21 mars 1881 - Toulouse.fr

Transcription

21 mars 1881 - Toulouse.fr
-
77e année,
DFUXIJMF iDITIIN
79
i
1k
Lundi 21 Mars 1
V SOI
1 AL-M '
JOLITIQUE ET LITTÉRAIRE
A. 3C)11.7 T1MEl 11T1-7s
21 5e. - Tenty m s, 11 2e.
TOULOUSE (Villa : U. t,,. 4C 10. -Si. ai
BO fr.
DÉ1'AP,TEMF:JTB.
- 26 Pr,
- 14 Ir.
aesste asouree,
Paris, 20 Mars 6 h. 27 soir.
Emprunt. ..................
Tire ...... .....
.... ......
Oeils entés
Obl t e i, e 0h- 5.5';0!0
Ch m ns 0tCC a S.
....,
Ba
I
e 01romane..... ..
.
120,87
13,25
21,43
365,ua
48,50
573,xs
italien .....................
Final.. ....................
....... .........
Russe.
ririo s las. . .,, .
....... ...
Orie tel 'tusse .............
Marché faible..
.
Toulouse
r
90,57
81,1.6
94.31
98,06
60,43
prend que, malgré les négociations pour
la paix, les troupes continuent à arriver
ait camp de Mounbprosprct. On anomie
qu'un grand nombre de Bilés taritIl,ni
depuis quelques jours à tonifies leurs pas tions de Longs Nette Les Ba s decl ment avoir perdu 59 hommes da., I, . nn.
bat du muni Maj iba. L'opmioe gnesale
est que les Bains ne consentiront pas à
l'ncrupaui.n militaire du Teansvaal ; or, or
scrail là l'article essenibd des propositions onalaiseu. EL pendant la durée dea
Légonialions, les Anglais auront tout le
temps nécessaire pour amener sur le lien
de ta laite les renforts nécessaires.
.21 Mars
AOMINISTRATICnj El REOACTIlON
Lac Aaaonees sont reçues à T,. Goal
Toulouw, Impr, DOULAD0e RE-PRIVAT.
'i-in) ayant un passage au milïea, des
irai
à chaque exlrinttté.
e vieille alliée de 1, France, mais ils
fauteuils sor les côtés et des wainr ulueets
les Jescen douta des pro[estnnts CraE-
çais chassés par l'édit de Nuntes. Eu ou-
tre de lu fraternité du sang, il y a la fra-
M. Meurette, prefeeseul de eculpturc
à l'Erole des beaux-arts, a été
membre da onmité de Toulause, pour la
ternité Ci. la pee née. Les Boërs représen-
tent n. Principe sacré du droit n
le droit des populations de disposer vd'el
les.mômes et de ae pas sueur cas dotent »Le
no.t peut
.lt qu'ils
's d e go
e. coni et ui le
t
oatei le et d'encourager le
farce de
rnement anglais dans l'ouvre de pac10catiun.
statue le Dalayrac,
Ilier 1
: Incite, 20 mars, à onze heure,
t
catin, a ou lieu I q
xe d:. p ir.tem ps. Alors a fins l'hlvor et
enté le printemps, qui durerujusgeau ail-su es d'été, 21 juin, à Sept heures
trente ,nitrates du ni a lia.
1
on remarque le,
Parmi tes signatu
suivantes : Victor Eue., Houri Martin,
Ernest Legouvé, Ernest Renon, Victor
Le conseil de préfecture de la HauteOurooce, sous la présidence d, M. N
Schosleher, Carnet, etc.
CertR,d'èreprononcé, avant h er,
--
la
al dal
tics él eli ms de la commute de
VII1BInar (cochon villa).
Les fanérailles auront probablement
lieu jeudi.
EMPRUNT NATIONAL, D'UN MtLLIARO
Voici le résultat de la .Inscription de
La Chambre a ajourné définitivement
le projet eebttif aux nnuvenux parts de
Marseille. Le sénat n'a pas encore terminé
la discussion des tarifs. Tout hinlérét de
la journée de e;nnedi réside dans les divers r:eontaes il lis sac la rénrilnrt du
conseil des ministres; nas lecteurs ont
vu dans les dépêches les rensaigutemçn ts
donnés par les journaux de Paris ainsi
que les avis officieux de l'agence Havas.
Nous les complétons plus loin.
On faisait circuler vendredi soir, à
Paris, le bruit que
vouait d'én'e de oouvcaB le ihéhtre de
graves éeènemcnts, Les dernières nouvelles de PotIn. Il de Vienne permettent
de considérer le bruit en question comme
ne reposant sur aucun fondement sérieux.
En toit[ cas, aocuno nouvcllu dchnoruble
n'a été reçue de Saint-Pétersbourg ni à
Berlin, un à Vienne.
Le Colon dit, à propos de la tel.
pr ise p
on
Parie, 20 mars, 8 h. 20, matin.
JOURNAL OFFICIEL
M. Orslif, eet nommé directeur du corps
de santé rie la marine.
M. Merlin est nommé médecin en chef,
en rem Plar.n rnf de M. Geatin.
Le Jouraaai officiel publie des nominatio as date le commiesari at de la may ries médailles d'honneur et des mentions honorables pour actes de courage et
de dévouement.
La salle était comble, On comptait huit
mille saietanra. parmi lesquels des sénateurs, des députés, des c .veillera mnnieipaux de Paris, et les notabilités du commerce et de l'ind nervis,
ALI,OCnT10N DE M. GAMBETTA
Oamhettu a adressé des remercie-
Ni.
sonne, mms au servttenr d'une cause quci
i, orxtane a dit que dans s a n i e , qui
me celle de tous n'est pas exempte d'a'
mnrtumes Cl de douleurs, il G% pas oscherché d'autre satisfaction que la reconaissauee des citoyens.
Il a ajouté qu'il était tirés indifférent
aux questions persona elles que l'un peut
susciter, nais auxquelles il regardait
comroé indigne de loi de é associer.
Il a rappelé ce qu'il avait dit toujours
et qu'il ne cessera tt de répéter' a Je sourai attendre. J'ai le temps devant moi;
e j'ai surtout aire énergie et uni. peraévéinébranlables, a (Applaudissemecterépétés.)
e
quand je parla de mon horreur pour les
nilestulioo de ce gmire, bien que, sous
pri,ailé reste à i'AssemLlre l'raupuisc.
et la société. rosse te l'oubliera jamais. a
la
La Chambre des lords, ,laps sa séance
du 18,O adapté uu troisième lecture le
bill relu tuf à la possession des oignes rit
Irlande.
Les dnuanieea de L,ith (Entas,) ont
saisi a bord d'un navire venant de lu
Nmivelle -Orléans um Iwite contenant
plusiew's milliers de carlmmhes remplies
d'une substance très explosible. On assura que la etirgaison devsit pri mitivcmunt
élrr', débarquée e Queenslown.
Ou a reçu à Vienne, à la date du 18,
des informations de Ca.slnntinnple. On
prévoit quo, dans sa réponse définitive, lu
Porta fera des çdnoessions suffisanma en
'l'hessalie. La ligne pruposéo comperndroit
a ajouré: aie ne suis
1 as Bu
Report,
magies et Pour les chimères qu'on propose
pour lev idées ivelon aa9, prfjvdiolvbl's
au transi lieur qui e toujours été abusé
par elles et n'en e jamais tiré aucnn béué-
dco a
Ni. Gambetta a préconisé an contraire
un
A,...roi par l'1+.lat qui est vraiiueut
Une Idée collective. I: Etat a un mandat
il ,,, lst.ince et de exiiv000s anse pour les inCertitudes des
stences.
forces de la richesse de la Frunee. C'est à
la France repu blieaine qu'il appartienb
d'en tirer par l'union ce qu'ils peuvent
donn.r,
On ditjustementque la République eat
au-dessus de tous les gtuveraeinents. Cela
est vrai parer que par la République et
asec la République es peut résoudre tous
les problénies diflfeiles, à la condition do
ne pas tromper les autres.
L'INTERNATIONALE
L'Agence russe dit qu'une action commune engagée contre l'on ssmn re
l'Internationale, resulterait, cette fois, i te
l'indiguatin des gouvernements et des
peuples provoquée par le dernier attentat
a leres, pn vsuivaut des finun dlre chi f .unes lugiuvcs, ont volé la
Le gouverneraient dit
franli ère serbe
prinoo Milan a protesté énergiquement autels la fi, Porte. D
Une dépéohe de Neweaelle nous ap-
34,508,400
CONSEIL MUNICIPAL
Paris, 21 mars, 6 h. matin.
Un article de la République f'aançafse
des
BUDGET DE 1881
prend' pcsi hou en faveur du au,- tin
nec lent qu'if garde la neutralité, SI l'op!
niou de M. Ferry prévaut, en n'est pas la
aiatére doit prendre parti a r la réforme
électorale, m ais des 'o
v
ai s e trouant
dans I,m POSaili D te de viivre il doit dispate Tell
,cilre. Ce s
t
or
ornplele, la pl e g vende toiles Les Mi
soues partisane du s ru tin de liste ne
peavm.t pas rester si le Cabinet se l e t.
nonce ouates un de loues principes les plue
bers.
foilà donc la moitié des l
lai
fu finn
r dc
rejetés dans l'opposé niou; allô là la
e
l'union des 363.
La République française trouve que
ries
'xp ['il ce cette attitude de M. Jodla
dit que le pays sera frappé lie
a
ce fait que la rese
do sor afin d'arrondlsFerryn. eElle
aemeut paraissait perdue quand mi a
Trou vé le moyen de rattacher une crise
'nistérielleà une corse gouverdemen-
tale,
Il croira qu'on le ramène au régime de
l'tntrtgae des coulisses et au règne des
c,teries pariemantaires.
- La Paix se refuse de croire à l'idée
de la neutralité du cabinet ; la gouveraeont a le devoir utriul J. ue p ui uneer;
la régime retnieral est une question pOliramier Cher, elle e st o
tique
jcord'hu Pla telle sure que l'u Peule tout
entier de la République en dépend autant
ue la stabilité auioelle C'est le'eu ré. u
9ter dos inslitutions, car la détermination
a prendrel,eet moIu0er ahsolnmen[ l'équin
libre les f< cela gon voruem'n cales, dépia-
er peut-étre l'axe du pouvoir, et, causé
q.ement charger com pldts ment lu dire'tlun imprimée à la pnlitiqu' française.
- L' Unilé naticaaa'e croit qua le générai Haussier remplacera le général ClinChant nomme gouverneur de Paris.
de saint-Peterabonrg venant après Ira
attentats contre l'remperevr d'Allersagae,
coutre [as
vu rois d'Italie et a'Eapagne, et de
la pro
que tous les attentats Ont été
organisés à l'étranger par la même fiente,
AUTRE DÉPECHE
Paris, 20 mars, 8 h. soir.
M. Albert Cerévy a cnnt'éré dans la matirés avec M. Constats,
- Il est probable que l'interpellation
Thomson sera ajournée d'un com niun ornordjusqu'sprèsla solution d'une crise,
- Tous les journaux parlent d'un crise.
- Le National dit que des entrevues
ont eu lieu aujourd'hui entre divers paronnages ean d'amener une entente.
ADRESSE EN FAVEUR DES BOERS
Une
bila
atout-
1
Il
=
In
I
I
o par les note
f
,n
Ce budget qui, d'après las régles uni.
Citt'
cor rllemenE suivies ail ecCie maliére, ausl
dernier
Paris, 21 mars, 7 h, matin,
JOURNAL OFFICIEL
Arrété de M. Magnin décidant que le
remboursement des neuf dixièmes des
sommes versées pour l'emprunt sera cR'eotué, à partir dv 22
les souscriptions de 3,000 francs de route su-dessus.
C
ose des
Boél9 L'tlt ad ri, si, d: t, a Les Botta nu
t':hr°h3nigce I4ocale
ral dans le canton de saint-BBrh xn d.
M. llahrand, républicain (alu) 1681 nain.
M. de Saiategème, Iégili miete, 987.
Mans lx dernière élection au Conseil gé.
Gérai, M. de Saintegènue avait été élu par
1590 voie contre 898 donnéea à son 00m'
entrent républicain,
M. le docteur Lozes, républicain, est
élu coo,ciller d'aurondisecm end par 095
voix. Il n'avait pas de concurrent.
MN I. Coco, Du 1. octal et Montana, dépt
tée,
itdeposéua aine dcnent au bid
---
tac de 1882, tendant à augmenter de 6.000
francs la sol neotte. à 1'école de musique
de 'l'oulouse.
On a inauguré il y a quclgnos jours sac
1. ligne du Midi des wagons (système amé-
t
la puretéde votes
fil
les plus vocal
us
tr [t
t
6
la
U. p
1
Scellas prenetére
Frais d'admtnlstrelion- T'raiéroo nts'.
for,, q I1-
mats I ronce y
Vole commission vous grognes d'ndop-
garde: les vaincus, loalal.ux, vousgecttent.
Je ne purlopas de leuisattxques ,IjcStesou
''eles crédiw Indignés par l'Adminietran actuelle dans les divers articles de
,leo cette section.
ridicules dont voua ne devez pas prendra
mais ile complant pour
,,a, dé-
Sua.
conci,iéeer eu vous démolir sur les foute,
Une exception est faite punir l'art, 5:
Dépenses du Caneeil des Prtud hommes,
uxgnollea votre c
iseran, au plutôt
la madvm té de cette
np p a
d'ejo ter u eréd't suppleme la1 e de
donc duos llouer '10e
soi f,e,nelinns, que
renddo t bagou lourllus
ditO ,l s
t z le
lo t dans en qui a
trait r respect le I loi, et Pi oavez
public, comme vous la disiez d'as vos
emereiuents aux élect0ure qni noua ont
honorés de leurs suffrages, non .seule meut
qne vous ôtes o'ha.nnétes gens, mais aussi
des hommes ae gsuOernem¢nt.
pela dit, je n'aurais plus qu'a entrer en
matière Si, nu préalable, je ne devais voua
dire un mot des règles qui ont guidé votre
les ,
t
,
c
6n:
Ne rien exagérer en c' qui touche les
sien dans l'étale de ce projet de
rdget
des recolles;
prévi
Se I . Per net, actant que Possible, pour
ce qui regarde les dépenses facull¢ltuee,
dais celles qui sont nécessaires, eu met.
tant de coté tout ce qui ne serait qu'objet
de luxe pur ou de faveur; et, dans cette
limita, procéder avec une intelligente économie sans désorganiser pourtant les servioes et en tenant compte soit des travaux
déja en treprie, soit des vaux légitimes de
ICI population,
Tels sont les principes auxquels noue
avons obéi dans notre examen do budget
de 1881.
ER, fi' - REJETTES oRDINAIREa
Votre commission vous propose d'adep
ter les crédits portés aux divers articles
de ce ebapitre furmaut ensemble uu t.,,,[
1,000 fr
,
.CL,
1 serait alieoté a des jetons
de présence que l'on remettrait, à titre
d'iadomnlté, aux ouvrions pru,l'bommea,
par chaque eéaoce dans laquelle ils si'
goraienL et qui auraient une valeur de
31i a ncs.
Cette augmentation de crédit, dan yeux
de deux de noa henorubis. ooilégues qui
la proposent, trouverait sa justification
doue la puni tlnn généralement précai re dea
tic
ouvriers
prud'hommes, appelés h 'ami Iir
e
in t
Il ajoutent t que ce mode de procéder est
celte dans t lus éurs gracies villes iulvstrielles, notamment à Lyun, et que l'un
des nom meutxt'urs qui art écru sur cette
matière, M. Bluoh mitre autres, tocuneidére comme parfaitement lieue.
SI la In eritO de votre c,
raton a
rejeté, peur le moment, eetténaugmenta-
lieu de crédit, de n'est pas qu'e0e n'en
apprécie la covvenanre et qu'nlle ne soif
ai Créa sym puihigne aux ouvriers prud'hommes. Elle ne s'est sapera. de la ma-
jeriié qu'au point de vue légal.
En effet, suivant elle, il faut recoauaitre que, dans l'état actuel de la légisIutioo sur la matière, Ieu fonctions rem-
ouvriers ..
plies p., la,,
patrons actif essentiellement gratuites. 0.
il est vrai, eu r. !cament ,le aie.
dile, cette législation en faveur dos a.-
par le vote du deux don zlémes prou!soi vne,
présentation du budget prochuln, l'Admi-
est I et il a.t maui feefe que ces jetons de
présenen, 5m nsidéees scriant eu égard à
devoir qui, nus ulièrewent, i o robait au
lest complet et dûment signé ceessr l'us ils
sm v,E itr s locations de
propriété avec titres a l'aetui.
PA rt drwrt à ce travail, elle demande
qu'il Sait dressé dans les mémés
jours
eut ou le
mandat de ce- peldeecnar li rs allait ecuaer- Aotst la préfecture a-t-elie refusé de
l'utipTUU vbr. C'est a msl, qq'n prév a Col
d'abord allure les services municipaux
vous venez à l'heure présent., remplirna
précédent Conseil.
