Le nouveau directeur général adjoint des services a pris ses

Comments

Transcription

Le nouveau directeur général adjoint des services a pris ses
Madame, Monsieur,
Jeudi 26 Février 2015 - n° 24
ce numéro d'Aix-Marseille Université Info est l'occasion de vous faire part de l'arrivée du nouveau directeur général
adjoint des services et de l'élection de nouveaux membres aux conseils centraux de l'établissement. Vous y trouverez
également des informations concernant le budget initial 2015, la campagne d'emploi et différents projets portés par
l'université.
Le nouveau directeur général adjoint des services a pris ses fonctions
Jean-Philippe Potier a rejoint le 8 décembre dernier l’équipe de la direction générale des services en tant que directeur
général adjoint.
Les directions et services placés sous son autorité hiérarchique sont : la direction des ressources humaines – la
direction des relations internationales – la direction des études et de la vie étudiante – la direction de la recherche et
de la valorisation – la direction opérationnelle des systèmes d’information – le SCASC. Il sera par ailleurs en lien
fonctionnel avec le SUFLE, le SUIO, le SUFA, le SUAPS et les Presses universitaires.
Nouveaux élus aux conseils centraux
Emilie Carretier, maître de conférences en Génie des procédés au sein de l’UFR Sciences, a été élue membre du Conseil
d’administration lors du scrutin du 16 décembre dernier. Elle est responsable du Master Génie des Procédés et mène
son activité de recherche au laboratoire Mécanique Modélisation et Procédés Propres.
Virginie Mercier, maître de conférences HDR à la faculté de Droit et de Science Politique, a pour sa part été élue
membre du Conseil d’administration lors du scrutin du 17 février 2015. Elle dirige l’Institut pluridisciplinaire de l’eau et
de l’environnement et le Master II Droit de l’environnement, de la sécurité et de la qualité de l’entreprise.
Eric Valerio a également été élu membre du Conseil d'administration lors du scrutin du 17 février 2015. Maître de
conférences en Mécanique à l'IUT d'Aix-Marseille, il effectue ses activités de recherche au sein du laboratoire IUSTI
(UMR 7343). Il dirige également le département Hygiène Sécurité Environnement situé à La Ciotat.
La commission Recherche a également organisé des élections partielles le 16 décembre 2014 et le 17 février 2015.
Ainsi, Philippe Moulin, Philippe Torchio pour le secteur pluridisciplinaire et Corinne Flicker pour le secteur ALLSH
siègent désormais au sein de cette commission.
Philippe Moulin, professeur des universités à l'IUT d'Aix-Marseille, est responsable de l'équipe Procédés membranaires
au sein du laboratoire M2P2. Il dirige le département Chimie de l'IUT.
Philippe Torchio, maître de conférences au sein de l'IUT, développe ses activités de recherche au sein de l'IN2MP. Il est
responsable du parcours optoélectronique au sein de la licence professionnelle Conception des systèmes électroniques
et optoélectroniques.
Corinne Flicker, maître de conférences HDR en littérature française au sein de l'UFR ALLSH, est rattachée pour ses
activités de recherche à l'unité de recherche CIELAM. Elle est par ailleurs chargée de mission Culture auprès du
vice-président Formation.
Comité technique
Suite aux élections en date du 4 décembre 2014, le Comité technique a été renouvelé avec la répartition suivante des
sièges :
SNPTES : 3 sièges
FNEC-FO : 2 sièges
CGT FERC Sup SNTRS : 2 sièges
FSU : 1 siège
SGEN CFDT : 1 siège
UNSA EDUCATION : 1 siège
Le comité technique s’est réuni deux fois à ce jour dans sa nouvelle composition.
La construction du budget initial 2015, fruit d’un travail complexe
La construction du budget initial d’Aix-Marseille Université pour l’année 2015 a été le fruit d’un travail complexe dans
un contexte financier difficile où l’établissement ne dispose notamment d’aucune visibilité sur la subvention pour
charge de service public dont il pourra bénéficier. AMU doit également faire face à la non compensation par l’État de
certaines dépenses de masse salariale à hauteur de 15 millions d’euros pour les deux années 2014 et 2015.
