paroisses vivantes Lumières nées de LA Lumière…

Comments

Transcription

paroisses vivantes Lumières nées de LA Lumière…
Décembre 2014-janvier 2015 / N° 6
Autigny
Corserey
Cottens
La Brillaz
Matran
Neyruz
Ponthaux
Prez-versNoréaz
paroisses vivantes
J o u r n a l d e l ’ U ni t é p a s t ora l e
w w w. u p n o t r e d a m e d e l a b r i l l a z . ch
AdC_PPP
MCR Romand
Lumières nées de LA Lumière…
La Vie montante,
un mouvement qui compte
trois équipes sur notre UP
Moins pour nous,
assez pour tous
Pp. 6-7
AdC/PPP P. 12
Greffés sur le Christ au
jour de notre baptême…
Edito
L
e Christ nous rappelle notre responsabilité « de lumière du
monde ! ». Il nous demande instamment de donner un éclairage
nouveau à ce que nous vivons et de montrer aux hommes le vrai
sens de la vie dans un monde qui, aujourd’hui, semble avoir perdu
ses repères.
Aussi, mettons-nous en marche vers Noël, cette fête chrétienne
qui commémore la naissance de Jésus de Nazareth, avec ce poème
d’un enfant. Il nous dit ce qu’est la neige pour lui et nous invite
à raconter ce qu’est Noël, pour nous, dans le sillage du conte de
« Michel Piquemal » que nous remercions chaleureusement.
Sommaire
2-3Edito
Nos bons vœux à chacune et à chacun !
4-5Unité pastorale
6-7Génération
8
Liturgie
9
Société
Actualité
10-11 éCLAIRAGE
12 Société
Actualité
André Ryser
QU’EST-CE QUE C’EST QUE LA NEIGE ?
C’est quand les anges du bon Dieu
Font la toilette du ciel bleu
Et comme le grand paradis
Est tout couvert de blancs tapis
Ils vont les secouer sur terre
Et c’est alors qu’il neige, grand-Père…
Alors, puisque je t’ai dit
Ce que c’est que la neige, pour moi,
Raconte-moi, à ta manière,
Ce qu’est Noël pour toi !
Imprimerie:
Canisius SA, Fribourg
Rédacteur responsable:
André Ryser
1747 Corserey
Equipe de rédaction:
AUTIGNY
Michel Pasquier
CORSEREY
—
A. Ryser
13 Unité pastorale
Editeur:
Saint-Augustin SA
1890 Saint-Maurice
Directrice générale:
Dominique-Anne
Puenzieux
Rédaction en chef
Dominique-Anne
Puenzieux
Secrétariat
tél. 024 486 05 25
fax 024 486 05 36
[email protected]
COTTENS
Jean-Marc Sudan
LA BRILLAZ
Jean-François Deléaval
14 Au livre de vie
MATRAN
Nadia Rérat
15 Dans
18 nos paroisses
NEYRUZ
Autigny
PREZ-VERS-NOREAZ
Cottens
Philippe Guisolan
Matran
André Pittet
Ponthaux
Neyruz
Père Bernard
Rey-Mermet
La Brillaz
SECRéTARIAT UP
Corserey
Prez-vers-Noréaz
Annick Bielmann
PONTHAUX
Claude Didierlaurent
éQUIPE pastorale
BéNéVOLE
Fabienne Mollard
Gloria in excellecis Deo
19 Horaire
des messes
Informations
Unité pastorale
20 Portrait
2
C’était la nuit de Noël et Jonathan était triste. Il marchait seul dans
les rues de la grande ville. Autour de lui, une foule de gens pressés
faisaient leurs derniers achats avant le réveillon. Ce n’étaient pas
ses habits de guenilles ni sa pauvreté qui le rendaient triste. Depuis
la mort de ses parents, il en avait pris l’habitude. Il n’était d’ailleurs
pas le seul gamin des rues, loqueteux, dans cette ville de misère…
Mais on était le jour de Noël ! C’était la coutume de recevoir des
Paroisses vivantes
décembre 2014-janvier 2015
Maquette:
Anne Maibach
Photo de couverture:
Messe Rorate,
2013 Matran
André Ryser
Edito
Jonathan crut qu’il avait tout imaginé… Pourtant,
il avait bien entre ses mains le titre de propriété.
Alors, gai comme il ne l’avait jamais été, il courut dans les rues de la ville, s’arrêta près de la
cathédrale et se mit à chanter à pleins poumons
un cantique de Noël. Deux vieilles dames lui donnèrent un peu de monnaie. Un boulanger lui porta
une grosse miche de pain chaud. Jonathan tourna
les yeux vers son étoile pour la remercier. Il alla
s’asseoir sous un porche près d’un tas de chiffons
et arracha un bout de son pain. Une délicieuse
odeur lui monta aux narines. C’est alors que le
tas de chiffons se mit à bouger. C’était une petite
fille qui essayait de se réchauffer sous une couverture. Jonathan lui tendit un morceau de pain
qu’elle engloutit en le regardant avec de pauvres
yeux tristes. Jonathan se sentit si heureux qu’il
eût aimé que tout le monde fût gai comme lui. Il
partagea avec elle la grosse miche de pain, mais
elle garda ses pauvres yeux plus transparents que
l’eau. Alors, avec son argent, il courut lui acheter
des sucres d’orge. Mais la fillette n’eut qu’un pâle
sourire qui fendit le cœur de Jonathan.
St Andrey
cadeaux. Et lui il n’aurait rien ! Il trouvait le Bon
Dieu injuste. Il s’assit sur un banc et se mit à
pleurer, tandis que tombaient quelques flocons
fragiles comme du duvet.
Un homme s’approcha doucement de lui :
– Eh là gamin, on est le jour de Noël ! C’est pas
chrétien de pleurer ainsi.
Jonathan leva les yeux… Il aperçut un drôle de
bonhomme qui poussait un vieux landau rempli
de ferraille. Sa barbe était si épaisse qu’on voyait
à peine son visage. Son manteau était rapiécé.
Le bout de ses souliers bâillait. Il avait vraiment
tout du clochard… Pourtant, il portait un chapeau
melon flambant neuf et ses yeux brillaient d’une
étrange lumière.
– C’est bien pour ça que je pleure, maugréa
Jonathan. C’est le jour de Noël et personne ne
me fera de cadeaux.
Le vieil homme parut embarrassé :
– Allons, allons !
Il fureta dans sa ferraille, mais il ne trouva rien.
Contrarié, il se gratta la tête… Puis il s’assit à côté
de Jonathan et lui dit :
– Ecoute, je vais te dire un secret.
Jonathan ouvrit de grands yeux ronds :
– Un secret ?
– Oui, petit homme, je suis un magicien. Je vais te
faire un cadeau comme personne n’en a jamais
eu.
Les yeux de Jonathan s’ouvrirent encore, pareils à
deux pièces d’une livre, tandis que l’homme dressait le doigt vers le ciel.
– Tu vois ce point lumineux, juste à côté de la
grosse boule brillante qu’on appelle l’Etoile du
Berger ?
– Oui ! souffla Jonathan.
– Eh bien, c’est l’Astéroïde 253. Je te le donne, ce
sera ton cadeau de Noël !
– Merci Monsieur, mais que ferai-je d’une étoile
du ciel ?
– Allons, ne comprends-tu pas ? Ce sera ta bonne
étoile. Elle te portera chance. Elle t’amènera
l’amitié, l’amour… Elle te guidera lorsque tu
seras perdu…
– Mais comment saurai-je que c’est la mienne ?