Chargée par vous de l'examen préalable
lie ce budget, la c
ssmn dont j'ai
l'honneur d'ètre l'organte tic s'est pas dis
nouée l'Importance et les difficultés de
nd'Il. Elle s'est moue à l'ouvre avec
la volonté de i'aroomplir conacieacieuse-
rnentetde ré
possible
la lumière sur une outre depuis quelque
lampa bien légèrement traitée.
s uoanmolnr ta
lie ...
travail cura plein Pour traiter la matére à
fond, nous aurions eu besoin d'on temps
plus long que ne le com porta lent les néa,ités du présent exercice, et de r0useignentants plus nombreux et pins certatna
N'attmidez
que
eus qu'il noue u été donné de re-
cueillir. Sans avoir omis, nous le croyons
de nnuins, r n d'essentiel, l'espnea que
us vantas vo us pi éaentoe est plutôt une
ébauche qu'une étude approfondie dusjet. A In coin mission du budget de 1882
d'achever ce que C.Ba ovins commentd;
elle aussi de re mer, dune I'i pasasau
famide
e qui nu ont
x d'antre v
à
liers avec les qunstinns huigétatres, les
principes en tel règles qui tien omit vous
guider dans leur soli lion.
Le Projet de bu,lg'r qui vous est en ee
dée par d'autres vols, l'Administration
actuelle a dû y apporter Ciel ..d,flCat,.nS
profondes. Toutefois, pour vous mieux
éclairer et voue fournir le moyen de vous
prononcer en connaissance de cause, elle
s pris soin de placer an regard de sas préPositions cortes de l'Adminis leatina précédente, eu yjoignant les déltbératiens qui
ont suivi e dernières. C'est sur ae tac-
rain que votre romroiesion u opéré. Il
hn, M. le
ques mot
n[pc leur réso nr en gtellis ] is- i s et sub ll s uns
en ans termes :
A propos des dépenses ordleutees, je
dm
mentqu'ia
Pair
phro
nnonnmmed'o-
r uio
o certain
e
biigaloirex. c éat-'.dire qui sont imposé,
l en est
par la loi par des co-ssi al.v on par de,
juprmentx tté conaamnalenn; les autres
ont facullalives, c'est-à.dire qne vous
Pouvez les voter ou les rojétériad acu n de
gulimuni
Pour celles-ci,
ipa de e chacun
vous et i
municipal l doivent t lire
èlre
uniqute
Rieur, 20 mare, 11 h., soir.
D7 LkII: hlti PARTIE- DÉPENSES
rIsaumon FRF4 ER- DÉPENSES ORDINAnaes
s autre
raté
u
x
l
tnmb B h-,.es sniF
Arl. 7. - Location des propriétés
lie .'aux I
u
de ,l i,embre Lits ICI velll,, la m,
divises dit budget ,aprés quoi il reprend
Saint-Gaudens, 20 mars, Il h. 35 soir.
Résultat de l'élection au Conseil géné-
out.
cicedéjàanmen de foantiaas auxquelles
le plupart d'outre vous ôtes appelés pour
la prero e'o fis.
I., I b e. ffreges do v
t v.
ILo
s
's jusque la et
q
la C elét les
4aLUlos de la intn ,cita h 1egaid da ans de,
elle ne veut pas consentir à voler
se
ont la loi existante,
Or, taus ]es neusennieroents du monde,
l
mnmxnt soumis n'est pas eelvi sue lequel
voient déli hélé vos prédécesseurs. Gui-
AUTRE DÉPÊCHE
1, 1, ltoncae, 8.
n.ira
inveyée
à une commission spéciale, foure an a doute
l'ocessina à selle-ci de
traiter à fond et Joug sou ensemble une
nauère qui éveille, d juste litre, la sollicitude de nous tous.
PREMIÈRE PARTIE - RECETTES
1881.
4 !"%.", pl
CI.
Après coite observation préliminaire,
permettez.moi de vous donner un conseil.
J'y euis avb visé par mon âge et par l'oxer-
Adessleues,
vous ètes appelés eseeptionnelleroedt
aujourd'hui à délibérer sur le budget de
nous reste à vous faire cnunaitre le rés.l lotde ce premier eoett01A e attendant
que vous lui frisiez subir le vôlrè-
Gardici et Aria. Ou parle mémo de la dé
molidu d-s fat tihL lions de Piracla et du
la nmitl Allsanon du golfe d'Aria. Mois la
piorte ref curait foi iii Ili.ment toute nouvelle nonoeosion en Epire. Les arobassadenrs transmettront la réponse de la
Parte à leurs 'onvernemeuls respectifs
sans entrer en discussion avec les délé.
gués turcs. Il esf probable qu'une dos
puissances (an déslgtre i Allemagne) tutroduiro .dors, avec l'adhésiaa préalable
de toutes les puissouces, fine contrepropositton mndant à rernpbmer la cession rle
l'Epire par colle de Candi, ; mais aucune
suggestuni de ce genre n'a été faite offieiellemrnL et [,ion ne prouve jusqu'ici que
]a Porte soit disposés à aeebpter cette solution,
tt Des M z
1,254,360
Soit un capital de
AUTRE DÉPÊCHE
Le travail et le capital sont les deux
Alupclalsia, Cannes, Ilardites, et en Epirq
On mande de Relgride, le 18 mars
.Total des rentes souscrites,
Cabinet actuel, c'est un Cabtoet nouveau
st extrém¢ment dilférerit qui se prononcera
sur le scrutin de liste.
Donc il ue s'agit Pas de savoir si le mi-
adéro, sous la présidence de M. Gain-
de ses règlemcnls; mais l'honneur de
Parlement anglais avait préparé une
10,410
battu.
nue attire forme, à couse des Jispoeiliona
Le,
Viltefrunche,
Nous denooua ci après les principaux
passages de or; intéressant document:
L'urateur a faits ... ire part h l'assemblée
des impressions que lui a suggérées la
lecture, du rapport de la situation de la
Société. Ii a fait observer que grâce à la
République las sociétés syndicales ton.
chant aa jour de leur ull'rauchisaemeut. Il
serlilnoils du peuple français.
63,915
d'arresdlssemen t, taudis quo les antres
L'ASSEMBLÉE DE L'UNION DU COMMERCE
est n.aile do la France.
les
5.250
Suint-Geudens,
L'Assemblée générale de l'Union du
commerce a eu lieu a une heure au'fro-
Paris, 20 mars, 6 h. 25 soir.
rente dételle qui e fuit agio he Assem-
nain Ii émit pus suflisanl, et, obéissant
leur propre, moirvmuenh ils ont fait une
msnifesta[ion incomparablement plus sigvllicalive dans laquelle se son[ révélés
Muret,
question de réduire de 40 à 70 010 la prix
de rachat que les paysans doivent payer
pour, les terres qui leur ont été assignées
lors laceaurait
de l'abolition du servage. Cette meItluq e dans vingt-ttoisgouvernements de i Empire russe.
dtale qu'une partie
1,174,785
RAPPORT PRÉSENTÉ PAR M. anaovulJ, PRÉeil1ENT DE LA ooumnd Bus nU BUDGET
ments lueur [,accueil fait non à aa po
fait l'indispmisuble; mais les représentants du peuple français out trouvé yue
Aeread, de Teulouae,
mttaeures,
dont M- Pet t'y, demandent que le Cabinet
las Ch tmbr es fean,ruees le levé
1s-a
Ront, sonner.
Saint-Pétersbourg. - On assnrx dans
les .,raies gouvernementaux qu'il est
AUTRE DÉPÊCHE
la séance lorsgit'iIILS rppurcnt I assassi
;'ut:en mhCléz.e ar : tt La Jémncsteation ]o
est duc à irae inlleence difféblées des Entas meoarchignes. l.e président de la République et M. Jules Ferry
fmout leur visite à l`ambassadeur russe;
le président du conseil, le ministre les
affaires étrangèeeu, nec àasistèrent au
service funèbre célébré
mbassad,T
en un mot, du point de vue ofdcirl, an
l'eé`apruryt duos la Haute-Garonne :
..F.auEB UN radants,
,.es ..r. unnra s 105 V a3, LAFFITTB: et ne
.
nia
1
Le général Clirchant, gouverneurgéSeral de Paris, cet mort aujourd'hui
TÉI.É'GRAPIIII; PRIVÉE
A TOoLoes
aloi pas soniameot las fils de la Hollande,
MORT DU GANEnAL CLINCHANT
BULLETIN POLITIQUE
T Ci MIS
A_ u' 1117
h(lE SAINT-ROME 42.
:
votre
guide.
Il n'en est pas de môme dea proioièrex;
q.'ellsa contrariant vo, idées personnel-
les, qu'y.lias soient an dissa.re,.rd Aveu J'a
courants divers et souvent eontrmlictoires
,il l'opinion, qu'eues viennent heurter J'a
se. que
f i s
P
(:t
1
Ilt
I
Tout
t
col trè
trn
depenso.v ob( palots ¢,v,
t-. érl
et
la
)
.,,a
o, q
déli
I.
1.
1
'
O
i
n
t
pont
I
parla, i l faut loi Obéir I loi est actes
maître à tous. l'cur u
après Dieu, je
n'en connais P. d'autre,
Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés
2,939,297 te. 39
Vmi i éanm Tins les obs-m cations aaxqueues ,ai io né lieu dune ami sera qualqucsuns de c-.s concise,
communales.
Lu commission donnante que, d'ici à la
nistration vaille bien foire 4mollI:e Bu
tonnoi. avec indication des contenances, un
état at de toutes les propriétés ia éia'a lèves
es lu commune. Cet état devra être divisé
en deux pnrlies :
L'une comprenant Ine immeubles n
affectés à ne service public ou
destinés à étre affectés a l'un de cas eer
v ces ;
L'antre comprenant les immeubles oa
por[tona d'immeubles qui constituent le
damait. privé de la comma tue, avec iudicattot du revenu qu'ils produisent ou dent
ils sont suaeepti bues, approximativement
de leur
Je dose ajouter d'ailleurs que, duos sou
travail préparatoire, l'Administration acsvelte ntos avait donné l'exem pleI a ssi
nous apporté à son ouvre queu de
modiflaatmns. Nous so.S s
pluton appliqués à lui adressai'
s sur des imperfections, des déglimnnecs tu des abus dont elle a hérite, et
,font 1116 ne -Toit être par conséquent
es gon sable, en l'Insitant si môme loups
à opérai les réforoes et à
D'outre les mesol s que nécessite 'ô tat actuel du Pion.
uni,il et et Clos services eoruman eL x dont elle a la direction.
J'aborde maintenant l'examen du projet
quelques
de budget de 1881.
Art. 9. - Droits d'octroi, -- Taxe
principale,
De tontes les questions auxquelles peut
donner lieu la gestion des intérêts com-
celle qui cOiitems l'octroi est
mus contredit une des plus sérieuses, sil.
plus nier anse, puisque c'est a
yen de cette i taxe qu'ont griot! psleu
ont uliman te fi' trésor communal. Aucun
mon
vocs n'igdore J'a criGq ces nom heenses
et'noessan tes dont c tte taxe
st «Impurs
Ini gt, ini s l'objet; et, S'il ne fallait que
v, un ur SI, lyre à sa aCplo ssioa,
taches s ait en au m sot
mplie,
Ne cous
pas t,>.tefoia d ïilusiou.
La prnbtPmo n'est pas eucere résolu et ne
1a sera pas de sitôt.
!.a-
p
q
11
ont elle, ne ehangernot p,s eu qui
la valeur que la majorité se propose de
donner à chacun d'onx, eu égard aussi au
mode et A
de distribution
èpoynes
qu'elle détermine, il est manifeste,
que ce n'est la qu'an traitement déguisé.
Or, apparent ou déguisé, le traitement
propose ne cesse pas d'être illégal. A vous
de choisir outre cas deux opinions.
Revenons maintenant aux changements
récemment apportée par l'Administration
actuelle à l'organisation de quelques-uns
des services de la mairie.
La pensée économique qui tee a priadipalementdictés était exuelleute et nous
e pointus tues
lu sup.
pression d'em ploie que l'ou jugeait Inutiles, fils 1-é[aienutedeetivemen t.
Doiton néon moine cmisidérer comme
rienltive la suppression dol'emploid'ingéue de la Ville et faut-il coasacrencettu
d,etidn' quo la suppression doutnons patlons sej asti de parcxqu'elle ae rép..drait À
aucnn besoin loeul? que dans l'état actuel
Je
eus travaux Eu.
OCCux les fonctions
d'un architecte griment celles d'un ingé'eur, nous ne ferons aucune difficulté de
le r, co naître. Mais en sera-t.il toujours
ainsi o, par exemple, cette supprosslou
eût-elle été aussi futilement justifiée Si la
nsl ru etioa do pont Saint-Michel fût
restée à la chu. g,; du trésor com muonih
Ilnmerquons aussi que nos gre odes vil.
les de b'rnnce ont tout à la fois, pour
le funetion auroral[ régulim de loure seevices, an ingénieur et un architecte, et il
.'est pasprob,rblc que l'exiateaee simulta'u de ces deux emplois soit purement
chez elles affaire de luxe.
Réservons donc l'avenir sur eu point,
ne condamner ducs le présent les changements opérée pur I'Admiaistration actuelle. Tel est du moins l'avis de la majo-
rité de vetru co umisaion. Mais elle est
unanime à reconnaître que cette suppress!na d-emplois augmente la responsabilité
des employas conservas, su rtoul à ruse.
des bocaux qui s'nxécutantetqu'anoserveillaace exact.t
I
I,
tolus,
p1ns qua lamais a 1 Irch!tette en chef et à
Ses a.xiliai ces.
Quant au personnel qui a dû être r
-
rtié par l'effet de cette suppression
d'emplois, votre commission est r.onvain-
En
tachons d'ossarer à cette
bran -ha esseri nielle du raves
ue que le ,:eUgé donné à ranx qui rn ont
été l'objet fuisse parlai
entante I'i10norabiiité de chacun.
les résul rats légitimes auxquels lieu$ de.
vons aspirer,
Comme croire parie aux suppressions
dent nous venons do parler, disons que le
-moral
A cet égard, dl eet malheureueemeut
trop certain que des fraudes multipliées
se commettent jo. rnellement dons ce service, au grand détriment dea finances
Ce, fraudes semblent mène,
'r pris de plus grandes proportions
,pois lu récente nxten alun las lino ke_w de
Potiron, extension Cl légèrement epl son,
Pour ne Iras nm ployer una expression plus
temaEt
rétablissement lu secrétariat général de
la moitié A été une ]as bonnes créatiuus
de l'Administration actuelle et ;.'elle nu
pouvait faire u. mail leur chois pour l'occupor que celui de M. Iigelbrocht,
Art. 4. - Secours d'e¢[rEme misère à
distribuer par l'Adeainteieation. 12,000 francs.
o, par l'Admt, rection précédentep.osIl
importe d'ar poncer remède l e pins tek
'1I
I
t
mules eh uses;
hicit
t
ce
ale pas les d pli c lt'
[ I. u, votre e, n m
dit eut
con
Peut
AtmnnishraniouOI tt, hie
à pur
t t un feule par tir, v'iéce
I
mon
l
..,
C
o it I0S ncme
l in di que, 0,t forcé. S .tme, peur
de--
r1
1
CI,
f
rte t
r
1
eut rioulier de cet ina
D reste, une .a
à cc s
jet dans une de vos Interditpremières séances, et
t 1. était Jdmoment loti Clé -
C'IL
.tt-tl<itq
FoLs tus e la d vposilion du Maire;
l u'`jeutepa,,rt. d cette
'inon
a0éIreq
liera,
buonca
t t
d
F
.
- toi s
ib
I
Lo!Jours employée en
p., 1 l
ses Adm e
o t saecOdé au Capitole
1
!quel ce 1
l
mont aujourd'hui 1
Il u'empéchnea pas los mauvaie il langues
JOURNAL DE TOULOUSE
Départements
le e donner libre cours et, moins que
teste autre, l'Administration actuelle devrait s'en inquiéter.
Mata il a plusieurs inconvénients :
D'abord il empêche, le cas échéant,
l'Administration de donner un autre emploi, quoique d'ailleurs très légitime en
sol, de tout ou partie de la somme .Jeu
par cet article à sa disposition.
Lajeune Leguay, de Saint-Girons, 'âgée
de 15 ans, ra enait hier un cheval de la
prairie où elle l'avait mené paître, prés
Sentence, loraqu'alleeommit l'imprudence
d'attacher à plusieurs tours la bout du li-
de l'Administration actuelle
ve-
col à non poignet.
naient peur une cause quelconque à être
remplacés, ils auraient par avance lié
L'animal ayant prie subitement peur
m
comença
une coursa folle, traitent la
malheureuse jeun. fille retenus par le
les mains à loure successeurs, par agita
de scrupules que ceux-ni pourraient fort
bien ne, pas partager sana cesaer néan-
bras.
