Télécharger - Louis Dreyfus ARMATEURS

Comments

Transcription

Télécharger - Louis Dreyfus ARMATEURS
LE MAG
décembre 2012
december 2012
LD Lines et DFDS s’associent
Cooperation between LD Lines and DFDS
Une première dans les hydroliennes
A first in tidal turbines
Alda Marine s'engage dans l’offshore pétrolier
Alda Marine: new oil & gas activity
A la découverte du BIMCO
Trois barges en construction pour OMS
Three deck cargo ships under construction for OMS
N°9
Discovering BIMCO
S O M M A I R E /
C O N T E N T S
01. / P. 4 à 7 éVéNEMENT / in depth
LD Lines - DFDS : « La consolidation du marché du ferry en Manche devenait indispensable » /
“The consolidation of the ferry market in the Channel became necessary”
Parc démonstrateur d’hydroliennes : ça turbine ! / Tidal farm experiment: riding the currents of change
02. / P. 8 à 11 sillage / ship's wakes
La fabuleuse histoire de LD Com / The amazing success story of LD Com
03. / P. 12 ZOOM / CLOSE-UP
Petits plats dans les grands sur le CGG Symphony / Putting on a great spread on the CGG Symphony
04. / P. 13 à 17 GRAND LARGE / HIGH SEAS
BIMCO. Interview de Torben C. Skaanild, secrétaire général /
BIMCO. Torben C. Skaanild, secretary general
05. / P. 18 à 20 AU FIL DE L’EAU / DOWNSTREAM
Quand l’Inde révèlera tout son potentiel maritime… / India's maritime potential rises
OMS investit 35 M USD dans trois barges autopropulsées / Deck cargo ships investment
Louis Dreyfus Armateurs à la Sea Tech Week 2012 / Louis Dreyfus Armateurs partners Sea Tech Week 2012
Alda Marine s'engage dans l'offshore pétrolier / Alda Marine takes up oil and gas
FAIRMOUNT EXPEDITION conduit le MSC Flaminia à bon port / Safe haven
06. / P. 21 à 23 LA VIE DU GROUPE / INSIDE STORIES
Visite d’Alain Juppé à bord du VILLE DE BORDEAUX / Alain Juppé visited ro-ro vessel VILLE DE BORDEAUX
LDA bâtit son nouveau siège social / LDA builds its new headquarters
Retraites bien méritées pour Marie-Annick Maillaut et Lucien Bensaid ! / Well-deserved retirement
Du vermeil et de l’argent pour cinq collaborateurs / Five awarded long service medals
Le Mag N°9 - Décembre 2012 / www.lda.fr
Rédacteur en chef : François-Olivier Braunschvig - Coordination : Sylvie Virasack / [email protected]
Crédit photos : LDA, LD Lines, L!GNES, LDTVO, Fairmount Marine, DFDS, Philippe Roy, Agence REA, Eric Houri, BIMCO, EDF/Marc Didier, Thierry Nectoux - Chambre Noire
Conception rédactionnelle : L!GNES / Conception graphique : Groupe C2 360 - Bureaupôle bât A - 2, avenue Elsa Triolet 13008 Marseille / www.groupec2-360.com
P.2
éDITO
Alain Le guillard
Directeur Général
Opérations
Les partenariats maritimes s'inscrivent dans le long terme
L'avenir de la terre est en mer. Univers à l’attractivité
croissante, la mer constitue une réalité économique, sociale
et environnementale. Formidable gisement d'emplois dans de
nombreux domaines, elle prend une part toujours croissante du
PIB tout en offrant des solutions aux problèmes nutritionnels et
énergétiques de l'humanité.
Ainsi, de plus en plus d'industriels sont aujourd'hui appelés à
exercer directement des activités maritimes. Pourtant, l'univers
maritime n'est pas comme les autres. La gestion du risque,
celles des hommes, des qualifications et des matériels y sont
plus complexes qu'à terre. La mer est un milieu naturellement
hostile et fragile. Pour y exercer une activité humaine tout en
préservant l'environnement il faut des hommes ayant une longue
expérience du milieu marin. Dans cette appréciation du risque,
l'anticipation et l'autonomie jouent un rôle essentiel : lorsque
le navire subit une avarie, il peut se trouver à plusieurs journées
du port le plus proche et même être largement hors de portée
des moyens de secours aériens. La croissance exponentielle des
procédures de qualité et de sécurité témoigne de l'évolution de
la gestion du risque maritime.
Cette double gestion des hommes et du matériel est au cœur
du métier d'armateur. Il est l'interlocuteur indispensable des
industriels qui souhaitent développer leur activité en mer.
Compte tenu de la complexité de l'environnement marin,
le partenariat est sans aucun doute la meilleure forme de
coopération possible.
Un partenariat maritime commence par la définition précise
des besoins afin, d'une part, d'organiser les processus de
formation pour développer les savoir-faire nécessaires et,
d'autre part, pour adapter les matériels. Cette double démarche
est essentielle pour définir une offre économiquement viable.
Ensuite, sur le plan opérationnel, chacun se nourrit des savoirfaire de l'autre. Cette symbiose conduit à un fonctionnement
optimal des équipes et à une communication transparente entre
les partenaires.
A cette indispensable confiance entre les partenaires, s'ajoute
la durée de vie importante des investissements maritimes. Une
seule conclusion s'impose : les partenariats maritimes doivent
s'exprimer sur le long terme.
Alain Le Guillard
Directeur Général
Opérations
P.3
Maritime partnerships on the long run
The earth’s future is at sea. Constantly growing in
attractiveness, the sea represents an economic, social and
environmental reality. A formidable potential for jobs in
many fields, the sea is taking a growing share in the GDP
while offering solutions to mankind’s food and energy
problems.
Therefore more and more industrialists are led to exercise
maritime activities directly. But at sea, managing risks as
well as men, qualification and equipment is a more complex
exercise than on shore. Men with long-standing experience
of the maritime environment are thus needed. In the
appreciation of risk, anticipation and autonomy play a key
role: when the ship suffers damage, it can be days away from
the closest port and even be out of reach of aerial assistance.
The exponential increase of quality and security procedures
illustrates the evolution of maritime risk management.
The management of men and equipment is at the heart
of the shipowner’s activity. He is therefore a necessary
interlocutor for industrialists who wish to develop their
activities at sea. Given the complexity of the marine
environment, a partnership is doubtlessly the best possible
form of cooperation.
A maritime partnership starts with the precise definition
of needs in order to, on the one hand organise training
processes to develop the necessary know-how, and on the
other hand to adapt the equipment. On an operational
level, each one feeds on the know-how of the other. This
symbiosis leads to the teams’ optimal functioning and to a
transparent communication between partners.
The important life span of maritime investments adds to this
indispensable trust between partners. Only one conclusion:
maritime partnerships must be expressed on the long run.
Alain Le Guillard
Chief Executive Officer
Operations
01. ÉVÉNEMENT /
IN DEPTH
LD Lines - DFDS : « La consolidation du marché
du ferry en Manche devenait indispensable »
Interview de Gildas Maire, président de LD Lines.
F
aillite de SeaFrance, difficultés des acteurs
historiques, montée en puissance du tunnel sous
la Manche. Le transport maritime en Manche est-il en
crise ?
Le transport maritime en Manche traverse effectivement une
crise profonde à l’instar de l’économie mondiale. Il est d’autant
plus touché qu’il subit la concurrence agressive d’autres modes
de transport tels que les vols low-cost ou le tunnel sous la
Manche. Par ailleurs, la chute sévère de la parité entre la Livre
Sterling et l’Euro a considérablement aggravé les difficultés des
compagnies ayant des coûts d’exploitation en euros et des
recettes en sterling.
Ce rapprochement avec DFDS était-il indispensable au maintien d’une activité
profitable ?
La crise que traverse l’industrie engendrera inévitablement un phénomène de consolidation du marché. Les acteurs disposant d’une taille critique suffisante seront les mieux
placés, non seulement pour faire face à la conjoncture actuelle mais également pour
rebondir lorsque la reprise se fera enfin sentir. Il nous semblait dès lors indispensable d’être
acteur de cette consolidation en participant à la création d’un leader.
Pourquoi avoir choisi DFDS ? Quel est l’apport du groupe danois ?
Tout d’abord, DFDS présentait la meilleure complémentarité avec l’activité de LD Lines.
Ensuite, la présence de DFDS sur le marché du Détroit et notre volonté commune de
développement sur Calais, en nous appuyant sur le pavillon français, ont joué un rôle
important.
La taille du réseau DFDS et son ambition de développement sur la Méditerranée, où
LD Lines est déjà présent, ont également joué en faveur de ce rapprochement. Enfin
et surtout, au-delà d’une vision commune sur la stratégie à mener à long terme, nous
partageons de nombreuses valeurs.
Cooperation between
LD Lines and DFDS
Interview with Gildas Maire, president of LD Lines.
With the end of SeaFrance, the difficulties faced
by the established carriers and the Tunnel’s
increasing influence, is the cross-Channel ferry
market in crisis?
Indeed, the cross-Channel ferry market is going
through a deep crisis, just like the rest of the world
economy. It has been even further impacted by
aggressive competition from other forms of transport
such as low cost air travel and the Channel Tunnel.
Also, the fall in value of the Pound against the Euro
has made problems worse for companies with their
operating costs in Euros and their earnings in Sterling.
Was the partnership with DFDS vital to maintain a
profitable operation?
The crisis affecting the industry will inevitably lead to
a consolidation within the market. Those who have
a certain critical mass will be best placed not just to
face the current situation but also to rebound once
the upturn finally comes around. Consequently, it
seemed vital to us to be part of that consolidation by
contributing to the creation of a market leader.
Why DFDS? What does the Danish group bring to
the partnership?
First of all, in terms of complementing LD Lines’
activities, DFDS was the best choice. Furthermore,
DFDS’ presence in the cross-Channel market and our
common desire to develop the Calais route using
French-flagged vessels were important factors. The
size of the DFDS route network and its ambition to
expand in the Mediterranean, a sector where LD
Lines is already present, also pleaded in favour of the
partnership. Last but not least, in addition to sharing
the same vision on long-term strategy, we also share
a considerable number of values.
What does the joint venture cover?
It covers LD Lines’ activities plus DFDS’ operations
in the English Channel. The new structure therefore
includes the following routes: Calais/Dover, Dunkirk/
Dover, Le Havre/Portsmouth, Dieppe/Newhaven,
Marseilles/Tunis.
De haut en bas : Gildas Maire et Niels Smedegaard ont finalisé le partenariat LD Lines - DFDS le 25 septembre 2012. / Le ferry DUNKERQUE SEAWAYS opère
entre Dunkerque et Douvres. / From top to bottom: partnership between LD Lines - DFDS finalised on September 25th. / DUNKERQUE SEAWAYS operating
on the Dover/Dunkirk route.
P.4
Quel est le périmètre de la joint-venture ?
Elle englobe les activités de LD Lines ainsi que les opérations de DFDS sur
le Détroit du Pas-de-Calais. La nouvelle structure comprend donc les lignes
suivantes : Calais/Douvres, Dunkerque/Douvres, Le Havre/Portsmouth, Dieppe/
Newhaven, Marseille/Tunis.
Pourriez-vous détailler la flotte de la nouvelle entité et les évolutions
possibles de l’offre de transport ?
Nous disposons d’une flotte de neuf navires dont cinq sous pavillon français.
Quatre sont détenus en propriété, quatre sont affrétés coque-nue et une unité
est affrétée à temps.
Pour quelles raisons avez-vous décidé de garder la totale maîtrise de la ligne
Nantes-Gijón ?
Cette ligne fait l’objet d’une
convention internationale signée
avec les Etats français et espagnol.
La structure capitalistique de cette
opération doit rester stable pendant
la durée du contrat. Nous avons donc
préféré en conserver la maîtrise, ce
qui n’exclut pas une coopération
commerciale avec nos partenaires
notamment via leur filiale logistique.