– Alors là, répliqua le magicien, le problème est
vite résolu. Il sort de sa poche un morceau de
papier et un crayon et se met à griffonner : moi
le magicien du ciel, j’atteste qu’en ce jour de
Noël 1900, je fais don de l’Astéroïde 253 à…
– Au fait, comment t’appelles-tu, petit ?
– Jonathan Finn… avec deux N.
– Je fais don de cette étoile à Jonathan Finn. Je
signe et voilà.
Il tendit le papier à Jonathan qui le serra sur son
cœur et se perdit dans la contemplation de son
étoile.
Lorsqu’il sortit de sa rêverie, le bonhomme avait
disparu. Cette disparition était si étrange que
Alors il se tourna vers son étoile et cela lui donna
une idée :
– Tu vois ce petit point qui brille, lui dit-il, tout
près de l’Etoile du Berger ? Eh bien, c’est mon
étoile à moi.
La fillette ouvrit de grands yeux !
– Je ne blague pas ! ajouta Jonathan. Regarde mon
titre de propriété. Ça t’épate drôlement, pas
vrai ?
Cette fois, la petite fille parut émerveillée.
– Eh bien, continua Jonathan, si tu me fais un vrai
sourire, je t’en donne la moitié. Je garde le côté
près de l’Etoile du Berger et je te donne l’autre.
Le visage de la fillette s’illumina… Elle lui pressa la
main de ses petits doigts maigres et ils partirent
tous les deux sur la route enneigée, en direction
de leur bonne étoile, l’Etoile de Noël !
Conte de Michel Piquemal
Paroisses vivantes
décembre 2014-janvier 2015
3
A. Ryser
Vie de
notre Unité
4
Paroisses vivantes
décembre 2014-janvier 2015
Vie de
notre
Unité
Il n’y a qu’un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême,
un seul Dieu et Père de tous, qui règne au-dessus de tous, par tous et en tous.
Lettre aux Ephésiens 4, 6
Fête des baptisés
l est curieux d’observer les cortèges
de participants qui sortent de nos
églises : après une messe, une sépulture, un mariage, un baptême. Des cortèges qui, hélas, ne se croisent guère.
Cortèges des baptêmes ! A la préparation, dans les motivations, les parents
demandent souvent explicitement
que le baptême de leur enfant le
fasse entrer dans la communauté de
l’Eglise. Ainsi donc, lors de la célébration, le signe en est donné dès l’accueil de l’enfant à la porte de l’église :
sa demande est accueillie par la communauté... souvent très symbolique.
De plus, à la fin de la célébration, tous
rassemblés autour de l’autel, prient
pour que tous les participants aident
le nouveau baptisé à être fidèle dans
son futur engagement dans l’Eglise
par les sacrements de la vie chrétienne.
Mais, où est la communauté qui est
censée l’accueillir, le soutenir ?
Dans notre Unité, on peut compter
jusqu’à 90 baptêmes en une année.
C’est merveilleux et on ne peut que se
réjouir et rendre grâce à Dieu. Mais,
presque tous ont lieu en l’absence de
la communauté paroissiale.
Peut-on s’en satisfaire ? Comment
faire se rencontrer les cortèges des
baptisés et le cortège des membres
habituels de la communauté ?
Une fête de la rencontre !
Des paroisses, des Unités ont déjà
tenté l’expérience d’une célébration, ensemble, famille paroissiale
et familles des baptisés de l’année
au cours d’un dimanche qui leur est
consacré.
Dans notre Unité, cela ne s’est jamais
fait. On manque d’un lieu central qui
le favoriserait. Les jeunes parents ne
vont pas s’y intéresser. Etc. Autant
d’objections, de réticences !
Et alors ? Le besoin de faire apparaître
ce lien central, extraordinaire et fondamental entre baptême et commu-
nauté est aussi à respecter. C’est le
Christ qui nous rassemble, nous unit
et nous fait peuple de Dieu. Un seul
peuple.
Ainsi donc, un jour, un dimanche, le
11 janvier, nous proposons de faire
se rencontrer ces deux cortèges, nouveaux baptisés de l’année et communauté célébrante. Mobilisons les
grands-parents pour y inciter leurs
enfants ou petits-enfants. Invitons
nos voisins qui nous sont si sympathiques et parlons-en autour de nous.
En ce dimanche qui célèbre le baptême de Jésus, que nous soyons très
nombreux à prendre part à cette rencontre heureuse entre la communauté paroissiale et ses familles de
baptisés de l’année.
Pour tous, avec ces jeunes, ce sera un
magnifique signe d’espérance.
Père Bernard Rey-Mermet
A. Ryser
I
Paroisses vivantes
décembre 2014-janvier 2015
5
Mouvement chrétien des retraités
Vie montante
MCR Romand
Génération
Les aînés, une richesse…
Après une vie active, nous disposons d’un
« temps libéré ». Comment meublons-nous
cette période de notre vie ? Voici le chemin
parcouru cette année dans nos groupes Vie
montante.
Le temps libéré
Nos aspirations sont multiples : jouir enfin
des plaisirs de la vie, voyages ou tout autre
loisir. Ainsi, nous pouvons rechercher un
épanouissement personnel. L’engagement
dans le bénévolat au niveau paroissial
ou social, la garde des petits-enfants, l’attention à apporter aux parents plus âgés
occupe une grande partie de notre temps
libéré.
Parfois, diverses épreuves s’abattent
sur nous, comme la maladie, le décès du
conjoint, le divorce d’un enfant. Que reste-til alors de ce temps libre ? En mettant toute
notre confiance en la vie que le Seigneur
nous donne, nous pouvons encore retrouver un nouveau sens à cette période de
notre vie.
… à partager dans la famille
Les enfants nous regardent vivre et posent
souvent des questions : « Pourquoi tu dis
ça ? Pourquoi tu fais comme ça ? » Pourquoi,
pourquoi ? Voilà la question répétée à l’infini par les enfants qui commencent à parler, à explorer la vie, la nature, le ciel et la
terre, les énigmes de la vie, tout ce qui est
mystérieux, et parmi ces mystères, il y a
Dieu. La plupart des très jeunes enfants
posent la question de Dieu.
Est-ce que nos enfants, ou nos petitsenfants, voient, sentent, entendent et comprennent que nous sommes chrétiens, que
Dieu a une place importante dans notre
vie ? Bien sûr, chacun a son histoire intime
avec Dieu ainsi que son témoignage personnel à transmettre à la génération suivante.
« Plantons les graines qui un jour pousseront, nous ne sommes que des ouvriers, pas
des maîtres ! »
… à partager dans nos groupes
L’amitié, le partage, la spiritualité : trois
mots très importants qui prennent tout leur
sens lorsque la solitude guette les retraités.
6
Paroisses vivantes
décembre 2014-janvier 2015
A la Vie montante, chaque personne est
accueillie avec chaleur et simplicité. Mais
nous trouvons plus que de l’amitié dans
nos réunions. En effet, elles sont un lieu
d’échanges et de réflexions sur un texte
biblique. Aussi, elles permettent d’approfondir notre foi et d’être persévérant dans
la prière.
Dans nos groupes, nous prions pour les
jeunes afin que, grâce à la présence de
Dieu dans le cœur de chacun, ils se sentent
inspirés par l’Esprit qui les habite. Nous
avons aussi une pensée pour toutes les
souffrances humaines.
Les réunions Vie montante sont un temps
de ressourcement qui ne se limite pas à
deux heures de rencontre, mais qui doit
permettre un prolongement dans les lieux
où chacun vit.
… à partager dans l’Eglise
Il faut bien le reconnaître, grâce au temps
libéré, les aînés tiennent une place importante dans la vie de notre Eglise. Non seulement, ils sont très présents dans les célébrations liturgiques mais ils s’engagent
aussi dans les divers services de l’Eglise.
