Février 2011 - Centre Jeunesse des Laurentides

Transcription

Février 2011 - Centre Jeunesse des Laurentides
PtitJournal_FEVRIER11:Layout 1
2011-02-08
« Le bonheur est à votre foyer, ne
le cherchez pas dans le jardin
des étrangers ».
DATE DE
TOMBÉE POUR
L’ÉDITION DE
MARS :
– Douglas
Jerrold
21 FÉVRIER 2011
12:04
Page 1
BULLETIN D’INFORMATION
Retour sur la magie des fêtes
138 enfants et adolescents(es) des RI et
unités internes participent à une fête de
Noël à la base de Plein Air Perce-Neige
de Wentworth
Le P’tit journal fait peau neuve! Le Service des communications a revu et actualisé son
image graphique, en lien avec la nouvelle signature organisationnelle. Ainsi, le CJ des
Laurentides adopte des normes d’identification visuelle applicables à l’ensemble de
son matériel corporatif et ainsi se dote d’une signature organisationnelle uniforme,
distinctive et reconnaissable à travers ses différentes productions.
DANS CE NUMÉRO
Conte de Noël 2010
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 2
C’est quoi un S.A.C?
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 3
Info-Accès à l’infomation
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 3
Volume 11, numéro 01 – FÉVRIER 2011
En cette matinée magnifique du 22 décembre
2010, un comité de lutins excités attend
impatiemment les enfants personnellement
invités par le Père Noël pour une journée
d’activités bien remplie à la base de plein air
de Perce-Neige. Les enfants arrivent à tour
de rôle, tout souriants et prêts pour cette
attend au chaud. En attendant que le repas
soit servi, les enfants démontrent leurs talents
d’artiste en dessinant. Par la suite, le temps
est venu de chanter pour faire venir le Père
Noël à Perce-Neige. Le Père Noël remet des
bas de Noël à tous les enfants. Les sourires
sont au rendez-vous!
Chaque enfant, les yeux brillants de joie et le
cœur gonflé de bonheur, en plus de recevoir
leur bas de Noël, ouvre grands leurs bras
pour adopter un toutou, tous différents les uns
des autres, et ce, grâce à de généreux
donateurs. Quel moment merveilleux pour
nous, les adultes, qui accompagnent ces
Le suicide n’est pas une option
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 4
Bulletin Rayonnement
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 5
Chronique du Conseil Multi
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 5
La Gendreau cup
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 6
24 heures de hockey cosom
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 6
La campagne plaisir d’hiver
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 7
Salon de l’emploi de St-Jérôme
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 7
Le Défi j’arrête, j’y gagne 2011
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 8
Production
Centre jeunesse des Laurentides
DDOP - Communications
Responsable du projet
Mario Cianci
Chargée de projet et mise en page
Julie Lemieux-Côté
Collaborateurs
Marco Beauséjour
Karine Côté
Lucie Hébert
Olivia Le Bourdais
Sylwia Pryczek
Christine Breton
Yves Deschamp
Sandra Lapointe
Marielle Paquette
plaisante journée. Après un tour du sapin
pour y déposer leurs ornements faits avec
grande imagination, ils sont enfin prêts,
emmitouflés dans leurs vêtements d’hiver, et
arborant fièrement leur nom pour le début des
activités.
À l’extérieur, des animateurs sont présents
pour leur faire vivre des moments magiques,
comme de la peinture, de la glissade et des
jeux dans la neige. Comme nous dépensons
beaucoup d’énergie, un délicieux repas nous
enfants, de constater à quel point la magie de
Noël fait en sorte de raviver nos propres
cœurs d’enfant! Afin que les enfants
conservent un souvenir en image, nous
immortalisons ce moment en prenant une
photo individuelle en compagnie du Père
Noël. Quand ils seront grands, ils se
rappelleront tout l’amour entourant cet
événement grâce à cette photo.
Les plus grands apprécient particulièrement
être avec leurs amis lors des activités
PtitJournal_FEVRIER11:Layout 1
2011-02-08
La suite ...(page 1)
glissade sur tube, hébertisme, marche aux
flambeaux et feu de joie. En attendant le Père
Noël musique et chansons sont à l’honneur
et des photos de groupe sont prises en guise
de souvenirs! Quand la journée se termine,
ce sont des jeunes fatigués de leur journée
qui attendent patiemment le départ pour
retrouver leur propre lit douillet. Nous, le
comité de lutins, leur envoyons la main,
surpris que la magie de Noël ait fait son
chemin, des plus petits jusqu’aux plus grands.
