Consulter le document

Comments

Transcription

Consulter le document
ETUDE
D’AUDITOIRE AU
BURUNDI
Restitution des résultats
19 mai 2014
Bujumbura
Déroulement
Méthodologie
Contexte
3
4 à 14
Audiences radio
15 à 27
Audiences TV
28 à 41
Lecture de la presse
42 à 44
Image des médias et attentes du public
45 à 59
Recommandations
60 à 62
Méthodologie
Quantitative
Qualitative
Dates du terrain : Du mardi 10 au lundi 16 décembre 2013
Dates du terrain : Du mardi 10 au mardi 17 décembre 2013
Univers de référence : Population du Burundi de 9 ans et +
Univers de référence : Population du Burundi de 9 ans et +
Échantillons : N = 2 104 individus
Échantillons : 5 focus groups et 8 entretiens individuels approfondis
Méthode d’échantillonnage : Méthode des quotas de :
Répartition des groupes :
Sexe
Age
Niveau d’instruction
Avec répartition raisonnée selon l’importance des différents
quartiers.
Administration des questionnaires : En face-à-face au domicile
de l’interviewé, une seule interview par foyer.
Groupe 1
Groupe 2
Groupe 3
Groupe 4
Groupe 5
9-12 ans
14-18 ans
20-30 ans
20-30 ans
35-45 ans
Bujumbura
Gitega
Gitega
Bujumbura
Bujumbura
Répartition des entretiens :
2 entretiens
4 entretiens
2 entretiens
Professionnels des
médias
Leaders d’opinion
Institutionnels
1 pro de la radio
1 pro de la TV
2 responsables d’OSC
1 cadre universitaire
1 cadre économique
2 responsables
d’organismes d’Etat
CONTEXTE
Contexte
Dans la zone où vous résidez, estimez-vous
qu’il est facile d’accéder à…
Base : 9 ans et +
2104
Bujumbura urbain
Internet
Internet
Urbain
Rural
Presse
Presse
Base : 15 ans et +
1683
Facilité d’accès et zone d’habitation
TV
TV
Radio
Radio
0%
20%
40%
60%
80%
100%
0%
20%
Offre médiatique relativement large et en progressions, mais très inégalement répartie :
 la radio est le média le plus accessible donc le plus suivi
 de fortes disparités sont observables entre la capitale et le reste du territoire :
 en termes d’offre
 en termes de rythme d’écoute
 en termes de diffusion : les médias sont peu accessibles le soir et la nuit hors de Bujumbura
 accès à la TV est techniquement largement accru à Bujumbura
40%
60%
80%
100%
Des comportements médias fortement dépendant de l’équipement
Base : Ensemble
2104 en 2013
1805 en 2008
Radio
Base : Ensemble
2104 en 2013
1805 en 2008
Télévision
La radio est le média audiovisuel le plus accessible
et donc le premier
2008
88%
Equipement
dans le foyer
2013
2008
82%
23%
Equipement
dans le foyer
2013
29%
média au Burundi.
82
% soit 5 486 000 personnes
Plus de 8 Burundais sur 10 disposent et
ont donc accès à la radio dans leur foyer,
contre moins d’1 sur 3 pour la télévision.
46
% soit 3 077 000 personnes
2008
95%
Auditeurs
7 derniers jours
de la radio
2013
2008
91%
40%
Téléspectateurs
7 derniers jours
2013
46%
Plus de 9 Burundais de 9 ans et plus sur 10
ont écouté la radio au cours des 7 derniers
jours, mais moins de la moitié ont regardé
la télévision sur cette période.
Habitudes d’écoute des médias audiovisuels
Langue préférée pour l’écoute
des médias
Kirundi
92%
Lieu et conditions d’écoute
Base : 9 ans et +
2104
Quand vous écoutez la radio / que vous regardez la TV, est-ce le plus souvent seul, en
famille, avec des amis ou des connaissances ?
61%
Base : 9 ans et +
2104
Français
5%
29%
Radio
TV
19%
12%
17%
10%
4%
2%
Par ailleurs, 96% des Burundais de 9 ans
et plus parlent le plus souvent le kirundi à
la maison.
Plus de 9 Burundais sur 10 préfèrent écouter la radio ou regarder la télévision
en kirundi. Par ailleurs, 96% des Burundais de 9 ans et plus parlent le plus
souvent le kirundi à la maison.
L’écoute des médias reste essentiellement collective.
On observe cependant une individualisation progressive de l’audience de la
radio, notamment en zones urbaines, du fait du multi-équipement et de
l’écoute sur téléphone mobile (43% des Burundais de 9 ans et plus en sont
équipés).
Le manque d’accessibilité technique de la TV en fait le média de groupe par
excellence, ce qui a de nombreuses conséquences sur son audience,
notamment en termes de choix de programmes.
En famille
Seul
Avec des amis
Avec des
connaissances
Et quand vous écoutez la radio / regardez la TV, est-ce le plus souvent à la maison, au
travail, dans les transports en commun ou dans un lieu public ?
79%
Radio
32%
TV
21%
8%
A la maison
Lieu public
7%
3%
Au travail
1%
0%
Transports en
commun
Compréhension des différents médias
Avez-vous le sentiment de comprendre facilement,
avec difficulté ou pas du tout ce qui est diffusé à la
radio / à la TV / dans la presse ou sur Internet ?
Facilement
0%
Avec difficultés
20%
40%
Focus sur les difficultés de
compréhension des émissions TV
Base : 9 ans et +
2104
Pas du tout
NSP
60%
80%
Base : Individus ne
comprenant pas du tout
ou avec difficultés les
émissions de TV
1 339
100%
Homme
49%
Urbain
32%
Sexe
Habitat
Radio
Femme
51%
Rural
68%
TV
Francophones
38%
Francophonie
Presse / Internet
Non francophones
62%
Sans surprise là encore, les médias écrits (presse et Internet) sont à l’origine des plus grandes difficultés de compréhension pour les Burundais
de 9 ans et plus, et cela s’explique notamment par la capacité de lecture du public.
Pour ce qui est des médias audiovisuels, la radio est considérée comme sensiblement plus facile à comprendre. Si l’on s’intéresse de plus près à
ceux qui ont des difficultés à comprendre les émissions TV (ou qui ne les comprennent pas du tout), on constate que ces difficultés proviennent
essentiellement du lieu d’habitation et du niveau de francophonie : la langue de diffusion garde une importance capitale dans la relation
qu’entretient le public au média.
Fréquence d’écoute des différents médias
Moins
souvent
21%
1 fois
par mois
3%
1 fois
par
semaine
15%
Tous les
jours ou
presque
5%
Moins
souvent
31%
Auditeurs radio
de 9 ans et +
Tous les
jours ou
presque
61%
Base : Auditeurs radio
2 017
Téléspectateurs
de 9 ans et +
1 fois
par mois
8%
Tous les
jours ou
presque
43%
Moins
souvent
43%
1 fois
par
semaine
21%
Lecteurs de presse
de 9 ans et +
1 fois
par mois
32%
1 fois
par
semaine
18%
Base : Téléspectateurs
1 254
Base : Lecteurs
281
Moins
souvent
19%
Tous les
jours ou
presque
24%
Utilisateurs Internet
1 fois
de 9 ans et +
par mois
22%
1 fois
par
semaine
35%
Base : utilisateurs
175
Auditeurs de la radio
Profil des auditeurs
Base : 9 ans et +
2104
98%
96
%
98%
98%
97%
97%
96%
96%
95%
94%
93%
Près de l’ensemble des Burundais de
9 ans et plus ont un contact avec la
radio.