Quand on parvint à la dégager, on la
retrouva toute mutilée. Il est à craindre
qu'elle ne puisse survivre aux nombreuses blessures et contusions qu'elle a re-
moins d'être très honorables.
(jette modification, en outre, n pour réultat de rompre sans nécessité avec une
tradition d'autant plus respectacle qu'elle
-
çues
est pins ancienne.
Enfin n'est-il pas à craindre que ceux
anxgaels cotte somme arrive toujours,
Famiers, 10 mars.
Michel 'rurhé, àgé de 46 amis, né h Pamlers (Ariège), où il exerçait la profea
Yico que la deelination n'en soit pas formollement indiqué. dans le budget, n'estil pas à craindre, dis-je, que les destinataires ne ss considèrent désormais comme
'on de marahaod de bols et do meuuisi.r,
commission estime qu'il n'y a pus lieu
d'adopter la nouvelle appellation donnée
à cet article et vous propose en conséquence de maintenir l'ancienne. Question
de mots,ici
dira-t-on peut-étre t Non; les
mots ont
leur portée.
(La suite d demain.)
de l'Fglis., car on suppose qu'il n'y u pas
Le Midi Artiste, du 20 mars, publie la
biographie de M. Dames et la photographie de cet artiste, sortant des ateliers de
eu de suicide.
Cejeur.al annonce pour vendredi 1.
flor trimestre 1881).
Pr6sidenee de M. SEavn,LE, conseiller à 1a
pitole.
Cour d'appel do Toulouse.
Audience du 17 mars 1881.
COURS PUBLICS
Lundi, 21 mars 1881.
André Rey, àgé de 30 ans, livaerand à
Aiguefonde, et aa femme Mélanie Cabrol,
FACULTÉ DES SCIENCES
àgéa de 28 ans, s..tacculés :
Rey, d'avoir, le 18 janvier dernier, à
Rn'auiquo, à 4 heure. LIY du soir. - Profeeaenr, M. Clos.
Aiguefonde, extorqué, par force, violence
Sujstdu cours poids des Lichens.
ou contrainte, au s sur Jeu. M..., négociant au mème lieu, es signature et nn
bon portant obligation de payer audit Rey
Chiais, à 2 J de ..il. - Professeur, M.
Fil bel.
Sept du sons Sel. en général.
omme de mille francs;
ur Mélaaie Cabral, épouse h ey, de s'être
eudu0 coin plies du crime ci-dessus spécifié en aidant ou assistent, ocre connais.
once, son mari dansles faits qui ont cousis mmé le criait.
INSTITUT CATHOLIQUE
Littérature grecqua, à 3 hauras. -Professeur,
M. 1'ubb6 Montant.
s
M. Im bort Deagrangea, procureur de la
A¢tigone, tEdipe.rota
Répabtlque, e, dansa
Apologétique, à 4 h. 112. - Peofoesear, M.
l'abbé D.i
sitoire, développé les charges relevées par
de Saint-Yrojet.
l'accusation.
Comment s'est formé l'uni-
Snjen da saura
énergique réqui-
M Crozes a présenté la défense dos .O-
vers ? hypothèse. et ,erltude..
.usés.
Le jury a rend. un verdict négatif en ee
qai concerne Melanie Cabrol; IIIIIIatlf,
EULLETIN MÉTÉOROLOOIQUE
Du 19 mars.
La forte bourrasque leiguafée vendredi a
Norvégu avait, eamed, matin, son mate, en La.
pouie vars Uléaberg ea le bsroaedtrs est deavends jna gtil 714 m
Ell e sea a c force
I
I
avec admission de aircons!ances atténuante s, à l'é ga Md'A n d r é Rey.
En
é uence, la Cour a onot',cé
l'acquittement ale la revive Rey met con-
damné André Rey à quatre .es do prison.
ur In Scandinavie, In nord de le Russie et 6tend
notice à oeil, l'Allem,gao. En Franceelleet
rlu .tléditerrnoée, la pro
este très
vée ot oui écr
ris 773 m
tantetoie se légers baissa est mganEr ove ile. Modère et a
and ouest do lUspagne oà ee ,,.a,. le veut,.
d'ego faible dépression qui occasionao quoigaea
usai, torts fin N. E. eu Portugal , cette déproa
.,
es priacipalemnnt l'Algérie.
I a terupiramre, sans chaagem ont notable, dans
le, sud-ou.at d a l'Eure,p o. est a u e."ë.Io en
hes,v
u
rapide dune la ¢ord-aeb les eztrdmee sont
S.j ourd'ha, de mo,os 4. à Gibraltar ai plus 4a à
Iialaeeuda.
En France, le temps resta au bas..
Observatloas météorologlslues
Des 19 et 20 Mar..
1- Béteitle, Vaisashre et ESpéror d'avoir,
de Il au 12 novembre 7880, 1 Mazs t
soustrait fraudoleusema"' u
ertalne
quantit éde la{no su préjndiee
ce ,le
C e ilo,
Brie., avec les circonstances aggravant en
de nuit, en réunfo., dans las depor fiances
d'une maison habitée et à l'aide d'odr.e
fion ;
2 Mehous, do s'ôil, raudu complice de
crime oi-dessus en procurant à ses a
teilla des s
sachant qu'ils devaient
y
et en recél'a ecioinment tout o
rtie ides objets
straits;
3 Béteitle et Vniseia0 00 d'avoir, en ousousb
u 29 août 1880, sous.
- ..a
C
a
I
7h s.
]4Y.8,1 13a, 3, basa.
' 4,-- 0, 0
tee..
préjudice des époux
avec. cirnamnces aggravantes tle .vit, de réunion,.7de a lev habites et d'edrâetfoa
du
id
SSC ia,,en.hlo.
Sit
14d 71}.,l p.vnag. 5511
Ignm. 746.1I t2',.1 nnag. 8SE
1.14',. ]44,1 14n, 4 tr. vul- SE
7e ris.
d..,
- .4,, 8eonva,S SSIu
743
I,. faible,
id.
faible.
tr. laibls ,
W.
Th,rvnvmJiw nentigreds:
Maximum du 19 Mars ...............
.{-
mum as,vvane...,.
1.nuitit} d7
-,.
18-2
FEUILLETON UG JOORNAL AB "OUI 01181,
Du dl mura.
tuatiou.
Ou prétend, toutefois, que M. Gambette
loia donné son adhésion. C'est probable,,
attendu que rien ne serait pins fâcheux in
tond, pour le président de la Chambre, que
I'élimic.,ira du cabinet douce fidèles, jusie
à la velllo fias dlectlona Voyazvous M.
Constuns remplacé
un partisan du
par.
l'arrondissement! C'ost pour le
coup ga'ii n'y aurait plus à qcompter sur
Mea n
nations mului leu ui doivent
mutin
donner le poavoir à l'hôte du Palais-Bourbon et 0,01rdbaer à la formation de s
grand ministère. Cependant la arise m
uietérielle et1a division de la majorité aeseront pas pour cola évitées. Elles seront
reculées] gn'aprés le vote de la Chambre, voilà tout.
Il n' y ..rait
mayen Vomir prévenir ans évdn aman ts, c'est. que M. Bardeuæ
n liràC sa proposd Lion. Mais AL Ganbetta
a trop de vanté pour y ce, encanr. IL
q u'u n
sufvmnt donc leur cours, a,, comme J'aI
lie I
varsnitf'
t! b r00,,uursc
1
im
d
1
fond nI t
r
Guira.Od,
]
!I y a peu d'apparence qu'elle sauve la si
I
Le ur y a iéclar6 Gsperqu n
auge
bis. Sou verdict a été affirmatif à l'égard
des trois ¢u Iras accu e
de ci".Ceances
atténu
, avec aUmission
uantes.
En conséquence, b, Cour a aogallié Espéroa et conrlam né Vaiaeière à gnuire eus
le prison, Béteitle à trois .lus et Mehous
doux a... de la même peine.
Ministère public : M. Lait. de Sentence, substitut.
Chef, fit part. repu blicai
1
Ies
nr
d0xie
le t c iles de tous
anniae c i
, long fin
président de la C-.
ont C,
osa
t: p t's qui
Ellees
IeCI
l'om (bjcl
cet uprds-midi,
et
des membrue des
dois e n
LLeo
t
1
x Clumbits, t
le
q
ronversatiuUs
.s
l
j
Gamba ta 150.
depuis tan tilt
trois semaines par fier basses intrigues
qui ne tenriaient à rien moins qu'à
,in drir aux ,veux dis pays répc blicain,
devait dominer es démission du président
de la Chambre pmrr poavoir défendre en
toute l ib L
mutin de liste. Ces )éclanan
sis in d e l'ajouter, n é
j lainbent
t0ient géré
p0s prieel.. sérieu x;
elles étaient d'autant
uns, qoe l'on
'ait parfaitement que les ministres désires avaient dejà .las saucesr
seora
tout trouvé,. Aussi, comme je viens
de !'écrire tout à lheure, aucun déchireoral n'a chnnae de se produire avait le
rte de le Ch stable. C'est Pour cela que
mmo
e sé
l'a-
Mea offir.lenx s'empressait d'éloigner lout.
Lion
nppréhens{mn de
crise ministérielle, et
sous doute M. Gambellu, en prenant
Sybilie joignit les mains, et involontairement, elle se demanda tout bas .ven
l'angoisse du doute, le pceiuier qui ae fdt
présenté à son esprit depuis son ,enfance :
- La ,justice... est-ce bien la justice,
cela?.
Quand on arriva enfin à la première
entrée du chàtean, E'ybille plongée dons
aa profonde rêverie s'en aperçut à peina.
Et lorsqu'ell0 l'ut dans la grande salle oh
Par PAUL GEORGES
ln dame d'Erstrein, Marianne da Zittm,
vint ravoir ses boîtes, il fort.,
l.t qula f11v
e
aîné d'Emerieh, bel enfant de dix ans,
PREilIÈEE PAETIE
q arche préférait à ses frères ot ,murs, lui
dit o,, lui prenant lu main :
- Maduwe Syh{lle, ma toate, ne donus pae nn baiser à votre neveu
qui vous nouboit. la bienveuaa?
Cette voix d'enfant réveilla Sybi lie de
IV
sa torpeur et ce fut de bon cwar qu'elle
baisa au fa,cl les enfants da sou frère.
LE 0UÉ DE L'ELOE
Mais à partir de ce, jour, la dite de
f Suite!
- ROrriblCI murmura Sybille en Tegardant le trou dans lequel leserpent avait
disparu.
- Tout possesseur do'flefn droit de
haute et basse justice sur a. terre, dit
Wolfgang.
'
- Mais.... ces malheureux!... dit.elle,
oh !songez.vous h tu terreur du prison-
nier qui voit tout à coup dans l'ombre venir cette affreuse bête? Pas une arme peur
se défendre I rien !... ah I la hideuse
mort!...
.Aussi bonne nia foi I qmie la mort au
gibet) répliqua le ""i"".
Ill. frissonna
nouveau.
,, hommes libres de
Ger..aaie, de Bohdme et d'ailleurs, vous
S
-Et vaua
autress
formez traoq.lllee, tandis quo des mal.
heureux cxplrent ainsi...
.
Wolfgang blêmit.
Wolfgang d'Es,heubach es sentit oppressée d'une itrauge tngniétnde. Parfois elle
n'éveillait dans les ténèbres et frissonnait
d'épouvante, au souvenir des paroles de
son père et de son frère, touchant les prirOnniefa.
Y avait-il des prisormiers à Erstein ?
lit quelles douleurs indicibles abritaient
ces lourdes murailles sous lesquelles s.
glissaient les reptiles immondes t
La fille de l'excommunié sentait vibrer
en elle l'âme que Dieu hri avait donnée.
Or, cette âme de jeune 1111e était à lit
feis ilod Ce et ferme, et toua les 4énéreax
se,
neil laient. La jour était
1nnt'ucts oùycesmiust,
matte allaient s'év eilp roche
ter.
LA FILEUSE DU ROCHER
e Alerte I alerte! en chasse! e
Voici In meute qui aboie, maintenue à
.il. peine par Ies variste dei chiens.
V`oici
les fouets qui claques t, ieu coursiers
qui heuuiesent, Ies pages qui coure ut çà
et le, las vxrlete qui s'empressent, les hont-
mesqui s'appellent. Le grand préau est
pl yin d'an mode brayant et joyeux. Le
Preiherr d'E101010 et ses .Joie vont courre
le sanglier. l in bas, les serfs innombrables
rabattent le gibder pourlaur seigneur. Eu
haut le seigueor achève son joyeux festin. La table, est garnie de victuailles. Les
servanlev .lut dressé des montagnes de
pâtisseries, chères au estomacs geriaaniques. Le vina coulé à la ri,nde dans les
pupes d'argent et lac I.Iaisan taries ont
m.culé librement.
Voici l'heure Ilu départ. Emerieh Es-
chenbaoh, baron d'Eratein ae lève. Ildes-
ud dans le préau at crie d'une vota
sonore:
F Allez M serfs efmanauts I
, accompagné de ses amis, il assiste
au délllé, Ce ,ont d'abord Ira hommes dui
mènent Ies chevaux à la bride, car il est
impossible de dasrendoe la montage. au-
trement qu'a pied, rI
les sen'gnacte ne,
monteront en 0011e que dans la plaine.
Puis viennent les eerlet. des Chiens, en
trxinés par les ardents animaux qu'île
calro
narquable par le
si b or que por
t
1
['absence de bruit, e
rVnuntl ea ter car.
Cependanu les baissiers, à partir de 2 hem
s
t I
ei a t
r u l e l a venue
l'
t, tee n r solip emicre ru smt 1003116, Innomil.
1
t,
onlu 1001116 seulesment. Le 3 010 cldture
à 84 0 , en haoase do 3 cent. ; l'a.ivorlls..ble à 85 93, 01102 OuI, qui finissait à-l2I,
est tombé, agréa Bourse, à 120 87. I.'Ita-
lie est feme A 9070, il avait fait 9080.
Le
est â 51110, le Hongrois , à
98 ils; le Rues., à 94 718; l'Oriental,à
00112; la'l'ars,à 1330; l'Egyptienue, à
Florinr
364 27; la Banque ottomans, à 674 37.
P.-S. - OU a beaucoup commenté, à
iris,,
che
f r,
d
b
0,
blessure.
.
pas
mie
engager l'avenir à propos de scrutin de
liste.
La discasson n
.IL L est Sépa.nacre
delà
sur ce ton. Ensuite, on
nvir pli,, es décision.
es[ séparé sans
On n'est p:ic allé a
rail,
àI
t
Ath
1 .. - 1oore rentré d Ports.
i
t II l e f
ti
1
s
b
l
11o. P. t
t
el
t
'
s
dt s tous l:s
e
q u! t'u fait Ies abattis si rouges, à force de
- Inaolent1
Et Gertrude décoche eu hasard un coup
de poing au moutard, mais celui-01 l'es.
quive et la fera.. de la fille aux bras mou.
es sis redouble.
Puis c'étaient laa dame. brillantes et
Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés
àI. Ferry a hésité u moment avant de
répondre. Puis il a répandu visement à
interlocuteur r F.h bien! uni, je
vi cadrai mercredi. a
D'ici à ris rcredi, l'accord sera inter.
venu entre les membres du cabinet ou le
cries aura déduitfvement éclaté.
tr
1
d
.ment n aura pae
sug
anion.
o
euleme.t ou espère trouver d'ici mercredi une' Combinaison permettant an es-
binetdedaosereor a. neutralité entant
que membrue du gouvernement, [nais tee
.inistres poseront rester maures de leur
opinien pereoo Celle.
à l'accord.
Beaucou de d é
uts
é estiment
miamb.tt cet lis meilleure, IS
mie cet
duo
At Gmnetttt lqu.rvieana
pas dans
eonelitions,el'imbroglio
di scuseion publique.
1.
la
A ces
seraitdéé et le minivOre éviterait I. aitaation
bizarre de ss taire dans la discussion du
scrutin Ae liste, et de parler contre la prisa
en considération de la proposition Barodot.
Il parait peu probable que M. Gambetta
renonce à intervenir dans ie débat du
scrutin de liste. Engagé comme il l'est,
ce serait, digon, une attitude peu digne.
parées. Les unea étaient jaunes comme
ces mots qui furent accueillis avec un fr6.
missement de plaisir :
Eu chasse en chasse ! Messeigneurs 1
Et il s'élança le premier vers la grande
1
madame lace, comtesse de eehrneckhorn.
de Zittau, dans d'Ersteis, la dame
u
C'esst la raison pour Laquelle M. Ferry
a,erré n, lnain de M. Jules Ferry de l'air
d'un ho,ame.gei .e sait rieu ou qui croit
forêt. Bientôt on vit paraitre le sanglier,
de
Gorlitz et la noble demoiselle de Brnnthall, laquelle ayant perdu son 6-,ê h la
.il Je, avait renoncé au manage et ri-
et la chasse commença.
La bête longea d'abord la fataie; pais,
la voix des chiens lui donnant de l'isgaià.
vait chez .son frère le landgrave, dont elle
tade, elle tourna vers 1a droite et saisit
grave de Culmbach.
