,
toute peinture est abstraction,
mais à des degrés différents, et
cela, que l'image soit reconnaissable ou non.»
Le monde d'Ivan Eyre est une
peinture à découvrir, et sa peinture, un monde complexe, ambigu,
qui ne pourra jamais être complètement déchiffré. M a i s l'expérience vaut la peine d'être tentée,
au Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa, jusqu'au 20 novembre.
RESTAURANT
PRÉSENTE
en S O U P E R - S P E C T A C L E
MONIQUE
LEYRAC
Won
les 20,21 et 23 octobre 1988
en collaboration avec
Billets: 35$, 25$, 18$ et 3$
Si disponibles. 10O billats seront vendus a
6 Sû$ une heurt: <tvant le concert
S. dBpOWibtBl, I W WatH seront vendu:,
j 6 56S WM hi>ui4! -*v*nt if conci'ff
Mais il y a aussi, toujours dans
ces mêmes toiles, des plans qui
basculent, des feuilles de papier
qui portent des dessins o u des découpes dans lesquels on reconnaît
des m o t i f s a p p a r t e n a n t au tableau ou à d'autres tableaux précédents, des boites vides, ouvertes, dont la face est un paysage, et
d'autres détails évoquant un atelier d'artiste à l'avant-plan, pots
de peinture souillés, chaises éclaboussées, tasses de café. O u encore des formes abstraites flottant
sur des paysages réalisés au petit
point. En fait, Ivan Eyre ne nous
permet pas de nous évader du tableau, il nous y ramène sans cesse
comme s'il tenait à nous dire in-
lassablement: ne vous y trompe/
pas, ceci n'est pas une histoire,
c'est un tableau.
§rayère
LES
CHARLES DlTOIT.ciid
DAVID GOLL'B , piano
MARK KAPLAN viotai
COLIN CARR violoncelle
ressemblent, et qui sont en quelque sorte des représentations de
l'artiste, des autoportraits. O u encore ces gens, surtout des hommes, portant des masques ou des
casques ressemblant à des bandages ou des pansements. O u ces
petites foules, hommes masqués,
femmes nues, se livrant à de curieuses fêtes d a n s d e g r a n d s
champs de blé.
U
Lun. 20h00
G a l a
BEETHOVEN: Triple Concerto
CHOSTAKOVITCH: Symphonie no J. Unii.grjd
Birdmen, une' Oeuvre de 1 9 8 1 .
Salle Wilfrid-Polletier
Placodes Arts
i
f
nt'M*rvdtron& léiephrxMQUtfî»: V.
i>14S422112 Frais de servie*!.
OwJyvancft do 1 $ sur lout biltaljjfip'u:» de 7$.
ORCHESTRE SYMPHONIQUE
DE MONTREAL CHARLI-S DUTQÏI
La Caisse Populaire Châteauguay
Lucien Bergevin
directeur général
Les deux: 5 0 $ taxe et service compris
Souper 18 h 30
Spectacle 21 h 00
30, boul. d'Anjou, Châteauguay RÉSERVATION: 691-2012
LIQUIDATION
On fête
en citrouilles!
Dans l'affaire
de:
DIAPASON MUSIQUE I N C .
Entreprise de vente et de location d'instruments de musique.
Relocalisée pour fins de liquidation totale suite à la prise de
possession par une banque à chartre.
INSTRUMENTS DE MUSIQUE
NEUFS et D'OCCASION
er
Ou 14 octobre su 1 novembre, le Jardin
botanique
vous invite au render-vous le
plus abracadabrant de la saison. Un décor
extraordinaire
pour une Halloween
inoubliable'.
Concours
de
citrouilles,
labiés en fleurs,
sorcières
en folie,
ballons
en fête
... tout pour éblouir
enfants,
parents,
grandsparents. Et c'est
gratuit de 18 h à
20h...
Venezvousen!
En métro, en auto, en
citrouille
DE TOUTES MARQUES
40%
à70%
ESCOMPTE
Sur toute la marchandise
Inventaire approx.: $ 2 3 0 0 0 0
PIANOS: Droits - Automatiques - Électroniques - Électriques
CLAVIERS ÉLECTRONIQUES / ORGUES / GUITARES:
Acoustiques-Électriques - Basses / BANJOS / VIOLONS:
V* - Vz - % - *A / SYST. SON: Ampli, et colonnes / PERCUSSION: Conga-Snare-Tamtam-Base Drum/CUIVRE: Trombones-Trompettes-Sourdines / MANDOLINES / ACCORDÉONS: Pianos-Musettes / FLÛTES: B e c / A l t o & SopranoTraversière-Baroque-Depau-/HARMONICAS/Etc.
QUANTITÉ D'ACCESSOIRES E T MUSIQUE EN FEUILLE:
Étuis - Lutrins - Micros - Cordes - Sourdines - Raccords - Pics Pé-dales-Anches-Produits d'entretien-pièces de réparation,
etc.
LIEU: 7553, rue St-Hubert
Ouvert: Heures rég. de magasin - jusqu'à écoulement complet
sous la direction de:
Jardin
botanique
FOUHNIEB
f~>
Ville de M o n t r é a l
Service d e s loisirs et
du développement c o m m u n a u t a i r e
666-1251
ENCANTÏUAâ • tvAlUtATtJft • L i û U i û A T t U ' l
*UCtlO**Ctriî, • AP^RAfSE'û • USUOATOMt
2360 *-" ! M*S<.DN LAVAI. ÛU£ H7F 4P?
:
R e n s e i g n e m e n t s : 872-1400'
kS2J Rie-ix
LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMED115 OCTOBRE 1988
EN RAPPEL
ISABELLE
MAYEREAU
Colloque/Congrès
«MÉMOIRE E T IMAGES»
Jeudi
27 octobre
21 h, 17,50$
Département de théâtre de l'U.Q.A.M.
Pavillon Saint-Timothée
Du vendredi 21 octobre 1988
au dimanche 23 octobre 1988
1
ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DES PROFESSEURS D'ART DRAMATIQUE
i$iSS£ji&^$: -SS---^
gî&^rT^
Renseignements:
-
Franclne Chaîné: (514) 521-0889
André Maréchal: (514) 282-8441 — (514) 842-1320
3 | ( si,.Colt»rin« O.
j
mins AU SPICIIUM n TICKHION
E7
|
il U DEVERSOIR
LE THEATRE DU CAFÉ DE LA PLACE
présente
m mm
d ANDRÉ RICARD
mise en scèneJean-Louis Roux
avec Dominique Briand,Carole Chaîel, Julie Vincent
aU
fêvjr-co^P°.
So
scénographie Guy Nei>eu • éclairages Michel Beaulieu
presse
• trame sonore Richard
Soly
VENDREDI 4 NOVEMBRE 20:00
SAMEDI 5 : N O V E M è R E 2 0 : 0 0 ' - : ^
V
UNE PRODUCTION SPECDIGliNC.
UNE PRÉSENTATION
r-KAr* 7 ^ KÀMHO C I T E
u m i w » K w m n . îîïitHiîîî WUff"
'
•!•• "i
BILLETS £N VENTE À LA PLACE DES ARTS ET À TOUS LES COMPTOIRS TICKETR0N
I
cPo
Salle Wilfrid-Pelletier
Place d e s A r t s
Reservations téléphoniques
5 1 4
8 4 2
2 1 1 2
F,;
"
:i 1,0
SL
"
rvlcu
Redevance de 1 $
sur tout billet do plus d e
7!
Ses
S E M f t ^
Du 7 septembre au 22 octobre 1988
é b
Théâtre du Café
de la Place
Place des A r t s
Réservations téléphoniques:
514 842-2112. Frais de service.
Redevance de 1$
sur tout billet de plus de 7$.
Du mardi au samedi: 20h
mardi, mercredi, jeudi: 12S
vendredi, samedi: 14$
Une production
de la Société
de la Place des Arts
de Montréal
***
APRÈS L'IMMENSE SUCCES REMPORTÉ AU SPECTRUM
ELLE NOUS REVIENT
•JOHANNE
BLQUIN>
LEnseinble national de folklore
Les Sortilèges
23
e
SAISON
«Rythmes, couleurs
et sortilèges»
Artistes
invités
• Viviana Basanta-Hernandez • Ruben Flores
• Gerardo Islas • Rene Cardoza
wm
Danseurs-étoiles du célèbre
Ballet Folklorico d e Mexico
8 et 9 novembre 1988
20 h
m m
^
AU THÉÂTRE MAIS0NNEUVE DE LA PLACE DES ARTS
les 10 et 11 novembre
FÉLIX '88 - EN NOMINATION DANS LES CATÉGORIES
? - c e l a participation du Ministère des Affaires culturelles et du Conseil d e s
Arts de la Communauté Urbaine de Montréal.
24$
- 20$
- 16$
- 12S
IBERIAM*
Théâtre M a i s o n n e u v e Place des Arts
^
transport
c a n a d a inc.
R e s e r v a t i o n s téléphoniques :
5 1 4 8 4 2 2 1 1 2 . Frais d e s e r v i c e .
Redevancede 1$
sur t o u t billet'de plus d e 7 S.
• Microsillon de l'année populaire
• Interprète féminine de l'année
• Premier album
• Découverte de l'année
Billets en vente au guichet de la Place des Arts et à tous les comptoirs Ticketron. Prix: $25. S20. S15
G U Y CLOUTBER
E£E!.9"ÏJ
• *•••*!*!•* jsflj"^^
r
i
CKAC73
LA
iWt*
STATION Dt MONTOAL
fl ' Théâtre M aisonrmuve
QTD Placodes Atts
* M 842 3112 l •...*,
v.-••
J
E8
LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMED115 OCTOBRE 1988
«Paris-Match» québécois: Martine St-Clair en vedette
A I AIN D E HBPBNTIGNV
du premier numéro de l'édition
québécoise du magazine français
Paris-Match. La chanteuse québé• Une photo couleur de Martine coise est, on le sait, l'une des tètes
St-Clair orne la page frontispice d'affiche de l'opéra rock Starma-
nia qui connaît un énorme succès
au Théâtre de Paris depuis quelques semaines.
Ce reportage sur Martine StClair, signé René Viau, n'apparaît
pas dans l'édition française de Paris-Match . Pas plus d'ailleurs
qu'un urticle sur Mila Mulroney,
Lucille Broadbent et Geills Turner ou une interview de Robert
EN COLLABORATION AVEC
@
FESTIVAL MONDIAL
DU DING ET D O N G
AVIS
AUX DÉTENTEURS
DE BILLETS DES
5 SPECTACLES REPORTÉS!
REPORTÉAU
JEUDI,-
La page-couverture du premier • Paris-Match» québécois
REPORTÉ AU
REPORTÉ AU
REPORTÉ
DHvAANCHE
MI
mpomt AU
OCTOBRE: 5 au 9 • 12 au 16 • 19 au 21
NOVEMBRE:2au6 • SaulZ • Z3au30
DÉCEMBRE: 1 au 7 •
THEATRE S T D E N I S
EN VENTE PRESENTEMENT
I5tt» RUEST DENIS tiBERRI RENSEICNfMENIS R4V iJU
BIUFTS EN VENTE AU THEATRE ST OtNIS I 2 H A 2 I H ET AUX C O M P T O I R S ( g l t t M T N U t '
(§)Tti£-Twir»'ACHATS I'AR CARTE DE CREDIT .'BH J'SH
Bourassa signée )ean-Luc Duguay. C'est l'édition française,
distribuée dans toute la francophonie à l'exception de la Belgique et la Suisse, que l'on retrouvait dans les kiosques à journaux
du Québec avant cette semaine.
Aux éditions Télémédia, qui se
sont associées à Paris-Match pour
cette expérience pilote d'un an,
on explique que les articles principaux de l'édition québécoise ne
différeront pas toujours de ceux
de l'édition française. Mais outre
quelques articles ou nouvelles
brèves, le lecteur d'ici retrouvera
dans son Paris-Match l'essentiel
de ce qu'offre l'édition française.
Pour les articles spécifiquement destinés aux Québécois,
c'est le bureau de Montréal qui
est responsable du travail de ré-
daction : assignation des journalistes, commandes de photos... La
première maquette est faite chez,
nous et envoyée en France où
sont exécutés le travail de photocomposition et la maquette finale.
Cette première édition québécoise du Puris-Match contient
également quelques coquilles
amusantes. Ainsi, il est question
de Luc Flàmondon et de Marlt'
Tito dont ort ignorait les origines
yougoslaves. De plus», on seru
étonné de lire les noms de L. Frulla-Hébert et F. Delartey sous une
photo réunissant Gerry Boulet et
Anne Sylvestre..,
COURS DE RADIO
COLLEGE DE FORMATION EN
TELEVISION et RADIO C.F.T.R.
(fondé par Henri Saint-Georges) "•>
Contenu: animation, information, publicité.,
diction, narration, mise en ondes, démo.
Tél.: 843-4321 !
suite 336.
H3A 1RS
1500, rue Stanley,
Montréal, Québec
'
Penrii» du minijtêfe de l'Éducation T4997E
Le Grand Cirque de chine
est en supplémentaire
à l'aréna Maurice-Richard
jusqu'au dimanche
^ 23 Octobre!
ORCHESTRE DE CHAMBRE McGILL
Chef d'orchestre: ALEXANDER BROTT
en collaboration avec
Les concours de Musique
du Canada
ENTREE
GRATUITE
ÈÊÊÊÊÊÊÊÊÈ^
VIVALDI, concerto pour violoncelle
Soliste: CLAUDIO BAVARIERA,
Gagnant du concours d'Argentine
Corclll — Rossini Bruch — Bartok
Avec l'aide financiers du
"Music Performance Trust Funds".
LUNDI SOIR, 17 OCTOBRE, 2 0 h 3 0
CATHÉDRALE CHRIST CHURCH
(Rue Ste-Catherine angle Union)
Société de musique contemporaine du Québec
Waller l l m i i t i ' . m . directeur artistique
y BBC
Scottish Symphony
Orchestra
Chef d'orchestre
Jerzy Maksymiuk
DERNIÈRE CHANCE!
Débute à Maple Leaf Gardens, Toronto le 25 oct.
« Simplement fantastique ! »
— Denis Lavoie, LA PRESSE
RENSEIGNEMENTS: 2 5 6 - G O N G
D e r n i è r e s e m a i n e ( 1 9 a u 2 3 oct.)
M e r . / j e u . 19 h 30; vendredi 20 h
samedi 14h et 2 0 h ; dim. 1 3 h et 1 7 h
«Le Cirque de Chine:
ÉBLOUISSANT!
Le guichet d e l'aréna ouvre à midi tous les jours
(10 h sam. et dim.)
Si vous n'avez qu'un spectacle à voir cet automne, c'est Le Cirque de Chine qu'il faut voir!»
Tous sièges réservés (11,50$, 13,50$, 15,50$)
En vente à l'aréna et aux comptoirs Ticketron.
Commandes téléphoniques: 288-2525
— JOURNAL DE QUÉBEC
Rabais d e 2 $ aux 12 ans et moins et âge d'or.
Le prix comprend 1$ pour le projet panda canadien.
Speak for Us, Créât Sea
" Intermezzo Katadrone (Conttecn)
Jeu de cartes
- CRESSWELL, Lyell
PENDERECKI, Kristof
- TREMBLAY, Gilles
- STRAVINSKI, Igor
Mercredi 19 octobre 1988
20 heures
SALLE CLAUDE-CHAMPAGNE
220, avenue Vincent-0 Indy.
Outreront
Métro Édouard-Montpetit
Prix des billets
Réguliers. .15 S
Étudiants et Age d'or: 8 S
Renseignements, réservations: (514) 843-9305
^•.*ir*i .'.-î"ini,.rr«'ï.»'ivi v » " » » .
,
LA PRESSE, M O N T R É A L , SAMED115 OCTOBRE 1988
I
POINTS DE VENTE
m prmfinn
LES
surf R M A R C H E S
mm
j | SUrf ( M A R K E T S
•
Argent comptant seulement
^ i ^ P
M
MONTREAL
2925 est, Sherbrooke
2710 Des Ormeaux
3185 est. Beaubien
3421 Avenue du Parc
1000 est, Mont-Royal
LONGUEUIL
1601 boul. Rolland Therrien
VILLE LASALLE
8150 Champlain
BROSSARD
7200 boul. Taschereau
ST-JEROME
900 rue Grignon
ST-FRANÇOIS DE LAVAL
600 Montée du Moulin
AUTRES POINTS DE VENTE
VILLE ST-LAURENT
3111 Cote Vertu
ILE DES SOEURS
42 Place du Commerce
ST-BRUNO
1402 Roberval
MONTRÉAL-NORD
6475 boul. Léger
la
VILLE MONT-ROYAL
2300 Lucerne
REPENTIGNY
100 rue Brien
BOUCHERVILLE
1001 de Montarville
^aie
BILLET
PLUS*
C0MPUXE DISJMDINS
CENTRE-VILLE
QUEBEC:
•VL*¥l*:s M l M M
Réseau B I L L E T E C H
LA PRESSE, MONTREAL, SAMED115 OCTOBRE 1986
E 1 0
ALAIN LAMONTAGNE
«... U n artiste d e génie... Il étonne constamment... Il faut le voir
pour me croire.»
— F. Cnmaidi. C B F
«J'ai ri d e b o n c o e u r c o m m e c e l a ne m'arrive p a s souvent, J ' a i été
c a p t i v é , fasciné...»
— D. Lavoie. La Presse
Les arts cette semaine
Les horaires de cette page doivent
parvenir avant mercredi au Service des arts et spectacles,
LA PRESSE, 7 Saint-Jacques, Montreal H2Y 1K9
«... S a
. musique
d'âme, sa
folle
virtuosité et
.
s e s f a b u l e u s e s histoires...»
— Le Monde (France}
Festival
est
SUITE DE LA PAGE E22
HORS MONTRÉAL
LA LICORNE
RESTAURANT-BARTHEÂTRE
2075. bout. Si l.iurcm. Montrea
GALERIE D'ART LA RELÈVE ( 1 9 5 0 , bout, de la
Concorde, Laval) — Oeuvres des artistes de la
galerie. Lun., mar., 11 h a 17 h Î0; jeu., ven.,
11 h a 21 h:sam., 11 h a 17 h.
GALERIE CLAUDE RENELLE (446, St-Jacques,
GALERIE DU COLLÈGE EDOUARD-MONTPETIT St-Jean-sur-Richelieu) — Aquarelles de Lucille
(100. de Gentilly E., Longueuill — installation Zauhar. Jusqu'au 23 oct.
de Jean-Pierre Gagnon. Du lun. au jeu., de GALERIE RIVERIN-ARLOGOS (197, Chemin du
12 h a 1 7 h ; mere, de 1 8 h 50 a 21 h ; dim., lac d'Argent, Eastman) — Oeuvres de Jeande 11 h a 17 h. Jusqu'au 27 oct.
Daniel Berclaz. Jusqu'au 20 nov.
GALERIE D'ART MONIOUE-SALVAIL (120, J.-A.Prefontalne, Saint-Adolphe-d'Howard) —
GALERIE DU COLLEGE MONTMORENCY (475,
Sam., dim., de 13 h a 17 h, pastels de Cari
boul. de l'Avenir, Uval) — Photographies de
Desrosiers, Anatole Gold, Louise Myette et
Michel Campeau, Louise de Grobois et Gabor
Lucienne Zegray.
Szilasi. Jusqu'au 2 nov.
GALERIE DU CENTRE 1250. Saint-Laurent,
Salnt-Lambertl — Dim., de 13 h a 17 h. Peintures et sculptures de Vanessa Kramer.
Du 29 septembre au 29 octobre
(du mardi a u s a m e d i inclusivement (à 2 0 h 30)
Réservations : 843-4166
QUATRE À QUATRE
GALERIE DU GRAND RUISSEAU (849, rue Principale, Saint-Sauveur-des-Monts) — Oeuvres
de Lone Tratt. Jusqu'au 24 oct.
GALERIE MARIELLE-GAGNE (177, Tour du lac,
Sainte-Agathe) — Oeuvres de Guy. Nantais,
Claire Aumont. Lionel Banko. Mariette Gagne,
Lise Paradis, Piccioli, Serge Dubreull e t Marcelle Amelin.
TROIS THÉÂTRES ET LE PUBLIC
MAISON DES ARTS DE PIEDMONT (Piedmont)
— Oeuvres de P.-V. Beaulieu, F. lacurto. Riopelle, F. Nemeth, Rousseau, Pellan et Ayotte.
MAISON LÔUIS-H.-LAFONTAINE (314, MarieVictorin, Bouchervllle) — Aquarelles de JeanPierre Langevin, meubles e t horloges de
Romain Corbeil et peintures de Michel Plante.
Du jeu. au dim., de 14 h a 16 h 30 et de 19 h a
21 h. Jusqu'au 11 nov.
MANOIR DELIGNV (720, Frontenac, Berthierville) — Photographies de Jean Marcotte et
poèmes de Michelle Sarrazin. Sam., dim., de
13 h a 17 h; jeu., ven., de 14 h a 21 h. Jusqu'au
4 nov.
à
international
la
choristes
toutes
d'opéra
recherche
d e * 300
amateurs
dans
l e s c a t é g o r i e s d e voix
pour la p r o d u c t i o n
NABUCCO
de
d e l'opéra
Verdi
en
juin
"1989. S.v.p. envoyer c . v r a v a n t
le 31 o c t o b r e 1988 à :
F e s t i v a l International d ' O p é r a
2055. rue P e e l , suite 922
M o n t r é a l , Q c H 3 A 1V4
Tél.: 845-7757
MUSEE D'ART DE JULIETTE — Exposition
• Peintres juifs et modernité: Montréal 19301945 ». Jusqu'au 20 nov.
MUSEE DE LACHINE (110, chemin LaSalle, Lachine) — Sam., dim., de 11 h 30 à 16 h 30,
oeuvres de Pierre Leblanc.
MUSÉE MARSIL (349, Riverside Drive, SaintLambert) — Exposition •Eisenstaédt: Allemagne». Jusqu'au 27 nov.
S I O UXS I E
ME
AND
B AN SH E E S
24 oct. 20 H
...loi,!
lllicnlr»'
KMIUIIIK
©TJCKITRQN
Iw^M,
649-4211
Thijt<# Ci-Oimt llhlîtr»
A S
W/
JEUDI 17NOV.-20H30
Billets 17,50$ en vente au guichet du
Spectrum et à tous les comptoirs Ticket ron
(-finis de service)
I I Y\v*
1I
•MIM-
4 h 4 s us i <<wruWï« rfi II f»fï*
ORCHESTRE DE CHAMBRE McGIIl
( hcl .l,.iLhcstri;
Alh.SANDKR
BKOïr
NATIONAL TAP DANCE
C O M P A N Y O FC A N A D A
Bach: Concerto brandebourgeois no. 3
Telemann: Tafelmusik
Elgar: Introduction et Allegro
Barber: Adagio
Ginaslera: Concerto pour cordes
m
f
Concert
a
L U N D I SOIR, 24 OCTOBRE, 20h30
$ 2 0 — S12.SO
f\
Théâtre Maisonneuve
U U Place des Arts
Réservations téléphoniques:
514 8 4 2 2 1 1 2 . Frais do service;
Redevance de 1 5
sur tout billei de plus do 7$
svi&SBii&t''.
" '
»
*
McGill
NOCHES
LATINAS
59 R U E STE-CATHERINE E., M O N T R É A L
| 18 A N S ET P L U ? ]
le jeudi 20 octobre 20 h
ARMINDA
CANTEROS
PRODUCTION ALAIN F0RCI0LI
pianiste argentin
25 • 26 • 27 OCT. 88
Mozart - Chopin
Ginastera
Piazzola - L a n z a
19h30
le vendredi 21 octobre 20 h
MM
AlMllO'
Mathieu
L_
•l'?5. b o u l
24 OCT
clo i A v e n i r . L a v a l ^ s o r t i e 8 cit.-1 a u t o r o u t e d e s
Arminda Canteros, pianiste
Adolfo Bornstcin. violon
Alcides Lanza, p i a n o
Alvaro Pierri, guitare
M e g Shephard, voix
20h
Làureritidesj
Grêla, Lavista,
Lamarque-Pons.
Lanza. G i s m o i u i
et 13 Tangos A u t h e n t i q u e s
BILLETS EN VENTE A U COMPTOIR
te
d
O
TP1C\ iston
<Jualri'Saisons
Salle de concert Pollack
S55, rue Sherbrooke ouest
288-3782
ENTRÉE
LIBRE
LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMED115 OCTOBRE 1988
Françoise Graton : « Les premières
années ont été les plus belles»
E11
*
"14an4Cetée ...
J
*
IHP0SSI8LE DE S'EN PASSER
^ — QUAND
T » «OÔTt!
THÉÂTRE
SHEAR
MADNESS
LA FOLIE SE POURSUIT... j j .
SUITE DE LA PAGE E1
chaient pas, je répétais que c'était
de notre faute. |e les défendais et
je nous remettais toujours en
question. Il n'y avait rien de trop
bon pour ces jeunes. Quand, par
la suite, on apprennait que des
étudiants récitaient du Sophocle
pendant la récréation ou qu'une
fille pleurait après avoir vu Cyrano, nous étions récompensés. Les
premières années ont été les plus
belles. Gilles et moi, on travaillait
sans salaire. Iphigénie
a été la
première pièce que nous avons
montée. Nous avions l'appui' des
maisons d'enseingement, c'était
plein. On jouait parfois 50 représentations ».
le ne pourrai jamais raconter
toute l'histoire de la N.C.T. en si
peu de lignes. D'ailleurs le livre
AU RESTO
DU
1 6 4 7 , rue
Saint-Denis
A
L'AFFICHE
Pierrot Fournier
BREL
AU FIL DU TEMPS
M e r c r e d i , j e u d i et d i m a n c h e 1 0 $
Vendredi et samedi 2 0 h 3 0 1 2 $
Prix spéciaux pour groupe
RÉSERVATIONS:
En
288-4801
QUAND L'HIVER
ÉTAIT ROI:
l'image de l'hiver
au Canada du XIX siècle
e
7 6 gravures, tableaux et photographies
Musée McCord
d'histoire canadienne
Vue du pont
L'exposition a été organisée
par le W h y t c M u s e u m o f the Canadian Rockies
LES
25 ans,
SHEAR MADNESS*
...retenu a la demande générale.
et La ménagerie
de
C O N C E R T S
Esso
CHARLES DUTOIT, chef
COREY CEROVSEK, violon
TCHAIKOVSKY: Hamlel
SPOHR: Concerto pour violon no 8
MENDELSSOHN: Symphonie no I
WAGNER: Die Meislersinger- Prelude
Co-commanrJitaire:
Krugor Inc.
GÉRALDINE DOUGET
PANS I E HOLE
OE LA MEIIE SUPÉRIEURE
, K M t i a r r i n o u DU «trei IU OMICHE
PLUS DE 400 > > y V - t
REPRÉSEHTÛTIOHS
OtlMlKCHCU
interne
A SUCCES.
TKSSKSS
^MAINTENANT 2 DÎNERS THÊ&TRE POUR DES SOUPERS DIVERTISSANTS j
ïffia SUinence
7385, BOUL. DÊCARIE
731-7771
21-22 OCTOBRE 21 h
une présentation
m : .
Iphigénie de Jean Racine, la première production de la NCT.
pièces en ville devant un public
qui découvrait la vie et le théâtre.
« Gilles disait souvent qu'il fallait préparer un successeur mais
on ne le croyait pas. Il était directeur artistique et moi directrice
de la production mais souvent on
inversait les rôles. Pendant dix
ans, nous avons tout donne et
nous avons beaucoup reçu, l'avais
besoin de donner et recevoir.
J'avais besoin de cet échange. Et
puis, à la onzième saison, nous
avons pensé fermer le théâtre... »
Mais le milieu de l'éducation
n'acceptait pas cette éventualité.