Un potentiel de développement
subsiste auprès des femmes, des
très jeunes et des plus anciens, ou
encore des ruraux.
93%
Il n’en reste pas moins que la radio
est le seul medium aujourd’hui au
Burundi capable de toucher autant
d’individus, la quasi-totalité de la
population.
Total
Homme Femme
9-14 ans 15-24
ans
25-39 40 ans et
ans
+
Rural
Urbain
CSE A+B CSE C+D
Téléspectateurs
Profil des
téléspectateurs
Base : 9 ans et +
2104
60
91%
74%
%
La majorité des Burundais de 9 ans
et plus ont un contact plus ou moins
lointain avec la TV.
En revanche, comparativement à la
radio, les différences sont plus
marquées
:
la
TV
fait
significativement moins partie de
l’environnement des 40 ans et plus
et des ruraux que chez les autres
populations burundaises.
64%
60%
60%
62%
63%
57%
56%
51%
Total
Homme Femme
9-14 ans 15-24
ans
25-39 40 ans et
ans
+
50%
Rural
Urbain
CSE A+B CSE C+D
Lecteurs de la presse
Profil des lecteurs
Base : 9 ans et +
2104
88%
37
%
Plus du tiers des Burundais de 9 ans
et plus ont lu la presse au moins une
fois au cours des 12 derniers mois.
Le lecteur de presse typique est un
homme de 25 à 39 ans, vivant en
ville et ayant un niveau de vie plutôt
élevé.
56%
44%
43%
37%
37%
31%
32%
32%
31%
22%
Total
Homme Femme
9-14 ans 15-24
ans
25-39 40 ans et
ans
+
Rural
Urbain
CSE A+B CSE C+D
Utilisation d’Internet
Base : 9 ans et +
2104
Profil des utilisateurs
8
19%
% soit 556 000 internautes
11%
34%
Moins d’un Burundais sur 10 de 9 ans et plus utilisent
Internet. Le profil-type de l’internaute est un homme de
25 à 39 ans, habitant en ville et de niveau de vie
confortable.
Ecoute radio-TV sur
Internet
8%
L’accès par Internet aux médias audiovisuels
traditionnels est encore assez peu répandu chez
les internautes – les limites techniques du débit
disponible au Burundi peuvent expliquer cela en
grande partie.
14%
14%
10%
8%
7%
6%
4%
5%
Base : utilisateurs
175
6%
Ce bassin d’audience n’est cependant pas
négligeable puisqu’il représente, pour la radio,
pas moins de 2% des 9 ans et plus, soit environ
135 000 Burundais.
Audience par quart d’heure des médias audiovisuels pour un jour moyen
Radio
TV
Base = Burundais de 9 ans et
plus (2104 individus)
35%
30%
Il s’agit de l’audience par quart d’heure de
l’ensemble des stations de radio pour un jour moyen
de semaine.
25%
L’audience de la TV est systématiquement
inférieure à celle des hommes, et ceux quelque soit
le créneau horaire. La quasi-totalité de l’audience de
la TV se concentre en soirée, entre 18h et 22h30.
20%
15%
Exemple de Kinshasa – décembre 2013 – 2100 interviews
50,0%
10%
40,0%
5%
30,0%
20,0%
5h00-5h15
5h30-5h45
6h00-6h15
6h30-6h45
7h00-7h15
7h30-7h45
8h00-8h15
8h30-8h45
9h00-9h15
9h30-9h45
10h00-10h15
10h30-10h45
11h00-11h15
11h30-11h45
12h00-12h15
12h30-12h45
13h00-13h15
13h30-13h45
14h00-14h15
14h30-14h45
15h00-15h15
15h30-15h45
16h00-16h15
16h30-16h45
17h00-17h15
17h30-17h45
18h00-18h15
18h30-18h45
19h00-19h15
19h30-19h45
20h00-20h15
20h30-20h45
21h00-21h15
21h30-21h45
22h00-22h15
22h30-22h45
23h00-23h15
23h30-23h45
0h00-0h15
0h30-0h45
1h00-1h15
1h30-1h45
2h00-2h15
2h30-2h45
3h00-3h15
3h30-3h45
4h00-4h15
4h30-4h45
0%
10,0%
0,0%
Radio
TV
AUDIENCES RADIO
Part de marché des stations de radio
Bases = 15 ans et plus (1683)
9-14 ans (421)
Il s’agit de la part de marché des principales
stations de radio à l’échelon national.
Autres
16%
Scolaire N.
3%
Rema FM
3%
Ivyizigiro
5%
Autres
23%
RPA
29%
Population de 15 ans et
plus
Isanganiro
6%
RTNB
34%
Salama
1%
Population de 9-14 ans
Ivyizigiro
2%
Bonesha
5%
Rema FM
7%
Bonesha
6%
Maria
9%
RTNB
22%
Isanganiro
7%
Maria
7%
RPA
15%
On constate, par exemple, que l’audience de la
Radio Maria Burundi correspond à 9% du
volume total d’écoute de la radio par les
Burundais de 15 ans et plus pour un jour
moyen, soit 9% du marché de la radio au
Burundi.
Le marché est assez concentré, quelque soit la
tranche d’âge, puisque les deux premières
stations cumulent peu ou prou la moitié du
marché. En revanche, les positions de leader et
de second s’inversent selon la tranche d’âge
considérée.
Notoriété spontanée des stations de radio
Notoriété
Base = Burundais de 9 ans et plus
(2104 individus)
Audience
90%
83%
Il s’agit de la part d’individus citant la station sans aide –
spontanément.
80%
72%
Cela signifie que, par exemple, 46% des Burundais de 9 ans et
plus citent spontanément la Radio Bonesha lorsqu’on leur
demande de citer les radios qu’ils connaissent, ne serait-ce
que de nom.
Comparer la notoriété à l’audience permet d’expliquer en
partie le niveau d’audience des stations. En effet, on constate
par exemple qu’une radio comme la RTNB, pourtant plus
présente à l’esprit des Burundais que la RPA, a cependant un
niveau d’audience inférieur à cette dernière. On ne peut donc
pas expliquer le déficit d’audience de la RTNB par un manque
de connaissance de la station.
70%
60%
50%
59%
46%
41%
40%
31%
30%
20%
29%
26%
20%
18% 16%
13% 12%
10%
0%
10% 10% 10% 10%
9%
9%
8%
Audience des stations de radio pour un jour moyen
38%
Audience globale de chaque média pour un jour
moyen
Base = Burundais de 9 ans et plus
(2104 individus)
29%
On
constate
un
fort
attachement
aux
radios
nationales.
