Les Catholiques de l`Oise à Breteuil

Comments

Transcription

Les Catholiques de l`Oise à Breteuil
DE L'OISE
JOURNAL DE L’ARRONDISSEMENT DE SENLIS
le Dimanche
P a r a is s a n t
i> olit,iciu.e
:
JL .J3:G fi:iV O m £1
ar* K T 2C
B U R E A U X . R U D A C f r t M ^ A D M IN IS T R A T IO N
A no» Bureaux Pr Poste
ün an—
Six m o is .
10
6
Les
A b o n n e m e n ta
12
7
p a r ie n t
On s’ab o n n e aux B ureaux d u Jo u rn a l e t d an s tous
les b u re a u x de poste. — L’a b o n n em en t est payable
d ’avance et continue de p lein d ro it ju sq u 'à réception
d 'a v is .
du 1*" de chaque
*
★
*
Il n ’e s t d o n c p a s in d iffé re n t de s ’y
a r r ê te r e t d ’e s s a y e r d ’e n d é g a g e r le
c a r a c tè r e e t l a p o rté e . L e s u je t d u
r e s te e s t d ’a c tu a lité . Q u e p e n s e n t, q u e
v e u le n t les c a th o liq u e s d e v a n t la si­
tu a tio n p ré s e n te ?
C h a q u e c a th o liq u e , e n p a r tic u lie r ,
a le s o p in io n s q u e lu i s u g g è re n t so n
te m p é ra m e n t, sa p ro fe ss io n , so n m i­
lie u so cial, ses d iffic u lté s d ’o rd re p e r ­
so n n e l, sds p ré fé re n c e s p o litiq u e s , etc.
Ces o p in io n s p e u v e n t ê tre p a r f a ite ­
m e n t fo n d é e s, f o r t lé g itim e s e t j u s q u ’à
u n c e r ta in p o in t re s p e c ta b le s . M ais se
p o se to u t de s u ite la q u e s tio n de sa v o ir
j u s q u ’à q u e l p o in t elles s o n t fo n d é e s,
lé g itim e s e t re s p e c ta b le s . L es o p in io n s
s tr ic te m e n t p e rs o n n e lle s n e c o m p te n t
g u è re à l ’h e u r e p ré s e n te . Il f a u t
q u ’elles s o ie n t so c ia lisé e s o u so cialisab les. Il f a u t se m e ttr e à p lu s ie u r s
p o u r p e n s e r e t v o u lo ir.
C o m b ien de c a th o liq u e s o n t p u fa ire
p a s s e r p o u r « c a th o liq u e s » d e s v u e s
q u i n ’e x p r im a ie n t q u e le u rs s y m p a ­
th ie s o u le u rs a n tip a th ie s p e rs o n n e l­
les ! P o u r le p lu s g ra n d d o m m a g e de
la C au se q u ’ils p a s s a ie n t p o u r r e p r é ­
s e n te r ! L u n e d e s tâ c h e s e s se n tie lle s
d e la F é d é ra tio n N a tio n a le C a th o liq u e
e s t de r é s o r b e r c e t in d iv id u a lis m e in ­
te m p é r a n t p o u r a b o u tir à u n e p a r ­
fa ite u n ité d e v u e s e t u n e p a r f a ite
c o m m u n a u té d ’effo rts. Ë n m a tiè re
c a th o liq u e , ce q u i c o m p te , c’e st
l’E g lise, sa h ié r a r c h ie , so n e n s e ig n e ­
m e n t, ses d ire c tiv e s. E t, p o u r ê tre
c a th o liq u e il s ’a g it d ’a b o rd de p e n s e r
av e c l ’E g lise , « s en tire c u m E cclesia ».
O n n e s a u r a it s’e n é to n n e r à u n e
é p o q u e o ù le s q u e s t i o n s d ’o rth o d o x ie
o n t s in g u liè re m e n t d é b o rd é le c a d re
d e s C o n fe ssio n s re lig ie u se s p o u r se p o ­
s e r d a n s le d o m a in e d e la p o litiq u e .
N ’y a -t-il p a s u n e o rth o d o x ie v alo isie n n e , u n e o rth o d o x ie so c ia liste , u n e
o rth o d o x ie e o m m u n is te av e c la q u e lle
l ’in f o r tu n é c a m a ra d e D o rio t e st en
d iffic u lté ? !
D ’a ille u rs , il n e s’a g it p a s ic i d ’u n e
leço n d ’o rth o d o x ie , m a is s im p le m e n t
d ’u n e in v ita tio n à l a p ro b ité la p lu s
é lé m e n ta ire . A u n e é p o q u e o ù les d is­
c u ssio n s s o n t si â p r e s et où les p o in ts
de v u e s’o p p o se n t si v io le m m e n t, il e st
s im p le m e n t h o n n ê te d e n e p r e n d r e
p o u r c a th o liq u e s q u e les id é e s q u i le
s o n t d ’u n e m a n iè re a u th e n tiq u e .
♦
«
*
L ’a v a n ta g e
d ’u n e
m a n if e s ta tio n
co m m e celle de B re te u il e s t de n o u s
re n s e ig n e r d ’u n e m a n iè re e x a c te à ce
s u je t.
Q u e le u r d e m a n d e -t-o n a u x c a th o
liq u e s ? Q ue le u r d it-o n ? Q u e les
in v ite -t-o n à p e n s e r e t à fa ir e ?
D ’a b o rd à c o n s e rv e r le u r c a lm e e t le u r
sé ré n ité . Q u e s’ils o n t à c o m b a ttre d es
id ées, à é v ite r d es c o m p ro m is s io n s
fâ c h e u s e s , à r e v e n d iq u e r d e s d ro its ,
— ils le f a s s e n t av e c c o u ra g e m a is
a u s s i av e c le p lu s g ra n d r e s p e c t e t la
p lu s p a r f a ite c h a rité p o u r les p e r s o n ­
n e s, s a n s d é d a in , s a n s co lère, s a n s
in s u lte s . E t oeci, q u i le u r s e r a ré p é té
to u te l a jo u r n é e , l e u r f u t d it d è s le
m a tin , en p e tit co m ité, lo rs d e la s é a n ­
c e d ’é tu d e s, p a r le u r a u m ô n ie r d io cé­
s a in , a lo rs q u ’il s’a g is s a it d ’u n s u je t
d é lic a t : l’a ttitu d e d e s c a th o liq u e s d e­
v a n t le C o m m u n ism e .
E t q u e le u r a -t-o n p r ô n é e n m a tiè re
d e sy n d ic a lis m e e t d ’o r g a n is a tio n éco­
n o m iq u e ? U n la rg e e s p r it d ’a c q u ie s­
c e m e n t, u n e c o lla b o ra tio n a c tiv e e t gén é re u s e à to u te s le s r é f o r m e s n éces­
s a ire s , à to u te s les a m é lio ra tio n s d é si­
ra b le s d a n s l ’o r g a n is a tio n d u tr a v a il.
A d e u x re p r is e s il le u r f u t d o n n é
d ’e n te n d re la p a ro le d e M. le C h a n o in e
T h e l l i e r d e P o n c h e v i l l e , c’e s t d ire
la q u a lité de l’e n s e ig n e m e n t q u ’ils o n t
re ç u . D a n s so n a llo c u tio n , (Ju ra n t la
m e sse d u C on g rès, l ’o r a te u r in v ite le s
c a th o liq u e s d e l ’O ise à m e ttr e le u r
p ié té a u se rv ic e de la cité, d a n s so n
9,
E la o e
H e n r i- I V ,
TÉLÉPHONE N“ 4
9
S E C S T L IS
Compta C h iq u a a - P o s ta u x P a r i s
478-BO
Directeur Commercial : E. VIGNON
m o is
Les Catholiques de l’Oise à Breteuil
L es C a th o liq u e s de l’O ise o n t
te n u à B r e t e u i l , d im a n c h e
d e rn ie r, le u r X IP a sse m b lé e
g é n é ra le . Ils o n t d o n n é u n
sp e c ta c le r é c o n f o r ta n t. C elui d ’u n e
m a sse , •— e n v iro n h u it m ille h o m m e s
— p a r f a ite m e n t c a lm e e t d isc ip lin é e .
N o u s ne n o u s p ro p o s o n s p a s de fa ire
le c o m p te r e n d u d é ta illé de c e tte b elle
jo u r n é e q u i c o m m e n ç a p a r u n e belle
p ro m e n a d e e t qui f u t tr è s ré u s s ie ,
m a lg ré le te m p s in c e rta in . L a c h a r ­
m a n te p e tite v ille d e B re te u il s ’é ta it
f a it p o u r la c irc o n s ta n c e p lu s c h a r ­
m a n te e t p lu s a c c u e illa n te q u e ja m a is .