Forcé de constater que ce sont des
rassemblements comme ceux-ci qui créent
des souvenirs extraordinaires, il est de notre
ressort d’en créer davantage! Les amis, la
nature et des jeux se lient pour construire une
journée formidable de rires et de plaisirs. Bref,
ce sont ces petits bonheurs qui motivent et
qui font briller des cœurs d’enfants.
C’est avec grand bonheur et satisfaction que
nous remercions chacun de vous pour cette
réalisation simple, mais combien efficace en
souvenirs.
Nos cœurs d’enfant, mis au service de ceux
que nous accompagnons, font la magie de
Noël. C’est prendre rendez-vous avec le Père
Noël, les fées, les lutins et tous ces
personnages qui habitent le monde des
enfants pour préparer une fête extraordinaire.
À très bientôt pour un autre voyage dans le
monde des enfants.
Le comité des Lutins
12:04
Page 2
Conte de Noël 2010
La magie de Noël au rendez-vous!
C’est le 25 décembre dernier qu’une activité
spéciale de Noël fut organisée à la base de
plein air EDPHY, à Val-Morin. Avec
enthousiasme, j’attendais nos 14 jeunes, mis
à l’honneur, en cette journée toute spéciale,
qui se devait être des plus festive.
Avec un paysage qui nous émerveillait et le
soleil qui nous réchauffait le visage,
débordant d’énergie, nos 14 célébrités de la
journée ont enfilé leurs raquettes pour aller
courir sur le lac et dans les bois. Au retour, un
petit chocolat chaud les attendait pour les
réconforter et les récompenser de tous leurs
efforts.
Ensuite, petits jeux à l’intérieur pour se
réchauffer et être entre amis. Quoi de mieux
que de s’amuser ensemble et de rire un peu!
L’aisance et le sens de l’humour de
l’animateur nous ont, à tous, décroché un très
beau sourire.
Pendant ce temps, des petits lutins
s’affairaient à préparer la table pour le dîner.
Au menu : une montagne de pizzas, une
colline de croustilles, une vallée de bûches de
Noël, et finalement, une rivière de boissons
gazeuses. Tous se sont régalés à merveille.
Nous savons que cette nourriture est
mauvaise pour la santé, mais quel bon
remède pour le moral! « Certainement! », me
diraient fort probablement nos chanceux!
Maintenant que tous étaient rassasiés, il y
avait une surprise qui les attendait. Le groupe
rassemblé, une pluie de peluches s’est
précipitée sur les jeunes. Il ne faut pas oublier
la remise de chocolats et de bas de Noël. Je
dois avouer que nos chocolats n’ont pas fait
fureur à la suite du dîner ho, ho, ho!
Le moment était venu de donner à chacune
de nos superstars une boîte, sans toutefois
l’ouvrir. Je pouvais palper leur excitation,
ceux-ci ignorant le contenu de cette fameuse
boîte, le but étant que chacun sache au
même moment ce qu’il y avait de si spécial à
l’intérieur. «Ok, tout le monde, nous devons
compter ensemble! 5, 4, 3, 2, 1...On ouvre la
marchandise!!!!!». Moment incontestablement
magique devant nous. Les yeux grands
ouverts, les jeunes se demandaient, tout
d’abord, si l’image sur la boîte était bel et bien
son contenu. Et ouiiiiii! C’est un DVD portable
pour chacun…. Wow! Pas besoin de vous
dire les sourires et les exclamations que nous
avons pu voir et entendre. Ce moment restera
gravé dans les souvenirs de tous ceux qui
étaient présents.
Après toute cette excitation, il fallait
maintenant se dégourdir à l’extérieur.
Glissade en forêt était à l’horaire. Très belle
installation, où les jeunes et moins jeunes
pouvaient crier et lâcher leur fou. Quelle belle
activité!
Pour terminer, je veux remercier toutes les
éducatrices présentes ainsi qu’un agent
d’intervention, s’étant prêtés au jeu avec nos
quatorze célébrités, pour avoir contribué à
leur faire vivre du bonheur. Je crois
sincèrement que leurs sourires et leurs yeux
scintillants nous ont prouvé que nos efforts
ont porté fruit, et qu’il serait bénéfique de
continuer sur cette lancée.
C’est avec sincérité que je vous dis merci de
votre contribution et de votre enthousiasme!