11%
11%
61%
9%
6%
6%
5%
4%
3%
2509
1952
725
712
26%
633
394
369
366
289
191
2%
2%
2%
1%
1%
143
121
102
70
51
Projections
(en milliers d’individus)
Audience des stations de radio : 2008 vs 2013
Bases = Burundais de 15 ans et plus (1683 individus) en 2013
Burundais de 15 ans et plus (1805 individus) en 2008
En comparant les données d’audience de 2008 et de 2013, on constate que la plupart
des radios du Burundi ont vu leur public se restreindre, sauf la RPA.
Cela s’explique en partie par le recul de la radio en général, qui souffre de la
concurrence de la télévision – et peut-être d’Internet. Mais également par une
moindre diversité d’écoute : le public burundais semble réduire le spectre de stations
qu’il écoute régulièrement.
50%
Audience globale de chaque média pour un jour
moyen
70%
42%
61%
36%
2008
2013
31%
30%
19%
19%
16%
12%
14%
12%
14%
10%
6%
5%
4%
5%
4%
2%
RPA
RTNB
Bonesha
Isanganiro
Radio Maria
Ivyizigiro
Rema FM
Scolaire
Nderagakura
Salama
26%
Top 5 des stations de radio pour un jour moyen par province
Base : Répondants Bujumbura
ville de 15 ans et plus
334
Bujumbura ville
RPA FM
Bujumbura rural
RPA FM
60%
RTNB FM
15%
11%
Radio Maria Burundi
14%
Radio Bonesha
13%
11%
Rema FM
8%
Base : Répondants Kirundo
de 15 ans et plus
169
Kirundo
25%
RPA FM
23%
RPA FM
16%
BBC
Radio Bonesha
9%
Radio Rwanda
Radio Isanganiro
9%
Radio Maria Burundi
Base : Répondants Ruyigi
de 15 ans et plus
169
RPA FM
46%
RTNB FM
28%
18%
RPA FM
18%
Radio Isanganiro
10%
Nderagakura
9%
Cibitoke
Base : Répondants Cibitoke
de 15 ans et plus
168
RPA FM
53%
RTNB FM
Radio Agakiza
Radio Maria Burundi
10%
Radio Maria Burundi
Radio Ivyizigiro
31%
25%
21%
18%
32%
Radio Bonesha
11%
11%
9%
RTNB FM
36%
Radio Isanganiro
Radio Bonesha
Base : Répondants Bururi
de 15 ans et plus
168
Bururi
42%
RTNB FM
Ruyigi
36%
14%
Radio Ivyizigiro
RPA Ngozi
RTNB FM
22%
Radio Isanganiro
Radio Bonesha
RTNB FM
40%
11%
11%
Ngozi
RPA FM
Radio Isanganiro
Radio Isanganiro
Base : Répondants Ngozi
de 15 ans et plus
169
Base : Répondants Gitega
de 15 ans et plus
337
Gitega
49%
RTNB FM
29%
Radio Bonesha
Base : Répondants Bujumbura
rural de 15 ans et plus
171
15%
13%
Image des stations de radio
RPA
Une image forte de « porte-parole » du peuple ; Une dimension
pédagogique, explicative car justement interactive avec le public ;
Mais une information partiale, incomplète, caricaturale, polémique
Rema FM
Une information incomplète et polémique, mais un style vivant dans
les débats ; Des thématiques très attractives pour les jeunes :
musique, sport
Bonesha
Fiabilité et objectivité ; Un positionnement plus spécifique sur la
jeunesse ; Identification à travers les contenus musicaux
Nderagakura
Seule offre dédiée aux enfants, interactive, contributive,
informative, attractive ; Mais les ados se sentent éloignées du projet
de la radio.
Isanganiro
Richesse thématique des émissions ; Une référence pour les enfants
plutôt que les adolescents
Ivyizigiro
Une connotation un peu moins académique que Radio Maria, et plus
de proximité avec le public
RFM
Un positionnement musical qui la prédestine aux jeunes;
Uniquement sur la région de Bujumbura
Rfi
Avant tout pour écouter l’actualité ; Attractivité de certaines
émissions musicales, de santé
RTNB
Une image institutionnelle ; Pour les professionnels, un effort de
neutralité dans le traitement de l’information ; Attractivité des
thématiques liées au sport et à l’identité culturelle locale
BBC
Associée à un programme précis, régional, sur la thématique de
l’identité culturelle : Urunana
Audiences des radios pour un jour moyen par cible : le sexe
Homme
Femme
69%
44%
Auditeurs de la radio en
général
33%
31%
53%
Base : Ensemble
2 104
25%
Base = Burundais de 9 ans et plus (1032 individus)
Burundaises de 9 ans et plus (1072 individus)
15%
14%
L’audience des hommes est plus élevées que celles des femmes, mais deux
exceptions se font jour : Radio Maria et Radio Ivyizigiro.
11%
7%
8%
9%
8%
RTNB
Bonesha
Isanganiro
BBC
5% 6%
5%
4%
RPA
7%
4%
Maria
Rema FM
3%
Scol.
Ivyizigiro
Nderagakura
3%
2%
RTNB 2
3%
1%
Radio
Rwanda
2%
1%
Rfi
2%
1%
Salama
Audiences des radios pour un jour moyen par cible : âge
68%
62%
60%
50%
9-14 ans
15-24 ans
25-39 ans
40 ans et plus
50
38
Auditeurs de la radio en
général
39
33
28
Bases = Burundais de 9 à 14 ans (421 individus) & 15 à 24 ans (659 individus)
Burundais de 25 à 39 ans (573 individus) & Burundais de 40 ans et + (451 individus)
30
24
La structure de l’auditoire de chacune des radios selon l’âge est comparable, mais :
Pour le cas de la RPA, les écarts entre tranche d’âge sont les plus marqués
 Le public de la RTNB est homogène
 Pour la BBC et surtout Radio Maria, l’auditoire est plus âgé
 Pour Rema FM, l’auditoire est plus jeune
19
15
14
14
12
10
10
7
10
10
5
5
9 9
8
6
5
3
8
4
6 6 6
3
3
5 5
3
4
3
4
0
RPA
RTNB
Isanganiro
Bonesha
BBC
Maria
Ivyizigiro
Rema FM
Scol.
Nderagakura
2 3 3
2
0
RTNB 2
Radio Rwanda
3 3
0 1
Rfi
1 2 2 1
Salama
Audience par quart d’heure des principales stations de radio
RPA
RTNB
Bonesha
Isanganiro
Radio Maria
20%
18%
16%
14%
12%
10%
8%
6%
4%
2%
0%
20% des 9 ans et +
=
1 300 000 individus
Base = Burundais de 9 ans
et plus (2104 individus)
Audience par cible : exemple de la RTNB
9-14 ans
15-24 ans
25-39 ans
10%
9%
8%
7%
6%
5%
4%
3%
2%
1%
0%
4% des 9-14 ans
=
53 600 individus
40 ans et +
Duplication de l’audience de la radio
Total radios
RPA
RTNB FM
Maria
Bonesha
Isanganiro
Ivyizigiro
Rema FM
Scolaire N.