Nos Eglises occidentales passent une
grande crise. Nous constatons une montée
de l’indifférence, une pénurie de prêtres et
de forces vives. Est-ce une catastrophe ou
Nous, les aînés, sommes-nous ouverts aux changements qui s’opèrent au sein de notre Eglise ?
Acceptons-nous de rencontrer d’autres chrétiens
pour un dialogue œcuménique ?
Chacun de nous est concerné pour jouer son rôle
dans ce grand devoir de l’unité des chrétiens.
Apprendre à mieux nous connaître, à reconnaître les richesses spirituelles de chacun cela
permettrait de mettre en commun les énergies
de l’Evangile qui est le trésor de tous les disciples du Christ.
… à partager dans la société
Dans notre société, la proportion d’aînés a sensiblement augmenté grâce aux progrès de la
médecine, du confort, de l’alimentation, des services sociaux. Nous nous en réjouissons.
Sommes-nous encore utiles à la société ? Eh bien,
oui ! La société a besoin de nous, quoi qu’on en
dise et la place que nous y tenons a son importance. Nous avons un rôle à jouer et nous le remplissons lorsque nous savons organiser notre vie
d’une manière utile à nous-mêmes et aux autres.
Au cours de notre existence, souvent nous avons
dit : « Si j’avais le temps, je ferais ceci… cela… »
Nous constatons que les aînés rendent une
quantité de services qui pourrait être chiffrée
économiquement, dans la famille, dans l’associatif et dans l’Eglise.
Chez tous les aînés, le temps et l’espace s’élargissent, s’allongent et se creusent ; il faut rester
simple et humble, oser demander de l’aide. Nos
enfants, notre entourage, eux aussi ont envie de
donner du sens à leur vie en nous rendant service dans les tâches que nous ne pouvons plus
assumer.
Ayons la sagesse d’accepter notre âge, de ne pas
ressasser le passé s’il fut douloureux, n’en garder que les meilleurs souvenirs.
En guise de conclusion, je reprends ce mot étonnant d’un enfant : « La mort, c’est la vie que l’on
donne après avoir tout donné. »
Il nous reste donc toujours quelque chose à partager quand « on n’a plus rien à apporter ».
Thème 2014 – 2015
« Baptisés et Envoyés vers… »
A vous chers Aînés,
Venez nous rejoindre !
Les équipes de Vie montante sont accueillantes,
l’amitié va au-delà de leurs frontières !
Nous nous réjouissons de vous rencontrer !
Dans la mesure où la santé et les forces le permettent, être disponible pour les autres, c’est
donner du sens à nos dernières années. Rendre
service avec de petites forces, de petits moyens,
mais avec amour, nous procure aussi du bonheur.
… à partager quand
« on n’a plus rien à apporter »
Voir plus loin que l’horizon.
Un chrétien peut vivre en paix parce qu’il peut
« voir plus loin que l’horizon ». La traduction du
mot « espérance » est trouvée !
Aujourd’hui, beaucoup de gens sont découragés,
ont perdu leurs illusions. Toutes les informations rapportées par les médias favorisent le
pessimisme. Le chrétien, lui, possède une espérance : Dieu peut transformer le cœur de celui
qui se tourne vers lui, y mettre une vie nouvelle :
l’amour au lieu de l’égoïsme, le pardon au lieu de
Génération
la haine, la paix au lieu du désespoir. Quand on
retourne sur sa vie, on sait bien que le chemin
n’a pas toujours été un chemin de lumière. Dans
l’ordre de l’apprivoisement de la vieillesse, il y
a tout le versant limite et extrême : la révolte,
l’amertume, peut-être des regrets… certains se
replient sur de vieilles blessures. On craint de
devenir dépendant des enfants, on a peur de
vieillir, peur de la maladie, de la souffrance, etc.
MCR Romand
une chance ? Nous pensons que c’est une opportunité pour le peuple de Dieu de prendre davantage de responsabilités. Les nombreux services
rendus par les laïcs au sein des communautés
sont un témoignage de grande importance, mais
nous regrettons que les jeunes n’aient pas le
souci de recevoir et partager ce que l’Eglise nous
propose.
Marie-Louise Schorro
Paroisses vivantes
décembre 2014-janvier 2015
7
La Messe Rorate
Liturgie
D
ans l’Eglise romaine d’avant Vatican II, il
était une tradition ancienne qui lui était
chère, celle des Quatre-Temps. Quatre fois par
an, au tournant des saisons, on consacrait trois
jours de la semaine (le mercredi, le vendredi et
le samedi) au jeûne et à la prière pour appeler la
bénédiction de Dieu sur la saison nouvelle ainsi
que sur les ordinations qui se faisaient au cours
de la veillée nocturne du samedi au dimanche.
L’Avent, dont l’institution est plus récente, est
venu donner aux Quatre-Temps de décembre,
qui tombaient sur les mercredi, vendredi et
samedi précédant le 4e dimanche de l’Avent, son
caractère d’attente et de préparation à Noël.
Dans cet esprit, la messe du mercredi faisait
une place toute particulière à la Vierge Marie,
tant par la prophétie d’Isaïe, annonçant que
le Messie naîtrait d’une vierge, que par l’évangile, qui était celui de l’Annonciation. L’antienne
d’ouverture débutait par ces mots tirés d’Isaïe
Rorate cæli, qui se traduisent par
Cieux, couvrez de rosée.
Jean-Marc Sudan
DR
Voilà pourquoi cette messe
s’appelle la Messe Rorate
L’hymne entière était chantée au cours de la
messe, déjà à l’époque de saint Grégoire le
Grand (+ 604). On peut y trouver de nombreuses
allusions. La fraîcheur de la rosée matinale,
contraire de la chaleur de midi, ne fait-elle pas
penser à la conception virginale lors de l’Annonciation ? La nuée n’est-elle pas le symbole de la
présence de Dieu ? Le Juste n’est-il pas le Christ ?
La terre n’est-elle pas un symbole marial, comme
le disait saint Irénée ?
Afin de se terminer idéalement aux toutes premières lueurs de l’aurore, cette messe débutait
avant la fin de la nuit, dans le silence. Célébrée
à la lumière des bougies, cette liturgie matinale
tendait à faire des fidèles de l’assemblée des
« guetteurs d’aurore » qui attendent, dans l’espérance, l’avènement du Messie promis.
Dans notre UP, la Messe Rorate a été rétablie et
fixée, par convenance, au samedi matin, veille
du 3e ou du 4e dimanche de l’Avent. Elle fut
célébrée, la première fois, à Cottens en 2009, puis
à Ponthaux, à Lentigny, à Noréaz et à Matran.
Elle sera célébrée cette année à Neyruz le samedi 13 décembre, à 7h.
Puissent les paroissiens de toute notre UP se
sentir appelés à être des « guetteurs d’aurore »
et invités à venir nombreux à la Messe Rorate.
Rorate, cæli, desuper, et nubes pluant justum.
Cieux, répandez d’en haut votre rosée et que les nuées fassent pleuvoir le Juste.
8
Paroisses vivantes
décembre 2014-janvier 2015
D
ans le dernier journal Paroisses
vivantes, le CUP livrait son bilan de l’année pastorale 2013-2014. Il esquissait l’avenir de notre UP en rappelant deux thèmes
qui lui sont chers :
– Porter une attention plus soutenue aux
événements paroissiaux.
– Favoriser la rencontre des chœurs entre
eux et avec le CUP.
Programme que nos chœurs partagent,
puisque ce concert de l’Avent sera la 3e
rencontre qu’ils organisent. Pour rappel :
Ponthaux, mai 2010 ; Lentigny, décembre
2012 ; Lentigny, décembre 2014.
