Avis Technique 20/12-244 Rupteurs RECTOR

Comments

Transcription

Avis Technique 20/12-244 Rupteurs RECTOR
Avis Technique 20/12-244
Rupteurs de ponts
thermiques pour planchers
Thermal breaks for floors
Tragende
Wärmedämmelemente
Rupteurs RECTOR
- THERMOMAX
- THERMOSTEN
- THERMOLIGHT
Titulaire :
Société RECTOR LESAGE S.A.
18, rue de Hirtzbach
BP 2538
68058 MULHOUSE CEDEX
Tél : 03-89-59-67-65
Fax : 03-89-59-67-66
Usine :
ISOBOX
5, rue de garenne
BP 62 34742 VENDARGUES Cedex
PLASTYROBEL
Rue du Champ Boby
63200 PESSAT VILLENEUVE
EURO PRODUCTION
7, rue de Nancy
68220 HESINGUE
KNAUF INDUSTRIE
Le haut montigne
35370 TORCE
Commission chargée de formuler des Avis Techniques
(arrêté du 21 mars 2012)
Groupe Spécialisé n°20
Produits et procédés spéciaux d’isolation
Vu pour enregistrement le 18 octobre 2012
Secrétariat de la commission des Avis Techniques
CSTB, 84 avenue Jean Jaurès, Champs sur Marne, F-77447 Marne la Vallée Cedex 2
Tél. : 01 64 68 82 82 - Fax : 01 60 05 70 37 - Internet : www.cstb.fr
Les Avis Techniques sont publiés par le Secrétariat des Avis Techniques, assuré par le CSTB. Les versions authentifiées sont disponibles gratuitement sur le site internet du CSTB (http://www.cstb.fr)
 CSTB 2012
Le Groupe Spécialisé N° 20 "Produits et procédés spéciaux d’isolation" de la
Commission chargée de formuler les Avis Techniques, a examiné le 29 mars 2012
les composants de construction portant la dénomination commerciale «Rupteurs
RECTOR» présentés par la société RECTOR. Il a formulé sur ces composants l'Avis
Technique ci-après, après consultation formelle du Groupe Spécialisé n°3
(Structures, ossatures et autres composants structuraux). Cet Avis annule et
remplace l’Avis Technique 20/06-111.
1.
1.1
Définition succincte
Description succincte
Les « Rupteurs RECTOR » sont des entrevous spécifiques en matériau
isolant qui associés au plancher à poutrelles « RECTOR » (hors gamme
de poutrelles NR 900 sans coutures) permettent de réduire le pont
thermique de la liaison entre le plancher et le mur dans le cas
d’isolation par l’intérieur.
Les Rupteurs RECTOR existent en 3 gammes :
 Thermomax
 ThermoSten
 ThermoLight.
Les Thermomax et les ThermoSten qui séparent la partie courante du
plancher du chaînage périphérique interrompant la dalle de répartition
et pour lequel les liaisons sont conservées ponctuellement entre le
plancher et les murs pour les besoins de contreventement. Les Thermomax et les ThermoSten doivent être recouverts par des éléments de
doublage intérieur dont l’épaisseur est au minimum de 80 mm.
Les ThermoLight pour lesquel la liaison entre le chaînage et la table de
compression est continue.
Les 3 gammes se déclinent en 2 modèles qui peuvent être disposés en
rive, parallèlement aux poutrelles (dénomination R), ou en about de
poutrelles (dénomination A).
1.2
Identification
Les éléments sont identifiés par étiquetage indiquant la dénomination
commerciale et le type du rupteur.
2.
2.1
Avis
Domaine d'emploi accepté
Les « Rupteurs RECTOR » sont destinés aux planchers sur vide sanitaire, aux planchers intermédiaires entre locaux chauffés et aux planchers hauts de maisons individuelles de la 1ère famille (au sens de
l’arrêté 31 janvier 1986) isolées par l’intérieur. Ces maisons individuelles comportent au plus un rez-de-chaussée, un étage et un comble
perdu, construits sur un terre plein, un vide sanitaire ou sur un soussol. Son utilisation en plancher de toiture terrasse ou en plancher bas
sur sous-sol est exclue.
Pour ces bâtiments, relevant de la catégorie d’importance II au sens
de l’arrêté du 22 octobre 2010, le procédé est utilisable dans les zones
de sismicité 1, 2, 3 et 4 selon le décret 2010-1254 du 22 octobre
2010.
De plus, pour les zones de sismicité 3 et 4, l’ouvrage doit remplir les
conditions du paragraphe 1.1 de la norme NF P 06-014 dites Règles
PS-MI 89 révisées 92 et être dimensionné suivant les dispositions de
cette norme.
En zones sismiques les planchers ont comme dimensions maximales
8,20m (dans la direction de portée des poutrelles) par 10m. Les hauteurs d’étages sont limitées à 2,80 m.
le plancher et le mur, dans le sens perpendiculaire aux poutrelles,
doivent avoir un entraxe maximal de 1,2 m.
Utilisation en zone sismique
La stabilité du procédé en zone sismique est assurée dans les conditions de conception et de mise en œuvre précisées dans le Cahier des
Prescriptions Techniques et le Dossier Technique ci-après.
La résistance aux actions sismiques horizontales doit être assurée par
les façades et pignons qui constituent, associés aux refends, les éléments verticaux de contreventement. L’aptitude à l’emploi du procédé
en zone sismique a été appréciée en utilisant une accélération nominale aN de 2,5 m/s2 au sens des règles PS 92. Cette justification est
compatible avec l’utilisation du procédé en zones de sismicité 1 à 4
selon l’arrêté du 22 octobre 2010 modifié.
Les façades munies du procédé de Rupteurs RECTOR participent au
contreventement global de l’ouvrage, dans les conditions fixées au
paragraphe 2.31 du CPT du présent Avis.
Sécurité au feu
Dans le domaine d’emploi visé (maison individuelle 1ère famille, hors
plancher sur sous-sol), il n’y a pas d’exigence réglementaire en matière de résistance au feu. Le plancher séparatif entre locaux habitables doit cependant conserver, pendant une durée d’un quart
d’heure, sa fonction d’étanchéité vis-à-vis des risques de dégagements
de gaz toxiques vers les niveaux supérieurs (article 16 de l’arrêté du
31 janvier 1986). Pour assurer cette étanchéité, si les rupteurs Thermomax ou ThermoSten sont en contact direct avec le doublage inférieur ou supérieur, ce dernier doit obligatoirement être en laine
minérale sur au moins une face du rupteur. Par ailleurs, le Thermomax
ou le ThermoSten ne doivent pas être directement exposés à
l’ambiance du plénum. Les dispositifs proposés dans le Dossier Technique (écran protecteur par laine minérale ou plâtre en sous-face)
répondent à cet objectif. Les rupteurs sont réalisés en polystyrène (M1
ou A2), ce classement n’est cependant pas exigé dans le domaine
d’emploi accepté.