Quelle est la nouvelle gouvernance ? Nombre de salariés, chiffre d’affaires
prévisionnel pour 2013.
Une holding détenue à hauteur de 82 % / 18 % par DFDS et LDA a été constituée.
Cette holding est l’unique actionnaire des deux entités opérationnelles qui
opèrent les navires sous pavillon français et sous pavillon britannique. L’entité
française emploie près de 700 personnes dont environ 500 marins. Le CA généré
en 2013 dépassera les 250 M€ sur l’ensemble des cinq lignes concernées.
Combien de passagers et fret prévus en 2013 pour la nouvelle entité ?
Nous prévoyons de transporter plus de 4 millions de passagers et plus de
750 000 camions en 2013.
Une vision commune sur le long terme
Interview de Niels Smedegaard, Président directeur
général de DFDS.
Q
uelle est la genèse du rapprochement avec
LD Lines ?
01. ÉVÉNEMENT / IN DEPTH
Can you give us details of the new entity’s fleet
and changes that might be made to the service
offer?
We have a fleet of nine ships of which five are under
French flag. Four are wholly-owned, four are bareboat
chartered and one is on a time charter.
What was the reason for retaining full control of
the Nantes-Gijon line?
This line is covered by an international convention
signed between France and Spain. The capital
structure of the line must remain unchanged
throughout the contract’s term. This is why we
preferred to retain control of it. However, this does
not rule out working with our partners on the sales
side, in particular through their logistics arm.
How is the new entity governed? What are the
provisional staff numbers and expected turnover
for 2013?
We have set up a holding company owned 82%/18%
by DFDS and LDA, respectively. This holding company
is the sole shareholder of the two operational entities
operating the French and British-flagged ships. The
French side employs around 700 staff, of whom
roughly 500 are seamen. Turnover in 2013 is expected
to exceed €250 M for the five routes concerned.
What are the forecast freight and passenger
figures for the new entity in 2013?
In 2013, we expect to carry more than four million
passengers and in excess of 750,000 trucks.
Plusieurs facteurs ont été déterminants dans notre
décision d’unir nos forces avec LD Lines.
La consolidation du marché du ferry en Manche
devenait indispensable. Les développements récents
en ce domaine confortent cette nécessité de
rapprochement. En outre, nous sommes conscients à la
fois du savoir-faire et des compétences du personnel expérimenté et qualifié
de LD Lines, véritable relai de croissance sur cet important marché français.
Enfin, la liaison Marseille-Tunis joue un rôle de tremplin pour pénétrer le
marché Méditerranéen, une zone où DFDS n’a que peu d'expérience. Par
conséquent, le rapprochement avec les équipes de LD Lines devrait engendrer
des bénéfices réciproques.
P.5
La nouvelle entité : objectif 4 millions de passagers et 750 000 camions. / High objectives for the new entity.
Interview with Niels Smedegaard,
DFDS President & CEO
01. ÉVÉNEMENT / IN DEPTH
Que représente actuellement l’activité transmanche au sein du groupe
DFDS Seaways ?
Historiquement, le trafic maritime entre la France et le Royaume-Uni a toujours
été l'un des principaux marchés européens. Les échanges entre les deux pays
reposeront encore longtemps sur ce mode de transport.
Avec la flambée du prix du combustible, les règlements sur les émissions de
soufre et autres coûts, la tendance actuelle est à l’optimisation des routes
maritimes. Autant de raisons conduisant DFDS à afficher des ambitions
européennes tout en étant fortement présent sur cette zone qui constitue l'un
des quatre piliers de la division transport maritime du groupe.
“
“
Le report modal,
j'y crois sous certaines conditions
What is the origin of the merger with LD Lines?
There were some major arguments for our wish to join
forces with LD Lines. One was to drive a necessary
consolidation of the ferry business in the Channel, and
I believe that recent developments have documented
the need for this. Furthermore, we saw that the
knowhow and competencies of the experienced
and skilled staff of LD Lines, would provide us with
a platform to develop a stronger position in the
important French market. Finally, the route MarseillesTunis is a very good stepping stone for entering the
Mediterranean, which is yet a market where DFDS has
little experience. Therefore we saw great benefit in
building on the experiences and competencies of the
LD Lines colleagues by getting the two organisations
under the same roof.
What does the cross-Channel activity currently
represent within DFDS Seaways group?
The traffic between France and the UK has historically
been one of the main European travel and transport
veins, and it will continue to be so. With increasing
costs for bunkers, sulphur regulations and other costs,
there will be a tendency to seek towards the shorter
crossings, and therefore there are good reasons for
a company with European ambitions like DFDS to be
strongly represented in this area. Today, it is one of the
four main pillars of DFDS.
Croyez-vous au développement des autoroutes maritimes transméditerranéennes ? La taxe poids lourds prévue en 2013 favorisera-t-elle un
report modal ?
Oui, j’y crois sous certaines conditions. Cet objectif politique de report modal
s’inscrit dans le cadre du programme européen Marco Polo visant à transférer
une partie du fret de la route vers le maritime. Il s‘agit de faire sauter les goulets
d'étranglement et de réduire la congestion des infrastructures routières. Il est
donc logique d'optimiser les capacités de transport maritime. Néanmoins, ce
phénomène risque d’être malheureusement contrebalancé par les nouvelles
réglementations, en particulier celle sur le combustible avec un taux de soufre
inférieur à 0,1 % sur les routes maritimes d’Europe du Nord.
Si nous parvenons à trouver des solutions à ces nouveaux défis, nous serons en
capacité de générer un report modal vers la mer bénéfique à la fois pour notre
société et pour l’industrie maritime.
Do you believe in the development of transmediterranean maritime highways? Will heavy truck
taxation in 2013 encourage modal shift?
Yes, I believe – conditionally – in a modal shift from
land to sea. This is a politically supported goal of
EU’s Marco Polo programme, which aims at taking
some of the traffic off the stressed shore-based
infrastructure.
Society is burdened by a great number of bottlenecks
and congestion in the road infrastructure so it makes
sense to utilise the transport capacity on sea much
better than today. However, this is unfortunately
counter balanced by new regulations, such as the
demand for using bunker with less than 0.1% sulphur
on shipping routes in Northern Europe, which will
increase bunkers costs and push transport volumes
from sea to land. If we succeed in finding efficient
solutions to such challenges, I believe we will be able
to create a modal shift from land to sea that will be a
benefit to society as well as to shipping.
Photos : Opérations de fret à bord d'un ferry. / Fret operations on board a ferry.
P.6
01. ÉVÉNEMENT / IN DEPTH
Parc démonstrateur d’hydroliennes
Ça turbine !
P
roduire de l’électricité à partir de l’énergie des courants de marée…
Une première mondiale pour EDF qui développe un parc hydrolien
démonstrateur au large de l’île de Bréhat en Bretagne. Le groupe
français a confié à LD TravOcean la pose et l’ensouillage du câble export.
Plus de huit mois auront été nécessaires aux équipes de LD TravOcean pour
préparer l’atterrage, la pose et l’ensouillage de 16 km de câble de puissance.
A sa mise en service, il transportera jusqu’à terre l’énergie que produiront
quatre hydroliennes posées par 40 m de fond au large de l'île de Bréhat. Le site,
sélectionné pour les fortes vitesses des courants de marée, rendait d’autant plus
complexes les opérations de pose. « La procédure a dû être adaptée. La barge a
été positionnée perpendiculairement au tracé du câble pour réduire les efforts
dus au courant », explique Julien Chefdrue, chef de projet chez LD TravOcean,
qui a supervisé toutes les opérations depuis la barge.
Au terme d’une dizaine de jours à la manutention des 16 km de câble sur la base
de Dunkerque, la barge STEMAT 89 a levé l’ancre en direction de Paimpol.
A bord, une équipe composée d’une soixantaine de personnes : des marins bien
entendu, dont 27 spécialistes de LD TravOcean et dix plongeurs dont la mission
consistait à engager le câble dans la trancheuse.
Les opérations ont débuté le 8 juin 2012 en baie
de Launay sur la commune de Ploubazlanec. La
STEMAT 89, positionnée à 800 m du rivage, a
déroulé le câble donnant le coup d’envoi de
l’atterrage, opération consistant à tirer le câble à
terre. Le câble, flotté en surface, a été tiré par des
remorqueurs jusqu’à la plage puis l’aussière a été
passée à une tractopelle. Une fois enterré, le câble
est relié à un transformateur avant d’alimenter le
réseau en électricité.
Une ensouilleuse à bras de jetting a creusé les 800
premiers mètres, sur la zone de marnage, pour enfouir
le câble. Au-delà, le relai a été passé à la « TM03 », une trancheuse qui a enterré le
câble à un mètre de profondeur et sur une distance de 4,2 km. EDF et LD TravOcean
ont dû ensuite composer avec une contrainte de taille... Les fonds marins,
particulièrement accidentés
sur la zone, sont constitués
de granit. Impossible de
percer la pierre. Il a donc
fallu concevoir un système
pour protéger le câble
posé au fond et le mettre
à l’abri des courants et de
la circulation maritime sur
une dizaine de kilomètres.
« Nous avons équipé le
câble de coquilles en fonte
sur la zone non ensouillée.
D’un poids de 60 kg/m,
les coquilles ont pour effet d'augmenter considérablement le poids du câble.
Lesté, il est ainsi stabilisé et protégé », détaille Julien Chefdrue.
Une fois les opérations d’ensouillage achevées, le câble a été abandonné au fond
de la Manche en attendant son prochain raccordement au convertisseur sousmarin chargé de transformer le courant produit par les hydroliennes en courant
continu haute tension. Quant à la première hydrolienne, testée fin 2011 durant
trois mois, elle devrait être immergée en 2013 pour de nouveaux tests.
P.7
Tidal farm experiment:
riding the currents of
change
Producing electricity from tidal currents’ energy
represents a worldwide premiere for EDF, who
developed a tidal farm experiment off the coast
of the Ile de Bréhat, in Brittany. The French group
entrusted the installation and burial of the export
cable to LD TravOcean.
More than eight months were needed for both the
Marseilles and Dunkirk teams of LD TravOcean to
prepare the installation and
burial of a 16-kilometer long
power cable. A cable like
no other…Indeed this cable
will export to shore the
energy produced by four
hydro turbines designed by
OpenHydro, by a depth of
40 meters off the coast of
the Ile de Bréhat.
The site, selected for the
strength and speed of its
tidal currents, rendered
the laying operations all the more complex. “The
procedure had to be adapted. The barge was
positioned perpendicularly to the cable in order to
reduce the resistance caused by the current” explains
Julien Chefdrue, project manager for LD TravOcean,
who supervised all the operations from the barge.
The LD TravOcean teams then came into play in
Dunkirk, to prepare the mission at LD TravOcean’s
operational base. There, the barge was coupled
with the STEMAT 89 installation barge in order to
transship the cable by means of a motorised pulley.
Ten days were needed to load the 16-kilometer cable
in the barge’s storage tank together with the necessary
cable laying and protection equipment before sailing
towards Paimpol with sixty people on board, including
27 specialists from LD TravOcean and ten divers.
Operations began on June 8th 2012 in the Launay Bay
near Ploubazlanec. Positioned 800 meters at sea, the
barge began to unroll the cable pulled to shore by
tugboats. Once buried by heavyduty trenchers, the
cable is linked to a transformer and to the network. In
order to protect it from currents and maritime traffic
over ten kilometers, “we had to equip the cable with
cast-iron shells”.
Photo : En mai dernier, la barge STEMAT 89 a embarqué 16 km de câble énergie destiné à transporter le courant produit par le premier champ d’hydroliennes
en France. / In May, the STEMAT 89 barge embarked 16 km of power cable destined to transport the current produced by the first tidal farm project in France.