Un gros merci à nos généreux donateurs pour
avoir contribué à rendre cette journée
inoubliable.
On se voit l’an prochain!
Christine Breton
Technicienne en loisirs
PAGE 02
Volume 11, numéro 01, FÉVRIER 2011
PtitJournal_FEVRIER11:Layout 1
2011-02-08
12:04
Page 3
C’est quoi un S.A.C?
Ce n’est pas un Soldat Au Combat,
ni la Société des Alcools de Chatha,
ni la Secte de l’Amour et de la Compassion
ni le Service d’Approbation de Crédit
Le Spécialiste en Activités Cliniques est
présent dans le paysage du Centre jeunesse
des Laurentides depuis 2008. Il s’agit d’un
intervenant, comme vous, qui connaît très
bien la réalité de votre travail. Il a pataugé lui
aussi dans un « caseload », à travers les
délais des PI, des révisions, des TJ, de
l’accès, des transports, des clients difficiles,
des situations cul-de-sac, etc. Il a aussi eu le
plaisir des rencontres qui font cheminer le
jeune et/ou sa famille, des consentements au
tribunal qui sont porteurs de changements,
des dossiers fermés pour le grand plaisir des
familles et des moments « merci d’avoir été
là pour nous ».
Vous êtes, les intervenants, des tailleurs de
pierre qui construisent des cathédrales. Le
S.A.C. n’est ni l’ingénieur de cette cathédrale,
ni l’architecte, ni le maçon. Il est celui qui vous
aide à choisir la pierre, vous propose un outil
pour la tailler, vous aide à porter celle
beaucoup trop lourde, vous enligne sur la
meilleure forme à tailler, vous aide à prendre
le recul nécessaire pour avoir une vue
d’ensemble de ce que sera cette cathédrale.
Le S.A.C. prodigue de la consultation
individuelle à tous les intervenants. Si vous
êtes un nouveau, le S.A.C. vous accompagne
et vous guide comme nouvel intervenant
dans cette traversée de l’Himalaya qu’est
l’appropriation du rôle, plus qu’héroïque,
d’intervenant à la DPJ. Il travaille en
concertation avec votre chef de service pour
répondre à vos besoins de support clinique.
Le S.A.C. a la responsabilité d’aller fouiller
pour vous dans notre
centre
de
documentation, dans
les
cadres
de
référence, sur le net,
auprès des autres
collègues experts dans
certains domaines pour
alimenter
vos
réflexions. Il prend
connaissance de tous
les outils d’intervention
possibles, il explore les
théories
sur
l’attachement,
l’aliénation parentale, la
relation d’aide et tant
d’autres sujets qui vous
préoccupent afin d’être
à même de mieux vous
aider dans votre noble Dans l'ordre habituel, Micheline Himbeault (Point de service de St-Jérôme),
tâche. Puisant dans son Hélène Dénommé (Support aux S.A.C.), Josianne Éthier (Points de service DeuxMontagnes et Ste-Thérèse), Rita Olivier (Point de service de Mont-Laurier) et
expérience d’intervenant André Wilcox (Points de service de Lachute et Ste-Agathe).
et de S.A.C., il réfléchit
aux difficultés auxquelles vous faites face
la situation présentée que le S.A.C. lui-même.
pour tenter de cerner des sujets ou des outils
qui pourraient vous aider, vous faciliter la
En résumé, le S.A.C. est à votre disposition
compréhension de certaines dynamiques
pour le mieux-être de nos clients communs :
familiales complexes.
le jeune et sa famille. Et pour ce faire, le SAC
a besoin de connaître vos besoins, le SAC a
Le S.A.C. anime les réunions cliniques dites
besoin de votre “feedback”.
Vos
« cellules ». C’est le facilitateur qui amalgame
commentaires, critiques et demandes sont
les expertises de tous. Celui qui, en vous
essentiels à ce travail ! D’ailleurs, dans un
regroupant en « cellule », favorise le partage
souci d’améliorer le support apporté par les
des années d’expertises de tous les
S.A.C. plusieurs démarches auront lieu dans
intervenants autour de la table. Dans une
les prochains mois. Des rencontres régulières
cellule de 10 intervenants, il y a au bas mot
de cohésion des spécialistes en activités
au moins 100 ans d’expérience regroupés
cliniques ont lieu depuis le mois de novembre
ensemble. Ça c’est de l’expertise !!!! Ça vaut
et se poursuivront afin de développer les
la peine que quelqu’un soit là pour brasser les
habiletés centrales aux rôles des S.A.C.. En
idées contenues dans cette belle grande
janvier et février 2011, une observatrice est
soupe de connaissances. En somme, quand
présente lors de vos cellules afin de cerner ce
vous présentez un dossier en cellule, vous
qui constitue les façons de faire gagnantes.