Isolation thermique
Les 3 « Rupteurs RECTOR » permettent de corriger les ponts thermiques créés notamment par la continuité des éléments en béton de la
dalle vers le chaînage du mur. La correction est due à l’insertion de
matière isolante entre le plancher et le chaînage périphérique. Dans le
cas du Thermomax et du ThermoSten, la table de compression est
interrompue partiellement alors que dans le cas du ThermoLight, la
table de compression reste continue. Ainsi les coefficients de transmission linéiques sont plus faibles pour les jonctions avec Thermomax et
ThermoSten que pour les jonctions avec ThermoLight. Les valeurs
courantes de la transmission linéique  W/(m.K) sont données dans les
tableaux de l’Annexe XII selon l’étude du CSTB n° DER/HTO 2011-159
-FL/LS du 18 Juillet 2011. Pour les configurations non décrits dans
cette annexe, les coefficients de ponts thermiques doivent être déterminés selon les modalités du fascicule 5 des règles Th-U
Le contrôle de la masse volumique est suffisant pour justifier de la
performance thermique du système constructif.
Le demandeur tiendra à jour et communiquera au CSTB la liste des
usines productrices.
L’avis technique étant valable pour les maisons individuelles de la
première famille (classement relatif à la protection des bâtiments
d’habitation contre l’incendie d’après l’arrêté du 31 janvier 1986), un
affichage sur la trappe de visite des combles, est obligatoire pour
avertir d’un aménagement éventuel des combles perdus sur étage
(extension par surélévation).
Isolation acoustique
2.2
 Sol : tout type de revêtement de sol. Une bande d’étanchéité à l’eau
à base de joint souple doit être posée préalablement entre le doublage et le plancher brut, pour assurer le calfeutrement entre les
rupteurs Rector et les complexe de doublage.
2.21
Appréciation sur le procédé
Aptitude à l'emploi
Stabilité
Les planchers à poutrelles RECTOR participent à la stabilité de
l’ouvrage. L’incorporation des 3 gammes de « Rupteurs RECTOR »
n’altère pas la reprise des charges verticales. Cependant dans le cas
du Thermomax et du ThermoSten, elle transforme la liaison continue
mur/plancher en une série de liaisons ponctuelles qui doivent assurer
la transmission des efforts horizontaux. Les liaisons ponctuelles entre
2
Compte tenu du domaine d’emploi visé (maison individuelle, 1ère
famille) il n’y a pas d’exigence minimale réglementaire en matière
d’isolement acoustique à satisfaire.
Finitions
 Plafonds : Soit un enduit plâtre traditionnel avec un grillage conforme à norme NF P 71-202 qui recouvre la sous-face des rupteurs
et déborde d’au moins 20 cm sur la zone des entrevous, soit un
plafond suspendu selon le DTU 25.41 avec la mise en place d’une
bande de laine minérale en rive entre la face inférieure du « Rupteurs RECTOR » et le plafond. La pose du doublage avant le plafond
suspendu n’est envisageable qu’avec un doublage en laine minérale.
20/12-244
La mise en place d’un enduit plâtre traditionnel en sous-face du rupteur peut conduire à des fissures de l’enduit, malgré la présence du
grillage.
ρ0 : coefficient majorateur
 Enduits extérieurs : mise en œuvre conformément aux prescriptions
du DTU 20.1 partie 1 (article 3.3.2) pour les maçonneries avec doublage par l’intérieur.
ρ : coefficient d’amortissement
τ : coefficient topographique
 Doublage de murs : doublage conforme au DTU 25.42 sous réserve
d’appliquer les dispositions décrites dans le Dossier Technique concernant la nature de l’isolant.
Données environnementales et sanitaires
Il n’existe pas de Fiche de Déclarartion Environnementale et Sanitaire
(FDES) pour les procédés « Rupteurs RECTOR ». Il est rappelé que les
FDES n’entrent pas dans le champ d’examen d’aptitude à l’emploi du
procédé.
2.22
Durabilité / Entretien
La fabrication des « Rupteurs RECTOR » est similaire à celle des entrevous en polystyrène moulé ou découpé. Elle est soumise aux mêmes
contrôles dimensionnels que les entrevous en polystyrène standard. La
durabilité des « Rupteurs RECTOR » est équivalente à celle des entrevous en polystyrène expansé couramment utilisés dans la construction
des bâtiments. Ils ne nécessitent pas d’entretien spécifique.
2.23
Mise en œuvre
La mise en œuvre des « Rupteurs RECTOR » est similaire à celle des
entrevous en polystyrène. La livraison des poutrelles est systématiquement accompagnée d’un plan de préconisation de pose qui fournit
les informations nécessaires à la mise en place des rupteurs.
La sécurité de travail sur chantier peut être normalement assurée
moyennant l’emploi de méthodes et de dispositifs de manutention
adaptés aux dimensions, au poids et à l’encombrement des éléments
ainsi que d’équipements classiques pour la mise en place de tels planchers.
Il est rappelé sur les guides d’utilisation et les plans de pose qu’il est
interdit de marcher sur les « Rupteurs RECTOR ».
2.3
Cahier des prescriptions techniques
particulières
2.31
Conception et calcul des ouvrages
Les « Rupteurs RECTOR » sont fabriqués, mis en œuvre et utilisés
conformément au titre I du Cahier des Prescriptions Techniques Communes aux procédés de planchers (CPT ‘planchers’) et aux prescriptions particulières complémentaires de l’Avis Technique « RECTOR ».
Le calcul des caractéristiques d’isolation thermique des liaisons est
effectué conformément aux Règles Th-U 2007.
Le dimensionnement des liaisons au chaînage doit prendre en compte
la concomitance des efforts tranchants dans le plan du plancher avec
les sollicitations axiales (traction ou compression). Ces sollicitations
résultent du fonctionnement en diaphragme du plancher et de sa
liaison tirant buton avec la façade. Les liaisons doivent être susceptibles d’équilibrer les actions sismiques ainsi que l’effet du vent (ancrage de la façade), en considérant, en situation accidentelle, un effort
horizontal de 600 daN/m² appliqué aux façades.
2.32
RD(T) : spectre de dimensionnement normalisé
q : coefficient de comportement
 Surcharges d’exploitation de 150 daN/m².
Dispositions constructives :
 L’ancrage de toutes les armatures doit être assuré avec une longueur de scellement 30% supérieure.
 L’enrobage de toutes les armatures doit être assuré au dessus des
hourdis.