02. sillage / Ship’s Wakes
La fabuleuse histoire de LD Com / The amazing success story of LD Com
E
n 1998, Louis Dreyfus Armateurs se lance dans l’aventure de la pose de câbles en fibre optique pour le compte de
tiers opérateurs de télécommunications. A l’aube de l’essor d’Internet, l’armement a eu une idée de génie : poser des
câbles pour son propre compte. L’armateur s’est alors diversifié pour devenir lui-même opérateur de télécom. Retour
sur dix années au terme desquelles l’entreprise réalisera une création de valeur record…
Rarement une entreprise française a généré autant de valeur en si peu de temps. Au moment de sa vente en 2008, la société âgée
de dix ans valait plus que certains grands groupes du CAC 40 ! Un cas d’école enseigné aujourd’hui aux élèves de grandes écoles de
management.
L’aventure LD Câble – LD Com débute en 1998 pour s’achever, presque jour pour jour, dix ans plus tard en 2008.
C’est avec un enthousiasme non feint que Philippe Louis-Dreyfus, président de Louis Dreyfus Armateurs, Jacques Veyrat, directeur
général de la compagnie à l’époque et Jean-Pierre Bivaud, ancien directeur général de LD TravOcean, ont accepté de raconter cette
fabuleuse aventure dans laquelle ils se sont lancés presque par hasard…
Coup de fil, coup de maître…
« Un grand groupe de télécommunications américain, MCI
WorldCom, qui s’intéressait au marché français, nous a
contactés en 1998 car nous avions une société à Marseille
spécialisée dans la pose de câbles », se souvient Philippe
Louis-Dreyfus. Malheureusement, MCI WorldCom rejette
la première offre portant sur l’ensouillage de câbles dans
la Seine estimant les tarifs du prestataire bien trop élevés.
Au lieu de baisser les bras, Jacques Veyrat retrousse ses
manches et sollicite un entretien avec le
représentant européen
de MCI WorldCom. « Je lui ai expliqué que nous pouvions
mener à bien la totalité du chantier à un prix nettement
inférieur à la première offre. Etonné, le représentant me
demande comment une telle chose est possible. Au lieu de
poser un seul câble dans le fleuve pour son compte, je lui
propose d’en poser deux : un pour eux et un pour nous. Nous
étions aux prémices du développement d’Internet et nous
pensions que ce deuxième câble en fibre optique trouverait
rapidement une utilité », raconte Jacques Veyrat songeant
que la commercialisation du second câble permettrait de
I
n 1998, Louis Dreyfus Armateurs enters the fiber optic cable laying adventure on behalf of telecom operators. At the dawn of the Internet’s
development, the Shipping Division came up with a brilliant idea: to lay cables for its own use. The shipowner then diversified its activities to itself
become a telecom operator. Let’s look back at the 10 years during which the company would set a record in terms of creation of value…
Rarely has a French company generated so much value in such a short time. When sold in 2008, the 10 year old company was worth more than some CAC 40 groups!
Today this case study is taught to students of major management schools. The LD Câble-LD Com adventure begins in 1998 and ends 10 years later in 2008, almost to
the day. It is with great enthusiasm that Philippe Louis-Dreyfus, president of Louis Dreyfus Armateurs, Jacques Veyrat, the company CEO at the time and Jean-Pierre
Bivaud, former managing director of LD TravOcean, agreed to tell the fabulous story they took part in, almost by luck…
Photos : Avec un enthousiasme non feint, Philippe Louis-Dreyfus a accepté de raconter l'aventure de LD Com. / Pose et protection de fibres optiques dans la Seine
et dans le Canal de Sète. / It is with great enthusiasm that Philippe Louis-Dreyfus agreed to tell the fabulous story of LD Com. / Cable laying in French waterways.
P.8
02. sillage / ship's wakes
compenser les investissements engagés et donc d’abaisser de manière sensible
le prix pour conquérir ce fameux prospect américain. Banco ! MCI WorldCom
accepte la proposition.
Il s’agissait alors d’ensouiller les câbles fabriqués par l’usine Alcatel de Calais
(devenue depuis Alcatel-Lucent) entre le quartier de la Défense à Paris et les
écluses de Suresnes.
Louis Dreyfus Armateurs s’empresse alors de créer deux filiales, LD Câble
et LD Com dont les premiers salariés ne sont
autres que… d’anciens navigants ! L’aventure
commence et les marins sont sur le pont.
Preuve que Jacques Veyrat était aux avantpostes de l’explosion des télécommunications,
à mi-parcours du chantier, il reçoit un appel qui
changera la destinée de la petite filiale.
« Viatel, un autre opérateur américain me
contacte car il avait entendu parler de ce câble
en fibre optique que nous étions en train de
poser. Il s’est montré extrêmement intéressé
par l’achat des fibres de ce deuxième câble. Je
n’avais alors aucune idée des prix et je lui ai fait
une offre supérieure à la totalité du coût du
chantier. Après simplement une demi-heure de
réflexion, le représentant de Viatel me rappelle
et accepte mon offre. Et il m’explique les velléités d’expansion de son groupe
désireux de connecter la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Italie,
l’Espagne ».
Depuis Marseille, LD TravOcean, spécialisée dans la pose de câbles en mer
par petits fonds, se met en ordre de bataille pour attaquer les chantiers de la
décennie : « MCI WorldCom était très pressé. Poser du câble n’est pas une mince
affaire, cela nécessite d’obtenir de nombreuses autorisations administratives »,
explique Jean-Pierre Bivaud, alors aux manettes de LD TravOcean.
Et là, deuxième coup de maître ! Louis Dreyfus Armateurs découvre l’imposant
réseau de 7000 km de canaux, voies navigables et berges qui traversent
les grandes villes de France. Voies Navigables de France (VNF) devient
l’interlocuteur unique pour toutes les autorisations.
Depuis les quais de Seine, les trois hommes entreprennent alors de mailler
l’ensemble du territoire français en fibre optique en exploitant la voie d’eau.
« Par ce biais, nous n’avions qu’un seul interlocuteur administratif, ce qui est
un plus indéniable ! », raconte avec malice Philippe Louis-Dreyfus, soutenant
P.9
A master move
“A major American telecom group, MCI Worldcom,
interested in the French market, contacted us in 1998
because we had in Marseilles a company specialising
in cable laying activities”, remembers
Philippe Louis-Dreyfus. Unfortunately,
MCI Worldcom rejects the first offer
consisting of cable burials in the Seine
river, considered much too expensive. Far
from renouncing, Jacques Veyrat asks for a
meeting with MCI Worldcom’s European
representative. “I explained to him that
we could finalise the entire project at
a significantly lower price than the first
offer. Surprised, the representative asked
how such a feat was possible. Instead of
laying only one cable on their behalf,
I suggested laying two: one for them,
and one for us. We were then at the
Internet’s dawn, and we thought this
second fiber optic cable would quickly
find its use”, says Jacques Veyrat, who thought this
second cable would compensate the investments
made and therefore could significantly lower the price
to win the American prospect. And it worked!
The project consisted in burying cables manufactured
by Alcatel-Lucent between the business district of
La Défense and the locks in Suresnes, both on the
outskirts of Paris. Louis Dreyfus Armateurs subsequently
created two subsidiaries, LD Câble and LD Com, their
workforce consisted of former seagoing personnel.
Make way for adventure! Proof that Jacques Veyrat was
on the forefront of the telecoms’ expansion, half way
through the project, he received a call that will change
the small subsidiary’s destiny. “Viatel, another American
operator contacted me as they had heard about this
fiber optic cable we were laying. They proved to be
extremely interested in this second cable. At the time I
didn’t have the slightest idea of the market price, and I
made an offer superior to the total cost of the project.
Only half an hour later, Viatel’s representative called
back and accepted the offer. He then proceeded to
explain the expansion strategy of the group, looking
to connect France, UK, Germany, Italy and Spain.” In
Marseilles, LD TravOcean, specializing in cable laying
in shallow waters, makes arrangements to launch the
project of the decade. “MCI WorldCom was eager
to start. Laying cables is not child’s play, it demands
many administrative authorisations” explains JeanPierre Bivaud, then MD of LD TravOcean.
And then came the second master move! Louis
Dreyfus Armateurs discovered the imposing 7,000
kilometre long network of canals, waterways and river
banks crossing the major French cities. Voies Navigables
de France (VNF), a French state company, became the
De haut en bas : Pose de câbles de fibre optique dans la Seine. / Jean-Pierre Bivaud, directeur général de LD TravOcean jusqu'en janvier 2012 / From top to bottom:
Burial operation in Seine river. / Jean-Pierre Bivaud, MD of LD TravOcean until January 2012.
02. sillage / ship's wakes
sole interlocutor for all the necessary authorisations.
From the banks of the Seine river, the three men
undertook the construction of the fiber optic network
across France using its many waterways.
“Consequently we had a single administrative
interlocutor, an undeniable advantage”, says archly
Philippe Louis-Dreyfus, supporting Jacques Veyrat’s
project of covering the entire country. VNF would later
deeply regret not taking a participation in LD Com,
as it was initially offered. Since its activity consisted
in burying underwater cables, LD TravOcean built
a privileged relationship with the company Marais
and its president Daniel Rivard, in order to adapt
the slicing tools to the maritime environment. Daniel
Rivard will also play a key role in this adventure.
Self-financing
le projet de Jacques Veyrat de câbler l’Hexagone. VNF, à qui il est d’ailleurs
proposé de prendre une participation dans LD Com, est amené à décliner et
le regrettera vivement par la suite !
De par son métier d’ensouilleur de câbles sous-marins LD TravOcean avait
noué des relations privilégiées avec la société Marais et son dirigeant Daniel
Rivard pour la « marinisation » des outils de tranchage terrestre. Daniel
Rivard jouera également un rôle clé dans cette aventure.
Autofinancement
« Nous avons constitué
une équipe à Paris
autour de LD Câble,
spécialiste des infrastructures. L’entreprise
a très rapidement
évolué au point d’employer 500 personnes
et de réaliser plusieurs
centaines de millions
d’euros de chiffre d’affaires dès la première
année. Nous sommes
partis fort ! Les câbles
que nous posions
étaient commercialisés
immédiatement. Nous
financions l’extension
du réseau en vendant de la fibre aux opérateurs », se plaît à raconter Jacques
Veyrat. Près de 500 millions d’euros par an sont engagés dans l’aménagement des infrastructures. En quelques années, plusieurs milliards seront
engloutis dans la terre.
Bien que colossaux, les investissements dans le déploiement de la fibre sont
réalisés sans recours au crédit. L’appétit des opérateurs de télécommunication suffit à financer les infrastructures. Louis Dreyfus Armateurs développe
également une filiale tournée vers les services avec LD Com.
“We formed a team in Paris for LD Câble, the
infrastructure specialist. The company rapidly grew
to the point of employing 500 people and achieving
a turnover of several hundred million euros during
its first year. We really hit the ground running! The
cables we were laying were immediately sold. We
were financing the network expansion by selling fiber
to operators”, recounts pleasantly Jacques Veyrat.
Nearly 500 million euros per year were invested in the
planning of the facilities. Within a few years, several
billions are buried in the ground.
Despite being huge investments, the fiber optic
network was not financed through credit. The telecom
operators’ appetite was sufficient to
finance the facilities. Simultaneously, Louis
Dreyfus Armateurs also develops a service
oriented subsidiary with LD Com.
A third of the French
network built by LD Câble
Everything went quickly. LD Câble
landed several contracts, and within
three years, between 15,000 and 20,000
kilometres are laid along the French
rivers and waterways banks to equip
large cities as well as more modest
ones. This network still supports a
third of the national communications.
The importance taken by these
two subsidiaries became such that, Louis
Dreyfus Armateurs decides in 2000 to transfer LD
Com and LD Câble to the family holding, LD SAS. “The
activity was such that I had to leave Louis Dreyfus
Armateurs regretfully, to devote myself completely to
telecommunications” explains Jacques Veyrat.
The year 2000 would prove to be a milestone in
this adventure: the Internet bubble burst and the
start of a conjuncture reversal. In 2001, Viatel, the
company through which success had arrived, filed for
De haut en bas : Pour Jacques Veyrat, la commercialisation du second câble permettrait de compenser les investissements engagés. / Une barge TravOcean
en opération dans un canal. / From top to bottom: For Jacques Veyrat marketing a second cable would compensate global investments. / TravOcean cable
laying barge at work.