avez autour de vous 5-6 ou même 7
Ne vous surprenez donc pas…elle sera là
spécialistes qui réfléchissent avec vous, pour
pour le S.A.C.!
vous, car vos collègues ont le même recul sur
INFO- Accès à l’information
Saviez-vous que pour toutes les demandes d’accès à l’information nous devons exiger des frais de 0,34¢ la copie (par page)
pour la reproduction et la transmission de documents. Nous croyons important que cette règle soit transmise le plus
rapidement possible à la personne qui souhaite faire une demande d’accès à l’information. Dans plusieurs situations,
l’intervenant est le premier à recevoir la demande de l’usager ou du titulaire de l’autorité parentale. Dans ces circonstances,
nous demandons votre collaboration afin d’informer vos clients avant de les référer au service de l’accès à l’information.
Pour toutes questions, vous pouvez rejoindre Mme Sylvie Bertrand
au 450-436-7607 poste 2279.
L’équipe de l’‘accès à l’information
PAGE 03
Volume 11, numéro 01, FÉVRIER 2011
PtitJournal_FEVRIER11:Layout 1
2011-02-08
12:04
Page 4
Le suicide n’est pas une option!
La 21e Semaine de prévention du suicide
Le thème cette année est « Le suicide n’est
pas une option!». Le but : répandre la
conviction que le suicide ne peut être
envisagé lorsqu’il s’agit de mettre fin à une
souffrance et valoriser la demande d’aide.
armoire, sous clé et hors de la portée des
enfants, à l’abri de l’humidité et de la chaleur.
• C’est donc dire que la salle de bain n’est
pas un endroit approprié pour conserver les
médicaments.
Au niveau régional, la population sera
- Toujours garder les médicaments dans leur
sensibilisée à « La conservation sécuritaire
contenant d’origine pour pouvoir identifier le
des médicaments » afin de réduire le risque
produit et sa date d’expiration.
de suicide par ingestion de ces derniers. À
cet effet, une dizaine de
- N’acheter que le
pharmacies de la région
minimum
remettront
avec
les
nécessaire
de
prescriptions, des dépliants
médicaments, pour
sur la conservation sécuritaire
QUELQUES
éviter
des médicaments.
l’accumulation.
STATISTIQUES
Au Centre jeunesse des
• Donc, faire le
Laurentides, des mesures ont
ménage de votre
L’intoxication aux
été mises en place dans les
armoire
à
installations
pour
la
médicaments est reliée à
pharmacie
au
conservation sécuritaire des
minimum deux fois
75 % des hospitalisations
médicaments. En centre de
par année.
réadaptation, la politique
pour tentatives de suicide
relative à l’administration, à la
- Rapporter tous les
et celle-ci représente la 3e
distribution
et
à
la
médicaments
conservation de la médication
cause de décès par suicide.
périmés ou inutiles
cadre les bonnes habitudes à
à votre pharmacien.
avoir avec les médicaments.
En ressource intermédiaire et
• Ne jamais jeter de
en ressource de type familial,
médicaments dans
les agents de liaison et
les poubelles ou dans les toilettes.
intervenants ressources ont reçu de
l’information par le service de santé afin de la
- Éduquer les enfants en ne les laissant pas
transmettre aux RI et RTF.
jouer avec les contenants vides de
médicaments et jamais présenter ceux-ci
Nous profitons donc de l’occasion pour vous
comme des friandises pour les convaincre à
sensibiliser aux bonnes habitudes à avoir
les avaler.
avec les médicaments :
- Déposer les médicaments dans une seule
PAGE 04
Volume 11, numéro 01, FÉVRIER 2011
- Pour favoriser votre suivi de santé,
apprenez les raisons pour lesquelles vous
prenez vos médicaments ainsi que leurs
noms. Prenez-les de façon rigoureuse et
signalez tout effet secondaire important à
votre pharmacien ou votre médecin. Ne
consommez pas d’alcool ou de drogue avec
vos médicaments.
