Connaissance territoriale - MRC de Charlevoix-Est

Comments

Transcription

Connaissance territoriale - MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé
Connaissance territoriale
Entré en vigueur le 10 janvier 2012
TABLE DES MATIÈRES
1.
2.
3.
Profil socio-économique
1
1.1
Données générales __________________________________________________________ 1
1.2
Population _________________________________________________________________ 2
1.2.1
Évolution de la population, 1986-2006
3
1.2.2
Prévisions démographiques, 2006-2026
4
1.3
Ménages __________________________________________________________________ 5
1.3.1
Évolution du nombre de ménages, 1986-2006
5
1.3.2
Prévisions du nombre de ménages, 2006-2026
6
1.4
Navettage__________________________________________________________________ 7
1.5
Population saisonnière estimée _________________________________________________ 9
1.6
Emploi ____________________________________________________________________ 9
1.7
Bilan du profil socio-économique _______________________________________________ 13
Gestion de l’urbanisation
15
2.1
Constat général ____________________________________________________________ 15
2.2
Périmètres urbains et zones d’expansion urbaine __________________________________ 17
2.2.1
Situation actuelle
17
2.3
Urbanisation hors des périmètres urbains ________________________________________ 25
2.3.1
Situation actuelle
25
2.4
Capacité d'accueil des équipements et infrastructures d'eau potable et d'assainissement des
eaux usées________________________________________________________________ 32
2.5
Bilan de la gestion de l’urbanisation _____________________________________________ 34
Fonction résidentielle
35
3.1
Situation du logement _______________________________________________________ 35
3.2
Portrait des mises en chantier résidentielles ______________________________________ 37
3.3
Problématique des maisons mobiles ____________________________________________ 37
3.4
Villégiature ________________________________________________________________
3.4.1
Détermination des sites de villégiature
3.4.2
Les usages en zone de villégiature
3.4.3
Cadre d’aménagement relié à la villégiature
3.5
Grandes propriétés et domaines sur les terres privées ______________________________ 52
3.6
Bilan de la fonction résidentielle ________________________________________________ 53
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
38
38
51
51
i
4.
Activités industrielles
55
4.1
Zone industrielle régionale : le parc industriel de la Ville de Clermont ___________________
4.1.1
Historique du développement du parc régional
4.1.2
Topographie et type de sol
4.1.3
Occupation du sol
4.1.4
Accès routier
4.1.5
Infrastructures
4.1.6
Environnement visuel
4.1.7
Projets
4.1.8
Disponibilité des terrains
4.1.9
Opportunités de développement
55
55
55
56
56
57
57
57
58
58
4.2
Zone industrielle régionale : secteur de Rivière-Malbaie _____________________________ 60
4.2.1
Contraintes de la zone
60
4.2.2
Potentiels de développement
61
4.3
Zone industrielle de Abitibi-Bowater _____________________________________________ 61
4.4
Zones industrielles locales ____________________________________________________ 62
4.5
Développement des ateliers de fabrication artisanale et des petites entreprises manufacturières
_________________________________________________________________________ 65
4.6
Activités industrielles implantées près des ressources naturelles ______________________ 65
4.7
Agroalimentaire ____________________________________________________________ 66
4.7.1
Centres de transformations
66
4.8
Impacts des usages industriels implantés à l’extérieur des périmètres urbains ____________ 66
4.9
Bilan de la fonction industrielle _________________________________________________ 67
4.10 Cadre d’aménagement rélié à l’activité industrielle _________________________________ 68
5.
6.
Activité commerciale
69
5.1
Centre commercial régional ___________________________________________________ 69
5.2
Rue commerciale (centre-ville) à caractère régional ________________________________ 69
5.3
Caractérisation de l’activité commerciale dans chaque municipalité ____________________ 71
5.4
Problématique reliée au commerce associé à l’usage habitation _______________________ 79
5.5
Exode des capitaux _________________________________________________________ 80
5.6
Bilan de la fonction commerciale _______________________________________________ 80
5.7
Cadre d’aménagement rélié à l’activité commerciale ________________________________ 81
Équipements et infrastructures
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
81
ii
6.1
Équipements et infrastructures publics existants, à caractère intermunicipal ou régional ____ 81
6.2
Équipements scolaires _______________________________________________________
6.2.1
Écoles primaires
91
6.2.2
École secondaire du Plateau
6.2.3
Centre d’études collégiales en Charlevoix
6.2.4
Centre de services de l’UQAC
91
92
92
92
6.3
Bibliothèques ______________________________________________________________ 92
6.4
Équipements communautaires _________________________________________________ 93
6.5
Équipements régionaux de mesures d’urgence ____________________________________ 94
6.6
Équipements et infrastructures privés existants, à caractère intermunicipal ou régional _____ 95
6.7
Équipements et infrastructures existants mis en place par les gouvernements, ses ministères ou
ses mandataires____________________________________________________________ 96
6.8
Infrastructures d’utilité publique ________________________________________________ 97
6.8.1
Réseau hydroélectrique
97
6.8.2
Réseau de télécommunication
101
6.8.3
Réseau de câblodistribution
102
6.8.4
Réseau Internet
102
6.9
Projets d’équipements et d’infrastructures publics à caractère régional _________________ 103
6.10 Projets d’équipements et d’infrastructures privés à caractère régional _________________ 105
6.11 Bilan des équipements et infrastructures publics et privés existants et projetés __________ 105
7.
Milieu forestier
107
7.1
Forêt publique ____________________________________________________________ 107
7.1.1
Composantes de la forêt publique
107
7.1.2
Bénéficiaires de contrats d’aménagement et d’approvisionnement forestier (CAAF)
108
7.1.3
Réseau de chemins forestiers
109
7.1.4
Programme de mise en valeur des ressources du milieu forestier
109
7.1.5
Délégation de gestion des lots intras-municipaux
110
7.2
Forêt privée ______________________________________________________________
7.2.1
Composantes de la forêt privée
7.2.2
Régime de protection et de mise en valeur des forêts privées
7.2.3
Cadre actuel de la réglementation sur la plantation et l’abattage d’arbres dans les
municipalités de la MRC
7.3
110
110
111
112
Vers de nouveaux modes de gestion territoriale de la forêt __________________________ 115
7.3.1
Concept de forêt habitée (forêt de proximité)
115
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
iii
7.3.2
7.3.3
8.
Refuges biologiques 119
Développement d’un modèle de gestion territorial associé au projet de mise en valeur
de la sapinière à bouleau jaune
120
7.4
Révision du régime forestier _________________________________________________ 121
7.5
Territoires libres ___________________________________________________________ 121
7.6
Bilan du milieu forestier _____________________________________________________ 122
Milieu agricole
123
8.1
Zone agricole protégée _____________________________________________________ 123
8.1.1
Climat
127
8.2
État de situation ___________________________________________________________ 127
8.3
Milieu agricole non protégé __________________________________________________ 132
8.4
Activités non agricoles en zone agricole ________________________________________ 133
8.5
Massifs forestiers de la zone agricole __________________________________________ 135
8.6
Reboisement des terres en zone agricole _______________________________________ 136
8.7
Problématiques particulières _________________________________________________ 137
8.7.1
Port-au-Persil
137
8.7.2
Notre-Dame-des-Monts
138
8.7.3
Basse vallée de la rivière Malbaie
139
8.8
Cohabitation des usages ____________________________________________________ 140
8.9
Gestion des fumiers ________________________________________________________ 141
8.10 Bilan du milieu agricole _____________________________________________________ 141
8.11 Cadre d’aménagement relié au milieu agricole ___________________________________ 142
9.
Ressources minérales
143
9.1
Historique ________________________________________________________________ 143
9.2
Sable et gracier ___________________________________________________________ 143
9.3
Impacts des activités extractives ______________________________________________ 144
9.4
Protection du territoire et contraintes à l’exploitation minière _________________________ 147
9.5
Possibilités d’exploitation minière dans Charlevoix-Est _____________________________ 148
9.6
Bilan des activités extractives ________________________________________________ 149
9.7
Cadre d’aménagement rélié à l’activité extraction _________________________________ 149
10. Récréation
151
10.1 Territoires structurés de ZEC et de pourvoiries ___________________________________ 151
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
iv
10.2 Activités récréatives ________________________________________________________
10.2.1 Sur les terres publiques
10.2.2 En milieu agroforestier
10.2.3 Secteurs à potentiel récréatif
10.2.4 Projets récréatifs
160
157
157
158
159
10.3 Villégiature communautaire et commerciale _____________________________________ 160
10.4 Terrains et camps de piégeage _______________________________________________ 165
10.5 Bilan de la récréation _______________________________________________________ 165
11. Territoires d’intérêt
167
11.1 Territoires d'intérêt écologique ________________________________________________ 167
11.1.1 Parc marin du Saguenay-St-Laurent, incluant Pointe-Noire
171
11.1.2 Parc national du Saguenay
172
11.1.3 Parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie
172
11.1.4 Corridors riverains des rivières Malbaie et du Gouffre (rivières à saumon)
173
11.1.5 Vallée de la rivière Port-au-Saumon incluant le Centre écologique Port-au-Saumon)
176
11.1.6 Site de plante susceptible d'être menacée ou vulnérable
176
11.1.7 Habitats fauniques désignés sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est
176
11.1.8 Refuges fauniques de l’Ilet-aux-Alouettes
178
11.1.9 Anse du chafaud aux Basques
179
11.1.10 Écosystèmes forestiers exceptionnels
179
11.2 Territoires d'intérêt archéologique _____________________________________________ 180
11.3 Territoires d'intérêt esthétique ________________________________________________
11.3.1 Paysages naturels
11.3.2 Paysages humanisés
11.3.3 Paysages naturels
11.3.4 Paysages humanisés
11.3.5 Sites d'observation de paysages forestiers, agraires et littoraux
183
187
187
187
189
191
11.4 Territoires d'intérêt patrimonial ________________________________________________
11.4.1 Noyau villageois de Saint-Aimé-des-Lacs
11.4.2 Place de l'Église de Sainte-Agnès
11.4.3 Hameau de Port-au-Persil à Saint-Siméon
11.4.4 Noyau villageois de Saint-Irénée et le Domaine Forget
11.4.5 Rue Saint-Étienne à La Malbaie
11.4.6 Rue Principale à La Malbaie
11.4.7 Boulevard des Falaises à La Malbaie
192
199
199
200
200
201
202
202
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
v
11.4.8
11.4.9
11.4.10
11.4.11
11.4.12
11.4.13
11.4.14
Rivière Mailloux à La Malbaie
Rue Maisonneuve à Clermont
Noyau villageois du secteur Saint-Fidèle
Rue Saint-Raphaël à La Malbaie
Chemin de la Vallée à La Malbaie
Terres et bâtiments du Séminaire de Chicoutimi à Baie-Sainte-Catherine
Bâtiments et sites anciens d'intérêt patrimonial
203
203
204
204
205
206
206
11.5 Croix de chemin ___________________________________________________________ 207
11.6 Réseau Villes et Village d’Arts et de patrimoine ___________________________________ 209
11.7 Bilan des éléments d’intérêt __________________________________________________ 209
11.8 Cadre d’aménagement rélié aux territoires d’intérêt________________________________ 209
12. Tourisme
211
12.1 Caractéristiques de la région touristique ________________________________________ 211
12.2 Caractéristiques du produit touristique _________________________________________
12.2.1 Produits touristiques actuels
12.2.2 Tendances
12.2.3 Forces et faiblesses du produit touristique de la MRC de Charlevoix-Est
212
212
214
214
12.3 Performance touristique _____________________________________________________ 215
12.4 Hébergement, durée du voyage et taille du groupe ________________________________
12.4.1 Gîtes touristiques et maisons de tourismes
12.4.2 Hôtels/motels
12.4.3 Terrains de camping
12.4.4 Pourvoiries
216
216
217
217
217
12.5 Implication des municipalités et des organismes du milieu dans la mise en valeur du territoire
________________________________________________________________________ 218
12.6 Projets touristiques_________________________________________________________ 219
12.7 Agrotourisme _____________________________________________________________
12.7.1 Portrait régional
12.7.2 Table agrotouristique
12.7.3 Route des saveurs
12.7.4 Réseau de fermes éco-touristiques
220
220
220
221
221
12.8 Signalisation touristique _____________________________________________________ 221
12.9 Saisonnalité des emplois ____________________________________________________ 222
12.10 Bilan du tourisme __________________________________________________________ 222
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
vi
13. Gestion des paysages
225
13.1 Association des plus beaux villages du Québec __________________________________ 225
13.2 Charte du paysage québécois ________________________________________________ 225
13.3 Problématiques particulières reliées aux paysages ________________________________
13.3.1 Sites d’extraction
13.3.2 Antennes numériques
13.3.3 Services publics aériens
13.3.4 Parcs éoliens
226
226
226
226
227
13.4 Bilan de la gestion des paysages ______________________________________________ 227
14. Environnement
14.1 Gestion des déchets _______________________________________________________
14.1.1 Site d’enfouissement régional
14.1.2 Dépôts de pneus
14.1.3 Déchets dangereux
14.1.4 Autres produits
14.1.5 Site de compostage régional
229
229
229
229
229
230
230
14.2 Gestion des boues de fosses septiques_________________________________________ 231
14.3 Gestion des eaux usées municipales ___________________________________________ 231
14.3.1 Gestion des eaux usées des résidences isolées
231
14.3.2 Gestion des eaux usées industrielles
231
14.4 Gestion des neiges usées ___________________________________________________ 232
14.5 Qualité de l’eau potable (de consommation) _____________________________________ 232
14.6 Protection des prises d’eau potable collectives ___________________________________ 234
14.7 Gestion intégrée de l’eau par bassin versant _____________________________________ 236
14.8 Milieux humides ___________________________________________________________ 237
14.9 Bilan de l’environnement ____________________________________________________ 238
15. Contraintes naturelles et anthropiques
15.1 Contraintes naturelles ______________________________________________________
15.1.1 Plaine inondable
15.1.2 Rives
15.1.3 Cours d’eau
15.1.4 Zones de mouvement de terrain
239
239
239
243
243
244
15.2 Contraintes anthropiques ____________________________________________________ 251
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
vii
15.2.1
Ouvrages de retenue d’eau
252
15.3 Bilan des contraintes naturelles et anthropiques __________________________________ 259
16. Transport
261
16.1 Transport routier __________________________________________________________
16.1.1 Classification fonctionnelle des routes
16.1.2 État des chaussées et des ouvrages d’art
16.1.3 Circulation routière
16.1.4 Camionnage lourd
16.1.5 Bruit routier
16.1.6 Voies cyclables
16.1.7 Transport adapté aux personnes handicapées
16.1.8 Modes de transport collectif
16.1.9 Sécurité
16.1.9 Urbanisation aux abords des routes
16.1.10 Voies de circulation constituant des contraintes à l’occupation du sol
261
261
266
266
268
269
270
272
273
274
279
285
16.2 Transport ferroviaire ________________________________________________________
16.2.1 Infrastructures ferroviaires
16.2.2 Usages aux abords de la voie ferrée
16.2.3 Utilisateurs et achalandage
286
286
286
286
16.3 Transport maritime _________________________________________________________
16.3.1 Infrastructures maritimes
16.3.2 Différentes fonctions des quais
16.3.3 Traversiers
16.3.4 Projet de pont sur le fjord du Saguenay
287
287
288
289
290
16.4 Transport aérien___________________________________________________________
16.4.1 Infrastructures aériennes
16.4.2 Zonage aéroportuaire
16.4.3 Péril aviaire
16.4.4 Utilisateurs et achalandage
16.4.5 Liaison aérienne Saint-Irénée/Montréal
16.4.6 Aérotourisme
16.4.7 Perspectives d’avenir
291
291
291
291
292
293
293
293
16.5 Transport intermodal _______________________________________________________ 294
16.6 Bilan du transport __________________________________________________________ 294
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
viii
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1.1
Population – 1986 à 2006
_______________________________________________ 3
Tableau 1.2
Prévisions démographiques – 2006 à 2026 _____________________________________ 5
Tableau 1.3
Évolution du nombre de ménages privés – 1986 à 2006 ___________________________ 6
Tableau 1.4
Prévisions de l’ISQ du nombre de ménages – 2001 à 2026 _________________________ 6
Tableau 1.5
Prévisions du MTQ du nombre de ménages – 2006 à 2026_________________________ 7
Tableau 1.6
Navettage pour les résidants des municipalités de la MRC Charlevoix-Est – 2006 _______ 8
Tableau 1.7
Résidences saisonnières estimées – 2004______________________________________ 9
Tableau 1.8
Répartition des travailleurs par profession – 2006 _______________________________ 10
Tableau 1.9
Population active totale de 15 ans et plus selon l'industrie – 2006 ___________________ 11
Tableau 1.10 Revenu total de la population de 15 ans et plus – 2005 ___________________________ 12
Tableau 2.1
Prévisions du MTQ du nombre de ménages – 2006 à 2026________________________ 16
Tableau 2.2
Nombre de mises en chantier résidentielles entre 1989 et 2007 ____________________ 17
Tableau 2.3
Synthèse des modifications aux périmètres urbains ______________________________ 24
Tableau 2.4
Nombre de lots enclavés par intervalle de distance par municipalité _________________ 31
Tableau 2.5
Nombre d’abonnés aux réseaux d’aqueduc et d’égout, débit de consommation quotidien
d’eau potable et capacité des équipements de desserte et de traitement par municipalités 33
Tableau 2.6
Investissement dans l'assainissement des eaux et l'eau potable par les municipalités et le
gouvernement (MAM/SQAE) au cours des dernières années ______________________ 33
Tableau 3.1
État du logement, 2006
Tableau 3.2
Valeur moyenne des unités de logement au rôle d’évaluation foncière _______________ 36
Tableau 3.3
Valeur moyenne des résidences de 1 logement _________________________________ 36
Tableau 3.4
Valeur moyenne des chalets ou maisons de villégiatures _________________________ 36
Tableau 3.5
Nombre de maisons mobiles sur le territoire de chaque municipalité et type d’emplacement38
Tableau 3.6
Évolution du nombre de résidences secondaires par municipalité, de 1990 à 2011 _____ 39
Tableau 3.7
Nombre de constructions en périmètre urbain et hors périmètre urbain _______________ 40
Tableau 3.8
Nombre de lotissements possibles en zone de villégiature, par municipalité ___________ 51
Tableau 3.9
Grandes propriétés et domaines sur les terres privées ___________________________ 52
______________________________________________ 35
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
ix
Tableau 4.1
Localisation et superficie des zones industrielles locales __________________________ 63
Tableau 4.2
Localisation et superficie des zones ayant un caractère industriel et para-industriel _____ 65
Tableau 5.1
Localisation et types de commerce de Baie-Sainte-Catherine ______________________ 71
Tableau 5.2
Localisation et types de commerce de Saint-Siméon _____________________________ 72
Tableau 5.3
Localisation et types de commerce du secteur St-Fidèle __________________________ 73
Tableau 5.4
Localisation et types de commerce du secteur de Cap-à-l'Aigle_____________________ 73
Tableau 5.5
Localisation et types de commerce du secteur de Rivière-Malbaie __________________ 74
Tableau 5.6
Localisation et types de commerce du secteur La Malbaie-Pointe-au-Pic _____________ 75
Tableau 5.7
Localisation et types de commerce du secteur Sainte-Agnès ______________________ 76
Tableau 5.8
Localisation et types de commerce de Clermont ________________________________ 77
Tableau 5.9
Localisation et types de commerce de Saint-Irénée ______________________________ 78
Tableau 5.10 Localisation et types de commerce de Saint-Aimé-des-Lacs _______________________ 78
Tableau 5.11 Localisation et types de commerce de Notre-Dame-des-Monts _____________________ 79
Tableau 6.1
Équipements ou infrastructures publics existants, à caractère intermunicipal ou régional _ 81
Tableau 6.2
Écoles primaires
Tableau 6.3
Évolution et prévision du nombre d’élèves inscrits au collégial _____________________ 92
Tableau 6.4
Bibliothèques municipales desservies par la Bibliothèque centrale de prêt ____________ 93
Tableau 6.5
Équipements communautaires sur le territoire __________________________________ 94
Tableau 6.6
Équipements ou infrastructures privés existants à caractère intermunicipal ou régional __ 95
Tableau 6.7
Équipements, infrastructures et services gouvernementaux _______________________ 96
Tableau 6.8
Lignes d’énergie électrique sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est ____________ 101
Tableau 6.9
Postes sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est ____________________________ 101
______________________________________________ 91
Tableau 6.10 Localisation et fonction des tours de télécommunication et numéro correspondant sur la
carte « lignes électriques et tours de télécommunication » _______________________ 101
Tableau 6.11 Entreprises de câblodistribution ____________________________________________ 102
Tableau 6.12 Projets d’équipements et d’infrastructures publics projetés à caractère régional _______ 103
Tableau 6.13 Projets d’équipements et d’infrastructures privés à caractère régional _______________ 105
Tableau 7.1
Répartition de la forêt publique _____________________________________________ 107
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
x
Tableau 7.2
Répartition des types de terrain de la forêt productive ___________________________ 107
Tableau 7.3
Répartition du volume par essence _________________________________________ 108
Tableau 7.4
Âge de la forêt productive accessible (pente de 0 à 40 degrés) ____________________ 108
Tableau 7.5
Caractéristiques de la forêt privée par municipalités ____________________________ 110
Tableau 7.6
Type de terrains forestiers improductifs par municipalités ________________________ 111
Tableau 7.7
Identification des refuges biologiques présents sur les terres publiques _____________ 120
Tableau 7.8
Répartition des territoires libres par rapport aux autres territoires __________________ 121
Tableau 8.1
Superficie de la zone agricole protégée par municipalité _________________________ 123
Tableau 8.2
Caractéristiques des fermes entre 1981 et 2006 _______________________________ 127
Tableau 8.3
Agriculture dans les municipalités de Charlevoix-Est en 2007 _____________________ 128
Tableau 8.4
Producteurs agricoles en 2003 et 2007 ______________________________________ 129
Tableau 8.5
Production végétale en 2003 et 2007 ________________________________________ 129
Tableau 8.6
Répartition de la production végétale par municipalité en 2007 ____________________ 130
Tableau 8.7
Production animale en 2007
Tableau 8.8
Répartition de la production animale par municipalité en 2007 ____________________ 131
Tableau 8.9
Répartition des revenus par type de production en 2007 _________________________ 131
_____________________________________________ 131
Tableau 8.10 Répartition des revenus par municipalité en 2007 ______________________________ 132
Tableau 8.11 Projets-pilotes en agroalimentaire sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est _______ 132
Tableau 8.12 Superficie cultivée hors de la zone agricole ___________________________________ 133
Tableau 8.13 Demandes d’autorisation acheminées à la Commission de la protection du territoire agricole
du Québec entre 1984 et 2003 _____________________________________________ 134
Tableau 8.14 Synthèse des usages non agricoles dans la zone agricole en 2003 ________________ 134
Tableau 8.15 Principales caractéristiques des massifs forestiers agricoles ______________________ 136
Tableau 8.16 Statistiques sur les demandes de reboisement de terres agricoles depuis 1993 _______ 137
Tableau 8.17
Structures d’entreposage des fumiers _______________________________________ 141
Tableau 9.1
Caractéristiques des carrières et sablières ____________________________________ 145
Tableau 9.2
Tableau sur les contraintes à l’exploitation minière dans la MRC de Charlevoix-Est ____ 147
Tableau 9.3
Gisements miniers recensés dans la MRC de Charlevoix-Est _____________________ 149
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
xi
Tableau 10.1 Caractérisation des territoires structurés de ZEC et de pourvoiries _________________ 157
Tableau 10.2 Principaux sites d’activités récréatives sur les terres privées des secteurs agroforestiers par
municipalité
_____________________________________________ 158
Tableau 10.3 Terrains et camps de piégeage à l’intérieur des ZECs ___________________________ 165
Tableau 11.1 Habitats fauniques désignés _____________________________________________ 177
Tableau 11.2 Espèces vulnérables, menacées ou susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables178
Tableau 11.3 Caractéristiques des territoires d'intérêt archéologique __________________________ 180
Tableau 11.4 Biens occupant un certain statut juridique ____________________________________ 206
Tableau 11.5 Localisation et caractéristiques des croix de chemin ____________________________ 207
Tableau 12.1 Forces et faiblesses du produit touristique de la MRC de Charlevoix-Est ____________ 214
Tableau 12.2 Implication des municipalités dans la mise en valeur du territoire, dans le domaine
récréotouristique
_____________________________________________ 219
Tableau 13.1 Sites d’extraction et territoires d’intérêt dans lesquels ils se trouvent ________________ 226
Tableau 14.1 Analyse des effluents finaux d’Abitibi-Bowater, avant et après le traitement des boues
activées
_____________________________________________ 232
Tableau 14.2 Dépenses reliées à l’enlèvement de la neige dans les municipalités ________________ 232
Tableau 14.3 Caractéristiques des réseaux d’aqueduc municipaux ____________________________ 233
Tableau 14.6 Prises d’eau potable collectives (alimentant plus de 20 personnes) _________________ 235
Tableau 15.1 Caractéristiques de la plaine inondable de la rivière Malbaie ______________________ 239
Tableau 15.2 Localisation des zones de mouvement de terrain, par municipalité, et zonage actuel ___ 249
Tableau 15.3 Nombre d’habitations situées à l’intérieur d’une zone (A,B,C) à risques de mouvement de
terrain
_____________________________________________ 249
Tableau 15.4 Équipements et usages susceptibles de causer des nuisances et générer des risques _ 251
Tableau 15.5 Ouvrages de retenue d’eau sur le territoire des municipalités de la MRC de Charlevoix-Est254
Tableau 16.1 Synthèse de la classification fonctionnelle des routes ___________________________ 265
Tableau 16.2 Réévaluation de la classification fonctionnelle du MTQ __________________________ 265
Tableau 16.3 Traverses de motoneiges
_____________________________________________ 270
Tableau 16.4 Augmentation du nombre d’usagers du Transport adapté ________________________ 273
Tableau 16.5 Accidents sur la route 138 dans la MRC de Charlevoix-Est (2006-2008) _____________ 274
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
xii
Tableau 16.6 Données d’accidents entre 1994 et 1999 pour certains segments des routes 138 et 362 277
Tableau 16.7 Sites à risque
_____________________________________________ 278
Tableau 16.8 Côtes à risque, en ordre décroissant de risque ________________________________ 278
Tableau 16.9 Nombre d'accès sur les routes 138 et 362 ____________________________________ 279
Tableau 16.10 Intersections problématiques _____________________________________________ 280
Tableau 16.11 Projets planifiés par le MTQ au cours des cinq prochaines années _________________ 285
Tableau 16.12 Usages aux abords de la voie ferrée ________________________________________ 286
Tableau 16.13 Juridiction des infrastructures maritimes du littoral ______________________________ 287
Tableau 16.14 Évolution du trafic local et itinérant de 1994 à 2000 à l’Aéroport de Charlevoix ________ 292
Tableau 16.15 Marché potentiel de l’Aéroport de Charlevoix en fonction du projet d’agrandissement ___ 294
LISTE DES FIGURES
Figure 1.1
Évolution de la population de la MRC Charlevoix-Est – 1986 à 2006 __________________ 3
Figure 1.2
Évolution de la population de la province de Québec – 1986 à 2006 __________________ 4
Figure 1.3
Répartition des travailleurs par profession – 2006 _______________________________ 10
Figure 1.4
Comparaison des revenus de la population de 15 ans et plus – 2005 ________________ 12
Figure 1.5
Niveau de revenu médian et moyen de la population de 15 ans et plus – 2005 _________ 13
Figure 3.1
Nombre de mise en chantier entre 1989 et 2007 ________________________________ 37
Figure 14.1
Milieux humides d’importance nationale ______________________________________ 237
LISTE DES CARTES
Carte 1
Services municipaux et environnementaux ____________________________________ 85
Carte 2
Équipements et infrastructures de services ____________________________________ 87
Carte 3
Équipements et infrastructures récréatifs ______________________________________ 89
Carte 4
Lignes électriques et tours de télécommunication _______________________________ 99
Carte 5
Terres publiques et terres privées __________________________________________ 113
Carte 6
Écosystèmes protégés
_____________________________________________ 117
Carte 7
Zone agricole protégée
_____________________________________________ 125
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
xiii
Carte 8
Territoire des pourvoiries
_____________________________________________ 153
Carte 9
Territoire des ZEC
_____________________________________________ 155
Carte 10
Campings sur zec
_____________________________________________ 163
Carte 11
Territoires d’intérêt écologique _____________________________________________ 169
Carte 12
Territoires d’intérêt archéologique __________________________________________ 181
Carte 13
Territoires d’intérêt esthétique et sites d'observation ____________________________ 185
Carte 14
Territoires d’intérêt patrimonial (1/2) _________________________________________ 195
Carte 15
Territoires d’intérêt patrimonial (2/2) _________________________________________ 197
Carte 16
Zones inondables de la rivière Malbaie ______________________________________ 241
Carte 17
Zones de mouvements de terrain ___________________________________________ 247
Carte 18
Principaux axes routiers et limites de vitesse __________________________________ 263
Carte 19
Tracé du circuit cyclable régional (2 plans)____________________________________ 271
Carte 20
Voies d’accès et services d’éducation _______________________________________ 283
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
xiv
1.
PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE
1.1
DONNÉES GÉNÉRALES
La MRC de Charlevoix-Est, située à 140 km au nord de la région métropolitaine de Québec, couvre
2 375 km2 et est divisée en 7 municipalités et deux territoires non organisés.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
1
Charlevoix-Est fait partie de la région 03 – Capitale-Nationale.
Le territoire de la MRC comporte une faible densité d’occupation,
soit 7,2 habitants au km2 comparativement à 34 habitants pour
l’ensemble de la région 03. Le taux de population urbaine est de
43,6 %.
1.2
POPULATION
En 2006, la MRC est constituée d’un pôle urbain principal formé des villes de La Malbaie et de Clermont où
se concentrent environ trois quarts de la population (8 960 +3 040 = 12 000). La population totale de la
MRC (16 370) représente un bassin démographique relativement restreint. La population n’est pas répartie
uniformément. Selon le décret de 2009, elle se répartit comme suit :
Baie-Ste-Catherine : 227
TNO : 218
St-Siméon : 1 360
St-Aimé-des-Lacs : 1 076
Clermont : 3 041
Notre-Dame-des-Monts : 764
La Malbaie : 8 959
St-Irénée : 727
La langue maternelle française est celle de 99 % de la population. La région a jusqu’à maintenant accueilli
très peu d’immigrants.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
2
1.2.1
Évolution de la population, 1986-2006
La population de la MRC de Charlevoix-Est subit une décroissance constante depuis 1986. Cette tendance
lourde s’observe sur plusieurs décennies. À partir de 1986, soit durant les 20 dernières années, la MRC a
subi une perte de 10 % de sa population, pour s’établir à 16 370 en 2006. Cette baisse démographique se
compare à celle des régions ressources. Le tableau suivant présente les données de population depuis les
20 dernières années et la figure suivante illustre la tendance de décroissance démographique observée à
l’échelle de la MRC.
Tableau 1.1
Population – 1986 à 2006
Décret
2009
MUNICIPALITÉS
1986*
1991
1996
2001
2006
Baie-Sainte-Catherine
Saint-Siméon*
La Malbaie*
Clermont
Saint-Irénée
Notre-Dame-des-Monts
Saint-Aimé-des-Lacs
TNO
MRC Charlevoix-Est
Région 03 – Capitale
nationale
378
1 684
9 707
3 426
785
976
952
269
18 177
312
1 539
9 376
3 385
519
918
900
228
17 177
295
1 489
9 274
3 225
477
913
910
202
16 785
270
1 455
9 140
3 080
670
830
955
220
16 625
225
1 360
8 960
3 040
730
765
1 080
215
16 370
599 317
631 348
643 421
651 398
670 859
211
1 364
8 930
3 054
704
777
1 092
Variation
2001-2006
Variation
1986-2006
-45
-95
-180
-40
60
-65
125
-5
-255
-17%
-7%
-2%
-1%
9%
-8%
13%
-2%
-2%
-153
-324
-747
-386
-55
-211
128
-54
-1 807
-40%
-19%
-8%
-11%
-7%
-22%
13%
-20%
-10%
19 461
3%
71 545
12%
*
Les municipalités de La Malbaie et de Saint-Siméon ont vécu des fusions au cours des années 2001-2002. Les données sont
présentées en regroupant les populations des anciennes municipalités sous leur découpage actuel.
*
Les données de 1986 proviennent du Bureau de la statistique du Québec alors Statistique Canada fournit les données des
autres années.
Source : Statistique Canada, Recensements 1991 à 2006.
Figure 1.1
Évolution de la population de la MRC Charlevoix-Est – 1986 à 2006
18 500
18 000
18 177
Diminution
de la
population
de 10 %
entre 1986
et 2006
17 500
17 177
17 000
16 785
16 500
16 625
16 370
16 000
15 500
15 000
1986
1991
1996
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
2001
2006
3
Figure 1.2
Évolution de la population de la province de Québec – 1986 à 2006
7 800 000
7 546 131
7 600 000
Augmentati
on de la
population
de 15,5%
entre 1986
et 2006
7 400 000
7 200 000
7 138 834
7 238 345
7 000 000
6 895 963
6 800 000
6 600 000
6 532 461
6 400 000
6 200 000
6 000 000
1986
1991
1996
2001
2006
Source : Statistique Canada, Recensements 1986 à 2006.
1.2.2
Prévisions démographiques, 2006-2026
Le tableau suivant présente les prévisions démographiques réalisées par le ministère des Transports du
Québec (MTQ) pour chacune des municipalités de la MRC. Puisque les projections ont été réalisées avant
2006, la population que le MTQ prévoyait pour cette année (16 107) diffère légèrement de celle publiée par
Statistique Canada (16 370). Toutefois, comme l’écart est faible, les projections présentées au tableau
suivant reflètent tout de même des variations réalistes. Ainsi, à l’échelle de la MRC, la population devrait
diminuer de 5 % entre 2006 et 2026. En fait, la plupart des municipalités de la MRC subiront une perte
démographique. Notamment, les municipalités de Notre-Dame-des-Monts, Clermont et La Malbaie verront
leur population diminuer de l’ordre de 5 % à 23 %. Les seules municipalités où les prévisions annoncent une
croissance démographique sont Saint-Aimé-des-Lacs (12 %) et Saint-Irénée (6 %).
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
4
Tableau 1.2
Prévisions démographiques – 2006 à 2026
PROJECTIONS
MUNICIPALITÉS
2006
2011
2016
2021
2026
Baie-Sainte-Catherine
290
284
277
276
281
-9
-3 %
Saint-Siméon
499
498
497
492
486
-13
-3 %
9 417
9 308
9 202
9 073
8 915
-502
-5 %
La Malbaie - Pointe-au-Pic
4 961
4 887
4 850
4 800
4 761
-170
-4 %
Rivière-Malbaie
2 108
2 089
2 055
2 011
1 949
-159
-8%
Cap-à-l'Aigle
758
780
788
794
789
-31
4%
Sainte-Agnès
664
654
637
621
599
-65
-10 %
Saint-Fidèle
926
898
872
847
817
-109
-12 %
3 113
3 042
2 986
2 921
2 840
-273
-9 %
Saint-Irénée
714
726
740
755
757
+43
6%
Notre-Dame-des-Monts
803
747
690
651
616
-187
-23 %
1 098
1 141
1 195
1 216
1 232
+134
12 %
173
176
174
171
170
-3
-2 %
16 107
15 922
15 761
15 555
15 297
-810
-5 %
La Malbaie
Clermont
Saint-Aimé-des-Lacs
TNO
MRC Charlevoix-Est
Variation 2006/2026
Source : Ministère des Transports du Québec
1.3
1.3.1
MÉNAGES
Évolution du nombre de ménages, 1986-2006
Pour la gestion du territoire, l’évolution du nombre de ménages constitue une donnée importante puisqu’elle
permet de connaitre les besoins en logements et par conséquent en espace à développer. Dans la MRC de
Charlevoix-Est, on compte 6 805 ménages selon le recensement de 2006 et 6 515 en 2001, soit un bond de
4 %. Entre 1986 (5 565 ménages) et 2006, le nombre de ménages a augmenté de 22 %, soit un
accroissement total de 1 240 ménages en 20 ans. En nombre absolu, La Malbaie a connu la plus forte
croissance avec 685 nouveaux ménages en 20 ans, suivi de Clermont avec 220 ménages durant la même
période.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
5
Tableau 1.3
Évolution du nombre de ménages privés – 1986 à 2006
Variation
MUNICIPALITÉS
1986
1991
1996
2001
2006
Baie-Sainte-Catherine
115
105
107
110
100
485
3 035
490
3 305
530
3 495
3 595
1 620
1 815
1 942
Rivière-Malbaie
660
700
Cap-à-l’Aigle
245
265
Sainte-Agnès
195
205
Saint-Siméon
La Malbaie
La Malbaie—Pointe-au-Pic
Saint-Fidèle
Variation
2001-2006
-10
-9%
1986-2006
-15
-13%
535
3 720
125
3%
50
685
10%
23%
-
-
-
-
-
-
727
-
-
-
-
-
-
273
-
-
-
-
-
-
221
-
-
-
-
-
-
315
320
332
-
-
-
-
-
-
1 090
1 185
1 219
1 250
1 310
60
5%
220
20%
Saint-Irénée
235
255
239
270
315
45
17%
80
34%
Notre-Dame-des-Monts
250
260
283
290
300
10
3%
50
20%
Saint-Aimé-des-Lacs
290
300
327
375
430
55
15%
140
48%
TNO
65
75
72
80
95
15
19%
30
46%
5 565
5 975
6 272
6 515
6 805
290
4%
1 240
22%
Clermont
MRC Charlevoix-Est
Source : Bureau de la statistique du Québec, Statistique Canada
1.3.2
Prévisions du nombre de ménages, 2006-2026
Les prévisions concernant le nombre de ménages réalisées en 2003 par l’ISQ à l’échelle de la MRC
annoncent une légère hausse à l’horizon 2026. En considérant, le nombre réel de ménages en 2006, soit
6 805, les variations annoncées par l’ISQ indiqueraient 7 037 ménages en 2026. Quant au nombre moyen
de personnes par ménage, alors qu’il s’établissait à 2,5 en 2001, il est prévu diminué à 2,1 d’ici les 20
prochaines années, ce qui explique la baisse prévue de la population et la hausse annoncée du nombre de
ménages.
Tableau 1.4
Prévisions de l’ISQ du nombre de ménages – 2001 à 2026
Ménages avec recensement 2006
Nombre moyen de personnes par ménage
2006
2011
2016
2021
2026
6 805
7 012
7 102
7 102
7 037
Variation
2026-2006
3%
2,4
2,3
2,2
2,1
2,1
-13%
Source : Institut de la Statistique du Québec
En ce qui concerne les prévisions du MTQ, puisqu’elles ont été réalisées avant 2006, le nombre de
ménages que prévoyait le MTQ pour cette année (6 558) diffère légèrement du nombre de ménages publié
par Statistique Canada (6 805). Néanmoins, il s’avère intéressant d’avoir un ordre de grandeur quant à la
variation du nombre de ménages au cours des 20 prochaines années pour chacune des municipalités de la
MRC. Ainsi, à l’échelle de la MRC, le nombre de ménages est prévu croître de 6 % pour s’établir à 6 924,
une augmentation encore plus notable dans les municipalités de Saint-Aimé-des-Lacs (26 %), Saint-Irénée
(19 %), Saint-Siméon (16 %) et Baie-Sainte-Catherine (14 %).
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
6
Tableau 1.5
Prévisions du MTQ du nombre de ménages – 2006 à 2026
PROJECTIONS
MUNICIPALITÉS
2006
2011
2016
2021
2026
Baie-Sainte-Catherine
124
128
133
135
141
+17
14%
Saint-Siméon
200
214
222
228
231
+31
16%
3 804
3 865
3 926
3 962
3 980
+176
5%
235
235
233
231
226
-9
-4%
2 088
2 098
2 121
2 131
2 149
+61
3%
Cap-à-l'Aigle
321
348
366
385
396
+75
23%
Rivière-Malbaie
811
833
848
856
856
+45
6%
Saint-Fidèle
349
351
358
359
353
+4
1%
1 319
1 336
1 348
1 340
1 312
-7
-1%
Saint-Irénée
306
324
340
356
363
+57
19%
Notre-Dame-des-Monts
312
315
305
298
289
-23
-7%
Saint-Aimé-des-Lacs
431
465
506
525
541
+110
26%
TNO
62
65
66
66
67
+5
8%
6 558
6 712
6 840
6 910
6 924
+366
6%
La Malbaie
Sainte-Agnès
La Malbaie - Pointe-au-Pic
Clermont
MRC Charlevoix-Est
Variation 2006/2026
Source : Ministère des Transports du Québec
Pour Charlevoix-Est, il est donc possible d’affirmer que l’augmentation du nombre de ménages entre 2006
et 2026 devrait varier entre 232 et 366 soit une moyenne par année variant entre 12 et 18 nouveaux
ménages (logements) par année.
En ce qui concerne les familles, lors du recensement de 2006, elles étaient au nombre de 4965 et 56%
avait des enfants. Le nombre d’enfants se répartit comme suit :
 52% ont 1 enfant
 37% ont 2 enfants
 11% ont 3 enfants ou plus
Chez les enfants, la classe des 6 à 14 ans est surreprésentée puisque 33 % des enfants de la MRC se
retrouvent dans cette classe d’âge.
1.4
NAVETTAGE
Les données sur le navettage indiquent les déplacements entre le domicile et le lieu de travail pour les
personnes occupées ayant un lieu habituel de travail. Le tableau 1.5 présente ainsi la répartition, en
pourcentage, des personnes occupées de chacune des municipalités de la MRC selon leur lieu de travail.
Plusieurs travailleurs de la MRC se dirigent chaque matin à La Malbaie pour y travailler. Par exemple, 58 %,
52 % et 50 % des personnes occupées des municipalités de Saint-Aimé-des-Lacs, de Notre-Dame-desMonts et de Clermont travaillent à La Malbaie. Les travailleurs des municipalités de Baie-Sainte-Catherine,
de La Malbaie et de Saint-Siméon sont moins nombreux à se déplacer pour se rendre au travail puisque
respectivement 100 %, 81 % et 53 % des personnes occupées travaillent dans leur municipalité.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
7
Tableau 1.6
Navettage pour les résidants des municipalités de la MRC Charlevoix-Est – 2006
Lieu de résidence / Lieu de travail
Baie-Sainte-Catherine (MÉ) / Baie-Sainte-Catherine (MÉ)
%
100%
Saint-Siméon (MÉ) / Saint-Siméon (MÉ)
Saint-Siméon (MÉ) / La Malbaie (V)
Saint-Siméon (MÉ) / Sagard (NO)
Saint-Siméon (MÉ) / Clermont (V)
53%
32%
8%
7%
La Malbaie (V) / La Malbaie (V)
La Malbaie (V) / Clermont (V)
La Malbaie (V) / Québec (V)
La Malbaie (V) / Baie-Saint-Paul (V)
81%
9%
2%
2%
La Malbaie (V) / Lévis (V), Saint-Irénée (PE), Saint-Hilarion (PE), Montréal (V), Saint-Urbain (PE), L'Isle-aux-Coudres
(MÉ) - 1% pour chaque lieu
6%
Clermont (V) / La Malbaie (V)
Clermont (V) / Clermont (V)
Clermont (V) / Baie-Saint-Paul (V)
Clermont (V) / Saint-Aimé-des-Lacs (MÉ)
50%
43%
4%
3%
Saint-Irénée (PE) / La Malbaie (V)
Saint-Irénée (PE) / Saint-Irénée (PE)
Saint-Irénée (PE) / Baie-Saint-Paul (V)
44%
42%
14%
Notre-Dame-des-Monts (MÉ) / La Malbaie (V)
Notre-Dame-des-Monts (MÉ) / Clermont (V)
Notre-Dame-des-Monts (MÉ) / Notre-Dame-des-Monts (MÉ)
Notre-Dame-des-Monts (MÉ) / Baie-Saint-Paul (V)
52%
21%
14%
12%
Saint-Aimé-des-Lacs (MÉ) / La Malbaie (V)
Saint-Aimé-des-Lacs (MÉ) / Saint-Aimé-des-Lacs (MÉ)
Saint-Aimé-des-Lacs (MÉ) / Clermont (V)
Saint-Aimé-des-Lacs (MÉ) / Percé (V)
Saint-Aimé-des-Lacs (MÉ) / Baie-Saint-Paul (V)
58%
15%
14%
7%
6%
Source : Statistique Canada, Recensement 2006
À l’échelle de la MRC, les données de Statistique Canada indiquent que la majorité (87,4 %) des personnes
occupées de la MRC de Charlevoix-Est réside et travaille au sein de ce territoire. Pour le reste, ils travaillent
dans la MRC de Charlevoix (5,3 %) ou dans la communauté métropolitaine de Québec (1,5 %).
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
8
1.5
POPULATION SAISONNIÈRE ESTIMÉE
La population saisonnière, en majorité estivale, de la MRC de Charlevoix-Est (celle qui occupe de façon
saisonnière une résidence secondaire) est difficilement estimable puisque celle-ci ne provient pas
nécessairement de l’extérieur du territoire de la MRC. Par exemple, un citoyen de La Malbaie peut posséder
une résidence secondaire à Saint-Aimé-des-Lacs, ce qui fait qu’il ne représente pas une personne de plus à
l’échelle de la MRC. Le tableau suivant présente uniquement le nombre de résidences saisonnières en
2004.
Tableau 1.7
Résidences saisonnières estimées – 2004
MUNICIPALITÉS
Nombre de résidences secondaires en
2004
Baie-Sainte-Catherine
43
Saint-Siméon
La Malbaie
Clermont
Saint-Irénée
219
426
36
119
Notre-Dame-des-Monts
Saint-Aimé-des-Lacs
TNO
Total
69
356
356
1 624
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département de l’aménagement du territoire.
Malgré le fait qu’on ne dispose pas de statistique précise sur la population saisonnière, on peut penser
qu’elle constitue un apport économique important pour la région.
1.6
EMPLOI
Le taux de chômage était de 10,6 % en 2006 contre 7 % au Québec. C’est la municipalité de Saint-Siméon
qui connait le plus haut taux de chômage : 24 % et le plus bas se retrouve à Notre-Dame-des-Monts (4 %)
et à Saint-Irénée (5 %). Les autres municipalités affichent des taux de chômage se situant dans la moyenne
régionale.
La région compte 8 195 travailleurs en 2006, répartis dans les professions reliées surtout aux ventes et
services, aux métiers, transport et machinerie ainsi qu’aux affaires, finance et administration. Le tableau
suivant et la figure suivante présentent la répartition des travailleurs de la MRC par profession.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
9
Tableau 1.8
Répartition des travailleurs par profession – 2006
Type de profession
Gestion
Affaires, finance et administration
Sciences naturelles et appliquées
Secteur de la santé
Sciences sociales, enseignement, administration publique, religion
Arts, culture, sports et loisirs
Ventes et services
Métiers, transports, machinerie
Professions propres au secteur primaire
Transformation, fabrication
Autres
Total
Nombre
630
930
195
317
530
120
2 910
1 550
490
370
153
8 195
Source : Statistique Canada, Recensement 2006.
Figure 1.3
Répartition des travailleurs par profession – 2006
Transformation, fabrication ;
5%
Professions propres au
secteur primaire; 6%
Autres; 2%
Gestion; 8%
Affaires, finance et
administration; 11%
Sciences naturelles et
appliquées; 2%
Métiers, transports,
machinerie; 19%
Secteur de la santé; 4%
Sciences sociales,
enseignement, administration
publique, religion; 6%
Ventes et services; 36%
Arts, culture, sports et loisirs;
1%
Source : Statistique Canada, Recensement 2006.
Le tableau suivant présente de façon plus détaillée la répartition des emplois de la MRC selon le système
de classification des industries (SCIAN). On remarque une surreprésentation de l’industrie de l’hébergement
et des services de restauration laquelle occupe 19 % de la population active de la MRC. Aussi, l’agriculture,
la foresterie, la pêche et la chasse occupent les travailleurs dans une proportion plus grande que pour le
reste du Québec. Tandis que le domaine de la fabrication est peu développé.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
10
Tableau 1.9
Population active totale de 15 ans et plus selon l'industrie – 2006
Population active totale de 15 ans et plus selon l'industrie
Industrie - Sans objet
Toutes les industries
11 Agriculture, foresterie, pêche et chasse
21 Extraction minière et extraction de pétrole et de gaz
22 Services publics
23 Construction
31-33 Fabrication
41 Commerce de gros
44-45 Commerce de détail
48-49 Transport et entreposage
51 Industrie de l'information et industrie culturelle
52 Finance et assurances
53 Services immobiliers et services de location et de location à bail
54 Services professionnels, scientifiques et techniques
55 Gestion de sociétés et d'entreprises
56 Services administratifs, services de soutien, etc.
61 Services d'enseignement
62 Soins de santé et assistance sociale
71 Arts, spectacles et loisirs
72 Hébergement et services de restauration
81 Autres services (sauf les administrations publiques)
91 Administrations publiques
Nombre
%
% au Québec
8 200
160
8 035
460
20
80
525
810
125
955
515
30
195
55
145
0
140
510
715
445
1 530
445
330
6%
0%
1%
6%
10%
2%
12%
6%
0%
2%
1%
2%
0%
2%
6%
9%
5%
19%
5%
4%
2%
0%
1%
5%
14%
4%
12%
5%
2%
4%
1%
6%
0%
4%
7%
11%
2%
6%
5%
6%
Source : Statistique Canada, données du recensement 2006 - - Système de classification des industries de l'Amérique du Nord de 2002
En ce qui concerne les revenus de la population, ceux des travailleurs de la MRC sont plus faibles que les
revenus du reste de la province. Pour le revenu moyen des individus et des familles, il y a un écart de
l’ordre de 16 % avec le reste de la province (tableau et figure suivants).
Le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire (MAMROT) a établi, dans
le cadre de la Politique nationale de la ruralité 2007-2014, un « indice de développement des
municipalités » en utilisant des variables socioéconomiques issues des données de recensement de
Statistique Canada. Les municipalités dévitalisées ou à revitaliser sont celles qui présentent un indice de
développement inférieur à -5 en utilisant les données du recensement de 2006. Ainsi, la municipalité de
Baie-Sainte-Catherine a été classée dévitalisée. La municipalité de Saint-Siméon est à un dixième de point
de l’être également. Selon le MAMROT : « Ces municipalités traversent des situations souvent difficiles sur
les plans économique, social et démographique 1».
Tiré du site Internet : http://www.mamrot.gouv.qc.ca/dossiers/devitalisees/muni_devi.asp
1
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
11
Tableau 1.10
Revenu total de la population de 15 ans et plus – 2005
Charlevoix-Est
Québec
Écart MRC / Province
Revenu médian
21 774 $
24 430 $
12%
Revenu moyen
27 431 $
32 074 $
17%
Revenu médian des familles
55 843 $
59 734 $
7%
Revenu moyen des familles
61 785 $
71 838 $
16%
Revenu médian du ménage
45 905 $
46 419 $
1%
Revenu moyen du ménage
52 928 $
58 954 $
11%
Source : Statistique Canada, Recensement 2006.
Note : Le revenu médian représente la valeur centrale séparant en deux parties égales les revenus d'un groupe donné alors que le revenu moyen correspond au
revenu agrégé d'un groupe donné divisé par le nombre d’unités dans ce groupe.
Figure 1.4
Comparaison des revenus de la population de 15 ans et plus – 2005
80 000 $
70 000 $
60 000 $
50 000 $
40 000 $
30 000 $
20 000 $
10 000 $
0$
Revenu médian
Revenu moyen
Revenu médian
des familles
Revenu moyen des Revenu médian du Revenu moyen du
familles
ménage
ménage
Charlevoix-Est
Québec
Source : Statistique Canada, Recensement 2006.
Enfin, la figure suivante illustre le niveau de revenu médian et moyen de la population de 15 ans et plus de
chacune des municipalités de la MRC. Les municipalités de Saint-Irénée, Clermont et La Malbaie affichent
les revenus moyens les plus élevés, lesquels se comparent à la moyenne des revenus de la MRC. À noter
que les données pour la municipalité de Baie-Sainte-Catherine et des TNO ne sont pas disponibles.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
12
Figure 1.5
Niveau de revenu médian et moyen de la population de 15 ans et plus – 2005
35 000 $
30 284 $
30 000 $
23 432 $
18 671 $
25 670 $
25 524 $
25 415 $
25 000 $
20 000 $
28 864 $
27 437 $
20 162 $
22 648 $
20 943 $
22 061 $
15 000 $
10 000 $
5 000 $
0$
N-D-des-Monts
Saint-Irénée
Source : Statistique Canada, Recensement 2006.
1.7
La Malbaie
Revenu médian $
St-A-des-Lacs
Clermont
Saint-Siméon
Revenu moyen $
BILAN DU PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE
Depuis 1986, soit durant les 20 dernières années, la MRC a subi une perte de 10 % de sa population, pour
s’établir à 16 370 en 2006. Cette évolution démographique se compare à celle des régions ressources.
Aussi, selon les prévisions démographiques obtenues auprès du MTQ, la population régionale devrait
diminuer de 5 % entre 2006 et 2026.
Entre 1986 et 2006, le nombre de ménages a augmenté de 22 %, soit un accroissement total de
1 240 ménages en 20 ans (moyenne de 62 ménages/an). Selon différentes sources (ISQ ou MTQ),
l’augmentation du nombre de ménages entre 2006 et 2026 varierait entre 232 (moyenne de
12 ménages/an) et 366 (moyenne de 18 ménages/an)
À l’échelle de la MRC, les données de Statistique Canada indiquent que la majorité (87,4 %) des personnes
occupées de la MRC de Charlevoix-Est réside et travaille au sein de ce territoire.
La région possède en 2006 un taux de chômage plus élevé que la moyenne du Québec. Au niveau de
l’emploi, on remarque une surreprésentation de l’industrie de l’hébergement et des services de restauration
laquelle occupe 19 % de la population active de la MRC. Aussi, l’agriculture, la foresterie, la pêche et la
chasse occupent les travailleurs dans une proportion plus grande que pour le reste du Québec. Tandis que
le domaine de la fabrication est peu développé.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
13
2.
GESTION DE L’URBANISATION
2.1
CONSTAT GÉNÉRAL
La situation de la MRC de Charlevoix-Est est différente de ce que l’on rencontre généralement dans bon
nombre de régions où l’espace est soit occupé par le périmètre urbain, soit par la zone agricole
permanente. Dans Charlevoix-Est, l’urbanisation s’est faite un peu partout sur le territoire à l’intérieur
comme à l’extérieur des périmètres urbains, notamment le long des rangs, en bordure de lacs et cours
d’eau, en milieux agricole et forestier.
Les villes de Clermont et de La Malbaie regroupent 73 % de la population de la MRC de Charlevoix-Est.
Elles constituent son centre et regroupent les services et commerces nécessaires à son fonctionnement. On
y retrouve notamment les principaux employeurs : Abitibi-Bowater, le Casino de Charlevoix, le Fairmont le
Manoir Richelieu, Général Cable, la Commission scolaire de Charlevoix et trois écoles primaires, la
polyvalente, le CEGEP (centre d’étude collégiale en Charlevoix), l’Université du Québec à Chicoutimi et
l’hôpital. Clermont et La Malbaie sont deux pôles qui partagent des activités semblables, mais qui sont aussi
complémentaires. Clermont, plus que La Malbaie, possède une vocation résidentielle et a développé un
caractère plus industriel. On y retrouve d’ailleurs le parc industriel régional. La Malbaie se caractérise
davantage par des emplois dans le secteur tertiaire.
Le développement de rues de façon à former des quartiers existe véritablement seulement dans les villes
de Clermont et de La Malbaie. Le développement de Clermont est le plus concentré. Celui de La Malbaie
est plus étalé puisque la topographie offre peu de place pour du développement sur relief plat à proximité du
centre-ville. Ces possibilités ont pratiquement toutes été exploitées si bien que le développement récent
s’est fait sur ce qu’on appelle le troisième plateau.
Dans les autres municipalités, le développement urbain s’est fait de façon linéaire sur un ou deux axes. Ce
genre de développement ne favorise pas les déplacements à pied, surtout lorsqu’un des axes de
développement est une route nationale. Il ne favorise pas non plus la fréquentation d’espaces publics et les
commerces de proximité.
Dans le cadre du schéma révisé, la MRC privilégie la consolidation des zones urbaines existantes, donne la
priorité à la revitalisation des centres-villes et des secteurs anciens, oriente l'extension urbaine dans les
parties du territoire pouvant accueillir le développement de façon économique et dans le respect de
l'environnement.
Toutefois, les objectifs visant le contrôle de l’urbanisation diffuse doivent tenir compte de la dynamique
d’urbanisation qui anime la MRC et qui, historiquement, a mené à l’occupation du territoire que l’on connait
dans Charlevoix-Est. Ce modèle d’urbanisation découle de deux dynamiques particulières propres au
territoire, soit :

la croissance urbaine qui se fait progressivement par l’implantation de résidences permanentes, de
commerces et d’industries;
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
15

l’arrivée de nouvelles familles qui recherchent des lieux de villégiature, de grands terrains dans un
milieu naturel unique et d’une grande qualité paysagère.
Par conséquent, la MRC revoit les limites des périmètres urbains et des zones d’expansion urbaines
définies dans le schéma d’aménagement de 1986. Elle entend également assurer un contrôle des usages
qui s’implantent à l’extérieur des périmètres urbains de façon à éviter les conflits d’usages, à diminuer les
impacts négatifs sur le paysage ainsi que sur le réseau routier. Il n’est cependant pas question ici de laisser
déserts les secteurs agroforestiers et agricoles, mais de planifier adéquatement leur utilisation.
NOMBRE DE MÉNAGES PROJETÉ ET CONSTRUCTIONS AU COURS DES DERNIÈRES ANNÉES
Afin de prévoir les superficies nécessaires à l’arrivée de nouveaux ménages nous utiliserons les prévisions
du MTQ. Le tableau suivant indique le nombre de ménages prévu par municipalité d’ici 2026. Dans
l’éventualité où ces prévisions se réaliseraient, La Malbaie (+176 ménages) et Saint-Aimé-des-Lacs
(+110 ménages) subiraient la plus forte pression pour l’urbanisation alors que Notre-Dame-des-Monts
(-23 ménages) connaitrait une décroissance d’ici 2026.
Tableau 2.1
Prévisions du MTQ du nombre de ménages – 2006 à 2026
MUNICIPALITÉS
PROJECTIONS
2006
2011
2016
2021
2026
Baie-Sainte-Catherine
124
128
133
135
141
+17
14%
Saint-Siméon
200
214
222
228
231
+31
16%
La Malbaie
3 804
3 865
3 926
3 962
3 980
+176
5%
La Malbaie - Pointe-au-Pic
2 088
2 098
2 121
2 131
2 149
+61
3%
Cap-à-l'Aigle
321
348
366
385
396
+75
23%
Rivière-Malbaie
811
833
848
856
856
+45
6%
Sainte-Agnès
235
235
233
231
226
-9
-4%
Saint-Fidèle
349
351
358
359
353
+4
1%
1 319
1 336
1 348
1 340
1 312
-7
-1%
Saint-Irénée
306
324
340
356
363
+57
19%
Notre-Dame-des-Monts
312
315
305
298
289
-23
-7%
Saint-Aimé-des-Lacs
431
465
506
525
541
+110
26%
TNO
62
65
66
66
67
+5
8%
6 558
6 712
6 840
6 910
6 924
+366
6%
Clermont
MRC Charlevoix-Est
Variation 2006/2026
Source : Ministère des Transports du Québec
Le nombre de mises en chantier résidentielles est aussi un indice à considérer afin de mettre à jour des
tendances, de faire un portrait de la situation et de suivre l’évolution des mises en chantier depuis l’adoption
du schéma d’aménagement de première génération. Le tableau suivant présente ces chiffres.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
16
Tableau 2.2
Nombre de mises en chantier résidentielles entre 1989 et 2007
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
TOTAL
1
0
0
0
0
0
1
2
2
0
1
0
3
11
9
4
10
2
5
7
5
5
2
2
7
13
9
7
118 6,2
La Malbaie
34
32
19
23
34
45
38
29
20
14
25
29
17
29
29
33
32
31
41
554 29,2
Clermont
9
3
1
4
5
11
3
2
1
5
4
4
10
9
9
9
9
13
20
131 6,9
Saint-Irénée
7
3
2
0
4
5
5
3
3
1
6
9
3
5
5
18
11
20
4
114 6,0
Notre-Dame-des-Monts
0
1
0
2
3
8
5
1
3
2
4
3
2
2
2
6
2
4
8
58
Saint-Aimé-des-Lacs
4
3
3
5
5
2
10
5
5
4
4
5
7
8
8
8
5
14
9
114 6,0
TNO
0
0
1
0
1
0
0
0
0
0
2
7
3
2
2
2
5
2
0
27
TOTAL
64
47
32
38
59
80
66
50
34
31
52
62
48
59
59
83
78
93
92
1127 59,3
1995
0
7
1994
0
4
1993
0
6
1992
0
5
1991
0
9
1990
1
Saint-Siméon
1989
1996
Moyenne
annuelle
Baie-Sainte-Catherine
MUNICIPALITÉS
0,6
3,1
1,4
La Malbaie : incluant Saint-Fidèle, Cap-à-l’Aigle, Rivière-Malbaie, Sainte-Agnès
Saint-Siméon : incluant Saint-Siméon village et Saint-Siméon paroisse
Source : Municipalités de la MRC de Charlevoix-Est
2.2
2.2.1
PÉRIMÈTRES URBAINS ET ZONES D’EXPANSION URBAINE
Situation actuelle
Dans le schéma d’aménagement de 1986, la MRC a défini des périmètres urbains et des zones d’expansion
urbaine pour chaque municipalité. Le texte qui suit présente les caractéristiques des périmètres de 1986 et
la réflexion entourant la nouvelle définition des périmètres urbains de chaque municipalité. Pour faciliter la
gestion de l’urbanisation, la MRC a décidé d’éliminer les zones d’expansion urbaine et de réviser les limites
des périmètres urbains pour répondre aux besoins en espace. L’illustration des limites des périmètres
urbains révisés est présentée à la carte des périmètres urbains de l’annexe cartographique du présent
schéma.
D’abord, il importe de relever un fait important qui change la façon de définir les périmètres urbains. Au
cours des années 2001-2002 il y a eu deux fusions importantes : Saint-Siméon village et St-Siméon
paroisse ont fusionné pour devenir la municipalité de Saint-Siméon et Saint-Fidèle, Cap-à-l'Aigle, RivièreMalbaie et Sainte-Agnès ont fusionné avec La Malbaie pour devenir la Ville de La Malbaie. Chacune de ces
municipalités possédait un périmètre urbain. Le schéma de deuxième génération doit tenir compte de cet
élément en assurant la survie des noyaux historiquement habités par les populations de ces exmunicipalités devenues des secteurs.
BAIE-SAINTE-CATHERINE
On l’a vu au chapitre 1, Baie-Sainte-Catherine a peu de population (211 au décret de 2010). Cette situation
rend le maintien des services très couteux. L’école a fermé en 2006 et les quatre élèves qui la fréquentaient
étudient maintenant à Saint-Siméon. L’industrie qui anime Baie-Sainte-Catherine est le tourisme et
particulièrement les croisières aux baleines. Cette industrie se porte bien ce qui ne laisse pas présager de
baisse démographique. De plus, la demande des nouveaux retraités pour de grands terrains avec vue sur le
fleuve risque de profiter à la municipalité qui peut offrir de grands espaces dans un site unique avec plage et
fleuve.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
17
La disponibilité actuelle de terrains vacants dans le périmètre urbain est grande compte tenu de la faible
démographie, elle est estimée à 47. Par ailleurs, la municipalité envisage d’ouvrir un nouveau secteur dans
le prolongement du noyau plus dense du périmètre urbain (église, édifice municipal, centre de loisirs, etc.).
Les besoins en espace résidentiel, selon les données du MTQ, seraient de 17 en 2026. Il n’y a donc pas de
nécessité d’accroître le périmètre urbain. Toutefois, pour répondre au projet de la municipalité de densifier
son centre, le périmètre urbain est modifié dans sa configuration pour une superficie équivalente à ce
qu’elle était au premier schéma d’aménagement.
Schéma d’aménagement 1re génération
PSADR2
Ajout au périmètre urbain
Périmètre urbain
Le périmètre urbain est linéaire de
part et d’autre de la route 138, sur
une longueur de 5 km
Le périmètre urbain est concentré
autour de l’église, de l’école et du
centre de loisirs. Il a une superficie
équivalente à celui de 1986
Aucun ajout de superficie :
modification de la configuration
Zone d’expansion urbaine
Aucune
Aucune
N/A
SAINT-SIMÉON
Saint Siméon est le lieu d’une importante intersection entre la route 138, la 170 qui mène au Saguenay et la
traverse qui mène à Rivière-du-Loup. Le noyau villageois offre une densité de population intéressante qui
permet de se rendre aux différents services à pied. Toutefois, la route 138 traverse la municipalité de bout
en bout ce qui rend les déplacements dangereux. Le projet de parc national de la côte de Charlevoix
devrait être réalisé dans un horizon de 5 à 8 ans, il est situé dans le secteur de Baie-des-Rochers et des
Palissades. Ce projet ainsi que le développement de Saint-Siméon en tant que pôle de découverte du parc
marin Saguenay-Saint-Laurent devrait avoir une influence positive sur le nombre de nouveaux ménages.
Actuellement, le périmètre urbain possède environ 18 terrains vacants. Bien que l’accroissement du
nombre de ménages est estimé à 31 par le MTQ, nous sommes d’avis qu’il sera supérieur. Nous l’estimons
à 70 en nous basant sur le nombre de constructions au cours des 19 dernières années (6,2 par année en
moyenne) et en considérant le projet de parc national de la Côte de Charlevoix. Ainsi, des ajouts sont
prévus au périmètre urbain actuel. Ces ajouts permettront d’ajouter une centaine de terrains aux 18
actuellement disponibles soit 17 hectares.
Description des ajouts au périmètre urbain
Une modification du schéma d’aménagement concernant le périmètre urbain de Saint-Siméon a été faite en
1997. Elle consistait à relocaliser la zone d’expansion. Celle-ci s’est déplacée du nord de l’agglomération au
sud, dans le secteur de la rue Gauthier. La rue Gauthier a été développée par la municipalité et desservie
en aqueduc uniquement. La grandeur des terrains qui s’y sont vendus (une quinzaine avec vue imprenable
sur le fleuve) tourne autour de 3 000 m2. Cette situation en fait davantage un secteur de villégiature qu’un
développement urbain. La Municipalité souhaite transformer ce site en zone de villégiature puisque ce
secteur est partiellement desservi et agrandir son périmètre urbain dans trois nouvelles zones : une partie
au nord dans le prolongement de la rue Léon (3 ha), une à l’est de la rue Tremblay (11 ha) ainsi que le long
de la rue Gauthier (3 ha). Aussi, le choix a été fait d’éliminer le périmètre urbain de Baie-des-Rochers.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
18
Schéma d’aménagement
1re génération
PSADR2
Ajout au périmètre urbain
Périmètre urbain
Se présente en deux parties. La première partie
s'étend du lot 52 au lot 69. Il s’agit d’un périmètre
concentré qui chevauche la route 138 et qui s’étend,
de part et d’autre, bien au-delà. La deuxième partie
du périmètre urbain chevauche une portion de la
route 138 et s’étend de part et d’autre du chemin de
Baie-des-Rochers. Seul le service d'aqueduc
municipal dessert cette partie.
La deuxième partie du périmètre urbain dans le
secteur de Baie-des-Rochers est retranchée.
Le secteur de la rue Gauthier devient zone de
villégiature.
Une partie au nord dans le prolongement de la rue
Léon (3 ha) et une à l’est de la rue Tremblay (11 ha)
ainsi que le long de la rue Gauthier (3 ha) sont
ajoutées au périmètre urbain
Zone d’expansion urbaine
Zone d’expansion urbaine prévue
dans le prolongement du périmètre
urbain du village (secteur de la rue
Gauthier). Une quinzaine de terrains
ont trouvé preneur.
Réduction :
Le périmètre urbain de Baie-des-Rochers est éliminé
et la zone de la rue Gauthier retranchée pour être
remplacée par trois autres de superficie quasi
équivalente.
N/A
Aucune
LA MALBAIE - SECTEUR SAINT-FIDÈLE
Le principal employeur de Saint-Fidèle est la fromagerie qui emploie une trentaine de personnes. Puisque
les maisons et les terrains sont moins chers qu’au centre de La Malbaie, St-Fidèle continue de se
développer lentement. Afin d’assurer la survie de l’école et la rentabilité des services, la disponibilité de
terrains desservis est importante.
Actuellement, le périmètre urbain dispose d’environ 48 terrains vacants, dont une quarantaine dans la zone
d’expansion qui n’a jamais été développée. Au cours des dernières années, la municipalité a analysé les
coûts reliés au développement de cette zone et a décidé de ne pas y ouvrir de nouvelles rues. Des travaux
d’assainissement des eaux usées sont requis dans le secteur du rang St-Paul et un projet d’aqueduc est à
l’étude. Ainsi, pour rentabiliser les infrastructures, la municipalité souhaiterait que le développement se
fasse plutôt dans ce secteur.
Schéma d’aménagement 1re génération
PSADR2
Ajout au périmètre urbain
Périmètre urbain
Forme linéaire et développé en
bordure de l'ancienne route 138,
aujourd'hui appelée la rue SaintFidèle
Déplacement
de
la
zone
d’expansion dans un secteur plus
adéquat, au sud de la route 138, le
long du rang Saint-Paul
Aucune
puisque
la
zone
d’expansion est éliminée mais
remplacée par un nouveau secteur
du rang Saint-Paul
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
Zone d’expansion urbaine
Forme linéaire au nord du périmètre
urbain (lot 301-p à 308-p). Cette
zone est demeurée non développée
(possibilité de 40 terrains).
Aucune
N/A
19
LA MALBAIE - SECTEUR CAP-À-L'AIGLE
Cap-à-l'Aigle, Village des lilas, se caractérise par la présence de grandes villas souvent transformées en
B&B ou en auberge. La proximité du centre de La Malbaie en fait un site d’établissement intéressant. Sa
localisation au bord du fleuve offre des paysages magnifiques sur le fleuve ainsi que sur le mont des
Éboulements, centre de l’impact météorique.
Selon les prévisions du MTQ, le secteur de Cap-à-l'Aigle accueillera 75 ménages d’ici 2026. Actuellement,
le périmètre urbain possède environ 86 terrains vacants et la zone d’expansion urbaine n’a pas été
développée. Les terrains disponibles en zone d’expansion appartiennent généralement à des propriétaires
privés qui possèdent de grandes superficies et qui ne sont pas intéressés à les développer. Ainsi, cette
zone est retranchée du périmètre urbain et aucune autre modification n’est faite.
Schéma d’aménagement
génération
PSADR-2
Ajout au périmètre urbain
de
1re
Périmètre urbain
Forme linéaire et développé en
bordure de l'ancienne route 138
Retrait
des
deux
zones
d’expansions et du périmètre urbain
défini en zone agricole
Réduction
Zone d’expansion urbaine
Trois zones d’expansion urbaine
dont deux étaient situées en zone
agricole dont une a été refusée et
l’autre ne s’est pas développée.
Aucune
N/A
LA MALBAIE - SECTEUR RIVIÈRE-MALBAIE
Dans le secteur de Rivière-Malbaie le périmètre urbain est composé d’une zone urbanisée qui n’a pas fait
l’objet d’une exclusion le long de la route 138 et du chemin de la Vallée et quelques parties plus larges
correspondant aux quartiers résidentiels du Bosquet et Desjardins.
Dans le schéma de 1986 des zones d’expansion urbaine étaient prévues en zone agricole dans le
prolongement de cette zone urbanisée. Le dézonage de ces zones d’expansion urbaine avait été refusé par
la CPTAQ.
Le périmètre urbain défini hors zone agricole est conservé tel quel et les zones urbanisées de la zone
agricole sont définies en tant qu’îlot déstructuré. On estime à une dizaine de terrains possibles à développer
dans cet îlot.
LA MALBAIE - SECTEUR LA MALBAIE-POINTE-AU-PIC
Actuellement, le périmètre urbain possède environ 124 terrains vacants et le développement résidentiel se
fait surtout à même la zone d'expansion, dans les rues Jean-Lefèbre, Jean-Baptiste-Côté, François-Hazeur
et Seigneurie-Ouest. C’est dans ce secteur que l’expansion du périmètre urbain est définie, elle permettra le
lotissement d’environ 140 terrains.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
20
Schéma d’aménagement 1re génération
PSAR-2
Ajout au périmètre urbain
Périmètre urbain
Le périmètre urbain du secteur de La
Malbaie—Pointe-au-Pic, se présente
sous une forme asymétrique du genre
tentaculaire. La portion la plus grande
est située en bordure de la rivière
Malbaie, là où en fait la rivière se jette
dans le fleuve St-Laurent. En certains
endroits, le périmètre urbain suit un
axe routier et se présente alors sous
forme linéaire.
Agrandissement dans les secteurs du
troisième plateau et de la rue Carsy
Dans le secteur du troisième plateau
en continuité de la rue de la Montagne
et au nord du boulevard Kane, une
superficie permettant 140 lots
Zone d’expansion urbaine
Une zone d’expansion urbaine dans le
secteur La Malbaie au troisième
plateau. Cette zone est entièrement
développée.
Aucune
LA MALBAIE - SECTEUR SAINTE-AGNÈS
Actuellement, le périmètre urbain possède environ 7 terrains vacants partiellement desservis. Puisque le
secteur de Ste-Agnès n’est pas desservi en aqueduc et égout, le périmètre urbain est retiré.
Schéma d’aménagement 1re génération
Périmètre urbain
Forme linéaire relativement courte de
part et d’autre de la rue Principale
PSADR-2
Ajout au périmètre urbain
Aucun
Élimination du périmètre urbain
Zone d’expansion urbaine
Une zone d’expansion urbaine dans le
prolongement du périmètre urbain (lot
207)
Aucune
N/A
BILAN DE L’OFFRE EN TERRAINS POUR LA VILLE DE LA MALBAIE
La Malbaie met plus de terrains disponibles dans le secteur du troisième plateau afin de continuer un
développement déjà bien établi et parce que les terrains appartiennent à la ville ce qui permet facilement
d’ajuster la mise en disponibilité des terrains en lien avec la demande. Les besoins en espace des secteurs
Rivière-Malbaie et Cap-à-l'Aigle sont comblés par les possibilités de développement présents dans La
Malbaie-Pointe-au-Pic. En fait, comme on le voit au tableau suivant, il manquerait 4 terrains disponibles.
(Terrains disponibles) – (Besoins en espace (nombre de nouveaux ménages prévus multipliés par 22))
Cap-à-l'Aigle
(86 restants + 0 mis en disponibilité) - (75x2)
=-64
Rivière-Malbaie
(45x2) – (10 + 0 mis en disponibilité)
= -80
La Malbaie-Pointe-au-Pic
(61x2) - (122 restants + 140 mis en disponibilité)
= 140
Total
-4
2
On multiplie par deux afin d’offrir assez de terrains pour contrer la spéculation
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
21
CLERMONT
Clermont est une ville à la fois résidentielle et industrielle. Son développement est concentré et réparti de
part et d’autre de la rivière Malbaie. Un parc urbain offrant une piste cyclable longe la rivière. Au cours des
dernières années, les terrains mis en vente par la municipalité dans un nouveau quartier résidentiel, dont
elle est promoteur, ont rapidement pris preneur. On constate un boom résidentiel.
Actuellement, le périmètre urbain possède environ 80 terrains vacants. L’estimation du nombre de
nouveaux ménages est établie à -7 par le MTQ pour l’horizon 2026. Pourtant, Clermont maintient une
moyenne de 7 nouvelles résidences par année depuis les 19 dernières années. Depuis les trois dernières
années 48 maisons se sont construites, les nouvelles rues ouvertes par la municipalité offrent des terrains
qui prennent rapidement preneurs et le rythme ne semble pas vouloir s’essouffler. Ainsi, nous établissons
une prédiction du nombre de ménages en nous basant de façon équivalente sur la prévision du MTQ et sur
la projection de la moyenne annuelle de construction résidentielle pour l’horizon 2026, ce qui nous donne
60. Le périmètre urbain ne sera pas augmenté, il demeure tel quel.
Au nord-est de la ville, le périmètre urbain est défini en zone agricole. Cette situation n’est plus admissible
même si ce secteur était pourvu en aqueduc et égout avant l’entrée en vigueur de la Loi sur la protection du
territoire agricole. Ainsi, une demande d’exclusion de la zone agricole sera présentée à la Commission de
protection du territoire agricole. Celle-ci inclura un petit prolongement au périmètre urbain défini au schéma
de 1re génération. Il se situe à la frontière de la Ville de La Malbaie sur le Chemin des Lacs, sur une
longueur d’environ 400 mètres de chaque côté du chemin. La ville a récemment procédé à des travaux
d’aqueduc dans ce secteur afin de desservir la ville de La Malbaie, ce bout de chemin se retrouve donc
desservi par l’aqueduc et l’égout, services que la ville de Clermont aimerait bien rentabiliser le plus possible.
Schéma d’aménagement
génération
PSADR-2
Ajout au périmètre urbain
1re
Périmètre urbain
Le périmètre urbain de la Ville de Clermont est
asymétrique et concentré. Il se présente en
deux zones distinctes, lesquelles zones sont
séparées par le passage de la rivière Malbaie.
La plus grande partie du périmètre urbain se
situe au sud-ouest de cette rivière et englobe
entre autres une portion de la route 138.
La partie nord du périmètre était définie en
grande partie en zone agricole.
Similaire à celui de 1986.
Le périmètre urbain qui était défini en zone
agricole fait l’objet d’une demande d’exclusion
Aucun
(une demande d’exclusion sera présentée à la
CPTAQ afin d’officialiser le tracé du périmètre
urbain défini au schéma de 1re génération)
Zone d’expansion urbaine
Une vaste zone d’expansion urbaine
dans le prolongement du périmètre
urbain. Cette zone est construite aux
trois quarts.
Aucune
N/A
SAINT-IRÉNÉE
Saint-Irénée est la plus agricole des municipalités de la MRC. En même temps, elle est la plus prisée par
les villégiateurs ou retraités désireux de profiter des charmes de Charlevoix. La valeur des maisons y est
supérieure à celle des autres municipalités. Elle est une des deux seules municipalités qui connait un
accroissement de sa population (9% entre 2001 et 2006).
Actuellement, le périmètre urbain possède environ 200 terrains vacants. Une partie de la zone d’expansion
à l’ouest est construite tandis que celle à l’est est demeurée non développée. Les propriétaires actuels ne
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
22
sont pas disposés à morceler leurs lots. Selon l’estimation du MTQ, il y aurait 57 nouveaux ménages d’ici
2026. Le périmètre urbain sera réduit de 10 hectares (±70 terrains) soit une partie de la zone d’expansion à
l’est.
Schéma
génération
d’aménagement
1re
PSADR-2
Ajout au périmètre urbain
Périmètre urbain
Le périmètre urbain est linéaire et s’étire
étroitement, d’une part, en bordure du
fleuve sur la partie ouest de la route 362 et
d’autre part, plus largement, il chevauche
cette même route dans la partie la plus
sinueuse du village
10 hectares de retranchés dans la partie
sud-est de la zone d’expansion
Réduction (10 hectares)
Zone d’expansion urbaine
Localisée en deux sections distinctes
situées de chaque côté de la partie
centrale du périmètre urbain actuel.
La zone à l’est est pratiquement toute
développée.
Aucune
NOTRE-DAME-DES-MONTS
Actuellement, le périmètre urbain possède environ 24 terrains vacants. Le développement se fait à l’ouest
de la rue Principale dans la zone d’expansion. Le périmètre urbain sera maintenu tel quel. La municipalité
ne désire pas d’expansion de celui-ci. Celle-ci est davantage préoccupée par la dévitalisation de certains
rangs en zone agricole. Ainsi, au document complémentaire le présent schéma définit des îlots de
consolidation, en zone agricole, sur cinq rangs où l’habitation sera autorisée. Cela représente une possibilité
d’environ 40 terrains à développer dans l’ensemble de ces îlots.
Schéma d’aménagement 1re génération
PSADR-2
Ajout au périmètre urbain
Introduction d’îlots déstructurés
Périmètre urbain
Le périmètre urbain suit les principaux
axes routiers de la municipalité. Il est
étroit et rectiligne.
Similaire à celui du schéma de 1re
génération
Aucun
Zone d’expansion urbaine
Située dans le prolongement du
périmètre urbain et inclus le lot 151.
Cette zone est développée à plus de
la moitié.
Aucune
N/A
SAINT-AIMÉ-DES-LACS
Le périmètre a été entièrement revu en 2008 dans le cadre de la révision du plan d’urbanisme de la
municipalité et les zones d’expansion ont été éliminées. Actuellement, le périmètre urbain possède environ
118 terrains vacants ce qui correspond à la projection du nombre de nouveaux ménages du MTQ pour
2026 qui est de 110.
Schéma d’aménagement (1986)
PSAR-2
Ajout au périmètre urbain
Périmètre urbain
Le périmètre urbain est long et étroit,
chevauche la quasi-totalité de la route
Principale et occupe, en partie, la rive
sud du lac Sainte-Marie
Le périmètre urbain a été agrandi
dans une modification de schéma de
2006. Il est maintenu tel quel.
Aucun
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
Zone d’expansion urbaine
Une zone d’expansion urbaine est
prévue dans le prolongement du
périmètre urbain.
Aucune
N/A
23
Synthèse de la disponibilité de terrains vacants dans les périmètres urbains et dans les zones d’expansion
urbaine
Tableau 2.3
Synthèse des modifications aux périmètres urbains
MUNICIPALITÉ
Baie-Sainte-Catherine
Saint Siméon
La Malbaie
Secteur Saint-Fidèle
Secteur Cap-à-l'Aigle
Secteur Rivière-Malbaie
Secteur La Malbaie—Pointe-au-Pic
Secteur Sainte-Agnès
Clermont
Saint-Irénée
Notre-Dame-des-Monts
Saint-Aimé-des-Lacs
TOTAL
DIMINUTION
STATU QUO
X
AUGMENTATION
X
X
X (21,5 ha)
X
X (20 ha)
X (21,7 ha)
X
X (10 ha)
X
X
12,4 ha
20 ha
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement.
BAIE-SAINTE-CATHERINE
Une petite zone de villégiature autour du Lac du séminaire qui pourrait accueillir une dizaine de résidences.
SAINT-SIMÉON
Une zone contigüe au chemin qui mène aux étangs d’épuration d’environ 3 hectares qui permettra
l’implantation de ± 7 résidences.
Une zone dans le secteur de la rue Gauthier (anciennement en périmètre urbain où il reste environ
30 terrains à développer.
Une zone dans le secteur de Port-aux-Quilles incluant 6 lacs et de multiples ruisseaux, une soixantaine de
terrains pourraient y être développés.
Une zone dans le secteur de Baie-des-Rochers, incluant deux lacs et six ruisseaux, où une dizaine de
terrains pourraient y être développés.
Une zone dans le secteur de Port-au-Persil mesurant 29 hectares incluant un petit lac où il pourrait se
développer une cinquantaine de terrains.
LA MALBAIE
Une zone dans le secteur de Saint-Fidèle de 78 hectares où il est théoriquement possible de développer
195 terrains mais qui répond à un projet où le promoteur désire garder autant d’espace vert que de terrains
développés.
Une zone dans le secteur du mont Grand-Fonds d’environ 180 hectares. On calcul qu’en moyenne on peut
y développer un terrain à l’hectare compte tenu de la topographie et des nombreux cours d’eau.
Une zone située le long du boulevard des Falaises à Pointe-au-Pic. Ce secteur est désigné arrondissement
historique par Parcs Canada. Il est complètement développé. C’est le secteur identifié en tant que berceau
de la villégiature et on y a construit des domaines de villégiature depuis 200 ans. À ce secteur s’ajoute un
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
24
grand lot où un projet de développement « Les hauteurs de Pointe-au-Pic » a été déposé à la ville de La
Malbaie. On y prévoit 133 terrains haut de gamme.
SAINT-IRÉNÉE
Une zone au Hameau du Cap-Blanc qui consiste à un développement à flanc de montagne offrant une vue
sur le fleuve. Anciennement en zone agricole ce développement était identifié comme zone de villégiature
au premier schéma suite à une modification de 2006.
Une zone dans le secteur du ruisseau Jureux et de l’Anse au Sac. Cette zone est déjà à moitié développée.
Une zone face au Domaine Forget en surplomb du chemin des Bains.
CLERMONT
Le long du chemin Snigole une zone où passe la rivière Snigole et près d’un petit lac.
SAINT-AIMÉ-DES-LACS
Autour des 6 lacs.
2.3
2.3.1
URBANISATION HORS DES PÉRIMÈTRES URBAINS
Situation actuelle
Tel que mentionné précédemment, l’urbanisation de la MRC s’est également fait à l’extérieur des périmètres
d’urbanisation principalement dans les secteurs correspondant aux affectations agroforestière et
villégiature3 et aussi, en zone agricole. Ces secteurs sont accessibles en grande partie par le réseau local
de chemins publics entretenus à l'année par les municipalités ou par le réseau routier supérieur entretenu
par le ministère des Transports (route 138, 362 et 170). Les secteurs agroforestiers sont présents dans
toutes les municipalités et les territoires non organisés (TNO) et ont un caractère forestier et d’agriculture
extensive. Ils sont généralement utilisés à des fins d’habitation, d'exploitation des ressources forestières, de
villégiature dispersée (chalets) et de pratique d'activités récréatives en milieux naturels divers.
DÉVELOPPEMENT LINÉAIRE, LE LONG DES RANGS ET ROUTES PRINCIPAUX
Les parties de territoire hors périmètres urbains offrent un important potentiel pour la construction de
nouvelles habitations puisque présentement, la principale condition d'implantation d’une habitation
unifamiliale permanente ou secondaire dans ces secteurs (hors périmètre d’urbanisation et sur terres
privées) consiste à l’obligation que le lot sur lequel l’habitation est projetée soit adjacent à une rue publique
ou à une rue privée (entretenue à l’année dans le cas des résidences permanentes). Dans les faits, cela se
traduit par un développement résidentiel diffus sur le territoire de la MRC. Par contre, comme les secteurs
hors périmètres sont généralement non desservis par les réseaux d’aqueduc et d’égout, l’obligation
d’aménager une installation septique et un ouvrage de captage d’eau souterraine conformes aux normes
des règlements provinciaux vient faire grimper les coûts d’implantation, ce qui peut avoir pour effet de
freiner ce phénomène.
3
L'ensemble des terres privées du territoire que l’on appelle communément la zone blanche. Ils ne comprennent ni les terres privées
faisant partie de la zone agricole régie par la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles, ni celles faisant partie des
périmètres d’urbanisation.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
25
Le texte qui suit présente les tendances de développement hors périmètre urbain observées au cours des
dernières années.
BAIE-SAINTE-CATHERINE
Le lac du Séminaire est situé en bordure de la route 138. Quelques résidences secondaires (et une
principale) occupent déjà les rives boisées de ce lac. L’attrait de ce secteur réside dans les activités
récréatives, de chasse et de pêche, activités soutenues par les nombreuses ZEC et pourvoiries
environnantes.
SAINT-SIMÉON
La tendance actuelle du développement de la municipalité s'oriente vers la rue Gauthier. Cette rue
appartient à la municipalité et offre une vue intéressante sur l'estuaire du St-Laurent. Par ailleurs, dans le
plan directeur du Parc marin du Saguenay-St-Laurent, Saint-Siméon constitue un pôle de découverte de ce
parc. Cela aura certes pour effet de favoriser le développement de la villégiature sur son territoire.
Les secteurs des lacs du Portage, à Pitre, Grand-Mère et des Gervais sont occupés par quelques chalets et
sillonnés par plusieurs petits chemins et accès privés qui prennent origine sur la route 138 qui traverse le
secteur. Ce dernier est enclavé par des terres publiques. La tranquillité liée à la faible densité de chalets et
la proximité des activités récréatives constituent les facteurs attractifs du secteur.
Le secteur de Port-aux-Quilles est traversé par la route 138, par une rue privée qui rejoint un nouveau
développement autour des lacs Elzéard et Petit lac des chevaux et par un bon nombre de petits accès
privés qui rejoignent des lacs ou qui s’orientent vers le fleuve. En effet, le secteur est bordé par le SaintLaurent à l’est, les terres publiques au nord, à l’ouest par la route 138 et la ligne hydroélectrique et au sud
par un ruisseau qui se jette dans l’anse Port-au-Quilles.
Le secteur de Port-au-Persil a une vocation de villégiature et touristique. Une grande partie est cependant
sous l’emprise de la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles. Un plateau adjacent à la
zone agricole en direction du village de Saint-Siméon et du côté sud du chemin de Port-au-Persil là où les
percées visuelles sur le Saint-Laurent et sur le hameau de Port-au-Persil offrent un potentiel plus
qu’intéressant. Le secteur est boisé et non desservi par un réseau d’aqueduc et d’égout.
LA MALBAIE - SECTEUR SAINT-FIDÈLE
Le rang Saint-Paul (hors périmètre) semble particulièrement attractif pour le développement. De par sa
situation (vue sur le fleuve), il connait un certain essor par rapport au centre du village. Ce secteur, qui a
déjà été le lieu d’activités agricoles est aujourd’hui majoritairement boisé et donne à quelques endroits, une
vue partielle sur le fleuve. Il n’est pas desservi par un réseau d’aqueduc et d’égout, mais un réseau hydroélectrique est déjà établi. De très grandes propriétés s’y trouvent et il n’existe aucune rue privée.
Actuellement, ce rang est entretenu à l’année de façon partielle mais avec son développement progressif,
on peut s’attendre à ce que de plus en plus de citoyens demandent son entretien à l’année de même que
son asphaltage complet.
LA MALBAIE - SECTEUR CAP-À-L’AIGLE
Une certaine forme de villégiature dispersée s'effectue au sud du boulevard Malcolm-Fraser (route 138) sur
lequel les services d’aqueduc et d’égout sont disponibles. Quelques propriétés se sont construites sur de
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
26
grands terrains, freinant ainsi la volonté de la municipalité de développer le secteur de la rue des Bateaux
Blancs. Cinq rues, dont deux privées, desservent les résidences permanentes et secondaires.
Ce secteur est situé sur d’anciennes terres agricoles dont plusieurs plateaux offrent un potentiel de
développement intéressant. Le fleuve est à proximité et offre une vue imprenable. Certains propriétaires
affichent leur résidence à titre de location touristique. La principale problématique reliée à ce secteur à
proximité de la route 138 est le bruit routier.
LA MALBAIE – SECTEUR RIVIÈRE MALBAIE
Une quinzaine de permis de construction ont été émis à l'extérieur du périmètre urbain au cours des cinq
dernières années. Le développement du secteur de Rivière-Malbaie se fait très lentement à des fins de
villégiature dans le rang Ste-Mathilde et dans le secteur du Mont Grand-Fonds (près du centre de ski).
La villégiature dans le secteur du mont Grand-Fonds est reliée à la chasse et à la pêche, à la promenade en
VTT et en motoneige de même qu’à toutes les activités hivernales reliées à la station de ski du mont GrandFonds. C’est un milieu majoritairement boisé que la rivière De Comporté sillonne entre le chemin des Loisirs
et le chemin du Grand-Fonds Nord, deux rues publiques entretenues à l’année par la Ville de La Malbaie.
Aucun réseau d’aqueduc et d’égout n’est en place. Une rue privée contourne le mont Grand-Fonds et donne
accès au lac Gravel.
Le secteur de Sainte-Mathilde à La Malbaie a connu un développement rapide depuis les dernières années.
Située à la limite de la zone agricole et sur d’anciennes terres en culture, le cachet particulier du secteur,
avec vue imprenable sur le fleuve, chemin sinueux et étroit, milieu boisé avec quelques pâturages, a les
inconvénients de ses avantages : les pentes abruptes de même que l’approvisionnement en eau rendent
plus complexe le développement. Malgré tout, trois rues privées desservent 19 terrains et rejoignent le
chemin Sainte-Mathilde. Ce dernier n’est pas entretenu jusqu’au secteur de Saint-Fidèle où le chemin
rejoint le chemin du Bas-de-l’Anse. Le secteur n’est pas raccordé à un réseau d’aqueduc et d’égout.
LA MALBAIE - SECTEUR LA MALBAIE - POINTE-AU-PIC
Le secteur de villégiature du boulevard des Falaises se caractérise par la présence de vastes domaines de
villégiature qui sont apparus à la fin du XIX e siècle. Plusieurs villas cossues ont été implantées sur les
terrasses supérieures pour profiter de vastes terrains et jouir d’une vue panoramique sur le fleuve. La partie
au sud de la côte Bellevue, a connu certains bouleversements depuis 1990. Cette transformation de nature
commerciale (hébergement, restauration) a été en grande partie causée par la reprise du Manoir Richelieu,
l'implantation du Casino et l'attraction que ce dernier génère. La transformation esthétique et architecturale
du boulevard des Falaises est traitée dans la section concernant les territoires d'intérêt. La partie nord du
boulevard des Falaises a toutefois gardé son cachet de villégiature cossue de basse densité, en milieu
boisé. Quelques maisons d'envergure se sont intégrées aux résidences existantes. La proximité de la zone
agricole, où une porcherie est implantée depuis de nombreuses années, apporte en été des odeurs dans le
secteur. Le secteur est partiellement desservi par l’aqueduc et l’égout. La Commission des lieux et
monuments historiques du Canada a reconnu le boulevard des Falaises comme lieu historique.
En juillet 2003, la Ville de La Malbaie reconnaissait comme rue privée, la prolongation du chemin des
Carrières ouvrant ainsi la voie à de nouvelles constructions. C’est un secteur boisé qui offre à la fois la
tranquillité et la proximité des services de la ville. Par contre, les pentes abruptes et les affleurements
rocheux à de nombreux endroits rendent l’accès très difficile. Les services d’aqueduc et d’égout ne sont pas
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
27
disponibles et la faible épaisseur des dépôts de surface rend problématique et onéreuse l’implantation de
systèmes de traitement des eaux usées.
LA MALBAIE – SECTEUR SAINTE-AGNÈS
Le développement du secteur Sainte-Agnès semble orienté vers le rang du Ruisseau-des-Frênes (bon
potentiel de développement et vue sur les montagnes) et le rang Saint-Charles, tous deux non desservis.
Le rang du Ruisseau-des-Frênes est un secteur où se côtoient, de plus en plus, résidences principales et
résidences secondaires, dispersées de part et d’autre du rang entretenu à l’année et bénéficiant d’une vue
magnifique sur les montagnes et les lacs des environs. Le lotissement récent d’une rue privée et de
7 terrains sur lesquels ont été construites 7 résidences secondaires a été effectué par le propriétaire de
52 hectares de terrains et qui loue présentement les résidences. Ce secteur de villégiature non desservi est
adjacent à la zone agricole et à quelques producteurs situés en dehors de la zone agricole.
CLERMONT
La Ville de Clermont ne possède pas comme telle de zone de villégiature. Toutefois, le secteur de Snigole
connait une certaine pression pour ce genre de développement.
SAINT-IRÉNÉE
Depuis cinq ans, plusieurs permis de construction ont été émis à l'extérieur du périmètre urbain. Le
développement de la municipalité se fait dans les secteurs de villégiature du Ruisseau Jureux et du rang
Saint-Antoine et, à quelques occasions, en zone agricole, le long de la 362, suite à des autorisations de la
Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ). Ces deux secteurs sont situés sur des
escarpements en bordure du fleuve Saint-Laurent.
Le Hameau du Cap Blanc était à l’origine situé en pleine zone agricole. Le tribunal d’appel en matière de
protection du territoire agricole y a permis le développement sur 29 hectares. Par la suite une demande
d’exclusion a été autorisée pour ce secteur. Ce secteur est accessible par la route 362 et par un chemin
d’accès privé sinueux et très accidenté. Il n’est pas desservi par un réseau d’aqueduc et d’égout. En 2007,
les 45 terrains lotis avaient pratiquement tous trouvé preneur et 3 étaient construits.
Le développement du Ruisseau Jureux est accessible par la route 362 via une rue privée (le prolongement
du chemin du ruisseau Jureux). Les promoteurs du développement du Ruisseau Jureux ont porté une
attention particulière à l’intégration des habitations dans le milieu pour en conserver le cachet (milieu boisé
et vue sur le fleuve) et la tranquillité. Ce secteur n’est pas desservi par un réseau d’aqueduc et d’égout. En
2004, le développement occupait une superficie d’environ 100 hectares, 67 terrains étaient lotis et 30
étaient occupés. Certains propriétaires affichent leur résidence pour de la location touristique. Ce
développement est adjacent au secteur de l’Anse-au-Sac (anciennes terres en culture) où le développement
de la villégiature se fait via les propriétaires des terrains et de façon non planifiée.
Deux petits secteurs de villégiature non planifiés sont aussi identifiés, soit les secteurs du chemin SaintAntoine et du chemin des Bains (où il existe déjà une rue privée). Ces deux secteurs offrent aussi des vues
partielles sur le Saint-Laurent, sont situés à proximité du Domaine Forget et du noyau villageois et ne sont
pas desservis par un réseau d’aqueduc et d’égout.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
28
NOTRE-DAME-DES-MONTS
Deux permis de construction ont été délivrés à l'extérieur du périmètre urbain depuis les cinq dernières
années. Au fil des ans, des autorisations de la Commission de protection du territoire agricole ont permis la
construction de résidences dans le rang Saint-Antoine, formant ainsi progressivement un petit hameau.
Le secteur de villégiature de Sainte-Philomène est accessible par le rang du même nom et est traversé du
nord au sud par une ligne hydroélectrique. Le secteur est bordé à l’est par la limite municipale et au sud par
le rang Chicago-Est. La zone agricole ceinture le reste du secteur au nord et à l’ouest. Quelques résidences
principales sont dispersées le long du rang Sainte-Philomène entretenu à l’année sur presque tout le
secteur. Bien que le couvert forestier prédomine, des friches et d’anciennes zones en culture sont visibles et
certains endroits offrent de belles percées visuelles sur les montagnes et l’arrière-pays.
La rivière du Gouffre est ceinturée par deux secteurs de villégiature discontinuées par la présence de la
zone agricole permanente. Les deux secteurs, sud-ouest et nord-ouest, sont d’ailleurs eux-mêmes délimités
par la zone agricole. L’attrait pour les activités récréatives de chasse et de pêche, la rivière du Gouffre étant
une rivière à saumons dont la réputation n’est plus à faire, est confirmé par la présence de résidences
secondaires dispersées dans les deux secteurs. Les rues publiques entretenues à l’année rejoignent
l’extrémité est des deux secteurs, mais seuls des accès privés peuvent être empruntés pour rejoindre la
rivière.
SAINT-AIMÉ-DES-LACS
Cette municipalité connait le développement résidentiel le plus important de tout le secteur de l'arrière-pays
(qui comprend la Ville de Clermont et la municipalité de Notre-Dame-des-Monts). Plus de trente permis de
construction ont été délivrés à l'extérieur du périmètre urbain depuis les cinq dernières années. Le
développement de la municipalité se fait le long de la route Principale qui traverse le noyau villageois et qui
se prolonge jusqu'au secteur des lacs Long, Rat Musqué et du Pied des Monts, par le rang Saint-Jérôme et
le chemin du lac Nairne.
Depuis près de 100 ans, le phénomène de la villégiature riveraine se développe sur le pourtour des lacs
Nairne, Sainte-Marie, des Rats-Musqué, Brûlé, Long et du Pied-des-Monts. Le développement s'est effectué
sur des lots privés ou publics (location), lesquels lots ont par la suite été vendus aux occupants par le
gouvernement (surtout en ce qui a trait aux lacs des Rats-Musqués, Brûlé, Long et Pied-des-Monts). Deux
enjeux majeurs caractérisent la villégiature à Saint-Aimé-des-Lacs soient : l’emprise des accès routiers qui
est inférieure aux règlements municipaux et la densité d’occupation des rives.
Dans les dernières années, le lac Sainte-Marie a connu une certaine transformation de ses chalets en
résidences permanentes et la rue Larouche (publique) s’est prolongée en une rue privée (droit de passage
pour 3 terrains). Certains propriétaires affichent leur résidence à titre de location touristique. Les étangs
d’épuration de la municipalité et une sablière sont à proximité. Selon une étude réalisée par la firme Roche
Ltée (2003), il est techniquement impossible d’implanter le service d’égout pour desservir les résidences
existantes dans la rue Larouche.
Parmi les six lacs de la municipalité, le lac Nairne est sans contredit le plus achalandé en terme d’activités
récréatives et nautiques (moto marine, bateau à moteur, ski nautique, planche à voile, baignade, etc.). Les
autres lacs sont surtout fréquentés dans le cadre d’activités de chasse et de pêche. C'est en bordure de ce
lac que ce sont développées de nombreuses rues privées sur des lots de faibles superficies (en moyenne
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
29
2 679 m2). Vingt-deux rues privées non conformes et plusieurs servitudes de passage desservent
maintenant environ 213 résidences secondaires ou principales.
Depuis les dernières années, le lac Nairne est aux prises avec une problématique de prolifération d’algues
bleu-vert. Aussi, il y a eu plusieurs cas de dermatite du baigneur mais depuis les deux dernières années,
cette situation semble réglée. Depuis 2008, plusieurs installations septiques non conformes ont été
corrigées. Par contre, les activités récréatives estivales intenses, le faible renouvellement des eaux du lac,
la présence de nombreux chalets sur de petits terrains contribuent à la dégradation du lac. Les rives
dénaturées (muret de béton, gazon, etc.), les nombreux remblais dans les milieux humides en bordure du
lac ont aussi beaucoup diminué la capacité de résilience du lac. De nombreux efforts de sensibilisation et de
nettoyage des rives du lac ont été initiés par l’Association pour la Protection de l’Environnement du Lac
Nairne Inc. et appuyés par la municipalité.
Notons que la Municipalité est très soucieuse de cette problématique environnementale et qu’elle a apporté
les mesures nécessaires pour corriger la problématique des fosses septiques observée autour des plans
d’eau. Une nouvelle réglementation d’urbanisme adoptée en 2007 assure la renaturalisation des berges et
contrôle davantage l’occupation du territoire.
Les lacs Brûlé et des Rats-Musqués n'ont pour leur part pas connu de développement de rues privées et de
constructions de nouveaux chalets. Cependant, quelques résidences permanentes se sont installées entre
la route principale et le lac. Étant tous deux dans près de la route qui mène Parc national des HautesGorges-de-la-Rivière-Malbaie et offrant encore un milieu boisé et peu densément habité, ces secteurs de
villégiature seront probablement très convoités dans les années à venir. Notons que dans sa nouvelle
règlementation, la Municipalité impose des superficies minimales de terrains de 8 000 m2 et interdit les rues
privées dans ces secteurs.
Les terrains autour du lac Long sont accessibles par trois rues publiques entretenues à l’année par la
municipalité, le chemin du Pied-des-Monts, la rue Fortin et la rue Richard. Deux autres rues privées non
conformes desservent les riverains. Là où des chalets sont installés, les rives sont partiellement ou
entièrement déboisées. Aucun réseau d’aqueduc et d’égout n’est établi.
Le lac Pied-des-Monts présente aussi une problématique en ce qui a trait aux rues privées (droits de
passage). Un réseau de 5 chemins privés et d’une rue publique entretenue à l’année (le chemin du lac du
Pied-des-Monts) dessert environ 70 chalets. Aucun réseau d’aqueduc et d’égout ne dessert le secteur.
DANS LES TNO
Le secteur du Lac Deschênes est à moins de 10 kilomètres de Saint-Siméon et est l’un des attraits les plus
importants du territoire non organisé de la MRC de Charlevoix-Est. La villégiature fait augmenter la
population à plus de 1 000 personnes pendant l’été jusqu’au début de l’automne lorsque des activités de
chasse et de pêche sont effectuées.
De nombreuses rues privées sont aménagées entre la route 170 et le lac Deschênes. Les résidences
secondaires y sont implantées de façon très rapprochée les unes sur les autres le long de la rive du lac.
Aucun réseau d’aqueduc et d’égout n’est présent. La rive nord-est du lac est de tenure publique.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
30
DÉVELOPPEMENT SUR DES LOTS ENCLAVÉS
La MRC possède sur son territoire plusieurs lots enclavés qui ne sont pas constructibles actuellement en
raison de l’obligation d’être adjacent à une rue publique ou privée pour obtenir un permis de construction.
Un lot enclavé répond aux critères suivants :
1.
Être situé à l’extérieur de la zone agricole (sur lequel aucune habitation ne sera permise en vertu de la
Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles) ;
2.
Être situé sur une terre privée;
3.
Ne pas être adjacent à une rue publique ni à une rue privée;
4.
Être vacant, c’est-à-dire sur lequel il n’y avait aucune construction susceptible de conférer des droits
acquis (en date du 22 mars 1983).
La présence de tels lots constitue un enjeu important sur le territoire de plusieurs municipalités de la MRC.
Les rues publiques et privées répondent à certaines normes pour permettre notamment le passage des
véhicules d’urgence, ce qu’une servitude de passage, parfois longue et étroite, ne permet pas toujours.
Consciente que la valeur de ces lots (dits enclavés) sur lesquels aucune construction n’a été autorisée
jusqu’à aujourd’hui, est de beaucoup diminuée dans certains cas, la MRC a entrepris, en 2003, d’en faire
l’inventaire. D’ailleurs, plusieurs municipalités telles que La Malbaie, Saint-Irénée et Saint-Siméon,
confrontées à des dossiers litigieux sur la question des lots enclavés, avaient demandé à la MRC de tenter
de trouver des solutions avant d’entreprendre des actions en démolition et en cessation d’usage à l’endroit
de certains de leurs citoyens. Ainsi, un inventaire de ces lots a été fait. Les résultats de cet inventaire sont
présentés au tableau suivant.
Tableau 2.4
Nombre de lots enclavés par intervalle de distance par municipalité
MUNICIPALITE
Baie-Sainte-Catherine
Saint-Siméon
La Malbaie
Clermont
Saint-Aimé-des-Lacs
Saint-Aimé-des-lacs villégiature
Notre-Dame-des-Monts
Saint-Irénée
TNO-Lac Deschênes
Total
DISTANCE A UNE RUE PUBLIQUE OU PRIVEE
0-100m
101-250m 251-500m 501-1000m
1
8
47
20
6
13
7
8
5
118
0
3
27
2
10
12
4
3
1
62
2
3
8
5
6
12
2
3
0
41
2
6
37
5
3
1
3
7
0
64
1001m1500m
1
2
17
2
4
0
7
0
0
33
1501m2000m
0
2
15
2
2
1
9
0
0
31
+de 2001m
Total
0
4
1
1
4
15
1
0
0
26
6
28
152
37
35
54
33
21
6
375
MRC de Charlevoix-Est, Département de l’aménagement du territoire, 2003
L’inventaire des lots enclavés a révélé toute l’ampleur de la problématique. En effet, sur tout le territoire de
la MRC de Charlevoix-Est, on retrouve des lots enclavés et ceux-ci sont à des distances parfois
importantes :