 Lorsque l’article 3 de l’arrêté du 22/10/2010 impose l’application
des règles de construction parasismiques, le traitement des trémies doit respecter les prescriptions suivantes :
Lorsque le plancher présente une trémie, le bâtiment est de forme
sensiblement rectangulaire. ; les limitations dimensionnelles de ces
planchers résultent des limitations données au §2.32 du présent Avis ;
Chaque plancher ne doit comporter qu’une trémie au plus ;
Les dimensions et positions des trémies sont indiquées en Annexe IX
du Dossier Technique établi par le demandeur ; les cas non décrits en
Annexe IX doivent faire l’objet d’une étude particulière ;
Les trémies doivent respecter les prescriptions de l’article 3.7.2.1 des
règles PS-MI 89 révisées 92 (dimensions et armatures complémentaires) ;
Toute étude sur le traitement des trémies doit tenir compte que la
présence de trémies perturbe le mécanisme de stabilité en voute et
qu’il convient de s’assurer du cheminement des efforts de compression
dans la voute de décharge au niveau du plancher et jusqu’aux chaînages périphériques. Par ailleurs, les connecteurs doivent être renforcés pour tenir compte de la suppression de certains connecteurs ou
des effets de torsion induits
2.33
Mise en œuvre
Les rupteurs ThermoSten pour plancher polystyrène Rector sont des
éléments spécifiques qui sont seulement utilisables avec les entrevous
polystyrène Rector.
Pour la pose des rupteurs de rive, la poutrelle de rive doit être parallèle au mur et l’écart de parallélisme ne doit pas excéder 1 cm sur la
portée de la poutrelle.
La mise en œuvre des « Rupteurs RECTOR » d’about ne peut être
envisagée qu’au droit des murs perpendiculaires aux poutrelles.
Moyennant la découpe de la partie en débord, il est possible de réaliser
la pose jusqu’à une déviation limitée à 4 % sur la perpendiculaire à
l’axe des poutrelles.
Utilisation en zone sismique
L’utilisation du procédé en zone sismique est conditionnée par le respect des prescriptions suivantes établies suivant la norme NF P 06-013
dites Règles PS 92. Les cas non décrits dans ce paragraphe ne sont
pas visés par cet Avis Technique et nécessitent une étude spécifique
faite par un bureau d’études spécialisé selon l’Eurocode 8 avec
l’assistance technique du titulaire :
Hypothèses générales :
 Le domaine d’emploi visé est la maison individuelle au sens des
règles PS-MI 89 révisées 92, avec au plus deux niveaux (un sous
sol plus rez-de-chaussée ou un rez-de-chaussée plus un étage).
 Les planchers se limitent aux planchers visés dans le domaine
d’emploi du présent Avis.
 La somme du poids propre du plancher et des surcharges permanentes ne doivent pas excéder 440 daN/m²

Les planchers à poutrelles RECTOR utilisés ont pour épaisseur
12+4, 13+4, 16+4 et 20+4 avec entrevous creux en béton et
dalle de compression en béton d’épaisseur 4cm ; les planchers ont
comme dimensions maximales 8,20m (dans la direction de portée
des poutrelles) par 10m ;
 Les murs se limitent aux murs assurant la rigidité et la raideur
nécessaire à la bonne tenue en service de l’ouvrage. Le poids du
mur par unité de surface de paroi n’excède pas 3 kN/m².
Hypothèses de calculs :
 Les situations de projet doivent justifier d’un coefficient global
d’au plus 1,10 pour le calcul de la force statique équivalente au
sens de la NF P 06-013, les coefficients étant :
20/12-244
3
formes différentes dans la mesure où l’on dispose d’une densité équivalente de murs porteurs.
Conclusions
L’utilisation du système dans le domaine d’emploi est appréciée
favorablement.
Appréciation globale
Validité 5 ans
Jusqu’au 31 mars 2017.
Pour le Groupe Spécialisé n° 20
Le Président
Cet Avis Technique a fait l’objet d’une consultation du GS 3 pour les
aspects structuraux lors du comité du 15 décembre 2010.
L’Avis Technique étant uniquement valable pour les maisons individuelles de la première famille (classement relatif à la protection des
bâtiments d’habitation contre l’incendie d’après l’arrêté du 31 Janvier
1986), un affichage sur la trappe de visite des combles, est obligatoire
pour avertir qu’un aménagement éventuel des combles perdus sur
étage n’est pas possible.
Pour l’utilisation en zone sismique, le présent Avis a été rédigé à partir
des hypothèses du § 2.32 de l’Avis. Si ces hypothèses sont toutes
vérifiées, les dispositions constructives décrites à l’annexe 2 du Dossier
Technique s’appliquent stricto sensu. Sinon un calcul sismique doit être
réalisé.
Le demandeur devra mettre en œuvre les moyens nécessaires pour
s’assurer que les dispositions décrites dans le dossier technique sont
rigoureusement respectées sur le chantier, notamment le compartimentage vis-à-vis du dégagement de gaz toxique entre les niveaux du
bâtiment en cas d’incendie.
Le Rapporteur du Groupe Spécialisé n° 20
François MICHEL
3.
Remarques complémentaires
du Groupe Spécialisé
Les principes de dimensionnement s’appuient sur des formes simples
et compactes de bâtiment et dès qu’on s’en écarte, il y a lieu de procéder à une étude de répartition des efforts horizontaux en considérant
le plancher comme un diaphragme indéformable relié ponctuellement
aux murs périphériques. Les prescriptions parasismiques se basent sur
un ouvrage de forme rectangulaire en plan. On peut toutefois avoir des
4
Maxime ROGER
20/12-244
Dossier Technique
établi par le demandeur
A. Description
1.
Classe du système
Associés aux planchers à poutrelles Rector (hors gamme NR 900 sans
coutures), les « Rupteurs Rector » constituent une solution de traitement des ponts thermiques linéiques.
Ces produits réalisés en matériaux isolants, séparent la partie courante
du plancher du chaînage périphérique.
Les « Rupteurs Rector », dont la partie supérieure affleure le niveau du
plancher brut, est ultérieurement recouverte par les éléments de
doublage dont l’encombrement doit être au moins de même épaisseur
que l’épaisseur des « Rupteurs Rector »
Il existe deux types de Rupteurs Rector :
1er type (Rupteurs Thermomax et ThermoSten) pour lequel les liaisons
sont conservées ponctuellement entre le plancher et les murs pour les
besoins de contreventement. La partie supérieure des rupteurs affleure
le niveau du plancher brut. Elle est ultérieurement recouverte par les
éléments de doublage dont l’encombrement doit être au moins de
même épaisseur que l’épaisseur des « Rupteurs Rector ».
2e type (Rupteurs ThermoLight) pour lequel la liaison entre le chaînage
et la table de compression est continue.
Le système est compatible avec le procédé de plancher nervuré à
poutrelles préfabriquées Rector faisant l’objet d’un Avis Technique
(3/10-643).
Les « Rupteurs Rector » sont compatibles avec tous les types de planchers Rector de hauteur de 16, 17 et 20 cm. De plus, les ThermoLight
sont compatibles avec les planchers de hauteur 24cm. Ces rupteurs
sont utilisés avec les poutrelles RECTOR RS110 et RS130 et des entrevous de hauteurs coffrantes correspondantes aux hauteurs des rupteurs. Ces entrevous seront des entrevous RECTOR (RECTOBETON,
RECTOLIGHT, RECTOSTEN, RECTOCERAM).