Le ministre de l'époque, JeanPaul L'Allier dénichait un théâtre
dans l'est, l'ancienne salle de cinéma Le Granada et suggérait le
nom de Denise Pelletier, décédée
la même année. Les deux comédiens ne pouvaient tout de même
pas refuser cette nouvelle perspective et ils ont repris la direction de la N.C.T.. Encore cinq ans
de travail :
« À mon avis, nous avons peutêtre été là trop longtemps. Le
théâtre classique ne pose pas,
contrairement à ce qu'on dit, un
problème de langue mais de références historiques. Lorsque les
polyvalentes sont apparues, il fallait tout refaire nos contacts. Ce
n'était plus le même système. Les
cahiers de théâtre que nous remettons aux éducateurs afin
qu'ils préparent les jeunes aux
pièces que nous présentons sont
importants mais l'utilisation est
laissée à la discrétion du professeur ».
Ce qui semblait compliquer les
choses si j'ai bien compris. On
connaît le fonctionnement des
polyvalentes (une des plaies de
notre société, si je puis me permettre ) et on imagine que la préparation n'était pas toujours adéquate. Sujet délicat qu'évite Françoise Graton.
« C'est que je veux demeurer
positive. Et puis ce sont tout de
même les éducateurs qui nous ont
soutenus. Sans eux, la compagnie
n'existerait plus! »
Et puis il y a la salle Fred-Barry.
«C'est Gilles (Pelletier) qui a
eu l'idée de cette salle. Il lui a
donné le nom de Fred Barry parce que c'est Barry lui-même qui
disait : « Notre théâtre sera vivant
lorsque nous aurons notre propre
dramaturgie ». Et ce théâtre se
devait d'être un théâtre de création ».
Même si, aujourd'hui, Françoise Graton fait partie du conseil
d'administration de la N.C.T. au
même titre que Gilles Pelletier, ce
n'est évidemment plus comme
avant. Ils ont passé le flambeau
pour ainsi dire. On leur a offert
très souvent de prendre la direction d'autres théâtres mais ils ont
choisi d'être comédiens à temps
plein.
Et Françoise Graton rêve de
théâtre de création. De jouer du
Tremblay par exemple ou de participer à la merveilleuse aventure
de Jean Asselin à l'Espace Libre.
Comme si elle commençait tout
juste à respirer profondément.
150, rue Principale
Rés. (514) 227-8509
SI VOUS
N'Y ALLEZ
PAS
AVANT LE
30 OCTOBRE,
VOICI
L'ECOLE DE MIME
CE QUE
VOUS
VERREZ:
Cl O Place des Arts
ORCHESTRE SYMPHONIQUE
DE MONTRÉAL CHARLLS DUTOIT
HSB :
M
1
.
r
JgZ
=
I
!
ou
I
I
IN
J
I
LA FILLE AUX YEUX D'ÉMAIL
Ballet en 2 Actes et 3 Tableaux
Ciéé à Pans en 1870 pat
NUITTER ET SAINT-LÉON
_ Musique de
Chorégraphie de
Les Aztèques, Hurrell, Hergé,
l'Art grec contemporain, Paris et Vienne quittent
le Palais de la Civilisation le 30 octobre!
d'après Petipa
Nouveaux décors et costumes du
Orchestre sous la direction de
DEPECHEZ-VOUSÏ
PRIX D ' E N T R É E : Adulte 6 . 5 0 S • Étudiant 4,50 S - Aîné (65 ans
et plus) 4 , 5 0 $ - Enfant (4 ans et moins) gratuit.
HEURES D ' O U V E R T U R E : Tous lesiours de 10 h à 18 h.
POUR V O U S Y R E N D R E . . . Métro: ile-Sainte-Hélône. Autobus:
167 (métro McGill). Auto: autoroute Bonaventure. via la Cité du
Havre ou le pont Jacques-Cartier (sortie Ile-Sainte-Hélène).
me ut pjtRTietpenoN ou K I N I S T M DES AFFAIRES CULTDSELUS DU QUÉIEC
P a l a i s d e la C i v i l i s a t i o n
En récital
Mozart. Brahms, Stravinsky, Szymanowki. Sarasate
Lundi 7 novembre 88,20h
Théâtre Maisonneuve
cfb
Place des Arts
.
Réservations téléphoniques:
8 4
2
2 4
1
^ t , . do; 1 $, ^ ^ ^
Redevance
sur tout billot du plus do / $
Ville de Montreal
Les 1 0 , 1 1 , 1 2 novembre à 20 h
B t U c t s : 3 6 » , 2 8 » , 181.
1B8. É t u d i a n t * c t 3 * i c «
r\
S a l l e Wilfrid-Pelletier
U 0~Pt"ace dës~Arfs~^
181
Réservations téléphoniques:
-514-842-2112,-EKits-de-service
Redevance de 1 S
sur tout billet de plus de 7 $ .
RADIO CITE
IHilii
11©*
CKAC273
® ]
;
fïSl *
*-»tS2l* j
Réservations téléphoniques:
5 1 4 8 4 2 2112. Fiais de service.
Redevance de 1$ sur tout billet de plus de 7 $ .
Salle Wilfrid-Pellatior
)f
À PARTIR OC
Billets: 14S. 1 2 S e t 7 S
rt
J
DÎNER-SPECTACLE J
publié
verre avec beaucoup de sucées.
Peu après, presqu'accidentellement, naissait la N.C.T.. La salle
du Gésu disposait de $ 2 0 0 0 0
pour monter un spectacle ».
Elle avait 34 ans, Gilles Pelletier 39, Georges Groulx peut-être
un peu plus, et ces gens de théâtre
allaient donner les meilleures
6 9 0 , rue Sherbrooke Ouest
Tous les jours de 11 h à 17 h
Fermé le mardi
Métro McGill - autobus 24
(514) 3 9 8 7 I 0 0
Dim, 14h30
scène depuis
chez VLB, la raconte merveilleusement. Mais j ' a i voulu savoir
comment Françoise Graton avait
trouvé l'énergie pour construire
et maintenir ce qui est déjà un
monument du théâtre à Montréal.
« J'étais entourée et choyée par
six frères à la maison. A 14 ans, je
suivais des cours de diction mais
j ' a v a i s terriblement envie de
m'exprimer, de vivre, de jouer.
Alors j ' a i rencontré Charlotte
Boisjoli et Fcrnand Doré, qui dirigeaient La.Compagnie du masque. J'avais 17 ans et ils m'ont demandé de jouer Ismène. Avec
eux, j'ai tout fait et j'ai tout appris. J'ai appris à fabriquer des
costumes, parfois avec des rideaux, à bricoler des décors, à
jouer dans toutes les salles, l'ai
appris aussi la misère. Parfois
nous devions jouer pour manger.
Mais en .même temps, quelle richesse! À 18 ans, j'assistais aux
réunions du Refus Global. Je sentais l'ébulition du Québec, je savais que tout allait bientôt changer. J'apprennais, je me nourissais
de tous ces grands créateurs et
j'admirais l'ingéniosité de Charlotte Boisjoli, qui inventait des
décors avec parfois presque rien.
Finalement, j'ai pris la direction
du théâtre d'été de Percé pendant
deux ans et nous avons présenté
L'hiver s'habille de magie
au Musée McCord
I
16 octobre
M
MARIA
BIRCHER
HYBURNS
MANCUSO
FELICIA S H U L M A M
avec la participation de
Ile-Salnte-Hélène
El*
LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMED115 OCTOBRE 1988
Là co-production «Bethune» devrait être bientôt complétée
INA WARREN
de là Plisse Canadienne
je tournage de Bethune, qui
•avait été interrompu il y a un
an, jdoit reprendre à Montréal ce
mojs-ci.
La vedette du film, Donald Sutherland, ainsi que le metteur en
scène, Phillip Borsos, demeureront en place, mais les délais encourus dans le tournage signifient
la disparition du tableau de l'actriefe française |anc Birkin qui
n'est plus disponible pour camper
le personnage de Frances Campbell Penney, la femme que Bethune a épousé à trois reprises et divorcé deux fois.
L
Les responsables ne croient
pas, toutefois, avoir de la difficulté;! découvrir une actrice anglophone venant d'Europe pour tenir ce rôle. Ils ont surmonté tant
d'autres problèmes pour survivre
que le remplacement de Jane Birkin est une sinécure.
La production de ce film et de
la mini-série qui l'accompagne —
au coût de $16 millions — sur la
vie du médecin canadien qui devint un héros de la Révolution
chinoise, a rencontré des problèmes quasi-insurmontables après
quatre mois de tournage en Chine
l'an dernier. Le tournage a dû
être interrompu lorsque les fonds
disponibles se tarirent.
La production Canado-Sino-
Française fut également marquée
d'un profond désaccord entre Sutherland et le scénariste Ted A l lan sur la personnalité de Bethune, ainsi que par plusieurs différends entre Canadiens et Chinois
sur l'interprétation historique à
donner au principal personnage
du film.
A un c e r t a i n m o m e n t , il a
même semblé que les producteurs
canadiens, Nicolas Clermont et
Pieter Kroonenberg, risquaient
de voir le projet leur échapper.
Us ont heureusement trouvé de
nouvelles sources de financement
et Clermont, qui a retrouvé sa sérénité, est prêt à reprendre le collier. Il prévoit notamment quatre
semaines de tournage à Montréal
pour recréer l'environnement
que Bethune connut dans sa jeunesse, avant d'aller tourner durant deux semaines en Espagne
des scènes de la Guerre civile.
Clermont estime que le tournage prendra fin à la mi-décembre
et il espère que le film sera prêt
pour être présenté au prochain
Festival de Cannes, en mai prochain.
Pour obtenir de nouvelles sources de financement, Clermont a
projeté à des firmes de distribution une partie de «chutes» tournées en Chine. .
«Ils ont été agréablement surpris», de dire Cîermont. «La rumeur voulait qu'aucun travail digne de ce nom n'avait été accompli
et ces g e n s o n t
été
enthousiasmés par ce qu'ils ont
vu. Us estimaient qu'il fallait à
tout prix terminer ce film.»
C l e r m o n t a toutefois refusé
d'identifier ses nouveaux bailleurs de fonds.
Quant aux cinéphiles, ils pourront visionner un documentaire
sur le tournage du film Bethune
en Chine avant même que soit
complété le film ou la mini-série.
En 1987, Bob McKeown, pro-
'S
lu
ducteur de la chaîne C B C et pro-,£
ducteur indépendant, avait trans-"*
porté une équipe en Chine pour y '
tourner un documentaire sur !e£
projet Bethune.
Le réseau anglais de Radio-Canada avait d'ailleurs accepté de
participer au.projet Bethune à la
condition qu'un film documentaire puisse être tourné durant la '
production du film et qu'il puisse
être projeté la veille de la première de .la mini-série télévisée. Les
délais encourus ont toutefois modifié ces plans et aucune date n'a
encore été avancée pour'la télédiffusion du documentaire.
présentent
NOUVEAU SPECTACLE
en vente maintenant
Les ENTREPRISES GESSER et Gordon Crowe présentent
«UN ÉVÉNEMENT THÉÂTRAL D'UNE RARE INTENSITÉ • QUI LAISSE LE
SPECTATEUR MUET D'ÉMOTION ET D'ADMIRATION»
. PLACE
ALA MUSI
EVITA
1*
\
m SUCCÈS T B » W « J M | bl^
B
\ %Sgfi&
ffl
Mar., mer., jeu., et
ven., 20 h
VOBK T I M E S
continu-»
-
w
Samedi 17 h et 21 h
BILLETS: 325,28$, 23$
en vente à la P.D.A. et tous
les comptoirs îicketron
"
Ç\ Théâtre Maisonneuve
CTO
15,16,17,18 et 19
NOVEMBRE 1988
Place des Arts
Réservations téléphoniques5.14 8 4 2 2 " 1 1 2 . Fiais d u service
R e d e v a n c e de 1 S
s u ; tout billet d e plgs du 7 5.
Ve^dtcMf!^\$i\5 . „
w
f
-
n
i
2 1
2
m.
-
l
1
J ailj '
9 é
_
4
3
L
5
1
0-—
5
f*—
•TJ J
m
-
-Y—r—
3
2
m* ^—.
* • é+
.m
-7
. —
i —
i »—f—
-
U N
SP
E C T A C L E DJF TnÉiVT
F
Vendredi 28 octobre 20 h
à la Place des Arts
Billets en «nie i la It.icc îles AnVcl aux cnmptoin Ticki'lmh".
Coiiimnn(ii.'s léléphonUjtics 288-2525 i
Caco^^iaot^f
o
l
ainsi
Cl
Ou
ÉRIGER L'AVENIR
; RIR L'HÉRITAGE DU PASSÉ
Pi 17 Coopérants
i
Assurance-vie
Assurance générais
Services financiers
UNE PRODUCTION ANIMA-SPEC.
DU 13 AU 28 OCTOBRE 1988
MÉTRO McGILL
ENTRE EATON ET LA BAIE
ENTRÉE RUE STE-CATHERINE
OCT.
NOV.
Salle Wilfrid-Pallotior
Placodes Arts
t\f ittvilîOM ItU'Ohû'i.qi.cï :
5Tr042 2112 rrtrtUfl iStpV u.
UtOfvjniPdP 1 1 l u tout biici d« piu) do 1 \
CKACS73
EN
TOURNEE
Gaspé
NOV. 11
Laval
14-15
Chandler
12-13
Donnacona
20-21
Rimouski
16
Beloeil
22
Edmunston
17
Cornwall
St-Hyacinthc
I
20
Longueuil
Chicoutimi
23
4
Trois-Ritières
24
Jonquibrv
5
Shawinigan
.
25
Chibougamau
6
Victoriavillc
Matane
DEC. 1
10
9 décembre au Grand Théâtre de Québec
V
LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMED115 O C T O B R E
fTlu/ée ITIorc-flurèle fortin
E X P O - V E N T E
DU 19 au 30 OCTOBRE
APPRENDRE À COMPRENDRE LA PEINTURE
EXPOSITION
PRÉSENTEMENT EN COURS ET
JUSQU'AU DIMANCHE 23 OCTOBRE
dès oeuvres rie 90 artistes
reproduites Juin; le volume
«investir dans les beuvtés'
.d art» de M. Louis Bruens-
Tableaux de peintres québécois et sculptures de
Jacques Besner et Jean-Charles Charuest
de 11:00 à 17:00, fermé le lundi
118, St-Pierre, Montréal
E 13
1988
Voici la possibilité de suivre
un cours pour apprendra ft mieux
comprendre, analyser et apprécier
les oeuvres d'art et ce, dans un
langage clair à l'aide d'exemples
pertinents.
Il vise également à mieux vous faire
comprendre les différents langages
et tendances de la pointure et
l'évolution de celles-ci du début du
siècle ft nos Jours.
De plus, nous tracerons un parallèle
entre le peinture québécoise et
canadienne, et les courants
i Internationaux.
Loi îcoitien t du h vi e
mercredi 19 octobre
à 19:00 heures .
845*6108
L'auteur sera présent lors
du lancement ainsi,que le
samedi 2.2 octobre à 13:00
lh
'UI"S.
Nous étudierons aussi le marché de
l'art, dont, entre autres, la fiscalité et
les assurances.
La session débutera le 31 octobre,
pour une durée de huit semaines
consécutives, soit les lundi, mardi
ou mercredi de 19 h i 22 h ou le
mardi en après-midi de 13 h é 16 h.
Avec la participation de M. Guy
Robert et M. Robert Bernier.
INSCRIPTION/RÉSERVATION;
Pour c'inscrlro, il vous suffit de
téléphoner.
352, RUE ROY EST, MONTRÉAL
B ™
(entre Saint-Denis et Drolet)
849-5049
281-0892
LES COURS APPRENDRE À COMPRENDRE LA PEINTURE
-
D
É
C
O
ÏÏÊÈË
p
M
T
••••••
M
P
m
m AnGLais
m
m
m
m
Ve\
••Ve
Semaine Cette
dernière semaine
Ve%
Ve%
W e
••Ve
V . \
•.V.
Ve%
••Ve
Ve%
%Ve
1
m
m
m
(tfi
I MUSIC! DE MONTR FIAI
dir. YULI
TUROVSKY
AVO KUYUMJIAN
pianiste
BEETHOVEN VIVIER SCHUBERT
commandité
par
,.„,„.,.,
,
M
„
K
,
S
I M S S ,
LOVE BITES
DON'T BE CRUELGROOVY KIND OF LOVE
DON'T WORRY,
BE HAPPY
ONE GOOD WOMAN
FOREVER YOUNG
WHAT'S ON YOUR MIND
NEVE TEAR US APART
I CALL YOUR NAME
1
2
7
5
m
1
%Ve
\ V .
•eVe
••Ve
•eVe
Ve*.
•eVe
•eVe
V• •A •
eeo «oeeeo•
••Ve
VeV
VeV
e.s.e..
4
8
10
9
3
11
13
6
16
10
11
12
13
18
15
14
15
19
12
26
25
22
16
17
18
19
20
24
14
21
22
21
17
31
23
24
25
27
32
26
27
38
30
34
28
29
30
YEKE YEKE
THE LOCO-MOTION
SIMPLY IRRESISTIBLE
DON'T YOU KNOW WHAT
THE NIGHT CAN DO?
TRUE LOVE
DANCING UNDER A
LATIN MOON
CHAINS OF LOVE
NOBODY'S FOOL
WILD WILD WEST
IM NIN' ALU
NOTHING CAN COME
BETWEEN US
TRUE DEVOTION
IT WOULD TAKE A
STRONG STRONG MAN
STAYING TOGETHER
PERFECT WORLD
TALKIN' BOUTA
REVOLUTION
IF IT ISN'T LOVE
(HE'S A) SHAPE IN A
DRAPE
DEBIRE
ROUND AND ROUND
A WORD IN SPANISH
FrAnCais
DEF LEPPARD
CHEAP TRICK
PHIL COLLINS
BOBBY MCFERRIN
PETER CETERA
ROD STEWART
INFORMATION SOCIETY
INXS
JOHNNY CLEGG &
SAVUKA
MORY KANTE
KYLIE MINOGUE
ROBERT PALMER
STEVE WINWOOD
GLENN FREY
CANDI
ERASURE
KENNY LOGGINS
THE ESCAPE CLUB
OFRA HAZA
SADE
SAMANTHA FOX
RICK ASTLEY
DEBBIE GIBSON
HUEY LEWIS & THE NEWS
Semaine
dernière
1
3
4
2
7'
8
10
5
6
12
Cette
semaine
1 DANSE AVEC MOI
2 JE PENSE À TOI COMME
JE T'AIME
3 JOURNÉE D'AMÉRIQUE
4 JOURNAL INTIME
5 DE L'AUTRE CÔTÉ DU
MIROIR
6 MARILYN & JOHN
7 TICKET BLEU
8 ASSEZ
9 VOILA LES ANGES
10 BLEU COMME TOI
• • -
MARTINE ST-CLAIR
i
DIANE TELL
RICHARD SÉGUIN
NUANCE
TESS
VANESSA PARADIS
CATHERINE LARA
NIAGARA
GAMINE
ETIENNE DAHO
m
i
Suivez le Décompte tous les dimanches,
de 10 h à 12 h, avec CATHERINE
VACKGN et PAUL SARRASIN, et courez
la chance de gagner une radio A M / F M
stéréo cassette, gracieuseté de SPRITE,
PROCHAIN TIRAGE le 30 octobre, nom du
ou de la gagnante publié dans La Presse
du 6 novembre.
TRACY CHAPMAN
NEW EDITION
m
1
I
e.e_
QuEsTiOn FtiN:
JOE JACKSON
U2
FROZEN GHOST «
ELTON JOHN '• ' *
e
e
e
e
Quels sont les quatre
principaux groupes
sanguins? "
0*
21 OCT., 1988,20 H, SALLE CLAUDE-CHAMPAGNE
Billets: 14$ adultes — 8$ âge d'or/étudiant
Vente (75 frais de service)
Archambault, 500, Sainte-Catherine Est
Lettre-Son Musique, 5054, av. du Parc
l
e
e •
e• •
e •
*
•' e
e e
e
e e
i
RENSEIGNEMENTS:
A A A AAA*»J"
Q X y . h f] Q /
" U L
UUUl
20 MILLIONS DE SPECTATEURS EN ORBITE • EN DIRECT DE L'ESPACE • LE PLUS GRAND SUCCES IMAX • AU VIEUX-PORT DE MONTREAL
À compter du mercredi 19 octobre
LE
FEE
. I? 13 H ii 16 1/ =19 21
'*>'•>' ; ' » "
ii
** { **[ •• **
' **ie
LI
N G
•
-*-v«w«iroiKflhe--
I M A X ;
$
.»
;
LE
Cl
NE
»••
M A
DANS
T VUS
•v^liVljçcinv
IMAX
Dons le Vieux-Port
de Montréal,
522-1245
Renseignements:
496-IMAX
ongle St-Lnurenl
.
et de Ici Commune
ll'i. ;i(ÉWilllfK)ii il, Itfvnlw O'imniib,
SE
S
ETA
r~^~^->.
C . V . - 1 11
CFCFôOO
KADIC C I T E
S^gg;
•
T S
i^,>
^
CKAC 73
A
y
CfQRÇOS
E14 •
LA PRESSE. MONTRÉAL. SAMED115 OCTOBRE 1988
là
La cour du Louvre rouverte au public
VOIR
L'ART DE
L'EMBALLAGE
JAPONAIS
Jusqu'au
30 octobre
e
Le design au 20 siècle
jusqu'au 30 octobre
Démonstrations
D'ORIGAMI
Jusqu'au 16 octobre
Mini-concerts
présentés au salon
05car-Dufresne tous
les dimanches
Conférences sur
l'histoire d e l à ville de
Maisonneuve o ù le
Château Qufresne fut
construit e n 1 9 1 5
Café-boutique
CHATEAU
DUFRESNE
IVJUSÉE DIS AHlt PECQRATIFS
Df MONTRÉAl
MoitnOldlffiiwha
d«Ttt»17n
entier M r I* b u l n i l * PiJ-IJ
«g 9)21, n t o M J w i a i - W ™
•(l«)«M81B
Agence
France-Presse
l'A H IS
• Après quatre années de fermeture pour travaux, ponctues de vives polémiques autour de la pyramide de verre de l'architecte sinoaméricain Ieoh Ming Pei, la cour
Napoléon du Palais du Louvre, à
Paris, plus grande place piétonne
d'Europe avec ses 2,8 hectares, a
été rouverte au public au cours
d'une cérémonie présidée, hier,
par le chef de l'état français François Mitterrand.
Après des mois de chantier et
quelque 2 milliards de francs
($400 raillions environ) investis,
les grues et les bétonneuses ont
disparu, les palissades sont tombées pour découvrir une cour métamorphosée.
Auparavant reléguée au rôle
subalterne de parc de stationnement pour les fonctionnaires des
finances, occupant une des ailes
du palais, la cour Napoléon offre
maintenant un espace deux fois
plus vaste que la place Saint-Marc
à Venise.
Le tout a été recouvert de
650 000 pavés de grès et de granit, ornés de sept bassins animés
par de multiples jets d'eau, créant
un paysage minéral, ouvert jour
et nuit au public, qui sera éclairépar 74 lampadaires, répliques de
ceux qui avaient été installés au
siècle dernier.
tentative de marier la conception
architecturale résolument futuriste de leoh Ming Pei aux structures, héritées du passé, du Palais
du Louvre, patiemment élaboré
par les rois de France du XHe au
XIXe siècles, n'est vraisemblablement pas prête de s'éteindre.
Avis opposes
Le quotidien conservateur Le
Figaro publiait ainsi hier deux
avis opposés, l'un évoquant la
«géométrie glaciale» de la nouvelle cour Napoléon, alors que
l'écrivain et cinéaste espagnol
Fernando Arrabal, parle de
«symbole de la vie» et «d'apogée
de la forme et de la hardiesse».
prochaine, selon les indications tion des statues, réaménagement
fournies dans les milieux gouver- des collections du musée notamment, pourront alors commencer.
nementaux.
Le tout doit durer sept ans et coûLa seconde tranche de travaux, ter 3 milliards de francs ($600
nettoyage des façades, restaura- millions environ).
sur la trace des
V
^flliâlli
^
AVEC
ANNE-SOPHIE
TIBERGHIEN
Le public ne pourra apprécier
que début 1989 les installations
souterraines. Ces travaux constituent la première étape du projet
qui doit faire du Louvre, à l'aube
du XXIe siècle, le plus grand musée du monde.
Il faudra d'abord transférer
dans de nouveaux locaux les quel-,
que 2,000 personnes, dépendant'
du ministère des Finances, qui occupent encore une partie du Palais. Cela devrait être fait à la fin
du premier semestre de l'année
1004. S l e - C a t h e r i n e - e s l . 2 8 8 - 4 2 6 1
Guichets ouverts dès midi
Commandes tél. avec carie de
crédit 288-4261 de 11 h a 18h
Comptoir TICK
TICKETR0N
« . . . Comptoir
' l e s nos fit sieqes tir peuvent être precises lors de commandes lei
D I M 13X30. I6hel 20h
UIN
M A R M i l l Villi
1"* SEMAINE
J E U V E N . S A M . 19h
2""' SEMAINE
J E U . VEN. SAM. 19h21n30
En son centre trône la fameuse
pyramide de Ieoh Ming Pei, dont
la réalisation continue à diviser le
monde des arts et des lettres en
une version contemporaine de la
querelle des anciens et des modernes, et qui recouvre l'entrée
souterraine du futur musée du
Grand Louvre. •
La controverse, née de cette
THEATRE
ARLEQUIN
1004 est, Ste-Catherine, 288-4261
MI IHO
7*v]
ggj
Guichets ouverts des midi
Commandes tel. avec carie de
credil 288-4261 de 11 h a 18h
BtRRi
Comptoir
16-17-18-19 n o v .
20 heures
TICKETRON
• ••••»•••••
tm^ÊwJm
CKAC73
U S U N ! STATION OC MONTUtU.
20 nov.
1 5 heures
AVEC L A PARTICIPATION DU MINISTERE DES AFFAIRES CULTURELLES
Karl Hofer, Garçon au ballon,
vers 1925 (Détail)
Cet enfant
a été vu
à Prague
PRÉSENTE
Du rock le plus
électrisant au
blues le plus
frissonnant
Richard Séguin
livre toute une
Il est né de l'imagination
de l'allemand Karl Hofer.
Cette toile, ainsi que celles de Cézanne, Gauguin,
Seurat, Toulouse-Lautrec, Matisse, Derain,
Picasso, Braque, Chagall, Lentulov, Zrzavy
et Kupka font partie de la prestigieuse collection de la Galerie nationale de Prague.
Pour la première fois au Canada!
Une présentation de
X.
[Ultramar 1
Au Musée du Québec
Du 30 septembre au 20 novembre 1988
Billets en vente chez Billet Plus (Complexe Desjardins)
et au Musée du Québec (1-418-643-2619)
PRIX D'ENTRÉE:
Adultes: 5,00 S*
65 ans et plus,
personnes handicapées, étudiants(es) 3,75 $*
Entrée libre pour les 14 ans et moins.
Prix spéciaux pour les groupes
de 20 personnes et plus.
EGUlJN
'(frais de service de 1,25 $)
Celle exposition .i etc rcaliMV
grâce j l.i coopération do la Calent
nationale de Prague ei du Musée
Solomon R. Guggenheim de
New-York. Les assurances ont
î ' t v USUmée* en pjrtic par le
p i . : . ' . : , de* Communications du
Ciinada.
BILLETS
AU GUICHET DU SPECTRUM
ET À TOUS LES COMPTOIRS
TICKETRON
HORAIRE:
Dimanche, lundi, mardi, jeudi de 10 h à 17 h.
Mercredi de 10 h à 21 h.
Vendredi et samedi de 10 h à 20 h.
INFORMATION 861-5851
Service d'audioguide disponible.