T o n t e s les ru e s é ta ie n t p av o isées, o r­
n é e s , lle u rie s . Il y e u l là u n g ro s e ffo rt
e t u n e f f o r t iim % ûm e d o n t il f a u t s a ­
v o ir g ré a u x h a b ita n ts e f a u x o rg a n i­
s a te u r s . L e c h r o n iq u e u r r e g r e tte de
n e p o u v o ir t r a n s c r ir e ic i to u s les n o m s
q u ’il a p r is s u r so n c a rn e t. M ais les
p e rs o n n a lité s le s p lu s m é r ita n te s e t
q u i s o n t a u s s i le s p lu s d év o u ées tr o u ­
v e r o n t l« u r m e ille u re ré c o m p e n se
d a n s le su c c è s de c e tte fê te et d a n s
les r é s u lta ts q u ’o n e s t e n d ro it d ’en
a tte n d r e , — d a n s les r é s u lta ts q u ’il
f a u t q u ’elle a it.
11 n ’y a p a s, d it-o n , de fê te sa n s
le n d e m a in . N o u s ir o n s p lu s lo in en
d is a n t q u ’u n e fê te n e v a u t q u e p a r les
le n d e m a in s q u ’elle n o u s p ré p a re .
A cet é g a rd , s’il e s t d es fê te s q u i
n o u s in q u iè te n t, il e n e s t d ’a u tr e s q u i
n o iis r a s s u r e n t et la fê te d es C a th o li­
q u e s de l ’O ise à B re te u il d o it ê tre de
ces d e rn iè re s .
S E N L IS
d is c o u rs d u so ir, il le u r ra p p e la que
la fid é lité à D ieu e st p lu s q u e ja m a is
n é c e ssa ire p o u r lu tte r c o n tre le m a té ­
ria lis m e a m b ia n t.
L e P a ys, le u r d it-il en su b sta n c e , a
besoin de vo tre fid é lité c h ré tie n n e . L e
m a té r ia lis m e a c tu e l a fa it de l’h u m a ­
n ité u n tro u p e a u a n im a l d o n t to u t
l ’idéal e st de p ro d u ire b e a u c o u p p o u r
c o n s o m m e r b e a u co u p ! C o m m e les
re sso u rc e s s o n t lim ité e s e t les d ésirs
illim ité s , il en ré su lte la b a taille des
u n s co n tre les a u tre s. O n se je tte avec
fé ro c ité s u r les b ie n s de la terre, les
g ra n d s fa u v e s h u m a in s u s e n t de \e u rs
crocs et c’e st la loi de la ju n g le .
_ N o u s n e p o u r r o n s s o r t i r d e l a d îffic u lte , a d i t M . Caillauæ, que si n o u s
en r e v e n o n s à la v i e i l l e p a r o l e p ro ­
n o n c é e il g a d e u x m ille an s : « A im e z v o u s lus u n s les a u tre s ».
L ’E v a n g ile en ef f et a s u b s titu é la
p a ssio n de se r v ir à la p a ssio n de jo u ir.
Il f a u t q u e c h tjq u e c h r é tie n se d e­
m a n d e : « C o m m e n t va is-je m ’u tilise r
p o u r se rv ir les a u tre s ». L ’E va n g ile
est to u jo u r s a c tu el. C’e s t u n e e rre u r
d ’en a v o ir la issé s ’a ffa d ir la v ig u eu r.
Il y a u n e illu sio n d ’in a c tu a lité à ré ­
p é te r to u jo u r s la fo r m u le p a r où c o m ­
m e n c e n t les ré c its é v a n g é liq u e s : « en
ce te m p s-là ... » C’e st « en ce te m p sci... » q u ’il fa u t c o m p re n d re . S i les
c a th o liq u e s a v a ie n t fa it p o u r des d o ­
c u m e n ts tels q u e l’e n c y c liq u e « Q uad ra g e sim o a n n o » to u te la p ro p a g a n d e
n éc essa ire d e p u is le m o m e n t de le u r
p a ru tio n ^ ils a u r a ie n t b risé le carcan
des p ré ju g é s q u i p è s e n t lo u r d e m e n t
s u r n o s ép a u les.
...Il n e s ’a g it p lu s d e s ’e n fe r m e r
m a in te n a n t d a n s les â p re s re v e n d ic a ­
tio n s de p e r s o n n e s ; il n e s ’a g it p lu s de
fa ire la p a r t d u fe u , m a is la p a r t du
d evo ir. Il fa u t c o m p re n d re q u e le gain
p r iv é d o it être s u b o rd o n n é a u x b eso in s
de la c o m m u n a u té h u m a in e . A u tra ­
vail d o n c ! V o u s v en e z, d it l’o ra te u r
en te rm in a n t, de d é file r m a g n ifiq u e ­
m e n t , i l n e f a u t p a s m a i n t e n a n t ..
d é file r ». Ce n ’e st p a s a vec des d é filé s
n i a vec des g rèves q u e l’on a rriv e ra à
ré so u d re les p ro b lè m e s so c ia u x , m a is
p a r l’e ffo r t é n erg iq u e , g é n é re u x , p e r ­
s é v é ra n t d e s h o m m e s de tê te e t des
h o m m e s de cœ u r.
N ous n e r é s u m e ro n s p a s le tr è s b e a u
d is c o u rs d e M. G eorges P e r n o t , s é ­
n a te u r d u D o u b s. L ’a n c ie n G ard e des
S ce au x a fo rm u lé les c o n sig n e s civi­
q u e s q u e les c a th o liq u e s d o iv e n t av o ir
p a rtic u liè r e m e n t à c œ u r d e su iv re à
l’h e u re p ré s e n te : d é fe n se des lib e rté s
re lig ie u se s et de la lib e rté d ’e n se ig n e ­
m e n t ; d éfen se d e lia fa m ille d o n t il
s ’a g it d e g a r a n tir la s ta b ilité e t de
fa v o ris e r la fé c o n d ité n o ta m m e n t p a r
l’a u g m e n ta tio n d e s a llo c a tio n s fa m i­
lia le s. « E n ces h e u re s, a jo u te m a g n i­
fiq u e m e n t l ’o ra te u r, où l’a tm o sp h è re
est p a r tic u liè r e m e n t lo u rd e, sa c h o n s
ré p o n d re a u x m e n a c e s de h a in e p a r la
p o litiq u e de la m a in te n d u e ».
A p rè s u n v ib ra n t a p p e l à la je u ­
n e sse , le S é n a te u r d u D o u b s a te rm in é
so n d is c o u rs p a r c e tte a ffirm a tio n
o p tim iste d u P. D id o n , e n te n d u e p a r
lu i ja d is à B e sa n ç o n : « T a n t p is p o u r
ce u x q u i n ’o n t p a s d ’e sp o ir, m oi, j ’en
ai l’âm e d é b o rd a n te ». E t, av ec L ac o rd a ire , il in v ite l»s h o m m e s q u i l’écoute n t à ê tre de ces g ra n d e s â m e s d o n t
l ’E g lise e t la F ra n c e o n t b e so in . N ous
v o ilà d o n c re n se ig n é s s u r les d isp o si­
tio n s des c a th o liq u e s à l’h e u re p r é ­
se n te . E lle s so n t p a c ifiq u e s m a is c la ir­
v o y a n te s e t c o u ra g e u se s. Son E . M gr
L e S e n n e q u i p r it la p a ro le à la fin
d u C ongrès en a a d m ira b le m e n t d é g a­
gé la co n clu sio n .
E n b re f, le m o n d e c o n te m p o ra in ,
e st c o m p lè te m e n t en g ag é d a n s des d if ­
fic u ltés m a té rie lle s p o u r le sq u e lle s il
ne v o it q u e d es so lu tio n s m a té rie lle s,
il m a n q u e a b s o lu m e n t de la lu m iè re
de l’e s p r it et de la v é rité ; il s u it dès
g u id e s in c e rta in s , d e s g u id e s m a l
éc la iré s, des g u id es a v eu g les. A u x c a ­
th o liq u e s , in c o m b e le tr ip le d e v o ir de
re c h e rc h e r e t de re c u e illir la lu m iè re
d iv in e q u i m a n q u e a u m o n d e m o ra l
d ’a u jo u r d ’h u i ; de ré p a n d r e c e tte lu
m ière, de s e c o u rir les d é tre sse s sp iri­
tu e lle s en u tilis a n t les m o y e n s de
c o n ta c t q u e le u r f o u r n it la F é d é ra tio n
et en fin de se p é n é tr e r de c e tte lu m iè re
p o u r la fa ire ra y o n n e r to u s les jo u rs,
à to u te s les h e u re s e t de to u te s les
m a n iè re s.