Quelques pages accompagnaient les da-
Là; elle parut s'orienter, et remontant la
peute .agile, mais du sens apposé cette
fois, .11e rentra sous la couvert du bois.
Toute la Chasse s'élança sur ses traces.
Alors seulement commença la véritable
tyran,isail passablement lit femme ma'a me Oalherine', et, enfin, la nette mar-
an moment le cheuitn qui menait au fleuve.
me. avec lesquelles "aient encore Lodoïs
Esehenhach, fils ainéd'Emerioh, et lentrols
fils du sire de Srn Ceuthall dont le plus
e..gilor traversa la forèt,
poursuite
La par le travers, tourna la
plaine
1
àgé avo{t quatorze ans, le second douze et
montagne, longea le fleuve, et, trouvant
la goé, l'y prdclpita. Les chiens le suivi-
le dernier onze. O'étaiant trois grands
do et toua le.s quatre
pris 1n gentil oLïs
eut et 1os plus hardis ,basaenra avec eux,
mais quely aon_uns et Ies dames perdirent
n tain ps assez long à passer le gaé.
mémo nom que lui donnait son neveu :
D'autres sué ne attendirent ur la lir,
De ce nombre étaient Sybitle toujours ae
-Voyez! disait e. riaut 1a damoisello
d'l'schenbach, ai je par là quatre beaux
eompagnén des quatre j,iuvenceaux.
- V.noz avec moi, mes mignons, leur
chevaliers et aevoux ?
Et de fait, quand ou fut parvenu au
dit 1. jeune fille. Je Bais un défilé oh pasra sùrement la bête au retour et si Lodoïs et vous, tenez à voir la chasse, cet
endroit est le mieux situé poursaister au
retour. Elle s'éloigna avec eux jouant et
pied du mont et gua chasseurs et damofselies se Lurent élancés sur les fringants
eoarsiers, le groupe le plu, gracieux fat
assurément celui que formaient Sybille et
les goatre beaux jouvenceaux qui lui faisa'ont escorte.
plaisantant comice une s®ur avec
las échos endormis dan-s les cavernes des
m onts. Le flol et le vent emporte.
veut nos notas vibrao tes au loin et tes serfs,
1
courbée sr s 1e.s dors travaux du tour,
tressxilüment à cane
roi oe sauvage et
grandiose. Un
se cri répondit de la
forêt à lot appel des chasseurs. Ce cri était
F
immenre
le signal par lequel les rabatteurs in,lignaient que tout allait à souhait sous la
futaie. Alors E erich Escanb
h
a ..
(A majore.)
aelle
dresse sur aa
etjeta deaa voix sonuro
ses
jeu es frères.
En effet, elle leur 5t contourner le mont
et Ies mana un petit pas, vers un passage
ee large, que dominait une énorme roChe. Ils y restèrent un pan de lumps et
f ail la v oix lies chien s s é m nant de
e
. talle dit:
P lus , S
- MetWns pied à terre et montons sur
la rocha. Nous verrons de làtout le fleuve
et la chasse sur l'autre rive.
l'Ours, père de in dame d'Erstein. Puis
Jean, bu .grave d'b:bersdorf. Fuie viennent Le fanfare éclata, réveillant ton t à cou p
père W.I fgang E,chenbaeh, Freihere de
s'{I persistait dan' a.n intention
d'6tro entendu lundi par la commission.
témoigné le désir d'être entendu par la
la salle des séances, revenant d'Orléans, Il
est 0116 s'asseoir au bleu des min,atres et
e toute Sybille s.
Voici maintenant les soigneurs qui desnondent A leur tour.
C'est d'abord Albert de Zittou, ditAlbert
Celui.ei a demandé au président de con-
locatiomn
nf. Raire est arrivé à trois heures dans
grand comme Sigismond, si ta veux, je tn
preudeaf pour ma .hainbrio.,
photo en grondant et retourne à sa marSigismond.
gin Aasei bien, ne voit-on plue l'écuyer
cabinet. Ils auraient même nullement déclaré ga'ils se reti..ralent plutôt quo de
se piéter à une mamm,vre de cé gon
- Uana l'sprés-midi, M. Ferry a eu une
entrevue aven Ri. Charles Boysset, prési-
Malgré le démenti de l'Agence Havas, la
« Fae encore I s
avaient voué obéie'ance à la fière ,jeune
fille su x tresses noires qu'ils appelaient du
- Tu seras pend. av.et , petit e.
scrutin de liste ae seraient vivement
élevés contre tonte allie. collective du
mtuatiou est tréstunlue, Il est impossible qu'elle ne amt pas revolas avant deux
trsjours par nn 015 102 ou par 1. disministérielle.
u
gPaix! paix! l'Ecrevisse !. dit eu
riant la maudit gorçonnet. Quand je serai
quia !
Et i pauvre fille, harcelée, quitte la
On essore que M. de Blosvitz aurait télégraphié à Londres quo, dans le conseil
tenu hier mail o, les m{uistres favorables
tre s av[s, ila commission lus
pourra pas coutume[ ses travaux.
,vosM Gamnatta.
.
i entrée dans 1cs couloirs de la
Chaubro, 51 Constelle, interrogé par un
groupe de journalistes aur la question de
ir si la arise v nait décidément d'éclaBa r, a répondu ces simples mots:
,t d'.1
Les autres, plus âgées, comma Marianne
baisers ?
conféré avec M. Ferry.
fat cour
itils,mas,
pl os bran sans contredit, â est le varlet de
Gertrude I ... loi crie un malin
petit marrait.., Faten l'écuyer 6igiamond
Après la conseil fias ministres, le cor-
respondant du Times, M. de Bfosvitz, a
'Part gasel
tâcha sera d Ifhcile.
A ,issue du conseil, MM. Calot et Canatans ne, abat rendus au Pnluls-Bo urhou et
celai que tu préfér asns doute, mais le
- Eh I
conseil qui aura été tenu àl'Elysée ce soir
ou demain.
ardr'à
t-ni-
Sybille d'Escbenbach, Johannad'Auh`iche,
les deux fille. du hnrgrave d'F,bersdorf et
che.
En tout cas, vous pouvez vous attendre
à une solution pour lundi, à la suite du
q semest la faille .le M. Ferry qui a de-
te .le l'absence rie M Farte, qui
grauves
moi , c'est l'écuyer i Sigismond le Fau-
Conséquemment, demain, nous pour-
rions très bien nous éveiller n pleine
crise. Il serait, en outre, possible gtiun
conseil eut lieu ce soir chez M. Ferry.
q u' ils l'ys ui t pour rien e t q mie c'est
0oj ourd'hui, sur 1a plopoelli,,a uB ardoan
Gufa-%!M.
rouges que ses bras. Le plus beau pour
erra.
aantà
Ula
cemmiss!on du s-rutia de
lista, Ies membres de la majorité déclaent à ceux qui se plaignent des lenteurs
et le, Cltnatiun de IIIos eu plus tendue.
Quo!gne puissent cils les organe. ofdmeux, Ies tuatiou est très grave,.
Deus les couloirs de la Chambre régna
ur.e ammatius extrêmement vive. On
g raé corc.rne ioldiq...t l'existeue. de calcule cem bien de temps durera l'état
mdore
'Indécision dans lequel onsetrouve eo ee
difficultés gnuvornementales. On
ont.
croyais qoe tagnesti us, telle qu'elle avait
Dos personnes bien informées affirment
été posée re matin au conseil des mi Ds- qu'il ne se prolongera pas uu-delà de lundi
tres, qui n'a pas duré moins de truie heu- prochain.
res, déterminerait ace crise ris tn lstérielle,
Si MM. Cousions, Cazotet Paire ne parlaquelle lie serait pas ajournée au delà de viennent pas A faire triompher dons
les
vlnerie Luitpoi,t. ,
Parlez pour vous , pies enragées ,
ajoute .ne fille du cuisine, s'accoudant
ux briques de la croisée cintrée, moins
Le eonsei I des a inlstres n'est pas encore
convoyué pour demain, mais il pourra
l'être ; tout porte mana à croire qu'il le
inent.
Ce résumé donc, rien n'a Clé résolu ce
matin. Le miel stéra est laujours très di-
C
'est Reienier le pioa
que relie-ci ne serait
Dans l'un comme dans l'antre cas, le
ministère reconstitué ou le ministère
gardant sa neutralité, M. Ferry pourra
faire Conaailre la perlée du gouverne-
`.lutmie
jaloux coup de langue fait une profonde
0 100e et,jusqu'aux moindres meurtrières
poun voie partir im cirasse. Là, plus d'un
Ils insisté sur 1. nécessité de
l après 1
n
s I ie
'n
t e le pré 11. k 3e la
foit ses et -%!M. Cuis stars et tCotot
rein Le
fai que M.
mb bette s'était fait remplaeracette or cneion uu f.tu feuil était eue G
Frauenburg, et ses frères, messire Guntheeet Otfried Eschenbaaà,
La pro eossinn s ébloule à grand bruit.
Natu relleme.t, le ministre de l'agrirut-
ture s'est prononcé contre cette dernière,
et Ieavouer, sur litres de d3 ,alliions.
-
On assure n'
plus que i'od'ai e de gsolgoee joura, peutélre de quelques heures.
0011
leur?
tlves à ce mème bilan. Les edets admis à
l'escompte se sont accrue de 163 millions
écoulée
nLa Bouiee a été
deévlter une crise.
donner' la politique suivie j usgn'à présent
parle remier ni agistrat rie la République
,o
pour ta politique nouvelle dont le
président de la Chainhre serait l'inspira-
franco. Voici d'autres indications reIA-
a. e'
m cistre s'étaut engagé à fond dans un
ru dans Poulie, il paraît impossible
sident de la commis,,ion du scrutin de
lite.
optper
mentati.u 0s prés de 33 millions constatée par le dernier cils. de la Banque de
a ban..
pou de chances d'aboutir.
Au point où en sont les choses, chaque
M. Treuil, dans une sortie fort vive,
ondit,nettement défiai la caractère de
aurat
Sao na nous, aurait-il dit, aban-
Je vous ai signalé, avant hier, l'aug-
Les servantes se pressent aux étroi mes fo-
Puis tee pages.
dans la matinée.
qui estime avec teaisoo qu'il ne sera pas
opéré do longtemps, et que par laite bien
des I,quidliions de dis de mois et de quinzaine s'en ressentiront.
Hernert de Son nenthal, Feanz Apalbob,
nargrave de Ce o hech ; fieetor de Gneliiz, tout blanc de cheveux, de hacha et de
nrcils` le r..mta 7, od,cl0 old de .c
Shm
e, nrn;Frédéric, tan l0 si siec de Brunthall
i
Moravie, et enle e re Emerich Es
chenbauh, Freiner. d'Erstein, avec son
tiennent en laisse. Pois des vol lots de néP nis Ira chevauæ de rechange, elus !,n' les p alefrenie `s.
t Pis fs le, s ecuYers.
du préaideot de la Répahliqua ou
celle du président de le Chamre t Talla
est la question qui aurait été débattue
ment est, du reste, la parti. délicate de
l'em prrut aa point de vae de la Bourse,,
beau de ous 1 dit une fille de chambre.
Ré 1 fait aigrement,
saace autre, c'est
tice.
.catin qm doit triompher. Mais la que,'
m'. est plus grave. Il s'ag{rait do s voir
a
quellepolitique
le cabinet choisira. Ocra -
cher le ministre des finances; c'est qu'en
proclamant cette irrédact{bilité, le elessement, des noaveaux titres
plus
facilement et plus 00001.5 t. Ce classe-
- Voisl v is
-'Tais.toi I dit-il rudement, les femmes
n'ont rien à voir dans las abolies de jus-
lin tenant les renseignements
mplémentaires au sujet do conseil tenu
aujourd'hui :
Aussitôt après l'expédition des affaires
courantes, la délibération aurait pris un
araetere extrémeme,ul délicat, 11 ne
s'agirait plus de savoir quel est le mode de
soasrriptlons d'un, noté, soit de lb fi. de
Le
direction des affaire. publiques ne s'y
Vol'
]ente, n soitfaitenvaloir
pas .adultes. L'argument
qas loue
at qui pourrait tou-
M(s
es plus
iJtJ ardents prieraient hautement
Devis qu'après le parti pria car le gouvernament, ni re Conata lus, ni M. r ,,1.
ne pouvn{ent rester ministres, que m.
Il â est entretenu égalom.a' da asialie de
ilote. Rien na coud irae les bruits de 'misa miniatériello qoe perse, ace ¢e vent prendre la,a.
ponsabilit6.
des membres de la majorité dans
Ies rlean Cha ntbres, aga d'obtenir qoe les
b
it,ée
répondre à 1 naisrpollation dorant le Chambre.
aaYcriés
1
il ai mbreve, ehzlee ulhae i.ts.
Ln conseil des mi nishea a terre ééauce aojouo-
anoter, de faire l'éloge de R.b'S,ierre,
nié de 7 mrll
Iisterré n'a
d'uni. Il é est vecepd de l'interpellation de 11.
Thom... sur les affaires de l'Algérie. Il a été
dlcidé que M. AIbert Oeévy ..rait nommé come du sauvernement per décret, afin de
A Asniér.s, le banquet était présidé par
le nouveau député Roquas de Fllhul, à défaut de Louis Blanc, qui s'est causse par
c taure da ue pouvoir venir; on s'est
d in der.h'[tment prov Bal ne ,ottdu l,lJa,269 fr. pour Ja e
d
ivaute corninun iqufe aux juuraaux de
1,aprèsmidi :
prononcé u. discoure à l'occasion du vote
d'une adresse aux nihilistes de ,Saint-Pétersbourg.
Le compte courant fin trésor a à paire vas les c mtplan
lié,
partiuu l iern ont
sé A leur crédit 264 millions 112. Finalema_n,r, lu ei rcalauioa dus billets a dimi-
e
très
Labgneteun enj et du scrutin
leur mémcit..
Il se frit en oe moment, auprès de 3t.
Meguin, une campagne à laquelle se sont
depuis doux jours la preuve opportuniste,
rent
bé ri n
fuit que s'accen tuer davantage.
Ce qui le prouve, aronde note officieuse
si que de J, J. Rousseau, et de boire à
galion de lo majorité, dont noue
qu el d
tlraitfraudu
eu ,tonrte réesslousement des objets mobiliers,
des den, et notamment
jambon au
sana
ir la crise ministérielle et la dd,arré-
Mahous, âge de 48 ans, tons domiciliés a
Mazalnet, sont accu nos
lon
citoyen Jules Guesde, il n'y o pae eu de
président affectai f, le citoyen Vésinior n
commission, elle constituera, comme oa
dit vulgairemerr t, une cote mal taillée, et
bleu qu'elle soit formulée en vae de pré-
Espér ou, âge de 33 nus, et P e
treà Mazamet, du28
amna
faits à la
Audience du 18 mars.
Guillaume Béteilto, âgé de 32ave; Jean
4arsamre, âge lv 33 an D '"I I ançole
par
saloon A L'a OSERVùroIRE DE TCULOUSE.
Si cette conuinu nicatiou est
saaaont
tréradictoirnsret uni
tain, c'est que Le diseuaaion a été très
Russe Roussalcotl', et où, sur la motion Ju
le
i d'arro.diaeemépnt, s'entend pas poser à son sujet la question de
cabinet, et qu'il laisse à ebccmi des m{uistres leur liberté d'action.
bce du conseil des mi-
avoir son Ormatiun. Ce qu'il y a de cer-
Au Pallie.Royal (120 convives), où la
présid0ors d'honneur a été décernée au
référe.'es
trouve nu amatit JetérSS,és. Le cabinet
p eut don cs'abste.{c sans que sa dignité
ait à en socd'rir.
Il convient d'ajouter que ces tentatives
de conriliaHon semblent toujours avoir
J
aussi dus discours très al plan d.a eu l'han
lueur des nihilistes et de la mort do Ceux.
à la commission Boysset que le gouverne-
On se préoccupe uniquement dans les
s out
.i
tion Bardeax. M. Jules Ferry déclarerait
,ambres de
C'e t, disent.ils,... questic. parlemen.
taire et nullement gouvernementale. La
sous la présidence de P.T. Grévy.
Michel, dans are allocution liés appleu
die des 300 Convives, a
duos un
colon, s.oInoir et dans une mêle. approbatiun les eommu lords parisiens et les
nihilistes russes. A la salle Boudin, A la
salle du Vien x.Chéne où Louise Michel
,s'était également truc eport,is, il y a e
Parie, 19 mars.
d'amener un accord entre les
'Nous lisons dans le Prtit,lléfidicnal les
renseiynemenls minants :
nistre tenu dons la matinée, à l'Elysép,
18= arro ndiea'meo 11, oR la citoyen Os Louise
Voici, d'après tee renseignemouts accrédités à la Chambra, ce qui aurait été
résolu dans le conseil des ,i inistres trou
ce mat{u à l'Elyséo au snjetido la proposi-
A l'heure actuelle, un certain nombre
de députés s'entremettent toujours afi.
prendre position dans la question de made
de scÿutrn.
couloirs de la
bang nets sur divers pain is de Purin, pour
O'lébrur l'ana iversaire du 18 niera. Parmi
I Correspondance partteulidra.l
peuvent pas obtenir tout au moins 1a neutralité du Cabinet lors de la discussion publ{que, ils sont absolu ruent décidés, et
ils ue.s'en cachent pas, à donner leur dé.
mission.