Un travail d’élaboration budgétaire minutieux a donc été mené de concert avec les composantes, les unités de
recherche et les directions centrales dans le respect des orientations fixées par la lettre de cadrage budgétaire du 2
septembre 2014 : accompagnement de la formation, soutien à la recherche, maîtrise des heures complémentaires et
maintien de la masse salariale, priorité aux mesures impactant l’hygiène et la sécurité des personnels et des biens,
déploiement du schéma directeur du numérique.
Le budget proposé a été approuvé par le recteur et la direction régionale des finances publiques, dans le cadre de leur
pouvoir de contrôle budgétaire, sous réserve de la mise en œuvre d’un plan de reconstitution du fonds de roulement
incluant maîtrise de la masse salariale et des dépenses de fonctionnement.
Le conseil d’administration a adopté le budget initial 2015 lors de sa séance du 9 décembre 2014 par 22 voix pour et 5
voix contre. Il s’établit à 731,1 millions d’euros, dont 520,7 millions de masse salariale.
Campagne d’emplois
Le 9 décembre 2014, le Conseil d’administration a également approuvé par 22 voix pour et 5 voix contre la campagne
d’emplois enseignants-chercheurs et BIATSS pour l’année 2015. Cette campagne s’inscrit dans le contexte national
financier tendu où par exemple un nombre non négligeable d’éléments de la masse salariale ne seront pas compensés
par l’État pour un montant estimé à 8,8 millions d’euros : le glissement vieillesse-technicité (évolution de carrière des
personnels titulaires en poste dans l’établissement), les cotisations de pensions civiles des emplois Sauvadet, la
revalorisation catégorielle des agents de catégories B et C l’État. Ainsi, cette campagne s’est prioritairement attachée à
un maintien de la masse salariale.
117 concours d’enseignants chercheurs seront ouverts au recrutement. S’agissant des personnels BIATSS,
l’établissement poursuit son engagement dans sa politique volontariste de titularisation des personnels contractuels au
titre de la loi Sauvadet avec l’ouverture de plus de 100 postes au concours, comme les deux années précédentes. Par
ailleurs, 52 postes sont ouverts aux concours de droit commun. Au total, ce sont 160 postes qui seront mis au
concours en 2015.
Schéma directeur du numérique
L'université a, au cours de l'année 2014, élaboré son Schéma Directeur du Numérique (SDN). Je vous avais présenté
dans un précédent AMU Info les grandes lignes de ce Schéma Directeur :
mobilisation de plus de 200 personnes : gouvernance, vice-présidents et chargés de mission, doyens
et directeurs de composantes, directions de services, enseignant-chercheurs, BIATSS et étudiants ;
52 projets identifiés et regroupés au sein de 4 axes stratégiques : pilotage, formation, recherche et
rayonnement d'AMU ;
un scénario de déploiement en 3 temps : projets 2015, projets 2016-2017 et projets 2018-2020.
Le SDN est à présent entré dans la phase de sa mise en œuvre opérationnelle. L'étude de soutenabilité
financière conduite dans le dernier trimestre 2014 a permis de préciser le plan pluriannuel de déploiement.
La liste des projets retenus pour 2015 ainsi que les modalités pratiques de leur mise en œuvre ont été
présentées lors de la réunion de lancement qui a eu lieu le 6 janvier 2015,
Pour l'année 2015, 26 projets seront traités, certains d'entre eux pouvant s'étaler sur plusieurs années. En
voici quelques exemples :
Axe pilotage : déployer un système d'information ressources humaines unique sur tout AMU ;
dématérialiser les documents, les processus et les procédures ; déployer un outil de pilotage des
activités et des services ; déployer un outil de prévention des risques santé-sécurité au travail ;
dématérialiser les dossiers médicaux des étudiants ; disposer d'un outil unique de gestion des salles
et des plannings ;
Axe formation : proposer un bouquet de services en ligne pour les étudiants ; renforcer la visibilité,
la lisibilité et l'attractivité de l'offre de formation ; mieux intégrer le cycle de vie de la formation ;
poursuivre le développement du numérique pour la pédagogie ; enrichir et diversifier les ressources
numériques pédagogiques ; mettre en place un dispositif antiplagiat ;
Axe recherche : renforcer le soutien aux chercheurs ; proposer des espaces de stockages sécurisés ;
développer le dépôt et la diffusion des publications en archives ouvertes ; faciliter l'accès aux thèses;
Axe rayonnement : renforcer le rayonnement externe ; renforcer l'appartenance à AMU ; disposer
d'une application AMU mobile ; investir les réseaux sociaux ; faire évoluer le site web d'AMU.