2.
Domaine d’utilisation proposé
Les « Rupteurs Rector » sont destinés aux planchers bas, aux planchers intermédiaires et aux planchers hauts de maisons individuelles
de 1ère famille isolées par l’intérieur (hors sous-sol). Les bâtiments
comportent au plus un rez-de-chaussée, un étage et un comble non
aménageable, construits sur terre-plein, sur vide sanitaire ou sur soussol. Le procédé est utilisable en toutes zones de sismicité.
Le domaine couvre les bâtiments dans toutes zones sismiques: justifiable dans leurs formes géométriques par les Règles PS MI. La résistance aux actions sismiques horizontales doit être assurée par les
façades et les pignons qui constituent, associés aux refends, les éléments verticaux de contreventement.
Dans le cas général, les doublages de murs peuvent être indifféremment réalisés en plastique alvéolaire ou en laine minérale.
 Rupteurs de Rive : est disposé parallèlement aux poutrelles. Ajout
de la lettre « R » en fin de désignation.
 Rupteurs d’About : est mis en œuvre entre deux poutrelles. Sa
disposition est similaire à celle d’un entrevous courant. Ajout de la
lettre « A » en fin de désignation.
3.22
Thermomax
Ces rupteurs sont compatibles avec tous les types de planchers Rector
définis dans l’Avis Technique planchers en vigueur.
3.23
Thermomax de Rive (Thermomax R 16/20)
Ces rupteurs ont, dans leurs dimensions de base, un encombrement
extérieur de 1220 mm pour une longueur utile de 1200 mm. A chaque
extrémité, un dispositif d’emboîtement permet de liaisonner deux
éléments adjacents de manière à constituer un ensemble rigide, garantissant ainsi le bon alignement des Thermomax.
Dans sa configuration de base, le rupteur permet de réaliser des planchers Rector de hauteur totale résistante de 20 cm. Une partie, prédécoupée, d’une hauteur de 40 mm peut simplement se retirer pour
permettre de réaliser des planchers d’une hauteur résistante de 16 cm.
Il présente sur chaque face un ergot qui assurent l’appui sur la poutrelle d’un côté et sur le mur de l’autre côté.
Une encoche d’une largeur de 200 mm dans le sens longitudinal du
rupteur permet de réaliser le contreventement des façades latérales
(parallèles aux poutrelles) et peut être renforcée par des armatures de
béton armé reliant la table de compression et le chaînage du plancher.
3.24
Thermomax d’About (Thermomax A 16/20)
Dans sa configuration de base, le rupteur permet de réaliser des planchers Rector de hauteur totale résistante de 20 cm. Une partie, prédécoupée, d’une hauteur de 40 mm peut simplement se retirer pour
permettre de réaliser des planchers d’une hauteur résistante de 16 cm.
Le contreventement des façades situées au bout du plancher est réalisé par des liaisons au droit de chaque poutrelle et peut être complété
par des armatures béton armé reliant la table de compression et le
chaînage.
3.25
ThermoSten
Les « Rupteurs Rector » pour plancher polystyrène Rector sont des
éléments spécifiques qui sont seulement utilisables avec les entrevous
polystyrènes Rector (RECTOSTEN).
3.26
Entrevous et rehausses polystyrène
Les entrevous polystyrènes Rector, moulés, éventuellement associés à
des rehausses polystyrènes moulées pour augmenter la hauteur coffrante de l’entrevous, comportent en surface des rigoles permettant
l’emboîtement des ThermoSten et respectent les prescriptions de
forme définies dans l’Avis Technique plancher Rector en vigueur.
3.27
ThermoSten de Rive
Les menuiseries sont posées en applique.
Ces « Rupteurs Rector » compatibles avec les planchers à entrevous
polystyrène Rector d’épaisseurs coffrantes de 11, 12 et 15 cm ont une
longueur utile de 440 mm. Ces « Rupteurs Rector » s’emboîtent sur les
entrevous par l’intermédiaire d’un ergot de manière à constituer un
ensemble rigide, garantissant ainsi le bon alignement des ThermoSten.
La gamme des ThermoSten de rive comporte 3 produits suivant la
hauteur résistante du plancher :
3.
 ThermoSten R - 16 pour les planchers de hauteur résistante de
16cm
Les « Rupteurs Rector » peuvent être mis en œuvre indifféremment
sur la totalité ou une partie seulement sur la périphérie du bâtiment.
Les zones des bâtiments constitués d’un porte à faux (balcons…) ne
sont pas traitées thermiquement.
Description du procédé de plancher
3.1
Définition des matériaux
 ThermoSten R - 17 pour les planchers de hauteur résistante de
17cm
Tous les « Rupteurs Rector » sont des éléments en polystyrène expansé de masse volumique>16 kg/m3 et de conductivité thermique  
0.035 W/m.K°. Ces éléments sont découpés ou moulés et ignifugés
(M1).
 ThermoSten R - 20 pour les planchers de hauteur résistante de
20cm
3.2
Ces « Rupteurs Rector », compatibles avec les planchers Rector à
entrevous polystyrène d’épaisseurs coffrantes de 11, 12 et 15 cm, ont
une longueur utile de 350 mm. Ce rupteur comporte un ergot permettant son emboîtement sur l’entrevous polystyrène Rector de manière à
constituer un ensemble rigide, garantissant ainsi le bon alignement des
ThermoSten.
Description de la gamme
3.21
Définitions
Les « Rupteurs Rector » existent en trois gammes :
 Thermomax
3.28
ThermoSten d’About (ThermoSten A)
 ThermoLight
 ThermoSten
Chaque gamme se décompose en deux familles :
20/12-244
5
ThermoLight
Ces rupteurs sont compatibles avec tous les types de planchers Rector
définis dans l’Avis Technique planchers en vigueur.
3.29
Lors de la fabrication la masse volumique est vérifiée 3 fois par jour et
par type de Rupteur RECTOR par pesée avec une tolérance de (-5% ;
+10%).
ThermoLight de Rive (ThermoLight R12, R16 et
R20)
ThermoSten R-16, R-17 et ThermoSten R-20
Ces rupteurs ont, dans leurs dimensions de base, un encombrement
extérieur et une longueur utile de 1200 mm.
La gamme des ThermoLight de rive comporte 3 produits suivant la
hauteur résistante du plancher :
 ThermoLight R 12 pour les planchers de hauteur résistante de 12cm
 ThermoLight R 16 pour les planchers de hauteur résistante de 16cm
 ThermoLight R 20 pour les planchers de hauteur résistante de 20cm
Dimension
Tolérances
Longueur
Hauteur
Epaisseur
Dispositif d’emboîtement entre
rupteur et entrevous
5mm
5mm
5mm
Vérification fonctionnelle
Il présente sur chaque face des ergots qui assurent l’appui sur la
poutrelle d’un côté et sur le mur de l’autre côté.