Le Conseil des ministres.
Chair
Ies plus i.uportonts, ju aBarai Celai du
a ce prestige, soyez eu persuadé, plus encore qu'a son indue ace .dalle. Les chu'es
nguste
tendre à ce qii il en sera longtemps a nsr,
c'est-à.dire tantq ue Ies u aspirateurs et
tours organes inu ltiplien,nr les manifse-
Il y a , 0, hier .oir, une, vingtaine de
très grands sm.vicea Ce rdvalisant avec la
famille Colombfé.
(ECho ans Tarn.)
croirait son prestige d .rat t, et il tient
u
I
rattacher qu'aux dispositions de public
enclin à voir tout ml oir allas le coup
des menaces nihilistes Mais il faut ,,'at-
tee et les pl`OVOCations à Pasoassinat.
Maure1, en congé 0,30 jours, a rend. de
ot, tout,,er'exprimant ses
Cour d'assises du Tarn,
reprise des Huguenots, an théâtre de Ca-
o
Ill
sent as-aura_
aomiylfieier de 26a dragons, M.
J
conseils de gouvernement leur manière
devoir au sujet de scrutin de liste, s'ils ne
caninet. Ces députés, parmi lesquels figure M. le prnasdent de la gauche républl,aine, pu....t-que le cabinet ne doit pas
reusement, ila sont aujourd'hui ,iémentis
par les dépêches, et l'on na ,,serait tee
hauts, tous charpentiers, ont rendu les
plusgrnnde lotions.
Tous I bàCi m en ta r7 u éné a a l
pounr
M. Dacsp:
Suiez du
Le
dans So phool o: . Dédnniro,
provinces. Ces bruits venaient, disaiton, rie la ëme source quo la première
nouvelle de l'attentat du 13. Port heu-
diatement porté sur le lien du sinistre, et
a organisé la .haine avec
jeunes Aieves. La famille Colomb!é. le
-spère et d cn-
IIn
Chambres que par le langage des feuilles
officieuses du soir.
Sein t-Pé1.,eh.uig et de troubles dans les
L'inalitutoar, M. Bourrel, â est immé-
+e.
les préoccoputlona qui s'étaient fait jour
0.1 après-midi dans les couloirs des deux
sujet de la Russie.
Bier soir, on a parlé d'on. révolution à
graoe au dévouement des hanitantsdlrigés par lecolonel Plstooley, leur maire,,
qu'an.. p. préserver la partie principale.
Las pertes pouvant sëlever à6 en ,,000
tunes.
s, se sent rendus à Amhès pour faire ea-
lever' le cadavre et le faire Jeansporrer à
Pamiere, où, jeudi 17, le cercaeil tcotermant le cotte de cet infortuné rat arrive à
la qar
Il a ét
mé
nrédiatement troueporté au cimetièreuavee tous le,, honneurs
' l'ordre du jour a
progrès ont été si rapt des q o o ce n'est q as
uelques am{e qui l'ont reconnu drupr4lèe le signalement. qui avait été donné,
et M. Taché auquel on a télégraphié à Pa-
Par toue ces motifs, In majorité de votre
nement.
Les sinistre,,, impressions sont toujoors
Le moulin de Ténégal, prés le village de
Verdallo, vient d'êtrs la pr'ofe des dammes. Le feu a pris dans la grange et les
trsis de pl'dair organisé à l'occasion de la
foire. Son cadavre n été découvert à
Arabes.
mérite d'aise générosité spontanée Y
mercredi. On prétendait savoir que le cabinet devait se réunir encore lundi à l'Elysér. et qoe la crise pourrait même éclater d'lcl à 48 heures. En somme, on coueldéruit ia situation clame grave. Cette
opinio u semblait corroborée autant par
aplat de tous les membres du gouver-
Contres, 19 mars.
était arrivé à Bordeaux per le pro nier
ayant un droit acquis à sa distribution
et n'enlèvent ainsi à l'Administration le
la parole au bouquet de l'Uni.. du comauquel il doit assister demain,
au u T,.-dé,., s 8ttachern à proclamer l'anion de toua Mea lépublir'ciao et l'accord
Ariège.
Et si, an qu'à Dieu ne plaise, las ,.am-
bras
S éfenseurs : M' de Tayrar pour Béteitle
et Vaiseiére ; M Jules Rolland peur Eepéruu; M' Savary pom_Mahous.
I
JOUfflA.L DE TOULOUSE
1= P. T-T F=4 F=O i -mi
em,
n,
CZARINE FÉODOROWNA
ALEXANDRE II
La propoeitian Barodet.
11. RarOt, let :I
le bu! losH jeudi
veau de In Chambre un projet fit resulu_
fion revêtir de 63 signet ur,a et syCnt
1
pour but larévision de Il Cneülut iun
Lis raisons qui ont déterminé les autenrs de ne projet rie résolution se truuveut exposées dans le passage suivant de
l'expose des motifs qui précède l'article
unique:
La Constituti.. de 1875 ont Pauvre
d'une Assemblée profondéoent diviede,
osée dans le trou hie da la patrie, sous
l'influence de la défaite et da l'invsion,
hâtivement, sans discusefon, sans mandat
précis. Elle n'a été qu'une transaction en-
tre une majorité monarchique et une minorité républicaine également impuissan-
tes à triompher l... Il l'autre. Assai atl'empreinte des, intentions
perfides et des espérances anidémaeratiques qui l'ont inspirée et que le 16 mai a
vainement essayé de réaliser.
Les sinon et les dangers de cette Ceeutituülon ont été maintes fuis signalés.
elle gardé
Elle porte atteinte au suf rage nuivercel rat la sineërité de la représentation
nationale quand elle crée peur la uomiea-
tioe des memlroa de Sénat un suffrage
spécial et restreint; quand elle fait do la
plus petite commune de Franco l'égale de
Parie et de Lyon devant l'urne 31ertora le;
quand elle accorde su Sénat le droi t d'é.
lira une
partie de ses membres et de leur
ré
er l'innmoutlo1i té glt'S1 ne possède
o ru
pas lui-même ; quand elle lui tonds le
droit de diesov dre, d'uecord avec le présiduelde le Répo bliqun, le Chambre dus députbe taons directement do la volonté nationale par le sulrage universel.
La Cunstitu flou manque de prudence
d et
expose lu République à de vém tables
gare
a
des
doua Chambres,
législatives
elle ouvre lx porte a des con[ii le sana .,lalion possible, la dissolution de la Chambre
les députés pouvant les aggraver au lieu
de les résoudre ; quand elle accorde su
président de le République un règne de
sept années toujours renouvelable et des
Qui ne v u it que cette différence de tampérarnent des deux Assemblées, dont on
s e plaint à si juste titra
sn trouverait
aogmeutéo encùre par l'adoption d'une:
rétorme qui ne s'applique ait qu'A la loi
d'è loction des tléputés, s cette réforme
avait puur résultat, rus me l'affirment ses
partisans, de donner une Chambre plus
politique, plus entreprenante, plus réformtrice Y
Les raisons qui précédent nous sem.
Meot donc justifier pleinement la Allélits et l'opportunité d'une révision de la
Constitution.
Vole
maintenant lu texte de l'article
unique d projet de renste fion
L. Chambre des dépures,
Cenrerrném ont à I nclin e 8 de la loi de 25 0ee, 1871, eI,tiv, à l'eegnuieation des pou-
vore poblios,
Uécls,s qu'il y n lieu de réviser Inc loi. ao..titution.. Iles, et proposa à cet effet la réunion
des doux Chambres eu Assembles nationale à
Vmesailles le 15juin 1881.
Vendredi, à la sulle des conférences do
boulevard des Cap veines, In soirée a été
tumu ltueiese. M. E ruireau, ese,en Jésuite,
luisait ose runférm ue sur l'fndueua qu'a
sur- l'église la corporation h laquelle
ils appartenu.
Suant interrompu avec beaucoup de si-
acilé pur quelgnee.a es dea assiata,, ts, M.
Sou l'eau, dans an moment de vtvar ire, a
déclaré qu'il demeurait ras Rechécho uart,
r' 8, qu il, vert aati"f.ia tiré l'épée et le
pistolet, et qu'il était homme à répondre
de ses paroles vie-à-vfs de ces. qui crst
raient avoir à s'en plaindre,
M. Boulleau n'a reçu qu'une carte, relie
d'un spectateur qui ,,attrait à l'assister
au besoin. La -féroces a nécessaireaient marné court et s'cet brusquement
terminée.
Contrairement à ce que disent las jour-
jusqu'â sept mois chaque année.
En ®u, la Constitution présente de re.
grettables lacunes en .'Interdisant pas à
tous las léglshrteurs sacs exception !e cu-
faut des fonctions rétrtbuéos an non réh'ibuéea, en no stipulant rien à l ' égard du
pouvoir]udteiniee; en n'entourant
d'auet
les libertés des
cunegarantie leu droits
citoyens des communes et des départemente, qu'elle passe entièrement sous silence et laisse ainsi exposés aux atteintes
des Assemblées et des pouvoirs usurpateu
Telles sont, Iéura, les principales
imporfectiuue
toi
cet été reprochées à
l'm uvre cunstit u tionnelle de l'Assemblés
de Versailles, et que las républicain, qui
l'ont acceptée avec nue si douloureuse ré-
signstlou s'étaient j'Imola de faire listesmitre dés qu'ils le pou rrnien C. Celles qui
touchent nu mode d'élection fias membres
da 30,at notamment sont ai vivementers.
alerte. par le pays test eutier qu ' il lui
paraîtrait étrange que personne se
o n-
gofit à Yporter remède au manant ode l ' s-
éforme de ]al
gitelagnestise d'ana
électorale qui présida à la nomination des
"'
membrus de lu Chambre des députés.
Sans examinersiici la question eootro.
cette lin fait ou ne fait
versée de savoir
Pas partie des lois cmunirie fion selles, peut
ou .e peut pue être révisée autrement que
lu Constitution elle-même, personne aes.,eme.t ne contestera qu'il serait préféragarantie et la
force des institutions répnblioeinea,qu'un
ble pour la stabilité,
pareil doute oe pût
la
'elever et quel
ronde d'élection, la dorée du mandat et e
eomhre de repréeooienie fassent réglés
i
p.r le pouvoir -sentaient, ainsi que cala
'est toujours pratiqué ea France depum
1791, et dans tous les pays libres.
Personne ne contestera sou plus que le
mode d'ôtentfoa des sénateurs, qui fait
partie intégra. te dan lof. constitutionnelles, calfeutrement défectueux et appelle
un? réforme au tirs mort t urgente ane celle
Borde
qui
n.as est proposés pur l'ho.oruble M.
i en.
Et comment ne pas rmonneStre aussi
éflr
l'avantage de la simultanéité lo
est En admettant que I géant dore.
être conserve, ne Permettrait Il" pas do
le faire relever directement do suffrage
universel et d'atténuer cosidérablemen t,
sinon de faire disparaîtra
yen esprit d'opposition aux lois de progrès
réclamées par l'opinion publique et votée,,
par la Chambre des députés 4
tut
hem bas dites Oreini.
» Ayant relàrhé à Bor doses, pour ava-
ries reçues pendant la dernière tour-
mente, où je suis resté huit jours, j'ai coui
floué m ante. Plusieurs bombes xva.t
éclaté .'.et tué trois matelots. J'ai fait
une déposition au parquet du Havre, qui
rd' a
ter,. prisonnier pendant an mois.
Je .*ai pu suivre man itinéraire qu'avec
une ouution de 25,000 fi. et après que [sa
experts, ayant visité mon navire, eurent
déclaré qu'il n'y avait plus de danger pour
personne.
» Ayant relâché à Dunkerque par suite
de manque de. munitions, j'ai appris loi
l'assassinat du Czar, et j'ai 1dola, su
consul de Russie une cargaison aérés
avoir fait u.e déposition sons-aeing peiné
au parquet de Dunkerque, où je me tiens
è la disposition de la j fende. »
Garibaldi s masqué une fois de plus
l'occasion de se taire, si la lettre qae, d'après le
de Vienne, il .rait
adressée à Félix Pyat, est bien authentique
si Mon cher...,
s L'assassinat politique, volté le secret
d'amener la révolu fion â son but Onou. Les
onverains désig...t comme assassins les
amis du peuple.
» Les vrais répu Wieaina, tels qu'Aurutlus ImISlann, Piétri, Orsini, Pivnori, Menti
et Togeetti, ont été jadis qualliiés cl'assas'
Aujourd'hui, ce sont des martyrs,
vénérée du peuple.
Hcednl, Nnbiling, Monensi , Passaconte, SolowlaIr, 0tere, Rartla ao ot ses
compagnons sont les vrais précurseurs du
règne de la future République sociale.
» C'est le maudit clergé qui est 1m vrai
aasesein. C'est l.1 qui a conduit le prcgrés
sur le bûcher et qui assassine maintenant
la eonscieoee par le mensonge.
» Que l'on conduise le clergé on Sihérie,
mais .o. les vaillantecompeguons d'Hartmarin.
» Tout vôtre,
» nAR1BALDI. »
Michel p,,or rentrer à .on p.]aie, aa tien de seveNues
' e dn.e le voitura de Csx
avons reçu es .oie le teste complet de la
ue,llo proclamation du comité sséeutif. Yens
Peudam
Attentes voue à de graves évèvemoses,
Noue v..... de seeese la main à Ver. Zaesealich gv'on disait d 9aieu-Péteesboveg.
Noua e ncens Fus besoin de dire d'ailleur. que nous ne publions ces lettres qu'à
titre de aarrusité sans y attacher la inoind, c,êtl,,c.
Le'GuIse eomplbta comme soit les détails
sur la urina de In 6adowaja, damnés par
télégramme:
On a trouvé dans la m
dit-il, l' e bou-
i.,
teille cense sant 00 l,neus do
boîte ae fer Clac, en cent
namite et u
...ntdy0o
livres. Cette
se fis enbatunea eaplus'ble aurait "fil, sa
dira tee expsrts, pour faire asutar sen greudo
partis de le rue et pour déhnire ou eadovimagee
la
ovnis unnts. éu
.
a da nenr despl., grand .a prérautiou.
tous tee édifices
aui
et
i
a
ne le sel sur' ana profondeur de 5 pied.
et une longnoue do 3 -Il I.a ferre a lasextraite poiguûe par poignée La cireulat'wn a'a
é,l rétsblie sur la Sadovcjs go à veuf heure. du
Le complice de R.ee.kcfld mort âl'bépi'
tel, es nomme Fomin. C'est lui qui, ou se
le rappelle, se présentant à Iu prison de
Karkoi dégrisé en gendarme, fit évader
ur, prisonnier politique.
Sur col des personnes arrêtées on a
trouvé un plan ils quartier de la ville
où l'attentat a été commis Sur ce pan
étaient indiqués trois peints, dont de.x
sont précisément le canal Cutberine et la
rue Yetite-Sadowaja, cil l'an u découvert
une corme.
Voici le c
'aux p,..êe-verbal du capit
aine de la corolle, qui nous a été signalé
p m dépêche:
ale soussigné, Desfouteine, capitaine
commandant le un'i'e trois. mats français
Corolle, de 700 tounondes, ayant, m
repris, 47 hommes d'équipage, déclare,
par l'organe du pilote Jacquet, être entré
relâche dans ce port le 17 mars, venant
de Pampelune (Espagne) d'où nous 50mmes partis le 31 décembre 1880, b destina-
rredi sa femme à l'aide d'un pilori.
Arrêté par la gendarmerie, Hervier atout
avoué.
rquet de Lyon, acecmpageé de M.
L Le lIa 41e, professeur de médecin. légale,
â est transporté aujourd'hui sur les lieux
du crime.
Des aveua de Marc Hervier, il résulte
que, dans la nuit de jeudi, il eut une discussion avec sa femme. Celle-ci refusa de
leurs aomhinaisuns qui vraiment mérnteraient le succbs qu'elles o.t, si les hoeuf.
tes gnou .'e. étaient les premières vfetfmes, Voici un exemple bien typique:
Le 13 février dernier, un sieur Georges
Beauvais, arrivant de Marseille et se disant mécanicien de 1. Compogei. des paquebots transatlantiques, dessoudait à le
gare de Charenton et boitant, suivi dea
voyageurs la son compartiment, deman.
doit le commissaire de surveillance.