P.10
Un tiers du réseau français construit par LD Câble
Tout va très vite. LD Câble enchaîne les contrats et, en trois ans, entre
15 000 et 20 000 kilomètres seront ainsi déroulés dans les fleuves et le long
des berges françaises, pour équiper grandes agglomérations et communes
de taille plus modeste. Ce réseau supporte encore à ce jour un tiers des
communications nationales.
Compte tenu de l’importance prise par ces deux filiales, Louis Dreyfus
Armateurs décide en 2000 de transférer LD Câble et LD Com vers la holding
familiale, LD SAS.
« L’activité était telle que j’ai dû quitter à regret Louis Dreyfus Armateurs pour
me consacrer pleinement à la communication », explique Jacques Veyrat.
L’année 2000 marquera un tournant dans cette aventure avec l’éclatement de
la bulle internet et les prémices d’un
retournement de conjoncture.
En 2001, Viatel, par qui le succès
est arrivé, dépose le bilan. « Tous
nos clients ont commencé à avoir
de sérieux problèmes d’argent. Ils ne
pouvaient plus nous payer et nous
les reprenions pour un euro. Nous
sommes alors devenus opérateur de
télécommunications », ajoute Jacques
Veyrat.
LD Com grandit par croissance externe
en reprenant tour à tour Kertel, Belgacom France, Kaptech, Firstmark, Siris
SA, Club Internet, 9 Telecom, Cegetel, AOL pour ne citer que les principaux.
Toujours un même principe : acquérir des clients et les transférer sur son
réseau.
SFR au capital
A la tête de la holding, Robert Louis-Dreyfus décide alors de rebaptiser l’ensemble
9 Telecom, la marque la plus populaire à l’époque. Pour générer encore plus de
valeur, il décide en 2006 de l’introduire sur le marché boursier. Un vrai succès. SFR
prend des parts au capital et les valorisations atteignent des sommets.
« SFR ne souhaitait pas que nous développions une activité vers les mobiles.
C’était devenu un problème », se souvient Jacques Veyrat.
Pour Philippe Louis-Dreyfus, « le moment était venu de vendre. Nous avons
su nous montrer raisonnables et sortir lorsque le vent s’est mis à tourner ». La
transaction avec SFR valorisait LD Com à 8 milliards d'euros. « Il s’agit d’une des
plus belles aventures industrielles et financières du 21e siècle. Une aventure qui a
duré dix ans jour pour jour », commente le président.
Une valeur supérieure à celle de Free aujourd’hui !
Des regrets ? Aucun. Bien au contraire ! Ces dix glorieuses ont démontré l’inventivité
des équipes marines, ce qui a impressionné Alcatel. Une aventure s’achève, une
autre débute ensuite avec le fameux fabricant de réseaux de télécommunications
en fibre optique… ! Alcatel et Louis Dreyfus Armateurs se rapprochent et créent
une filiale commune Alda Marine, spécialiste de la pose en mer de câbles en
fibre optique. « Alda Marine s’est développée dans la continuité de notre vision
stratégique qui consistait à poser des câbles d’énergie et des câbles en fibre
optique. Au sein de LD TravOcean, nous avons toujours eu une forte culture
“projets”, tremplin au développement de nouvelles activités pour LDA », souligne
Jean-Pierre Bivaud, responsable depuis le 1er janvier 2012 de l’activité Energies
Marines Renouvelables. Pour Jacques Veyrat, qui préside aujourd’hui la société
Impala, et pour Philippe Louis-Dreyfus, cette fabuleuse histoire démontre que le
savoir-faire des armateurs, reposant sur la réactivité et la créativité des équipes,
permet de créer de la valeur bien au-delà des mers !
P.11
02. sillage / ship's wakes
bankruptcy. “All our clients started to have serious
cash problems. They couldn’t pay us anymore, and
we bought them for a single euro. We then became
a telecom operator”, adds Jacques Veyrat. LD Com
grows externally after acquiring successively Kertel,
Belgacom France, Kaptech, Firstmark, Siris SA, Club
Internet, 9 Telecom, Cegetel, AOL to name only
a few. With the same principle always at work:
acquiring clients and transferring them on LD Com's
network.
sfr enters capital
At the head of the holding, Robert Louis-Dreyfus
then decides to rename the entity 9 Telecom, the
most popular brand at that time. To generate even
more value, he decides in 2006 to introduce it on
the stock exchange. A true success. SFR takes shares
in the capital, and their values surge to new heights.
“SFR didn’t want us to develop a mobile phone
activity. This became a problem” recalls Jacques
Veyrat.
For Philippe Louis-Dreyfus, “It was time to sell. We
managed to remain reasonable and to get out
when the wind started to change”. The transaction
with SFR reached the summit. “It is one of the most
beautiful industrial and financial adventures of the
21st century. An adventure that span 10 years to the
day”, comments the president. A value superior to
that of Free today! Regrets? None. On the contrary!
This glorious decade has proven the inventiveness
of our marine teams, which highly impressed Alcatel.
An adventure ends, and another one begins with the
famous fiber optic telecom network manufacturer…!
Alcatel and Louis Dreyfus Armateurs create a joint
subsidiary Alda Marine, specialising in underwater
fiber optic cables installations. “Alda Marine’s
development expresses the continuity of our
strategic vision, consisting in laying energy and fiber
optic cables. Within LD TravOcean, we’ve always
had a strong ‘projects oriented’ culture, springboard
of new activites’ development for LDA”, underlines
Jean-Pierre Bivaud in charge of the renewable marine
energies since January 1st 2012. For Jacques Veyrat,
who today presides over the company Impala, and
for Philippe L-D, this incredible story demonstrates
how the ship-owners’ know-how, relying on its
teams’ responsiveness and creativity, is able to
create value beyond the seas.
Des milliers de kilomètres de câbles déroulés en France. / Thousands of kilometres of cables in French rivers.
03. ZOOM / CLOSE-UP
Petits plats dans les grands sur le CGG Symphony / Putting on a great spread on the CGG Symphony
D
ans les coursives du CGG Symphony, une bonne odeur de chocolat se dégage. Une bonne nourriture a toujours
été indispensable à la cohésion de l'équipage, c'est pourquoi nous avons décidé de pousser la porte de la cuisine de
ce navire sismique, à la rencontre du chef et du pâtissier. Pour le Mag, ils racontent leur quotidien…
« Pas toujours facile de cuisiner avec des creux
de plusieurs mètres. Pas de soupe les jours
de tempête sinon tout part à la renverse ! »,
s’exclame le chef cuisinier, Danilo Nogal. 27 ans
qu’il cuisine tout en navigant.
« J’ai participé à de nombreux séminaires
culinaires. J’ai démarré ma carrière en 1976 dans
un hôtel à Manille puis j’ai rejoint les hôtels
Mandarin et Peninsula Oriental et la société de
catering Via Mare. J’ai débuté comme sous chef
sur une compagnie de croisière à Manille ; j’ai
ensuite eu le privilège de naviguer sur les navires
Paquet puis pour les compagnies Phoenix,
Suncrosses, Thomson Cruises et Louis Cruise
Line. Après avoir quitté les croisières en 2010, j’ai
rejoint Louis Dreyfus Armateurs. J’ai commencé
sur les navires câbliers puis, en 2011, je suis parti sur les sismiques »,
raconte Danilo. Rien de tel que la croisière pour apprendre les ficelles
du métier et régaler chaque jour les papilles de milliers de passagers.
A présent, il met son savoir-faire au service de quelques dizaines de
navigants et géophysiciens de CGGVeritas. La journée débute dès
5 heures du matin avec la préparation du petit déjeuner. Jusqu’à
13 heures Danilo, son second, Alojado Rovimin, et Roel Damo, le
pâtissier du bord, s’activent à couper la viande, cuisiner les poissons,
trier les légumes, préparer du bon pain et des gâteaux. Après une
pause bien méritée jusqu’à 16 heures, ils reprennent leur marathon
culinaire jusqu’à 20 heures pour préparer le dîner. La cuisine du
monde ? C’est son affaire. Lorsqu’il élabore une série de menus pour
quinze jours, Danilo ne manque pas d’alterner des bons petits plats
européens, indiens, philippins. Sa spécialité ? « Je sais bien cuisiner le
bœuf Wellington et la bisque », souligne Danilo préparant un bœuf
carottes sur fond de musique. Malgré la chaleur que dégagent les
I
n the passageways of the CGG Symphony, a nice smell of chocolate
fills the air. Good food has always been paramount to the crew’s
cohesion, which is why we decided to meet with the cooking team. For
the Mag, they tell us about their daily life…
“No soup on stormy days, otherwise everything is lost!” warns the chef, Danilo
Nogal who has been cooking while navigating for 27 years. “After starting my
career in 1976 in a hotel in Manilla, I had the privilege of navigating with many
cruise companies. I then joined Louis Dreyfus Armateurs in 2010 and started
working on cable laying vessels”. Nowadays, his know-how serves the seagoing
personnel and CGGVeritas’ geophysicists. Until 1 pm Danilo and his second –
fourneaux, malgré les aléas de la météo, la bonne humeur reste de
mise dans la cuisine. Les marins apprécient tout particulièrement les
pâtisseries de Roel. Son tiramisu, sa tarte aux myrtilles ou encore ses
brownies tout chauds emportent l'adhésion de tous ! Roel Damo
apprécie les voyages. Après une première expérience à terre dans les
hôtels, il envoie son CV à une compagnie de croisière. Depuis, il n’a
cessé de naviguer et de découvrir de nombreux pays. « Je suis même
allé en Antarctique, se plaît-il à raconter. J’ai navigué sur les paquebots
ce qui me donnait l’opportunité de faire de belles escales ».
Lassé de ce rythme soutenu à nourrir des croisiéristes matin
et soir, Roel rêvait de découvrir un autre univers, celui de la
navigation offshore. « Certes, ces navires nécessitent moins
d’assiettes à préparer mais les escales sont rares », ajoute Roel
qui a su transposer son savoir-faire acquis sur les paquebots aux
navires de commerce. A tel point que les marins le redoutent en
même temps car à force de goûter à ses douceurs ils risquent
l’embonpoint… « Ils ont du mal à se retenir face à mes gâteaux. Ils
se font violence mais ne résistent pas à mes brownies », soulignet-il un brin amusé.
Alojado Rovimin, and Roel Damo – the pastry cook, bustle about mincing
meat, cooking fish, making fine bread and cakes. After a well-earned break until
4 pm, they resume their cooking marathon until 8 pm to prepare dinner.
After a first experience at shore in hotels, Roel sent his CV to a
cruise company and never stopped travelling since. “I even went to
Antartica”, he pleasingly recounts. The seagoing personnel particularly
enjoy Roel’s pasteries. His tiramisu, blueberry tart or his warm brownies
are unanimously appreciated. “They are having a hard time keeping away
from my cakes. They try hard, but they can’t resist my brownies” he
amusingly underlines.
Le chef cuisinier Danilo Nogal et ses collègues. / Chief cook Danilo Nogal and colleagues.
P.12
04. GRAND LARGE /
HIGH SEAS
BIMCO :
The Baltic and International Maritime Council
A
u début du XXème siècle, un important trafic de bois transitait par les ports de la mer Baltique et en mer Blanche.
L’entrée en flotte des navires à vapeur et l’arrivée sur ce marché de nouveaux acteurs ont considérablement
augmenté les capacités de transport avec pour conséquence la forte chute des taux de fret dont ont particulièrement
souffert les armateurs spécialisés dans le transport de bois, de poteaux de mine et de charbon.
