HISTORIQUE DE L`ASSOCIATION VITICOLE DE LUTRY

Comments

Transcription

HISTORIQUE DE L`ASSOCIATION VITICOLE DE LUTRY
HISTORIQUE DE L'ASSOCIATION VITICOLE DE LUTRY
1
1905
De par la mévente des vins du début de ce siècle, les propriétaires inquiets de ne pouvoir
écouler le produit de leurs vignes comprennent qu'ils pourraient eux aussi bénéficier des
avantages que l'Association a déjà apportés depuis des décennies aux producteurs de lait
par exemple.
C'est pourquoi, le 9 décembre 1905, une assemblée populaire convoquée par voie de
publications, s'est réunie à 8 heures du soir à l'Hôtel de Ville afin de discuter de
l'opportunité de la fondation à Lutry d'une Association Viticole. L'assemblée, où l'on compte
environ 100 personnes, présidée par Monsieur Albert Paschoud, pépiniériste à Corsy, est
favorable à cette idée. Un comité provisoire comprenant des membres des divers partis de
la Commune est constitué comme suit:
- Président:
M. Maurice Bujard de Lutry
- Vice-Président :
M. Auguste Bessat, Syndic, Lutry
- Membres:
MM. Valentin Ponnaz et Henri Détraz, du Châtelard; MM.
William Bron, Henri Crausaz, Louis Ganty, tous de Lutry; MM. Emile Détraz et Alfred
Dentan de Savuit; MM. Sosthène Noverraz et Albert Paschoud de Corsy.
2
~1905
Le buffet de la gare de Lutry, et les vignes de la Culturaz.
3
1905 (suite)
Ce comité est chargé de la rédaction d'un projet de statuts, sur la base de ceux des Associations Viticoles
d'Yvorne, fondée en 1902, et d'Aigle, fondée en 1904. Ce sont donc ces 12 citoyens qui sont à la base
de la création de notre Association Viticole dont les buts étaient :
- De faire profiter les propriétaires de vignes, quelle que soit l'importance de leurs récoltes, d'une
bonne vinification et de la vente des vins opérées dans les conditions les plus favorables.
- De faire connaître les vins de la commune de Lutry dans toute leur pureté et leur authenticité et
de leur chercher des débouchés, d'en favoriser le commerce et l'écoulement.
- D'acheter en commun tous les produits utiles à la viticulture et aux membres de l'Association.
L'assemblée générale constitutive n'eut lieu que l'année suivante, soit le 17 septembre 1906
avec 16 membres inscrits. Les statuts furent adoptés et un nouveau Comité de Direction
de 5 membres fut nommé :
- Président
la suite)
- Secrétaire
- Membres
: M. Maurice Bujard, à Lutry (qui devint Conseiller National puis Conseiller d'Etat par
: M. Auguste Paschoud, Notaire
: MM. François Dizerens, Louis Ganty de Marc et Sosthène Noverraz.
4
1906

Encavage en commun de la première récolte de l'A.V.L., pressée au
domicile des membres s'élève pour l'année 1906 à 27'085 litres, d'un
sondage moyen de 83,5°.

15'935 litres furent vendus au cours de la vendange et le solde encavé
à la cave du Château, après entente avec la Municipalité. Cette récolte
a été payée 46 cts le litre aux membres et vendue 58 à 62 cts par litre,
suivant la quantité .
5
1907

La récolte fut plus importante: huit nouveaux membres ayant demandé
leur adhésion. C'est plus de 73'000 litres qui furent livrés, dont 60'000
litres vendus de suite à la Maison Bujard, marchand de vins, au prix de
56 cts le litre.
6
1908

La cave de M. David Paschoud, directeur du Crédit Foncier, est louée
en vue de l'encavage en commun, ainsi qu'un certain nombre de vases
à la cave du Château. 131'000 litres furent livrés, dont 44'000 vendus
lors des vendanges.

Ces quantités importantes démontrent le développement rapide de
l'A.V.L. grâce à l'initiative de son comité d'alors.
7
1910
 Le pressurage en commun est organisé pour la première fois au
Château sur un pressoir communal.
1912

Le 12 janvier a lieu la première mise publique organisée par l'A.V.L.

57'500 litres de la récolte 1911 sont offerts et vendus par différents lots
entre 65 et 70 cts le litre.
8
1914

Suite aux difficultés économiques locales dues à la guerre, l'A.V.L. est
chargée par la Municipalité de pressurer et d'encaver la maigre récolte
de tous les vignerons qui en feraient la demande.
1918

Le prix de vente atteint 1,68 frs le litre, puis frs 2,10 en 1919, année où
l'A.V.L. compte 28 membres inscrits.
9
1918

Le prix de vente atteint 1,68 frs le litre, puis frs 2,10 en 1919, année où
l'A.V.L. compte 28 membres inscrits.
10
1919
11
1920

Début de la mévente dûe à l'envahissement de vins étrangers. Baisse
générale des prix.
12
1920
13
1922

Premières mises en bouteilles étiquetées et portant le nom de
l'Association Viticole de Lutry.

3'000 bouteilles de la récolte 1921 sont ainsi vendues, un bon
commencement.

Le 8 octobre, M. Henri Bessat est nommé membre du Comité. Il va
par la suite, pendant de longues années, faire un travail de pionnier
pour l'A.V.L.
14
1923

Le marché des vins est dans un marasme complet. Les prix de vente
tombent à 56 cts le litre. Une mise publique organisée le 23 juillet ne
réunit aucune offre!
15
1925

A l'exposition nationale d'agriculture de Berne, l'A.V.L. obtient la médaille d'or
pour la collection de vin présentée des années 1919, 1921 et 1923.
Ci-dessous le papier à entête de l’époque.
16
1927

M. Isidore Bücher, tonnelier, est chargé des expéditions et des
transvasages. Les expéditions se font à partir de fûts de 50, 70, 100 ou
150 litres, tous fabriqués par ses soins.
17
1928


Une mise des vins organisée au Château, permet de vendre la totalité
de la récolte 1927, aux prix de frs 1,20 à frs 1,27 le litre. C'est une
excellente journée pour l'A.V.L.
La récolte 1928 se vend frs 1,40 la bouteille, verre perdu.
18
1929

M. Maurice Bujard, qui est alors Conseiller National, demande à être
remplacé après 23 ans de Présidence.

M. Albert Ganty est désigné comme nouveau Président et M. Henri
Bessat comme Secrétaire-Caissier.
19
1931
Après 2 ans de présidence, M. Ganty décéde. Il est remplacé par M.
Jules Paschoud, grand-père de M. Pierre Dentan.
 C'est cette même année 1931 que 5 cuves en ciment sont construites
au Château, d'une contenance totale de 58'500 litres et pour une
dépense de 8'500 Frs. Le local est loué à la Bourse des Pauvres pour
frs 200.- par année.
 Une soirée est organisée pour fêter le 25ème anniversaire de l'A.V.L.
L'Association Viticole compte alors 38 membres.