24 % des lots enclavés de tout le territoire de la MRC sont situés à un kilomètre d’une rue publique ou
d’une rue privée;
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
31

48 % des lots enclavés sont situés à 250 mètres et moins d’une rue publique ou privée, une distance
qui apparaît raisonnable en fonction de la norme 1141-Norme sur la protection contre l’incendie des
développements d’ensemble de la National Fire Protection Association (NFPA). Au-delà de cette
distance, il apparaît difficile, d’après les recherches effectuées sur les normes de protection incendie
et de sécurité civile, d’assurer services et protection aux citoyens.
Vu ce potentiel et l’intérêt des propriétaires pour l’implantation de nouvelles habitations, la MRC entend
dans son document complémentaire revoir l’interdiction de construire sur ces lots, tout en imposant des
normes garantissant la sécurité des citoyens.
SYNTHÈSE DE LA DISPONIBILITÉ DE TERRAINS VACANTS HORS DES PÉRIMÈTRES URBAINS
Quoiqu’il soit difficile d’évaluer la disponibilité de terrains vacants le long des rangs et routes principales, il
est possible d’affirmer que la MRC dispose de nombreux terrains vacants situés en bordure de rues
publiques et privées dans des aires d’affectation villégiature et agroforestière. Toutefois, des normes plus
contraignantes introduites pour l’affectation agroforestière ainsi que le long des corridors routiers de la 138,
170 et 362 devraient limiter considérablement le développement.
Ainsi, afin de répondre à la demande pour l’implantation de résidences de villégiature et pour encadrer cette
demande, la MRC définit l’affectation villégiature. Le chapitre 3.4 est consacré à la villégiature.
2.4
CAPACITÉ D'ACCUEIL DES ÉQUIPEMENTS ET INFRASTRUCTURES D'EAU POTABLE ET
D'ASSAINISSEMENT DES EAUX USÉES
Pour évaluer le potentiel du territoire à accueillir le développement des prochaines années, il y a lieu de
prendre en considération le coût des services à fournir et la capacité actuelle des équipements et
infrastructures d'eau potable et d'assainissement des eaux usées des municipalités. Le tableau suivant fait
état du nombre d'abonnés au réseau d'aqueduc et d'égout, du débit de consommation quotidien d'eau
potable ainsi que de la capacité des équipements de desserte et de traitement pour chacune des
municipalités de la MRC.
Une enquête réalisée auprès des responsables des équipements de desserte en eau potable a confirmé
que la capacité des équipements actuels était suffisante afin de répondre à la demande de
consommation d'eau de la population actuelle et prévisible. La capacité d'accueil qui est établie entre le
débit moyen quotidien et la capacité théorique des équipements démontre clairement que ces derniers sont
adéquats pour desservir la population actuelle et future.
En ce qui a trait au traitement des eaux usées, les récents équipements de traitement aménagés depuis
1990 montrent que ces derniers seront en mesure de répondre aux besoins pour de nombreuses années à
venir à l’exception de la municipalité de Saint-Siméon. Le tableau suivant présente les investissements
réalisés dans les municipalités de la MRC pour l'aménagement des sources en eau potable et
l'assainissement des eaux usées.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
32
Tableau 2.5
Nombre d’abonnés aux réseaux d’aqueduc et d’égout, débit de consommation
quotidien d’eau potable et capacité des équipements de desserte et de traitement par
municipalités
MUNICIPALITÉS
NOMBRE
D’ABONNÉS
AQUEDUC
Baie-Sainte-Catherine
(1)
Saint-Siméon (1)
La Malbaie
Saint-Fidèle
Cap-à-l'Aigle
Rivière-Malbaie
La Malbaie--Pointe-auPic
Sainte-Agnès
Clermont
Saint-Irénée
Saint-Aimé-des-Lacs
Notre-Dame-des-Monts
TOTAL
CAPACITÉ
THÉORIQUE
DES
ÉQUIPEMENT
S
(gal/jour)
107 000
CAPACITÉ
RÉSIDUELLE
(gal/jour)
NOMBRE
D’ABONNÉ
S ÉGOUT
DÉBIT
QUOTIDIE
N EAUX
USÉES
(m3/jour)
CAPACITÉ
DES
ÉQUIPEMEN
TS D’ÉGOUT
(m3/jour)
POINT DE
REJET OU
TRAITEMENT
115
DÉBIT
MOYEN
QUOTIDIEN
EAU
POTABLE
(gal/jour)
42 000
65 000
115
--
--
à l'étude
480
270 000
n/a
--
428
1300
--
étangs aérés
142
874
1 876
5 500
70 000
105 000
150 000
700 000
75 000
125 000
750 000
900 000
5 000
20 000
600 000
200 000
138
874
1 876
5 500
-213,4
---
-9 308
9 308
9 308
à l'étude
usine
usine
usine
55
1 452
164
164
215
20 000
500 000
85 000
44 000
45 000
25 000
600 000
120 000
180 000
--
5 000
100 000
60 000
52 000
--
n/a
1 416
159
161
193
n/a
-475
330
--
n/a
1 973
-445
--
n/a
étangs aérés
à l'étude
étangs aérés
étangs de
décantation
11037
10860
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement.
(1) Les données ne sont pas à jour puisque des études sont en cours et les résultats seront connus en 2009-2010
Tableau 2.6
Investissement dans l'assainissement des eaux et l'eau potable par les municipalités
et le gouvernement (MAM/SQAE) au cours des dernières années
MUNICIPALITÉS
SOURCE D’EAU POTABLE
ASSAINISSEMENT DES EAUX USÉES
500 000$
600 000$
à l'étude
3 435 000$
200 000$
--20 300 000$
278 000$
2 000 000$
-3 068 040$
500 000$
3 278 000$
à l'étude
21 000 000$
21 000 000$
21 000 000$
n/a
10 000 000$
1 300 000/
1 200 000$
1 200 000$
36 935 000$
Baie-Sainte-Catherine
Saint Siméon
La Malbaie
Saint-Fidèle
Cap-à-l'Aigle
Rivière-Malbaie
La Malbaie--Pointe-au-Pic
Sainte-Agnès
Clermont
Saint-Irénée
Saint-Aimé-des-Lacs
Notre-Dame-des-Monts
TOTAL
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
33
2.5
BILAN DE LA GESTION DE L’URBANISATION
Le modèle d’urbanisation de la MRC découle de deux dynamiques particulières propres à son territoire, soit:

la croissance urbaine qui se fait progressivement par l’implantation de résidences permanentes, de
commerces et d’industries;

l’arrivée de nouvelles familles qui recherchent des lieux de villégiature dans un milieu naturel unique et
d’une grande qualité paysagère.
Afin de rentabiliser les investissements en infrastructures urbaines et pour assurer la survie des noyaux
urbains existants, le schéma d’aménagement et de développement de la MRC devra assurer un contrôle de
l’urbanisation diffuse en zone rurale par un contrôle des usages de façon à éviter les conflits d’usages, à
diminuer les impacts négatifs sur le paysage ainsi que sur le réseau routier et, finalement, visera à répondre
aux orientations gouvernementales. Il n’est cependant pas question ici de laisser déserts les secteurs
ruraux mais de planifier adéquatement leur utilisation tout en assurant l’occupation du territoire.
Les douze périmètres urbains établis au schéma de 1986 sont revus pour répondre aux besoins estimés
jusqu’en 2026. Deux sont élimés, celui de St-Irénée est diminué, cinq demeurent tels quels tandis qu’un
seul est agrandi : La Malbaie centre. Les zones d’expansion urbaine ont été abandonnées.
Par ailleurs, certains usages sont autorisés, à certaines conditions, à l’extérieur des périmètres urbains mais
les possibilités sont énormément diminuées comparativement au schéma de 1re génération (c. f. Grille de
compatibilité des usages, section Vision, orientations et affectations).
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
34
3.
FONCTION RÉSIDENTIELLE
3.1
SITUATION DU LOGEMENT
Selon les données de 2006, la situation du logement sur le territoire de la MRC correspond à:

64 % des logements sont des maisons individuelles contre 46 % au Québec;

6 % sont des maisons en rangée, 10% des duplex, 16 % des immeubles de moins de 5 étages et 3 %
des maisons mobiles;

21 % des logements ont été construits avant 1946 contre 14 % au Québec et 20 % des logements ont
été construits entre 1971 et 1980;

la proportion la plus élevée de logements anciens se trouvent à Baie-Sainte-Catherine, Saint-Irénée et
Saint-Siméon avec respectivement 30 %, 29 % et 26 % (avoir une forte proportion de logements
anciens peut s’avérer un atout si les logements sont bien entretenus et que le cachet orignal est
conservé);

la proportion la plus élevée des logements les plus récents se retrouve à Notre-Dame-des-Monts
(15 %), les autres municipalités se situent près de la moyenne régionale de 5 %;

l’état des logements est sensiblement le même qu’on retrouve en moyenne au Québec tel qu’illustré
au tableau suivant :
Tableau 3.1
État du logement, 2006
Province de Québec
MRC
Réparations à effectuer sur les logements
65%
62%
entretien régulier
27%
28%
réparations mineures
8%
10%
réparations majeures
L’évolution récente de la valeur moyenne des unités de logement présente une augmentation significative.
Le tableau suivant fait état de la valeur moyenne des unités de logement pour les trois derniers rôles
d’évaluation foncière.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
35
Tableau 3.2
Valeur moyenne des unités de logement au rôle d’évaluation foncière
RÔLE
2002-2003-2004
2005-2006-2007
2008-2009-2010
VALEUR MOYENNE DES UNITÉS DE LOGEMENT (EN $)
78 100
81 800
116 800
AUGMENTATION (EN %)
5%
30 %
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
Toutefois, la valeur moyenne des logements est de 116 800 $ contre 182 399$ au Québec soit 36 % moins
élevée. Quant à la part du revenu consacré au logement par les ménages propriétaires, 10 % de ceux-ci y
consacrent 30 % ou plus, tandis qu’au Québec c’est 14 %. La valeur des propriétés varie d’une municipalité
à l’autre de même que le nombre et la valeur des résidences secondaire comme l’illustrent les deux tableaux
suivants :
Tableau 3.3
Valeur moyenne des résidences de 1 logement
MUNICIPALITÉ
Baie-Sainte-Catherine
Saint-Siméon
La Malbaie
Clermont
Saint-Irénée
Notre-Dame-des-Monts
Saint-Aimé-des-Lacs
TNO
MRC Charlevoix-Est
NOMBRE
VALEUR TOTALE ($)
MOYENNE ($)
94
376
2334
719
239
242
294
61
4359
5 825 856
26 910 675
280 214 548
76 601 165
31 117 456
20 471 262
28 415 344
2 630 400
472 186 706
61 977
71 571
120 058
106 538
130 199
84 592
96 651
43 121
89 339
Source : MRC de Charlevoix-Est, sommaire au rôle au 20 août 2009
Tableau 3.4
Valeur moyenne des chalets ou maisons de villégiatures
MUNICIPALITÉ
Baie-Sainte-Catherine
Saint-Siméon
La Malbaie
Clermont
Saint-Irénée
Notre-Dame-des-Monts
Saint-Aimé-des-Lacs
TNO
MRC Charlevoix-Est
NOMBRE
VALEUR TOTALE ($)
MOYENNE ($)
41
226
424
32
141
62
349
322
1597
1 700 800
12 479 700
45 575 900
803 900
21 771 500
1 893 900
27 181 800
10 664 200
122 071 700
41 483
55 220
107 490
25 122
154 408
30 547
77 885
33 119
65 660
Source : MRC de Charlevoix-Est, sommaire au rôle au 20 août 2009
Il est étonnant de remarquer, qu’à Saint-Irénée, la valeur moyenne d’un chalet ou maison de villégiature est
plus élevée que celle d’une résidence de 1 logement. En fait, St-Irénée voit 31 % de sa valeur foncière
imposable provenir de la valeur des chalets, à Saint-Aimé-des-Lacs, c’est 42 % alors que pour l’ensemble
de la MRC c’est 12 %4
4
Selon la valeur au rôle, MAMROT, 2009
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
36
3.2
PORTRAIT DES MISES EN CHANTIER RÉSIDENTIELLES
En se référant à la figure suivante, on remarque des fluctuations dans les mises en chantier au cours des
années. Un pic se démarque en 1994. Cette année correspond à la construction du casino de Charlevoix.
Les années 1999 et 2000 démontrent aussi une hausse, celle-ci correspond à l’année d’agrandissement du
casino de Charlevoix et du complexe hôtelier Fairmont Le Manoir Richelieu. Les années 2006 et 2007
établissent des sommets de mises en chantier avec respectivement 93 et 92 projets
Figure 3.1
Nombre de mise en chantier entre 1989 et 2007
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
3.3
PROBLÉMATIQUE DES MAISONS MOBILES
Sur le territoire de la MRC, on compte 366 maisons mobiles, lesquelles sont soit regroupées dans des parcs
de maisons mobiles (161), soit dispersées sur l’ensemble du territoire (205).
Peu de municipalités sont dotées de parcs de maisons mobiles. La ville de Clermont en compte 3, le secteur
de Rivière-Malbaie en compte 2 et la municipalité de Notre-Dame-des-Monts en compte 1. Ceux de la ville
de Clermont et du secteur de Rivière-Malbaie sont occupés à 100 %, celui de Notre-Dame-des-Mont l’est à
80 %.
Avec 105 maisons mobiles, le secteur de Rivière-Malbaie en compte le plus à l’échelle régionale. Il est suivi
de Clermont, avec 88 maisons mobiles. Toutes les autres municipalités en comptent moins d’une trentaine.
Baie-Sainte-Catherine arrive au dernier rang, avec 5 maisons mobiles.
Dans les règlements de zonage actuellement en vigueur à l’échelle de la MRC, 33 zones sur 607 autorisent
l’implantation de maisons mobiles. Ce ne sont cependant pas toutes les zones qui permettent l’implantation
des maisons mobiles à titre de résidences permanentes. En effet, en certains endroits, dans les secteurs de
villégiature par exemple, quelques zones autorisent les maisons mobiles à titre de résidences secondaires
seulement.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
37
Dans les zones où elles sont autorisées, les maisons mobiles sont parfois regroupées sur une même rue,
sans pourtant constituer un parc. Le fait qu’elles soient autorisées dans très peu de zones y est pour
quelque chose.
Tableau 3.5
Nombre de maisons mobiles sur le territoire de chaque municipalité et type
d’emplacement
MUNICIPALITÉ
Baie-Sainte-Catherine
Saint-Siméon
La Malbaie
Saint-Fidèle
Cap-à-l’Aigle
Rivière-Malbaie
La Malbaie—Pointe-au-Pic
Sainte-Agnès
Clermont
Saint-Irénée
Saint-Aimé-des-Lacs
Notre-Dame-des-Monts
TOTAL
NOMBRE DE
MAISONS
MOBILES
TYPE D’EMPLACEMENT
5
41
DANS UN OU DES
PARCS DE MAISONS
MOBILES
S.O.
S.O.
DISPERSÉES
SUR L’ENSEMBLE DU
TERRITOIRE
5
41
18
12
105
22
17
88
6
33
19
366
S.O.
S.O.
75
S.O.
S.O.
85
S.0.
S.O.
3
161
18
12
30
22
17
3
6
33
16
205
NOMBRE DE ZONES OÙ
L’IMPLANTATION DE
MAISONS MOBILES EST
AUTORISÉE
6/33
4/95
1/71
1/50
2/50
2/128
1/28
3/75
1/33
1/14
1/30
33/607
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement.
3.4
3.4.1
VILLÉGIATURE
Détermination des sites de villégiature
Au schéma d’aménagement de première génération, l’implantation de résidences pouvait se faire sur tout le
territoire. En effet, sur tous les terrains privés il était permis de procéder à l’ouverture de développements
résidentiels sur rues privées.
En faisant le bilan, on remarque que beaucoup de rues privées se sont ouvertes un peu partout sur le
territoire, menant à deux ou trois constructions. Plusieurs promoteurs ont entrepris d’ouvrir des
développements hors périmètre urbain avec le résultat qu’ils se concurrencent entre eux, ne vendent pas
tous les lotissements et que certains sont dans des sites impropres au développement. Cette situation
explique aussi pourquoi plusieurs constructions se sont faites hors du périmètre urbain.
Au présent schéma, la MRC adopte une gestion plus serrée des possibilités de développement sur le
territoire. Comme nous l’avons vu précédemment, les périmètres urbains ont été circonscrits en fonction des
prévisions démographiques disponibles et de l’historique des mises en chantier, sans plus. De plus, des
zones de villégiatures ont été définies et représentent les seuls endroits où on verra apparaître de nouveaux
développements de résidences isolées hors périmètre urbain.
Charlevoix-Est possède un long historique d’accueil de la villégiature. En effet, ses débuts datent de la fin
des années 1700 après que la rive nord du Saint-Laurent, colonisée par des marchands, ait connu des
débuts difficiles. Peu après l’époque où les seigneuries de messieurs John Nairne et Malcolm Fraser se
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
38
soient développées, Murray Bay (Pointe-au-Pic, La Malbaie et Cap-à-l'Aigle) devient une destination de
repos pour les citadins aisés venus d’aussi loin que des États-Unis et de l’autre côté de l’Atlantique pour
profiter de l’air frais et de la vie pittoresque de Charlevoix. La chasse et la pêche amènent aussi de
nombreux amateurs à s’installer dans les régions montagneuses de l’arrière-pays.
Aujourd’hui, des traces de cette villégiature haut de gamme sont visibles dans l’architecture des secteurs de
La Malbaie-Pointe-au-Pic et de Cap-à-l'Aigle ainsi que par la présence de familles dont les noms évoquent
leur descendance : Murray, Bhérer, Warren, etc. Ainsi, les municipalités côtières (en bordure du fleuve
Saint-Laurent) que sont La Malbaie et Saint-Irénée ainsi que les municipalités pourvues de nombreux lacs
soit Saint-Aimé-des-Lacs, Saint-Siméon et le territoire non organisé (TNO) constituent aujourd'hui les
territoires privilégiés où s'exercent des activités de villégiature.
En 1976, on comptait 650 chalets alors qu’aujourd’hui on en compte 1577. En fait, 14,6 % des unités
d’évaluation sont des chalets. La villégiature s’exerce majoritairement (77 %) sur les terres privées.
Tableau 3.6
Évolution du nombre de résidences secondaires par municipalité, de 1990 à 2011
MUNICIPALITÉ
NOMBRE DE RÉSIDENCES SECONDAIRES
1990
2001
2011
Baie-Ste-Catherine
53
43
40
Saint-Siméon
189
219
227
La Malbaie
354
426
422
Clermont
36
36
32
Saint-Irénée
69
119
136
Saint-Aimé-des-Lacs
355
356
335
Notre-Dame-des-Monts
50
69
63
TNO
288
356
322
Total
1394
1624
1577
Source : selon le code d’utilisation inscrit au rôle d’évaluation, MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
Pour l’ensemble du territoire de la MRC de Charlevoix-Est, il y a eu, en 21 ans, une augmentation de 183
chalets soit 12% d’augmentation. Cependant, cette augmentation n’a pas été uniforme dans le temps. Entre
1990 et 2001, il y a eu une augmentation de 230 chalets. Entre 2001 et 2011, il en disparaissait 47. La
Malbaie a connu une hausse jusqu’en 2001 (de 354 chalets en 1990 à 426 en 2001), suivi d’une légère
baisse en 2011 (422 chalets). Les municipalités qui sont en forte croissance sont Saint-Siméon et SaintIrénée.
Après consultations auprès des responsables municipaux, il appert qu’au cours des dernières années,
plusieurs résidences secondaires se sont transformées en résidences permanentes. Cette situation explique
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
39
la décroissance du nombre de résidences secondaires dans certains territoires et traduit une tendance que
l’on observe soit l’arrivée de retraités qui choisissent de transformer leur résidence secondaire en leur
domicile principal.
On ne peut donc pas regarder uniquement le nombre de résidences secondaires pour comprendre le
phénomène de villégiature sur notre territoire. Désormais, plusieurs résidences permanentes s’implantent
dans des secteurs autrefois privilégiés pour des chalets. En effet, beaucoup de nouveaux arrivants
choisissent de s’établir hors périmètre urbain afin de disposer de terrains plus grands et d’un environnement
à caractère de villégiature. Ces ménages ne sont pas nécessairement établis de façon saisonnière,
plusieurs vivent dans Charlevoix en permanence, mais ont opté pour un style de vie plus rural. Devant cette
tendance, la MRC créer des secteurs capables d’accueillir ces nouveaux habitants tout en
circonscrivant cet usage pour ne pas qu’il s’éparpille sur le territoire.
Tableau 3.7
Nombre de constructions en périmètre urbain et hors périmètre urbain
Municipalités
Intra
Baie-Ste-Catherine
0
Saint-Siméon
La Malbaie
St-Irénée
Clermont
Saint-Aimé-d-Lacs
Notre-Dame-d-Monts
Total
4
19
2
8
0
5
38
2004
Hors
0
3
17
14
0
8
1
43
Intra
1
2005
Hors
0
4
24
11
9
1
2
53
9
14
7
0
5
0
35
Intra
0
2006
Hors
0
3
17
6
12
3
1
42
6
15
6
2
7
1
37
Intra
2
2007
Hors
1
Intra
1
2008
Hors
1
3
24
2
20
2
8
61
4
19
2
0
5
0
31
3
34
0
14
4
6
62
6
16
5
0
6
0
34
Total des 5 années : 256 constructions en périmètre urbain et 180 hors donc 41 % des constructions se sont faites hors
périmètre urbain.
Tel que mentionné précédemment, dans le schéma de 1re génération, les municipalités définissaient au gré
des demandes de promoteurs les endroits où elles souhaitaient que des rues privées puissent s’ouvrir. En
faisant le bilan, on remarque que beaucoup de rues privées se sont ouvertes un peu partout sur le territoire,
menant à deux ou trois constructions. Plusieurs promoteurs ont entrepris d’ouvrir des développements hors
périmètre urbain avec le résultat qu’ils se concurrencent entre eux, ne vendent pas tous les lotissements et
que certains sont dans des sites impropres au développement. Cette situation permissive explique aussi
pourquoi plusieurs constructions se sont faites hors du périmètre urbain.
Afin de pallier à cette problématique, le présent schéma définit, dans ses grandes affectations, des zones
dites de villégiature. Des rues privées pourront s’ouvrir uniquement dans ces zones. Celles-ci sont situées
dans des secteurs convoités, offrant une qualité de paysage et d’attraits biophysiques (lacs, fleuve,
montagnes). Les zones sont délimitées sur de grandes superficies, car il très difficile pour les municipalités
de déterminer quels secteurs seront développés exactement. Afin de ne pas donner exagérément de
valeur à quelques lots privés, la décision a été prise d’affecter plus large. Une chose est certaine, il
s’agit tout de même d’un pas énorme dans la gestion de la rurbanisation si on compare au premier schéma
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
40
où on pouvait ouvrir des rues sur l’ensemble du territoire. Le présent schéma définit quelques zones ciblées,
où, qui plus est, on règlemente les superficies à un minimum de 4 000 m2 (document complémentaire,
chapitre 3).
Le texte suivant décrit les secteurs de villégiature, par municipalité à l’exception de Notre-Dame-des-Monts
qui n’a pas défini de zone de villégiature, mais a plutôt choisi de définir des îlots de consolidation. Les
images sont des extraits de la carte des affectations qu’on peut consulter dans la section Vision, orientations
et affectations ou à l’annexe cartographique.
BAIE-SAINTE-CATHERINE
Le lac du Séminaire est situé en bordure de la route
138. Quelques résidences secondaires (et une
principale) occupent déjà les rives boisées de ce lac.
L’attrait de ce secteur réside dans les activités
récréatives, de chasse et de pêche, activités
soutenues par les nombreuses ZECS et pourvoiries
environnantes. Au schéma révisé, une petite zone de
villégiature est définie autour du Lac du séminaire qui
pourrait accueillir une dizaine de résidences.
SAINT-SIMÉON
Au plan directeur du Parc marin du
Saguenay-St-Laurent,
Saint-Siméon
constitue un pôle de découverte de ce
parc. Cela aura certes pour effet de
favoriser le développement de la
villégiature sur son territoire. La
tendance actuelle du développement de
la municipalité s'oriente vers la rue
Gauthier. Cette rue appartient à la
municipalité et offre une vue
intéressante sur l'estuaire du St Laurent.
Une zone de villégiature y est définie où
on pourrait établir une trentaine de
résidences.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
41
Les secteurs des lacs du Portage, à Pitre, GrandMère et des Gervais sont occupés par quelques
chalets et sillonnés par plusieurs petits chemins et
accès privés qui prennent origine sur la route 138 qui
traverse le secteur. Ce dernier est enclavé par des
terres publiques. La tranquillité liée à la faible densité
de chalets et la proximité des activités récréatives
constituent les facteurs attractifs du secteur.
Toutefois, ce secteur se développe très lentement. Il a
été circonscrit dans la zone de villégiature suivante et
on calcule qu’il peut s’y implanter une douzaine de
terrains riverains qui profiteront de l’accès donné par
les rues privées déjà implantées.
Le secteur de Port-aux-Quilles est traversé par la route 138, par une rue privée qui rejoint un nouveau
développement autour des lacs Elzéard et Petit lac des chevaux et par un bon nombre de petits accès
privés qui rejoignent des lacs ou qui s’orientent vers le fleuve. En effet, le secteur est bordé par le
Saint-Laurent à l’est, les terres
publiques au nord, à l’ouest par
la route 138 et la ligne
hydroélectrique et au sud par un
ruisseau qui se jette dans l’anse
Port-au-Quilles.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
42
Le secteur de Port-au-Persil a une
vocation de villégiature et touristique.
Une grande partie est cependant sous
l’emprise de la Loi sur la protection du
territoire et des activités agricoles. Une
zone de villégiature récréotouristique a
été définie sur le plateau adjacent à la
zone agricole en direction du village de
Saint-Siméon et du côté sud du chemin
de Port-au-Persil là où les percées
visuelles sur le Saint-Laurent et sur le
hameau de Port-au-Persil offrent un
potentiel plus qu’intéressant. Le
secteur est boisé et non desservi par
un réseau d’aqueduc et d’égout. On
pourrait y implanter une trentaine de
résidences. Ce secteur de villégiature a
été défini en tant que villégiaturerécréotouristique afin de bien cadrer
avec le secteur de Port-au-Persil qui accueille beaucoup de vacanciers.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
43
LA MALBAIE
Une zone dans le secteur du mont Grand-Fonds d’environ 180 hectares. On calcule qu’en moyenne on peut
y développer un terrain à l’hectare compte tenu de la topographie et des nombreux cours d’eau. L’affectation
y est villégiature récréotouristique compte tenu de la station de ski qui est susceptible d’entraîner un
développement où les usages récréotouristiques sont présents.
Une zone située le long du boulevard des Falaises à Pointe-au-Pic. Ce secteur est désigné arrondissement
historique par Parcs Canada. Il est complètement développé. C’est le secteur identifié en tant que berceau
de la villégiature et on y a construit des domaines de villégiature depuis 200 ans, on y trouve aussi des gites,
des auberges et des restaurants, c’est pourquoi l’affectation y est villégiature récréotouristique. À ce secteur
s’ajoute un grand lot où un projet de développement « Les hauteurs de Pointe-au-Pic » a été déposé à la
ville de La Malbaie. On y prévoit 133 terrains haut de gamme. Ce secteur est affecté villégiature.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
44
CLERMONT
Le long du chemin Snigole une zone où passe la rivière Snigole et près d’un petit lac. Une trentaine de
lotissements y sont possibles.
SAINT-AIMÉ-DES-LACS
Autour de chacun des 6 lacs, 300 mètres d’affectation de villégiature ont été définis. Il est utopique de
penser que l’ensemble de ces zones va se développer également. Les terrains les plus convoités sont ceux
donnant accès aux lacs, dans le cas des lacs Pied-des-Monts et Nairne, il n’en reste pratiquement plus. La
description suivante indique un nombre de lotissements possible par zone, il s’agit d’un nombre théorique
qui ne tient pas compte des préférences des acheteurs potentiels.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
45
Lac du Pied des Monts
Plusieurs résidences secondaires et
permanentes se trouvent déjà aux abords du
secteur du lac du Pied des Monts.
Effectivement, nonobstant le secteur nord qui se trouve sur des terres publiques, les possibilités demeurent
limitées en raison du relief relativement accidenté à cet endroit. En fait, on établit à environ 15 terrains le
développement possible dans ce secteur.
Lac Long
Le secteur du lac Long présente un potentiel de villégiature intéressant dans la mesure où sa partie ouest
n’est pratiquement pas développée et que quelques rues (chemin Fortin et chemin Richard) permettent un
accès au nord et au sud du plan
d’eau. La partie au nord du chemin
du pied des monts offre également
plusieurs
possibilités
de
développement pour des terrains de
villégiature. Nous estimons à
environ 80 le nombre de terrains
disponibles dans ce secteur de
Saint-Aimé-des-Lacs. Cependant,
seulement
25
emplacements
pourraient avoir un accès direct au
lac.
Lac du Rat Musqué
Ce secteur de villégiature est très
peu développé, à l’exception peut-
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
46
être des rives du plan d’eau (sur un peu plus de la moitié de sa superficie côtière). En fait, environ quatre
terrains (8000 m2) pourraient possiblement être lotis sur les berges du lac, à condition qu’une nouvelle rue
soit aménagée autour du cours d’eau. Sinon, plusieurs terrains demeurent disponibles le long du chemin du
pied des monts, En fait, on chiffre ces derniers à 23 en bordure de cette voie publique. Il y a également une
possibilité de développement en périphérie du lac et au nord des terrains adjacents au chemin public
(terrains de 8000 m2 tel qu’exigé pour Saint-Aimé-des-Lacs au document complémentaire). Donc, au total,
on peut estimer à 45 terrains potentiels pour le secteur de villégiature du lac du Rat Musqué.
Lac Brûlé
L’occupation actuelle du Lac Brûlé est majoritairement concentrée sur la rive est du plan d’eau et le long de
la rue Principale. De plus, il faut considérer qu’une parcelle de territoire située au sud-ouest du lac fait partie
de la zone agricole suite à une demande d’inclusion, ce qui limite un peu le développement. On évalue
qu’une douzaine de terrains pourrait être aménagée en bordure du Lac Brûlé. Quelques emplacements
demeurent accessibles en périphérie du lac et sur la rue principale. Par ailleurs, le rang Saint-Thomas et la
rue principale présentent quelques endroits propices au lotissement. Donc, de manière générale, au
maximum, on pourrait atteindre 45 nouvelles constructions.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
47
Lac Nairne
Le Lac Nairne est le plan d’eau le plus important et le plus développé de Saint-Aimé-des-Lacs. Par le fait
même, les terrains riverains toujours disponibles sont quasi inexistants, outre peut-être deux ou trois
emplacements à proximité de la décharge du Lac Nairne. En fait, on constate que le développement est
possible à la condition que de nouvelles rues donnent accès à une deuxième couronne de développement,
plus éloignée du lac, exception faite du sud où on y retrouve des terres agricoles. Au total, on identifie
environ 65 terrains non-riverains pouvant être développés dans ce secteur de villégiature déjà grandement
aménagé.
L’affectation choisie pour ce secteur est la villégiature récréotouristique laquelle permet de reconnaître la
présence de quelques infrastructures de cette nature : gites, base de plein air, campings, etc., et d’en
accueillir de nouveaux. Le secteur de la décharge a été délimité à même cette affectation afin d’y permettre
le prolongement des services d’aqueduc et d’égout. En effet, ce secteur fait l’objet d’un projet d’envergure :
l’implantation d’un centre national d’entrainement en triathlon. Ce centre serait situé sur le site actuel de la
base de plein air, propriété de la municipalité et déjà identifié à titre d’équipement récréatif régional au
présent schéma et à celui de 1ère génération. Ce projet est d’ailleurs inscrit au plan d’action du schéma
révisé (action 36). De plus, le secteur de la décharge a déjà fait l’objet d’études de préfaisabilité quant au
prolongement du réseau d’eau potable. Les raisons qui ont motivé cette étude sont : le nombre de
résidences, le projet de centre d’entraînement et les risques de problème de salubrité dû à la proximité entre
les résidences.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
48
Lac Sainte-Marie
Le lac Sainte-Marie se situe à l’entrée de la municipalité de Saint-Aimé-des-Lacs, il chevauche le périmètre
urbain au sud. En fait, la zone de villégiature reliée à ce plan d’eau se limite essentiellement à la couronne
nord. Par ailleurs, deux contraintes importantes viennent limiter le potentiel de développement résidentiel ou
de villégiature dans le secteur. Tout d’abord, la présence d’une sablière et d’un terrain appartenant à la
municipalité pour le traitement des eaux usées restreint le développement au nord-ouest du lac. En plus, le
relief accidenté, nord-est, empêche l’établissement de résidence ou de chalet dans cette partie du lac. Donc,
comme le lac Sainte-Marie est densément occupé, les quelques possibilités d’établissement reposent sur
des espaces vacants localisés au nord de la rue Larouche. Concrètement, on évalue qu’au maximum, 15
emplacements pourraient être développés dans le secteur du lac Sainte-Marie.
SAINT-IRÉNÉE
Une zone au Hameau du Cap-Blanc qui consiste à un développement à flanc de montagne offrant une vue
sur le fleuve. Anciennement en zone agricole ce développement était identifié comme zone de villégiature
au premier schéma suite à une modification de 2006. Ce développement compte 35 terrains dont 16 sont
vendus.
http://www.terrain-charlevoix.com/
Une zone dans le secteur du ruisseau Jureux et de l’Anse-au-Sac. Cette zone est déjà à moitié développée.
Il reste environ 40 résidences à implanter.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
49
Source : http://www.ruisseaujureux.com/fra/carte.html
Une zone face au Domaine Forget en surplomb du chemin des Bains. Environ 25 résidences pourraient
s’implanter
Le tableau récapitulatif suivant indique le nombre théorique de terrains possibles dans les secteurs de
villégiature. Comme expliqué précédemment, lors de la définition des zones, la superficie a été augmentée
par rapport aux besoins afin de ne pas provoquer de spéculation et aussi parce qu’on souhaitait laisser de la
latitude dans le choix des secteurs les plus propices au développement dans ces zones.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
50
Au tableau 2 de la page 3 on mentionnait que le nombre de construction hors périmètre urbain au cours des
5 dernières années était de 180, soit une moyenne de 36 par année. À ce rythme, les besoins pour ce genre
de construction devraient être comblés pour les vingt prochaines années.
Tableau 3.8
Nombre de lotissements possibles en zone de villégiature, par municipalité
Municipalité
Nombre de lotissements
Baie-Sainte-Catherine
40
Saint-Siméon
67
La Malbaie
313
Saint-Aimé-des-Lacs
265
Saint-Irénée
84
Clermont
30
TOTAL
799
Les usages en zone de villégiature
3.4.2
Afin de permettre les commerces récréotouristiques dans certains secteurs où le caractère s’y prête
particulièrement, le schéma définit deux types d’affectation de villégiature : villégiature et villégiature
récréotouristique. Les secteurs définis en tant que villégiature récréotouristique sont les suivants : GrandFonds, en raison du centre de ski; le Lac Nairne, en raison des activités de gites, camping et base de plein
air déjà présentes et Port-au-Persil, en raison de la présence d’un pôle de découverte du parc marin
Saguenay-Saint-Laurent, des petites auberges et gites.
Les usages autorisés sont les mêmes dans les deux affectations à l’exception de l’usage « commerce
récréotouristique5 » qui est autorisé dans l’affectation villégiature récréotouristique uniquement. Les autres
usages sont : l’habitation de type unifamiliale isolée, la récréation intensive et extensive, la foresterie en
suivant les restrictions édictées au règlement régional sur l’abattage et la plantation d’arbres et l’industrie
éolienne en suivant les restrictions édictées au document complémentaire du schéma.
3.4.3
Cadre d’aménagement relié à la villégiature
 L’ouverture de nouvelles rues privées n’est plus autorisée en affectation agroforestière, c’est
l’affectation villégiature qui est visée pour ces infrastructures
5
Définition tirée de la partie Vision, orientations, et affectations du schéma : Commerce récréotouristique : Comprend les
commerces de type touristique tels qu’hôtel, motel, auberge, résidence de tourisme, restaurant, bar, pourvoirie, gîte
et boutique dont la clientèle est essentiellement touristique
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
51
 Le lotissement minimum est de 4000 m2 afin d’assurer un développement de basse densité
(8 000 m2 dans le cas de Saint-Aimé-des-Lacs)
 L’affectation villégiature est divisée en 2 types : villégiature et villégiature récréotouristique,
cette dernière autorise les commerces récréotouristiques
 L’usage habitation se limite aux résidences unifamiliales isolées
 Les usages : commercial, industriel et extraction, sont interdits
 Le prolongement ou l’implantation des réseaux d’aqueduc et d’égout sont prohibés sauf pour
des raisons de salubrité publique
3.5
GRANDES PROPRIÉTÉS ET DOMAINES SUR LES TERRES PRIVÉES
Plusieurs vastes domaines privés, certains de renommée internationale, sont implantés sur le territoire de la
MRC où prennent place des constructions et aménagements de toutes sortes; manoir, golf, guérites,
chapelle, jardins de fleurs immenses avec étangs, ponceaux, etc. D’autres grandes propriétés structurent les
secteurs agroforestiers pour des fins forestières (ex. : Abitibi-Bowater) et certaines sont situées en zone
agricole (ex. : le Jardin des Quatres Vents, domaine des Cabot à La Malbaie).
Le règlement de zonage en vigueur de la Ville de La Malbaie considère comme « domaine » une propriété
d’une superficie minimale de 25 000 m2, non morcelée et cadastrée en un seul lot distinct sur lequel l’usage
principal demeure l’habitation unifamiliale isolée permanente ou saisonnière. La planification devient
importante lorsque des changements d’usage concernant le domaine sont envisagés. En effet, de grandes
propriétés, bien entretenues et avec une situation géographique intéressante peuvent facilement se
convertir en service d’hébergement de grande envergure, en centre de santé, de plein air ou toute autre
activité générant des déplacements et de nouveaux usagers dans le secteur.
Un inventaire des domaines existants a pu être réalisé grâce aux données contenues dans le rôle
d’évaluation. Ainsi, toutes les propriétés de 25 hectares et plus (250 000 m2) ayant comme usage principal
l’habitation principale, l’habitation secondaire ou le club de chasse et pêche et qui sont hors de la zone
agricole et sur les terres privées ont été répertoriées. Il est à noter que, contrairement à la définition de la
Ville de La Malbaie, les grandes propriétés de plusieurs lots distincts sont aussi considérées dans cet
inventaire étant donné que cette condition peut être obtenue par une opération cadastrale.
Tableau 3.9
Grandes propriétés et domaines sur les terres privées
Municipalités
Usages
Habitation
principale
Habitation
secondaire
3
6
49
0
14
3
9
9
30
2
3
8
Baie-Sainte-Catherine
Saint-Siméon
La Malbaie
Clermont
Saint-Aimé-des-Lacs
Notre-Dame-des-Monts
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
Club de
chasse et
pêche
0
1
0
0
0
0
Total
Superficie
moyenne
(ha)
12
16
79
2
17
11
83.2
46.6
41.9
71.7
44.6
34.7
52
Saint-Irénée
TNO
Total
0
11
86
1
3
65
0
1
2
1
15
153
29.3
40.2
Moyenne 49
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département de l’aménagement du territoire
Plus de la moitié des domaines (56 %) sont occupés par des habitations principales. Les principaux endroits
où l’on retrouve des domaines sont le rang du Ruisseau-des-frênes, le rang Sainte-Mathilde, Grand-Fonds
et le long de la route 138 en direction de Saint-Fidèle à La Malbaie de même que dans le rang SainteChristine à Notre-Dame-des-Monts, le long de la rue principale à Saint-Aimé-des-Lacs et, finalement, à Portaux-Quilles et le long de la route 138 à Saint-Siméon.
Certains cas font figure d’exceptions tant par leur superficie que par la valeur des bâtiments qui s’y trouvent.
Dans certains cas, étant donnée la faible valeur des bâtiments, il est permis de croire que ces terres sont
utilisées à des fins récréatives et pour la coupe de bois de chauffage. La valeur moyenne des bâtiments est
de 42 000$. Quelques cas de domaines de grande valeur, évalués à plusieurs millions de dollars, sont
répertoriés à La Malbaie dans le rang Saint-Paul ainsi que dans le territoire non organisé (Domaine
Laforest). Deux types de domaines se démarquent donc, les domaines de prestige, utilisés à des fins de
villégiature et les domaines forestiers utilisés à des fins de récréation (chasse et pêche).
3.6
BILAN DE LA FONCTION RÉSIDENTIELLE
La fonction résidentielle se caractérise par une forte proportion (64 %) d’habitations unifamiliales dont
plusieurs (21 %) ont été construites avant 1946. L’augmentation récente de la valeur foncière des
résidences est également notable. La MRC comprend plusieurs secteurs de villégiature sur son territoire.
En bordure des cours d’eau, ce phénomène peut parfois être problématique puisqu’au fil des ans, ces
milieux sont victimes de leur popularité. Une densité élevée de construction, des installations septiques ne
répondant pas aux normes environnementales, des rives déboisées et dénaturalisées sont des situations qui
sont rencontrées autour de presque tous les lacs où le développement de rues et la construction de
résidences secondaires ont été possibles.
La détermination d’une affectation villégiature vise à planifier où se feront les nouveaux développements liés
à ce type de résidences. Les secteurs choisis sont complémentaires car ils se différencient par leurs attraits.
Ils se prêtent bien à ce type de développement.
Depuis quelques années certaines municipalités sont aux prises avec la transformation de résidences
secondaires en résidences permanentes. À partir du moment où la conversion s’opère, cela peut devenir un
fardeau financier pour les municipalités parce que les résidants demandent des services supplémentaires
tels que le déneigement des routes en hiver, la collecte des ordures, etc.
Finalement, dans certaines municipalités on retrouve de grandes propriétés (domaines) privées qui
possèdent un important potentiel pour être converties en service d’hébergement de grande envergure, en
centre de santé, de plein air ou toute autre activité générant des déplacements et de nouveaux usagers
dans le secteur.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
53
4.
ACTIVITÉS INDUSTRIELLES
4.1
4.1.1
ZONE INDUSTRIELLE RÉGIONALE : LE PARC INDUSTRIEL DE LA VILLE DE CLERMONT
Historique du développement du parc régional
Le parc industriel de Clermont, le seul dans l’ensemble de la MRC, a fait l’objet d’un plan de mise en
valeur en 1982. Depuis lors, les rues des Étangs et de la Rivière ont été construites et des terrains se sont
vendus, donnant lieu à de nouvelles implantations. Des bâtiments ont été agrandis. La Ville a aménagé
des étangs pour le traitement des eaux usées et mis en place des infrastructures d’égout. Un perré a été
construit dans la partie extérieure du méandre près de la rue des Étangs, ce qui a permis de consolider la
rive et réduit les risques de mouvement de terrain dans ce secteur.
Par ailleurs, certains projets soulèvent différents enjeux. Ainsi, la ligne Clermont/Limoilou a nécessité
l’aménagement d’une gare de marchandises visant en particulier à transporter le bois de la Côte-Nord vers
les marchés canadiens et américains. Cette gare prend la forme d’une cour de transbordement de quelque
18 580 m2, soit une bande de 61 mètres de largeur et 305 mètres de longueur. La forme, l’étendue et la
localisation d’un tel terrain sont déterminantes pour la suite des aménagements dans le parc industriel.
Considérant l’évolution du parc industriel et considérant les divers projets de développement, une révision
de la planification s’imposait afin d’assurer une utilisation optimale de l’espace, mais aussi un
développement au moindre coût, s’intégrant de la façon la plus harmonieuse possible dans
l’environnement urbain et naturel tout en maximisant les opportunités d’accueil pour de nouvelles
entreprises. Cette planification a été faite en 2007 et il en résulte une mise en disponibilité des terrains de
façon séquentielle, de façon à maximiser l’espace occupé avant de desservir de nouveaux terrains.
Depuis deux ans, des efforts ont été mis pour améliorer l’Aspect visuel de ce secteur (plantation et bordure
de rue).
4.1.2
Topographie et type de sol
La partie prédominante du parc, en termes de superficie, et qui offre le plus d’intérêt, consiste en un
plateau situé à peu près au niveau de la route 138 à une élévation moyenne de 35 mètres. Cette partie est
planche. Les sols, composés de strates de sable, de silt et d’argile ont une capacité portante qualifiée de
passable à bonne.
Ce plateau est généralement ceinturé d’un talus important du côté nord et du côté ouest, se manifestant
par des pentes qui atteignent jusqu’à 65 % et une dénivellation qui atteint généralement une douzaine de
mètres.
Les sols du parc industriel étant en bonne partie constitués d’argile, il apparaît que les talus formés par les
anciens méandres de la rivière Malbaie présentent des risques de mouvement de terrain, en particulier s’il
y a surcharge dans le haut ou déstabilisation dans le bas des talus.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
55
4.1.3
Occupation du sol
Le parc industriel couvre une superficie de 63 hectares. Présentement, 13 terrains sont occupés dans le
parc industriel, incluant le site des étangs aérés et le terrain récemment créé par « Le veau de
Charlevoix », à même le site de l’entreprise Distal inc. Ces propriétés couvrent 21,25 hectares, dont près
de 13 hectares pour le site des étangs d’assainissement. La Ville de Clermont possède 23 hectares (36 %)
de terrains disponibles sur les 63 hectares couverts par le parc. Le parc industriel est occupé à environ
33 %. La répartition des entreprises par catégorie de superficies est la suivante:

2 500 à 5 000 mètres carrés :
6

5 000 à 10 000 mètres carrés :
2

10 000 à 15 000 mètres carrés :
4
Outre les étangs aérés, le parc industriel compte 12 entreprises. Sur les 12 entreprises, deux sont des
activités industrielles, deux sont des activités para-industrielles, trois font du commerce de gros et cinq
offrent des services de transport. En fait, les principales industries de la région se situent à l’extérieur du
parc industriel de Clermont.
Cette typologie des usages se traduit par une faible occupation de l’espace, des bâtiments de faible valeur
foncière en général, et donc des revenus de taxation relativement peu élevés pour un parc industriel. En
effet, la plupart des entreprises ont un coefficient d’occupation du sol peu élevé comme l’indique la
répartition suivante :
C.O.S
0 à 5%
5 à 10%
10 à 15%
supérieur à 15%
NOMBRE DE PROPRIÉTÉS
4
2
3
1
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
Le coefficient d’occupation du sol généralement recherché se situe plutôt autour de 15 % à 20 %. La
valeur moyenne des bâtiments se chiffre à 225 000$. Ces caractéristiques n’enlèvent rien à l’intérêt pour la
Ville et la MRC, mais démontrent les particularités du développement dans le parc industriel de Clermont
et le faible impact fiscal (direct) qu’il génère.
Présentement, le parc industriel dispose de 6,8 hectares de terrain vacant desservi et développable,
excluant les zones à risque de mouvement de terrain, soit presque autant que la superficie totale occupée
depuis 1967 si l’on fait abstraction du site des étangs aérés.
Le rythme de développement du parc industriel est relativement lent. Certaines nouvelles entreprises
occupent des locaux existants devenus vacants ou occupent, pour une période minimale de deux ans,
l’incubateur industriel situé dans le bâtiment appartenant à la Corporation de développement industriel.
4.1.4
Accès routier
La rue Desbiens constitue le seul accès au parc industriel par la route 138, ce qui lui confère une certaine
importance dans la hiérarchie du réseau routier. Par ailleurs, il n’y a pas intérêt à multiplier les
intersections avec la route 138 compte tenu des difficultés qu’on peut avoir à y accéder présentement.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
56
La rue de la Rivière, construite récemment, relie le parc industriel et, en particulier, l’entreprise Produits
forestiers Donohue, ce qui atténue considérablement le camionnage dans les secteurs densément bâtis de
la Ville puisque tout le transport par camion de Produits forestiers Donohue s’effectue par cette rue. Le
terrain de Produits forestiers Donohue dans le parc industriel constitue en quelque sorte l’aire de
stationnement des camions. Cette rue entre l’usine et le parc industriel confère par ailleurs un caractère
industriel aux terrains qui la bordent, en particulier dans le secteur du garage municipal.
La rue des Étangs est une rue locale, à l’usage exclusif du parc industriel.
4.1.5
Infrastructures
Toutes les rues du parc industriel sont desservies en aqueduc. Le prolongement du réseau ne pose
aucune difficulté. Il faut par contre envisager un bouclage du réseau, c’est-à-dire raccorder les conduites
des rues Desbiens et des Étangs afin d’optimiser la protection incendie et d’assurer une bonne circulation
de l’eau dans toutes les parties du réseau.
Les rues Desbiens et de la Rivière (entre Desbiens et des Étangs) sont construites en section urbaine
avec conduites d’égout pluvial enfouies. La rue des étangs se draine encore par des fossés.
Les eaux usées du parc industriel sont jusqu’à maintenant acheminées par gravité aux étangs aérés. Les
conduites remontent la rue des Étangs, la rue de la Rivière et ensuite la rue Desbiens. Parce que les
conduites y sont peu profondes et parce que le terrain est généralement plat, le prolongement de l’égout
sanitaire présente quelques défis.
4.1.6
Environnement visuel
Bien qu’en soi un parc industriel ne requiert généralement pas, en termes d’aménagement paysagé autant
d’attention qu’un secteur résidentiel ou commercial, l’état visuel du parc industriel de Clermont pose ici un
défi dans la mesure où il s’inscrit au premier plan d’un paysage naturel de grande qualité, dans une région
justement renommée pour ses paysages. Les installations du parc industriel attirent complètement le
regard, font oublier le paysage environnant et offrent un spectacle pour le moins contrastant au visiteur qui
se dirige vers La Malbaie par la route 138. Depuis deux ans, plusieurs aménagements (plantation et
bordures de rue) ont été réalisés pour améliorer l’aspect visuel de ce secteur.
4.1.7
Projets
Quelques réalisations sont projetées à court et moyen termes sur les terrains disponibles. Ces projets sont
les suivants :
1.
Dépôt à neige
La Ville de Clermont devra prochainement se doter d’un dépôt à neige. Des études préliminaires ont déjà
été faites en ce sens et le site identifié se trouve dans le parc industriel; plus précisément, il correspond à
la partie sud du site des étangs aérés et se trouve entièrement sur la propriété de la Ville.
Le site semble favorable compte tenu de sa topographie, de son environnement, de sa localisation et de
ses autres caractéristiques géographiques (nature du sol, drainage, etc.). Un bassin de sédimentation y
sera aménagé afin d’épurer les eaux de fonte avant leur acheminement à la rivière. Le projet ne devrait
pas avoir d’impact significatif sur l’environnement.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
57
2.
Mise en valeur de la rivière Malbaie
Des efforts ont été faits au cours des dernières années pour introduire le saumon dans la rivière Malbaie.
Depuis le 15 juin 1998, la pêche au saumon est possible sur cette rivière. Diverses interventions ont été
réalisées pour faciliter la montaison et la reproduction du saumon et pour donner accès à la rivière. Les
rives de la rivière Malbaie dans Clermont ont été mises à contribution. Elles ont fait l’objet d’un projet de
mise en valeur (sentier pédestre qui est à la fois piste cyclable). Les pêcheurs peuvent se rendre en
bordure de ce sentier puisque, à divers endroits, il est possible d’y pêcher le saumon (fosses).
4.1.8
Disponibilité des terrains
Le contrôle des propriétés dans le parc industriel constitue un outil de base fondamental pour assurer son
développement. Récemment, la Ville a acquis l’ensemble des propriétés de façon à pouvoir satisfaire tous
les types de besoin au bon moment et à prix concurrentiel.
4.1.9
Opportunités de développement
Les forces de la région en matière de développement industriel sont les suivantes :

son parc industriel : il s’agit du seul parc industriel existant dans Charlevoix-Est;

les deux industries majeures, Abitibi-Bowater et BICC Canada Ltée, offrent nécessairement des
opportunités de sous-traitance tels que des ateliers d’usinage, services de transport, etc.;

la position du parc industriel sur le réseau ferroviaire : étant située en bout de ligne, la Ville de
Clermont présente des opportunités en terme d’intermodalité; cette opportunité vaut aussi bien pour
l’expédition des productions de la Côte-Nord vers les marchés que pour l’approvisionnement de la
Côte-Nord en biens divers; on pense par exemple au transport des véhicules automobiles à
destination des concessionnaires;

la présence du port de Pointe-au-Pic et la proximité de ce dernier du parc industriel; le port peut
jouer un rôle éventuellement accru dans l’économie régionale; il constitue en outre un excellent port
de dépannage lorsque des contraintes affectent d’autres ports sur le Saint-Laurent; il est desservi
par le réseau ferroviaire;