Un fonctionnement en mode projets a été mis en place afin de maîtriser le déploiement du SDN. Ainsi, pour chacun des
projets sont identifiés un chef de projet, un groupe projet et un comité de pilotage du projet. La vision transversale de
la mise en œuvre de tous les projets est assurée par le groupe projet SDN. Un personnel dédié (Assistance à Maîtrise
d'Ouvrage) est mis à disposition pour accompagner l'ensemble des acteurs impliqués dans le SDN. Ce dispositif a été
présenté à l'ensemble des chefs de projets le 12 janvier dernier.
La mise en œuvre du SDN va nécessiter l'investissement de multiples acteurs, de toutes catégories
professionnelles, au sein des services centraux, des services communs et des composantes. Les étudiants
sont aussi fortement impliqués. Des points d'étape seront réalisés régulièrement pour informer le Conseil
d'Orientation du Système d'Information et la gouvernance de l'avancée du déploiement du SDN.
Je tiens à rappeler ici l'enjeu majeur de ce schéma directeur du numérique qui est de maîtriser la mutation
numérique d'AMU, et ce en cohérence avec les orientations stratégiques de l'université.
Appel à projets Fonds d’intervention pédagogique
Aix-Marseille Université lance pour la deuxième année consécutive un appel à projets dans le cadre du Fonds
d’intervention pédagogique. Le Fonds d’Intervention Pédagogique (FIP) a pour objectif de valoriser les initiatives
innovantes et d’envergure dans le domaine de la formation et de la pédagogie. Les dispositifs financés visent à
renouveler les méthodes d’enseignement et de suivi des étudiants, et devront disposer d’un potentiel important de
diffusion à l’échelle de l’établissement. Doté cette année de 200 000 euros, le FIP s’adresse à toutes les composantes
de l’université.
La sélection des projets sera confiée à la Commission Formation et Vie Universitaire de l’établissement. Les projets
déposés pourront concerner des initiatives à l’attention de publics spécifiques (étudiants boursiers, étudiants en
difficulté, étudiants en situation de handicap...), des pratiques innovantes en matière de contrôle des connaissances,
des acquisitions de matériels à vocation purement pédagogique ou encore de nouveaux dispositifs d’accompagnement
vers la réorientation et l’insertion. Ils devront toucher un nombre important d’étudiants, s’inscrire dans une perspective
pérenne et afficher une certaine transversalité. La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 8 avril 2015.
Plan Vert
Le programme d’actions du plan vert, document d’orientation de la politique développement durable imposé par la loi
du Grenelle 1, a été présenté en Conseil d’administration lors de sa séance du 27 janvier 2015. Une vingtaine de
réunions menées au cours des 18 derniers mois a permis de proposer 37 fiches actions s’appuyant sur les 3 piliers du
développement durable : équité sociale, développement économique et impact environnemental. La démarche
transversale a rassemblé les différents services, directions et composantes de l’Université.
Cette première version du plan vert a ainsi permis d’identifier des actions en cours ou programmées d’ici 2017, en lien
avec le développement durable au sein d’AMU. On peut citer à titre d’exemple : achat durable, collecte sélective, plan
de déplacement, schéma directeur handicap, schéma énergétique patrimonial, cession d’ordinateurs sortis de
l’inventaire pour les personnels, organisation d’un événement développement durable avec les étudiants, médiateur de
l’Université, pôles de recherche et d’innovation interdisciplinaires, proposition d’un bonus développement durable.