20
1932-1934
La récolte est successivement frs 1.- frs 1,35 et frs 0,70 le litre aux
membres.
 Le prix de vente des bouteilles passe de frs 1,40 à frs 1,50 et tombe à
frs 0,80 la bouteille (verre perdu).

21
1935
La formidable récolte annoncée oblige le comité de l'A.V.L. à construire
des cuves chez les membres pour une contenance totale de 192'000
litres, ceci pour une dépense de frs 24'700.- coût moyen par litre: 12,8
cts. C'est cette même année que l'impôt sur le vin fait son apparition.
 L'encavage total de la récolte 1935 s'élève à 517'000 litres. La récolte
était de 900 à 1200 litres au fossorier. 83'000 litres furent logés aux
caves de l'Hôpital de Berne.
 Une première vente de 60'000 litres est traitée au prix de 35 cts le litre,
puis d'autres à 38 cts. Cette récolte a tout de même été payée 32 cts le
litre aux sociétaires.

22
~ 1930
23
1936-1941






Le nombre de membres passe de 67 à 103, c'est donc une progression
impressionnante.
Présidence de M. Jules Paschoud depuis 1931, La finance d’entrée est
de 20.- par fossorier.
L’entreprise Louis Cuennet de Lutry nous fait une offre pour des cuves
ciment au château. 100'000 litres pour frs 20’000.Le Châtelard 1939 est vendu 1,10 et le 1940 1,40 frs.
Les cafetiers paient le litre 1,25 pour autant que le ½ soit vendu 1,10.On peut encaver 360'000 litres et après les travaux au château, on aura
une capacité de 450'000 litres.
Le vinificateur est Joseph Bucher. Le canton a récolté 30'000'000 de
litres et les vendanges débutent le 15 octobre. L’association compte
103 membres.
24
~1940
(vendanges à Lutry)
Photo mise à disposition par M. Aloys Blondel (portant la hotte)
25
1942
Renouvellement du bail pour la location des caves du château avec la
commune. Le canton nous rembourse la moitié des frais des cuves,
soit 10'462.- frs. On a besoin de place, mais nous ne pouvons plus faire
de cuves car la chambre Vaudoise du commerce ne nous autorise pas
a acheter des fers et du ciment. On loue une cave à Paudex pour frs
1'900.- par année.
 Capacité 120’000 litres. Année de grêle et de coître. Vendanges dès le
5 octobre.
 L’économie de guerre nous oblige à livrer du raisin de table. Il sera
payé 1,20 le kg. On doit aussi livrer 20% de la récolte à la
confédération pour en faire du concentré. Le 1942 est à 1,30 frs le litre
pour cafetier, frs 1,70 le 1941 et frs 1,80 le 1942.
 La finance d’entrée passe à frs 25.- le fossorier.

26
1943

L’économie de guerre demande du raison de table. Les membres en
fourrnissent.

Vendanges dès le 30 septembre. Récolte annoncée 400'000 litres dont
100'000 seront pressés au Château. Vente de 60'000 litres à Perroy
(S.V.P.) au prix de 1,30 mais ça rouspète car ils nous ont pas encore
payé le 42.
27
1944
On écrit à Berne au département militaire et des assurances car on ne
veut pas payer l’assurance grêle en avril, mais en fin d’année. Réponse
négative.Il faudra payer en mars. Le Lutry est à 1,90 et le Villette à 2. Nouveau président en la personne de M. Marcel Richard.
 Estimation des récoltes, 600 litres au fossorier.
 Etude pour un pressoir hydraulique. La maison Bucher fait une offre
pour deux pressoirs à frs 16'000.-. Mais le projet doit être abandonné,
car on ne trouve pas de fers et l’Assemblée trouve trop cher. Capacité
de pressurage: 40'000 litres par jour. Le 1943 se vend très bien, on
n’accepte plus de nouveaux clients.

28
1945
On envidage une réfection des anciens pressoirs, mais le département
fédéral de l’économie de guerre refuse de fournir des fers et du ciment
à l’entreprise mandatée. Donc abandon du projet. Il faudra faire avec
ce que l’on a.
 Une demande est faite au comité pour engager un caviste fixe.
 Récolte annoncée 620’000 litres. Vendanges le 20 septembre. Achat
d’une machine à calculer, la première pour frs 760.-.
 Engagement de M. Joseph Bucher comme caviste fixe. Un contrat de 5
ans est signé. La station fédérale nous félicite pour l’excellente qualité
de nos 1945.

29
~1940
Les camions de la maison Bujard
30
1946






Désaccord avec la maison Bujard qui estime qu’on lui vend nos vins trop cher,
elle en avise le Service Fédéral du Contrôle des Prix à Berne.
Fin des amendes pour absence aux assemblées. Etude pour faire des cuves à
la cave Augsburg. La maison Notari de Cully l’emporte avec un prix de 19,6
centimes au litre.
Le 40ème est en préparation. Un souper à la salle de gym est agendé pour la fin
de l’année. Le cuisinier prévu n’assume pas et tout est annulé. La fleur passe
très mal. Un fond pour le 50ème doit être fait.
La maison Bujard offre de nous acheter toute la récolte et s’occuperait de la
commercialiser à notre place. Refusé.
La Commune pense à supprimer les bans et demande notre avis. Nous sommes
d’avis de les garder. La cave Augsburg est terminée. Coût 16'000 frs.
La surface actuelle est de 1289 fossoriers et le prix aux grossistes est de 2.-
31
1947
Notre société change ses statuts afin de pouvoir garder le terme
« Association »
 L’assemblée accepte une dépense de 16'000.- frs pour l’installation
d’un pressoir hydraulique.
 La récolte 1947 est pressée avec ce dernier à la satisfaction de tous.
 Le 1946 s’écoule mal.