la position géographique de la Ville de Clermont, et donc du parc industriel; à titre de porte d’entrée
de la Côte-Nord, Clermont représente un relais potentiel pour les activités de distribution; la
présence de quelques grossistes dans l’agglomération confirme cette opportunité.
Par contre, l’histoire industrielle de Charlevoix montre une grande dépendance régionale envers les
quelques grandes entreprises établies depuis longtemps (ex. : Abitibi-Bowater). Cette dépendance pourrait
vraisemblablement expliquer, du moins en partie, le manque d’entrepreneuriat régional.
En 2007, la MRC a conclu avec le ministère des Affaires municipales et des Régions, un contrat de
diversification et de développement économique. La première étape a consisté à réaliser un plan de
diversification économique afin de cibler de nouveaux secteurs d’activités qui présentent des perspectives
de fortes croissances dans le futur et dans lesquels la MRC dispose d’atouts pour s’y développer avec
succès. Les recommandations issues de ce plan sont les suivantes :
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
58
1.
Le bio-alimentaire
-
Nouvelles productions : gibier, petits fruits, végétaux, agriculture biologique et production
animale ou végétale pour l’industrie nutraceutique et aliments fonctionnels;
-
seconde transformation : aliments santé, aliments fonctionnels et neutracautiques, produits de
spécialités à valeur ajoutée (produits fins de qualité, de fantaisie, spécialités régionales);
-
traiteurs, préparation d’aliments frais pour les commerces dont l’hôtellerie et les tables
champêtres.
2.
L’agroforesterie : l’exploitation et la commercialisation des produits forestiers non ligneux
(champignons, noix, herbes, parfum, huile, résines, etc.)
3.
Le domaine Détente/Qualité de vie :
tourisme quatre saisons
4.
Technologies de l’information : application Web 2.0, solutions en ligne pour l’industrie du tourisme,
l’enseignement à distance et l’industrie de la culture.
soins de santé spécialisés, communauté de retraités actifs,
Certains de ces secteurs n’ont que peu de liens avec le parc industriel mais pourraient faire naître des
commerces et industries ailleurs sur le territoire. Si on s’en tient à l’image de ce qui s’est déjà développé
dans le parc industriel, les principales opportunités seraient les suivantes :
1.
Le bois : malgré de sérieuses faiblesses en termes d’entrepreneuriat, de main-d’œuvre et de
ressources, ce secteur d’activité présente peut-être les opportunités suivantes :
-
fabrication de produits de construction destinés à l’exportation (ex. : poutrelles ou solives,
matériaux composites, composantes pour le meuble);
-
sous-traitance relative au transport routier ou ferroviaire des produits du bois, tels ateliers
d’entretien;
2.
La distribution : plusieurs grossistes sont déjà implantés dans l’agglomération, en particulier dans le
domaine des boissons; il peut rester des opportunités;
3.
La petite industrie pour le marché régional
-
4.
qu’il s’agisse de fabrication d’enseignes, ateliers de soudure ou autres petits fabricants dans le
domaine de la construction par exemple;
Des services divers
-
services de transport et ateliers d’entretien;
-
services reliés à la construction;
-
services d’entreposage (entreposage domestique ou autres);
-
services d’excavation, de déneigement, paysagers;
-
services reliés à l’automobile : débosselage, etc.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
59
Enfin, le parc industriel est susceptible d’accueillir des entreprises qui profiteraient à se relocaliser. On
pense par exemple à un atelier d’usinage, une imprimerie et diverses entreprises localisées le long de la
route 138, notamment des entreprises de transport.
4.2
ZONE INDUSTRIELLE RÉGIONALE : SECTEUR DE RIVIÈRE-MALBAIE
Le secteur de Rivière-Malbaie dispose actuellement d’une zone affectée spécifiquement aux usages
commercialo-industriels. Cette zone est située à l’entrée de la municipalité de La Malbaie, le long de la
route 138, adjacente au parc industriel de la Ville de Clermont. Elle occupe une superficie brute d’environ
65 hectares et est entourée par des zones commerciales le long de la route 138.
La plus importante superficie utilisée à des fins industrielles dans la portion de la zone industrielle
régionale comprise dans ce secteur est celle de l’entreprise BICC Canada Ltée, qui équivaut à environ
72 hectares (incluant bâtiment et terrain). On retrouve également dans cette partie de la zone quelques
bâtiments de taille beaucoup moins importante semblant être rattachés aux entreprises localisées dans la
zone commerciale contiguë à la route 138.
4.2.1
Contraintes de la zone
À l’intérieur des limites de la zone industrielle, on note la présence de zones à risques de mouvement de
terrain. Ainsi, une première zone est identifiée en bordure de la rivière, à proximité de la limite municipale
et une deuxième, beaucoup plus importante en termes de superficie, s’étend sur une bonne portion de la
zone industrielle. Ces zones de mouvement de terrain correspondent à des talus exposés à l’érosion et qui
comportent des risques élevés de mouvement de terrain. Les prescriptions de la réglementation qui
s’appliquent dans ces cas prennent la forme d’une bande de protection d’une largeur variant selon la
hauteur et la pente du talus identifié. Ainsi, dans un premier temps, la protection du talus, qui s’étend sur
tout le talus ainsi que sur une lisière à son sommet et à son pied, interdit toute construction et type
d’ouvrage. Seuls les usages d’espaces verts et de culture du sol y sont permis. Dans un deuxième temps,
les zones de protection supplémentaire n’autorisent que les constructions de résidences sous certaines
conditions (raccordement au réseau et étude géotechnique).
Par conséquent, la contrainte des zones à risques de mouvement de terrain se traduit concrètement par
une perte directe d’espaces utilisables pour la construction et l’activité industrielle qui équivaut à environ
13 hectares. De plus, la localisation de ces talus cause également une perte indirecte d’espaces
puisqu’elle empêche presque complètement l’accès à ces espaces.
Il y a également la rivière Malbaie qui ne facilite pas l’aménagement de la zone industrielle. En effet, la
forme sinueuse de celle-ci crée des variations dans la profondeur de la zone (distance entre la route et la
rivière) qui, combinée avec la présence des talus, restreint considérablement la localisation possible de
rues de desserte. De plus, la présence même du cours d’eau impose l’application de normes
supplémentaires (bande riveraine). Il n’y a toutefois pas de secteur identifié à risque d’inondation. On note
aussi la présence de quelques petits ruisseaux à débit variable qui, par contre, ne devraient pas
représenter de contrainte majeure.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
60
4.2.2
Potentiels de développement
Afin de faire une évaluation prudente de la superficie brute qui pourrait être utilisée et développée dans
cette zone industrielle, la superficie des talus, des espaces difficilement accessibles et évidemment les
terrains déjà utilisés ne sont pas considérés. Par conséquent, les espaces restants qui représentent un
bon potentiel sont situés, d’une part, à l’Est de l’entreprise BICC Canada Ltée (lot 604 et 605) pour environ
dix hectares et d’autre part, à l’extrémité sud-est de la zone entre le talus et une zone commerciale pour
une surface d’approximativement trois hectares. L’accessibilité à ces deux espaces peut être assurée par
des chemins existants à réaménager.
De plus, le plateau inférieur localisé au bas du talus principal (lots 603 et 602) peut représenter également
un certain potentiel pour quelques types d’entreprises en fonction de leur besoin en entreposage, en
machinerie lourde ou en eau. Ce plateau peut représenter une superficie d’environ trois hectares dont
l’accès semble pouvoir se faire par le passage entre les deux talus. Selon les normes actuelles, en posant
l’hypothèse d’une typologie industrielle qui aurait besoin de terrains de 2 500 m2 à 8 000 m2 et étant donné
l’estimation d’un grand total de 16 hectares bruts disponibles, le potentiel résiduel de la zone pourrait varier
respectivement de 57 à 18 terrains. Un pourcentage a été réservé aux fins des rues.
En résumé, la partie du parc industriel régional qui se situe dans le secteur de Rivière-Malbaie présente un
certain potentiel de développement, mais présente aussi quelques contraintes. Ainsi, cette partie du parc
industriel offre, à court terme, environ dix hectares bruts, soit plus ou moins 22 terrains de 4 000 m2, elle
compte un chemin d’accès existant à adapter et elle peut bénéficier de la proximité de la voie ferrée.
4.3
ZONE INDUSTRIELLE DE ABITIBI-BOWATER
Située à l’extérieur du parc industriel de Clermont, l’usine de la compagnie Abitibi-Bowater occupe une
superficie brute totale d’environ 105,4 hectares, répartis en trois zones distinctes sur le plan de zonage de
la Ville.
Les terrains de la compagnie sont situés en bordure de la rivière Malbaie, entre le réservoir du barrage de
la compagnie (lots 438, 439, 645 à 648) et le parc industriel régional.
La compagnie constitue un employeur majeur de la région et génère de nombreux déplacements de
personnes en fonction de l’horaire de travail (24h sur 24h) et de nombreux déplacements de véhicules
lourds. Autour de 350 employés travaillent à l’usine de pâtes et papiers de Clermont. En 1976, 6506
personnes y travaillaient. L’avenir de cette industrie est incertain et les récentes fermetures d’usines dans
d’autres régions du Québec sont inquiétantes. Toutefois, la présence d’un port de mer dans CharlevoixEst constitue un élément important qui peut aider au maintien de cette entreprise dans la région.
6
Schéma d’aménagement, Charlevoix-Est, MAM, 1979
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
61
4.4
ZONES INDUSTRIELLES LOCALES
Quatre municipalités ont procédé à l’identification de zones industrielles dans leur plan et règlement de
zonage respectif. Il s’agit des municipalités suivantes : Clermont, La Malbaie, Saint-Siméon et NotreDame-des-Monts.
CLERMONT ET LA MALBAIE, SECTEUR RIVIÈRE-MALBAIE
Les zones industrielles qui correspondent à la zone industrielle régionale décrite précédemment et à
l’espace industriel occupé par la compagnie Abitibi-Bowater totalisent une superficie brute de 233 hectares
qui est consacrée à l’industrie.
LA MALBAIE
La Ville de La Malbaie a identifié une zone industrielle au centre-ville, correspondant au terrain de l’ancien
abattoir de la Poulette Grise, aujourd’hui inoccupé, sur le lot 577-1. D’une superficie d’environ 1,86
hectare, ce terrain est accessible par la route 362, le boulevard Kane et la rue St-Étienne. Il se situe à
proximité d’une zone résidentielle et du terrain de golf du Club de golf Murray Bay.
La zone industrielle du port de Pointe-au-Pic est actuellement incluse dans une zone commerciale locale
où les commerces de gros, l’entreposage principal avec bâtiment, l’industrie légère et les activités
publiques et communautaires sont autorisés.
La Ville de La Malbaie a aussi identifié deux zones industrielles dans le secteur Saint-Fidèle. La première
correspond aux terrains situés entre le lot 324 et 349, du rang du Cap-à-l’Aigle, pour une superficie
d’environ 245 hectares. Cette zone se situe entre la route 138, le rang Sainte-Mathilde et le chemin du
Bas-de-l’Anse. Les terrains sont relativement plats, ondulés, traversés par différents cours d’eau et
majoritairement boisés. Aucune infrastructure publique (aqueduc, égout) n’y est aménagée. L’électricité est
disponible en bordure de la route 138 et l’accès à ce secteur se fait par la route du Bas-de-l’Anse.
Actuellement, les usages autorisés dans cette zone sont les commerces, services et industries à incidence
moyenne ou élevée. Aucun usage industriel ou para-industriel n’y est encore effectué. Compte tenu de la
disponibilité de terrains industriels ailleurs et parce qu’aucun usage n’y a été développé, cette zone n’est
pas maintenue au présent schéma.
La deuxième zone est constituée par les terrains de la Crémerie Saint-Fidèle. La Crémerie est située sur
les lots 300-partie et 301-partie, adjacents à la route 138, au centre du village. Cette zone est desservie
par l’aqueduc et l’égout.
ST-SIMÉON
La municipalité de Saint-Siméon a identifié deux zones industrielles. La première zone est située de part et
d’autre de la route 138, sur une bande de terrain d’environ 120 mètres de profondeur, du lot 39 au lot 43.
La superficie de cette zone équivaut à environ 20,4 hectares. Les usages autorisés sont les commerces,
services et industries à incidence moyenne ou élevée ainsi que les industries extractives. Aucune
infrastructure publique (aqueduc, égout) n’y a été aménagée, mis à part la présence de la route 138 et de
la ligne de distribution hydroélectrique. Les terrains sont plats et boisés. Une entreprise de transport est
située dans cette zone. Celle-ci, si elle était développée, aurait des impacts négatifs majeurs sur le plan
visuel puisqu’elle borde la route 138 sur ses deux côtés et se localise à l’entrée du village de St-Siméon.
La fluidité de la circulation serait aussi affectée.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
62
La deuxième zone industrielle de la municipalité se situe en bordure de la route 170 et se divise en deux
parties distinctes. La première partie, sur le lot 16 du rang sud-ouest, a une superficie d’environ 34,8
hectares, et la seconde, sur les lots 17 et 18 du rang sud-ouest, a une superficie d’environ 71,2 hectares.
Ces deux parties sont situées de part et d’autre de la route 170. Les terrains de cette seconde zone
industrielle en deux parties sont plats et boisés. Les sols sont constitués de sable et de gravier fluvioglaciaire. Aucune infrastructure publique (aqueduc, égout) n’y est aménagée, mis à part la présence de la
route 170 et de la ligne de distribution hydroélectrique. Le développement de cette zone industrielle aurait
aussi des impacts négatifs sur le plan visuel.
En plus, deux zones du village permettent l’implantation de commerces, services et industries à incidence
moyenne. Une de ces zones autorise en plus les activités d’extraction. Cette zone qui occupe une
superficie d’environ 21 hectares, se situe sur les lots 101 à 105 et est accessible par la côte de la Jetée,
près du Centre des loisirs. L’autre zone (05-AF), d’une superficie de 52,5 hectares, occupe les lots 52 à
56, entre la route 138 et le fleuve.
NOTRE-DAME-DES-MONTS
La municipalité de Notre-Dame-des-Monts a identifié une zone industrielle correspondant au terrain situé
sur le lot 149-partie, à l’angle de la rue Principale et du rang des Lacs, pour une superficie approximative
de 7,89 hectares. Cette zone est occupée en partie par les installations de la Corporation de
câblodistribution de Notre-Dame-des-Monts. Les usages autorisés dans cette zone sont les commerces,
services et industries à incidence moyenne ou élevée.
Le tableau suivant présente la localisation et la superficie des zones industrielles locales décrites
précédemment.
Tableau 4.1
Localisation et superficie des zones industrielles locales
ACCÈS
MUNICIPALITÉ
Clermont
La Malbaie, secteur RivièreMalbaie
La Malbaie, centre-ville
St-Siméon
St-Fidèle
Notre-Dame-des-Monts
route 138
route 138
route 362, boul. Kane, rue St-Étienne
route 138
route 170
route 138, rang Ste-Mathilde
ZONES (au zonage local)
CADASTRE
(lot)
22-I, 21-I, 69-I, 66-I, 67-I
I-A
598A-606
Ci-20
22-I, 23-!
577-1
39-43
47-I
10-1
324-349
149-partie
TOTAL
SUPERFICIE
(hectare)
1687
65
1,86
20,4
106
244,8
7,89
990,01
MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement, 1998
AUTRES MUNICIPALITÉS
Les municipalités de Baie-Sainte-Catherine, Saint-Irénée, La Malbaie dans les secteurs Cap-à-L’Aigle et
Sainte-Agnès ainsi que Saint-Aimé-des-Lacs n’ont pas identifié comme telles de zones industrielles.
Cependant, elles ont déterminé des zones, en milieu agroforestier, où des usages qui s’apparentent à des
activités industrielles, para-industrielles ou commerciales sont autorisés, en vertu de leur règlement de
zonage respectif.
7
Incluant les terrains de la compagnie Produits forestiers Donohue.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
63
BAIE-STE-CATHERINE
La municipalité de Baie-Ste-Catherine a identifié une zone où les activités d’extraction et les industries à
incidence moyenne sont autorisées. Cette zone, d’une superficie d’environ 166,4 hectares, se situe sur les
lots 22 à 25 du rang I, de part et d’autre de la route 138, sur le tronçon qui a été identifié prioritaire (réf.:
section transport).
Deux autres zones (25-F et 29-F) peuvent recevoir des activités industrielles à incidence moyenne. La
zone 25-F est située au sud de la route 138, entre le lot 26 et le lot 54, du rang I et couvre une superficie
de 1 401,6 hectares. Elle regroupe les lacs du Séminaire, l’Anse du chafaud aux Basques (territoire
d’intérêt écologique), jusqu’au ruisseau du Grand cirque. La zone 29-F occupe quant à elle une superficie
de 602 hectares et se situe sur les lots 16 à 20, incluant le bloc IV du rang II. Cette dernière zone est
traversée par la rivière aux Canards.
SECTEUR CAP-À L’AIGLE
Dans le secteur de Cap-à-l’Aigle une zone d’une superficie brute d’environ 115 hectares, sur les lots 21 à
36, à plus de 350 mètres au nord de la route 138 a été identifiée. Cette zone permet l’implantation
d’industries à incidence moyenne. Aucun accès et service public n’y est aménagé.
SECTEUR SAINT-AGNÈS
Dans le secteur de Saint-Agnès, une zone permet l’implantation d’activités industrielles à incidence
moyenne, élevée et d’extraction. Cette zone est située sur les lots 85 à 99 de la concession St-Louis et sur
les lots 116 à 122 de la concession Ste-Christine, pour une superficie totale de 688 hectares et longe sur
près de 3,3 km le côté sud de la route 138. Le développement linéaire des activités industrielles et paraindustrielles ou commerciales aura un impact majeur sur la fluidité et la sécurité du corridor de la route 138
ainsi que sur l’environnement visuel qu’offre actuellement ce secteur. Cette zone est occupée par la
compagnie Pax construction ainsi que par quelques villégiateurs.
SAINT-IRÉNÉE
La zone 24-AF a été identifiée par la municipalité afin de permettre l’implantation d’industries à incidence
moyenne, élevée et d’extraction. Cette zone, d’une superficie de 491 hectares, se situe sur les lots 326 à
348 de la concession Saint-Louis. Le site privé de traitement de boues de fosses septiques est localisé
dans cette zone. Un projet d’aménagement de « village d’antan » a été présenté à la municipalité dans ce
secteur.
Deux autres zones (21-AF et 26-AF) permettent l’implantation d’industries à incidence moyenne. L’une
d’elles (26-AF) occupe les lots 263 à 270 de la seconde concession St-Antoine, pour une superficie brute
de 147 hectares, alors que l’autre zone (21-AF) occupe les lots 187 à 199 de la même concession et a une
superficie de 160,8 hectares. Aucune activité industrielle ou para-industrielle n’est présente dans ces deux
zones.
SAINT-AIMÉ-DES-LACS
La zone F1 permet l’implantation d’industries légères, contraignantes ainsi qu’extractives de même que les
commerces contraignants. La superficie de cette zone traversée par la route 138 est de 500 hectares.
Deux zones urbaines sur quatre (U1 et U4) permettent l’implantation de commerces contraignants pour
une superficie de 50 hectares. Le tableau suivant présente la localisation et la superficie des zones ayant
un caractère industriel et para-industriel.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
64
Tableau 4.2
Localisation et superficie des zones ayant un caractère industriel et para-industriel
MUNICIPALITÉ
ACCÈS
ZONES
CADASTRE (lot)
Baie-Sainte-Catherine
route 138
Saint-Siméon
rue locale
Saint-Irénée
rang St-Nicolas
28-F
25-F
29-F
01-AF
05-AF
24-AF
26-AF
21-AF
F1
U1
U4
22-25
26-54
16-20
101-105
52-56
326-348
263-270
187-199
218-248
-
SUPERFICIE
(hectare)
166,4
1 401,6
662
21
52,5
491,2
147,2
160,8
500
20
30
47-I
46-F
85-99, 116-122
21-36
TOTAL
688
115,6
4456,4
Saint-Aimé-des-Lacs
Route 138 et rue Principale
La Malbaie, secteur :
Sainte-Agnès
Cap-à-l’Aigle
route 138, rang St-Jean-Baptiste
rang du Cap-à-l’Aigle
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
4.5
DÉVELOPPEMENT DES ATELIERS DE FABRICATION ARTISANALE ET DES PETITES
ENTREPRISES MANUFACTURIÈRES
Le contexte économique régional précaire, les pertes d’emplois industriels, le travail saisonnier et les
diverses mutations dans le monde du travail (programme de retraite anticipée, etc.) et le désir de demeurer
dans leur milieu, ont amené une certaine partie des personnes actives de la région à développer certaines
habiletés qui les ont conduites à créer leurs petites entreprises, dont certaines sont de nature artisanale ou
manufacturière à petite échelle.
Les municipalités de la région côtière (Baie-Sainte-Catherine, Saint-Siméon, La Malbaie et Saint-Irénée)
voient progressivement se développer des activités artisanales et de transformation.
La municipalité de Saint-Irénée, particulièrement dans le noyau du village, en bordure de la route 362,
présente une concentration intéressante de transformation artisanale à développer. Un atelier de forge, un
souffleur de verre, une fabrique de bas et un atelier de poterie caractérisent ce noyau qui se veut orienté
vers le marché touristique et d’exportation.
Récemment, la Corporation des métiers d’art de Charlevoix s’est formée afin de regrouper les artisans,
développer la pratique et faire la promotion de l’artisanat de Charlevoix.
Les ateliers de fabrication artisanale existants sont en majorité bien intégrés au milieu environnant et
facilement accessible (bien en vue) à une clientèle qui, avant tout, est touristique. On compte des ateliers
de fabrication artisanale à La Malbaie, Clermont, Saint-Irénée, secteur Cap-à-l’Aigle, Saint-Siméon et BaieSainte-Catherine.
4.6
ACTIVITÉS INDUSTRIELLES IMPLANTÉES PRÈS DES RESSOURCES NATURELLES
Plusieurs municipalités de petite taille n’ont pas de zone industrielle pour accueillir des activités qui ont
généralement besoin d’être près des ressources premières et d’être éloignées des périmètres urbains
étant donné le bruit, la poussière et la circulation qu’elles génèrent. Par ailleurs, lorsque des activités sont
déjà implantées dans un secteur, la tendance est à permettre l’usage en question pour éviter de les rendre
dérogatoires et de contraindre leur développement futur.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
65
Plusieurs activités industrielles nécessitant du transport de matières premières et de matières
transformées ont un impact très important sur le réseau routier. En plus de l’aspect sécuritaire des accès
aux industries, le grand nombre et la diversité des activités permises à l’extérieur des périmètres urbains et
des zones industrielles doivent faire l’objet d’une planification locale qui tiendra compte des particularités
de chaque secteur (zone résidentielle à proximité, réseau routier, usages existants, etc.) et des objectifs
locaux de développement.
4.7
4.7.1
AGROALIMENTAIRE
Centres de transformations
L’apparition, il y a quelques années, d’un centre de transformation agroalimentaire (Le Veau Charlevoix)
dans le parc industriel de Clermont a constitué un élément structurant pour le monde agricole. Ce centre a
eu des incidences positives sur le développement régional en matière d’agriculture notamment par le
développement de nouveaux élevages et de produits non traditionnels et par l’aménagement en 1996 d’un
abattoir, dont les installations sont utilisées par d’autres producteurs de la région.
D’autres centres de transformation agroalimentaire font quant à eux partie du passé. La fermeture de La
Poulette Grise (abattoir de poulets, La Malbaie) a eu lieu le 31 janvier 1997 et s'est soldée par la perte de
150 emplois directs. Des projets de relance de cet abattoir pour d’autres marchés ont été à l’étude par des
promoteurs, mais se sont avérés non concluants. Le Couvoir Dufo, fondé en 1966 par la famille Dufour et
propriété de la coopérative avicole Exceldor en 1989, a aussi fermé ses portes, laissant 21 personnes
sans emploi.
La Crémerie St-Fidèle, propriété de Lactel, puis de Agropur, était, jusqu’à récemment, en sursis. Un
comité de relance a tenté de trouver des solutions pour éviter sa fermeture, qui était prévue pour l’an 2000.
Depuis, elle est passée aux mains d’une laiterie du Saguenay et tout laisse croire que les opérations s’y
poursuivront.
Contrairement à La Poulette Grise et à la Crèmerie St-Fidèle, d’autres centres de transformations à
caractère plus artisanal existent et maintiennent une production aboutissant à des produits finis différents
parce qu’ils ne peuvent être transformés ailleurs. Certains centres de transformations, le fumoir de la
Ferme Gourmande par exemple, jumellent leur production à de la promotion touristique alors que d’autres,
des boucheries surtout, possèdent un permis pour écouler les produits de leur ferme dans leur propre
établissement de vente.
4.8
IMPACTS DES USAGES INDUSTRIELS IMPLANTÉS À L’EXTÉRIEUR DES PÉRIMÈTRES URBAINS
Tel que décrit précédemment, les municipalités locales permettent l’implantation d’entreprises industrielles
dans plusieurs parties de leur territoire. Ces usages peuvent générer des impacts sur la circulation, la
qualité de vie des résidants et le paysage.
Pour faciliter la gestion de ces usages et minimiser leurs impacts, la MRC demande que les zones où
l’industrie est autorisée soient limitées dans le secteur agroforestier.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
66
4.9
BILAN DE LA FONCTION INDUSTRIELLE
La MRC dispose d’un parc industriel régional à Clermont, d’une zone industrielle régionale dans le secteur
de Rivière-Malbaie attenante au parc industriel, de la zone industrielle d’Abitibi-Bowater et des zones
industrielles locales.
La problématique du parc industriel régional (Clermont) consiste au fait que peu d’entreprises font de la
transformation, ce sont plutôt des activités para-industrielles, du commerce de gros et des services de
transport qui sont implantés. En fait, les deux principales industries de la région se situent à l’extérieur du
parc industriel dans Clermont. Cette typologie des usages se traduit par une faible occupation de l’espace,
des bâtiments de faible valeur foncière en général, et donc des revenus de taxation relativement peu
élevés pour un parc industriel. Par contre, il reste des espaces disponibles dans le parc industriel de
Clermont pour la venue de nouvelles entreprises.
La relocalisation dans le parc industriel régional de certaines entreprises (atelier d’usinage, imprimerie et
diverses entreprises localisées le long de la route 138, notamment des entreprises de transport) profiterait
à ce dernier. C’est pourquoi le présent schéma introduit par le biais de la grille de spécification des usages
moins de possibilités pour l’implantation d’industries en dehors de la zone industrielle régionale.
Pour ce qui est de la zone industrielle régionale contigüe à celle de Clermont, située dans le secteur de
Rivière-Malbaie, cette dernière présente un certain potentiel de développement auquel s’ajoutent quelques
contraintes.
En ce qui a trait à la zone industrielle d’Abitibi-Bowater, cette dernière est située à l’extérieur du parc
industriel de Clermont, l’usine occupe une superficie brute totale d’environ 105,4 hectares, répartis en trois
zones distinctes sur le plan de zonage de la Ville. Les terrains de la compagnie sont situés en bordure de
la rivière Malbaie, entre le réservoir du barrage de la compagnie et le parc industriel régional. La
compagnie constitue un employeur majeur de la région et génère de nombreux déplacements de
personnes en fonction de l’horaire de travail (24h sur 24h) et de nombreux déplacements de véhicules
lourds.
Le portait de la fonction industrielle se traduit également par la création de petites entreprises, dont
certaines sont de nature artisanale ou manufacturière à petite échelle découlant d’un savoir-faire particulier
et du désir de demeurer dans son milieu et venant souvent palier à un contexte économique régional
précaire, des pertes d’emplois industriels, du travail saisonnier et de diverses mutations dans le monde du
travail (programme de retraite anticipée, etc.).
Dans certaines municipalités, il est nécessaire de permettre l’implantation d’entreprises industrielles qui ont
généralement besoin d’être près des ressources premières et éloignées des périmètres urbains étant
donné le bruit, la poussière et la circulation qu’elles génèrent. Plusieurs activités industrielles nécessitant
du transport de matières premières et de matières transformées ont un impact très important sur le réseau
routier. En plus de l’aspect sécuritaire des accès aux industries, le grand nombre et la diversité des
activités permises à l’extérieur des périmètres urbains et des zones industrielles fait au présent schéma
l’objet d’une planification locale qui tient compte des particularités de chaque secteur et des objectifs
locaux de développement.
L’apparition, il y a quelques années, d’un centre de transformation agroalimentaire (Le Veau Charlevoix)
dans le parc industriel de Clermont a constitué un élément structurant pour le monde agricole. Ce centre a
eu des incidences positives sur le développement régional en matière d’agriculture notamment par le
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
67
développement de nouveaux élevages et de produits non traditionnels et par l’aménagement en 1996 d’un
abattoir, dont les installations sont utilisées par d’autres producteurs de la région.
Un plan de diversification économique réalisé en 2007 cible de nouveaux secteurs d’activités qui
présentent des perspectives de fortes croissances dans le futur et dans lesquels la MRC dispose d’atouts
pour s’y développer avec succès (le bio alimentaire, l’agroforesterie, le domaine Détente/Qualité de vie tels
que soins de santé spécialisés, communauté de retraités actifs, tourisme quatre saison et les technologies
de l’information).
4.10
CADRE D’AMÉNAGEMENT RÉLIÉ À L’ACTIVITÉ INDUSTRIELLE
 Une affectation industrielle régionale est crée, elle constitue le seul endroit où peuvent s’implanter
les usages liés à l’industrie avec contrainte importante
 L’industrie avec contrainte limitée est autorisée en affectation urbaine et industrielle régionale
uniquement
 Les entreprises artisanales sont autorisées en affectations urbaine, industrielle régionale et
agroforestière villageoise
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
68
5.
ACTIVITÉ COMMERCIALE
5.1
CENTRE COMMERCIAL RÉGIONAL
Le territoire de la MRC de Charlevoix-Est est desservi par un centre commercial régional, Place
Charlevoix, situé dans un des plus beaux secteurs de La Malbaie sur le boulevard de Comporté (route
362), face au fleuve. D’une superficie totale de plancher de 12 368 m2 (8 971 m2 d’espaces locatifs), le
centre commercial compte 43 établissements commerciaux, dont trois magasins à grande surface qui sont
le Marché d’alimentation Métro (1 512 m2), Canadian Tire (1 440 m2) et Hart (2 051 m2) de même qu’une
succursale de la SAQ. Les grandes surfaces représentent plus de 55 % de la superficie locative de Place
Charlevoix. Ces commerces à grande surface constituent les moteurs de l’attraction du centre commercial
régional. Toutefois, Canadian Tire cherche à se relocaliser parce qu’il est désuet et manque d’espace. Le
Hart est implanté depuis fin 2008 et a changé 3 fois de propriétaire au cours des dix dernières années. Il
est prévisible que leur relocalisation aurait un impact important sur les plus petits commerces du centre
commercial qui profitent de l’attraction de ces grands commerces.
Plusieurs commerces importants ont quitté le centre d’achat pour s’implanter au centre-ville de La Malbaie
: la pharmacie, la librairie, le carrefour du dollar. Les autres commerces qu’abrite le centre commercial
régional sont : boutiques de vêtements (10), restaurants et comptoir-lunch (4), bar (1), bijouterie (1),
tabagie (1), animalerie (1), centre musical (1), nettoyeur (1), salons de coiffure et d’esthétique (1), centre
de photo (1), optométrie (1), courtier immobilier (1), autres (boutiques de cadeaux, boutique à un dollar,
etc.) (9). Plus de 500 cases de stationnement sont disponibles sur le site du centre commercial.
Actuellement, il y a quelques espaces commerciaux vacants à l’intérieur du centre commercial (taux de
vacance d’environ 2 %).
L’aire de marché du centre commercial régional déborde les limites géographiques de l’agglomération de
la vallée de la rivière Malbaie. Le centre commercial draine en effet presque toute la population de la MRC.
Pour certains services, il peut même attirer une partie de la population de la MRC voisine.
Le centre commercial régional est cependant en forte concurrence avec les centres commerciaux et
grandes surfaces de la région de Québec, situés à 140 kilomètres de La Malbaie—Pointe-au-Pic, soit à
une heure et demie de route en automobile.
5.2
RUE COMMERCIALE (CENTRE-VILLE) À CARACTÈRE RÉGIONAL
La région ne compte pas vraiment de centres rassembleurs et animés. Les activités commerciales sont
dispersées dans plusieurs rues et artères des municipalités et dans l’axe des corridors routiers (138, 362).
Néanmoins, le centre-ville de La Malbaie, avec la rue St-Étienne, fait office de rue commerciale régionale.
La plupart des commerces et services de cette rue ont un rayonnement régional et s’adressent à
l’ensemble de la population de la MRC.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
69
En tout, près de vingt commerces occupent la partie la plus dense du centre-ville (portion nord, à proximité
du pont Leclerc). Ces commerces et services sont des boutiques pour dames, pour hommes, pour
enfants, des restaurants (un café, un comptoir-lunch…), un salon de coiffure, une boutique de souliers, des
boutiques d’articles divers, une boutique de lingerie fine, un commerce de vente et de réparation
d’aspirateurs ainsi qu’une ancienne forge de renommée internationale (forge Riverin). Certains locaux sont
vacants dans cette portion du centre-ville.
Dans la partie la moins dense de la rue St-Étienne (portion sud), quelques commerces occupent l’espace.
Il s’agit d’un commerce de meubles, d’une librairie et des bureaux de professionnels.
Parmi l’ensemble des commerces et services de la rue St-Étienne, très peu sont générateurs d’un fort
achalandage, à l’exception du restaurant McDonald’s et de la pharmacie (proximité de l’hôpital). Les
commerces et services du centre-ville ne sont pas complémentaires c’est-à-dire que l’achalandage d’un
commerce donné n’a que très peu d’effet de débordement sur les commerces voisins. Les commerces
présents ne tirent donc pratiquement aucun profit de la juxtaposition de plusieurs commerces, ce qui est le
cas dans un milieu où la mixité est très grande. L’absence de certains types de commerces fait donc en
sorte qu’il n’y a que très peu de synergie entre chacun des commerces du centre-ville de La Malbaie.
Le secteur institutionnel (hôpital, église, services régionaux et gouvernementaux, commission scolaire et
école primaire) accapare une bonne partie du centre-ville, principalement dans la partie Est de la rue StÉtienne, en bordure du boulevard de la Comporté. Ces fonctions constituent un atout intéressant pour le
centre-ville et lui donnent un caractère régional. Ces services attirent également une certaine population,
récupérable par les commerces du centre-ville. Il s’agit donc « d’achalandeurs », c’est-à-dire d’activités
exerçant une attraction, ce qui est nécessaire pour le bon fonctionnement d’un centre de services ou de
commerces.
Concernant le stationnement, la clientèle peut soit stationner ses véhicules de part et d’autre de la rue StÉtienne ou sur des espaces définis du côté du boulevard de Comporté, parallèle à la rue St-Étienne. La
durée maximum autorisée pour le stationnement sur rue est limitée à une (1) heure afin d’assurer une
rotation des véhicules.
L’image du centre-ville de La Malbaie et la vocation que ce dernier veut se donner sont difficiles à cerner.
L’apparence des commerces présents laisse parfois à désirer (manque d’originalité et de diversité dans
l’apparence des bâtiments, des façades, des vitrines).
Plusieurs bâtiments manquent d’entretien et leurs qualités architecturales ne sont pas mises en valeur. Le
potentiel architectural du centre-ville est considérable mais non exploité (réf. : Territoires d’intérêt).
L’aspect du centre-ville, vu du boulevard de Comporté (à l’arrière) est peu soigné, ce qui n’est pas
nécessairement attirant pour les passants. L’apparence de l’arrière des bâtiments commerciaux ainsi que
le manque de structuration de la trame urbaine sont à déplorer. Enfin, le centre-ville est peu identifié. On
distingue seulement quelques aménagements réalisés dans le cadre du programme Revicentre de 1985
pour identifier l’entrée du centre-ville, c’est-à-dire à l’extrémité nord de la rue St-Étienne.
Toutefois, depuis 2006, un comité de revitalisation supporté par la Fondation Rues Principales a été créé
et s’active à changer l’image et à redynamiser le secteur du centre-ville de La Malbaie.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
70
5.3
CARACTÉRISATION DE L’ACTIVITÉ COMMERCIALE DANS CHAQUE MUNICIPALITÉ
À l’échelle régionale, le territoire de la MRC compte près de 800 commerces. De ceux-là, plus des trois
quarts sont situés à l’intérieur des périmètres d’urbanisation des municipalités.
Plus de 300 (40 %) commerces sont localisés en bordure d’un corridor routier régional (la 138, la 362 ou la
170) alors que les autres (60 %) sont localisés en bordure d’axes routiers locaux, certains de ceux-là
(environ 10 %) le sont en zones d’habitation (quartiers résidentiels).
Quant aux types de commerces les plus fréquents, il s’agit du commerce et service locaux et régionaux,
avec 46,4 %, suivi du commerce et service lié à l’automobile, avec 24,6 % et du commerce et industrie à
incidences moyennes.
À l’intérieur de chaque municipalité, la présence d’activités commerciales varie selon la taille et la
localisation de celles-ci. Certaines municipalités ont une rue principale qui accueille la plupart des
commerces alors que d’autres municipalités, traversées elles aussi par un axe routier principal, mais
comptant en plus quelques quartiers résidentiels et plusieurs rues locales, voient leurs activités
commerciales s’étendre sur différentes rues.
BAIE-SAINTE-CATHERINE
Sur le territoire du secteur Baie-Sainte-Catherine, il a au total 27 commerces et services, situés en majorité
(92,6 %) à l’intérieur du périmètre d’urbanisation. Ces commerces sont aussi presque tous situés sur la
route 138 (92,6 %). Quant au type de commerce le plus fréquemment rencontré, il s’agit du type
commerce et service d’hébergement et de restauration, avec 55,6 %, suivi du type commerce et service
locaux et régionaux, avec 25,9 %. Dans le secteur de Baie-Sainte-Catherine, on retrouve une dizaine de
gîtes touristiques, quelques restaurants et hôtels/motels qui profitent du flot de touristes en transit ou
venus pour une excursion aux baleines. On ne compte par ailleurs aucun commerce associé à l’usage
habitation.
Tableau 5.1
Localisation et types de commerce de Baie-Sainte-Catherine
LOCALISATION
TYPE DE
COMMERCE
ET SERVICE
Ca
Cb
Cc
Cd
Ce
Ia
Ib
Rb
TOTAL
À L’INTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional
(138, 362,
170)
0
0
7
1
15
1
0
1
25
axe routier
local
0
0
0
0
0
0
0
0
0
% À L’INT.
DU PU
À L’EXTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional
(138, 362)
axe routier
local
%À
L’EXT. DU
PU
0
0
0
0
0
0
0
2
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
66,7
7,4
0
0
100
100
100
100
0
33,3
92,6
TOTAL
0
0
7
1
15
1
0
3
27
% DE
CHAQUE
TYPE DE
COMMERCE
0
0
25,9
3,7
55,6
3,7
0
11,1
100
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
71
SAINT-SIMÉON
La municipalité compte 89 commerces sur son territoire dont 55 sont situés à l’intérieur du périmètre
d’urbanisation. Plusieurs de ces commerces sont localisés dans des zones d’habitation (quartiers
résidentiels) (41,8 %) alors que les autres (58,2 %) sont localisés en bordure de la route 138 ou de la route
170. Le type de commerce le plus souvent rencontré à l’intérieur du périmètre d’urbanisation est le
commerce et service locaux et régionaux avec 47,3 %, suivi du commerce et service d’hébergement et de
restauration, avec 29,1 %. À l’extérieur du périmètre d’urbanisation, on compte 34 commerces et services.
Tableau 5.2
Localisation et types de commerce de Saint-Siméon
LOCALISATION
TYPE DE
COMMERCE
ET SERVICE
Ca
Cb
Cc
Cd
Ce
Ia
Ib
Rb
TOTAL
À L’INTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional
(138, 362,
170)
1
0
22
1
8
0
0
0
32
axe
routier
local
7
0
4
0
8
4
0
0
23
% À L’INT.
DU PU
100
0
84
33
44
50
0
0
100
À L’EXTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional (138,
362)
axe routier
local
%À
L’EXT. DU
PU
0
0
5
1
4
1
0
1
12
0
0
0
1
16
3
0
2
22
0
0
16
66
56
50
0
100
0
TOTAL
8
0
31
3
36
8
0
3
89
% DE
CHAQUE
TYPE DE
COMMERCE
9
0
35
3
41
9
0
3
100
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
LA MALBAIE
Secteur Saint-Fidèle
Une quarantaine de commerces se situe sur le territoire du secteur Saint-Fidèle. Près de 81 % de l’activité
commerciale se fait à l’extérieur du périmètre urbain, dont 63 % de part et d’autre de la route 138.
Seulement 18 % de l’activité commerciale du secteur se concentre sur la rue Principale. Le type de
commerce le plus courant à Saint-Fidèle est le commerce et service locaux et régionaux, avec 31,6 %,
suivi du commerce et industrie à incidences moyennes, avec 28,9 %.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
72
Tableau 5.3
Localisation et types de commerce du secteur St-Fidèle
LOCALISATION
TYPE DE
COMMERCE
ET SERVICE
Ca
Cb
Cc
Cd
Ce
Ia
Ib
Rb
TOTAL
À L’INTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional
(138, 362,
170)
0
0
0
0
0
0
0
0
0
axe routier
local
1
0
4
0
1
1
0
0
7
% À L’INT.
DU PU
16,6
0
33,3
0
14,3
9,1
0
0
18,4
À L’EXTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional (138,
362)
axe routier
local
%À
L’EXT. DU
PU
3
0
7
1
5
8
0
0
24
2
0
1
0
1
2
0
1
7
83,3
0
66,6
100
85,7
90,9
0
100
81,6
TOTAL
6
0
12
1
7
11
0
1
38
% DE
CHAQUE
TYPE DE
COMMERCE
15,8
0
31,6
2,6
18,4
28,9
0
2,6
100
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
Secteur de Cap-à-l'Aigle
Sur le territoire du secteur de Cap-à-l'Aigle, on compte 30 commerces ou places d’affaires, tous situés à
l’intérieur du périmètre d’urbanisation. Seulement 23,4 % de ces commerces sont localisés en bordure du
boulevard du Cap (route 138) contre 76,6 % sur des rues locales. La rue St-Raphaël accueille la majorité
des commerces et services de la municipalité. Quant au type de commerce le plus fréquemment
rencontré, il s’agit du commerce et service d’hébergement et de restauration, avec 50 %. Il s’agit surtout de
gîtes touristiques et des auberges.
Tableau 5.4
Localisation et types de commerce du secteur de Cap-à-l'Aigle
LOCALISATION
TYPE DE
COMMERCE
ET SERVICE
Ca
Cb
Cc
Cd
Ce
Ia
Ib
Rb
TOTAL
À L’INTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional
(138, 362,
170)
0
0
3
0
1
3
0
0
7
axe
routier
local
1
0
6
0
14
1
1
0
23
% À L’INT.
DU PU
100
0
100
0
100
100
100
0
100
À L’EXTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional (138,
362)
axe routier
local
%À
L’EXT. DU
PU
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
TOTAL
1
0
9
0
15
4
1
0
30
% DE
CHAQUE
TYPE DE
COMMERCE
3,3
0
30
0
50
13,3
3,3
0
100
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
73
Secteur de Rivière-Malbaie
Sur le territoire du secteur de Rivière-Malbaie, on compte en tout 76 commerces ou places d’affaires. La
plupart du temps, ces commerces sont situés de part et d’autre de la rivière Malbaie, soit sur le boulevard
Malcom-Fraser (route 138), soit sur le chemin de la Vallée. Outre ces deux axes routiers, moins d’une
dizaine de rues locales accueillent des commerces et services. Les commerces du secteur de RivièreMalbaie sont situés à 92,1 % à l’intérieur du périmètre d’urbanisation, dont 43 commerces et services sont
localisés en bordure de la route 138 (portion appelée boulevard Mailloux), représentant 56 % de l’activité
commerciale totale du secteur.
Le type de commerce le plus fréquent à l’intérieur de ce secteur est le commerce et service locaux et
régionaux avec 28,9 %, suivi de très près (presque ex aequo) par le commerce et service liés à
l’automobile, avec 26,3 %.
Tableau 5.5
Localisation et types de commerce du secteur de Rivière-Malbaie
LOCALISATION
TYPE DE
COMMERCE
ET SERVICE
Ca
Cb
Cc
Cd
Ce
Ia
Ib
Rb
TOTAL
À L’INTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional
(138, 362,
170)
0
0
13
12
5
11
2
0
43
axe
routier
local
2
0
7
9
1
8
0
0
27
% À L’INT.
DU PU
100
0
90,9
100
66,6
95
100
0
92,1
À L’EXTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional (138,
362)
axe routier
local
%À
L’EXT. DU
PU
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
2
0
3
1
0
0
6
0
0
9,09
0
33,3
5
0
0
7,89
TOTAL
2
0
22
21
9
20
2
0
76
% DE
CHAQUE
TYPE DE
COMMERCE
2,63
0
28,9
27,6
11,8
26,3
2,6
0
100
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
Secteur La Malbaie-Pointe-au-Pic
Dans le secteur La Malbaie-Pointe-au-Pic, outre le centre commercial régional (Place Charlevoix) et la rue
commerciale St-Étienne (centre-ville) à caractère régional, on compte une multitude de rues locales où
s’exercent des activités commerciales. Parfois, ces rues locales desservent des quartiers résidentiels
(zones d’habitation), parfois elles sont situées à proximité d’artères principales.
Sur le territoire de ce secteur, plus de 300 commerces ont été répertoriés. De ceux-là, 98,7 % se situent à
l’intérieur du périmètre d’urbanisation et plus de 200 commerces (plus de 70 %) sont en bordure d’accès
routiers locaux comparativement à 80 en bordure de l’axe routier régional qu’est la 362.
Les commerces qui se situent en bordure du boulevard de Comporté (route 362) sont au nombre de 80,
dont 43 (29 %) commerces à l’intérieur du centre commercial Place Charlevoix. Sur la rue Saint-Étienne,
c’est 94 commerces qui y sont localisés (sur toute sa longueur). Il y en a aussi une trentaine sur la rue
John-Nairne, une vingtaine sur la rue du Golf et sur l’avenue Richelieu, une dizaine sur la rue du Quai, le
chemin des Falaises, le chemin Mailloux et la rue Principale. Sur les autres rues, on en retrouve moins
d’une dizaine (par rue). Au total, l’activité commerciale est répartie sur 31 rues à l’intérieur des limites du
secteur de La Malbaie—Pointe-au-Pic.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
74
Un peu plus de 36 % des places d’affaires sont situées dans le centre-ville traditionnel qui correspond aux
rues Doucet, Saint-Étienne, Sainte-Catherine, Patrick-Morgan, John-Nairne et de l’Église alors qu’on en
compte 14 % dans le centre commercial régional. Un peu plus de 4 % des places d’affaires se situent en
zones d’habitation (quartiers résidentiels). Ces places d’affaires sont réparties sur une dizaine de rues
locales. Ce phénomène est en croissance en vertu de la réglementation de zonage qui est très permissive.
Les impacts de ces activités commerciales en zones d’habitation sont nombreux. On peut penser à une
augmentation de la circulation dans ces quartiers résidentiels, au bruit qui y est relié, etc.
Tableau 5.6
Localisation et types de commerce du secteur La Malbaie-Pointe-au-Pic
LOCALISATION
TYPE DE
COMMERCE
ET SERVICE
Ca
Cb
Cc
Cd
Ce
Ia
Ib
Rb
TOTAL
À L’INTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional
(138, 362,
170)
1
0
60
4
13
2
0
0
80
axe
routier
local
16
3
143
8
51
9
0
1
231
% À L’INT.
DU PU
100
100
100
100
98,5
100
0
25
98,7
À L’EXTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional (138,
362)
axe routier
local
%À
L’EXT. DU
PU
0
0
0
0
1
0
0
2
3
0
0
0
0
0
0
0
1
1
0
0
0
0
1,5
0
0
75
1,3
TOTAL
17
3
203
12
65
11
0
4
315
% DE
CHAQUE
TYPE DE
COMMERCE
5,4
1
64,4
3,8
20,6
3,5
0
1,3
100
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
Le type de commerce et service le plus souvent rencontré dans ce secteur est le commerce et service
locaux et régionaux (64,4 %). Ce type de commerce et service englobe une multitude de biens et services,
allant de la vente de produits d’épicerie, en passant par la vente de vêtements, d’appareils ménagers,
jusqu’à la vente de quincaillerie, peinture, animaux de maison, etc. Ce type de commerce et service
regroupe aussi les établissements de services de câblodistribution, les banques, bureaux de
professionnels, les services gouvernementaux, etc.
Le deuxième type de commerce et service le plus souvent rencontré dans le secteur La Malbaie—Pointeau-Pic est le commerce et service d’hébergement et de restauration (20,6 %), ce qui correspond aux
hôtels, restaurants, gîtes touristiques, etc.
Secteur Sainte-Agnès
Le territoire du secteur de Sainte-Agnès compte 19 commerces. De ces 19 commerces, il y en a 17 qui
sont situés à l’extérieur du périmètre d’urbanisation, ce qui équivaut à 89,5 %. La majorité des commerces
sont localisés en bordure d’axes routiers locaux (88,2 %). Deux commerces sont situés en bordure de la
route 138 (11,8 %).
Le type de commerce le plus souvent rencontré dans le secteur de Sainte-Agnès est le commerce et
service d’hébergement et de restauration, avec 42,1 %. Le deuxième type de commerce le plus fréquent
est le commerce et service associé à l’usage habitation, avec 15 %.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
75
Tableau 5.7
Localisation et types de commerce du secteur Sainte-Agnès
LOCALISATION
TYPE DE
COMMERCE
ET SERVICE
Ca
Cb
Cc
Cd
Ce
Ia
Ib
Rb
TOTAL
À L’INTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional
(138, 362,
170)
0
0
0
0
0
0
0
0
0
axe
routier
local
0
0
1
0
1
0
0
0
2
% À L’INT.
DU PU
0
0
50
0
12,5
0
0
0
10,5
À L’EXTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional (138,
362)
axe routier
local
%À
L’EXT. DU
PU
0
0
1
0
0
2
1
0
4
3
0
0
0
7
0
0
3
13
100
0
50
0
87,5
100
100
100
89,5
TOTAL
3
0
2
0
8
2
1
3
19
% DE
CHAQUE
TYPE DE
COMMERCE
15,8
0
10,5
0
42,1
10,5
5,3
15,8
100
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
CLERMONT
La Ville de Clermont compte un centre commercial, Les Galeries 138, d’une superficie de 3 051 m2. Il est
situé en bordure du boulevard Notre-Dame (route 138) et comprend un marché d’alimentation (1 447,6
m2), une clinique médicale (346 m2), un restaurant (79,15 m2), une pharmacie (278 m2), une brasserie
(180,78 m2), une tabagie (142,32 m2) et quelques boutiques (lingerie féminine, laine, …).
Ce centre commercial dessert la population locale de Clermont et une partie de la population de l’arrièrepays, c’est-à-dire Saint-Aimé-des-Lacs, Sainte-Agnès et Notre-Dame-des-Monts. Les commerces qu’on y
retrouve sont des générateurs d’achalandage et sont complémentaires entre eux. Ainsi, la clientèle qui
visite la clinique médicale a des chances de visiter la pharmacie, la clientèle qui visite le marché
d’alimentation ira peut-être à la tabagie, etc. Le centre commercial constitue en fait un pôle commercial
périphérique et génère de nombreux déplacements sur la route 138.
Le centre-ville de la Ville de Clermont, qui correspond à la rue St-Philippe (rue qui débouche sur la 138,
face au centre commercial), a été déserté au cours des dix ou quinze dernières années. À l’époque, on
retrouvait sur la portion Est de cette rue (dans le secteur de l’église) une tabagie (relocalisée aux Galeries
138), un courtier d’assurances, un bureau de notaire, un barbier, un salon de quilles avec restaurant, une
boutique de cadeaux, un bar. Aujourd'hui, les espaces laissés vacants par les commerces ont été
transformés en logements résidentiels. Seul un bar a encore pignon sur cette portion de la rue St-Philippe.
L’autre portion de cette rue (portion Ouest, à proximité de la route 138) accueille une épicerie, la
bibliothèque municipale et le bureau de poste.
À Clermont, on compte 91 commerces ou places d’affaires. Ces commerces sont tous situés à l’intérieur
du périmètre d’urbanisation et on en retrouve autant le long de la route 138 (47,3 % de part et d’autre du
boulevard Notre-Dame) qu’en bordure d’axes locaux (52,7 %), en zones d’habitation (quartiers
résidentiels). Dans l’ensemble de la Ville de Clermont, l’activité commerciale est dispersée sur une
vingtaine de rues.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
76
Le type de commerce le plus fréquent est le commerce et service locaux et régionaux avec 38,5 %, suivi
du commerce associé à l’usage habitation avec 19,8 % et du commerce et industrie à incidences
moyennes, avec 16,5 %.
Tableau 5.8
Localisation et types de commerce de Clermont
LOCALISATION
TYPE DE
COMMERCE
ET SERVICE
Ca
Cb
Cc
Cd
Ce
Ia
Ib
Rb
TOTAL
À L’INTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional
(138, 362,
170)
4
1
18
9
8
3
0
0
43
axe
routier
local
14
0
17
1
1
12
3
0
48
% À L’INT.
DU PU
100
100
100
100
100
100
100
0
100
À L’EXTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional (138,
362)
axe routier
local
%À
L’EXT. DU
PU
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
TOTAL
18
1
35
10
9
15
3
0
91
% DE
CHAQUE
TYPE DE
COMMERCE
19,8
1,1
38,5
11
9,9
16,5
3,3
0
100
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
SAINT-IRÉNÉE
Sur le territoire de la municipalité de Saint-Irénée, on retrouve 36 commerces ou places d’affaires. À
66,7 % ces commerces sont situés à l’intérieur du périmètre d’urbanisation, 33,3 % le sont à l’extérieur.
Une trentaine de commerces au total sont localisés en bordure de la route 362 (chemin des Bains et rue
Principale), ce qui équivaut à environ 80 % de tous les commerces. Les autres commerces sont dispersés
sur trois autres rues locales.
Le type de commerces le plus souvent rencontré à Saint-Irénée est le commerce et service d’hébergement
et de restauration, avec 38,9 %, suivi du commerce et service local et régional, avec 36,1 % et du
commerce et industrie à incidences moyennes.
Sur le territoire de la municipalité de Saint-Irénée, on compte en tout onze gîtes, quatre auberges, deux
restaurants et un casse-croûte. Saint-Irénée se démarque des autres municipalités en ce qui a trait à la
concentration d’activités artisanales.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
77
Tableau 5.9
Localisation et types de commerce de Saint-Irénée
LOCALISATION
TYPE DE
COMMERCE
ET SERVICE
Ca
Cb
Cc
Cd
Ce
Ia
Ib
Rb
TOTAL
À L’INTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional
(138, 362,
170)
axe routier
local
2
0
9
2
9
2
0
0
24
0
0
0
0
0
0
0
0
0
% À L’INT.
DU PU
100
0
69,2
100
64,3
40
0
0
66,6
À L’EXTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional (138,
362)
axe routier
local
%À
L’EXT. DU
PU
0
0
2
0
2
1
0
0
5
0
0
2
0
3
2
0
0
7
0
0
30,8
0
35,7
60
0
0
33,3
TOTAL
2
0
13
2
14
5
0
0
36
% DE
CHAQUE
TYPE DE
COMMERCE
5,6
0
36,1
5,6
38,9
13,9
0
0
100
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
SAINT-AIMÉ-DES-LACS
On retrouve 26 commerces ou places d’affaires sur le territoire de la municipalité de Saint-Aimé-des-Lacs.
Près de 70 % de ces commerces sont situés à l’extérieur du périmètre d’urbanisation et 85 % sont
localisés sur des axes routiers locaux (surtout sur la rue Principale qui traverse la municipalité). Quatre
commerces sont situés sur la route 138, ce qui équivaut à 21 % de l’activité commerciale totale.
Quant au type de commerce le plus fréquemment rencontré, il s’agit du commerce et service locaux et
régionaux, avec 46,2 %, suivi du commerce et services liés à l’automobile, avec 30,8 %.
Tableau 5.10
Localisation et types de commerce de Saint-Aimé-des-Lacs
LOCALISATION
TYPE DE
COMMERCE
ET SERVICE
Ca
Cb
Cc
Cd
Ce
Ia
Ib
Rb
TOTAL
À L’INTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional
(138, 362,
170)
0
0
0
0
0
0
0
0
0
axe
routier
local
0
0
5
1
2
0
0
0
8
% À L’INT.
DU PU
0
0
41,6
33,3
25
0
0
0
30,8
À L’EXTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional (138,
362)
axe routier
local
%À
L’EXT. DU
PU
0
0
2
0
1
0
1
0
4
0
0
5
2
5
0
0
2
14
0
0
58,3
66,6
75
0
100
100
69,2
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
TOTAL
0
0
12
3
8
0
1
2
26
% DE
CHAQUE
TYPE DE
COMMERCE
0
0
46,2
11,5
30,8
0
3,8
7,7
100
78
NOTRE-DAME-DES-MONTS
Le territoire de la municipalité de Notre-Dame-des-Monts compte 12 commerces ou places d’affaires. La
moitié de ces commerces est située à l’intérieur du périmètre d’urbanisation, alors que l’autre moitié est
située à l’extérieur de ce périmètre.
Le type de commerce le plus courant à Notre-Dame-des-Monts est le commerce et industrie à incidences
moyennes, avec 41,6 %, suivi du commerce et service associé à l’usage habitation, avec 33,3 %.
Comme la municipalité de Notre-Dame-des-Monts n’est pas traversée par aucun axe routier régional (138,
362 ou 170), tous les commerces sont situés en bordure d’axes routiers locaux. L’activité commerciale est
dispersée sur sept rues locales.
Tableau 5.11
Localisation et types de commerce de Notre-Dame-des-Monts
LOCALISATION
TYPE DE
COMMERCE
ET SERVICE
Ca
Cb
Cc
Cd
Ce
Ia
Ib
Rb
TOTAL
À L’INTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional
(138, 362,
170)
0
0
0
0
0
0
0
0
0
axe
routier
local
4
0
2
0
0
0
0
0
6
% À L’INT.
DU PU
100
0
100
0
0
0
0
0
50
À L’EXTÉRIEUR DU PU
axe routier
régional (138,
362)
axe routier
local
%À
L’EXT. DU
PU
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
1
0
5
0
0
6
0
0
0
100
0
100
0
0
50
TOTAL
4
0
2
1
0
5
0
0
12
% DE
CHAQUE
TYPE DE
COMMERCE
33,3
0
16,6
8,3
0
41,6
0
0
100
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
5.4
PROBLÉMATIQUE RELIÉE AU COMMERCE ASSOCIÉ À L’USAGE HABITATION
Dans les quartiers résidentiels de Saint-Siméon, Notre-Dame-des-Monts, Clermont, et La Malbaie sont
apparus depuis quelques années toutes sortes de commerces et de services associés à l’usage habitation.
Si la tendance se maintient, ces commerces sont portés à être encore plus nombreux dans les années à
venir, notamment avec l’accroissement du nombre de travailleurs autonomes (télé-travail, etc.) et en raison
de la réglementation permissive des municipalités pour ce genre d’activité. Il s’agit le plus souvent de
salons de coiffure ou d’esthétisme, de bureaux de professionnels (avocats, notaires, etc.), de bureaux
d’entrepreneurs, d’agences de voyages, etc.
Les commerces et services associés à l’usage habitation sont sources de différents inconvénients pour le
voisinage car ils occasionnent une augmentation de la circulation dans les rues locales. En plus, ils
favorisent une dispersion des activités commerciales sur l’ensemble du territoire plutôt qu’une
concentration dans les secteurs commerciaux existants, comme le centre des villes, les noyaux villageois
ou le centre commercial régional.
Parfois certains des commerces et services que l’on retrouve dans les zones d’habitation ou quartiers
résidentiels des municipalités concernées sont davantage associés au type de commerces et services
locaux et régionaux. Ils occasionnent donc plus de circulation, plus d’achalandage, etc.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
79
5.5
EXODE DES CAPITAUX
En 1992, la Chambre de commerce de Charlevoix-Est a réalisé une enquête sur l’exode des capitaux dû à
l’achat à l’extérieur de la région. Cet exode des capitaux hypothèque la prospérité des entreprises de la
région et fait perdre plusieurs emplois à la population.
La proximité des centres urbains (Québec, Chicoutimi) favorise l’exode des capitaux. Selon l’enquête de la
Chambre de commerce, les fuites commerciales sont estimées à 8,5 millions de dollars annuellement. De
ces 8,5 millions, 4,5 millions (53 %) sont destinés à l’achat de vêtements pour dames, hommes et enfants.
Les causes de l’exode des capitaux qui sont ressorties de l’enquête sont les suivantes : une plus grande
variété de produits à l’extérieur de la région, un divertissement (faire une sortie), l’attrait des grands
centres, les prix, spéciaux et ventes.
5.6
BILAN DE LA FONCTION COMMERCIALE
Le territoire de la MRC de Charlevoix-Est est desservi par un centre commercial régional, Place
Charlevoix, situé dans un des plus beaux secteurs de La Malbaie sur le boulevard de Comporté (route
362). Ce centre est en forte concurrence avec les centres commerciaux et grandes surfaces de la région
de Québec.
La région ne compte pas vraiment de centres rassembleurs et animés. Les activités commerciales sont
dispersées dans plusieurs rues et artères des municipalités et dans l’axe des corridors routiers (138, 362).
Néanmoins, le centre-ville de La Malbaie, avec la rue St-Étienne, fait office de rue commerciale régionale.
L’absence de certains types de commerces fait en sorte qu’il n’y a que très peu de synergie entre chacun
des commerces du centre-ville de La Malbaie. L’image du centre-ville de La Malbaie et la vocation que ce
dernier veut se donner sont difficiles à cerner. L’apparence des commerces présents laisse parfois à
désirer (manque d’originalité et de diversité dans l’apparence des bâtiments, des façades, des vitrines). La
création d’un comité de revitalisation pour ces secteurs devrait contribuer à l’embellissement et au
développement du centre-ville.
À l’intérieur de chaque municipalité, la présence d’activités commerciales varie selon la taille et la
localisation de celles-ci. Certaines municipalités ont une rue principale qui accueille la plupart des
commerces alors que d’autres municipalités voient leurs activités commerciales s’étendre sur différentes
rues. Le plus souvent, les commerces se situent à l’intérieur des périmètres urbains des municipalités,
mais il n’est pas rare d’en trouver qui sont à l’extérieur de ceux-ci. Puisqu’on constate une
commercialisation le présent schéma adopte des normes et des objectifs visant à concentrer l’activité
commerciale dans les périmètres urbains.
La Ville de Clermont compte un centre commercial situé en bordure du boulevard Notre-Dame (route 138).
Ce centre commercial dessert la population locale de Clermont et une partie de la population de l’arrièrepays, c’est-à-dire Saint-Aimé-des-Lacs, Sainte-Agnès et Notre-Dame-des-Monts.
Dans les quartiers résidentiels des municipalités de Saint-Siméon, Notre-Dame-des-Monts, Clermont, et
La Malbaie sont apparues depuis quelques années toutes sortes de commerces et de services associés à
l’usage habitation.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
80
5.7
CADRE D’AMÉNAGEMENT RÉLIÉ À L’ACTIVITÉ COMMERCIALE
 L’activité commerciale est balisée à la grille de compatibilité des usages par catégorie d’affectation
(Document Vision, orientations et affectations p.37)
 Contrairement au schéma de 1ère génération, le commerce n’est plus autorisé en affectation
agroforestière sauf pour l’usage commerce récréotouristique
6.
ÉQUIPEMENTS ET
INFRASTRUCTURES
6.1
ÉQUIPEMENTS ET INFRASTRUCTURES PUBLICS EXISTANTS, À CARACTÈRE INTERMUNICIPAL
OU RÉGIONAL
Le territoire de la MRC bénéficie de divers équipements et infrastructures publics à caractère
intermunicipal ou régional. Ces installations sont de propriété publique. Ce sont les municipalités qui, entre
autres, interviennent dans leur gestion, leur entretien ou pour la délivrance des services s’y rapportant.
De manière à faciliter l’inventaire des équipements et des infrastructures à caractère intermunicipal ou
régional existant du territoire de la MRC, les critères suivants ont été retenus :
1.
l’existence d’une juridiction municipale;
2.
l’intérêt public ou collectif;
3.
l’existence ou la possibilité de conclure une entente intermunicipale;
4.
la clientèle desservie réside dans deux ou plusieurs municipalités;
5.
un coût relativement élevé d’immobilisation ou de fonctionnement;
6.
par rapport à la richesse foncière des municipalités concernées, la rareté, l’unicité de l’équipement
ou de l’infrastructure.
Tableau 6.1
Équipements ou infrastructures publics existants, à caractère intermunicipal ou
régional
DOMAINE D’ACTIVITÉ
Loisirs et culture
ÉQUIPEMENT OU INFRASTRUCTURE
station de ski du mont Grand-Fonds
sources joyeuses
aréna
centre sportif (piscine, centre de conditionnement
physique)
gymnase scolaire et communautaire
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
LOCALISATION
La Malbaie
La Malbaie
Clermont
La Malbaie
PROPRIÉTAIRE
Ville
Ville
Ville
Ville
Clermont
Commission scolaire
81
golf Murray Bay
centre de plein air Les sources joyeuses
plage publique
Sécurité publique
service d’incendie
(caserne)
Centre de coordination de mesures d’urgence
régionales
-sous-centres
La Malbaie
La Malbaie
Lac Nairne, Saint-Aimédes-Lacs
Fleuve St-Laurent, SaintIrénée
La Malbaie, Clermont,
Notre-Dame-des-Monts,
Sainte-Agnès, St-Aimédes-Lacs, St-Irénée, SaintFidèle, Saint-Siméon
Corporation
Ville
Municipalité
Clermont
MRC
Municipalité
Municipalité
Environnement
service de police
site d’enfouissement sanitaire
-Saint-Siméon, SaintMunicipalité
Irénée et Notre-Dame-desMonts
Bureaux de la MRC
Sureté du Québec
Clermont
MRC
Services municipaux
usine de traitement des eaux usées
parc industriel
La Malbaie
Clermont
La Malbaie
Ville de Clermont
incubateur industriel
Clermont
CDI, municipalités
MRC de Charlevoix-Est
(évaluation foncière, aménagement du territoire,
inspection régionale)
Clermont
MRC
aéroport de Charlevoix
centre hospitalier St-Joseph de La Malbaie
St-Irénée
Rue St-Étienne, La
Malbaie
MRC
Santé et services sociaux
centre de réadaptation en déficience intellectuelle Saint-Aimé-des-Lacs, La
Malbaie, Saint-Siméon et
Notre-Dame-des-Monts
Éducation
centre local de services communautaires (CLSC)
Baie-Sainte-Catherine, La
Malbaie et Saint-Siméon
centre de médecine de jour
Rue St-Étienne, La
Malbaie
centre d’hébergement en soins de longue durée
Saint-Siméon, Clermont et
La Malbaie
Rue Richelieu, La Malbaie
centre d’études collégiales en Charlevoix
(CEGEP)
école secondaire du Plateau
rue des Cimes, La Malbaie
écoles primaires (9)
Parcs nationaux et provinciaux
centre de la petite enfance Pignons sur rue
La Malbaie
Clermont
parc marin Saguenay – St-Laurent
Baie-Ste-Catherine,
St-Siméon,
St-Fidèle
Partenariat
provincial, fédéral
Parc Saguenay
Baie-Ste-Catherine
Provincial
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
82
Transport
Parc des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie
aéroport, quais
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
TNO
(voir section deux
Transport)
Provincial
Transports
Canada, MRC
83
Carte 1
Services municipaux et environnementaux
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
85
Carte 2
Équipements et infrastructures de services
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
87
Carte 3
Équipements et infrastructures récréatifs
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
89
La Commission scolaire de Charlevoix, la Ville de La Malbaie et la MRC de Charlevoix-Est ont amorcé une
réflexion relativement au partage de l’utilisation des équipements scolaires, culturels et de loisirs existants
et à venir sur le territoire de la MRC.
Les équipements visés sont entre autres les gymnases, les bibliothèques et les terrains d’athlétisme de
l’école secondaire du Plateau à La Malbaie, les gymnases et les bibliothèques des écoles primaires de la
région ainsi que l’aréna de Clermont.
Le principe de base est que chaque propriétaire mette ses équipements à la disposition de la population
régionale selon le coût réel d’utilisation de l’espace ou de l’équipement et selon un tarif unique (peu
importe la Municipalité).
Une étude a été réalisée en 1999 a servi à identifier les équipements pouvant être mis en commun, les
besoins à combler en termes d’équipement et les améliorations requises aux équipements existants. La
conclusion de l’étude mentionne qu’une commission de coordination des équipements culturels et de
loisirs devrait être mise en place afin d’assurer une utilisation et une gestion optimale des équipements à
mettre en commun. Cette commission n’a pas encore été mise en place.
6.2
6.2.1
ÉQUIPEMENTS SCOLAIRES
Écoles primaires
La diminution du nombre d’élèves dans les huit écoles primaires de la MRC provoque une réduction des
budgets de la commission scolaire et, indirectement, met en péril la survie de certaines écoles. Dans
certains cas, la concertation entre les municipalités et la commission scolaire a permis de maintenir les
écoles ouvertes par l’intégration de fonctions publiques ou communautaires à l’intérieur des espaces
disponibles dans les écoles.
À titre d’exemple, certaines municipalités effectuent gratuitement le déblaiement de la neige des écoles,
libérant ainsi des sommes d’argent à la commission scolaire pour améliorer les services aux élèves. La
présence d’une école primaire dans un village est fondamentale pour assurer le développement de ce
dernier. La présence d’une école est souvent un facteur de localisation déterminant pour l’implantation des
familles.
Tableau 6.2
Écoles primaires
MUNICIPALITÉ
NOM DE L’ÉCOLE
FONCTIONS EXISTANTES INTÉGRÉES À L’ÉCOLE
Baie-Sainte-Catherine
Saint-Firmin
Saint-Siméon
La Malbaie (Saint-Fidèle)
La Malbaie
Saint-Irénée
Clermont
Notre-Dame-des-Monts
Marie-Victorin
Notre-Dame-du-Bon-Conseil
Félix-Antoine-Savard,
Marguerite-d’Youville
Notre-Dame-de-Lorette
Laure-Gaudreault
Fernand-Saindon
Saint-Aimé-des-Lacs
Beau-Soleil
La fonction école de ce bâtiment a cessé en 2007. L’édifice accueille : caisse
populaire, bureau municipal, bibliothèque publique, CLSC
âge d’or, bibliothèque
bibliothèque
centre administratif de la Commission
scolaire de Charlevoix
atelier Petits furets (3 à 5 ans), bibliothèque municipale, cercle des Fermières
Gymnase communautaire
bibliothèque municipale, C.A.S.I., friperie, centre de jour pour personne pour
personnes vivant avec un handicap physique ou intellectuel
cuisine communautaire (Femmes aux Plurielles), friperie, bibliothèque
municipale
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
91
6.2.2
École secondaire du Plateau
Une école secondaire située à La Malbaie dessert les élèves de niveau secondaire depuis 1970. Cette
dernière était à l’origine construite pour accueillir 2 500 élèves. Aujourd’hui, ils ne sont plus que
1 250 élèves environ à fréquenter cet établissement. L’école secondaire compte deux gymnases, quatre
courts de tennis, un terrain de balle-molle, un terrain d’athlétisme (rond de course, soccer, etc.) et une
bibliothèque. Depuis 1997, la Commission scolaire Laure-Conan y a intégré un centre de formation
professionnelle en cuisine et restauration. Aussi, le centre collégial en Charlevoix y a ses locaux
d’enseignement de la technique en soins infirmiers. L’école secondaire intègre également le complexe
sportif de La Malbaie, inauguré en 2005.
6.2.3
Centre d’études collégiales en Charlevoix
Quant au CÉGEP de Charlevoix, il a été implanté en 1994 et est localisé à La Malbaie dans l’ancienne
école primaire de Pointe-au-Pic. La réponse de la clientèle suite à l’implantation du CÉGEP est supérieure
aux prévisions. On ne retrouve aucune installation sportive pour desservir la clientèle étudiante du
CÉGEP. De 138 étudiants qu’ils étaient à fréquenter le CÉGEP en 1994-95, ils sont passés à 284 en
1996-97. Depuis, ils sont en moyenne 200 étudiants. Le tableau suivant indique le nombre d’étudiants
selon qu’il soit au niveau technique ou général (pré-universitaire) de 2001 à 2006 ainsi que les prévisions
pour les années subséquentes.
Tableau 6.3
Préuniversitaire
1e année
2e année
Technique
1e année
2e année
3e année
SAI-ST
Ensemble
Évolution et prévision du nombre d’élèves inscrits au collégial
2001
102
65
37
62
42
11
9
25
189
2002
126
82
44
71
33
30
8
19
216
2003
163
92
71
81
39
17
25
21
265
2004
123
62
61
82
42
25
15
28
233
2005
117
72
45
64
26
28
10
14
195
2006
128
76
52
60
22
19
19
6
194
Prévision 2016
95
56
39
33
16
11
6
4
132
Source : MELS, Direction de la recherche, des statistiques et de l’information, SIPEEC, version du printemps 2007
La baisse prévue du nombre d’étudiants fragilise l’avenir de l’institution. Des projets de développements de
la clientèle sont à l’étude dont un projet de campus est en voie de réalisation.
6.2.4
Centre de services de l’UQAC
Un centre de services de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) dispense des cours pouvant mener
à l’obtention d’un certificat dans plusieurs disciplines et même mener à l’obtention d’une maîtrise. Le
centre utilise les locaux disponibles à l’école secondaire du Plateau et au CEGEP.
6.3
BIBLIOTHÈQUES
Huit municipalités comptent une bibliothèque pour desservir leur population. La plupart d’entre elles sont
associées à la Bibliothèque centrale de prêt, sauf La Malbaie qui est desservie par la Bibliothèque du
Québec. Quatre bibliothèques sont situées dans des écoles primaires en vertu d’ententes avec la
Commission scolaire de Charlevoix. Toutes les bibliothèques sont branchées sur Internet et offrent un
service informatique de recherche de documents dans la collection locale ou dans la collection de la
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
92
Bibliothèque centrale de prêt. L’ensemble des bibliothèques municipales n’a pas d’aire d’exposition, de
salle d’animation et d’équipement audio-visuel. Selon l’évaluation du ministère de la Culture et des
Communications, les bibliothèques de Cap-à-l'Aigle et de Saint-Siméon sont inadéquates. D'ailleurs, celle
de Cap-à-l'Aigle a cessé ses activités en 2009.
Tableau 6.4
Bibliothèques municipales desservies par la Bibliothèque centrale de prêt
MUNICIPALITÉ
Baie-Sainte-Catherine
Saint-Siméon
La Malbaie -Saint-Fidèle
Clermont
NOMBRE DE
MEMBRES
100
177
123
400
Saint-Aimé-des-Lacs
Notre-Dame-des-Monts
Saint-Irénée
TOTAL
320
175
290
1 585
LOCALISATION
école primaire
presbytère
édifice municipal
bâtiment de la Ville (ancienne
caisse populaire)
école primaire
école primaire
école primaire
BRANCHÉE SUR LE
RÉSEAU INTERNET
oui
oui
oui
oui
oui
oui
oui
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
6.4
ÉQUIPEMENTS COMMUNAUTAIRES
Les équipements communautaires, tels les centres de loisirs, les clubs d’âge d’or, les maisons de jeunes,
etc. sont présents dans plusieurs municipalités. La plupart du temps, les organismes communautaires
occupent des équipements qui correspondent à des bâtiments utilisés spécifiquement par l’équipement.
Cependant, à plusieurs endroits, les organismes communautaires partagent un bâtiment avec d’autres
organismes quand ils n’ont pas d’équipements spécifiques.
L’étude sur l’utilisation optimale des équipements et services culturels et de loisirs a identifié un besoin en
parcs et aires de détente. Ainsi, pour les municipalités de Clermont, Saint-Aimé-des-Lacs et Notre-Damedes-Monts l’étude mentionne que selon la population présente sur ces territoires, 20,2 hectares de parcs
représenteraient une norme adéquate, on en retrouve 3,6 hectares. Pour La Malbaie, il faudrait
37,3 hectares on en retrouve 10,3. Les municipalités auraient donc tout avantage à créer des parcs afin
d’accroître la qualité de vie de leurs résidants. Aussi l’étude mentionne un manque de piscine extérieure.
En effet, aucune municipalité ne possède ce type d’équipement.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
93
Tableau 6.5
Équipements communautaires sur le territoire
ÉQUIPEMENT
Maison de jeunes
Club d’âge d’or
Centre de loisirs
(salle communautaire)
Centre communautaire de Charlevoix
MUNICIPALITÉ
Clermont
La Malbaie
Notre-Dame-des-Monts
Saint-Siméon
Clermont
La Malbaie
Pointe-au-Pic
St-Irénée
Notre-Dame-des-Monts
St-Fidèle
Saint-Siméon
St-Aimé-des-Lacs
St-Siméon
Baie-Ste-Catherine
St-Fidèle
Cap-à-l’Aigle
Notre-Dame-des-Monts
Rivière-Malbaie
Ste-Agnès
Sagard
La Malbaie
LOCALISATION
Terrain de jeux de Clermont, rue Maisonneuve
Centre culturel, rue St-Étienne
À l’arrière de l’édifice municipal, rue Principale
Édifice municipal, rue St-Laurent
bâtiment spécifique, rue St-Philippe
bâtiment spécifique, rue Laure-Conan
bâtiment spécifique, rue du Parc
édifice municipal, rue Principale
édifice municipal, rue Principale
édifice municipal, rue Principale
école primaire, rue St-Léon
bâtiment spécifique, rue Principale
bâtiment spécifique, rue St-Léon et Baie-des-Rochers
bâtiment spécifique, rue Leclerc
édifice municipal, rue Principale
bâtiment spécifique, rue St-Raphaël
à l’arrière de l’édifice municipal, rue Principale
bâtiment spécifique, rue Girard
édifice municipal, rue Principale
route 170
Accueil Bellerive
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
6.5
ÉQUIPEMENTS RÉGIONAUX DE MESURES D’URGENCE
COMITÉ D’ORGANISATION DES MESURES D’URGENCE RÉGIONALES (COMUR) DE CHARLEVOIX-EST
Le Comité d'organisation des mesures d'urgence régionales (COMUR) de Charlevoix-Est a été formé suite
au tremblement de terre du 25 novembre 1988 par des organismes de la région préoccupés par les
situations de sinistre et par le souci d'y faire face le mieux possible pour l'avenir. Il compte une trentaine de
membres provenant de différents domaines (municipal, santé, communications, sécurité publique, sécurité
civile, éducation), dont la MRC, qui participent de façon constante à la planification des mesures d'urgence
à l'échelle régionale en fonction de la vulnérabilité régionale.
Le COMUR a travaillé à diverses actions, dont l'implantation d'un Centre de coordination des mesures
d'urgence régionales (CCMUR) en 1998, dans les locaux de la MRC, et de trois sous-centres, en 2002,
dans les locaux des municipalités de Notre-Dame-des-Monts, Saint-Irénée et Saint-Siméon. L'échange
d'informations, l'organisation de sessions de formation pour les intervenants et la tenue d’exercices de
simulation comptent parmi les actions du COMUR.
SERVICE D'APPELS D'URGENCE 911
Le service 911 de la MRC de Charlevoix-Est est assuré par la Centrale d’appels d’urgence de ChaudièreAppalaches (CAUCA) depuis décembre 2002. En avril 2008, toutes les municipalités de la MRC et la MRC
ont signé l’Entente concernant le regroupement des municipalités de la MRC de Charlevoix-Est en vue
d’assurer la gestion commune du service d’appel d’urgence 911 par la MRC.
SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE
Conformément à la Loi sur la sécurité incendie, la MRC a procédé à l’élaboration de son premier schéma
de couverture de risques, en collaboration avec les municipalités locales, lequel schéma a été adopté par
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
94
le Conseil des maires de la MRC le 25 septembre 2007 suite à l’attestation de conformité aux orientations
gouvernementales en matière de sécurité incendie reçu par le ministre de la Sécurité publique le 2 août
2007.
Le schéma de couverture de risques en sécurité incendie traite de la situation de la sécurité incendie sur le
territoire de la MRC (répartition des services, historique de l’incendie, analyse des risques, procédures
opérationnelles, niveau actuel de protection et situation de la désincarcération), traite aussi de la
planification de la sécurité incendie après optimisation des ressources (prévention, intervention risques
faibles et risques plus élevés, mesures adaptées d’autoprotection, autres risques, maximisation des
ressources, recours à l’autorité régionale et collaboration avec les autres instances d’urgence) et présente
un suivi de la planification. Le schéma compte aussi des plans de mise en œuvre avec différentes actions
prévues pour atteindre les objectifs fixés en prévention, intervention et collaboration.
6.6
ÉQUIPEMENTS ET INFRASTRUCTURES PRIVÉS EXISTANTS, À CARACTÈRE INTERMUNICIPAL OU
RÉGIONAL
Plusieurs équipements et infrastructures privés du territoire ont un caractère intermunicipal et/ou régional.
Ces derniers peuvent se définir comme étant des installations dont la propriété est privée, mais qui
présentent un caractère structurant au niveau régional ou intermunicipal (exemples : un centre
commercial, etc.). De tels équipements impliquent des décisions en regard des orientations et objectifs
d’aménagement du territoire de la part de la MRC et des municipalités locales.
Tableau 6.6
SECTEUR D’ACTIVITÉS
Tourisme, loisirs
et culture
Équipements ou infrastructures privés existants à caractère intermunicipal ou
régional
Commerce
ÉQUIPEMENT OU INFRASTRUCTURE
Marina
Golf du Manoir Richelieu
Cinéma La Malbaie
Salle de Quilles
Maison du Tourisme
Curling
Hippodrome
Musée de Charlevoix
Domaine Forget
Centre écologique de Port-au-Saumon
Champ de tir à l’arc
Sentier de la Traversée de Charlevoix
Place Charlevoix (centre commercial)
MUNICIPALITÉ
Cap-à-l’Aigle
La Malbaie
La Malbaie
Clermont
La Malabie
Clermont
St-Aimé-des-Lacs
La Malbaie
St-Irénée
St-Fidèle
La Malbaie
TNO de Charlevoix-Est
La Malbaie
LOCALISATION
Quai de Cap-à-l’Aigle
route 362
rue St-Étienne
route 138
route 362
rue Lapointe
rue Principale
chemin du Havre
chemin les Bains
route 138
rang Ste-Madeleine
TNO de Charlevoix-Est
route 362
Santé
Clinique médicale
Clermont
La Malbaie
Saint-Siméon
Clermont
La Malbaie
route 138
rue St-Étienne
route 138
route 138
rue St-Étienne
Pharmacie
La Malbaie (2)
Clermont (2)
St-Siméon
rue St-Étienne Route 362
route 138
route 138
Optométristes (2)
Clermont
La Malbaie
route 138
Place Charlevoix
Dentiste
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
95
Communications
CIHO-MF
St-Hilarion
Télévision communautaire Vents et
Marées (TVC-VM)
Cap-à-l’Aigle
Journal l’Hebdo Charlevoisien
La Malbaie (couvre tout le territoire
de Charlevoix)
(Une grande partie du TNO,
de Baie-Ste-Catherine et de
Saint-Siméon ne sont pas
couverts)
rue St-Raphaël
rue Nairne
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
6.7
ÉQUIPEMENTS ET INFRASTRUCTURES EXISTANTS MIS EN PLACE PAR LES GOUVERNEMENTS,
SES MINISTÈRES OU SES MANDATAIRES
Les équipements et infrastructures mis en place par les gouvernements, ses ministères ou ses
mandataires sont ceux établis par le gouvernement du Québec et le gouvernement du Canada sur le
territoire de la MRC et qui assurent certains services à la population ainsi que les activités nécessaires au
fonctionnement des gouvernements.
Tableau 6.7
Équipements, infrastructures et services gouvernementaux
ÉQUIPEMENT, INFRASTRUCTURE OU SERVICE
GOUVERNEMENTAL
LOCALISATION
TYPE DE POSSESSION
GOUVERNEMENT DU CANADA
Développement des ressources humaines Canada
Postes Canada
La Malbaie
Baie-Sainte-Catherine, Saint-Siméon, Saint-Fidèle,
Cap-à-l’Aigle, La Malbaie, Saint-Irénée, Sainte-Agnès,
Saint-Aimé-des-Lacs, Notre-Dame-des-Monts
GOUVERNEMENT DU QUÉBEC
Hydro-Québec
Palais de Justice
Environnement et faune
Ressources naturelles
Sûreté du Québec
Bureau de la publicité des droits
Transports
Société des alcools du Québec
Centre Travail Québec
Centre de protection de l’enfance et de la jeunesse
Hôpital St-Joseph de La Malbaie
CLSC de Charlevoix
Casino de Charlevoix et Manoir Richelieu
Centres d’hébergement en soins de longue durée
La Malbaie
‘’
‘’
‘’
‘’
‘’
‘’
‘’
‘’
‘’
propriétaire
propriétaire
locataire
locataire
propriétaire
locataire
propriétaire
locataire
locataire
locataire
‘’
‘’
‘’
Clermont, La Malbaie, Saint-Siméon
propriétaire
locataire
propriétaire
propriétaire
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
Pour les services de santé, la Société immobilière (SIQ) et la Corporation d’hébergement du Québec
(CHQ) sont des acteurs importants sur le marché immobilier régional, et particulièrement sur le territoire de
la Ville de La Malbaie. Plusieurs activités de construction, d’agrandissement, de rénovation ou de location
d’espaces à bureau y ont déjà eu lieu et y ont cours encore aujourd’hui. L’intervention de la SIQ et de la
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
96
CHQ peut avoir des effets considérables sur l’aménagement du territoire. Compte tenu des efforts de
rationalisation des gouvernements et des réformes administratives qui ont lieu, il est à prévoir que les
besoins en espace des ministères et des organismes publics diminuent.
Par ailleurs, le contexte socio-économique a amené le ministère de la Santé et des Services sociaux à
privilégier des actions de prévention ainsi que le maintien à domicile, et ce, en concertation avec les
intervenants de la région. L’existence de l’hôpital St-Joseph de La Malbaie et la construction récente d’un
centre de médecine de jour sont des acquis importants pour les besoins en santé de la population de la
MRC. Le développement de ces infrastructures sera toutefois limité considérablement en raison du
contexte économique. À l’avenir, l’accent sera mis sur l’ajout de ressources en matière d’hébergement et
de soins de longue durée et dans le développement des services à domicile, afin de répondre au
vieillissement de la population régionale. Le Ministère entend favoriser l’utilisation maximale des
infrastructures déjà existantes. De plus, dans ce contexte, l’implantation de services privés, notamment à
l’intention des personnes âgées, est à planifier avec les intervenants de la Régie régionale de la Santé et
des Services sociaux de la région de Québec.
6.8
6.8.1
INFRASTRUCTURES D’UTILITÉ PUBLIQUE
Réseau hydroélectrique
Le territoire de la MRC de Charlevoix-Est ne compte aucun réservoir, barrage, digue ou centrale
productrice d’électricité à l’exception d’une centrale privée située sur la pourvoirie Bataram et qui n’est plus
utilisée.
Le réseau hydroélectrique appartient à Hydro-Québec et est constitué de deux corridors principaux de
transport d’énergie destinée à la consommation domestique, régionale et pour le sud du Québec. Les
principales infrastructures du réseau hydroélectrique sont :
1.
Deux corridors de lignes à 735kV provenant du Complexe Manicouagan traversent le territoire de la
MRC. L’un d’eux parcourt la région côtière et traverse la vallée de la rivière Malbaie (secteur de
Rivière-Malbaie), en direction de Saint-Irénée (vers l’ouest) à proximité de l’Aéroport de Charlevoix.
L’autre traverse le TNO au sud du territoire des Hautes-Gorges de la rivière Malbaie.
Le premier corridor traverse la bande d’atterrissage (section nord-est) de la piste 33 de l’Aéroport de
Charlevoix et rend difficile tout projet d’agrandissement de la piste dans cette direction en regard des
normes de Transports Canada.
2.
Un corridor de trois lignes à 315kV en provenance du Complexe Manicouagan. Ce corridor longe la
route 170 dans le Territoire non organisé (T.N.O.), traverse en direction ouest les vallées des lacs
Deschênes, du lac Plongeon et le sud du lac Nairne à Saint Aimé-des-Lacs.
De ce corridor, une ligne 315kV transporte l’électricité vers le poste de Charlevoix 315-69kV situé à
Clermont, le poste de St-Aimé-des-Lacs 69-25 kV et le poste de La Malbaie 69-25kV, pour desservir les
résidants, commerces et industries de la région. La présence de bâtiments administratifs d’Hydro-Québec
sur le territoire de la MRC se résume à un centre administratif, situé au 475 boulevard Mailloux, secteur de
Rivière-Malbaie.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
97
Carte 4
Lignes électriques et tours de télécommunication
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
99
Tableau 6.8
Lignes d’énergie électrique sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est
TENSION
(Kv)
735
N CIRCUIT
7004
IDENTIFICATION DE LA LIGNE
DE
Poste de Micoua
7007
7008
7023
3001-3002
3003-3004
3011-3020
735
735
735
315
315
315
760
761
762
763
69
69
69
69
Poste de la Manicouagan
Poste de la Manicouagan
Poste de la Manicouagan
Poste de la Bersimis-1
Poste de la Bersimis-1
Poste de la Bersimis-2
Poste des Basques
Poste de Charlevoix
Poste de Charlevoix
Poste de Charlevoix
Poste de Charlevoix
770
69
Poste de Charlevoix
VERS
Poste de Périgny
Poste des Laurentides
Poste de Lévis
Poste de Lévis
Poste de Lévis
Poste des Laurentides
Poste des Laurentides
Poste de Charlevoix
Poste des Laurentides
Poste de Donohue (privé)
Poste de Donohue (privé) Poste
de Donohue (privé)
Poste de St-Aimé-des-Lacs
Poste de St-Hilarion
Poste de Baie-St-Paul
Poste de St-Aimé-des-Lacs
Poste de La Malbaie
LONGUEUR
DANS LA MRC
(km)
36
77
77
76
59
59
59
2,5
2,5
2,5
13
10
Source : Hydro-Québec, octobre 1997
Tableau 6.9
Postes sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est
NOM
Poste de Charlevoix
Poste de La Malbaie
Poste de St-Aimé-des-Lacs
TENSIONS
ENTRÉE/SORTIE
315-69kV
66-25kV
66-25 kV
MUNICIPALITÉ
Clermont
La Malbaie
St-Aimé-des-Lacs
Source : Hydro-Québec, octobre 1997
6.8.2
Réseau de télécommunication
Le réseau de télécommunication comprend les tours de télécommunications d’Hydro-Québec, les
stations émettrices de radio et télévision, les antennes, les stations hertziennes ainsi que les centrales
téléphoniques de la compagnie Bell Canada et de Bell Mobilité. Les équipements de
télécommunication (centre de commutation) sont situés à La Malbaie et à Clermont.
Tableau 6.10
Localisation et fonction des tours de télécommunication et numéro
correspondant sur la carte « lignes électriques et tours de télécommunication »
Municipalité
Localisation
Fonction
Nombre Entreprise
No sur la
carte
La Malbaie
La Malbaie
rang St-Jean-Baptiste, lot 139ptie
Rang Ste-Philomène
Clermont
Poste Charlevoix
La Malbaie
Montagne de la Croix
Secteur Rivière-Malbaie
La Malbaie
(centre de distribution)
route Dassylva, lot 309-ptie
tour
de
télécommunications
Tour
de
télécommunication
tour
de
télécommunications
tour émettrice
tour
de
télécommunications
1 tour
Bell Cellulaire
1
1 tour
Rogers sans-fil
2
1 tour
Hydro-Québec
3
1 tour
1 tour
Radio-Canada
Hydro-Québec
3
4
téléphone cellulaire
2 tours
Bell
Mobilité
Cellulaire
5-6
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
101
La Malbaie
La Malbaie
La Malbaie (St-Fidèle)
Baie-Ste-Catherine
Saint-Siméon
lot 71-ptie rang du Cap-à-l’Aigle
Grand-Fonds, montagne Noire,
baux du MRN
lots 260-ptie, 261-ptie, 332-ptie,
333-ptie, 337-ptie
Notre-Dame-de-l’Espace, lot
9-ptie
Lac du Portage
tour micro-ondes
tour
de
télécommunications
tour
de
communications
tour micro-ondes,
tour
émettrice,
Radio-Essipit
tour
de
télécommunications
1 tour
2 tours
Bell Canada
Radio-Canada,
Bell Canada
Hydro-Québec
7
8-9
1 tour
Bell Canada
Radio Essipit
11
1 tour
Hydro-Québec
12
1 tour
10
Les tours de télécommunications sont généralement situées sur des sites élevés. Leur hauteur varie
généralement entre 160 et 300 pieds. L’impact visuel associé à leur situation est souvent non
négligeable.
6.8.3
Réseau de câblodistribution
Cinq entreprises de câblodistribution sont présentes sur le territoire de la MRC. Il s’agit des
entreprises apparaissant au tableau 12. La population de la MRC est desservie par les principales
chaînes télévisées disponibles sur le câble et peut compter sur les services d’une télévision
communautaire (TVC-VM) et sur une station de radio MF (CIHO-MF).
Tableau 6.11
Entreprises de câblodistribution
ENTREPRISE
Vision Dufour Inc.
Télécâble Charlevoix (1977) Inc.
Coopérative de câblodistribution
de Baie des Rochers
Coopérative de câblodistribution
de St-Fidèle
Coopérative de câblodistribution
de Notre-Dame-des-Monts
LOCALISATION
Baie-Ste-Catherine
St-Irénée
St-Siméon
Cap-à-l’Aigle
Rivière-Malbaie
Clermont
La Malbaie
St-Siméon
St-Fidèle
Notre-Dame-des-Monts
St-Aimé-des-Lacs
Ste-Agnès
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
Certaines parties de territoire situées en milieu agroforestier ne sont pas desservies par les services
d’un câblodistributeur. Ceux qui habitent dans ces secteurs s’offrent donc, pour plusieurs, des
antennes paraboliques ou numériques.
6.8.4
Réseau Internet
La population de Charlevoix-Est peut avoir accès au réseau Internet par le biais d’une compagnie
privée vidéo Déry, de Sympatico (Bell) et de Vidéotron. Les bâtiments municipaux et ceux de la MRC
sont reliés par fibre-optique suite à la réalisation d’un projet du programme Villages branchés du
Québec. Un autre projet consistant à desservir les rangs des milieux ruraux est en cours
présentement. Il s’agit d’un projet dans le cadre du programme Communautés rurales branchées qui
visent à desservir les 1222 bâtiments des municipalités de Saint-Aimé-des-Lacs, Saint-Irénée, Saint-
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
102
Siméon La Malbaie et Sagard qui ne sont pas desservis par internet haute-vitesse. Le projet est
d’environ 750 000$ pour la MRC.
Par ailleurs, une salle de vidéo-conférence est au Centre d’études collégiales en Charlevoix. Le coût
de l’investissement est équivalent à 250 000$. Cet équipement permettra à la clientèle du CÉGEP
d’avoir accès à un enseignement à distance interactif.
6.9
PROJETS D’ÉQUIPEMENTS ET D’INFRASTRUCTURES PUBLICS À CARACTÈRE RÉGIONAL
La réalisation de plusieurs projets d’équipements et d’infrastructures publics à caractère régional est
prévue à court et à moyen terme sur le territoire de la MRC. Certains de ces projets font l’objet d’une
description dans l’une ou l’autre des sections du présent schéma. La plupart des projets compris au
tableau suivant ont été documentés, justifiés et leur réalisation a été jugée prioritaire lors de la tenue
des États généraux de la MRC de Charlevoix-Est en septembre 1996.
Tableau 6.12
SECTEUR
D’ACTIVITÉS
Culture
Services
municipaux
Projets d’équipements et d’infrastructures publics projetés à caractère régional
ÉQUIPEMENT OU INFRASTRUCTURE
LOCALISATION
aménagement d’un centre multifonctionnel (bibliothèque, salle La Malbaie
polyvalente)
développement d’un service de
Clermont (MRC)
géomatique régionale,
PROMOTEUR
MCCCF, Ville
MRC, Comité d’organisation des
mesures d’urgence régionales
municipalités
développement d’un service de voirie régionale
Transports
Environnement
Clermont (MRC)
prolongement (500, 1 000 ou 2 000 mètres) de la piste de l’Aéroport St-Irénée
de Charlevoix
MRC,
gouvernement fédéral
réaménagement des quais de Cap-à-l’Aigle et Port-au-Persil à des La Malbaie
fins récréotouristiques,
Port-au-Persil
gouvernement fédéral
réaménagement du port de mer de Pointe-au-Pic
La Malbaie
CLD, CRAPPP
aménagement de haltes routières,
sites
reconnus
amélioration et réfection du bâtiment d’accueil
quai de la traverse
(Baie-Ste-Catherine)
aménagement d’un port de refuge
secteur du quai de la municipalité
traverse
St-SiméonRivière-du-Loup
aménagement d’un réseau cyclable régional
St-Irénée, Notre-Dame- municipalités, MTQ, MAMR
des-Monts, St-Aimé-desLacs,
Clermont,
La
Malbaie
Clermont,
Villes, municipalité, Corporation
La Malbaie
du saumon de la rivière Malbaie,
Produits forestiers Donohue
construction d’un centre d’interprétation sur le saumon,
implantation d’écocentres
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
pour
d’observation municipalités
l’ensemble
MTQ
du MRC
103
territoire
Parc marin du
Saguenay –St-Laurent
aménagement d’un centre d’interprétation de l’estuaire du
Baie-Ste-Catherine
St-Laurent,
St-Siméon
municipalité, Parc marin du
Saguenay—St-Laurent
aménagement des pôles de découverte de Port-au-Persil et de Baiedes-Rochers,
St-Siméon
construction d’un bâtiment d’information touristique et du patrimoine
de St-Siméon, dans le cadre du Parc marin du Saguenay—StLaurent,
création d’un parc provincial dans le secteur de Baie-des-Rochers,
St-Siméon et
Baie-Ste-Catherine
municipalité,
Association
touristique
régionale
de
Charlevoix, Parc marin du
Saguenay—St-Laurent
ministère du Développement
durable, de l’Environnement et
des Parcs
aménagement d’un sentier littoral de longue randonnée pédestre
municipalités,
reliant le parc régional du mont Grand-Fonds, de St-Fidèle à Baie- La Malbaie, St-Siméon,
Parc marin du Saguenay—
Baie-Ste-Catherine
Ste-Catherine
St-Laurent
Tourisme
ré-aménagement de la plage de St-Irénée et
du chemin des Bains
St-Irénée
municipalité, MTQ
aménagement d’un parc régional linéaire de la rivière Malbaie
Loisirs et culture
Énergie
TNO, St-Aimé-des-Lacs, MRC, TNO, St-Aimé-des-Lacs,
Clermont, La Malbaie
Clermont, La Malbaie, MRNF,
MAMROT
aménagement de la plage municipale et d’un centre d’entraînement St-Aimé-des-Lacs
Municipalité, MRC
national en triathlon
MRC, La Malbaie, MRNF,
La Malbaie
MAMROT
Création d’un parc régional au mont Grand-Fonds
Parc urbain du Plateau : réaménagement des aires extérieures de
jeux et aménagement d’une aire de détente
La Malbaie
Ville, MEQ, CSDC
Bibliothèque et centre culturel
déplacement de la ligne 735 kV
La Malbaie
St-Irénée
MCCCF, Ville
Hydro-Québec
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
104
6.10
PROJETS D’ÉQUIPEMENTS ET D’INFRASTRUCTURES PRIVÉS À CARACTÈRE RÉGIONAL
La réalisation de quelques projets d’équipements et d’infrastructures privés à caractère régional est
prévue à court et à moyen terme sur le territoire de la MRC.
Tableau 6.13
Projets d’équipements et d’infrastructures privés à caractère régional
SECTEUR D’ACTIVITÉS
Tourisme, loisirs et culture
Transports
ÉQUIPEMENT OU INFRASTRUCTURE
aménagement d’un champ
de tir régional
travaux d’amélioration
de la voie ferrée,
développement
récréotouristique,
Social et communautaire
Santé
d’un
LOCALISATION
TNO
MRC
PROMOTEUR
Association Loisirs et Plein Air
Des Marais
Le Massif
train Clermont, La Malbaie, Saint- Le Massif
Irénée
implantation d’une gare intermodale
La Malbaie
implantation
d’un
centre
de
ressourcement
pour
personnes
handicapées
Clermont
centres de ressources intermédiaires
La Massif
OSBL
privé/hôpital
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
6.11
BILAN DES ÉQUIPEMENTS ET INFRASTRUCTURES PUBLICS ET PRIVÉS EXISTANTS ET
PROJETÉS
Le territoire de la MRC bénéficie de divers équipements et infrastructures publics privés à caractère
intermunicipal ou régional. Pour les équipements et infrastructures publics, ce sont les municipalités
qui, entre autres, interviennent dans leur gestion, leur entretien ou pour la délivrance des services s’y
rapportant.
La Commission scolaire de Charlevoix, la Ville de La Malbaie et la MRC de Charlevoix-Est ont
amorcé une réflexion relativement au partage de l’utilisation des équipements scolaires, culturels et
de loisirs existants et à venir sur le territoire de la MRC.
La diminution du nombre d’élèves dans les écoles primaires de la MRC provoque une réduction des
budgets de la commission scolaire et, indirectement, met en péril la survie de certaines écoles. Dans
certains cas, la concertation entre les municipalités et la commission scolaire a permis de maintenir
les écoles ouvertes par l’intégration de fonctions publiques ou communautaires à l’intérieur des
espaces disponibles dans les écoles.
Une étude sur l’utilisation optimale des équipements et services culturels et de loisirs a identifié un
besoin en parcs et aires de détente. Notamment pour les municipalités de Clermont, Saint-Aimé-desLacs et Notre-Dame-des-Monts ainsi que pour La Malbaie. Aussi l’étude mentionne un manque de
piscine extérieure.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
105
7.
MILIEU FORESTIER
7.1
7.1.1
FORÊT PUBLIQUE
Composantes de la forêt publique
La forêt du domaine public occupe la plus grande partie du territoire. Elle couvre 68 % de la superficie
totale de la MRC, soit 1 624 km2. La forêt publique s’étend sur la majorité (62 %) du territoire non
organisé (TNO) de la MRC. Elle est aussi présente à l’intérieur du territoire municipalisé sous forme de
lots épars, de blocs ou de grands tenants pour une superficie totale de 620 km2.
Tableau 7.1
Répartition de la forêt publique
TERRITOIRE MUNICIPALISÉ (TM)
MORCELÉE (km2)
LOTS ÉPARS
BLOCS
TOTAL
15
119
104
GRANDS
TENANTS8
(km2)
TOTAL
(km2)
TERRITOIRE NON
ORGANISÉ (TNO)
(km2)
GRAND TOTAL
(km2)
501
620
1 004
1 624
Source : MRN, Direction régionale de Québec, 1998
Le territoire de Charlevoix-Est fait partie de la forêt boréale et de la forêt tempérée nordique. Plus
spécifiquement, la zone boréale est occupée par le domaine de la sapinière à bouleau blanc où les
principaux peuplements forestiers sont de type mélangé composés de sapin baumier, de bouleau blanc,
d’épinette blanche et de peuplier faux-tremble. Dans la zone tempérée nordique on retrouve le domaine
de la sapinière à bouleau jaune où les peuplements présents sont également souvent de type mélangé
avec comme essences principales le peuplier faux-tremble, le sapin baumier, l’épinette blanche et le
bouleau blanc. Le bouleau jaune est souvent rencontré et l’érable à sucre à l’occasion. Les
peuplements de pin gris dominent les plaines fluviatiles bien drainées. La variabilité dans le relief et la
présence de montagnes font en sorte que de nombreux types de peuplements forestiers y sont
rencontrés; de la pessière noire à lichens jusqu’à l’érablière à bouleau jaune.9
Tableau 7.2
Répartition des types de terrain de la forêt productive
TYPES DE TERRAIN
KILOMÈTRES CARRÉS
%
résineux
mélangé
feuillus
en régénération
TOTAL
379,25
349,29
381,81
289,55
1 399,90
27,09
24,95
27,27
20,68
100,00
Source : MRN, Unité de gestion de Charlevoix, Secteur Forêts, 1998
8
9
Incluant Les Palissades (26,03 km2).
Enquête de secteur, CLD de la MRC de Charlevoix-Est, 2003
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
107
Tableau 7.3
ESSENCES
résineux
feuillus
TOTAL
Répartition du volume par essence
MÈTRES CUBES
4 016 131
3 331 837
7 347 968
%
54,66
45,34
100,00
Source : MRN, Unité de gestion de Charlevoix, Secteur Forêts, 1998
Tableau 7.4
Âge de la forêt productive accessible (pente de 0 à 40 degrés)
CLASSES D’ÂGE
0à9
10
30
40
50
70
80
90
120
TOTAL
KILOMÈTRES CARRÉS
265,82
90,38
244,07
3,55
446,59
107,56
2,04
25,92
13,59
1 199,52
Source : MRN, Unité de gestion de Charlevoix, Secteur Forêts, 1998
7.1.2
Bénéficiaires de contrats d’aménagement et d’approvisionnement forestier (CAAF)
Tout l’arrière-pays de la MRC de Charlevoix-Est est constitué de forêts du domaine public sur lesquelles
s’appliquent, en vertu de la Loi sur les forêts, des contrats d’aménagement et d’approvisionnement
forestier (CAAF). Ces contrats sont consentis à l’industrie forestière dont la compagnie Abitibi-Bowater
pour les bois résineux de sapin, épinette, pin gris et mélèze ainsi que le tremble. Domtar inc. (Windsor)
s’approprie le tremble de qualité pâte et du bouleau blanc.
La compagnie Abitibi-Bowater a récemment déposé un Plan Quinquennal d’Aménagement Forestier
(PQAF) pour l’horizon 2008-2013 associé à la révision du Plan Général d’Aménagement Forestier
(PGAF). Il s’agit là de la 4e génération de PQAF pour le territoire qui est élaboré dans le cadre de la
présente Loi sur les forêts. La MRC participe activement aux consultations qui y sont associées.
Pour tout le territoire forestier de Charlevoix sous juridiction de la région de Québec, comprenant la MRC
de Charlevoix-Est, la superficie retenue aux fins de l’établissement de la possibilité annuelle de coupe est
de 2415,2 km2, soit 61 % de la superficie forestière sous CAAF.
Plus récemment, soit depuis 2003, le bénéficiaire a formé un « Groupe des Partenaires » constitué de
représentant d’intervenants, d’organismes et d’individus étroitement concernés par la gestion du territoire
public dont la MRC de Charlevoix-Est. Le but de l’existence de ce Groupe était de participer à
l’élaboration d’un plan d’aménagement forestier durable selon la norme canadienne de normalisation
(CSA Z809). L’exercice a permis d’identifier plus de 50 indicateurs et cibles associés à des valeurs et
des objectifs identifiés par le Groupe. Ce plan est présentement en révision.
Sur le plan forestier, la stratégie d’aménagement tient compte des éléments de problématique du
territoire notamment l’éparpillement des strates mûres sur l’ensemble du territoire, la récolte des
peuplements mélangés et la préservation des massifs résineux sur un horizon moyen terme.
L’organisation concrète des opérations tient de plus en plus compte du caractère récréotouristique du
territoire. Parallèlement, un programme intensif d’éducation des jeunes forêts qui vise à améliorer la
structure et la croissance des peuplements en croissance est en réalisation.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
108
7.1.3
Réseau de chemins forestiers
Le territoire forestier de Charlevoix est desservi par un vaste réseau routier qui s’est implanté avec le
développement de l’activité forestière qui remonte au début du siècle. Une partie importante du réseau a
été construite selon des critères qui ne répondent plus aux standards d’opérations d’aujourd’hui. Il en est
de même pour les infrastructures de ponts et ponceaux. Le réseau plus récent remontant à une dizaine
d’années est quant à lui plus conforme et mieux entretenu.
On identifie trois types de réseau de chemins forestiers : le réseau principal où l’on rencontre le grand
achalandage. Ce dernier, largement identifié au réseau défini du ministère des Ressources naturelles et
de la Faune, sert de grand axe d’accès au territoire. Les standards de ces chemins permettent facilement
la rencontre de voitures, camions et remorques. Les priorités d’actions sont orientées vers ce réseau. Le
réseau secondaire, qui sert de pénétration plus profonde du territoire, donne souvent accès à des
centres d’hébergement telles certaines ZEC et pourvoiries. Il est plutôt rare que l’on puisse rencontrer sur
ces tronçons de route et il faut user de prudence (largeur pour un véhicule à la fois). Le réseau tertiaire
est et a été implanté pour la réalisation des activités forestières et permet, par la suite, l’exercice
d’activités récréatives.
Chaque année, le réseau fait l’objet d’améliorations qui sont réalisées par les bénéficiaires de CAAF ou
les intervenants fauniques pour la réalisation de leurs activités propres. Souvent, la concertation et le
partenariat sont à la base de travaux conjoints. Les travaux portent sur l’amélioration de la capacité
portante des infrastructures de ponts, l’installation de ponceaux ou l’amélioration des standards de
routes. L’ensemble des ouvrages se réalise dans le respect des normes d’intervention en milieu forestier
et de sécurité en vigueur.
Le développement du réseau routier dépend largement de la programmation quinquennale des
opérations forestières. Toute voie principale d’accès au territoire sera identifiée pour se conformer à
l’article 149 de la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme et inscrite au schéma d’aménagement de la
MRC.
7.1.4
Programme de mise en valeur des ressources du milieu forestier
Par le passé, plusieurs projets ont été réalisés sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est (propriétés
privées et publiques) dans le cadre du Programme de mise en valeur des ressources du milieu forestier
(volet 2). La plupart de ces projets ont été réalisés à des fins récréatives, éducatives, environnementales
et fauniques ou à des fins de gestion intégrée des ressources.
La priorisation des projets est effectuée par mandat au CLD de la MRC de Charlevoix-Est selon
différents critères de sélection qui sont orientés vers la notion de partenariat, de création d’emploi et de
cohérence avec les plans d’action existants (le Plan d’Action pour l’Économie et l’Emploi par exemple)
A titre d’exemple, plusieurs tronçons de sentiers pédestres ont été financés tel l’Orignac, les sentiers du
Pied-des-Monts et les sentiers de Baie-des-Rochers. Des projets comme « Le Saumon de la rivière
Malbaie » et le mont Grand-Fonds ont été soutenus de même que des projets de voirie forestière des
gestionnaires de territoires fauniques.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
109
7.1.5
Délégation de gestion des lots intras-municipaux
En 2000, le gouvernement, dans un objectif de favoriser l’émergence de projets et d’initiatives régionales,
a procédé à la délégation de gestion de lots publics intras-municipaux. La MRC de Charlevoix-Est s’est
vu déléguer différentes responsabilités en matière de planification, de gestion foncière et forestière. Un
comité consultatif multi-ressource a également été formé pour conseiller le conseil des maires sur les
orientations de la planification et les projets déposés.
Une des exigences de cette délégation est de produire une planification d’aménagement intégrée. Cette
planification doit être considérée dans le schéma d’aménagement de la MRC. La superficie totale est de
76,4 km2. Une partie des lots intras soient les grands blocs constitués par Les Palissades et le bloc le
long du fleuve du Cap-de-la-tête-aux-chiens jusqu’à l’anse Chafaud aux Basques possède des atouts
indéniables en vue de la création d’un futur parc national.
7.2
7.2.1
FORÊT PRIVÉE
Composantes de la forêt privée
Environ 1 200 propriétaires se partagent la forêt sur les terres privées. Les superficies détenues par ces
propriétaires varient généralement entre 4 et 200 hectares. Seul le Domaine Laforest possède une plus
grande superficie avec ses 7 567 hectares à l’intérieur du TNO.
Le tableau suivant présente les différentes caractéristiques de la forêt privée du territoire de la MRC.
Tableau 7.5
Caractéristiques de la forêt privée par municipalités
MUNICIPALITE
SUPERFICIE
FORET
PRIVEE HA
FEUILLU/MELANGE/RESINEUX
HA
CLASSE DE
PENTES E/F HA
Baie-Sainte-Catherine
Saint-Siméon
La Malbaie
3408
8 934
432
2 489
1361
3 852
166
1 259
650/229
1 291/394
PLANTATIONS
& TRAVAUX
SYLVICOLES
HA
10
128
Saint-Fidèle
Cap-à-l’Aigle
Rivière-Malbaie
La Malbaie-Pointe-au-Pic
Sainte-Agnès
Clermont
Saint-Irénée
Saint-Aimé-des-Lacs
Notre-Dame-des-Monts
TNO
Total MRC
9 289
604
5 149
3 215
4 565
2 776
1 375
6 166
1 303
2 282
49 066
2 793
154
1 735
804
3 170
926
243
1 743
308
1 158
15 955
4 299
293
2 060
1 075
2 396
997
638
1 985
470
665
20 091
939
9
453
368
734
142
245
60
253
8
4 636
405/781
97/97
177/61
94/128
119/15
304/191
154/39
262/132
3/0
157/78
3 713/2 145
318
9
253
277
193
62
21
393
89
0
1 753
COUPES
TOTALES
HA
22
2
35
12
100
27
0
9
25
51
361
23
55
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département de l’aménagement du territoire, La forêt privée du territoire de la MRC de Charlevoix-Est,
Novembre 2004, 57 p.
Pour former le tableau ci-haut, les superficies propres à la zone agricole régie par la Loi sur la protection
du territoire et des activités agricoles (LPTAA) ont été retranchées de l’ensemble des données
disponibles sur la forêt privée. La forêt privée couvre 49 066 hectares dont 41 % est composé de forêt
mélangée (feuillus et résineux), ce qui est comparable au reste de la région de la Capitale-Nationale. Par
ailleurs, 12 % de la forêt privée de Charlevoix-Est est sur des zones de fortes pentes (plus de 30 %), soit
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
110
des pentes de classe E et F. Des travaux d’aménagement forestier sont effectués sur 4 % du territoire et
les coupes totales ont touché moins de 1 % de la forêt.
On retrouve dans le tableau suivant des données concernant des secteurs forestiers qui n’ont pas de
valeur pour la production de bois. Au total, 6 %, soit 3 103,3 hectares, de la superficie attribuée à la forêt
privée est dite improductive. De cette superficie, on retrouve près de 10 % (298,5 ha) de friche, 23 %
d’aulnaie (700 ha), 20 % de dénudés sec et humide (635,4 ha), 3 % (100,4) ha utilisés à des fins
d’extraction de gravier et, finalement, 44 % (1 369 ha) du territoire improductif est utilisé pour des lignes
de transmission d’énergie.
Tableau 7.6
Type de terrains forestiers improductifs par municipalités
TYPE DE TERRAIN
FRICHES
HA
AULNAIE
HA
DENUDE
HUMIDE/SEC
HA
GRAVIERE
HA
LIGNE DE
TRANSMISSION
D’ÉNERGIE
HA
46
54
22
120
20/366
22/96
1
0
7
365
SUPERFICIE
TOTALE DE
TERRAIN
IMPRODUCTIF
HA
462
657
87
0
38
0.4
19
0
3
30
1.1
20
298,5
41
0
23
9
192
2
1
101
74
115
700
9/20
0/0
0,4/0
0/5
8/0
0/14
0/0
39/11
6/0
2/17
106,4/529
6
0
1
14
0
33
18
16
0
11,4
100,4
356
0
92
69
40
122
21
84
28
185
1 369
519
0
154,4
97,4
259
171
43
281
109,1
350,4
3 103,3
MUNICIPALITÉ
Baie-Sainte-Catherine
Saint-Siméon
La Malbaie
Saint-Fidèle
Cap-à-l’Aigle
Rivière-Malbaie
La Malbaie-Pointe-au-Pic
Sainte-Agnès
Clermont
Saint-Irénée
Saint-Aimé-des-Lacs
Notre-Dame-des-Monts
TNO
Total
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département de l’aménagement du territoire, La forêt privée du territoire de la MRC de Charlevoix-Est,
Novembre 2004, 57 p.
7.2.2
Régime de protection et de mise en valeur des forêts privées
Le nouveau régime de protection et de mise en valeur des forêts privées adopté lors de la tenue du
Sommet sur la forêt privée, en mai 1995, s’est traduit entre autres par la création d’agences régionales
de mise en valeur des forêts privées. Ces agences ont pour objet, dans une perspective d’aménagement
durable, d’orienter et de développer la mise en valeur des forêts privées de leur territoire respectif, en
particulier par l’élaboration d’un plan de protection et de mise en valeur (PPMV) et par le soutien financier
et technique à la protection ou à la mise en valeur.
Dotée d’un budget annuel de plus de 2 000 000 $, l’Agence des forêts privées de Québec (03), dont la
MRC de Charlevoix-Est fait partie, regroupe, comme toutes les autres agences, les partenaires suivants :
le monde municipal, le gouvernement du Québec, les titulaires de permis d’exploitation d’usine de
transformation du bois, les producteurs forestiers.
L’élaboration du plan de protection et de mise en valeur (PPMV) des forêts privées de Québec (03) est
réalisée et est en vigueur depuis le 4 avril 2001. Le PPMV est un document de planification à long terme
qui résulte d’un effort de concertation des différents partenaires et par lequel l’Agence expose les
orientations qu’elle a retenues pour assurer l’aménagement durable des forêts privées de son territoire
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
111
conformément aux dispositions de la Loi sur les forêts et les objectifs de protection et de mise en valeur.
Elle y décrit également les mesures qu’elle entend prendre pour réaliser ces derniers.
7.2.3
Cadre actuel de la réglementation sur la plantation et l’abattage d’arbres dans les municipalités
de la MRC
En 2004, parmi les municipalités de la MRC, seule la Ville de La Malbaie a réglementé l’abattage
d’arbres. Après analyse du cadre normatif décrit à ce règlement local et après étude détaillée de la forêt
privée du territoire de la MRC, il appert que ce règlement est très difficile d’application et ne qu’il ne tient
pas compte de la réalité forestière du territoire.
Afin de développer une vision d’ensemble de la forêt qui inclut les différentes utilisations de cette
dernière (source de revenus, récréation, villégiature, etc.), la MRC a procédé à l’élaboration d’un
règlement sur la plantation et l’abattage d’arbres. Plusieurs intervenants ont été rencontrés (agence des
forêts privées, groupements forestiers, etc.) et des modalités qui tiennent compte des particularités de la
forêt et des différents secteurs ont été élaborées.
Ce règlement n’est pas un règlement de contrôle intérimaire. C’est un règlement de la compétence de la
MRC et c’est cette dernière qui voit à son application. Pour cette raison, les normes du règlement ne sont
pas toutes incluses au document complémentaire, certaines concernant la coupe commerciale resteront
au niveau régional. Cette décision s’explique par un désir d’application uniforme et par la présence d’un
ingénieur forestier engagé par la MRC et qui est désigné personne responsable de l’application du
règlement sur l’abattage et la plantation d’arbres sur les terres du domaine privé.
Le règlement concernant l’abattage et la plantation d’arbres vise à :