Les actions identifiées et la démarche d’amélioration continue choisie pour l’élaboration de cette première version
doivent servir de document d’appui d’un plan vert 2017-2021 qui sera structuré en lien étroit avec le futur contrat
d’établissement et dans lequel le développement durable apparaîtra comme une mission transversale.
Aix-Marseille et la Méditerranée : défis et coopérations scientifiques
Les 12 et 13 février, à la Villa Méditerranée, s’est tenu le colloque international organisé par AMU sous l’égide de la
Fondation universitaire A*MIDEX, en lien avec ses partenaires CNRS, Inserm, IRD, CEA, APHM, Centrale Marseille et
Sciences Po Aix, et avec le soutien du Conseil Régional et de la Ville de Marseille.
Deux jours pendant lesquels quelque 350 participants français et internationaux se sont réunis pour assister aux
conférences et tables rondes animées par des enseignants chercheurs et chercheurs du site d’Aix-Marseille et leurs
partenaires du pourtour méditerranéen.
Dans la ligne de la stratégie internationale conduite par A*MIDEX, ce colloque visait à mettre en valeur et dynamiser la
coopération euro-méditerranéenne dans les domaines de la recherche, de la formation et de l’innovation. En réponse
aux grands défis du développement durable en Méditerranée, il s’agit de développer des partenariats pérennes entre
Aix-Marseille et ses partenaires des rives Nord et Sud de la Méditerranée, pour construire un avenir partagé.
Quatre grands thèmes ont été successivement abordés lors de ces deux journées, illustrés par la présentation de
projets conduits ou projetés :
Santé et accès aux soins
Climat, environnement et patrimoine
États, droits, sociétés
Ressources, énergies et ingénierie
En parallèle de ces sessions, afin d’enrichir le spectre des projets collaboratifs, 43 posters ont été présentés
en particulier issus des projets lauréats des différents appels à projets de la Fondation A*MIDEX,
notamment les 15 lauréats de l’appel International-Méditerranée 2014.
Le colloque s'est clos par une table ronde prospective, autour des perspectives et des moyens de la coopération
euro-méditerranéenne, afin de donner un nouvel élan à ces collaborations déjà riches.
Mission d’expertise sur les risques psychosociaux
Aix-Marseille Université s’engage dans une démarche de prévention des risques psychosociaux. Elle a mandaté pour ce
faire le cabinet CATEIS, expert agréé par le Ministère du Travail, afin de réaliser un diagnostic sur l’exposition des
personnels aux risques psychosociaux, en lien notamment, mais pas exclusivement, avec l’évolution de l’organisation
de la structure.
L’objectif de cette expertise sera :
D’identifier les facteurs susceptibles d’exposer le personnel aux risques psychosociaux,
De comprendre les mécanismes en jeu,
De mesurer les conséquences éventuelles sur les individus, sur les collectifs et sur le fonctionnement.
La démarche sera également une occasion privilégiée d’expression du personnel sur ses conditions de travail.
Enfin, cette expertise donnera lieu, dans un second temps, à des préconisations et un accompagnement à la mise en
place d’un plan de prévention des risques psychosociaux.
La méthodologie de l’expertise a été présentée au CHSCT et va l’être prochainement au groupe de travail interne sur
les risques psychosociaux. Elle inclura notamment une phase d’entretiens : collectifs tout d’abord (ils concerneront 500
personnes environ) sur la base d’un échantillon représentatif des différents personnels d’AMU, puis individuels, sur la
base du volontariat.
Des informations complémentaires vous seront données sur le calendrier de l’expertise et notamment sur les périodes
de déroulement des entretiens lorsqu’il aura été arrêté de manière définitive.
Le cabinet CATEIS garantit le respect de la déontologie. Ainsi, ses consultants sont tenus à une exigence de discrétion,
de confidentialité et de respect de l’anonymat.
Yvon Berland
Président d'Aix-Marseille Université

Similar documents