Salama
BBC
Rwanda FM
Rfi
Total radios
100%
67%
48%
17%
19%
18%
10%
8%
8%
3%
12%
4%
4%
RPA FM
100%
100%
42%
16%
21%
21%
11%
10%
7%
3%
13%
4%
4%
RTNB FM
100%
59%
100%
17%
19%
18%
9%
5%
9%
2%
15%
5%
4%
Radio Maria Burundi
100%
63%
49%
100%
13%
20%
16%
4%
9%
2%
14%
4%
6%
Radio Bonesha
100%
72%
46%
12%
100%
33%
13%
15%
11%
3%
17%
2%
8%
Radio Isanganiro
100%
76%
48%
18%
35%
100%
8%
13%
14%
6%
15%
3%
9%
Radio Ivyizigiro
100%
75%
41%
26%
25%
15%
100%
9%
6%
1%
15%
6%
4%
Rema FM
100%
80%
29%
9%
34%
29%
11%
100%
15%
7%
16%
3%
10%
Radio Scolaire N.
100%
61%
57%
19%
28%
35%
8%
16%
100%
7%
18%
8%
7%
Radio Salama
100%
83%
46%
11%
24%
39%
4%
22%
22%
100%
28%
7%
4%
BBC
100%
75%
61%
20%
27%
23%
12%
11%
12%
6%
100%
12%
14%
Radio Rwanda
100%
66%
54%
17%
11%
13%
15%
6%
15%
4%
32%
100%
2%
Rfi
100%
84%
56%
27%
42%
45%
10%
23%
16%
3%
47%
3%
100%
Bases = Ensemble des auditeurs de chaque station de radio
La base de lecture est constituée du public de la station de radio en titre de ligne du tableau. Par exemple, on voit que 59% des auditeurs de la RTNB FM écoutent aussi la RPA dans un jour moyen de semaine.
Cette proportion est relativement faible (orange) comparée aux auditeurs de radio en général (1ère ligne) dont 67% écoutent la RPA lors d’un jour moyen.
On constate que :
 l’audience croisée entre la RPA et la RTNB est moindre que pour les autres radios
 Une immense majorité des auditeurs de Rema FM et de Radio Salama sont aussi des auditeurs de la RPA.
 Le public de Rema FM est composé d’auditeurs assidus de la radio mais aux préférences marquées, puisqu’ils suivent peu la RTNB et Radio Maria au contraire des autres radios.
 L’audience croisée entre Radio Maria et Radio Ivyizigiro est conséquente
 L’audience croisée entre Bonesha FM, Isanganiro et Rema FM est importante
 Les auditeurs de Rfi sont des auditeurs très assidus et éclectiques de la radio
Durée d’écoute moyenne de la radio
Durée d’écoute par individus
99
Base : 15 ans et +
1683
120,9
minutes
112,4
112,2
99,2
98,3
94,4
En moyenne, un Burundais de 15 ans
ou plus écoute la radio pendant 99
minutes pour un jour moyen.
86,7
100,7
97,3
89,6
On observe une nette différence
entre les hommes et les femmes et
entre les Burundais aisés et ceux qui
le sont moins. De même, les 25-39
ans écoutent sensiblement plus la
radio chaque jour.
En revanche, la différence entre
ruraux et urbains est assez faible.
Total
Homme Femme
15-24 ans 25-39 ans 40 ans et
+
En minutes
Rural
Urbain
CSE A+B CSE C+D
Durée d’écoute moyenne pour chaque station de radio
Durée d’écoute moyenne de chaque média
Pour un jour moyen – pour un auditeur de la
radio ou un téléspectateur
78,5
72,7
(en minutes)
71,2
67,4 67,0
63,2
59,7
156,3
57,4
50,8
107,3
48,5 47,9 47,7
42,3
38,0
Base = Burundais de 15 ans et plus (1683 individus)
Il s’agit de la durée d’écoute moyenne pour un jour moyen d’un auditeur de chaque station.
Par exemple, pour un jour moyen, un auditeur de Radio Maria écoutera la station 78,5 minutes en moyenne dans
la journée.
On constate, fort logiquement, que les radios qui font l’essentiel de leur audience avec les journaux
d’information, comme la RPA ou la RTNB, font l’objet d’une écoute massive mais plus limitée dans le temps que
les stations ayant une programmation moins focalisée sur l’information – comme les radios religieuses que sont
Radio Maria, Salama FM ou encore Radio Ivyizigiro.
AUDIENCES TV
Part de marché des chaînes TV
France 24
3
TV Rwanda
3
Salama
4
Héritage
5
Autres
9
Autres
20
TV5 Monde
3
Population de 15 ans et
plus
Renaissance
12
Bases = 15 ans et plus (1683)
9-14 ans (421)
France 24
1
RTNB
45
RTNB
38
TV5 Monde
TV Rwanda
2Population de 9-14 ans
2
Renaissance
5
Héritage
7
Rema TV
17
Salama
8
Rema TV
17
Il s’agit de la part de marché des principales
chaînes TV à l’échelon national.
On constate, par exemple, que l’audience de la
RTNB correspond à 38% du volume total
d’écoute de la TV par les Burundais de 9 à 14
ans pour un jour moyen, soit 38% du marché de
la TV au Burundi.
Le marché radio des 9-14 ans est quelque peu
moins concentré que celui des 15 ans et plus,
où les trois premières chaînes trustent près des
3/4 du marché.
Notoriété spontanée des chaînes TV
Notoriété
70%
Base = Burundais de 9 ans et plus
(2104 individus)
Audience
66%
Il s’agit de la part d’individus citant la chaîne sans aide –
spontanément.
60%
Cela signifie que, par exemple, 26% des Burundais de 9 ans et
plus citent spontanément Rema TV lorsqu’on leur demande
de citer les chaînes qu’ils connaissent, ne serait-ce que de
nom.
La comparaison entre notoriété et audience montre une
certaine corrélation, l’audience de la TV étant essentiellement
limitée par la difficulté d’accès à ce média pour les Burundais.
La chaîne nationale mise à part, les chaînes ont une faible
notoriété et le niveau d’audience qui en découle.
50%
40%
30%
26%
24%
20%
10%
0%
19%
18%
7%
7%
5%
3%
2%
2%
2%
Audience des chaînes de télévision pour un jour moyen
Audience globale de chaque média pour un jour
moyen
61%
26%
18%
Base = Burundais de 9 ans et plus
(2104 individus)
locales
Très nette domination de la RTNB et des chaînes
,
probablement par manque d’accès aux chaînes internationales.
7%
5%
3%
1183
467
350
175
3%
172
2%
1%
1%
118
89
83
Projections
(en milliers d’individus)
Audience des chaînes TV : 2008 vs 2013
Bases = Burundais de 15 ans et plus (1683 individus) en 2013
Burundais de 15 ans et plus (1805 individus) en 2008
En comparant les données d’audience de 2008 et de 2013, on constate que la plupart
des chaînes ont une pénétration stable auprès du public.