Il lui r ante qu'autre Conftane et
Berry, fl avait voulu, sur 1. dama ale
d'une dame, ou ir le vasistas de la portiér,. La loq selon s, n'étant pas formé,
céda sous osa ,,Morts, et il fut entratué an
dehors. Son pied gaucho se trouva pris
eu fie le marehapled et le plancher de ta
voiture. 11, voyageur pat le retenir à
temps et l'mupêcher de tomber sur la
none.
ne. Ce d entier et In dame qui avait récl.mdr las sorvfcss ae BeMauvais eonOrmérest cette déposition à . Blonde), cour.
mise ira de Charonton.
Un médhcin appelé constata que les
contusions qu'avait reçues Beauvais e
traaaeraient ane perte de huit jours de
travail; sur ces eonsdataf lou, et le rapport du commissaire, M. Régnoul, irosI reicar de l'exploitatien à lu gare de PsrisL , fit remettre 100 francs xu mécani;;iee,
e 29 tourier, M. Regnoal fut informé
par un da sus amis, M. Abl t, inepeoteur
de la Cuir, pagnle de l'Oural, qu'un marin,
e iIroiné parure portière aucune en a,,rche, s'était foulé le tel et qae la Compa
gnie de l'Ouest lui avait remis 100 francs
et ua billet gratuit pour rct.aremr au Hadre. Cette histoire bvellla les souvenira de
M. Regnonl.
- Maie noire marin e,,...d.-t-ii
s'appelle-til
pas Beauvais par hasard P
-Beuuvniy .,est clic, ma gaillard ao-
lide, répondit ce dernier.
M Raguent raconta à son tour à sou
ami ce qui s'était passé à la gare de Lyon.
Les deux inspecteurs s'infamnèrentanprbs
des ante
Beauv
pagnaed
Compag
e
t efi
cpptiupàlaCumart une
urs individosqui l'avalent
nonacé de e mort s'il ne vnotait pas leur
obéir.
mené pa
Ces hommes étaient des voleurs de profession; Louis dut les eecompagner deoa
toutes leurs expéditions C'était lui qui
faisait le gant quand ils volaient aux éta-
aci+oeillis avec aceda laotien; et finalement
n
termité a SnintGermain sur un Ift d gol le
Voilà, dans l'origine et lu soit,, de
se- destinées longtemps tndéoises, l'histoire du grand succès que vient de rem-
porter l'Opéra-Comique!
lages des boutiques.
Grèce aux i dicariose do petit sega-
nids Du 18 ornas 1881
Redculéa (Bernard), 86 sus, à Sniet-Aimon.
bande parfaitement organisée, Ovale Sont
elle tonnait maintenant tous les affiliés,
Car
pot le crie. La téte fut horriblement fraanasèe et la femme Hervier tomba baignon
dans son sang. L'assassin alla ensuite ce
eh e lui. Le nique.) fat découvert
.l rentra
une
.,ai.. entrant a. domicile Iraé pou,,
ad rvla
heures du matin.
e
garrottèrent
rs to rent
à 7 n ses
rent
n'o aria et
e.t
t
tares.
sis, qui moppnsa
ne r esisance
arcour.
aucuris
La gendarmerie de Condrieu, prévenue,
arriva peu après, mais profitant d'un muent où il était laissé Irben, Hervier courut se jeter dans ane pièce d'eau voiefne,
peu profonde ; il en sortit mouillé et légè-
laichanger de vétenant..
On croit que Hervier simule la folle. Im
te, rego snr la question de savoir pourquoi
il avait tué sa fumure, il a repondu que
c'était le diable qui l'avait poussé.
dans
la chambre à coucher, s'allégeait
beaucoup plus que se raison.
Ils eurent recoure, samedi matin, à un
oyen bien non.. pour s' pliurever la diectlon que prenaient les pinces de vingt
C'est alors que M. L... 011. coter cal
ces au eommissnire de police, lui effir-
mauEqu'sneune personne étrangère n
sait pu pénetrer dons la chambre à co cher, à l'exemption d'Augustine G... pour
y faire le ménage.
En présence de cette déclaration, la
bonne fut fouillée; on troncs sur elle
200 francs eu pièces d'or marquées par ses
Patrotfs ; ,,lie avait dépensé 10 francs sur
leu ermmes voléea en de.s jours. Elle purtoit une fausse clef ouvrant le coffre-fort,
qu'elle avait fait faire.
Le cou urinesber de police a opéré Ouoe
porgvicitien au fins ieile d'Augosti ne
ue de ParadisPoissonnière, et a découvert ainsi 500 francs sa er dans une boîte
en fer blanc que la voleuse avait cachée
sons le lit.
Augustins G.., a été dirigée sur le Dé.
prit de la préfecture de police, et de lA ù
Safnt-LazanO,
UN ENsEoTEUR. - On vient d'arrêter,
après cinq ans de recherches, un déserteur qui â était trou quillement établi colt-'
four Aans une des plus importantes nomm
es des environs de paris.
On se demande comment ce déserteur,
dont le nom était écrit en gros caractères
r la devanture de ea
boutique, qui
payait, par coneéq vent, ses an,tri butines
et qui était inscrit sac les listes élauturales, s pu paisiblement exercer ea profes
aio. pendant cinq ans sans être inquiété.
M. lmrvin, dans le Figaro, donne, à
propos
des Contes j'anRisliques d'Hoff-
nue appréciation tees originale et
très vraie du talent d'Offenbueh. Le mai-
tit
;1
eu pinsirtns nl:itllérrs, et C¢At ce
que ilia looviu d6montrc acte infniment
d'esprit. Voici uomiàenl il s'exprime:
Ce n'est point un lait nouveau nue la
,,été donnée a ssitfit et les
pompiers de la caserne' de la rue Blanche
aont ....,.a.
En quelques instants, on s'eat rendu
reitre
de ce nouveau commencement
d'incendie. Néaumotus, unop.mpe a lancé
de l'eau sur les décombres jusqu'à Il heures et de, ne,
Le tra.sbordnment des marcharndises
continue avec rapidité et il est probable
q.. dans quelques jours anus pourrons
eté
donner lo chiffre exact de eu qui a
auvé.
du genre et du style auquel il doit son
crédit sur la foule et l'attrait tout-puissant qu'il y exerce. J'en pourrais citer
plus d'un exemple, et ajouter que c'est
ordinairement â o, fin d'une oarritre brillamment parcourue que le musicien , déconcortant le public et s'éradsnt, eo quelque sorte, de ses premiers succès, brise le
cadre trop étroit de sa popularité pour
s'en créer une plus haute et plus durable.
Aillé, le succès de son remuer opéra,
qui le montre es différent à lai-même et
supérieur à lui-même, n'estes poilu là,
i vérité, l'hlstohe de l'auteur de la partfrtfon des Confies fantastiques dHo1fmann7 Ne peut-on pas dire, qu'emprinné dans le petit gc.ra m, la l'orme spirituelle qui suffirent, dans une carrière de
plus de vingt années, aa vif
front de sa verve parisienne'polonais
puur e
sortir et s'élever à la hauteur il l'o=uvre
que nous applaudissons aujourd'hui, il
brisé le taos le qu'il avait créé lai-même t
Pour expliquer cette transformation du
talent de compositeur, il faut rappeler
dans quelle circonstance O(l'enbac devint, par gécesstil totant, si eu n'est plus,
que par vomrtien, le cfë.t.r de l'opéNommé directeur fin petit théâtre dont
il devait en même temps fonder et alimenter le répertoire lyrique, l'Impresario
était fente de cenenl le, le eût du nuhl'r
et le cers positeur de s'y couformer Or, ce
puhli voulait être amusé. OCPenbach ae1mptaclagageure d'écrire de la mosfque
'e. Son père et sa mère étaient donc la
I
désolation La P.Iire, iolormee fils le ledemain
ce de le
cedfspuri[lon,
,
n'avait pu fours
1
n étoile â o
tru mentait i Poil
ns il la
af
I
des liftes la oplus soi
uenoüt le m oi ie pus-
Aussi donnait-11 beaucoup de souci â sua
pauvres
rents.
,'
Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés
rallieme.t d'une grande partie des négociante du
Midi. Jams,, nous o avina
autant de monde
paroo..iv uns eues,
nous
uà
stator nn ne esi grand moovomentala, tous les
eham ps de faire.
Su, leu psomassise, il était impossible deefreulee etlce nombreuses baraques qui e
braient le plaises, les péomenadee des ACId as
ot des earmos ont d8 faire de 4uctuoeeus
cettes. A enté du cirque Méridional, dont losrepeoacntatione eo succédaient au yaiop, trop vite
u gré dea epécmtoses, ,,rait pria place le m
végo clnasigce, la joie ale grsuds et des petite
antan
Puis e aient lo c'ont Musée mmtecrigoee lo grand t66atro de Saint-danoise et
d'in mbrahles ,ilote de
s Copulaies qui, pou inq -dis
s, prédiontle pas
usuel
,
le peé ent, l'aeasil et m8,ns le
Une chose, drue unnyortnncr cupita7e pour ane
foira, a manqué A quelge.s-ane ae nos Montalbanais. lis le c.neietaient aven regret. c'étaient
leu lutteves ! Oil étaient-ila don,, a bused'bel,
nos hercules, cor émules de Ruseignol Rollin et
de Pie,,n i0 21 uleCtmo '! Nous l'igeorone. Ea
tous cas, le tait net .soue, ra e pour le liguer.,
peu ont.
Maietenaut s
iesgsnae la foire au
point de v e dea nSnisa5 vla point principal,
so dépni boa, un.aas rons quo I. foire, dite de
o
Sant-Joseph,
per laissé grand ohosa à dé-
nreAla
Hall, aux blés, par ,,semple, l'epprovidot était ellplus médior,es et les sOsi-
oé rosla.
n'ont donné lien à eue... vsrisd.ns les prix.
lienn
Sur les .nais in pays, il y en a gnolqu.e bons
achats qui net déterminé une haneso de 50 centimes par hectoli tro d t l fr. pour le. sale blancs
et I-50 pour les rocs.
Le véritable inlisin dols journée s'est noueratré eue ln champ de £oiee de gros et du menu
bliail, ot aocs défi..s soc o ville du Midi d'aroatallation conrpxroble d celle de Mootaubao¢o
Nas boulevards sont admireblemont diepesis
peur recevoir le bétail .1, grém à d'excellente.
ula ue d'ordre, les ameteure peuvent c inciter
enko, i droite un à gauche soue lo moindre
La jour da faire, c'est bien gecl,o.
danger.
v l'an
chus
I.e r d,,hé de,a chevelu, des
muleta et dea
lial, utl'uuit de o mbeeux et superbes e
ot les transactions e dl,aeuus et mol e out 9élé
des plus
cobra
e. Déjà, n ont le foioils -
qu'en habit de masque, et si elle eût fait
entendre autre chose qu'on refrain de parodie. Le nom posituur te,eha a
public, dont il était devenu bien vite le
f nuori, en loi faisant goûter et applaudir
E ane, la 17 et le IS, e,, sont mainitonoeavec beanoup do fermeté n¢j oueds ut, Ainsi de jolie,
elle se fut présentée à e x autremeor
de le musique eharmxu te qu'Il avait l'art
de noyer dans la fécond tté de sa verve et
de son esprit.
I: esprit, cette qualité maîtresse d u créa-
taur de l'opérette, a fait écrire à Offed-
que visent les ruses »: mais leur, bennes
pages en ont conservé le parfum, ce qui
est bien quelque chose. Italien par ta 14ooudité, Fran gais par l'esprit, le maigre,
qui avait amusé et charmé Parts pendant
au quart de siècle, n'avait pas dit encore
son dernier mot; il lui restait à rappeler
quo le musicien a lerià antre
si
doalth n
I
t
é
t né d e
Ai l
la réveusa All
e
no queeai,
neU idée sn di'n'ar, pan
c cet opéra des Coules
fantastiques d'Hoffmann auquel il oe Ici
a pas été acrurdé d, s u, vivre, mais qui
enceins, espérons let
Opéra t'antastiq ue, en ed'et! Tour A tour
Meam asicnlo,
r, des agents en tournée place
trois individus qui, suivis u abandonné et repris, abandonne corme;
d'un enfant, s'enfuyaient à toutes jambes ' puis exécuté l'an dernier chez le composiLundi
de l'Almavirent
Mont.uban a été, onjosed'hui, le rendez-vous
de tons les habitants do Is région, le point da
sait traité qualqueu bonnes .Remues
t p
sfble, vagabondent la plupart du temps.
'
du 19 mars.
pour des gens qu'elle eût mie en fuite si
bach ceot opéras. Beaucoup a ont vécu ce
aN PDTIT vaoaaonD. - Le petit Louis
T..., deisuoraot chas ses parents, r
Suint-Séverin, avait disparu depuis un
, rue Clay, 17.
FOIRE DE MONTAUBAN
transformation du talent ches un compositeur dent le nom est devenu synonyme
rette en France.
une nouvelle alerte. Tout à cou
urée intense s'est léguée. dessous-sols
des magasins, du côté de la place du HavrL'alarme
Alla Pierrei, 7n
çon sera profitable,
INCENDIE Du PRINTEMPS. - Samedi ma-
tin, A 6 heures mofna .ai, quart, les travullleura uacupés au déblaiement ont eu
m U.
Berdelou IMariel,7 mois, barrière do Bnyonne.
fant qui n'a agi qae d'une tapon incousoute et â qni, e ns doute, Cette rude le-
I
L... constataient que leur coffre-fort, plané
Galihem Marie), veuve Dernaud, 62 sus, ras
On comprend le désespoir des époux
T.:
11 est & décorer qu'on leur rende leuren-
Nos DONe DomssTsQnss. - La fille Alegustise G..., âgée de 32 ana, était depuis
quatre rnu a au servlee de M. Auguste
L..., confiseur-épicier, établi rue Oeuffco -Marie.
Depuisqualque temps déjà, las époox
beateloup b necerdo-Leuro), 2 soie, eue Vs-
tcurs dons des garnis de la ras Aliab lis.
nent égratigné au visage, etrevint chez
tfve n e point eu de succbs.
veau procédé d'escroquerie, qui desote
cbez eu. auteur une habiletégymosatuque
dont il pourrait traire un plus sage emploi.
avait t ét
lade, 45.
Irtl
Ut rapport v rat d'être adressé inc M,
iul'école il
La justice se trouve en présence d' u..
rn tour, saisit un lourd pile. de bois et
It fait Ir
Noid, flot loiaverse 60 fronce,
et a la gare Nu.tparnoe,e, ou sa ten[aRegnoul au prélat de police sur ou uou-
q u'a la sortie
frappa violeta meut ae femme au efenils,
à
M. Abit.
V
Amené an codmiénoisti
cai été...
teur où les fragmenta 9u'il avait Pu terr furent éeontés avec curiosité et
bond, on a pu arrêter cinq des malfai-
dr
UNE NOUVELLE ronron I) a'ceaugmhnee. Quand donc les escrocs
brevets d'inven Lion P Il y a certaines de
b leur approche. Ils s'élancèrent à leur
poursuite et purent rejoindre l'enfant.
rester an lit et ae leva. Hervier se lova 'à
marque ana bais
Samedi soir, en rentrant ne coucher, on
oi pta : quatre-vingts ferons avaient
été dérobés; dfmunrlie, cent trente fraude
msaquaient endure.
L'ASSASSINAT DU CZAR
La czaeewitch devait. suivent toutes le. mesun. prises pur le comité esC uti[, être tué aveu
un pure. Par hasard, il est parti seul du manège
UN. errmss. TUda A Coure vu PILON. -- Le
nommé Mare Hervier cultivateur a Loupes, canton de Condrieu (Rhode), a tiré
frauda qui eu sortaient Indûment : ils
cmnplérent leur a'or, puis firent une
Faits divers
hes révélations envoyées de Groève par
M. Roohefort se réduisent aujourd'hui h
quelq Uns dételle rétrospectifs aur l'évbnornent du 13 mura -
Né le 10 maya 1845
e
retiré an bout. de quelques mois.
attributions toutes royale,; quand elle
abandonne le principe tutélaire de ta per-
cutff de fixer luiintime ut de faire durer
bar-
tion do Sainf-Pétersbour avec un
gercent
naux ça matin, M. Boulleau n'est pas lé
vfaaire de M. Hyacinthe Loys
11 a fait
partie de l'église gallicans, aie il s'est
'essence des Assemblées et laisse leponr exécutif aune oootrôle et sans opposition pendant 1. cours des vacanene Perlealéatoire., qu'il Il épmed de ae pouvoir exé-
ALEXANDRE III
Née le 26 novembre 1847
n 1818. - Mort le 12 tsara 1881
iisl
tes prix popes pour les juments de 5 à
jumela b,ero..Il cet
été
payée
de gin à
I,OOl ernens ot n
evdre dee atte(survols
lages d. jumeuusu as
, f,o, t non prix de 1,800
a[ 2,000 free os Les mv les étaient fort ahéres
et irouoeiuci panama à bleu at 1,200 francs.
Dos mulots da fi et 7 ove ont valu juegù à o60 et
1,150 francs.