3.210
ThermoSten A
ThermoLight d’About (ThermoLight A12, A16 et
A20)
La gamme des ThermoLight d’about comporte 3 produits suivant la
hauteur résistante du plancher :
 ThermoLight A 12 pour les planchers de hauteur résistante de 12cm.
 ThermoLight A 16 pour les planchers de hauteur résistante de 16cm.
 ThermoLight A 20 pour les planchers de hauteur résistante de 20cm.
4.
Fabrication et distribution
Les Thermomaxs et les ThermoLight sont fabriqués dans des moules
spécifiques ou découpés dans des blocs de polystyrène.
Les ThermoSten sont fabriqués dans des moules spécifiques.
Les produits sont ensuite conditionnés en colis puis mis en stock. Sur
chacun des colis est disposée une étiquette qui mentionne la nature
des produits ainsi que sa codification.
Les colis sont alors livrés auprès du réseau de distribution pour être
commercialisés avec les poutrelles Rector. La commercialisation de ces
produits s’accompagne systématiquement de la fourniture d’un plan de
préconisation de pose des poutrelles et des « Rupteurs Rector ».
5.
Contrôles
Un Plan d’Assurance Qualité pour chaque rupteur précise les spécifications de process, de contrôle et de suivi.
Les contrôles portent sur la conformité dimensionnelle des « Rupteurs
Rector » et le suivi de la densité de la matière expansé. Ils sont réalisés à l’aide d’un gabarit sur 3 rupteurs par jour et par modèle fabriqué.
Les tolérances dimensionnelles sont spécifiées dans le tableau ciaprès.
Thermomax R 16/20 et ThermoLight R 12, R16 et R20
Dimension
Tolérances
Longueur
Hauteur
Epaisseur
Profondeur de l’ergot
Hauteur de l’ergot
Dispositif d’emboîtement entre
rupteur
5mm
5mm
5mm
3mm
3mm
5mm
Thermomax A 16/20 et ThermoLight A 12, A16 et A20
Dimension
Tolérances
Largeur
5 mm
Hauteur
5 mm
Epaisseur
5 mm
Largeur de la feuillure
3 mm
Hauteur de la feuillure
3 mm
La conductivité thermique des rupteurs est contrôlée sur 3 rupteurs
par lot et par modèle fabriqué selon la norme NF EN 12667.
6
6.
Dimension
Tolérances
Largeur
Hauteur
Epaisseur
Dispositif d’emboîtement entre
rupteur et entrevous
5mm
5mm
5mm
Vérification fonctionnelle
Mise en œuvre du plancher
La livraison des produits constituant le plancher est accompagnée d’un
plan de préconisation de pose qui donne toutes les informations nécessaires à la mise en œuvre du plancher.
Le plan de préconisation de pose est réalisé par l’intermédiaire d’un
logiciel, mis à disposition du bureau d’études interne et son réseau de
distribution, de l’entreprise Rector Lesage S.A.
6.1
Thermomax
On positionne dans un premier temps les poutrelles voisines des murs
extérieurs. Les Thermomaxs de Rive sont disposés entre la poutrelle et
le mur. On réalise des encoches à chaque angle en découpant le
Thermomax. L’ensemble des rupteurs étant en place, la poutrelle est
alors ramenée jusqu’à blocage contre le mur. Le rupteur possède une
encoche en sous-face qui assure son alignement avec le nu intérieur
du mur, évitant ainsi les risques de débord sur l’appui de rive.
Ensuite on procède à la mise en place de poutrelles intermédiaires.
Afin de régler l’écartement des entraxes, on utilise les Thermomax
d’About en les disposant aux extrémités. Le rupteur possède en sousface une encoche permettant un alignement avec le nu intérieur du
mur sans risque de débord sur le chaînage.
Les dimensions transversales du plancher n’étant pas généralement un
multiple de l’entraxe du montage, il est nécessaire de réaliser un
« faux entraxe ». Il suffit de découper, sur chantier à la scie, la partie
centrale du Thermomax d’About pour obtenir deux parties de manière
à obtenir le « faux-entraxe » et ainsi conserver l’ouverture nécessaire
à la réalisation du clavetage autour de la poutrelle.
6.2
ThermoSten
On positionne dans un premier temps les entrevous voisins des murs
extérieurs ainsi que la poutrelle. L’entrevous possède une encoche en
sous-face qui assure son alignement avec le nu intérieur du mur,
évitant ainsi les risques de débord sur l’appui de rive. L’ensemble
entrevous-poutrelle est alors ramené jusqu’à blocage contre le mur.
Les ThermoSten de Rive sont disposés sur les entrevous et sont maintenus en place par un système d’emboîtement du rupteur sur
l’entrevous. On réalise des encoches à chaque angle en découpant le
ThermoSten. De part sa configuration des encoches de section 20050
mm alternées avec des encoches de section 10050 mm, d’entraxe
600 mm sont réalisées en partie courante, liaisonnant le plancher et le
mur.
Ensuite on procède à la mise en place de poutrelles intermédiaires.
Afin de régler l’écartement des entraxes, on utilise les entrevous. Les
ThermoSten d’About sont mis en place sur les entrevous et maintenus
par un système d’emboîtement.
Les dimensions transversales du plancher n’étant pas généralement un
multiple de l’entraxe du montage, il est nécessaire de réaliser un
« faux entraxe ». Il suffit de découper, sur chantier à la scie, le ThermoSten d’About de manière à réaliser le « faux-entraxe » et ainsi
conserver l’ouverture nécessaire à la réalisation du clavetage autour
de la poutrelle.
Le faux entraxe dans le plancher est traité en découpant l'entrevous
polystyrène dans le sens de la longueur en respectant au mieux les
conditions de la dérogation couture. Après cette découpe, l'entrevous
20/12-244
doit posséder un des deux ergots permettant l'emboîtement du Thermo Sten d'about et réaliser ainsi le traitement du pont thermique.
rente du rupteur, débordant au delà du doublage, sera calfeutrée
comme décrit précédemment.
6.3
Sous face apparente
ThermoLight
On positionne dans un premier temps les poutrelles voisines des murs
extérieurs. Les ThermoLight de Rive sont disposés entre la poutrelle et
le mur. L’ensemble des rupteurs étant en place, la poutrelle est alors
ramenée jusqu’à blocage contre le mur. Le rupteur possède une encoche en sous-face qui assure son alignement avec le nu intérieur du
mur, évitant ainsi les risques de débord sur l’appui de rive.
Ensuite on procède à la mise en place de poutrelles intermédiaires.
Afin de régler l’écartement des entraxes, on utilise les ThermoLight
d’About en les disposant aux extrémités. Le rupteur possède en sousface une encoche permettant un alignement avec le nu intérieur du
mur sans risque de débord sur le chaînage.