MUSÉE DU QUÉBEC
inuTii» VI«II
iimmoui
U- Musée du QoébeC est command
dite
par La Laure ntienne, mutuelle
d'Assurance et subventionne par
le mini-slére d e » Altairo» culturelle»
du
• ; •
COMPLEXE DESJARDINS I
n n t u u i n o n u i DIS i » s I
ISI0RMITI3X
M l
7I I • I
EN COLLABORATION AVEC
LA PRESSE, MONTRÉAL. SAMED115 OCTOBRE 1988
LE NOUVEL OPERA DE PHILIP GLASS
\
ACCUSÉ DE MEURTRE
une production de Gestion Artistique Mondiole
Great Artists Management
lex
SOIRÉES MEURTRES ET MYSTÈRES
du 2 9 novembre
au 3 décembre
l'index d<>
C323
» , 30,1,2 6 MM»
f\
Prix spécial: 35 S p.p.
inc. table d'hôte cl intrigue
AUBERGE
LE VIEUX S T - GABRIEL
426 rue St-Gabriel. Mil.
Rés.:(5l4) 878-356!
Théâtre Maisonneuve
CXD
J
V
Place des Arts
1
Ht.'s<.'t vilIions tt.'li'ijhoiûqut. .»
5 1 4 8 4 2 2 1 1 2 1 rflis du survice
Roduv.incc dû 1 S
•.ut tout Ijillui de plus de > S
TOUS LES JEUDIS DE I8H30 À 22HOO
LES MYSTÈRES
EDOUARD MAY""\l
un drame musical de science Action de
Philip Glass, David Henry Hwang, Jerome Sirlin
e
EXPÉRIMENTEZ LE 21 SIECLE!
01 VKIMl KK I;K 6 OCTOBRE
LA DEVINIÊRE
225 ouest, nie St-Laurent. Longueuil
Rés.: (514) 463-0666
3iJécwntmà!»M0ot2IM0
26$, 23$, 19$
Une mine de renseignements
à la portée de vos doigts.
Quelqu'un parmi vous
On a trouvé un cadavre!
sera accusé de meurtre,
g Le coupable est peut-être
assis à votre table...
Dans un restaurant réputé pour sa
gastronomie, une intrigue se déroule.
Venez participer.
E 15
PRÉSENTENT
PRODUCTIONS JACQUELINE
V
SALON EDUCATION
SCIENCE TECHNOLOGIE
13 AU 19 OCTOBRE 1988
VÉLODROME OLYMPIQUE
DES SOURIS ET DES OHMS
• Compétitions quotidiennes de
12 souris-robots: Angleterre, Australie,
États-Unis et Québec.
• Courses contre la montre à travers un
immense labyrinthe.
DECOUVREZ! EXPLOREZ!
PARTICIPEZ!
• Assistez à la compétition et courez la
chance d e gagner des voyaqes.
présenté par: Hydro-Québec
SUR SCENE
TOUS LES JOURS 14h30 ET 19h30
JEU DE VOCABULAIRE
• 1 " Concours Micro Sou ris Montréal
International
• Vols simulés en navette spatiale
• Spécimens de rinsectarium de Montréal
• Petit déjeuner d'astronaute
• Atelier d'écriture du ministère de
l'Éducation du Québec
i v i i i v m
STATION TOURISTIQUE
"Français par coeur"
COUABORATION
Jî
TÉLÉj! UNIVERSITÉ
• Univers fabuleux de la robotique et de
l'aérospatiale
• Agriculture biologique
• Photos-souvenirs... à cheval, sur un tracteur,
en informaticien, en scientisme ou en
astronaute
DIRECTEMENT DE HOLLYWOOD!
Robot Johnny no J
Robot-vcdette du film
"COEUR CIRCUIT"
présente un week-end
COLLABORATION
Du microscope M fhrrt
• Observation de la châtaigne de mer aux plus étranges
écailles de poissons, de la chenille au papillon, de
l'insecte à la fleur.
• On regarde. On touche. On lit
présenté par: Ville de Montréal
I
Des carrières ta aérospatiale
• Rallye a travers l'aérospatiale. Satellites, avions, trains
d'atterrissage, moteurs, instruments de bord, haute
technologie.
• Découvrez l'ère spatiale et participez au tirage d'une
visite en industrie, pour 30 personnes.
• Un défi à relever, des techniques créatrices, les métiers
de l'an 2000.
Poor la science et poor tôt» aveair
• Jeux d'animation scientifique, spectacles de chimie et
de physique: "Science et Contes".
• Études supérieures, savoir prodigieux, vie professionnelle
fascinante: Carrières d'avenir.
présenté par: Ministère de l'Enseignement supérieur et
de la Science
Jeux des couleur*
DumotaasaveiHairc
POMEXPER
• Portez un vêtement ou un accessoire de la couleur
choisie par la roue de fortune.
• Jumelez un athlète a son sport Courez la chance de
gagner des bicyclettes.
• Dictées, ateliers d'écriture stimulants: des mots écrits
•correctement Prix à gagner.
• Rencontres avec les enseignantes, enseignants et élèves
des réseaux scolaires dont vous découvrirez toute
l'ingéniosité.
Élection 88
• Animateurs: Pascal NORMAND et Pascal ROUJN.
présenté par: la Kdération dej producteur» de lait
du Québec
présenté par: Ministère de l'Éducation du Québec
«La vraie campagne électorale»
jjj
DE NOMBREUX PRIX À GAGNER
présenté par: Centre d'Adaptation de la Main-d'œuvre
en Aérospatiale du Québec (CAMAQ)
Faites-vous photographier avec lui!
5 édition
"IK™!
3ÉR0B0TS - SPECTACLES DE CHIMIE - IMAGES EN 3 DIMENSIONS - MARIONNETTES GÉANTES
CONFÉRENCES - JEUX - CONCOURS - RALLYE - PRIX À GAGNER
«Une expérience à recommencer... L a Presse, novembre 8 7 »
Concept: Marc Brouillette et Luc Senay
Production: Société Edouard
Réservations,
Information:
800-363-8920
514-534-2200
lOhOOÀ2ShOO
Adultes: 6,50$
Âge d'Or/Étudiants: 5,50S
Enfants (5-12 ans): 4,00$
Dates:
2 8 , 2 9 , 3 0 octobre 4 , 5 , 6 novembre
ES:
Ministère
de l'Éducation
A partir de 219*
par personne plus service
...un
COLLABORATION EXCEPTIONNELLE
AVEC LA COLLABORATION DU
SOUS LE HAUT PATRONAGE DU
H
Ministère de l'Enseignement supérieur
et de la Science
MÉTRO
V1AU
CKAC73
( ^ " ^ ^
Hydro-Québec
L A M O I S T A T I O N DC M O N T R A I
5h à 9h?
5H À 9H C H R I S T I A N H A M E L O U C O M M E N T S E R É V E I L L E R D E B O N N E H U M E U R
LE Son ûui Fm PARUE DE VOUS
E16
LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMEDI 15 OCTOBRE 1988
LES HEURES DE LA PLACE
LES MIDIS EXTRA
Le mercredi 19 octobre à 12 h
Du classique au flamenco
Michael Laucke, guitare élastique et
Eugène Husaruk, violoniste
Jean Dury, flûtiste et deuxième guitare
Billet: 3$
Apportez
votre lunch
flamenco
Extraits d'oeuvres de Villa-Lobos, Laucke, Gossoc,
Desportes, Corelli, Paganini, Bizet Bach, Ibert Sabicat,
de Lucia et Granados
LES MIDIS EXTRA
la série de
4 spectacles : 9 $
en vente dès maintenant
19 octobre - Du classique au flamenco
16 novembre - Les Petits Violons
11 janvier - Henri Brassard et Yuli Turovsky
Poulet
Frit
Kentucky
15 mars - Ensemble vocal Arioso
THEATRE S T D E N I S
26 au 29 OCTOBRE
»•« m* stoeriii Ë H K I W
"EH'.EIGNEMENI;, M » JJH,
B I U E T S ' E N VENTE Ail I M t A W M D t N l i 1311 A 2IH E I A U X C O W l O H S ^ n r e t T B O N '
g ) T t H T W ) N « M A I S I W i A M I l'f CRf.nir 7118-7575
C R O U P E S 845-3535
Théâtre Maisonneuve
Place des A r t s
RonseignemtMits
?Hb-A'/\>3
Réservations : 8 4 ? - ? 1 1 ?
>••••••••••••••••
«LES MONTRÉALISTES»
offrent une journée é Québec pour
visiter l'exposition «Les Trésors de
Prague» et la vieille ville.
Les Jeudis 27 oct, 3,10 at 17
novembre 1988.
Samedi possible salon demande.
Coot: 45» (adultes) al 42$ (age
d'or et étudiants)
Incluant transport,
uide-accompagnateur,
mets, audio-guide,
collation et couponsrabais. -
g
Réservation:
(514) 744-3009
Payable un» Mmiint o l
i
M
J\^ICHAEL\/\/HITE
SOOA_
•ni
HOMMAOj k | •
.Colin
Jantes
Ç
+ SPY VS.
SPY
SAM.220CT.22H i
9,98S-CLUB SODA'
H» '
11
AU
15
JANVIER
I
À MIDI
18 AU 22 JANVIER
1 AU 5 FÉVRIER
CLUB!S O D A
EN VENTE LUNDI 17OCTOBRE À MIDI
SV^NTÊT!!ERC5DI^
ENVËNTÏÏENDRÏB^
er
cfê^e 5240, avenue du parc inf. 270-764B
Billets au Club Soda elTickeiion
LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMED115 OCTOBRE 1988
6 VOYAGES CULTURELS
ÀGAGNER
E17
l:C 88
La destination de cette semaine: Acapulco!
De quelle ville
Devinez
sommes'iious
! de quelle ville
les Aztèques furent
les fondateurs et vous pourriez .
gagner un voyage d'une semaine
pour deux personnes à Acapulco!
Ecoutez
RADIO CITÉ F M 107
du lundi au vendredi entre 8 h
et l O h le matin. Chaque jour,
l'animateur André Giroux tire
au hasard les noms de cinq (5)
personnes qui pourront participer
au grand tirage du vendredi (si
votre nom est mentionné, vous
devez communiquer avec la
station de radio dans l'heure
qui suit).
, Indice: On dévoile actuellement
au Palais de la Civilisation de
superbes trésors aztèques qui
nous font mieux connaître cette
civilisation disparue.
Trouvez
la bonne réponse, remplissez le
coupon ci-dessous, déposez-le
ai. Palais de la Civilisation ou
re:ournez-le à: v
Prenez
RftDIO CITÉ FM 1 0 7
Ait et culture sur toute la ligne
CP. 107, Succursale B
Montréal (Québec) H3B 3J5
le transport en commun!
Le vendredi 21 octobre, entre
1 6 h et 18h, venez à la station
de mélro Honoré-Beaugrand
rencontrer A n d r é Giroux et
assister en direct au tirage!
Découvrez
•
Vous pourrez également y voir
et entendre une joyeuse troupe
de danse folklorique!
6 expositions plus captivantes,
les unes que les autres au Palais
de la Civilisation sur l'île NotreDame, tous les jours jusqu'à 18h.
Prit d'entrée: adulte 6,60 $
ainé/enfant 4,50 $
Ce concours est organisé
en collaboration avec
RADIO CITE
«SB»
• t r t o t M t »
S
i
•••••••••••
Palais de la Civilisation
->4
ART ET CULTURE SUR TOUTE LA LIGNE
(Ecrivez en lettres moulées s.v.p.)
•* i
Réponse
.
Nom
„
;
Age.
—,,
Code postal.
Adressa ,
. Téléphone (bureau)
Telephone (maison)
,,,
,.
Ce concours est organise par CITE FM 107 en collaboration avec La Prêtée, i j S T C U M . Air Canada Touramei te Patois de 'a Civilisation il etl ouvr-n a iuvi
les résidants du Québec jyc:» du lâ arn, et plus Loi. reglemenls complets peuvenl 6ti« obienui a la stanon radiophontquf CITE FM 107 Aucun achat requis
Mmoï 12h à 22h - Mercredi au dimanche lOh à 22h
R e n s : 397-6832 Rés. groupes: 397-6833 Ext. de Mtl: 1-800-363-9554
Le Jardin du Désir: Une halte-garderie creative et recreative.
;
Une présentation du Vieux Port de Monlieal réalisée par Lavalin Communicalions
UNE C É L É B R A T I O N M U S I C A L E
CKAC973
Ayez du coeur.
Faites un don à la S.RCA.
RADIO C I T t
miimaaim
107-
.
Canadien
©prSVIgo
|gg|jg
aOHNNYI 1 /
CLEGG&) \
AVUKAll)
& $kifW§
A R T I S T E
S T E V E
I N V I T É
F O R B E R T
Mardi 15 N o v e m b r e
19H30
. BILLETS 2 3 , 5 0 $ , 18,50$ EN VENTE AU GUICHET DU
\ • ST. DENIS ET À TOUS LES COMPTOIRS TICKETRON.
i..
u
•
ftl'UtMIIS
*
-
.i " V P .
•-•< I • .• Si « f . f .
Hfii.p-qnrmrTT-. IU«> 4.'
At t u " . [> ir i ,i>i" fi-- c t ' - i '
1
1
/ H R r-
NICOLA MARTINUCCI ROSALBA RUSSO-JSUBEpOSCANDIUZZI
Ténor
Soprano
Basse
RUZA BALDANI
Mezzo soprano
GIUSEPPE VERDI
Jeudi 27 octobre 1.988
20hÔ0Le choeur du Festival,
M i kl os
Iilkâcs, adjoint à la direction musicale
et Orchestre
Métropolitain
Direction musicale:
1160 butât. Sherbrooke. M a l w n A l u n .
!
Ouverts tous le» Jours des midi.
Principales curies de credit acceptées.
Le dimanche dit I7h
GIUSEPPE RAFFA
Billets: 4 0 S, 6 0 S , 8 0 S , 100 S
En vente à la Placé des Arts
Réservations téléphoniques: 842-2112 (frais de service)
Redevance'de 1 S sur tout billet de plus de 7 S
Tickctron et Télétron (288-2525)
Renseignements : 845-77.v 7
E18
LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMED115 OCTOBRE 1988
CINÉMA
Les personnages d'un film, ce
sont des voisins de palier; ceux
d'un roman, des amis intimes...
S U I T E DE L A PACE E1
René Lévcsque accepta avec enthousiasme et refila le synopsis à
Jacques Fortin, des Éditions Québec Amérique. L'idée du roman
prenait forme. Mais le m o m e n t
était mal choisi. Claude Fournier
avait a u t r e chose en tête.
Trop occupé par le tournage du
film qu'il venait d'entreprendre,
il lança à l'éditeur: « Laisse-moi
d'abord finir ma vraie job, après
on verra... »
U n a n passa. Le réalisateur de
Déuxfemmes en or et de Bonheur d'occasion r e t o u r n a v o i r
J a c q u e s F o r t i n en n o v e m b r e
1987; Celui-ci lui d e m a n d a alors
s'il c o n n a i s s a i t q u e l q u ' u n qui
pouvait écrire le roman à partir
du scçhario du film.
« O u i , m o i ! » , lui a répondu
Claude Fournier sans la m o i n d r e
hésitation. II songeait depuis trop
longtemps à retourner à l'écriture
pour confier le travail à quelqu'un d'autre.
Les 100 premières
Mais un mois après, il s'en mordait un peu les doigts...
« Fortin m'avait p r é v e n u . La
rédaction d'un premier roman
n'est pas facile. Une fois les 100
premières pages écrites, je trouvais que le sombre tableau qu'il
m'avait dressé avait un certain
réalisme », laisse tomber le réalisateur, en rallumant pour un enième fois son cigare, assis en petit
b o n h o m m e sur sa chaise.
« )'ai mis un mois à me décider
avant de poursuivre. J'ai finalement commencé le 2 janvier et
j'ai écrit sans arrêt jusqu'au 8
août. J'ai travaillé de 70 à 80 heures par semaine dans ma maison
de S a i n t - P a u l d ' A b b o t s f o r d »,
précise-t-il.
Marie-Josée R a y m o n d , historienne de formation et productrice du film t e s Tisserands, revisait
tous les soirs son travail. Quand
ce n'était pas à son goût, elle le
lui disait et Claude Fournier reprenait ses devoirs d'écolier sans
dire un mot.
A u j o u r d ' h u i , il p a r l e d é j à
d'écrire deux autres livres. •
« J'ai adoré l'expérience, lancet-il. Je sais que je vais continuer à
écrire des romans. Jusqu'à maintenant, je n'avais écrit que des
nouvelles et deux recueils de poés i e : un g e n r e t r o p é s o t é r i q u e
pour ce que je suis. »
H ajoute: « S i je n'avais pas à
terminer le montage du deuxième long métrage des Tisserands,
je commencerais, demain la rédaction d'un nouveau livre. Mais, je
ne sais pas ce qui va arriver... »
« Je suis ambivalent: le tournage me tente a u t a n t que l'écriture... II y a des différences énormes
e n t r e les d e u x . U n film, c'est
beaucoup plus technique qu'un livre. L'auteur d'un roman a aussi
une plus grande liberté quant à la
construction de son récit.
« Par ailleurs, dit-il, il faut faire
une recherche en profondeur des
personnages dans un livre. Pas
dans un film. Pour faire une comparaison, je dirais que les personnages d'un film ce sont des voisins de paliers et les personnages
d'un roman, des amis intimes.
«L'écriture, c'est aussi moins
c o n t r a i g n a n t , ajoute F o u r n i e r .
L'auteur n'a pas de problème de
temps ou de budget. La seule contrainte qu'il a, c'est le nombre de
pages. Dans mon cas, l'éditeur
m'avait demandé 400 pages ou
moins. J'en ai fait 500... »
Le sujet de ce premier roman,
qui porte le môme titre que le
long métrage, Les Tisserands du
pouvoir, lui tient particulièrem e n t à coeur. Il raconte l'exode
des milliers de Québécois qui, au
début du siècle, ont fui la misère
pour aller travailler dans des usines de textiles, en Nouvelle-Angleterre.
Le récit commence en 1987, à
W o o n s o c k e t , au Rhode Island.
Un vieil h o m m e menace de s'enlever la vie parce qu'on vient de
cesser la diffusion des émissions
de télévision en français. Un caméraman s'intéresse à son sort et
découvre son passé. On remonte
ainsi jusqu'en 1907 pour suivre la
saga de trois générations de la famille Lambert.
Claude Fournier s'est intéressé
à cette page de l'histoire du Québec après avoir fait la connaissance de la fille de celle qui incarnera la Simone de son film...
« C'est souvent c o m m e ça: plus
on vieillit et plus on voyage et
plus On se rend compte que le
monde est petit. J'ai toujours été
fasciné par les hasards et les rencontres fortuites », dit-il.
Le réalisateur et la productrice,
Mme Raymond, ont effectué
deux a n s de recherche en France
et aux États-Unis avant d'entreprendre la scénarisation.
Le projet initial était de tourner une minisérie pour la télévision. Six épisodes, c'est tout. Mais
le scénario a vivement intéressé
le p r o d u c t e u r R e n é M a l o , q u i
s'est associé à l'aventure en fournissant un septième du budget de
près de $ 7 millions.
Sortie: 21 o c t o b r e
Résultat: une minisérie et deux
longs métrages o n t été réalises. Le
premier film prend l'affiche le 21
octobre alors que la sortie du second est prévue pour la fin de
l ' a n n é e o u le d é b u t de 1989.
Quant à la série télévisée, elle
doit ê t r e diffusée à l ' a u t o m n e
prochain.
Du côté de la distribution, on
retrouve des comédiens aussi connus que Gratien Gélinas, Michel
Forget, Juliette Huot, Gabrielle
Lazure, Dominique Michel, Charlotte Laurier, Andrée Pelletier,
Denis Bouchard et Donald Pilon.
Des comédiens qui nous poursuivent dans le roman.
« J'ai songé à écrire un livre ;ut
tout début de la scénarisatiori
confie Fournier. Je trouvais que
l'histoire était trop riche pour en
faire un film. Et c o m m e j'étais 1^
p r e m i e r à a b o r d e r c e sujet-là;
j'avais envie de lui d o n n e r une
vie littéraire. Les films, on le sait,
ont la vie courte. »
Un peu plus tard dans l'entrevue, il avouera : « Mais sans René
Lévesque, je ne sais pas si je l'aurait écrit. Probablement pas.,
ECOLES
COURS DE DESSIN ET
TECHNIQUE DE LA PEINTURE
Selon la tradition des maîtres anciens.
Atelier pour élèves débutants,
intermédiaires et avancés.
C.C'.E.H.
Le Centre de Consultation et d'KnseiRnement Holistique enr.
vous présente
Jacques Lajounesse
499-0365
ÉLECTROGRAPHIE ET MÉDECINE ÉNERGÉTIQUE
la p h o t o g r a p h i e des énergies au service de la santé
Atelier de
formation
animé par
Hervé Moskovakis
ing. en physique du solide
.et
Georges HarJjo
chercheur
- C o n n a i s s a n c e d e soi
- C o u r s d e natation offerts à
d e s adultes qui ont très p e u r
de l'eau, 10 p e r s o n n e s max.
• S e s s i o n de 6 s a m e d i s matin
à partir du 29 o c t o b r e 1988
- Groupe de nouveaux:
9hà10h30
Groupe d'anciens:
11 h a 1 2 h 3 0
• Inscription maintenant: 30$
• C o û t : 130$
Rens.: Lucie Trudeau
737-4981
Pour vous inscrire
ou pour recevoir
plus d'informations
contactez-nous au
(418) 648-9898
CONFÉRENCES 19:30 lues
•
•
10% de réduction
si l'inscription se
fait avant le 2 0 octobre
QUEBEC: 28-29-30 octobre
de 9h à 17h
MONTRÉAL: 4-5-6 novembre
«e 9h à.17h
F r é d é r i c - A n d r é Hurteau
M. A. Psychologie Transpersonnelle
(Auditorium du Collège Français
5210 Durochcr)
S é d u i r e l'autre a v e c s u c c è s
Mardi 18 octobre/
Vendredi 21 octobre
V i v r e e n c o u p l e e n 1988
Mardi 8 novembre
'Réservations nécessaires
270-5269
,
FINS DE SEMAINE
(à la campagne)
• T a r o t et s y m b o l e s a n c i e n s
18-19-20 novembre
C . C . E . H . 192 ëve Umontagne.
QUEBEC G1L2C4-
•
E s t i m e de s o i / C o n f i a n c e
•
25 - 26 - 27 novembre
Intuition/créativité
2 - 3 - 4 décembre
VACANCES-SANTÉ
•
L â c h e r p r i s e au soleil
" île de Saint-Martin
26 déc. au 9 janvier
INSCRIPTIONS IMMÉDIATES
(514)383-6550
Permis du Québec
CONSERVATOIRE
LA^MLE
£5'
• 4
1
L'AMOUR
du FRANÇAIS
depuis 80 ans
m»
-1988
oveenous
le25octoke
UN RENDEZ-VOUS POUR
TOUS LES ANCIENS ÉLÈVES
LE DIMANCHE 23 OCTOBRE
DE 11 H À 15 H
V
UNE INVITATION DE
NICOLE GERMAIN
CONSERVATOIRE LASSALLE
3 5 0 5 , RUE D U R O C H E R
MONTRÉAL,
QUÉBEC
H2X 2E7
TÉL.:288-4190
PRÉSIDENTE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION
JACQUES LAURIN
DIRECTEUR GÉNÉRAL
LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMED115 OCTOBRE 1988
E19
FAMOUS PLAYERS
AVEZ-VOUS VU ?
«C'est la meilleure performance de
Whoopi Goldberg depuis T h e Color
Purple'. Son talent et son habileté débordent.»
iim
immmiu
CUUIMMI
— Richmond Shepard, WNEW-AM RADIO N. Y.
«GOLDBERG... un véritable éblouissement. Le
scénario est vif et les scènes résonnent
comme un tambour!»
TORONTOSTAR
Whoopi Goldberg
Clara's Heart
Version o. anglaise
Une oeuvre
cinématographique
explosive
qui vous choquera
et vous troublera!
DEBRA W I N G E R
T O M BERENGER
LA MAIN DROITE
DU DIABLE
-...... C O S T A - G A V R A S
Gian Maria Volonté dans L'oeuvre au noir d'André Delvaux.
• A R o o m w i t h a v i e w ( Conser\ a t o i r e d'art c i n é m a t o g r a p h i q u e ,
d i m a i i c h e ) - L u c y d o i t épouser
C e c i l mais elle est secrètement
cprise de G e o r g e q u ' e l l e a r e n c o n t r é lors d ' u n v o y a g e e n Italie.
Dans l'Angleterre d u début d u
siècle, o n se m a r i e t o u j o u r s selon
les t r a d i t i o n s v i c t o r i e n n e s . S u r tout si l ' o n est d ' u n e f a m i l l e b i e n .
U n e étude fort b i e n t o u r n é e , d r ô le et e n l e v é e , signée James I v o r y .
• B a r f l y ( K i a l t o , l u n d i et mercred i ) - L ' h i s t o i r e d ' u n poète a l c o o l i q u e écrite par... un poète a l c o o l i que. Et interprétée p a r l'un des
meilleurs acteurs a m é r i c a i n s de
bu g é n é r a t i o n . M i c k e y R o u r k e .
A v e c Faye O u n a w a y q u i b o i t aulunt q u e le poète... U n f i l m libérateur.
• D e b r u i t et d e f u r e u r ( C i n e plex C e n t r e - V i l l e 5 ) - L a F r a n c e
m a r g i n a l e des banlieues o ù les
enfants a p p r e n n e n t tôt les réalités de la v i e . U n h u m o u r n o i r . U n
Film d u r . A v e c un côté p o é t i q u e
étonnant.
• D i e H a r d ( A s t r e 3. C i n e p l e x
C e n t r e - V i l l e I, Place A l e x i s - N i h o n I et P o i n t e - C l a i r e 3 ) - D r a m e
p o l i c i e r dans lequel B r u c e W i l l i s
tient tète ù des terroristes armés
j u s q u ' a u x dents. A r r i v e la police,
q u l c o m p l i q u e les choses... U n excellent suspense, dans la meilleure t r a d i t i o n h o l l y w o o d i e n n e .
• L a G r e n o u i l l e et la b a l e i n e
( S t - D e n i s 3 ) - U n e espiègle fillette est d e v e n u e l'amie d ' u n d a u p h i n et d e baleines à bosses. U n e
c o m é d i e p o u r t o u t e la f a m i l l e
adroitement filmée par |eanC l a u d e L o r d dans la série Contes
pour tous de R o c k D e m e r s .
• M i d n i g h t R u n ( Bonaventure
2 ) - Savoureuse comédie polic i è r e avec R o b e r t D e N i r o et C h a r les G r o d i n . D e N i r o d o i t r a m e n e r
a Los A n g e l e s G r o d i n q u i s'est caché à N e w Y o r k après a v o i r v o l é
u n m i l l i o n à la pègre. G r o d i n a
u n e peur maladie d e l ' a v i o n . Le
v o y a g e se fera p a r t e r r e . A v e c
quels r e b o n d i s s m e n t s !
• L ' O e u v r e au n o i r ( Dauphin
2 ) - Film sur l'intolérence.
D'après un r o m a n de M a r g u e r i t e
Y o u r c e n a r . M é d e c i n et p h i l o s o phe. Z e n o n remettait e n cause ce
q u ' o n tenait p o u r vérités d i v i n e s .
L'histoire se passe e n F l a n d r e au
X V I e siècle. Z e n o n est cité à p r o cès p o u r hérésie.
• Les Portes t o u r n a n t e s ( C o m plexe Desjardins 4 ) - U n peintre
d é c o u v r e le passé de sa m è r e d o n t
il fut séparé à sa naissance. À travers ce f i l m attachant s u r la mémoire, Francis M a n k i e w i c z évoq u e la v i e d ' u n e pianiste d u temps
d u c i n é m a muet.