32
1948





Le département de l’agriculture nous accorde un subside de 4'600.- frs
pour les cuves construites à la cave Augsburger.
Un nouveau président arrive en la personne de M. Albert Blanc.
L’association compte 132 membres.
L’assemblée accepte une dépense de 28'000.- frs pour l’achat d’un
second pressoir hydraulique ainsi qu’un système de pesage et de
foulage automatique.
Engagement d’un gérant comptable, M Edmond Berger.
33
1949






Président M. Albert Blanc
On commence à parler de payer la récolte au degré. St-Saphorin
commence.
L’assemblée mandate le comité pour faire une étude sérieuse d’achat
et de construction afin d’avoir des locaux de pressurage et de stockage
à la même place.
On commencera à faire des sondages. L’Etat le désire, la commune
aussi. Le comité décide de donner une prime aux meilleures récoltes.
L’Etat fournit deux contrôleurs.
On a cueilli 69'349 kg de raisin de table.
Les sondages sont satisfaisants. ( Pas d’autres commentaires )
34
~1950
35
1951

Suite à des circonstances pénibles, M. Berger est révoqué de sa
fonction de gérant le 28 février 1951. Ce ne fut pas un bon berger ! Le
ler mai de cette même année, M. Emile Paschoud, figure bien connue à
Lutry, reprend la gérance de la Société.

A cette époque, les frais de mise en bouteilles étant très élevés, le
Comité décide de pousser les ventes en gros
36
1952

MM. Robert Blondel et Eugène Bonjour sont nommés au Comité. Ce
dernier le sera pour une durée de plus de 30 années !

Le Comité de l'A.V.L. prend conscience de la dispersion des locaux et
cherche l'occasion d'acheter un bâtiment aux abords du Château et
envisage également une nouvelle construction.
37
1953
Problème de place. Les caves sont pleines. M. Bolomey nous propose
d’acheter son hangar aux Burquenets. 128 m2 pour 50'000.- frs.
 Il faut faire de la place pour le 1953 qui arrive. On accepte de vendre
aux grossistes pour le prix de 1,30 frs le litre.
 Dès cette année, le « Plant du Rhin » sera pressé à part.

38
~1950
39








1954
Toujours le même problème des vignes louées. Sont-elles vraiment livrées au
bon endroit. Les statuts (art.22) seront revus.
L’Office cantonal de la Viticulture créée trois zones. A et B sont les bonnes
zones et la C est appelée à disparaître si le canton rencontre des problèmes.
Les plants autorisés sont les suivants :
Blancs :
- Chasselas, Plant du Rhin (Sylvaner) et Pinot Gris
(proscrits: la Blanchette et le Riesling-Sylvaner )
Rouges:
- Pinot noir, Gamay de Caudoz, Gamay de St-Foix (Beaujolais).
La plantation des plans autorisés en zone A et B sera subventionnée.
Le 1952 est vendu 1,22 frs le Châtelard 1,40. Le marché du vin est difficile.
On ne sait pas où mettre le moût qui va arriver. Les sondages s’annoncent
médiocres. On arrive à 63,4° à fin septembre et le canton compte 20 millions
de litres en trop.
On étudie la possibilité d’acheter à la rue Verdaine la maison Augsburger et
le jardin de M. Deprez.
Suite à la baisse des prix des marchés de gros, le Comité décide de
développer la vente de détail. Malheureusement, les prétentions des tarifs de
mises en bouteilles de M. Bucher, caviste, sont en constantes augmentation.
40
1955










Les prix sont fixés pour les achats ci-dessus, à savoir frs. 66'000.- .
L’architecte M Moser est mandaté pour une étude de faisabilité.
Accord est donné pour ce projet pour un montant total de 260'000.- y compris
l’achat des bâtiments.
Au dernier moment, tout capote, la famille de M. Deprez renonce à vendre son
jardin et sans ces 100 m2, le projet n’est plus possible.
La Commune nous demande nos besoins et va nous épauler afin de trouver un
terrain.
Vente de 17'000 litres à Perroy au prix de frs 1,27.
Nous étudions la possibilité de construire sur le terrain des abattoirs.
Notre Châtelard n’est pas retenu pour être présenté à la Fête de Vignerons.
On cherche désespèrement de la place. Bujard nous en prête au Cloître pour
10'000 litres. Vendanges le 17 octobre.
Le 27 décembre 1955, le Comité notifie à M. Bucher la résiliation du contrat qui
lie les deux parties, ceci pour le 31 décembre 1956. En réponse, M. Bucher
donne sa démission pour le 31 août 1956. Elle est acceptée par le Comité.
41
1957













On réalise que l’on a oublié de fêter le 50ème anniversaire.
La récolte de 1956 est très mauvaise. Le gel, la fleur et le temps en général
durant l’été, la nature ne nous a pas épargné.
La construction prend du retard. L’Etat ne veut pas nous allouer de subside, car
la capacité d’encavage des associations du canton représente déjà le 50% de la
capacité totale. Au vu de cette annonce, nous devons diminuer le volume prévu.
Le projet se présente comme suit :
 Construction
275'000. Extérieurs
25'000. Terrain
25'000. Cuves
72'000.- 240'000 litres à 0,30 ct
 Eau – Électricité
10'000. Total
435'000.- pour 3'217 mètres cube
L’Assemblée générale du 21 décembre1957 décide la construction.
L’Etat rembourse les 6'000.- de frais de devis.
42
1957
M. Jean-Pierre Gertsch est notre nouveau caviste. (photo prise en 59)
43
1958