*
★*
L es c a th o liq u e s so n t d o n c in v ité s
p a r le u rs c h e fs n o n p a s à u n e a g ita ­
tio n v a in e n i à u n e ffo rt p o litiq u e
q u e lc o n q u e , m a is à u n s é rie u x effort
s u r e u x -m êm es, à u n e « p rise de c o n s­
cience » p a rtic u liè re m e n t aig u ë e t e x i­
g e a n te de le u rs d e v o irs et de le u rs
re s p o n s a b ilité s , à u n e c o n c e n tra tio n
e t a u n e o rg a n is a tio n m é th o d iq u e s et
d isc ip lin é e s.
S’ils le fo n t, s ’ils so n t à la h a u te u r
de la tâ c h e q u ’on le u r p ro p o se e t q u i
le u r in c o m b e, — g râce a u p rin c ip e de
co h é sio n su p érieuf-e d o n t ils d is p o ­
se n t, g râ c e a u s s i à l ’in c o m p a ra b le
m y s tiq u e de c h a r ité q u i e s t s u s c e p ti­
b le de les a n im e r — le s c a th o liq u e s
p e u v e n t ê tre les s a u v e u rs d ’u n « m o n ­
de s a n s â m e » q u ’ag ite la h a in e e t q u i
s ’e m p ê tre c h a q u e j o u r d a v a n ta g e d a n s
les c o m p lic a tio n s d u m a c h in ism e , les
c o m b in a iso n s de l ’a r ith m é tiq u e et les
b a sse s c o n v o itise s de la m a tiè re .
A. C h e n e t .
L’Union Républicaine et Sociale
D E
L ’O I S E
L’U n io n R ép u b licain e et Sociale de
l’Oise (U. R. S. 0 .) , d o n t le siège social
e s t 44, ru e do la M adeleine, à B eauvais,
a te n u le 13 ju ille t, à U h e u re s, à la
S alle des C onférences de la M airie de
cotte ville, sous la p résid e n ce de M. le
S é n a te u r (îoré, son C ongrès G énéral
c o n stitu tif, leq u el g ro u p a it les élus du
d é p a rte m e n t a d h é r a n t à l’U nion, les
b u re a u x des six c irc o n sc rip tio n s élec­
to ra le s de l’Oise, p lu s des délég u és de
tous les ca n to n s d u d ép a rte m e n t.
M“ L ab at a été é lu p a r a cclam atio n s
P ré s id e n t du Com ité C entral exécutif.
En fin de séan ce, l’o rd re du jo u r s u i­
v a n t a été a d o p té à l’u n a n im ité .
O rdre du J o u r du C ongrès :
Les m em b res des Com ités de C ir­
c o n sc rip tio n de l’U nion R é p u b lica in e
et Sociale de l’Oise, r e p ré s e n ta n t tou-,
te s les c i r c o n s c r i p t i o n s
l’Oise, r é u n i s e n C o n g r è s G é n é r a l co n s­
titu tif à B eau v ais (S alle des C o nféren­
ces à la M a irie ), le lu n d i 13 ju ille t
1936, sous la P ré sid e n c e de M. le S é n a ­
te u r Goré, a p rè s a v o ir ap p ro u v é les
s ta tu ts d o n t le c tu re le u r a été donnée,
d écid en t, a y a n t élu Me L ab at, p ré s id e n t
de le u r Com ité C en tral exécutif, de fo r­
m e r u n e a sso c ia tio n p o litiq u e e t s o ­
ciale p o u r le d é p a rte m e n t de l’Oise,
sous le nom de « U nion R ép u b licain e
et S ociale de l’Oise », d o n t le siège est
à B eau v ais, 44, ru e de la M adeleine,
LA SITUATION
AGRICOLE
UNE REUNION MIXTE DE LA CHAM­
BRE D’AGRICULTURE DE L’OISE &
DU CONSEIL D’ADM INISTRATION
DE LA SOCIETE DES AGRICUL­
TEURS DE L’OISE
Sam edi d e rn ie r, 11 ju ille t, la C ham ­
b re d ’A g ricu ltu re de i’Oise et le Gonseil (l’A d m in istratio n de la S ociété des
A g ricu lteu rs de l’Oise, se s o n t ré u n is
à la M aison de l'A g ric u ltu re à B e a u ­
vais, p o u r e x a m in e r en co m m u n la
situ atio n agricole.
L a p résidence é ta it a ssu ré e p a r M.
H enry G irard , p ré s id e n t d e la C ham bre
d ’A g ricu ltu re de l’Oise.
jE fa ie n t p r é s e n t s :
^ ** o u r la. c h a m b r e d ’A g r i c u l t u r e :
X 3E3S
X l'T S
T XO IT S
A nnonces lé g a le s......................................................
ifr. 7 5 la li^ n e
Ventes vo lo n taires. — P u b licités co m m erciales. — D em andes e t offres d ’em plois
(P o u r to u s re n seig n em en ts écrire a u jo u r n a l)
[.es manuscrits, insérés ou non, ne sont pas rendus
3 d élé g u és des chefs d ’e x p lo ita tio n re ­
p ré s e n ta n t, s u iv a n t les ré g io n s, les d if­
fé re n ts ty p e s d ’ex p lo itatio n .
P o u r les délég u és de la c até g o rie C,
3 délég u és des s a la rié s r e p ré s e n ta n t
les d iffére n tes so rte s de s a la rié s, p a r
ex em ple les jo u rn a lie rs , les do m esti­
ques au m ois et les sa is o n n ie rs où t â ­
ch ero n s.
D é c la ra n t à n o u v e a u et avec in s is ­
ta n c e a u x P o u v o irs P u b lic s que to u t le
pro b lèm e re ste dom iné p a r la re v a lo ­
ris a tio n des P ro d u its A gricoles qui
s ’a v ère a b so lu m e n t in d is p e n s a b le p o u r
p o u v o ir a m é lio re r le so rt des o u v rie rs
a g ric o les en re le v a n t le u r s sa la ire s et
p o u r que la v en te des p ro d u its des m il­
lio n s de p a y s a n s tr a v a illa n t p o u r le u r
p ro p re com pte p u isse le u r d o n n e r la
ré m u n é ra tio n à la q u e lle ils o n t droit.
Il ex iste m a in te n a n t u n o rg a n ism e
c e n tra l d u q u e l d o iv en t p a r tir to u tes
Des d ire ctiv es en cas de conflits du
tra v a il, p o u r q u ’il y a it u n ité d ’a ctio n ,
c ’e st L’UNION CENTRALE DES SYN­
DICATS AGRICOLES d o n t le siège est
à PA R IS, 32, ru e L as-G ases.
L a 'S o c ié té des A g ric u lte u rs de l’Oise
se tie n d ra en re la tio n s avec cet o rg a ­
n ism e p o u r g u id e r les sy n d ic a ts.
Elle d o n n e ra , en p lu s à to u s les s y n ­
d ic a ts et a u fu r e t à m e su re q u ’ils lu i
p a rv ie n d ro n t les re n s e ig n e m e n ts q u ’el­
le p o u rr a o b te n ir.
E nfin M. LENGLEN, p ré s id e n t d u
S y n d ic a t D é p a rte m e n ta l A g ricole et
M. de ROUCY, p ré s id e n t de la F é d é ra ­
tion A gricole de l’O ise, p ré s e n ts a u ti­
tre de m em b res de la C h am b re d ’A g ri­
cu ltu re , s ’a sso c ie n t a u x nom s de le u rs
g ro u p e m e n ts avec la C h am b re d ’A g ri­
c u ltu re de l’Oise et la Société des A g ri­
c u lte u rs de l ’Oise p o u r la n c e r l’a p p el
s u iv a n t a u x o u v rie rs a g rico les, a p p el
q u i s e ra affiché d a n s to u tes les com ­
m u n e s de l’Oise.
LA CHAMBRE D ’AGRICULTURE DE
L’OISE,
LA SOCIETE D-ES AGRICULTEURS
DE L’OISE
LE SYNDICAT DEPARTEM ENTAL
DE L’OISE
LA FEDERATION AGRICOLE DE
L’OISE,
Le minimum vital
pour la mère et l’enfant
Los tra ite m e n ts e t s a la ire s des t r a ­
v a ille u rs fra n ç a is v ie n n e n t d ’ê tre re le ­
vés ; p re s q u e , to u s o n t o b te n u en fin le
m in im u m v ita l n é c e s s a ire à le u r e x is ­
tence.
M ais q u ’a>-t-on fa it :
p o u r la m è re q u i p e in e à son fo y e r ?
p o u r les 9 m illio n s d ’e n fa n ts q u i
n ’o n t p a s l’âge d u tra v a il ?
p o u r les fam illes n o m b re u se s, in d is ­
p e n sa b le s à l ’e x iste n c e d u p a y s ?
R ien !