U N I T E D A R T I S T S « k „ ... - u ^ <. I R W I N W I N K L E R
DEBRA WINGER T O M BERENGER
rCOSTA-GAVRAS " L A M A I N DROITE D U DIABLE"
.,. | O H N H E A R D
|OHN MAHONEY
"»3S1
|OEE S Z T E R H A S . H A L W. POLAIRE
-«JBILLCONTI
•'..'|OE E S Z T E R H A S
"•VJIRWIN WINKLER
COSTA-GAVRAS
• P s y c h o ( C o n s e r v a t o i r e d'art c i n é m a t o g r a p h i q u e , samedi ) - U n
Hitchocck archiconnu. Avec A n t h o n y P e r k i n s en p s y c h o p a t h e
c h e z q u i t o m b e par hasard la malh e u r e u s e l a n e t L e i g h . U n e séq u e n c e h o r r i b l e et i n o u b l i a b l e :
celle de l'assassinat dans la d o u che, d e r r i è r e le r i d e a u , avec l'eau
q u i rougeoie...
*I
• Les A m a n t s de M a r i a ( Ouimetoscope, l u n d i ) - U n e histoire
d ' a m o u r e n t r e d e u x amis d ' e n f a n ce q u i se r e t r o u v e n t après la guerre, s'épousent, se quittent... M e r veilleuse i n t e r p r é t a t i o n de Nast a s s i a K i n s k i , | o h n S a v a g e et
K e i t h C a r r a d i n e . U n e mise en
scène d u réalisateur soviétique
A n d r e i K o n c h a l o v s k y , d o n t c'est
le p r e m i e r f i l m a m é r i c a i n .
VIDEO
.ll»«V»IS0>iKU'V!']ir9lî
A PARTIR DE
$9?
5
| "
r
» • - D -,,
.f,
i
j
• ft
fjl
WARNER BROS. P K « M ,
MTM ENTERTAINMENT Producuon
WHOOPI GOLDBERG "CLARA'S HEART"
MICHAEL ONTKEAN • KATHLEEN QU1NLAN • SPALDING GRAY
BEVERLY TODD
i n d u c i n g NEIL PATRICK HARRIS
M I M C t » DAVE GRUSIN
B w c u t i v e Producer MARIANNE MOLONEY
Stmnplat
MARK MEDOFF I b M x I u p u n l h c ' n m c i b ) JOSEPH OLSHAN
PrwkK-oibv MARTIN ELFAND Ditto**
ROBERT MULLIGAN.
• B a g d a d C a f é ( l i e r r i 4 et C a r r e f o u r Laval I. E n v . o . avec s.-t.
français : C i n e p l e x C e n t r e - V i l l e
8 ) - U n café en p l e i n désert
a m é r i c a i n . U n e touriste allemand e y d é b a r q u e . D ' a b o r d suspecte,
elle d e v i e n d r a la c o q u e l u c h e des
l i e u x . U n petit f i l m au c h a r m e irrésistible s i g n é Percy A d l o n .
• C r i s et c h u c h o t e m e n t s ( O u i n i e t o s c o p e . m a r d i ) - L ' u n des
m e i l l e u r s f i l m s d ' i n g m a r Bergm a n . E n n o i r , blanc et rouge.
F i l m sur l ' a g o n i e d ' u n e femme
( H a r r i e t A n d e r s s o n ) . V e i l l é e fun è b r e o ù c h a c u n se dit ses v é r i tés... U n f i l m b o u l e v e r s a n t .
• La D e r n i è r e t e n t a t i o n d u
C h r i s t ( Brossard 2 et D a u p h i n 2.
En v . o . : Place d u C a n a d a ) - E x t r ê mement controversé. Pourtant
pas d e q u o i v o u e r le cinéaste M a r tin Scorsese à la G é h e n n e ! L e
C h r i s t en tant q u ' h o m m e , m o m e n t a n é m e n t d é p o u r v u d e ses attributs d i v i n s , q u i veut é p r o u v e r
toutes les tentations et les faiblesses propres a l'espèce h u m a i n e . Y
c o m p r i s les a i g u i l l o n d u d é s i r
charnel...
Version française de: BETRAYED
A L'AFFICHE DES VENDREDI LE 21 OCTOBRE
DANS NOS CINÉMAS FAMOUS PLAYERS.
À L'AFFICHE DÈS VENDREDI LE 21 OCTOBRE
DANS NOS CINÉMAS FAMOUS PLAYERS.
Déjà en anglais au PALACE
PRE PUBLICITE £j
Tante Felice a une
sale façon de
montrer son
affection...
FILM
EN ATTENTE DE
CLASSEMENT
• L ' I n s o u t e n a b l e Légèreté de
l'être ( Cineplex Centre-Ville 2 ) Le r o m a n d e M i l a n K u n d e r a porté à l'écran p a r un cinéaste amércain t o u r n a n t dans la meilleure
tradition d u cinéma européen.
Sur le d r a m e d e l'artiste tchèque
au l e n d e m a i n d u « C o u p de Prag u e » de I968.
• Les T r o i s S o e u r s ( Berri 2 ) C o m é d i e d r a m a t i q u e de M a r g a r e the v o n T r o t t a . S u r la v i e ,
l ' a m o u r . E t la r e c h e r c h e d ' u n
bonheur impossible. U n film intéressant.
• U n ange d é n o m m é W a n d a
( L a v a l 4 et V e r s a i l l e s 4. E n v . o . :
C i n e m a V salle 2, F a i r v i e w I et
Loew's 2 ) - Comédie britannique
dans laquelle trois escrocs se d o n n e n t des c r o c s - e n - j a m b e a p r è s
a v o i r dévalisé u n e b a n q u e . D a n s
le g r o u p e , u n e femme n o m m é e
W a n d a tire son é p i n g l e d u j e u , séd u i t u n très s é r i e u x avocat... T r è s
drôle.
S3
r
• r
A„
N e le faites pas
les yeux fermés.
VERSION O. ANGLAISE
'THE
EVEil
•-
EN VERSION
FRANÇAISE
• U n monde à part ( Université.
En v . o . : Palace b ) - U n f i l m exc e p t i o n n e l p a r s o n actualié. sa sobriété. S u r l ' a p a r t h e i d . L'histoire
est v u e par u n e adolescente d o n t
le p è r e , f a r o u c h e m e n t opposé à la
politique de Pretoria, doit fuir à
l'étranger. L a mère de la petite est
j o u r n a l i s t e . E l l e c o n t i n u e le c o m bat. L a p o l i c e l'arrête, l ' e m p r i s o n ne, l ' i n t e r r o g e . . . U n f i l m é m o u vant. Et beau.
bijou
i >
|AU9Sil
COMMODORE
ir«00 UUUL.COUIN
I
IIU « S 6 0 ,
«HARDIESSE»
TRI-STAR PICTURESASTRAL FILM ENTERPRISES*^
A TRILOGY FILM PRODUCTION "«"fflBRICHARD B. LEWIS A PEN DENSHAM FILM
KISS" JOANNA PACULA MEREDITH SALENGER MIMIKUZYK NICHOLAS KILBERTUS A J A N RUBES&* " W . PETER ROBINSON
" S R O Y FORGE SMITH « R I C H A R D B. LEWIS ^ S T E P H E N VOLK ^ S T E P H E N V O L K M T O M ROPELEWSKI
rJOLssssjss]
m DENSHAM w JOHN WATSON ^ P E N DENSHAM
An ASTRAL FILMS Release
À L'AFFICHE DÈS VENDREDI LE 21 OCTOBRE
DANS NOS CINEMAS FAMOUS PLAYERS.
E20
LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMED115 OCTOBRE 1988
CINÉMA
Festival du nouveau cinéma /Sous le signe de la diversité
LUC
PERREAULT
uelques jours
avant l ' o u verture du I7 Festival international
du nouveau cinéma et de la vidéo,
tout baigne dans
l'huile pour cette
manifestation que les malheurs
n'avaient pas épargnée ces derniers douze mois.
La plus récente tuile en août
dernier a consisté en l'incendie
des locaux administratifs du festival, rue Saint-Luurent. Plutôt que
de ralentir l'ardeur des organisateurs, cette épreuve semble au
contraire les avoir stimulés. Une
visite aux locaux temporaires cette semaine m'a permis de vérifier
ue tout fonctionne déjà ù plein,
'ordre et la bonne humeur régnent dans ces bureaux bien aérés
où, dix jours avant le début du
festival, s'entassent déjà les programmes, les grilles-horaires, les
'affiches et le matériel de presse.
Les deux co-directeurs qui vous
C
?
y accueillent ont la situation bien
en mains. O n disait pourtant le
festival moribond en février dernier au moment où éclata la nouvelle que le co-directeur Dimitri
Eipides venait d'accepter un poste à Toronto. Pourtant le même
Lipides est toujours co-directeur
aux côtés de Claude Chamberlan
et sa présence, loin de s'estomper,
s'affirme encore plus cette année.
Il n'y a pas de conflit, soutientil, entre son poste de programmateur à l'estival of Festivals et celui
de co-directeur et programmateur
du Festival du nouveau cinéma.
Les deux festivals se tiennent à
des dates et dans des villes différentes. D e plus, ils sont loin
d'être concurrents. C'est d'ailleurs l'impressionnante sélection
canadienne du festival que dirige
I "ex-Montréalaise Helga Stephenson qui a convaincu Chamberlan
cette année de consacrer un espace privilégié à notre cinematographic nationale.
Une autre bonne nouvelle, c'est
que le programme « très attirant,
très diversifié » de cet événement
annuel, selon les mots de Claude
Chamberlan, a cette fois fait l'objet d'une sélection plus serrée que
les années passées. O n a réduit le
4Mr
*>. •»•*?>
.
nombre d'oeuvres inscrites, précise Dimitri Eipides, ce dont personne ne se plaindra. Le programme comporte cette année 58
longs métrages, 55 vidéos et seulement dix courts métrages répartis sur onze jours de projeciton,
soit du 20 au 30 octobre.
Présence portugaise
L'événement marquant de ce
17 festival consiste en un hommage au cinéma portugais. Il se
compose de huit longs métrages,
tous sous-titrés en français, comme le soulignent avec fierté les
deux directeurs.
« Il est évident pour nous, fait
remarquer Chamberlan, qu'il se
passe quelque chose celte année
au Portugal. »
Les deux directeurs ont effectué des voyages réguliers au pays
de la révolution des oeillets depuis deux ou trois ans.
« Ce fut une découverte pour
nous, commente Eipides. Un pays
dotée d'une production aussi modeste — entre 8 et 12 longs métrages par année — parvient à
tourner des films d'une qualité
exceptionnelle. »
e
Même si les cinéastes qui figurent dans cet hommage ne sont
pas encore très connus, ils s'expriment dans un nouveau langage
qui reflète dans une plus ou
moins large mesure l'influence de
Manoel de Oliveira, le grand précurseur, selon eux, de cette avantgarde portugaise.
Parmi la quarantaine d'invités
étrangers déjà annoncés, on prévoit la présence d'au moins quatre réalisateurs portugais. Le festival diffuse un tiré à part bilingue
— français-portugais — du programme portugais. Le public-cible est évidemment la communauté ethnique portugaise, pas
seulement de Montréal mais également de l'extérieur.
t
0f
A
J5y
:
; Un film qui fera sûrement parler de lui : le long document ( a h 30 )
que que le réalisateur Marcel Ophuls a consacré à l'affaire Klaus
Barbie -.Hôtel Terminus — Klaus Barbie et son temps.
Allen, Ivens et Cie
Un autre visiteur de marque
qu'on espère bien attirer à Montréal est mieux connu des cinéphiles. Il s'agit de W o o d y A l l e n .
Dans Meeting W.A., un vidéo
d'une durée de 26 minutes tourné
par Jean-Luc Godard, le célèbre
réalisateur new-yorkais discute
avec son homologue suisse du
rôle de la télévision, de la magie
des salles de cinéma et du rêve
qu'ils caressent tous deux de réaliser un chef-d'oeuvre. Si jamais
la présence d'Allen se concrétisait, chose peu probable, il serait
intéressant de la faire coïncider
avec le lancement de son nouveau long métrage. Another Woman, qui vient juste de prendre
l'affiche à New York, Los Angeles et Toronto.
On dit beaucoup de bien du dernier film de l'Espagnol Pedro Almodovar, Women on the verge of a
nervous breakdown
s'agit de la venue de loris Ivens,
90 ans, et de sa compagne Marceline Loridan. Ivens a obtenu un
Lion d'Or honorifique pour l'ensemble de son oeuvre au dernier
Festival de Venise. U n e séancehommage lui sera consacrée où
l'on pourra voir quelques-uns de
ses films : La Pluie ( 1929 ), The
Spanish Earth ( 1937 ), À Valparaiso ( 1963 ) et Une histoire de
ballon ( 1973-75 ). C o m m e ces
films proviennent des collections
de la Cinémathèque québécoise,
le festival en profitera pour souligner les 25 ans de cet organisme.
O n verra également un montage
d'une quinzaine de minutes d'un
document inédit sur Ivens qu'Arthur Lamothe avait tourné lors
du dernier passage à Montréal du
réalisateur hollandais.
cise qu'on « y travaille depuis un
an et demi ». Quant au second, il
se dit très fier de le voir figurer à
son programme.
Parmi les tètes d'affiche de cette année, il faut sans doute faire
figurer The Thin Blue Line d'Errol Morris. Ce documentaire doté
d'une trame musicale de Philip
Glass remporte en ce moment un
vif succès â New York. Il a même
provoqué la réouverture d'un
procès qui remet en question la
peine capitale. Selon Chamberlan, le traitement cinématographique « est d'une nouveauté absolument extraordinaire ».
traits d'Alain Cavalier et Damnation de Bêla Tarr.
Côté québécois, on attend notamment le nouveau Forcier, Kalamazoo, La Ligne de chaleur
d'Hubert-Yves Rose et La Boite à
soleil de Jean Pierre Lefebvre. La
présence québécoise risque de se
faire sentir également dans le secteur vidéo. Selon Thrassyvoulos
Giatsios, responsable de cette section et l'un des trois programmateurs du festival ( a u .même titre
que les deux directeurs ), la production canadienne et particulièrement québécoise a réussi à se
hisser au niveau de la compétition internationale. Il mentionne
avec fierté, entre autres, les noms
de Luc Bourdon, de François G i rard et de Bernard Hébert. Dans
cette section, signalons enfin la
série de quatre heures sur la célèbre écrivaine Marguerite Duras,
Au-delà des pages.
Un autre film fera sûrement
parler de lui. Il s'agit du long document ( 4 h 3 0 ) que le réalisaMais le Festival du nouveau ci- teur du célèbre film Le Chagrin et
néma et de la vidéo s'est assigné la pitié, Marcel Ophuls, a consac o m m e mission de révéler de cré à l'affaire Klaus Barbie : Hôtel
nouveaux talents et des oeuvres Terminus — Klaus Barbie et son
Rappelons que la pré-vente des
novatrices. Les exemples abon- temps. O n dit également beau- billets, de la carte festival ( 10
dent, selon les deux directeurs. Ils coup de bien du dernier film de séances ), de la carte cinéphile
signalent notamment la présence l'Espagnol Pedro A l m o d o v a r , ( 20 séances ), de l'affiche et du
de deux films attendus depuis Women on the verge of a nervous programme débute dès aujourplusieurs mois mais encore iné- breakdown.
d'hui dans les quatre salles où se
dits à Montréal : Mon cher sujet
déroulent la manifestation, c'estde la Française Anne-Marie MiéD'autres titres a retenir : C7/o- à-dire le Ouimetoscope et la Cinéville et Distant Voices, still lives colat de Claire Denis, lane B. par mathèque québécoise pour ce,qui
de l'Anglais Terence Davies. Pour Agnès V. d'Agnès Varda, Spike est cinema ; le Parallèle et le Goele premier film. Chamberlan pré- on Heart de Paul Morrissey, Porihe-Inslitut, côté vidéo et films.
Une autre presence devrait être
marquée d'une pierre blanche. Il
Une affaire de femmes
Un regard exemplaire
Si
LUC
V
PERREAULT
ichy 1942 au coeur de la
France occupée. Les temps
;sont loin d'etre à la rigolade.
• Pour Marie qui vit seule avec ses
! deux enfants, tout plutôt que eet; le g r i s a i l l e . Pendant que son
• mari, Paul Latour, est prisonnier
[quelque pari en Allemagne, cha• que nouvelle journée lui apporte
su ration d'ennui, sans oublier les
privations.
s'agrandit. Le métier est payant.
Finies les privations. Marie va enfin pouvoir gâter ses enfants.
Mais il y a la voisine qui vient
de tomber enceinte. Marie, son
amie veut bien lui donner un
coup de main. Un lavement à
base de savon très fort et le tour
est joué. Voilà Marie transformée
en « faiseuse d'anges ». Le mot se
répand autour d'elle. La clientèle
Au retour du mari, su femme
ne le voit plus. Son travail l'absorbe trop. Elle se consacre avant
loin à ses amis, notamment à sa
copine Lucie, une prostituée à qui
elle loue une chambre. Elle vu
prendre un amant. Lucien, collabo sur les bords. Pour elle, la vie Krisna est amoureux d'une toute jeune prostituée venue du Népal.
est belle.
Chez Marie, on ne sent aucune
malice. Dans sa tète, l'uvorteinent
n'a rien d'un crime. C'est seulement un moyen pour améliorer
sa condition. Elle a pourtant des
doutes. « Les bébés ont-ils une
âme ? », demande-t-elle un jour à
sa copine. « Faudrait d'abord que
leur mère en ait une », répond
l'autre.
De l'intérieur
Isabelle Huppert se contente
d'être Marie Latour. Elle y réussit
magistralement, avec une aisance
folle. Quant à Chabrol, cynique à
souhait, il se réfugie derrière le
paravent du constat. Jamais il ne
condamne son héroïne. Le juge
s'en chargera. Cas célèbre dans la
France de Vichy, Marie Latour
fut condamnée en 1943 à la guillottinc. Dans un pays dont la devise était alors « travail, famille,
patrie », il fallait donner l'exemple.
Le côté tristounet de l'Occupation, Chabrol parvient à le traduire avec une économie de moyen
remarquable. Tout coule avec
une apparente facilité. O n ne sent
jamais chez lui cet effort appliqué
pour reconstituer l'époque. Le cinéaste préfère l'évoquer de l'intérieur. L'Occupation, c'est Isabelle
Huppert qui gèle dans un logis
mal chauffé ou une petite famille
qui, pour tout repas, n'a que des
pommes de terre à se mettre sous
la dent. Comme dans Au revoir
les enfants de Malle, l'émotion
passe au premier rang. D'où cette
impression d'échapper aux clichés et aux redites. Voilà donc,
derrière ce regard exemplaire, un
grand Chabrol et une grande leçon de maîtrise du métier de cinéatc.
Deux scènes du film Une histoire de femmes de Claude Chabrol
avec Isabelle Huppert et Niels Tavernier.
\
UNE AFFAIRE D E FEMMES,
de Claude Chabrol, au Desjardins
I.
Salaam Bombay! de Mira Nair
La beauté du réel
SERGE
DUSSAULT
E
n prise directe sur la réalité.
Salaam Bombay!. Sans apitoiement. Sans enjolivure. Mira
Nair ne fait pas de la misère un
objet de curiosité. Elle ne la cache
pas non plus. Elle montre sans juger. Avec une tendresse évidente
pour ces enfants des rues qu'elle
connaît bien. À propos d'eux, elle
parle d'humour, de dignité et de
courage.
Salaam Bombay! est à la fois
documentaire et fiction.
Documentaire parce que le scénario s'est enrichi de l'expérience
d'une vingtaine d'enfants des
rues de Bombay que Mira Nair a
fait travailler en studio avant le
tournage. Documentaire parce
que la caméra de Mira Nair, installée dans des lieux réels — rues,
bordel du red light, maison de redressement, etc. — en capte la vie
et retient le son direct qui ajoute
à lu vérité de l'image. Fiction parce que toute celte réalité a été reconstruite, qu'il y a une progression dramatique organisée et que
les enfants jouent des personnages.
louent? Pas dans le mauvais
sens. Ils ont vile appris à ne pas
jouer devant la caméra; ce sont
les quelques acteurs professionnels du film — îles adultes — qui
onl dù oublier leur technique
pour devenir aussi vrais que les
enfants.
Le scenario s'articule uulour
d'un garçon de dix ans. Krishna a
quitte son village pour gagner a
Bombay les 500 roupies que lui
reclame su mère. Il devient chah
pau, c'est à dire porteur de thé.
Le plus modeste des boulots, le
plus mal payé. Il faudra des mois
à Krishna pour ramasser 500 roupies. À peine plus de quarante
dollars canadiens. Krishna grimpe et descend les escaliers avec
son thé, vérifie la monnaie... Autour de lui, des garçons paumés,
une adolescente achetée et revendue par une tenancière de bordel,
un pusher mythomane qui meurt
d'une overdose et un pimp qui
n'en impose plus à personne.
Il y a longtemps que la fiction
ne s'était pas aussi directement
inspirée de la rue. L'âge des enfants et leur vie difficile rappellent Pi.xotc d'Hector Babcnco.
Mais Pixote était un film noir, un
film douloureux. Salaam Bombay! est, au contraire, un film
d'espoir. Un film de couleur, un
film chaleureux. Et cette misère?
Elle peut nous paraître insurmontable; elle est banale pour ces enfants très tôt indépendants et très
vite débrouillards. Victimes d'un
système social complexe? Sans
doute. Mais pas écrasés par lui. Ils
ont gardé une pureté... Les seuls
personnages hideux du film sont'
les riches ventripotents et les
grosses emperlées se gavant dans
un banquet où Krishna et ses
amis font le service.
Mira Nair n'est ni une intellectuelle ni une esthète. C'est une
montreuse d'images... avec une
idée derrière la tète. C e qu'elle
cherche avant tout : donner de
l'Inde son puys, des images justes.
Elle cherche la vérité. O n pourrait reprocher à Salaam Bombay!
de ne pas la dire toute. De ne
montrer que furtivement lu richesse, plus scandaleuse encore
que la pauvreté. Ce sera peut-être
pour un aulre film. Mira Nair a
du moins le courage de ne pas faire le cinéma traditionnellement
rentable en Inde, celui des beaux
décors et des histoires insipides
jouées par des acteurs adulés
comme des dieux. Formée aux
États-Unis, elle a subi l'influence
d'un cinéma occidental plus proche du cinéma-vérité, du néo-réalisme italien. Elle a aussi, je crois,
été influencée par les premiers
films de la Nouvelle Vague.
Salaam Bombay lest le premier
long métrage de la jeune cinéaste
née en Inde en 1957. Quelques
documentaires passés à la télévision l'ont fait connaître en Europe. 11 y a deux ans, nous voyions à
Montréal India Cabaret, documentaire sur quelques danseuses
de la banlieue de Bombay, prostituées sur les bords. Mira Nair ne
s'indignait pas. Elle soulignait, au
contraire, le courage de ces femmes « pas plus exploitées qu'à la
maison ». Ce métier, dont elles
n'ont pas à rougir plus que leurs
clients, leur assurait du moins
une certaine indépendance financière. C'est avec la même ouverture d'esprit qu'elle a tourné Salaam Bombay! qui lui a valu à
Cannes, le printemps dernier, la
Caméra d'or attribué au meilleur
premier long métrage. Le public
montréalais a suivi le jury de Cannes : début septembre. Salaam
Bombay!a reçu le Prix Air Canada accordé au film le plus populaire du Festival des films du
monde.
SALAAM BOMBAY!, de Mira Nair. Version originale avec sous titres anglais : Faubourg StcCatherine 3 Version française : Complexe
Desjardins 2 et Carrefour Laval 4.
E21
LA PRESSE. MONTRÉAL, S A M E D 1 1 5 O C T O B R E 1988
DIDI1S f A P B * p ( » i * n t »
LE DÉSERT DE L'AMOUR, LE CAFÉ DE L'AMITIÉ
/
n'i/AJ
Afe
c
"Un film u n i q u e en son genre, différent de tout
ce que l'on peut voir au cinéma. À la fois C o m i q u e
et t o u c h a n t . . . Bagdad Café, une histoire merveilleuse." ;
S'^i
-
fat
FRANCINE
GRIMAI.Dl.
CBF BONJOUR
RADIO-CANADA
G"
^ L # » e PIERRE
\ P.ERBEBOUTBON
S
^
T.HAREE
. .rruni
com OE
1
•/.V.î
MARIANNE
••}'*/•
*
m L 'I.\SO V T,ENA BLE
[LÉGÈRETÉ DE L'ÊTRE j
out of Rosenheim
DISTRIBUTION ACTION FILM
n n i D o m v s m « l E N VERSION
FRANÇAISE
I
CARREFOUR LAVAL
OMEGA
SI-DEWS
• s u - c A i m m w E zwjljj ;ao
AUT OU LAURENTIDES
V. ANGLAISE
SOUS-TITRES FRANÇAIS
UA-XM
ÇOjjjjtj Of WAjSOjWfUVt e 4 j . y s . |
G471122
BBSS.
COI'I flf M A i Ç 0 W U y t _ M 9 - 4 5 1 ! l
: CCH POUNDER
••
HOMME
12665 CH CHAMBLY . LONGUEUIL
J A C K PALANCE
f.-
|G
PETIT BON..iP
SAGEBRECHT
COIN DE MAISONNEUVE
ititM >
G
Grenouiller
r <»«m
D
JEAN-CLAUDE LORD
Er
K£J±
vtBsiON OBIOIHAU *noum
OÙ.
14.
COIN DE MAISONNEUVE
ST-DENIS
VERSION ORIGINALE ANGLAISE
S4j-4516
1550 RUE ST-D£'IIS 84i-:
CARREFOUR LAVAL
• 2330 AUT O t S LAURENTIOES 628-3684 ,
COIN OE MAISONNEUVE
649-4516
s u
V. A N G L A I S E SOUS-TITRES F S A N Ç A J S
COIN O E M A l S O N N E U V E 8494518
COIN DE MAISONNEUVE (-49-4516
COIN 0E MAISONNEUVE
VERSION
ORIGINALE
ANGLAISE
84J-4518
-TROIS SŒURS:
è.
ASTRE'
9480 LACOROAIFlf 327-5001
unfilmde
MARGARETHE VON TROTTA
avec
FANNY ARDANT'GRETA SCACCHI-VALERIA GOLINO
UTERMMOMSfHEK* PAOLOHLVDEL • .VADSOR.U
sqnaxtNAMOMCUMAIlAINI • CWUUGILSEPPE LANCI • MI w i ITLWCO PJFJSAMI
D t X u e O I A M n O B l K r N I l l U K O . » J M « J tSW.MEMCOM
BERRI
h
SI-DENIS • STE-CATHERINE
ïzzim
288-2115
118**7
»oum
Utm fimbravo! MmtiHctn, cbilctireuft et drôlr !
1
.M
Mit?
EN VERSION F R A N Ç A I S E
PARADIS
ST-DENIS • STE-CAÎHElllNE
268-21'i
9480 LACORDAIRE 327-5C0!
ODÉON LAVAL
CENlrlE iOUu • BOUl ST-MARTIH
637-520;
dx LONGUEUIL
PLACE
LONGUEUIL 679-7451
JULIETTE
& LONGUEUIL
ST-JÊRÛME
I
CARREFOUR DU NORD
SHIRLEY
P L A C E LONGUEUIL 679-745:
SHERBROOKE
BELVEDERE
ST-JÊRÛME I
CARREFOUR OU N0R0
"Les acteurs s o n t s u p e r b e s .
Intclllrfent... Spectaculaire..
Un film r e m a r q u a b l e . "
715-7000
ODÉON LAVAL
CENTRE 2000 • B O U l S.T-UARTffl 637-52Ï
8215 RUE HOCHELACA 354-3110
' CINEMA J0UETTF.
ST-JEAN
6CITE A FILMS
MacLAINE
u
n
n
m
g
on empty.
' a U M I MCA
VERSION
ORIGINALE
ANGLAISE
SOREL
U
C
r
U s performances Sunt auperbea.
Ici cmotioni sorti fortes."
SHERBROOKE
O N E MA CAPITOL
I TROIS-RIVIÉRES I
F L E U R CE L Y S
FRANÇAISE
FI
i
JEAN-TALON
E A N - T A t O N EST
VERSION
1590 RUE ST-DENIS 84!
CTJ3
I5S0 RUE S1-0ENIS 8-S5-3:-?