Les dimensions transversales du plancher n’étant pas généralement un
multiple de l’entraxe du montage, il est nécessaire de réaliser un
« faux entraxe ». Il suffit de découper, sur chantier à la scie, la partie
centrale du ThermoLight d’About pour obtenir deux parties de manière
à obtenir le « faux-entraxe » et ainsi conserver l’ouverture nécessaire
à la réalisation du clavetage autour de la poutrelle.
7.
7.1
Finitions
Sols
Ce procédé est compatible avec tous types de revêtement de sols.
On disposera entre le doublage et le plancher brut une bande étanche
afin d’éviter les infiltrations d’eau entre niveau conformément au DTU
25-42.
7.2
Plafonds
Enduit plâtre
Dans le cas d’enduit au plâtre, réalisé en sous-face d’entrevous béton
ou terre cuite, il est nécessaire de disposer en rive du plancher un
grillage en conformité à la norme NF P 71-202. Ce grillage recouvre la
sous-face des rupteurs et déborde sur la zone des entrevous d’au
moins 20 cm.
Plafond rapporté
7.21
Pose du plafond avant les doublages
Dans le cas de plafond avec la sous face du plancher apparente, il est
nécessaire de réaliser un doublage en laine minérale ou de positionner
sur la face supérieure des Rupteur Rector une laine minérale ou un
matériau M0, d’épaisseur suffisante pour les recouvrir.
8.
8.1
Conception et calculs
Dispositions constructives sous effort
dynamique (séismes)
Pour les cas courants de planchers de forme régulière, les dispositions
constructives suivantes sont observées:
 2HA 8 filant en jonction d’angle du plancher
 3 HA 8 crossés de longueur, dépliés de 1,00 m sur appui au droit de
chaque entraxe du plancher (about)
 4 HA 8 crossés de longueur, dépliés de 1.00 m dans les nervures de
rive 200 x 50 mm.
Dans le cas de planchers munis de trémies, la présence de celles-ci
nécessitent un renforcement détaillé en Annexe IX.
8.2
Performances thermiques
L’annexe VII donne des informations sur les performances thermiques
des « Rupteurs Rector ».
B. Résultats expérimentaux
Calculs de ponts thermiques Ψ avec rupteurs thermiques Thermomax,
ThermoSten et ThermoLight selon rapport d’étude CSTB n° DER/HTO
2011-159 -FL/LS du 18 Juillet 2011.
C. Références
C.1 Données environnementales et
sanitaires
Une cornière, disposée sur le pourtour, servira à la fixation du plafond
rapporté. Une bande de laine minérale sera disposée sur les fourrures,
en bordure du mur extérieur. La largeur et l’épaisseur de la laine
minérale doivent être suffisantes pour assurer le calfeutrement de la
zone de bordure et pour cela la bande d’isolant doit venir :
Les procédés « Rupteurs RECTOR » ne font pas l’objet d’une Fiche de
Déclaration Environnementales et Sanitaire (FDES).
 au contact et en recouvrement de la poutrelle bordant le rupteur de
rive.
Depuis 2010 :
 au contact de la partie inférieure des entrevous, au droit des rupteurs d’about.
7.22
Pose du plafond après les doublages
Dans le cas de planchers intermédiaires, cette solution n’est envisageable que dans le cas de doublages en laine minérale. Le doublage
inférieur est mis au contact des « Rupteur Rector ». La partie appa-
20/12-244
C.2 Autres références
Plus de 240 000 ml de rupteurs THERMOLIGHT ont été mis en œuvre
en maisons individuelles.
Plus de 90 000 ml de THERMOMAX ont été mis en œuvre en maisons
individuelles.
Plus de 45 000 ml de THERMOSTEN ont été mis en œuvre en maisons
individuelles.
7
Tableaux et figures du Dossier Technique
Annexe I : Organisation générale d’un plancher
Plancher avec Thermomax
Plancher avec ThermoSten
8
20/12-244
Plancher avec ThermoLight
Plancher ThermoSten en plancher intermédiaire
20/12-244
9
Annexe II – Dispositions constructive (Hors ThermoLight)
Jonction d’angle
Jonction intermédiaire
10
20/12-244
Annexe III – Thermomax
Thermomax R 16/20
20/12-244
11
Thermomax A 16/20
12
20/12-244
Association avec poutrelle, NR 110 et NR 130
20/12-244
13
Association avec poutrelle RS 900
14
20/12-244
Annexe IV : ThermoSten
ThermoSten R-16, ThermoSten R-17 ; ThermoSten R-20
ThermoSten R-16
ThermoSten R-17
ThermoSten R-20
ThermoSten A
20/12-244
15
Annexe V : ThermoLight
Thermolight R-12
Thermolight R-16
20
141
80
20
15
3035
160
120
1200
49
106
20
Thermolight R-20
15
2 03 0 3 5
200
120
20
80
141
1200
28
61
106
20
16
20/12-244
ThermoLight A 12
20/12-244
17
Thermolight A16
18
20/12-244
Thermolight A20
29. 9
30. 2
412. 6
67. 2
29. 9
60. 1
6. 6
215. 0
38. 4
30. 0
50. 0
23. 4
2. 8
487. 7
540. 0
20. 0
20. 0
160. 0
160. 0
187. 0
20. 0
20. 0
15. 0
20. 0
100. 0
80. 0
20. 0
29. 9
97. 5
10. 9
263. 4
215. 0
5. 0
14. 8
20/12-244
19
Annexe VI : Liaisons Murs-Planchers
Avec Thermomax plancher courant à entrevous béton avec finition FPI (Faux Plafond Isolé)
20
20/12-244
Avec Thermomax plancher courant à entrevous Rectolight avec finition FPI (Faux Plafond Isolé)
20/12-244
21
Avec ThermoLight - plancher courant à entrevous Rectolight avec finition FPI (Faux Plafond Isolé)
22
20/12-244
Avec ThermoLight - plancher courant à entrevous béton ou céramique avec finition FPI (Faux Plafond Isolé)
20/12-244
23
Plafond en plâtre traditionnel
Avec Thermomax - plancher courant à entrevous béton avec finition SFPI (Sous Face Plâtrée
Interrompue)
Avec ThermoLight - plancher courant à entrevous béton avec finition SFPI (Sous Face Plâtrée Interrompue)
24
20/12-244
Planchers à entrevous polystyrène
Avec ThermoSten
20/12-244
25
 Résistance thermique de l’isolant périphérique du faux plafond ≥
1.25 m².K/W sur une largeur d’au moins 50 cm compté à partir du
mur.
Annexe VII : Performances
thermiques
 Murs d’épaisseur courante (20 à 30cm)
Les coefficients de transmission thermique linéique L et T sont calculés avec les hypothèses suivantes :
 Planchers conformes à l’Avis Technique 03/10-643 et son additif
 La chape flottante est coulée après la mise en œuvre du doublage.
 Largeur du talon de poutrelle ≤ 105 mm.