Un bémol toutefois, en raison d’engagements particuliers, tous les chœurs ne
peuvent participer à la rencontre, cette
année.
Nos chœurs sont encore bien présents dans
chacune de nos paroisses. Cependant, la
relève peine à se manifester et le vieillissement se fait lourdement sentir. Comment
donc faire face à de telles difficultés, pour
ne pas voir disparaître nos chœurs, comme
c’est déjà le cas dans certaines paroisses de
notre canton ?
Les responsables de nos chœurs se sont
posé la question dans le cadre de notre
décanat Saint-Udalric. En effet, l’UP ne
serait-elle pas le lieu le plus adéquat pour
que nos chœurs puissent retrouver un élan
plus motivant et mieux remplir leur tâche
d’animation pastorale ? Voilà une réflexion
qui ne laisse personne indifférent, mais qui
vaut la peine d’être prolongée en bonne
intelligence.
La recherche de diverses collaborations
entre nos chœurs semble être une piste
à retenir. Les chœurs de notre UP l’ont
déjà compris, en choisissant de chanter
une messe d’enterrement commune, Messe
pour un dernier adieu de Ivo Crmaric. Ainsi
nos choristes pourront se joindre au chœur
local sans problème ; ainsi nos chœurs pourront toujours assurer une messe chantée
lors des cérémonies de défunts. Il en va
de même pour d’autres célébrations liturgiques, comme la messe de lancement de
l’année pastorale, les cérémonies de la
Semaine sainte, la Fête-Dieu, l’Assomption.
Et pourquoi pas dans le profane : concert,
étude d’une pièce d’envergure.
Cet effort de réflexion, courageux et lucide,
doit être poursuivi. Dans cette perspective,
les trois concerts de l’UP font figure d’expérimentation.
Société
Actualité
JP. Papaux
Concert de l’Avent de l’UP
l’UP peut-elle rassembler ?
Pour l’instant, place à la fête ! Bienvenue à
toutes et à tous, chanteuses et chanteurs,
amis auditeurs. Que ce moment de partage
et d’amitié nous donne l’envie de témoigner
notre joie de vivre.
Les chœurs de l’Unité pastorale Notre-Dame
de La Brillaz, avec la participation de la fanfare L’Harmonie de La Brillaz, vous invitent
à leur concert
le dimanche 7 décembre 2014 à 17h,
à la salle polyvalente de Lentigny.
Le concert est ouvert au public.
L’entrée est libre.
Jean-Pierre Papaux
Programme :
Chants et musique religieux
et profanes du temps de l’Avent et de Noël.
Chaque chœur chante deux chants et un chant
en commun avec un autre chœur.
L’Harmonie, trois pièces.
Le concert se terminera par deux chants
d’ensemble, accompagnés de la fanfare.
Participants :
Les chœurs d’Autigny-Chénens, Corserey, Cottens,
Lentigny, Onnens, Ponthaux-Nierlet.
La fanfare de L’Harmonie de La Brillaz.
Paroisses vivantes
décembre 2014-janvier 2015
9
EcL AIRAGE
.............................................................................................................................................................
chrétiens et écolos
Recul des glaciers, mort des abeilles, bétonnage du territoire, désertification, épuisement
des ressources naturelles : le constat est alarmant, la planète ne va pas bien. Face à cette
crise environnementale sans précédent, que peuvent faire les chrétiens ?
.......................................................................................................................................................
lusieurs experts abondent dans
le même sens. Manger bio,
prendre le train ou s’émouvoir du réchauffement climatique ne résoudra
pas tout. Les racines de la crise environnementale sont économiques, politiques et éthiques. Elles sont aussi spirituelles et culturelles. Pour Philippe
Roch, l’ancien directeur de l’Office fédéral de l’environnement, « les progrès
que nous avons faits dans la résolution
de certains problèmes nous donnent
l’illusion que l’on va sortir de la crise
par des mesures techniques. C’est
bien mais c’est insuffisant. Il y a 30 ou
40 ans, on s’interrogeait davantage sur
la relation de l’homme à la nature ; ça
me semble essentiel ». Face à la course
au profit actuelle, le Genevois verrait
bien les Eglises rappeler l’importance
de la sobriété et du respect de la création. « Ce n’est pas facile de nager à
contre-courant – comme le Christ à
l’époque – mais ça en vaut la peine.
Il ne faut pas hésiter à se renseigner,
s’intéresser au travail des diverses
associations, s’informer grâce à leurs
sites et revues. »
............................................................................................
Didier Clerc est diacre catholique depuis une année et
jardinier à la ville d’Evian. Pour lui, la Création n’est pas
qu’un garde-manger.
« Même si on n’en a pas forcément conscience, on a tous
en nous un profond besoin de nature. Trop souvent, elle
est comme exclue de notre vie. Mon expérience m’a permis de découvrir nombre d’analogies entre la nature et
la vie chrétienne.
* Comme nous, la nature est en devenir : dans un petit jardin par exemple,
on développera un pommier en espalier. Ce sera toujours un pommier
et il donnera toujours de bons fruits mais sans nuire par son ombrage à
l’épanouissement des autres plantes.
* Les méthodes actuelles de jardinage soulignent l’importance de mélanger les différentes plantes car elles s’entraident en échangeant des
nutriments. Dans nos vies, on peut y voir un encouragement à accueillir
l’autre dans son altérité.
* La nature a horreur du vide. Comme le soleil détruit l’humus nécessaire
aux plantes, il est recommandé d’épargner parfois quelques " mauvaises
herbes " tout en luttant contre les espèces trop invasives. Parmi toutes
nos préoccupations, la recherche d’un tel équilibre peut aussi nous
rendre attentifs à accorder suffisamment de lumière aux graines semées
en nous par l’Evangile.
* Le cycle du compost devenu terreau peut nous aider à accepter la mort
comme naissance à une vie nouvelle. »
de nos cœurs et nous fait croire qu’elle
va pouvoir être satisfaite par des biens
matériels. Or, pour la tradition chrétienne, toute la création est pénétrée
par des énergies divines. La nature
n’est pas Dieu mais Dieu est présent en
visible a été réduit au visible, le visible
au matériel, le matériel à l’économique
et l’économique au financier. Ce processus a abouti à la croyance en une
croissance illimitée. Le système publicitaire capte la soif d’absolu au fond
Photo oeku / Claudia Baumberger
Photo oeku / Claudia Baumberger
Michel Maxime Egger, chrétien orthodoxe et responsable chez Alliance
Sud à Lausanne, parle d’« écospiritualité, une attitude visant à retrouver
l’unité fondamentale entre Dieu, l’être
humain et le cosmos ». Il s’agit d’aller
aux racines de la crise environnementale. Notre relation à la nature a été
désacralisée ; à partir du XVe siècle, l’in-
La foi du jardinier
DR
P
Le toit composé de panneaux solaires du centre œcuménique de Halden (SG).
Moutons de Pro Specia Rara sur le terrain de
l’église de Zofingen.
.............................................................................................................................................................................
08
PAROISSES VIVANTES I OcTObRE 2014
Paroisses vivantes
décembre 2014-janvier 2015
10
.........................................................................................................................................................................
DR
elle. Ces aspects sont importants pour
ne pas sombrer dans une course à la
croissance totalement déconnectée de
la réalité.
Une semaine sans mon natel
Formules Jeunes, la pastorale fribourgeoise des 16-25 ans, organise des
pèlerinages à pied. Dans une charte,
les jeunes s’engagent à venir sans téléphone et sans argent de poche. Sans
vouloir retourner à l’âge de pierre,
c’est une manière toute simple d’expérimenter sa relation à la nature. « Marcher des jours entiers n’est pas fun du
tout mais la plupart des participants
se déclarent enchantés de cette vie à
un autre rythme, de tout ce qu’ils découvrent dans leur relation aux autres
et à la nature ; les ados sont extrêmement réceptifs », explique Christine
Fornerod, animatrice de jeunes.
