Amethyst International Women`s Day Event – IMAGE, April/May, 2010

Comments

Transcription

Amethyst International Women`s Day Event – IMAGE, April/May, 2010
April - May 2010
IMAGE
avril - mai 2010
Un témoignage qui porte
L
Marie-Claude Jean
e 11 mars dernier, le mouvement
Solidarité Jeunesse d’Ottawa avait
invité madame Monique Lépine à
venir présenter un témoignage personnel à l’église Sacré-Cœur sur le campus
universitaire., Il s’agit de la mère de Marc
Lépine, l’auteur du massacre de l’École
Polytechnique en décembre 1989.
Je n’avais pas l’intention d’aller assister
à cette présentation parce que je croyais
que ce pouvait être curiosité morbide de
ma part. Pourtant, comme je m’adonnais
à passer par là en rentrant chez moi et que
je savais que mon mari y serait, j’ai décidé
d’entrer et j’avoue ne pas l’avoir regretté.
Une assemblée composée d’un grand
nombre de jeunes était réunie à cet endroit
et s’est tenue absolument silencieuse,
je dirais même immobile, tout au long
de cette présentation, tant le contenu de
ce qui nous était livré était intense. On
se trouvait en présence d’une personne,
frappée par une tragédie dont on peut difficilement s’imaginer l’ampleur, mais qui
s’est relevée forte et riche de cette horrible
expérience. Dix-sept années de souffrance
et de silence, un silence qu’elle a décidé de
briser après la fusillade au Collège Dawson
en septembre 2006. Cette tragédie lui a
fait revivre l’horreur du cauchemar de la
Polytechnique et l’a fait se sentir proche des
victimes de ce nouveau drame. C’est alors
que madame Lépine a senti qu’elle devait
parler pour révéler comment elle avait pu,
grâce au support qu’elle a trouvé en Dieu,
« surmonter l’insurmontable » (c’était
d’ailleurs le titre de sa conférence) et pour
partager le contenu du cheminement qu’elle
a fait à travers ses réflexions.
Nous avions devant nous une femme
impressionnante par sa simplicité, son authenticité et son ouverture d’esprit. De toute
évidence, rien de faux ne tient quand on est
placé de cette façon devant des questions
essentielles soulevées en ce qui a trait à la
violence, à la souffrance, au mal, au sens
de la vie et à la nature de l’amour.
Au-delà du drame particulier qui a touché madame Lépine, on avait le sentiment
de rejoindre quelque chose d’universel et
d’essentiel en rapport avec notre condition
d’être humain qui nous était montrée dans
toute sa complexité. En nous questionnant face aux gestes qu’on pose et à notre
propre capacité d’aimer, cette présentation
constituait en quelque sorte une invitation
à pardonner, à se pardonner. Mais madame
Lépine nous invitait aussi à oser agir pour
aider nos proches à sortir de leur isolement
et à exprimer leurs émotions, en particulier
la colère qui lorsqu’elle s’accumule peut
exploser de manière violente.
Aujourd’hui, madame Lépine travaille
auprès de criminels et de victimes d’actes
criminels violents. Elle offre également des
ateliers portant sur la saine gestion de ses
émotions. Dernièrement, elle a aussi écrit
un livre qui s’intitule Vivre, reflétant bien
le choix qu’elle a dû poser pour éviter de
se détruire et de mourir. Avec toutes ses
activités et la profondeur du témoignage
qu’elle offre, cette femme a désormais une
vie qui a trouvé son plein sens et qui nous
enrichit tous aujourd’hui.
Amethyst Centre hosts forum on International Women’s Day
Concillia Muonde, Public Education Coordinator for the Sexual Assault Support
Centre of Ottawa, responds to a question at the Modern Meaning of Feminism-The
Other “F” Word, drawing attention to the counselling gap and the connection between
feminism
and addictions.
The event Show:Layout
at University of 1Ottawa
was hosted
by the
Citizen
Ad 2010 Fashion
3/30/10
12:00
PM Wilbrod
Page 1
Street Amethyst Women’s Addiction Centre, on International Women’s Day, March 8,
2010.
St. Joe’s Women’s Centre 2010 FASHION SHOW
Accessorize!
&MAY
6th
Maximize
6
From day to night with panache and
style. Max your wardrobe.
Clothes and accessories supplied by:
For tickets:
contact Marsha Wilson
www.stjoeswomenscentre.org
613-231-6722

Similar documents