C’est l’arrivée des portettes en inox.
Prix de vente aux cafetiers 2,35 et 2,50 aux particuliers
M. Oulevay, conseiller d’Etat en charge de l’AIC veut que toutes les associations
et caves coopératives remettent leurs récoltes à une centrale vaudoise qui ferait
la commercialisation. Nous ne pourrions vendre qu’aux cafetiers aux privés, et
qu’en bouteilles. Il est clair que nous sommes opposés.
Le PV fait suite à l’assemblée où la décision de construire a été prise, n’est pas
acceptée par le registre foncier. Un nouvelle assemblée sera convoquée pour
qu’elle accepte l’achat à la bourse des pauvres de 998 m2 à 20.- frs.
La fleur a mal passé et la grêle a frappé deux fois. Estimation de la récolte à
venir: 135'000 litres
Acceptation de la construction sans surprise et les travaux peuvent commencer.
C’est la Cobal que se charge du travail
44
1958
Le chantier de notre futur bâtiment
45
1959

Préparation de l’inauguration et de la fête à l’occasion du 50ème
anniversaire avec un peu de retard.
G.Epplé, Ch. Emery, Ch. Gilléron, M. Marendaz, Albert Blanc (Président) et A. Coderey
46
1959
Préparation de l’inauguration et de la fête du 50ème anniversaire avec
un peu de retard.
 La manifestation se fait dans le local de stock de l’étage supérieur de
notre nouvel bâtisse. Pour l’occasion, tables et fleurs meublent ce local
et une assiette froide est servie au 150 participants.
 Le nouveau pressoir Vaslin est arrivé. On commence à s’intéresser au
rouge, mais la quantité est trop faible pour penser à le vinifier.
 Récolte de 490'000 litres

47
1959
(Inauguration du bâtiment de la Culturaz)
Mme Anita Paschoud
(épouse d’Emile)
Charles. Emery
Charly Gilléron
Marcel Marendaz
Georges Epplé
au fond:
Albert Blanc,
Lucien Gay
48
1960

On fait une étiquette pour le plant du Rhin. « Croisillon » est son nom et
on le vend à 2,60 la flûte. La récolte est immense et on ne sait pas où
mettre le moût. On récolte 579'767 litres. On doit stopper les
vendanges faute place. UVAVIN nous trouve de quoi loger 10'000 litres
dans la cave à Satigny afin de pouvoir finir nos vendanges.
49
~1961
50
1961
Le caissier M. Charles Paschoud quitte le comité et est remplacé par
M. Jean Bron.
 On étudie comment remplacer notre système de comptabilité et c’est
avec M. Adolphe Estoppey que la comptabilité continue avec une
machine comptable.
 On commence à vinifier des rouges. 2’712 litres de Gamay et 2'157
litres de PD (plant du Rhin) qu’il ne faut absolument pas mélanger au
risque de se faire déclasser.
 On paie le Lutry 1,57 frs / l. et le Châtelard 1,75 frs. C’est la
naissance du nom générique des vins blancs vaudois «Dorin ».

51
1962

Le Forban débarque !
52
1962





Le « Forban » est né. Son nom ne fait pas l’unanimité, mais il est accepté.
L’origine de ce nom ne se trouve pas dans les PV. De même pour le « JoliCœur » qui est aussi créé cette année.
L’analyse de notre Gamay est conforme à la loi. Pas de PD dedans.
L’année est sèche. La qualité de la récolte va en souffrir et la fleur passe mal.
187'000 litres sont attendus. On notera l’achat du premier réfractomètre pour le
prix de 226.Prix des vins :





Châtelard
Lutry
Croisillon
Forban
Hybride
2,20
2.2,70
2,80
1,60
53
1963
On construit 12 cuves de 250 à 2'000 litres pour le prix de 14'000.- frs.
 On pousse les vignerons à planter du Gamay ou du Pinot, car notre
« Forban » se vend très bien.
 Achat d’un coffre-fort. Malgré la grêle ( 2 fois ) et le coître, nous
encavons tout de même 370'000 litres.
 On inscrit des vins pour les concours de l’Expo 1964.

54
1964





M. Jean Bron prend la présidence suite au départ de M. Albert Blanc.
Le comité passe de 7 à 9 membres.
On étudie la manière d’agrandir pour faire un local de pressurage. Nos
pressoirs doivent être changés, mais vu nos finances, nous attendrons
l’année prochaine. En plus, on s’intéresse à un nouveau style de
pressoir à l’essai dans les stations fédérales. Il s’agit de pressoirs
horizontaux en continu. Mais après réflexion, nous sommes trop petits
pour s’équiper de ce matériel.
Nous achetons pour 21'000.- frs un Bucher horizontal.
Notre premier véhicule est acheté aussi, il s’agit d’un tracasset.
Nous louons nos installations de pressurage à la maison Siegfried SA
pour qu’elle puisse presser les récoltes qui ont été endommagées avec
leur produit antiparasitaire. Cette maison a en fait dédommagé les
vignerons qui ont utilisé leur produit et acheté les récoltes. Le moût est
parti en Suisse Allemande
55
1965







La société est forte de 89 membres avec une surface totale en
propriété de 730 fossoriers.
Il faut penser à augmenter la production du Riesling et du Forban.
On pense faire une bouteille de Villette. Il faut trouver un nom fantaisie
à lui donner.
Le prix du vin chute de 18 cts au litre par rapport à 1964. La récolte
s’annonce de qualité médiocre.
On sonde 59° le 4 octobre. Il y a de gros problèmes de pourriture.
Les vendanges se font tout de même à partir du 18 octobre. On encave
334'485 litres.
On distille 7000 litres de lie et l’étiquette du Villette, appelé «Robin des
Vignes » ne fait pas l’unanimité.
56
1966
On fait un statut concernant la culture des spécialités, afin que
n’importe qui n’importe qui plante n’importe quoi, ce qui provoquerait
des problèmes à la cave pour la vinification.
 La finance d’entrée passe à 40.- le fossorier et celle de sortie à 60. Un vin champagnisé est né, c’est le « Feu Follet »

57
1966 (suite)

Le « Robin des Vignes » ne se vend pas très bien et son prix est
descendu de 3,20 à 3.-
Une étiquette qui ne faisait pas l’unanimité.
58
1966 (suite)