L a s itu a tio n d u tr a v a ille u r s a n s
c h a rg e s de fam ille e s t am é lio ré e , s ’il
é c h a p p e a u ch ô m ag e, m ais lo re lè v e ­
m e n t d u s a la ire s e r a co m p en sé, p o u r
ce lu i q u i a fem m e e t e n fa n t, p a r l’a u g m e n ta tio u d u co û t de la vie, c a r l’en tre tio n d ’u n o n ia n t coûte la m o itié de
c e lu i d ’u n a d u lte . Q u a n t à la fam ille
n o m b re u se , s a s itu a tio n , d é jà si diffi­
cile, v a deveniii tra g iq u e , les a llo c a ­
tions fa m ilia le s n ’a y a n t p a s été re le ­
vées : f a u d ra -t-il q u e la m ère d é se rte
son fo y er p o u r s ’e m b a u c h e r à l’u sin e ,
où le s a la ire a u g m e n té l ’a ttir e p lu s que
ja m a is ?
Que re ç o it en F ra n c e u n m o d este o u ­
v rie r, chef de fam ille, p o u r fa ire v iv re
femmfe et e n fa n ts , en su s d u m in im u m
v ita l q u e re ç o iv e n t com m e lu i ses c a ­
m a ra d e s n o n m a rié s ?
S elon q u ’il a d ro it a u x in d e m n ité s
fa m ilia le s des fo n c tio n n a ire s , a u x a llo ­
c a tio n s p ro fe ssio n n e lle s ou se u le m e n t
à l ’e n c o u ra g e m e n t n a tio n a l a u x fa m il­
les N om breuses, il re ç o it :
I MM. le s é n a te u r A. Goré, M oullé, D ertiory, B orrée, D ebailleux, D um ont,
Bteiuer, de R oucy, H am elin , R ey n en ,
Roussel le, L e n g len , B o u lan d , G hausseboùrg et des Gourtils.,
P o u r la Société des A g ric u lte u rs de
l’Oise :
MM. B ellem ère, B erso n , C haxtierD ttraiucy, G outrot, D e rm ig n y , D ubois
Ju le s, F aro u x , F le u ry , Goré H en ri,
Jo a ry , L an g lo is M aurice, L a n g lo is
H enri, L efèvre R ené, L e g ra n d , L eclerc
Lucien, O rens, P ré v o st A u g u ste, Guie t d é c la re n t e x p re ssé m e n t que :
ghon, R oland A n d ré, T illie r, T in e t et
L’U nion R é p u b lic a in e e t S ociale de T u g au lt.
l ’Oise (U. R. S. 0 .) , o rg a n e de co o rd i­
A ssista ie n t é g a le m e n t à la séa n c e :
n a tio n , e st in d é p e n d a n te et q u ’elle e n ­ MM. G ournier, C h a rd eau x , K erel, P a tin ,
tre tie n d ra les ra p p o rts les p lu s su iv is
Grizel et B illet.
e t les p lu s a m ic a u x avec tous les p a r ­
S ’é ta ie n t ex cu sés : MM. L eclere J u ­
F on ction­ O uvrier A g rieu ltis n a tio n a u x r é p ro u v a n t to u tes so rte s
les, D avène de R o b erv al, L ecointe et
n a ire
E m ployc
leur
de vio len ces e t de d ic ta tu re s, e t qui, L horty.
P -ou k s g f e n m e
sous le sig n e du d r a p e a u tric o lo re, s a u ­
mil f o y e r ..........
Rien
Rien
Rien
LA M AIN-D’Œ UVRE
ro n t d éfe n d re les lib e rté s ré p u b lic a in e s
P o u r f e n f a s ^ ...
660
240
R ien
ET LES CONFLITS DU TRAVAIL
et d é m o c ra tiq u e s e t ré a lis e r u n la rg e
» -2
»
1.620
600
Rien
La p re m iè re q u e stio n à l’o rd re du
p ro g ra m m e de p ro g rè s social e t d ’e n » 3
»
2.600'
120
1.320
jo u r co n c e rn e la m a in -d ’œ uvre.
t r ’aide.
» 4
>»
...
5.060
».2i80
480
M. le P ré s id e n t ra p p e lle les fa its
De p a re ils ch iffres s o n t p lu s ch o ­
d a n s le u r o rd re ch ro n o lo g iq u e, sig n a le
q u a n ts en c o re p a r l e u r ' in su ffisa n c e
te rv e n tio n s p e rso n n e lle s a u p rè s
D éc la ra n t à n o u v e a u et fo rm ellem en t
r ses in To
que p a r le u r in é g a lité ; q u ’on les com ­
P r ô f o t e n c e q u i co n c e rn e les
a u x o u v rie rs a g r ic o le s d u d ép a rtep a re a u m in im u m vita! ré c la m é ju s te (‘O fllllb S Ù.VJL bJL-iA'VCtil Tr;*.-JL «
«_i1 UI«i- c» 4m o n t p o u r 1 0 [_>IU S X X -ioxloîSstro o ix 'v 'x - io x .- ï
L a S ociété des A g ric u lte u rs de l’Oi­ qui a été fa it p a r la Société des A g ri­
Que le u r s itu a tio n d é p e n d e n tiè re ­
C om m ent celui q u i n ’a que ce m in i­
se, ém ue de la p u b lic ité faite à u n p ré ­
c u lte u rs de l’Oise, p u is il en a rriv e à la
m e n t de celle de le u r s p a tro n s e t q u ’u n e
m u m p o u r se n o u r r ir lu i-m ê m e p o u r ­
te n d u ac co rd qui s e ra it in te rv e n u e n ­ situ a tio n actu elle.
co n fian ce ré c ip ro q u e doit c o n tin u e r à
ra it- il fa ire v iv re u n e fem m e et 4 e n ­
tre les A g ric u lte u rs de la R égion de
A près u n é c h a n g e de v u e s d ’où il r é g n e r e n tre eux.
fa n ts avec 2.300 fra n c s , s ’il tra v a ille à
C h a u m o n t-en -V ex in e t le u rs o u v rie rs
re s s o rt q u ’u n e d isc ip lin e trè s s tric te
Que les c u ltiv a te u rs d é s ire n t a rd e m ­ la ville ? Que v e u t-o n q u ’il fa sse avec
a u s u je t des s a la ire s, d é clare fo rm e lle ­ doit ê tre observée p a r le s c u ltiv a te u rs,
m e n t u n e a m é lio ra tio n im p o rta n te d es 500 fra n c s , s ’il e st a g r ic u lte u r ? E t q u i
m e n t que les ré s u lta ts de p o u rp a rle rs
la situ a tio n de ch a q u e c a n to n e st e x a ­
co n d itio n s de vie d e le u r p e rs o n n e l et p o u r r a it s o u te n ir que l’a llo c a tio n d u
e n g a g é s à la P ré fe c tu re e n tre délégués
m inée a u p o in t de vue sy n d ic a l e t l’A s­
q u ’ils so n t p rê ts à to u t fa ire d a n s ce
fo n c tio n n a ire e st e x a g é ré e ?
p a tro n a u x et d élégués o u v rie rs n ’a y a n t
sem blée décide d ’e n g a g e r les a g ric u l­
sens, m ais que le s p rix de v e n te de
L’in su ffisa n c e des re sso u rc e s fa m i­
p a s été ra tifié s p a r les c u ltiv a te u rs,
te u rs des c a n to n s où il n ’ex iste p a s e n ­
le u rs p ro d u its ne le u r o n t p a s p e rm is
lia le s m e t en d a n g e r l’e x iste n c e d u
so n t n u ls e t ne p eu v en t, en c o n sé q u e n ­
core de sy n d ic a t, à en c o n s titu e r im ­
ju s q u ’a lo rs de fa ir e to u t l’effort q u ’ils
p a y s : elle a c c ro ît la m o rta lité e n co n ­
ce, s e rv ir de b ase s à la fixatiesi des
m é d ia te m e n t p o u r que des d élégués
a u r a ie n t voulu.
d a m n a n t tro p so u v e n t la fam ille n o m ­
sa la ire s d a n s d ’a u tre s rég io n s.
d û m e n t m a n d a té s p u isse n t, le cas
Que le u r so rt, a u x u n s et a u x a u tre s,
b re u s e a u ta u d is , a u ra c h itis m e , à la
Les p o u rp a rle rs c o n tin u e n t à G hauéch éan t, d is c u te r de la q u e stio n de la
é ta n t in tim e m e n t lié, l’in té rê t d e s ou­
tu b e rc u lo se ; elle p ré c ip ite l ’effo n d re ­
m o n t-en -V ex in en vue d ’u n acc o rd p o s­
m a in -d ’œ u v re avec les d élég u és des
v rie rs est de s ’u n i r a u x c u ltiv a te u rs
m e n t de la n a ta lité . O r la F ra n c e co m p ­
sible a t d é siré de p a r t e t d ’a u tre .
sy n d ic a ts o u v riers.
p o u r e x ig e r des p o u v o irs p u b lic s u n e
te d é jà p lu s de c e rc u e ils que de b e r ­
Des m odèles de s ta tu ts de sy n d ic a ts
p o litiq u e effective et im m éd ia te de r e ­
ce a u x et, a u ry th m e a c tu e l de la d é n a ­
se ro n t im m é d ia te m e n t a d re s s é s à to u s
v a lo risa tio n su ffisa n te d e s p ro d u its
ta lité (84.000 n a is s a n c e s de m o in s en
les c u ltiv a te u rs qui en fe ro n t la d e­
a g ric o les d o n t to u s b én é fic ie ro n t.