H I G H T
ïë
ST-DENIS
PIÈGE DE CRISTAL
ST-OENIS
L"
L
I
N
POINTE-CLAIRE
6, LE FAUBOURG
1616 S T E - C A I H E F i N E 0 932-2121
F I L M
N
T E A
S
T
6341 T H A U s C A N A D I E N S . ;
D.
E
W
O
O
E.->V.~
D
( M E I L L E U R E A C T R I C E - F E S T I V A L D U F I L M D E V E N I S E . 1988 }
<(Le meilleur rôle de l a c a r r i è r e de S h i r l e y M a c L a i n e . . . Ce sera
sûrement une mise en nomination pour un O s c a r . »
,
— Roger Eberl
W
((Performance et production remarquables.»
Mettant en vedette F O R E S T W H I T A K E R
^
g a g n a n t du M E I L L E U R A C T E U R au Festival d e C a n n e s 1.
— Jeffrey L y o n » , SMEAK PREVIEWS
«Une performance sensationnelle.»
— Gene Siskel
. . . . . . . .
. . . . . . . . .
. . .
• • •
••••••••
. . . . . . ^ J M
••••••^aaaj
...
. . .
. . . . . . . .
. . .
. . .
• • •
• • •
. . . . . . . .
• • • X ^ • • •
%yr
aaa
......... ... .........
........
.........
m
•••
.........
. . . . .•••
. . . .»«•
. . •••
...
... ... : •••
••• •••
•••
. . . . . . . . .
. . . . . . . . .
. . .
• . . .
• • •
• • •
••••••••a
• • « • « •
aaa aaaaaa a. .a. a • • »»»fm»
EN VERSION
FRANÇAISE
LN
FILM D E JOHN
SCHLESINGER
MADAME
SOUSATZKA
ï
"Il n'y a pas de deuxième acte
dans une vie d'Américain "
r->*:
I
"HM
II
11
I
J>
"l S r o i i F i i / q e r a m
C1NEPLEX O D E O N FILMS W « N T S . JOHN SCHLESINGER
SHIRLEY M a c L A I N E M A D A M E SOUSAT7.KA
U I V H P E C C Y ASHCROFT- SHABANA A Z M I • TWIGGY
LEIGH LAWSON • GEOFFREY BAYLDON NAVIN CHOWDHRY
- C L U C I A N A ARRIGHI .-MVIW NAT CROSBY u»ti» PETER HONESS XI SIMON BOSANQUET
u«i^S YONTY S O L O M O N
' G E R A L D GOURIET
RUTH PRAWER JHABVALA . v - JOHN SCHLESINGER
'""X,JïfBERNICE RUBENS ' ' V: ROBIN DALTON "
JOHN SCHLESINGER
#w u L s t m u i M H t n u c .
nrii'55Vl>S£ j1
M U A .-\m;*»^i
•c J l
WARNER BROS. PRESENIL* UNE PRODUCTION MAL PASO
• "BIRD" F O R E S T W H I J A K E R D I A N E V E N D R A
M U S I Q U E D F L F N N I E N I E H A U S ECRLT. P A R J O E E O L I A N S K Y
P R O D U C T E U R E X E C U T I F DAVID V A L D E S
PRODUIT ETREALISE.PAR CLINT E A S T W O O D
DiSTHiUUf P A H W * H N l f t D n O S
t
r
iTianvilUntiO Inc.
pioovjrr ITTWOJ
i«v.ii"*^v.ii\
•AAirtdwifiwnntini
.
AWAAN€RCC^M\>N.CATX>HSCC**PANY
* • - »-' • "
IHX
LE FAUBOURG
1616 STE-CATHERINE 0
932-2121
VERSION ORIGINALE ANGLAISE
COMPLEXE
DESJARDINS
BASILAIRE 1
288-3141
R5J
j
Les horaires de cette page doivent
parvenir avant mercredi au
Service des arts et spectacles,
LA PRESSE, 7 Saint-Jacques, Montréal H2Y 1K9
Les arts cette semaine
E22
23 h 45.
IMAGINE JOHN LENNON
Dorval (4). Sam., dim.: 12 h 30. 14 h 40.
CINÉMA
16 h 55, 19 h 05, 21 h 20; en sem.: 19 h 05,
21 h 20.
ACCUSED (THE)
York: 12 h 40.14 h'50,17 h, 19 h 10, 21 h 30.
Cinéma V (1): Sam., dim.: 12 h 15, 14 h 20,
INDIAN LADY
16 h 40, 19 h 10, 21 h 30; en sem.: 19 h 10,
Commodore: dès 18 h.
21 h 50.
INSOUTENABLE LÉGÈRETÉ DE L'ETRE (L)
Du Parc (1). Sam., dim.: 21 h 30, 14 h 45,
Cineplex (2): 15 h, 21 h.
17 h, 19 h 15, 21 h 30; en sem.: 19 h 15,
JE SUIS NÉE POUR BAISER
21 h 30.
BijOU: 10 h 10, 12 h 55, 15 h 40, 18 h 25,
Falrview (2). Sam., dim.: 12 h 05, 14 h 20,
21 h 10.
15 h 35,19 h 05, 21 h 25.
Loew's (1): 12 h, 14 h 25, 16 h 45, 19 h 05, KUNG FU MASTER
Cineplex (9): 13 h 15, 16 h 15, 19 h 05.
21 h 4 0 . Dernier spectacle vert., sam.:
21 h 20.
23 h 50.
LAST TEMPTATION OF CHRIST
A CORPS PERDU
Parisien, <2): 12 h 30, 14 h 40, 16 h 50, 19 h, Place du Canada. Sam., dim.: 13 h 30, 17 h,
20 h 15; lun. au jeu.: 20 h 15"; mere: aucune
21 h 1 a Dernier spectacle sam.: 23 h 10.
représentation.
AFFAIRE DE FEMME IUNE)
LECTRICE (LA)
Complexe Desiardins (11: 12 h 30, 14 h 40
Berri (1): 12 h 30, .14 h 40, 17 h 05, 19 h 15,
17 h, 19 H10, 21 h 25.
21 h 25.
A GAUCHE EN SORTANT DE L'ASCENSEUR
Berri (3): 13 h 30, 15 h 30, 17 h 30. 19 h 30, Brossard (1). Sam., dim.: 13 h 15, 15 h 15.
17 h 15, 19 h 15, 21 h 15; en sem.: 19 h 15,
21 h 30..
Brossard (3). Sam., dim.: 13 h 30, 15 h 30, 21 h 15.
Carrefour Laval (6). Sam., dim.: 13 h 15,
17 h 30, 19 h 30, 21 h 30; en sem.: 19 h 30,
15 h 15, 17 h 15, 19 h 20. 21 h 25; en sem.:
21 h 10.
Carrefour Laval (31. Sam., dim.: 13 h, 15 h, 19 h 20. 21 h 25.
Cinéma Égyptien (3): 13 h, 15 h, 17 h 05,
17 h. 19 h, 21 h 10; en sem.: 19 h, 21 h 10.
19 h 10, 21 h 15.
Paradis (1). Sam., dim.: 19 h 15, 21 h.
MADAME SOUSATZKA
ALIEN NATION
Astre (1). Sam., dim.: 13 h 15. 15 h 10, Faubourg Ste-Catherine (2): 12 h 30,14 h 45,
17 h, 19 h 30, 21 h 45.
17 h 05,19 h. 21 h; en sem.: 19 h, 21 h.
Carrefour Laval IS). Sam., dim.: 12 h 15, MAITRE DE MUSIOUE (LE)
14 h 25, 16 h 45, 19 h 10, 21 h 30; en sem.: Parisien 11): 13 h. 15 h 05, 17 h 10, 19 h 20,
21 h 30. Dernier spectacle sam.: 23 h 35.
19 h 10,21 h 30.
Place Alexis-Ninon <21:12 h 45,15 h, 17 h 10, MAKING IT BIG
19 h 20, 21 h 35; jeu.: 12 h 45. 15 h, 17 h 10, L'Amour: 12 h 30,15 h 30,18 h 30, 21 h 30.
21 h 35.
MARRIED TO THE MOB
Pointe-Claire (4). Sam., dim.: 12 h 45,14 h 50, Place Alexis-Ninon (3): 12 h 30,14 h 45,17 h,
16 h 55,19 h, 21 h 05; en sem.: 19 h, 21 h 05. 19 h 10, 21 h 25; mere, 12 h 30. 14 h 45,
ANGE DÉNOMMÉ WANDA (UN)
17 h, 21 h 40.
Laval (4). Sam., dim.: 12 h, 14 h 20, 16 h 40, MEMORIES OF ME
19 h, 21 h 20; en sem.: 19 h, 21 h 20. Dernier Dorval (2). Sam., dim.: 12 h 35, 14 h 45,
spectacle sam.: 23 h 30.
16 h 55, 19 h 05, 21 h 15; en sem.: 19 h 05,
Versailles (4). Sam., dim.: 12 h 05, 14 h 20, 21 h 15.
16 h 40,19 h, 21 h 30; en sem.: 19 h, 21 h 30. Loew's (4). Ven. au mere: 12 h 15, 14 h 35,
Dernier spectacle sam.: 23 h 50.
16 h 45, 19 h 05. 21 h 25; jeu.: 12 h 15,
ANNEES SANDWICH (LES)
14 h 35, 16 h 45, 21 h 40. Dernier spectacle
Cincplex (7): 13 h 10, 15 h 20, 17 h 30, ven., sam., 23 h 35.
19 h 40, 21 h 50.
MIDNIGHT RUN
BAGDAD CAFÉ
Bonaventure (2). Sam., dim.: 13 h 30,16 h 30,
Berri (4): 13 h, 15 h, 17 h, 19 h. 21 h.
21 h 30; en sem.: 19 h, 21 h 30.
Cineplex (81:13 h, 15 h, 17 h, 19 h, 21 h.
Saint-Denis <31:19 h 10, 21 h 50.
BETRAYED
MODERNS (THE)
Palace (1): 13 h, 15 h 40, 18 h 20. 21 h. Der- Cineplex (5): 15 h, 19 h 30.
MONDE A PART (UN)
nier spectacle ven., sam., 23 h 40.
BIG
Université. Sam., dim.: 12 h, 14 h 15,16 h 30,
Bonaventure (1). Sam., dim.: 12 h 45,14 h 50, 19 h, 21 h 30; en sem.: 19 h, 21 h 30.
17 h, 19 h 10, 21 h 15; en sem.: 19 h 10, MOON OVER PARADOR
21 h 15.
Cineplex (3): 13 h 10, 15 h 20, 17 h 30,
BIRD
19 h 40,21 h 50.
Complexe Desiardins (3): 13 h, 16 h, 19 h, Pointe-Claire (6). Sam., dim.: 12 h 30,14 h 40,
22 h.
16 h 50; 19 h; en sem.: 19 h.
Imperial: 13 h, 16 h, 20 h.
NEVER ENOUGH
BOHÊME (LA)
Eve: 10 h 10,12 h 35,15 h 05,17 h 30, 20 h.
Crémazie. Sam., dim.: 12 h 30, 14 h 45. 17 h, NICO
19 h 15, 21 h 30; en sem.: 19 h 15, 21 h 30.
Astre (2). Sam., dim.: 13 h, 14 h 45, 16 h 30,
BORDELLO
18 h 15, 20 h, 22 h; en sem.: 19 h 20, 21 h 15.
L Amour: 10 h 55,13 h 55.16 h 55,19 h 55. Berri (SI: 13 h 15, 15 h 15, 17 h 15, 19 h 15,
CAMOMILLE
21 h 15.
Laval 2000 (2). Sam., dim.: 13 h 10, 15 h 10.
Cineplex (2): 13 h 05,19 h 05.
17 h 10, 19 h 20. 21 h 20; en sem.: 19 h 20,
CAUCHEMARS DE FREDDY 4 (LES)
De Paris: 13 h, 15 h 05, 17 h 10, 19 h 15, 21 h 20.
Longueuil (2). Sam., dim.: 13 h 15, 15 h 15.
21 h 20.
Greenfiend (2). Sam., dim.: 13 h 05, 15 h, 17 h 15, 19 h 15, 21 h 1S; en sem.: 19 h 15,
21 h 15.
17 h, 19 h, 21 h; en sem.: 19 h, 21 h.
Laval (2). Sam., dim.: 13 h 20, 15 h 30, NIGHTMARE ON ELM STREET (4)
17 h 30, 19 h 30, 21 h 40; en sem.: 19 h 30, Astre (4). Sam., dim.: 13 h, 14 h 45, 16 h 30.
21 h 40. Dernier spectacle sam.: 23 h 40.
18 h 15, 20 h, 21 h 45; en sem.: 19 h 20,
Le Paris (2,'Saint-Hyacinthe). Oim.: 13 h, 15 h. 21 h 10.
19 h 05. 21 h; en sem.: 19 h 05. 21 h.
Palace (5): 12 h 45, 14 h 50, 16 h 55, 19 h,
Rex (1. Saint-Jérôme). Sam., dim.: 13 h 30, 21 h 05. Dernier spectacle ven., sam.,
23
h 10.
15 h 25, 17 h 20, 19 h 15, 21 h 10; en sem.:
19 h 15, 21 h 10.
OEUVRE AU NOIR IL')
Versailles (2). Sam., dim.: 13 h 10. 15 h 10, Dauphin (2). Sam., dim.: 13 h, 15 h 10,
17 h 10. 19 h 10, 21 h 10. En sem.: 19 h 10, 17 h 15, 19 h 25, 21 h 35; en sem.: 19 h 15,
21 h 10. Dernier spectacle sam.: 23 h 10.
21 h 20.
COCKTAIL
PETIT BON... HOMME
Chambly. Sam., Iun„ mar.: 19 h 30; dim.: Cineplex (4): 13 h 15, 15 h 25, 17 h 30.
13 h 30.19 h 30. 21 h 30.
19 h 35, 21 h 40.
Greenfield (3) Sam., dim.: 12 h 15, 14 h 25, Omega (1). Sam., dim.: 13 h 30, 17 h 30.
16 h 50, 19 h 15, 21 h 20; en sem.: 19 h 15, 21 h 30; en sem.: 21 h 20.
21 h 20.
PIÈGE DE CRISTAL
Laval (1). Sam., dim.: 12 h 10, 14 h 30, Jean-Talon. Sam., dim.: 13 h, 16 h, 19 h,
16 h 50, 19 h 10. 21 h 30; en sem.: 19 h 10, 21 h 45; en sem.: 19 h, 21 h 45.
21 h 30. Dernier spectacle sam.: 23 h 40.
Laval 2000 (1). Sam., dim.: 13 h 20. 16 h.
Versailles (1). Sam., dim.: 12 h 20, 14 h 40. 19 h 05, 21 h 35; en sem.: 19 h 05, 21 h 35.
17 h 05. 19 h 20, 21 h 40; en sem.: 19 h 20, Longueuil (1). Sam., dim.: 13 h, 16 h, 19 h,
21 h 40. Dernier spectacle sam.: 23 h 55.
21 h 35; en sem.: 19 h, 21 h 35.
COEUR CIRCUIT (2)
Paradis (2). Sam., dim.: 13 h 15 16 h. 19 h,
Paradis (3). Sam., dim.: 14 h 35, 18 h 05, 21 h 30; en sem.: 19 h, 21 h 30.
21 h 45; en sem.: 20 h 45.
Saint-Denis (2): 13 h, 16 h, 19 h, 21 h 45.
COLLÉGIENNES PASSIONNÉES
PORTES TOURNANTES (LES)
Commodore: dès 18 h.
Complexe Desjardins (4): 12 h 40, 14 h 50.
COMING TO AMERICA
17 h, 19 h 10, 21 h 20.
Palace (3): 13 h 40. 16 h 15. 19 h, 21 h 25. PRINCE A NEW YORK (UN)
Dernier spectacle ven., sam., 23 h 50.
Du Plateau (2): 12 h 40,14 h 50,17 h, 19 h 10,
CORRUPTION .
21 h 20.
Eve: 11 h 20, 13 h 45, 16 h 15, 18 h 40, Greenfield (1). Sam., dim.: 12 h, 14 h 20,
16 h 40, 19 h 05, 21 h 30; en sem.: 19 h 05,
21 h 10.
21 h 30.
CROSSING DELANCEY
Du Parc (2). Sam., dim.: 13 h, 15 h. 17 h, Laval (5). Sam., dim.: 12 h 10, 14 h 30.
16 h 50, 19 h 10, 21 h 30; en sem.: 19 h 10,
19 h 05. 21 h 15; en sem.: 19 h 05. 21 h 15.
Westmount Square. Sam., dim.: 13 h. 15 h, 21 h 30. Dernier spectacle sam.: 23 h 40.
17 h, 19 h 10, 21 h 15; en sem.: 19 h 10, Versailles (5). Sam., dim.: 12 h. 14 h 20,16 h 40,19 h, 21 h 30; en sem.: 19 h, 21 h 30.
21 h 15.
Dernier spectacle sam.: 23 h 55.
DEAD RINGERS
Dorval (1). Sam., dim.: 12 h 15, 14 h 30, PUNCH LINE
16 h 50, 19 h 10, 21 h 30; en sem.: 19 h 10, Carrefour Laval (2). Sam., dim.: 12 h 10,
14 h 30, 16 h 50, 19 h 10, 21 h 40; en sem.:
21 h 30.
Du Parc I3>. Sam., dim.: 12 h 45, 15 h, 19 h 10, 21 h 40.
17 h 10, 19 h 20, 21 h 35; vcn„ lun.. mar.,Cinéma Egyptien (1): 12 h 30, 14 h 45, 17 h,
19 h 20, 21 h 40.
jeu.: 19 h 20, 21 h 35; mere: 21 h 45.
Loew's (3): 12 h 20, 14 h 40, 16 h 55,19 h 15, Dêcarie (1). Sam., dim.: 12 h, 14 h 25,16 h 50,
21 h 4 0 . Dernier spectacle ven., sam.: 19 h 15, 21 h 45; en sem.: 19 h, 21 h 45.
Pointe-Claire (5). Sam., dim.: 12 h, 14 h 30,
23 h 50.
17 h, 19 h 30, 22 h 10; en sem.: 19 h 30,
DE BRUIT ET DE FUREUR
22 h 10.
Cineplex (5): 13 h, 17 h 30, 22 h 10.
OUELOUES JOURS AVEC MOI
DERNIÈRE TENTATION DU CHRIST (LA)
Brossard (2). Sam.: 12 h 30, 15 h 40. 19 h. Parisien (3): 13 h 35, 16 h 15. 18 h 50.
22 h; dim.: 13 h, 16 h 30, 20 h; lun. au jeu.: 21 h 30. Dernier spectacle sam.: 23 h 55.
OUI VEUT LA PEAU DE ROGER RABBIT?
20 h.
Dauphin (1). Sam.. 12 h 30, 15 h 40, 19 h. Laval (3). Sam., dim.: 12 h 20, 14 h 40, 17 h,
22 h 10; dim.: 13 h 30. 17 h, 20 h 15; lun. au 19 h 20, 21 h 40; en sera.: 19 h 20. 21 h 40.
Dernier spectacle sam.: 23 h 50.
jeu.: 20 h 15.
Omega (2). Sam., dim.: 13 h, 15 h 10,17 h 10,
DIE HARD
Astre (3). Sam., dim.: 13 h 15. 16 h, 19 h, 19 h 15, 21 h 15; en sem.: 19 h 15, 21 h 15.
Parisien (5). Ven. au mere: 12 h 40, 14 h 50,
21 h SPi on sem.: 19 h, 21 h 30.
17 h, 19 h 15, 21 h 35; jeu.: 12 h 40, 14 h 50,
Cineplex (1): 13 h, 16 h, 19 h, 21 h 40.
Place Alexis-Ninon (1): 13 h, 16 h, 19 h, 17 h, 21 h 50. Dernier spectacle sam.:
23 h 45.
21 h 45.
Pointe-Claire (3). Sam., dim.: 13 h 30,16 h 15, Versailles (3). Sam., dim.: 12 h 25, 14 h 45,
17 h 05, 19 h 15, 21 h 30; en sem.: 19 h 15,
19 h. 21 h 45; en sem.: 19 h, 21 h 45.
21 h 30. Dernier spectacle sam.: 23 h 50.
EIGHT MEN OUT
Cinéma Egyptien (2): 12 h 35. 14 h 50, 17 h, RUNNING ON EMPTY
19 h 15, 21 h 30; sam.: 12 h 35,14 h 50,17 h, Faubourg Sainte-Catherine (4): 12 h 10,
14 h 30,16 h 45,19 h 05, 21 h 25.
21 h 30.
Pointe-Claire (1). Sam., dim.: 12 h 20,14 h 40,
Pointe-Claire (6): 21 h 10.
17 h. 19 h 20. 21 h 40; en sem.: 19 h 20,
EL DORADO
21 h 40; sam.: 12 h 20,14 h 40,17 h, 21 h 50.
Parisien (41: 13 h 20, 16 h, 18 h 45, 21 h 20. SALAM BOMBAY
Dernier spectacle sam.: 23 h 50.
Carrefour Laval (4). Sam., dim.: 12 h 35,
FEMME EST UNE PARTOUZEUSE (MA)
14 h 50, 17 h 05, 19 h 20, 21 h 35.; en sem.:
Bijou: 11 h 35,14 h 20,17 h 05,19 h 50.
19 h 20, 21 h 35.
FISH CALLED WANDA (A)
Complexe Desjardins (2): 12 h 30. 14 h 50,
Cinema V (2). Sam., dim.: 12 h 30, 14 h 40, 17 h 05,19 h 25, 21 h 40.
16 h 50, 19 h 05, 21 h 20; en sem.: 19 h 05. Faubourg Sainte-Catherine (3): 12 h 30.
21 h 20.
14 h 45,17 h, 19 h 20, 21 h 35.
Fairview (1). Sam., dim.: 12 h 15, 14 h 30, SATISFACTION
16 h 45, 21 h 15; en sem.: 19 h, 21 h 15.
Guy: 10 h 10, 12 h 58. 15 h 46, 18 h 34,
Loew'S (2): 12 h 15, 14 h 35, 16 h 55, 19 h 15, 21 h 22.
21 h 35. Dernier spectacle ven., sam.. Omega (1). Sam., dim.: 15 h 30, 19 h 30; en
23 h 50.
sem.: 19 h 30.
GORILLAS IN THE MIST
SEPTIÈME PROPHÉTIE (LA)
Decarie (2). Sam., dim.: 12 h, 14 h 30, 17 h. Du Plateau (1): 13 h 10, 15 h 10, 17 h 10.
19 h 30, 22 h; en sem.: 19 h 30, 22 h.
19 h 10, 21 h 10.
Faubourg Sainte-Catherine (11: 12 h. 14 h 25, Versailles (6). Sam., dim.: 13 h, 15 h 10,
16 11 50, 19 h 15, 21 h 40.
17 h 15, 19 h 20, 21 h 35; en sem.: 19 h 20.
Pointe-Claire (2). Sam., dim.: 12 h. 14 h 30. 21 h 35. Dernier spectacle sam.: 23 h 45.
17 h. 19 h 30. 22 h; en sem.: 19 h 30, 22 h.
STEALING HOME
GRAND BLEU (LE)
Palace (4): 12 h 30, 14 h 45, 17 h, 19 h 15.
Cineplex (6): 13 h 05, 16 h, 19 h, 21 h 20.
21 h 30; mere, 12 h 30,14 h 45,17 h. Dernier
GRENOUILLE ET LA BALEINE (LA)
spectacle, ven., sam., 23 h 40.
Carrefour Laval (1). Sam., dim.: 13 h 05, SWEET YOUNG FOX
15 h 05,17 h 05.
Guy: 11 h 28.14 h 16, 17 h 04,19 h 52.
Saint-Denis (3): 13 h 10,15 h 10,17 h 10.
3 SOEURS (LES)
HARDIESSE
Berri (2): 12 h 15, 14 h 30, 17 h 05, 19 h 20.
Commodore: des 18 h.
21 h 35.
HEARTBREAK HOTEL
VICE VERSA
Palace 12): 12 h 10. 14 h 30, 16 h 50. 19 h 10, Paradis (3). Sam., dim.: 13 h, 16 h 33, 20 h; en
21 h 30. Dfcrnier spectacle ven.. sam., sem.. 19 h 15
LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMED115 OCTOBRE 1988
WHO FRAMED ROGER RABBIT?
Dorval (3). Sam., dim.: 12 h 50,15 h, 17 h 10,
19 h 20,21 h 30; en sem.: 19 h 20. 21 h 30.
Loew's (5): 12 h, 14 h 20, 16 h 40, 19 h,
21 h 20. Dernier spectacle ven., sam.,
23 h 40.
WORLD APART (A)
Palace (6): 12 h 20,14 h 30,16 h 50, 19 h 10,
21 h 35. Dernier spectacle ven.: 23 h 55.
SALLES DE REPERTOIRE
SAMEDI
AILES OE LA JUSTICE (LES)
Ouimetoscope: 21 h.
CASUAL SEX
RialtO: 17 h.
COLORS
Rialto: 19 h.
EMPIRE OF THE SUN
Ouimetoscope: 18 h 45.
FARENHEIT 451
Cinémathèque québécoise: 20 h 35.
JAZZ — UN VASTE COMPLOT (LE)
Complexe Guy-Favreau: 20 h.
LIBERTY STREET BLUES
Complexe Guy-Favreau: 20 h.
LA MOUCHE (LA)
Ouimetoscope: 19 h 15.
PATTI ROCKS
Rialto: 21 h.
POLYESTER
Rialto: 23 h 30.
POSSESSION
Ouimetoscope: 21 h 25.
PSYCHO
Conservatoire d'art cinématographique: 21 h.
QUERELLE
Conservatoire d'art cinématographique: 19 h.
ROUND MIDNIGHT
Ouimetoscope: 21 h 35.
SUSPECT DANGEREUX (UN)
Ouimetoscope: 19 h.
WOMAN IN THE WINDOW (THE)
Cinémathèque québécoise: 18 h 35.
DIMANCHE
AILES DE LA JUSTICE (LES)
Ouimetoscope: 16 h 15, 21 h.
BROADCAST NEWS
Ouimetoscope: 21 h 15.
CASUAL SEX
Rialto: 15 h.
CHRONI0UE D'ANNA MAGDALENA BACH (LA)
Cinémathèque québécoise: 18 h 35.
CLOSE ENCOUNTERS OF THE THIRD KIND
Ouimetoscope: 16 h, 21 h 30.
COLORS
Rialto: 17 h.
DIMANCHE A LA CAMPAGNE (UN)
Conservatoire d'art cinématographique: 19 h.
HISTOIRE SANS FIN (L')
Ouimetoscope: 13 h 15.
JAZZ — UN VASTE COMPLOT (LE)
Complexe Guy-Favreau : 20 h.
LIBERTY STREET BLUES
Complexe Guy-Favreau: 20 h.
MOUCHE (LA)
Ouimetoscope: 14 h, 19 h 15.
OTELLO
Ouimetoscope: 15 h 15.19 h.
REPENTIR
Ouimetoscope: 13 h. 18 h 30.
ROOM WITH A VIEW (A)
Conservatoire d'art cinématographique: 21 h.
SHORT CIRCUIT (2)
RialtO: 13 h (2).
SUNRISE
Cinémathèque québécoise: 15 h.
YOUNG MR. LINCOLN
Cinémathèque québécoise: 20 h 35.
CENTRE SHERATON (1201. boul. René-Lévesque o.) — La Croisette: Jacques Ouellet. Du
dim. au ven., de 18 h à 22 h — (L'Impromptu): Gérard Lambert. Du lun. au sam., de 21 h
a 2 h. — (Le Point de Vue): Suzanne Berthiaume. Du lun. au sam.
LE MÉRIDIEN (Le Bar, Complexe Desjardins) —
Tibor Ceasar. Tous les jours de 17 h à minuit.
LA CITADELLE (410, Sherbrooke o.) — John
Gilbert, planiste. Du lun. au sam., de 20 h a
minuit. Jusqu'au 23 déc.
CHEZ MUTSYS (117, St-Eustaehe, St-Eustache) — Sam., 22 h, Vilain Pingouin.