 La résistance thermique des planelles :
 Encoches de rive 200x50mm ou 200x90 mm réparties tous les
1.20m pour le Thermomax de rive
 Encoches de rive de200x50mm et 100x50mm en quinconce
d’entraxe 600mm pour le ThermoSten de rive Murs en maçonnerie
d’épaisseur courante (20 à 30cm).
 Chaînage et planelles conformes au DTU 20.1
 Résistance thermique de l’isolant vertical  2 m².K / W
 Résistance thermique de l’isolant du plancher haut ≤ 7.5 m².K / W
Maçonnerie courante
Rp ≥ 0.07 m².K/W
Maçonnerie isolante de
type a
Rp ≥ 0.25 m².K/W
Maçonnerie isolante de
type b
Rp ≥ 0.125 m².K/W
 Entrevous polystyrène RECTOSTEN avec Up de 0.23W/m².K
 Résistance thermique de l’isolant sous chape ≥ 2 m².K / W.
THERMOMAX : PLANCHER INTERMEDIAIRE RECTOLIGHT RECTOR
-
Mur en maçonnerie courante
Epaisseur
(cm)
Finition
16
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
20
-
Niveau
Longitudinal
2
Transversal
Moyen
R
A
m
Inter.
0.17
0.30
0.24
1
Haut
0.15
0.23
0.20
Inter.
0.21
0.35
0.30
Haut
0.18
0.26
0.23
Transversal
Moyen 1
Mur en maçonnerie isolante de type a (λ≤0.2W/m.K)
Epaisseur
(cm)
Finition
16
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
20
Niveau
Longitudinal
2
R
A
m
Inter.
0.14
0.23
0.19
Haut
0.13
0.19
0.17
Inter.
0.18
0.28
0.24
Haut
0.16
0.21
0.19
Transversal
Moyen 1
A
m
- Mur en maçonnerie isolante de type b (0.2 <  < 0.4 W/m.K)
Epaisseur
(cm)
Finition
16
20
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
Niveau
Longitudinal
R
2
Inter.
0.16
0.27
0.23
Haut
0.14
0.22
0.19
Inter.
0.20
0.33
0.27
Haut
0.17
0.24
0.21
1
Valeur moyenne du pont thermique calculée avec l’hypothèse d’un linéaire global constitué à 40% par des jonctions longitudinales et à 60% par
des jonctions transversales.
2
Encoches de rive 20050mm pour les planchers de 16 cm et 200x90mm pour les planchers de 20 cm réparties tous les 1.20m pour le
THERMOMAX de rive.
Tableau 1 – Coefficients de transmission thermique linéiques pour les planchers intermédiaires
26
20/12-244
THERMOMAX – PLANCHER INTERMEDIAIRE A ENTREVOUS EN BETON OU EN TERRE CUITE RECTOR
-
Mur en maçonnerie courante
Epaisseur
(cm)
Finition
Niveau
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
Haut
Transversal
Moyen
1
A
m
Inter.
0.17
0.30
0.24
Haut
0.15
0.23
0.20
Sous face plâtrée interrompue par le
doublage
Inter
0.14
0.28
0.22
0.15
0.27
0.22
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
Inter.
0.21
0.35
0.30
Haut
0.18
0.26
0.23
Sous face plâtrée interrompue par le
doublage
Inter.
0.18
0.36
0.29
Haut
0.19
0.32
0.27
Transversal
Moyen 1
R
A
m
20
Mur en maçonnerie isolante de type a (λ≤0.2W/m.K)
Epaisseur
(cm)
Longitudinal
2
Finition
Niveau
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
Inter.
0.14
0.23
0.19
Haut
0.13
0.19
0.17
Sous face plâtrée interrompue par le
doublage
Inter.
0.12
0.22
0.18
Haut
0.13
0.23
0.19
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
Inter.
0.18
0.28
0.24
Haut
0.16
0.21
0.19
Sous face plâtrée interrompue par le
doublage
Inter.
0.15
0.28
0.23
Haut
0.16
0.27
0.22
Transversal
Moyen 1
16
20
-
2
R
16
-
Longitudinal
Mur en maçonnerie isolante de type b (0.2 <  < 0.4 W/m.K)
Longitudinal
Finition
Niveau
R
Epaisseur
(cm)
2
A
m
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
Inter.
0.16
0.27
0.23
Haut
0.14
0.22
0.19
Sous face plâtrée interrompue par le
doublage
Inter.
0.13
0.26
0.21
Haut
0.14
0.26
0.21
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
Inter.
0.20
0.33
0.27
Haut
0.17
0.24
0.21
Sous face plâtrée interrompue par le
doublage
Inter.
0.17
0.33
0.27
Haut
0.18
0.30
0.25
16
20
1
Valeur moyenne du pont thermique calculée avec l’hypothèse d’un linéaire global constitué à 40% par des jonctions longitudinales et à 60% par
des jonctions transversales.
2
Encoches de rive 20050mm pour les planchers de 16 cm et 200x90mm pour les planchers de 20 cm réparties tous les 1.20m pour le
THERMOMAX de rive.
Tableau 2 – Coefficients de transmission thermique linéiques pour les planchers intermédiaires
20/12-244
27
THERMOLIGHT – PLANCHER INTERMEDIAIRE RECTOLIGHT RECTOR
-
Mur en maçonnerie courante
Epaisseur
(cm)
Finition
16
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
20
24
-
Finition
16
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
20
24
Finition
16
24
2
Transversal
Moyen
R
A
m
Inter.
0.34
0.43
0.39
Haut
0.23
0.27
0.25
Inter.
0.38
0.49
0.45
1
Haut
0.28
0.31
0.30
Inter.
0.37
0.56
0.48
Haut
0.27
0.36
0.32
Transversal
Moyen 1
Niveau
Longitudinal
2
R
A
m
Inter.
0.27
0.32
0.30
Haut
0.20
0.22
0.21
Inter.
0.28
0.36
0.33
Haut
0.24
0.26
0.25
Inter.
0.30
0.42
0.37
Haut
0.23
0.30
0.27
Transversal
Moyen 1
Mur en maçonnerie isolante de type b (0.2 <  < 0.4 W/m.K)
Epaisseur
(cm)
20
Longitudinal
Mur en maçonnerie isolante de type a (λ≤0.2W/m.K)
Epaisseur
(cm)
-
Niveau
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
Niveau
Longitudinal
2
R
A
m
Inter.
0.31
0.39
0.36
Haut
0.22
0.26
0.24
Inter.
0.34
0.44
0.40
Haut
0.26
0.29
0.28
Inter.
0.34
0.51
0.44
Haut
0.26
0.34
0.31
1
Valeur moyenne du pont thermique calculée avec l’hypothèse d’un linéaire global constitué à 40% par des jonctions longitudinales et à 60% par
des jonctions transversales.
2
Noyaux de béton en rive en alternance de 20050 mm et 100x50 mm.