Les « bons tuyaux »
d’oeku
........................................
* Ne pas gaspiller l’énergie, en
chauffant les bâtiments paroissiaux de manière appropriée.
* N’acheter que des fleurs de
saison, cultivées en Europe ou
munies d’un label.
* Utiliser aussi des fleurs cultivées par des paroissiens dans
leur propre jardin.
* Limiter au maximum l’emploi
de pesticides dans l’entretien
des espaces verts.
* Isoler les bâtiments au moyen
de matériaux respectueux de
l’environnement.
* Utiliser du papier recyclé.
* Limiter la production de déchets.
oeku organise chaque année
en septembre une campagne
de sensibilisation destinée aux
paroissiens.
aux hirondelles et à d’autres animaux.
Une rénovation bien pensée permet
parfois de réaliser aussi d’importantes
économies car la moitié des églises
suisses ont été autrefois équipées d’un
chauffage à l’électricité… Pas étonnant
donc que l’association oeku soit bien
acceptée et soutenue financièrement
par les paroisses.
Une pétition soutenue par AdC
A la fin de ce mois, Action de Carême (AdC) et Alliance Climat vont
lancer une pétition pour que la Suisse
s’engage à réduire les émissions de gaz
à effet de serre. L’objectif est d’empêcher un réchauffement climatique de
plus de 2° C par rapport à 1990. Quant
à la campagne de Carême 2015, elle
nous sensibilisera aux conditions de
production de la viande de poulet,
c’est-à-dire le nourrissage des animaux
avec du soja brésilien, ce qui engendre
la destruction de la forêt amazonienne
et des terres agricoles des populations
locales.
Vert comme l’espérance
Cheminement spirituel et engagement en faveur de la Création vont
de pair. Depuis Paul VI, les papes ont
tous appelé à la responsabilité environnementale. Une des prochaines
encycliques du pape François sera
consacrée à l’écologie. Afin de gagner
en qualité de vie, chacun est amené à
réfléchir, à peser le pour et le contre.
Pour être plus heureux, a-t-on absolument besoin d’une villa, d’une voiture,
d’un emploi à temps complet ? La foi
en un Dieu créateur nous pousse à
aimer et respecter non seulement
notre prochain, mais aussi l’ensemble
DR
Que faire dans les paroisses ?
Basée à Berne, l’association œcuménique oeku Eglise et environnement est active depuis 1986 dans le
conseil aux paroisses en matière écologique. A Vex (VS), par exemple, une
rénovation appropriée de l’ancienne
église a permis le maintien d’une
colonie de chauves-souris en voie de
disparition. Les clochers et les toits
des églises offrent souvent un refuge
A Vex, la rénovation de l’église a permis la survie d’une espèce menacée de chauves-souris.
de la Création. Dans un esprit d’humilité, elle peut nous amener à redire,
avec François d’Assise : « Loué sois-tu,
mon Seigneur, avec toutes tes créatures. »
Jean-Luc Wermeille
Plus d’info :
........................................
www.oeku.ch
www.egliseenvironnement.eerv.ch
www.ecologyandchurches
.wordpress.com
www.terre-du-ciel.org
www.trilogies.org
(le site de M. M. Egger)
www.pirassay.ch (le site de P. Roch)
.............................................................................................................................................................................
PAROISSES VIVANTES I OcTObRE 2014
Paroisses vivantes
décembre 2014-janvier 2015
11
09
Société
Actualité
Moins pour nous, assez pour tous
Depuis 1969, Action de Carême (AdC) et Pain pour le Prochain (PPP)
en collaboration avec « Etre Partenaires » organisent chaque année
une campagne œcuménique durant le temps du Carême jusqu’à Pâques.
ette campagne a pour but de sensibiliser
les gens des paroisses et la société suisse
en général à diverses problématiques économiques, écologiques et politiques. Elle cherche à
promouvoir plus de justice dans le monde grâce
aux fonds récoltés pour financer des projets
dans les pays du Sud et à travers des actions de
politique de développement. Elle vise aussi à
donner des impulsions pour méditer, réfléchir,
partager, et propose des amorces de solutions
auprès des instances dirigeantes.
La campagne 2015 soulève la problématique de
notre surconsommation et des incidences sur
les populations indigènes et sur le climat.
AdC_PPP
De nombreuses populations indigènes sont
abusées et perdent leurs terres au profit de
AdC_PPP
C
monocultures industrielles de soja voué à l’exportation. Les poulets, même bio, de nos supermarchés n’ont pas picoré l’herbe qu’ils ont sous
leurs pattes ou les graines de maïs du champ d’à
côté. Le soja qui les a nourris a parcouru plus de
9’000 km et provient notamment du Brésil.
Une surconsommation accélérant les changements climatiques et aggravant la faim dans le
monde est contraire aux principes éthiques et
théologiques : la campagne des trois organisations est un appel à une conversion de notre
mode de vie vers un rapport à l’alimentation
équitable, durable et respectueux du climat.
L’image biblique de la communion montre qu’il
est possible de remplir toutes les assiettes si
nous nous écartons d’un modèle où la surabondance pour quelques-uns prive la majorité de
l’indispensable. La tradition chrétienne nous
invite à nous délester du superflu et nous rappelle que toute vie est un cadeau. En nous affranchissant des excès, nous établissons un rapport
empreint de respect vis-à-vis de la Création et
nous adoptons un style de vie plus simple et
plus détaché.
La soirée de lancement de la campagne pour le
canton de Fribourg aura lieu :
le 28 janvier 2015 de 19h30 à 21h30
Africanum, Société des Missionnaires
d’Afrique (Pères blancs), salle Africa
rue de la Vignettez 57, 1700 Fribourg
Pour en savoir plus sur la campagne :
www.droitalimentation.ch/
Les poulets mangent le soja. Le soja engloutit la forêt tropicale,
source de subsistance de nombreuses personnes.
12
Paroisses vivantes
décembre 2014-janvier 2015
AdC/PPP
Un partage… à partager !
J
anvier 2014, en pleine phase de planification de son projet de rénovation extérieure
de l’église, la paroisse de Corserey reçoit un message électronique surprenant :
« Bonjour. Je me présente : je suis Père
Marcel von Holzen, curé de la paroisse
Erlöser de Zurich. Notre paroisse cherche
tous les 2-3 ans une paroisse prévoyant
des travaux de rénovation. La dernière
fois, nous avons aidé la paroisse tessinoise Bedigliora et nous sommes maintenant libres pour une nouvelle expérience ! Seriez-vous intéressés à prendre
contact avec nous ? »
N Vuichard Andrey
Vie de
notre Unité
Lors de cette rencontre, nous apprenons que la paroisse Erlöser, paroisse aisée et
soucieuse d’apporter son aide à d’autres, choisit tous les deux ans environ un projet
national et un projet international de rénovation qu’elle soutient sur la durée par le
biais de quêtes et d’actions diverses. La motivation de la paroisse Erlöser n’est pas
tant d’apporter son soutien financier que
de créer un réel lien avec une communauté d’une autre région linguistique.
Le partenariat entre Zurich et Corserey
a été scellé lors d’une fête de lancement
le 30 août 2014 à Zurich. Le temps fort
de l’évènement fut la messe durant
laquelle le Père von Holzen a présenté à
ses paroissiens l’opportunité qui s’offrait
à eux d’aider autrui et d’échanger dans la
prière. Lors du repas fribourgeois servi à
la fin de la messe, nous avons été abordés par plusieurs paroissiens désireux
de venir découvrir notre village et notre
église. La magie avait déjà opéré !