- De plus, ne mélangez jamais un
médicament ou un produit naturel avec un
autre médicament sans en avoir discuté avec
votre pharmacien ou votre médecin.
- N’hésitez pas à demander de l’aide si un de
vos proches ou vous-même présentez des
signes de dépression ou des tendances
suicidaires.
En conclusion, de 2000 à 2008 il y a eu une
diminution de 4 % du taux de mortalité par
suicide par année. Ces données confirment
l’impact positif des mesures de prévention du
suicide et nous motivent à continuer à
sensibiliser, éduquer et à mobiliser les gens
pour la prévention du suicide. Parce que
« Le suicide n’est pas une option! ».
Vous pouvez avoir accès au site du
Faubourg, qui présente des articles et
information fort pertinentes en passant par le
site du Centre jeunesse des Laurentides,
dans la section Lien utiles…. Bonne lecture!
Sylwia Pryczek et Lucie Hébert
DDPQ
(source: http://cps-le-faubourg.org/2010/07/lesmedicaments-et-vous/).
PtitJournal_FEVRIER11:Layout 1
2011-02-08
12:04
Page 5
Déposé au conseil d’administration du 1er février 2011
Le rayonnement du CJL
LE CJL PARTICIPE À TROIS
RECHERCHES SUR LES GANGS DE RUE
Le Centre jeunesse des Laurentides
collabore actuellement à un projet commun
constitué de trois recherches portant sur le
phénomène des gangs de rue. Trois
chercheurs de l’Université de Montréal se
sont associés afin de mener à bien ce vaste
projet qui s’échelonnera sur une période de
trois ans.
Une première recherche évalue le risque et la
prédiction de la récidive chez les délinquants
associés aux gangs de rue. Cette première
recherche est dirigée par Jean-Pierre Guay,
Ph D., professeur agrégé à l’École de
criminologie de l’Université de Montréal ainsi
que chercheur pour l’Institut Philippe-Pinel et
pour le Centre international de criminologie
comparée.
Une deuxième recherche porte sur l’adhésion
à la culture des gangs de rue. Cette seconde
recherche est menée par Chantal Fredette,
M.Sc., candidate au doctorat en criminologie
à l’Université de Montréal.
La
troisième
recherche
traite
des
caractéristiques de la personnalité et les
comportements à risque des jeunes
contrevenants. Cette troisième recherche est
dirigée par Catherine Laurier, Ph. D.,
chercheure associée à l’École de criminologie
de l’Université de Montréal et chercheure
associée au Centre de recherche et
d’intervention sur le suicide et l’euthanasie
(CRISE) de l’Université du Québec à
Montréal.
implique qu’ils collaborent à des entretiens
directifs et qu’ils répondent à des
questionnaires.
Ce projet sollicite la collaboration de d’autres
centres jeunesse ainsi que les établissements
de détention et les services correctionnels du
Québec.
Karine Côté
Agente d’information
Bien que le phénomène des gangs de rue ne
soit pas encore « implanté » dans les
Laurentides, une trentaine de garçons, âgés
entre 15 et 25 ans et ayant été pris en charge
en vertu de la Loi sur le système de justice
pénale pour adolescents (LSJPA) au CJL,
seront invités à participer à une ou plusieurs
de ces recherches. Leur participation
Chronique de l’exécutif du conseil multidisciplinaire
Bonne et heureuse année 2011 à tous!
La journée du conseil multidisciplinaire approche à grands pas... Les
préparatifs ont débuté, mais nous aimerions tout de même vous solliciter
pour des idées, tel que mentionné lors de la journée de l’an dernier. Si
vous avez des demandes spéciales concernant des sujets à exploiter,
n’hésitez pas à les faire parvenir, par courriel, à notre présidente,
madame Diane Frenette. Tous commentaires constructifs seront pris en
considération afin de rendre votre journée des plus agréables.
Merci à tous d’avoir répondu en si grand nombre quant à votre satisfaction de la journée de
novembre dernier. Nous vous présenterons les détails lors de la publication du prochain P’tit
journal. Nous aimerions également prendre le temps de remercier l’équipe informatique. Votre
support fut très apprécié le 17 novembre 2010 et nous tenons à le souligner.
SUIVI DES DOSSIERS :
Pour donner suite à nos mandats portant sur la confidentialité et le transfert des apprentissages,
les avis devraient être déposés vers le mois d’avril 2011. Vous serez alors en mesure de
connaître les résultats d’ici peu.