3 a n s ) , elle e s t m e n a c é e de p e rd re , en
m ande à la SOCIETE DES AGRICUL­
Elles e stim e n t q u e le s o u v rie rs a g r i­
12 a n s, la m o itié des n a is s a n c e s q u i lui
TEURS DE L’OISE, 7, ru e d u P a la is de
coles o n t to u t in té r ê t à su iv re ees con­
re s te n t.
CIRCUIT DE LA VALLEE D’AUTOMNE
Justice, à B eau v ais.
se ils et elles r e s te n t c o n v a in c u e s q u ’ils
La ju stic e et le s a lu t d u p a y s com ­
Ceci e s t d e stin é à fa ire face a u p r é ­
le c o m p re n d ro n t.
m
a
n d e n t u n effort im m é d ia t p o u r d o n ­
sen t im m éd iat, m ais il e s t in d is p e n s a ­
P o u r v is ite r la p itto re sq u e ré g io n du
n e r à la m ère qui d e m e u re a u fo y e r et
H en ry GIRARD, S é n a te u r A lex an d re
V alois, bénéficiez ju s q u ’à fin se p te m ­ ble, de l’av is de to u tes les p e r s o n n a li­
à ses e n fa n ts le m in im u m v ita l.
GORE, M aurice
LENGLEN, M arcel
tés p ré se n te s, de c ré e r a u p lu s tôt,
b re des b ille ts de c a m p a g n e du d i­
DELAHAYE.
N o u s d e m a n d o n s p o u r to u s les ch efs
m a n c h e avec ré d u c tio n de 40 % d é li­ d an s c h aq u e d é p a rte m e n t, u n e Com­
m ission
p a r ita ir e
d é p a rte m e n ta le
de fa m ille des allo c a tio n s é g a le s à cel­
v ré s a u d é p a rt des g a re s de P a ris A v a n t de p a s s e r a u x a u tre s q u e s­
les d es fo n c tio n n a ire s ; c’e st le m in i­
N ord, A m iens, B eau v ais, C reil, L aon, fo n c tio n n a n t sous la p ré sid e n c e de M. tio n s à l’o rd re d u jo u r, M. le P ré s id e n t
m u m in d is p e n s a b le , et, d e v a n t la n é M on td id ier, S a in t-D e n is, B oissons, T e r- le P r é f e t et d o n t les m e m b re s s e ra ie n t
in siste à n o u v e a u p o u r q u ’u n e g ra n d e
c e ssité de n o u r r ir les e n fa n ts , il n e
g n ie r, p o u r e ffec tu er le c irc u it d ’a u to ­ ■nommés p a r les é le c te u rs des C ham ­
d isc ip lin e so it o b se rv é e au se in des
b re s d ’A g ric u ltu re .
s a u r a it y a v o ir d eux c a té g o rie s de
c a r de la V allée d ’A utom ne.
S y n d ic a ts e x ista n ts ou à crée r.
En conséq u en ce, ils a p p ro u v e n t et
F ra n ç a is .
D é p a rt de la g a re de C rép y -en -V alois à 14 h e u re s, p o u r V aum olse, La fo n t leu r, la ré so lu tio n votÆe p a r le Co­
P ro fe s s e u r d ’A èsan v al, m e m b re de
Le p ro je t de loi s u r l’Office d u Blé
Gave du D iable, le C h âtea u de Ve2 e t m ité d ’ac tio n p a y sa n n e . Ils é m e tte n t
ITnsM tut.
donc la m otion su iv a n te
M orienval.
M. le S é n a te u r A. Goré, m e m b re de
P a s te u r B o eg n er, p ré s id e n t de la F é ­
R eto u r à C rép y -en -V alo is v e rs 18 h.
LA CHAMBRE D’AGRICULTURE DE la C om m ission d ’A g ric u ltu re d u S é n a t
d é ra tio n p ro te s ta n te de F ra n c e .
15 p a r S a in t-Je a n -a u x -B o is, V a u d ra m L’OISE et LA SOCIETE DES AGRICUL­
re n d com pte des m od ificatio n s a p p o r­
F e rn a n d B o v erat, v ic e -p ré s id e n t d u
p o n t e t C h am p lieu (ru in e s g allo-auTEURS DE L’OISE, ré u n ie s la sam e d i
tées p a r cette G oinm ission a u p ro je t de
C onseil s u p é r ie u r de la N a ta lité .
m a in e s).
11 ju ille t 1936, à B eauvais.
loi s u r l’Office d u Blé q u i lu i a été so u ­
S é b a stie n G h arléty , re c te u r de l’U n i­
C o rresp o n d a n ce s avec les tra in s de
A ffiw nent l ’u rg e n te n é ce ssité d ’a m é­
v e rs ité de P a ris .
m is, et q u i d e m a n d e en p a rtic u lie r, u n
ou p o u r P a ris.
lio re r la situ a tio n de to u s les tr a v a il­
p lu s g ra n d n o m b re de p ro d u c te u rs de
J e a n n e C henu, p ré s id e n te de l’A ction
P rix du c irc u it en a u to c a r : 17 fr.
le u rs de la te rre .
blé a u se in d u C om ité C e n tra l e t que
so ciale de l a Fem m e.
P o u r tous re n se ig n e m e n ts co m p lé­
p o u r les p e tits p ro p rié ta ire s en re v a ­
les d é lib é ra tio n s de ce Com ité so ien t
P ro fe s s e u r H a rtm a n n , p r é s id e n t de
m e n ta ire s, s ’a d re s s e r au B u re a u des
lo ris a n t les p ro d u its ag rico les.
p ris e s à la m a jo r ité ab so lu e et n o n
l ’A cadém ie de M édecine.
R e n se ig n e m e n ts de la g a re de P a r is p o u r les o u v riers, en r é a ju s ta n t le u rs
p lu s à l ’u n a n im ité .
A u g u ste Is a a c , a n c ie n m in is tre .
N ord (T éléphone : T ru d a in e 70.00) et sa la ire s.
A d olphe L a n d ry , a n c ie n m in is tre .
L’A ssem blée f a i t e n tiè re m e n t co n ­
a u x g u ic h e ts des g a re s-e i-d e ssu s.
« Les tra v a ille u rs de la te r re o n t le
fiance à M. le S é n a te u r A. Goré.
P a u l L efeb v re-D ib o n , p ré s id e n t de
d ro it d ’être a u ssi bien tr a ité s que ceux
l ’A llian ce N a tio n a le c o n tre la d é ­
dés villes.
p o p u la tio n .
Les ré c o m p e n se s a u x b o n s s e rv ite u rs
« E n ce q u i co n cerne les o u v rie rs a g ri­
Is ra ë l Lévi, g ra n d r a b b in de F ra n c e .
de l'A rro n d is s e m e n t de C om piègne
coles, elles e stim e n t que la fo rm u le
A n d ré M aurois.
d ’a p p lic a tio n im m éd iate la p lu s souple,
E d o u a rd M ich elin , in d u s trie l.
Le C onseil d ’A fim in istra tio n nom m e
D irectio n des P. T. T. de l’Oise
sa n s p ré ju d ic e de ce q u i p o u rra ê tre
G eorges P e rn o t, s é n a te u r, a n c ie n m i­
MM. D em ory, R e y n e n , L an g lo is M a u ri­
fait p a r des o rg a n is a tio n s p ro fe ssio n ­
n istre .
ce et L efèvre A beL m em b re s de la Com­
nelles p lu s p erfec tio n n ée s, ré sid e d a n s
D ueh esse de L a R o ch efo u cau ld , p r é ­
Un c o n co u rs p o u r le re c ru te m e n t de
m issio n c h a rg é e d ’é tu d ie r les d o ssiers
l ’a rb itra g e d ’une C om m ision p a rita ire ,
sid e n te de l’U n io n N a tio n a le p o u r
s u rn u m é ra ire s fé m in in s e st o u v ert, a u
de d em an d es d e ré c o m p e n se s e t de
p résid ée p a r le P ré fe t du d é p a rte m e n t.
le V ote des F em m es.