Echange.
Dans le cadre de cette incroyable expérience, nous avons été interpellés par le
rôle du prêtre. Nous avons pu constater à
quel point celui-ci peut être un « moteur »,
un stimulateur au milieu de ses paroissiens. Par son dynamisme, son ouverture
d’esprit et sa disponibilité, le Père von
Holzen donne vie à sa communauté, offre
à ses fidèles des opportunités d’échanges
et de contact. Force est donc de constater
que le dynamisme d’une paroisse est profondément influencé par le charisme et
l’engagement de l’homme d’église qui en
est à la tête…
Nadine Vuichard Andrey
N Vuichard Andrey
N Vuichard Andrey
Intrigué par la démarche de ce curé zurichois et toutefois quelque peu sceptique,
Accueil.
le conseil paroissial prend contact avec le
Père von Holzen. Décision est prise de le rencontrer à Corserey en mai afin de visiter
l’église en travaux et de discuter des modalités de l’éventuel « partenariat » entre les
deux paroisses.
Un air de kermesse.
Paroisses vivantes
décembre 2014-janvier 2015
13
Dans
nos paroisses
Au livre de vie
Joies…
… et Peines
Font désormais partie de notre
communauté par le baptême
La Brillaz
Le 19 octobre, Léane Fahrni,
fille de Loïc et Eline
Le 19 octobre, Simon Morel,
fils de Jean-Baptiste et Céline
Le 26 octobre, Diego D’Agostino,
fils de Francesco et Sandrine
Prez-vers-Noréaz
Le 14 septembre, Enora Brügger,
fille de Grégory et Laurence
Le 21 septembre, Joy Rossier,
fille de Jérôme et Séverine
Le 28 septembre, Nathan Plancherel,
fils de Christian et Christel
Le 26 octobre, Livia Rizzelli,
fille de Adréa et Marilyne
Matran
Le 7 septembre, Eloi Boschung,
fils de Pascal et Emilie
Le 28 septembre, Victoria Richoz,
fille d’Yvan et Tania
Le 14 septembre, Declan Kolly,
fils d’Andreas et Aude
Le 5 octobre, Matt Collins,
fils de Joël Peter et Jessica
Le 5 octobre, Noah Brandulas,
fils de José et Anne
Le 26 octobre, Victor Hemeryck,
fils de Pierre et Claire-Lise
Neyruz
Le 25 octobre, Jonathan Nicolas Dervey,
fils d’Alain et Dolores
Ponthaux
Le 19 octobre, Laura Francey,
fille de Lionel et Rachel
14
Paroisses vivantes
décembre 2014-janvier 2015
N Vuichard Andrey
Autigny
Agnès Herbettaz,
décédée le 11 octobre,
à l’âge de 96 ans
La Brillaz
Bernard Delley,
décédé le 29 septembre,
à l’âge de 81 ans
Pierre Camélique,
décédé le 2 octobre,
à l’âge de 76 ans, la sépulture a eu lieu à Marly
Matran
Raymond Rigolet, décédé le 2 octobre,
à l’âge de 92 ans
Alix de Weck, décédé le 11 octobre,
à l’âge de 94 ans
Bernard Despont, décédé le 12 octobre,
à l’âge de 88 ans
Se sont unis
par le lien du mariage
Autigny
Le 18 octobre,
Romuald Girard
et Cindy Morard
Matran
Le 6 septembre,
Jean-Baptiste Haas
et Céline Delley
Le 27 septembre,
Laurent Brodard et Simone Chappuis
Prez-vers-Noréaz
Le 18 octobre,
Christophe Skultety et Emilie Charrière
A. Ryser
Cottens
Le 12 octobre, Owen Vultier,
fils de Jacques et Nathalie
A. Ryser
Autigny
7 septembre, Thoma Chardonnens,
fils de Denis et Corinne
Ont été conduits
à leur dernière demeure
Autigny-Chénens
Cottens
Retraite pour le coq du clocher…
Suite à la votation favorable à la transformation de
l’escalier de la tribune, cet automne divers corps de
métier – menuisier, charpentier, électricien, carreleur,
plâtrier – ont œuvré à la réalisation de cet escalier. La
solution d’un escalier en forme de U a été adoptée pour
l’intégration tant visuelle qu’esthétique, pour garder
une harmonie avec le deuxième escalier que l’on a
conservé.
Rappelez-vous son retour inattendu dans le village le
dimanche 8 juin 2008 !
Certains d’entre vous ont gardé en mémoire l’émotion
du sacristain Albert Perret découvrant l’oiseau perdu et
retrouvé.
« Qu’est-il devenu depuis lors ? » se sont demandé plusieurs paroissiens.
Il est vrai qu’à son âge le coq n’avait plus la force de
remonter au sommet du clocher, ni de faire la girouette
au gré des vents.
Après réflexion, le Conseil de paroisse lui a déniché
une place de choix. Au bas du clocher, en dessous de
la grande cloche, la Charité, et au dessus de l’entrée
du préau, il est solidement
fixé sur la dalle de béton,
le bec tourné vers saint
Christophe. De son œil
métallique, il regarde attentivement les enfants courant
à l’école. Il scrute les paroissiens et paroissiennes qui se
rendent à la messe. Amusé, il
observe, s’engouffrant sous
l’église, les fidèles des lotos.
JM Sudan
M. Pasquier
Escalier tribune
JM Sudan
… et pour le sacristain ?
Depuis combien d’années Albert sert-il fidèlement le
Seigneur et notre paroisse ? Que de multiples tâches
assumées : préparation des messes, œil vigilant sur les
servants, réglage des micros et du chauffage, programmation des sonneries de cloches !
Sa devise est exemplaire : foi, service, disponibilité.
L’église de Cottens est sa deuxième maison. Il s’y sent
très bien.
Mais, l’âge avançant,
il aspire à une retraite
grandement méritée.
Qui voudrait le remplacer ? Qui le remplacera ?
La charge est importante, mais équitablement rétribuée.
Que toute personne,
homme ou femme, ou
couple, jeune ou moins
jeune, qui se sent interpellé par le service du
sacré (sens du terme
sacristain) prenne contact avec le Conseil de paroisse.
Le coq alors ne sera plus le seul à jouir de la retraite.
Nos chantres de même que les auxiliaires de communion bénéficient ainsi d’un plus pour leur sécurité,
car l’ancien escalier était très pentu et les marches
très étroites, ce qui rendait la montée à la tribune particulièrement périlleuse pour nos chanteurs qui prennent
de l’âge.
Un merci tout particulier à M. Jacques Cudré pour la
planification et le suivi de ces travaux qui, reconnaissons-le, sont une belle réussite.
Michel Pasquier
Jean-Marc Sudan
Paroisses vivantes
décembre 2014-janvier 2015
15
Matran - Avry
Neyruz
La Colombe
Avec les bergers et les mages
qui scrutent le ciel…
Au printemps 2013 nous avons, avec le Service des biens
culturels de Fribourg, procédé à un tri d’une partie de
nos archives entreposées dans le galetas de la cure
de Matran. A notre grand étonnement, nous avons
découvert une sculpture en bois doré représentant une
colombe !
G. Dorthe
Messes, fenêtres de l’Avent, concerts et animations
diverses rythment cette merveilleuse attente qui mène
à Noël.
En ce début d'année 2015, un nouveau chemin s’ouvre
devant nous, mais que restera-t-il de la lumière de Noël ?
Que cette joie reçue, donnée et partagée, soit avec nous
tout au long de la nouvelle année, et qu'elle soit sans
cesse renouvelée en nos cœurs et nos demeures.