protéger les sites ayant bénéficié d’investissement forestier;

maintenir 30% de la superficie boisée d’une propriété;

maintenir des bandes boisées entre les propriétés et le long des corridors routiers;

protéger les prises d’eau potable, les érablières, les rives, les cours d’eau, les zones de
mouvements de terrain, les pentes fortes;

protéger les sites d’observations;

interdire le déboisement commercial de plus de 1 hectare dans les territoires d’intérêt et les
affectations de villégiature.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
112
Carte 5
Terres publiques et terres privées
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
113
7.3
7.3.1
VERS DE NOUVEAUX MODES DE GESTION TERRITORIALE DE LA FORÊT
Concept de forêt habitée (forêt de proximité)
Vers la fin des années 90, la MRC de Charlevoix-Est a mis des efforts pour mettre en application le
concept de forêt habitée sur son territoire. Le gouvernement démontrait une ouverture à décentraliser la
gestion de la ressource forestière et la collectivité était désireuse de développer, diversifier et rentabiliser
les activités que peut supporter la forêt, tout cela dans une perspective de développement durable.
Ce concept de forêt habitée peut être défini comme un nouveau mode de gestion par lequel les
collectivités locales auront de véritables pouvoirs de gestion et d’intervention pour mettre en valeur
l’ensemble des ressources du milieu forestier de la zone habitée, en respectant un cadre général de
fonctionnement, en vue d’engendrer de l’activité socio-économique supplémentaire et durable qui leur
permette d’en vivre et de bénéficier de la valeur ajoutée du patrimoine forestier qu’ils auront contribué à
développer.
Suite à des états généraux (1996), où le conseil des maires de la MRC a résolu de demander au Centre
local de développement (CLD) de la MRC de Charlevoix-Est de prendre le leadership administratif et
opérationnel du dossier de l’application du concept de forêt habitée, plusieurs interventions se sont
réalisées dont la création d’un comité de travail qui a défini une structure provisoire de fonctionnement,
un plan de communication, une démarche pour le développement et l’application du concept, une
définition du concept et des enjeux, un plan d’action et un territoire d’application. Le territoire ciblé
représentait une superficie d’environ 110 000 hectares (1 100 km2), dont 40 000 hectares (400 km2) sous
CAAF.
Différents projets ont été priorisés à l’époque dont la relance des Palissades, l’implantation du camp
Arthur Savard et des projets de délégation de gestion de portions de lots intra-municipaux ainsi que le
projet de parc régional du mont Grand-Fonds.
LES PALISSADES
Localisé à 13 km au nord de Saint-Siméon et accessible par la route 170 (vers Chicoutimi), le territoire
des Palissades couvre une superficie de 26,03 km2. Jusqu’en novembre 1993, ce site faisait partie du
réseau de centres éducatifs forestiers (CEF) du ministère des Ressources naturelles et de la Faune qui
en a abandonné la gestion la même année.
Le site des Palissades doit son nom à l’enfilade de falaises abruptes d’une hauteur de 300 mètres et dont
la configuration est le résultat de bouleversements géologiques. Un réseau de sentiers de randonnée
pédestre a été aménagé et permet d’accéder au sommet, via une petite vallée. Une fois au sommet, une
vue exceptionnelle s’offre aux visiteurs des lieux sur la vallée de la rivière Noire, le lac à Jean et divers
phénomènes géomorphologiques.
Le territoire des Palissades est recouvert d’une forêt mixte où presque aucune intervention
d’aménagement forestier n’a été réalisée depuis longtemps. Un bâtiment d’accueil servant autrefois à
l’interprétation et des aménagements légers est toujours présent sur le site.
Depuis que le ministère des Ressources naturelles et de la Faune s’est retiré du fonctionnement du
Centre éducatif forestier Les Palissades, quelques tentatives de prise en charge par le milieu ont été
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
115
entreprises, mais, hélas, sans trop de succès, ce qui fait qu’aujourd’hui, aucune vocation particulière
n’est attribuée à ce territoire. En 1998, un comité de relance a été formé (regroupant plusieurs membres
du comité de travail de la forêt habitée et d’autres intervenants régionaux). Ce comité entendait présenter
au MRN une proposition globale de prise en charge s’inscrivant dans le concept de forêt habitée. Le
comité espérait même faire de ce site, entre autres, le chef-lieu de la forêt habitée. Un plan préliminaire
d’aménagement forestier a été réalisé, de même qu’un plan de gestion de la faune.
Aujourd’hui, le site des Palissades fait l’objet d’un bail, renouvelable annuellement, entre la MRC de
Charlevoix-Est et une organisation qui œuvre à des fins communautaire et éducative. Ainsi, sur une
superficie de 5,4 hectares, les activités d’escalade, via ferrata, parcours d’aventure et randonnée sont
offerts.
En 2007, une approche a été faite par la MRC auprès du ministère du Développement durable et de
l’Environnement et des Parcs (MDDEP) pour inclure cette portion de territoire dans une réserve de
biodiversité projetée ou de parc et cela, avec une partie du territoire constitué des lots intra-municipaux
autour de la Baie-des-Rochers. Le MDDEP a accueilli favorablement ce projet qui permettrait de mettre
en valeur le caractère exceptionnel de ces deux sites. D’ailleurs, selon le plan d’affectation des Terres
du domaine public de 1995 (PATP), le secteur des Palissades a reçu l’affectation « site d’intérêt
particulier ». Un projet pilote visant la construction de 4 ou 5 chalets pour la chasse au gros gibier a été
réalisé.
LA BAIE-DES-ROCHERS
Les lots intra-municipaux autour de la Baie-des-Rochers présentent également un fort potentiel de
développement, car il représente un milieu unique. Avec son relief accidenté, sa forme particulière
(plusieurs petites anses) et ses versants en partie dénudés qui constituent un havre naturel où le
paysage forestier et maritime incite à la découverte. Le quai, le réseau de sentiers de randonnée
pédestre, les belvédères, la plage naturelle de l'anse de sable composent les infrastructures existantes
destinées à la contemplation de ce lieu magnifique isolé qui est reconnu au plan directeur de mise en
valeur du Parc marin du Saguenay--St-Laurent. Le secteur de la baie des Rochers est en majorité situé
sur des terres publiques. Un réseau de sentiers permet la découverte d’une partie de la baie et l’accès à
l’anse de sable (plage).
Comme pour les Palissades, le Ministère du Développement durable de l’environnement et des Parcs
(MDDEP) a démontré son intention de donner le statut de réserve de biodiversité projetée ou de parc à
ce secteur.
PARC RÉGIONAL DU MONT GRAND-FONDS
La station de ski alpin mont Grand-Fonds qui fut propriété de la MRC de Charlevoix-Est est maintenant
celle de la Ville de La Malbaie. Elle est située dans une vallée glaciaire en auge dont les versants sont en
majorité boisés. Cette vallée constitue en fait le centre récréatif régional hivernal du territoire de la MRC,
puisqu’outre la station de ski alpin, on retrouve un réseau de sentiers de randonnée de ski de fond, de
pas de patin et de raquette, des refuges, des belvédères, un sentier régional de motoneiges, le point
d’arrivée de la Traversée de Charlevoix et une pourvoirie à droit exclusif de chasse, de pêche et de
piégeage. Tous occupent le fond de la vallée, jusqu’au lac Plongeon.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
116
Carte 6
Écosystèmes protégés
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
117
Du haut de la montagne de la station de ski, on peut voir les massifs montagneux des Laurentides au
Nord, la vallée de la rivière Malbaie à l’Ouest et une portion du fleuve au Sud-ouest.
Le territoire de Grand-Fonds, maintenant inclus au projet de forêt habitée, fait l’objet de plusieurs
interventions forestières (forêt privée, forêt publique) et fut passablement affecté dans le passé par une
exploitation forestière qui ne tenait pas compte de sa vocation récréative, de ses potentiels et du
paysage forestier.
Au cours des dernières années, la réalisation d’un plan d’aménagement et de gestion du projet de parc
régional du mont Grand-Fonds a été entamée par la MRC. Ce plan devrait être finalisé prochainement et
présenté au ministère des Affaires municipales et des Régions pour la concrétisation du projet. La
superficie de ce projet de parc est de 66,85 km2, dont 65 km2 correspondent à des terres publiques (sous
CAAF) et 1,85 km2 à des terres privées. Les terres publiques sous la juridiction du MRNF représentent
donc 97,23 % du territoire du projet de parc.
7.3.2
Refuges biologiques
Avec les modifications apparues à la Loi sur les Forêts en 2001, le gouvernement du Québec et le
ministère des Ressources naturelles et de la Faune ont tenu à mettre en application une politique de
gestion intégrée des unités d’aménagement forestier (UAF). Celle-ci avait comme principal mandat la
consolidation des acquis en termes d’aménagement durable des forêts. De cette volonté sont nés
différents objectifs de protection et de mise en valeur des ressources du milieu forestier (OPMV). Au
total, c’est onze objectifs qui ont été retenus, regroupés sous deux grands groupes : la conservation des
sols et de l’eau et la conservation de la biodiversité.
À l’intérieur de ce dernier groupe, un des objectifs de protection se définit précisément comme suit :
« Maintenir en permanence une quantité de forêts mûres et surannées déterminées en fonction de
l'écologie régionale ». De cet objectif précis découle la création des refuges biologiques. Par leur
présence, la conservation de la biodiversité associée aux vieilles forêts vierges est recherchée.
Plusieurs refuges biologiques ont été délimités sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est. Le fait de
diviser ces territoires en petites superficies et de les rendre plus nombreux témoigne de la volonté du
gouvernement à vouloir protéger différents échantillons forestiers sur son territoire. En les rendant
spatialement mieux réparties, ces zones permettent une meilleure connectivité entre les diverses aires
de protection présentes sur le territoire et permettent de conserver une plus grande biodiversité. Ainsi,
par la protection de ces îlots de vieilles forêts, le gouvernement du Québec tente de se rapprocher de
son objectif de protection de 8 % de l’ensemble des forêts du Québec.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
119
Tableau 7.7
Identification des refuges biologiques présents sur les terres publiques
NO_REFUGE
3330-2-08-2
Superficie (ha)
160
Localisation
TNO
3330-2-12-1
3330-2-12-2
110
152
TNO
TNO
3330-2-12-3
3330-2-13-2
124
96
TNO
Saint-Siméon
3330-2-13-3
3330-2-13-4
96
78
Baie Ste-Catherine
Baie Ste-Catherine
3330-2-14-3
3330-2-15-1
101
150
Saint-Siméon
TNO
3330-2-11-2
3330-2-14-1
127
74
Saint-Siméon
Saint-Siméon
3330-2-08-1
3330-2-08-3
144
120
TNO
TNO
3330-2-12-4
3330-2-09-1
100
60
TNO
Clermont
3330-2-10-1
3330-2-12-5
243
151
La Malbaie, TNO
TNO
3330-2-13-1
3330-2-14-2
82
59
Baie Ste-Catherine
Saint-Siméon
3330-2-13-1
55
Saint-Siméon
Source : MRNF
7.3.3
Développement d’un modèle de gestion territorial associé au projet de mise en valeur de la
sapinière à bouleau jaune
Parallèlement au développement du concept de forêt habitée, les intervenants régionaux ont eu à faire
face à des problématiques territoriales associées à l’état de vastes étendues de forêts qualifiées de
dégradées. En réponse à différents facteurs dont les épidémies de tordeuse de bourgeons de l’épinette,
les feux de forêts et des pratiques forestières mal adaptées, de grandes étendues de forêts localisées
dans le domaine bioclimatique de la sapinière à bouleau jaune supportent présentement des
peuplements forestiers de transition et de faible qualité alors que le potentiel forestier pourrait permettre
de supporter des peuplements de plus grande valeur et à des stades climatiques de succession
forestière.
Dans le but de pallier à ces problématiques et pour intervenir de façon plus concertée sur le territoire,
différents intervenants ont créé le Groupe des Partenaires pour le développement forestier durable des
communautés de Charlevoix et de Bas-Saguenay. L’objectif est de développer un modèle de gestion du
territoire et de travailler sur 6 axes principaux soient: acquérir les connaissances nécessaires à la mise
en valeur du territoire forestier, améliorer la condition du réseau routier forestier, réhabiliter la forêt mixte
vers le plein potentiel offert par les qualités de station du domaine de la sapinière à bouleau jaune de
l’Est; miser sur les opportunités offertes par une forêt habitée, située à proximité des usines de
transformation afin de mettre en œuvre des projets de sylviculture intensive, soutenir les projets relatifs
aux principes de forêt habitée, permettre à tous les intervenants du milieu forestier de participer aux
orientations de développement du territoire forestier.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
120
La MRC de Charlevoix-Est a toujours soutenu les démarches et est associée de près à ce travail de
développement.10
7.4
RÉVISION DU RÉGIME FORESTIER
Depuis le dépôt du rapport Coulombe en 2004 sur la gestion de la forêt publique québécoise, plusieurs
recommandations issues de ce rapport ont été mises en application telle la révision de la méthode de
calcul de la possibilité forestière ou la création du poste de Forestier en chef. Cet exercice de
consultation a permis récemment de dégager un consensus sur la pertinence de réviser le régime
forestier actuel pour faire face aux nouvelles réalités et le travail de révision est actuellement en cours, il
est basé sur 9 orientations dont :

favoriser la mise en valeur des ressources par l’implantation d’un zonage du territoire forestier.

confier à des acteurs régionaux des responsabilités en matière de gestion des forêts du domaine
de l’état.
Dès lors, la MRC de Charlevoix-Est aura à intervenir dans cet important processus qui amènera des
changements profonds dans la dynamique de gestion territoriale de la région.
7.5
TERRITOIRES LIBRES
Les territoires libres compris à l’intérieur de la MRC de Charlevoix-Est s’étendent sur 389,2 km2 et se
situent en partie à l’intérieur du territoire non organisé (TNO) de la MRC et en partie à l’intérieur du
territoire municipalisé. Les territoires libres sont sous CAAF. Ils font donc l’objet d’exploitation forestière.
Ils sont aussi convoités par les ZEC et pourvoiries. Le conseil des maires de la MRC souhaite conserver
ces territoires tels quels.
Sur le TNO, les territoires libres se concentrent surtout dans les environs de Sagard, près des lacs
Chaud, de la rivière Noire, Germain et Deschênes, alors que sur le territoire municipalisé, ils sont
présents à Baie-Sainte-Catherine (dans les environs du lac Port-au-Quilles), Saint-Siméon (dans le
secteur du lac Baie-des-Rochers), Saint-Fidèle (dans les environs des lacs Port-au-Persil et Port-auSaumon) et Rivière-Malbaie (dans le secteur du mont Grand-Fonds et du lac Gravel).
Les territoires libres sont aussi présents, mais dans une proportion moindre, sur le territoire de la
municipalité de Saint-Aimé-des-Lacs et ses environs. Ainsi, on les retrouve près du lac Boudreault et de
la rivière du Gouffre, près du lac Pied-des-Monts et dans le secteur de la montagne du Friche.
Tableau 7.8
Répartition des territoires libres par rapport aux autres territoires
TYPES DE TERRITOIRES
Territoires libres
Territoires structurés (ZEC et pourvoiries)
Parcs (des Hautes-Gorges, Saguenay)
TOTAL terres publiques
SUPERFICIE km2
389,2
979,7
255,1
1 624
PROPORTION (%)
24
60,3
15,7
100
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
10
Projet de mise en valeur de la sapinière à bouleau jaune de l’est, GPDFD, 2007
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
121
7.6
BILAN DU MILIEU FORESTIER
La forêt, territoires public et privé confondus, couvre 89 % de la MRC. La forêt du domaine public occupe
la plus grande partie. Elle couvre 68 % de la superficie totale de la MRC, soit 1 624 km2. Tout l’arrièrepays de la MRC de Charlevoix-Est est constitué de forêts du domaine public sur lesquelles s’appliquent,
en vertu de la Loi sur les forêts, des contrats d’aménagement et d’approvisionnement forestier (CAAF).
Ces contrats sont consentis à l’industrie forestière dont la compagnie Abitibi-Bowater pour les bois
résineux de sapin, épinette, pin gris et mélèze ainsi que le tremble. Domtar inc. (Windsor) s’approprie le
tremble de qualité pâte et du bouleau blanc.
Sur le plan forestier, la stratégie d’aménagement tient compte des éléments de problématique du
territoire notamment l’éparpillement des strates mûres sur l’ensemble du territoire, la récolte des
peuplements mélangés et la préservation des massifs résineux sur un horizon moyen terme.
L’organisation concrète des opérations tient de plus en plus compte du caractère récréotouristique du
territoire. Parallèlement, un programme intensif qui vise à améliorer la structure et la croissance des
peuplements des jeunes forêts est en cours de réalisation.
Le territoire forestier de Charlevoix est desservi par un vaste réseau routier qui s’est implanté avec le
développement de l’activité forestière qui remonte au début du siècle. Une partie importante du réseau a
été construite selon des critères qui ne répondent plus aux standards d’opérations d’aujourd’hui. Il en est
de même pour les infrastructures de ponts et ponceaux. En plus de servir aux compagnies forestières, ce
réseau donne accès à des centres d’hébergement telles certaines ZEC et pourvoiries, et permet aussi
l’exercice d’activités récréatives.
Environ 1 200 propriétaires se partagent la forêt sur les terres privées laquelle couvre 49 066 hectares au
total. Une partie (12 %) de cette forêt privée est située dans des secteurs de fortes pentes. Aussi, 6 %,
soit 3 103 hectares, de la superficie attribuée à la forêt privée est dite improductive. La protection et la
mise en valeur de la forêt privée sont assurées par l’Agence des forêts privées de Québec (03), dont la
MRC de Charlevoix-Est fait partie.
Afin de développer une vision d’ensemble de la forêt, la MRC a procédé à l’élaboration d’un règlement
sur la plantation et l’abattage d’arbres. Certaines normes devront être intégrées dans les règlements
municipaux alors que d’autres resteront au niveau régional.
La MRC envisage développer de nouveaux modes de gestion territoriale de la forêt tel que le concept de
la forêt habitée, la protection des refuges biologiques et le développement d’un modèle de gestion
territorial associé au projet de mise en valeur de la sapinière à bouleau jaune.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
122
8.
MILIEU AGRICOLE
8.1
ZONE AGRICOLE PROTÉGÉE
La MRC de Charlevoix-Est est « zonée » agricole sur près de 16 % du territoire municipalisé pour un total
de 19 915,7 hectares. En incluant les territoires non organisés, ce n’est que 8 % du territoire de la MRC qui
est régi par la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles (LPTAA).
Au total, la géographie particulière de la région (relief accidenté, etc.) est peu propice à l’agriculture
conventionnelle. Les gens qui œuvrent dans le milieu doivent donc faire preuve de beaucoup d’imagination
et de dynamisme pour faire face à la compétition. Ils y réussissent fort bien puisque la contribution de
l’agriculture à l’économie régionale est importante. Selon la Commission de protection du territoire
agricole, en 2008 45 % de la zone agricole protégée est occupée par les exploitations agricoles 11. La
moyenne provinciale est de 53 %.
Tableau 8.1
Superficie de la zone agricole protégée par municipalité
MUNICIPALITÉ
Baie-Sainte-Catherine
Saint-Siméon
La Malbaie :
secteur Saint-Fidèle
secteur Cap-à-l’Aigle
secteur Rivière-Malbaie
secteur La Malbaie—Pointe-au-Pic
secteur Sainte-Agnès
Clermont
Notre-Dame-des-Monts
Saint-Aimé-des-Lacs
Saint-Irénée
TNO
Total MRC
SUPERFICIE
TOTALE (hectares)
23 216
28 973
ZONE AGRICOLE
(hectares)
557
566
%
17 269
1 137
17 166
4 663
6 822
5 299
5 615
10 157
6 029
110 642
236 988
525
532
3 314
1 469
2 409
1 115
4 266
618
4 546
0
19 917
3
47
19
32
35
21
76
6
75
0
8
2
2
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
11
Rapport annuel de gestion2007-2008, CPTAQ
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
123
Carte 7
Zone agricole protégée
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
125
8.1.1
Climat
Dans la région, le climat qui prédomine en est un que l’on peut qualifier de sub-humide de type continental
tempéré, à hiver froid et à été chaud. De par la topographie accidentée du territoire de la MRC, on peut
distinguer trois zones climatiques particulières illustrées au tableau suivant.
8.2
ÉTAT DE SITUATION
Selon les données du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), les revenus
agricoles bruts de la MRC de Charlevoix-Est atteignaient en 2006, 23 581 368$. Cette donnée est un
minimum puisqu’en plus de compter sur des déclarations volontaires de la part des producteurs, les
données sont présentées sous la forme de strates de revenus et le total a été effectué en considérant les
minimums.
Selon Statistique Canada en 2006, 4,8 % de la population active de Charlevoix-Est travaille dans le
domaine de l’agriculture et les autres industries axées sur les ressources. Quant à la moyenne d’âge des
exploitants agricoles, elle est de 50,4 ans ce qui est comparable à celle de l’ensemble de la région de la
Capitale-Nationale qui est de 49,9 ans. Comme dans plusieurs régions du Québec, le secteur agricole de
la MRC de Charlevoix-Est connaît des problèmes de relève et de continuité et cela se traduit par des
fermes mises en vente, en zone agricole dynamique, qui trouvent difficilement preneurs. Le tableau suivant
présente l’évolution des fermes depuis 1981.
Tableau 8.2
Année
1981
1986
1991
1996
2001
2006
Caractéristiques des fermes entre 1981 et 2006
Nombre de fermes
Revenus
moyens des
fermes ($)
% des fermes ayant
des revenus de
10 000$ et moins
190
150
119
85
79
67
47 876
79 260
129 055
166 316
274 323
291 928
64
46,7
39,5
18,8
17.7
n/d
% des fermes ayant
des revenus de
10 000$ à
100 000$
26,3
33,3
32,8
41,2
41.8
n/d
% des fermes
ayant des revenus
de 100 000$ et
plus
5,3
20
28,6
40
40.5
n/d
Source : Statistique Canada, profil des communautés agricoles
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
127
Pendant les quinze années présentées ci-dessus, la décroissance du nombre de fermes semble avoir été
compensée par l’augmentation de la taille des exploitations agricoles et par l’augmentation de leurs
revenus.
Le tableau suivant indique que la Ville de La Malbaie, qui a la plus grande superficie agricole (18 % de son
territoire) ne peut compter que sur 1,3 % de ses revenus en taxation provenant de l’agriculture, ce qui en
fait la troisième municipalité ayant la plus faible valeur foncière uniformisée provenant de l’agriculture. Les
valeurs foncières générées par le milieu agricole les plus élevées sont dans les municipalités de
Saint-Irénée avec 13,6 % et Notre-Dame-des-Monts avec 5,2 % alors que la superficie agricole couvre
respectivement 76 % et 75 % de leur territoire.
Tableau 8.3
Agriculture dans les municipalités de Charlevoix-Est en 2007
MUNICIPALITÉ
SUPERFICIE DE LA
ZONE AGRICOLE
(HECTARES)
NOMBRE
D’EXPLOITATIONS
AGRICOLES
VALEUR UNIFORMISÉE
(2003) PROVENANT DE
L’AGRICULTURE (%)
557
1
2,1
Baie Sainte-Catherine
Saint-Siméon
566
2
1,0
La Malbaie
8 249
30
1,3
Clermont
1 115
4
0,6
Notre-Dame-des-Monts
4 266
9
5,2
618
5
2,4
Saint-Irénée
4 546
22
13,6
MRC
19 917
73
2,2
Saint-Aimé-des-Lacs
Source : Statistique Canada, profil des communautés agricoles
Le tableau suivant indique le type de production des 84 producteurs présents en 2003 et des 73
producteurs présents en 2007. Selon ces statistiques, il y aurait eu perte de 13 % des producteurs en
quatre ans.12 Il est important de noter que c’est la production qui constitue le principal revenu du
producteur qui est comptabilisé. À celle-ci s’ajoutent souvent une ou deux productions secondaires qui ne
sont pas comptabilisées ici.
Le tableau suivant montre clairement que les éleveurs d’animaux sont en plus grande proportion, soit
86,7 %. Les producteurs de bovins représentent 46 % de la production agricole totale et 53 % de la
production animale. Cependant, on peut affirmer que le statut de la production de bovins de boucherie est
précaire étant donné le contexte économique (la chute de la valeur du bœuf), le caractère « à temps
partiel » auquel se prête fréquemment ce type de production et qui, de plus, est souvent un état de
transition entre la ferme laitière et la fermeture de la ferme.
Les producteurs de porcs représentent 19 % des producteurs agricoles et 22 % des éleveurs. Leur statut
est aussi très précaire compte tenu du contexte de mondialisation lié à une chute de prix du marché du
porc et hausse du coût de production.
12
Les tableaux de cette section ont tous été produits grâce à la collaboration du MAPAQ qui a fourni un portrait de l’agriculture pour tout
le territoire de la MRC de Charlevoix-Est suite au recensement effectué auprès des agriculteurs en 2000 et mis à jour en 2003. La Loi
sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels restreint la divulgation
d’information lorsqu’une donnée est issue d’un nombre insuffisant d’entreprises. Dans ce cas, une indication « n/d » apparaît dans le
tableau.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
128
Il est aussi intéressant de noter que 5 % des éleveurs font de l’élevage non traditionnel; cervidés, chèvres,
sangliers, etc.
Tableau 8.4
Producteurs agricoles en 2003 et 2007
PRODUCTION
Bovins laitiers
Bovins de boucherie
Veaux lourds
Porcs
Oeufs d’incubation
Volailles
Chevaux
Ovins
Sangliers
Autres (canards, ânes)
Céréales et protéagineux
Fourrages pour vente
Horticulture
Légumes frais
fruits
Vente de bois
Total
NOMBRE DE
PRODUCTEURS 2003
8
39
1
16
1
4
1
1
1
1
3
1
1
3
1
2
84
%
2003
10
46
1.2
19
1.2
5
1.2
1.2
1.2
1.2
4
1.2
1.2
5
1.2
2
100
NOMBRE DE
PRODUCTEURS 2007
7
33
1
14
0
3
1
1
0
1
3
4
2
1
1
1
73
%
2007
10
45
1
19
0
5
1
1
0
1
5
6
3
1
1
1
100
Source : Statistique Canada, profil des communautés agricoles
Le tableau suivant illustre que les superficies utilisées pour le fourrage et le pâturage représentent 87 % de
toute la production végétale de la MRC. Cette grande proportion s’explique, entre autres, par la grande
quantité d’animaux élevés dans Charlevoix-Est. Le total de superficie cultivée a baissé de 13 % entre 2003
et 2007, le même pourcentage que le nombre de producteur.
Tableau 8.5
Production végétale en 2003 et 2007
PRODUCTION
Fourrage et pâturage
Céréales et protéagineux
-
orge
avoine
SUPERFICIE CULTIVÉE (ha)
2003
4 730
612
267
230
SUPERFICIE CULTIVÉE (ha)
2007
4022
653
277
264
54
35
26
68
0
44
75
30
45
13
5 430
79
63
16
6
4760
céréales mélangées
canola
autres
Horticulture
bleuets
autres
Autres superficies
Total
Source : Statistique Canada, profil des communautés agricoles
Le tableau suivant indique que les superficies cultivées déclarées par les producteurs atteignent 4 760
hectares, soit 24 % de la zone agricole totale d’une superficie de 19 915,7 hectares.
La ville de La Malbaie comprend 43 % de toute la superficie en culture. Cela s’explique par le fait que le
territoire de la ville de La Malbaie couvre à lui seul 37 % du territoire de la MRC de Charlevoix-Est,
excluant le TNO, et sa zone agricole représente 40 % de toute la zone agricole de la MRC de Charlevoix-
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
129
Est. La municipalité de Saint-Irénée, qui représente 5 % du territoire de la MRC (TNO exclut) produit 32 %
de toute la production végétale de la MRC.
Cette donnée fournit une bonne explication des problèmes de cohabitation que connait Saint-Irénée depuis
2006. L’intensité de la production végétale, donc nécessitant de l’épandage, liée à la concentration de 11
unités d’élevage porcin sur un tronçon de quelques kilomètres expliquent qu’une crise a débutée lors de la
consultation publique sur un nouveau projet d’élevage porcin. C’est cette crise qui a mené la MRC à
contingenter les élevages porcins dans un règlement de contrôle intérimaire (RCI).
Le RCI relatif à la cohabitation des usages agricoles et non agricoles, adopté en 2004 afin d’intégrer les
nouvelles orientations gouvernementales, a été amendé en juin 2008. Cet amendement visait à établir un
nombre limite d’unités d’élevage porcin soit : 19 unités. De plus, les unités existantes ont été limitées dans
l’agrandissement de leur superficie par une banque de mètres carrés qui fixe le maximum qui peut être
atteint en superficie de bâtiment d’élevage porcin.
Les problématiques de cohabitation justifient que soit fixé un maximum d’unité d’élevage. De plus, la
charge d’unité animale porc par hectare cultivé est de 1,9 pour l’ensemble de la MRC et à Saint-Irénée elle
est de 2,9. À titre comparatif, la MRC de Kamouraska, qui a aussi vécu des problèmes sérieux de
cohabitation, a une charge de 0,9 unité animale/hectare cultivé
Ce règlement instaure aussi des zones où les élevages à forte charge d’odeur sont interdits. La MRC s’est
engagée à revoir son RCI suite à l’application de la norme Phosphore 2010. Cette norme, gérée par le
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, imposera aux producteurs de
fertiliser leurs terres en appliquant la quantité de phosphore exacte dont la culture et le sol ont besoin.
Puisqu’il s’agit d’une nouvelle norme de fertilisation des sols, les producteurs avaient une période pour
s’adapter, période où il était permis de fertiliser à plus de 100 % du phosphore nécessaire. L’effet de
l’application de cette nouvelle norme fera en sorte que plus de terres seront nécessaires à l’épandage
(chaque terre en recevra moins). Le risque que les producteurs porcins aient de la difficulté à trouver des
terres réceptrices à l’épandage a été un argument dans l’adoption du RCI. Ce n’est que lorsque tous les
producteurs appliqueront la norme que nous pourrons évaluer s’il y a encore de la place pour plus de
production porcine.
Tableau 8.6
Répartition de la production végétale par municipalité en 2007
MUNICIPALITÉ
Baie Sainte-Catherine
Saint-Siméon
La Malbaie
Clermont
Saint-Aimé-des-Lacs
Notre-Dame-des-Monts
Saint-Irénée
Total
SUPERFICIE (ha)
n/d
151
n/d
2066
309
200
532
1502
4760
%
3
43
7
4
11
32
100
Source : Statistique Canada, profil des communautés agricoles
Le tableau suivant indique que les unités animales de porc dominent la production animale avec 49 % des
unités animales. Plus de la moitié, 65 %, de la production porcine se retrouvent dans la municipalité de
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
130
Saint-Irénée. Les unités animales attribuées à des productions « autres » (2 % de toute la production
animale de Charlevoix-Est) proviennent principalement des élevages d’ânes, de chèvres et de cervidés.13
Tableau 8.7
Production animale en 2007
PRODUCTION ANIMALE
Porcs
Volailles
Bovins de boucherie
Bovins laitiers
Autres
Total
NOMBRE D'UNITÉ ANIMALE
3835
1414
1880
569
101
7799
%
49
18
24
7
2
100
Source : Statistique Canada, profil des communautés agricoles
Le tableau suivant indique que la municipalité de Saint-Irénée et la ville de La Malbaie, sont les deux
territoires qui accueillent le plus d’unités animales avec respectivement, 48 % et 38 % des unités animales
totales. Cela peut s’expliquer en partie par le fait que les producteurs de la municipalité de Saint-Irénée
produisent essentiellement du porc, un animal qui « produit » une forte charge d’odeur, 5 porcs équivalents
à une unité animale. La ville de La Malbaie regroupe le plus grand nombre de producteurs, possède le plus
grand territoire et le plus grand territoire agricole.
Tableau 8.8
Répartition de la production animale par municipalité en 2007
MUNICIPALITÉ
Baie Sainte-Catherine
Saint-Siméon
La Malbaie
Clermont
Saint-Aimé-des-Lacs
Notre-Dame-des-Monts
Saint-Irénée
Total
NOMBRE D’UNITÉS ANIMALES
n/d
201
n/d
2950
126
535
280
3707
7799
%
2
38
1
7
4
48
100
Source : Statistique Canada, profil des communautés agricoles
Le tableau suivant indique que la production animale générant le plus de revenus dans la MRC de
Charlevoix-Est est le porc avec 50 % des revenus agricoles totaux. Ces revenus sont répartis de façon
inégale sur le territoire
Tableau 8.9
Répartition des revenus par type de production en 2007
PRODUCTION AGRICOLE
Porcs
Volailles
Bovins de boucherie
Bovins laitiers
Horticulture
Divers
Total
REVENUS GÉNÉRÉS $
9 485 140
5 802 682
2 688 698
2 185 281
2 071 500
1 348 067
23 581 368
Source : Statistique Canada, profil des communautés agricoles
13
Les unités animales (u.a.) sont établies pour la plupart des espèces animales que l’on retrouve dans les élevages. Elles tiennent
compte de la charge d’odeur que produit une espèce animale. Par exemple, une vache, un taureau ou un cheval équivalent à une
unité animale chacune alors que 5 porcs d’élevages de 20 à 100 kg, ou 300 faisans équivalent à une unité animale, etc.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
131
Le tableau suivant indique que les municipalités de Saint-Irénée et de La Malbaie génèrent 90 % des
revenus agricoles de la MRC. Les revenus agricoles de Saint-Irénée proviennent essentiellement du porc
(71 %) et de la volaille (18 %). La ville de La Malbaie tire ses revenus à 17 % dans divers élevages et
cultures (veaux, cervidés, bleuets, etc.), 11 % provient de la production porcine, 10 % des bovins de
boucherie et 6 % des bovins laitiers. Les revenus agricoles de la municipalité de Notre-Dame-des-Monts
proviennent à 95 % de la production de bovins de boucherie et à 5 % de diverses productions.
Tableau 8.10
Répartition des revenus par municipalité en 2007
MUNICIPALITÉ
Baie Sainte-Catherine
Saint-Siméon
La Malbaie
Clermont
Saint-Aimé-des-Lacs
Notre-Dame-des-Monts
Saint-Irénée
Total
REVENUS AGRICOLES $
n/d
82 670
n/d
11 715 925
489 064
1 616 072
138 908
9 538 729
23 581 368
Source : Statistique Canada, profil des communautés agricoles
Depuis 1990, plusieurs projets-pilotes ont été implantés dans Charlevoix-Est, dans le cadre d’un
programme gouvernemental d’essai et d’expérimentation en agroalimentaire. Ces projets, d’une durée
variant entre deux et trois ans, touchaient de nouvelles techniques, de nouveaux élevages, etc. Certains
ont été concluants, d’autres moins.
Ces expériences ont montré le dynamisme des producteurs agricoles et ont prouvé que le territoire
agricole de la MRC constitue un laboratoire bio-alimentaire intéressant. C’est aussi ce que présente le
Plan de diversification et de développement économique de la MRC.
Tableau 8.11
Projets-pilotes en agroalimentaire sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est
TITRE DU PROJET
Influence du mode d'élevage sur les performances zootechniques du veau de Charlevoix
Implantation d'une unité de compostage du fumier sur une ferme laitière
Essai d'expérimentation d'un système d'évaporation forcée du purin de porc
Alimentation de vaches laitières à l'aide d'un rail pour ensilage de balles rondes
Essai d'un système de ventilation naturelle dans une porcherie d'engraissement
Élevage d'autruches au Québec
Mesures de l'effet de tétines artificielles sur les performances de veaux mixtes
Développement d'un élevage de sangliers dans la région de Charlevoix
Compostage de résidus organiques par silo-couloir sous aération forcée
Élevage du cerf de Virginie
Exploitation de l'élevage du daim
Culture de clématites au Québec
DURÉE (ANS)
3
3
2
2
3
3
2
2
2
3
3
2
Source: MAPAQ, Bureau local, St-Hilarion
8.3
MILIEU AGRICOLE NON PROTÉGÉ
Les municipalités de Saint-Siméon, Saint-Aimé-des-Lacs et le secteur de Saint-Fidèle à La Malbaie sont
des endroits où la culture du sol en zone agroforestière est présente. Ces municipalités ont de très petites
zones agricoles. Par contre, les municipalités de Saint-Irénée et de Notre-Dame-des-Monts « zonées »
agricoles sur 75 % de leur territoire de même que le secteur de Rivière-Malbaie à La Malbaie dont l’activité
agricole est très dynamique, ont à peu près aucun secteur agroforestier en culture. Comme 5 % des
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
132
cultures sont situées dans les secteurs agroforestiers, il y a lieu pour les municipalités d’autoriser
l’agriculture dans certaines zones qui composent l’affectation agroforestière.
Tableau 8.12
Superficie cultivée hors de la zone agricole
Zone
# d'hectares
Proportion (%)
Agricole
20 020
95
Non-Agricole
1 083
5
Total
21 103
100
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département de l’aménagement du territoire, 2010
8.4
ACTIVITÉS NON AGRICOLES EN ZONE AGRICOLE
Concentrée dans le sud-ouest du territoire, l’agriculture fournit souvent des paysages d’une grande beauté.
Plusieurs secteurs agricoles (rangs) font d’ailleurs partie des territoires d’intérêt identifiés au présent
schéma. Malheureusement, le milieu agricole subit de plus en plus de pressions. En effet, depuis 1984,
345 demandes d’autorisations (incluant révisions et appels) ont été acheminées à la Commission de la
protection du territoire agricole du Québec et au tribunal d'appel en matière de protection du territoire
agricole. Notons que depuis l’adoption du RCI de 2004 portant sur la cohabitation des usages agricoles et
non agricoles sur le territoire de la MRC, le nombre de demande a grandement diminué puisque ce
règlement restreint considérablement les usages permis en zone agricole.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
133
Tableau 8.13
Demandes d’autorisation acheminées à la Commission de la protection du territoire
agricole du Québec entre 1984 et 2003
MUNICIPALITÉ
Baie-Sainte-Catherine
Saint-Siméon
La Malbaie :
secteur La Malbaie-Pointe-au-Pic
secteur Saint-Fidèle
secteur Cap-à-l'Aigle
secteur Rivière-Malbaie
secteur Sainte-Agnès
Clermont
Saint-Irénée
Saint-Aimé-des-Lacs
Notre-Dame-des-Monts
TOTAL
INCLUSION DANS
LA ZONE
AGRICOLE
0
1
NATURE DES DEMANDES
UTILISATION
EXCLUSION DE
AUTRE
LA ZONE
QU'AGRICOLE
AGRICOLE
2
0
11
3
0
3
0
1
3
2
0
3
0
13
28
8
24
30
17
27
50
4
48
249
4
2
0
2
0
0
2
0
1
14
APPEL
AUTRE
TOTAL
0
1
0
3
2
19
16
0
1
1
0
1
0
0
0
10
5
2
0
10
5
4
18
2
10
59
43
15
25
44
25
34
70
9
59
345
Source : CPTAQ, MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
La majorité de ces demandes (±70%) visait une utilisation autre qu’agricole, soit la construction de
résidences principales (non rattachées à la ferme), la construction de résidences secondaires (chalets),
l’exploitation de carrières/sablières commerciales, etc. Certaines (±4%) avaient carrément pour but
l’exclusion de la zone agricole. Très peu nombreuses ont été les demandes d’inclusion à cette même
zone. Lorsque l’on sait qu’il existe à l’extérieur de la zone agricole suffisamment d’espace pour le
développement résidentiel ou de villégiature, il y a lieu de s’inquiéter sur le bien-fondé de toutes ces
demandes d’autorisation d’utilisation autre qu’agricole et d’exclusion de la zone agricole. Il reste que ces
demandes sont souvent liées au fait qu’une famille désire que ses enfants s’installent sur la terre familiale.
Cela donne l’occasion à de jeunes ménages de se construire à coûts minimums et d’assurer une présence
auprès de leurs parents. La MRC, aux prises avec un problème de rétention des jeunes dans la région, est
sensible à ce genre d’arguments.
Tableau 8.14
Synthèse des usages non agricoles dans la zone agricole en 2003
MUNICIPALITÉ
RÉSIDENCES
SECONDAIRES2
5
22
42
TOTAL
SUPERFICIE AGRICOLE DE LA
MUNICIPALITÉ %
12
27
84
2
2
18
Clermont
5
13
21
Saint-Irénée
56
70
75
Baie Sainte-Catherine
Saint-Siméon
La Malbaie
USAGE NON AGRICOLE1
Saint-Aimé-des-Lacs
5
6
6
Notre-Dame-des-Monts
30
34
76
Total d’usage non agricole
165
246
-
1- excluant les résidences principales
2- incluant les abris forestiers
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
134
Cette volonté d’habiter le milieu agricole est croissante. Combinées à l’exode des jeunes (relève
potentielle) et au vieillissement de la population, les pressions exercées sur le territoire agricole s’avèrent
certes préoccupantes. Il est inquiétant de voir que la superficie destinée à l’agriculture, superficie qui est
déjà assez restreinte, est la plupart du temps condamnée à la fragmentation et à la réduction.
Une recherche effectuée à l’aide du rôle d’évaluation a permis de déterminer la répartition spatiale des
usages non agricoles (excluant les résidences principales) en zone agricole. On retrouve souvent de fortes
concentrations d’un même usage, particulièrement à La Malbaie. En effet, les usages commerciaux et les
services d’utilité publique sont concentrés dans le 1er Rang Nord-Est de la rivière Malbaie ainsi que dans
le rang Sud-Ouest de la rivière Murray. Les résidences secondaires, bien que présentent sur tout le
territoire agricole sont concentrées dans la 1re concession du ruisseau des Frênes, le rang St-Joseph ainsi
que dans les rangs 1 et 2 du Port-au-Saumon. Il n’est pas étonnant de constater que la zone agricole de
Saint-Siméon, limitée au rang de Port-au-Persil, accueille beaucoup de villégiateurs et de gîtes. Les
usages non agricoles de la municipalité de Saint-Irénée sont aussi à 87 % des gîtes et des résidences
secondaires.
Au total, 67 % des usages non agricoles en zone agricole sont des résidences secondaires ou des abris
forestiers (ces derniers n’étant que quelques-uns).
Une des pressions supplémentaires qui peut expliquer la présence d’usages non agricole en zone agricole
est la présence d’un réseau d’aqueduc et d’égout municipal. En effet, l’article 105 de la Loi sur la
protection du territoire et des activités agricoles stipule que :
« Une personne peut, sans l’autorisation de la commission, aliéner, lotir et utiliser à une fin autre que
l’agriculture un lot qui, après la date à laquelle les dispositions de la présente loi visant à exiger une
autorisation de la commission lui ont été rendues applicables, est ou devient adjacent à un chemin public
où les services d’aqueduc et d’égout sanitaire sont déjà autorisés par un règlement municipal adopté avant
cette date et approuvé conformément à la loi. » Les réseaux d’aqueduc et d’égout sont décrits au chapitre
14, tableau 14.4.
8.5
MASSIFS FORESTIERS DE LA ZONE AGRICOLE
Une étude biophysique des massifs forestiers de la zone agricole a récemment été élaborée. L’étude
caractérise les zones agricoles de la MRC de Charlevoix-Est par municipalité en considérant: les dépôts
de surface, les classes de drainage, les classes de pentes, l’hydrographie majeure, l’utilisation actuelle du
territoire, la géomorphologie, et les caractéristiques du couvert forestier lorsqu’ils étaient présents. Les
boisés agricoles sont ensuite décrits selon leur âge, les essences dominantes, l’intérêt écologique ou
esthétique qu’ils présentent, leur caractère de rareté, etc.
De façon générale, l’étude nous apprend que les zones agricoles de la MRC de Charlevoix-Est sont
réparties sur deux domaines bioclimatiques. Les municipalités de Baie-Sainte-Catherine, Saint-Siméon et
le secteur de Saint-Fidèle à La Malbaie font partie du domaine de la sapinière à bouleau jaune tandis que
la sapinière à bouleau blanc caractérise le reste des municipalités de la MRC. Les peuplements résineux
couvrent 23 % de la zone agricole sous couvert forestier, les peuplements mélangés 57 % et 20 % de
peuplements feuillus recouvrent les terres agricoles de la MRC. Seulement 5 % du couvert forestier
présent sur les terres agricoles est à maturité (70 ans et plus). Les friches représentent 4 % du territoire
agricole.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
135
Le tableau suivant présente de façon succincte les principales caractéristiques des boisés agricoles de
chacune des municipalités de la MRC.
Tableau 8.15
Principales caractéristiques des massifs forestiers agricoles
MUNICIPALITE
Baie Sainte-Catherine
Saint-Siméon
La Malbaie
Saint-Fidèle
Cap-à-l’Aigle
Rivière-Malbaie
La Malbaie-Pointe-au-Pic
Sainte-Agnès
Clermont
Saint-Irénée
Saint-Aimé-des-Lacs
Notre-Dame-des-Monts
Total
% de la superficie agricole
boisée
% BOISE DE LA
SUPERFICIE
AGRICOLE
FRICHES
HA
CLASSE DE
PENTES E/F
HA
DÉPÔTS
ORGANIQUES
HA
COUPES
TOTALES
HA
36
0
PLANTATIONS/
TRAVAUX
SYLVICOLES
HA
6
5
60
77
86 / 17
85 / 93
33
0
174
120
75
45
47
53
69
59
61
61
65
63
0
0
0
174
168
0
39
8
298
723
3,6
16
32
101
61
141
78
293
32
206
971
4,8
14 / 25
0/0
130 / 46
0,3 / 36
8/0
88 / 8
258 / 151
0/0
43 / 0
712,3 / 430
3.6 / 2.2
15
0
0
0
16
0
9
0
56
129
0.6
49
53
156
97
633
81
477
174
21
2035
10,2
Source : MRC de Charlevoix-Est, Étude biophysique des massifs forestiers de la zone agricole du territoire de la MRC de Charlevoix-Est, 2006
L’étude a permis de mettre en lumière plusieurs enjeux d’aménagement rencontrés sur le territoire agricole
des municipalités. La présence de zones de mouvements de terrain, de zones de fortes pentes et de sols
organiques justifie des modalités d’interventions particulières pour ces zones fragiles. Par ailleurs, de
nombreux secteurs ont bénéficié d’investissements en travaux sylvicoles et en aménagement de prises
d’eau potable municipales. Le financement déployé pour ces projets à long terme mérite aussi une
protection particulière.
Faisant suite au portrait de la zone agricole et à l’analyse de ces caractéristiques biophysiques, plusieurs
avenues de solutions sont envisagées. L’adoption d’un règlement sur la plantation et l’abattage d’arbres
depuis 2007 permet de coordonner et de gérer le développement forestier sur terres privées et notamment
de la zone agricole à l’échelle régionale et à long terme en suivant une logique de développement durable.
Aussi, un programme de reboisement des rives, des zones exposées aux mouvements de terrain
permettrait, à court et à long terme, de prévenir à la fois les risques d’érosion du sol, l’ensablement et la
pollution des cours d’eau. Des modalités particulières concernant le reboisement des friches devront par
ailleurs être édictées pour tenir compte des paysages ainsi que des possibilités de retour à la terre des
différents lots en friche. Pour préserver un des joyaux de l’offre touristique de la MRC de Charlevoix-Est et,
encore une fois, d’harmoniser les interventions effectuées sur le territoire en fonction de la multiplicité des
usages, une caractérisation des friches de même qu’une étude visant la caractérisation des paysages de
la zone agricole sont inscrites au plan d’action.
8.6
REBOISEMENT DES TERRES EN ZONE AGRICOLE
De 1993 à 2003, 129 demandes de reboisement de terres en zone agricole ont été effectuées auprès du
Bureau de renseignements agricoles du MAPAQ aux fins d'analyse. Il ne s’agit cependant pas
nécessairement de terres en culture qui ont été reboisées, mais souvent des lots boisés inclus dans la
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
136
zone agricole qui ont subi des coupes totales pour être reboisés par la suite. De ces 129 demandes, 124
ont été acceptées, soit plus de 95 %, pour une superficie totale de 266 hectares reboisés depuis les dix
dernières années. Dans l’analyse des demandes de reboisement, aucun critère ne concerne les besoins
en espace de certains producteurs agricoles pour respecter le règlement sur la réduction de la pollution
d’origine agricole entré en vigueur le 4 juin 1997 (décret 742-97) et la conservation des percées visuelles
(conservation des paysages agraires). Cela constitue une lacune importante pour une région comme la
nôtre où les paysages sont à l’avant-plan, entre autres sur le plan économique (tourisme, etc.).
Le tableau suivant présente des statistiques sur les demandes de reboisement pour les dix dernières
années.
Tableau 8.16
Statistiques sur les demandes de reboisement de terres agricoles depuis 1993
Nombre de demandes
Nombre d’hectares touchés
Nombre de refus
Sur combien d’hectares
Nombre d’acceptation
Sur combien d’hectares
1993
18
46
0
0
18
46
1994
8
25,7
1
8
7
17,7
1995
18
42,5
2
8,5
16
34
1996
17
51
0
0
17
51
1997
7
9,9
0
0
7
9,9
1998
12
7,2
0
0
12
7,2
1999
24
54,2
0
0
24
54,2
2000
5
13,4
0
0
5
13,4
2001
6
8,5
1
1,8
5
6,7
2002
10
26,4
1
6,1
9
20,3
2003
4
5,6
0
0
4
5,6
Total
129
290,4
5
24,4
124
266
Source: MAPAQ, Bureau local, St-Hilarion, 2003
Plusieurs demandes d'autorisation à la CPTAQ ont été effectuées par le passé pour la construction d'abris
forestiers. Souvent justifiés par le caractère boisé de plusieurs terres agricoles et le lieu de résidence de
leurs propriétaires, ces abris forestiers sont progressivement transformés en chalets.
Jusqu’en 1998, c’est-à-dire avant l’adoption de nouveaux règlements adoptés en vertu de la Loi sur la
protection du territoire et des activités agricoles, l'absence de définition claire et précise de ce qu'était un
abri forestier servant au propriétaire de l'exploitation rendait difficile le contrôle sur le terrain et engendrait
un effet d'entraînement ainsi que des contraintes probantes sur la zone agricole. Petit à petit, s’ajoutaient
des activités de nature récréative et de villégiature qui, en certains lieux, étaient incompatibles avec
l'affectation agricole.
Avec la nouvelle réglementation provinciale en vertu de la Loi sur la protection du territoire agricole et des
activités agricoles, adoptée en juin 1998, une personne n’a plus à demander l’autorisation de la
Commission de protection du territoire agricole pour la construction d’un abri forestier si ce dernier
respecte les conditions prévues :
« un seul bâtiment sommaire devant servir d’abri en milieu boisé peut, sans l’autorisation de la
Commission, être construit sur un lot ou un ensemble de lots boisés d’une superficie minimale de 10
hectares. Ce bâtiment sommaire ne doit pas être pourvu d’eau courante et doit être constitué d’un seul
plancher d’une superficie au sol n’excédant pas 20 mètres carrés ».
8.7
8.7.1
PROBLÉMATIQUES PARTICULIÈRES
Port-au-Persil
Le secteur de Port-au-Persil représente la seule zone agricole de Saint-Siméon, soit 566 hectares. Cette
superficie représente 2 % de tout le territoire de la municipalité. Les massifs boisés constituent 77 % de la
zone agricole et ceux-ci se retrouvent à 40 % sur des zones de pentes fortes à abruptes. En 2003, deux
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
137
producteurs ont déclaré des productions de bovins de boucherie en plus d’un producteur de porcs qui
opèrent leur établissement dans le rang de Port-au-Persil. En 2004, un des deux producteurs bovins
n’exploitait plus son établissement. Dans la zone agricole adjacente (secteur de La Malbaie-Saint-Fidèle),
le 1er Rang du Port-au-Saumon accueille un poulailler dont les effectifs ne se retrouvent pas dans les
statistiques de la MRC de Charlevoix-Est. Les premier et deuxième rangs du Port-au-Saumon sont boisés
à respectivement 92 % et 60 %. La présence d’une érablière est à noter, celles-ci étant particulièrement
rares sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est.
Au fil du temps, les usages non agricoles se sont multipliés de part et d'autre du chemin de Port-au-Persil.
Aujourd’hui, on compte 22 chalets et 5 gîtes, et ce, en plus des usages résidentiels. Cette pression de
développement n’est pas sans lien avec la splendeur des paysages du secteur. Ce dernier est l’un des
fleurons et la fierté de l’offre touristique régionale. Port-au-Persil est d’ailleurs inscrit au schéma
d’aménagement à titre de territoire d’intérêt esthétique et son hameau, comprenant des bâtiments
résidentiels et agricoles d’esprit traditionnel, un quai accueillant des embarcations de plaisance ainsi
qu’une rivière qui coule en cascade jusqu’au fleuve St-Laurent, à titre de territoire d’intérêt patrimonial ainsi
qu’à titre de pôle de découverte dans le Plan directeur du Parc marin du Saguenay-Saint-Laurent.
Les possibilités de développement de l’agriculture sont très limitées par la nature des sols et par la
topographie du terrain. Ainsi, une nouvelle exploitation agricole qui voudrait s’implanter dans le secteur
devrait trouver des champs à l’extérieur du secteur. Les limites imposées par le zonage agricole freinent le
développement du secteur et la municipalité, qui entretien à grands frais le chemin de Port-au-Persil et qui
se verra bientôt dans l’obligation d’investir dans la réfection de ce dernier, ne peut plus compter sur le
développement de Port-au-Persil pour la croissance de la municipalité.
8.7.2
Notre-Dame-des-Monts
La municipalité de Notre-Dame-des-Monts abrite 765 habitants (données 2006) et représente 5 % du
territoire de la MRC de Charlevoix-Est soit une superficie de 5 615 hectares. Bien que la zone agricole
représente 76 % du territoire municipal, le potentiel des sols est majoritairement entre 4 et 7 et présente
des contraintes de pierrosité, de drainage et de topographie. La partie cultivée ne représente que 25 % de
la zone agricole. Onze producteurs sont présents; neuf producteurs de bovins de boucherie, un
producteur de céréales et un regroupement de producteurs de bleuets. Les revenus agricoles de chacun
des producteurs sont de moins 50 000 dollars. Dans les trente dernières années, 27 % de la zone agricole
a subi une coupe totale et 7 %, soit 298 hectares est en friche. De même, 8 % du couvert forestier de la
zone agricole présente des particularités à considérer, soit des pentes fortes à abruptes (1%), des travaux
sylvicoles (5%) et des sols organiques (2%).
La rivière du Gouffre, une rivière à saumons offre un potentiel récréotouristique très intéressant et des
investissements importants ont été réalisés ces dernières années pour l’amélioration de la qualité de l’eau
et pour la stabilisation de ses rives. Cette rivière traverse une très grande partie du territoire agricole de la
municipalité à l’extrémité ouest des rangs III, IV et IX. Les rangs V, VII et VIII offrent des points de vue
intéressants sur la vallée de la rivière du Gouffre, points de vue dont la mise en valeur a déjà été
envisagée par la municipalité. Le rang IX abrite la Ferme à Rose-Anna, lieux de tournage de la télésérie
« Le temps d’une paix ». La route de l’arrière-pays reliant Saint-Urbain, Notre-Dame-des-Monts et SaintAimé-des-Lacs est fréquentée par bon nombre de touristes et constitue pour la municipalité une avenue de
développement intéressante d’autant plus que ce circuit baptisé Route des montagnes est une des dixsept routes touristiques identifiées par Tourisme Québec.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
138
Sur l’ensemble de la zone agricole, on retrouve 13 sites d’extraction et 28 chalets, quelques commerces et
équipements municipaux. Les limites du périmètre urbain sont littéralement enclavées par la zone agricole
et les terres avoisinantes servent à l’épandage d’engrais de ferme provenant de producteurs de
municipalités avoisinantes causant ainsi des problèmes d’odeur au cœur du village. Les élus et la
population de Notre-Dame-des-Monts sont très inquiets de la dévitalisation de leur milieu comme
l’indiquent la reprise des terres agricoles en forêt et l’activité économique déclinante qui est restreinte,
entre autres, par le zonage agricole.
8.7.3
Basse vallée de la rivière Malbaie
Le secteur de la basse vallée de la rivière Malbaie comprend les rangs ou parties de rangs suivants situés
en zone agricole:

le rang du ruisseau des frênes à Clermont ;

le rang sud-ouest de la rivière Murray à Clermont et à La Malbaie secteur Rivière-Malbaie;

le 1er rang Nord-Est de la rivière Murray à Clermont et à La Malbaie secteur Rivière-Malbaie ;

le rang de la rivière Mailloux, à La Malbaie secteur La Malbaie-Pointe-au-Pic;

le rang du Cap-à-l’Aigle, à La Malbaie secteur Rivière-Malbaie et secteur du Cap-à-l’Aigle;