«jfocf-lieu de ch aq u e d é p a rte m e n t, les
p ro c é d e r a u x c la s s e m e n ts des o u v rie rs
« E lles d e m a n d e n t que d a n s c h aq u e
M au rice R o n d e t-S a in t, d ire c te u r de
28, 29 et 30 sep te m b re 1986.
p ro p o sés.
*
la L igue M aritim e e t C oloniale.
d é p a rtem en t, so it créée u n e Com m is­
La liste d ’in s c rip tio n des c a n d id a tu ­
★★
C a rd in a l V erd ier, a rc h e v ê q u e de
res s e ra close le 25 a o û t 1936 au soir. sion p a rita ir e de chefs d ’ex p lo ita tio n
Les C ongés p a iy és en A g ric u ltu re
P a ris .
o^le s, é le c te u rs a u x
Les c a n d id a te s d e v ro n t a d re s s e r le u r et d ’o u v rie rs a g- .ric
O én éral ’W eyg-and.
La loi du 20 juiin 1930 a institu é un
" " ure à r a iso n de
d em an d e d ’in s c rip tio n , a u D iretdjuuïA .G hajnbre8 d ’A gricuH
congé a n n u e l p a y é de 15 jo u rs, d o n t
dns P o ste s du d é p a rte m e n t d a n s lequel tro is délég u és de ch a q u e catég o rie p a r
12 jo u rs o u v ra b le s d a n s l’in d u s trie , le
a rro n d isse m e n t.
elles ré sid e n t.
com m erce, les p ro fe s s io n s lib é ra le s, les
«
L’élection
des
d
é
lé
g
u
és
se
ra
faite
Le n o m b re m ax im u m des ad m issio n s
serv ices d o m e stiq u e s et l’a g ric u ltu re .
de la m a n iè re su iv a n te :
e s t fixé à 100.
d es tr a v a u x de c o n s tru c tio n d ’a te lie rs
La C ham bre d ’A g ric u ltu re , co n su lté e
« D ans c h aq u e com m une, les élec
Les c a n d id a te s d e v ro n t ê tre âgées de
et lo g em en ts
a d o n n é s u r l ’a p p lic a tio n de cette loi,
te u rs a u x C h am bres d ’A g ric u ltu re de
17 a n s a u m o in s le d e rn ie r jo u r du con­
son av is s u r l’é p o q u e de fo n c tio n n e ­
à la M aison de S a n té de C lerm o n t
la ca té g o rie B (chefs d ’e x p lo ita tio n ),
co u rs et do 25 a n s a u p lu s le p re m ie r
m e n t et l’u tilis a iio n des congés.
de celui-ci.
n o m m e ro n t u n délégué. Les é lecte u rs
de la ca té g o rie C (s a la rié s ) n o m m e­
A ucun diplôm e n ’e st exigé des p o s tu ­
Le je u d i 15 a o û t 1936, il s e r a p ro c é d é
lan tes.
ro n t é g alem en t de le u r coté u n délé­
Un M o n u m e n t en l’h o n n e u r
à la P ré fe c tu re de l’Oise, à B eau v ais,
gué. Ces d é sig n a tio n s se ro n t faitei
Tous re n se ig n e m e n ts c o m p lé m e n ta i­
de M. F le u r a n t A g ricola
à l ’a d ju d ic a tio n , en u n se u l lo t à fo r­
res p o u rro n t ê tre d e m an d é s à M. le
p o u r 3 an s.
fait, des tra v a u x de c o n stru c tio n d ’a te ­
L
’A
ssem
blée
r
e
n
d
h
o
m
m
ag
e
à
la
m
é­
« A jo u r dit, les d é lég u é s com m u
D ire c te u r des P o stes à B eauvais.
lie rs e t lo g e m e n ts à la M aison de S a n té
m o ire de M. Fie u r a n t A g ric o la q u i fu t
n a u x de la catég o rie B et de la cate
in te rd é p a rte m e n ta le de C lerm o n h
u n g ra n d é m u la te u r.
g o rie C se ré u n iro n t c h a c u n de le u r
U
ne
s
o
u
s
c
rip
tio
n
é
ta
n
t
o
u
v
erte
p
o
u
r
côté a u ch ef-lieu du c a n to n et p ro cé ­
M o n ta n t des tra v a u x : 1.305.620 fr. 88
1
l’é re ctio n
à
M a rg n y -le s-C o m p iè g n e
d e ro n t à la d é sig n a tio n d u n délégué
A toute demande de rensei­ '
d ’u n m onum ent- en son h o n n e u r, le
C o m m u n icatio n des p ièces d u p ro je t
ca n to n a l p a r catégorie.
gnements, il ne sera répondu
C onseil d ’A d m in is tra tio n de la Société
« Les délég u és c a n to n a u x de
to u s les jo u rs n o n fériés, à la P ré fe c ­
des A g ric u lte u rs de l ’Oise décide d ’y
et l’a u tre catég o rie se re n d ro n t a u cheftu re de l’Oise, de 9 h e u re s à m id i, e t de
que si la lettre est accompagnée
lieu de l'a rro n d is s e m e n t et d é sig n e ­
p a r tic ip e r p o u r u n e som m e de 500 fr.
14 h e u re s à 18 h e u re s , e t chez l’A rc h i­
d’un timbre pour la réponse.
e t e n g a g e ses a d h é r e n ts à y p a r tic ip e r
ro n t :
tecte d é p a rte m e n ta l, les m a rd i e t s a ­
m edi, de 14 à 16 h e u re s.
Pour les délégués de la catégorie B, é g a le m e n t d a n s la m e su re d u p o ssib le.
Société des Agriculteurs de l’Oit
Chemin de Fer du Nord
Avis de Concours
ADJUDICATION
A
t r a
v e r s
PH A H IIA CIES O'ITVŒRTES :
D im an ch e *19 ijfhîllet : Phntpmadio
MorcttXîtte, ifttaccjfl® la Malle.
UTSTRTBTJTIOTI DETS PRIX
L a d is trib u tio n so le n n e lle des p rix
a u x écoles c o m m u n a le s d c .l a ville de
S e n tis, a u r a lie u le d im a n c h e 26 ju ille t,
à 14 h e u re s, a u m a rc h é S a in t-P ie rre ,
so u s la p ré sid e n c e de M. le S o u s-P ré fe t
de S e n lis, de M. l ’I n s p e c te u r de l’E n.iscigncm cnt P rim a ire et de M. le M aire
de S en lis.
Cette distrib u tio n se ra précédée
d ’une p artie artistiq u e exécutée p a r les
À ü n «do r é c o m p e n s e r les e n f a n t s c o m ­
m e ils le m é rite n t, u n a p p e l p re s s a n t
e s t fa it a u p rè s de la p o p u la tio n p o u r
que les d o n s p a r v ie n n e n t le p lu s tô t
p o ssib le à l ’u n des chefs d ’é ta b lisse ­
m e n t s c o la ir e 'd e la ville.
-» o « -
SOCIETE DE SECOURS MUTUELS
DE SAINT-FRA N ÇO IS-XA VIER
L a ré u n io n m e n su e lle a u r a lieu le d i­
m a n c h e 26 ju ille t, à 8 h e u re s y , du
so ir, s a l l e 'd e s C o n féren ces, à l’Hôtel
de V ille.
Le b u r e a u tie n d r a sé a n c e a u lieu
h a b itu e l m e rc re d i p ro c h a in , à 8 h e u ­
res
»o«--------AUDIENCES DES VACATIONS 1936
T rib u n a l Civil
Les je u d is 6, 20 ao û t, 3 e t 17 se p te m ­
b re ; à 9 h e u re s, ré fé ré s, lo y e rs, c o n c i­
lia tio n s en m a tiè re de d iv o rce ; à 10
h e u re s, a u d ie n c e s civile e t c o rre c tio n ­
n elle ; à 14 h e u re s, a u d ie n c e c o rre c Iion ne De.
Les v e n d re d is 7 e t 21 ao û t, 4 e t 18
se p te m b re , à, 10 . h e u re s, c o n c ilia tio n s
en m a tiè re 'd’a c c id e n t d u tra v a il.
T rib u n al de Commerce
Les m a rd is 4 e t 18 ao û t, l"r e t 15 sep
te m b re , à 9 h e u re s y2.
*
*
J u s tic e de P a ix
Les v e n d re d is 7 e t 21 ao û t, les 4 e t
18 se p te m b re , à 9 h e u re s y2,
-» o « -
DANS LA M AGISTRATURE
P a r d é c re t p ré s id e n tie l, M. H e n ri
F rig a u lt, ju g e de p a ix de M arom m es et
C lères (S e in e -In fé rie u re ), a n c ie n em ­
p loyé a u greffe d u tr ilm n a l civil de
S en lis, e s t n om m é m e m b re de la Com­
m issio n de c la s s e m e n t des Ju g e s de
P a ix p o u r l ’a n n é e 1936, co m m issio n
q u i a p o u r p ré s id e n t, M. C astets, co n ­
s e ille r à la C o u r de C assatio n .