À NOTER
Il y aura une procédure d’élections
pour les sièges DPJ, DSM et DSR.
Les occupants de ces sièges, soit
Émilie Beauregard, Annie
Bourgeois et Yolande Brisebois,
désirent poursuivre leur mandat.
Olivia Le Bourdais
Membre de l’exécutif
PAGE 05
Volume 11, numéro 01, FÉVRIER 2011
PtitJournal_FEVRIER11:Layout 1
2011-02-08
12:04
Page 6
Direction des services de réadaptation
Remise de la Gendreau Cup
Dans le même ordre d’’idées, nous tenons à
remettre le « Ballon » aux trois gestionnaires
impliqués dans le même comité : mesdames
Denise Richer et Christine Heyne ainsi que
monsieur Marco Beauséjour. Ils ont su mettre
à profit leurs compétences au niveau des
fonctions afin de planifier, organiser, diriger,
contrôler et rendre compte. Ils ont également
contribué au succès de cette activité.
NOVEMBRE 2010
La Direction des services de réadaptation est
fière de remettre le « Gendreau Cup » aux
membres du comité organisateur de la
journée DSR. Ils ont mis sur pied une activité
(rallye) dans le cadre de la présentation des
objectifs organisationnels. Le comité est
composé de madame Julie Brosseau ainsi que
messieurs Miguel Forget, Maxime Richer, Yves
Deschamps, Patrick Charron et Mathieu
Lavigne. Nous tenons à souligner leur
excellent travail tant au niveau de la
planification, de l’organisation et de
l’animation lors de la journée du 28 octobre
2010. Nous tenons à les féliciter et les
remercier pour leur implication, leur
dynamisme et leur mobilisation. Ils ont
grandement contribué à faire de cette journée
un succès. Bravo!
DÉCEMBRE 2010
La Direction des services de réadaptation est
fière de remettre la Gendreau cup à Yannick
Sabourin. Nous tenons à souligner l’effort
déployé à mettre en place une programmation
pour le surnombre de la Pause Café. Monsieur
Sabourin a grandement contribué à offrir une
programmation adaptée aux besoins des
jeunes orientés temporairement dans cette
unité. De plus, il a priorisé la mise sur pied des
plans de réadaptation pour chacun des jeunes
hébergés dans cette unité. Son implication est
appréciée. Merci!
sécurité affective contribue à cette qualité de
service maintenue dans cette unité. Bravo!
Nous tenons également à souligner le niveau
de collaboration de l’unité le Havre quant aux
récents mouvements de clientèle. Leur
capacité d’adaptation et l’accueil fait auprès
des jeunes sont appréciables.
La Direction des services de réadaptation
remet le « Ballon » à Caroline Claveau. Au fil
du temps, elle a su bien camper son rôle de
gestionnaire. Elle a démontré ses capacités à
travers ses fonctions de cadre. Le niveau de
support, d’encadrement et de compétence
déployé par Caroline a été apprécié tant par
sa direction, ses collègues que par ses
employés.
Nous la remercions et lui souhaitons bonne
continuité dans l’organisation.
Nous voulons faire une mention particulière à
l’équipe de l’Odyssée. Une parution dans un
texte de L’ACJQ, où un jeune témoigne des
bienfaits de son passage en centre de
réadaptation démontre la profondeur des
services rendus. L’utilisation des profils de
1ère édition du 24 heures de hockey cosom
Un succès sur toute la ligne!
Les 12 et 13 novembre dernier, avait lieu, à
l’école Sacré-Cœur, la première édition du 24
heures de Hockey Cosom au profit du projet
Opération Père Noël. Au total, 84 personnes
se sont inscrites à cet événement
qui fut, pour sa première année, un
succès sur toute la ligne.
Dès 17h00, le vendredi, un bloc
d’heures fut réservé aux jeunes du
campus St-Jérôme qui ont pu
bénéficier
gratuitement
d’un
gymnase adapté à leurs besoins.
Les jeunes ont aimé l’expérience et
nous ont suggéré, pour l’an
prochain, le désir d’affronter une
équipe d’employés du CJL. Par la
suite, les 84 participants ont défilé
afin de faire du sport et aussi pour
contribuer à l’Opération Père Noë..
Nous avons couvert presque tous
les blocs d’heures disponibles,
excepté ceux de nuit (entre 2h00 et
9h00). Notons aussi la participation
massive des filles qui a constitué
presque la moitié des participants.