La récolte est estimée à 400'000 litres et les sondages s’annonce bien. On titre
70° le 27 septembre. Les vendanges débutent le 5 octobre.
Le « Jolicœur » est l’œuvre exclusive de M. Gertsch. Personne ne connaît la
manière dont il est vinifié et c’est pourquoi le comité lui demande de mettre
formule sur papier cacheté et déposé chez un notaire.
Achat d’une machine à calculer pour le prix de 1’400.- Le remplacement des
pressoirs hydrauliques par des horizontaux coûte 70'000.- et on investit encore
11'000.- pour du matériel de cave et 21'000.- pour l’achat d’un élévateur.
L’effectif est de 91 membres.
Une course est organisée pour les membres et leur famille. Le but est un repas
gastronomique chez un restaurateur client de la Viticole à Kandersteg. Le prix
est fixé à 22.- par personnes pour le transport. Le repas est à la charge des
participants. Le personnel est invité. Malheureusement, tout est annulé 15 jours
avant, suite au tragique décès de notre Président, M. Jean Bron.
L’année ne s’annonce pas terrible, les sondages sont au plus bas et les
vendanges débutent le 9 octobre. On encave 504'352 litres.
59
1968
M. Jean Dizerens reprend la Présidence qu’il assumera pendant 10
ans.
 On paie le 66 (frs / lit):

Lutry 2. Châtelard de 2,15 à 2,25 selon les zones.
 Gamay et Riesling 2,30
 Plant du Rhin : 2,20,






On augmente le nombre de personnes au comité. De 7 on passe à 9,
On discute sur un éventuel agrandissement de notre bâtiment.
Les sondages sont compris entre 58° et 64° avec passablement de
pourriture. Les vendanges débutent le 9 octobre et on encave 425'327
litres.
Les vins se vendent à 2,60 pour le Lutry et 2,90 le Châtelard.
Achat de notre première caisse enregistreuse.
Agrandissement de la place de parc côté ouest par la construction d’un
mur en limite de propriété.
60
1970

Le 5 octobre 1970, le Comité vote l'achat d'un groupe de mise en bouteilles pour
le prix de Frs. 25'000.--. C'est le point de départ d'une très forte augmentation
des mises sous verre et des ventes d'unités.
61
1971


Durant l'exercice 1971, la vente d'unités atteint le chiffre record de 450'000, puis
527'000 en 1973,
Le nombre de membres inscrits au Registre du Commerce est en diminution.
Nous comptions 90 membres en 1965, 82 en 1971.
1972
62
1973


Demande à la Commune pour acquérir une parcelle, pour accroître les
capacités d’encavage.
La demande est refusée car non conforme à l’affectation. (Le terrain étant en
zone verdure d’intérêt public.
63
1977



A fin 1977, notre Gérant, M. Emile Paschoud, demande à être déchargé de sa
fonction pour le début 1978, après 26 ans de travail et de dévouement pour la
Société Viticole.
M. Jaquet, magasinier, est blâmé pour avoir ouvert et servi un client venu
acheter 500 bouteilles le samedi après-midi.
Une commission dite de révision des statuts, présidée par M. Jean-Jacques
Grobéty, fait un très gros travail de refonte des statuts.
64
1978

Le Comité avait pris la décision de revenir à l'ancienne raison sociale, soit
Association Viticole abandonnée en 1947. Ce changement était motivé par
certaines remarques provenant surtout de Suisse allemande, où l'expression
laisse planer un certain doute. L'assemblée générale du 14 mars 1978 ratifie ce
changement de raison sociale ainsi que la modification des statuts.

Acquisition du bâtiment, propriété de Tune Augsburger, situé à la rue Verdaine
23,
65
~1970
66
1979




La Commune décide d’engager un vigneron et donc la « Bourse des Pauvres »
qui était sociétaire, quitte l’Association.
En raison des stocks insuffisants, il est décidé de fermer pendant deux
semaines pendant les vacances d’été. Des restrictions de ventes sont même
imposées de façon à pouvoir satisfaire nos clients habituels.
Deux cuves de Forban ont reçu l’appellation de qualité « Salvagnin »
60’000 bouteilles de Jolicoeur sont produites.
67
1980






Décès de M. André Weber, Vice Président, jeune vigneron prometteur.
382'000 unités sont vendues. Cette diminution est due bien sûr au manque de
vin dans nos caves. Depuis 1977, toutes nos récoltes sont mises sous verre.
Nous ne traitons plus aucune vente en gros. Le personnel est mobilisé pour des
travaux de rénovation du bâtiment.
La vendange est très faible, 7 dl au m2 en raison de coulure,
En raison des stocks nuls dûs à trois petites années consécutives, et pour
rentabiliser le personnel et les installations de la cave décision à été prise
d’importer et de vendre du vin étranger, qui sera du Beaujolais et du Veltliner
autrichien (Attila)
L’AVL fait des étiquettes spéciales pour la STAFFEL 11, l’escadrille de
surveillance.
68
~1980
69
1981



L’Association Viticole de Lutry fête ses 75 ans sous la présidence de M. Arnold
Corbaz.
Le discours présidentiel nous apprend qu’après 3 années de disette, la récolte
81 ne s’annonce pas meilleure.
L’AVL envisage d’engager un vigneron afin de cultiver les vignes des membres
ne le pouvant plus.
70
1982




Récolte record dûe à des conditions climatiques précoces, très bonne sortie,
grains à 3,7 gr.
1,8 l au m2 ! On a jamais vu ça ! Moyenne 65° pour le Lutry.
Le système de déclassement introduit fait des mécontents.
Achat pour la cave du Château d’une cuve de pesage et d’un foulo-pompe, qui
remplace la balance à fléau.
1983
Quantité et qualité sont au rendez-vous !
1,5 l. au m2 avec 74° oechlsés de moyenne pour le Lutry !
Le groupe de mise en bouteilles donne des signes de faiblesse. On opte
pour une révisions complète plutôt que son remplacement.
71
1984


Année viticole difficile dûe aux retards de maturité (sécheresse en juillet) et à la
pourriture (pluies de septembre).
M. Eugène Bonjour se retire du Comité après 33 ans de travail.
72
1985