Nos b ie n vives fé lic ita tio n s.
-» o « -
DANS L’EN SEIG N EM ENT
M. M onsie, ad jo in t à l’école publique
des garçons est nom m é en la même
qualité à l ’école publique des garçons
à C répy-en-V alois.
S
e
n
t i s
ha Fête Nationale
Le 14 ju ille t 1936 a été céléb ré à
S en lis n o n se u le m e n t avec éclat, m a is
a u ssi s a n s que so it u n seul in s ta n t
tro u b lé e la p a r f a ite o rd o n n a n c e des
d ifféren tes m a n ife sta liions q u i se so n t
d éro u lées a u co u rs de cette jo u rn é e de
fête n a tio n a le ; la p o p u la tio n de n o tre
ville a v o ulu que l ’a n n iv e rs a ire de
l’in s ta u ra tio n de nos lib e rté s soit, cette
a n n é e , m ieu x que de co utum e, l ’occa­
sion de m a n ife ste r son. a tta c h e m e n t à
la R ép u b liq u e, à cette seule R é p u b liq u e
p’i-jxriyjiiHo qui
rait la force de ce pays,
a 1 ex clu sio n de to u t a u tre rég im e ou
de to u t a u tre id éal e t qui, som m e toute,
ic u m t d a n s ses p rin c ip e s tous les élé­
m en ts su sc e p tib le s d ’a s s u r e r à u n e n a ­
tion com m e la n ô tre, avec u n e b o n n e
e n te n te e t u n p a rf a it e sp rit, u n e vie
1res a cc ep tab le , il n ’e s t n u lle m e n t b e­
soin de c h e rc h e r a ille u rs des p r in c i­
pes m e ille u rs, ce p a y s e st so lid e m o ra ­
le m en t e t m a té rie lle m e n t, il re n fe rm e
des re s s o u rc e s in é p u isa b le s de c o u ra ­
ge, de volonté et d ’in te llig e n c e s, des r i ­
chesses in e stim a b le s qui fo rm e n t u n
en sem b le c ap ab le d ’être op p o sé à d ’a u ­
tre s rég im es, q u ’ils so ie n t de dro ite ou
qu ils so ie n t de g a u c h e, la F ra n c e est
un p a y s envié, son é n e rg ie sé c u la ire
e t ép ro u v ée a été fondée s u r les b ase s
solides d e cette R é p u b liq u e a u x tro is
c o u le u rs a la q u e lle tous les F ra n ç a is
am is de la p a ix e t de la lib e rté d a n s
1 o rd re e t d a n s le tra v a il, s o n t in d éfectib lc m e n t a tta c h é s.
A S e n lis où l’e s p r it p a trio tiq u e e st
im e g ra le m e n i resp e c té , on a p avoisé,
les fe n ê tre s do p re sq u e to u tes les m a i­
so n s a rb o ra ie n t le d ra p e a u n a tio n a l et
1 a n im a tio n a été g ra n d e d u r a n t la
jo u rn é e ; u n in té re s s a n t p ro g ra m m e
a v a it été é ta b li p a r la M u n ic ip a lité , le
tem p s s ’e st m o n tré p ro v iso ire m e n t clémorte ju s q u 'a
umév
vuctin
menft
’a u so ir où xl’in
ita b le
a v e r s e fit s o n i n d é s i r a b l e a p p a r i t i o n .
L u n d i 13 ju ille t, u n e m a g n ifiq u e r e ­
tra ite a u x flam b ea u x su iv ie d ’u n e foule
co n sid é ra b le c irc u la d a n s la ville, cette
re tra ite f u t en to u s p o in ts ré u ssie e t
l ’on s ’a c c o rd a p o u r c o n sta te r que rie n
n ’y m a n q u a it, tro m p e tte s, ta m b o u rs,
c la iro n s, m u siq u es, ben g a les, flam ­
b ea u x , etc., la b elle te n u e des S a p e u rs P o m p ie rs a été p a rtic u liè r e m e n t r e ­
m a rq u é e et la clique re c u e illit les a p ­
p la u d is s e m e n ts du p u b lic d a n s diffé­
re n ts e n d ro its du p a rc o u rs , la je u n e et
ex ce llen te cliq u e de la S ociété de G ym ­
n a stiq u e , a n im é e p a r n o tre co n cito y en
M. A n d ré B o u la n g e r, a d ro it à une
m e n tio n sp éc iale , to u s no s co m p li­
m e n ts a u x e x é c u ta n ts q u i se so n t s u r ­
p a s s é s ; p o u r u n e p re m iè re so rtie of­
ficielle, ils o n t fa it u n e trè s lionne
im p re ssio n s u r le p u b lic q u i ne le u r
m é n a g e a p a s ses e n c o u ra g e m en ts.
Le 14 ju ille t, la jo u rn é p d é b u ta p a r
u n e belle c éré m o n ie m ilita ire , le 4e
S p a h is m a ssé s u r la p lace de la G are
fu t p a ssé en re v u e p a r M. le Colonel
de D a n ré m o n t, en p ré se n c e d ’u n e a s ­
s ista n c e n o m b reu se . D ans la trib u n e
officielle, a u x côtés de M. D um oulin,
so u s-p ré fe t, n o u s av o n s n o té la p r é ­
sen ce de MM. L o u ât, m a ire de S e n lis :
\\T „
....o i-ô l,
t.o x ia .o ill o i
g 6 n 6 .x -« x l
,
T i o n o î n
c o rtèg e officiel p réc éd é des tam b o u rs
LA DISTRIBUTION DES PRIX
et c la iro n s des S a p e u rs-P o m p ie rs de
DE
L’ECOLE LIBRE DES FILLES
in M usique M u n icip ale, des tam bours
C’est au m ilieu de la joie des p a ­
et c la iro n s du « R éveil » e t des d ra ­
reil! s que s ’est d é ro u lée d im a n ch e
p e a u x et d é lég atio n s des Sociétés se
, la sall'c des fêtes de
re n d it à, ITTôfel de Ville mi u n ’v jn appès-m idi, en
, .n slilu tio ii HUilnt-Vinc’e u t, m ise g r a ­
d ’h o n n o n r é ta it offert p a r la Mmiieic ie u sem en t à ta d isp o sitio n d u Comité
ipalité.
L ioprcs-m idi 'fut c o n sa c ré à 'différen­ des Ecoles libres, p a r le R. P . S u p é ­
rie u r de c e tte in stitu tio n , la d is trib u ­
tes a ttra c tio n s e t ré jo u issa n c e s, exertion des p rix aux élèves de l’école
oioes s'poCtil’s o rg a n isé s p a r la Société
p a ro issia le des filles.
« L e R éveil » e t h a b ile m e n t dirigés p ar
L’a ssista n c e é ta it si n o m b re u se que
MM. B riziou e t D u m o u lin , vice-prési­
bon nom bre de p e rso n n e s d u re n t r e s ­
d e n t et 'm o n ite u r ; n o u s pu b lio n s p a r
ter d a n s Je c o u lo ir voisin.
•ailleurs te Com'pte r e n d u e t le palm arès
Fête do fam ille qui p e rm it a u x p a ­
de cette in té re s s a n te m anifestation
co n co u rs de c h â te a u x de sa b le p o u rr}os’ re n ts e t a u x am is e t b ie n fa ite u rs de
e n fa n ts et en fin u n b e a u c o n ce rt jn s _ l’école lib re d ’a p p la u d ir a u x succès
rem p o rtés cotte a n n é e p a r les élèves.
tru m c n ta l p a r la M usique M unici& le
Gomme le « C o u rrie r » l’a p u b lié, les
qui sous la d ire c tio n de s o n distitfrUé
.c h e f M. M ouche, p ro u v a que
. cci"; o n t été g ra n d s à l’école lib re , 11
de b ie n fa ire p o u v a it le cas échéaiU ' è y e g q r r é s p niées a u c e rtific a t d ’étu d es
s u p p lé e r a u n om bre.
p rim a ire officiel, to u tes re ç u e s d o n t la
p lu p a rt avec m en tio n s, 4 p ré se n té e s au
Le so ir s u r là p lace de la H alle, un
certificat
d ’études
c o m p lé m e n ta ire,
bal p o p u la ire co n n u t, m alg ré la pluie
to u te s . reçu es. V oilà q u i d isp e n se de
m a lfa isa n te , le m ot n ’e s t p as tro p fort,
tout co m m en taire, sin o n de fé lic ite r
<<u n o u s en av o n s assez ? udg grando
b ien sin c è re m e n t la dévouée d ire c tric e
a n im a tio n e t ce n ’est q u ’à deax heu res
d u m a tin que c h a c u n se re tira p o u r et ses c o lla b o ra trice s qui sa v e n t si b ien
a lle r, p a r un rep o s bien gagné, se re ­ faire m a rc h e r de p a ir l ’in s tru c tio n et
F é d u c a t ioh c h ré tie n n e .
m e ttre des fa tig u e s de cette a g ré a b le
jo u rn é e de fete natio n ale.