En revanche, le paysage télévisuel burundais s’est enrichi de deux nouvelles chaînes
locales, dont une est devenu la seconde chaîne burundaise, Rema TV.
Audience globale de chaque média pour un jour
moyen
70%
61%
18%
17%
19%
2008
2013
6%
6%
6%
2%
2%
1%
RTNB
Rema TV
Renaissance
Héritage
Salama
26%
Top 5 des chaînes TV pour un jour moyen par province
Bujumbura mairie
Base : Répondants Bujumbura
ville de 15 ans et plus
334
RTNB
Bujumbura rural
RTNB
33%
Renaissance
Rema TV
16%
Héritage
8%
France 24
Base : Répondants Ngozi
de 15 ans et plus
169
Ngozi
RTNB
TV Rwanda
1%
Renaissance
1%
France 24
1%
2%
TV Rwanda
France 24
12%
France 24
Base : Répondants Kirundo
de 15 ans et plus
169
2%
1%
Base : Répondants Bururi
de 15 ans et plus
168
Bururi
15%
RTNB
3%
TV5 Monde
1%
Base : Répondants Ruyigi
de 15 ans et plus
169
RTNB
4%
France 24
TV Rwanda
Ruyigi
4%
Renaissance
1%
14%
Rema TV
2%
RTNB
4%
Rema TV
7%
Kirundo
9%
RTNB
Salama
Renaissance
7%
Base : Répondants Gitega
de 15 ans et plus
337
Gitega
15%
Rema TV
21%
Base : Répondants Bujumbura
rural de 15 ans et plus
171
France 24
10%
2%
1%
Base : Répondants Cibitoke
de 15 ans et plus
168
Cibitoke
RTNB
22%
Salama
5%
Rema TV
Rema TV
5%
Renaissance
1%
10%
Renaissance
4%
Héritage
1%
Héritage
4%
France 24
1%
Image des chaînes TV locales
Renaissance
Un engagement citoyen qui évoque la RPA en radio; Contenus
appréciés sur les divertissements, sur l’économie ; Pour les plus
jeunes, moins attractive
RTNB
Une part de l’identité nationale, de la mémoire collective ; Journal
télévisé officiel; Mais globalement, un manque d’attractivité
Rema TV
Une identité ancrée dans le divertissement, avec une offre musicale
attractive
Audiences des TV pour un jour moyen par cible : le sexe
Homme
18%
Femme
26%
18%
25%
Téléspectateurs en
général
Base = Burundais de 9 ans et plus (1032 individus)
Burundaises de 9 ans et plus (1072 individus)
7%
7%
5%
5%
Il n’y a pas de différences significatives entre l’audience des hommes et celles
des femmes.
3%
3%
3%
2%
2%
1%
RTNB
Rema TV
Renaissance
Héritage
Salama
2%
2%
TV Rwanda
2%
1%
TV5 Monde
France 24
Audiences des TV pour un jour moyen par cible : âge
30%
28%
26%
9-14 ans
15-24 ans
25-39 ans
40 ans et plus
17%
21
19
Téléspectateurs en
général
18
Bases = Burundais de 9 à 14 ans (421 individus) & 15 à 24 ans (659 individus)
Burundais de 25 à 39 ans (573 individus) & Burundais de 40 ans et + (451 individus)
12
10
8
La population des 40 ans et plus mise à part, du fait de son rapport distendu à la
télévision, on constate que la TV Renaissance détonne car plus on est âgé, plus on la regarde. C’est
l’inverse des trois autres chaînes privées burundaises Rema TV, Héritage et Salama.
8
7
6
5
4
4
2
RTNB
Rema TV
4
3
2
Renaissance
Héritage
3
3
1
2
Salama
1
1
2
1
TV Rwanda
1
1
1
2
TV5 Monde
2
1
0
France 24
2
Audience par quart d’heure des 5 premières chaînes TV
RTNB
Rema TV
Renaissance
Héritage
Salama
8%
7,5% des 9 ans et +
=
500 000 individus
7%
6%
5%
4%
3%
2%
1%
0%
Base = Burundais de 9 ans
et plus (2104 individus)
Duplication de l’audience de la TV
Total TV
RTNB TV
Rema TV
Renaissance TV
Héritage TV
France 24
Total TV
100%
100%
100%
100%
100%
100%
RTNB TV
71%
100%
63%
51%
51%
45%
Rema TV
26%
23%
100%
24%
26%
25%
Renaissance
23%
16%
22%
100%
39%
36%
Héritage
9%
7%
9%
16%
100%
3%
France 24
9%
5%
9%
14%
3%
100%
Bases = Ensemble des téléspectateurs de chaque chaînes
La base de lecture est constituée du public de la chaîne en titre de ligne du tableau. Par exemple, on voit que 45% des téléspectateurs de France 24 regardent aussi la RTNB dans un jour moyen de
semaine. Cette proportion est relativement faible (orange) comparée aux téléspectateurs de la TV en général (1ère ligne) dont 71% regardent la RTNB lors d’un jour moyen.
On constate que :
 l’audience de Rema TV est homogène.
 La duplication d’audience entre Renaissance TV et la RTNB est médiocre.
 Les publics de Renaissance TV et d’Héritage TV se rejoignent, au contraire de ceux d’Héritage et de France 24.
Duplication de l’audience de la TV sur la radio
Total radios
RPA
RTNB FM
Maria
Bonesha
Isanganiro
Ivyizigiro
Rema FM
Scolaire N.
Salama
BBC
Rwanda FM
Rfi
Total TV
87%
67%
38%
12%
21%
16%
10%
8%
6%
5%
12%
3%
3%
RTNB TV
88%
68%
42%
14%
21%
17%
8%
11%
7%
4%
14%
3%
4%
Rema TV
86%
69%
37%
10%
22%
17%
10%
18%
6%
6%
12%
0%
5%
Renaissance TV
91%
84%
38%
10%
29%
15%
18%
9%
1%
12%
10%
0%
3%
Héritage TV
79%
69%
36%
18%
13%
10%
48%
3%
0%
3%
3%
0%
5%
France 24
83%
69%
25%
6%
25%
22%
6%
0%
0%
3%
8%
3%
11%
Bases = Ensemble des téléspectateurs de chaque chaînes
La base de lecture est constituée du public de la chaîne TV en titre de ligne du tableau. Par exemple, on voit que 87% des téléspectateurs écoutent aussi la radio au cours d’un jour moyen de semaine.
On constate que :
 l’audience de Rema TV se reporte efficacement sur Rema FM.
 Le public de Renaissance TV est particulièrement assidu aux programmes de la RPA et de la radio Salama.
 Les téléspectateurs d’Héritage TV sont très sélectifs pour ce qui est de la radio : ils plébiscitent la Radio Maria et Ivyizigiro, au contraire de Bonesha et Isanganiro.
 Les téléspectateurs de France 24 suivent peu les stations burundaises, à l’exception d’Isanganiro.
Durée d’écoute moyenne de la TV
Durée d’écoute par individus
Base : 15 ans et +
1683
64,4
26
minutes
En moyenne, un Burundais de 15 ans
ou plus regarde la TV pendant 26
minutes pour un jour moyen.