AMADEUS (Sutton) — Sam., dès 21 h, Nelson
Symond et Bernard Primeau.
LE VIEUX CLOCHER (Magog) — Sam.. 20 h 30.
Eva.
LES OUATRE PIANOS (150, rue Principale, StSauveur-des-Monts) — Sam.. 21 h, Plume Latraverse.
THÉÂTRE DE OUATSOUS (100, av. des Pins e.)
— Sam., 20 h, «Elvire Jouvet 40...», conception du texte de Brigitte Jaques. Mise en scène de Françoise Faucher. Avec Jean Marchand, Sylvie Drapeau, Luc Picard et Gary
Boudreault.
THÉÂTRE ARLEOUIN (1004, Ste-Catherine e.,)
— A compter de mere, «Inspecteur de mes
amours», de Van Zandt et Milmore, adapt. Catherine Varga. Avec Michel Forget, Gisèle Dufour, Henri Chassé, Christine Séguin, 1, Antoine Durand, Violette Chauveau, Paul Gagelet
et Charles Maher.
SALLE FRED-BARRY (4353, Sainte-Catherine
e.) — Sam, 17 h, 21 h, « Le chien qui fume», de
Marie-Renée Charest. Avec Frédérlque Collin,
Marie-Renée Charest, André Poulin et Clément Cazelals.
THÉÂTRE LE MONT-ROYAL (5210, Durocher)
— -Les Nonnes», de Dan Goggin, adapt, de
Serge Grenier. Avec Nathalie Gadouas, Suzanne Garceau, Michelle Labonté, Monique Richard et June Wallack. Du mar. au ven., 20 h;
sam., 18 h, 21 h. Jusqu'au 19 oct.
MUSIQUE
THÉÂTRE ARLEOUIN (1004, Sainte-Catherine
e.) — Sam., 20 h 30, «Broue», de Claude MeuPLACE DES ARTS (Salle Malsonneuve) • -Une nier, Jean-Pierre Plante, Francine Rusel, Louis
Nuit à Venise» (Johann Strauss). Nouvelles VaSala, Michel Côté, Marcel Gauthier et Marc
riétés Lyriques. Bruno Laplante, baryton (DeMessier
lacqua), Mario Simard ou Benoit Boutet, téMAISON-THÉÂTRE (255, Ontario e.) «La peau
nors (le Duc), Suzanne Gari ou Brigitte Toulon,
sopranos (Annlna), Charles Prévost, baryton de l'Autre», de Louis Dominique Lavigne, et
Lc-onie Ossowski. Présentation du Théâtre de
(Pappacoda), Chantai Lambert, soprano (Ciboletta), etc. Mise en scène: Cuillermo de An- Quartier. 15 h 20; dim., 15 h; jeu., 14 h; ven.,
drea. Décors: Claude Goyette. Costumes: 13 h.
UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL (2332, ÉdouardYvan Gaudin. Orchestre et Choeur. Dir. Paul
André Boivin. Au]., 20 h, dem., 14 h, mar., Montpetit, 6e étage) — Sam, à 20 h, «Monserrât», d'Emmanuel Roblès.
mer., jeu. et ven., 20 h. Jusqu'au 22 oct.
THÉÂTRE L'ESKABEL (1237, Sanguinet) —
MUSÉE D'ART DE SAINT-LAURENT (615, boul.
• Une carrière ou l'amour à vie», de Luc MéloSainte-Croix) • Dem., 14 h, Benoit Massicotte
die et Serge Olivier. 20 h 30. Jusqu'au 29 oct.
et Richard Poulin, guitaristes. Entrée libre.
PLACE DES ARTS (Salle Wilfrid-Pelletier) ESPACE GO (Salle 2, 5066, Clark) — • PirandelDem., 14 h 30, Orchestre Symphonique de
lo », conception de Johanne Fontaine et PatriMontréal. Dir. Charles Dutolt. Corey Cerovsek,
cia Nolin. Du lun. au sam., 19 h. Jusqu'au 22
violoniste 'Hamlet' (Tchaikovsky), Concerto
oct.
pour violon no. 8 (Spohr), Symphonie no 1 PLAYERS' THÉÂTRE (3480. McTavish) —
(Mendelssohn), Prélude de «Die Meistersin• Beyond Therapy », de Christopher Durano:
ger- (Wagner). 'Concerts Esso».
20 . Jusqu'au 29 oct.
UNIVERSITÉ McGILL (Pollack Hall) - Dem., 15 h MAISON DES ARTS DE LAVAL (1395, de la
30, Quatuor à cordes Tokyo. Quatuor op. 74
Concorde o.) — Sam., dim., jeu., ven., 20 h,
no 2 (Haydn). Quatuor no 2 (Borodine). Qua• Le sang du dragon», de Jean Comeau. Prétuor op. 59 no 2 (Beethoven). Ladies' Morning
sentation du Théâtre du Bateleur.
Musical Club. • Concerts gratuits: dem., 20 h, THÉÂTRE DE L'ILE (Hull, 819-595-7455) —
Tom Talamantes, clarinettiste, et ensemble
• Quelle vie», de Brian Clark, adapt. d'Eric Kainstrumental; mar., 20 h. Harmonie de McGill;
hane. Du mere au sam., 20 h 30. Jusqu'au 22
jeu. et ven., 20 h, Arminda Canteros, pianiste.
oct.
CHAPELLE OU BON-PASTEUR (100 e.. Sherbrooke) - Dem., 15 h 30, Ensemble vocal Kati- THÉÂTRE DE LA P'TTTE FOLIE (547, rue Principale, Eastman, (514) 297-3263 -3584) — .Jusmavik et ensemble instrumental. Oeuvres de
te pour rire». Avec René Lambert. Jeu., ven.,
Claude Champagne. Concerts publics Radiosam.. 20 h 30.
Canada. Jeu., 20 h, Louise Lebrun, soprano.
THÉÂTRE PALACE (1900, Mellon, Jonquière,
ÉGLISE NOTRE-DAME-DU-TRÉS-SAINT-SACRE418-548-6505) — Sam., 2 0 h , -La terre est
MENT - Dem., 20 h, Studio de Musique ancienune piazza », de Gilles Carie. Avec Richard Niné de Montréal. Dir. Christopher Jackson. Juquette. Chloé Sainte-Marie et Marcel Rouslianne Baird, soprano, Liselyn Adams et Claire
seau.
Guimond, flûtistes. Oeuvres de Vivaldi.
CHRIST CHURCH CATHEDRAL - Concerts gratuits, 12 h 30: lun., Gerald Wheeler, organiste;
mar., McGill Chamber Winds; mer., Marie-Andrée Benny, flûtiste.
GALERIES
GALERIE DARE-DARE (4060, Saint-Laurent) —
Sam., dim., de 12 h à 17 hPelntures sur canevas, huiles e t reliefs de Shari Neudorf. A
compter de mere, sculpture de Agnès Du-mouche).
GALERIE D'ARTS CONTEMPORAINS DE MONTRÉAL (216, Crescent) — A compter de mere,
oeuvres de Lise Gervais.
GALERIE DAZIBAO (4060, Saint-Laurent) —
Oeuvres de Don Corman. Jusqu'au 23 oct.
GALERIE BERNARD-DESROCHES (1444, Sherbrooke O.) — Oeuvres de Fernand Toupin,
R.c.A. et Catherine Lorain.
GALERIE ÉCLART (4060, Saint-Laurent, suite
307) — Oeuvres de Dominique Laquerre et
Elisabeth Recurt. Du mere au sam., de 12 h â
17 h. Jusqu'au 21 oct.
GALERIE DOMINION (1438, Sherbrooke O.) —
Scluptures en bronze de Zoya Nledermann.
Jusqu'au 29 oct.
GALERIE FOKUS (68 e.. Duluth) — Sam. oeuvres de Zacy Bennër.
GALERIE JOCELYNE-GOBEIL (13908. Sherbrooke O.) — Oeuvres d'artistes joailliers québécois. Du mar. au ven., de 11 h à 18 h, sam.,
de 11 h â 17 h. Jusqu'au 29 oct.
GALERIE GRAFF (963, Rachel E.) — Oeuvres
de Michel Lagacé. Jusqu'au 1er nov.
GALERIE CLAUDE-LAFITTE (1446, Sherbrooke
0.) — Oeuvres de Borduas, Riopelle, Pellan,
Fortin, Krieghoff, Morrice, Gagnon, Holgate,
Roberts, Lemieux, Homyak, Boudin, Chagall,
Kisling, Laurencin, Miro, Picasso, Renoir et
Vlaminck.
GALERIE L'ART FRANÇAIS (1434, Sherbrooke
O.) — Oeuvres de Daniêle Rochon. Jusqu'au
30 oct.
GALERIE LEE (1518, Sherbrooke O.) — Oeuvres de Laura Donefer. Jusqu'au 29 oct.
GALERIE L'ÉMERGENCE PLUS (807,. Laurier E.)
— Sam., dim., de 12 h 3i à 17 h, oeuvres de
Thierry Chlvrac, Isa Baud, Christian Comelli,
Marie-Pierre Délaye.
GALERIE L'EMPREINTE (272, Saint-Paul E.) —
Sam., dim., lun., eaux fortes et acryliques de
Juliana Joos.
GALERIE LUDOVIC (1390, Sherbrooke O.) —
Oeuvres de M. Poissant, L. Chapdelaine, A.
Rousseau, D. Desjardins, J. Lamoureux, C.
Jacob, J. Deblois, M. Lemire, P. Lesage et A.
Gauthier. Jusqu'au 31 oct.
GALERIE MICHEL-ANGE (430, Bonsecours) —
Oeuvres de René Richard, Léo Ayotte, SuzorCôté, F.A. Verner, Marc-Aurèle Fortin, Lome
H. Bouchard, Ozias Leduc et William Showell.
Du mer. au dim., de 11 h â 18 h.
GALERIE MONTRÈARTS (390, Guy) — Oeuvres
de Lizette Marion. Du lun. au sam., de 10 h à
16 h. Jusqu'au 22 oct.
GALERIE OBORO (3981. Saint-Laurent) —
Constructions photographiques d'Alain Paiement. Du mere, au dim., de 12 h à 17 h. Jusqu'au 13 nov.
GALERIE OPTICA (3981, Saint-Laurent, suite
501) — Sculptures et peintures de Peter
Bowyer. Jusqu'au 23 oct.
GALERIE FRÉDÉRIC-PALARDY (307, Sainte-Catherine O.) — Oeuvres de Denis Juneau. Du
mar. au ven., de 11 h â 18 h; sam., de 11 h â
17 h. Jusqu'au 27'oct.
GALERIE PELLETIER (4012, Drolet) — Oeuvres
d'Yves Bouliane. Jusqu'au 19 nov.
GALERIE PINK (1456, Notre-Dame O.) — Peintures d'Alain James Martin. Du mere au dim.,
de 13 h â 17 h. Jusqu'au 23 oct.
GALERIE PORT-MAURICE (8420, boul. Lacordaire) — Sam., de 10 h â 17 h; dim., de 13 h à
17 h, sculptures de Joëlle Morosoli. Â compter de mere, exposition - Femmes de parole
et écologie.
GALERIE POWERHOUSE (4060, Saint-Laurent)
— Oeuvres de Colette Whiten et Janice
Gurney. Jusqu'au 23 oct
GALERIE RELAIS DES EPOOUES (92, Sherbrooke O.) — A compter de dim., oeuvres de Solange St-Pierre. Oeuvres de Lucille Ménard,
Georges Dedoyard, Marcel Delorme, P. Y. Lamarche, Monique Bèdard et Liane Paskaryk.
Du mer. du dim.
GALERIE SUZANNE-RÉMILLARD (1227. Amherst) — Oeuvres de Pellan, Riopelle, Cosgrove, Vittorio, Claude A. Simard, Luc Archambault, Benoit Simard et A. Prévost. Mere, de
11 h à 17 h 30; jeu., ven., de 11 h à 20 h; sam.,
de 11 h â 17 h 30.
GALERIE SILVERSTONE (1618, Sherbrooke 0.)
— Peintures d'Ann James, sculptures d'André
Petterson et céramiques d'Albert Borch. Jusqu'au 23 oct.
GALERIE SKOL (3981, Saint-Laurentl — Oeuvres d'Yvon Proulx et Lise Boisseau. Du mere
au dim., de 12 h â 17 h. Jusqu'au 23 oct.
GALERIE TROIS POINTS (307, Sainte-Catherine
O.) — Oeuvres de Lisette Lemieux. Du mere
au ven., de 11 h a 18 h; sam., de 11 h â 17 h.
Jusqu'au 2 nov.
GALERIE UOÂM (Pavillon Judith-Jasmin, 1400,
Berri, salle J-R120) — Oeuvres de Graham
Cantieni. Du mar. au dim., de 12 h à 18 h. Jusqu'au 23 oct.
GALERIE WESTMOUNT (4935 A, Sherbrooke
0.) — Sculptures de bronze de Donald Liardi.
Jusqu'au 23 oct.
GALERIE J. YAHOUDA MEIR (3575, av. du
Parc) — Oeuvres d'Arian Thézé. Mere, jeu.,
ven., sam., de 12 h â 18 h. Jusqu'au 29 oct.
GUILDE CANADIENNE DES MÉTIERS D'ART DU
OUÉBEC (2025, Peel) — A compter de ven.,
estampes de Cape Dorset.
GUILDE GRAPHIOUE (9, Saint-Paul 0.) — A
compter de lun., oeuvres de Lyne Bastien. Du
lun. au sam., de 10 h à 18 h.
UNIVERSITÉ McGILL (Faculté de Musique, salle
209) • Lun., 14 h 15, Monik Grenier, conférenMUSÉE D'ART CONTEMPORAIN (Cité du
cière, et Roland Gosselin, baryton: <La méloHavre) — Expositions - British Now: sculpture
die française». .
et autres dessins» et -The Art That came
Apart-, de David Mach. Tous les jours de 10 h
PLACE DES ARTS (Salle Wilfrid-Pelletier) •
à 18 h. sauf lun.
Lun., 20 h, Orchestre Symphonique National
d'URSS. Dir.: Yevgueny Svetlanov. -La Tem- MUSEE McCORD (690, Sherbrooke O.) —
pête- (Tchaikovsky), Rhapsodie no 2 (SvetlaExpositions -Ivalu: traditions du vêtement
nov), Symphonie no 1 (Rachmaninov).inuit-. Du mere au dim., de 11 h a 17 h.
PLACE DES ARTS (Salle Malsonneuve) • Lun.,
MUSÉE DAVID-M. STEWART (ile Sainte-Hélè20 h. Trio Tchaikovsky. Trio K. 254 (Mozart),
ne) — Exposition «Madame de Pompadour et
Trio (Ravel), Trio op. 50 (Tchaikovsky). Pro
la floraison des arts». Jusqu'au 13 nov.
Musica.
MUSÉE DES ARTS DÉCORATIFS • CHÂTEAU
MAISON DE RADIO-CANADA (1400 e., boul.
DUFRESNE (angle Pie-lX et Sherbrooke) —
René-Lévesque, Studio 12) - Mar., 17 h 30, VaExposition - L'art de l'emballage japonais». Du
lerie Kinslow, soprano, Robert Verebes, altiste, et Dale Bartlett, pianiste. Jeu., 17 h 30, mere au dim., de 11 h à 17 h. Jusqu'au 30
oct.
Ann Robert et Monique Poitras, violonistes,
MUSEE MARC-AURÉLE-FORTIN (118, SaintDouglas McNabney, altiste. Guy Fouquet, vioPierre) — Oeuvres de M.A. Fortin, et oeuvres
loncelliste, et Michel Fournier, pianiste. ConVARIETES
d'artistes québécois. Tous les jours de 11 h à
certs publics Radio-Canada.
17 h. sauf lun.
PLACE DES ARTS (Salle Wilfrid-Pelletier) MUSEE D'ART DE SAINT-LAURENT (615, boul.
PLACE DES ARTS (Salle Wilfrid-Pelletier) — Mar. et mer., 20 h. Orchestre Symphonique
de Montréal. Dir. Charles Dutoit. David Golub,
Sainte-Croix) — Dim., de 12 h â 17 h, sculptuSam.. 20 h. Claude Barzotti.
res et maquettes d'Aurelio Sandonato. À
ARÉNA MAURICE-RICHARD — Sam., 12 h. pianiste. Mark Kaplan, violoniste, et Colin
compter de ven.. aquarelles de Roland Pal16 h. 20 h; dim., 13 h. 17 h, le Grand Cirque Carr, violoncelliste. -Triple Concerto- (Beethoven). Symphonie no 7 (-Leningrad-) (Chosmaerts.
de Chine
PALAIS DE LA CIVILISATION (ile Notre-Dame)
SPECTRUM (318, Sainte-Catherine o.) — takovitch). -Concerts Gala-.
UNIVERSITE DE MONTRÉAL (Salle Claude— Expositions -Les Aztèques», -L'univers
Sam.. 20 h 30, Richard Séguin.
Champagne) • Mar., 20 h. Harmonie de conCLUB SODA (5240, av. du Parc) — Dim., 21 h, cert de la Faculté de Musique. Dir. Alain Ca- d'Hergè-, «Vienne en concert», -Paris 19791989- et «L'art grec contemporain-. Du
Basia; ven., 22 h. Boldo.
zes. Oeuvres de Bach, Holst, Wagner. Mer., 20
mere au sam.. de 10 h à 20 h; du dim. au
LA LICORNE (2075, Saint-Laurent) — Alain Lah, BBC Scottish Symphony Orchestra. Dir.
mar„ de 10 h à 18 h. Jusqu'au 30 oct.
montagne, 20 h 30. sauf dim., lun. Jusqu'au Jerzy Maksymiuk. -Intermezzo- (Penderecki),
2019 (Moreau. suite 405) — Oeuvres de Mario
29 oct.
•Katadrone (Contrecril- (Tremblay) (création),
Duchesneau. Jusqu'au 23 oct.
LA FOLIE DU LARGE (1021, de Bleury) —
•Jeu de cartes- (Stravinsky), -Speak for Us, 1100 (boul. René-Léyesque O.) — Sam., cinMere, 21 h, place aux poètes, avec Francois Great Sea- (Cresswell). Société de Musique
quième biennale de tapisserie de Montréal.
Charron.
contemporaine du Québec. Ven., 20 h, l MusiARTICULE (4060. Saint-Laurent) — Sculptures
ESPACE GO (5066, Clark) — A compter de ci de Montréal. Dir. Yuli Turovsky. Avo
de Douglas Buis. Du mere au dim., de 12 h â
lun.. 21 h, Paris brùle-t-elle? avec Geneviève Kuyumjian. pianiste. -Zlpangu- (Vivier), Con17 h. Jusqu'au 23 oct.
Paris.
certo pour piano no 2 (Beethoven), SymphoART 45 (2155, Mackay) — Exposition -EverCAFE CAMPUS 13315, chemin Oueen Mary) —. nie no 5 (Schubert).
gon Polaroids-. Jusqu'au 26 oct.
Lun.. Ligue universitaire d'improvisation; UNIVERSITE CONCORDIA - Mer., 20 h, Groupe
CENTRE SAIDYE-BRONFMAN (5170. chemin
mere, Trafic d'Influence: des 21 h.
electroacoustique de Concordia. Ven., 20 h.
de la Côte-Sainte-Catherine) — Sculptures de
PETIT CAMPUS (3315, chemin Oueen Mary) —
Ensemble de chambre de Concordia. Oeuvres Richard Deacon. Tom Dean, Remo Salvadori
Sam., dès 21 h, Trio Francine Desjardins.
de Jean Coulthard.
et Alison Wilding. Du lun. au jeu., de 9 h à
L'AIR DU TEMPS (191. St-Paul o) — Sam., UNIVERSITÉ OE MONTRÉAL (Faculté de Musi- 21 h; ven.. de 9 h â 14 h 30; dim., de 10 h a
que, salle B-484I • Jeu., 16 h 30, conference de
dim., des 21 h, Sari Dajani.
17 h. Jusqu'au 20 oct.
Denys Bouliane: -Cultures et traditions dans
LE PIERROT (114, Saint-Paul e.) Sam.. Dany
la
musique
actuelle*.
CENTRE
D'EXPOSITION CIRCA (372, SaintePouliot et Alex Sohier; dim., Dany Pouliot et
Catherine O.) — Sculptures de Marie-France
PLACE DES ARTS (Salle Wilfrid-Pelletier) Serge Lachapelle: dès 20 h.
Briere, Blanche Célanuy, Cozic, Charles DaudeJeu., 19 h 30 , Orchestre Symphonique de
LES DEUX PIERROTS (104, Saint-Paul e.) —
lin. Pierre Leblanc, Yves Louis-Seize, David
Montréal. Dir. Charles Dutoit. Jessye Norman,
Sam., 20 h, Serge Lachapelle et R.D.A.
Moore, Gilbert Poissant, Bill Vazan et Catherisoprano. Prélude de -Die Meistersinger» (WaGRAND CAFÉ (1720, Saint-Denis) — Sam., des gner), -Vier letzte Lieder» et -Till Eulenspiene Widgerey. Du mar. au ven., de 11 h â 18 h;
22 h, Bob Harrisson.
gel- (R. Strauss), Prélude et -Liebestod- (Wa- sam.. de 12 h à 17 h. Jusqu'au 29 oct.
LA MANSARDE (3225, boul. Couin e.) — Sam.. gner). Concert-bénéfice OSM.
CENTRE D'ART DIFFUSION 111 (3575, av. du
Parc) — Exposition -Revue Numéro-. Du
EGLISE SAINT-LOUIS-DE-FRANCE (3746, Saint21 h, Groupe Graveyard.
mere, au dim., de 12 h à 18 h. Jusquau 30 HORS MONTREAL
Hubert) • Ven., 21 h, Ensemble Tuyo. Musique
CENTRE CALIXA-LAVALLÊE (3819, Calixa-Laoct.
pour instruments inventés. Société des Convallée) — Sam., 20 h, • La vie se chante •, avec
certs alternatifs du Québec. .
Guy Sévigny et Michèle Lorain.
CENTRE DES ARTS CONTEMPORAINS OU OUÉ- ARTS SUTTON (9, Academy, Sutton) — SculpBIDDIES (2060 Aylmer) — Dim., à compter
BEC (4247, Saint-Dominique) — Sculptures et tures d'Anne Kahane. Jusqu'au 30 oct.
AXE NÉO-7 (205, Montcalm, Hull) — Oeuvres
de 19 h, Trio de Stan Patrick et Arlene Smith;
peintures de Dominique Valade. Du lun. au de Pierre Lamarche. Jusqu'au 22 oct.
mere, au sam., 22 h, Charlie Biddle. Lun.: 19 h
jeu., de 10 h à 18 h; ven., de 10 h â 13 h. JusLE BALCON D'ARTS (650, Notre-Dame, Sainta 24 h, mar.: 20 II à 11 h, mere au ven.: 17 h DANSE
qu'au 30 oct.
Lambert) — Oeuvres de A. Bertounesque, J.
à 22 h, Quatuor de Johnny Scott et Geoffrey
CENTRE OES ARTS VISUELS (350, av. Victoria) Der, L. Del Signore, V. Horik, N. Hudon, L.
Lapp.
SALLE ÉMILE-LEGAULT (Cégep Saint-Laurent,
—
Céramique
et
bois
de
Powning
et
Schleech.
Kirouac, C. Langevin, P. Tex Lecor, M. Mercier,
ZHIVAGO (419, St-Pierre) — Mar. au sam.: 613, boul. Ste-Croix) — Mere, 20 h, Margie
Du mar. au ven., de 10 h à 18 h; sam., de 10 h
P. Paquin, G. Rebry, L. Tremblay, G. Tigner, L.
20 h a 23 h 30, Groupe Bekar.
Gillis.
a
17
h.
Jusqu'au
22
oct.
Ayotte, S.Cosgrove, F. lacurto, A. LArchevesLE BIJOU (300, Lemoyne) — Funk You. Du
CENTRE
DE
DESIGN
DE
L'UOAM
(200
o..
Sherque, C. Le Sauteur, A. Noeh, A. Rousseau et R.
mere au sam., dès 22 h. Jusqu'au 29 oct.
brooke) — Exposition - L'affiche au Canadien
Richard.
AU HASARD (003, Ontario c.) — Dim., cits
Pacifique,
1883-1963-.
Du
mer.
au
dim.,
de
12
THEATRE
17 h, Carl Tremblay Blues Band.
BIBLIOTHÉOUE MUNICIPALE DES SOURCES
h
à
18
h;
jeu.,
de
12
h
a
20
h.
Jusqu'au
6
nov.
(110, Cartier, Roxboro) — Oeuvres de Thalia
L'ASSIETTE AU BOEUF (1220, Crescent) — Les
GALERIE
AMRAD
AFRICAN
ARTS
(1522
O..
Baracat.
Joyeux Gitans (musique tzigane). Tous les THÉÂTRE DU CAFÉ DE LA PLACE (Place des
Sherbrooke) — Exposition «L'antilope dans
Artsl — -Le déversoir des larmes-, d'André
jours de 19 h a 2 h, sauf lun.
CAISSE POPULAIRE SAINTE-THÉRÉSE-DEl'art africain-. Jusqu'au 15 nov.
Ricard. Avec Dominique Briand, Carole Chatel
BLAINVILLE (37, Turgeon) — Peintures de
FOUFOUNES ÉLECTRIOUES (97, Sainte-CatheGALERIE ART & STYLE (4875 A, Sherbrooke O.)
Violette Michaud. Jusqu'au 28 oct.
rine e.) — Sam., Grave Concern, Rise et Fail et Julie Vincent. Du mar. au sam., 20 h. Jus— Oeuvres de David Brown et Pauline Bresqu'au 22 oct.
CENTRE D'EXPOSITION DU VIEUX PALAIS
Safe; dim., Ashwin British: dès 21 h.
san. Du mar. au sam., de 9 h à 17 h 30. Jus(185, du Palais, Saint-Jérôme) — Exposition
PLACE DES ARTS (Salle Port-Royal) — «Ce
LES BEAUX ESPRITS (2073, Saint-Denis) —
qu'au 2 nov.
-Oeuvres choisies de la collection DesiarSam., dim., dès 22 h 30, Carl Tremblay Blues soir on danse-, de Richard Harris. Avec MichèGALERIE AUBES 3935 (3935, Saint-Denis) —
le Deslauriers, Louisette Dussault, Alain Fourdins-, Du mar. au ven., de 12 h â 17 h; dim.,
Band.
Sam., peintures et collages de Pierre Bruneau.
nier, Andrée Lachapelle, Esther Lewis, Monide 13 h a 17 h. Jusqu'au 23 oct.
LE BISTRO D'AUTREFOIS (1229, Saint-Hubert)
COLLEGE DE VALLEYFIELD (Valleyfield) —
— Sam., Jean-Jacques Kira; mar„ jazz, blues que Mercure, Pascale Montpetit, Béatrice
GALERIE
LAURIENNE-BAZINET
(5451,
SherPicard, Lénie Scoffie et Linda Sorgini. Du mar.
Sam., de 1 0 h â 16 h, oeuvres d'Albert Duet dixies: dès 22 h.
brooke
O.)
—
Sam.,
dim.,
de
11
h
à
18
h,
oeumouchel.
CAFÉ THÉLEME (311, Ontario e.) — Sam., au ven., 20 h; sam., 17 h, 21 h. Jusqu'au 22
vres
d'Edmund
Alleyn,
P.V.
Beaulieu,
Antoine
oct.
21 h 30, Mick Côté Jazz Quartet.
COMPLEXE ALFRED DALLAIRE (2159 C , boul.
Bittar. Marc-Aurele Fortin, John Little, MarCAFÉ TIMÉRÊS (4857, Av du Parc) — Sam., THEATRE DU NOUVEAU MONDE (84, SainteSt-Martin, Duvemay) — Aquarelles et peintucella Maltais, Henri Masson, Joan Mira, RiCatherine
o.)
—
-Le
malade
imaginaire-,
de
20 h 30, Satranga.
res d'André Paquin et photographies de Michard Montpetit et Goodridge Roberts.