Grosse récolte (1,8 l au m2 , 64° oechslés. Des déclassements interviennent, ce
qui fait jaser.
Les prix sont à la baisse, suite aux récoltes généreuses depuis 1982,
Les stocks sont en augmentation.
Le recours à l’emprunt permet de payer les vignerons aux échéances
habituelles.
Achat de la 1ère camionette, une Mitsubishi pour un montant de frs 17’400.-, ce
qui permet d’effectuer les livraisons nous-mêmes ainsi que des transports pour
l’exploitation.
73
1986


Récolte d’une qualité exceptionnelle notamment grâce aux travail des vignerons
qui ont joué le jeu en limitant la récolte pour viser les quotas de 1 l au m2,
1,2 l au m2 pour un sondage moyen de 71 degrés Oechslés !
74
1987




Projet et plan soumis à la Commune d’agrandir le bâtiment côté Lausanne pour
créer un local de réception de vendanges et de pressurage, ce qui permettrait
de libérer les locaux loués au Château.
Refus de la commune car un projet de parking souterrain avec salle de
spectacles et de protection civile est à l’étude.
Volonté de moderniser les outils de communications en vue d’envoyer des
courriers réguliers à notre clientèle.
M. Gertsch, atteint dans sa santé, prend une retraite bien méritée après 31 ans
de travail unaniment apprécié. M. Patrick Keller lui succède.
75
1985-1987
(prix-courants)
76
1987
77
1988
Obtention du permis de commerce de vins en vrac
 Etude pour 1er ordinateur à l’AVL suite aux explications d’un certain
P.A. Brasey, alors à Corseaux, concrétisée en 1989 pour frs.30'000, (2
postes)
 Licenciement immédiat pour refus de travail de M .Adijerovski,
remplacé par M. Bonvin.
 Récolte 88 : sondages moyens de 68 pour les Lutry, 73 pour le RxS et
83 pour les Pinot Noirs. 1500 kgs de chasselas déclassés à 58
Oechslés…

78
1989






P. Dentan succède à A.Corbaz comme président. Ch. Pasche viceprésident.
Fermeture du magasin l’été pour manque de vin. Nouveau logo (projet
Delacour).
Achat mobilier du bureau pour frs.13'000, y.c. une photocopieuse de
frs.2600,.
Remplacement de M.Jaquet à la vente par M. Paul Mayr
Vendanges 89 : 320'000 litres de chasselas (73,5 Oe), 40'000 de
Gamay (82°) et 8000 de Pinot Noir (86°). Passage du paiement du litre
au kilo.
Placements de tranches de frs 200'000 à court terme entre les
versements. Remboursements des prêts des sociétaires pour frs
120'000.-
79
1990









Lifting des étiquettes et création du Plan-Joyeux.
Ventes à Carrefour : 17'000 bout en 1989,
L’état des liquidités permet le placement de 500'000, à court terme en
avril mai.
Achat du pressoir Suter EPC 35,
Inondation de la cave (120'000 lt d’eau et limon) suite à orage de 76
mm d’eau/m2 et à défectuosité du système des canalisations
communales. Litige avec la Commune qui comme l’assurance, refuse
de payer les dégats.
Acht du logiciel vendanges pour frs 2500.- à un certain M.Brasey.
Xième refus d’adhérer à la FCVV, perçue comme envahissante et sans
intérêt.
Rénovation du local de vente.
1er projet d’un nouveau groupe de mise pour frs 427'000.- reporté.
80
1991








Proposition d’Uvavins de mettre en bouteilles chez eux.
AG : demande de crédit de 430'000, pour l’achat d’un groupe de mise
en bouteilles, augmentation de la ligne de crédit de frs 300'000 à frs
500'000, compétence du Comité à 50'000,
Acceptation d’une étude pour le regroupement des 4 caves de Lavaux.
Achat de la cuve de réception de la vendange à la Culturaz (frs
40'000.-)
Vente de vrac à frs 7,50 pour les Lutry (32'000 litres). Passage aux
bouteilles de 75 cl.
Création du Forban Fût de chêne.
Inventaire des capacités d’encavage : 500'000 lt.
Récolte 1991 : 450'000 kgs, 40% de plus qu’en 1990, avec baisse du
prix de l’accord avec le GENAL ( frs 6.-/kg au lieu de frs 6,30 en 1989)
81
1992








Nouvelles étiquettes pour les spécialités (apparition du Chardonnay) et
du Plan-Joyeux rouge.
Passage à la comptabilité informatisée. P. Keller obtient le titre de
gérant.
Vu la récolte pléthorique 91, premiers et importants passifs dans le
compte trésorerie (utilisation de la ligne de crédit).
Création de la CVVL.
Inauguration du groupe de mise en juillet. Premières Journées Portes
Ouvertes. Contrat de vinification avec les Communes de Lutry et
Paudex avec conditions annexes de reprise des surplus.
Augmentation de la cédule et du prêt hypothécaire de la Culturaz de frs
400'000.Première demande de blocage financement (frs 400'000.-).
Pressurage des rouges et spécialités à la Culturaz.
82
1992
 Inauguration du nouveau groupe de mise en bouteilles
 L’AVL obtient le mandat de vinifier et de mettre en bouteilles le
vin communal.
83
1993





Pas d’accord GENALproduction pour les Lavaux III ( frs 4,50 proposé,
contre frs 6,)
La comptabilité désormais assurée par la fiduciaire OFCA.
Plantation des Gamaret et Garanoir par P.Vannod pour M. Fontannaz.
Introduction de la nouvelle ODA avec limitation de production à 1,12 lt
et 0,96 lt/m2, avec les difficultés de mise en œuvre et d’acceptation par
les membres.
Changement d’ordinateur.
84
1994







Encavage 270'000 kgs
Remplacement à la vente de P. Mayr par F. Comunetti.
Affiliation à la FCVV
Exercice déficitaire de frs 70'000, en payant frs 4,53 le kg, prix de
l’accord 3,92.
Evocation de collaboration avec d’autres caves pour rationnalisation.
Charly Pasche est président, Pierre Dentan continue comme membre
du Comité.
Notre Riesling-Sylvaner 93 décroche une médaille d’or au Concours
international des Vins de Ljubiana !
85
1994