En 1905, Thomas Cairns, armateur installé à Newcastle sur la rivière Tyne, et Johan Hansen de la compagnie danoise C.K. Hansen
à Copenhague, ont jeté les bases d’une coopération, préférable à une concurrence féroce. Certes, les deux hommes n’avaient pas
la capacité d’infléchir le prix du transport mais songeaient alors à fixer un prix minimum. Leur ambition ? Minimiser l’impact de la
concurrence sur leur activité tout en améliorant leurs relations avec les services à terre (manutention, services portuaires).
En outre, chaque armateur avait ses propres règles de chargement, déchargement, ses documents de transport, ses termes. Les
disparités d’une compagnie à l’autre étaient telles que ces pionniers de la Baltique ont eu l’idée d’éditer un document de transport
uniforme afin de simplifier les opérations. Ce fut la genèse du Baltic and International Maritime Council, et plus particulièrement
du Comité Documentaire.
Lors du 50ème anniversaire du BIMCO, en 1955, pour la
première fois, Sir Colin Anderson fait référence à un code
moral auquel les membres du BIMCO adhèreraient librement.
Avec le temps, le champ d’action du BIMCO s’est considérablement élargi. D’une seule région maritime, sa portée
s’étend à présent sur toutes les mers du monde. Le cercle
des adhérents s’est également agrandi. Depuis les quelques
armateurs pionniers, BIMCO n’a cessé d’accueillir de nouveaux membres impliqués dans l’industrie du transport
maritime.
Actuellement, 900 armateurs, près de 900 courtiers
maritimes, 500 agents, 52 P&I Clubs et des établissements
d’enseignement sont membres du BIMCO.
En dépit de la crise que traverse l’industrie du transport
maritime, les nouvelles adhésions enregistrées sont un
signe encourageant. 21 armateurs, 14 agences, 20 courtiers, 2 associés et un établissement d'enseignement ont fait acte de candidature ces derniers mois. Les postulants sont issus des cinq continents.
L’objectif du BIMCO est de faciliter les opérations commerciales de ses membres en fournissant des documents et clauses, une
information, des avis et une éducation de qualité.
BIMCO promeut les pratiques commerciales justes, le libre commerce, l’harmonisation et la standardisation des activités relatives
au shipping.
In 1905, Thomas Cairns of Newcastle on Tyne and Johan Hansen of
the Danish company C.K. Hansen in Copenhagen, laid the groundwork
for cooperation. This was the origin of the Baltic and International
Maritime Council. Over time, the scope of BIMCO has expanded
considerably. From one maritime region, its scope now extends to all
the world's seas. From a few shipowners pioneers, BIMCO has enlarged
to members from the whole shipping industry.
Currently, some 900 owner-members, a similar number of broker-
P.13
members and approximately 500 agents have joined BIMCO. In addition
52 P&I Clubs and maritime schools are also members of BIMCO.
Its main objective is to facilitate its members commercial operations
by providing documents and clauses, information, advice and a quality
education. BIMCO promotes fair business practices, free trade,
harmonisation and standardisation activities related to shipping.
Situé au nord de Copenhague, au Danemark, le siège du BIMCO emploie une cinquantaine de personnes. / Located north of Copenhagen, Denmark, Bimco
employs fifty persons.
04. GRAND LARGE
HIGH SEAS
Interview with Torben C.
Skaanild, Secretary General
of BIMCO.
Torben C. Skaanild, secrétaire général
du BIMCO
Quel est le rôle du BIMCO ? Qui sont les derniers
adhérents ?
BIMCO a pour vocation de répondre aux problématiques des acteurs de l'industrie du transport maritime, armateurs, exploitants de navires, gestionnaires,
courtiers et agents. L'association a pour mission de
faciliter les opérations commerciales de ses membres
en élaborant des documents contractuels normalisés,
prodigue des conseils et propose des formations. De
plus, BIMCO bénéficie d’une accréditation auprès de
l’ensemble des organismes dépendant des Nations
Unies dont l’Organisation Maritime Internationale.
La vocation première du BIMCO a-t-elle évolué
depuis sa création en 1905 ?
En 108 ans, la situation a considérablement évolué. A l’époque, les fondateurs ont
donné naissance à un cartel d'armateurs fixant les taux minimum d'affrètement et à
la Conférence de la mer Baltique et de la mer Blanche. Une telle association ne serait
évidemment plus possible ! De nos jours, les conférences maritimes et les ententes
tarifaires sont en grande partie interdites. Au-delà de la question des taux de fret, de
nouvelles problématiques ont vu le jour.
Des documents normalisés pour faciliter
les opérations commerciales
“
“
How has the primary purpose of BIMCO evolved
since its inception in 1905?
In 108 years, the situation has changed dramatically.
Nowadays, liner conferences and tariff agreements are
largely prohibited. Beyond the question of freight rates,
new problems have emerged. The most important
advances made in shipping have been the significantly
enhanced safety, environmental consciousness and the
cost-efficiency of transporting goods by sea. BIMCO
is promoting fair treatment of seafarers and is deeply
concerned about the increasing criminalisation and
unfair treatment of seafarers.
We are equally involved in environmental issues, particularly on greenhouse gas emissions, emissions of
sulphur and of course the issue of treatment of ballast
water.
On the topic of piracy, we actually prefer to call it
armed robbery, kidnapping, torture and murder at sea,
which better reflects the true nature of these criminal
activities. This year showed a decline in both the number of attacks and the number of pirated ships. The
collaboration between navies and the merchant fleet
has proven very beneficial, coupled with more robust
actions by the navies and the use of armed guards on
merchant ships has had a major effect.
BIMCO est devenue une organisation mondiale avec des membres présents dans
plus de 120 pays et s'est constamment adaptée aux besoins de ses membres,
notamment dans le domaine des technologies de l'information. Le développement
de documents standards et des clauses contractuelles continue d'être le socle du
BIMCO. L'organisation s'efforce maintenant de faciliter l'harmonisation des pratiques de
la navigation commerciale et d'agir pour la promotion et le renforcement de la qualité,
de la sécurité, de la sûreté et la protection de l'environnement au sein de l'industrie du
transport maritime. Nous sommes attachés au maintien de normes professionnelles élevées grâce à la formation, à l'éducation et au partage
des informations. BIMCO a bâti sa réputation sur la défense de ses membres contre les pratiques déloyales et sur sa contribution à l'élaboration
d'un cadre réglementaire au sein duquel le transport maritime peut prospérer.
Changement climatique, terrorisme, crise économique mondiale, piraterie, criminalisation croissante des personnels navigants...
Quelles sont les préoccupations majeures du BIMCO ?
La criminalisation croissante et le traitement inéquitable des marins nous inquiètent. Le fait que certaines juridictions qualifient automatiquement
une pollution en infraction sans démontrer la faute intentionnelle de l’accusé nous préoccupe. Nous estimons qu'il est discriminatoire qu’une
personne ou un navire puisse être déclaré coupable en dépit de la mise en œuvre de moyens propres à prévenir l'infraction. Un des enjeux
majeurs porte sur le maintien d’une réglementation mondiale afin d'éviter des initiatives unilatérales dans le domaine réglementaire. Plus
concrètement, nous sommes particulièrement impliqués dans les questions environnementales, notamment sur les thèmes des émissions de
gaz à effet de serre, des émissions de soufre et bien entendu sur la question du traitement des eaux de ballast. Certains règlements peuvent
avoir des effets bénéfiques (navires plus économes en énergie, installation de récupérateurs de soufre…), tandis que d'autres constituent un
véritable défi économique vu leur coût (c’est le cas pour les systèmes de traitement des eaux de ballast) et posent de réelles difficultés pour
les opérations de contrôle par l’Etat du port. Les gouvernements ont un rôle clé à jouer en veillant à l’application des règles internationales
sur le traitement des eaux de ballast. A propos de la piraterie, nous préférons employer les termes de vols à main armée, d’enlèvements, de
De haut en bas : Torben C. Skaanild, secrétaire général du BIMCO et Jean-Pierre Laffaye, vice président du Comité Documentaire. / From top to bottom: Torben
C. Skaanild, secretary general of BIMCO and Jean-Pierre Laffaye vice chairman of the Documentary Committee.
P.14
torture et d’assassinat en mer. Ce vocabulaire reflète la véritable nature de ces activités
criminelles alors que le terme de piraterie renvoie à une certaine littérature. Cette année,
nous avons continué à enregistrer un recul du nombre d'attaques de navires. Néanmoins,
environ 150 marins sont retenus en otage. La collaboration entre les Marines nationales
et la flotte marchande s'est avérée très bénéfique et l’emploi de gardes armés à bord des
navires marchands a eu un effet majeur. Nous devons continuer à être vigilants et être en
mesure de compter sur l'appui naval ! Pour conclure, nous devons continuer à soutenir
les initiatives politiques destinées à relancer l’économie mondiale et à redonner de la
confiance et de l'emploi. Bien qu'il y ait eu quelques signaux positifs en provenance
notamment de la Chine et des Etats-Unis ces derniers temps, nous sommes encore loin
de ce que nous appellerions une croissance durable. Nous sommes à l’origine de la crise
des surcapacités créée par le boom des constructions neuves
commandées en 2007 et 2008. Ces surcapacités vont nous
poursuivre un certain temps, mais vont s’atténuer avec la baisse
des commandes de navires neufs, l'accroissement du recyclage
des vieilles unités et le retour à la croissance des volumes.
Quelles avancées dans le shipping vous donnent
particulièrement satisfaction ?
Les progrès les plus importants portent sur le renforcement des mesures de sécurité,
la prise de conscience environnementale et le rapport coût-efficacité du transport de
marchandises par mer. L’amélioration de la sécurité débute dès la construction du navire
au chantier. Les équipements des navires sont devenus plus sûrs et bien entendu, les
marins formés et qualifiés contribuent à la sécurisation de cet ensemble. A ce propos, je
tiens à saluer le rôle déterminant de l’Organisation Maritime Internationale.
Quel est le rôle du BIMCO vis-à-vis des autres grandes associations
(Intercargo, Intertanko, ICS...) et de l'Organisation Maritime Internationale ?
BIMCO au même titre qu’Intercargo et Intertanko, rassemble des armateurs adhérant à
titre individuel, alors que l’International Chamber of Shipping rassemble les associations
professionnelles d’armateurs. Intercargo et Intertanko représentent respectivement
les armateurs de vrac sec et les propriétaires de navires pétroliers indépendants. Ces
associations présentent des similitudes ce qui a conduit à la création d’une table ronde
regroupant les quatre associations afin de coordonner et d'harmoniser leurs positions et
points de vue sur les sujets auxquels l'industrie maritime doit faire face. BIMCO propose
la plus large gamme de services à ses membres. Son rôle est unique et unanimement
reconnu dans le développement de normes, de documents et clauses pour l'industrie
du transport maritime. BIMCO, doté du statut d’organisation non gouvernementale, joue
un rôle consultatif auprès de l'OMI. Il émet des avis éclairés et participe régulièrement à
la rédaction et aux comités de travail.
04. GRAND LARGE
HIGH SEAS
What is the role of BIMCO vis-à-vis other large
organisations (Intercargo, Intertanko, ICS...) and
the International Maritime Organization?
BIMCO is a direct entry association of individual members similar to Intercargo and Intertanko, whereas ICS
is the association of associations. Whereas Intercargo
and Intertanko represent sectors of the industry, i.e.
dry cargo owners and independent tanker owners,
BIMCO has members from all sectors of the industry. There are certainly similarities between these
associations and this has led to the formation of the
Round Table of shipping industry associations under
which umbrella these four associations attempt to
coordinate and align positions and views on many
important issues facing the industry. BIMCO, as a nongovernmental organisation, has consultative status
with the IMO and participates regularly in drafting and
working committees.
Transparence de la gouvernance
Situé à proximité de Copenhague, le siège du BIMCO, installé dans une imposante et élégante bâtisse, emploie une cinquantaine de personnes composant
le Secrétariat. BIMCO fonctionne sur le principe de la transparence que l’on
retrouve dans l’adhésion des membres à la vision, l'énoncé de mission et les
objectifs du BIMCO. Le Conseil d'Administration est composé d'une vingtaine
de représentants d’armateurs élus lors de l’assemblée générale annuelle et qui
représentent les plus grands pays contributeurs. Les armateurs payent au BIMCO
une cotisation dont le montant est déterminé en fonction du tonnage des navires.