On observe de très significatives
différences de comportement entre
les 40 ans et plus et les plus jeunes,
ces derniers consacrant en moyenne
deux fois plus de temps à la TV que
leurs aînés. De même entre les
ruraux et les urbains, ces derniers
ayant un accès plus aisé à la TV. Pour
les mêmes raisons, la durée
d’écoute des Burundais aisés est très
largement supérieure à celle des
autres.
40,1
29,2
26,3
25,8
31,3
26,6
23,3
15,6
Total
Homme Femme
15-24 ans 25-39 ans 40 ans et
+
En minutes
17,8
Rural
Urbain
CSE A+B CSE C+D
Durée d’écoute moyenne pour chaque station de radio
69,5
Durée d’écoute moyenne de chaque média
Pour un jour moyen – pour un auditeur de la
radio ou un téléspectateur
68,2
(en minutes)
61,2
60,6
58,2
54,2
156,3
52,2
107,3
39,6
Base = Burundais de 15 ans et plus (1683 individus)
Il s’agit de la durée d’écoute moyenne pour un jour moyen d’un téléspectateur de chaque chaîne.
Par exemple, pour un jour moyen, un téléspectateur de Rema TV regardera la chaîne 69,5 minutes en moyenne
dans la journée.
Plus que sur la pénétration (audience), l’écart entre Rema TV et Renaissance se joue avant tout sur la durée
d’écoute moyenne de chacun de leur téléspectateur pour une journée-type, avec un delta d’un quart d’heure
environ.
LECTURE DE LA PRESSE
Lecture des titres de presse et notoriété
Lecture 30 derniers jours
Notoriété assistée
Base = Burundais de 9 ans et plus
(2104 individus)
35%
Il s’agit de comparer ici la part de la population ayant lu le titre
au moins une fois au cours des 30 derniers jours et sa
notoriété assistée (i.e. que le nom du titre a été donné au
répondant).
30%
25%
Notoriété et taux de lecture sont globalement corrélés, mais
on peut tout de même discerner un trio de tête, dominé par le
Renouveau du Burundi.
20%
En tant que titre spécialisé, Burundi Eco dispose d’un bon
ratio notoriété / taux de lecture.
15%
10%
8%
6%
4%
5%
3%
1%
1%
1%
0%
Renouveau du
Burundi
Iwacu Hebdo
Ubumwe
Burundi Eco
Ijambo
Net Press
527
390
288
197
82
76
Hodi Tanganyika
34
Projections
(en milliers d’individus)
Profil du lectorat des principaux titres de presse
Le Renouveau du
Burundi
Femme
46
Base : Lecteurs 30
DJ de 15 ans et +
146
Sexe
Homme
54
15/24
ans
23
40 ans
et plus
25
Iwacu Hebdo
Femme
48
Sexe
Ubumwe
Sexe
Homme
52
15/24
ans
27
Homme
61
15/24
ans
25
40 ans
et plus
32
Âge
Âge
25/39
ans
43
25/39
ans
53
25/39
ans
51
A+B
20
A+B
14
A+B
25
CSE
C+D
80
Base : Lecteurs 30
DJ de 15 ans et +
86
Femme
39
40 ans
et plus
20
Âge
Base : Lecteurs 30
DJ de 15 ans et +
108
CSE
C+D
75
CSE
C+D
86
Au sein des trois premiers
titres burundais, c’est le
lectorat d’Ubumwe qui
se distingue le plus avec un
public plus masculin, plus
âgé et de niveau de vie
moins élevé.
IMAGE DES MEDIAS ET
ATTENTES DU PUBLIC
Qualité de la relation aux différents médias
Attachement aux médias
nationaux
 par la langue
 par l’accessibilité technique
 par le périmètre des sujets traités :
informations locales et nationales plutôt
qu’internationales
Relation privilégiée au
média radio
 programmes jugés globalement satisfaisants
et exhaustifs
 temps de traitement des sujets plus longs
 plus de réflexion, moins de consensus : la
radio est vivante
Points saillants de la relation du
public aux médias
 La liberté d’expression dans les médias a progressé d’une manière générale, y compris sur les sujets
sensibles.
 Néanmoins, l’offre média reste très centrée sur l’information politique. Là, les postures idéologiques
révèlent des tensions.
 Il s’en suit que l’objectivité de l’information est en quelque sorte reconstruite par le public lui-même, qui va
chercher chez les différents médias des points de vue différents, antagonistes.
 Le pluralisme est favorisé par une offre diversifiée.
 Mais il manque une segmentation de l’offre effective, fondée sur une spécialisation des contenus.
Relation distendue à la
télévision
La TV est essentiellement appréciée pour ses
programmes de divertissement mais :
 moindre accessibilité technique et financière
que la radio
 offre limitée, notamment hors de Bujumbura
 faible valeur informative
 peu de commentaires
 contenus en français moins accessibles
Image des différents médias
Posture idéologique
RPA
Renouveau du Burundi
Radio Maria
Ivyizigiro
RTNB TV
Rema FM
35-45 ans
Bujumbura
Voix d’espoir
Renaissance TV
20-30 ans
Gitega
Héritage TV
BBC
Rfi
20-30 ans
Bujumbura
RTNB FM
CCIB FM+
Homogénéité
thématique
Iwacu
Isanganiro
Scolaire
Nderagakura
Bonesha
14-18 ans
9-12 ans
RFM
Posture ludique
Rema TV
Amplitude
thématique
forte
L’analyse des propos recueillis au cours du volet
qualitatif de l’étude nous permet d’établir une sorte de
cartographie du paysage médiatique burundais selon
deux critères :
1. La prétention idéologique du média ou au
contraire sa posture ludique
2. La diversité thématique de sa programmation
Il est intéressant de constater que les médias
burundais approchent peu le centre du graphique :
l’équilibre entre politisation et dimension ludique n’est
pas encore trouvé.
Perception de la représentation des différents publics dans
les médias
Le jeune public
Le public féminin
Le public rural
 ne se reconnait pas totalement dans
les médias, seulement à la marge dans
certains supports comme Bonesha,
Rema TV, RFM ou la télévision par
satellite pour ceux qui y ont accès.
 la présence des enfants dans les
émissions est assez rare
 la participation des enfants requiert
une animation plus adaptée (plus
enjouée) et un traitement moins « cru »
tenant
compte
des
aspirations
essentiellement ludiques des plus
jeunes.
Son image impose de développer la
représentation plus proche de la réalité :
une femme investie dans l’activité
économique du pays, notamment en
zones rurales.
Il se sent exclu des contenus
médiatiques, la césure paraît nette entre
« médias de la ville » et populations de la
« campagne ».
La société civile
Les organisations de la société civile qui ont une influence dans le pays restent sous-médiatisées.
En revanche, la population est surexposée à la perception gouvernementale des questions de
société, notamment à la TV et hors de Bujumbura.
Attentes du public vis-à-vis des médias
Public adulte
Au global
 Meilleure accessibilité de l’offre
(plage de diffusion, qualité du signal,
etc.)