Molière.
Mise
en
scène
d'André
MontmorenLE RISING SUN 1 (286, Sainte-Catherine o.) —
cheline Paquin. Tous les jours de 10 h â 21 h.
GALERIE PIERRE BERNARD (4511, St-Denis)
cy.
Avec
Raymond
Bouchard,
Daniel
Brière,
Sam., Mango, J.R. et Jahlin; lun. Billy Craig et
— Aquarelles de Reine Ouellet. Mere, de 12 h Jusqu'au 24 oct.
Martin Drainville, Sylvie Ferlatte, Luc Guérin,
the Blue Shadows: dès 21 h.
GALERIE A (4201, boul. Sainte-Adèle, Sainteà 17 h; jeu, ven., de 12 h â 20 h; sam., dim., de
Michel
Laperriêre,
Marie-Christine
Perreault,
KM / KILOMETRE / HEURE 14171, Saint-Denis)
Adèle) — Aquarelles de Nicole Rhèaume et
12 h a 17 h. Jusqu'au 23 oct.
Pierrette
Robitaille,
Jean-Louis
Roux,
Marcel
— Lun.. mar., 22 h, Sari Frechette.
Rejan Ross, peintures de Claire Couturier et
Sabourin et Francois Sasseville. Du mar. au GALERIE RENÉ-BLOUIN (372. Sainte-Catherine
LES JOYEUX NAUFRAGÉS (161. Ontario e.)
O.) — Sam., de 12 h a 17 h 30, oeuvres de Jill Thomson.
ven., 20 h; sam., 16 h, 21 h. Jusqu'au 29 oct.
GALERIE PIERRE BERNARD (141, Champlain,
Mar.. 22 h, Sylvie Perron.
THÉÂTRE DU RIDEAU VERT (4664, Saint-Dé- Tom Dean.
Hull) — Oeuvres de Francine Alvarez, Basque,
LA BRI0UE 11419, Drummond) — Sam., dim.,
GALERIE CHANTAL-BOULANGER (372, Saintenis) — -Les fausses confidences-, de MariUmberto Bruni R.C.A., Jacques Hamel, Denise
dès 21 h, Anguish.
Catherine O.) — Sam., de 12 h â 17 h 30, oeuvaux. Avec Louise Marleau, Cisèle Schmidt,
Laferriere, Andrée Vezina, Ralph W. Burton,
MOBY DICK'S (1188, Sherbrooke o.) — Trio
Robert Toupin, Luc Durand, Marc Labreche, vres de Louise Viger.
Cosgrove, lacurto, Mario Mauro, Louis MuhlsSouly. Du mar. au sam., de 18 h a 23 h. JusPierre Germain, Julien Genay, Sylvie Malo et GALERIE CHRISTIANE-CHASSAY (20. Marietock, Roland Picher, René Richard, Albert
qu'au 29 oct.
Marie-Éve Doré. Du mar. au ven., 20 h; sam., Anne O.) — Oeuvres de Stephen Schofield. Du Rousseau et Louis Tremblay. Jusqu'au 27 oct.
CAFÉ GOLEM (3460, Stanley) — Sam., 17 h, 21 h; dim., 15 h. Jusqu'au 5 nov.
mere au sam., de 12 h a 17 h. Jusquau 29
GALERIE DE LA GARE (317. Saint-Denis, Saintoct.
20 h 30, groupe Orealis.
THÉÂTRE DE LA VEILLÉE (1371, Ontario é.) —
Lambert) — A compter de dim . oeuvres de
BAR 2080 (2080, Clark) — Sam.. André Whit«;
Sam., 20 h 30. - L'idiot», de Dostoïevski. Avec GALERIE CONCORDIA (1455. de Maisonneuve
Gerard Castonguay. Mere, de 13 h a 17 h; jeu.,
Gabriel Arcand. Claude Lemieux, Nathalie O.) — Oeuvres de Patterson Ewcn. Du lun au
dim.. Janis Steprans: dès 21 h 30.
ven.. de 10 h â 20 h; sam. de 10 h a 17 h. ven. de 13 h a 19 h, dim., de 13 h â 17 h.
Coupai. Sylvie-Catherine Beaudoin, PierreSOLMAR (111, Saint-Paul e.) — Maria AdelaiGALERIE GEORGES DOR (436. Stc-Helenc. LonCharles Milette et Jean Thompson. A compter Jusqu'au 22 oct.
de, Luis Duarte et Francisco Valadas, des
gueuil) — Oeuvres de Contant, Derome, Gende mere. • Balzac», d'après La Peau de chaGALERIE CULTART (360, Roy E l — Oeuvres de
21 h. Jusqu'au 30 nov.
dron. Giguere, Lajoie, Le Sauteur, Meunier.
grin, adapt, et mise en scène de Teo Spy- Indira Nair. Du mere, au dim., de 12 h a 18 h. Theoret, Thibault et Tremblay, du mar. au
LES FILLES DU ROY (415, Bonsecours) — .Juchalski. Avec Luc Picard, Paule Ducharme, NaJusqu'au 6 nov.
liette se marie-, comédie lyrique. Avec Misam., de 13 h â 17 h 30. Jusqu'au 22 oct.
thalie Catudal, Carmen Jolin, Sylvie-Catherine GALERIE DANIEL (2159. Mackay) — Oeuvres
cheline Camirand, soprano, Gilles Latour, baryton et Jacques St-Jean, pianiste. Ven.: Beaudoin, Claude Lemieux, Jean Thompson et d'Yves Trudeau et David Luksha. Jusqu'au 29
SUITE À ^.A PAGE E 10
Gabriel Arcand.
oct.
I
19 h 30.
y
L A P R E S S E , M O N T R É A L , S A M E D 1 1 5 O C T O B R E 1988
«mou-mouCAGNANT
...LA
REINE.»
1 9
--• Serge Dussaull - LA PRESSE
«Une succession ininterrompue
de vrais délicesJ>
- L E N O U V E L OBSERVATEUR
8 8
MONTREAL
UN VÉRITABLE PETIT BIJOU»
- Franco Nuovo - IOURNAL DE MONTREAL
«On rit c'est un délice, un enchantement.»
- Léonce Gaudreaull • LE SOLEIL
«Fabuleusement joué par Miou-Miou. Michel Deville a réussi
ES
14ANS
«Le public retrouve le meilleur de Claude Chabrol
et Isabelle Huppert est extraordinaire. »
FORCE.»
qui après m *avoir baisé et caressé le fflflf
pendant plus d'Y
A eure, enfonça
sa langue au tro I J s i trer, l'y darda,
i
- tsr
|
«Isabelle Huppert campe de manière sublime
le personnage... confirmant qu 'elle est peut-être
la plus grande du cinéma français.. .Du grand art.»
I "
i?
"A
I'II
|r
In ' I
I
It H
I•
'r
I - •. •»
«Ça fait du bien de saluer sans retenue la maîtrise
intégrale de Claude Chabrol.»
dans
i
i
ISWCATIf
- Serge Tpubiana - CAHIERS DU CINÉMA
- Robert Lévesque - LE DEVOIR
m fi
4< ?
- Danièle Heyman - LE MONDE
«Chabrol a débarqué à Venise avec un chef d'oeuvre.»
h *•>
:i
"'
1 '*
A
I'" '
: *:
- Philippe Gamier - LIBÉRATION
I; .
es
ï J1~JCJ
e
I "•
— Danièle Heyman — LE MONDE
- F R A N C E JOUR
J
UN G R A N D CHABROL
i
«Ce film est aussi agréable qu'une glace à la
fraise en pleine canicule. »
MIOU-MIOU
ISABELLE HUPPERT^FRANÇOISCLUZET
GRAMXPRLX
DES AMERIQl 'EH I
«Que dire de ce film, sinon qu 'il est brillant, délicieux et intelligent, qu 'il
met en vedette des comédiens remarquables et une Miou-Miou en pleine
possession de ses moyens, envoûtante, séduisante...
UN TOUR DE
E23
TR.lÇE
entrailles. Cachan$g$*n tftft d'une main,
pieusement de
il se ttmtato
irant à lui mon
Vautre et il déch
en le chatouilItflékt avec tan
e partageai son
lant si lubrique
examina &o0tf(4
extase. Quand i
rou qu 'il venait
un instant mon
her d'y coller
d'élargir, ne p
et décampa, en
une fois
ait me demander
m'assurant qui
souvent et qu 'il èM Wrès content de moi
et de la façon donTje lui avais permis deéflÊL
répandre son f&ééftty.."
^|gH
un film de
MICHEL
DEVILLE
PATRICK CHESNAIS • BRIGITTE CATILLON • MARIA CASARÊS • MICHEL RASKINE • ANDRÉ WILMS • REGIS ROYER
m t « DOMtNIQUF LE RIGOLEUR • Won THIERRYLEPROUST • (natta. ROSALINOEDEVILLE • tkxm RAYMONDEGUTOT
• S T I . C A T H W W . 3B8-211b
MAIL C H A M P I A I N 465-5906 ?3J0 A U T. DES LAORfcNTIDES 669-36M
!i-5 S j E P E E l M H t t t
M E A U IWEREW1 DES COURS MOW-flOY*.
UN FILM DE
m
1
J "'
CLAUDE CHABROL
UNE AFFAIRE
DE FEMMES
MARIN KARMIT2 PRÉSENTE • ISABELLE HUPPERT • FRANCOIS CLUZET • UN FILM DE CLAUDE CHARROI • NILSTAVERNIER • MARIE TRINTIGNANT
AVEC LA PARTICIPATION DE LOUIS DUCREUX ET MICHEL BEAUNE • AVEC DOMINIQUE BLANC ET MARIE 6UNEL • SCÉNARIO, ADAPTATION ET DIALOGUES
DE COLO TAVERNIER O'HAGAN ET CLAUDE CHABROL • D'APRÈS «UNE AFFAIRE DE FEMMES» DE FRANCIS SZPINER • ANDRÉ BALLAN'D ÉDITEUR
S T R I B•UFILMS
T I O kl
N
DIRECTEUR DE PRODUCTION WON CRENN • PHOTO JEAN RA8IER • UNE PRODUCTION MK2 PRODUCTIONS MARIND I KARMITZ
FILMS DU CAMÉLIA • LASEPT • EN ASSOCIATION AVEC LASOFICA SOFINERGIE
4UI4NCÉ
DESJARDINS
COMPLEXE
B A S I L A I R E 1 288-31-11
CONSULTEZ NOTRE
GUIDE CINEPLEX
O D E O N POUR
LES H O R A I R E S !
V
Sélection officielle Q**; Festival de Cannes 1988
Quinzaine des Réalisateurs
GABRIEL ARCAND SIMON GONZALEZ
GERARD PARKES
*+-publlc*4
film «n ofî*nt«
•> clon*m*fif
'Un Gabriel Arcand toujours aussi fort..."
-LEONCE GAUDREAULT
"Rigoureusement a contre-courant."
-ANDRÉ ROV, 24 IMAGES
./cpjr
MRMI
LA LIGNE
AVtC SHAFlQ SYf 0 / HANS* VTTHAl / CKANDA SriARMA / NANA PATEKAR / RAGKUBlR YADAV / ANEEÎA (ANWAR / W 6ARNA0
v . : i . : L SUBBAMANIAM / ; ~ . ; i ; T i . i MilCHtPSIilN / Vi>:iSANDISISSïl/VOr.TAC-têARRY AlfXANDERBBOWN / iCtNA:-0SO0NIIARAPO8F^AlA
.•.
MIRA&AI FILMS - FILM FOUR INTERNATIONAL - N.F.D.C. • DO08DA5SHAN - LA S EPI • CADRAGE SA R^n^jjaj^j
I
EN VERSION
KX
DESJARDINS
BASHAlhE I
.^pyil
FRANÇAISE
CARREFOUR L A V A L
) « U t 0 : S LAUîtENTI0£A 6 *
v.o. A V E C
SOUS-TITRES A N G L A I S
b. LE FAUBOURG
i SIE-EAIHEH'M l
M
|
CHALEUR
"'^ HUBERT-YVES ROSE
K MiCHÏHN! 1ANCTOT..HUBEBT-tVISGOSE ., MICHELCAJON. ..RICHARDOECOIBE
• j O C E U N J O l i GAYMONDDUWIS -. LOUISEJOBIN... LOUISE SURPRENANT JEAN-PIERRECEREGhETTl
• TVONBENOIT ' " . / f A U l D l O N - . : EJANSYCHAIIFOUR
_*AAASCDAlGLELACPAV
- .•
NI- * r : n : > * • : •
j . ; : n ; ; » j i f :.;%iRi:.:,'h: i.*ii:u»mB-iit-:• t.ic - I A ; - ; V J L « :
;
4LH4NCÉ
ri
iIi.' ••'
V
ri '•
Y' <
Y
i•• •
Y
I '
1
Yi
»
ri '
i'
i; -t
\" '
v '•
I
I '
E24
LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMED115 OCTOBRE 1988
CINÉMA
EN P R I M E U R
aux témoins de l'affaire pour leur
indifférence en l'occasion.
THE ACCUSED
Film américain 11988) de Jonathan Kaplan
Scénario: Tom Topor. Images: Ralf Bode Montage: Jerry Creenberg et 0 Nicholas Brown.
Musique: Brad Fiedel. Avec Jodie Foster. Kelly
McCillis, Bernie Carlson, Ann Hearn. Steve Antin, Leo Rossi, Carmen Argenziano. 110 min.
Fairview 2, Ou Parc 1, loews 1, Cinema V 1.
• D a n s un bar. une jeune femme,
Sarah Tobias, est violée par plusieurs hommes. Les témoins, au
lieu d'intervenir, encouragent les
violeurs dans leur sale besogne.
Sarah entreprend de poursuivre
ses tourmenteurs en justice, mais
l'affaire n'apparail pas facile car
sa «réputation n'est pas des plus
reluisante. Une avocate décide
pourtant d e procéder, en dépit
des avertissements de son patron
le procureur général. Au cours du
procès, elle s'en prend non seulement aux coupables mais encore
UNE AFFAIRE DE FEMMES
Films français (1988) de Claude Chabrol. Scenario: Colo Tavernier O'Hagan, Claude Chabrol, d'après un livre de Fancis Szpiner. Images: Jean Raber. Montage: Monique Fardoulis.
Avec Isabelle Huppert, Francois Cluzet, Marie
Trintignant, Nils Tavernier, Evelyne Didi, Guillaume Foutrier. 100 min. Desjardins 1. (14
ans).'
• Alors que son mari Paul est prisonnier en Allemagne, Marie Latour vil tant bien que mal avec
ses deux enfants dans une ville
portuaire sous l'Occupation. Une
voisine lui ayant d e m a n d é de l'aider à avorter, Marie y consent.
Bientôt d'autres femmes ont recours ù ses services, ce qui lui fait
un revenu d'appoint. Elle loue de
plus en plus de chambres à des
p i ' O S t i t U é c S , Si b i c i l q u ' e l l e â C C C d C
à une certaine aisance d a n s une
période de privations, ce dont
s'étonne Paul à son retour de captivité. Devant la froideur de sa
femme envers lui, Paul en vient à
la dénoncer. Le gouvernement de
Vichy décide de faire d e ce cas
une affaire exemplaire et le tribunal c o n d a m n e Marie à la peine d e
mort.
BIRD
Films américain (1988) de Clint Eastwood.
Scénario: Joel Olianski. Images: Jack N. Green.
Montage: Joel Cox. Musique: Lennie Nlehaus.
Avec Forest Whitaker. Diane Venora, Michael
Zllniker, Samuel E. Wright, Keith David. 163
min. Version originale: Imperial. Version française: Deslardlns 3. (G).
• Né à 1920, à Kansas City, Charlie Parker devint dans les années
40 un célèbre musicien d e jazz
grâce à son instrument préféré, le
saxophone. II m o u r u t à trentequatre ans, usé par l'alcool et la
drogue. Ami d e Dizzy Gillespie, il
était à la naissance d e la vogue de
•xbe-bop». S u r n o m m e Bird à cause
Forest Whitaker interprète le rôle de Charlie «Bird» Parker dans le film américain «Bird» de Clint
Eastwood.
de son goût pour le poulet, il
avait eu une carrière mouvementée et une vie sentimentale agitée
avant de trouver un havre de paix
avec sa dernière épouue, Chan.
Mais la mort de sa fillette l'avait
plongé dans une profonde dépression.
MADAME SOUSATZKA
Film anglais (1988) de John Schlesinger. Scenario: Ruth Prawer Jhabvala et Schlesinger,
d'après le roman de Bernice Rubens Images:
Nat Crosby. Montage: Peter Honess. Musique:
Gérald Gouriet. Avec Shirley MacLaine, Navin
Chowdhry, Shabana Azmi, Peggy Ashcroft.
Twiggy, Leigh Lawson, Geoffrey Bayldon. 122
min. Le Faubourg 2. (G). .
Shirley MacLaine joue le rôle de Irina Sousatzka dans le film de John Schlesinger «Madame Sousatksa».
VOILA DIX ANS,
\
M
IL REVIENT.
VERSION
ORIGINALE
_ m-
MOUSTAPHA AKUAO . • D a m i u P U A S C N C I
H A U C t t l I H 4 T R U C A S I N T T R \ » 1 | U I A J . FSjis Ne
• ALAM H O W W I H - •-. • JOHN CARPfHTM V
.M&MOUS*
P V I " LrOW G ' A U ' . î i «
DHANI LlKSIUi A LAflfJY R A T I N C R 6 Bt!HJAMIN RUFTNlfi
ALANBMcElP
ALAN B M C E I K O I .
O u i FBUMAM
•- M e u s TAPI» » W r >
DIVT!.'" H U n i ,
1
j , .
Film américain (1987) de David Bruton Morris.
Scenario: Morris, Chris Mulkey, John Jenkins
• Billy Regis a entrepris une randonnée en automobile en compagnie de son vieil ami Eddie. Il
s'agit de se rendre du Minnesota
au Wisconsin pour rejoindre une
certaine Palti Rocks avec qui Billy a eu une liaison. Patti vient de
lui apprendre qu'elle est enceinte
et Billy a besoin de la présence
d ' E d d i e p o u r a v o i r le c o u r a g e
d'avouer à la jeune femme qu'il
est marié et père de famille. Au
long du voyage, Billy se vante en
termes crus de ses exploits amoureux passés, présents et à venir.
La réaction de Patti aux révélations de Billy a de quoi surprendre les deux hommes.
ANGLAISE
HL E A
LLOWEEN 4
RETOUR DE MICHAEL MYERS
V
PATTI ROCKS
et Karen Landry, images: Grogory M. Cummins, Montage: Cummins. Musique: Doug
Maynard. Avec Chris Mulkey. John Kenkins,
Karen Landry. 87 min. Rlalto (1fl ans).
1000 000 de Québécois
partirent un jour.., pour toujours
IL CHANGEA
L'ASPECT DE HALLOWEEN.
CE SOIR
• Marek Sen, jeune Londonien
d ' a s c e n d a n c e i n d i e n n e , fait
montre d'un talent particulier
pour le piano. Aussi attire-t-on
sur lui l'attention de la célèbre
Madame Sousatzka, professeur de
musique émérite, qui prend en
main sa formation. Excentrique
mais attachante, Irina Sousatzka
t i r e d e ses é l è v e s le m e i l l e u r
d'eux-mêmes et elle est particulièrement fière de ce qu'elle obtient
de Martk, bien qu'elle se garde de
le lui montrer. Elle refuse cependant qu'il en fasse preuve en public avant qu'elle ne l'ait décidé.
Pressé par des besoins d'argent,
l'adolescent accepte pourtant l'offre d'un imprésario, ce qui entame une rupture avec Madame
Sousatzka qu'il invite pourtant à
son premier concert.
m i '
AGAiAttRlUAït
DÈS LE V E N D R E D I 21 O C T O B R E
SPECIAL «AVANT-PREMIERE»
CE SOIR A 19 h 30
mmm
y T^z; RAYMOND
-' ••
|^^J
"
CLAUDE FOURNIER.
RENEMALO
TISSERANDS POUVOIR
LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMED115 OCTOBRE 1988
Un film d e
A N D R É DELVAUX
GUIDE ClNEPLEX ODEON
BERRI .
LE FAUBOURG
S l - D o n n 4 Sto C o t t i o n r w
?80 2 1 1 5
1616. SloCamwIna O
,
25
V32 2171 ^
GORILLAS IN THE MIST (G) Dolby SUréo
THX 70MM
12:00-2:25- 4:50 - 7:15 - 9:40
LA LECTRICE (14 m i )
1 . 30 - 2:40 -S:Oi-7:15-9:2S
LES 3 SOEURS (G)
» : » • 2:30 - 5:05 - 7.20 - 9:35
A GAUCHE EN SORTANT DE L'ASCENSEUR
(G) ' 1:30 - 3:30 - 5:30 - 7:30- 9 30
UAGOAD CAFE (G) Dolby Stéréo
1:00 - 3:00- 5:00- 7:00 -9:00
MADAME SOU5ATZKA (G) Dolby Sttreo
12:30 - 2:45 - 5:00 - 7:30 - 9:45
Ploco Bonovanluie
m
561.2725
Ploco tonguouil 679 7451
PIÈGE DE CRISTAL (14 ana)
Sam. at D i m . : 1:00 - 4:00 • 7:00 • 9:35
Sem.: 7:00-8:35
BIG (G)
Sam. ol Dim.: 12:45 - 2:50 • 5:00 - 7:10 • 9:15
Sem.: 7:10-9:15
BROSSARD .
Mo* r i i n r n r M i n
LA LECTRICE (14 ana)
Sam. el Dim.: 1:15 - 3:15 - 5:15 • 7:15 - 9:15
Sam.: 7:15-9:15
Cunlw 2000
Nrvoou Ou Métro Atwolor
- J A C Q U E S SICLIER, L E MONDE
BARBARA
HENDRICKS
|
^jj
D « » 5
G I N O Q U I L I C O
U N F IL M D E
9J5 4246
PLACE DU CANADA
Via Chateau Chompioin
M
^
-r
LUIGI
COMENCINI
861*4595
m
THE LAST TEMPTATION OF CHRIST (18 ant)
Dolby Stereo 70MM
Ven.: 7:00 -10:00
Sam., Dim: 1:30 - 5:00 - 8:15
Lun. au Jeudi: 8:15
Eiceplé Merc. 19 oct.: aucune représentation
ALIEN NATION (14 ans) Dolby Sléréo
Sam. ol Dim.: 12:15 - 2:25 - 4:45 - 7:10 - 9:30
Som.: 7:10-9:30
POINTt-CLAIRE
LA LECTRICE (14 ont)
Sam. al Dim.: 1:15 - 3:15 - 5:15 - 7:20 • 9:25
Som.: 7:20 - 9:25
6 1 4 1 T m m c o n o . l i . n A 4 i (14X11* î ' J « n n )
630-72*4
RUNNING ON EMPTY (G)
Sam. el 01m.: 12:20 - 2:40 - 5:00 - 7:20 • 9:40
Sam.: 7:20 - 9:40 / Eiceplé Sam. 15 octobre:
12:20- 2:40-5:00-9:50
„ m
GORILLAS IN THE MIST (G) Dolby Stereo
Sam. ct Dim.: 12:00 • 2:30 - 5:00 - 7:30 • 10:00
Sem.: 7:30-10:00
DIE HARD (14 ana) Dolby Stereo
Sam. el Dim.: 1:30 - 4:15 - 7:00 - 9:45
Sem.: 7:00- 9:45
DIE HARD (14 ant)
1:00-4:00 - 7:00 - 9:40
CAMOMILLE ( G ) / 1:05- 7:05
ALIEN NATION (14 ana) Dolby Stéréo
Sam. et Dim.: 12:45 • 2:50 - 4:55 - 7:00 • 9:05
Sam.: 7:00 - 8:05
L'INSOUTENABLE LÉGÈRETÉ DE L'ÊTRE
(14 ans) / 3:00 • 9:00
MOON OVER PARADOR (G)
1:10 - 3:20 - 5:30- 7:40 - 9:50
PETIT BON... HOMME (G)
1:15-3:25 - 5:30 - 7:35 - 9:40
DE I1RUIT ET DE FUREUR (14 ans)
1:00- 5:30- 10:10
PUNCH LINE (G) Dolby Stéréo
Sam. el Dim.: 12:00 - 2:30 - 5:00 - 7:30 - 10:10
Scm.: 7:30- 10:10
THE MODERNS (G) / 3:00 • 7:30
EIGHT MEN OUT (G) / 9:10
MOON OVER PARADOR (G) Dolby Stereo
Sam. et Dim.: 12:30 - 2:40 - 4:50 - 7:00
Som.: 7:00
LE GRAND BLEU (G)
1:05 - 4:00 - 7:00- 9:20
LES ANNEES SANDWICH (G)
1:10 - 3:20 - 5:30- 7:40 - 9:50
m
ST-DENIS
1590. rue SIDonis
8453222
P I È G E DE CRISTAL (14 ant) Dolby Stéréo
1:00 • 4:00 - 7:00 • 9:45
BAGDAD CAFE (G)
(Anglais sous-lliros Français)
1:00- 3:00 - 5:00- 7:00 - 9:00
KUNG FU MASTER (G)
1:15-4:15-7:05-9:20
LA GRENOUILLE ET LA BALEINE (G)
1:10-3:10-5:10
MIDNIGHT RUN (fr.) (G)
7:10 - 9:50
SQUARE DÉCARIE
m
COMPLEXE DESJARDINS
BotiWro 1 288-3141
Déco/io sua de Jeon-toion
341-3190
PUNCH LINE (G) Dolby Stéréo
Sam. et Dim : 12:00 - 2:25 - 4:50 - 7:15 - 9:45
Scm.: 7:00 - 9:30
UNE AFFAIRE DE FEMME (14 ans)
12:30 - 2:40 - 5:00 - 7:10 - 9:25
SALAAM BOMBAY (G)
12:30-2:50- 5:05 - 7:25 -9:40
BIRD (Ir.) (G) Dolby Stereo
1:00-4:00-7:00- 10:00
GORILLAS IN THE MIST (G)
Som. el 01m.: 12:00 • 2:30 - 5:00 - 7:30 - 10.00
Sem.: 7:30 -10:00
ASTRE
.
Slléonora 9480 locordoire 327-5001
LES PORTES TOURNANTES (G)
12:40 - 2:50 - 5:00 - 7:10 - 9:20
^
ALIEN NATION (14 ans) Dolby Stéréo
Sam. cl Ohn.: 1:15 - 3:10 • 5:05 • 7:00 • 9:00
Sem.: 7:00 - 9:00
CRÉMAZIE
Sl-Oonis 5 Crémone .185-4210
NICO (18 ans) Dolby Stéréo
Sam. et 01m.: 1:00 • 2:45 - 4:30 - 8:1S 8:00 • 10:00 / Sem.: 7:20 - 9:15
LA BOHÊME (G) Dolby Stéréo
(Italian sous-lilres Français)
Sam. cl Dim.: 12:30 - 2:45 - 5:00 • 7:15 - 9:30
Som.: 7:15 - 9:30
PIERRE RICHARD EST DE RETOUR PLUS GAUCHE QUE JAMAIS!
OIE HARD (14 ans) Dolby Stéréo
Sam. cl Dim.: 1:15 • 4:00 - 7:00 • 9:30
Sem.: 7:00 - 9:30
LE DAUPHIN
Une comédie qui atteint un nouveau niveau de rire...