Los biles à cornas offraient uo aggloméra-
tion peu ordl noire. III a avait pose toue lea
ganta et durs tous les rix. Jusqu'à 2 baumes de
l'aprésmidi, . foira a été hésitante. Il y avait
de nombreux vencle,s et leu acheteurs ne ia qunIcet peint, m ea personne n
saqua
lao cahote et foot Prisait craindre duc,...né.
nulle. A 2 bomes, les uécor u, te se sont mis à
acbois, et il n'en e pue folle davenmege peu, relever les c uss et auie.îvee la résolution de
ombe, OsesunOeires
à de fort Clous pris. liait
paires de brai, de S à 4 ane, taille moyenne, en
peu mate osa, a.as'lavenir, um cté {arasa 6,050
franco, soit 710frnncs In paire. Once. paires de
bmuf, de 5 à O ans, beaucoup puas beeus que
le, précideotIl, ont dté enlevées au pets moyen
de 1,120 irsues, ot enfle d-au ire bmef. qui
io et tronaé preneur, il y e u. mois à 1,250
bsscss, n'oet pu olundi, ce Prix et se sont livrés
à 1,210 frenee.
JOURNAL DE TOULOUSE
Les troupeau, moutohs et brebis out doeui
MARCHÉ DE LA Routes:
lien d quelques traneaetiovu, ranis Inc prix sont
rectos à pan pesa invariables.
Les puer e
gras otelae
..,.,.
Blé roup, tyy
Mar.,
Pommoe dé terra,
l'hect.
Mai. roux du paye
Vesces,
Avoivm,
Orgue,
25 » à 28 ss
6 es à 0 es
3 50 à 4 et
Haricots,
-
petites,'
Fadoee 122 kilos,
-
Repu.,,, le, 100 kotos,
13 ue à 14 oc
Sue.,
10 50 à Il Il
660.5 1 710»
85 » à 90 es
le
--
25
sent à 70 fr. le, 50 krloe.
45»60.1»
Il
-
(Union de l'Aude).
'e 40 »
30
--
Arrivages du jour, 1,100.
Vente, d, jour,
0 0 Ssedmuska-Jrke,
l 500 I ,k
motif 19 mars,
70 ss à 82 60
L
Cous.du joue .....................
Couseet ...................... ....
b0» à65ce
0e. 102
fr. 102
1,000 P 1 gue Daube,
100/,
500 Tee,iie d'Orne,
100/
i
2 25 bo.-dg,nl
0,6e..
Soir(Agse,,,
Bore ... , ..
Brie ...
8 20
b `25
..
l'0 3â
11 46 Sou (cep)....
Matin (sxp.), roll
80...........
sen
Mntim......,
2 28
10 35
Soir tupi....
1 45
d 25 Soir.........
2 25 Soir,.--,....
10 35
320
r..
Mutin,.
2 4o
..,
Matin......
Soir........
1
Soir.........
Soir,........
AI-
11 48
27.5
Soin
11
3
SriETTE.... l l OI
LIGNE DE CETTE
.d'in (die,)..
nt¢.... ...
M
abn......
Soir
348 Matin lev.p I..
227
54e MatnIs
p..), 855
LO
e
2
.
Matin
10 30
soir,,.,.,.
140
.,-.,
llSperts:
Arrivées,
Soir.........
Bois cep.)..,
Sorr Geeee i.
4 Il
Seir..
,,
8 45
25.:
21
q., pur IL, pux O rlier'u très avait
0
L5 50
08 25
francs
Mutin
SuIl_
2s
Soir.......,
Si-Cop: -
5 57
DOre,ts1 48
6 10
8 49 Mat. Matab)
0 10 Mat (Mutes.) I l IO
Meouk.l
10 30
Mat
1 411
5
,.
Sôu.......,,
Soir.........
h 45
LIGNE DE TOULOUSE-BAYONNE
8 Si
(Exp)
Soir (M:t[ab.i.
10 QO
11 25
0 3U
...
P
5
2
1....
1
Soir Montl.
11 28
M trd
Meute
B
...
Mut
S'il
5
3 40
Bail'.........
Soir........
8 s.
atin.,,,,
Matin
Matin.......
n n340 n Mutin
5 45 Soir Porpig.)
Soir(Per) e.p
Bols Peepig.)
2
s
4 e
il Il
Soir cep.) B.
1 40
Octr.........
Soir......
10 20
Soi,
Il 28
5
LI(HNF D AUCH
Mat. (Mntab.)
a lb Mat. {St Cyp.(
B 45
r Metnb.l
18Wyp,
flair
2 30 Sorr St-Cyp.)
Matin..,,..,,
d »
Matin
2 15
Soir.......,
Soir........
Mat
9 IS
1,
IS
Matin
8
Mari n......-
Il
....
Soir..-... ...
6 s Soir.........
soir......
..
se
Ca'telginse .....
9 4.' Lcedanna
Qu'il
..
...
..
.. ......
Toulovae. -Imps. DOULADOURE-PRIVAT.
9h il
mot
RETOUR
8 b. 1/2,
9 h. 11 h.
E h.
... 8 h., IO b., midi 2 h., 5 le.
1 soi Saint-Simon Ipar la Cipiàre).... 7 h., 10 h., midi. 2 h 5 h.
.... 7 h.
at
: . . 7 h 10h
3e, aie-Age, ....
.....,, ] h., 10 h.
Bl aguer per l ' Tebousbess)I5
..... h .
Blagnac ,par le Polygoeeo ...... 11 h.
5 481 Cueeeegel.. (par lu Sépiare)...
9 47 f
e ............ . . . . . .
4..
Alntin....,...
Sorr...... ...
1 30 Lufourg,ult,.. ...
Soir,. ,,,,.
St-Martin-du-Toneb.- Oulomien 8 h midi.
3 23 Notre Dame dAI
119 4R
L
d
b
3 40
93.2
10 461
Pibrse ...........
p.l
...........
3 h. 1/2, 6 h, 1/2
5 h,
B b,
2 h,
3 h,
6 b.
5 h.
b h.
9 h.
3 h-
Il h.
4h 7b,
h. 6 h.
4 h,
7 h., I: h.
S h, 1(2
S b. 1/2,
3 k,
3 h.
. . h,
3 h. 1/2.
8 h.112, Il h,i
9 h., là h,
4 h.1/2,
Plamxeao p-les e,-polesl,, ,. 7 h.
Bra.ueville.
7 h,
LIGNE PARIS-ALBI
12 40 Matin nx
9 32
Mat, (260s0, 5
M
IVill fl
M.P.
Matie .. ...
5 03
-p
Menu (Alter .
B 30 S
0 30 '.latin (exp, . 12 20 Suu.....
8 h,
Q h.
B h., midi.
h. 1/2
9 h., il h.
2 h.
2 h., 5 h.
1 h., 5 h.
9
9 30, Crox-Daurade - Loubera... ... 8 h midi.
8.11.
b.I/O
v,
. 7 D.
9 32
5 20
Le Directeur nié ont; L. JOUGLA.
ALLER
d 10
L 53
trée : 0 0e. 56. - Le soir, de 8 à il bouse,.
Entrée : l 0e, 10, droit dos pauvres eonprm. Grand oeohoet,s toue les soirs. Consommation.
rque.
l'Immense avantage qui leur est ot'fa d I
.tin d'obtenir une prompte occupation d
leur, lotaux , restés la plupart du temps
5 le Mentaudrnm Ip. des Domo,sellesl. 10 h,
Sole...,.....
SKATING-FALAIS.
Toue les ,l'ours séeoo
de paiivnge, uyràs-midi, de 3 à 5 heure. En-
les bureaux de l'Agenoue
MM. les p ropriétai ces ayant des misons
appréciaeront
u des appartements A louer
8 .s Soir ....
Soir IVHlof.l.
LL
Leteod8. - Ancamvilla.....
11
oue.' ..
MuG.....
1 30
LIGNE U SAINT d1ICO OS
8
1
Soir.,....
a
8 IU
2 48
Bois.........
TOULOUSE-LUCHON
2 17
d
9 52 Soir........
ne (Sepegup.
Ain
e4Lre ms sn
M
,
Matin.....
1 30
Le Yoissirds,
le. Halles en 1804, grand
drame rietoeique ev 5 acte..
asana est due nf<r
ame tee a{ beslieea tesnlse s maee,r as {a, n,e,abes).
Mat. IMaest.
Soir MuluOf
2 48 Soie (Mateb.l
6 10 Soir IMatab.l.
Soir (Matob,l
GRAND THÉATRE-FRANÇAIS ( Ancien
Cieql,e). A 8 h. "e'.
Ce Tableau est placé nue rots la semaine
10'
LIGNE DE FOIX-1'ARABCON
268 e Mates.l.
r 30 Soir jst-Cyp
(St Oyp.l
s
Socs Mcoeb-I
- A 8 h. Il
actes.
dans Ies quatre grands journaux. savoir :
Le /tuent de Toulouse, le Messager de
Toulouse, l'Union du Midi et le Progrès
libérai, 't d'une manière permanente dans
tageux.
5.51050. .
THÉATRE, DITS VARIÉTÉS.
publieite
ormlre d'hiver),
s%uAMetie.
10
c
5
10 30
11 28
3oir....D ...,
Mati.
5 45
Mati
.
6
.
11
Motos..ceersse
Soir lE p)
Depsets
Avec MM. Roudil, rit,
Mmes Le,ltnu et Hamokarv.
LIGNES DESSI'llt. 110
D6parde - LIGNR DE BORDEAUX Arrivées t
Matis (rap.l. 2 40 Matin (direct
328
Matin
6 25 Mets
8 15
Matin Agen) 9 40 Soir lozp.)...
1 45
Mntln sep 1. 11 0 Sri,......... 3 20
MARDI :
Charles VI, grand opéra eu cinq .rte..
10 francs pour une durée de trois mois de
ae
d tngu l t tn jal
Départs et Arrlvéd>s des Tra1BS dos Cheoelims de rue dus IM5dt cet eS'tIreéaas
Reluohe.
ni iéns dans le Tnhlea u des locations, est de
ililides hioo
1
Les COSTUMES ut MANTEAUX
3R
100/,
100/,
00 D ..be tend,
>lpea/seles da Et Mars
THÉATRE DU CAPITOLE. - A s h. sis,
eue le prix des Annonoea, pour être pe.
I'rinteli05'.
198/22,
Dao,be,
(1,933)
MM- les propriétaires d'immeubles si-
marché acquise aux Sboogosins du
4,1C0
Ilupourble :
Sa Péxenas.
17, rue Aisaco-LOrratue, où on doit
S'adresser exclusivement pour traiter.
tuée dans la ville do't'oulouse sont in formés
I2 t fieront la
réputation bien établie de Vendre hou
fiiéoln, - Marché ,aime.
1
Pentes viagères, seul établie à Toulouse,
Aura eaneernant les locations
Les Affaires hors cours que nous
avons
MARSEILLE, 19 mou,
à 31 D.
kéaav. - Ces, de M Gros, 550 h. k 31
58 a, à 62 se
VINS DE 1889
qu,ldi, 230 litre.
85 » à 95 se
2
Vente. 460 tierçous Wileox, liresi.on mai-
CIvo de M. I.
Poynas de Md . - Cave de M.
c,, 700 h.
k 431e.
Villerouga. - Bues de M. Pngèv, 800 test
1,000 ce à 1,210 9s
Porcelet. do 5e,ois la pièce,
Porcelet, d.3 mois
Sufndoen. - Fera.
doetes 000lgnree,S, 1,000 hoctulitrea à 20f, 50.
Bmnf.,2k3en,,
Demi., 4 à d su.,
Veaux (Ies 100 kllo,l,
Porn grue, le. 50 kdogr.
e ut ré pat.
I x00 kcceolinee à o9 D. 50.
mDaà,è.
Le, Bourgre,, ds Peni-Aroy, eomtdie au civq
seront vendues d punir
Oon;tifueront Polo' les Dames dos
Occasions réelles qui méritent d'è[re
vues mdme sans besoin d'ocbat.
V1'ntea 9,11'0 sers, .out 1,410 Haïti Port.u-Prince à O3'Pr, et 725 Cap a 67 D. l,. 5U kilos
hectuils,. à 31 f,. - Cave da M. Combattes,
BÉTAIL
AI. capital do
Les Magnifque, Nouveautés qui
Cnfes. - Marché ferma,
8eiv t-Marcel. - Cave de M. Hybram, I,Yfs
Prix
Los Bureaux de 1. Compagnie
GBE.tiuAM , assurances sur la vie et
SOCIÉTÉ ANONYME
Ventes, 200 balles.
2,300 bec, à 20 fr, 50
uu et gaz,
tels (Htitel
.1
I.abit). S'ndresser A l'Agence Havas, rua
NOUVEAUTÉS Agence HAVAS
de la Saison
Le NAVRE, 19 mar..
Cotons. - Merohé cale,,, prix terme, sur
le sepp,.Ihé, plue l'en tes es 1. üvrabls.
Rai.seo. - Ccve de M Hertbmoiev, 1,000
hectolitres k 38 fi, - Cave de M. Léopold Pvjol,760 heet. à -11 fi, - Cave de M. Labonoeeif,
t, wmpese
1 -
Alsaoo Lorraine, 47, angle de la rue La-
Paraissant tous les Dimwaches
Pris de l'abonnement: un ale 6 f,
Bureaux: Toulouse, rue Saint-Rome, 39
Pour nos abonnés, le prix du Moniteur
agricole est réduit de 6 à 5 fr.
(IUVILft HE' du, la `'ENTE
Tgp6gr»rwmos commerciaux.
Ouveiileu. - Revente de partis de, vina du
ai9gne a1s_
t
t
si'", en ferre 10 ygnure du
Rédacteur eu chef: M, LAFOe,E
Lundi 21 Mars
d. plu. haute cours dès que 1. péuuri. A.. boue
vIna,.,centvera d"vautage.
Terrai. 35feeoos.
32 es à 38 s»
AUJOURD'HUI
Eu nomme, s,vtiuuatfon dum semant de
u grand nombre
n
de 8 p ères, 0n
DU SUD-OUEST
tout aussi attise le, oies dEepu.
et d'ltalie, sur t. 'Le. de Cene ou le venta
de ces sortes s opère un lu, ,t à suceur, de I.,,
d'autres
U
A LOUER
MOMTEUR AGRICOLE
T Cl U L® U S E
e l'objet d'un
reprise pe6eè.1ummunt indiqué, avec tsn...... à
. lqes-eu,
quelgeeea parmi
oe- ni
(1940)
Os'herche
Rue
N0oue ee,
N ,s o.
+..
j
layette, 5111,1 Prévost.
débuegno,uent
m de m"reone es Narbovne,
Olo sac
.atone
c eaea.rul nu
t ace
,,nt
i dm
sol,
t
t lieurs à M. BdHiO, éditeur A Poitiers.
'
A
'
est fait mette semai. beaucoup d'affaires
i9 à t .a,
f
Pour recevoir ce volume f>anco, adt e. sur
pre.seulie gn'kvuut peu leu ac-
fait
foccupcs, pur suite d'un manque complet
I de renseignernants utiles et précis.
i
I 0i II i I
f ap d
rat et
méthodrqueme t. N y lie 0211100f.
quéreurs devront se montrer plus cou mou i,dana
qu à cette heure sur le eloseoment de es sortes-
Narbovne, 18 me.,
yplu. d'emproeaemeoi eus nehan.
2 25 à 3 se
43 es à 47 se
I.de., 50 kilo., -
de 10 ee à 11 a
d, B à t I fr. lev 100 kit.
Chronique "aient.,
10 25 h Il ce
15 sc à 15 50
Mil d'Espegv,,
Pomme,de terre gros., -
it
i p1
pms_ .
,-d
Ce,rureeos
sont déjà m
triage qui
-
parc,/t,, fr. 10 k Il f, le. Oh) kilo,
10 50 k Il 25
-
Seigles,
13 50
11 »
FOURRAGES
10 a» à 10 60
15 ss k 15 50
14 25 à 14 60
--
Fàves,
-
IQ 50
Lusern,, fr. 9 à la fr, se leu 100 kilo,, -Es- i
11 75 à 12 25
-
M,fs bleue puy.,
r
d. 129 kilog. 112, rendue eu ville un oe gare.
21 50 à 21 75
20 50 à 21 25
l8 60 h 19 75
-
-
que, 48 »s Fe. 4 en retins pour S. S. I la balla
PRix DES CÉRÉALES
-
21 5U
15 as
11
I .end
value plus graude dès qu'il coca démontré que
le stock de Des qunLtée allant se sélect, le
00mont viendra bientôt du ]rater se, leu inf6-
Fanes : miuot eztee, 50 e, - Bonus. 00 ,-
et de 3 75 à 4 z5 pour le, fourrages,
-
--
22 se
selon
l'B
Colle ingdnleuse méthode (approuvée
rble
f
uv
e à 23 se l'hsee.
d 20
d 21 50 à
B16 rouge, d type
de 20 0 à
Soigle eui...t marrie, de 14 50 à
Oege,
de 12 »e p ..mufle,
I. 13 es à
Aeoine,
de 10 s» à
lieu à un polit courant d'vffairee, m , .'et le
tatou qui dam u géeieelcm
e des ps e
voilant do 85 à 95 fraoca pn e lie. vin. de choix
B16 3e,
La s, toutou rem merci-Il r. t
1
SIS blanc pr. goal t
Les vin,, tee fourrages et les pailles dooeset
Blé 2e
85
CLEF
le Ce,- d, honte
MARCHÉ AUX GRAINS de la nl,ee
d hui, à 360 Douce soit le double,
]'hart.