Le Comité Exécutif gère les affaires courantes du BIMCO sous le contrôle du
Conseil d'Administration. Le Comité Exécutif est composé du Président, du
Président désigné, du Président sortant, un maximum de deux Vice-Présidents
et des Présidents du Comité Documentaire, du Comité Marine et du Comité de
Sûreté Maritime ainsi que des personnalités qualifiées cooptées par le conseil et
jusqu'à deux membres nommés à titre personnel. Les membres travaillent sur la
base d’un strict bénévolat.
P.15
A transparent
governance
BIMCO’s Secretariat employs fifty persons. BIMCO
works on the principle of transparency that can be
found in the Membership vision, mission statement
and objectives. The Board of Directors consists of
twenty representatives of shipowners elected at
the Annual General Meeting and who represent
the largest contributing countries. Owners pay a
fee to BIMCO, the amount is determined by the
tonnage. The Executive Committee conducts the
business of BIMCO under the control of the Board.
Frank
Piedelièvre,
Président-Directeur
Bureau Veritas.
/ Frank
Piedelièvre,
Chairman
Réunion
du Comité
Documentaire duGénéral
BIMCOde
à Vancouver,
en 2011.
/ BIMCO
DC meeting
in Vancouver in 2011.
and CEO of Bureau Veritas.
04. GRAND LARGE
HIGH SEAS
A hundred charter
parties
Over a hundred charter parties and other contracts
have been developed since BIMCO's creation. The
industry has evolved and BIMCO regularly reviews
and updates the charter parties and has developped
crew management contracts, contracts for fuel
purchases, contracts for new construction and the
latest: a contract to employ private security guards
on board ships, GUARDCON.
Une centaine de chartes-parties
Plus d’une centaine de chartes-parties et d'autres formes de contrats ont été
élaborés depuis la création du BIMCO. Les chartes-parties et contrats proposés,
ainsi que les clauses disponibles couvrent l’ensemble de la vie d’un navire, de
sa construction à son recyclage et tous les segments de l'industrie : vracs secs,
conteneurs, pétrole, y compris l'industrie des croisières et les navires de service.
L’industrie a évolué et BIMCO élabore des textes modernes et équilibrés. Il révise
régulièrement les chartes-parties en tenant compte des évolutions commerciales et
il travaille à l’élaboration des contrats de gestion d'équipage, des contrats d'achat
de carburant, des contrats de constructions neuves et le tout dernier : un contrat
type pour l'emploi des agents de sécurité privés à bord des navires, GUARDCON.
Si les membres du BIMCO pressentent la nécessité que soit produit un contrat
ou une clause régissant une situation précise, le Comité Documentaire agit en
conséquence. GUARDCON en est l’exemple. Malgré la complexité du problème, ce
contrat a été rédigé en un temps record pour répondre à un besoin urgent.
Comité Documentaire : 100 ans à Paris !
Fondé en 1913 à Paris, le Comité Documentaire célèbrera en mai prochain le centenaire
de sa création dans cette même capitale qui l’a vu naître. Une manifestation qui
se tiendra en parallèle à l’assemblée générale du BIMCO. « Nous élaborons des
documents commerciaux à l’attention des acteurs du shipping. Ce sont des documents
équilibrés et parfaitement valides du point de vue juridique. Les textes sont pensés
par des professionnels reconnus et révisés par des juristes », explique Jean-Pierre
Laffaye, vice-président du Comité Documentaire. Parmi les contrats types les plus
utilisés : « GENCON », « OreVoy », « CoalVoy » qui tiennent compte des usages du
négoce de vracs secs. « Le CONGENBILL, régissant les relations entre transporteur et
chargeur est incontournable et l’un des plus fréquemment utilisés », poursuit JeanPierre Laffaye. Pour parvenir à rédiger ces contrats extrêmement complexes et précis,
le Comité Documentaire s’appuie sur le travail de sous-comités spécialisés, composés
de quatre à dix personnes. Le Comité Documentaire compte jusqu'à 30 représentants
d’armateurs et chaque Club membre peut nommer un représentant. En outre, cinq
personnes peuvent également être nommées au Comité à titre personnel. Avec le
Secrétariat, ce sont donc environ soixante personnes qui se réunissent en Assemblée
plénière deux fois par an. Le Comité Marine gère les affaires relatives au transport
maritime, les questions opérationnelles. Il sert aussi de caisse de résonance pour le
Secrétariat du BIMCO sur les questions liées à la sécurité des navires et à la protection
de l'environnement. Le Comité de la Sûreté Maritime gère les affaires de sûreté de
la chaîne d'approvisionnement, de piraterie, et également les problématiques de
passagers clandestins et la contrebande.
Centenary celebration
in Paris
The Documentary Committee will celebrate
next May the centenary of its creation in Paris
during the Annual General Meeting of BIMCO.
"We develop marketing tools for shipping actors.
The documentation is perfectly balanced from
a legal standpoint. The texts are written by
professionals and reviewed by lawyers”, says
Jean-Pierre Laffaye, vice chairman of the
Documentary Committee. Among the most
widely used standard form contracts: GENCON,
"Ore Voy", "Coal Voy" that take into account
dry bulk's trade usages. "The CONGENBILL,
governing relations between carrier and shipper
is essential and one of the most frequently used",
adds Jean-Pierre Laffaye. The Marine Committee
manages the affairs relating to maritime
transport, operational issues. The Maritime
Security Committee conducts the business and
affairs of BIMCO relating to maritime security
matters involving security, supply chain, piracy,
stowaways and smuggling.
Protection of private
companies
In March 2012, BIMCO developed GUARDCON
a clearly worded and comprehensive contract
covering this unprecedented and unusual
development of employing private maritime
security services for the protection of merchant
ships and seafarers.
Bimco contribue à l'évolution du transport maritime par ses mises à jour régulières des chartes et contrats types. / Regular updates of standard documents greatly
help the shipping industry.
P.16
GUARDCON encadre les sociétés de
protection privées
04. GRAND LARGE
HIGH SEAS
En mars 2012, BIMCO a publié GUARDCON, un contrat type portant sur le recours
à des sociétés privées de protection des navires et des équipages. Près de 200
sociétés privées de sécurité maritime sont répertoriées et pourtant leur intervention
n’était pas encore réglementée. GUARDCON, un contrat standard, fixe les termes
et conditions d'emploi de ces personnels à bord. Il a relevé le niveau de couverture
d'assurance et autorise le port d’armes à bord. En huit mois d’existence, ce contrat
a été utilisé à de nombreuses reprises (850 versions finales) dont un certain nombre
pour plusieurs voyages.
GUARDCON raises the bar in terms of the
standards the PMSCs should reach regarding
insurance cover for their risks and permits and
licenses to allow them to lawfully transport and
carry weapons.
In eight months of existence, the contract has
been used many times (850 final drafts) including
a number for several trips.
Etudier le transport maritime en ligne
eLearning Diploma
Programme
En mai 2011, BIMCO a développé l'apprentissage en ligne et a lancé le eLearning
Diploma Programme (BeDP). Environ 150 étudiants de 30 nationalités ont déjà testé
cette technologie d’étude à la fois flexible et peu coûteuse à créer. Ce programme
permet également de dispenser des cours dans des pays où l’enseignement maritime
sur place est restreint. C’est le cas au Cameroun, au Pérou, au Chili et au Costa Rica.
L’introduction au Shipping est un module conçu pour les jeunes qui ont récemment
intégré l'industrie maritime et qui souhaitent apprendre les éléments de base. À
l'avenir, BIMCO envisage de développer des modules d’enseignement à distance axés
sur l'économie maritime, le droit maritime et l'assurance maritime.
La formation professionnelle continue comprend des ateliers et master class et des
modules BeDP avancés. Ces cours sont conçus pour ceux qui bénéficient déjà de
solides expériences dans un domaine spécifique mais doivent encore approfondir
leurs connaissances pour devenir des experts.
Last but not least, BIMCO compte proposer une passerelle entre le navire et la terre. Le
programme de formation du BIMCO repose principalement sur la formation maritime
des professionnels sédentaires. Toutefois, conscient de la demande de formation
entre le navire et la terre, BIMCO envisage de dispenser une formation commerciale
afin de sensibiliser les officiers navigants et préparer leur transition de carrière à terre.
In May 2011, BIMCO has developed the eLearning
Diploma Programme (BeDP). Approximately 150
students from 30 countries have already tried
this flexible and cost-effective technology. This
program reaches out to countries where physical
shipping courses are limited, such as Cameroun,
Peru, Chile and Costa Rica.
BIMCO plans to develop distance learning
modules focusing on the maritime economy,
maritime law and marine insurance. BIMCO
wishes to bring in the commercial elements that
sea-going officers have missed in their technical
and navigational training to further prepare them
for a smooth transfer to shore based career
afterwards.
LDA's commitment
Louis Dreyfus Armateurs engagé dans la
durée auprès du BIMCO
Parmi la trentaine de membres français du BIMCO, Louis Dreyfus Armateurs constitue
sans nul doute l’armement le plus engagé auprès de cette association.
Pour mémoire, Philippe Poirier d'Angé d'Orsay, alors qu’il était directeur général de
Louis Dreyfus Armateurs, fut président du BIMCO de 1999 à 2001.
En 2010, le président de LDA, Philippe Louis-Dreyfus, a été élu à la vice-présidence
du BIMCO. Jean-Pierre Laffaye, directeur des opérations de Cetragpa, est viceprésident du Comité Documentaire depuis plusieurs années. L’engagement des deux
dirigeants marque ainsi la volonté de la compagnie française de s’associer aux travaux
du BIMCO dans la durée.
P.17
Louis Dreyfus Armateurs is undoubtedly the
most committed within BIMCO French members.
Philippe Poirier d'Angé d'Orsay, when he was
CEO of Louis Dreyfus Armateurs was President
of BIMCO from 1999 to 2001.
In 2010, Philippe Louis-Dreyfus, was elected
vice chairman of BIMCO. Jean-Pierre Laffaye,
operations manager of Cetragpa, has been vice
chairman of the Documentary Committee for
several years. Their commitment marks the
willingness of the French company to join in the
work of BIMCO.
Cérémonie de pose de la première pierre du terminal charbonnier de Tuticorin en présence de Monsieur G. K. Vasan, ministre Indien des Transports, de Saket
De hautdirecteur
en bas : d'ABG
BIMCO,
un apprentissage
ligne directeur
diplômant.
/ Réunion
du Comité
Exécutif
du ceremony
BIMCO le of
10 the
octobre
2012terminal
à Mumbai.
/ From top
to bottom:
Agarwal,
Ports
et de GurpreetenMalhi,
général
d'ABG-LDA.
/ The
first stone
Tuticorin
was attended
by Mr
G. K.
E-learning
/TheDirector
BIMCO of
Executive
Committee
meeting
October
10th
2012 inof
Mumbai.
Vasan,
India’sdiploma
Shippingprogram
Minister,launched.
Saket Agarwal,
ABG Ports
and Gurpreet
Malhi,
Managing
Director
ABG-LDA.
05. AU FIL DE L'EAU /
DOWNSTREAM
Quand l’Inde révèlera tout son potentiel
maritime…
Quelles sont les implications du ralentissement de la croissance économique en Inde
sur le transport maritime ? La question fut posée à des intervenants de haut niveau
le 9 octobre dernier lors de la 8e édition du Sommet du transport maritime en Inde.
Parmi les personnalités internationales présentes du 8 au 10 octobre 2012 à Bombay,
Philippe Louis-Dreyfus, qui a également participé aux travaux du Comité Exécutif du
BIMCO qui s’y tenait simultanément. Après avoir souligné la nécessité de resserrer les
liens commerciaux entre l’Union européenne et l’Inde, 8e partenaire commercial, le
président de Louis Dreyfus Armateurs a détaillé les investissements du groupe dans
de nombreuses provinces d’Inde.