Tableau 3 – Coefficients de transmission thermique linéiques pour les planchers intermédiaires
28
20/12-244
THERMOLIGHT – PLANCHER INTERMEDIAIRE A ENTREVOUS EN BETON OU EN TERRE CUITE RECTOR
-
Mur en maçonnerie courante
Epaisseur
(cm)
Transversal
R
A
m
Inter.
0.34
0.43
0.39
Haut
0.23
0.27
0.25
Sous face plâtrée interrompue par le
doublage
Inter
0.32
0.45
0.40
0.27
0.32
0.30
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
Inter.
0.38
0.49
0.45
Haut
0.28
0.31
0.30
Sous face plâtrée interrompue par le
doublage
Inter.
0.35
0.48
0.43
Haut
0.28
0.38
0.34
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
Inter.
0.37
0.56
0.48
Haut
0.27
0.36
0.32
Sous face plâtrée interrompue par le
doublage
Inter.
0.35
0.55
0.47
Haut
0.30
0.43
0.38
Longitudinal
Transversal
Moyen 1
R
A
m
Niveau
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
Haut
16
20
24
-
Moyen
Mur en maçonnerie isolante de type a (λ≤0.2W/m.K)
Epaisseur
(cm)
Finition
Niveau
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
Inter.
0.27
0.32
0.30
Haut
0.20
0.22
0.21
Sous face plâtrée interrompue par le
doublage
Inter.
0.25
0.31
0.28
Haut
0.22
0.26
0.24
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
Inter.
0.28
0.36
0.33
Haut
0.24
0.26
0.25
Sous face plâtrée interrompue par le
doublage
Inter.
0.28
0.36
0.32
Haut
0.24
0.31
0.28
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
Inter.
0.30
0.42
0.37
Haut
0.23
0.30
0.27
Sous face plâtrée interrompue par le
doublage
Inter.
0.28
0.41
0.36
Haut
0.25
0.34
0.31
Transversal
Moyen 1
16
20
24
-
1
Longitudinal
Finition
Mur en maçonnerie isolante de type b (0.2 <  < 0.4 W/m.K)
Epaisseur
(cm)
Longitudinal
Finition
Niveau
R
A
m
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
Inter.
0.31
0.39
0.36
Haut
0.22
0.26
0.24
Sous face plâtrée interrompue par le
doublage
Inter.
0.30
0.37
0.34
Haut
0.25
0.30
0.24
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
Inter.
0.34
0.44
0.40
Haut
0.26
0.29
0.28
Sous face plâtrée interrompue par le
doublage
Inter.
0.32
0.44
0.39
Haut
0.27
0.36
0.32
Faux plafond avec remplissage en
laine minérale et BA13
Inter.
0.34
0.51
0.44
Haut
0.26
0.34
0.31
Sous face plâtrée interrompue par le
doublage
Inter.
0.32
0.49
0.43
Haut
0.28
0.40
0.35
16
20
24
1
Valeur moyenne du pont thermique calculée avec l’hypothèse d’un linéaire global constitué à 40% par des jonctions longitudinales et à 60% par
des jonctions transversales.
2
Noyaux de béton en rive en alternance de 20050 mm et 100x50 mm.
Tableau 4 – Coefficients de transmission thermique linéiques pour les planchers intermédiaires
20/12-244
29
THERMOSTEN - PLANCHER BAS A ENTREVOUS EN POLYSTYRENE RECTOR
Mur haut en maçonnerie courante
Mur bas en maçonnerie courante
Epaisseur
(cm)
Chape flottante
Transversal
Moyen1
R
A
m
0.12
0.26
0.20
0.13
0.28
0.22
0.05
0.08
0.07
0.05
0.08
0.07
Transversal
Moyen1
R
A
m
0.12
0.27
0.21
0.13
0.29
0.23
0.05
0.08
0.07
0.05
0.09
0.07
Transversal
Moyen1
R
A
m
0.11
0.24
0.19
0.13
0.25
0.20
0.05
0.07
0.06
0.05
0.08
0.07
Longitudinal
17
2
Sans
20
17
Avec
20
-
Mur bas en béton plein
Epaisseur
(cm)
Chape flottante
Longitudinal
17
2
Sans
20
17
Avec
20
Mur haut en maçonnerie isolante de type a (λ≤0.2W/m.K)
Mur bas en maçonnerie courante
Epaisseur
(cm)
Chape flottante
Longitudinal
17
2
Sans
20
17
Avec
20
-
Mur bas en béton plein
Epaisseur
(cm)
Chape flottante
Transversal
Moyen1
R
A
m
0.12
0.26
0.20
0.13
0.28
0.22
0.05
0.08
0.07
0.06
0.08
0.07
Longitudinal
17
2
Sans
20
17
Avec
20
Mur haut en maçonnerie isolante de type b (0.2<λ<0.4W/M.K)
Mur bas en maçonnerie courante
Epaisseur
(cm)
Chape flottante
17
Transversal
Moyen1
R
A
m
0.11
0.25
0.20
0.13
0.27
0.21
0.05
0.08
0.07
0.05
0.08
0.07
Longitudinal
2
Sans
20
17
Avec
20
-
Mur bas en béton plein
1
Valeur moyenne du pont thermique calculée avec l’hypothèse d’un linéaire global constitué à 40% par des jonctions longitudinales et à 60% par
des jonctions transversales.
2
Encoches de rive de 20050mm et 10050mm en alternance d’entraxe 600 mm pour le THERMOSTEN de rive.
30
20/12-244
Epaisseur
(cm)
Chape flottante
17
Transversal
Moyen1
R
A
m
0.12
0.27
0.21
0.13
0.29
0.22
0.05
0.08
0.07
0.06
0.09
0.08
Longitudinal
2
Sans
20
17
Avec
20
Tableau 4 – Coefficients de transmission thermique linéiques pour les planchers intermédiaires
20/12-244
31
Annexe VIII : Guide de pose
1- Mise en œuvre des « Rupteurs Rector » de rive :
Poser la première poutrelle le
long du mur de rive,
Poser les rupteurs de rive sur
le mur et la poutrelle,
Serrer les rupteurs contre le
mur.
2- Mise en œuvre des « Rupteurs Rector » d’about :
Poser les poutrelles suivantes,
mise à l’entraxe à l’aide du
rupteur d’about.
3- Réalisation du « faux entraxe » :
Découper le rupteur d’about à
la dimension du « faux entraxe ».
-
Poser les deux parties pour
réaliser le « faux entraxe ».
4- Réalisation du plancher suivant plan de pose :
Entrevous
Aciers
…
Note : Il est interdit de marcher sur les « Rupteurs Rector ».
32
20/12-244
Annexe IX : Exemples de planchers munis de trémies en zones
sismiques
Cas d’une trémie placée dans l’angle du plancher
20/12-244
33
Cas d’une trémie placée à mi-longueur
34
20/12-244
Cas d’une trémie placée à mi-largeur
20/12-244
35
Cas d’une trémie placée aléatoirement sur la longueur
36
20/12-244

Similar documents