A. Ryser
Bonne année à tous !
G. Dorthe
Cette dernière avait été probablement enlevée de l’abatvoix de la chaire de l’église de Matran, lors des travaux
de rénovation effectués dans les années 1960-1970. A
la fin de ces travaux, la sculpture de la colombe fut
remplacée, on ne sait pourquoi, par une représentation
picturale.
La colombe d’origine,
découverte l’an dernier, représentait une
valeur artistique certaine. Aussi, le conseil
paroissial décida de
la restaurer. Il chargea l’entreprise de
M. Guyot, restaurateur d’art à Romont,
de s’en occuper.
Ainsi la Colombe,
dans toute sa splendeur, a retrouvé sa
place sous l’abat-voix
de la chaire de l’église
de Matran au mois de
juillet 2014, pour le
plus grand plaisir des
paroissiens !
Pascal Chablais
16
Paroisses vivantes
décembre 2014-janvier 2015
Offrande des mages, Musée d'art et d'histoire FR.
Annick Bielmann
La Brillaz
Corserey
L’histoire de la crèche de Noël
Deux départs et une arrivée
Qui ne connaît Noël, ses décorations, sa frénésie de
cadeaux, ses lumières et, plus discrète, sa crèche, témoignage chrétien : un soir, à Bethléem, le Fils de Dieu est
né, pauvre parmi les pauvres.
L’idée d’une crèche avec l’Enfant, Marie, Joseph, l’âne,
le bœuf et tous les personnages liés à la naissance
du Seigneur n’est pas venue tout de suite. Ce n’est
qu’à partir du Ve siècle qu’une célébration de Noël est
organisée en la Basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome
pendant la nuit du 25 décembre. De plus, en choisissant
le 25 décembre, les chrétiens ne célèbrent pas une date
reconnue comme exacte au point de vue historique
mais plutôt la manifestation du Christ venu sur terre
pour sauver les hommes.
La crèche, comme nous la connaissons actuellement, ne
date en fait que de 1223. C’est en effet François d’Assise
qui créa en son église de Greccio une nativité vivante
jouée par les gens du village et leurs animaux.
Ces acteurs seront finalement remplacés au XVIe siècle
par des personnages en bois, terre, faïence ou même en
verre. La nativité la plus ancienne que nous connaissons
est celle de Jésuites datant de 1582 à Prague.
Dès lors, cette tradition chrétienne de la nativité a
perduré jusqu’à nos jours. J’en veux pour preuve la
magnifique crèche que réalise chaque année Mme Duc
de Lentigny. Personnages et animaux sont façonnés
à la main, en terre cuite, chauffés dans un four à plus
de 1000°. Vous y trouverez le berger et son troupeau
de moutons ou de chèvres, la fileuse, le boulanger, le
forgeron, les bûcherons ou encore le sabotier et les
lavandières. Les bâtiments, en bois, et les décors sont
également sortis de l’imagination de Monique. Quel
beau travail !
Enfin, ce qui m’a plu
dans cette crèche, c’est
qu’elle a vraiment été
créée dans l’esprit de
Noël car si vous observez attentivement les
personnages vous y
découvrirez dans un
coin, à gauche, deux grands saints du XXe siècle : Mère
Teresa et l’Abbé Pierre, serviteurs des pauvres, comme
le Christ, Fils de Dieu.
Venez la visiter en famille et, pourquoi pas, y faire une
prière en ces temps où les pauvres sont souvent oubliés
et la paix semble si fragile.
Une paroisse ne saurait fonctionner sans laïcs qui
travaillent dans l’ombre pour que lors de chaque célébration nous puissions profiter d’une église accueillante
et avenante.
A. Ryser
A. Ryser
A Corserey, il est deux fées du nettoyage qui œuvrent discrètement mais de manière dévouée. Depuis plusieurs
années, Mesdames Agnès et Angèle Chatagny prennent
grand soin de notre église sans ménagement. Après respectivement 6 et 4 ans de bons et loyaux services, Agnès
et Angèle ont aspiré à une retraite bienvenue. Nous
leur exprimons ici notre profonde reconnaissance pour
toutes les heures passées au service de notre communauté et leur souhaitons un repos bien mérité.
Angèle, Karen et Agnès.
Depuis cet été, le témoin a été passé à Mme Karen
Vuarnoz. Domiciliée à Corserey depuis trois ans, cette
jeune maman de deux enfants œuvre désormais au sein
de notre paroisse. Nous la remercions pour son engagement et lui souhaitons la bienvenue.
Le temps d’une photo, Agnès et Angèle sont passées de
l’ombre à la lumière aux côtés de Karen lors de la messe
d’inauguration de l’église le 21 septembre dernier !
Heures des visites : jeudi, vendredi et dimanche
de 14h à 18h, 026 477 20 69.
Le Conseil paroissial
Jean-François Deléaval
Paroisses vivantes
décembre 2014-janvier 2015
17
Prez-vers-Noréaz
Ponthaux
Avec tous nos vœux… pieux ?
Entourés de Mirna Schwab, Sophie Edelmann, Shirley
Thiémard et Marc-Henri Corboz, 25 jeunes des paroisses
de La Brillaz, Ponthaux et Prez-vers-Noréaz ont répondu présents pour un nouveau camp. Merci à l’équipe
d’animation pour la patience et la belle animation.
Merci à l’abbé André Kulesza pour l’office du samedi.
Joyeux Noël ! C’est ce que nous nous souhaitons le
25 décembre. Cet enfant d’il y a plus de 2000 ans, entre
Marie et Joseph, se retrouva aussi en compagnie, dit-on,
d’un âne et d’un bœuf. Comme dit le prophète Isaïe (1/3) :
« ... Le bœuf reconnaît son bouvier et l’âne la crèche de
son maître… et le peuple ne comprend rien... » Ça reste
d’actualité.
Qu’est-ce que ces trois jours m’ont apporté ?
Comment communiquer avec Dieu, par la prière, dans
le silence, en étant à l’écoute, il me connaît. J’ai appris à
prier. Tout le monde est appelé à devenir Saint. Devenir
Saint est un chemin de pardon, de partage et d’amour.
« Une recréation » ; la découverte d’Electrobroc, la fonction de l’électricité, je peux y faire un lien avec mon
contact à Dieu.
A. Ryser
Camp pré ado
Comment rencontrer Dieu ?
En priant, en allant à la messe, en me confiant à Lui,
écouter avec le cœur.
Tour de table !
Les histoires de Samuel et de Paul. Comme Paul je voudrais moi aussi entendre sa voix. Dieu veut me rencontrer. On peut parler à Dieu n’importe quand et n’importe
où. Il peut aussi nous appeler à n’importe quel moment.
Avez-vous aimé ce camp, cette expérience ?
– Rencontre avec d’autres, nouveaux amis.
– Belle expérience et bonne ambiance.
– On n’a pas forcément envie d’entendre parler de Dieu,
mais on était content d’apprendre des choses sur Lui.
– Le bricolage de l’Arche de l’Alliance.
– Bien aimé les activités.
– Sophie est très réconfortante. Elle est à l’écoute. Nous
avons découvert Sophie.
– Bonne nourriture, adoré l’équipe cuisine.
Equipe de cuisine : Léonce Boschung, Ninette Macherel,
Christiane Guisolan, Daniel Guisolan, Michel Brülhart et
Philippe Guisolan.
M. Corboz
Merci à cette belle équipe solidaire et généreuse.