 Continuité de l’offre : le paysage
médiatique est instable (cf. arrêt de
Ijwi Ry’ à Gitega)
 Développer les thèmes individuels,
les thèmes collectifs étant surreprésentés
 Informer et/ou dénoncer ne suffit pas,
les médias doivent proposer des
solutions, des pistes pour s’orienter :
devenir des médias d’assistance.
 Besoin
d’accompagnement
dans la réalisation d’actions de la vie
quotidienne, notamment économique
(commerce, culture agricole, petits
métiers de service…)
 Besoin de consensus et d’adhésion,
rendre compte de l’activité publique
(gouvernement et associations)
 Besoin de participation au débat
public
pour y défendre ses droits et sa
vision de la société
 Besoin
d’affirmation
de
l’appartenance à travers des valeurs
culturelles
propices à la cohésion
communautaire
Jeune public
 Besoin de repères et d’appartenance à la
communauté nationale
 Besoin d’orientation professionnelle
 Besoin d’identification et de participation à
la vie sociale – les médias comme moyen
d’expression
 Besoin de divertissement à travers des
fictions et des divertissements accessibles.
Domaines d’intérêt des 15 ans et plus et exposition médiatique
Trop souvent diffusé
Pas assez diffusé
Très intéressés
Bases = Burundais de 15 ans et plus (1 683 individus)
57
54
Tout comme chez les plus jeunes, la musique intéresse fortement les 15 ans et plus mais cela ne les
empêchent pas de trouver que celle-ci prend trop de place dans les médias burundais.
C’est le cas, un peu moins net, de l’actualité nationale. La politique est un sujet plutôt intéressant mais
bénéficiant d’une trop grande exposition médiatique. En revanche, le public demande plus d’actualités
internationales, de sujets liés à l’économie, à la vie en société, l’environnement ou de programmes
culturelles (traditions et art-culture) : de la prise de distances en quelque sorte.
53
48
46
45
41
40
36 36
32
25
27
30
29
28
25
26
30
26
2829
28
27
27
29
25
2424
23
25
22
22
19
16
17
15
14
14
11
12
9
Actu nationale
Musique
Santé
Actu locale
Religion
Sport
Politique
Actu intl
Economie
Vie en société Environnement
Traditions
Art-culture
Technologie
Domaines d’intérêt des 15 ans et plus en fonction du sexe
Homme
Femme
Bases = Burundais de 15 ans et plus (818 individus)
65
61
Burundaises de 15 ans et plus (865 individus)
60
55
La religion, le sport, la politique et, de façon moins marquée, l’actualité
internationale et la politique, sont les sujets ou le clivage entre hommes et
femmes sont les plus nets.
55
52
50
48
48
46
41
La religion est le seul domaine où les femmes manifestent plus d’enthousiasme
que les hommes.
41
34
32
29
26
26
22
20
26
24
24
21
23
23
20
21
13
Actu nationale
Musique
Sport
Santé
Actu locale
Politique
Religion
Actu intl
Economie
Vie en société Environnement
Traditions
Art-culture
Technologie
Appréciation des types de programme
Souvent diffusés
Apprécie beaucoup
Bases = Burundais de 9 ans et plus (2 104 individus)
La fréquence de diffusion des types de programme et leur niveau d’appréciation
ne sont pas tout à fait corrélés.
Les émissions interactives, les sketches ou encore le théâtre souffrent d’un déficit
de diffusion étant donné leur niveau d’appréciation.
En revanche, on peut se demander si la fréquence de diffusion de communiqués
n’est pas trop soutenue, même si cela reste le format le plus apprécié des
Burundais.
58
38
37
34
40
34
30
30
30
32
30
29
24
28
23
22
14
18
17
13
12
9
Communiqués
Emissions
interactives
Journaux
d’information
Interviews
Sketches
Débats
Théâtre
Films
Reportages
Revue de presse
Chroniques
13
13
11
7
Documentaires
Analyses
Appréciation des types de programme selon l’âge
9-14 ans
15-24 ans
25-39 ans
Bases = Burundais de 9 à 14 ans (421 individus) & 15 à 24
ans (659 individus)
Burundais de 25 à 39 ans (573 individus) & Burundais de 40
ans et + (451 individus)
40 ans et plus
54
47
Théâtre, films et sketches sont particulièrement appréciés par les moins
de 25 ans.
Les communiqués, à l’inverse, sont d’autant plus appréciés l’âge avançant.
46
44
42
42
42
39
40
38
36
35
41
39
34
34
34
32
30
32
40
33
32
30
28
23
22
26 26
23
21
11
14
12
11
Interviews
15
12
16 17
14
13
6
2
Emissions
interactives
20
16
6
Communiqués
20
19
18
Débats
Journaux
d’information
Reportages
Théâtre
Films
Sketches
Revue de presse
3
1
0
Analyses
Documentaires
Chroniques
Horaires de diffusion préférés selon le type de programme
Théâtre
Films
Sketches
Interviews
Débats
Emissions interactives
Communiqués
Documentaires
34
32
32
27
24
23
22
20
19
15
16
14
12
9
6
6
3
3
4
3
4
9
8
8
10
8
7
9
5
5
Matin
11
Midi
Après-midi
Soir
Bases = Burundais de 9 ans et plus (2 104 individus)
Les Burundais ont évidemment tendance à privilégier les moments de la journée en dehors des heures de travail pour la diffusion des différents types de programme.
Le soir, ce sont les formats propices au divertissement qui doivent être privilégiés : théâtre, films, sketches.
Le matin est un des moments privilégiés pour la diffusion de communiqués alors que l’après-midi semble être un créneau judicieux pour la diffusion d’émissions interactives.
19
Appréciation du traitement réservé aux différentes unités urbaines dans les médias
burundais
NSP
17
Pas
assez
4
Assez
22
Bujumbura
Trop
17
NSP
20
Trop
57
Pas
assez
14
Grandes
villes
Assez
49
Trop
4
Trop
6
NSP
25
Petites
villes
Assez
28
NSP
30
Zones
rurales
Pas
assez
42
Bases = Burundais de 9 ans et plus (2 104 individus)
Globalement, plus l’unité urbaine en question est large, plus l’on considère que la place qui lui y est faite dans les médias burundais est trop importante.
Ainsi, une majorité confirmée des Burundais estiment que Bujumbura occupe trop d’espace dans la programmation des médias burundais.
Le traitement médiatique des grandes villes paraît équilibré, alors que les petites villes et les zones rurales souffrent clairement d’un manque de couverture.
Pas
assez
50
Assez
17
Appréciation des différents périmètres d’information
Très intéressé
Bases = Burundais de 15 ans et plus (1683 individus)
Très satisfait
Appréciation des différents types d’actualité et satisfaction quant à leur
traitement dans les médias burundais sont corrélées.
Le public burundais est bien plus attiré par l’actualité locale et nationale
que celle de l’étranger.
Le niveau de satisfaction quant à l’actualité nationale est sensiblement
meilleur que celui envers l’actualité locale.