Le 24 heures s’est terminé avec un bloc où
des intervenants du CJL ont joué avec
PAGE 06
Volume 11, numéro 01, FÉVRIER 2011
quelques jeunes filles du campus Huberdeau.
Par la suite, tous les jeunes participant du CJL
ont eu droit à un repas chez McDonald grâce
à la générosité du restaurant de St-Jérôme.
En marge de l’événement, un tirage pour une
paire de billets pour aller assister à une partie
des Canadiens ainsi qu’un chandail de la
même équipe a eu lieu. Au total, nous avons
réussi à vendre 116 des 125 billets en
circulation. Le gagnant de la paire de billet est
M. Daniel Laurin et la gagnante du chandail
est Mme Hélène Moreau. Le tout a permis
d’amasser la somme de 2 873 $ pour
Opération Père Noël. Un merci
tout
spécial
à
nos
commanditaires : McDonald StJérôme, Mécanique Richard
Latreille, école Sacré-Cœur
(Lafontaine), La Biz-Billes,
Trophée Laurentides, Mme
Josée Chartrand, Seb Lefort
Multimédia et Promo Impression.
En
terminant,
j’aimerais
remercier les gens qui sont
venus nous donner leur temps
lors de la journée du 24 heures,
les
participants,
les
commanditaires, le CJL, mais
surtout les gens qui ont travaillé
sur le comité organisateur avec
moi: Mme Josée Chartrand, M.
André Clément et M. JeanFrançois Ferland.
Donc, c’est un rendez-vous à ne pas
manquer pour la 2e édition qui aura lieu en
novembre 2011.
Yves Deschamps
PtitJournal_FEVRIER11:Layout 1
2011-02-08
12:04
Page 7
Allez jouer dehors, soyez actifs. Vivez les plaisirs
d’hiver!
Campagne Plaisirs d’hiver
Durant la campagne Plaisirs d’hiver, qui se
déroule jusqu’au 13 mars prochain, la
directrice de santé publique des Laurentides,
Dre Blandine Piquet-Gauthier, vous invite à
jouer dehors, bouger et participer aux fêtes
des neiges et aux
activités
organisées par les
municipalités de la
région.
DU PLAISIR
POUR TOUS!
« La campagne
Plaisirs
d’hiver
permet
aux
jeunes et aux
moins jeunes de
pratiquer
des
activités
extérieures peu
coûteuses tout en
profitant
des
installations
récréatives de leur
municipalité
»,
affirme
Nadia
Lapointe, agente
de planification,
de programmation
et de recherche à
la Direction de santé publique des
Laurentides. En effet, plusieurs activités sont
organisées autant pour les familles que pour
les adultes seuls ou en groupe.
BOUGER POUR LE PLAISIR, MAIS AUSSI
POUR LA SANTÉ
Pratiquer 30 minutes d’activité physique par
jour, même en tranche de 10 ou 15 minutes,
contribue à maintenir et améliorer la santé
physique et mentale!
UNE CAMPAGNE APPRÉCIÉE
La campagne Plaisirs d’hiver en est à sa 11e
édition. Elle permet aux municipalités de
promouvoir
leurs
activités et leurs
installations de plein
air. Cette année, 29
municipalités et 9
écoles
primaires
organisent
des
activités en lien
avec les Plaisirs
d’hiver. Afin de les
soutenir dans leurs
efforts, des bourses
ont été attribuées à
huit municipalités
par la Direction de
santé publique des
Laurentides.
Pour obtenir plus de
renseignements sur
cette campagne et
connaître
les
activités organisées
par
les
municipalités,
consultez
le
www.mels.gouv.qc.ca/plaisirshiver/.
Direction de santé publique des
Laurentides
Le CJL
présent au
Salon de
l’emploi du
cégep de
St-Jérôme
Le Centre jeunesse des Laurentides
sera présent au Salon de l’emploi
2011 qui se tiendra au cégep de StJérôme le 23 mars prochain, de 10 h
à 14 h. Plusieurs exposants seront
présents, dont le CJL, pour faire
connaître leur organisation et les
principaux types d’emplois possibles
en plus de recueillir des curriculum
vitae et répondre aux questions des
visiteurs.
Afin que le Centre jeunesse se
démarque et réponde au plus grand
nombre de visiteurs possibles, il a
besoin de votre soutien!