Bonne année ! Le 31 décembre à minuit, votre portable,
pris d’une frénésie inquiétante, se met à vibrer, avide de
vous transmettre d’amicaux souhaits de bonheur et de
santé, mais en tranches, pour l’année civile, éventuellement renouvelables par tacite reconduction…
Votre ordinateur prend aussitôt le relais, qui vous délivre
force courriels, voire cartes de vœux électroniques… Et
vous êtes sommés de répondre, quasiment dans l’instant, sinon vous risquez de passer pour un indifférent,
un ingrat, voire pire un ringard qui ne maîtrise pas les
nouveaux modes de communication…
2015 ? Que sera cette nouvelle année ? Les « prophètes »
ne sont pas bien d’accord, se partageant entre oiseaux
de mauvais augure et colombes annonciatrices de printemps.
Mais c’est avec espoir et sincérité que nous vous disons
aussi nos souhaits pour 2015 : meilleure santé, un peu de
soleil, du respect pour l’autre, des amitiés qui libèrent
de la solitude, de quoi manger et un toit sous lequel il
fait bon vivre, le tout saupoudré d’un zeste de bonheur.
Philippe Guisolan
18
Paroisses vivantes
décembre 2014-janvier 2015
Claude Didierlaurent
Horaire des messes et autres célébrations en semaine
dans les paroisses
Dans
nos paroisses
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Neyruz 8h
Cottens 8h30
Avry 8h30
Onnens 8h30
Matran 8h30
Ponthaux 8h30
Chénens 9h
Noréaz 19h
Noréaz 13h30 chapelet
Corserey 19h
Cottens 17h Home
Lentigny 19h
Avry
13h30 chapelet
17h45 Eglise chapelet 1
Les premiers vendredis du mois
Lorsqu’une sépulture est célébrée en semaine,
la messe prévue ce jour-là dans la paroisse est
ANNULEE.
Lorsqu’une veillée de prière tombe aux heures
d’une messe, LA MESSE FAIT OFFICE de VEILLEE
DE PRIERE.
Horaire d’ouverture
de notre secrétariat
à Matran
Secrétariat Unité pastorale
Notre-Dame de la Brillaz
Case Postale 74 – 1753 Matran
Du lundi au vendredi,
les horaires sont unifiés : 9h-11h
14h-17h
Téléphone
026 401 00 90
Fax
026 401 03 58
E-mail :
[email protected]
Permanence téléphonique
en cas d’urgence ou de décès :
079 546 28 18 (pas de sms)
Accompagnés de leurs parents, ils ont pris place dans le chœur
avec d’autres servants plus expérimentés. Pour cette première,
ils n’ont eu qu’à observer au mieux et de près les faits et gestes
de leurs aînés. Au début de la messe, le prêtre leur a adressé une
parole de bienvenue et de reconnaissance pour leur dévouement,
leur souhaitant de trouver auprès de Jésus, au pied de l’autel, joie
et bonheur. A l’appel de leur nom, ils se sont avancés et ont reçu
une bénédiction.
L’assemblée qui les a
applaudis, pourra ainsi
mettre un nom sur les
nouvelles
frimousses
qu’elle verra ces prochaines années s’activer
autour de l’autel.
servantbstdenys
1
Cette démarche devant
la communauté met bien
en valeur leur engagement. Il est important que
les enfants et les ados
trouvent leur place dans
notre Eglise. Gageons
que cette initiative les
encouragera à persévérer dans ce service à l’autel – pourquoi pas, par
exemple, comme lecteur ?
– lorsqu’ils auront rejoint
le CO.
M. Ballaman
www.upnotredamedelabrillaz.ch
Accueil des nouveaux
servants de messe
A l’occasion de leur première communion au
printemps dernier, ils ont revêtu une aube
blanche pour recevoir Jésus. Cet automne, ils
ont décidé de poursuivre cette relation et ont
rejoint l’équipe des servants de messe des
communautés de Cottens, La Brillaz, Matran ou
Noréaz, leur communauté.
Pour bien marquer cet engagement, ces nouveaux servants ont été accueillis lors d’une
messe dans leur paroisse.
Olivier Volery
Paroisses vivantes
décembre 2014-janvier 2015
19
Entretien à bâtons rompus
avec l’abbé Kulesza…
Cette année, au mois de juin, l’abbé André Kulesza a fêté ses 20 ans
de prêtrise. Polonais d’origine, Suisse, aujourd’hui,
il a vécu cet anniversaire dans la discrétion. Son sourire traduit
sa joie d’être prêtre, au service du Seigneur et de ses communautés.
L’
abbé André Kulesza est né le 10 août 1968
en Pologne à 120 km de Varsovie. Sa famille
exploite une ferme et une boulangerie. De foi
catholique, tout le monde est pratiquant et l’on
prie régulièrement.
A. Ryser
Portrait
Il poursuivit d’abord des études techniques avant
de ressentir l’appel du Seigneur. En 1988, il entre
au séminaire de Plock pour six ans. Il accomplit
alors ses études de théologie et de philosophie
à l’université de Varsovie et obtient le titre de
master en théologie pastorale. Ordonné prêtre,
le 13 juin 1994, il assure un ministère en paroisse
et travaille comme enseignant professionnel de
catéchèse dans un CO et un collège.
Grand marcheur, André accomplit chaque année,
le 15 août, le pèlerinage à la Vierge Noire à
Czestochowa, pèlerinage de 300 km qu’il parcourt à pied, sac au dos, dormant sous tente.
Ses hobbies… le sport : le vélo, la marche en
compagnie de Filou, son fidèle berger allemand,
le foot ; la musique : il joue entre autres de la
guitare ; le jardinage.
Il arrive en Suisse, mais il faudra trois demandes
auprès de l’évêché de Plock qui ne veut pas le
laisser partir. Il apprend le français à l’université
de Fribourg tout en résidant dans la paroisse de
Belfaux. Puis l’évêque de Fribourg l’envoie en
Gruyère dans le secteur de la Part-Dieu. Très bien
accueilli par les paroissiens, il œuvre durant
quatre ans. Il anime la pastorale et donne le
catéchisme aux 3P et au CO de Bulle. Il apprécie
beaucoup l’aumônerie auprès des scouts, les
messes en montagne et le dialogue avec les
jeunes au milieu de la nature.
Le 5 septembre 2004, il est nommé curé de
Siviriez et Villaraboud. Il s’occupe alors du pèlerinage auprès de la bienheureuse Marguerite
Bays. Puis, dès 2005, comme curé in solidum, il
travaille pour les 17 paroisses réunies au sein de
l’unité pastorale Bienheureuse Marguerite Bays.
Il est incardiné dans notre diocèse en 2007 par
Mgr Genoud. Le voilà maintenant curé in soli-
20
Paroisses vivantes
décembre 2014-janvier 2015
dum au sein de notre unité pastorale depuis une
année. Il se réjouit d’être au service des communautés de Notre-Dame de la Brillaz. Il aime
travailler avec les collègues de l’équipe pastorale, les Conseils de pastorale et de gestion, les
catéchistes, les bénévoles engagés dans notre
communauté mais il n’oublie pas ses anciennes
paroisses qui lui ont laissé un merveilleux souvenir.
Pour André, l’Eglise est universelle. Son esprit
d’ouverture le pousse à découvrir d’autres pastorales. Chaque culture est différente. Il faut
alors, avec patience, prendre le temps de les
découvrir, de les connaître, de dialoguer avec
chacun. Pour résumer, André reprend la devise
de son père spirituel « Pour être un bon curé, la
base c’est d’être un bon humain ».
A l’image du Christ qui s’est offert à tous, une
nuit à Bethléem, sans distinction de race ou de
langue, André a décidé un jour de prendre son
bâton de pèlerin pour parcourir le monde, avec
cet esprit d’ouverture et d’amour, l’esprit de
Noël.
Jean-François Deléaval