Le Médaillé d’Or !
86
1995
Encavage 260'000 kgs, degré moyen 66,7 Oechslés tous cépages
confondus.
 Paiement de frs 4,70/kg ( prix de l’accord: frs 4,08)
 Contrat de vinification des vins de la Commune de Belmont.
 Plus que 5 membres au Comité ( 7 en 1993, 6 en 1994)

87
1996
Création d’Eurêka Vins Sàrl, société d’importation de vins étrangers
dont l’AVL est actionnaire majoritaire, 16 vignerons détenant chacun
une part.
 233'000 kgs encavés, paiement du 95 frs 4,80 le kg (accord 4,30)
 Achats de raisins rouges extérieurs
 Création du site Internet

88
1997
230'000 kgs (manque de 30'000 kgs par rapport aux acquits)
 Equipement de certaines cuves par des drapeaux destinés à permettre
de contrôle des températures. Rénovation de la toiture et des murs du
bâtiment de la Culturaz.

89
1998
Prix de l’accord pour les Lavaux III relevé de frs 5,70 à frs 6, le litre de
vin clair.
 Encavage de 180'000 litres
 Refonte de l’organisation interne avec engagement de D. Roulet en
remplacement de Mme Délessert, nouveau cahier des charges du
gérant et nouvelle répartition des dicastères au sein du Comité pour
1999.
 Baisse des ventes aux particuliers de 12’000 bouteilles. Perte de frs
130'000.- sur l’exercice due en partie à des reports de charges
d’exercices précédents.

90
1999
Prix de l’accord inchangé pour la récolte 1999. Installation à la Culturaz
des palans et achat des bacs pour les vendanges. Nouveau système
de paiement à la qualité, imputé à chaque versement pour inciter les
fournisseurs à réagir avant la prochaine vendange.
 Bénéfice de l’exercice de frs 140'000, compensant le déficit de
l’exercice précédent, mais perspectives conjoncturelles moroses
(stocks en hausse de 13%).
 Modification des statuts introduisant le statut de fournisseur permanent
pour résoudre le problème des fournisseurs qui ne souhaitent ou ne
peuvent pas livrer la totalité des récoltes de leurs vignes à l’AVL.
 Opération marketing de 3 caves de Lavaux avec location du bateau le
« Lausanne ».

91
1999 (suite)

Opération marketing de 3 caves de Lavaux avec location du bateau le
« Lausanne ».
Mme Dentan
Ph. Morisod, Albert Staudenmann, André Grangier,
Sofia Gay, C. Dupuis, …
92
2000
Rénovation de la cave de l’immeuble Verdaine.
 Exercice équilibré.
 Prix payé aux fournisseurs maintenu.
 Ch. Pasche, Président cède le poste à M. J.C.Estoppey, mais
reste au Comité.

93
2001
Augmentation des stocks de 20%. Effondrement des marchés de vrac
pour les Lavaux III.
 Exercice équilibré.
 Agrandissement de la Culturaz envisagé, financement éventuel par la
vente de l’immeuble Verdaine.

94
2002





Nouvelle augmentation des stocks de 16%. Pas d’accord entre le
négoce et la production.
Remplacement de François Comunetti par Olivier Schlatter à la vente,
renonciation au démarchage extérieur.
Audit externe de M. Maechler pour son travail de MBA, sur la stratégie
de la société.
Mise en veilleuse du projet d’agrandissement. Achat des cuves
extérieures vu la rupture du contrat de location des locaux du Château.
Introduction de la Lettre de la Viticole. Mise en place des contrats de
petite production.
95
2004





Stocks stables, prix payé en baisse.
Démission pour raisons de santé du gérant P.Keller, remplacé par P.A.
Brasey.
La responsabilité de l’œnologie est confiée à Laurence Keller.
Encavage de 240'000 kgs.
Début de la collaboration avec l’UVC ( vendanges).
96
2005
Vente de 50'000 litres de vieux vin, à perte de 40 ct/litre, mais stock
assaini.
 Aggravation de la crise du secteur vitivinicole par une campagne du
BPA terriblement efficace lors de l’introduction du 0,5 %o).
 Echec relatif du lancement d’une bouteille de Lavaux appelée « 0,5 »,
par impossibilité de trouver un distributeur.
 Grêle catastrophique sur Lavaux, mais qui épargne Lutry

97
2006
Renouvellement du logo et de 3 lignes d’étiquettes signés Oscar Ribes,
le designer bien connu.
 Adoption du concept de la GALERIE de la Viticole, qui est inaugurée le
8 et 9 septembre.
 100ème anniversaire de la Viticole.

98
(affiche)
99
Les présidents :
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Maurice Bujard,
Albert Ganty
Jules Paschoud
Marcel Richard
Charles Paschoud
Albert Blanc
Jean Bron
Jean Dizerens
Arnold Corbaz
Pierre Dentan
Charly Pasche
Jean-Charles Estoppey
100
Sociétaires (liste a-b)











Afonso José
Aguet
Charles & Pauline
Aguet
Denis
Aguet
Frédéric
Aguet
Gaston
Aguet
Philippe
Allemann Jürg
Amaudruz
Julie
Amaudruz
Lina
Amaudruz
Louis
Augsburger
P.






