66
60
Focus sur l’actualité
locale et nationale
40
Très satisfait
29
Plutôt satisfait
Base : 15 ans et +
1683
Peu satisfait
11
29%
21
7%
11
Actualité
locale
2%
13%
Actualité
nationale
19%
Actualité locale
Actu nationale
Actu sous-régionale
Actu reste du monde
NSP
13%
16%
23
Pas du tout
29%
32%
40%
Pensez-vous que les médias burundais rendent compte très souvent, souvent, rarement
ou jamais de ce que les pouvoirs publics font réellement ?
Très souvent
Souvent
Rarement
8% 1%
Jamais
NSP
Caractéristiques des individus considérant que les médias ne
rendent jamais compte de l’activité réelle des pouvoirs publics
20%
20%
13%
12%
12%
11%
10%
51%
9%
8%
8%
8%
8%
7%
7%
9% 9%
7%
5%
Bases = Burundais de 15 ans et plus (1 683 individus)
Une large majorité des Burundais de 15 ans et plus estiment que les médias rendent compte de l’activité réelle des pouvoirs publics au moins
régulièrement, si ce n’est généralement.
Près de 1 sur 10 néanmoins ne considèrent pas les médias burundais comme une source d’information fiable concernant les pouvoirs publics.
Parmi eux, il y a une réelle prégnance des femmes et des individus non scolarisés, notamment à Bujumbura Mairie.
8%
5%
4%
3%
Moyens d’expression du public burundais
Autres moyens d’expression
Possibilités d’expression
offertes au public par les
médias burundais
Base : 15 ans et +
1683
Base : 15 ans et +
1683
41%
36%
72%
29%
62%
54%
15%
13%
7%
Par les OSC
Appels pendant
émission
Emissions/tribunes
ouvertes
Interviews terrain
Par élus
communaux
Réunions/débats
Par
Manifs et grèves Aucun moyen
publics
parlementaires
expression
Les médias sont considérés comme un moyen d’expression par une majorité des Burundais.
Cette possibilité s’exprime notamment grâce aux appels pendant les émissions ou les émissionstribunes ouvertes.
D’autres moyens d’expression sont identifiés, mais moins emphatiquement, notamment les
organisations de la société civile (OSC), les élus communaux et, dans une moindre mesure, les
réunions et débats publics.
Appréciation des thèmes d’information citoyenne
Trop souvent traité
Bases = Burundais de 15 ans et plus (1683
individus)
Très intéressé
63
60
58
48
40
38
36
36
Il existe une certaine corrélation entre l’intérêt que le public
porte au thème et le fait que ce même public estime qu’il
est trop souvent l’objet d’un programme diffusé sur les
médias burundais.
On peut considérer que si, en termes d’information
citoyenne, les attentes du public sont bien prises en
compte, peut-être faut-il mieux ajuster l’espace qui y est
dédié. Ainsi, les droits de l’homme, des femmes et des
enfants ainsi que les problèmes fonciers, même s’ils
intéressent grandement le public, prennent trop de place
dans les médias comparativement au processus de paix ou
à la pauvreté et au développement.
33
28
29
25
27
23
22
19
16
16
13
11
RECOMMANDATIONS
Recommandations
Professionnalisme
L’attachement aux médias nationaux est fort car :
 ils diffusent en kirundi (surtout la radio)
 l’actualité hors du Burundi attire moyennement
Mais cette relation d’attachement pourrait se muer
en relation de confiance si les journalistes se
montraient plus professionnels et été mieux formés.
Traitement de l’information
Médias et société civile
L’information nationale est traitée de manière
satisfaisante, mais elle prend trop le pas sur
l’information locale.
Le succès des radios locales dans les zones où elles
émettent prouve qu’une véritable demande existe en
ce sens.
Globalement, le tropisme sur Bujumbura doit être
estompé – autant que possible.
Le
public
voudrait
mieux
connaître
le
fonctionnement des OSC, elles souffrent d’un
manque de visibilité.
Les médias peuvent leur offrir cette visibilité. En
contrepartie, ils gagneront de nouvelles sources
d’information et des partenaires efficaces sur le
terrain.
Adapter les médias au public (et non l’inverse)
Partir des attentes du public pour construire l’offre média et la grille des programmes permettra de renforcer la relation entre le public et les médias.
 Pour ce faire, le renforcement des échanges entre ces deux entités est indispensable – l’exemple des clubs d’écoute mis en place par la RPA est à encourager.
Ce processus permettra de diversifier l’offre, sur la base d’une segmentation du public. Aujourd’hui, l’offre médiatique burundaise étant trop homogène, les auditeurs zappent,
passent facilement d’un média à l’autre. Trop de radios proposent les mêmes types de programme, généralistes. L’auditeur est face à un choix difficile car les médias sont peu
différenciés.
La construction d’une offre plus cohérente, plus ciblé, permettra aux médias d’être mieux identifiés et par la même d’être plus clairement choisis.
Contenus à renforcer
La part d’antenne réservée à la musique est trop importante.
L’information politique est trop présente.
Un renforcement des programmes dédiés à l’économie, la vie en société, l’environnement,
les traditions ou encore l’art et la culture est nécessaire.
Globalement, et pas seulement chez les jeunes, le public est demandeur d’informations
pratiques : santé, quotidien, gestion du ménage, agriculture, etc.
Types d’émission à développer
Les communiqués sont très appréciés mais trop souvent diffusés aujourd’hui.
Les émissions interactives, les sketches et le théâtre sont trois formats
correspondant bien à une écoute de groupe et doivent être plus souvent
programmés – notamment le soir et, pour les émissions interactives, l’après-midi.
Contenus : attentes spécifiques à chaque thématique
Thème / Média
Politique
Social
Tous médias
Radio & TV
Radio
Gestion publique
Bonne gouvernance
Utilisation des fonds internationaux
Lutte contre la corruption
Fonctionnement de la justice
Actualités internationales
Contextualiser, sortir de l’immédiateté
Débats de fond
Rendre compte des actions du gouvernement
Apport des OSC à la vie économique, à la création d’emploi
CR annuel public des activités des OSC
Egalité des femmes et place de la femme dans la famille
Intégrer une dimension d’éducation civique (libertés
fondamentales et droits socio-économiques)
Favoriser l’expression du public en renforçant
l’accès aux émissions
Développement économique
Transition économique hors agriculture
Développement agricole
Economie
Conseils familiaux et conjugaux
Rapport aux croyances religieuses
Expérience personnelle
Sexualité
Vie quotidienne
Prévention (tabagisme notamment)
Vaccination (paludisme notamment)
Risques liés à l’hygiène lors de la saison des pluies
Suivi plus régulier
Santé reproductive, contraception
Santé publique
Sécurité
Culture
Sensibiliser la population à la restitution des armes à feu
Sécurité alimentaire
Protection des biens publics
Respect des règles de sécurité
Lutte contre la criminalité
Lutte contre le trafic de drogues
Lutte contre le commerce du corps
Dénonciation de l’impunité
Culture traditionnelle, élément identitaire pour les
adultes
Culture « moderne » pour les jeunes (théâtre, films,
clips, etc.)
Alerte épidémie
Orientation et assistance en cas de maladie grave
Merci de votre attention