le rang Sainte-Mathilde, à La Malbaie secteur Rivière-Malbaie.
Cette partie du territoire agricole est très dynamique et a un historique d’élevage de bovins de boucherie et
de bovins laitiers. Près de 50 % de la zone agricole de ces rangs est en culture avec des contraintes
importantes de topographie. De nombreux cours d’eau drainent les terres en culture de la basse vallée
pour se déverser dans la rivière Malbaie (rivière à saumons). De plus, de par les contraintes de
topographie rencontrées dans la vallée, il apparaît que l’épandage d’engrais de ferme sous forme liquide
(lisiers) est non souhaitable tant au niveau économique pour les producteurs que pour la population et
l’environnement de la vallée.
Le corridor riverain de la rivière Malbaie, une rivière à saumons que longe le Chemin de la Vallée, est
identifié à titre de territoire d’intérêt écologique. Des investissements importants sont effectués pour mettre
en valeur cette rivière dont le potentiel salmonicole est évalué annuellement à 3 834 saumons adultes.
Les investissements totaux du projet de réintroduction du saumon se chiffrent à 2 285 000 $ répartis sur
une période de huit ans. Les retombées économiques potentielles sont évaluées à 2 000 000$
annuellement (2 600 jours de pêches annuellement). Dans le secteur de la rivière qui coule de Clermont
jusqu’à l’embouchure à La Malbaie (10 kilomètres) 3 fosses et 7 frayères potentielles ont été identifiées
dans le plan de mise en valeur et de restauration de la ressource salmonicole de la rivière Malbaie.
Le développement résidentiel du secteur de Rivière-Malbaie s’est effectué à proximité immédiate de la
zone agricole où une population importante habite maintenant le secteur. Le camping Fraser, situé sur le
Chemin de la Vallée opère depuis plus de quarante ans et accueille entre 200 et 300 campeurs par jours
pendant l’été. Un producteur de vaches laitières épand ses lisiers dans ce secteur. Le mode de gestion de
sa ferme est la gestion sur fumier liquide. Les vents dominants du nord amènent des odeurs provenant de
l’épandage des engrais de ferme dans le secteur des quartiers résidentiels « Desjardins » et « Girard » et
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
139
plus en aval vers La Malbaie. Le Chemin de la Vallée, qui accueille une population considérable est
identifié à titre de territoire d’intérêt patrimonial.
Le périmètre urbain de la ville de Clermont est quant à lui entouré de rangs agricoles et est encaissé dans
la vallée de la rivière Malbaie. La topographie particulière du secteur oriente les vents vers le périmètre
urbain et ceux-ci transportent les odeurs provenant d’une porcherie située à proximité. Le mode de gestion
de cette dernière est aussi sur fumier liquide.
Le secteur urbain, où se concentrent des usages résidentiels, commerciaux et touristiques, de La MalbaiePointe-au-Pic se trouve aussi dans un couloir de vent (l’embouchure des rivières Mailloux et Malbaie forme
une dépression dans laquelle le vent s’engouffre) amenant des odeurs provenant d’une porcherie (elle
aussi selon un mode de gestion sur fumier liquide) et de l’épandage effectué dans le rang de la rivière
Mailloux. Le centre commercial « Place Charlevoix » et le golf Murray Bay de La Malbaie font de ce
secteur un lieu très fréquenté par la population régionale, les voyageurs et les villégiateurs et attirent son
lot de plaintes reliées aux odeurs.
Finalement, le périmètre urbain du secteur de Cap-à-l’Aigle est aussi adjacent à la zone agricole. La rue
Saint-Raphaël, un territoire d’intérêt patrimonial le traverse. Les vents provenant du Nord, dominent les
fréquences observées avec 49% du temps. Ces vents soufflent les odeurs provenant des poulaillers et des
fermes bovines situés au nord de Cap-à-l’Aigle, un secteur où habitent de façon permanente environ 700
personnes et qui est fortement achalandé en saison estivale par les touristes et les villégiateurs.
La basse vallée de la rivière Malbaie accueille environ 11 000 habitants permanents et quelques centaines
de villégiateurs saisonniers en plus des nombreux touristes qui fréquentent le centre-ville de La Malbaie.
8.8
COHABITATION DES USAGES
Dans le passé, on a pu observer un manque de planification en ce qui a trait aux établissements de
production animale par rapport aux constructions résidentielles et vice-versa. On peut parler en fait d’une
absence de contrôle afin de limiter le rapprochement entre les établissements d’élevage et les autres
usages et constructions non associées à l’agriculture. C’est ainsi que doivent maintenant cohabiter, en
certains endroits du territoire, deux mondes souvent diamétralement opposés, à savoir les agriculteurs et
les non-agriculteurs, avec tout ce que cela peut entraîner : perturbations pour les uns, inconvénients ou
désagréments pour les autres.
Les problèmes d’odeur, de bruit et autres reliés aux établissements de production animale et les
protestations des citoyens concernés par ces problèmes ont amené quelques municipalités à faire du
zonage de production, c’est-à-dire à confiner certains types d’élevage à des endroits précis sur leur
territoire respectif. Les villes de Clermont et de La Malbaie ont prohibé certains types d’élevage (porc,
veaux, chenils) pour certaines zones agricoles situées à proximité de leur périmètre d’urbanisation
respectif. Aucune réglementation sur les distances à respecter entre un usage agricole et un usage
résidentiel n’a été adoptée par les municipalités. L’adoption d’une telle réglementation aurait sans doute
permis d’éviter des problèmes de voisinage.
À cet effet, les nouvelles orientations gouvernementales révisées en matière de protection du territoire et
des activités agricoles contiennent des paramètres pour déterminer les distances séparatrices à appliquer
entre les usages agricoles et non agricoles et ce, pour favoriser une cohabitation harmonieuse en zone
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
140
agricole. Ces paramètres sont intégrés au présent schéma d’aménagement et de développement et sont
en application depuis 2004 par le biais d’un règlement de contrôle intérimaire.
8.9
GESTION DES FUMIERS
L'application du programme d'aide à la gestion des fumiers sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est a
contribué, de 1988 à 1996, à améliorer de façon significative l'entreposage des fumiers provenant des
établissements de production animale, particulièrement en ce qui a trait aux porcs. L'ensemble des
équipements d'entreposage de fumier (fosses, abris à fumier, etc.) a été refait de manière à se conformer
aux normes du MDDEP. Plus de 1 354 903 $ ont été investis sur le territoire de la MRC, pour un total de
vingt projets dont treize à Saint-Irénée.
Tableau 8.17
Fumier solide
Fumier liquide
Structures d’entreposage des fumiers
AMAS AU
CHAMP
32
-
TRAITEMENT DES
FUMIERS
9
-
PLATE-FORME À
FUMIER SOLIDE
11
-
FOSSE À
LISIER
29
ENTREPOSAGE
SOUS LE BÂTIMENT
2
TOTAL
52
31
Source :MAPAQ, 2003
Le tableau ci-haut fait état de 93 structures d’entreposage existantes sur le territoire agricole de la MRC de
Charlevoix-Est en 2007. Selon Statistique Canada, l’épandage de fumier solide se fait sur 1 097 hectares
et le fumier liquide est épandu sur 1 659 hectares. Au total, c’est 2 756 hectares de la zone agricole, soit
51 % de la superficie cultivée déclarée qui est utilisée pour l’épandage.
8.10
BILAN DU MILIEU AGRICOLE
La MRC de Charlevoix-Est est « zonée » agricole sur près de 16 % du territoire municipalisé pour un total
de 19 915 hectares (excluant les TNO). Au total, la géographie particulière de la région (relief accidenté,
etc.) est peu propice à l’agriculture conventionnelle. Les gens qui œuvrent dans le milieu doivent donc faire
preuve de beaucoup d’imagination et de dynamisme pour faire face à la compétition. Ils y réussissent fort
bien puisque la contribution de l’agriculture à l’économie régionale est importante.
Comme dans plusieurs régions du Québec, le secteur agricole de la MRC de Charlevoix-Est connaît des
problèmes de relève et de continuité et cela se traduit par des fermes mises en vente, en zone agricole
dynamique, qui trouvent difficilement preneurs.
Les superficies utilisées pour le fourrage et le pâturage représentent 87 % de toute la production agricole
de la MRC.
Pour ce qui est des éleveurs d’animaux, le statut de la production de bovins de boucherie est précaire
étant donné le contexte économique (la chute de la valeur du bœuf), le caractère « à temps partiel »
auquel se prête fréquemment ce type de production et qui, de plus, est souvent un état de transition entre
la ferme laitière et la fermeture de la ferme. Les producteurs de porcs représentent 19 % des producteurs
agricoles et 22 % des éleveurs. Leur statut est aussi très précaire compte tenu du contexte de
mondialisation lié à une chute de prix du marché du porc et hausse du coût de production. Il est aussi
intéressant de noter que 5 % des éleveurs font de l’élevage non traditionnel; cervidés, chèvres, sangliers,
etc.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
141
La ville de La Malbaie comprend 43 % de toute la superficie en culture. La municipalité de Saint-Irénée,
qui représente 5 % du territoire de la MRC (TNO exclut) produit 32 % de toute la production végétale de la
MRC. Ce qui explique les problèmes de cohabitation que connait Saint-Irénée depuis 2006. L’intensité de
la production végétale, donc nécessitant de l’épandage, liée à la concentration de 11 unités d’élevage
porcin sur un tronçon de quelques kilomètres a mené la MRC à contingenter les élevages porcins.
Depuis 1990, plusieurs projets-pilotes ont été implantés dans Charlevoix-Est, dans le cadre d’un
programme gouvernemental d’essai et d’expérimentation en agroalimentaire. Ces projets, d’une durée
variant entre deux et trois ans, touchaient de nouvelles techniques, de nouveaux élevages, etc. Certains
ont été concluants, d’autres moins. Ces expériences ont montré le dynamisme des producteurs agricoles
et ont prouvé que le territoire agricole de la MRC constitue un laboratoire bio-alimentaire intéressant. C’est
aussi ce que présente le Plan de diversification et de développement économique de la MRC.
Les municipalités de Saint-Siméon, Saint-Aimé-des-Lacs et le secteur de Saint-Fidèle à La Malbaie sont
des endroits où la culture du sol en zone agroforestière est plus élevée que dans la zone agricole de la
municipalité.
Le milieu agricole subit des pressions et de plus en plus d’usages non agricoles s’y implantent. La majorité
des demandes (±70%) de dézonage vise une utilisation autre qu’agricole, soit la construction de
résidences principales (non rattachées à la ferme), la construction de résidences secondaires (chalets),
l’exploitation de carrières/sablières commerciales, etc. Une des pressions supplémentaires qui peut
expliquer la présence d’usages non agricole en zone agricole est la présence d’un réseau d’aqueduc et
d’égout municipal.
Le territoire agricole fait aussi l’objet de demandes de reboisement de terres. Il ne s’agit cependant pas
nécessairement de terres en culture qui ont été reboisées, mais souvent des lots boisés inclus dans la
zone agricole qui ont subi des coupes totales pour être reboisés par la suite.
Certaines municipalités sont aux prises avec une problématique particulière quant à leur territoire agricole.
C’est le cas Saint-Siméon (secteur de Port-au-Persil : possibilités de développement de l’agriculture très
limitées versus développement d’usages non agricoles de part et d'autre du chemin de Port-au-Persil et
obligation d’entreprendre des travaux de réfection), Notre-Dame-des-Monts (qualité de l’eau de la rivière
du Gouffre) et Clermont et La Malbaie (qualité de l’eau de la rivière Malbaie).
8.11
CADRE D’AMÉNAGEMENT RELIÉ AU MILIEU AGRICOLE
 La zone agricole protégée est divisée en 4 types d’affectations : agricole dynamique, agricole à
dynamiser, îlot déstructuré et îlot de consolidation
 L’usage habitation, commercial et industriel est interdit en zone agricole dynamique (à l’exception
des cas autorisés par la Loi de protection du territoire et des activités agricoles
 Les usages agrotouristiques sont autorisés en zone agricole car ils cadrent particulièrement bien
avec notre réalité touristique et économique
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
142
9.
RESSOURCES MINÉRALES
9.1
HISTORIQUE
D’après le ministère des Ressources naturelles et de la Faune, aucun projet minier d’envergure n’est
envisagé prochainement sur le territoire de la MRC. En fait, près de 75 ans après sa fermeture, la seule
mine répertoriée à ce jour sur le territoire de la MRC aura été celle du Lac Pied des Monts de Saint-Aimédes-Lacs. Celle-ci a été en opération pendant quelques années, une première fois, vers 1890 (jusqu’à 1914
environ) et pendant une dizaine d’années à partir des années 1935. Malgré un intérêt pour une nouvelle
exploitation entre les années 1985 à 2000, les prospecteurs mandatés à l’époque n’auront pas réussi à
relancer cette mine. Essentiellement, l’industrie minière de notre MRC se limite à des gravières et des
sablières. En outre, depuis les années 1990, on remarque une baisse constante de l’activité de celles-ci
dans la région.
9.2
SABLE ET GRACIER
L’extraction du sable et gravier se fait un peu partout au sein des municipalités locales de Charlevoix-Est,
aucune n’est dépourvue de site d’extraction, pas même les territoires non organisés. Le plus souvent les
sites sont situés le long d’axes routiers principaux, ce qui les rend visibles.
Un inventaire des sites d’extraction a été réalisé à partir des données du MDDEP, du ministère des
Transports et du ministère des Ressources naturelles et de la Faune, pour les sites qui se trouvent sur les
terres publiques.
L’analyse des données a permis de dénombrer 79 sites d’extraction, actifs ou non, dont 16 sur les terres
publiques qui sont sous juridiction du MRNF et pour lesquels des entrepreneurs ont des droits consentis.
Les autres sites se situent sur des terres privées (63), dont 34 en zone agricole (voir tableau 9.1 plus bas).
Ces sites sont exploités par des entrepreneurs en excavation ou des propriétaires privés qui allouent des
droits au MTQ ou à des entrepreneurs pour l’entretien de chemins ou à des fins de construction.
D’après les estimations obtenues, l’offre constituée par le volume disponible de sable et de gravier dans les
sites actuels répond suffisamment aux besoins de la région. Aucune municipalité n’est dépourvue de sites
d’extraction.
Certaines sablières sont plus exploitées que d’autres. C’est le cas notamment de celles qui appartiennent
aux entrepreneurs et à la Ville de La Malbaie. Ce sont ces sites qui, par leur niveau d’exploitation, génèrent
régulièrement des nuisances (bruit, poussière) et un achalandage de camions lourds qui surchargent le
réseau routier local.
Cinq carrières sont exploitées pour le prélèvement et le concassage de granit ou de calcaire. Ces dernières
se situent dans les secteurs Sainte-Agnès (2) et Rivière-Malbaie (2) et dans la ville de Clermont.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
143
9.3
IMPACTS DES ACTIVITÉS EXTRACTIVES
Les activités d’extraction ont des impacts sur le paysage, sur la qualité de vie des résidants (poussières,
bruit), sur la qualité de l’air et de l’eau et sur le réseau routier. Certains sites d’extraction constituent des
plaies béantes dans le paysage de certains territoires d’intérêt esthétique et sont visibles à partir des sites
d’observation régionaux. On pense par exemple au site régional de la Montagne de la Croix de Clermont qui
constitue un point d'observation régional reconnu ainsi qu’aux corridors routiers.
Considérant les impacts que peuvent générer les sites d’extraction, il est à se demander si les municipalités
n’ont pas intérêt à réduire les possibilités d’ouverture d’autres sites sur leur territoire.
Près de 34 sites de prélèvement de sable, gravier ou roc se situent dans la zone agricole. Le tableau 9.1
montre la localisation, par municipalité, des sites de prélèvement et leur superficie (lorsque disponible).
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
144
Tableau 9.1
Caractéristiques des carrières et sablières
MUNICIPALITÉ
Baie-Sainte-Catherine
Baie-Sainte-Catherine
Baie-Sainte-Catherine
Baie-Sainte-Catherine
Clermont
Clermont
Clermont
Clermont
Clermont
Clermont
Clermont
Clermont
Clermont
Clermont
Clermont
Clermont
La Malbaie, secteur La Malbaie-P.-P.
La Malbaie, secteur La Malbaie-P.-P.
La Malbaie, secteur La Malbaie-P.-P.
La Malbaie, secteur La Malbaie-P.-P.
La Malbaie, secteur La Malbaie-P.-P.
La Malbaie, secteur La Malbaie-P.-P.
La Malbaie, secteur La Malbaie-P.-P.
La Malbaie, secteur La Malbaie-P.-P.
La Malbaie, secteur La Malbaie-P.-P.
La Malbaie, secteur La Malbaie-P.-P.
La Malbaie, secteur La Malbaie-P.-P.
La Malbaie, secteur Rivière-Malbaie
La Malbaie, secteur Rivière-Malbaie
La Malbaie, secteur Rivière-Malbaie
La Malbaie, secteur Sainte-Agnès
La Malbaie, secteur Sainte-Agnès
La Malbaie, secteur Sainte-Agnès
La Malbaie, secteur Sainte-Agnès
La Malbaie, secteur Sainte-Agnès
La Malbaie, secteur Sainte-Agnès
La Malbaie, secteur Sainte-Agnès
La Malbaie, secteur Saint-Fidèle
La Malbaie, secteur Saint-Fidèle
La Malbaie, secteur Saint-Fidèle
La Malbaie, secteur Saint-Fidèle
La Malbaie, secteur Saint-Fidèle
La Malbaie, secteur Cap-à-L’Aigle
La Malbaie, secteur Cap-à-L’Aigle
La Malbaie, secteur Cap-à-L’Aigle
La Malbaie, secteur Cap-à-L’Aigle
La Malbaie,
TYPE D’EXPLOITATION
NUMÉRO (S) DE LOTS
SUPERFICIE DU
SITE M2
DATE DE DÉLIVRANCE
DU CERTIFICAT
D’AUTORISATION
DATE DE FIN DE
L’EXPLOITATION
carrière
sablière
carrière
56
6-P, rang B
17-A, 18, rang II
Lot 2 rang A
251-A
454
434
422
423
426, 1er rang nord-est
428, 1er rang nord-est
429, 1er rang nord-est
432, 1e rang nord-est
431, 1er rang nord-est
433, 1er rang nord-est
430, 1er rang nord-est
694
870
869-870
670
681-P, 684-P
310-P
763
708, 708-A, 709, 710, 711, 711A, 712, 713
695-A
697, 699, 703
580-P
208
661, 652
144
118
31
117, 118, 119
31
122
29, 30, rang 3
194
245
247, 249
428
429
445
46, rang du Cap-à-L’Aigle
85, rang du Cap-à-L’Aigle
60, rang du Cap-à-L’Aigle
59, rang du Cap-à-L’Aigle
592, rang sud-ouest, rivière
Murray
2000
31 juillet 1992
28 septembre 1992
EXPLOITATION
D’ÉQUIPEMENT DE
CONCASSAGE ET /OU DE
TAMISAGE

10 000
50 000
21 septembre 1998
30 novembre 2008

sablière
sablière
carrière
sablière
sablière
sablière
sablière
sablière
sablière
carrière (de granit)
sablière
sablière
sablière
sablière
sablière
sablière
carrière
sablière
carrière
sablière
carrière
sablière
carrière
carrière (de granit)
sablière
sablière
sablière
sablière
sablière
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
EXPLOITATION
EXISTANTE AVANT LE
21 DÉCEMBRE 1972
(DROITS ACQUIS)
EXPLOITATION NE
BÉNÉFICIANT
D’AUCUN DROIT
ACQUIS
EXPLOITATION À DES
FINS PERSONNELLES
AUTRE (EXPLOITATION ILLÉGALE, EN PROCESSUS
D’OBTENTION D’UN C.A., …)

Localisée en zone agricole

42 000
68 000
20 528
30 janvier 1979
15 décembre 1992
30 janvier 1989
14 décembre 2002
Localisée en zone agricole
Localisée en zone agricole
Localisée en zone agricole
Localisée en zone agricole
Localisée en zone agricole
Localisée en zone agricole
Localisée en zone agricole
Localisée en zone agricole
Localisée en zone agricole
51 000
88 000

13 000
30 000
30 000
c.a./date ?
20 avril 1999
2 octobre 1996
30 novembre 2009
31 novembre 2009
1er octobre 2001
Avis d’infraction émis
Dossier transmis au contentieux du MENV
En cours de restauration
27 870
12 septembre 1975
12 mars 1976
Localisée en zone agricole 
c.a. échu
Dossier transmis au contentieux du MENV

c.a./ date?
5 décembre 2005
23 juillet 1983
29 novembre 1983
décembre 1988
juillet 2013
c.a. échu le 14 juillet 1999
31 mai 2010
14 juillet 1999
31 mai 2010
31 mai 2004

13 841
15 000
100 000
100 000
7 juillet 2000
14 juin 1995
c.a./ date ?
15 juin 1999




29 juillet 1983

avril 2013




Soustrait de l’obligation d’obtenir un c.a.
Localisée en zone agricole
Localisée en zone agricole
Localisée en zone agricole
Localisée en zone agricole
Localisée en zone agricole
12 000
145
La Malbaie
La Malbaie
Saint-Aimé-des-Lacs
Saint-Aimé-des-Lacs
Saint-Aimé-des-Lacs
Saint-Aimé-des-Lacs
Saint-Aimé-des-Lacs
Notre-Dame-Des-Monts
sablière
sablière
589, rang sud-ouest, rivière
Murray
27, rang St-Joseph
303-P
267
sablière
sablière
sablière
100 000
Localisée en zone agricole
Localisée en zone agricole

Avis de non-assujettissement à l’article 22 de la L.Q.E.
émis sur le lot adjacent (128)

268
309-310
248
111-p, rang V


Localisée en zone agricole
Notre-Dame-Des-Monts
114, 115, 116, rang V
Notre-Dame-Des-Monts
118, rang V
Notre-Dame-Des-Monts
119, rang V
Notre-Dame-Des-Monts
7, rang VIII
Notre-Dame-Des-Monts
8, rang VIII
Notre-Dame-Des-Monts
9, rang VIII
6 498
Localisée en zone agricole
Notre-Dame-Des-Monts
7, rang VIII
31 500
Localisée en zone agricole
Notre-Dame-Des-Monts
8, rang VIII
Notre-Dame-Des-Monts
7, rang VIII
Notre-Dame-Des-Monts
5, rang VIII
Localisée en zone agricole
Notre-Dame-Des-Monts
8, rang VIII
Localisée en zone agricole
Notre-Dame-Des-Monts
6, rang VIII
68 415
72-P
348-P
15 000
24 avril 1996
67-P
104
86 000
23 février 1995
80 000
58 500
28 septembre 2000
29 septembre 2005
43 000
18 août 1999
1er août 2009
Saint-Irénée
Saint-Irénée
Saint-Siméon
Saint-Siméon
Saint-Siméon
Saint-Siméon
Saint-Siméon
Saint-Siméon
sablière
sablière (usine béton
bitumineux)
sablière
sablière (usine béton
bitumineux)
sablière
sablière
carrière
sablière
53
52-53
8
13-A
Localisée en zone agricole
14 800
Localisée en zone agricole
Localisée en zone agricole
8 100
Localisée en zone agricole
Localisée en zone agricole
Localisée en zone agricole
20 700
Localisée en zone agricole
Localisée en zone agricole




Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
Avis de non-assujettissement à l’article 22 de la L.Q.E.
en restauration
Juin 2001
146
9.4
PROTECTION DU TERRITOIRE ET CONTRAINTES À L’EXPLOITATION MINIÈRE
D’après les données du Ministère des Ressources naturelles et de la Faune sur les contraintes minières
au Québec, on remarque une grande concentration de « contraintes majeures » sur le territoire de
Charlevoix-Est. Le tableau suivant présente ces contraintes.
Tableau 9.2
Tableau sur les contraintes à l’exploitation minière dans la MRC de Charlevoix-Est
Type de contrainte
Aire de captage d'eau souterraine*
Centre éducatif forestier*
Écosystème forestier exceptionnel (3)*
Forêts d'expérimentation (13)
Refuges biologiques (7)*
Réserve écologique*
Parc National*
Projet de parc*
Projet de parc éolien
Projet de Parc National*
Projet de site géologique
exceptionnel*
Nom ou localisation
Saint-Siméon
Les Palissades
1) Forêt rare de la Montagne-del'ours
2) Forêt du Lac-aux-Canards
3) Forêt de la Montagne Mc-Leod
Entrée en
vigueur
2009
1976
Activités
minières
Interdite
Interdite
Sable et gravier
permis
Non
Non
2002
2009
2008
Non
Non
Non
1) Deuxième-Lac-des-Marais
1998
2) De Sales
1998
3) Mont-Murray et Mont-Murray A
1998
1998, 2002 (N
et O)
2008
Interdite
Interdite
Interdite
Permise sous
conditions
Permise sous
conditions
Permise sous
conditions
Permise sous
conditions
Interdite
2000
Interdite
Non
2000
1983
Interdite
Interdite
Non
Non
1998
1976
Non
Non
4) Chauveau D,E,F,G,H,I,J,N,O
03351R020-21-22-26-27-28-38
Réserve écologique des GrandsOrmes
1) Hautes-Georges-de-la-RivièreMalbaie
2) Parc National du Saguenay
3) Parc marin Saguenay-SaintLaurent
Secteur Mont-Grand-Fonds
Oui
Oui
Oui
Oui
Non
Zec Lac-au-Sable
Parc National de la Côte-deCharlevoix
2010
Interdite
Interdite
Permise sous
conditions
2009
Interdite
Non
Secteur Pointe-au-Pic
2010
Interdite
Non
Non
Une majeure partie de la côte est de la région n’est pas consentie à l’exploitation et l’exploration minière
dans la mesure où cette zone est protégée par le Parc marin du Saguenay-Saint-Laurent. C’est la raison
pour laquelle aucune prospection n’a été attribuée dans ce secteur pour la recherche possible de pétrole et
de gaz naturel dans le fleuve Saint-Laurent (de l’embouchure de la Rivière Saguenay au secteur SaintFidèle (ville de La Malbaie)). Dans le même ordre d’idée, il faut aussi considérer le parc national des
Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie et le parc national du Saguenay comme territoire sous contrainte
majeure à l’industrie minière pour des raisons similaires.
Par ailleurs, il existe aussi une zone protégée pour un site potentiel de parc éolien au nord de la
municipalité de Clermont, il est important de le souligner puisqu’il se localise dans un secteur où de
nombreux titres miniers d’exploration ont été accordés dans les dernières années. Par contre, on constate
que les activités minières y sont permises, sous certaines conditions, mais que l’extraction de sable et de
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
147
gravier y est interdite en raison des sédiments qui pourraient endommager les éoliennes dans le cas où le
projet se concrétise.
De plus, à l’est de la MRC, on s’aperçoit qu’une bande considérable du territoire a été suspendue
temporairement (contrainte majeure à l’exploration) en raison d’un projet pour un nouveau parc national
dans la région soit l’arc national de la Côte-de-Charlevoix. Cette zone a été fortement ciblée dans les dix
dernières années puisque plusieurs travaux déclarés (levés géophysiques, géochimiques, géologiques,
sondage, examen de propriété, décapage/excavation, échantillonnage, etc.) y ont été recensés. En fait, la
municipalité de Saint-Siméon fut prisée par de nombreux prospecteurs à la recherche notamment
d’uranium (voir tableau sur les gisements miniers) dans la mesure où la superficie totale des travaux
déclarés pour cette période se chiffre à plus de 103 kilomètres carrés, soit près de 36% du territoire de la
municipalité. Par contre, la grande majorité de la superficie où les travaux ont été effectués se retrouve
maintenant dans le périmètre suspendu temporairement en raison du projet de parc national.
Depuis 2010, un secteur de Pointe-au-Pic à La Malbaie fait l’objet d’une suspension provisoire à l’octroi de
titres miniers en raison d’un projet de site géologique exceptionnel. En effet, ce site (deux concentrations
d’affleurements) possède plusieurs critères d’exception. Par conséquent, grâce à son accessibilité et son
potentiel géotouristique qui s’arrimeraient très bien avec la vocation de la région, on désire créer un site
géologique exceptionnel à cet endroit afin de le mettre en valeur et le faire connaitre du public.
9.5
POSSIBILITÉS D’EXPLOITATION MINIÈRE DANS CHARLEVOIX-EST
Dernièrement, on a découvert que les bassins sédimentaires du Québec étaient potentiellement propices à
la découverte d’hydrocarbures. En réalité, des études récentes ont démontré des « îlots favorables » à
l’exploitation gazière et pétrolière dans cette zone, dont la superficie totale s’étend sur plus de
200 000 km2 de la frontière ontarienne à celle de Terre-Neuve, dans l’axe du Fleuve Saint-Laurent. Cet
engouement aura permis le forage de plus de 350 puits d’exploration depuis les années 1990 au Québec.
La région de Charlevoix n’échappe pas à ce regain pour l’exploitation gazière puisque quelques permis
d’exploration ont été émis dans le secteur de la MRC de Charlevoix-Est. Parmi les entreprises ayant
obtenu un tel privilège, mentionnons Les Mines J.A.G Ltée qui détiennent deux permis d’exploration dans
la région, dont un dans la MRC de Charlevoix-Est (permis 2006PG844). Ces derniers ont voulu explorer le
potentiel en hydrocarbures que le bassin des Basses-Terres du Saint-Laurent, surtout dans la vallée de la
Rivière-Malbaie, pouvait leur offrir. Cependant, il ne veut pas nécessairement dire que des ressources
pétrolières et gazières seront répertoriées ou du moins, qu’elles seront assez importantes pour être
exploitées.
Dans l’ensemble, le territoire occupé par notre MRC est parsemé de « claims jalonnés » (titre minier
d’exploration) et certains « claims désignés » (titre minier d’exploration en demande). Par contre, ces
derniers sont très restreints dans la municipalité régionale de comté de Charlevoix-Est. En fait, on en
retrouve seulement à deux endroits, à la limite entre les deux MRC de Charlevoix (nord-ouest de SaintAimé-des-Lacs, à l’ouest du Lac Pied des Monts) où on y recense la présence possible d’or, et également,
dans la partie orientale du la MRC (nord de Port aux Quilles) en raison d’un potentiel en uranium dans ce
secteur. Par contre, dans les deux cas, les territoires ciblés sont à proximité de zones où l’exploration
minière est interdite, donc ce qui sous-entend qu’ils chevauchent des secteurs sous protection de
l’environnement (Parc National par exemple), ce qui viendrait fort probablement freiner le développement
de sites miniers de grandes envergures.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
148
Tableau 9.3
Gisements miniers recensés dans la MRC de Charlevoix-Est
Nom
Caractéristique du gisement
Baie-des-Rochers
Localisation
Année de découverte
Substance
Gisement
Saint-Siméon
-
Pierre architecturale
Beauchemin
Indice, aucun travail
Baie-Sainte-Catherine
1999
Cu
Camille
Indice, aucun travail
Baie-Sainte-Catherine
2000
Au, Cu
ECH.186110
Indice, aucun travail
Baie-Sainte-Catherine
2002
Cu, Au, Ag
Gîte avec tonnage évalué
Baie-Sainte-Catherine
1910
Mica
Lac Fafard
Gisement avec tonnage évalué
Baie-Sainte-Catherine
1967
U, Y
Lac Feuillos
Gîte travaillé
Baie-Sainte-Catherine
2001
Pd, Pt, Cu
Lac Rouge
Indice, aucun travail
Baie-Sainte-Catherine
1968
U, Th
Gisement avec tonnage évalué
Saint-Aimé-des-Lacs
1958
Au
Mine fermée
TNO Mont-Élie
1892
Mica
Gisement
Saint-Siméon
-
Pierre architecturale
KONITIKI (St-Simeon Mica)
Lullwitz-Kaeppeli
Mine du Lac Pied des Monts
Montagne de la Tour
Prospect Lac Deschenes
Indice, aucun travail
TNO Mont-Élie
1955
Cu
Rivière Jacob
Gîte travaillé
TNO Mont-Élie
1928
Fluorite
Sainte-Mathilde
Gîte travaillé
Cap-à-l'aigle
1983
Zn, Au
Saguenay Mining
Gîte travaillé
TNO Mont-Élie
1954
Au
Gisement
Saint-Siméon
-
Silice en morceau
Gîte travaillé
Saint-Siméon
1949
U, Th
Indice, aucun travail
Baie-Sainte-Catherine
2002
Cuivre
Silice de Saint-Siméon
St-Simeon Uranium
Sud-Est du Lac à David
9.6
BILAN DES ACTIVITÉS EXTRACTIVES
Les activités d’extraction ont des impacts sur le paysage, sur la qualité de vie des résidants (poussières,
bruit, etc.), sur la qualité de l’air et de l’eau et sur le réseau routier (usure prématurée par exemple).
Plusieurs sites d’extraction constituent des plaies béantes dans le paysage de certains territoires d’intérêt
esthétique et sont visibles à partir des sites d’observation régionaux. Notamment, on peut penser au site
régional de la Montagne de la Croix de Clermont qui constitue un point d’observation reconnu dans la
région ainsi qu’aux corridors routiers tels que la route 138. Considérant les impacts négatifs que peuvent
générer les sites d’extraction, il est à se demander si les municipalités n’ont pas intérêt à réduire les
possibilités d’ouverture d’autres sites sur le territoire. Le présent schéma, dans le document
complémentaire, prohibe l’ouverture de nouveaux sites dans les sites d’intérêts identifiés (chapitre 11).
La protection actuelle du territoire est une contrainte en plusieurs endroits pour le développement minier.
Toutefois, la MRC recèle certains gisements qui pourraient présenter de l’intérêt pour des développeurs
miniers.
9.7
CADRE D’AMÉNAGEMENT RÉLIÉ À L’ACTIVITÉ EXTRACTION
 L’usage extraction est autorisé uniquement en affectation agroforestière et multiressource (Cette
interdiction ne s’applique pas aux terres du domaine de l’État)
 Des distances entre cet usage et d’autres usages sont établies au document complémentaire
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
149
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
150
10.
RÉCRÉATION
10.1
TERRITOIRES STRUCTURÉS DE ZEC ET DE POURVOIRIES
Sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est, on compte quatorze pourvoiries dont une est sans droits
exclusifs et se trouve en partie sur terres privées, en partie sur terres publiques. La majorité (11 sur 13) de
ces pourvoiries se situe entièrement à l’intérieur du territoire de la MRC alors que les autres n’y sont
situées qu’en partie. On compte également trois zones d’exploitation contrôlée (ZEC).
Tous les territoires structurés de la MRC sont d’abord orientés vers des activités de chasse et de pêche.
Certaines pourvoiries et ZEC offrent cependant la possibilité d’exercer des activités de nature autre
comme, par exemple, la pratique de la motoneige en hiver, etc. Avec les années, certaines ont élargi la
gamme des services offerts de manière à rejoindre une clientèle plus vaste, et ce, sur une période
d’opération plus longue.
C’est d’ailleurs le cas de la ZEC du Lac-au-Sable qui vu son Plan de développement d’activités récréatives
(PDAR) accepté par le gouvernement en 2008. Ce nouveau plan identifie, entre autres, des activités
comme le camping, les sentiers pour véhicules hors route, la location de chalets et la randonnée sur les
sommets (mont Élie) comme ayant un potentiel très intéressant compte tenu des caractéristiques uniques
de ce milieu et de la demande locale et provinciale. Notons également que, « dans une récente enquête
d’opinion, la ZEC du Lac-au-Sable s’est classée deuxième parmi les 63 ZEC que compte le Québec
laquelle les répondants se souviennent avoir visitée (sic.) ».14
Par ailleurs, entre 1986 et 1998, on a dénombré quelques demandes d’agrandissement de pourvoiries et
de ZEC (7 demandes au total). Depuis cette période, aucune nouvelle demande n’a été faite.
14
ZECs Québec, Votre Bulletin, Volume 10, numéro 2, juin 2008, page 12.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
151
Carte 8
Territoire des pourvoiries
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
153
Carte 9
Territoire des ZEC
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
155
Tableau 10.1
Caractérisation des territoires structurés de ZEC et de pourvoiries
NOM DE LA POURVOIRIE
LOCALISATION
Club Basque enr.
Club Bataram inc.
lac Basque
lac de la rivière Noire, lac des Îlots, lac
au Plongeon
lac Comporté
lac des Bonnes Gens
lac Port-aux-Quilles
lac Malbaie
lac François
lac de la Chute
lac Croche
Petit lac des Castors
lac Louis
lac Bazile
lac Dallaire
de la Comporté
Le domaine Le Pic Bois inc.
Domaine chasse et pêche Gaudias Foster inc.
Ça Mord inc.
Club de chasse et pêche Lac Fontaine inc.
Lac de la Chute enr.
du lac Croche inc.
Club des Trois Castors inc.
Pourvoirie des lacs Roger et Faucille inc.
Club des Hauteurs
Club commercial Raoul Lavoie enr.
Villa St-Louis et Lac Brouillard
TOTAL
NOM DE LA ZEC
ZEC Lac-au-Sable
ZEC Buteux-Bas-Saguenay
ZEC des Martres
LOCALISATION
---TOTAL
GRAND TOTAL (pourvoiries + ZEC)
DROITS EXCLUSIFS
(km2)
15,4
74,6
29
8,2
35
4,5
9,2
sans droits exclusifs
32,3
32
32
37,3
12,5
18,7
340,7
DROITS EXCLUSIFS
347
188
104
639
979,7
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
10.2
10.2.1
ACTIVITÉS RÉCRÉATIVES
Sur les terres publiques
Outre les activités reliées à l’approvisionnement en matière ligneuse, à la villégiature, à la pêche, à la
chasse et au piégeage, les terres du domaine public de la MRC de Charlevoix-Est sont l’hôte d’activités
récréatives. C’est ainsi que se côtoient différentes activités, allant de la pratique du ski de randonnée, à la
pratique de la motoneige, en passant par le rafting de plaisance. Parmi les activités, on retrouve :
-
la Traversée de Charlevoix (sentier de longue randonnée (ski de fond, marche) de plus de 100 km);
-
le Club des Aventuriers inc. et Sapin d’or (réseau de sentiers de motoneige reliant la Vieille Capitale
à Charlevoix, jusqu’au Saguenay—Lac St-Jean et la Côte-Nord);
-
autres (vélo de montagne sur sentiers forestiers, kayak, canoë…).
Parfois, l’ajout d’activités récréatives se traduit par de nouvelles contraintes pour l’exploitation forestière et
pour les ZEC, en période de chasse par exemple.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
157
10.2.2
En milieu agroforestier
Pour la majorité des propriétaires de boisés privés, la principale raison pour posséder un lot forestier est la
récréation.15 Outre les activités de récréation « personnelle », des activités récréatives « publiques »
existent sur les terres privées de la MRC de Charlevoix-Est. Les principaux sites d’activités ainsi que le
type d’activités qu’ils offrent sont présentés au tableau suivant.
Tableau 10.2
Principaux sites d’activités récréatives sur les terres privées des secteurs
agroforestiers par municipalité
MUNICIPALITÉ
TYPE D’ACTIVITÉS
Baie Sainte-Catherine
Plage
Baignade et
embarcations
Saint-Siméon
Ranch La Licorne
Équitation
Camping Maurice
Camping Lévesque
Camping Falaise sur mer
Camping et plage municipale
Hébergement léger
La Malbaie
Camping Sault d’eau
Secteur Saint-Fidèle
Secteur Cap-à-l’Aigle Marina de Cap-à-l’Aigle
départ
de
petites
Hébergement léger
Mise à l’eau de petites et moyennes
embarcations, restauration
Secteur Sainte-Agnès Centre de Plein air Les Sources Ski de fond et raquette
Joyeuses de La Malbaie
Sentiers de ski de fond de la Ski de fond
Corporation des loisirs de SainteAgnès
Camping Le Triskel
Hébergement léger
Secteur Rivière-Malbaie Station de ski du mont Grand- Ski alpin, ski de fond, raquette,
Fonds (en partie)
restauration
Camping au Bord de la rivière
Hébergement léger et restauration
Secteur La Malbaie-Pointe-au-Pic Golf du Manoir Richelieu
Saint-Aimé-des-Lacs
Saint-Irénée
Golf et restauration
Camping des Érables
Hébergement léger
Camping Dallaire
Camping (Gaston Simard)
Hippodrome de la Vallée
Hébergement léger
Plage
Baignade et mise à l’eau de petites
embarcations
Baignade, mise à l’eau de petites
embarcations et équitation
Plage
Activités d’équitation
MRC de Charlevoix-Est, Département de l’aménagement du territoire
15
Source : PPMV, mars 2001
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
158
10.2.3
Secteurs à potentiel récréatif
CORRIDOR DE LA RIVIÈRE MALBAIE
Le corridor relie le secteur snigole à Clermont et le chemin d’accès au Parc national des Hautes-Gorgesde-la-Rivière-Malbaie à Saint-Aimé-des-Lacs
La rivière Malbaie suscite un intérêt tout au long de son parcours. Cette rivière à saumons est au cœur de
l’activité économique charlevoisienne depuis le tout début de la colonisation. Le chemin des Lacs à
Clermont offre un accès à la rivière, à la ZEC Lac-au-Sable et aux pourvoiries Lajoie, des Trois castors et
du Club des hauteurs. De nombreux chalets sont présents dans le secteur et un projet de base de plein air
a déjà été envisagé. Des chemins appartenant à la compagnie forestière Abitibi-Bowater permettent en
plusieurs endroits de rejoindre la rivière et d’enjamber cette dernière pour rejoindre le site de la montagne
de la croix à Clermont. Ce site d’observation régional offre un panorama de 360 degrés sur la vallée de la
rivière Malbaie. Des sentiers de motoneiges du club Les Aventuriers de Charlevoix inc. permettent de faire
le lien entre Clermont et Saint-Aimé-des-Lacs en empruntant les chemins forestiers.
Le village de Saint-Aimé-des-Lacs, situé dans l’arrière-pays de Charlevoix, a depuis longtemps une
vocation de villégiature et de récréation. La présence de nombreux lacs, d’un réseau de vallées
profondément découpées par de hautes montagnes, d’un couvert forestier et d’une faune abondante y est
pour quelque chose. Le Parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie est à 28 kilomètres du
village de Saint-Aimé-des-Lacs. Sur le somptueux parcours qui traverse le village et donne accès au parc
et à la ZEC des martres, circulent entre mai et octobre de nombreux cyclistes, des villégiateurs, des
chasseurs, des pêcheurs et des excursionnistes. On retrouve aussi plusieurs services de ravitaillement :
un dépanneur, des services de restauration rapide, une station-service, des gîtes et une petite auberge.
BANDE LITTORALE DU FLEUVE SAINT-LAURENT
Ce secteur du littoral est compris entre la route 138 et le fleuve Saint-Laurent, débutant à la hauteur du
secteur Saint-Fidèle à La Malbaie jusqu’à Baie-Sainte-Catherine
Ce corridor est désigné par le MDDEP « région naturelle B-21 » appelée « la côte Charlevoisienne ». Le
schéma d’aménagement et de développement identifie ce secteur comme un territoire d’intérêt esthétique.
Le secteur Saint-Fidèle est la porte d’entrée du Parc marin du Saguenay-St-Laurent dont les limites
s’étendent jusqu’aux Escoumins. En plusieurs endroits, on retrouve des bâtiments d’accueil légers et des
sentiers aménagés pour ou par le public qui donnent accès à l’estuaire du St-Laurent, un accès précieux
aux yeux des citoyens de Charlevoix qui ont vu le nombre d’accès publics diminuer grandement au fil des
ans. Certains propriétaires de grands domaines bloquent aujourd’hui l’accès à certains sites autrefois
accessibles. Ainsi, bon nombre d’excursionnistes se rendent aux phares du Cap-au-Saumon et du Cap-dela-tête-au-chien, à Baie-des-Rochers, à Port-au-Persil, à l’Anse du chafaud aux Basques, à Pointe aux
Alouettes et à Pointe aux bouleaux pour profiter de l’environnement naturel et des points de vue inégalés
sur le Saint-Laurent. Au nord de la route 138, des sentiers pédestres et motorisés relient Charlevoix au
Saguenay.
Deux modes de tenures se complètent dans ce grand secteur, soit la tenure publique (lots intramunicipaux) et la tenure privée. Ce secteur a une vocation hautement récréative et de conservation étant
donné le peu ou l’absence d’activités humaines autre que l’habitation permanente et secondaire.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
159
10.2.4
Projets récréatifs
Différents projets sont prévus, à court, moyen ou long terme, sur les terres du domaine public de la MRC.
Parmi ces projets, un a été mené à terme : la création du Parc national des Hautes-Gorges-de-la-RivièreMalbaie. Ce projet d’importance permet enfin à ce territoire d’avoir une reconnaissance et un statut à la
hauteur de ce qu’il a à offrir.
Par ailleurs, au cours des dernières années, certaines personnes ou groupes se sont montrés intéressés à
avoir accès à un champ de tir régional qui leur permettrait de pratiquer leur tir dans un endroit officiel et
sécuritaire. D’autres projets, comme l’agrandissement de campings existants sont à prévoir.
L’implantation d’un parc national dans l’est sur des blocs de lots intramunicipaux (Palissades-Baie-desRochers) est également à considérer de même qu’une démarche de consolidation du réseau de sentiers
pédestres actuels qui permettrait de dynamiser le réseau actuel.
10.3
VILLÉGIATURE COMMUNAUTAIRE ET COMMERCIALE 16
Les terres du domaine public de la MRC de Charlevoix-Est sont incluses au plan régional de
développement de la villégiature (PRDV) de la région de la Capitale-Nationale qui a été adopté en 1993.
Ce PRDV constituait un outil de planification quinquennal qui devait orienter, sur les terres publiques, le
développement de la villégiature sous ses différentes formes. Près de 25 années se sont écoulées depuis
l’adoption du premier PRDV. À l’origine, seuls les plans d’eau qui ont une superficie minimale de
20 hectares pouvaient être développés afin de compenser la pression exercée sur l’ensemble du territoire.
Dans le PRDV de 1993, le domaine public québécois avait été divisé en quatre grands territoires. La limite
de ces territoires marquait une gradation de la pression d’utilisation des terres du domaine public à des fins
récréatives. Cette pression variait de forte, dans le territoire 1, à très faible, dans le territoire 4.
Les terres du domaine public de la MRC de Charlevoix-Est faisaient partie du territoire 2, ce qui signifiait
que la pression de l’utilisation du territoire à des fins récréatives était moyenne.
« Le territoire 2 est caractérisé par une pression d’utilisation des terres à des fins récréatives suffisamment
importante pour que les terres qui présentent les meilleures possibilités de récréation, surtout les terres
riveraines, soient convoitées par un nombre important de personnes. Parce que ces terres sont assez
facilement accessibles, les sites les plus propices à la récréation de plein-air intéressent des clientèles
aussi diversifiées que les villégiateurs, les clients d’établissements touristiques, les campeurs et les
utilisateurs quotidiens. » 17
Les types de villégiature du territoire de gestion numéro 2 étaient les suivants: villégiature communautaire
et commerciale. Quant aux formes de développement autorisées, il y en avait deux soit, le développement
regroupé et le développement dispersé (avec un minimum de trois emplacements).
Dans la programmation de développement de la villégiature du PRDV de la région de Québec qui était en
vigueur, huit sites (lacs) avaient été retenus sur le territoire de la MRC pour étude afin de déterminer une
16
17
La villégiature communautaire comprend les terrains de camping (incluant parfois des roulottes permanentes) dans les ZEC et il n’y a
pas de rotation dans les baux. La villégiature commerciale inclut les pourvoiries dans lesquels sont implantés plusieurs chalets mis en
location.
GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Guide de développement de la villégiature sur les terres du domaine public. 1994, pages 3 et 4.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
160
éventuelle possibilité de développement. Il s’agissait des lacs Chaud, de la rivière Noire, Germain, Jamay,
au Sable, des Caleçons, du Cèdre et du Troisième lac des Marais. Il n’y a pas eu de suite au
développement prévu car des études ont démontré le peu de potentiel des lacs qui avaient été retenus.
En 2005, un nouveau plan régional de développement du territoire public de la Capitale-Nationale a été
adopté. Les types et formes de villégiature qui sont privilégiés sont demeurés pratiquement les mêmes
que dans le PRDV de 1993. Suite à plusieurs rencontres entre la MRC et le MRNF survenues en 2007 et
2008, une nouvelle analyse des possibilités de développement de la villégiature sera effectuée pour les
ZEC des Martres et Buteux-Bas-Saguenay. De plus, compte tenu des nouveaux chemins forestiers
construits depuis l’analyse de 1993, on procèdera à nouveau à la recherche des lacs ayant un potentiel
pour la villégiature sur les terres publiques de la MRC de Charlevoix-Est. Finalement, on étudie
actuellement la possibilité de développer de la villégiature sur des lacs fauniques (lac des Bouleaux et
troisième lac des marais). Des considérations et normes particulières devront alors être élaborées,
considérant leur importance faunique.
Au total, 262 baux de villégiature ont été alloués sur le territoire de la MRC. Le réseau d’accès aux sites de
villégiature correspond en général au réseau de chemins forestiers existants. Ces derniers ne donnent
cependant pas accès à chaque emplacement, ce qui peut être contraignant pour la MRC lorsqu’elle veut
appliquer sa réglementation. La MRC réaffirme sa volonté de gérer localement les baux de villégiature.
La rareté des emplacements destinés à la construction de chalets sur les terres du domaine public peut en
partie expliquer la popularité grandissante des campings. Ces derniers semblent avoir connu un essor
avec la création des zones d’exploitations contrôlées (ZEC). Sur le territoire de la MRC, cela se traduit par
l’apparition d’une villégiature « déguisée » sur les ZEC Lac-au-Sable, des Martes et Buteux-Bas-Saguenay
où se sont progressivement implantées des roulottes et ce, de façon quasi permanente. De cette
villégiature « déguisée » ressortent des iniquités entre ces villégiateurs « nouveau genre » et les
villégiateurs qui paient leurs taxes municipales et scolaires, qui paient pour la location de leurs
emplacements (baux) et qui doivent respecter les règlements en vigueur (règlements d’urbanisme du
TNO). En 2002, la MRC de Charlevoix-Est a innové en adoptant un règlement de contrôle intérimaire
(RCI) pour contrôler cet usage sur les terres publiques.18 Reste la situation de la sédentarisation des
emplacements de camping aménagé. Le PRDIRT identifie cet enjeu comme une problématique. La MRC
n’a pas de prise dans la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme afin d’exiger une rotation des détenteurs
d’un bail de site de camping aménagé. Une telle rotation est importante afin d’assurer l’accès au territoire
public et l’équité avec les détenteurs de baux de villégiature. À l’heure actuelle, l’utilisation des campings
aménagés est ni plus ni moins la même que celle des beaux de villégiature privée. Les occupants
s’installent à demeure et lorsqu’ils veulent quitter ils vendent leur équipement, tel un chalet.
De plus, une uniformisation de la villégiature en forêt publique au niveau provincial est souhaitable puisque
bien souvent une ZEC chevauche plus d’une MRC ce qui complique le travail de la MRC la plus
contraignante et des gestionnaires de ZEC qui doivent vivre avec deux réalités.
Par ailleurs, parallèlement à la prolifération des campings sur les terres du domaine public, une autre
forme d’occupation, l’occupation sans droit, touche aussi le territoire de la MRC. Le ministère des
18
Ce RCI, qui a reçu les approbations gouvernementales, a d’ailleurs permis à la MRC de se mériter le prix Naturas-COMBEQ. Ce prix
est une initiative conjointe de la Corporation des officiers municipaux en bâtiment et en environnement du Québec (COMBEQ) et du
MDDEP. Il vise à souligner, chaque année, la contribution d’un membre de la COMBEQ pour la protection de l’environnement et sa
mise en valeur.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
161
Ressources naturelles et de la Faune est intervenu dans le passé, et aura à intervenir encore, pour rendre
disponibles les emplacements conformément aux orientations du PRDTP. Lors de la première année de
réalisation du PRDTP (PRDV à l’origine), le Ministère a résolu 16 dossiers d’occupation sans droit alors
que 33 autres dossiers étaient en traitement et que 6 autres ont été référés au ministère de la Justice afin
que des procédures soient prises envers les contrevenants.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
162
Carte 10
Campings sur zec
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
163
10.4
TERRAINS ET CAMPS DE PIÉGEAGE
Les trois ZECs que compte la MRC sur son territoire regroupent toutes des terrains et des camps de
piégeage. Au total, on retrouve 23 terrains de piégeage et 17 camps. Les principaux animaux convoités
sont le castor, la loutre, la martre d’Amérique, le lynx, le rat musqué, le vison, l’ours, le loup et le coyote. Le
nombre de camps est faible par rapport au nombre de terrains de piégeage ce qui s’explique par le fait que
la plupart des terrains de piégeage accueillent déjà des emplacements de villégiature, ce qui rend difficile
la construction d’un camp.
Il est à prévoir, par ailleurs, que la rareté des emplacements de villégiature sur terres publiques pose
comme problème une forme de villégiature détournée qui peut passer par l’obtention d’une autorisation
pour la construction d’un camp de piégeage (sur les terrains de piégeage encore disponibles), lequel camp
servant par la suite pour des fins de villégiature et non pour des activités de piégeage.
Le Règlement sur les activités de piégeage et le commerce des fourrures (C-61.1, r.3, art. 26-27) exige
que la construction d’un camp de piégeage doit réponde aux critères suivants : la valeur maximum des
bâtiments (camp + toilette sèche + remise) est fixée à 6 000$, construire dans un délai de deux ans de la
réception de l’autorisation du MRNF, situer les bâtiments à plus de 300 mètres de la ligne des hautes eaux
dans le cas d’un lac dont la superficie est inférieure ou égale à 20 hectares sinon, situer les bâtiments à
plus de 25 mètres de la ligne des hautes eaux. L’ensemble des bâtiments devra avoir une superficie
maximale de 45 m2, les bâtiments ne devront pas comporter de fondation permanente, les bâtiments
devront comporter un seul étage, la distance entre le camp et la remise ne devra pas excéder 20 mètres.
Tableau 10.3
Terrains et camps de piégeage à l’intérieur des ZECs
NOM DE LA ZEC
ZEC Buteux—Bas-Saguenay
ZEC Lac-au-Sable
ZEC des Martres
TOTAL
NOMBRE
DE TERRAINS
DE PIÉGEAGE
11
10
2
23
NOMBRE
DE CAMPS
DE PIÉGEAGE
8
7
2
17
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
10.5
BILAN DE LA RÉCRÉATION
Sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est, on compte quatorze pourvoiries et trois zones d’exploitation
contrôlée (ZEC). Tous les territoires structurés de la MRC sont d’abord orientés vers des activités de
chasse et de pêche. Certaines pourvoiries et ZEC offrent cependant la possibilité d’exercer des activités
de nature autre comme, par exemple, la pratique de la motoneige en hiver, etc.
Outre les activités reliées à l’approvisionnement en matière ligneuse, à la villégiature, à la pêche, à la
chasse et au piégeage, les terres du domaine public de la MRC de Charlevoix-Est sont l’hôte d’activités
récréatives. La pratique d’activités de récréation « privées », et « publiques » existe également sur les
terres privées de la MRC de Charlevoix-Est.
Différents secteurs de la MRC possèdent un potentiel pour le développement d’activités récréatives. C’est
le cas du corridor de la rivière Malbaie (incluant le Parc national des Hautes-Gorges-de-la-RivièreMalbaie), la bande du littoral du fleuve St-Laurent (incluant la porte d’entrée du Parc marin du SaguenaySaint-Laurent).
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
165
Différents projets sont prévus, à court, moyen ou long terme, sur les terres du domaine public de la MRC.
L’implantation d’un parc national dans l’est sur des blocs de lots intras-municipaux (Palissades-Baie-desRochers) est prévue de même qu’une démarche de consolidation du réseau de sentiers pédestres actuels
qui permettrait de dynamiser le réseau actuel.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
166
11.
TERRITOIRES D’INTÉRÊT
Par sa géographie particulière (montagnes, vallée, flore et faune diversifiées, climat, histoire, présence de
l'estuaire du St-Laurent), le territoire de la MRC de Charlevoix-Est est constitué de multiples secteurs
présentant un intérêt régional.
Il y a lieu de reconnaître de façon spécifique ces parties de territoire afin d'accroître leur préservation et
leur mise en valeur à des fins écologiques, esthétiques, récréatives, de découverte du milieu naturel,
d'observation, etc.
Ainsi, on dénombre quatre types de territoires d'intérêt à l'intérieur des limites de la MRC, à savoir :

les territoires d'intérêt écologique;

les territoires d'intérêt archéologique;

les territoires d'intérêt esthétique;

les territoires d'intérêt patrimonial.
11.1
TERRITOIRES D'INTÉRÊT ÉCOLOGIQUE
Les territoires d'intérêt écologique présentent une valeur environnementale considérable et méritent d'être
reconnus en raison de leur unicité, fragilité ou représentativité. Divisés en dix points, ces territoires sont
listés plus bas, ensuite suit la description de chacun.
1.
Parc marin du Saguenay--St-Laurent, incluant Pointe Noire;
2.
Parc national du Saguenay;
3.
Parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie, incluant la réserve écologique des Grands
ormes;
4.
Corridors riverains des rivières Malbaie et du Gouffre (rivières à saumon);
5.
Vallée de la rivière de Port-au-Saumon, incluant le centre écologique de Port-au-Saumon;
6.
Sites de plantes susceptibles d'être menacées ou vulnérables;
7.
Habitats fauniques de l’estuaire du St-Laurent;
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
167
Carte 11
Territoires d’intérêt écologique
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
169
8.
L'Anse du chafaud aux Basques;
9.
La Forêt rare de la montagne de l’Ours (écosystème forestier exceptionnel);
10. La montagne à Mc Leod (écosystème forestier exceptionnel).
11.1.1
Parc marin du Saguenay-St-Laurent, incluant Pointe-Noire
Le Parc marin du Saguenay--St-Laurent couvre la demi-nord de l'estuaire moyen du St-Laurent, à
l'intérieur des limites de la MRC de Charlevoix-Est. Les principales caractéristiques du Parc sont la
richesse et la diversité des composantes naturelles (physiques, biologiques) et culturelles du St-Laurent et
du fjord Saguenay, la présence de mammifères marins, une faune et une flore marines exceptionnelles, le
chenal maritime laurentien ainsi que les phénomènes hydrodynamiques.
Le plan directeur d'aménagement du parc prévoit une mise en valeur terrestre du parc. Un des éléments
du plan a été inauguré en 2007 : le carrefour d'accueil et d'orientation ayant une fonction de porte d'entrée
principale du parc dans le noyau vilageois du secteur Saint-Fidèle à La Malbaie.
De plus, les aménagements suivants sont prévus :
1.
secteur Saint-Fidèle à La Malbaie

2.
3.
une exposition thématique sur l'estuaire moyen du St-Laurent au Centre écologique Port-auSaumon;
Saint-Siméon:

un pôle de découverte faisant valoir le rôle de carrefour de Saint-Siméon et sa vocation
maritime;

un pôle de découverte mettant en valeur, par des aménagements légers, le hameau de Portau-Persil;

la baie des Rochers est aussi identifiée à titre de pôle de découverte, des améliorations aux
aménagements existants sont proposées;
Baie-Sainte-Catherine:

un pôle phare de la confluence du Saguenay et de l'estuaire. À cette fin, un centre d'initiation
sera aménagé dans le but de sensibiliser les visiteurs à des notions générales sur le milieu
marin. Ce centre offrira aux visiteurs un aperçu global du circuit touristique terrestre et du
circuit touristique maritime ainsi que des thématiques qui sont présentées dans chacun des
pôles.
Un comité de coordination du parc a été créé. Des représentants de la MRC de Charlevoix-Est y siègent.
Un plan d'action annuel est adopté pour orienter le travail de mise en œuvre du plan directeur en fonction
des priorités définies par ledit comité.
Le secteur de Pointe-Noire attire tous les ans près de 16 500 visiteurs. Il est un des sites d’observation les
plus fréquentés de la MRC. Un des enjeux de ce site est le stationnement et la sécurité de son accès par
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
171
rapport à la route 138 et à la sortie des traversiers. Au printemps 2009, Parcs Canada a annoncé le
réaménagement du site.
11.1.2
Parc national du Saguenay
Le parc national du Saguenay a été créé en 1983, notamment pour protéger les rives exceptionnelles du
fjord Saguenay. Ce parc s'étend jusqu'à Baie-Sainte-Catherine. Pour le secteur de Baie-Sainte-Catherine,
le plan directeur prévoit un parcours de randonnées avec étapes en refuges ou campings sauvages. À
l'été 1997, un sentier a été aménagé par la direction du parc, en collaboration avec la municipalité de BaieSainte-Catherine. La rive protégée offre des paysages exceptionnels et grandioses sur le fjord Saguenay.
Le premier schéma d'aménagement prévoyait la construction d'une route panoramique reliant Baie-SainteCatherine à Petit-Saguenay à l'extérieur du parc national du Saguenay, en fonction du développement de
ce parc. En 1994, une étude d'opportunité d'aménagement d'un lien routier entre Petit Saguenay et BaieSainte-Catherine a été réalisée. Le projet analysé consiste à aménager une route panoramique d'une
longueur de 30,4 kilomètres, le tout évalué à 22 millions de dollars avec un coût d’entretien annuel de
125 000$. L'étude conclut que « les effets indirects, correspondant principalement aux retombées
économiques nettes du développement touristique, n'arrivent pas à compenser l'ensemble des coûts du
projet compte tenu du contexte économique actuel et du coût de l'investissement, important en regard des
avantages directs et indirects prévisibles de par la fréquentation touristique actuelle et future. La
construction de ce lien routier n'est pas recommandée dans un avenir prévisible ».
11.1.3
Parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie
Le territoire du Parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie occupe une superficie de 224,7
kilomètres carrés, à l'intérieur du territoire non organisé de la MRC de Charlevoix-Est (2/3 du parc) et
chevauche également la MRC de Charlevoix (1/3 du parc). Il se situe à 35 km au nord de la Ville de
Clermont.
Une vallée principale remarquable par la raideur de ses versants et par ses hauts plateaux, une
succession altitudinale de la végétation (de l'érablière laurentienne à la toundra arctique alpine au sommet)
et de nombreuses formes glaciaires constituent ce paysage singulier que près de 100 000 personnes
visitent chaque année.
Une réserve écologique est constituée dans le secteur du cran des Érables. D'une superficie de 900
hectares, cette réserve vise la protection permanente de groupements végétaux représentatifs d'une série
physiographique de la région de Charlevoix et celle d'une érablière à ormes et à frênes. La problématique
de la réserve réside surtout dans l'absence de surveillance par le MDDEP. Bien que des affiches
l'interdisent, des véhicules tout-terrain empruntent les sentiers et parcourent l'érablière, ce qui n'aide pas la
protection de l'écosystème.
Jusqu’à ce que le parc obtienne son statut national, le 24 mai 2000, la corporation des Hautes-Gorges
assumait en majorité la gestion des activités (vélo, kayak, camping, randonnée pédestre) et contribuait
depuis près de dix ans, de concert avec la MRC, à la réfection et l'entretien des infrastructures via une
multitude de programmes d'aide financière gouvernementale. Une grande partie des infrastructures
importantes du parc (pont des Érables, barrage des Érables, chemin en amont du barrage, ponts et
ponceaux) a été refaite suite au déluge de juillet 1996. Les rives ont aussi été nettoyées. Plus d'un million
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
172
de dollars ont été investis dans les infrastructures depuis le déluge pour améliorer la sécurité et l'accueil
des visiteurs sur le territoire.
Avec l’arrivée de la SEPAQ en l’an 2000, la nécessité de rendre le parc conforme au standard du réseau
(Parcs Québec) a nécessité d’importants investissements. Les infrastructures présentes autrefois ne
suffisaient plus à répondre adéquatement à la clientèle toujours plus grande. Ainsi, de manière à pouvoir
augmenter l’offre d’activités et de services, la SEPAQ et Loto-Québec ont investi plus de 20 millions de
dollars à la réfection et à la construction de diverses infrastructures. L’asphaltage de la route d’accès, le
réaménagement de la piste cyclable et de sentiers pédestres, la construction d’un bâtiment d’accueil et
d’un centre de services de même que l’aménagement d’un site de camping de 103 emplacements sont
tous des éléments qui ont été effectués durant cette période. Dès lors, le parc ne cesse de prendre de
l’expansion et sa visibilité au sein de la province est toujours plus grande d’année en année.
Depuis son acceptation au sein du réseau, la fréquentation de la clientèle a presque doublé. En l’an 2000,
le nombre de personnes à être entré sur le site se chiffrait à environ 40 000. Cette valeur s’est quelque peu
élevée en 2002 et 2003 mais demeurait somme toute modeste avec 57 000 visiteurs. En 2008, la
fréquentation frôle le nombre impressionnant de 100 000 visiteurs. Il s’agit du parc National qui détient la
plus grande hausse de fréquentation.
11.1.4
Corridors riverains des rivières Malbaie et du Gouffre (rivières à saumon)
LA RIVIÈRE MALBAIE
Depuis près de 30 ans, divers organismes du milieu ont réintroduit le saumon dans la rivière Malbaie,
ressource qui, au début du siècle, constituait une activité sportive très appréciée des villégiateurs de
Pointe-au-Pic. Initié par l'Association Plein-Air des Marais, gestionnaire de la ZEC Lac au Sable, le projet
de réintroduction du saumon dans la rivière Malbaie a commencé à prendre forme par la réalisation d'une
étude (Roche Ltée) sur le développement et la mise en valeur de la ressource salmonicole. L'étude en
question a été financée par le milieu (municipalités, ZEC, etc.) et a permis à l'Association Plein-Air des
Marais d'obtenir une aide financière dans le cadre du Programme de développement économique du
saumon (PDES).
L'objectif poursuivi est d'augmenter les retombées économiques régionales en développant la pêche au
saumon dans la rivière Malbaie et en aménageant les habitats essentiels au développement de la
ressource afin de permettre une exploitation sportive contrôlée et durable.
Depuis 1993, plus de 976 000 alevins et 347 000 saumoneaux ont été ensemencés dans la rivière
Malbaie. Entre 1997 et 2006, en moyenne 275 saumons ont remonté la rivière. Parmi ces derniers, la
quantité de géniteurs présents varie la plupart du temps entre 75 et 150. En 2004, c’est 405 saumons qui
l’ont remonté, dont 201 géniteurs et en 2008, un nombre record de 1 000 saumons.
Un ascenseur pour le saumon a été aménagé durant la réfection du barrage de la compagnie AbitibiConsolidated, en 1997, pour un montant de 500 000$. Des négociations sont en cours avec des
propriétaires privés pour les droits de passage et de pêche aux fosses à saumons identifiées. Des travaux
de stabilisation des berges et d'aménagement de fosses ont été réalisés à Clermont et dans le secteur
Rivière-Malbaie à La Malbaie. L'aménagement d'infrastructures complémentaires (routes, sentiers d'accès
aux fosses, postes d'observation du saumon, etc.) est par ailleurs prévu.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
173
La corporation a notamment acquis en juin 2006 un terrain de 101 hectares afin de mettre en valeur ce site
qui appartenait autrefois à l’Abitibi-Consolidated à des fins d’entreposage extérieur du bois. C’est le
premier pas à la réalisation d’un projet de 1.4 million qui consistera notamment à l’aménagement d’un
poste d’accueil, de chalets, d’une piste cyclable ainsi que d’un site d’hébergement. Ces nouvelles activités
permettront à la corporation d’améliorer leur offre de service envers les pêcheurs et la population. Elles
devraient se réaliser d’ici les prochaines années.
Les investissements totaux du projet de réintroduction du saumon se chiffrent à 5 585 652 $, répartis sur
une période de huit ans. Du point de vue économique, la mise en marché de 360 jours de pêche
annuellement se traduira par un impact économique potentiel de plus de 275 000$ annuellement.
Le corridor riverain de la rivière Malbaie a une longueur de 132 kilomètres, dont 107,45 km (82 %) se
situent sur les terres du domaine public gérées par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune
et 24,5 km sur des terres privées. En tout, 76 fosses ont été cartographiées, dont 25 sont des fosses de
séjour. Le potentiel salmonicole de la rivière est évalué annuellement à 2 500 saumons adultes.
La rivière Malbaie coule majoritairement en milieu forestier. Une petite portion seulement de la rivière
traverse un milieu urbain (Ville de Clermont, Ville de La Malbaie) où sont installées, en bordure du cours
d'eau, d’importantes industries (Abitibi-Bowater, Câbles BICC Canada Inc.), des commerces, de
l’agriculture et des habitations. Le bassin versant de la rivière Malbaie est le plus important de la MRC et à
ce titre, la mise en place d’un organisme de gestion intégrée de l’eau par bassin versant est inscrite au
plan d’action.
Plusieurs interventions néfastes (déboisement, modification du profil des berges, etc.) ont été réalisées sur
les berges de la rivière au cours des dix dernières années. Toutefois, des efforts sont faits aujourd'hui par
la MRC, les municipalités riveraines et quelques industries pour améliorer la qualité de l'eau.
En 2002, le nouveau plan d’urbanisme de la Ville de La Malbaie a intégré certaines dispositions afin de
limiter l’occupation du territoire en bordure de la rivière sur les terres privées. Celles-ci ont été inspirées du
premier projet de schéma d’aménagement révisé produit en 1998. En 2004 et 2007, les municipalités de
Clermont et de Saint-Aimé-des-Lacs, respectivement, ont procédé à la réfection de leurs règlements
d’urbanisme. Les dispositions exprimées à l’intérieur du RCI sur la protection des rives, du littoral et des
plaines inondables ont été retenues à l’intérieur des règlements d’urbanisme.
Le Règlement sur les normes d’intervention en milieu forestier appliqué par le ministère des Ressources
naturelles et de la Faune sur les terres du domaine de l’État prévoit une bande de protection de 60 mètres
de part et d'autre de la rivière. Aucune protection ou réglementation n'est actuellement en vigueur par
rapport à la navigation et l'utilisation du plan d'eau à l'embouchure de la rivière durant la période de
montaison du saumon, approximativement du 15 juin au 15 septembre.
LA RIVIÈRE DU GOUFFRE
Depuis toujours, le saumon de l'Atlantique remonte la rivière du Gouffre pour venir se reproduire.
Cependant, la population a beaucoup fluctué au fil des ans. La surexploitation des stocks et la dégradation
de l'habitat, reliées à des causes naturelles ou à l'intervention humaine sont autant des facteurs pouvant
expliquer la fluctuation des populations.
Depuis sa fondation, l'Association de conservation de la vallée du Gouffre (ACVG) a contribué à rendre
plus accessible l'exploitation de la ressource saumon, à la développer et à la contrôler. Dans le cadre du
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
174
Programme de développement économique du saumon (PDES), l'ACVG a bénéficié d'une aide financière
pour la réalisation d'une étude sur le développement et la mise en valeur de la ressource saumon de la
rivière du Gouffre. L'objectif poursuivi est d'augmenter les retombées économiques en aménageant la
rivière, en multipliant la ressource et en stimulant la pêche sportive, tout en atteignant la rentabilité
financière. Le volet protection de la ressource est également prioritaire pour l’association.
D'une longueur de 73 kilomètres, la rivière du Gouffre est accessible au saumon sur 62 kilomètres. La rive
Est de la rivière borde le territoire de la MRC de Charlevoix-Est dans la municipalité de Notre-Dame-desMonts sur une distance de 18,4 kilomètres. Cette rive, qui est de tenure privée, est assujettie sur 5,1 km
par la Loi sur la protection du territoire agricole.
Il y a une dizaine d’années, près de 45 droits de passage, d'une durée de 20 ans, ont été consentis à
l'ACVG par des propriétaires privés pour avoir accès aux fosses à saumon identifiées. Ces droits
comprennent entre autres le droit de pêche. Une servitude de passage de 10 mètres sur la rive Est de la
rivière, à Notre-Dame-des-Monts, donne également accès à la rivière. Ce secteur offre par ailleurs des
habitats d'excellente qualité. Parmi les 45 droits de passage, 12 ont été négociés avec des propriétaires
riverains de Notre-Dame-des-Monts, ce qui représente 26 % des droits de passage et de pêche négociés.
Aujourd’hui, le nombre de droits de passage s’élève à 50 et donne droit aux mêmes privilèges.
Au cours de l'année 1991, l'ACVG a enregistré au total 1 502 jours-pêche. En 1992, on estimait entre 250
et 350 seulement le nombre de retour annuel de saumons dans la rivière du Gouffre. Les saumons étaient
de bonne taille avec un poids moyen des captures de 3,77 kg. En 2006, les jours pêche tournent encore
aux alentours de 1500, le retour annuel des grands saumons est d’environ 350 à 400, étant donné la
remise à l’eau des grands saumons, le poids moyen n’est plus calculé, mais devrait se situer aux alentours
de 3 à 4 kilos selon les membres de l’ACVG.
Au cours des années 90, l'activité récréo-touristique liée à la pêche sportive était en majorité générée par
la population locale et régionale, ce qui entraînait un faible impact économique. Par contre, depuis
quelques années, davantage de clients de l’extérieur de la région fréquentent la rivière, ce qui entraîne un
impact économique plus important.
Durant cette même période, le braconnage se soldait par la perte de 20 à 70 saumons annuellement, ce
qui représentait une perte économique se situant aux alentours de 30 000 $ à 105 000 $ par année.
Aujourd’hui, le braconnage est beaucoup moins existant aujourd’hui avec la nouvelle génération de
pêcheur sportif et la surveillance accrue.
Le programme d'intervention proposé en 1992 dans l'étude sur la mise en valeur et la restauration de la
ressource saumon a été entièrement réalisé. Trois incubateurs ont été aménagés dans la portion
supérieure de la rivière et certains tributaires (capacité de 150 000 œufs) pour une possibilité de retour de
105 saumons. Un programme d'ensemencement de 40 000 tacons/année a été réalisé. Aujourd’hui, il n’y a
plus aucun ensemencement dans la rivière.
Des interventions ont été faites pour enlever certains sites d'embâcles glaciels et stabiliser les berges de la
rivière, surtout dans les secteurs situés en aval. Des sentiers, ponts, ponceaux et escaliers ont été
construits pour faciliter l'accès aux sites de pêche. Le coût total des aménagements s'élève à 700 000 $. À
cela s'ajoute le coût des activités biologiques et économiques qui s'élève à 130 000$. Beaucoup de fosses
ont été reprofilées et plusieurs berges de fosses importantes ont été stabilisées. À l’automne 2008, le
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
175
comité de bassin versant de la rivière du Gouffre a été formé sur lequel les municipalités de Notre-Damedes-Monts et Saint-Aimé-des-Lacs ont un siège de même que la MRC.
11.1.5
Vallée de la rivière Port-au-Saumon incluant le Centre écologique Port-au-Saumon)
La vallée de la rivière Port-au-Saumon forme un amphithéâtre naturel s'ouvrant sur l'estuaire moyen du StLaurent où s'exercent, depuis plusieurs années, des activités de recherche et d'interprétation du milieu
naturel et marin par le Centre écologique Port-au-Saumon et les Clercs St-Viateur.
Le Centre écologique Port-au-Saumon occupe une superficie de plus de 100 hectares, sur le territoire de
la Ville de La Malbaie, dans le secteur Saint-Fidèle.
Ce centre regroupe des équipements d'hébergement et de restauration qui rendent possibles des séjours
destinés à sensibiliser des clientèles variées aux valeurs véhiculées par l'écologie et l'environnement
terrestre et marin. Sa mission principale est de promouvoir la connaissance et le respect du milieu naturel.
L'environnement forestier du centre écologique est protégé intégralement. La réglementation à l’interne
interdit tout type d’utilisation de la forêt qui pourrait compromettre son intégrité; c’est donc dire que sont
interdits : la coupe, la chasse, le piégeage et la circulation en VTT. Seules les promenades en forêt sont
autorisées dans le but de faire découvrir aux gens la nécessité de protéger cet espace unique.
Les sentiers de randonnée pédestre comptabilisent au total 20 km. Il est interdit de s’aventurer dans un de
ceux-ci sans être accompagné d’un guide. Cette restriction se justifie par la nécessité d’encadrer les
activités sur le terrain en assurant la sécurité des gens et la préservation de l’écosystème.
Le Centre écologique Port-au-Saumon est identifié comme pôle thématique de l'estuaire moyen du StLaurent dans le plan directeur du parc marin du Saguenay--St-Laurent et comme aire centrale de la
Réserve mondiale de la Biosphère de Charlevoix. Le paysage de Port-au-Saumon est remarquable.
11.1.6
Site de plante susceptible d'être menacée ou vulnérable
Suite à l'adoption, en 1989, de la Loi sur les espèces susceptibles d'être menacées ou vulnérables, des
centaines de plantes vasculaires ont été retenues comme étant susceptibles d'être menacées ou
vulnérables. Parmi celles-là figurent l'Adlumia fungosa, retrouvée sur le territoire de la MRC, en bordure du
fleuve St-Laurent. Le MDDEP souhaite que la MRC assure la protection de cette plante qui est présentée
au tableau suivant.
11.1.7
PLANTE
LOCALISATION
Adlumia fungosa
à Baie-Sainte-Catherine, au Cap Basque, à 20 km au nord-est de Saint-Siméon, sur un
cône d'éboulis, latitude 48°00’15"N, longitude 69°45'55"W
Habitats fauniques désignés sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est
En 1988, la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune a été modifiée afin d'introduire un
chapitre particulier visant la protection des habitats fauniques. En vertu du règlement sur les habitats
fauniques adopté en juillet 1994, la Société de la faune et des parcs du Québec a identifié deux types
d'habitats fauniques dans quinze aires marines et à l’intérieur de deux îles situées sur ou en bordure du
littoral de la MRC de Charlevoix-Est, dont douze sont incluses dans les limites du parc marin Saguenay-St-Laurent. Les animaux visés sont entre autres l'oie, la bernache et le canard.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
176
UNE AIRE DE CONCENTRATION D'OISEAUX AQUATIQUES (ACOA)
Un site constitué d'un marais, d'une plaine d'inondations dont les limites correspondent au niveau atteint
par les plus hautes eaux selon une moyenne établie par une récurrence de deux ans, d'une zone
intertidale, d'un herbier aquatique ou d'une bande d'eau d'au plus un kilomètre de largeur à partir de la
ligne des basses eaux, totalisant au moins 25 hectares, caractérisé par le fait qu'il est fréquenté par des
oies, des bernaches ou des canards lors des périodes de nidification ou de migration et où l'on en
dénombre au moins 50 par kilomètre de rivage ou 1,5 hectare; lorsque les limites de la plaine
d'inondations ne peuvent être ainsi établies, celles-ci correspondent à la ligne naturelle des hautes eaux;
UNE ÎLE OU UNE PRESQU’ÎLE HABITÉE PAR UNE COLONIE D'OISEAUX
Une île ou une presqu'île d'une superficie de moins de 50 hectares où l'on dénombre par hectare au moins
25 nids d'espèces d'oiseaux vivants en colonie autre que le héron.
Tableau 11.1
HABITAT
Habitats fauniques désignés
NOM
NUMÉRO
Ile du Chafaud aux Basques
04-03-0006-87
Île aux Alouettes
04-03-0007-88
Parc des Grands-Jardins et territoires 08-03-0001-2004
Aire
de
avoisinants
fréquentation
du caribou au
sud du 52e
parallèle
Colonie
d’oiseaux
Aire
de
concentration
d’oiseaux
aquatiques
(ACOA)
Baie-Ste-Catherine
Îlet aux Alouettes
Grande batture aux Alouettes
Pointe au Bouleau
Batture aux Alouettes Ouest
La Grande Crique
Anse du Chafaud aux Basques
Baie-des-Rochers
Pointe à Pierre
02-03-0164-95
02-03-0163-95
02-03-0162-95
02-03-195-95
02-03-0161-95
02-03-0165-95
02-03-0166-95
02-03-0167-95
02-03-0168-95
Pointe aux Quilles
02-03-0169-95
Port au Saumon
02-03-170-95
Anse des Grosses Roches
Cap à l’Aigle
02-03-0208-2001
02-03-196-95
La Malbaie
02-03-171-95
St-Irénée
02-03-0210-2001
FEUILLET
1 : 20 000
22C04 0101
22C04 0102
21M15 0202
21M15 0102
21M10 0202
21M16 0201
21M16 0101
21M09 0201
22C04 0102
22C04 0102
22C04 0102
22C04 0102
22C04 0101
22C04 0101
22C4 0101
21N13 0201
21N13 0201
21N13 0101
21N13 0201
21N12 0201
21N13 0101
21M09NE
21M09 0202
21M09 0102
21M09 0202
21M09SE
LOCALISATION
MERCATOR
UNIVERSEL
19 443050 5309100
19 449100 5328300
TENURE
Public
Public
Public
19 446600 5328400
19 448800 5328100
19 448500 5324300
19 446580 5326330
19 444500 5321600
19 443700 5326600
19 442800 5319300
19 440200 5311700
19 441300 5309800
Mixte
Public
Public
Public
Public
Public
Public
Public
Mixte
19 437100 5302300
Mixte
19 428400 5288400
Mixte
19 422174 5281677
19 418610 5279450
À déterminer
Public
19 415300 5277000
Mixte
19 410123 5268750
À déterminer
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
Enfin, bien qu’il ne soit pas situé sur le littoral de l’estuaire du St-Laurent, un lieu de nidification du
pygargue à tête blanche a aussi été repéré au nord de Clermont. Le pygargue à tête blanche fait l’objet
d’une protection en vertu du Programme de protection des espèces en situation précaire. Il en va de même
pour le garrot d’Islande, repéré à La Malbaie (secteur Rivière-Malbaie) et la couleuvre brune, repéré au
bord du fleuve au Centre écologique de Port-au-Saumon, à La Malbaie (secteur Saint-Fidèle).
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
177
De plus, la présence d’un couple nicheur d’aigles royaux a été identifiée et confirmée à l’intérieur du parc
national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie. Cette espèce est classée vulnérable au Québec. La
société de la Faune et des Parcs du Québec et le ministère des Ressources naturelles et de la Faune ont
convenu d’accorder une mesure de protection à cet oiseau selon une zone de protection intensive de
300 mètres et une zone tampon additionnelle de 400 mètres.
Voici la liste des espèces vulnérables, menacées ou susceptibles d’être désignées menacées ou
vulnérables présentes sur le territoire de la MRC.
Tableau 11.2
Espèces vulnérables, menacées ou susceptibles d’être désignées menacées ou
vulnérables
ESPÈCE
STATUT PROVINCIAL
MESURES
DE
EXISTANTES
PROTECTION
Aigle royal
vulnérable
Mesures convenues entre FauneQuébec et Forêt-Québec reliées aux
pratiques forestières
Bruant sauterelle
susceptible
Aucune mesure particulière
Caribou forestier de Charlevoix
vulnérable
Chauve-souris argentée
susceptible
Aucune mesure particulière
Chauve-souris cendrée
susceptible
Aucune mesure particulière
Chauve-souris rousse
susceptible
Aucune mesure particulière
Faucon pèlerin
vulnérable
Mesures convenues entre FauneQuébec et Forêt-Québec reliées aux
pratiques forestières
Garrot d’Islande
vulnérable
Aucune mesure particulière
Grive de Bicknell
vulnérable
Aucune mesure particulière
Omble chevalier
susceptible
Tous les lacs à omble chevalier sont
désignés comme sites d’intérêt
faunique par le MRNF. Ils font l’objet
de modalités de protection adoptées
en 2009 à titre d’Orientation
ministérielle
Pygargue à tête blanche
vulnérable
Mesures convenues entre FauneQuébec et Forêt-Québec reliées aux
pratiques forestières
Source : Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec, septembre 2010
11.1.8
Refuges fauniques de l’Ilet-aux-Alouettes
Selon l’article 122 de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la Faune, le Ministre peut choisir de
délimiter, sur certaines parties du territoire public ou privé, des aires de protection à titre de refuge
faunique. Ceux-ci servent à apporter une protection supplémentaire à un habitat faunique exceptionnel qui
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
178
se doit de conserver son intégrité. Des conditions d’utilisation des ressources et de pratiques d’activités
récréatives peuvent être spécifiquement fixées pour chaque refuge.
Dans ce même ordre d’idées, le ministre des Ressources naturelles et de la Faune a procédé en 2001 à la
création du refuge faunique de l’îlet-aux-Alouettes. La protection intégrale de cette petite île de 0,32
hectare est justifiée par la présence d’une colonie d’oiseaux pouvant atteindre 3 800 nids à l’hectare. Elle
abrite surtout les espèces de l’eider à duvet et du cormoran à aigrettes.
11.1.9
Anse du chafaud aux Basques
Ce territoire est déjà identifié comme territoire d'intérêt écologique pour ses sites de nidification de hérons
et de cormorans. De plus, il est aussi identifié pour ses sites d'intérêt archéologique.
L'Anse du chafaud aux Basques est majoritairement située sur des terres privées. L’actuel propriétaire est
la fondation Héritage Charlevoix. Ces terres ont été acquises en 2000 dans le but de mettre en valeur le
patrimoine naturel du secteur, principale mission de la fondation. L'environnement est quasi similaire à
celui de la baie des Rochers. Une faible proportion du territoire sur la partie ouest se situe sur des terres
publiques (lots intra-municipaux). Cette partie est sous la gestion de la MRC en vertu de la convention de
gestion territoriale conclue entre le ministère des Ressources naturelles et de la Faune et la MRC le 13
juillet 2000.
11.1.10 Écosystèmes forestiers exceptionnels
La MRC compte deux écosystèmes forestiers exceptionnels :
LA FORÊT RARE DE LA MONTAGNE DE L’OURS
La forêt rare de la montagne de l’Ours correspond à une chênaie rouge à pin blanc. Cette chênaie est
située à une cinquantaine de kilomètres au sud de l’embouchure de la rivière Saguenay.
Le chêne rouge est une espèce qui est rencontrée très rarement aussi loin au Nord, même
individuellement, et la présence d’un peuplement dominé par le chêne rouge à cet endroit peut donc être
considérée à juste titre comme exceptionnelle, d’autant plus que la présence de tiges de tous âges semble
indiquer qu’il y est implanté pour longtemps.
Cette chênaie rouge à pin blanc est protégée en tant qu’écosystème forestier exceptionnel. Elle a été
classée ainsi en 2002 par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune. De façon générale, les
activités d’aménagement forestier (coupes de bois, construction de chemins forestiers, …) y sont interdites
et les activités minières y sont soit totalement exclues ou soit réalisées suivant des prescriptions assurant
la conservation de la diversité biologique des forêts classées écosystèmes forestiers exceptionnels. Les
modalités d’accès et de prélèvement faunique qui prévalaient à la forêt rare de la montagne de l’Ours
avant qu’elle soit classée écosystème forestier exceptionnel sont toujours maintenues.
LA FORÊT RARE DE LA MONTAGNE-À-MCCLEOD.
Cet écosystème forestier particulier est composé d’une pinède rouge à épinette noire. Elle se situe sur le
versant est du lac Mc Cleod, au nord-est de Saint-Siméon, près de la route 170.
L’écosystème touche à 12,46 hectares de forêt et se localise sur le territoire non organisé de la MRC. La
rareté de ce peuplement dans l’ensemble des couverts fait en sorte qu’il mérite d’être légalement protégé.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
179
11.2
TERRITOIRES D'INTÉRÊT ARCHÉOLOGIQUE
Les territoires d'intérêt archéologique présentent une valeur archéologique et un potentiel d'interprétation
en fonction de la préhistoire, de l'occupation et des activités passées. L'identification de ces territoires fait
suite aux résultats des fouilles exécutées par le ministère de la Culture, des Communications et de la
Condition féminine.
Les caractéristiques des territoires d'intérêt archéologique sont présentées au tableau suivant et ceux-ci
sont localisés à la carte suivante.
Tableau 11.3
Caractéristiques des territoires d'intérêt archéologique
IDENTIFIANT
DaEk-4
DaEk-5
DaEk-5
DaEk-6
DaEk-7
DaEk-8
DaEk-26
ClEl-1
ClEl-2
CkEo-1
DaEk-34
DaEk-36
CULTURE ET DESCRIPTION
Culture amérindienne préhistorique
artefacts en pierre
Culture amérindienne préhistorique
ossements de mammifères marins et de phoques
ancien campement amérindien
outillage lithique
Culture euro-québécoise
ossements de mammifères marins et de phoques
Culture amérindienne préhistorique
ancien campement amérindien
ossements de mammifères marins et de phoques
outillage lithique
Culture amérindienne préhistorique
artefacts de pierre
ossements de mammifères marins et terrestres.
Culture amérindienne préhistorique
artefact de pierre
fragment de pipe euro-québécoise.
(site bouleversé à 100%)
Culture euro-québécoise
vestiges associés à un four de fonte de la graisse de
mammifères marins
hypothèse d'occupation Basque (courte durée)
vestiges d'un moulin à scie au pied de la chute (1910)
Culture amérindienne préhistorique
artefacts en pierre (site bouleversé à 100%)
Culture amérindienne préhistorique
artefacts en pierre
Culture amérindienne préhistorique
artefacts en pierre (site bouleversé à 100%)
Culture amérindienne historique indéterminé 15001950
Culture amérindienne historique indéterminé 15001950
NOM DU SITE
TYPE DE PROPRIÉTÉ
Dallaire
Privé
Pointe-aux-Alouettes 1
Privé
Pointe-aux-Alouettes 1
Privé
Pointe-aux-Alouettes 2
Privé
Baie Sainte-Catherine 2
Privé
Baie Sainte-Catherine 1
Ville, municipalité,
paroisse
Anse du Chafaud-auxBasques
Privé
Saint-Siméon 1
Privé
Saint-Siméon 2
Privé
Lac Nice
Privé
Caverne du canot
Indéterminé
Caverne de la Squaw
Indéterminé
Source : MCCCF, 2010
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
180
Carte 12
Territoires d’intérêt archéologique
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
181
11.3
TERRITOIRES D'INTÉRÊT ESTHÉTIQUE
Les territoires d'intérêt esthétique constituent des paysages humanisés ou naturels qui peuvent être
localisés en milieu urbain ou agroforestier et dont les éléments ou la composition présentent des
caractéristiques visuelles remarquables.
Le territoire de la MRC regroupe divers types de paysages (naturels et culturels) qui font la renommée de
Charlevoix et qui attirent de nombreux touristes provenant du Québec et de l'étranger.
L'omniprésence de l'estuaire du Saint-Laurent, les plateaux, les vallées, l'occupation du territoire
(agriculture, forêt, villégiature, etc.) apportent un intérêt visuel et donnent un cachet particulier à la région
que plusieurs artistes ont su immortaliser, et immortalisent encore fréquemment, sur toiles ou sur photos.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
183
Carte 13
Territoires d’intérêt esthétique et sites d'observation
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
185
Les territoires d'intérêt esthétique se partagent en deux groupes : paysages naturels et paysages
humanisés, ces territoires sont listés plus bas, ensuite suit la description de chacun.
11.3.1
Paysages naturels
1.
la rive sud de la rivière Saguenay, incluant Pointe-Noire à Baie-Ste-Catherine
2.
la baie des Rochers à Saint-Siméon
3.
les paysages littoraux, de Baie-Ste-Catherine à La Malbaie (secteur St-Fidèle)
4.
les Hautes-Gorges de la rivière Malbaie sur le TNO de la MRC de Charlevoix-Est
5.
la vallée de la rivière Port-au-Saumon à La Malbaie (secteur St-Fidèle)
6.
les chutes Fraser et Saint-Georges à La Malbaie (secteur Rivière-Malbaie)
11.3.2
Paysages humanisés
1.
la basse vallée de la rivière Malbaie (paysage agraire) à La Malbaie (secteur Rivière-Malbaie)
2.
le domaine Cabot (paysage agraire) à La Malbaie (secteur Rivière-Malbaie)
3.
le secteur de Port-au-Persil (zone naturelle remarquable) à St-Siméon
4.
le secteur de la Pointe-aux-Alouettes (paysage agraire et littoral) à Baie-Ste-Catherine
5.
le secteur du rang Terrebonne à St-Irénée et La Malbaie (secteur Pointe-au-Pic) (paysage agraire)
6.
les secteurs du rang St-Antoine et St-Thomas à St-Irénée (paysage agraire)
11.3.3
Paysages naturels
RIVE SUD DE LA RIVIÈRE SAGUENAY INCLUANT POINTE-NOIRE, À BAIE-STE-CATHERINE
L'intérêt que présente la rive sud de la rivière Saguenay découle du paysage typique du fjord qu'elle
dévoile. La rive sud du fjord Saguenay offre aux visiteurs plusieurs points d'observation où différentes
caractéristiques physiques de cette vallée glaciaire envahie par la mer offrent alors à l'œil des paysages
naturels spectaculaires.
Pointe Noire constitue à elle seule un point de vue panoramique sur la zone de confluence et de rencontre
des eaux du Saguenay et du fleuve, sur les multiples phénomènes océanographiques qui y ont lieu ainsi
que sur une faune maritime très diversifiée.
La rive sud de la rivière Saguenay et la Pointe Noire font partie du Parc national du Saguenay. Quelques
aménagements ont été réalisés jusqu'à maintenant sur la rive sud du parc.
BAIE DES ROCHERS, À ST-SIMÉON
La baie des Rochers, avec son relief accidenté, sa forme particulière (plusieurs petites anses) et ses
versants en partie dénudés, constitue un havre naturel où le paysage forestier et maritime incite à la
découverte. Le quai, le réseau de sentiers de randonnée pédestre, les belvédères, la plage naturelle de
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
187
l'anse de sable composent les infrastructures existantes destinées à la contemplation de ce lieu
magnifique isolé qui est reconnu au plan directeur de mise en valeur du Parc marin du Saguenay--StLaurent. Le secteur de la baie des Rochers est en majorité situé sur des terres publiques. Un réseau de
sentiers permet la découverte d’une partie de la baie et l’accès à l’anse de sable (plage).
PAYSAGES LITTORAUX, DE BAIE-STE-CATHERINE À LA MALBAIE (SECTEUR ST-FIDÈLE)
Le littoral, de Baie-Ste-Catherine à La Malbaie, secteur St-Fidèle, présente différentes caractéristiques
biophysiques (géologie, géomorphologie, faune, flore, végétation, estuaire).
En plusieurs endroits, (Port-au-Saumon, Port-au-Persil, Baie-des-Rochers, Anse du chafaud aux Basques,
Pointe au bouleau, Baie-Ste-Catherine) les littoraux constituent en soi des pôles de découverte du Parc
marin du Saguenay--St-Laurent. Certains de ces endroits sont dotés d'infrastructures d'accueil. Le projet
de mise en valeur du Parc marin et le contexte récréo-touristique particulier du secteur sont annonciateurs
d'un potentiel de développement très prometteur.
Les paysages littoraux du corridor Baie-Ste-Catherine/La Malbaie, secteur Saint-Fidèle ne bénéficient
d'aucune protection particulière. Ce secteur du littoral fait partie de la région naturelle B-21 appelée « la
côte charlevoisienne » selon la classification du MDDEP.
HAUTES-GORGES DE LA RIVIÈRE MALBAIE, L'INTÉRIEUR DU TNO DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST
De par sa situation dans le massif des Laurentides, le paysage des Hautes-Gorges de la rivière Mabaie
présente diverses composantes exceptionnelles (vallée principale, vallées suspendues, amphithéâtres,
cirque glaciaire, versants rocheux de formes variées, cônes d'éboulis, etc.).
Le relief des Hautes-Gorges est accidenté et se démarque par la présence d'une vallée longue et profonde
qui entaille de façon remarquable le haut plateau de l'arrière-pays. La portion de la vallée de la rivière
Malbaie comprise dans le secteur des Hautes-Gorges constitue un échantillon spectaculaire d'un des
grands ensembles du paysage de Charlevoix.
L'ensemble du relief de l'hydrographie des Hautes-Gorges constitue la base du paysage avec ses
dénivellations moyennes de 450 mètres, qui atteignent parfois 800 mètres, les plus importantes à l'Est des
Rocheuses! De nombreuses chutes et cascades dévalent les versants des vallées principales à des
hauteurs souvent supérieures à 300 mètres. Elles constituent à elles seules un attrait visuel et auditif fort
appréciable.
Une végétation très diversifiée recouvre le territoire des Hautes-Gorges de la rivière Malbaie. L'étagement
de la végétation à partir du fond de la vallée jusqu'au sommet constitue une richesse écologique à mettre
en valeur sur le plan récréatif et touristique. Sur les rebords de la rivière Malbaie prennent place les
bétulaies à ormes, pineraies grises, pineraies rouges, à épinettes noires et l'érablière à ormes et à frênes.
Sur les versants se trouvent la sapinière à bouleaux et la pessière puis, sur les sommets, la pessière à
krumhols et la toundra alpine, véritable paysage nordique.
L'intervention de l'homme sur le milieu depuis le début du siècle se traduit par la présence du barrage des
Érables et ses eaux mortes, les sentiers des Draveurs, etc.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
188
VALLÉE DE LA RIVIÈRE PORT-AU-SAUMON, À LA MALBAIE (SECTEUR ST-FIDÈLE)
La vallée de la rivière Port-au-Saumon, avec ses versants abrupts et ses massifs montagneux
environnants, forme un amphithéâtre présentant un paysage forestier d'une grande beauté, ouvert sur le
Parc marin du Saguenay--St-Laurent. Quelques îlots dans la baie de la rivière Port-au-Saumon confèrent à
l'endroit un cachet particulier.
CHUTES FRASER ET SAINT-GEORGES, À LA MALBAIE (SECTEUR RIVIÈRE-MALBAIE)
Situées dans la vallée de la rivière Malbaie, en zone agricole, les chutes Fraser et Saint-Georges
constituent, de par leur beauté respective, de véritables attraits. À proximité de la chute Fraser s’est
d’ailleurs implanté un camping qui en porte le nom. Ce dernier, qui fut le premier à accueillir des campeurs
dans la région, existe depuis 1962 et est très populaire auprès des visiteurs en quête d’un coin tranquille
pour se reposer.
La hauteur des chutes Fraser et Saint-Georges est respectivement d’environ 30 et 40 mètres. Les chutes
Fraser s’écoulent sur un socle constitué de calcaire.
11.3.4
Paysages humanisés
BASSE VALLÉE DE LA RIVIÈRE MALBAIE, À LA MALBAIE (SECTEUR
RIVIÈRE-MALBAIE)
Ce territoire se présente sous la forme d'une plaine argilo-sableuse et de versants où l'activité agricole est
omniprésente, intensive et dynamique. Ce paysage agraire montre la subdivision des lots qui sont
perpendiculaires à la rivière Malbaie. Des bâtiments de ferme, des maisons d'agriculteurs et des
aménagements complémentaires agricoles situés en bordure du chemin de la Vallée structurent le
domaine bâti. La basse vallée est vallonnée et entaillée par la rivière de Comporté et quelques ruisseaux,
dont les versants et les rives sont majoritairement boisés. Dans l'ensemble, la basse vallée de la rivière
Malbaie est protégée par la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles.
DOMAINE CABOT, À LA MALBAIE (SECTEUR RIVIÈRE-MALBAIE)
Ce territoire se caractérise par une succession de plateaux argileux et de terrasses marines partiellement
boisés et utilisés à des fins agricoles et de villégiature cossue. Le Jardin des Quatre vents, considéré
comme l'un des plus grands jardins privés du Canada, occupe une partie du territoire avec l'ensemble des
bâtiments (manoir, villa, maisons et bâtiments de fermes (grange, etc.) répartis de part et d'autre de la
route 138. Le tout forme un ensemble architectural d'intérêt. Le Jardin des Quatre Vents permet d’observer
une quarantaine de jardins en enfilade (jardin des fines herbes, jardin naturel, jardin des pigeonniers, jardin
du sous-bois, etc.). On y voit des jardins intimistes, aux coins secrets ou encore des jardins aux
perspectives ouvertes sur les champs environnants, sur la baie de La Malbaie ou sur les massifs des
Laurentides. Une petite halte routière, très populaire, a été partiellement aménagée en bordure de la route
138. Cette halte offre une vue remarquable sur la baie de La Malbaie.
Durant l'été 1997, le propriétaire du Domaine Cabot a aménagé, de part et d'autre de la route 138, des
remblais de terre d'une hauteur considérable. Malheureusement, ceux-ci camouflent les bâtiments d'intérêt
patrimonial et obstruent les percées visuelles qu'offre le territoire.
Dans le même sens, lors du réaménagement de la côte Cabot, Hydro-Québec et Bell Canada ont déplacé
du côté sud de la route 138 les poteaux de distribution, brisant ainsi la percée visuelle sur le fleuve et sur
la baie de La Malbaie.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
189
L'ensemble du domaine Cabot est protégé par la Loi sur la protection du territoire et des activités
agricoles.
SECTEUR DE PORT-AU-PERSIL, À SAINT-SIMÉON
Le territoire de Port-au-Persil s’organise autour d’une anse que décrit le fleuve à travers un relief à
plateaux élevés. Au sommet des deux côtés s’ouvrent des perspectives et un panorama exceptionnel sur
le hameau et sur le fleuve. La couverture forestière, limitée aux zones de fortes dénivellations en raison de
la persistance des activités agricoles, crée des zones de friche, réduit les perspectives visuelles et modifie
le paysage agraire.
Le paysage humanisé offre une grande intégrité et présente une puissance d’évocation. Les bâtiments et
les aménagements agricoles sont d’esprit traditionnel. L’âge moyen des bâtiments est de 100 ans. Le
revêtement de ces bâtiments est traditionnel et, de ce fait, en harmonie avec le caractère champêtre du
lieu. Cependant, certaines interventions contemporaines hypothèquent le cachet et l’aspect pittoresque du
lieu qui inspire plus d’un peintre.
Le hameau de Port-au-Persil fut fondé au milieu du 19e siècle par un l’Écossais Neil McLaren. Une
chapelle de bois construite en 1893, et implantée près des rochers au bord du fleuve, constitue l’un des
« bâtiments phares » du hameau.
Le territoire de Port-au-Persil est majoritairement protégé par la Loi sur la protection du territoire agricole, à
l’exception du secteur Est du chemin de Port-au-Persil et celui de la Pointe du Rocher et du Cap Saumon,
majoritairement boisés.
SECTEUR DE POINTE AU BOULEAU ET DE LA POINTE AUX ALOUETTES, À BAIE-STE-CATHERINE
Le secteur de la Pointe au Bouleau et de la Pointe aux Alouettes se présente sous la forme d'un vaste
plateau argileux partiellement boisé en îlots de faible superficie, délimité à l'ouest par la rivière aux
Canards et les collines du Bas-Saguenay, au nord par le noyau du village de Baie-Sainte-Catherine et à
l'Est par le fleuve St-Laurent.
Ce plateau est utilisé de façon marginale à des fins agricoles et forestières. Les champs se regroupent
principalement de part et d'autre de la route 138 et offrent des ouvertures visuelles remarquables sur la
baie de la rivière aux Canards et le fleuve. L'urbanisation de la route 138 s'est faite surtout du côté est de
cette dernière, par la présence des services publics de ce côté de la route.
L'ensemble des bâtiments a une vocation résidentielle et d'hébergement sous forme de gîtes touristiques.
L'architecture des bâtiments est modeste.
La Pointe aux Alouettes, majoritairement boisée, montre un intérêt par la présence du domaine du
Séminaire de Chicoutimi, lieu historique d'une grande valeur symbolique reconnu par le ministère de la
Culture et classé site patrimonial par la municipalité. En effet, le 27 mai 1603, Champlain y a conclu le
premier traité d’alliance entre Français et Amérindiens. Deux sites archéologiques qui y ont été identifiés
traduisent l'occupation temporaire de la pointe par les Basques.
Plusieurs zones de mouvements de terrain sont déjà identifiées en bordure du fleuve. L'ensemble du
territoire est protégé par la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles, à l'exception des
terres du domaine du Séminaire de Chicoutimi.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
190
SECTEUR DU RANG TERREBONNE À ST-IRÉNÉE ET LA MALBAIE
Le rang et la concession de Terrebonne à La Malbaie se caractérisent par deux vastes plateaux de terres
agricoles en culture. La topographie des lieux et les champs agricoles ont créé un espace ouvert et
plusieurs percées visuelles sur le fleuve, le mont des Éboulements et sur le littoral (plage) de Saint-Irénée.
La route panoramique (362) qui traverse le secteur suit la topographie vallonnée des plateaux, à
l'exception de la partie du Gros Ruisseau où la route forme un tracé en « U » vers le Nord pour éviter ledit
ruisseau.
Le secteur est boisé surtout dans la partie sud près des escarpements du littoral, à proximité du golf du
Manoir Richelieu et de part et d'autre du Gros Ruisseau.
Le secteur de Terrebonne est protégé par la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles.
Toutefois, la CPTAQ a autorisé au cours des dix dernières années le lotissement et la construction de
résidences unifamiliales ou de villégiature en bordure de la route 362. Ces résidences sont surtout de style
contemporain ou de type banlieue et ne cadrent pas avec le caractère champêtre et agricole du secteur.
Certaines résidences sont implantées dans des percées visuelles exceptionnelles (vers Saint-Irénée, sur le
littoral et le fleuve).
Le tribunal d'appel en matière de protection du territoire agricole a, quant à lui, autorisé le lotissement de
25 lots de villégiature sur les lots 1 et 2 de la concession de Terrebonne.
Par ailleurs, on constate qu'il n'y a aucun règlement sur les plans d'implantation et d'intégration
architecturale, pour le secteur de Terrebonne, adopté par la Ville de La Malbaie et par la municipalité de
Saint-Irénée.
SECTEURS DU RANG ST-ANTOINE ET ST-THOMAS, À ST-IRÉNÉE
Ce territoire fait partie du vaste plateau ouest de la zone agricole de Saint-Irénée. L'agriculture y est
dynamique et les champs situés des deux côtés de la route 362 et du chemin du rang St-Antoine dégagent
des vues exceptionnelles du littoral de Charlevoix, du fleuve ainsi que de la rive sud de ce dernier.
Un vaste boisé entourant le parcours du ruisseau Jureux sépare le rang St-Antoine et le corridor
panoramique qu'offre la route 362. L'ensemble du secteur est protégé par la Loi sur la protection du
territoire et des activités agricoles. Cependant, la CPTAQ a autorisé l'implantation de quelques résidences
unifamiliales du côté nord de la route 362, aux environs des lots 12 à 15 de la concession St-Thomas. Ces
bâtiments ont une architecture de type banlieusard. Le côté sud de la route 362 est demeuré libre de
constructions et conserve son usage agricole et son exceptionnelle percée visuelle.
11.3.5
Sites d'observation de paysages forestiers, agraires et littoraux
En plus des paysages naturels et culturels, le territoire de la MRC de Charlevoix-Est compte également
plusieurs sites d'observation et points de vue remarquables sur des paysages diversifiés.
La plupart de ces sites sont accessibles par le réseau routier local ou supérieur (routes 138 et 362). Au
nombre de douze, ils sont localisés comme suit:
1.
Au Parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie, au sommet de l’acropole avec vue sur
360°
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
191
2.
à Notre-Dame-des-Monts, au centre du village, avec une vue sur la montagne que l'on appelle
communément « La Noyée »;
3.
à Clermont, sur la montagne de la Croix, avec une vue sur la vallée de la rivière Malbaie et sur
l'arrière-pays (vue sur 360o)
4.
à La Malbaie, secteur Rivière-Malbaie, sur la propriété du Domaine Cabot, en bordure de la route
138, et au cimetière de la paroisse de La Malbaie, avec une vue sur la baie de La Malbaie;
5.
à La Malbaie, au mirador du centre de plein air Les sources joyeuses
6.
à Saint-Irénée, dans le rang Terrebonne, le long de la route 362, avec vue sur les paysages agraires,
le littoral, l'estuaire du St-Laurent et sur le mont des Éboulements;
7.
à Saint-Irénée, à la sortie sud-ouest de la municipalité, le long de la route 362, avec vue sur l'estuaire
du St-Laurent et la côte charlevoisienne;
8.
à La Malbaie, secteur Saint-Fidèle, le long de la route 138 au carrefour accueil et d’orientation du
Parc marin Saguenay-St-Laurent, avec vue sur l'estuaire et le Port-au-Saumon;
9.
à Saint-Siméon, à l'entrée sud-ouest de Port-au-Persil, avec vue sur le paysage agraire, le hameau
de Port-au-Persil et l'estuaire du St-Laurent (parc marin);
10. à Saint-Siméon, le belvédère du sentier L’aigle des Palissades de Charlevoix;
11. à Baie-Sainte-Catherine, le long de la route 138, à Pointe-Noire.
11.4
TERRITOIRES D'INTÉRÊT PATRIMONIAL
Les territoires d'intérêt patrimonial réfèrent à des lieux où l'histoire, le mode d'occupation de l’espace et
l'architecture des bâtiments ont un intérêt régional. Des noyaux villageois, des places d'églises, des rues
principales et des bâtiments anciens constituent ces territoires d'intérêt. Ces lieux ont marqué l'histoire
locale et régionale et sont devenus des attraits touristiques en soi. Certains ont même une renommée
nationale. En tout, treize territoires d'intérêt patrimonial se retrouvent à l'intérieur des limites de la MRC.
Divisés en treize points, ces territoires sont listés plus bas, ensuite suit la description de chacun.
1.
le noyau villageois de Saint-Aimé-des-Lacs;
2.
la place de l'Église de Sainte-Agnès;
3.
le hameau de Port-au-Persil à Saint-Siméon;
4.
le noyau villageois de Saint-Irénée et le Domaine Forget;
5.
la rue Saint-Étienne à La Malbaie;
6.
la rue Richelieu à La Malbaie;
7.
le boulevard des Falaises à La Malbaie, site historique désigné par Parcs Canada;
8.
la rivière Mailloux à La Malbaie;
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
192
9.
la rue Maisonneuve à Clermont;
10. le noyau villageois du secteur Saint-Fidèle;
11. la rue Saint-Raphaël à La Malbaie;
12. le chemin de la Vallée à La Malbaie;
13. les bâtiments du Séminaire de Chicoutimi à Baie-Sainte-Catherine;
Ces territoires d'intérêt patrimonial ont fait l'objet d'une étude visant à les caractériser. L'étude en question
a été réalisée en 1998 par Anne Carrier Architectes, GRHQR inc. et Sigma inc. dans le cadre d'une
entente entre le ministère de la Culture et des Communications et la MRC de Charlevoix-Est. Un inventaire
sommaire, comprenant visites et photographies, a d'abord été accompli. Le document qui en résulte
présente le lieu, un aperçu historique, la problématique, les composantes du territoire naturel et bâti, la
délimitation proposée de l'ensemble d'intérêt et une évaluation du cadre de protection existant dans le but
d'élaborer des mesures de conservation et de mise en valeur appropriées.
Les quelques paragraphes qui suivent constituent des résumés de la problématique de chaque territoire
d'intérêt patrimonial telle qu'elle est présentée à l'intérieur de l'étude mentionnée précédemment.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
193
Carte 14
Territoires d’intérêt patrimonial (1/2)
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
195
Carte 15
Territoires d’intérêt patrimonial (2/2)
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
197
11.4.1
Noyau villageois de Saint-Aimé-des-Lacs
PATRIMOINE NATUREL
Le village présente un faible intérêt au niveau naturel si ce n'est la présence du lac Sainte-Marie qui
permet de dégager des panoramas élargis sur les monts environnants.
Autant la forêt est omniprésente dans les environs, autant le couvert forestier se fait ténu dans le noyau
villageois. À l'exception de quelques rares maisons qui ont conservé un environnement naturel d'intérêt, on
ne peut que noter la pauvreté de la couverture végétale dans l'ensemble du village.
Le pourtour de l'église est largement minéralisé et c'est la présence d'un talus gazonné en front de l'église
qui atténue en quelque sorte le caractère austère du lieu.
PATRIMOINE BÂTI
Le bâti est caractérisé par une architecture en bois aux volumétries variées. La présence de certains
bâtiments aux formes architecturales plus anciennes (toit mansardé, toit à deux versants) indique que le
village s'est constitué sur un rang agricole déjà établi.
La fonction résidentielle est la plus répandue sur la rue qui donne corps au village, et en l'absence d'une
intersection majeure, les activités commerciales émergentes ici et là à travers la trame résidentielle.
L'église, le presbytère, deux ou trois résidences à l'Est ainsi que la chapelle en bordure du lac émergent
quant à leurs qualités esthétiques. Le blanc, couleur dominante de ces bâtiments, donne le ton et
caractérise le site.
Les qualités du patrimoine bâti de Saint-Aimé-des-Lacs demeurent faibles en raison notamment de
l'ancienneté toute relative des constructions et des transformations qu'elles ont subies dans les ouvertures
et les revêtements.
L’implantation récente de maisons mobiles de part et d’autre de la Côte du petit lac a affecté le paysage
naturel de l’entrée du village.
11.4.2
Place de l'Église de Sainte-Agnès
PATRIMOINE NATUREL
Le relief de la place de l'église présente peu d'intérêt au niveau visuel. L'absence de végétation sur la
place et même dans l'enclos du cimetière contribue à la monotonie du paysage.
Les abords de la place ne sont pas de nature à mettre en valeur la richesse architecturale de l'ensemble
religieux.
PATRIMOINE BÂTI
Le bâti est caractérisé par une architecture en bois aux volumétries variées.
L'église est sans contredit le bâtiment dominant de l'ensemble et se démarque par son élégance, sa
sobriété et l'harmonie de sa façade. L'intérêt de l'église est rehaussé par la présence de l'enclos paroissial
adjacent à l'ouest.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
199
La place de l'église à La Malbaie, secteur Sainte-Agnès, ne constitue pas une place à proprement parlé.
La place est excentrique et ne peut être perçue comme lieu de rassemblement. La présence de bâtiments
sur son périmètre concourt cependant à l'organisation des lieux et la place est définie essentiellement par
l'église qui y présente sa façade.
11.4.3
Hameau de Port-au-Persil à Saint-Siméon
PATRIMOINE NATUREL
Le site de Port-au-Persil est organisé autour d'une anse que décrit le fleuve St-Laurent à travers un relief à
plateau élevé. Une petite rivière coule en cascade avant de déboucher dans l'anse. Le littoral est
relativement plat. Au sommet, des deux côtés, s'ouvrent des perspectives exceptionnelles vers l'anse et le
fleuve.
Le site de Port-au-Persil constitue un paysage humanisé offrant une grande intégrité et présentant une
puissante valeur d'évocation.
PATRIMOINE BÂTI
Le bâti est caractérisé par une architecture en bois aux volumétries variées. Les constructions ont près de
100 ans en majorité. La division des propriétés est soulignée par des clôtures qui contribuent au caractère
agricole.
L'intégrité de certains bâtiments, notamment dans les revêtements traditionnels, contribue au charme
attractif du hameau. Les aménagements humains se sont faits en harmonie avec le caractère champêtre
du lieu comme en témoignent des manifestations liées à l'exploitation agricole (parcelles, fossés, clôtures,
etc.). Toutefois, des interventions récentes comme celles apportées à la chapelle commandent une
certaine vigilance.
11.4.4
Noyau villageois de Saint-Irénée et le Domaine Forget
PATRIMOINE NATUREL
La situation du village à flanc de montagne et la route en lacet qui le traverse confèrent au village de SaintIrénée tout son charme. Chaque courbe de la route dégage des perspectives nouvelles, tantôt vers le
fleuve, tantôt vers le bas-village.
À l'ouest, la localisation du bâti adossé à flanc de terrasse sur le côté nord de la route offre l'immensité du
fleuve en guise de panorama.
Sauf aux abords immédiats du cœur institutionnel, le couvert végétal est relativement pauvre et la
construction de murs de soutènement vient rompre de manière abrupte l'intégration harmonieuse du
paysage bâti et de la mer qui était autrefois assurée par des talus à pente douce.
Situé en surplomb et étagé sur plusieurs plateaux, le Domaine Forget offre une vue exceptionnelle sur le
fleuve St-Laurent et la baie de Saint-Irénée. D'une superficie de 43,7 hectares, le domaine revêt une
couverture végétale formée de bosquets et d'allées d'arbres matures, dont une cédrière.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
200
PATRIMOINE BÂTI
L'architecture en bois de Saint-Irénée présente un caractère varié où les bâtiments à un étage et demi
côtoient souvent des volumétries de deux étages.
Le village de Saint-Irénée comporte un patrimoine bâti diversifié de grand intérêt qui illustre bien les
diverses manières d'occuper un lieu tout en tirant parti du paysage environnant. La persistance de la
villégiature se traduit encore aujourd'hui dans des formes renouvelées dont certaines méritent l'attention.
Inspiré des grands domaines français, le Domaine Forget a été dessiné par l'architecte Huot. L'ensemble
des bâtiments d'origine (résidence principale, écurie, hangars, poulailler, maison de l'intendant, pavillon de
jeux et chaufferie) a été construit en 1903 par Sir Rodolphe Forget.
L'architecture des bâtiments est un mélange de post victorien et d'éléments de construction rurale.
Tourelles, pignons, toit tronqué et revêtement de bardeau de cèdre brun caractérisent les bâtiments
existants d'origine.
Propriété de la Corporation du Domaine Forget de Charlevoix depuis 1981, le domaine est consacré à
l'enseignement et à la diffusion des arts d'interprétation, principalement de la musique et de la danse. Au
patrimoine bâti restauré par la corporation se sont ajoutés des éléments de construction reliés à la
vocation du domaine, soit 24 studios de pratique, une terrasse attenante à la cafétéria, une nouvelle
guérite à l'entrée de la propriété et une salle de concert dotée de 600 places. Depuis plusieurs années, le
Domaine Forget présente un festival international de musique de grande renommée (concert et brunch
musical). Le 10 juin 2005, un pavillon du domaine Forget a été détruit par les flammes; une triste perte
patrimoniale. Une campagne de financement ainsi que la contribution du ministère du patrimoine canadien
vont permettre la reconstruction de ce bâtiment accueillant hébergement et entrepôt.
11.4.5
Rue Saint-Étienne à La Malbaie
PATRIMOINE NATUREL
Le parcours sinueux de la rue St-Étienne, dicté par la configuration de l'ancienne terrasse fluviale, favorise
la découverte de séquences successives de paysages. La modulation de la rue ouvre tantôt des
perspectives sur la place de l'église, tantôt sur l'alignement des rues John-Nairne, Sainte-Catherine et
Doucet qui forment à leurs intersections avec la rue Saint-Étienne des angles aigus, caractéristiques des
tracés des vieux villages.
Les perspectives visuelles en direction du fleuve ou de la rivière sont relativement rares si l'on exclut les
quelques percées à travers les grands ensembles institutionnels formés entre autres par l'église et
l'hôpital.
PATRIMOINE BÂTI
Le cadre bâti de la rue Saint-Étienne est très varié, et ce, en raison des diverses fonctions urbaines que
l'on retrouve le long de cette artère.
La rue Saint-Étienne présente un bâti représentatif de la période des années 1920-1940, relativement bien
conservé malgré l'apparition ces dernières années de matériaux de revêtement industriel et malgré
quelques transformations qui ne respectent pas toujours le caractère du bâtiment.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
201
La présence d'un certain nombre de bâtiments antérieurs à 1900 dans la portion nord de la rue ajoute à
l'intérêt architectural de celle-ci. Malheureusement, depuis quelques années, certains de ces bâtiments ont
été démolis.
11.4.6
Rue Principale à La Malbaie
PATRIMOINE NATUREL
Le bâti de la rue Principale du secteur de Pointe-au-Pic à La Malbaie étant implanté majoritairement en
front de lot, le couvert végétal est présent essentiellement à l'extrémité ouest de la rue Principale, sur les
terrains de quelques villas et sur certaines parcelles résiduelles de terrain.
Plusieurs percées visuelles en direction du fleuve sont apparues à la suite de démolitions dans la trame de
la rue Principale. Ces percées visuelles offrent toutefois un intérêt mitigé en raison de la localisation même
de la rue Principale qui se situe presque au même niveau que le fleuve ainsi qu'en raison de la faiblesse
des aménagements urbains du secteur.
PATRIMOINE BÂTI
Le bâti de ce secteur est caractérisé par des volumétries variées et par des styles architecturaux
représentatifs de presque toutes les époques. Dans ce secteur se succèdent des bâtiments abritant des
fonctions résidentielle, religieuse, commerciale et institutionnelle.
Les implantations réalisées ces dernières années sur la rue Principale s'inscrivent en rupture par rapport à
l'architecture traditionnelle de la rue, entre autres par leur localisation en retrait par rapport à la ligne de rue
et leur volumétrie à un étage.
11.4.7
Boulevard des Falaises à La Malbaie
PATRIMOINE NATUREL
Mis à part quelques auberges situées dans sa partie ouest, ce chemin relativement étroit qui n'a de
boulevard que le nom, dessert surtout les vastes domaines de villégiature qui sont occupés par une
clientèle saisonnière et donne accès au site du Casino de Charlevoix et du Manoir Richelieu. Le Casino et
le manoir sont érigés sur le haut d'une falaise qui surplombe le port de Point-au-Pic et offre une vue
remarquable sur le fleuve.
De part et d'autre du boulevard, les terrains sont en pente descendant vers le fleuve. Ces grands terrains
paysagers constituent l'élément dominant du paysage. La couverture végétale est très présente et les
espèces indigènes côtoient certaines espèces importées. Le boulevard des Falaises possède sa spécificité
propre, liée à la présence de vastes domaines de villégiature. Sa notoriété dépasse largement les
frontières de La Malbaie et même de Charlevoix.
PATRIMOINE BÂTI
Le bâti du boulevard des Falaises est caractérisé par la présence de nombreuses villas aux dimensions
importantes, mais aussi par la présence de murets et clôtures délimitant ces vastes domaines. La plupart
des villas implantées le long du boulevard ont été érigées au tournant du siècle et présentent un état
d'intégrité remarquable.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
202
L'implantation des villas sur de vastes terrains s'inscrit en harmonie avec le paysage grandiose du lieu.
Cette harmonie est cependant compromise dans le secteur avoisinant le Manoir Richelieu par une
densification prononcée résultant de la construction de complexes hôteliers et d'habitations sur des
terrains restreints.
Le patrimoine bâti de l'extrémité sud du boulevard des Falaises est quant à lui remarquable par la
présence du Manoir Richelieu, véritable château normand, avec tours, tourelles et pignons pointus.
Reconstruit en 1928, suite à sa destruction par le feu, le Manoir Richelieu est entièrement fait de béton
armé. Le toit est de cuivre et repose sur une structure d'acier.
Les terrains du Manoir Richelieu et du golf ainsi que le site du Casino de Charlevoix ont une superficie
totale de 170 hectares.
Le boulevard des Falaises fait partie du site historique de La Malbaie reconnu par Parcs Canada à titre de
berceau de la villégiature au Canada.
11.4.8
Rivière Mailloux à La Malbaie
PATRIMOINE NATUREL
Le hameau est implanté au fond de la petite vallée façonnée par la rivière Mailloux qui serpente à travers
ce lieu-dit. Celle-ci a d'ailleurs été canalisée sur tout son parcours. Les perspectives visuelles d'intérêt sont
inexistantes sauf du haut des versants où l'on a une vue plongeante sur le hameau. Le tracé routier dicté
par la configuration de la rivière amène la découverte séquentielle des composantes du hameau.
La couverture végétale est presque totalement absente si l'on exclut l'un des versants de la vallée qui est
couvert de feuillus et de quelques conifères.
PATRIMOINE BÂTI
Le cadre bâti du hameau est essentiellement composé de résidences modestes d'un étage et demi et
deux étages coiffées de toits à versants ou mansardés. Les résidences sont implantées en front de lot,
près de la rue, laissant peu de dégagement pour la marge de recul avant. Les habitations sont implantées
sur des terrains relativement petits, créant un milieu dense et très convivial.
Le hameau de la rivière Mailloux présente beaucoup d'intérêt tant au niveau de l'organisation spatiale
qu'au niveau du patrimoine bâti. Toutefois, des travaux de voirie effectués récemment ainsi que des
rénovations douteuses apportées à certaines résidences ont altéré sensiblement l'image et
l'environnement de ce lieu-dit.
11.4.9
Rue Maisonneuve à Clermont
PATRIMOINE NATUREL
La rue Maisonneuve emprunte un parcours vallonné et sinueux dicté par le cours de la rivière Malbaie. Sa
localisation sur une faible terrasse en bordure de la rivière permet de dégager des vues plongeantes sur la
rivière et sur les installations de la papetière Abitibi-Bowater. Ce parcours est rehaussé par la présence
d'une végétation où s'entremêlent feuillus et conifères.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
203
La présence d'une ligne de transmission pour desservir l'usine crée une rupture dans la trame bâtie,
entraînant du même coup l'émergence de deux entités différenciées au niveau du paysage urbain. Cette
rupture est également accentuée par la topographie des lieux.
PATRIMOINE BÂTI
La régularité dans l'implantation du bâti, la similitude des aires d'occupation, le langage formel des
volumes d'habitation illustrent bien le concept résidentiel lié à l'industrie mis de l'avant au début du XXe
siècle. C'est la présence de cette architecture planifiée selon des modèles précis qui confère à la rue
Maisonneuve tout son intérêt.
En résumé, la rue Maisonneuve se démarque essentiellement par un bâti résidentiel planifié associé à
l'implantation industrielle de l’usine Abitibi-Bowater. Le caractère homogène du lieu reflété par le gabarit
bâti et son implantation est atténué par l'emploi de matériaux de revêtement multiples aux couleurs
bigarrées qui nient la notion d'ensemble en personnalisant chaque habitat.
11.4.10 Noyau villageois du secteur Saint-Fidèle
PATRIMOINE NATUREL
La portion du village située à l'ouest de l'église est située dans une dépression formant une cuvette. La
portion Est surmonte un plateau plus ou moins régulier.
Mis à part le cimetière où l'on retrouve des peupliers de Lombardie, le couvert végétal est relativement
restreint.
Malgré la nature vallonnée du relief, les perspectives en direction du fleuve sont plutôt rares. Les sites
ouverts à des panoramas sont essentiellement localisés aux deux extrémités du village.
PATRIMOINE BÂTI
Le bâti est caractérisé par une architecture en bois aux volumétries variées. Le long de la rue Principale,
les formes architecturales témoignent de façon manifeste d'un bâti érigé avant 1940.
Érigés à travers un bâti au gabarit relativement homogène, l'église et le presbytère se démarquent par leur
caractère monumental et leur situation sur un léger promontoire. Le cimetière attenant à l'église est
ceinturé d'une muraille de pierre sèche et ajoute à l'intérêt de l'ensemble religieux.
Le secteur de Saint-Fidèle à La Malbaie présente un caractère attrayant avec son ensemble religieux et
son implantation sinueuse qui tient compte de la géographie du lieu.
La banalisation de l'architecture par l'emploi de revêtements de faible qualité et par des transformations
malheureuses affecte grandement le caractère attrayant de ce village.
11.4.11 Rue Saint-Raphaël à La Malbaie
PATRIMOINE NATUREL
L'exploitation à des fins agricoles des lopins de terre situés au sud de la rue Saint-Raphaël a permis de
dégager des perspectives en direction du fleuve. On peut donc bénéficier de larges panoramas à des
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
204
endroits précis du parcours (à l'ouest devant la grange Bhérer, au centre près de la place de l'église, à
l'Est dans l'axe de la route Sainte-Mathilde).
La couverture végétale est variée et se présente souvent sous forme de bosquets où l'on retrouve autant
de conifères que de feuillus. L'implantation de villas ou de résidences sur les vastes terrains a permis de
paysager de multiples manières et souvent « à l'anglaise » l'espace entre la résidence et la rue.
Cap-à-l'Aigle se démarque des lieux environnants par la qualité de ses paysages, ses magnifiques vues
sur le fleuve et par un bâti d'intérêt à plus d'un titre. Cap-à-l'Aigle se démarque aussi par la présence de
multiples lilas longeant les parois de pierres qui bordent le village, d'où son nom symbolique « Cap-àl'Aigle village des lilas ». Un plan d’aménagement a même été élaboré à partir de ce concept de village
des lilas.
PATRIMOINE BÂTI
Le bâti est caractérisé par un habitat ancien aux formes traditionnelles ponctué ici et là de bâtiments plus
récents datant des dernières décennies.
L'architecture de la rue Saint-Raphaël présente beaucoup d'intérêt en raison de l'ancienneté, de la qualité
et de l'intégrité du bâti rehaussé par le parcours vallonné et sinueux de la rue. On y retrouve la grange
Bhérer, bâtiment agricole cité par la ville de La Malbaie dont la particularité tient à son toit de chaume. En
plus de cet intérêt d'ensemble, on observe sur tout le tracé de la rue divers bâtiments qui se démarquent
par leurs qualités esthétiques ou par leur implantation dans un environnement paysager.
11.4.12 Chemin de la Vallée à La Malbaie
PATRIMOINE NATUREL
Le paysage rural du secteur de Rivière-Malbaie à La Malbaie est étroitement lié à la présence de la rivière
qui a dicté le morcellement du territoire. C'est à travers la présence successive de ces exploitations
agricoles que s'est modelé le paysage essentiellement agricole.
À l'exception des hameaux où l'implantation du bâti se fait plus dense, le reste du territoire présente un
caractère plus espacé où le bâti est implanté en fonction du lotissement agricole.
La sinuosité du chemin qui épouse les méandres de la rivière permettant des vues constantes sur son
parcours, la qualité du bâti traditionnel rural, le chemin qui a conservé son emprise d'antan ainsi que les
clôtures qui délimitent les enclos agricoles contribuent au caractère champêtre des lieux. Cependant,
certaines implantations contemporaines sont venues mettre en péril cet équilibre séculaire.
PATRIMOINE BÂTI
Le bâti en bois est dominant sur tout le territoire. Les habitations traditionnelles de même que les
bâtiments de ferme demeurent nombreux et leur état d'intégrité est souvent à souligner.
Ce paysage séculaire d'une grande beauté risque toutefois de perdre de son intégrité avec l'implantation
de formes architecturales contemporaines qui nient la spécificité des lieux. Ici et là apparaissent des
résidences aux formes stéréotypées, caractéristiques des banlieues urbaines, qui sont implantées de
façon aléatoire.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
205
11.4.13 Terres et bâtiments du Séminaire de Chicoutimi à Baie-Sainte-Catherine
Les pères du Séminaire de Chicoutimi possèdent des terres et des bâtiments d'intérêt sur la pointe aux
Alouettes. Une église et un cimetière font partie intégrante du domaine de même que les deux anciennes
résidences attenantes.
Ce noyau représente le noyau initial du village et de l'ancienne mission de Saint-Firmin. Sont enterrés au
cimetière des représentants de familles fondatrices de Baie-Sainte-Catherine. Cet ensemble a été
entretenu en très bon état par les pères. L'accès est toutefois limité considérablement. L'ancien cimetière a
fait l'objet d'une restauration en 1979. On y trouve des stèles de bois et de marbre tendre. Un kiosque
datant de 1914, érigé par les pères, se trouve à l'extrémité sud de la pointe, le long du chemin principal,
deux statues ont été érigées, celle de Saint-Joseph en 1924 et celle de la Sainte-Vierge en 1925.
11.4.14 Bâtiments et sites anciens d'intérêt patrimonial
En plus des territoires d'intérêt patrimonial identifiés et présentés au point précédent, on compte
également quelques bâtiments et sites anciens d'intérêt patrimonial qui méritent une mention spéciale ainsi
que toute notre attention. Ces derniers ne sont pas tous situés à l'intérieur des territoires d'intérêt
patrimonial, mais la plupart le sont.
Ces bâtiments et sites anciens sont les suivants: chapelle Fitzpatrick (Saint-Aimé-des-Lacs), chapelle StPeter on the rock (La Malbaie, secteur Cap-à-l'Aigle), chapelle protestante de Pointe-au-Pic (La Malbaie),
bâtiments du Domaine Forget (Saint-Irénée), Manoir Richelieu et ses villas (La Malbaie), chalet du club de
golf Murray Bay (La Malbaie), cimetière de La Malbaie (La Malbaie,), bâtiments du Domaine Cabot (La
Malbaie, secteur Rivière-Malbaie), chapelle de Grand-Fonds (La Malbaie, secteur Rivière-Malbaie), palais
de Justice (La Malbaie, secteur Rivière-Malbaie), phare du cap de la tête au chien et phare de cap au
saumon (La Malbaie, secteur Saint-Fidèle), chapelle de Port-au-Persil (Saint-Siméon), chapelle de Baiedes-Rochers (Saint-Siméon). Il s'agit de bâtiments et sites qui font partie du paysage de Charlevoix depuis
des années. Ce sont des témoins du passé, des points de repère importants, des éléments clés de
l'histoire de la région.
Tableau 11.4
Biens occupant un certain statut juridique
NOM DU BIEN
MUNICIPALITÉ
Église Ste-Agnès
La Malbaie
Forge-menuiserie
Cauchon
La Malbaie
Forge Riverin
La Malbaie
Grange-étable Bhérer
La Malbaie
Terres et bâtiments du
Baie-SainteSéminaire de
Catherine
Chicoutimi de la
(Lots 1 Ptie B C
Pointe-aux-Alouettes
Ptie)
AUTORITÉ DE
PROTECTION
Ministère de la Culture, des
Communications et de la
Condition féminine
Ministère de la Culture, des
Communications et de la
Condition féminine
Municipalité
Municipalité
Ministère de la Culture, des
Communications et de la
Condition féminine
CATÉGORIE DE
BIEN
Monument
historique
STATUT JURIDIQUE
Classement
DATE
D’ATTRIBUTION
1960-12-28
Monument
historique
Classement
1983-06-08
Monument
historique
Monument
historique
Citation
2006-01-25
Citation
2006-01-25
Site du patrimoine
Constitution
2008-07-07
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
206
11.5
CROIX DE CHEMIN
Les croix de chemin sont de véritables témoins du temps passé. Elles ont été érigées pour une occasion
particulière ou dans un but particulier. Sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est, on en retrouve
quarante-neuf, dressées ici et là, à un carrefour, sur le bord d’une route ou d’un rang, ou encore près d’un
lac. Ces croix se ressemblent beaucoup entre elles. Elles sont souvent noires, sans ornementation ou très
peu. Quarante de ces croix de chemin sont situées en milieu rural et neuf en milieu urbain.
Tableau 11.5
Localisation et caractéristiques des croix de chemin
NOM
Croix A. Culver
Croix Frank Harrop
Croix René Bouchard
Croix Claude Belley
Croix madame Oliva Dallaire
Croix Jean-Claude Bernier
Croix Gilles Bilodeau
Croix de la chapelle
Croix Louis-Philippe Dufour
Croix de la fabrique
Croix Bernard Dassylva
Croix Clément Tremblay
Croix Raymond Charest
Croix de la Fabrique
Croix Philippe Gagnon
Croix Jean-Marc Maltais
Croix Roger Ouellet
Croix Idola Tremblay
Croix Alphone Lapointe
Croix Roger Le Moine
Croix Jean-Marie Lapointe
LOCALISATION
30, boulevard des Falaises
La Malbaie
80, rang Terrebonne
La Malbaie
224, rang Terrebonne
La Malbaie
289, chemin Mailloux
La Malbaie
147, chemin Mailloux
La Malbaie
700, chemin de la Vallée
La Malbaie (secteur Rivière-Malbaie)
101, boulevard Mailloux
La Malbaie (secteur Rivière-Malbaie)
Près de la chapelle du Grand-Fonds
La Malbaie (secteur Rivière-Malbaie)
200, rang Fraserville
La Malbaie (secteur Rivière-Malbaie)
Cimetière de La Malbaie, rue du Souvenir
41, rang Sainte-Mathilde
La Malbaie (secteur Rivière-Malbaie)
141, rang Sainte-Mathilde
La Malbaie (secteur Rivière-Malbaie)
428, Saint-Raphaël
La Malbaie (secteur Cap-à-l’Aigle)
102, rue Principale
La Malbaie (secteur Sainte-Agnès)
576, rang Saint-Charles
La Malbaie (secteur Sainte-Agnès)
188, rang Saint-Joseph
La Malbaie (secteur Sainte-Agnès)
41, rang Saint-Jean-Baptiste
La Malbaie (secteur Sainte-Agnès)
83, rang Saint-Jean-Baptiste
La Malbaie (secteur Sainte-Agnès)
56, Côte des Jallins
La Malbaie (secteur Saint-Fidèle)
83, route 138
La Malbaie (secteur Saint-Fidèle)
100, rang Sainte-Mathilde
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
CARACTÉRISTIQUES
Croix noire érigée par des villégiateurs anglophones.
Crucifix bleu au centre de la croix
Croix noire correspondant autrefois à un lieu de prière
pour les habitants du rang. Pourrait dater de plus de
cinquante ans.
Croix noire. Origine obscure. Petite clôture l’entoure.
Croix noire construite en 1989 avec un crucifix.
Croix de plus de cent ans.
Croix noire de plus de cinquante ans avec clôture qui
l’entoure.
Croix noire de plus de cent ans (rénovée en 1965).
Croix noire fort ancienne refaite assez récemment.
Croix noire très ancienne (plus de cent ans). Rénovée
en 1987.
Croix de montagne érigée en 1944, en métal et
illuminée chaque soir. Surplombe la baie de La
Malbaie.
Croix noire de plus de cent ans. Refaite il y a 20 ans.
Entourée d’une clôture.
Croix noire entourée d’une clôture. Crucifix de métal
comme seule décoration.
Croix blanche érigée il y a 75 ans. Rénovée et entourée
d’une grande clôture blanche.
Calvaire érigé en 1900 par Sir Charles Fitzpatrick, un
villégiateur qui fut autrefois lieutenant-gouverneur de la
province de Québec de 1918 à 1923. Croix noire
surplombée d’un Christ blanc dont la tête est
couronnée d’épines. Lieu de nombreux pèlerinages.
Croix noire de plus de cent ans.
Croix noire d’une quarantaine d’années.
Érigée en 1972 suite à une promesse du propriétaire
faite à Sacré-Cœur. Plusieurs motifs d’art populaire.
Statue de la vierge placée dans la niche en dessous de
la croix et encastrée dans le socle.
Croix noire de plus de cent ans. Rénovée il y a une
dizaine d’années. Clôture entoure la croix.
Croix noire érigée en 1955 qui comporte une niche où
une image de la Vierge est conservée en permanence.
Croix noire datant environ de 1970.
Croix noire érigée vers 1880 et refaite en 1970.
207
La Malbaie (secteur Saint-Fidèle)
Croix Lionel Savard
Croix Sylva Tremblay
Croix Dollard Harvey
Montagne de la croix
Croix Pierre-Paul Perron
Croix de la Fabrique
Croix Aurèle Fortin
Croix Paul Lavoie
Croix Élias Néron
Croix Paul-Émile Néron
Croix Simone Pilote
Croix Alice Tremblay
Croix Nathalie St-Gelais
Croix Carrefour-Sobriété
Croix Adélard Larouche
Croix Adélard Larouche
Croix Maurice Lavoie
Croix Roland Lavoie
Croix Wilbrod Lavoie
Croix Jean-Guy Trudel
Croix Ferme Trudel
Croix Jean-Pierre Fortin
126, rang Sainte-Mathilde
La Malbaie (secteur Saint-Fidèle)
159, rang Saint-Paul
La Malbaie (secteur Saint-Fidèle)
28, chemin Port-au-Persil
La Malbaie (secteur Saint-Fidèle)
Clermont
23, chemin Snigoll
Clermont
Face à l’église paroissiale, rue Notre-Dame
Notre-Dame-des-Monts
Rang Miscoutine ou Sainte-Philomène
Notre-Dame-des-Monts
24, rang des Lacs
Notre-Dame-des-Monts
1, rang des Lacs
Notre-Dame-des-Monts
132, rue Notre-Dame
Notre-Dame-des-Monts
Rang Saint-Thomas
Notre-Dame-des-Monts
Rang St-Antoine
Notre-Dame-des-Monts
Rang St-Antoine
Notre-Dame-des-Monts
route 138
Saint-Aimé-des-Lacs
rue Principale (intersection vers le lac Nairne)
Saint-Aimé-des-Lacs
196, rue Principale
Saint-Aimé-des-Lacs
236, rue Principale
Saint-Aimé-des-Lacs
300, rue Principale (sur la route qui conduit vers
les Hautes-Gorges de la rivière Malbaie)
Saint-Aimé-des-Lacs
280, rue Principale
Saint-Aimé-des-Lacs
86, Pied des Monts
Saint-Aimé-des-Lacs
1151, rang Terrebonne
Saint-Irénée
340, rang Saint-Antoine
Saint-Irénée
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
Entretenue de père en fils et possède une niche
creusée avec une statuette de plâtre de la Vierge
Marie.
Croix noire léguée de père en fils et refaite en 1979.
Niche où est placée une statuette de la Vierge.
Croix noire érigée vers 1949, entourée d’une clôture et
possédant une niche.
Croix noire érigée en 1890 environ et refaite en 1980.
Entourée d’une clôture.
Croix de montagne visible de la route 138, érigée le 29
août 1949 et illuminée le 14 novembre de la même
année. S’élève sur une montagne de 250 mètres
environ. Accessible par une route gravelée plutôt
escarpée.
Croix simple, sans ornementation. A perdu son
revêtement noir avec le temps.
Calvaire construit lors de la fondation de la paroisse en
1947. Christ de couleur blanche sur une croix noire.
Croix simple sans revêtement datant des années 1980.
Croix noire de plus de cent ans.
Fabriquée en 1980, elle ne possède ni ornementation ni
revêtement.
Croix de plus de cent ans, rénovée en 1980, sans
revêtement ni ornementation.
Construite en 1980, sans revêtement ni ornementation.
Croix datant des années 30
Croix datant des années 30
Croix noire de la Tempérance érigée en 1980
par les responsables du Carrefour-Sobriété
Croix noire sans ornementation fabriquée en 1935.
Croix noire avec un crucifix.
Croix noire.
Croix noire datant de 1940 environ et décorée de
l’inscription INRI et d’une couronne d’épines qui
rappelle la passion du Christ. Autrefois le lieu de prières
des gens du secteur durant le mois de Marie
notamment.
Croix noire entourée d’une clôture. Refaite récemment.
Deux (2) croix. Une construite en 1987, noire. L’autre
datant de 1875, noire avec un crucifix.
Calvaire érigé en 1952. Christ blanc placé sur une croix
noire
Croix noire érigée en 1910 et refaite en 1982. Peu
ornementée, mais possède une niche avec statue de la
Vierge.
208
NOM
Croix Adjénor Gauthier
LOCALISATION
402, rang Saint-Pierre
Saint-Irénée
Croix Maurice Gauthier
319, chemin Les Bains
Saint-Irénée
358, route 138
Saint-Siméon
975, Port-au-Persil
Saint-Siméon
284, rue Mauril
Saint-Siméon
238, rue Saint-Laurent
Saint-Siméon
475, route 138
Baie-Sainte-Catherine
Croix Éliane Lavoie
Croix Yves Piette
Croix Charles-Albert Dufour
Croix Paul-Émile Savard
Croix Robert Rochefort
CARACTÉRISTIQUES
Croix noire datant de 1940, érigée suite à une
promesse et léguée de père en fils. Garnie de motifs
d’art populaire. Avec inscription INRI, couronne
d’épines, marteau, clous et échelle ainsi qu’une niche
avec des statuettes de la Sainte Famille.
Croix noire érigée en 1988.
Croix noire refaite en 1986 (en remplace une fort
ancienne).
Croix noire érigée en 1910. Fut le site de
nombreuses activités de dévotion populaire.
Croix en bois rond peinte en noire.
Croix datant de 1980 en bois rond peinte en blanc.
Croix noire datant de 1975
Source : « Les croix de chemin dans Charlevoix : un héritage à conserver » de Serge Gauthier, Nathalie Belley et Julie Brassard
11.6
RÉSEAU VILLES ET VILLAGE D’ARTS ET DE PATRIMOINE
Le 30 mai 2000, le conseil des maires de la MRC de Charlevoix-Est a adopté la résolution #00-05-22 afin,
entre autres, de mandater le CLD pour développer une politique culturelle sur le territoire de la MRC de
Charlevoix-Est et de signer une entente tripartite avec le CLD et le ministère de la Culture et des
Communications pour adhérer au réseau Villes et villages d’art et de patrimoine. Depuis, une animatricecoordinatrice a été engagée et, avec un comité aviseur formé de représentants du domaine de la culture
(Musée de Charlevoix, Corporation des métiers d’art en Charlevoix, …) ainsi qu’un comité de travail formé
de représentants du CLD, de la MRC et du ministère de la Culture et des Communications, a doté la
région d’une politique culturelle.
11.7
BILAN DES ÉLÉMENTS D’INTÉRÊT
Par sa géographie et son histoire particulières, le territoire de la MRC de Charlevoix-Est est constitué de
multiples secteurs présentant un intérêt régional. La MRC renferme plusieurs territoires d'intérêt