Baatard
Baillod
Ballissat
Ballissat
Ballissat
Ballissat
Ballissat
Bally
Becholey
Charles
Suzanne
Charles
Elise
Louisette
Olivier
René
Gilbert
Charles











Berdoz-Chavant
Bessat Henri
Blanc
Albert
Blanc
Charles
Blanc
Edouard
Blanc
Gaston
Blanc
Henri
Blanc
Jean-Daniel
Blanc
Pierre-David
Blanc
René
Blanc-Gay
Blanc
Yvette
Blondel Aloys
Blondel Emile
Blondel Robert
Blondel Verena
Bolomey Alfred
Bolomey Emile
Bolomey Gustave
Bolomey Louis
Bolomey Marcel
Bolomey Oscar
Bolomey Paul
Bolomey Robert
Jacqueline
Suzanne
101
Sociétaires (liste b-c)























Bonjour Charles
Bonjour Cyrille
Bonjour Eugène
Bonjour François
Bonjour Emile
Bourse des Pauvres
Braillard Jean-Jacques
Breitenstein
Brocard-Chavan
Brodard-Wagnières
Bron
André
Bron
Armand
Bron
Ernest
Bron
Jean
Bron
Gilberte
Bron
Louis
Bron
Marcel
Bron
Robert
Brönnimann
Bujard
Auguste
Bujard
Emile
Bujard
Jean-Pierre
Bujard
Léon





Munic. De Lutry


Ernest
Violette
Anne











Marianne







Bujard
Maurice
Bujard
Philippe
Bujard
Paul-Maurice
Burnier Robert
Chardonnens
Eric
Chavan Clara
Chavan Francis
Chavan Frédéric (père)
Chavan Frédéric (fils)
Chavan Frédéric (j)
Chavan Jean-Claude 40
Chavan John
Chavan Mathilde
Chavan Roger
Clerc
Gaston
Clerc
Gilbert
Clerc
Paul
Coderey Auguste
Coderey Alexis
Coderey Jean-Pierre
Coderey Simone
Corbaz Armand
Corbaz Arnold
Cordey Jean-Michel
Crot
William
102
Sociétaires (liste d-f)



























Détraz-Blondel
Suzette
Décastel Ernest
Décastel Mathilde
Décastel Robert
Delessert Henri
Delessert (Vve)
Marie
Dentan Alfred
Dentan Alice
Dentan François
Dentan Nicole
Dentan Pierre
Deprez Gilbert
Deprez Gustave
Deprez Louis
Despraz L. veuve d'Henri
Dessauges
William
Détraz
Charles
Détraz
Jules
Diserens Henri
Diserens Robert
Dizerens Auguste
Dizerens Ch.
Dizerens Ferdinand
Dizerens Gustave
Dizerens Ida
Dizerens François
Dizerens Jean












Dizerens Oscar
Dutoit
Marc
Ecoffey-Bernier
Estoppey Jean-Charles
Estoppey-Barraud-Roulet
Fauquex ?
Fontannaz
Fontannaz
Fontannaz
Fovanna Laure
Freudenthaler
Freudenthaler
Francis
Françoise-Nicole-Claire-Lise
Charles
Georgette
Marc
Paul
Paul (j.)
103
Sociétaires (liste g-k)




















Gaberell
Ganty
Ganty
Ganty
Ganty
Ganty
Ganty
Ganty
Ganty
Ganty
Gaudin
Gay
Gay
Gay
Gay
Gay
Gex
Gex
Gex
Gex
E.
Aimé (Lutry)
Aimé (Yverdon)
Fernand
Elisabeth
H. Vve d'Albert
Henriette
Herbert
Jean-Marc
Marc
Jean
François
Jean-Daniel
Lucien
Michel
Henri
Albert
Alice
Paul
Pierre























Gfeller
René
Gilliéron Marcel
Giroud
Florian
Gozel
Hoirie R.
Gr..-Rollier Cécile
Grobéty Ami
Grobéty Jean-Jacques
Grobéty Jeanne
Grobéty-Blondel Marguerite
Grun
Pierre
Henninger-Fontannaz
Jacqueline
Henrioud-Bolomey
Max
Hodler
Henri
Hofmann Adolphe
Isoz
Albert
Joly
François
Jones
Stephen
Josée
Jotterand
Kammermann
Edouard
Kilchenmann
Marguerite
Kilchenmann-Paschoud G.
Krapf
Ida
Krupferschmid
Jean
104
Sociétaires (liste l-r)




























Lambelet (Hoirie)
Marcel
Levray
Rose
Mange
Aloïs
Mantel
Edouard
Marguerat Ch.?
Marguerat Charles
Marguerat Marc-André
Marguerat Georgette
Marguerat Gilbert
Marguerat Louis
Marguerat Paul
Marini-Ballissat
Denise
Martin
Gilbert
Mégroz
Henri
Monnier Gustave
Morel
Philippe
Musy
Pierrette
Neukomm Laure
Neukomm Walter
Notari
Jean-Claude
Noverraz André
Noverraz Henri
Oberson Sylviane
Obrist-Marguerat
Jeanne
Oppliger Didier
Pache
François
Paquier
Lucien
Parisod
L. veuve de Ernest

























Pasche
Charly
Pasche
Marcel
Pasche
Samuel
Paschoud A.
Paschoud Bluette
Paschoud Charles
Paschoud Claude
Paschoud Jules
Paschoud Marc
Paschoud Norbert
Paschoud Pierre
Paschoud William
Paschoud Emile
Perrin
Danielle
Piccard
Emmanuel
Pierrehumbert
Rambert Madeleine
Ramel
W.
Resin
Armand
Robyn
Martine
Rod
Albert
Rod
Albert - Mme
Rod
Armand
Rod
Ernest
Rod
Paul
Julie
105
Sociétaires (liste r-z)





















Rosset Gustave
Rouge
Paul
Roulet
Dominique
Ruede-Morrigi
Susanne & Christian
Schafroth Marc
Schlaeppi Pierre-Alexandre
Staudenmann
Albert
Trachsler Georges
Vacheron Edgar
Vannod Emile
Visinand H.
Vuagniaux
Ernest
Vuagniaux-Bron
Georges
Vuillomenet
Aimé
Wagnières
Antoinette
Wagnières
Georges
Wagnières
Rémy
Weber
André - Mme
Weber
Charles
Weber
Emmanuel
Weber
Nelly
106
Remerciements
•Au comité actuel pour le travail de recherche dans les archives, et la
préparation de cette fête.
•A messieurs Estoppey Adolphe et Jean-Charles, Blondel Aloys,
Wagnières Rémy, Dentan Pierre pour leur collaboration et la mise à
disposition de documents.
•Aux membres du Comité, anciens ou actuels qui se sont investis sans
compter dans la gestion de la société.
•Aux collaborateurs anciens et actuels de la Viticole.
•A tous les sociétaires de la Viticole depuis 1906.
•D.Roulet
107