Au total, près de 170 millions de dollars ont été investis ou sont en cours
d'engagement à Haldia, Visakhapatnam, Tuticorin, Mangalore et Goa. Le groupe
français s’est associé avec un partenaire indien dans cette stratégie de modernisation
et de développement de terminaux portuaires de vracs secs. Il a également souligné
que Cetragpa transporte annuellement entre 2 et 3 MT de charbon vers l’Inde,
principalement depuis l’Indonésie. « Les potentialités de l’Inde sont telles que ce
pays doit devenir une grande nation maritime, y compris dans les services industriels
maritimes », a estimé Philippe Louis-Dreyfus laissant entendre une ouverture possible
vers un développement des activités offshore (recherche sismique, pose de câbles).
Cependant, le pays doit encore surmonter un certain nombre d’obstacles, freins aux
investissements étrangers, et en particulier la lourdeur des formalités administratives,
la pression des syndicats, des problèmes de sécurité dans certains ports, la difficulté
d'exécuter les décisions de justice et enfin, conséquence naturelle de ce qui précède,
la difficulté d’obtenir des financements bancaires.
OMS investit 35 M USD dans trois barges
autopropulsées
Filiale singapourienne du groupe Louis Dreyfus Armateurs et spécialiste du transport
de charbon en Indonésie, Orchard Maritime Services a confié à Samsung Construction
& Trading la construction de trois barges autopropulsées de 13 000 tonnes de port en
lourd pour 127 m de long et 26 m de large.
La construction de la première, baptisée OMS BROMO, a débuté en mai dernier pour
s'achever en avril 2013. Les deux autres unités, OMS IJEN et OMS SEMERU, seront
livrées respectivement en juin et août prochains par les chantiers navals de Nanyang
Jinjiang (près de Nantong). Les trois barges ont été conçues avec un faible tirant
India’s maritime potential rises
The impact of the Indian economic slowdown
on the maritime sector was one of the subjects
discussed at the 8th India Shipping Summit on
October 9th last, with Philippe Louis-Dreyfus
being among the VIPs.
After underlining the need for closer EU-India
commercial relations, LDA’s president detailed the
group’s $170 M investment in modernising and
developing dry bulk cargo terminals in India and
Cetragpa’s presence in the coal import sector.
“India’s potential is such that it must become a
great shipping nation, including in the maritime
services sector”, said Philippe Louis-Dreyfus.
However, many obstacles remain, in particular
administrative delays, union pressure, security
issues, problems applying court orders and,
consequently, difficulties in obtaining bank
financing.
Deck cargo ships investment
Louis Dreyfus Armateurs’ Singaporean subsidiary
Orchard Maritime Services (OMS) has ordered
three 13,000 DWT deck cargo ships from Samsung
Construction & Trading.
The first one should be delivered in April 2013, with
two others following soon after.
The shallow-draft deck cargo ships will replace the
towed barges currently transporting coal for Kideco
to Paiton Energy's thermal power plant in Java. “With
a speed of 9 knots, these barges will be twice as fast,
more manoeuvrable and 40% more fuel-efficient,”
explains OMS' general manager Patrick Jourdain.
The move underlines Kideco's trust in OMS services,
and the group's support to its client. Starting
2013, Kideco doubles the annual quantity to be
transported by OMS to 2 MT.
De haut en bas : Philippe Louis-Dreyfus a participé à la 8e édition du Sommet du transport maritime en Inde. / Opération de déchargement dans un port
indien. / Assemblage au chantier de Nanyang de la coque d'un navire OMS. / From top to bottom: Philippe Louis-Dreyfus at the 8th India Shipping Summit. /
Discharging port operation in India. / Block assembly of OMS deck cargo ship at Nanyang yard.
P.18
d’eau, de 5,7 m, offrant la possibilité d’accéder à des ports peu profonds. A leur mise
en service, elles remplaceront avantageusement les barges tractées par remorqueurs
assurant la navette depuis le Tanah Merah coal Terminal de Kalimantan vers la centrale
thermique de Paiton Energy, Java (exploitée par International Power - GDF Suez).
« Pouvant filer neuf nœuds, les barges autopropulsées seront deux fois plus rapides
que les barges actuelles, plus manœuvrables, et 40 % plus économes en fuel »,
explique le directeur général d’OMS, Patrick Jourdain.
Cet investissement de plus de 30 millions de dollars US démontre la volonté du
groupe d’accompagner son client, le groupe minier Kideco, dans son développement.
En effet, à compter de l’année prochaine, Kideco va doubler la quantité annuelle de
charbon à transporter par OMS, de 1 à 2 MT.
Louis Dreyfus Armateurs partenaire
de la Sea Tech Week 2012
Qu’ils soient acteurs de terrain ou décideurs, les principaux opérateurs européens
présents dans le domaine des énergies marines renouvelables (EMR) s’étaient donnés
rendez-vous à Brest du 9 au 11 octobre à l’occasion de la Sea Tech Week.
Cette édition 2012 était placée sous le signe des EMR et des défis qu’elles soulèvent
du point de vue politique, économique, juridique et bien entendu technologique.
Partenaire de cette manifestation, Louis Dreyfus Armateurs a participé aux tables
rondes qui ont ponctué ces trois journées axées sur l’exploitation de l’énergie
marine. Le 10 octobre, Thierry Soudet, directeur projets EMR chez Louis Dreyfus
Armateurs et Julien Chefdrue, chef de projets chez LD TravOcean, sont intervenus
lors d’un atelier sur le thème des « opérations maritimes relatives aux énergies marines
renouvelables » et sur « le cas particulier de la pose et de la protection des câbles
sous-marins ». Louis Dreyfus Armateurs a également animé un stand où les multiples
activités de sa filiale LD TravOcean étaient présentées en détail. Deux autres de ses
spécialistes, Olivier Le Nagard et Sylvain Gouillon, avaient aussi fait le déplacement.
Alda Marine s'engage dans l'offshore
pétrolier
De la fibre optique pour les plates-formes pétrolières en Thaïlande.
Une première pour Alcatel-Lucent et Louis Dreyfus Armateurs, associés au sein d’Alda
Marine. ASN a signé un contrat pour connecter en fibre optique onze plates-formes
pétrolières offshore en Thaïlande pour le compte des pétroliers Chevron et PTTEP.
Le projet CSN, en cours de réalisation, porte sur le raccordement de chacune de
ces unités d’exploitation au câble qui est lui-même connecté à deux sites à terre
dans le golfe de Thaïlande. Une opération en deux temps réalisée par deux câbliers.
Tout d’abord, le LODBROG a eu pour mission de raccorder chaque plate-forme par
un câble d’un kilomètre de long avant de le poser au fond de l’eau.
Dans une seconde phase, l’ILE DE SEIN a repris ces onze câbles et les a raccordés
à un câble central doté de multiples connections. Pour mener à bien ce projet,
Alda Marine a dû répondre au niveau d’exigence requis par les groupes pétroliers
et gaziers. « Nous mettons en place de nouvelles techniques et procédures tant en
terme de qualité, d’hygiène, de sécurité et d’environnement, qu’opérationnelles.
Depuis le début de l’année, nous avons renforcé nos équipes à terre. Nous
avons constitué une cellule composée de navigants de LDA qui travaillent à
temps complet à l’élaboration des nouvelles procédures », explique Ronan Kerhervé,
directeur général d’Alda Marine.
Le commandant Jean-Malo Brand-Gazeau, Lionel Deroi et François Jaulin (tous
deux second capitaine), et Nelly Grassin, lieutenant/officier câble, ont quitté durant
quelques mois le bord pour épauler Alda Marine dans cet effort d’amélioration
constante de la qualité.
P.19
05. au fil de l'eau /
downstream
Louis Dreyfus Armateurs at
Sea Tech Week 2012
All the key European renewable marine energies (RME)
sector players attended the Sea Tech Week in Brest
from October 9th to 11th on the theme of RMEs and
the various issues they face.
Louis Dreyfus Armateurs took part in the round tables
organised during the three days, with Thierry Soudet,
RME project manager at Louis Dreyfus Armateurs and
Julien Chefdrue, project manager at LD TravOcean,
contributing to workshops on offshore energy
production. Olivier Le Nagard and Sylvain Gouillon
from LD TravOcean also made the trip.
Alda Marine: new oil & gas
activity
Optic fiber for FPSOs in Thailand
A first for Alcatel-Lucent and Louis Dreyfus Armateurs,
associated in Alda Marine. ASN signed a contract to
connect eleven FPSOs with fiber optics in Thailand, for
the oil companies Chevron and PTTEP. The project is
about connecting each exploitation unit to the cable,
itself connected to on-shore
sites in the Gulf of Thailand.
An operation carried out in
two steps by two cable-laying
vessels LODBROG and ILE DE
SEIN. To bring this project to
fruition, Alda Marine had to
meet the level of requirement
set by oil and gas companies.
“We are establishing new
techniques and procedures in
terms of quality, health and
security, as well as environment
and operations. Since the beginning of the year,
we have been reinforcing our on-shore teams. We
have constituted a unit composed of LDA seagoing
personnel who work full time to elaborate new
procedures” explains Ronan Kerhervé, Alda Marine’s
managing director.
haut
: Thierry
et Julien
à Brest
la Seaet
Tech
Week 2012. du
/ Fibre
l'extrémité
d'un câble.
/ From
top to bottom:
DeDe
haut
enen
basbas
: Mission
duSoudet
LODBROG
pourChefdrue
réparer les
câblespendant
domestiques
internationaux
Japonoptique
après leà passage
du tsunami.
/ Le
ferry NORMAN
SPIRITLDA
de
LDand
Lines
les portsstand
du Havre
et Tech
de Portsmouth.
top fiber
to bottom:
LDrelie
TravOcean's
at Sea
Week 2012.//From
Optical
cable. The LODBROG has been repairing domestic and international cables that were damaged
by the tsunami. / LD Lines' NORMAN SPIRIT ferry operating between Le Havre and Portsmouth.
05. au fil de l'eau /
downstream
Alda Marine engagée dans le projet PNG LNG
PNG LNG ? Un petit acronyme pour un immense projet gazier à l’autre bout
de la terre baptisé Papouasie-Nouvelle-Guinée / Gaz Naturel Liquéfié (PNG
LNG). La firme américaine Exxon Mobil s’est engagée depuis 2010 dans un
projet d’exploration gazière au sud et à l’ouest de la Papouasie représentant un
investissement initial de 15,7 milliards de dollars. Le projet PNG LNG inclut la
production de gaz et les installations de transformation, y compris le stockage
et la liquéfaction, d'une capacité de 6,6 millions de tonnes par an. 700 km de
pipelines relieront les installations (situées au nord-ouest de Port Moresby, sur le
golfe de Papouasie).
Des câbles de communication en fibre optique sous-marine seront posés au fond
de l’océan, le long des pipelines. C’est dans le cadre de la signature d’un contrat
de fourniture et de pose de câble entre Exxon Mobil et Alcatel-Lucent qu’Alda
Marine a engagé l’ILE DE RÉ. Le navire câblier a fait escale le 15 novembre à Port
Moresby, base d’Exxon. Les 335 km de câble seront posés depuis l’embouchure de
la rivière Omati jusqu’à Port Moresby. Ils seront connectés aux 70 km de câble qui
ont été déroulés par un autre installateur dans le lit de la rivière, permettant de
transmettre les informations entre le site d’exploration et le site de production. La
future usine de production de GNL doit entrer en production en 2014. PNG LNG
fournira du gaz naturel liquéfié à quatre principaux clients dans la région Asie :
Chinese Petroleum Corporation, Osaka Gas Limited, The Tokyo Electric Power
Company Inc. et Unipec Asia Company Limited.