écologique, archéologique, esthétique et patrimonial.
Ces territoires d’intérêt qui font la renommée de Charlevoix, attirent de nombreux touristes provenant du
Québec et même de l'étranger. La MRC souhaite reconnaitre de façon spécifique ces parties de territoire
afin d'accroître leur préservation et leur mise en valeur à des fins esthétiques, récréatives, de découverte
du milieu naturel, d'observation, etc. Ainsi, des normes sont introduites au document complémentaire.
Notamment, des règlements sur les plans d’implantation et d’intégration architecturale (P.I.I.A.) devront
être adoptés par les municipalités locales pour assurer leur protection.
11.8
CADRE D’AMÉNAGEMENT RÉLIÉ AUX TERRITOIRES D’INTÉRÊT
 Afin d’assurer une protection adéquate des territoires d’intérêt, les municipalités devront adopter
des règlements sur les plans d’implantation et d’intégration architectural
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
209
 Au document complémentaire, des critères particuliers sont établis pour les différents territoires
d’intérêt patrimonial afin d’être intégrés aux règlements sur les PIIA des municipalités
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
210
12.
TOURISME
Depuis 1987, année où la région de Charlevoix se dotait d’un plan de développement touristique, la plupart
des priorités régionales en termes de développement ont été réalisées. Plus de 40 millions de dollars ont
été investis au cours des dernières années dans le développement du produit touristique de Charlevoix,
lequel s’articule autour de deux grands pôles soit : la nature et la culture.
Actuellement, l’Association touristique régionale de Charlevoix est à réviser son plan de développement.
12.1
CARACTÉRISTIQUES DE LA RÉGION TOURISTIQUE
La mer et la montagne composent dans Charlevoix un décor grandiose. Sur la côte, les caps se succèdent
comme autant de sentinelles sur le grand fleuve. De coquets villages se nichent à flanc de montagne ou
au creux d’anses paisibles. Sur la route alternent les champs cultivés et les points de vue vers les
sommets de l’arrière-pays. Les artistes cherchent depuis longtemps à exprimer sur le papier ou la toile ce
mélange de sérénité et de grandeur qu’inspirent ces paysages. Lieu de villégiature par excellence,
Charlevoix combine toute l’année une hôtellerie de qualité et une gamme peu commune d’activités de
plein air et d’animations culturelles.
Charlevoix est la quatrième plus petite des régions touristiques après les îles de la Madeleine, Laval et
Montréal.
La région touristique de Charlevoix s’étend d’ouest en est, de Petite-Rivière-Saint-François jusqu’au fjord
du Saguenay et, du sud au nord, du fleuve St-Laurent jusqu’aux limites de la région touristique du
Saguenay-Lac-St-Jean. Depuis 1989, la région touristique de Charlevoix, qui est une destination trois
étoiles du Guide Michelin (le maximum possible), est reconnue par l’UNESCO dans le réseau mondial des
réserves de la biosphère. Avec ses 2 375 km2, le territoire de la MRC de Charlevoix-Est représente 38 %
de la région touristique de Charlevoix qui, elle, compte 6 170 km2.
Sur le territoire de la MRC, on retrouve une faune et une flore exceptionnelles. Le relief tourmenté de la
région contribue à la présence de microclimats qui donnent vers les sommets de la toundra et dans les
vallées des peuplements anciens d’érablières à ormes et à frênes. Au confluent de la rivière Saguenay et
du fleuve St-Laurent se mêlent l’eau douce et l’eau salée où évoluent plus de six espèces de grandes
baleines qu’on peut observer du rivage ou à partir de bateaux de croisières.
La riche nature du territoire et ses paysages pittoresques ont attiré de tout temps peintres, poètes, amants
de la nature et de villégiature. D'ailleurs, Charlevoix vient de fêter 200 ans de villégiature et un secteur de
Pointe-au-Pic a été reconnu arrondissement historique par le gouvernement fédéral du fait qu’il est le
berceau de la villégiature au pays. C’est dire la tradition d’accueil, d’hôtellerie et de restauration que
détient Charlevoix. Une richesse qui sait combler les quelque 1 000 000 touristes annuels et qui se
perpétue avec fierté.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
211
12.2
12.2.1
CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT TOURISTIQUE 19
Produits touristiques actuels
Les particularités du paysage, les ressources fauniques abondantes, les potentiels du milieu hydrique, les
divers sites naturels favorables à la pratique de multiples activités, le développement de pôles d’art et de
culture, l’émergence d’équipements culturels, la présence de sites d’observation et de territoires d’intérêt
patrimonial, écologique et archéologique et la présence de sites destinés à la pratique de différents sports
d’hiver confèrent au territoire de la MRC une vocation touristique qui a pris un essor considérable au cours
de la dernière décennie. Le secteur touristique occupe une place de plus en plus importante dans
l’économie régionale. L’industrie touristique constitue le générateur principal d’emplois dans la région, bien
que ceux-ci soient pour une large part saisonniers (55 %)20. Cependant, le dynamisme qui prévaut
actuellement dans ce secteur d’activités lié à l’implantation du Casino de Charlevoix, de la salle de concert
du Domaine Forget et à l’émergence de nouveaux produits touristiques permet progressivement d’atténuer
la saisonnalité des emplois qui y sont reliés.
Géographiquement, la région présente un produit touristique diversifié et panoramique intégrant le fleuve,
la côte escarpée où sont implantés les principaux noyaux villageois, les montagnes et plusieurs vallées. À
ce jour, l’industrie touristique a su, pour une large part, s’intégrer de façon harmonieuse avec
l’environnement en incorporant autant que possible les activités traditionnelles de la population.
La région constitue une zone de prédilection pour le tourisme d’agrément et un territoire de séjour de
villégiature reconnu avec, entre autres, un réseau d’auberges et de bonnes tables, des équipements
artistiques, culturels et de plein air tant pour la saison estivale qu’hivernale comme le ski alpin, avec le
mont Grand-Fonds, la pratique du ski de fond, la motoneige et l’aventure douce.
La région s’inscrit également comme une étape sur les grands circuits du Québec, avec les routes des
baleines, de la Nouvelle-France, des navigateurs et les réseaux de sentiers provinciaux de motoneige,
pédestres et de kayak (route bleue) et le circuit des fourrures.
Après avoir acquis une notoriété intéressante grâce à la structuration d’un réseau d’hébergement de
qualité à partir des anciens domaines de villégiature, la région s’affaire depuis quelques années à
développer des ensembles d’attraits régionaux culturels et de plein air tout en favorisant l’émergence de
nouveaux produits qui débordent la saison estivale ou mettent en valeur de nouveaux secteurs comme les
croisières d’observation des mammifères marins et la mise en valeur des Hautes-Gorges de la rivière
Malbaie. On trouve également l’opportunité de pratiquer toute une variété d’activités reliées au potentiel
naturel et culturel : escalade, randonnée, chasse et pêche, traîneau à chiens, activités artistiques et
artisanales.
La stratégie élaborée par l’Association touristique régionale de Charlevoix (ATRC) a permis à la région de
se diriger vers une intégration de plus en plus grande des éléments de son produit touristique, en terme
notamment de complémentarité et de développement d’une spécialisation de la vocation de chaque zone.
Les quatre secteurs géographiques de Charlevoix-Est : secteur Route du fleuve, secteur Route des
montagnes, secteur La Malbaie et secteur des Basques, ont fait émerger, au fil des dernières années, des
produits touristiques spécifiques bien ancrés dans leur réalité régionale, leur patrimoine, leur culture et
19
20
Tiré de La région touristique de Charlevoix : L’état de situation, les défis, les enjeux. ATRC, 1996, 27 pages.
Plan de Développement des Ressources Humaines (PDRH), ATRC, 2004, p.17
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
212
leurs potentiels de développement. Ainsi, on a vu se développer sept circuits propres à Charlevoix : la
route des saveurs, les circuits du patrimoine : culturel, religieux, maritime, les circuits des artisans, des
peintres et des plus beaux paysages et panoramas.
L’association touristique régionale offre un site internet très complet qui s’avère une vitrine essentielle au
développement touristique de la MRC.
SECTEUR ROUTE DU FLEUVE
Le secteur Route du fleuve correspond au secteur de Saint-Irénée et s’étend jusqu’à Pointe-au-Pic. Ce
secteur développe progressivement un réseau d’auberges et de gîtes de qualité. Il offre de belles plages
publiques le long du fleuve.
SECTEUR ROUTE DES MONTAGNES (ARRIÈRE-PAYS)
Le secteur de la Route des montagnes ou l’arrière-pays de Charlevoix est un secteur jeune, mais en forte
croissance. L’offre touristique de cette zone est articulée sur les activités de plein air, d’aventure douce,
d’écotourisme, d’agrotourisme et randonnée. La présence du Parc national des Hautes-Gorges-de-laRivière-Malbaie, le développement d’un important réseau de gîtes, de pourvoyeurs d’aventure douce et
l’arrivée d’équipements récréotouristiques de plein air été et hiver, positionnent cette zone comme un pôle
d’activités quatre saisons complémentaires en termes d’offres aux autres secteurs de la région. Les
perspectives de développement des activités hivernales sont en autres à fort potentiel dans ce secteur par
la présence notamment du sentier national de motoneige.
SECTEUR LA MALBAIE
Le secteur La Malbaie est reconnu depuis plus de deux siècles comme un pôle de villégiature de niveau
international. La présence du Manoir Richelieu, d’un important réseau d’auberges et de tables de
renommée, le développement d’équipements touristiques majeurs tel le Casino de Charlevoix et la
présence d’une importante tradition touristique confèrent à ce secteur une vocation de zone de séjour. De
plus, le parc hôtelier de ce secteur est particulièrement actif avec les autres secteurs de la région où sont
concentrés la plupart des produits touristiques. Les investissements de 140 millions de dollars par LotoQuébec et ses partenaires pour rénover le Manoir Richelieu (devenu un établissement de la chaîne
internationale d’hôtels de luxe Fairmont) et agrandir le Casino accentuent la vocation touristique du secteur
de La Malbaie et la renommée internationale de Charlevoix.
SECTEUR DES BASQUES (SAINT-SIMÉON)
Le secteur des Basques a développé, au cours des dernières années, une vocation touristique qui
s’appuie sur les excursions aux mammifères marins avec plus de 275 000 visiteurs par an, l’interprétation
de la nature avec les équipements de Port-au-Saumon et le développement d’un important pôle chasse et
pêche avec la présence de nombreux pourvoyeurs. La présence du Parc marin confirme également la
vocation maritime du territoire. Ce pôle jouit d’une popularité croissante liée à la présence de paysages
côtiers moins humanisés qui présentent des paysages naturels saisissants, ce qui est de plus en plus
recherché notamment auprès de la clientèle européenne.
La municipalité de Saint-Siméon a été choisie comme village-relais de la MRC. Cette nomination est issue
d’un programme du ministère des Transports qui vise à identifier des municipalités qui offrent des services
au moins comparables à ce qu’on retrouve dans les aires de service des autoroutes, dans le but
d’augmenter la sécurité et le niveau de service en dehors des autoroutes. De plus, ce programme permet
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
213
de mobiliser la population dans une optique d’accueil, d’amélioration physique des lieux et des bâtiments
et de mise en valeur touristique; cela apporte un soutien au développement local et régional.
12.2.2
Tendances
L’arrivée de nouvelles composantes touristiques comme l’implantation du Casino de Charlevoix 21et le
succès qu’il connaît (2 agrandissements depuis son ouverture), le positionnement et la notoriété croissante
de l’ensemble des produits touristiques artistiques et culturels, le développement de nouvelles tendances
des consommateurs touristiques comme le fractionnement des vacances en petits séjours plus nombreux,
les périodes de réservations plus étendues, la croissance du tourisme familial, le développement de
l’agrotourisme, de l’écotourisme et du tourisme d’aventure douce, modifient quelque peu la dynamique
touristique de la région de Charlevoix et créent une nouvelle pression sur le milieu, particulièrement au
niveau de l’hébergement, des boutiques de souvenirs traditionnelles, du milieu municipal et des
organismes socio-économiques locaux.
12.2.3
Forces et faiblesses du produit touristique de la MRC de Charlevoix-Est
Le produit touristique de la MRC de Charlevoix-Est présente de multiples forces mais aussi quelques
faiblesses.
Tableau 12.1
Forces et faiblesses du produit touristique de la MRC de Charlevoix-Est
FORCES
Diversité et qualité des paysages naturels et humanisés
Réseau d’hôtels, d’auberges et de gîtes touristiques de qualité
Gastronomie régionale
Équipements et infrastructures culturels majeurs (Domaine Forget, Musée de Charlevoix)
Artisanat et art (réseau d’ateliers et de galeries)
Quai de Pointe-au-Pic et environs immédiats (pôle d’animation touristique et lieu de rassemblement)
Parc régional du mont Grand-Fonds
Parc marin du Saguenay-St-Laurent
Parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie et du Saguenay
Casino de Charlevoix
Manoir Richelieu
FAIBLESSES
Peu de notoriété et manque de positionnement du parc du mont Grand-Fonds
21
Avec le Manoir Richelieu en tête, il figure sur la liste (2e position) des plus importants intervenants touristiques de Charlevoix en
matière de création d’emplois en haute saison.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
214
Capacité d’accueil limitée pour les congrès de moyenne envergure
Peu d’activités et d’événements en hiver
Peu d’intégration du Musée de Charlevoix dans le produit touristique culturel
Manque de forfaits entre les différents produits touristiques
Inadéquation (ex. : aéroport) et mauvais état de plusieurs infrastructures permettant l’accès à la région et ses ressources
Absence de traversier (Saint-Siméon/Rivière-du-Loup) durant l’hiver
Absence d’un réseau sécuritaire de pistes cyclables
Absence d’un centre-ville attrayant à La Malbaie (ex. : rue piétonne, place publique)
Manque de haltes routières et d’accès publics au fleuve
12.3
PERFORMANCE TOURISTIQUE
Actuellement, c’est 25% des travailleurs qui sont occupés par l’industrie touristique alors qu’en 1976, elle
en employait 14%22. Concrètement, la région de Charlevoix a accueilli 900 000 touristes en 2002 qui ont
injecté 100 millions de dollars dans l’économie de la région. Pour desservir cette importante clientèle,
Charlevoix compte 302 entreprises touristiques, qui emploient 3 504 personnes, sur 13 825 travailleurs
actifs. L’industrie touristique est la principale activité économique de la région. Elle représente plus du
double des emplois du secteur du commerce (13 % des emplois totaux) et plus du triple des emplois des
secteurs manufacturier (8% des emplois totaux) et primaire (9% des emplois totaux) 23».
L’hébergement et la restauration sont les sous-secteurs d’activité qui créent le plus d’emplois en tourisme.
La région touristique de Charlevoix s’accapare 2,8 % du marché touristique québécois (tous marchés
géographiques confondus) en termes de voyages-personnes. La région s’accapare également 1,5 % des
dépenses touristiques sur ces mêmes marchés. Cette performance est due au fait que Charlevoix a un
poids démographique faible par rapport aux autres régions touristiques du Québec.
Pris sous l’angle du territoire des MRC, qui reflète mieux les réalités rurales de la région, les deux MRC de
la région de Charlevoix se classent ensemble au 7e rang des MRC touristiques du Québec en termes de
voyage-personnes, de nuitées et de dépenses touristiques.
Si l’on tient compte du ratio dépenses des touristes par rapport à la taille de la population, ce qui est un
indicateur révélateur de l’importance de l’activité touristique dans l’économie régionale, la région de
Charlevoix, selon les données de Tourisme Québec, vient au premier rang québécois avec, en 1997,
3 200 dollars de dépenses touristiques par habitant devant Québec avec 1 266 dollars et la Gaspésie avec
1 200 dollars.
22
23
Schéma d’aménagement, Charlevoix-Est, MA, 1979
Plan de Développement des Ressources Humaines (PDRH), ATRC, 2004, p.38
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
215
Le taux d’occupation annuel du parc hôtelier de la région est de 40 %, avec une performance au-delà du
80 % pour le 3e trimestre de l’année, période pendant laquelle est généré près de 50 % de l’activité
touristique de la région. On remarque donc que la performance touristique de la région est caractérisée par
une forte saisonnalité.24
12.4
HÉBERGEMENT, DURÉE DU VOYAGE ET TAILLE DU GROUPE
Les modes d’hébergement de la région sont nombreux et diversifiés. Ce sont toutefois les hôtels/motels et
les auberges qui demeurent les plus fréquentés. Ensemble, ils comptent pour 56 % des principaux modes
d’hébergement utilisés par les touristes dans Charlevoix, avec une proportion respective de 39 % et 17 %.
Non loin derrière suivent les B&B et les gîtes (11 %).
Quant à la durée du voyage, au total, 63 % des touristes québécois qui visitent Charlevoix passent deux
nuits dans la région, alors que 11 % passent une nuit, 9 % passent trois nuits, 6 % passent quatre nuits et
10 % passent cinq nuits. Pour sa part, la taille du groupe est majoritairement constituée de deux
personnes et moins. Cette tendance doit toutefois être modifiée par le nombre de tours organisés qui sont
de passage dans la région pour le Casino et les baleines.
12.4.1
Gîtes touristiques et maisons de tourismes
Sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est, une soixantaine de gîtes touristiques 25 ont été répertoriés.
On en retrouve dans toutes les municipalités, mais la Ville de La Malbaie est celle qui en compte le plus,
avec une douzaine de gîtes. Elle est suivie de près par la municipalité de Saint-Siméon.
Les gîtes touristiques sont généralement situés sur la rue principale des municipalités. Souvent, cette rue
principale s’avère être la route 138 (seize gîtes en bordure) ou la 362 (sept gîtes en bordure). Une
trentaine de ces gîtes sont situés à l’intérieur des périmètres urbains des municipalités, alors qu’on en
compte une dizaine en zone agricole et une autre dizaine dans les secteurs agroforestiers.
En ce qui a trait au contrôle de la planification du développement de ces gîtes touristiques, seulement trois
municipalités, soit : La Malbaie, Saint-Irénée et Clermont ont modifié leurs règlements d’urbanisme de
manière à régir la localisation des gîtes, le nombre de chambres ainsi que la qualité et la sécurité à
l’intérieur de ceux-ci.
Il y a lieu d’adopter des normes minimales afin d’assurer une qualité minimum aux gites touristiques. Des
normes sont incluses au document complémentaire.
Les maisons de tourisme sont un phénomène relativement nouveau qui a pris beaucoup d’ampleur au
cours des dernières années. En effet, de plus en plus d’acheteurs de maison de villégiature mettent leur
immeuble en location la portion du temps qu’il ne l’utilise pas. Il est essentiel que cette nouvelle offre
d’ébergement participe financièrement, au même titre que les autres types d’hébergement, à la promotion
touristique régionale via l’association touristique. De plus, la multiplication de ces maisons de tourisme ont
pour effet de modifier la dynamique de certains quartiers résidentiels. Les municipalités auraient tout
24
25
Statistiques tirées de La région touristique de Charlevoix : L’état de situation, les défis, les enjeux, ATRC, 1996, 27 p. et de La
tourisme dans Charlevoix, un enjeu économique, ATRC, 1998, 11p.
Établissement exploité par une personne dans son domicile qui offre au public un maximum de cinq chambres et le petit déjeuner servi
sur place inclus dans le prix de la location.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
216
intérêt à déterminer des endroits spécifiques où cet usage est autorisé. Fait intéressant, la CPTAQ ne
considère pas l’usage maison de tourisme comme un usage commercial, elle considère l’usage comme du
résidentiel.
12.4.2
Hôtels/motels
Sur le territoire de la MRC, on dénombre par ailleurs une quarantaine de petits hôtels26, une dizaine
d’hôtels de moyenne capacité 27 et un hôtel de grande capacité (Manoir Richelieu). Ce dernier est situé à
La Malbaie, tout comme le sont la plupart des petits hôtels (37 %) et des hôtels de moyenne capacité
(70 %).
Bien qu’ils soient plus nombreux à La Malbaie, les petits hôtels sont assez bien répartis sur l’ensemble du
territoire de la MRC. Quant aux hôtels de moyenne capacité, on les retrouve dans seulement trois
municipalités (La Malbaie, Saint-Siméon et Baie-Sainte-Catherine).
Par ailleurs, quelle que soit leur taille, la majorité des hôtels sont localisés dans l’affectation urbaine des
municipalités (89 %); les autres hôtels le sont dans l’affectation agroforestière (11 %).
12.4.3
Terrains de camping
Sur l’ensemble du territoire de la MRC, on compte une dizaine de terrains de camping qui se répartissent
dans six municipalités. À elles quatre, les municipalités de Baie-Ste-Catherine, Saint-Siméon et La Malbaie
en comptent huit. Ils sont généralement situés en bordure de la route 138 ou de la route 362. Les autres
terrains de camping se situent en bordure de sites naturels tels que des rivières, chutes ou ruisseaux.
Ces terrains de camping offrent plus de 800 sites de camping aménagés (emplacements pour roulottes,
tentes, etc.). Sont exclus de ce nombre les sites aménagés des terrains de camping des ZECs, utilisés de
façon permanente par leurs membres.
Les campings de la région ont à faire avec une nouvelle forme de concurrence. En effet, de plus en plus
de campeurs motorisés de passage dans Charlevoix élisent domicile, le temps de leur séjour, dans le
stationnement de certaines places publiques, comme le centre commercial par exemple. Il s’agit
évidemment de sites non aménagés et non destinés à recevoir ce genre de clientèle.
12.4.4
Pourvoiries
Le territoire de la MRC de Charlevoix-Est regroupe quatorze pourvoiries. Un nombre aussi important
représente un atout indéniable pour la région. Ces pourvoiries ce sont rassemblées en association ce qui
améliore leur positionnement dans le réseau québécois. Les pourvoiries sont des entreprises offrant de
l’hébergement en forêt pour la pratique d’activités récréatives reliées à la chasse, à la pêche et au plein air.
26
27
Établissement qui offre au public un maximum de 39 unités d’hébergement.
Établissement qui offre au public de 40 à 199 unités d’hébergement.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
217
12.5
IMPLICATION DES MUNICIPALITÉS ET DES ORGANISMES DU MILIEU DANS LA MISE EN VALEUR
DU TERRITOIRE
Pour la MRC de Charlevoix-Est, le tourisme génère une évaluation foncière de près de 98 millions de
dollars. En matière de recettes fiscales, le tourisme génère des revenus de taxes foncières et scolaires de
plus de 1,3 million de dollars. 28
Au cours des dix dernières années, les municipalités et divers organismes de la région ont procédé, en
concertation, à des aménagements visant la mise en valeur de certains sites à des fins récréotouristiques.
En raison de leurs responsabilités en matière d’aménagement, la MRC, les villes et les municipalités sont
intervenues également dans la construction ou la survie d’équipements ayant des incidences importantes
pour l’économie régionale.
28
Tiré de Le tourisme dans Charlevoix, un enjeu économique, ATRC, 1998, 11 pages.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
218
Tableau 12.2
MUNICIPALITÉ
Baie-Ste-Catherine
Saint-Siméon
Saint-Siméon
Cap-à-l’Aigle
Rivière-Malbaie
Clermont
Ste-Agnès
St-Aimé-des-Lacs
Implication des municipalités dans la mise en valeur du territoire, dans le domaine
récréotouristique
PROJETS DE MISE
EN VALEUR
RÉCRÉOTOURISTIQUE
sentier des chutes
bureau d’information touristique
aménagement Baie-desRochers
aménagement d’un camping
municipal
site de l’Aigle
halte routière
(chemin de la Vallée)
Forge Cauchon (aménagement
du terrain)
acquisition du
mont Grand-Fonds
nettoyage des berges de la
rivière Malbaie (saumon)
halte routière (route 138)
aménagement du site
panoramique de la Montagne de
la Croix
aménagement d’une piste
multifonctionnelle
aménagement d’une piste de ski
de fond (15 km)
hippodrome de la Vallée
plage publique
Rivière-Malbaie
TNO
St-Irénée
Baie-Ste-Catherine,
Saint-Siméon, St-Fidèle
La Malbaie
ANNÉE
PROMOTEUR
OU PARTENAIRE
MONTANT DE
L’INVESTISSEMENT29
1997
1997
1988-97
municipalité
municipalité
municipalité
37 000$
3 500$
450 000$
IMPLICATION
FINANCIÈRE
ANNUELLE
-
municipalité
286 000$
35 000$
1997
1990
municipalité
municipalité
65 000$
2 000$
1 500$
1 500$
1995
municipalité
10 000$
0
1996
municipalité
150 000$
0
1996
municipalité
10 000$
0
1997
1991-96
municipalité
municipalité et comité de
la Montagne
5 000$
350 000$
7 500$
1997-1998
municipalité
375 000$
0
1997
municipalité et comité des
loisirs
municipalité et
corporation
municipalité
10 000$
-
2 500$
500$
110 000$
-
1994
1997 et
2010
1996
acquisition du
mont Grand-Fonds
Parc des Hautes-Gorges
Aéroport de Charlevoix
Parc marin
1988-98
1962-1998
1987-1998
Maison du tourisme
1994
MRC, municipalité de
Rivière-Malbaie
MRC
MRC
MRC
500 000$
0
200 000$30
500 000$
50 000$
60 000$
-
Ville, ATRC
TOTAL
400 000$
2 398 500$
-
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
12.6
PROJETS TOURISTIQUES
La MRC a investi directement sur différents projets ponctuels comme la construction de l’hippodrome, du
Domaine Forget, la Table de la culture, la Table agro-touristique, le programme de revitalisation du secteur
commercial de La Malbaie, etc. Les différentes corporations soutenues par le milieu municipal investissent
aussi directement dans la promotion touristique (Saumon rivière Malbaie, mont Grand-Fonds, etc.).
En plus de la participation des municipalités, quelques corporations (OSBL) interviennent particulièrement
dans l’aménagement et la mise en valeur du territoire et de ses ressources, à des fins récréotouristiques.
29
30
Comprend, dans certains cas, une aide financière gouvernementale.
Comprend les ressources humaines, les frais de financement et les contributions financières de la MRC.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
219
12.7
AGROTOURISME
L’agriculture a le mérite d’offrir diverses possibilités pour stimuler l’économie régionale. L’arrimage entre le
tourisme et l’agriculture est l’une de ces possibilités qui, depuis son apparition, a remporté beaucoup de
succès dans Charlevoix. Cette pratique ne doit cependant pas être confondue avec le tourisme en milieu
rural et doit se pratiquer en tenant compte de la fragilité des liens qui font du tourisme et de l’agriculture
des activités compatibles.
Ce nouveau secteur d’activité, bien que s’exerçant en zone agricole, n’est pas complètement couvert par
la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles (LPTAA). Cette dernière reconnaît certaines
activités de transformation et de vente qui, lorsqu’elles sont effectuées sur le site de l’exploitation agricole
qui les génère, sont considérées comme des activités agricoles. La LPTAA ne couvre donc pas la
restauration, l’hébergement et l’animation qui accompagne souvent les activités agrotouristiques. Le
MAPAQ et les instances municipales ont, notamment en matière de zonage, juridiction sur les activités
d’hébergement et de restauration.
L’implantation en zone agricole de nouvelles activités qui ne sont pas considérées comme agricoles est
susceptible d’entraîner des contraintes à la pratique de l’agriculture, notamment en raison des distances
relatives aux odeurs et du statut d’immeuble protégé qui peut être attribué à des établissements ou à des
endroits publics situés en zone agricole, tel que l’ont rendu possible les orientations gouvernementales
révisées. Ce sont d'ailleurs les principaux motifs (contraintes à l’élevage et contraintes au développement
agricole du milieu) qui sont évoqués par la Commission de protection du territoire agricole du Québec
(CPTAQ) pour refuser un projet agrotouristique. Ne pouvant s’appuyer sur aucune définition formelle ou
légale de ce qu’est une activité agrotouristique, la CPTAQ se montre ouverte au développement de ce type
d’activité, mais émet des réserves lorsque ces projets se situent dans des milieux agricoles dynamiques et
homogènes.
La MRC de Charlevoix-Est a donc cherché à définir cette notion d’agrotourisme et les usages associés,
pour encadrer de façon plus précise le développement des activités agrotouristiques, ce qui est inscrit au
document complémentaire et dans l’orientation suivante :
Développer l’offre touristique (tourisme culturel, hivernal, de plein air et l’agrotourisme) en respectant
l’environnement et mettre en place une stratégie de promotion de celle-ci.
12.7.1
Portrait régional
L’agrotourisme dans la MRC de Charlevoix-Est est surtout développé chez quelques éleveurs et
producteurs qui, une fois leurs produits transformés, les rendent disponibles pour la vente au détail sur le
site même de la transformation et les distribuent dans les restaurants et auberges de la région.
S’appuyant sur la force du maillage, trois programmes d'envergure régionale se sont engagés ces
dernières années sur le territoire de la MRC. Ces projets visent le développement, la diversification et la
promotion de la pratique de l'agriculture charlevoisienne.
12.7.2
Table agrotouristique
La Table agrotouristique est née au début de l’année 1994 et regroupe un ensemble d'acteurs locaux
(agriculteurs, chefs cuisiniers, etc.) et vise à développer et à promouvoir les produits agricoles de
Charlevoix. La Table agrotouristique s'engage dans une démarche de création de produits d'appellation
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
220
d'origine contrôlée. Cette appellation permettra une différenciation sur le marché local ainsi qu'à l'extérieur
de la région.
Quatre comités ont été formés afin de concrétiser l'objectif général de la Table: un comité pour le
développement de produits qui a pour mission d'établir et de coordonner les liens entre producteurs,
transformateurs et clients pour développer rapidement des produits, un comité pour la commercialisation et
la promotion qui a pour mandat de promouvoir les produits agricoles régionaux et d'accroître le volume des
ventes de ces produits, un comité d'administration qui a comme objectif de structurer officiellement la
Table (formation d'un OSBL) et, enfin, un comité de recherche et de développement qui doit voir à
l'implantation d'un centre intégré en agroalimentaire et de s'assurer qu'une institution d'enseignement
universitaire soit partenaire avec les membres de la Table agrotouristique.
12.7.3
Route des saveurs
Coordonnée par la Table agrotouristique de Charlevoix, la Route des saveurs est constituée d'un réseau
d'exploitants agricoles et d'auberges qui accueillent la population et les touristes afin de leur faire visiter
leurs exploitations, leurs élevages, leurs cultures ou pour leur faire déguster les produits de Charlevoix.
12.7.4
Réseau de fermes éco-touristiques
Développé par l'UPA, le projet de réseau de fermes éco-touristiques (premier réseau au Québec) propose
la mise en place d'activités agrotouristiques sur les exploitations agricoles existantes ayant comme activité
principale l'exploitation agricole dans diverses productions. L'objectif de ce réseau est la promotion de la
profession d'agriculteur, l'éducation des jeunes aux réalités de l'agriculture d'aujourd'hui ainsi que la
promotion de la région de Charlevoix. Trois activités sont proposées par le réseau de ferme-école: visite à
la ferme avec ou sans goûter, ferme pédagogique, ferme équestre.
La mise en place du réseau de fermes éco-touristiques implique des aménagements et certaines activités
sur le site de l'exploitation : affichage, stationnement pour cinq voitures et plus ou autobus, toilettes
(chimiques, sèches ou utilisation de celles qui existent à la ferme ou à la résidence de l'exploitant), salle
permettant d'accueillir des enfants (une classe minimum), etc.
12.8
SIGNALISATION TOURISTIQUE
Dans une région touristique comme Charlevoix, forte de multiples attraits, tant naturels que culturels, et
visitée chaque année par des milliers de touristes, le risque de se retrouver envahi par une multitude
d’affiches ou d’enseignes annonçant les éléments du produit touristique que l’on a à offrir est très présent.
La signalisation touristique, on le sait, sert à mettre en valeur le produit touristique afin d’augmenter la
fréquentation et la rentabilité des infrastructures touristiques.
Au début des années 80, le ministère des Transports du Québec (MTQ) signalait certains équipements
touristiques et finançait entièrement cette signalisation. Celle-ci ne s’appliquait qu’à quelques services,
attraits et activités. Elle ne satisfaisait pas tous les touristes et mécontentait les intervenants touristiques
parce qu’elle pouvait être source d’iniquité.
Une dizaine d’années plus tard, le MTQ s’associait à Tourisme Québec et étendait dès lors la signalisation
à tous les types d’équipements touristiques.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
221
Aujourd’hui, nombreux sont les intervenants touristiques de la région qui veulent avoir leurs « panneaux
bleus » des ministères concernés pour s’annoncer, parce que cette forme de signalisation leur permet une
meilleure visibilité (dans l’emprise des routes sous juridiction provinciale).
Avant d’accorder l’autorisation nécessaire pour la signalisation que le MTQ régit avec Tourisme Québec,
par le biais de la Société québécoise de promotion touristique (SQPT), le requérant doit répondre à des
critères de base et spécifiques contenus dans la Politique de signalisation touristique.
Un de ces critères spécifie qu’un panneau doit être installé de façon à assurer une signalisation continue
jusqu’à l’équipement touristique indiqué. Ainsi, il se peut que la signalisation conduisant à un équipement
touristique (ex. : une pourvoirie) nécessite l’installation de plus d’un panneau et que, parmi ces panneaux,
certains doivent se situer en bordure de routes qui ne sont pas sous juridiction provinciale mais plutôt sous
juridiction municipale. Les municipalités, de par leur réglementation d’urbanisme, ont donc leur mot à dire
dans l’installation de ces panneaux.
Il s’avère cependant que, jusqu’à tout récemment, la SQPT a donné l’autorisation d’installer des panneaux
de signalisation touristique en bordure de routes exclues de sa juridiction et cela, sans s’entendre au
préalable avec les municipalités concernées. Clermont et La Malbaie sont les municipalités les plus
touchées par cette signalisation non autorisée, et ont vu l’apparition de multiples panneaux bleus un peu
partout sur leur territoire.
12.9
SAISONNALITÉ DES EMPLOIS
Les emplois associés au tourisme sont parfois précaires en raison de leur saisonnalité et de leur niveau
relativement bas comparativement à des emplois en usine. Pour ces raisons, il peut être difficile de
trouver du personnel disponible et qualifié.
12.10
BILAN DU TOURISME
Les particularités du paysage, les ressources fauniques abondantes, les potentiels du milieu hydrique, les
divers sites naturels favorables à la pratique de multiples activités, le développement de pôles d’art et de
culture, l’émergence d’équipements culturels, la présence de sites d’observation et de territoires d’intérêt
patrimonial, écologique et archéologique et la présence de sites destinés à la pratique de différents sports
d’hiver confèrent au territoire de la MRC une vocation touristique qui a pris un essor considérable au cours
de la dernière décennie. Le secteur touristique occupe une place de plus en plus importante dans
l’économie régionale.
Lieu de villégiature par excellence, Charlevoix combine toute l’année une hôtellerie de qualité et une
gamme peu commune d’activités de plein air et d’animations culturelles.
L’industrie touristique constitue le générateur principal d’emplois dans la région, bien que ceux-ci soient
pour une large part, saisonniers. L’hébergement et la restauration sont les sous-secteurs d’activité qui
créent le plus d’emplois en tourisme. Le dynamisme qui prévaut actuellement lié à l’implantation du
Casino de Charlevoix, de la salle de concert du Domaine Forget et à l’émergence de nouveaux produits
touristiques permet progressivement d’atténuer la saisonnalité des emplois.
Les quatre secteurs géographiques de Charlevoix-Est ont fait émerger, au fil des dernières années, des
produits touristiques spécifiques bien ancrés dans leur réalité régionale, leur patrimoine, leur culture et
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
222
leurs potentiels de développement. Ainsi, on a vu se développer sept circuits propres à Charlevoix : la
route des saveurs, les circuits du patrimoine: culturel, religieux, maritime, les circuits des artisans, des
peintres et des plus beaux paysages et panoramas ainsi que deux routes touristiques reconnues par
Tourisme Québec soit la route du fleuve et la route des Montagnes.
Pris sous l’angle du territoire des deux MRC de la région de Charlevoix, celles-ci se classent au 7e rang
des MRC touristiques du Québec en termes de voyage-personnes, de nuitées et de dépenses touristiques.
Si l’on tient compte du ratio dépenses des touristes par rapport à la taille de la population, ce qui est un
indicateur révélateur de l’importance de l’activité touristique dans l’économie régionale, la région de
Charlevoix, vient au premier rang québécois.
En raison de leurs responsabilités en matière d’aménagement, la MRC, les villes et les municipalités sont
intervenues dans la construction ou la survie d’équipements ayant des incidences importantes pour
l’économie touristique régionale et comptent poursuivre d’autres projets en ce sens.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
223
13.
GESTION DES PAYSAGES
13.1
ASSOCIATION DES PLUS BEAUX VILLAGES DU QUÉBEC
Deux villages (un village et un hameau en fait) de la MRC de Charlevoix-Est font partie des plus beaux
villages du Québec. Il s’agit du hameau de Port-au-Persil à Saint-Siméon et du village de Saint-Irénée.
Les deux sont membres de l’Association des plus beaux villages du Québec qui regroupe des villages
exceptionnels et variés, généralement situés au bord de l’eau.
13.2
CHARTE DU PAYSAGE QUÉBÉCOIS
Le 3 mars 2001, à l’occasion du forum Paysages et habitats en Charlevoix, a été discutée la question de
la nécessité, pour Charlevoix, d’adhérer à la Charte du paysage québécois élaborée par le Conseil du
paysage québécois.
La Charte du paysage québécois s’appuie sur l’engagement moral des signataires à protéger et mettre
en valeur les paysages québécois. Le but de la Charte est d’assurer que le paysage fasse également
partie des considérations des citoyens, des décideurs publics et privés et des professionnels de
l’aménagement. La Charte est un outil de sensibilisation et d’éducation. Elle vise à promouvoir la valeur
des paysages et le caractère propre des communautés qui les façonnent. Elle engage les signataires à
en respecter les principes et à adopter des pratiques d’intervention assurant la protection et la mise en
valeur du paysage partout sur le territoire québécois.
La MRC de Charlevoix-Est, soucieuse de réfléchir davantage sur les conséquences de signer une telle
charte pour les municipalités de son territoire, ne figurent pas parmi la liste des signataires (Association
touristique régionale de Charlevoix, MRC de Charlevoix, Réserve mondiale de la biosphère de
Charlevoix, les deux CLD de la région, …) de cette charte, qui fut signée en conclusion du forum
Paysages et habitats en Charlevoix. En fait, la MRC de Charlevoix-Est trouvait prématuré de signer cette
Charte sachant tout ce que cela pourrait impliquer dans l’application des règlements d’urbanisme par
exemple, avec la nécessité de se doter d’outils d’urbanisme pour la mise en œuvre de la Charte.
Toutefois, en 2008, la MRC a adhéré avec 11 autres partenaires à une entente spécifique, gérée par la
Conférence régionale des Élus, visant la mise en valeur et la protection des paysages Cette entente
prendra fin le 31 mars 2011. L’enveloppe disponible pour la durée de l’entente s’élève à 525 000 $. Un
plan d’action est en préparation par une table de concertation formée des intervenants du milieu et sa
mise en œuvre devrait débuter en 2010. Outre la sensibilisation de la population, l’entente vise
également d’outiller les MRC et les municipalités dans la connaissance et la protection de leurs
paysages.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
225
13.3
13.3.1
PROBLÉMATIQUES PARTICULIÈRES RELIÉES AUX PAYSAGES
Sites d’extraction
Quelques-uns des nombreux sites d’extraction du territoire de la MRC de Charlevoix-Est sont localisés à
l’intérieur de territoires d’intérêt esthétique ou patrimonial. Au total, ce sont quatre sites d’extraction que
l’on retrouve dans ces territoires d’intérêt.
Tableau 13.1
Sites d’extraction et territoires d’intérêt dans lesquels ils se trouvent
LOCALISATION DU SITE D’EXTRACTION
Baie-Sainte-Catherine, Lot 2, rang A
La Malbaie, Lots 365, 366, 367, 368, 1er rang Nord-Est de la rivière
Murray
La Malbaie, Lot 763, rang de la Pointe au Pic
Saint-Irénée, Lot 72, 1re concession Saint-Antoine
TERRITOIRE D’INTÉRÊT DANS LEQUEL LE SITE
D’EXTRACTION SE TROUVE
Territoire d’intérêt esthétique : le secteur de Pointe au
Bouleau et de la Pointe aux Alouettes, à Baie-SainteCatherine
Territoire d’intérêt esthétique : la basse vallée de la
rivière Malbaie
Territoire d’intérêt esthétique : le secteur du rang
Terrebonne à La Malbaie--Pointe-au-Pic (paysage
agraire)
Territoire d’intérêt patrimonial : le noyau villageois de
Saint-Irénée
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
13.3.2
Antennes numériques
Depuis quelques années, les antennes paraboliques (énormes soucoupes fixées au sol) cèdent leur
place à des antennes beaucoup plus petites, à savoir les antennes numériques. Ces antennes qui se
fixent généralement au mur ou sur le toit d’un bâtiment, tel que cela est permis dans la réglementation
d’urbanisme des municipalités qui régit ces antennes, ajoutent un élément de pollution visuelle. Résultat,
de nombreuses antennes numériques en façade de bâtiments, sur des galeries ou balcons donnant sur
une rue publique, etc.
En réception satellite, la position de l’antenne dépend de deux paramètres : l’azimut et l’élévation.
L’azimut repère la position de l’antenne et celle du satellite par rapport au sud géographique. L’élévation
représente l’angle sous lequel le satellite est vu par rapport à l’horizontal. En réception satellite, la
propagation se fait en ligne droite, directement entre le satellite et l’antenne. Il arrive souvent qu’une
antenne soit dédiée à un seul satellite, faisant en sorte qu’elle ne peut pas être installée n’importe où, à
un endroit, par exemple, où elle ne serait pratiquement pas visible de la rue ou des bâtiments voisins.
C’est pour cette raison que plusieurs antennes sont visibles de la rue, s’offrant aux regards des voisins
ou des passants, parce que l’endroit où elles sont installées constitue le seul endroit permettant de
capter le signal du satellite. Ces antennes atrophient le paysage.
13.3.3
Services publics aériens
Les services publics aériens constituent une contrainte à l’harmonisation des paysages. Ces impacts
sont souvent amplifiés par la dimension des structures, les matériaux utilisés et l’importance du réseau
de distribution. En général, les services publics aériens traversent perpendiculairement les axes routiers
et ne sont que des éléments ponctuels du paysage. Mais à certains endroits, ces lignes sont parallèles à
la route. N’étant plus simplement ponctuels, ces éléments architecturaux sont des marques constantes
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
226
dans le paysage puisqu’ils suivent l’usager dans son trajet. En plus d’être peu esthétiques, ils filtrent le
paysage et polluent l’environnement visuel de l’usager. Intimement reliés aux lignes de haute tension, les
postes de distribution de l’électricité ont souvent été implantés sans souci d’intégration. De ce fait, ces
immobilisations limitent l’accès visuel aux différents éléments environnants. Les impacts sont
principalement dus au fait qu’aucune mesure d’atténuation ne semble avoir été considérée. D'ailleurs,
l’implantation résidentielle se retrouve souvent adossée à ces installations.
Finalement, les antennes de communication constituent également des structures qui dominent le
paysage par leur imposante stature. De par leur fonction, ces dernières se doivent d’atteindre des
hauteurs très importantes. Les antennes sont principalement installées au sommet des montagnes et,
bien qu’elles soient des éléments ponctuels du paysage, il demeure qu’elles sont visibles à une grande
distance.
13.3.4
Parcs éoliens
Au moment de rédiger le présent schéma, aucun parc éolien n’était implanté sur le territoire. Toutefois, la
MRC a adopté, en avril 2008, un Règlement de contrôle intérimaire relatif à l’implantation d’éolienne
commerciale. En effet, les parcs éoliens sont sources de contraintes environnementales, paysagères et
sociales.
La démarche règlementaire avait comme objectif de préserver les paysages d’intérêt régional et
d’assurer la sécurité de la population.
Afin de préserver les paysages, une étude de sensibilité des paysages a été utilisée, laquelle détermine
les endroits les plus visibles du territoire. La sensibilité est établie grâce à un indice tenant compte du
nombre d’endroits desquels on perçoit un site, du nombre de visiteurs qui peuvent le voir et de la vitesse
à laquelle on circule lorsqu’on observe ce site. Ces données constituaient un outil indispensable pour la
protection de nos paysages, car il localisait les endroits où une modification du paysage peut avoir des
incidences majeures. Ainsi, basé sur cette information, des secteurs incompatibles à l’implantation
d’éoliennes commerciales ont été déterminés ainsi que des secteurs où les projets devront être soumis à
un règlement sur les plans d’implantation et d’intégration architecturale. Le règlement contient aussi des
normes minimales protégeant les habitations, les périmètres urbains, les sites d’observation, les routes et
les territoires d’intérêt.
13.4
BILAN DE LA GESTION DES PAYSAGES
Les paysages constituent l’élément d’appel majeur qui incite les touristes à venir visiter la MRC. Il est
primordial de conserver le cachet particulier et la qualité des paysages de notre territoire.
Certains éléments nuisent à la qualité des paysages qui ont une importante valeur économique pour la
MRC de Charlevoix-Est. C’est les cas de quelques-uns des nombreux sites d’extraction du territoire de
la MRC de Charlevoix-Est qui sont localisés à l’intérieur de territoires d’intérêt esthétique ou patrimonial.
Les services publics aériens constituent également une contrainte à l’harmonisation des paysages. En
général, les services publics aériens traversent perpendiculairement les axes routiers et ne sont que des
éléments ponctuels du paysage. Mais à certains endroits, ces lignes sont parallèles à la route. Les
antennes de communication constituent également des structures qui dominent le paysage par leur
imposante stature. De par leur fonction, ces dernières se doivent d’atteindre des hauteurs très
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
227
importantes. Les antennes sont principalement installées au sommet des montagnes et, bien qu’elles
soient des éléments ponctuels du paysage, il demeure qu’elles sont visibles à une grande distance.
Quoiqu’aucun parc éolien ne soit présent sur le territoire, les impacts visuels de tel aménagement sont si
importants que la MRC a adopté, en avril 2008, un Règlement de contrôle intérimaire relatif à
l’implantation d’éolienne commerciale.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
228
14.
ENVIRONNEMENT
14.1
14.1.1
GESTION DES DÉCHETS
Site d’enfouissement régional
Le Lieu d’enfouissement technique (LET), situé à Clermont (rang nord-est de la rivière Malbaie, lot 454-5),
est conforme aux normes du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs
(MDDEP). Il s’agit d’un site subdivisé en cellules d’enfouissement constituées d’une double membrane
étanche (géomembrane), chacune devant permettre la disposition des déchets. Une fois remplie, chaque
cellule est scellée à l’aide d’une membrane étanche recouverte de sol végétal. Les eaux de lixiviation
produites par la percolation des eaux de précipitation à travers les déchets sont traitées pour rencontrer les
normes du Règlement sur l’enfouissement et l’incinération des déchets (REIMR). Cet équipement régional
est opéré par la MRC de Charlevoix-Est et répond aux besoins actuels et futurs (entre 17 et 25 ans
environ).
Avant le début des opérations du LET, le 19 janvier 2009, on dénombrait encore trois sites de lieu
d’enfouissement en tranchées (LEET). Ceux-ci ne sont plus en opération depuis l’ouverture du LET. Ils
étaient situés dans les municipalités de Baie-Ste-Catherine (lot 17 A-P), de Saint-Siméon (lot 16) et dans
le territoire non organisé (Sagard, lot 22). L’ouverture de nouveaux LEET demeure possible pour répondre
aux besoins des pourvoiries du TNO. Toutefois, le REIMR encadre ces ouvertures. La gestion des déchets
de la région s’effectue de manière à assurer une protection optimum de l’environnement. Les
investissements récents de près de 10 millions de dollars représentent un effort concret qu’a consenti la
population de Charlevoix-Est afin de rencontrer les nouvelles normes d’enfouissement.
La collecte sélective des matières recyclables porte-à-porte est implantée sur l’ensemble du territoire de la
MRC depuis juillet 2004. Cette collecte dessert autant le secteur résidentiel que les secteurs institutionnel,
commercial et industriel (ICI). Cette collecte connait un bon succès et elle permet de dévier de
l’enfouissement environ 1 800 tonnes de matières recyclables annuellement.
14.1.2
Dépôts de pneus
Aucun dépôt de pneu n’a été inventorié sur le territoire de la MRC. Toutefois, les pneus sont acceptés au
LET. Ils sont rapidement collectés par Recyc-Québec pour en assurer leur recyclage.
14.1.3
Déchets dangereux
Sur le territoire de la MRC, il existe deux entreprises qui sont potentiellement productrices de déchets
dangereux, au sens du Règlement sur les déchets dangereux. Ces entreprises sont: la compagnie AbitibiBowater inc. (pâtes et papier) à Clermont et BICC Canada Inc. (trifilerie) à La Malbaie. Ces deux
compagnies possèdent un certificat d’autorisation du MDDEP pour ce genre d’activité et sont localisées
dans des zones industrielles.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
229
Il est important de souligner que d’autres entreprises, commerces et institutions, principalement situés
dans les municipalités de la vallée de la rivière Malbaie, sont susceptibles de générer des risques
(incendie, explosion, etc.) en raison des produits qu’ils entreposent ou manipulent.
14.1.4
Autres produits
Il est important de souligner que d’autres entreprises, commerces et institutions, principalement situés
dans la municipalité de La Malbaie, secteur Rivière-Malbaie, sont susceptibles de générer des risques
(incendie, explosion, etc.) en raison des produits qu’ils entreposent ou manipulent. Les résidus
domestiques dangereux (RDD) produits par le secteur résidentiel et les secteurs ICI sont récupérés au
LET et dans les dépôts situés dans chacune des municipalités de la MRC.
14.1.5
Site de compostage régional
En 2003, un promoteur de la région a inauguré un site de compostage qui a pris forme, en zone agricole,
sur le territoire de La Malbaie dans le secteur de Rivière-Malbaie, sur les lots 389-P, 390 et 391-P du 1er
rang Nord-Est de la rivière Murray et sur les lots 279, 280 et 281 du rang Fraserville. Ce projet consiste en
l’implantation d’un site de compostage de matériaux fermentescibles valorisables en agriculture. Les
intrants proviennent principalement des fermes de production animale de la région, actionnaires du projet,
ainsi que des papetières et scieries de la région intéressées à disposer de leurs résidus ligneux
absorbants (écorces, sciures, boues de papetières, etc.). Le site a été prévu pour pouvoir accueillir
99 816 m3 de matières premières.
Deux aires de compostage sont aménagées. Le premier secteur est constitué d’une plate-forme de résidus
absorbants déposés sur un sol imperméable (argileux) et dont les eaux de lixiviation produites lors de la
maturation du compost sont acheminées vers un marais filtrant artificiel destiné au traitement de ces eaux.
Des bâtiments étanches ont été construits sur une deuxième aire de compostage. En utilisant l’énergie
solaire pour assurer le chauffage et l’éclairage, le procédé de compostage peut se poursuivre tout au long
de l’année.
Par ailleurs, le projet engendrera environ 800 voyages de camions à remorque par année à destination du
site de compostage, accessible par le Chemin de la Vallée et par la suite par le chemin privé existant sur
les propriétés visées par le projet. Le camionnage s’effectue prioritairement durant la semaine. L’entreprise
tente d’éviter le double camionnage.
Le dégagement d’odeur dépend des mélanges de matériaux, mais l’ajout d’écorce, entre autres, le réduit.
Les sites sont situés à 1,5 kilomètre et 2 kilomètres du camping des Chutes Fraser.
En plus de résoudre les problèmes de surplus de certains producteurs et de créer des emplois, le site de
compostage régional prévoit l’implantation de parcelles expérimentales tant en serres qu’à l’extérieur pour
mettre au point des composts et terreaux adaptés à divers besoins, dynamisant ainsi la recherche et le
développement dans la région et générant d’autres emplois. De plus, il offre une possibilité, qui est à
l’étude présentement, pour la collecte sélective des matières putrescible chez les citoyens.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
230
14.2
GESTION DES BOUES DE FOSSES SEPTIQUES
Les boues de fosses septiques sont disposées sur un site établi à Saint-Irénée (rang St-Louis, lot 348-P).
Inauguré en 1992, le site contribue entre autres à contrer les déversements illicites dans les sablières, les
fossés, les ruisseaux ou dans les réseaux d’égout municipaux qui, pour certains, sont encore rejetés dans
le fleuve. Ce site est opéré par une compagnie privée qui effectue elle-même la vidange des fosses
septiques. Aucun système organisé de vidange périodique des fosses septiques n’est instauré sur le
territoire. Mais la vidange périodique est prévue au plan d’action
14.3
GESTION DES EAUX USÉES MUNICIPALES
Cinq municipalités ont leur système de traitement des eaux usées. Il s’agit de Clermont (lots 615 et 616),
Saint-Aimé-des-Lacs (lot 268-P), Notre-Dame-des-Monts (lot 149) et Saint-Siméon (lots 23 et 24). La
municipalité de La Malbaie a une usine d’épuration depuis 1998. Cette usine occupe une partie du lot 113
à Rivière-Malbaie. Le secteur de Saint-Fidèle n’est pas pris en charge par cette installation, un système de
traitement est présentement à l’étude pour ce secteur.
Quant aux municipalités de Saint-Irénée et de Baie-Sainte-Catherine, compte tenu de leur taille et du
programme d’assainissement, le traitement des eaux usées n’est pas envisagé à court terme. Ces
municipalités rejettent directement leurs eaux usées dans le fleuve. Dans le secteur Sainte-Agnès, comme
il n’y a pas de réseau d’égout, les eaux usées n’ont pas à être traitées collectivement.
14.3.1
Gestion des eaux usées des résidences isolées
Après plusieurs années d’expérience dans le domaine de l’application du Règlement sur l’évacuation et le
traitement des eaux usées des résidences isolées, nous avons identifié certains secteurs problématiques.
En quelques endroits, aux abords du lac Deschênes (TNO) par exemple, il y a lieu de s’interroger sur
l’efficacité de certaines installations septiques. La vidange systématique tel qu’envisagé au Plan d’action
constitue une partie de la solution.
La municipalité de Saint-Aimé-des-Lacs a procédé à une caractérisation systématique des installations
septiques dans le bassin versant des six lacs de villégiature. Les correctifs à apporter sont en voie d’être
complètement réalisés. Cette municipalité, aux prises avec des épisodes de floraisons d’algues bleu-vert,
a pris les moyens requis pour corriger la situation des eaux usées.
14.3.2
Gestion des eaux usées industrielles
En ce qui a trait à la pollution industrielle sur la qualité de l’eau, un système de traitement secondaire, au
coût de 32 millions de dollars, a été mis sur pied par la compagnie Abitibi-Bowater (Clermont), autrefois
considérée comme une pollueuse importante. L’acheminement de substances toxiques vers la rivière
Malbaie est désormais plus restreint, ce qui contribue grandement au projet de réintroduction du saumon
dans cette rivière. La compagnie Donohue a d’ailleurs investi 500 000$ dans un monte-saumon situé tout
près de son barrage à Clermont. Une étude réalisée par le Laboratoire d’aménagement du territoire de
l’Université Laval sur la qualité de l’eau de la rivière Malbaie concluait que l’eau de cette rivière respecte
les recommandations pour la qualité des eaux du Canada. Les eaux usées de la compagnie BICC Canada
Inc. sont prises en charge par le système de traitement de La Malbaie depuis son ouverture en 2002.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
231
Tableau 14.1
Analyse des effluents finaux d’Abitibi-Bowater, avant et après le traitement des
boues activées
ÉLÉMENTS
NORME POUR LA
BAIGNADE
EFFLUENT FINAL
1995
EFFLUENT FINAL
1996
UNITÉS DE MESURE
DBO5
---
9 000
1 026
kg/j
conductivité
50 à 350
384
353
uS/cm
pH
6,5 à 8,5
6,2
6,9
---
température
MES
19 à 30
---
38,4
3 520
31
1 027
C
---
Source : BOUCHARD, Marc-André et al. Pour une meilleure gestion des eaux de la rivière Malbaie et la mise en valeur du potentiel récréotouristique des Hautes-Gorges. Université Laval, MATDR:Essai-labo, 1997.
14.4
GESTION DES NEIGES USÉES
Hiver après hiver, l’enlèvement de la neige occasionne des dépenses pour les municipalités. Celles-ci
disposent de plusieurs tonnes de neiges usées à divers endroits. En 1996, la Ville de Clermont a modifié
son mode de disposition de la neige compte tenu du projet de réintroduction du saumon dans la rivière
Malbaie. En plus de contribuer à une augmentation des coûts pour les municipalités, le transport de la
neige génère des nuisances (bruit) à toute heure du jour pour les secteurs où transitent les camions vers le
lieu de disposition. On établit en moyenne à 40 % la hausse des coûts de déneigement en dix ans pour les
municipalités.
Tableau 14.2
Dépenses reliées à l’enlèvement de la neige dans les municipalités
MUNICIPALITÉ
Baie-Ste-Catherine
Saint-Siméon
La Malbaie
St-Irénée
Clermont
Notre-Dame-des-Monts
St-Aimé-des-Lacs
TOTAL
COÛT DE L’ENLÈVEMENT MODE DE
BUDGET DE
DE LA NEIGE PAR ANNÉE ($) GESTION DÉNEIGEMENT ($)
1997
2007
14 180
contrat
14 000
35 100
Régie et
78 000
contrat
483 950
régie
994 000
84 212
contrat
108 000
200 000
régie
235 000
47 150
contrat
61 000
34 000
contrat
50 000
898 592
-1 540 000
LIEU DE DISPOSITION
--Boulevard Kane
-Parc industriel
----
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement, 2009.
14.5
QUALITÉ DE L’EAU POTABLE (DE CONSOMMATION)
L’approvisionnement en eau potable s’effectue via seize réseaux d’aqueduc municipaux et un réseau
privé. Cette distribution d’eau par réseau dessert 13 257 personnes, soit 77 % de la population. Le reste
de la population, c’est-à-dire 3 828 personnes (22 %), est desservi par des équipements individuels tels
que puits artésiens ou toute autre source individuelle d’approvisionnement en eau. L’eau potable distribuée
par les réseaux d’aqueduc municipaux est en général de bonne qualité. Certains problèmes de pression et
de captage surviennent périodiquement dans les réseaux privés. Beaucoup de forages ont été réalisés au
cours des dernières années et la situation de l’eau potable dans Charlevoix-Est s’est beaucoup améliorée.
Les villes de Clermont et La Malbaie s’approvisionnent maintenant en eau souterraine et la qualité de
celle-ci est excellente.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
232
Tableau 14.3
Caractéristiques des réseaux d’aqueduc municipaux
MUNICIPALITÉ
Baie-Ste-Catherine
Saint-Siméon
La Malbaie
St-Irénée
Clermont
Notre-Dame-des-Monts
St-Aimé-des-Lacs
NUMÉRO DU RÉSEAU
NOM DU RÉSEAU
134353590701 Baie-Ste-Catherine
134254750701
Saint-Siméon
134255661701 Saint-Siméon, Baiedes-Rochers
318460660707 La Malbaie (CapMalbaie)
318460660701 La Malbaie (Kane)
318460660704 La Malbaie (Pointeau-Pic)
318460661709 La Malbaie (SainteAgnès)
318460660710 La Malbaie (SaintFidèle)
318460660703 La Malbaie (Sources
Joyeuses)
134271820701
Saint-Irénée
134251450701
Clermont
134270911701 Notre-Dame-desMonts (puits)
134270750701 Saint-Aimé-des-Lacs
NOMBRE DE
TYPE D’APPROVISIONNEMENT
PERSONNES
DESSERVIES
DU RÉSEAU
316
990
99
eau souterraine
eau souterraine
eau souterraine
2 648
eau souterraine
2 700
1 001
eau souterraine
eau souterraine
117
eau souterraine
365
eau souterraine
450
eau souterraine
377
3 097
442
438
rivière
eau souterraine
eau souterraine
eau souterraine
Source : MDDEP, site internet.
Certains secteurs de la zone agricole sont également desservis par un réseau d’aqueduc et d’égout. Le
tableau suivant indique la localisation de ces réseaux.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
233
Tableau 14.4 Caractéristiques des réseaux d’aqueduc et d’égouts en zone agricole
MUNICIPALITÉ
LOCALISATION
Baie Ste-Catherine
Rang A
La Malbaie
Saint-Irénée
Clermont
CARACTÉRISTIQUES
Lots 13-b à 8b et
Lots 3A au lot A
Aqueduc et égout
Présents avant l’entrée en
vigueur de la LPTAAQ
Rang de la rivière Mailloux
Lots 3 979 101 à 3 979 183 en Aqueduc et égout
bordure du chemin Mailloux
Présents avant l’entrée en
vigueur de la LPTAAQ
Rang Terrebonne
Lots 3 782 701 à 3 782 703 en Aqueduc
bordure de la rte 362
Rang Nord-Est de la rivière Lots 3 560 715 à 400 (non Aqueduc et égout
Murray
rénové) en bordure du chemin Présents avant l’entrée en
de la vallée
vigueur de la LPTAAQ
Rang Sud-Ouest de la rivière Lots 3 560 703 à 3 560 770 en Aqueduc et égout
Murray
bordure de la rte 138
Présents avant l’entrée en
vigueur de la LPTAAQ
Rang du Cap-à-l’Aigle
Lots 3 560 728 à 3 561 385 en Aqueduc et égout
bordure du boul. Malcom- Présents avant l’entrée en
Fraser
vigueur de la LPTAAQ
Rang du Cap-à-l’Aigle
Lots 3 561 106 à 3 560 742 en Aqueduc et égout
bordure du boul. Malcom- Présents avant l’entrée en
Fraser
vigueur de la LPTAAQ
Concession St-Joseph
Lots 50 et 51
Aqueduc
Rang Fraserville
En bordure du rang Fraserville Aqueduc
Rang Ste-Mathilde
En bordure du chemin Aqueduc
Dassylva
Rang St-Pierre
En bordure du rang Saint- Aqueduc privé (syndicat
Pierre
d’aqueduc du rang St-Pierre)
Rang Nord-Est de la rivière Lot 3 256 309 à 3 256 541
Murray
Rang Nord-Est de la rivière Lot 3 256 281 à 3 256 311
Murray
Aqueduc
Aqueduc et égout
Présents avant l’entrée en
vigueur de la LPTAAQ
Rang Nord-Est de la rivière Lot 3 256 282 à 3 256 284 en Aqueduc
Murray
bordure du ch. des Lacs
Égout (depuis 2008)
Rang du Ruisseau des frênes
Lot 3 256 332 à 3 257 363
Aqueduc et égout
Présents avant l’entrée en
vigueur de la LPTAAQ
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement.
14.6
PROTECTION DES PRISES D’EAU POTABLE COLLECTIVES
Plusieurs municipalités, avec l’aide financière du gouvernement, ont procédé à la recherche et à la mise en
place de prises d’eau potable souterraines pour alimenter les citoyens desservis par leur réseau
d’aqueduc.
La MRC a adopté en 2004, dans le cadre d’un RCI sur la cohabitation des usages en zone agricole, les
normes tirées du Règlement sur le captage des eaux souterraines pour conférer une protection adéquate
aux puits et à leurs aires d’alimentation en zone agricole.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
234
Les villes de Clermont et de La Malbaie ont adopté une réglementation pour répondre au Règlement sur le
captage des eaux souterraines et ainsi conférer un périmètre de protection immédiat de 30 mètres autour
des ouvrages de captage où aucune activité n’est permise. Un périmètre de protection rapprochée (30 m à
100 m) et un périmètre de protection éloignée (100 m à 1500 m), déterminés par les études
hydrogéologiques, sont aussi mis en place pour limiter les usages autour des ouvrages de captage. Le
tableau suivant identifie les prises d’eau potable alimentant plus de 20 personnes. Ces prises d’eau sont
identifiées à la carte Contraintes naturelles et anthropiques de l’annexe cartographique.
Tableau 14.6
Prises d’eau potable collectives (alimentant plus de 20 personnes)
No Poste Trait
000023022761
003000972761
003034302761
020188572761
020264232761
020792852761
134251454701
134254754701
134254754701
134255662701
134270755701
134270912701
134271824701
134353594701
135756834761
190384542751
190384542751
235881304763
235881304764
318460662709
318460664701
318460664701
318460664704
318460664705
318460664707
318460664707
318460664710
Nom
Les Placements Basque, St-Siméon
Camping Dallaire, Saint-Aimé-des-Lacs
Camping Lévesque, St-Siméon
Centre équestre nature, Ste-Agnès
C.plein air S.Joy.Malbaie, La Malbaie
Restaurant le Branché inc. , St-Agnès
Clermont (poste chloration)
Saint-Siméon (poste chloration)
Saint-Siméon (poste chloration)
Saint-Siméon, Baie-des-Rochers
Saint-Aimé-des-Lacs (post. chl.)
Notre-Dame-des-Monts
Saint-Irénée (post. chl.)
Baie-Sainte-Catherine (post. chl.)
Cent.écologique Port-au-Saumon, La Malbaie
Aque. Rang St-Pierre (St-Irénée)
Aque. Rang St-Pierre (St-Irénée)
Camping du Cran, Hautes-gorges
Secteur du barrage, hautes-gorges
La Malbaie (Ste-Agnès)
La Malbaie (Kane)
La Malbaie (Kane)
Puits Corail(Pte-au-Pic)
La Malbaie (puits du golf)
La Malbaie (PP-4)
La Malbaie (PP-4)
Saint-Fidèle
Poste Sources Joyeuses (Ste-Madel.), La
318460664711 Malbaie
Poste Sources Joyeuses (Ste-Madel.), La
318460664711 Malbaie
No
approvision
nement
30296
32292
47852
29140
29728
67165
3426
68882
68890
3186
64063
3137
3632
3335
29306
45674
45682
47878
47886
23036
59485
3467
45187
45385
56929
56739
45179
Situé en zone
Provenance
agricole
AUTRE (SURFACE)
AUTRE (SURFACE)
x
PUITS TUBULAIRE
PUITS DE SURFACE
x
PUITS DE SURFACE
PUITS TUBULAIRE
x
PUITS TUBULAIRE
PUITS TUBULAIRE
PUITS TUBULAIRE
PUITS TUBULAIRE
PUITS TUBULAIRE
PUITS TUBULAIRE
x
RIVIERE
PUITS TUBULAIRE
x
PUITS TUBULAIRE
PUITS TUBULAIRE
x
SOURCE BASSIN UNIQUE
x
PUITS TUBULAIRE
PUITS TUBULAIRE
PUITS TUBULAIRE
PUITS TUBULAIRE
PUITS TUBULAIRE
PUITS TUBULAIRE
PUITS TUBULAIRE
PUITS TUBULAIRE
PUITS TUBULAIRE
PUITS TUBULAIRE
Puits
municipal
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
59493 PUITS TUBULAIRE
x
23150 PUITS TUBULAIRE
x
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département de l’aménagement du territoire
Les sources d’approvisionnement dont la ligne est colorée sont celles dont l’aire d’alimentation a été délimitées
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
235
Les orientations gouvernementales en matière d’aménagement du territoire prévoient l’implication de la
MRC pour protéger ces investissements et pour protéger la santé de la population desservie par ces eaux
souterraines. Cette protection passe par le contrôle des usages effectués autour des sites de captage et
dans les aires d’alimentations des sources. Aussi, à l’annexe cartographique, les prises d’eau et leur aire
d’alimentation, lorsque disponible, sont identifiées et des normes de protection sont incluses au document
complémentaire.
14.7
GESTION INTÉGRÉE DE L’EAU PAR BASSIN VERSANT
La MRC souscrit au principe de gestion intégrée de l’eau par bassin versant ainsi elle est le maître
d’œuvre dans la mise sur pied du premier comité de bassin versant de Charlevoix-Est : le comité de bassin
versant de la rivière Jean-Noël. Ce bassin regroupe la majorité des unités d’élevage porcin du territoire
ainsi que beaucoup d’autres unités de différents élevages. Il existe également un comité du bassin versant
du lac Nairne.
Au plan d’action, il est prévu que la MRC adopte une politique de l’eau afin de préserver la ressource.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
236
14.8
MILIEUX HUMIDES
Dans la MRC, on retrouve trois secteurs identifiés par le ministère du Développement durable, de
l’Environnement et des Parcs (MDDEP) en tant que milieux humides d’importance nationale. Ils sont
identifiés à la figure suivante.
Figure 14.1
Milieux humides d’importance nationale
-^-^-
Milieux
humides
d’importance nationale
Source : MDDEP 2007
La MRC ne possède pas, à l’instar des territoires des Basses-Terres du Saint-Laurent, de répertoire et de
cartographie des milieux humides. Ces territoires ont fait l’objet d’études gouvernementales et de Canards
Illimités dont peuvent bénéficier les MRC qui souhaitent protéger et mettre en valeur les milieux humides. Il
est vrai que contrairement à ces territoires et à celui entourant le Lac St-Jean, notre région n’est pas
soumise à de forte pression à l’égard des milieux humides ce qui explique que de telles études n’ont pas
encore eu lieux sur contre territoire.
En juillet 2008, le MDDEP a publié le Guide d’élaboration d’un plan de conservation des milieux humides.
Reconnaissant le rôle primordial que jouent les milieux humides dans la qualité de l’eau, la préservation de
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
237
la biodiversité et les risques d’inondation, la MRC désire s’inspirer du guide du MDDEP pour produire une
caractérisation des milieux humides sur son territoire. Une action est inscrite en ce sens dans le plan
d’action.
14.9
BILAN DE L’ENVIRONNEMENT
Depuis janvier 2009, la MRC possède un site d’enfouissement régional (LET) ouvert selon les normes
environnementales en vigueur. La durée de vie de ce site est d’environ 15 ans. On compte aussi un site
de compostage de matériaux fermentescibles valorisables en agriculture. La gestion des déchets de la
MRC s’effectue de manière à assurer une protection optimum de l’environnement. Les investissements
récents de près de 10 millions de dollars représentent un effort concret qu’a consenti la population de
Charlevoix-Est afin de rencontrer les nouvelles normes d’enfouissement.
Aucun système organisé de vidange périodique des fosses septiques n’est instauré sur le territoire. En
quelques endroits, il y a lieu de s’interroger sur l’efficacité de certaines installations septiques. La vidange
systématique tel qu’envisagé au Plan d’action constitue une partie de la solution. Actuellement, certaines
municipalités rejettent directement leurs eaux usées dans le fleuve et notamment dans le territoire du Parc
marin du Saguenay—St-Laurent.
La MRC souscrit au principe de gestion intégrée de l’eau par bassin versant d’ailleurs elle est le maître
d’œuvre dans la mise sur pied du premier comité de bassin versant de Charlevoix-Est : le comité de bassin
versant de la rivière Jean-Noël. La MRC entend contribuer activement à cette gestion.
Beaucoup de forages ont été réalisés au cours des dernières années et la situation de l’eau potable dans
Charlevoix-Est s’est beaucoup améliorée. En conformité avec les orientations gouvernementales en
matière d’aménagement du territoire, la MRC inclut dans son document complémentaire les normes
minimales pour protéger ces investissements et pour protéger la santé de la population desservie par les
eaux souterraines provenant des prises d’eau potable collectives. De plus, au plan d’action, il est prévu
que la MRC adopte une politique de l’eau afin de préserver la ressource.
En juillet 2008, le MDDEP a publié le Guide d’élaboration d’un plan de conservation des milieux humides.
Reconnaissant le rôle primordial que jouent les milieux humides dans la qualité de l’eau, la préservation de
la biodiversité et les risques d’inondation, la MRC désire s’inspirer du guide du MDDEP pour produire une
caractérisation des milieux humides sur son territoire. Une action est inscrite en ce sens dans le plan
d’action.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
238
15.
CONTRAINTES NATURELLES ET
ANTHROPIQUES
En vertu de la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme, la MRC doit déterminer, pour des raisons de
sécurité publique, les zones où l’occupation du sol est soumise à des contraintes.
À l’intérieur de son schéma d’aménagement et de développement révisé, la MRC identifie des zones et
des sites de contraintes naturelles et anthropiques. Ces zones et sites peuvent causer des nuisances et
présenter des risques pour la santé des populations avoisinantes (contamination, etc.) et des
désagréments (odeur, bruit, etc.). Il est donc important d’en tenir compte afin d’assurer une meilleure
planification de l’aménagement du territoire de Charlevoix-Est.
15.1
15.1.1
CONTRAINTES NATURELLES
Plaine inondable
RIVIÈRE MALBAIE
La cartographie officielle des zones inondables de la rivière Malbaie est entrée en vigueur le 20 mars
1990.
Au cours des dix dernières années, et plus spécifiquement suite aux pluies diluviennes des 19, 20 et 21
juillet 1996, plusieurs propriétaires de terrains vacants, d’habitations ou de commerces sont intervenus
pour soustraire leurs propriétés de la plaine inondable. Des avis et constats d’infraction ont été délivrés
aux propriétaires en question pour qu’ils remettent à l’état naturel leurs terrains situés dans la plaine
inondable.
Tableau 15.1
Caractéristiques de la plaine inondable de la rivière Malbaie
MUNICIPALITÉ
La Malbaie
NOMBRE ET TYPES D’USAGES VISÉS
0-20 ANS
20-100 ANS
1 bâtiment d’élevage
3 habitations
1 terrain de camping
4 habitations
2 bâtiments d’élevage
(poulet)
7 maisons mobiles
4 habitations
4 habitations ou commerces
1 ancienne station-service
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
239
Carte 16
Zones inondables de la rivière Malbaie
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
241
AUTRES COURS D’EAU
La MRC ne dispose pas actuellement de cartographie de la plaine inondable des autres cours d’eau.
Pour le fleuve, elle applique une cote de crue de récurrence 20 ans et 100 ans déterminée par le
MDDEP. Pour les autres cours d’eau, aucune problématique n’est connue.
15.1.2
Rives
Depuis dix ans, plusieurs rives des cours d’eau (ruisseaux, rivières) des bassins hydrographiques du
territoire ont subi des transformations par des travaux municipaux ou par des propriétaires privés.
Le déluge des 19, 20 et 21 juillet 1996 a contribué à modifier le profil de certaines berges de la rivière
Malbaie et est même à l’origine de glissements de terrain ou de décrochements.
Des travaux de stabilisation et de nettoyage de berges ont été réalisés par les municipalités ainsi que par
la Corporation du saumon de la rivière Malbaie, en 1997, avec les programmes d’aide financière du
ministère des Affaires municipales et des Régions et du ministère de la Sécurité publique.
Sur les terres publiques, dans les ZEC et les pourvoiries, de nombreux ponts et ponceaux ont été refaits
ainsi que plusieurs seuils ou ouvrages de retenue d’eau. Près de 200 000$ de travaux ont été exécutés.
Le barrage des Érables, situé dans le Parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie, a été
transformé en seuil déversoir pour un montant de 275 000$. Le barrage de Clermont a aussi subi des
transformations et un renforcement de sa structure par la compagnie Produits forestiers Donohue, pour
un montant de 1 250 000$.
Un comité provisoire de rivières a été créé à la demande du ministre du MDDEP afin de mettre en œuvre
les recommandations du rapport relatif à la Commission scientifique et technique sur la gestion des
barrages concernant la rivière Malbaie.
Les normes relatives aux rives et au littoral sont incluses au document complémentaire.
15.1.3
Cours d’eau
En 2005, la Loi sur les compétences municipales a donné aux MRC la compétence sur les cours d’eau.
Celles-ci ont l’obligation de rétablir l’écoulement de l’eau lorsqu’elles sont informées qu’il y a menace
pour la sécurité des personnes ou des biens. La MRC assure donc l’inspection des cours d’eau lors de
plainte et a règlementé de façon à prohiber ce qui pourrait entraver le libre écoulement de l’eau.
L’implantation de cette responsabilité occupe une large part du département d’aménagement du
territoire.
Les secteurs à risque d’embâcle présentés au tableau suivant font l’objet d’un suivi spécifique depuis
2008 de la part du personnel de la MRC à la fonte des neiges. Aucun incident n’est à déclarer depuis.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
243
Municipalité
Secteur à risque d’embâcle
Clermont
Ruisseau Blanc
La Malbaie
Rivière Mailloux, à l'intersection du chemin Mailloux et du chemin du Golf
Saint-Irénée
Rivière Jean-Noël à l'embouchure, en aval et en amont du pont du chemin de fer
et du pont de la route 362;
Saint-Irénée
Ruisseau Jureux, dans un secteur en amont du pont-route 362
Source : Ministère de la sécurité publique
15.1.4
Zones de mouvement de terrain
Les zones de mouvement de terrain du territoire de la MRC sont localisées dans les endroits où les
dépôts meubles sont d’origine marine, c’est-à-dire dans la vallée de la rivière Malbaie (Clermont, La
Malbaie et Baie-Sainte-Catherine).
La cartographie des zones (A, B, C) de mouvement de terrain intégrée au premier schéma
d’aménagement et un cadre normatif de protection s’appliquent sur le territoire depuis 1982, année de
l’entrée en vigueur du RCI de la MRC. Le ministère de la Sécurité publique travaille présentement à une
nouvelle cartographie.
Le cadre normatif s’applique à Clermont, La Malbaie et Baie-Sainte-Catherine compte tenu de l’intensité
des pentes, la présence de rives et de cours d’eau et la concentration de l’activité humaine (résidences,
commerces, etc.).
Saint-Irénée a connu un récent glissement de terrain, sur le chemin des Bains, face à la plage
municipale. La MRC a demandé au ministère de la sécurité publique de considérer cette zone dans sa
cartographie en élaboration.
Les zones de mouvement de terrain sont surtout localisées le long des rivières Malbaie et Mailloux. Elles
occupent des superficies restreintes et sont pratiquement toujours reliées à un phénomène d’érosion.
Les pentes touchées sont constituées de matériaux argileux ou granulaires. Le secteur de l’embouchure
de la rivière Malbaie présente des pentes supérieures à 25 % (cimetière, École secondaire du Plateau,
rue Le Courtois).
La rivière Mailloux constitue une zone très active sur près de 3 kilomètres. Elle présente de nombreux
versants abrupts qui atteignent 30 mètres de hauteur. La topographie est irrégulière et inclinée vers
l’embouchure. Elle rappelle celle d’un fond de coulée. Des glissements de terrain, superficiels en
majorité, affectent l’unité supérieure du dépôt. La zone d’expansion du périmètre urbain de la Ville de La
Malbaie se situe à environ 80 mètres de la limite de la zone qui affecte les versants de la rivière Mailloux.
Le secteur de Baie-Sainte-Catherine correspond à une terrasse argileuse uniforme dont l’altitude
moyenne se situe entre 35 et 41 mètres et qui peut être associée au delta du Saguenay. Les terrasses
de la rivière aux Canards et du ruisseau Sainte-Catherine possèdent quelques sites actifs. Les versants
sont majoritairement boisés entre la rivière aux Canards et la pointe aux Alouettes. La terrasse qui fait
face au fleuve subit une dénudation accrue par le suintement et le ruissellement suite au déboisement
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
244
effectué. Quoique relativement nombreux, les mouvements deviennent superficiels. Ils sont liés à des
phénomènes de ruissellement et à l’action continuelle des vagues.
Les falaises argileuses ont une hauteur variant entre 25 et 30 mètres. Dix-huit glissements d’au moins 10
mètres de rétrogression ont été observés. L’historique des photographies aériennes du secteur révèle
une évolution rapide des versants.
Près de 112 habitations ou commerces (faiblement) sont affectés par la cartographie des zones de
mouvement de terrain. Le tableau suivant montre la répartition, par municipalité, des habitations
touchées.
Précisons enfin que depuis les récentes pluies diluviennes, les institutions financières et les compagnies
d’assurances demandent des informations spécifiques sur la réglementation qui s’applique aux
immeubles situés dans les zones de contrainte.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
245
Carte 17
Zones de mouvements de terrain
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
247
Tableau 15.2
Localisation des zones de mouvement de terrain, par municipalité, et zonage actuel
MUNICIPALITÉ
Clermont
La Malbaie
LOCALISATION
talus, rue Clairval
talus, rue Clairval
talus, rue Simard
pont Menaud
rive de la rivière Malbaie, rue du Parc, rue
Maisonneuve
rive du ruisseau Blanc
ancien méandre de la rivière Malbaie dans le parc
industriel
rue Horizon
terrasses, zone agricole ouest
terrasses, zone agricole est
terrasses, nord du développement des rues du
Buisson, de la Montagne
versants, rivière Mailloux
terrasses, chemin du Golf
terrasses, boul. de Comporté
terrasses, rue McLean ouest
terrasses, rue Le Courtois
terrasses, rue de la Gare/ rue Doucet
Baie-Sainte-Catherine
terrasses, zone agricole secteur sud-ouest
terrasses et ravins, zone agricole secteur nord-est
terrasses anciennes, méandres de la rivière
Malbaie, secteur nord-est
terrasses, méandres de la rivière Malbaie, secteur
sud ouest
terrasses, rivière aux Canards
terrasses, ruisseau Ste-Catherine
terrasse, fleuve St-Laurent
ZONAGE
agricole
industriel
en partie agricole,
en partie habitation
habitation
habitation
habitation
industriel
habitation
agricole
agricole
en partie récréatif,
en partie habitation
habitation
en partie récréatif,
en partie commercial
en partie habitation,
en partie forestier
en partie habitation,
en partie récréatif
en partie habitation,
en partie public
agricole
agricole
en partie agricole, en partie habitation
commercial/industriel
agricole
agricole
en partie agricole,
en partie habitation
Source : MRC de Charlevoix-Est
Tableau 15.3
Nombre d’habitations situées à l’intérieur d’une zone (A,B,C) à risques de
mouvement de terrain
MUNICIPALITÉ
Clermont
La Malbaie -Rivière-Malbaie
La Malbaie -centre
Baie-Ste-Catherine
TOTAL
NOMBRE D’HABITATIONS
33
20
56
3
112
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement, 1998.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
249
TRAVAUX RÉALISÉS PAR LA VILLE DE CLERMONT
Depuis l’entrée en vigueur du premier schéma d’aménagement, une zone de mouvement de terrain,
localisée dans la Ville de Clermont, a fait l’objet d’interventions (nivellement pour la poursuite du
développement résidentiel de la rue Beloeil) par la Ville de Clermont.
Au préalable, la Ville avait fait réaliser une étude de stabilité des pentes (12 juillet 1990) par les Laboratoires
S.L. dans le but d’évaluer les risques de mouvement de terrain dans les secteurs des rues Bellevue,
Beauregard et Beloeil. L’étude en question révèle la présence de facteurs de sécurité acceptables pour
assurer une bonne sécurité à long terme des constructions existantes et des citoyens dans la zone étudiée.
En ce qui a trait au secteur ouest à développer, les conditions de stabilité sont très satisfaisantes avec ou
sans facteur de pondération sismique. Les facteurs de sécurité varient de 1.5 à 2.5 en situation critique.
Pour les travaux reliés au développement de la zone, le rapport recommande de respecter les conditions
suivantes:

éviter toute excavation en pied de talus;

conserver et favoriser la végétation dans les pentes des talus;

éviter les surcharges directement au sommet des talus. Aux fins du développement domiciliaire, les
conditions de stabilité sont considérées inchangées à partir du moment où les installations de charges
respectables (maisons, remblais épais) sont situées du sommet immédiat à au moins 1,3 fois la
dénivellation verticale du talus.
Une modification a été incluse, en 2000, afin de soustraire le secteur du développement résidentiel de
Clermont des normes des zones de mouvement de sol.
RISQUES DE GLISSEMENT DE TERRAIN ET D’ÉBOULIS ROCHEUX SUR LE TERRITOIRE DES HAUTES-GORGES DE LA
RIVIÈRE MALBAIE ET DANS LE TNO
Suite aux pluies diluviennes des 19, 20 et 21 juillet 1996, une série de glissements de terrain et d’éboulis
rocheux se sont produits de façon particulière sur les versants de la vallée de la rivière Malbaie, en amont
du seuil déversoir des Érables, sur le territoire des Hautes-Gorges. Une série de glissements de terrain et
d’éboulis rocheux se sont aussi produits sur divers versants abrupts, dans certaines pourvoiries et ZEC du
TNO, mais de façon moins spectaculaire.
Deux types de mouvement de masse ont été observés sur le territoire des Hautes-Gorges de la rivière
Malbaie:
1.
le glissement pelliculaire;
2.
les chutes de blocs rocheux ou une masse rocheuse formant un talus d’éboulis.
Dans le premier cas, une faible épaisseur de dépôts meubles (terre végétale, till, cailloux) et la végétation
constituent la masse en mouvement. Dans le deuxième cas, des blocs ou une masse rocheuse décrochent,
dévalent la montagne et forment un talus d’éboulis au pied de la montagne.
Les glissements pelliculaires sont provoqués par l’inclinaison de la paroi rocheuse et la précipitation intense
de pluie sur quelques journées. À ces facteurs s’ajoute le système de fracturation (diaclase, joint, faille, …)
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
250
avec sa position géométrique (orientation et pendage) ainsi que le phénomène de gel et de dégel. Le
glissement pelliculaire s’amorce à partir d’un angle moyen d’inclinaison de la paroi rocheuse de 35,5 o (1.4
(H): 1(V)). Sur le même principe, l’angle d’inclinaison pour l’amorce de mouvements de blocs rocheux est de
65o.
Ces zones de mouvement de masses (versants de 35,5 o à 65o) présentent des dangers potentiels pour la
sécurité des usagers (environ 100 000 visiteurs par année) et des équipements existants et prévus pour le
développement du parc des Hautes-Gorges-de-la-rivière-Malbaie.
15.2
CONTRAINTES ANTHROPIQUES
Suite à un inventaire, la MRC a identifié certains immeubles et activités dont la présence fait en sorte de
soumettre l’occupation du sol à des contraintes majeures pour des raisons de sécurité publique ou de bienêtre général. Cette identification ne vise pas la réglementation des sources de contraintes, mais plutôt la
réglementation ou la prohibition des usages, constructions, ouvrages ou opérations cadastrales à proximité
de ces sources de contraintes. Des normes sont introduites au document complémentaire.
Tableau 15.4
Équipements et usages susceptibles de causer des nuisances et générer des risques
ÉQUIPEMENTS ET USAGES
site d’enfouissement régional
sites de dépôts en tranchée
système de traitement des eaux
usées municipales (usines, étangs aérés)
carrières et sablières
MUNICIPALITÉ
Clermont
Baie-Ste-Catherine
Saint-Siméon
Territoire non-organisé
Notre-Dame-des-Monts
St-Aimé-des-Lacs
Clermont
Saint-Siméon
La Malbaie
Notre-Dame-des-Monts
St-Aimé-des-Lacs
Ste-Agnès
Clermont
St-Irénée
La Malbaie—Pointe-au-Pic
Rivière-Malbaie
Cap-à-l’Aigle
St-Fidèle
Saint-Siméon
prises d’eau potable municipales
Baie-Ste-Catherine
Territoire non organisé
Baie-Ste-Catherine
Saint-Siméon
St-Fidèle
Cap-à-l’Aigle
Rivière-Malbaie
La Malbaie—Pointe-au-Pic
St-Irénée
Clermont
St-Aimé-des-Lacs
Ste-Agnès
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
LOCALISATION
lot 454-P
lot 17-A-P
lot 16
lot 22
lot 149
lot 268-P
lots 615, 616
lots 23, 24
lot 112-172
lots 5, 6, 7 et 8, lot 85, lots 118 et 119, lots 114, 115 et
116
lot 248, lot 268, lot 253, lot 248, lot 244-P
lots 127 et 128, lot 31, lot 194
lots 431, 432 et 433, lot 251-A, lots 658 et 659, lots 429 à
434, lot 434
lots 59 et 60, lot 279
lots 694 et 695, lot 843, lots 679 à 681, lots 688 à 689, lot
580, lot 870-P et 869
lots 647 à 649, lots 215-P et 216-P, lot 592, lot 661, lot
589, lot 310, lots 365 à 368, lot 314
lot 65, lots 57 à 60, lot 94, lot 46
lots 223 à 225 et 227 à 229, lots 94 à 96, lot 446, lots 366
à 369
lot 104, lot 16, lot 54, lots13-A et 14-A, lots 83 à 84, lot 14,
lot 1, lot 67
lot 2, lot 9, lot 2-3A
lot 16B, lots 29A, 29B, 30 et 31
lot 3A-30
terres publiques
lot 431-P
lots 90 et 94, lots 57-2, 55-2 et 52-1
lot 364
lots 580 NS, 703, 728-P, 807 et 802
lots 197-P, 195 (lac St-Antoine)
lot 437
300-P
lot 199-P
251
tronçons dangeureux
des routes 138 et 362
site de gestion des boues de fosses septiques
sites des postes de transformation électrique
Sites des terrains contaminés
Notre-Dame-des-Monts
St-Aimé-des-Lacs
Clermont
Rivière-Malbaie
St-Fidèle
St-Fidèle
Saint-Siméon
Baie-Ste-Catherine
Baie-Ste-Catherine
Baie-Ste-Catherine
La Malbaie (362)
St-Irénée (362)
St-Irénée
Voir section 6.8
Voir section 14.7
lots 132 et 127-P
lot 223 au lot 243
lot 249 au lot 250 et du lot 661 au lot 658
lot 113 au lot 110
lot 10 au lot 361
lot 277 au lot 51
lot 18 au lot 13
lot 25 au lot 20
lot 16 au lot 13
lot F au lot 8
lot 826 au lot 2
lot 100 au lot 106
lot 348-P
Voir section 6.8
Voir section 14.7
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement.
15.2.1
Ouvrages de retenue d’eau
Suite aux importantes précipitations (déluge) de juillet 1996, le MDDEP demandait aux MRC d’identifier et
de localiser les ouvrages de retenue d’eau compris sur leur territoire respectif afin de mettre à jour le
répertoire de ces ouvrages de retenue d’eau (barrage et digue) au niveau provincial.
Sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est, le MDDEP en répertorie 102, localisés en grande partie sur les
territoires de ZEC et de pourvoiries à des fins fauniques pour le maintien du niveau d’eau des lacs ou cours
d’eau. Sur ce nombre, on dénombre 12 barrages à forte contenance. Ils sont localisés en majorité sur la
rivière Noire et la Rivière aux Canards. Selon la Loi et le Règlement sur la sécurité des barrages, ceux-ci
doivent faire l’objet d’une surveillance spécifique.
(c. f. http://www.cehq.gouv.qc.ca/loisreglements/barrages/reglement/resume.pdf)
Chaque barrage à forte contenance est classé en fonction de sa vulnérabilité et de son niveau de
conséquences de rupture. Il y a cinq classes : « A », « B », « C », « D » et « E ». La classe « A » comprend
de façon générale les barrages les plus grands, dont les conséquences de rupture sont potentiellement les
plus importantes.
La classe « E » ne s’applique qu’aux barrages dont le niveau des conséquences en cas de rupture est
considéré « minimal ». Le classement des barrages à forte contenance sur le territoire se détaille comme
suit :
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
252
Barrage
municipalité
Lac ou cours d’eau
—
Saint-Irénée
Saint-Antoine, Lac
C
Réservoir-Kane
La Malbaie
Asselin, Lac
C
Cap-à-l'Aigle
La Malbaie
Débareur, Lac
C
Clermont
Clermont
Malbaie, Rivière
C
Basque, Lac du
Baie-Ste-Cath. Riv. du Basque
C
—
Baie-Ste-Cath. Trib.riv. aux Canards
D
Buteux
Baie-Ste-Cath. Riv. Aux Canards
E
Des Érables
Mont-Élie
Malbaie, Rivière
B
Lac-au-Plongeon
Mont-Élie
Riv. Noire
D
Lac-aux-Îlots
Mont-Élie
Riv. Noire
E
Épinette, Lac de l'
Mont-Élie
Riv. Noire
C
Tétras, Lac du
Mont-Élie
Trib. Riv. Noire
C
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
Classement
253
Tableau 15.5
Ouvrages de retenue d’eau sur le territoire des municipalités de la MRC de
Charlevoix-Est
No du barrageNom
et du Lac ou du barrageMunicipalité
Cours d’eau ou Lac
lien vers le site
du MDDEP
X0001052
X0001053
X0001054
X0001055
X0001056
X0001058
X0001060
X0001063
X0007172
X0001065
X0001066
X0001067
X0001068
X0001069
X0001072
X0001073
X0001074
X0001075
X0001076
X0001077
X0001078
X0001079
X0001080
X0001081
X0001082
X0001084
X0001085
X0001086
X0001087
X0001088
X0001089
X0001106
X0001107
X0001113
X0001114
X0001115
X0001116
X0001118
X0001119
—
—
—
—
—
—
—
—
—
Saint-Irénée
Saint-Irénée
Saint-Irénée
Saint-Irénée
Saint-Irénée
Saint-Irénée
Saint-Irénée
Saint-Irénée
Saint-Irénée
Gauthier
La Malbaie
Corail
La Malbaie
Réservoir-Kane
La Malbaie
—
La Malbaie
—
La Malbaie
Sources-Joyeuses, Barrage des La Malbaie
Réservoir-Gagnon, Barrage du La Malbaie
—
La Malbaie
—
La Malbaie
—
La Malbaie
—
La Malbaie
—
La Malbaie
—
La Malbaie
—
La Malbaie
—
La Malbaie
—
La Malbaie
—
La Malbaie
—
La Malbaie
—
La Malbaie
—
La Malbaie
—
La Malbaie
—
La Malbaie
Cap-à-l'Aigle
La Malbaie
—
La Malbaie
Rivière-Malbaie
La Malbaie
—
La Malbaie
—
La Malbaie
—
La Malbaie
—
La Malbaie
—
La Malbaie
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
Réservoir, Ruisseau du
lat. 47°31’ long. -70°13’
Saint-Antoine, Lac
Trib.47D.32M.19S.-70D.13M.45S.
Trib.47D.34M.49S.-70D.15M.05S.
Jean-Noël, Rivière
Jean-Noël, Rivière
Tributaire Jean-Noël
Trib.47D.34M.47S.-70D.13M.49S.
Trib.47D.38M.01S.-70D.10M.27S.
Lat. 47°36’ Long. -70°11
Asselin, Lac
Calumet, Lac
Trib. Gros ruisseau
Trib.47D.38M.55S.-70D.10M.12S.
Mailloux, Rivière
Trib. Rivière Malbaie
Mules, Ruisseau des
Roland-Audet, Lac à
Jean-Noël Nord-Est, Rivière
Mules, Ruisseau des
Mules, Ruisseau des
Trib. Jean-Noël
Trib. Jean-Noël
JEAN-CHARLES-BOUCHARD
Trib. Rivière Malbaie
Mailloux, Rivière
Trib. Jean-Noël
Amédée, Lac
Trib. Jean-Noël
Providence, Quatre lacs de la
Débareur, Lac
Côte à Pontage, Ruisseau de la
Rivière comporté
Simon-Boulianne, Lacs
Simon-Boulianne no 2*, Lac à
Lat. 47°43’ Long. -70°01
Fromagerie, Ruisseau de la
Sœurs, Lac des
254
X0001120
—
X0001121
—
X0001122
—
X0001123
—
X0001124
—
X0001125
—
X0001127
—
X0001128
—
X0001130
—
X0007174
—
X2019688
—
X0007931
—
X0001092 FRANÇOIS-LAVOIE
X0001093
—
X0001094
—
X0001096 Petits-Simard, Lac des
X0001098 Lucien-Simard, Lac à
X0001100
—
X0001101 Pied-des-Monts
X0007173 HENRI-MALTAIS
X0007930 Guay, Lac
X0001103 Rivière-Jacob
X0001104
—
X0001105 Clermont
X0007851
—
X0007854
—
X0001131
—
X0001133
à la Truite
X0001135
—
X0001136
Gaudias Foster
X0001137 Lac-Noir, Barrage du
X0001140
—
X0001141
—
X0001142
Druillettes, Lac
X0001143 Lac-des-Joncs
X0001144
Fleury, Lac
X0001145
—
X0001146 Basque, Lac du
X0001147
—
X0001148 Buteux
X2014041
—
X0001149 Érables
X0001150 LAURENT
X0001151 MCLAGAN
X0001152 Jacob
X0001153 Deuxième-Lac-des-Marais
La Malbaie
Sœurs, Lac des
La Malbaie
Lac Port-au-Persil
La Malbaie
Lat. 47°43’ Long. -70°01
La Malbaie
Lat. 47°42’ Long. -70°00
La Malbaie
Edgar-Lapointe, Lac à
La Malbaie
Rivière à la Loutre
La Malbaie
Lat. 47°43’ Long. -69°59
La Malbaie
Lat. 47°43’ Long. -69°59
La Malbaie
VILMONT (A) Riv. Noire
La Malbaie
Marguerite, Ruisseau
La Malbaie
Calumet, Lac Riv. Mailloux
La Malbaie
Ruisseau Côte à Terre
Notre-Dame-des-Monts Riv. Du Gouffre
Notre-Dame-des-Monts Riv. Du Gouffre
Notre-Dame-des-Monts Riv. Du Gouffre
Notre-Dame-des-Monts Riv. Du Gouffre
Notre-Dame-des-Monts Riv. Du Gouffre
Saint-Aimé-des-Lacs Décharge du Lac Nairne
Saint-Aimé-des-Lacs Pied des Monts, Lac du
Saint-Aimé-des-Lacs Tributaire Riv. Malbaie
Saint-Aimé-des-Lacs Tributaire Riv. Malbaie
Clermont
Jacob, Rivière
Clermont
Riv. Snigole
Clermont
Malbaie, Rivière
Clermont
Ruisseau Desbiens
Clermont
Ruisseau Desbiens
Saint-Siméon
Trib. Riv. Port-au-Persil
Saint-Siméon
TRUITE (A LA)
Saint-Siméon
Trib. Riv. Port-aux-Quilles
Saint-Siméon
Port-aux-Quilles
Saint-Siméon
NOIR
Saint-Siméon
Riv. Baie-des-Rochers
Saint-Siméon
Trib. Riv. Baie-des-Rochers
Baie-Ste-Catherine
Riv. Aux Canards
Baie-Ste-Catherine
Trib. Riv. Aux Canards
Baie-Ste-Catherine
Riv. Aux Canards
Baie-Ste-Catherine
Flavien, Ruisseau
Baie-Ste-Catherine
Riv. du Basque
Baie-Ste-Catherine
Trib.riv. aux Canards
Baie-Ste-Catherine
Riv. Aux Canards
Baie-Ste-Catherine
Ruisseau Ste-Catherine
Mont-Élie
Malbaie, Rivière
Mont-Élie
Riv. Saguenay
Mont-Élie
Trib. Riv. Saguenay
Mont-Élie
JACOB (A)
Mont-Élie
Riv. Snigole
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
255
X0001154 Poléon
X0001155 Lac-au-Plongeon
X0001156 Sept, Deuxième lac des
X0001157
—
X0001158 Lac-aux-Îlots
X0001159 Étangs-des-Îlots
X0001160 Épinette, Lac de l'
X0001161 Tétras, Lac du
X0007176 Américains
X0007177 Roches
X0007888 Bataram
X0007889 Pointe
X0007891 petite centrale électrique
X2011368
—
X2096882
—
X2097306 Mordeux, Lac
X0001162 Pigamon
Mont-Élie
Mont-Élie
Mont-Élie
Mont-Élie
Mont-Élie
Mont-Élie
Mont-Élie
Mont-Élie
Mont-Élie
Mont-Élie
Mont-Élie
Mont-Élie
Mont-Élie
Mont-Élie
Mont-Élie
Sagard
Sagard
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
Ruisseau des Américains
Riv. Noire
Trib. Riv. Noire
Ruisseau de la Perdrix
Riv. Noire
Riv. Noire
Riv. Noire
Trib. Riv. Noire
Ruisseau des Américains
Trib. Riv. Malbaie
Trib Riv Noire
POINTE (DE LA)
Noire, Rivière
PETIT LAC (LE)
MARAIS (PREMIER, DES)
Trib. Riv. Saguenay
Trib. Riv. Aux Canards
256
15.2.2 TERRAINS CONTAMINÉS
Le tableau suivant présente la liste des terrains contaminés.
Nom
du
dossier
Clermont Dodge Chrysler inc.
Adresse
Latitude
Longitude
(Deg. Déc. NAD83)
188, boulevard NotreDame Clermont
47,6907687412
-70,234947029
Nature des contaminants1
Eau
souterraine
Réhabilitation (R) et
Qualité des sols résiduels après
réhabilitation(Q)(1)
Sol
Hydrocarbures aromatiques
polycycliques*,
Hydrocarbures
pétroliers
C10 à C50
R : Terminée en 1999
Q:>C
École du Bois-Joli
19, rue St-Philippe
Clermont
47,6945924856
-70,222376245
Hydrocarbures
C10 à C50
pétroliers
R : Terminée en 1993
Q : <= B
Fabrique de Clermont
20,
des
Érables
Clermont
47,6983578597
-70,223663823
Hydrocarbures
C10 à C50
pétroliers
R : Terminée en 1995
Q : Non précisée
Transport Trans-Cler inc.
2 , rue de la Rivière
Clermont
47,6877777778
-70,208611111
Hydrocarbures
C10 à C50
pétroliers
R : Non terminée
Alimentation Couche-Tard inc.
1175, boulevard de
Comporté La Malbaie
47,66444
-70,15972
Hydrocarbures
pétroliers
C10 à C50, Xylènes (o,m,p)
R : Terminée en 2005
Q : Plage B-C
Esso Canada ltée
434, boulevard Mailloux
La Malbaie
47,6850360095
-70,198567668
Benzène,
Éthylbenzène,
Hydrocarbures
pétroliers
C10 à C50, Toluène,
Xylènes (o,m,p)
R : Terminée en 1999
Q : Plage B-C
Les Pétroles Irving inc.
53, rue de la Grève La Benzo(a)pyrène,
Malbaie
Hydrocarbures
pétroliers C10 à
C50
Hydrocarbures aromatiques
polycycliques*,
Hydrocarbures
pétroliers
C10 à C50
R : Non terminée
Manoir Richelieu (contamination le
long de la voie ferrée)
181, avenue Richelieu
La Malbaie
47,6222222222
-70,141111111
Hydrocarbures
C10 à C50
pétroliers
R : Terminée en 1991
Q : > B (Total)
Marcel Germain et Éliane Brassard
790, rue Richelieu La
Malbaie
Éthylbenzène,
Hydrocarbures
pétroliers
C10 à C50, Toluène,
Xylènes (o,m,p)
R : Terminée en 2006
Q : <= A
Ministère
Québec
70, rue Fraser
Malbaie
47,6584119495
-70,153741661
Xylènes (o,m,p)
R : Non terminée
des
Transports
du
La
Ministère des Transports du
Québec, Centre de services de La
Malbaie
Route 138, entre Du
Côteau et Feury, Capà-L'Aigle La Malbaie
Benzène,
Éthylbenzène,
Hydrocarbures aromatiques
polycycliques*,
Toluène,
Xylènes (o,m,p)
R : Terminée en 2001 Q :
Plage B-C
Poste d'essence Olco
203, boulevard Mailloux
Produits pétroliers*, Xylènes
R : Terminée en 1993
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
257
La Malbaie
47,6758583333
-70,181861111
(o,m,p)
Q : Non précisée
Quincaillerie Serge Boivin et Fils
inc.
410, rue Saint-Étienne
La Malbaie
47,6517051158
-70,149598965
Benzène,
Éthylbenzène,
Hydrocarbures
pétroliers
C10 à C50, Toluène,
Xylènes (o,m,p)
R : Terminée en 1996
Q : Plage B-C
Station d'Essence La Malbaie
265, boulevard Mailloux
La Malbaie
Benzène,
Éthylbenzène,
Produits
pétroliers*,
Toluène, Xylènes (o,m,p)
R : Terminée en 1995
Q:>C
Station-service Pétro-Canada
90,
boulevard
de
Comporté La Malbaie
47,6542386412
-70,148189692
Benzène,
Éthylbenzène,
Hydrocarbures
pétroliers
C10 à C50, Toluène,
Xylènes (o,m,p)
R : Terminée en 1997
Q:>C
Ultramar ltée (Dépôt La Malbaie)
450, boulevard Mailloux
La Malbaie
Hydrocarbures
C10 à C50
pétroliers
R : Terminée en 1997
Q : <= C
Belley, Claire
252, rue Principale
Saint-Aimé-des-Lacs
47,7103888889
-70,367833333
Hydrocarbures
C10 à C50
pétroliers
R : Non terminée
Garage Paul Tremblay enr.
164, rue Principale
Saint-Aimé-des-Lacs
47,6846666667
-70,317083333
Benzène,
Éthylbenzène,
Toluène, Xylènes (o,m,p)
R : Non terminée
Aéroport de Charlevoix
400, chemin SainteMadeleine Saint-Irénée
47,6006208256
-70,233888000
Produits pétroliers*
R : Terminée en 1997
Q : Plage A-B
Construction et Pavage Maskimo
ltée
Hydrocarbures
C10 à C50
pétroliers
R : Terminée en 1995
Q : Plage B-C
47,5897861111
-70,287919444
École Notre-Dame-de-Lorette
136, rue Principale
Saint-Irénée
47,5696053679
-70,205903071
Hydrocarbures
C10 à C50
pétroliers
R : Terminée en 1994
Q : Plage A-B
Le Domaine Forget de Charlevoix
inc.
398, chemin les Bains
Saint-Irénée
47,5633888889
-70,207527778
Hydrocarbures
C10 à C50
pétroliers
R : Terminée en 1995
Q : Plage B-C
Foyer
Cœur.
371, St-Laurent SaintSiméon
47,8430415512
-69,879964450
Hydrocarbures
C10 à C50
pétroliers
R : Terminée en 1996
Q : Plage B-C
Latitude
47,5441519
Longitude 69,4823747
Saint-Siméon
47,9115277778
-69,806666667
Cuivre (Cu), Hydrocarbures
aromatiques polycycliques*,
Hydrocarbures
pétroliers
C10 à C50, Mercure (Hg),
Plomb (Pb)
Notre-Dame-du-Sacré-
Phare du Cap-de-la-tête-au-chien
R : Non terminée
Source : http://www.mddep.gouv.qc.ca/sol/terrains/terrains-contamines/recherche.asp
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
258
15.3
BILAN DES CONTRAINTES NATURELLES ET ANTHROPIQUES
La MRC identifie des zones et des sites de contraintes naturelles et anthropiques lesquels peuvent causer
des nuisances et présenter des risques pour la santé des populations avoisinantes (contamination, etc.) et
des désagréments (odeur, bruit, etc.).
Le document complémentaire prévoit des dispositions pour assurer la protection des biens et des personnes
en bordure de ces zones et sites.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
259
16.
TRANSPORT
16.1
16.1.1
TRANSPORT ROUTIER
Classification fonctionnelle des routes
Traversant les montagnes et les vallées ou longeant le fleuve St-Laurent, les routes 138, 170 et 362 sont
les principaux axes routiers du territoire de la MRC de Charlevoix-Est. La 138, catégorisée route nationale,
est la principale porte d’entrée à destination du territoire de la MRC et le seul axe de circulation entre la
région de Québec et de la Côte-Nord. La route 138 sert autant à la circulation locale qu’à la circulation de
transit, en plus d’être un axe essentiel pour le camionnage. Elle s’étend sur 93,4 km et traverse cinq
municipalités. L’autre route nationale, la 170, route nationale, parcourt 37,4 km à travers Saint-Siméon et
le TNO et assure le lien avec la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Enfin, la 362, route catégorisée
régionale, permet aussi l’entrée des véhicules sur le territoire, mais de manière secondaire. Cette route,
dite panoramique et touristique, s’étire sur 20,1 km à l’intérieur de deux municipalités et fait partie du
réseau régional. Elle est reconnue par Tourisme Québec et porte l’appellation « Route du fleuve ». Il est
important de signaler que le transport par camion y est interdit, sauf pour les livraisons locales.
Outre le réseau national et le réseau régional qui sont représentés par les routes 138, 170 et 362, la région
est également desservie par deux autres catégories de réseau, soit le réseau collecteur et le réseau local.
Le premier compte 50,6 km de route et traverse trois municipalités et le TNO alors que le second en
comprend 174,5 km et est présent presque partout, sous des niveaux différents (locales 1, 2 et 3). La
gestion des routes nationales, de la route régionale et des routes collectrices incombe au ministère des
Transports du Québec. Quant aux routes locales, elles sont gérées par les municipalités. Le tableau
suivant présente une synthèse de la classification fonctionnelle des routes du territoire de la MRC.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
261
Carte 18
Principaux axes routiers et limites de vitesse
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
263
Tableau 16.1
Synthèse de la classification fonctionnelle des routes
MUNICIPALITÉ
Baie-Sainte-Catherine
Saint-Siméon
La Malbaie:
-Secteur La Malbaie-Pointe- au-Pic
-Secteur Rivière-Malbaie
-Secteur Cap-à-l’Aigle
-Secteur Sainte-Agnès
-Secteur Saint-Fidèle
Clermont
Saint-Irénée
Notre-Dame-des-Monts
Saint-Aimé-des-Lacs
Mont Élie/Sagard, TNO
TOTAL
ROUTE
NATIONALE
(138)
(KM)
19.5
25.132
ROUTE
NATIONALE
(170)
(KM)
16.8
ROUTE
RÉGIONALE
(362)
(KM)
-
ROUTE
COLLECTRICE
ROUTES
LOCALES31
(NIVEAUX
1, 2 ET 3) (KM)
6,3
TOTAL
1.2
6.9
6.0
10.5
17.5
-
10,1
-
1.0
13.6
5.9
-
14.9
28.7
4,7
21.6
20.4
27.2
49.2
10.7
38.0
37.9
3.8
2.9
93.4
20.6
37.4
10,0
20.1
1.6
14.6
13.9
50.6
8.5
20.0
28.1
21.3
174,5
12.3
30.0
29,7
28.8
34.5
366.0
(KM)
-
(KM)
19,5
48.2
Source : MTQ, Direction de Québec, Centre de services La Malbaie
Suite à l’analyse de cette classification et à l’évolution des équipements implantés jusqu’à ce jour par le
gouvernement ainsi que du contexte économique régional, la MRC de Charlevoix-Est a demandé, à
l’automne 1994, la réévaluation de certaines routes que le ministère des Transports du Québec avait
classées locales, mais que la MRC estime collectrices. Les résultats sont présentés au tableau suivant.
Tableau 16.2
Réévaluation de la classification fonctionnelle du MTQ
ROUTE
MUNICIPALITÉ
ÉQUIPEMENT
RÉPONSE DU MTQ
Rang Ste-Madeleine
chemin Mailloux
Chemin du Havre
La Malbaie
(secteur La Malbaie-Pointe-au-Pic)
La Malbaie
(secteur La Malbaie--Pointe-au-Pic)
Saint-Siméon
Aéroport de Charlevoix
Port régional
Conditionnel à la présence
d'un transporteur régulier
Accepté
Quai de Port-au-Persil
Refusé
La Malbaie
(secteur La Malbaie-Pointe-au-Pic)
Saint-Siméon
Casino d'État
Refusé
Chemin de
Port-au-Persil
Chemin des Falaises
Rue du Festival
Chemin St-Jérôme
route ou rang B et C
Saint-Aimé-des-Lacs
Chemin des Lacs
Clermont
31
32
Quai du traversier
Accepté
Saint-Siméon/
Rivière-du-Loup
Parc national des
Accepté
Hautes-Gorges-de-laRivière-Malbaie
Site d'enfouissement sanitaire et Refusé
ressources forestières
Ne comprend pas toutes les rues locales (données de la MRC)
Comprend la rue du Festival
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
265
16.1.2
État des chaussées et des ouvrages d’art
En général, l’état des chaussées du territoire de la MRC de Charlevoix-Est peut être qualifié de bon.
Aucune partie du réseau n’est affectée par des ornières de plus de 15 millimètres de profondeur (qui
correspondent aux critères d’interventions du MTQ).
Deux indices permettent d’exprimer l’état de la chaussée. Ces indices sont la rugosité et l’orniérage.
L’indice de rugosité internationale correspond à la distance verticale (en mètre) parcourue par un essieu
durant son déplacement sur une longueur d’un kilomètre de route. Plus l’indice se rapproche de la valeur
zéro, meilleure est la qualité structurale de la chaussée. Quant à l’orniérage, la mesure des profondeurs
d’ornières (en millimètres) permet d’évaluer de façon générale le risque d’insécurité sur certaines sections
de route. Ces ornières peuvent constituer un problème de sécurité partout où des accumulations d’eau sur
la chaussée se produisent.
L’état des ouvrages d’art (ponts ponceau et mur) de Charlevoix-Est peut être généralement qualifié de
bon. Les principaux éléments pris en compte dans l’évaluation de ces structures sont la fonctionnalité,
l’état des fondations, les systèmes structuraux et des surfaces de roulement et la vulnérabilité sismique.
Par ailleurs, il faut souligner que les ponts de la rivière Noire à Saint-Siméon, le pont Leclerc à La Malbaie
et le pont de la rivière aux Canards à Baie-Sainte-Catherine ont été refaits récemment.
16.1.3
Circulation routière
LES DÉBITS DE CIRCULATION
En 2004, le débit journalier moyen annuel (DJMA) des routes 138, 362 et 170 se résumait ainsi: pour la
route 138, il variait entre 2 400 véhicules (tronçon Saint-Siméon/Baie-Sainte-Catherine) et
11 100 véhicules (tronçon Clermont/La Malbaie, secteur Rivière-Malbaie/La Malbaie, secteur La MalbaiePointe-au-Pic); pour la route 362, il correspondait à 1 760 véhicules; pour la route 170, il était de
760 véhicules. En période estivale (juin, juillet, août et septembre), ces chiffres s’élevaient entre 3 330 et
12 000 véhicules pour la 138, à 2 760 véhicules pour la 362 et à 1 050 véhicules pour la 170. C’est sur le
tronçon Clermont/Rivière-Malbaie/La Malbaie-Pointe-au-Pic (route 138) que le débit journalier moyen
annuel était le plus important alors que c’est sur celui de Saint-Siméon/Sagard (route 170) qu’il était le
moins important.
Traversant entre autres les principaux pôles d’activités de la région, c’est-à-dire Clermont et La Malbaie et
étant la seule route desservant la Côte-Nord, la 138 est la route qui accueille le plus de véhicules par jour.
En fait, en plus d’être une voie fortement utilisée par la population locale (importantes migrations
pendulaires pour le travail, les achats, etc.), elle est aussi empruntée annuellement par des milliers de
touristes, sans oublier tout le va-et-vient important occasionné par la circulation des véhicules lourds. En
raison, notamment, de l’implantation d’un casino d’État à La Malbaie, de la concentration et la prolifération
d’établissements touristiques (Manoir Richelieu, hôtels, motels, restaurants, auberges, etc.) et de
l’achalandage croissant du Parc national des Hautes-Gorges-de-la-rivière-Malbaie et du Parc marin du
Saguenay--St-Laurent, ce débit de circulation risque d’augmenter dans les prochaines années.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
266
LE RALENTISSEMENT DE LA CIRCULATION
À cet achalandage croissant des axes routiers, particulièrement de la route 138, s’ajoutent d’autres
éléments problématiques comme le ralentissement de la circulation dans certains secteurs. Précisons que
les problèmes de ralentissement de la circulation sévissent particulièrement lors de la période estivale
(saison touristique). Des files d'attente se forment généralement aux heures de pointe, aux feux de
circulation situés à l’intersection de la route 138 et du pont Leclerc (La Malbaie). Comme ce pont constitue
le seul accès pour se rendre vers la Côte-Nord, il se forme aussi des goulots d’étranglement dans l’autre
sens, par l’arrivée de véhicules provenant du secteur de Cap-à-l’Aigle (La Malbaie) et du chemin de la
Vallée (secteur de Rivière-Malbaie à La Malbaie). Les données du mois d’août 1999 (heure de pointe la
plus forte entre 15h30 et 16h30) révélaient la situation suivante au pont Leclerc : Du côté ouest les délais
moyens étaient d’environ 1 minute pour les usagers de la rue Trudel et de la route 362 et étaient de 20 à
30 secondes pour les usagers de la route 138. Les files d’attente pouvaient varier de 10 à 30 véhicules par
approches. Du côté est, les délais moyens étaient autour de 30 secondes pour les usagers qui désiraient
accéder au pont Leclerc. Les files d’attente pouvaient varier de 5 à 25 véhicules par approche. La réfection
du pont Leclerc maintenant à quatre voies, en 1998, a contribué grandement à la réduction du temps
d’attente dans ce secteur.
On observe également un certain ralentissement de la circulation dans les limites de la Ville de Clermont,
sur la route 138. Comme à La Malbaie aux approches du pont Leclerc et sur le boulevard de la Comporté
(la route 362), la densité de la circulation y est élevée. Le va-et-vient local, les touristes de passage et la
présence de plusieurs camions lourds contribuent à ce ralentissement.
On observe de plus des ralentissements qui peuvent être causés par la présence de véhicules lourds dans
des pentes critiques où l'absence de visibilité et le manque de voies lentes limitent les possibilités de
dépassement. L'absence de possibilités de dépassement sur certains tronçons de la route 138 peut
atteindre plusieurs kilomètres de long, augmentant ainsi l'impatience du conducteur et l'incitant à prendre
des risques. Cette particularité est imputable au relief très accidenté en certains endroits engendrant des
successions de pentes ascendantes et descendantes liées à des courbes prononcées ou alternées en
« S ». Le phénomène de pelotons est amplifié par une carence de possibilités de dépassement sur une
telle longueur.
LA VITESSE DE LA CIRCULATION
Les routes 138, 362 et 170 sont entrecoupées par différentes limites de vitesse déterminées par le
ministère des Transports en fonction de multiples critères tels que la vitesse pratiquée la géométrie, le
volume de circulation (DJMA) et la densité d'accès.
La carte des principaux axes routiers indique que 80 % de la route 138 peut être parcouru à une vitesse de
90 km/heure et que les vitesses de 50 km/heure et 70 km/heure correspondent aux traversées
d'agglomération de Clermont, La Malbaie Saint-Siméon, Baie-Sainte-Catherine.
En ce qui a trait à la route 362, 44 % de cette dernière peut être parcouru à une vitesse de 90km/heure.
Les vitesses de 50 et 70 km/heure correspondent au boulevard de Comporté, au secteur Bellevue
(jusqu'au golf du Manoir Richelieu) à La Malbaie et à la traversée de Saint-Irénée (jusqu'à la fin du chemin
Les Bains).
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
267
Pour ce qui est de la route 170, la vitesse affichée de 90 km/heure représente 98 % du tronçon. La vitesse
affichée de 50 km/heure peut être parcourue dans le pourcentage restant, soit à l'entrée nord de SaintSiméon.
Au cours des dernières années, selon les travaux de construction du MTQ améliorant le réseau routier
supérieur (élargissement, voie lente, etc.), plusieurs municipalités ont demandé des diminutions de limites
de vitesse de circulation. Ces demandes étaient basées sur des perceptions d'insécurité pour des tronçons
précis du réseau supérieur sur leur territoire respectif ou, encore, ces demandes visaient à répondre aux
attentes des commerçants localisés en bordure du réseau routier supérieur ou régional (routes 138 et
362).
Depuis 1993, sept demandes de changement de limite de vitesse ont été effectuées par trois municipalités
(Clermont, La Malbaie et Baie-Sainte-Catherine) pour la route 138 et quatre demandes par deux
municipalités (La Malbaie et Saint-Irénée) pour la route 362. De façon générale, pour la route 138, les
demandes avaient pour but l'abaissement de la vitesse de circulation à l'intérieur des limites municipales.
Pour La Malbaie, les demandes concernaient la diminution des limites de vitesse entre les deux
municipalités limitrophes, à savoir Clermont et La Malbaie alors que pour Baie-Sainte-Catherine, les
demandes concernaient le secteur de la rue Leclerc, jusqu'au quai du traversier. Les demandes
concernant la route 362 ont porté sur l'abaissement de la limite de vitesse sur le chemin Les Bains (SaintIrénée) et dans le secteur du Club de golf du Manoir Richelieu (La Malbaie). Dans la majorité des cas, le
MTQ a abaissé les limites de vitesse de circulation sans toutefois accorder les limites demandées par les
municipalités (dans la plupart des cas, une limite de 50 km/heure était demandée).
16.1.4
Camionnage lourd
LES VOIES EMPRUNTÉES
Chaque jour, des centaines de véhicules lourds transportant des marchandises diverses transitent sur le
territoire de la MRC de Charlevoix-Est à destination de la Côte-Nord. Le camionnage lourd représente
14 % du débit journalier moyen annuel de la route 138, soit 1 250 véhicules lourds par jour alors que la
moyenne du Québec est d'environ 10 %.
Jusqu’à tout récemment, deux choix s’offraient aux conducteurs de ces véhicules. Ils pouvaient soit
emprunter la route 138 d’un bout à l’autre de la région soit emprunter la route 138, faire une quarantaine
de kilomètres sur la route 362 et reprendre ensuite la route 138. Certains ont souvent opté pour le second
trajet parce qu’il leur permettait, entre autres, d’éviter le poste de vérification (pesée) situé sur la route 138,
quelques kilomètres à l’est de l’embranchement qui mène à la route 362. Cependant, l’étroitesse et la
sinuosité prononcée de cette dernière, combinées au fait qu’il y a de nombreux villages à traverser,
pouvaient rendre périlleux le passage des véhicules lourds. C’est en ce sens que la route 362 a été
interdite aux véhicules lourds en transit par le ministère des Transports du Québec. De cette façon, le trafic
lourd de transit est aujourd’hui confiné sur la route 138, route plus appropriée pour recevoir ce genre de
circulation. Pour ce qui est de la route 170, aucune interdiction de passage aux véhicules lourds en transit
n’y est rattachée. Plusieurs camions l’empruntent pour se rendre vers la région du Saguenay -- Lac-SaintJean.
Outre l’interdiction de passage aux véhicules lourds en transit sur la 362, à l’intérieur des municipalités de
Saint-Irénée et La Malbaie, il existe quelques restrictions concernant le camionnage lourd sur le territoire
de la ville de Clermont. Un circuit de camionnage local y a été planifié et aménagé afin de contrôler le
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
268
transit des camions lourds en direction de l’usine de pâtes et papiers Abitibi-Consolidated. La ville de
Clermont a aménagé une voie de contournement à partir de la route 138. Cette voie contourne la
montagne de la Croix et se rend jusqu’à l’usine. Le trafic lourd est canalisé en direction de l’usine, ce qui
empêche ainsi bien des désagréments (bruits, poussières, etc.) à la population installée en bordure des
rues utilisées autrefois par les véhicules lourds, à savoir les rues Lapointe, des Vingt-et-un, des Érables et
Saint-Philippe (interdiction de passage aux véhicules lourds de plus de 3 000 kg sur ces rues). Une autre
route a été aménagée afin de faciliter la sortie des camions et automobiles de ladite usine. Cette route se
situe entre l’usine et le parc industriel qui est adjacent à la 138. Le pont Menaud, à Clermont, a d’ailleurs
été élargi à cette fin.
Le transport lié à l’exploitation des ressources forestières représente aussi une préoccupation pour la MRC
due aux contraintes qu’il peut apporter aux résidants des routes concernées par ce transport, de même
qu’à l’infrastructure des routes elles-mêmes. Par exemple, les camions qui transportent du bois transitent
par le chemin des Lacs et empruntent des voies différentes selon leur destination. Ainsi, ceux qui vont vers
la scierie du Gouffre à Saint-Hilarion empruntent le chemin de la compagnie Abitibi-Consolidated (voie de
contournement) qui se rend à l’intersection de la route 138, puis s’orientent vers Saint-Hilarion. Quant à
ceux qui vont à destination de la scierie du Fjord au Petit Saguenay, ils empruntent le chemin des Lacs
puis le chemin du rang nord-est de la rivière Malbaie (chemin de la Vallée) -- chemin qui n’est pas conçu
pour supporter le transit des camions lourds -- jusqu’au pont Leclerc, pour emprunter la route 138 et par la
suite la route 170 à Saint-Siméon jusqu’au Petit Saguenay.
Enfin, le transport des matières dangereuses sur le territoire de Charlevoix-Est n’est pas sans inquiéter les
municipalités et leur population respective. Chaque année, sur la route 138, circulent en transit divers
produits tel de la dynamite (± 30 tonnes/année), de l’acide caustique et sulfurique (± 1 000 tonnes/année),
du nitrate (± 5 000 tonnes/année), de l’hydrocarbure (± 3 000 000 litres/année) et des bombonnes de
propane (± 4 000 000 litres/année) et d’oxygène (± 2 000 bombonnes/année). Des accidents impliquant
de telles matières ont déjà eu lieu à Clermont et La Malbaie (secteur Rivière-Malbaie). Le manque
d’informations à l’égard de ce genre d’accidents empêche souvent les municipalités d’améliorer la
planification de leurs mesures d’urgence.
LES GÉNÉRATEURS DE TRANSPORT LOURD
Actuellement, à l’intérieur des limites de la MRC de Charlevoix-Est, les principaux générateurs de transport
lourd sont surtout concentrés dans la Ville de La Malbaie, puis dans celle de Clermont. À La Malbaie, ces
générateurs de transport sont d’abord des entreprises de services, suivi d’entreprises reliées aux secteurs
d’exploitation de ressources naturelles, d’entreprises reliées aux productions agricoles et à l’entreposage,
d’usines de transformation et, enfin, de sites touristiques. À Clermont, les générateurs de transport lourd
sont des entreprises de transport ainsi que l’industrie dont notamment Abitibi-Bowater.
16.1.5
Bruit routier
Sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est, la problématique sonore, ou bruit routier, concerne les routes
138 et 362. Seules ces routes présentent des volumes de circulation relativement élevée et un niveau de
vitesse pratiquée susceptible de causer des contraintes sonores d’une certaine importance. À l’intérieur de
plusieurs zones urbaines (périmètre d’urbanisation), la circulation routière est aussi susceptible de susciter
des contraintes sonores appréciables en raison du débit de circulation, du trafic lourd de transit, de la
densité résidentielle et de la faible marge de recul des habitations par rapport à la route.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
269
La section de la route 138 étant la plus touchée par le bruit routier se situe entre La Malbaie et Clermont,
alors que la section de la route 362 la plus touchée par le bruit routier se situe à proximité du port de
Pointe-au-Pic.
La pratique de la motoneige est un sport ou une activité qui est très populaire dans la région. Plusieurs
sentiers sont aménagés et entretenus, permettant ainsi aux adeptes de circuler sur l'ensemble du territoire,
de façon indépendante à toute autre forme de circulation. Toutefois, en certains endroits, les motoneigistes
ont à traverser les routes 138, 362 et 170 pour passer d'un sentier à un autre. Sur le territoire de la MRC
de Charlevoix-Est, dix traverses « légales » (conformes) de motoneiges ont été répertoriées.
Tableau 16.3
Route
Chemin des Loisirs
Route 138
Chemin des Loisirs
Route 138
Route 170
Route 362
Route 138
Route 138
Route 170
Route 138
Traverses de motoneiges
Repère physique
300 m à l’intersection du chemin de la Vallée
420 m à l’ouest du passage à niveau / sortie ouest de la Coop. agricole
7,3 km au nord du rg Fraserville / sortie du chemin Donohue
343 m à l’ouest de la rue Vermont, près du garage H.-P. Boulianne
16,3 km à l’ouest de la route 138 / ancienne route 170
1,4 km à l’ouest de la rue Astrebel
400 m à l’est du passage à niveau / entrée Est de B.M.R.
À 95 m du débarcadère de la traverse Baie-Ste-Catherine/Tadoussac
4,2 km à l’ouest de la route 138, près du numéro civique 406
100 m à l’est de la rue Maisonneuve face au garage Marcel Tremblay
Nom du club
Les Aventuriers de Charlevoix
Les Aventuriers de Charlevoix
Les Aventuriers de Charlevoix
Les Aventuriers de Charlevoix
Les Aventuriers de Charlevoix
Les Aventuriers de Charlevoix
Les Aventuriers de Charlevoix
Club de motoneige du Fjord
Club de motoneige du Fjord
Club de motoneige Le Sapin d’or
Source : MTQ, Centre de service La Malbaie, 2010
Deux tronçons du sentier Trans-Québec traversent le territoire de la MRC, soit le sentier #83, qui relie la
région du Saguenay à la région de Charlevoix en passant par le secteur du Parc national des HautesGorges-de-la-Rivière-Malbaie, et le sentier #3 qui permet aux motoneigistes de découvrir le secteur de
l’arrière-pays, de la vallée de la rivière Malbaie jusqu’à la région côtière, en passant par la ZEC Lac-auSable, Port-au-Saumon, Saint-Siméon, la ZEC Buteux—Bas-Saguenay et Baie-Sainte-Catherine. Avec la
création du Parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie par le MDDEP, une partie du sentier
#83 a été relocalisée en vertu de la politique de ce ministère à l'égard de la circulation des motoneiges
dans les parcs nationaux (voir la carte Équipements et infrastructures récréatifs au chapitre 6).
On note aussi que l'utilisation des véhicules tout-terrain (VTT) s'avère très populaire et que les sentiers de
motoneiges et les chemins forestiers font l'objet d'une circulation croissante de VTT. Les VTT sont
autorisés dans les chemins publics à certaines conditions stipulées à la Loi sur les véhicules hors route et
à ses règlements. Les amateurs de VTT aimeraient se doter d’un réseau de sentiers qui serait destiné
spécifiquement aux VTT.
16.1.6
Voies cyclables
À la circulation motorisée (automobiles, camions et motoneiges) vient s’ajouter la circulation à bicyclette.
Le premier schéma d’aménagement identifiait le tracé projeté d’une voie cyclable dans le secteur de la
vallée de la rivière Malbaie. L’étude préalable à ce tracé était toutefois sommaire. En fait, à ce moment,
l’idée d’implanter une voie cyclable sur le territoire était conceptuelle, voire embryonnaire. Dans le présent
schéma, la MRC reprend l’idée et la développe davantage en cartographiant le tracé du réseau cyclable
(page suivante). Déjà, une première phase de ce réseau a été réalisée sur le territoire de la Ville de La
Malbaie, entre le port régional (mieux connu sous le nom de quai de Pointe-au-Pic) jusqu’au quai Casgrain
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
270
et dans la ville de Clermont : le parcours des Berges. Notons que la ville de La Malbaie a soumis au MTQ,
un projet dans le cadre du Programme d’aide financière aux modes de transport alternatifs à l’automobile
(PAGMTAA) pour la réalisation d’un tronçon cyclable qui reliera les villes de Clermont et de La Malbaie.
Carte 19
Tracé du circuit cyclable régional (2 plans)
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
271
Cet intérêt qu’a la région à se doter d’un réseau cyclable s’inscrit dans le contexte où une augmentation du
nombre d’utilisateurs de bicyclettes pour des déplacements utilitaires, mais surtout récréatifs ou sportifs, a
été observée depuis quelques années. Puis, parallèlement à cette augmentation, on constate aussi,
depuis quelques années, l’apparition de commerces de vente et/ou de réparation destinés aux cyclistes
locaux et aux cyclistes de passage dans la région, désireux de découvrir à vélo les attraits de Charlevoix.
Depuis quelques années, le Club Vélo Charlevoix organise différentes sorties où les adeptes du vélo sont
à même de découvrir différents circuits. Ceux-ci sont répertoriés et cartographiés dans une brochure
produite par l’Association touristique régionale de Charlevoix, en collaboration avec le Club Vélo
Charlevoix.
Enfin, la construction récente du chemin des Hautes-Gorges donnant accès au Parc national des HautesGorges-de-la-Rivière-Malbaie a été désigné voie partagée par le MTQ à partir du village de Saint-Aimédes-Lacs jusqu’au bâtiment d’accueil du parc. . Enfin, le tracé de la Route verte, inauguré en 2007,
emprunte la route 138 entre Saint-Siméon et Baie-Sainte-Catherine. Ce tronçon permet donc aux cyclistes
de découvrir d’autres parties de la MRC.
16.1.7
Transport adapté aux personnes handicapées
La MRC de Charlevoix-Est est mandataire, depuis 1988, du service de transport adapté aux personnes
handicapées qui a été implanté sur le territoire régional en octobre 1984. Pour l’application de ce service,
la MRC reçoit une aide financière du ministère des Transports du Québec (75 % de l’enveloppe
budgétaire). Six municipalités sont desservies par le transport adapté et près de 140 personnes
handicapées en bénéficient moyennant un tarif de 2.00$ pour l’aller et de 2.00$ pour le retour. Chacune
des six municipalités contribue financièrement (quote-part) à ce service, pour un total annuel de près de 18
000$ (environ 20% de l’enveloppe budgétaire). Le reste de la contribution provient de la vente des billets
aux usagers. En opération 52 semaines par année et 60 heures par semaine du lundi au samedi, ce
service est opéré par contrat et compte un (1) minibus. Annuellement, près de 80 000 km sont parcourus
d’un bout à l’autre du territoire. Un pont de transfert s’effectue par ailleurs le deuxième samedi de chaque
mois à Saint-Hilarion (MRC de Charlevoix), en collaboration avec le Transport adapté de CharlevoixOuest.
Avec les années, une augmentation du nombre d’usagers a pu être remarquée. Cette augmentation peut
entre autres s’expliquer par la désinstitutionnalisation des personnes handicapées intellectuelles du Centre
hospitalier de Charlevoix (Baie-St-Paul) qui sont placées dans des foyers d’accueil et qui sont appelées à
aller travailler à un point de service du Centre hospitalier, l’Atelier de la Baie, qui est situé à Baie-St-Paul.
Elle peut aussi s’expliquer par le virage ambulatoire qui fait en sorte que les personnes restent moins
longtemps à l’hôpital et doivent donc se déplacer pour des traitements ou autre chose (ex.:
physiothérapie). D’autres raisons, comme le vieillissement de la population et la géographie particulière de
la région (faible densité de la population répartie sur un vaste territoire) qui rend difficile la mise sur pied
d’un transport en commun peuvent aussi expliquer l’augmentation du nombre d’usagers du transport
adapté de Charlevoix-Est.
Il existe par ailleurs d’autres transporteurs adaptés qui sont associés aux clientèles du Centre de médecine
de jour, à la Commission scolaire de Charlevoix, etc. Cependant, il n’existe aucun lien entre ces
transporteurs, y compris le Transport adapté de Charlevoix-Est.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
272
Au cours de l’année 2004, la table de concertation (MRC de Charlevoix-Est, Taxi-bus Charlevoix, CLD de
Charlevoix-Est, CEGEP de Charlevoix, Association des personnes handicapées de Charlevoix, le MTQ,
Taxi-fauteuil mobile enr., Ressources sociocommunautaires de Charlevoix-Est) pour un projet de transport
collectif a procédé à une étude de faisabilité commerciale pour la mise en commun des ressources des
divers genres de service de transport collectif soit le transport adapté, le transport scolaire, le transport
interurbain et le transport par taxi. Ceci pourrait constituer une solution pour répondre aux besoins de la
population. Elle viserait à adapter les services de transport en fonction des particularités du milieu pour les
rendre disponibles à un plus grand nombre de personnes et à meilleur coût pour l’ensemble des
intervenants.
Tableau 16.4
Augmentation du nombre d’usagers du Transport adapté
Nombre de km
Personnes handicapées ambulatoires
Personnes handicapées en fauteuil roulant
Passagers réguliers
Passagers occasionnels
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
56 551
5 216
1 386
4 109
2 575
72 617
5 572
1 472
4 561
2 559
82 370
6 356
1 673
4 995
3 145
74 856
7 227
2 529
5 101
4 687
75 851
7 494
2 394
5 302
4 596
73 074
6 781
2 599
4 919
4 518
71 391
6 506
2 401
4 905
4 064
Variation
94/00 (%)
+20,79
+19,83
+42,27
+16,23
+36,64
Source : MRC de Charlevoix-Est, Transport adapté, 2001
16.1.8
Modes de transport collectif
TRANSPORT PAR TAXI
Pour ce qui est du transport par taxi, la MRC de Charlevoix-Est compte trois agglomérations de taxi.
L’agglomération de taxi de Saint-Irénée a un quota de deux permis, mais aucun titulaire n’y œuvre.
L’agglomération de taxi de Saint-Siméon (municipalités de Saint-Siméon et Baie-Sainte-Catherine) a un
quota de deux permis, mais un seul titulaire offre un service de transport par taxi régulier. Enfin,
l’agglomération de La Malbaie qui couvre les villes de La Malbaie et de Clermont ainsi que les
municipalités de Saint-Aimé-des-Lacs et Notre-Dame-des-Monts a un quota de 14 permis, mais on n’y
retrouve que sept titulaires de permis de propriétaire de taxi régulier.
TRANSPORT COMMUNAUTAIRE
À l’été 2000, un nouveau service de transport a fait son apparition pour répondre au problème du manque
de transport en commun dans la région. Il s’agit du taxi-bus qui se définit comme un service de transport
collectif assuré par des voitures taxis à partir de points d’embarquement et vers des points de
débarquement sur rues. Ce service s’appuie sur un système de demandes préalables des usagers par
réservation téléphonique et compte quarante points d’embarquement et de débarquement.
Le territoire desservi par le service de taxi-bus comprend les municipalités de Notre-Dame-des-Monts,
Saint-Aimé-des-Lacs, Clermont, Saint-Irénée, Saint-Siméon et La Malbaie (secteurs Sainte-Agnès,
Rivière-Malbaie, Cap-à-l’Aigle, Saint-Fidèle). Le service est offert à toute la population, mais les clientèles
visées sont surtout les étudiants, les retraités et les utilisateurs de services communautaires. Entre le
11 décembre 2000 et le 31 mars 2001, le service taxi-bus a répondu à 94 % des demandes de transport et
a effectué 1 005 transports.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
273
TRANSPORT INTERURBAIN
Huit points de service de la compagnie de transport interurbain INTERCAR sont situés sur le territoire de la
MRC de Charlevoix-Est. On les retrouve dans les municipalités suivantes: Baie-Sainte-Catherine, SaintSiméon (2), La Malbaie (4) (secteurs Saint-Fidèle, Cap-à-l’Aigle, La Malbaie-Pointe-au-Pic et SainteAgnès) et Clermont. INTERCAR offre des départs tous les jours (3/jour) à destination de Québec et de
Baie-Comeau.
TRANSPORT NOLISÉ
Avec l’implantation du Casino de Charlevoix en 1994, le transport nolisé a connu une hausse sur le
territoire de la MRC. Plusieurs autocars sillonnent la région annuellement en provenance de partout au
Québec.
L’industrie des croisières aux baleines est aussi un élément important pour expliquer la croissance du
nombre d’autocars nolisés sur le territoire de la MRC.
16.1.9
Sécurité
SECTEURS D'ACCIDENTS
Le nombre de voies de dépassement ou de quatre voies est malheureusement inégale dans Charlevoix.
En effet, les relevés que nous avons effectués en 2010 nous démontrent qu’entre le pont de ville de
Beaupré et Baie-Saint-Paul, la chaussée à 2 voies représente 16,9 % des 55 km entre ces deux villes
(83,1 % du kilométrage est constitué en 3 ou 4 voies) alors qu’entre Baie-Saint-Paul et Clermont c’est
exactement l’inverse puisque la chaussée à 2 voies occupe 84,3 % du tronçon. Cette situation induit, tel
qu’exposé précédemment, l'impatience du conducteur, l'incitant à prendre des risques. De plus, e
phénomène de pelotons est amplifié par une carence de possibilités de dépassement sur une telle
longueur. Ainsi, il importe de noter des problématiques sur le plan de la sécurité routière, selon le MTQ on
recense 15 morts et 415 blessés sur les routes de Charlevoix entre 2006 et 2008.
De plus, la problématique de la 138 implique un manque d’efficacité de la circulation des biens et des
personnes ainsi que l’atteinte à la notoriété d’excellence touristique de la région de Charlevoix-Est ce qui
corollairement constitue un handicap économique par rapport à d’autres régions du Québec.
Le tableau suivant recense le nombre et le type d’accidents survenus sur le territoire de la MRC.
Tableau 16.5
Accidents sur la route 138 dans la MRC de Charlevoix-Est (2006-2008)
Types d’accidents
Léger
Grave
Mortel
Total
115
8
8
130
Blessés Graves
0
10
4
14
Blessés Légers
159
7
5
173
0
0
11
11
Léger
Grave
Mortel
Nombre d’accidents
Décès
Caractéristiques selon les types d’accidents
Types de véhicules impliqués :
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
Total
(nombre)
Total
274
107
(%)
Automobile
82
13
12
41
63.4
Camion lourd
35
1
5
10
24.4
Motocyclette
9
1
0
4
6
Bicyclette
4
0
0
5
2.4
Non précisé
5
0
0
1
3
Cyclomoteur
1
0
0
Sèche
70
6
4
80
61.1
Mouillée
21
2
4
27
20.6
Enneigée
15
0
0
15
11.5
Glacée
7
0
0
7
5.3
Non précisée
2
0
0
2
1.5
En bon état
109
7
8
124
94.7
Réparation
0
1
0
1
0.8
Non précisée
6
0
0
6
4.6
Fatigue, Sommeil, Inattention
21
3
1
25
19.3
Animaux
3
1
0
4
3.1
Vitesse, imprudence et dépassement
dangereux
26
0
4
30
23.3
22
2
0
24
18.6
4
0
0
4
3.1
2
0
3
5
3.9
12
0
0
12
9.3
23
2
0
25
19.4
0.6
État de la surface:
État de la chaussée :
Premier facteur ayant causé l’accident
Pas cédé le passage
Alcool
Négligence du piéton/cycliste
Conditions météo/Visibilité
Autres
Source : Ministère des Transports du Québec, 2010
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
275
Un relevé des accidents, réalisé par le Service Inventaires et Plans du MTQ pour certains segments des
routes 138 et 362 a révélé des secteurs plus à risque sur le territoire, ces secteurs correspondent aux
secteurs prioritaires identifiés dans le présent schéma.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
276
Tableau 16.6
Données d’accidents entre 1994 et 1999 pour certains segments des routes 138 et
362
Tronçons
Site*
Accidents entre 1994-1999
Total
Route
DJMA
96
Longueur
des
sections
Mortel
Blessés
graves
Blessés
légers
Dommage
matériel
seulement
1
Nationale
5500
1,60
0
3
5
20
2
Nationale
5500
0,75
0
1
1
3
Nationale
3700
1,12
0
0
4
Nationale
3700
0,78
0
5
Nationale
3700
1,13
6
Nationale
4000
7
Nationale
8
Indice de gravité
94-96
97-99
28
1,90
3
5
2
1
0
4
0
1
4,51
0
2340
1,76
Nationale
2270
9
Régionale
10
Régionale
Taux
d’accident
Nbre
acc/km
94-96
97-99
94-96
2,88
1,56
1,35
9,4
8,1
0,0
3,20
0,00
1,11
0,0
6,7
3
0,22
2,25
0,22
0,44
0,9
1,8
2
6
1,26
2,25
1,26
0,63
5,1
2,6
2
10
13
1,09
1,63
1,09
1,75
4,4
7,1
0
0
0
0
0,00
0,00
0,00
0,00
0,0
0,0
0
0
0
1
1
0,00
1,00
0,00
0,22
5,5
0,6
2,00
0
3
7
20
30
1,91
2,.74
2,21
3,82
1,8
9,5
1470
0,55
0
0
3
0
3
3,50
3,50
1,13
2,26
2,2
3,6
1950
0,90
0
0
0
8
2
26
5
62
7
96
2,25
1,50
1,04
2,60
5,6
Source : MTQ, Direction de Québec, Service Inventaire et Plan
* Ces sites correspondent aux secteurs prioritaires définis à la section précédente
SECTEURS PRIORITAIRES
Dix secteurs prioritaires ont été identifiés dans le corridor routier des routes 138 et 362. La détermination
de ces secteurs a été initiée par la MRC, en concertation avec le ministère des Transports du Québec. Ces
secteurs peuvent se définir comme étant des parties de routes où la géométrie, les courbes, la topographie
et la visibilité des terrains riverains montrent des contraintes importantes à la localisation d’accès (entrées
privées) supplémentaires et à l’établissement de bâtiments résidentiels, commerciaux, industriels, etc. Ils
sont qualifiés comme étant prioritaires et il est urgent que le MTQ y intervienne et que la MRC et les
municipalités planifient leur développement. Il s'agit des secteurs suivants :
Route 138 :

1. Saint-Aimé-des-Lacs, lots 223 à 242 (inclusivement), concession du ruisseau des Frênes

2. Clermont, du lot 249 au lot 250, rang du ruisseau des Frênes et du lot 661 au lot 658
(inclusivement), rang du ruisseau des Frênes

3. La Malbaie, du lot 368 au lot 351 (inclusivement), rang du Cap-à-l’Aigle

4. La Malbaie, du lot 331 au lot 324 (inclusivement), rang du Cap-à-l’Aigle

5. La Malbaie, du lot 313 au lot 306 (inclusivement), rang du Cap-à-l’Aigle

6. La Malbaie, du lot 276, rang du Cap-à-l’Aigle, au lot 51, 1er rang du Port-au-Saumon

7. Saint-Siméon, du lot 18 au lot 13, rang I sud-ouest
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
97-99
277

8. Baie-Sainte-Catherine, du lot 25 au lot 20, rang II

9. Baie-Sainte-Catherine, du lot F (entrée de la rue Notre-Dame de l’Espace), rang B au lot 8, rang B
(au quai du traversier)

10. Baie-Sainte-Catherine, du lot 5-partie (ruisseau Sainte-Catherine) au lot F entrée de la rue NotreDame-de-l’Espace
Route 362 :

Saint-Irénée, lots 100 à 106 (inclusivement), concession St-Thomas
Ces sites font l’objet d’une cartographie ainsi que de règles spécifiques à l’annexe cartographique ainsi
qu’au chapitre 12 du document complémentaire.
SITES À RISQUE
Cinq sites particulièrement à risque ont été détectés par transport Québec, dans le cadre de la nouvelle
politique sur la sécurité dans les transports lesquels vont faire l’objet d’une étude de sécurité détaillée
pouvant mener à des correctifs jugés nécessaires. Cette détermination a été faite en considérant le
nombre d’accidents survenus de 1997 à 1999.
Tableau 16.7
Sites à risque
Route
Sites à risque d’accident
Municipalité
Nombre d’accidents
138
Dans la courbe de la rivière aux Canards
Baie-Ste-Catherine
11
138
Juste avant la traverse
Baie-Ste-Catherine
9
138
À l’est du pont Leclerc
La Malbaie
26
138
Entre Clermont et La Malbaie
La Malbaie
14
362
Côte Taft
La Malbaie
11
CÔTES À RISQUE
Vingt des vingt-trois côtes les plus à risque retenues lors de l’exercice d’identification réalisé pour
l’ensemble de la direction territoriale de Québec, suite à la tragédie des Éboulements, sont situés dans la
région de Charlevoix. De ce nombre, six sont sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est. Les critères
suivants ont servi à l’évaluation des côtes: sécurité (accidents), échauffement des freins, géométrie,
circulation et points durs.
Tableau 16.8
Côtes à risque, en ordre décroissant de risque
Côte
Anse-au-Sac et Balcer
Du Village Saint-Irénée
Bellevue
Cabot-Rivière-Malbaie
Fraserville
Du Calvaire (Jéhovah)
Des Jalins
Port-au-Saumon
Des Bretons
De la Rivière Noire
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
Municipalité
Saint-Irénée
Saint-Irénée
La Malbaie
La Malbaie
La Malbaie
Clermont
Cap-à-l’aigle
La Malbaie
La Malbaie
Saint-Siméon
Route
362
362
362
138
Chemin des Loisirs
138
138
138
138
138
278
Mange-Lard
Baie-des-Rochers
Du Traversier
Du Festival (traversier de Saint-Siméon)
Saint-Siméon
Saint-Siméon
Baie-Sainte-Catherine
Saint-Siméon
138
138
138
Rue du Festival
Source : MTQ, Direction de Québec, Service des inventaires et du Plan, 2001
ARRÊTS D’AUTOBUS (TRANSPORT SCOLAIRE)
Plus de 2 000 élèves sont transportés sur les routes 138 et 362 tous les jours. Ils montent ou descendent
de l’autobus dans des secteurs où le débit de circulation et la vitesse s’avèrent importants. De ceux-là,
environ 9 % se produisent dans des secteurs identifiés comme prioritaires.
16.1.9
Urbanisation aux abords des routes
GESTION DES ACCÈS
En raison du développement linéaire de
l’urbanisation qui a été longtemps privilégié,
particulièrement le long des routes 138 et 362, les
accès se font très nombreux. Ceci a pour effet
d’occasionner plusieurs problèmes de circulation
(accidents, ralentissements, etc.). En périphérie, on
remarque une prolifération des entrées aux lots
riverains. Ces entrées créent des points
d’interférence et perturbent le flot de la circulation.
Les constructions résidentielles, commerciales et
industrielles qui se sont implantées aux abords de
l’emprise des axes routiers principaux sont dotées
d’entrées privées et de stationnements souvent mal
définis par rapport à la route. La circulation locale qui
accède ou qui sort de ces entrées entre en conflit
avec la circulation de transit. Certains milieux
urbains (traversée d'agglomération, périmètre
urbain) s'avèrent problématiques. À ce titre, nous
relevons les secteurs suivants :
1)
du pont Leclerc jusqu’au centre administratif
de la Commission scolaire de Charlevoix à La Malbaie;
2)
le secteur même du pont Leclerc (à l'approche du pont, direction Est),
3)
la traversée de l'agglomération de Clermont;
4)
la traversée de l'agglomération de Saint-Siméon.
Tableau 16.9
Tronçon
Route 138
1
2
Nombre d'accès sur les routes 138 et 362
Distance
(km)
Débit
(véhicules)
Nombre de
voies
Accès
résidentiels
Accès commerciaux
Autres
accès
Total des
accès
11,46
3,88
3 480
6 180
2
2
44
20
5
9
25
19
74
48
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
279
3
4
5
6
7
TOTAL
Route 362
8
Route 170
9
GRAND TOTAL
6,95
9,03
17,57
7,13
37,18
93,23
8 930
7 180
3 650
3 640
3 650
-
4
2
2
2
2
-
100
204
65
87
174
694
156
20
8
21
14
233
4
24
6
9
37
124
260
248
79
117
225
1 051
20,09
1 640
2:
16,45 km
4:
3,64 km
145
26
13
184
37,30
1 180
2
131
970
9
268
5
142
145
1 380
Source : MRC Charlevoix-Est-
INTERSECTIONS
La forme de plusieurs intersections sur le territoire pose un problème de sécurité. Certaines sont à angle
de 900 par rapport aux axes principaux (route 138 et 362) alors que d’autres forment des angles en « Y ».
Ces dernières ne favorisent pas le ralentissement des véhicules qui empruntent la rue ou la route voulue.
Dans la plupart des cas, la visibilité à ces intersections est limitée.
Tableau 16.10 Intersections problématiques
MUNICIPALITÉ
INTERSECTION
AVEC
ROUTE 138
Rang du ruisseau des frênes
La Malbaie
LA PROJET DU MTQ
Réaménagement complet de l’intersection
Sainte-Agnès
Route de l’Église
Est de la Côte des Jalins
Amélioration de la visibilité et prolongation de la voie lente,
direction Est
Aménagement d’une voie commune des accès existants, côté
nord du lot 69 au lot 90 rang du Cap-à-l’Aigle
Réaménagement partiel de l’intersection
Intersection à l’Est du village
Bas de l’Anse
Rue de l’Aqueduc
Rue Leclerc
Intersection du quai des croisières
Fermeture de l’entrée est du village et aménagement d’une virée
Aucun projet
Correctifs mineurs à l’intersection
Réaménagement de l’intersection
Réaménagement prévu
Cap-à-l’Aigle Boulevard du Cap
Saint-Fidèle
Saint-Siméon
Baie-Sainte-Catherine
Baie-Sainte-Catherine
MUNICIPALITÉ
La Malbaie
Saint-Irénée
INTERSECTION AVEC LA ROUTE 362
Boulevard des Falaises
Réaménagement partiel de l’intersection
Ruisseau Jureux
Correctifs mineurs à l’intersection
ENCADREMENT VISUEL
Enfin, une autre source de préoccupation pour la MRC concerne l’encadrement visuel aux abords des
routes 138, 362 et 170. Dans les milieux urbanisés, le paysage riverain de ces routes présente parfois une
allure désordonnée et négligée. L’entreposage extérieur, l’affichage abondant, des stationnements non
aménagés et une mauvaise intégration architecturale de certains bâtiments altèrent la qualité de
l’encadrement visuel des corridors routiers.
Certaines parties de corridors routiers donnent un accès visuel à des sites dégradés tels que des
sablières, des cours de matériaux et d’équipements hétéroclites. Le tronçon urbanisé de Clermont jusqu’à
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
280
La Malbaie prend la forme d’un boulevard urbain où l’affichage, l’entreposage extérieur, les banderoles et
autres se multiplient, altérant considérablement la qualité visuelle de ce secteur.
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
281
Carte 20
Voies d’accès et services d’éducation
MRC de Charlevoix-Est
Schéma d’aménagement et de développement révisé – Connaissance territoriale
Juin 2011
283
En milieu rural, certains procèdent au remblayage de leur terrain jusqu’au niveau de la route, laissant des
espaces vacants non aménagés. Le développement de sites touristiques amène souvent, d’autre part, une
banalisation du paysage par un affichage surabondant et de grande superficie. Le secteur du quai de BaieSainte-Catherine, avec ses publicités pour les croisières aux baleines, en est un bel exemple. Un affichage
inesthétique et abondant entraîne souvent une complexité visuelle pouvant provoquer une confusion où
l’automobiliste éprouve des difficultés à se repérer et à s’orienter. Ces situations peuvent affecter, dans
certains cas, la sécurité du conducteur et des passagers, en plus de donner une mauvaise image du territoire
de la MRC.
PROJETS DE CONSTRUCTION ET DE RÉFECTION DES INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES
En ce qui a trait aux constructions et réfections des infrastructures routières prévues dans la planification du
MTQ sur le territoire, notons que la Direction territoriale de Québec prévoit entre autres plusieurs travaux de
construction et d’entretien de la route 138. Le tableau suivant fait état des projets planifiés par le MTQ.
Tableau 16.11 Projets planifiés par le MTQ au cours des cinq prochaines années
PROJETS
Route 362, St-Irénée
Réparation de pont, rivière Jean-Noêl
Route 138, La Malbaie (secteur Sainte-Agnès), Clermont et Saint-Aimé-des-Lacs
Reconstruction de route, ajout de voie auxiliaire, côte des Témoins de Jéhovah
Chemin des Loisirs, La Malbaie (secteur Rivière-Malbaie)
Reconstruction de pont, rivière Lac Gravel
Route 138, La Malbaie (secteur Sainte-Agnès)
Réaménagement d’intersection, chemin du Ruisseau-des-Frênes
Route 362, Saint-Irénée
Réaménagement de la traversée d’agglomération
Route 138, La Malbaie (secteur Rivière-Malbaie)
Ajout d’une voie auxiliaire du pont de La Malbaie jusqu’à la halte routière
Route 138, La Malbaie (secteur Saint-Fidèle)
Réparation de pont, rivière à la Loutre
COÛTS
440 000$
9 355 000$
300 000$
570 000$
2 025 000$
1 400 000$
200 000$
Source : MTQ, Direction de Québec
16.1.10 Voies de circulation constituant des contraintes à l’occupation du sol
La MRC détermine la route 138 comme constituant une contrainte majeure à l’occupation du sol à proximité.
En effet, pour son débit journalier élevé, la présence de camions lourds et son niveau de desserte d’intérêt
national, la route 138 induit des contraintes majeures pour la santé et le bien être des résidents riverains,
actuels et futurs. Ainsi des normes spécifiques à son corridor routier sont établies au chapitre 12 du document
complémentaire.
En ce qui concerne les routes 362 et 170, bien que constituant certaines contraintes à l’occupation du sol à
leurs abords, la MRC ne détermine pas ces contraintes comme majeures. Toutefois, des normes sont
également appliquées au chapitre 12 du document complémentaire.
MRC de Charlevoix-Est
PSADR-2 – Connaissance territoriale
Juin 2010
285
16.2
TRANSPORT FERROVIAIRE
16.2.1
Infrastructures ferroviaires
La MRC de Charlevoix-Est compte un chemin de fer faisant partie du tronçon Murray Bay. Ce tronçon, qui
relie la ville de Clermont à la gare de triage de Limoilou, parcourt une distance totale de 147 km le long de la
rive nord de l’estuaire du Saint-Laurent. Les points de vue qu’il offre sont uniques et exceptionnels et ce, tout
au long du trajet. Il fait partie du réseau de base qui a été établi par le ministère des Transports du Québec.
La ligne ferroviaire Murray Bay est la propriété du Groupe le Massif qui l’a acquise de la Société des chemins
de fer du Québec (SCFQ) en 2009.
La partie du tronçon Murray Bay qui couvre le territoire de la MRC traverse quatre municipalités, vingt-quatre
passages à niveau, trois ponts et une voie d’évitement. Elle s’étend par ailleurs sur une distance de 24 km.
Signalons également que sa proximité au fleuve St-Laurent l’expose aux vagues, aux fortes marées et aux
mouvements de glace, qui sont susceptibles de dégrader les infrastructures et les rails. Pour ce qui est de
l’état de la voie ferrée, notons que compte tenu de la dégradation de certaines de ses sections, les trains y
circulent à 30 milles à l’heure (vitesse maximale), 10 milles à l’heure en milieu urbain et 5 milles à l’heure
lorsqu’ils traversent des ponts. Deux déraillements ont eu lieu durant le printemps 1993 à La Malbaie.
L’ampleur de la dégradation de la ligne Murray Bay est importante et des travaux d’enrochement auront court
à partir de l’été 2010.
16.2.2
Usages aux abords de la voie ferrée
Les usages aux abords de la voie ferrée sont de différents ordres. Le tableau suivant montre la répartition de
ces usages. On observe que ce sont les usages résidentiels et commerciaux qui prévalent le long de la voie
ferrée, avec un pourcentage de près de 50 %. Selon l’horaire de circulation du train de la Société des chemins
de fer du Québec, il est à prévoir certains conflits entre l’infrastructure ferroviaire et les propriétaires des
bâtiments résidentiels situés aux abords de celle-ci en raison du bruit et des vibrations occasionnées par le
passage du train.
Tableau 16.12 Usages aux abords de la voie ferrée
LONGUEUR
DE LA VOIE
11,33 km
2,95 km
3 km
1,46 km
0,8 km
3,85 km
23,39 km
Total
USAGES
POURCENTAGE
Résidentiels et commerciaux
Commerciaux
Industriels
Récréatifs
Agricoles
Forestiers
48%
13%
13%
6%
3%
17%
100%
Source : MRC de Charlevoix-Est, Département d’aménagement
16.2.3
Utilisateurs et achalandage
Le principal client de la voie ferrée, à partir de Clermont, est la compagnie Abitibi-Bowater. On estime que
25 % du trafic de la voie ferrée est généré par cette compagnie. Cette dernière utilise la voie pour le transport
du papier journal et la réception de copeaux. Les autres clients sont BICC (Clermont), Uniforêt (Port-Cartier),
Kruger (Ragueneau, Forestville, St-Paul-du-Nord), Boisaco (Sacré-Cœur) et Produits forestiers Abitibi
Consolidated (Château-Richer, Petit-Saguenay).
MRC de Charlevoix-Est
PSADR-2 – Connaissance territoriale
Juin 2010
286
La voie ferrée a déjà aussi été utilisée par un train touristique reliant Québec à La Malbaie, dans le secteur du
Port de Pointe-au-Pic. Ce train était en service en saison estivale. Depuis 1996, l’opération du train touristique
a été abandonnée. Toutefois, des investisseurs privés se sont manifestés dernièrement pour opérer à
nouveau un train touristique, qui relierait Québec à La Malbaie. Il y a un projet actuellement pour faire du
chemin de fer une ligne touristique reliant Québec à Charlevoix en passant par la Côte-de-Beaupré et le
massif de Petite-Rivière-Saint-François.
En 1996, la Société des chemins de fer du Québec a aménagé, dans le parc industriel de Clermont, une
importante cour de transbordement pour le bois d’œuvre. Cette cour est la plus grosse cour de
transbordement de bois d’œuvre au Canada. Cet équipement intermodal est utilisé en quasi-totalité par des
entreprises de transformation de la Côte-Nord qui, avant l’ouverture de ce centre, devaient transporter leur
bois d’œuvre par fardier et utiliser la route 138 pour rejoindre Québec, Montréal, l’Ontario et les États-Unis. En
2000, ce passage du camion au train a permis d’éliminer l’équivalent de 10 000 fardiers, pleins ou vides.
Tenant compte de la voie ferrée on estime qu’il pourrait se transporter dix fois plus de wagons
qu’actuellement. C’est donc une infrastructure régionale sous-utilisée.
16.3
16.3.1
TRANSPORT MARITIME
Infrastructures maritimes
Sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est, le transport maritime se caractérise par la présence de dix quais
dont six sont sous la juridiction du gouvernement fédéral, trois sous la juridiction des municipalités et un
appartenant à la Société des traversiers du Québec.
Tableau 16.13 Juridiction des infrastructures maritimes du littoral
QUAI
Quai de l’Anse au Portage (Baie-Sainte-Catherine)
Quai de Baie-Sainte-Catherine (dans la baie)
Quai de la traverse Saint-Siméon-Rivière-du-Loup
Quai de la baie des Rochers
Quai de Port-au-Persil
Quai de Cap-à-l'Aigle
Quai Casgrain
Port régional de Pointe-au-Pic
Quai de Saint-Irénée
FONCTION
Traversier
Croisières d'excursion
Traversier
Récréative
Excédentaire
Récréative
Récréative
Industrielle et récréative
Récréative
JURIDICTION
Société des Traversiers du Québec (STQ)
Fédérale (Parc marin Saguenay-St-Laurent)
Société des Traversiers du Québec (STQ)
Municipale
Fédérale (Pêche et Océans)
Fédérale (Havres et ports Canada)
Municipale
Fédérale (Transports Canada)
Municipale
Source : MTQ, Direction du transport maritime, aérien et ferroviaire (DTMAF), 2010
* La Société des traversiers du Québec est gestionnaire du site en vertu d’une entente avec Transports Québec .
L’état de ces infrastructures maritimes varie d’un endroit à l’autre. Quelques-unes ont été rénovées (les deux
quais de Baie-Sainte-Catherine ainsi que la gare en 1999, deux des trois quais de Saint-Siméon (celui de
Baie-des-Rochers et celui du traversier), le quai Casgrain à La Malbaie, le quai de Saint-Irénée, le quai de
Pointe-au-Pic) alors que d’autres présentent des signes de dégradation avancée (le quai de Port-au-Persil à
Saint-Siméon, le quai de Cap-à-l’Aigle). Dans le cas du quai de Cap-à-l’Aigle, Travaux publics Canada a déjà
proposé à la municipalité de procéder à son enrochement. L’état des voies d’accès et/ou de l’accueil à ces
quais varie lui aussi d’un endroit à l’autre. Dans plusieurs cas, les accès sont inadéquats. Il en va de même
pour les aires de stationnement, la signalisation et les aménagements d’accueil et de découverte du milieu.
MRC de Charlevoix-Est
PSADR-2 – Connaissance territoriale
Juin 2010
287
Dans le cadre de sa Politique maritime nationale, le gouvernement fédéral souhaite céder aux milieux
régionaux (municipalités, utilisateurs, etc.), moyennant une compensation financière, les quais et les ports qui
appartiennent à Transports Canada. À cet égard, trois infrastructures étaient visées par cette politique sur le
territoire de la MRC, dont une qui a par la suite été déclarée comme étant excédentaire. Quant aux quais de
Pointe-au-Pic et de Cap-à-l’Aigle, les discussions se poursuivent actuellement entre le potentiel acquéreur, la
Société de gestion des infrastructures de transport de Charlevoix (SOGIT) et Transports Canada.
16.3.2
Différentes fonctions des quais
Les autres quais ont diverses fonctions. Le quai de Port-au-Saumon à La Malbaie (secteur Saint-Fidèle) qui a
été jugé excédentaire, sert aux visiteurs du Centre écologique Port-au-Saumon pour la découverte du fleuve.
Les quais de Baie-Sainte-Catherine (quai de l’Anse au Portage, aux abords de la rivière Saguenay) et de
Saint-Siméon (celui de la traverse) en ont une de lien interrégional. Ils sont le point de départ de traversiers et
assurent respectivement le lien entre Baie-Sainte-Catherine et Tadoussac et entre Saint-Siméon et Rivièredu-Loup. L’autre quai de Baie-Sainte-Catherine (dans la baie) a, quant à lui, une fonction récréotouristique fort
importante. Il sert de point de départ à des croisières d’observation des mammifères marins et autres attraits
du Parc marin du Saguenay-Saint-Laurent. Ce quai, par un achalandage estival important, génère une zone
d'interférence considérable à la circulation de transit sur la route 138.
Pour leur part, les quais de Saint-Siméon (celui de Baie-des-Rochers), de La Malbaie (quai Casgrain) et de
Saint-Irénée ont une fonction récréative. Le quai de Saint-Siméon constitue, avec le secteur environnant, un
point d’observation privilégié du Parc marin, le second (le quai Casgrain) a été transformé en halte routière et
en parc municipal alors celui de Saint-Irénée sert entre autres de halte pour la population locale. On y pêche à
la ligne. L’autre quai de Saint-Siméon (quai de Port-au-Persil) a été jugé excédentaire et est barricadé parce
qu’il peut représenter un danger pour quiconque s’y aventurerait. Il est cependant considéré comme étant lui
aussi un point d’observation (appelé « pôle de découverte ») privilégié sur le Parc marin du Saguenay-StLaurent et pourrait servir comme mise à l’eau pour les kayakistes.
Enfin, le quai de Cap-à-l’Aigle à La Malbaie (secteur Cap-à-l’Aigle) a une fonction récréative. Il est fréquenté
par les promeneurs et pêcheurs amateurs. Une capitainerie offre divers services aux utilisateurs d’une marina
de 55 emplacements située à proximité.
PORT DE POINTE-AU-PIC
Le port de Pointe-au-Pic est le premier port commercial à l’est du port de Québec. Il est facilement accessible
par voie ferroviaire et terrestre et il est relié entre autres au parc industriel de Clermont. Cette infrastructure
est accessible 12 mois par année, l’eau y étant libre de glace en tout temps. L’amplitude moyenne de la
marée est de 6.4 mètres. Le poste d’amarrage est de 120 mètres et est disponible pour les navires
commerciaux. Ce poste offre également un espace de manœuvre de 16 mètres. La profondeur est 7.9 mètres
avec une capacité portante de l’aire de chargement de 50 kPa.
Au niveau de la capacité d’entreposage, les entrepôts et installations sur le quai offrent 5 200 mètres carrés
en surface, soit 31 200 mètres cubes en volume à l’intérieur de l’entrepôt et 5 000 mètres carrés sur le quai.
Force est de constater toutefois que les installations portuaires et le terrain sur lequel se trouvent ces
infrastructures n’offrent que très peu de possibilités d’expansion. En effet, aucun agrandissement terrestre
n’est possible, ce qui constitue un problème pour l’avenir du port.
MRC de Charlevoix-Est
PSADR-2 – Connaissance territoriale
Juin 2010
288
Selon Statistique Canada, en 2009, 22 navires quittaient le port de Pointe-au-Pic, avec 98 778 tonnes
métriques de marchandise diverses, tandis qu’en 2008, 94 308 tonnes métriques étaient transbordées sur 20
navires. En 2007, 121 239 tonnes métriques ont transité par le port de Pointe-au-Pic, ce qui représente une
augmentation de 43 % par rapport à l’année 2006.Actuellement, le seul utilisateur commercial du quai est
l’usine Abitibi-Bowater de Clermont. Le port de Pointe-au-Pic dessert les marchés nationaux et étrangers en
tant que point de transbordement de papier.
Durant l’été 1997, des travaux de réfection du mur est du quai ont été réalisés de même que l’aménagement
d’un brise-lame pour permettre d’accueillir les bateaux d’excursion et de croisière et mettre un terminal
portuaire à la disposition des plaisanciers. Le secteur de la rue du quai a aussi été réaménagé. Dans le cadre
du processus de transfert du quai de Pointe-au-Pic par le gouvernement fédéral à la la Société de gestion des
infrastructures de transport de Charlevoix (SOGIT), le Manoir Richelieu, Loto-Québec, Développement
économique Canada et la Ville de La Malbaie ont procédé au réaménagement du secteur du port
(réaménagement de la face est du quai, des façades des maisons de la rue du Quai, construction d’un briselame et de divers mobiliers urbains). Un montant de 5 000 000$ a été investi dans le secteur du quai en 1997
et 1998.
Le port de Pointe-au-Pic présente un potentiel touristique et récréatif pour les navires de croisière ou de
plaisance, attiré par les sites enchanteurs du Manoir Richelieu et par le Casino de Charlevoix. Ce nouveau
complexe constitue la principale porte d’entrée nautique du réseau de plaisance de l’estuaire du St-Laurent et
du Parc marin du Saguenay-St-Laurent. Les principaux croisiéristes qui utilisent le port de Pointe-au-Pic dans
le cadre de leurs activités sont la Famille Dufour, Croisières AML, Croisières Charlevoix, A.C. Caribbean line
et M.S. Jacques Cartiers. Le port de Pointe-au-Pic constitue une infrastructure régionale importante et un
facteur de localisation industrielle essentiel afin d'assurer le développement et le maintien des activités
industrielles et commerciales de la région.
16.3.3
Traversiers
TRAVERSE BAIE-SAINTE-CATHERINE--TADOUSSAC
En raison de l'achalandage croissant de la circulation transitaire et touristique sur la route 138, le temps
d'attente a connu une augmentation et a généré des problèmes importants au cours des dernières années. La
Société des traversiers du Québec a apporté des solutions (ajout et allongement de bateaux). Cela a eu pour
effet d’améliorer la situation. Toutefois, avec notamment le développement du transport par camion, le
développement de la Côte-Nord, le projet hydroélectrique de La Romaine et du Parc marin du SaguenaySaint-Laurent, le problème risque de s’amplifier dans les années à venir.
TRAVERSE SAINT-SIMÉON--RIVIÈRE-DU-LOUP
La traverse de Saint-Siméon--Rivière-du-Loup connaît des difficultés reliées à la nouvelle Politique maritime
nationale et au fait que le quai de Rivière-du-Loup est dans un état de dégradation avancé par rapport à celui
de Saint-Siméon qui a été rénové en 1998. Avec le temps, cela pourrait provoquer un changement de
destination et un achalandage moindre qui risqueraient d’avoir des conséquences néfastes sur l'économie
touristique de Charlevoix-Est. De plus, d'autres traversiers inter-rives saisonniers (Escoumins—Trois-Pistoles,
Forestville—Rimouski) entrent en compétition avec celui du lien Saint-Siméon--Rivière-du-Loup. Malgré des
investissements importants (construction d'une gare et d'une aire de stationnement) effectués au cours des
dernières années et malgré le projet de réaménagement du quai de la traverse à Rivière-du-Loup, rien ne
nous indique qu'une priorité est accordée à la traverse Saint-Siméon--Rivière-du-Loup par rapport aux autres
MRC de Charlevoix-Est
PSADR-2 – Connaissance territoriale
Juin 2010
289
traverses. En ayant une telle garantie, la traverse de Saint-Siméon--Rivière-du-Loup pourrait développer son
service sur une base annuelle.
16.3.4
Projet de pont sur le fjord du Saguenay
À la demande et sous les pressions de nombreux organismes socioéconomiques de la Côte-Nord, le
ministère des Transports du Québec a déposé en décembre 1999 une étude d’opportunité relative à la
traversée de la rivière Saguenay entre Baie-Sainte-Catherine et Tadoussac. L’étude vise à déterminer les
interventions futures requises pour maintenir, sur un horizon de 20 ans, un lien routier efficace entre les
régions de la Côte-Nord et de Québec dans l’axe de la traverse de Baie-Sainte-Catherine/Tadoussac. Cette
analyse a permis de préciser la problématique de la Traverse et de définir des objectifs d’intervention
spécifiques. Trois solutions ont été dégagées, soient: l’amélioration de l’offre à la traverse, l’aménagement
d’un pont et la gestion de la demande et l’utilisation plus grande des traverses sur le St-Laurent. Ces solutions
ont été analysées des points de vue technique, financier et environnemental. Cette analyse a permis de
dégager trois scénarios d’intervention qui ont fait l’objet d’une analyse plus approfondie, d’une analyse
multicritères et d’une analyse avantages/coûts. Cette évaluation a permis d’élaborer et de recommander un
plan d’action.
En résumé, la construction d’un pont sur la rivière Saguenay aura des impacts prévisibles :
1)
sur l’emploi et l’économie locale;
2)
la déstructuration du village et de la zone agricole de Baie-Sainte-Catherine;
3)
sur les paysages naturels uniques à l’embouchure du fjord et sur les différentes ressources du Parc
marin du Saguenay-St-Laurent.
De plus, la présence d’un pont pourrait augmenter l’achalandage et la vitesse du camionnage lourd sur la
route 138 et avoir pour conséquence directe l’abandon de tous les efforts et projets visant l’intermodalité (rail,
bateau) pourtant encouragée par le ministère des Transports et inscrite à titre de priorité dans le plan de
transport de Charlevoix réalisé par le MTQ. La construction d’un pont réduirait à néant les récents
investissements et efforts effectués par la Société des Traversiers du Québec pour améliorer le service du
traversier (réf. : Plan stratégique Société des traversiers du Québec, p.16).
Sur le plan financier, l’étude stipule que « l’ensemble des solutions de pont engendre des coûts de beaucoup
supérieurs à ceux d’une amélioration de la traverse » (réf. : Plan stratégique Société des traversiers du
Québec, p. 223). Enfin, « sur la base de l’analyse avantage-coûts et dans le contexte actuel, le projet de pont
ne serait alors pas souhaitable du point de vue du bien-être collectif » (réf. : Plan stratégique Société des
traversiers du Québec, p. 339).
Bien que l’étude d’opportunité de décembre 1999 ne soit pas vraiment concluante pour la construction d’un
pont, le gouvernement a annoncé le 25 septembre 2001 une étude d’impact sur l’environnement d’un budget
de 2 millions de dollars. L’objectif principal du mandat d’étude est d’analyser la faisabilité technique,
économique et environnementale de plusieurs variantes de tracés pour l’aménagement du pont. Cette étude a
été rendue publique au mois d’août 2009. Il s'agirait d'un projet de près de 900 millions de $ qui comprendrait
une structure de quatre voies d'une longueur totale de deux kilomètres, ce qui en ferait le plus long pont
suspendu en Amérique du Nord, et le cinquième au monde. Le projet comprend aussi l'aménagement de
MRC de Charlevoix-Est
PSADR-2 – Connaissance territoriale
Juin 2010
290
routes d'approche à deux voies. L’analyse avantages-coûts arrive à un écart négatif de 89 millions de $. Le
gouvernement devrait décider de la suite des choses prochainement.
En octobre 2009 la MRC a adopté la résolution # 09-10-40 appuyant la construction du pont.
16.4
16.4.1
TRANSPORT AÉRIEN
Infrastructures aériennes
La MRC de Charlevoix-Est est desservie par un aéroport d’envergure régionale : l’Aéroport de Charlevoix. Il
est situé à Saint-Irénée, à environ dix kilomètres de La Malbaie. Il occupe une superficie de 103 hectares,
propriétés de la MRC de Charlevoix-Est depuis 1997 suite à la cession par Transport Canada dans le cadre
de la Politique nationale des aéroports. Suite à d’importants travaux réalisés en 2003-2004 au coût de 7
millions de dollars, la piste, les aires de stationnement et de circulation des aéronefs ainsi que l’aérogare ont
été complètement réaménagées. L’aérogare a une superficie de 160 mètres carrés, une salle d’attente, un
comptoir administratif, des toilettes publiques, un local pour les pilotes et pour la SOPFEU, une cuisine, une
salle de conférence, une aire d’embarquement ainsi qu’un entrepôt.
L’aéroport, classé par Transports Canada comme étant de catégorie locale-commerciale et de sous catégorie
III, ne compte par ailleurs qu’une seule piste. Cette dernière est pavée et s’étend sur 1 371 mètres de long par
45 mètres de large. Elle est équipée d’un système d’éclairage et de balisage lumineux (feux de bord de piste,
feux de seuil et d’extrémité, feux d’approche). L’aire de trafic offre une superficie de 8 050 mètres carrés. Des
équipements d’approche visuelle (ARCAL, PAPI, ODALS) et d’approche (non précision) NDB, VOR GPS et
météorologiques (PATWAS) permettent aux pilotes un atterrissage des plus sécuritaire pour ce type
d’aéroport. L’approvisionnement en carburant pour les aéronefs est disponible.
L’accès principal à l’aéroport est une route asphaltée de 0.5 km qui donne sur le rang Sainte-Madeleine. Pour
se rendre au Casino ou au centre-ville de La Malbaie, le voyageur qui quitte l’aéroport peut choisir entre deux
directions différentes :
1)
le chemin du rang Sainte-Madeleine en direction de la rivière Mailloux;
2)
le chemin du rang Sainte-Madeleine, en direction du rang Saint-Pierre et de la route 362.
16.4.2
Zonage aéroportuaire
La totalité des terrains environnants de l’aéroport est zonée agricole et certaines incompatibilités d’utilisation
sont à prévoir, car aucun zonage aéroportuaire n’existe dans le voisinage de cet équipement régional.
16.4.3
Péril aviaire
Tous les types d’oiseaux peuvent constituer un danger pour les aéronefs et causer des dommages
structuraux ou une perte de puissance des moteurs. Le péril aviaire est maximal sur les aéroports et dans leur
voisinage car c’est à proximité du sol que les oiseaux volent et où la circulation aérienne est la plus dense.
Pour bien des espèces d’oiseaux, les aéroports sont particulièrement attrayants parce que c’est là qu’elles
trouvent de grands espaces dégagés, des terrains gazonnés, des lieux de nidification et de repos d’où il est
facile d’obtenir de la nourriture et de l’eau.
MRC de Charlevoix-Est
PSADR-2 – Connaissance territoriale
Juin 2010
291
L’Aéroport de Charlevoix n’y échappe pas. Il est donc important de trouver des solutions permettant de
réduire l’attrait naturel que l’aéroport représente pour les oiseaux.
16.4.4
Utilisateurs et achalandage
Utilisé comme point de ravitaillement par plusieurs compagnies d'hélicoptères et de petits avions en transit
entre Québec et la Côte-Nord et comme aéroport de dégagement puisqu'il jouit d'un microclimat, l'Aéroport de
Charlevoix est utilisé par plusieurs compagnies privées (Abitibi-Bowater, BICC, Power Corporation) et
publiques (Sûreté du Québec, Hydro-Québec, MDDEP, MRNFP, etc.) ainsi que par le gouvernement fédéral.
L'aéroport est également fréquenté par des Américains ayant des résidences d'été dans la région, par des
compagnies faisant du nolisement, par des touristes, par les Forces armées canadiennes (Hercule C-130,
hélicoptères pour entraînement) et est utilisé lors de feux de forêt et pour des transferts médicaux. À l'été
1996 par exemple, lors des inondations qui ont surtout affecté le Saguenay-Lac-St-Jean, l'Aéroport de
Charlevoix a été d'une grande utilité. C'est en effet à partir de l'aéroport que l'on acheminait du matériel de
toutes sortes au Saguenay (câbles pour Bell Canada, etc.). Même chose lors des feux de forêt de 1991.
Dans les années 80, pas moins de 2 500 à 5 500 mouvements d'aéronefs par année ont été enregistrés à
l'aéroport. Ces mouvements ont connu leur apogée au début des années 80 avec 5 611 mouvements en 1980
et 5 095 en 1981. Puis, jusqu'en 1986, ils ont connu une régression presque constante. Une légère remontée
a été observée en 1987, mais les quelques années suivantes ont été marquées par des baisses. De 1994 à
1995, le nombre de vols (locaux et itinérants) a chuté de 7 % pour ensuite augmenter de 25 % en 1996. Cette
augmentation s’explique par l’établissement, cette année-là, d’une liaison aérienne Saint-Irénée/Montréal
(sept vols aller-retour par semaine). De 1996 à 1998, le nombre de mouvements a chuté de 31 %. Depuis
1998, les mouvements enregistrés à l’Aéroport de Charlevoix sont en hausse de 55 %.
La plupart des mouvements sont de l’extérieur (plusieurs jets d’affaires et vols nolisés). Ce sont des
mouvements à fortes retombées économiques (la durée de séjour dans les auberges ou autres est en
moyenne de 3 jours) contrairement à d’autres aéroports où l’on retrouve une majorité de mouvements locaux.
De plus en plus de mouvements sont reliés à des jets privés. Le trafic local est actuellement généré dans sa
quasi-totalité par trois aéronefs légers de type monomoteur dont les propriétaires habitent dans la région.
Tableau 16.14 Évolution du trafic local et itinérant de 1994 à 2000 à l’Aéroport de Charlevoix
Mouvements
Année
Locaux
Itinérant
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
Moyenne
429
401
504
432
427
754
737
526
1093
1018
1265
1050
792
1001
1157
1054
Total*
1522
1419
1769
1482
1219
1755
1894
1580
Écart annuel %
Charlevoix
-7
25
-16
-18
44
8
Autres
Aéroports
2
-1
3
n/d
n/d
n/d
n/d
Source : Transport Canada – Aéroport de Charlevoix
* Au total, on peut ajouter de 20 à 30% de mouvements supplémentaires puisque certains vols ne sont pas comptabilisés en raison des journées
et des heures d’opération de l’aéroport.
Un nouveau trafic attribuable à des générateurs potentiels de trafic est à prévoir au cours des prochaines
années. Ces générateurs potentiels sont : l’aérotourisme, le Casino de Charlevoix avec plus d’un million de
MRC de Charlevoix-Est
PSADR-2 – Connaissance territoriale
Juin 2010
292
visiteurs annuellement, le marché des congrès, l’écotourisme et l’aventure douce qui connaissent une forte
croissance.
16.4.5
Liaison aérienne Saint-Irénée/Montréal
L’apparition d’un casino d’État, l’ouverture permanente du Manoir Richelieu, les nombreux attraits touristiques
de la région et la promotion de ces derniers au niveau national et international ont par ailleurs favorisé le
développement de nouveaux marchés, accentués l’achalandage et permis, le 11 août 1995, l’établissement
d’une liaison aérienne Saint-Irénée/Montréal, liaison assurée par Air-Alma, à raison de sept vols (aller-retour)
par semaine. Après quatorze mois d'opération, cette liaison n'existe plus aujourd'hui, en raison d'une baisse
d'achalandage des usagers. Elle a pris fin le 10 octobre 1996.
16.4.6
Aérotourisme
En décembre 1996, la MRC de Charlevoix-Est a accueilli favorablement le dépôt (résultats préliminaires)
d'une étude sur l'aérotourisme. Cette étude, menée par la Chaire de tourisme de l'Université du Québec à
Montréal, découle en fait de la nouvelle Politique nationale des aéroports selon laquelle le gouvernement
cédera la propriété des aéroports aux municipalités. Comme pour la majorité des aéroports les revenus
(redevances d'atterrissage, location de locaux dans l'aérogare, vente de carburant, etc.) ne sont pas suffisants
pour leur assurer une autonomie financière. Il devient impératif de générer un achalandage supplémentaire
dans ceux qui sont touchés par la dévolution et, également, dans l'ensemble du réseau aéroportuaire
québécois. De cette manière, plus de revenus seront générés.
L'aéroport de Charlevoix est déjà viable en période estivale. Un achalandage supplémentaire lui permettrait
de prolonger la période d'ouverture (ouverture à l'année). Cet achalandage supplémentaire pourrait certes
être généré par l'aérotourisme qui se définit en termes d'activités se pratiquant dans les airs et de
déplacements par la voie des airs vers un lieu de résidence, effectué par des excursionnistes ou des touristes
sur une base privée ou sur une base commerciale. Les déplacements s'effectuent à l'aide d'un appareil volant
de 19 passagers ou moins, autre qu'un appareil militaire ou qu'un avion de ligne.
16.4.7
Perspectives d’avenir
Suite à la réfection globale des installations aéroportuaires un projet d’agrandissement de la piste est à
l’étude. Au total, 1 500 pieds y seraient ajoutés, portant la longueur de la piste de 4 500 pieds à 6 000 pieds.
L’aéroport pourrait ainsi accueillir de plus gros aéronefs tels que des Boeings 737, des Regional Jet de
Bombardier, des Fokker 28, etc. Ces avions peuvent transporter de 80 à 120 passagers. Des réactés de type
corporatif (jets d’affaires) pourraient aussi utiliser la piste de façon plus sécuritaire. Le projet d’agrandissement
de l’Aéroport de Charlevoix est évalué à près de 18 millions de dollars. Avec la réalisation d’un tel projet, le
marché potentiel de l’Aéroport de Charlevoix augmenterait significativement par rapport au marché actuel. Le
scénario le plus pessimiste présente un écart de seulement –7 % par rapport au marché actuel, alors que le
scénario réaliste correspond à une augmentation de 49 % et le scénario optimiste, à une augmentation de
presque 100 %.
MRC de Charlevoix-Est
PSADR-2 – Connaissance territoriale
Juin 2010
293
Tableau 16.15 Marché potentiel de l’Aéroport de Charlevoix en fonction du projet d’agrandissement
MARCHÉ POTENTIEL
Marché local
Trafic extrarégional
Trafic nouveau relié aux générateurs locaux
Total
Écart par rapport au marché actuel
NOMBRE DE MOUVEMENTS AVEC UNE PISTE DE 6000
PIEDS
SCÉNARIO
SCÉNARIO
SCÉNARIO
PESSIMISTE
RÉALISTE
OPTIMISTE
1 316
1 896
2 303
40
204
398
58
166
308
1 414
2 266
3 009
-7%
+49%
+99%
Source : ROCHE ltée Groupe-conseil, Étude portant sur le réaménagement de l’Aéroport de Charlevoix, 2000.
16.5
TRANSPORT INTERMODAL
Porte d’entrée de la Côte-Nord, rassemblant chemin de fer, aéroport régional en voie d’expansion, port
exempt de glace à l’année et 152 kilomètres de routes faisant partie des réseaux national et régional, la MRC
de Charlevoix-Est présente un potentiel intermodal indéniable.
Ce potentiel intermodal pourrait facilement se traduire par l’implantation d’entreprises industrielles majeures
en raison des quatre modes de transport présents. Des efforts sont faits en ce sens par des intervenants
locaux en développement régional (dont le Centre local de développement) afin d’attirer de nouvelles
entreprises.
16.6
BILAN DU TRANSPORT
Traversant les montagnes et les vallées ou longeant le fleuve St-Laurent, les routes 138, 170 et 362 sont les
principaux axes routiers du territoire de la MRC de Charlevoix-Est. La 138, qui fait partie du réseau national,
est la principale porte d’entrée des véhicules à destination du territoire de la MRC ou de passage en direction
de la Côte-Nord, en provenance de la région de Québec.
Chaque jour, des centaines de véhicules lourds transportant des marchandises diverses transitent sur le
territoire de la MRC de Charlevoix-Est à destination de la Côte-Nord.
Au cours des dernières années, plusieurs municipalités ont demandé des diminutions de limites de vitesse de
circulation. Ces demandes étaient basées sur des perceptions d'insécurité pour des tronçons précis du
réseau supérieur sur leur territoire respectif ou, encore, ces demandes visaient à répondre aux attentes des
commerçants localisés en bordure du réseau routier supérieur ou régional (routes 138 et 362).
Certains tronçons de route sont problématiques au niveau de la sécurité. Il peut s’agir de parties de routes où
la géométrie, les courbes, la topographie et la visibilité des terrains riverains montrent des contraintes
importantes à la localisation d’accès (entrées privées) supplémentaires et à l’établissement de bâtiments
résidentiels, commerciaux, industriels, etc. Ils sont qualifiés comme étant prioritaires et il est urgent que le
MTQ y intervienne et que la MRC et les municipalités planifient leur développement. Sur la 138, le
phénomène de pelotons est amplifié par une carence de possibilités de dépassement. De plus, un affichage
inesthétique et abondant entraîne souvent une complexité visuelle pouvant provoquer une confusion où
l’automobiliste éprouve des difficultés à se repérer et à s’orienter.
L’aménagement d’un réseau cyclable sur le territoire de la MRC constitue une priorité régionale. Déjà, une
première phase du réseau a été réalisée sur le territoire de la Ville de Clermont, le parcours des Berges et sur
le territoire de La Malbaie, entre le port régional (mieux connu sous le nom de quai de Pointe-au-Pic) jusqu’au
MRC de Charlevoix-Est
PSADR-2 – Connaissance territoriale
Juin 2010
294
quai Casgrain. Cet intérêt qu’a la région à se doter d’un réseau cyclable s’inscrit dans le contexte où une
augmentation du nombre d’utilisateurs de bicyclettes pour des déplacements utilitaires, mais surtout récréatifs
ou sportifs, a été observée depuis quelques années
La MRC de Charlevoix-Est compte un chemin de fer faisant partie du tronçon Murray Bay. Ce tronçon, qui
relie la ville de Clermont à la gare de triage de Limoilou, parcourt une distance totale de 147 km le long de la
rive nord de l’estuaire du Saint-Laurent. Ce chemin de fer est exposé aux vagues, aux fortes marées et aux
mouvements de glace, qui sont susceptibles de dégrader les infrastructures et les rails. L’état de la voie ferrée
est dégradé sur certaines sections. Le principal client de la voie ferrée, à partir de Clermont, est la compagnie
Abitibi-Bowater. La voie ferrée a déjà aussi été utilisée par un train touristique reliant Québec à La Malbaie,
dans le secteur du Port de Pointe-au-Pic et un nouveau projet en ce sens est sur le point d’émerger. Tenant
compte de la voie ferrée, on estime qu’il pourrait se transporter dix fois plus de wagons qu’actuellement; c’est
donc une infrastructure régionale sous utilisée.
Sur le territoire de la MRC de Charlevoix-Est, le transport maritime se caractérise par la présence de dix quais
dont six sont sous la juridiction du gouvernement fédéral, trois sous la juridiction des municipalités et un
appartenant à la Société des traversiers du Québec. L’état de ces infrastructures maritimes varie d’un endroit
à l’autre. L'avenir de ces quais, selon l’état physique de chacun et selon les revenus qu'ils génèrent, constitue
un enjeu de taille pour la MRC et les municipalités. Le port de Pointe-au-Pic est le premier port commercial à
l’est du port de Québec. Il est facilement accessible par la voie ferroviaire et terrestre et il est relié entre autres
au parc industriel de Clermont. Il constitue une infrastructure régionale importante et un facteur de localisation
industrielle essentiel afin d'assurer le développement et le maintien des activités industrielles et commerciales
de la région.
La MRC possède deux services de traversiers un reliant Baie-Sainte-Catherine à Tadoussac et l’autre, SaintSiméon à Rivière-du-Loup. En octobre 2009 la MRC a adopté une résolution appuyant la construction du pont
au dessus du Saguenay entre Baie-Ste-Catherine et Tadoussac.
La MRC de Charlevoix-Est est desservie par un aéroport d’envergure régionale, à savoir l’Aéroport de
Charlevoix. Il est situé à Saint-Irénée, à environ dix kilomètres de La Malbaie. Il occupe une superficie de 103
hectares, propriétés de la MRC de Charlevoix-Est depuis 1997 suite à la cession par Transport Canada dans
le cadre de la Politique nationale des aéroports. Utilisé comme point de ravitaillement par plusieurs
compagnies d'hélicoptères et de petits avions en transit entre Québec et la Côte-Nord et comme aéroport de
dégagement puisqu'il jouit d'un microclimat, l'Aéroport de Charlevoix est utilisé par plusieurs compagnies
privées (Abitibi-Bowater, BICC, Power Corporation) et publiques (Sûreté du Québec, Hydro-Québec, MENV,
MRNFP, etc.) ainsi que par le gouvernement fédéral. La totalité des terrains environnants de l’aéroport est
zonée agricole et certaines incompatibilités d’utilisation sont à prévoir, car aucun zonage aéroportuaire
n’existe dans le voisinage de cet équipement régional. Avec la réalisation du projet d’allongement de la piste,
le marché potentiel de l’Aéroport de Charlevoix augmenterait significativement par rapport au marché actuel.
Le potentiel intermodal de la MRC de Charlevoix-Est pourrait facilement se traduire par l’implantation
d’entreprises industrielles majeures en raison des quatre modes de transport présents.
MRC de Charlevoix-Est
PSADR-2 – Connaissance territoriale
Juin 2010
295

Similar documents

Plan d`aménagement

Plan d`aménagement Les cantons de Hampden, de Whitton et de Marston forment en 1861 une seule municipalité avec des représentants de chaque canton. C’est en 1874 que les 3 cantons se séparent en municipalités. Les ma...

More information