B.
de l'esrihogroDha':
I
que précédemment, au peut 1,
tenure,..il 30fraocapilas et revendus,.ejoro-
Blé ira qualité,
u5
SITUATION COMMERCIALE DES VINS
A. C.
onds h chaque bulletin, noue avons à coestn
Cer que te faveur du public me leur fat pue delent. Los portale te de 3 moi, aroleeeot a 3U et
40 fraoca piste se orna de 6 mots valent de 45 à
00 fraoca vivant l'état,
Notons, eu fuit do veule, celle d'un lot da B
porcelets, achetés il y a 2 Sotie eu pna de 180
Il.
st recemm[ui é¢) simplifie compL E
-
yremiore, entre 56 et 0d feutre et Pour I. se-
D. 102
.
Prix cane chnvgement, mais teodanoe faih10.
Blé Ire qualité,
80 kilos
22 e5 à 22 75
B16 2e qualité,
20 75 à 21 75
mrcelete étaient très
o. LO prias so tin
o iuton,s, pour les
mbr
Avril-Mai.........................
SIS Marc uoaveau ..............
Eau-de-Vio P. Id ..................
(4 heures.)
4 h. 112.
4 h. 1/2.
8 k, 1/3.
12 h.
7h.
J3 h.
PI'
Draquvville, Pineaguol, Prbre, Notes Dame d'ales poefont de le plaw 0e
S.' t M. rte, du Tou'h, C,lomiora, partent du Marevé Couvrit. Leu xarree ligues partiront
3 dO Put
7 -B de 1 plana du cap, L,
Sois. ...
A partir du les novombre, le eorvrcv de le viii. eommsor,ee à 8 heures du matin et fiais à 0 h. du soir.
1
Rue des Arts, 24, angle de la rue Cantegril
MAISOX DE DETAIL LA PLUS IMPORTANTE DE TOULOUSE
Qui vend bon et bon xnarohL Poux vendre beaucoup
Aine des Butancos
MESPLE AINE, PARFUMEUR
50-52 , et rue du Lycée, 10-12
1.e plan ancien, le mieux aesor{i, le meilleur marches me raison de son
chiffre d'affaire et sue achats aa complant.
PORCELAINES, CRISTAUX, FAIENCES, BRONZES, ETC.
DÉPOSITAIRE DE TOUTES LES SPÉCIALITÉ. HORS LIGNE ANGLAISES, FRANÇAISES ET DES
PRODUITS nàrgueIERE, PARFUMERIE, BROSSERIE, PEIGNES, ÉPONGEA, TEINTURES, ETC.
Si U
V
? NiniO1iT10027 t5tt'
DE ]BOTICIT Seule
véritable
ige
Gu Vidas vide
MAISON SPEi,{ALE DE VENTE
COUVERTS ARGENTES SUR MÉTAL BLANC
GRAND PRIX. Exposition Universelle de Paris 1878
Raargenn.re.-Exn.saaaan eanyne eeeu,Ine,
Cc i ol'3 .1
Mn France et à l'Étranger : chez les principaux commerçants auxquels
Dépdi des thés de Mine du Soleil de la Compagnie fermière anglo-franco user,
Dern.
Pr6edd.
emDrre.
vars. RENTES, ACTIONS "6'6"
aldtvre
De. n.
OsIdoxe..... .... apte 1410 .. 1420 .. Foncières 3 0/0.... ..' 550 ..
RENTES, ACTIONS
1100 f,.-J let. f c ...
.
84 10
I/O.......... apte
J ov i en. I jas. f.e
0/Oemeti,eeb. apte
84 20 Ouest........... epI.
..
..
85 BU
..
0/p....... cyt. 115
oie. `L'2 sept f. o. ..
Jouiea. lauv,. f.e.
..
I
Bd IO
..
003 15
585
..
Ba.qua do France apte 4430 .. 4500 .. Canald de Suez... apte 1940
..........
.
J.
nom
éc........
f. c.
.
Y,an F ranco- E gyp apte
760 .. 75 5
....
C,S unie
31 déc Al f c
..
mpt. d'esco eo
apt e 1025 . . .l OdS
'
.
.
..
fl s fr. -J .out f c.'
Cré dit foncier
apte 1730
IUn S/8
...
25 I tali en
J.J
.
..
9J
5 0 /8..... cpt
f c
Ui11uL ....
J
.e.
Luo:
.4
30
30
. ,
D tt T
...
.
211 /4 216/10
..:..
..
1970
... ..
30/0 ext. Ipt.
cp t. ISIS .. Ii l'2
pn
ju illet. t' .c.
luis. juillet.. . f.c.
...ii ., Jouta,
a5
I.
Ba qua ottomane. I.e. 57. 50 576 7o Efata .Un,0/p.,
... .. ... .. Tome. nov.. ... U I.c.
oms. jmllet...
Banq ue de Pane
-
800 D. P. J. jans 0.0.
1.1 30
tue Tété g6uérals . apt
00 le.-j.
d7U
8]5
.
f. c.
Cba reu t ee.
.
780.
......-
e
net.
j. 00
r, apte
Est
ept.
Sf10 f r. - J . uni f . e.
7]0 ..
.,j
Q .. '
79
..
....,: ....,
.....
.e..
.
eyt-
t
J. juillet
.....
I
18 ]
rraueo , IRv _
d83
391
363
390
3flJ
39',
-
Parie
t
-
ri15
f c.
.....
767 501 Tic .
..... p . 835 ..
J. juillet..... f. e.l .....I
Autrichiens
c
t
'
I
... S u d A utr i c he L.. cytf 2 32
790
P.r i a Lyen M d
1800
IdOa
t.
60 11 fr -I .nos tyc.1
. 600
pP ! 11 7
Mid i
1170
50 0 fr .
J 1 f
8 7 17d0
Nord -.
J. Jud bon fr fe
..
..
Crédit m.
J. uovem bru. ..
Nor d d e l'E spane
,
., i
ept
uillvt
f
PxmpeI.-HaroeI.
c
J,
J. pu dot
Po rt ugais I .Jm ]
8arag oeso J . JU il
'
50
,
.....
f. c.
'
473
..
I
f
pt
p
t
..
",
. I
850
3d 25
.
.. .,
.
.. ..
d30
2 35
..
...
400
..
MédVivo
.
fie
440
..
... ... ......
i
277
Midi, g. p.r L'ROSI....0 391
Orls ..... ........
I
392
,.
i
S oilurns
S aov
..
.
..
.....
k
Id .
tio ......,
11103
iEat set.
' o
., 'Nord ,
1Ifi
39I .. Orléans,
., 3de ... O nvs t
.
--
.
V de
Atih
l om b
mm.
E
¢[.
..
ss
se
d
,.. ...
1490 .. 14..0. Nord du l'Espagne..,,
336
n
.. 'U
.. ...
375 50
380
.
1875,4 1/2
1 300
420.
.. .. Dette tunieienve......
...
, Cuit
F
Oi
L 11
d
t
t 50 f
g
de)..
. 361 .. porpignan e d
-343 50 282 .. T mmwave
d 6 0/0
45..1345, Gav général
361
.,. ,,.-.
5 0/0
1670,50/p
.Fi
N- ilordelaise donnant le goût du vin de MÉDOC,
Poudres et Geiadnes pour la elarlfication do VINS,
Maehioes A huvoher ot COUS Ies Articles de Cave.
Chez L. AURA, rue Cantegril, 1
522
153
155 .
605 ..
503
19 MARS,
Les Consolidés sont arrivés h 100 3110s
en hausse de 118 sur hier.
9l'
,
341 SU
1805,,
71
71150
LeS90flilitâ 84 05 ;
18&b ..
72
G7
b le à 85 85; le 5 010 A 121 ,e air.
-
07 ..
fié
187"s..
fi7 ..
H onduras ....ng..r.eve .... .
Lombardas
Hona
-
-
5k,.,
Fenuss, 8marpua,
5h,
Disponible....
71
Disponible,,,,
Courant......
72 ..
50
vril....,......
4 de Mai......
15.
73 75
Coure at.......
Avril..........
Mai-Juiv
4 dernier...,,,
74 50
4 de Mai,.....
,,..
F--
63
63 10
62 75
12
6t 75
/
--
.I 810 .. Cwprunt e o
Emp romain 0 8
..
)
415 .. 412 50
3J250) 30250
Bourse de Part, du 19 mars 1881.
Huile de Cola,
Les Rentes, tort en étant bien tenues,
Huile de Lie.
lriaur,s.
sont relativement calmes, mais il n'en est
ponible....
d4 75 Disponible,...
pas de môme en ce qui concerne les ou.
39 -,
Bu raid,,,,.,. G4 50 Courent...... 89 ,.
eurs; la Spéculation enlève les cours avec Cou
05
07 ..
Avril......... G5 25 Avril......... 39 ..
651/2 ne vivacité extrême,
fi5I/2
4 de Mai...., 6b 75 Mni-Jelu ...... 38 75
Le 3 010 est à 84 15, après 84 10,
...
..
4 derniers,..,,
66 75 4 de Mai...... 38 75
...
...
.. Le 3 0)0 amortissable ancien est à 85 95
M. llnrbley.... 64
::l
et le nouveau à 84 90; le 5 0,0 est autre
Spieituese
121 12 112 et 12120.
Blé,
540
Disponible...
La Oanq ue de France est à 4,540 f,
00 28
Le Crédit foncier de France est dans les Courant...... 60 76 Conraa,....... 29 75
4Al,
2e
,,.. ....
61 ,.
Avril ,,...... 1115
e nvirons de 1,785 fr,
907
4 doMat ---, 30
4 O M,i., ......
158 75
Le
Rente
foncées
est
à
580
fr.
901; 4I Op l'/2
4 dorniera.....
58 50 4 da Mai..., .. 28 40
L'Italien
est
outre
90
75
et
50
95.
63a ;R
SU.
./.
Stock.........
g8 T
17
.
.
Cours Commerelaax ae Parue.
BULLETIN FuiVANCIED
..
5d ..
.. Cmp. ottoman, 18 G0
.
`
319
BOUTEILLES à fond plat pour prnpriétairn, Bouteilles
pour liquoriste, Bouteil las pour VINS FINS, RHUM
.
Emp. Ruaae 0070 ,
..
G rand Central ...,..,. 3 90 ., ' 390
des Entrer 2d7 50 270 ,.
On6aee, Ch....! 272 ..I 272 ..i ii mea do Cazmaux... ..,
O rl ea,s-[toues Is. Su dl
s de ..
M.Lfd
.
.
. o . _., 1150
f511
... ...1
..
i
18î3
..... Péruvien d.0/p........
snno,...i 322 SI
.. ,,,,,,,,,1 319 50 390 ..: Crédit rosat, ..,,,,.,..
et g par
DE LA LOIRE ET DU RHONE
t.
.
Pa8nr6a..
i
.!
_
3 ,
11(0
..
t
0/p...
1
fi9J
délégégeations
B ous
.,. .. D ome¢i el ee A utr i c h e.
710 .. Dette mut lnne
e 5
565.. Emprunt nubiem....
.. ... .. Emprunt égyptien I8(36
780..
18701
,INord rte 1 d R
.392 25.392
1850.
Nord ..
éan
0
!
pt
FONDS ÉTRANsuigo.
700 ,.
....,
'
l'3
Liverdun IOorges dal..
Oesibue de Parie.....
32.i 75 Immobilière..
Truecullantiqua, in. 25
.
.., 5175 519 ..
...
COMPAGNIES GENERILE DES VERRï:RILS
..
VUS 50l
90 70 Genève, 1855...... ..i 3d ..
ctor
e
325 ]5
e. Fivee-Lille, t 0/p..... 402 ..
1071...E 395 .,. 303 75 VALEURS AU OOMP. (
1875... 5192 .. 520 ,.
1078
tC t sl
Suez, ont. 25 es., e. 500 0,0 .. 580
:i 0/p ....
2
Cré .it Motilier ., apt
5 00 fr. fuel jan f.c
1889. .! 405
P re Lyon M fuir
ept.l 815 7n''.
Snragoseo............
.,,, 358 .. ,,, ,.lMagaains
Ion 1/2 AourbonneC
....... 151 385 389 ,.)Allumettesgénérnn.....
ehi.ignoa. ...
AI,
..
A
e n èe o1
Lop
u C. par lat 319 ..
.. 30eseaganos.....
f
1705 .. Crédit f. d'Aut ..
210
508
(:hesoutes... .........1
..
....
Est, gai. par l'Etat..,0 388 50 ... ,. Crédit foncier colonial
- SU SRT 7o- Docks do Murveillo...,
sonnes, g. par l'Etat '38o
..
,
322 50 3''9
1885.:52
,
U SU 519.1
-.
20
20 ..
Pampeluve,..........
5Q0
P sr [ ugeo ............. 32 4 .. '126
515 .. Romains ............. .385 50 388
... 513 ..
.! 2t3 ..
DE LA
Préc6d. Dern.
Pr6e6d Derv.
VALEURS AU COMP.
aletnre. ¢ou
cletnre. c
OBLIGATIONS
550
..
...... Suive, r. 225 fr...
1840 .. Villa ue Paris 1855-60 503 ,.
..
SOJ fr.-J. oct. 1,0.
115 .. Immobilière..... cpt.
0/ p....... 520
..
675 50 Trésor, r. 500 fr,
870 ..
f . c .:.
...
B Jouiea. l'6 nov. f. e.
... .
.
Lis Parie. du Gaz cpe, 1804
., I
I
500 fr.- J . oct.
120 10 1211 66 Ts500eueelleutique .. apte
..
fr. J. j . j ail. :f. c.
0/p libéré..... pt.
Quia. janvier.. f. c .
Pr6eéd. Dern.
eletuee. Bonn,
OHLIGATIOINS.
nom .
BOUTEILLES DE LYON
COGNAC, VINS STRANGI:RS, Bouteilles pourla BIERE,
la LIMONADu, pour EAU DE S11 IILITZ, Deml-Bouteilles,
Bouteilles Martinique pour LIQUEURS SES 0h05, etc.
BNTSS9OPOT GÉNICRAL a 229, rue St-Honoré, près la rue CastighSne
Paria
DÉPOT : 18, bout ard des Italiens
Paris
IOUEBE 19 MAR.,
-J
.,
n¢âiRÛÉt
Seul liepeOsentav t à 'loulou-ee de MM C.......,. 0o rat C,.
on demandera le prospectus renseignant sec Pefhoacité des produits.
i3
M
L'OBrÈd'BEiliE CHMS OFLL
exigibible:
Signature
de
DE
Services de Table Gn tous genres. - Services à Café et h Thé. - Caves A liqueurs,
objets d'art et de fan tuisie, Cristaux et Porcelaines montés, Faioeoo, artistiques,
Lampes de luxe, Lustres et Candélabres, Suspenaione de salle à marger, garnitures
du bateaux, petits meubles, garnitures d'en tels, garnit. ras de toilettes, articlae pour
Ph rmacmne, Contlseur t L
ee,U
V os d'éclairage et d'Hlnnli allons, Clot
pour lardlns, Appa
le table po e do s IU,Filtres de ménage pour l'eau.
Poe I e6 en a5eu-, tir,, et
Unique Dentifrice approuvé par 1'.Académie de Médecine de Paris.
dGui
GRAND ENTREPOT
EN CIS1'Tl®NNEt,
...
1877.,
Bd ..
.
.. ..l
277
,
95./.
...
75
6] 2b
.
277
..
.../.
1fi78
IRJ9.
Trots heures. - La clbture eut faible.
Cirenlstion....
pipe.
le 3 010 amortissa
Courant.......
Sunea 30,.
Roux 7/9......
2I 50
Avril.........
21 60
4 de Mal......
21 25
Mai-Juin...... 'Il 75
57 60
id, 10/13
Bleue 3 disp...
57 25
Courant.....
o`
Avril.,.......
4 de Mai.... .
67 7a
68 25
kaffi rée.. ... 110
,
Disponible.... 111 ..
Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés
Seud..
Avoines,
Cvueuut.......
Avril.........
Mai juin....
,
4 de M"i,.....
20 50
20 ï0
'0 75
20 75

Similar documents

Choses d`Indo-Chine

Choses d`Indo-Chine awse le ai, où la loi ue sois ans sera;t noté, Il est certain eu effet que ces loppent depuis plusieurs semaines à edalilés rie seront mitres que des dis- ires-ors la Frein,. _Mais elle n est pas o...

More information