FAIRMOUNT EXPEDITION conduit
le MSC FLAMINIA à bon port
L’escale du 9 septembre 2012 au port de Wilhelmshaven, au nord de l’Allemagne,
a marqué la fin de la tragique odyssée du porte-conteneurs MSC Flaminia. Cet
imposant navire de 300 m de long a été victime le 14 juillet d’une explosion avant
de prendre feu au milieu de l’océan Atlantique obligeant l’équipage à abandonner le
navire. Pour le ramener à bon port, son armateur a dû mobiliser pas moins de trois
remorqueurs. Après avoir atteint le navire à la dérive, le FAIRMOUNT EXPEDITION, a
immédiatement mis en œuvre ses équipements anti-incendie pour prêter assistance
au navire dont la partie centrale était assaillie par les flammes.
Après plusieurs jours de lutte contre l'incendie et après avoir dû suspendre à plusieurs
reprises les opérations en raison de graves risques d'explosions, le FAIRMOUNT
EXPEDITION a été rejoint par deux autres remorqueurs.
L'ANGLIAN SOVEREIGN et
le CARLO MAGNO ont amené sur site des équipes de sauvetage, du matériel de
secours portable et différents experts. L'équipe de sauvetage a finalement réussi à
éteindre complètement l'incendie. Après stabilisation du navire, qui avait pris une
forte gîte à cause de l'eau versée pendant la lutte contre l'incendie, le convoi fit
route vers les côtes anglaises pour inspection par les autorités avant d'obtenir une
autorisation d'accueil dans un port européen.
Les pays riverains (Angleterre, France,
Belgique et Pays Bas) ont donné leur accord pour le remorquage en Manche du cargo
MSC Flaminia jusqu’à sa destination finale au port de Wilhelmshaven, en Allemagne.
Alda Marine undertakes the PNG LNG
project
The Papua New Guinea / Liquefied Natural Gas
(PNG / LNG) project covers gas production and
transformation installations including storage and
liquefaction (located north-west of Port Moresby, in
the Papua Gulf), with a capacity of 6.6 million tons
per year. 700 kilometres of pipelines will link up the
installations. The American firm Exxon Mobil has
invested since 2010 in a gas exploration project south
and west of Papua, representing an initial investment
of 15.7 billion dollars. Along the pipelines, submarine
fiber optic cables will be laid on the seabed. As
part of a supplying and cable-laying contract signed
by Exxon Mobil and Alcatel-Lucent, Alda Marine
mobilised the ILE DE RÉ which made a stopover on
November 15th at Port Moresby, Exxon’s base. The
335 kilometres of cable will be laid from the Omati
River’s mouth to Port Moresby, connected to the 70
kilometre cables unrolled by another installer in the
riverbed, allowing the transmission of information
between the exploration site and the production
site. The future LNG production facility will be
operational in 2014. PNG LNG will provide natural
liquefied gas to four major clients in Asia: Chinese
Petroleum Corporation, Osaka Gas Limited, The
Tokyo Electric Power Company Inc. and Unipec Asia
Company Limited.
Safe haven
Wilhelmshaven became
the final destination for the
MSC Flaminia after a fire
on board forced its crew
to abandon ship on July
14th. After reaching the ship
drifting, the FAIRMOUNT
EXPEDITION went into
action to put out the
flames ravaging its midship
section. After several days,
with interruptions due to
the danger of explosion, the
Fairmount Expedition
was joined by the Anglian Sovereign and the
Carlo Magno. Once the flames had been put out,
the listing ship was taken in tow towards the British
coast for inspection. Authorisation was then given for
the MSC Flaminia to be towed through the Channel
towards Wilhelmshaven.
De haut en bas : L'ILE DE Ré a travaillé en Papouasie-Nouvelle-Guinée. / Le remorqueur de Fairmount Marine a porté assistance au MSC Flaminia, en perdition
dans l’Atlantique à la suite d’un incendie, et l’a remorqué jusqu'au port de Wilhelmshaven. / Fom top to bottom: The ILE DE Ré worked in Papua New Guinea. / The
Fairmount Marine tug provided assistance to the MSC Flaminia, drifting and on fire in the Atlantic, bringing it safely back to Wilhelmshaven.
P.20
06. La vie du groupe /
INSIDE STORIES
Visite d’Alain Juppé à bord du
VILLE DE BORDEAUX
Habituellement réservé aux paquebots, le Quai de la Lune, situé dans le centre
historique de Bordeaux, a accueilli le navire roulier VILLE DE BORDEAUX le 5
octobre dernier. C’est par un temps splendide qu’une centaine de personnes,
promeneurs et passionnés, a assisté à la manœuvre d’accostage du roulier sur
la Garonne. Lors de cette journée, les Bordelais ont ainsi pu découvrir à loisir
l’imposant navire dédié au transport des composants de l’A380 d’Airbus. Une
première escale citadine honorée par la présence à bord d’Alain Juppé. Le
maire de Bordeaux a en effet tenu à présenter à ses administrés le navire habituellement amarré à Pauillac. L'ancien premier ministre a remis au commandant
Gildas Diraison la plaque
commémorative de sa ville
lors d’une cérémonie qui
s’est tenue dans l’immense
garage. Etaient également
présents Daniel Boutonnet,
Vice-Président
d’Airbus
Transport International,
Pierre Vermande, responsable du départment transport surface Airbus, Cécile
Ha Min Tu, directrice
des relations institutionnelles d’Airbus, Jean-Louis
Cadoret représentant la structure opérationnelle Fret-Cetam et Antoine Person,
secrétaire général du groupe Louis Dreyfus Armateurs. Dans son allocution,
Monsieur Alain Juppé, a souligné l’importance du secteur aéronautique comme
« un des piliers de l’industrie française ».
Louis Dreyfus Armateurs tient à remercier ici l'équipage du VILLE DE BORDEAUX
qui n'a pas ménagé ses efforts, les jours précédents la visite, pour présenter le
navire sous ses plus beaux atours !
Alain Juppé visited ro-ro
vessel VILLE DE BORDEAUX
LDA bâtit son nouveau siège social
End of 2014, Louis Dreyfus Armateurs will inaugurate
its new headquarters in Suresnes, near the current
one as both buildings are located Quai Gallieni.
This investment perpetuates the patrimonial
family tradition which started with the buildings
located successively rue de la Banque, then rue
Rabelais and Porte Maillot. The future “flagship”,
with a 4,933 m² surface (1,000 m² bigger than the
current site) will be organised around a central
atrium and will be five levels high. The architectural
firm Atelier Zündel Cristea was chosen to renovate
the building. The company Artelia also contributes
in assisting the project management.
Fin 2014, Louis Dreyfus Armateurs inaugurera son nouveau siège social, situé à
Suresnes, à quelques encablures à peine du siège actuel, puisque les deux bâtiments se situent Quai Gallieni.
Cet investissement perpétue la tradition patrimoniale familiale illustrée à Paris,
rue de la Banque puis rue Rabelais et poursuivie Porte Maillot. Le futur vaisseau
amiral, d’une superficie de 4933 m2 (soit 1000 m2 de plus que le site actuel) sera
organisé autour d’un atrium central et s’élèvera sur cinq niveaux. C'est le cabinet
d’architectes Atelier Zündel Cristea (AZC) qui s’est vu confier la rénovation de
l’immeuble. La société Artelia accompagne LDA sur ce projet en sa qualité d'assistant à la maîtrise d'ouvrage.
P.21
Usually reserved for liners, the Quai de la Lune,
located in Bordeaux’s historical center, hosted the
ro-ro vessel VILLE DE BORDEAUX on the 5th of
October 2012. About one hundred people witnessed
the docking maneuver of the vessel dedicated to
the transportation of Airbus A380's components. A
first stopover honored by the presence on board of
former Prime Minister and Bordeaux city mayor Alain
Juppé who handed over the city’s commemorative
plate to captain Gildas Diraison. The ceremony
was held in presence of Daniel Boutonnet, Airbus
International Transport’s VP, Pierre Vermande,
Airbus’ surface transportation manager, Cécile Ha
Min Tu, Head of Airbus' Institutional Relations,
Jean-Louis Cadoret, Fret Cetam’s operational
structure representative and Antoine Person, Louis
Dreyfus Armateurs group’s company secretary. In his
allocution, Alain Juppé underlined the importance of
the aeronautics industry as “one of France’s industrial
pillars”. Louis Dreyfus Armateurs hereby wishes to
thank the VILLE DE BORDEAUX’s crew for their
efforts and implication in the organisation of the visit.
LDA builds its new
headquarters
Visite du VILLE DE BORDEAUX le 5 octobre. De droite à gauche : A. Juppé, A. Person, D. Boutonnet, S. Delaux et le commandant Diraison. / Visiting VILLE DE
BORDEAUX on 5th October. From right to left: A. Juppé, A. Person, D. Boutonnet, S. Delaux and captain G.Diraison.
06. la vie du groupe /
inside stories
8e Assises de l’économie maritime
et du littoral
Louis Dreyfus Armateurs a participé aux 8e Assises de l'économie maritime et
du littoral qui se sont tenues cette année à Biarritz les 20 et 21 novembre 2012.
Le groupe était représenté par Philippe Louis-Dreyfus, d'une part, qui a
participé au débat intitulé « La "croissance bleue": investir dans le maritime, oui !
Mais comment ? ». Le président a évoqué les problèmes de financement actuels
dans le secteur maritime.
D'autre part, Alain Le Guillard, directeur général en charge de opérations, a
pris part au débat sur les « Energies marines renouvelables : de la promesse à la
réalité industrielle ». Il n'a pas manqué de souligner le rôle essentiel des armateurs
dans le domaine de l'installation des éoliennes en mer ainsi que l'expertise et le
savoir-faire du groupe LDA dans des secteurs spécifiques tels que la pose et la
maintenance de câbles sous-marins, le transport de colis lourds...
Retraites bien méritées pour Marie-Annick
Maillaut et Lucien Bensaid !
LDA Group debates
in Biarritz
Philippe Louis-Dreyfus and Alain Le Guillard
took part in the debates organised at the 8th
Maritime and Coastal Economy Congress in
Biarritz at the end of November. LDA’s president
emphasised the current funding problems in the
maritime sector while Alain Le Guillard, speaking
at another workshop, described owners’ key role
in the installation of offshore wind turbines and
LDA’s know-how in the laying and maintenance of
submarine cables, among others.
Well-deserved retirement
Une génération Cetragpa s’en va… Lucien Bensaid, responsable du service
comptabilité, finance et informatique nous a quittés en mai dernier, pour
une retraite qui sera bien remplie, après trente belles années d’activité au
service de la filiale transport de vracs de LDA. Il y a mené avec réussite trois
déménagements et des évolutions comptables, informatiques et bureautiques
encore plus nombreuses. De très nombreux collègues sont venus le saluer en
salle des maquettes, à Suresnes, le 31 mai.
A page turns at CETRAGPA… Lucien Bensaid, head
of accounting, finance and IT departments has left
us on May 31st for a busy retirement after thirty
years of efficient and reliable service at LDA’s dry
bulk transportation subsidiary.
Marie-Annick Maillaut has also put an end to
a great career. A farewell drink was organised on
September 27th with about a hundred colleagues
attending as well as family and friends. All said
they will miss her kindness and her simplicity full
of modesty.
Marie-Annick Maillaut a également mis un point final à une belle carrière
professionnelle. Un pot de départ s’est tenu, le 27 septembre dernier, en
présence d’une centaine de collaborateurs, amis et famille, venus saluer sa
gentillesse, sa rigueur et son naturel simple, empreint de modestie. Entrée
comme aide comptable en 1973, elle a accompagné l’armement dans son
évolution. « Je faisais le lien avec les navires et les agents maritimes puis j’ai
rejoint les opérations en 1980 », explique la jeune retraitée. Un job qu’elle « adore »
De haut en bas : Le financement maritime, thème majeur de l'intervention de Philippe Louis-Dreyfus à Biarritz. / Marie-Annick Maillaut et Lucien Bensaid
entourés de collègues. / From top to bottom: Philippe Louis-Dreyfus debates in Biarritz on ship financing. / Many colleagues for friendly farewells.
P.22