NIGHTMARE ON ELM STREET 1.4 (18 una)
Sam. ct Dim.: 1:00 - 2:45 • 4:30 - 6:15 8:00 • 9:45 / Som.: 7:20 • 9:10
721-6060
LA DERNIÈRE TENTATION OU CHRIST
(IB ans) / Von.: 7:00 - 10:10
Sam.: 12:30 - 3:40 • 7:00 • 10:10
Dim.: 1:30 - 5:00 - 6:15 I Lun. au jeudi: 8:15
OMEGA
Centre Moxi 2675 en ChomDryiorxj 647-1122
PETIT BON... HOMME (14 ans)
Sam. el Dim.: 1:30 - 5:30 • 9:30
Scm.: 9:20
2éme lilm: SATISFACTION
Sam. ol Oim.: 3:30 - 7:30
Som.: 7:30
L'OEUVRE AU NOIR (G)
Sam. et Dim.: 1:00 - 3:10 - 5:15 - 7:25 - 9:35
Sam.: 7:15-9:20
ÉGYPTIEN
1455, rue Peel 843-3112
QUI VEUT LA PEAU DE ROGER RABBIT (G)
Sam. cl Dim.: 1:00 - 3:10 - 5:10 - 7:15 • 9:15
Sem.: 7:15 -9:1S
SJO0
PARADIS
8215. Hochelogo
A VEN. IAPRES 4 P.M.)
SAM. f TOUTE t A
» !
MARRIED TO THE MOB (G)
12:30 • 2:45 - 5:00 - 7:10 • j-25
Eicepto Merc. 19 oct.: 12:30 • 2:45 - 5:00 - 9:40
SALAAM BOMBAY (G)
Sam. al Dim.: 12:35 • 2:50 • 5:05 • 7:20 • 8:35
Som.: 7:20 - 9:35
LUN
"Un grand film, d'un grand cinéaste..."
• ùTTf HnTbouIe versant!
ANGÈLE DAGENAIS - LE DEVOIR
DIE HARD (14 nns) Dolby Stereo 70MM
1:00 - 4:00- 7:00-9:45
ALIEN NATION (14 ana) Dolby Storro
12:45 - 3:00 - 5:10 - 7:20 - 9:35
Eiccptc S«m. 15 oct.: 12:45 • 3:00 - 5:10 - 9:35
A GAUCHE EN SORTANT DE L'ASCENSEUR
(G) Sam. si Dim.: 1:00 - 3:00 - 5:00 - 7:00 - 9:10
Scm : 7:00 - 9:10
STATlOtJNEMEHT
- M i n o u P e t r o w s k i , LES BELLES HEURES.
PAUL TOUTANT, RADIO-CANADA
Boul Sl-Mortm 687-5207
PLACE ALEXIS NIHON
!)AGOADCAFÉ(lr.)(G)
7:15-9:20
LA GRENOUILLE ET LA BALEINE (G)
Sam. «I Dim.: 1:05 - 3:05 • 5:05
PUNCH LINE (G) Dolby Sléréo
Sam. ol Dim.: 12:10 • 2:30 • 4:50 - 7:10 - 9:40
Som.: 7:10-9:40
BeouOien près d Iberville
"Un très bel opéra... ~
Une poésie qui m'a séduite..."
HI
NICO (1Sana)
Sam. el Dim.: 1:10 - 3:10 • 5:10 - 7:20 - 0.20
Sem.: 7:20-9:20
CARREFOUR LAVAL
549-45
^ ''^j
êà
PIÈGE OE CRISTAL (14 ant) Dolby Slérro
Sam. at Dim.: 1:20 - 4:00 - 7:05 • 9:35
Sem.: 7:05 • 9:35
A GAUCHE EN SORTANT DE L'ASCENSEUR
(G)/Sam, cl Dim.: 1:30 - 3:30 - 5:30 • 7:30 - 9:30
Scm.: 7:30 • 9:30
CENTRE-VILLE
2001 Université
I
DANIEL ROLLAND - VOIR
ODÈON-LAVAL
LA DERNIERE TENTATION DU CHRIST
(18 an») / Van.: 7:00-10:00
Sam.: 12:10 - 3:40 • 7:00 -10:00
Dim- 1:00 - 4:30 • 8:00 / Lun. au jeudi: 6:00
Coin at MoisonneuY*
725-7000
PIEGE DE CRISTAL (14 ana)
Sam. el Dim.: 1:00 - 4:00 • 7:00 • 9:45
Sem.: 7:00 - 9:45
465 5904
y
•
Un des plus grands films & "Un immense plaisir que nous offre Comencini"
Ique le Québec ait produit: "Un égal plaisir pour rouie et la vue!"
JEAN-TALON
2 rues à loll rte Pio-IX
m
•
D u p r o d u c t e u r de C a r m e n
e t d u r é a l i s a t e u r de L a S t o r i a ,
voici la s o m p t u e u s e a d a p t a t i o n d e
l'oeuvre la plus populaire de Puccini.
ILE SUCCES DE CANNES 88! $
NICO (1Ui.ni)
Sam. el Dim.: 1:1S - 3:15 • 5:15 • 7:15 • 9:1',
Sam.: 7:15-9:15
MIDNIGHT RUN (G)
Sam. el Dim.: 1:30 - 4:30 • 7:00 - 9:30
Sam.: 7:00 - 9:30
—
DAUPHIN
RUNNING ON EMPTY (G)
12:10 - 2:30 - 4:45 • 7:05 - 9:25
LONGUEUIL
BONAVENIURE
'tl .tjtrï's li'iniii.iii il-
R E N É M A L O PRESENTE ,
m
M A R G U E R I T E YOURCE.N'AR
SALAAM BOMBAY (Q)
(vortion originale sous-litres Anglais)
12:30 • 2:45 • 5:00 - 7:20 - 9:35
NICO (16 ans)
1:15 • 3:15 -S:1S- 7:15 -9:15
L'OEUVRE M
AU NOIR @
M
E 25
JOUHNÉI:)
PUNCH LINE (G) Dolby Sloreo
12:30 - 2:45 - 5:00 - 7:20 - 9:40
EIGHT MEN OUT (G)
12:35-2:50- 5:00-7:15-9:30
E»ceptn Sum. 15 oct,: 12:35 - 2:50 • 5:00 • 9 30
LA LECTRICE (14 ans)
(original sous-titres Annlais)
1:00 - 3:00 - 5:05 - 7:10 - 9:15
3543110
A GAUCHE EN SORTANT OE L'ASCENSEUR
(G) / Sam. el Dim.: 1:00 - 2:45 - 4:30 •
6:15 - 8:00 - 9:45 / Scm.: 7:15 • 9:00
PIÈGE DE CRISTAL (14 ani.)
Sam. el Dim.: 1:15 - 4:00 - 7:00 - 9:30
Sem.: 7:00 - 9:30
COEUR CIRCUIT «2 (G)
Sam. ol Dim.: 2:35 - 6:05 - 6:45
Sem.: 8:45
2ém»fllm: VICE VERSA
Sam. el Dim.: 1:00 • 4:30 - 8:00
Sem.: 7:15
"
UN NOUVEAU SERVICE TELEPHONIQUE
CHEZ CINÉPLEX ODÉON
DE 11:00 A.M. à 10:00 P.M.
POUR TOUT RENSEIGNEMENT CONCERNANT FILMS,
HORAIRE,
C I N É M A S ET LOCATIONS,
UN SEUL N U M É R O :
849-FILM
réalisé par
EDOUARD MOLINARO • écrit par GERARD LAUZIER
•«PIERRE VERNIER • ERIC BLANC • JEAN-MICHEL DUPUIS •
.
PARADIS
viUM'MiJ.VMfnmfJd!
'Tom Hanks, excellent dans le film "Big",
se surpasse dans "Punch Line"/'
-
NEWSWEEK
SALLY RELD "OsA HANKS
DANS
PUNCHj>
UNEJÉfc
Consultez le "MARQUEE MAGAZINE
H courrez la chance ov- GAGWfft u r n
SHARP.
. . . «
IV,
. —
VERSION ORICINALC
ANGLAISE
fer..;v ji
>i'.\;iy «>;•• sm.
iBuSS;
».".-...-. i.i O / i
..y.'o-u'Mwx:
,..it.î.j
[Il . . .
.„•!
POINTE-CLAIRE
ÉGYPTIEN
CARREFOUR LAVAL
1
Û
.'.ill l l i U l W M * f (
|
SQUARE DÊCARIE
m MURRAY HEAD
a m n JACQUES BUFNOIR ' phoroiROBERTFRAISSE • *~<«.Mfc«lciRENNMUSIOKEEPONTRUCKING
MICHEL CHOQUET • PIERRE GRUNSTEIN • mraanOucmxRENN PRODUCTIONS - F1DEUNE - ORLY FILMS
V ENE l L E D ÉC O U VR I R !
FANNY COTTENCON
TROIS-RIVIÊRES I
JULIETTE
E26
LA PRESSE, M O N T R É A L , S A M E D 1 1 5 OCTOBRE 1 9 8 8
FAMOUS PLAYERS
|
Remarquable
Pnssionrwint
Beau
Une Iresque historique."
-
Serge
•Pùrttnii cdiliant tourne avec talent.»
LUI
l'nrf.mlt.
iMnqnilique
LA
Dussault.
LA
PRESSE
«Film é p i q u e et flamboyant.»
PRESSE
—
Montreal
Scope
Des tilms c o m m e c e l u i - c i . il ne s'en lait plus.»
-
THE
GAZETTE
HENRI OOUZIAN PRÉSENTE
un ni.., de C A R L O S S A U R A
^
V. •'BO
•CATHERINE g
STE
666 3856
n
-in-î
12:30-2:40-4:50-7:00-9:10
COUCHE TARD sum 11:10
AUTEUflL
SANDRINE
UN FILM DE
CLAUDE SAUTET
QUELQUES JOURS
avec moi
41* J O U R
TRIOMPHAL!
Le PARISIEN
1
4»oSTECATHERUKo
ffi
« M M «ijJ
:35-4:15-6:50-9:30
cCOUCHE
o
TARD sam 11:55
LAMBERT WILSON • 0MER0 ANTONUTTI» EUSEBIO PONCELA • GABRIELA ROEL • JOSE SANCHO
FE0D0RATKINE» écrit et réalisé par CARLOS SAURA «producteur délégué ANDRES VINCENT GOMEZ
480 STE CATHERINE 0
066 3856
SEPTIÈME
PROPHÉTIE
JOURNAL
«Dead Ringers est le chef-d'oeuvre de Cronenberg.»
—
Peter Goddird,
TORONTO
STAR
• I I ! AMD1MOUGMCCKUMI'A "CTUMiO* CANADA
—
m
John CrifUn, THE GAZETTE
^VERSAILLES ©
PLACE VERSAILLES
—
Bruce Kirkknd,
TORONTO
AMERICA
Tous les soirs 7:20-9:35
V e r s i o n française»
sam dim 1:00-3:10
de:
5:15-7:20-9:35
COUCHE TARD sam 11:45 THE SEVENTH SIGN
YORK
I
PLATEAU
GREENFIELD PARK
IS84 MONT-ROYAL C S21-7B70J
k
SUN
SISKEl
S EBERT
«Billy C r y s t a l e s t DRÔLE
Alan King est HILARANT
JoBeth W i l l i a m est
ADORABLE.»
—
ChmChose,
«Une analyse poussée de la sexualité, de l'identité et
de l'obsession. De loin, la meilleure oeuvre de
Cronenberg.»
— jayscott, GLOBE & MAIL
NEW
YORK
DAILY
NEWS
B E T R A Y El 7
Version originale
anglaise
12:40-2:50-5:00-7:10-9:20
Anciennement cinéma de Montréal.
=
Qnbot.»TtrnjntoJ
, CENTRE LAVAL
©
l 696 STE CATHERINE O
1:00-3:40-6:20-9:00
COUCHE T A R D » a m 11:40
é ^VERSAILLES ©
.PLACE VCnSA'LLIS
.en anglais au PALACE
film très agréable à voir et à entendre.»
—
LES
DAVID CRONENBERGS
FILMS DU CREPUSCULE
p
a >
LOEWS
s s
i i:
1
• •Ô*OLHV S T I I I I O ;
DORVAL
DORVAL
\ J 6 0 A » j JDORVAL
260 Av. DORVAL
Tous les soirs 7:10-9:30
sam dim 12:15-2:30-4:50
7:10-9:30
631 8566,,
Tous 1*< t o l r t 7:05-9:15
urn dim 12:35-2:45
4:55-7:05-9:15
nuntucniEJ
nu
«Un film qu'il faut voir. Gene Hackman est un des plus grands
acteurs des États-Unis. Danny Glover est tout simplement
éblOUiSSant.»
— Jellrey
©
ven à marc 12:15-2:35
4:45-7:05-9:25
feu 12:15-2:35-4:45-9:40
COUCHE TARD sam 11:35
12:20-2:40-4:55-7:15-9:40
©^ COUCHE
TARD sam 11:50
sam dim 12:45-3:00-5:10
7:20-9:35
lun mar leu 7:20-9:35
more 9:45
n
954 STE CATHERINE O
061 7437,
CINÉMA DU PARC
s i:
•^"'-'H
VERSION O. ANGLAISE
JAMES G M O U JO! ROIH m> JEREMY IRONS • G I H l l M
£SE
CAROL SPUR HOWARD SHORE ^ P f
NORMAN SNIDIR t o i » • e » ' l « V BARI WOOD u JAW
) [ROMBERG us MARC BOVIN* "-.'OAïiO CROilWIBG ' ^ ^ An ASTRAL FILMS Relvaie
3575 Ave du WRC
i-
INTERNATIONAL
^^^^^
VERSION O. ANGLAISE
LOEWS
r
Francinc Lorcndcau. LE. DEVOIR
LE G R A N D P R I X D U F E S T I V A L D U FILM E U R O P É E N D E V I C H Y
A C C L A M É A l F E S T I V A L DES FILMS DL M O N D E
RINGERS
,954 STE CATHERINE O.
353-7880,
Tous les soirs 7:00-9:30
sam dim 12:00-2:20
4:40-7:00-9:30
COUCHE TARD sam 11:55
Tous les soirs 7:10-9:30
sam dim 12:10-2:30
4:50-7:10-9:30
COUCHE TARD sam 11:40
UN NOUVEAU GENRE DE THRILLER DU MÊME RÉALISATEUR QUE «THE FLY».
«Un
671 6 1 ^
=
688 7776j
—— n f] S b u r r s T i m o
519 BCHJL -TASCHE R E AU
Tous les soirs 7:05-9:30
sam dim 12:00-2:20
4:40-7:05-9:30
LAVAL
& 2 PALACE
r
e
X
—
w
8 SEMAINE HILARANTE !
v
«C'est la plus b e l l e
surprise d e l ' a u t o m n e . »
A
U I \ PRINCE
T
clni
«Un thriller psychologique intense... Jeremy Irons
livre toute une performance dans le rôle du jumeau
meurtrier. Digne, d'un Oscar. Un film brillant.»
WWOR-TV
l\l\V
31 PLATEAU
1
if
version française de:
C O M I N G TO
Anciennement cinéma d e Montréal.
1:10
Clnél
3:10-5:10
7:10-9:10
« * • • • Un film brillant. Une oeuvre intelligente et
passionnée. Jeremy Irons y trouve un rôle à sa
mesure. Il devrait remporter au minimum un prix.»
0ÊMM
«Eddie, le vrai prince de la
comédie... Des rires
majestueux.»
- Pat Collins,
« • • • • Un des 10 meilleurs films de
l'année.»
— A-fjrc Hortan, EDMONTON
VERSION FRANÇAISE
1:20-4:00-6:45-9:20
COUCHE T A R D sam 11:50
Le PARISIEN ©
Lyons. SNEAK
IHâlHKIlC!
CllSSIM»!
PREVIEWS'WPIC-TV
«Gene Hackman et Danny Glover composent un duo
inoubliable dans ce film où un colonel de l'aviation
qui n'a jamais connu le combat est sauvé par un
pilote chargé de le récupérer derrière les lignes
ennemies... une mission pratiquement impossible.»
—
Guy Flattley,
COSMOPOLITAN
Un-film de GERARD CORBIAU
dans des
musiques de
Tn-SIffi rttUB ilMFJlmUMNR MfSAB .8BIRUC«.1 Kl WW «
HT-JtWBH n i o M r V S M ùmmiï m nom stmt
nmsmm
^.mmmmm
wmaim ssimw^
m&miLm
*¥W1UI4UL/MI^DN.GEORGEeODK "V^MHML«ŒBBI "JWIDFBfil BWANEJH MIMEOT ^fflHIIME
a
RELEASED THROUGH COLUMBIA TRI-STAR F (LUS O f CANADA
n.-u.!ti ,
Présenté par:
c f i m
97.7
fin
À L'AFFICHE DÈS VENDREDI LE 21 OCTOBRE
DANS NOS CINÉMAS FAMOUS PLAYERS
MOZART
MAHLER • VERDI • BELLINI
OFFENBACH • SCHUMANN • SCHUBERT
arec ANNE ROUSSEL PATRICK BAUCHAU PHILIPPE VOLTER d SYLVIE FENNEC
B
i
LeD OPARISIEN
© n n i D O L B Y STEREO
L 480 STE CATHERINE O
866 3856
r 1:00-3:05-5:10-7:20-9:30
COUCHE TARD sam 11:35
PLAŒDESARTÏî
1.
ù
E27
LA PRESSE, MONTREAL, SAMED115 OCTOBRE 1988
t>^AMOUS
^ ( U Q o u t i y *
AUX ENDROITS SUIVANTS :
cinémas PALACE et DOfTvAL
PLAYERS^
r
4e SEMAINE
DE RIRES!
UIÛMZ
dénommé
wând
FAMOUS PLAYERS
«Lo «KING» est vl- FT™
vantl HEARTBREAK i.—HOTEL est un délice sans
fin.»
LORSQU'IL SERT, IL EST ROI.
—Jeffrey tyons. SNEAK PREVIEWS
33
VERSION FRANÇAISE
VERSION FRANÇAISE DE: WHO FRAMED ROGER RABBIT |
von i more 12:40-2:50
•
Le PARISIEN © ,5:00-7:15-9:35
Jcm 12:40-2:50-5:00-9:50
«80 STE CATHtBIHt a
006 3850, COUCHE TARD Mm 11:45
HOTEL
UNE NOUVELLE COMÉDIE A rtoros DE SEXE,
DE MEURTRE ET DE FRUITS DE MER.
v o r a l o n française dei
A FISH CALLED W A N D A
h- / VERSAILLES
S
Ï
UNE FANTAISIE ROCK AND R0LI
608 7776,
CEKTRELMM.
Tout l e i solrs 7:00-9:20
•am dim 12:00-2:20-4:40
7:00-9:20
COUCHE TARD Bam 11:30
J U g VEH&UOEa
M-1MO,
Tout lcc soirs 7:00-9:30
eem din 12:05-2:20
4:40-7:00-9:30
COUCHE TARD u n 11:50
888777»,,
C£HTRE U**E
Toue I c i aolra 7:20-9:40
sam dim 12:20-2:40-5:00
7:20-9:40
COUCHE TARD aara 11:50
& $ PALACE — ©
k
808 STE CATHEB1HE a
12:10-2:30-4:SO-7:10-9:30
COUCHE TARD
u n 11:45
...en anglais aux LOEWS, FAIRVIEW at CINÉMA V
313 raoo
PEACE i M u a
Tout lai aolra 7:15-9:30
tam dim
12:25-2:45-5:05-7:15-9:30
COUCHE TARD sam 11:50
©
353 Taon,
PUCE vERsauxs
Toua lea aolra 7:20-9:40
asm dim 12:20-2:40
5:05-7:20-9:40
COUCHE TARD aam 11:55
3e SEMAINEI
—RkhordGay. BON DIMANCHE
B A R B A R A
H E R S H E Y
ezssQsrjiiiir.
UNIVERSITE ®
Un Monde
À Part
i —Janet Maslin, NEW YORK TIMES
•i / V E R S A I L L E S
LAVAL
088 7770
CENTRE LMU.
Toua le» aolra 7:10-9:30
aam dim 12:10-2:30
4:50-7:10-9:30
.COUCHE TARD aam 11:40
< ! * * • * Le meilleur film de l'année.»
«BIRD», un hommage touchant, une oeuvre
d'amour. C'est un portrait qua Charlie Parker et ses admirateurs reconnaîtront sans
hésiter. La trame mélodique est superbe.»
Tous let aolra 7:15-9:20
aam dim 12:15-2:25
87181»,, 4:50-7:15-9:20
©
.en anglais aux LOEWS et DORVAL
«AVEC UNE OEUVRE COMME «BIRD» CLINT EASTWOOD SE CLASSE PARMI LES MEILLEURS RÉALISATEURS D'AMERIQUEl))
-RichardSchickel, TIME
«Rien de vulgaire, pas une seule Image négligée, un seul iugomont porté à la légère,
ou une émotion forcée dans BIRD. C'est
toute la vie d'un homme, dans son éloquente complexité. Toute l'oeuvre témoigne des incomparables QUALITÉS de Clint
Eastwood dans son rôle de réalisateur.)»
/VERSAILLES
LAVAL
• Aon
GREENFIELD PARK
6tfl BOUL.TABCHEREAU
version o. anglaise
©
;iin
150 STE-CATHERINE E.
Tout lai aolra 7:00-9:30
aam dim 12:00-2:15
4:30-7:00-9:30
...en anglais au PALACE
—Richard Schickel, TIME
G
- U N F I L M DE C L I N T E A S T W O O D
«Si vous voulez d'un film qu'il vous
détende, ne cherchez plus... Ce film
comique est un petit bijou. Riegert
joue d'une façon splendide.»
—Bill Brownstein. THE GAZETTE
«Une superbe comédie, pleine de romantisme, qui met du baume à
Vinï
*'»
-CP.
Wire
«Une histoire moderne, pleine de
charme et de magie.»
—THE GLOBE & MAIL
• •••••*••
•••
•••••••••
•••• *^SV*I
• ••
•••
•••
••
•••
«Un film intelligent, amusant, enlevant... superbe. Une
histoire vraiment superbe.»
—TORONTO SUN
•••
Irving
«Le plus beau
film romancé
de cette année.
En r e n t r a n t
chez vous,
vous c r o i r e z
glisser sur des
nuages.»
—Peler Travers,
PEOPLE
MAGAZINE
Crossing
Delancey
VERSION O. ANGLAISE
lik- cnnii-uV romantique sur les propos de l'amour.
W\RNER BROS. t w .
A j Q \ N MICKL1N SILVER film AMY IRVING
"CROSSING DELANCEY" PETER RIEGERT
JEROEN KRABBE SYLVIA MILES " t PAUL CHIHARA
"-fc SUSAN SANDLER ^fifc SUSAN SANDLER
WARNER BROS. PRESENTS A MALRASO PRODUCTION
"BIRD" FOREST WHITAKER DIANE VENORA MUSIC SCORE BY LENNIE NIEHAUS
WRITTEN BY JOEL OUANSKY EXECUTIVE PRODUCER DAVID VALDES
PRODUCED AND DIRECTED BY CLINT EASTWOOD ^ S ^ T
fcSS RAPHAEL SILVER
VERSION O.
ANGLAISE
Maintenant
à l'affiche!
6-
MARK HARMON-JODIE FOSTER
STEALING HOME
IMPÉRIAL
©
MICHAEL NOZIK
'^Jf JOAN MOCLIN SILVER
1:00
4:00
0:00
ODtw
Tous les soirs 7:10-9:15
sam dim 1:00-3:00-5:00
7:10-9:15
Tous les soirs 7:05-9:15
sam dim 1:00-3:00-5:00
044 0470., 7:05-9:15
CINEMA DU PARC
3575/Wo du nunc
«Un film qui a du
coeur, e t des Inter,
prêtes de tout premier ordre.»
—PIAYBOY MAGAZINE
VERSION O. ANGLAISE
ïk 12:30-2:45-5:00-7:15-9:30
12:30-2:45-5:
:3O-2:45-5:00-9:40
mere 12:30-2
I COUCHE TARD
TAI
J
sam 11:•A0
L 608 STE CATHERINE a
! »
,,
© Il
cx-^f PALACE
M
A
G
I
N
S
«IMAGINE est un
regard déterminant du
vrai John Lennon. Aussi
poignant, remarquable
et mémorable que son
héritage musical.»
—Pal Collins.
WWOR-TV
Tous les soirs 7:05-9:20
sam dim 12:30-2:40
4:55-7:05-9:20
12:40-2:50-5:00-7:10-9:30
18
FREDDY EST TOUJOURS
PRESENT ET IL VOUS ATTEND!
DE
H FREDDY/*
version françoiio do•SSe^P
NIGKIMAM ON EIM STUtCT 4
•
THE Û K Ë Â m MASTER
NfW I I » CINfJU, NERON COMMUNICATIONS, INC oïd SMART E66 PICTUKb fm*it A ROIERT SHAÏE rtodxtiM
A RENNY HtRUN fib * ROBERT EWIUNO ii 'A NIGHTMARE ON ELM STREET 4: THE DREAM MASTER'
Stsry W WIUIAJtt KOTZWINKU n i IRIAN HE16ELAN0 • S c m p H kf IRIAN HflGELAND osd SCOTT PIERCE
brimi
kr ROBERT SHAYE en i RACHEL TAIALAY * Directed by RENNY HARLIN
Q
Re»| ^ ejsv'
' Qetf /
t
f ne m BOIT mwn ai att'tt witttw I M Ï " M wm]
M
nngSf
CINÉMA de PARIS©
I
f
O. B66-3636.J
\ 806
6 0 6 STECATHERIKE
STE (
LAVAL
rVERSAILLES
©
1S3 TSDOJ
PLACE VERSAJLU'.
ŒHTRELAWU.
Toua Us soirs 7:30-9:40
sam dim 1:20-3:30
5:30-7:30-9:40
COUCHE TARD sam 11:40
IST-HYACINlTHË]
GREENFIELD PARK
MBOULIXSCMtREAU
Tous les soirs 7:00-9:00
sam dim 1:05-3:00-5:00
7:00-9:00
•jjrjBBBHB
1:00-3105-5:10-7:15-9:20
.
cmesque
STWQ
Tous les soirs 7:10-9:10
sam dim 1:10-3:10
5:10-7:10-9:10
COUCHE TARD aam 11:10
„
IST-JÉRÔMJT
r
Le PARIS
12340 S T - J O S E P H 773-9432J
Tous les eolrs 7:05-9:00
dim 1:00-3:00-7:05-9:00
Cinéma REX
3?7 ST-GEORGCS Jli>7?a?
Tous les soirs 7:15-9:10
tarn dim 1:30-3:25-5:20-7:15-9:10
..en anglais au PALACE
-nn'po»*» •Tifftci—
LOEWS
©
L 064 GTE CATHERINE O
12:00-2:25-4:45-7:05-9:40
COUCHE TARD
sam 11:50
CINÉMA V
L5560 5HUBROQKEO 189 5559J
Tous les soirs 7:10-9:30
sam dim 12:15-2:20-4:40
7:1<H8:30
FAIRVIEW
LcEWTREHURVI
.CEWfRE EAJRV1EW Par— On M l
Tout les tolrs 7:05-9:25
sam dim 12:05-2:20-4:35
7:05-9:25
11
>
CINÉMA DU PARC
844 9470,
3075 «xduRiuC
Tout les soirs 7:15-9:30
sam dim 12:30-2:45-5:00
7:15-9:30
E28
LA PRESSE, MONTREAL, SAMED115 OCTOBRE 1988
§
Découvrez la
Personnalité de l'année 88
de La Presse
en chansons et en musique.
Animé par
Dominique Lajeunesse
et Normand Harvey,
ce gala 5e anniversaire
vous présentera les
52 personnalités
de la semaine,
couronnera la
Personnalité de l'année 88
et rendra hommage à
Jean Duceppe.
Célébrez l'excellence avec
Michel Rivard,
serge Lama,
Ginette Reno
Jean lapointe,
Andrée Lachapelle,
v
Béatrice Picard,
Monique Miller
et...
Soyez au rendez-vous
de l'Excellence aux
Beaux Dimanches de
Radio-Canada à
20 h
Radio-Canada
Télévision
Réalisation:
Roger Fournier
Coordination:
Jean Bissonnette
Direction musicale:
François Cousineau
Chorégraphie:
Dominique Giraldeau
1

Similar documents

m - Collections

m - Collections Russes. Ni l'attitude de Guilbeault avec Mercier, qui ne discutent pas de sa succession, j'avais I impression qu'on avait sauté des raccords importants pour le téléspectateur. Bref, l'émission s'es...

More information