Le CJL souhaiterait la collaboration
de quatre intervenants (deux
éducateurs et deux TAS), qui
pourraient être présents au
kiosque. Un éducateur et un TAS
entre 9 h et midi et deux autres
entre midi et 15 h.
Ceux et celles qui sont intéressés sont
priés de communiquer avec Karine
Côté, agente d’information à la DDOP
au 450 436-7607, poste 2357 ou via
courriel. Celle-ci sera également
présente au kiosque tout au long de la
journée.
Karine Côté
Agente d’information
PAGE 07
Volume 11, numéro 01, FÉVRIER 2011
PtitJournal_FEVRIER11:Layout 1
2011-02-08
12:04
Page 8
Défi J’arrête, j’’y gagne
Inscrivez-vous avant le 1er mars 2011
Pour une onzième année consécutive, les
Agences de la santé et des services sociaux,
Directions de santé publique s’associent au
Défi J’’arrête, j’y gagne! afin d’offrir aux
fumeurs une approche de cessation efficace,
un soutien positif et dynamique qui leur
permettra de se libérer du tabac.
Du 1er mars au 11 avril, engagez-vous à ne pas
fumer pendant six semaines.
Avec un coéquipier
Deux personnes qui désirent arrêter de fumer
s’’inscrivent ensemble au Défi en tant que
participants pour s’entraider et se soutenir.
SAVIEZ-VOUS QUE :
• 15 804 participants se sont engagés à ne
Participez au Défi à votre
façon!
Après
12
ans
d’existence, le Défi J’arrête, j’’y
gagne! demeure pertinent
dans une province qui compte
entre 20,7 % et 22,5 % de
fumeurs et où près de 60 %
souhaiteraient arrêter.
TROIS FAÇONS DE
RELEVER LE DÉFI CETTE
ANNÉE :
Personne seule
Nouveauté cette année! Une personne peut
s’inscrire seule au Défi.
Avec un parrain ou une marraine
Une personne qui désire arrêter de fumer
s’’inscrit au Défi en tant que participant, en
choisissant un parrain ou une marraine nonfumeur pour la soutenir.
Joyeuse
St-Valentin!
• Près de 100 000 visites ont eu lieu sur le site
Web DefiTabac.ca et près de 10 000 messages
ont été échangés sur le forum depuis le
lancement du Défi 2010.
• Plus de 50 % des adolescents fumeurs ont
tenté au moins une fois d’’arrêter et près de
25 % l’’ont fait à trois
reprises ou plus dans
la dernière année.
• Les jeunes, en
moyenne, fument leur
première
cigarette
vers l’’âge de 13 ans.
pas fumer du 1er mars au 11 avril 2010. Depuis
2000, près de 295 000 fumeurs se sont inscrits
au Défi.
• 62 % des participants se sont inscrits en duo
avec un parrain ou une marraine non-fumeur,
alors que 38 % ont fait équipe avec un
coéquipier voulant également cesser de
fumer.
• Les adultes engagés
auprès des jeunes ont
une influence capitale!
Démontrez
votre
engagement envers la
santé et le bien-être
des jeunes!
Êtes-vous prêt pour le Défi J’arrête, j’’y gagne
2011 ?
Pour vous inscrire ou pour plus informations,
visitez le site www.defitabac.ca
• Un participant sur quatre a demandé de
recevoir du soutien de la part des conseillers
Sandra Lapointe
Conseillère en santé et sécurité au
travail
Voici les membres du personnel qui se sont
joints à l’organisation dernièrement
Natacha Alarie
Éducatrice
Martine Labelle
Agente administratitive, classe 2
Marie-Ève Gratton
Éducatrice
Martin Lemoyne
Surveillant
Myriam Feiter-Murphy
Éducatrice
Julie Lamarche
Éducatrice
Éric Pelletier
Surveillant
Bruno Chalifoux
Agent d'intervention
Thomas Paquette
Éducateur
Alexandre Chevalier
Agent d'intervention
Suzanne Larivière
Préposée à l’entretien lourd
Bienvenue à tous!
Audrey Lalonde,
Éducatrice
PAGE 08
Volume 11, numéro 01, FÉVRIER 2011
de la ligne J’Arrête.
Stéphanie Labonté
technicienne en assistance social

Similar documents

Écho-Centre mars 2010

Écho-Centre mars 2010 nombreux ajustements apportés dans la dispensation des Enfin, il me reste à apprendre à « être vibrante de vie au services et dans les approches, les investissements, les repos »… le partage serait...

More information