M. l’A rc h ip rê tre D upuis p ré sid a it,
e n to u ré du R. P. B o n h eau , d ire c te u r de
l’In s titu tio n S ain t-V in c e n t, de M. le
R é su lta t du co ncours
Gomto de G oulom bïers, p ré s id e n t du
de c h â te a u x de sable
Comité des écoles lib re s, M. l’ab b é Jo libois, M. l’abbé H éduin, dek dam es
C lassem ent. — G arçons
b ie n fa itric es, etc.
Avy L u c ie n , Delachasso Louis, Chéry
L’e s t Ml l e M onique de M a ric o u rt qui
B o rn a id , Ja llo is M aurice, Viîlaiu Maufit le c o m p lim en t d ’u sag e , a y a n t p o u r
irce, L ahure Marcel, Delaiglc Henri,
tous c e u x qu i se d év o u e n t p o u r l’école
F ra n ç o is M arcel, Rourgoin André.
des p a ro le s de g ra titu d e e t de re co n n aissan ce.
Classem ent. — Filles
M. J’A rc b ip rê trc y r é p o n d it p a r u n e
RRa Delaigle Denise, Dion
Charlotte, h aüchon Léone, Jacquet Jac- co urte im p ro v isa tio n d a n s la q u e lle il
quohne Ribon M auricette, Fteurtault tra d u is it to u r à to u r eh son nom p e r ­
so n n el et au nom des am is de l ’école
Yvette, H eu rtau lt Janine.
et des fam illes, ses b ien vifs s e n ti­
m en ts de re c o n n a issa n c e e n v e rs lep
d ire c tric e e t m a ître sse s de cette école,
« LE REVEIL DE SENLIS »
q u i-m a lg ré le m a ig re s a la ire q u ’elles
M a n ife sta tio n S p o rtiv e d u 14 Juillet
reç o iv en t n ’en fo n t p a s m o in s avec
A l ’occasion des fêtes du 14 juillet, (le u r c œ u r d ’a p ô tre , u n e b eso g n e in la S ociété de G y m n a stiq u e « Le R-éW i 8'rate, m ais com bien u tile et c o u ro n n ée
do Bon l is >>, avnit, or-g-r» nisé rmxr*<ai aprèfâr ■ nniv^T .w -M v!0 P ré s id e n t n ’o u b lia p a s,
m idi, .près du k io sq u e, u n e m a n ife sta i
u ^ T f, li';U|j les élèves des r é ­
su lta ts de 1 a n n ée , d 'a d r e s s e r un ju ste
lion sp o rtiv e o u v erte à tous les a n d
trib u t de re m e rc ie m e n ts a u x âm es d é­
te u rs (a d u lte s et p u p ille s ).
vouées qui p a rfo is a u p rix de d u rs s a ­
Cette fête o b tin t un rée l su ccès c a r
crifices, s o u tie n n e n t p é c u n iè re m e n t et
u n p u b lic n o m b re u x s’in té re s s a aux
ex p lo its des fillettes e t g arç o n s. Les •m oralem ent les deu x écoles lib re s de
n o tre ville et qui, com m e c h a q u e a n ­
co u rses d ’o b stacle s avec le g rim p e r à
l ’échelle, le r a m p e r ,,le s a u t de la r i ­ née o n t com plété le u rs sa crific es en
o ffra n t des réc o m p en se s a u x élèves.
v ière et de la b a r riè re , fire n t la joie
D
an s ce b o u q u e t de re m e rc ie m e n ts, il
des sp e c ta te u rs ; la c o u rse de vitesse
où c h a c u n riv a lis a d ’a r d e u r p o u r obte­ n ’o u b lia p a s non p lu s de re m e rc ie r la
V ille de S en lis qui d a n s u n g este qui
n ir u n p r ix et le s a u t com biné e u ren t
l'ho n o re g ra n d e m e n t à v o u lu com m e
a u s s i le u r part, de su cc ès. Sous le com ­
les a n n é e s p ré c é d e n tes, p a r tic ip e r a u x
m a n d e m e n t d u d ire c te u r D um oulin, les
g y m n a ste s e ffe c tu ère n t p lu sie u rs 'p y ­ réco m p en ess d é cern ées.
En 1930, les élèves de nos écoles li­
ra m id e s, le p u b lic n e le u r m én a g ea pas
b res é ta ie n t de 823.000, cette a n n é e , ils
les a p p la u d isse m e n ts. P o u r ré h a u sse r
a tte ig n e n t u n m illion, c’e s t donc, u n e
l'é c la t de cette m a n ife sta tio n , la clique
économ ie m in im u m de u n m illia rd que
du « R éveil » e x é c u ta q u elq u es pas re ­
fa it l’E tat, p u isq u e ch a q u e élève coûte
do u b lés, fo rt g o ûtés de tous les a u d i­
à l ’E ta t en v iro n 1.000 fra n c s, sa n s
te u rs . Nos v a illa n ts ta m b o u rs et clai­
ro n s s ’é ta ie n t d é jà fa it e n te n d re le lu n ­ c o m p te r les c o n stru c tio n s, etc., q u ’il v
a u r a it lieu de te n ir com pte, p o u r le cas
di so ir à la re tra ite e t le m a rd i m atin
où il fa u d ra it e n tre p re n d re la c o n s­
a la revue.
tru c tio n de nou v elles écoles ou salles
Cette p e tite fête se te rm in a p a r la
d is trib u tio n des p rix . M. le M aire féli­ de classes, etc, c’e st p o u rq u o i, il s e ra it
ju s te e t é q u ita b le q u ’u n e ré p a rtitio n
c ita les v a in q u e u rs et re m it les p rix
sco la ire so it faite a u p r o r a ta de to u tes
a u x h e u re u x g a g n a n ts .
les écoles, afin que l’a r g e n t des c o n tri­
CLASSEM ENTS ET PR IX
b u ab le s, — les ca th o liq u e s p a y a n t l ’im C o u rs e d 'o b s t a c l e s e u r fiûû
•— •
m e n f e r 'lf S îV ^ a u tr ?s — se rv e à a liw o à o l ■1 GOOi os p u b liq u e s com m e loc,
p u l u t ( o s ) .....
ecoles lib re s. Les am is des écoles p a ­
1. L o ngue R a la n d ( i ’36”3). U ne cou­
ro issia le s ne d é s e s p è re n t p a s q u ’u n
pe, offerte p a r la V ille de S enlis.
jo u r ju stic e so it en fin ren d u e .
2. D um oulin M ichel. Un rév eil rouge
Cette im p ro v isa tio n fu t c h a le u re u s e ­
Offert p a r la V ille de S enlis.
m e n t a p p lau d ie.
3. L efèvre R aym ond. Un b riq u e t a u ­
L a d is trib u tio n des réco m p en ses
to m atiq u e, offert p a r le « R éveil ».
com m encée p a r les e n fa n ts de la classe
4. S tu lm u le r. Un r a s o ir à m a in , offert
e n fa n tin e et du ja r d in d ’e n fa n ts et e n ­
p a r le « R éveil ».
suite a u x fillettes fu t e n tre c o u p é e p a r
5. L epape. U ne pip e et u n e blag u e,
I exécu tio n d ’un p ro g ra m m e ju d ic ie u ­
offertes p a r le « R éveil ».
se m e n t com posé les p e tits n o u s d i­
v e rtir e n t p a r « Les P e tits B a te a u x »
O bstacles s u r 400 m è tre s
et « Los H iro n d elles ». P u is, ce fu t « Le
(p u p ille s 12 à 16 a n s)
P e tit F re re » e,t « Le b e au tem p s e t la
1. L efèvre ( l ’35”). U n rév eil M ickey,
p lu ie », exécu tés avec b ea u c o u p de s e n ­
offert, p a r la V ille de S en lis.
tim en ts. U n g ro u p e de je u n e s violo­
2. D em aurie. U ne p a ire de sa lle ro n s
n iste s jo u è re n t u n m o rc ea u de « L a
a rg e n t, offert p a r le « R éveil ».
C hasse du Roi », de M aurice H ac h ard .
3. F e rre !. U n p o rtefe u ille g ris, offert Ce fu t en su ite au x élèves dès c lasse s
p a r l e « R éveil ».
d u c o u rs é lé m e n ta ire et d u co u rs s u ­
p é r ie u r d ’in te rp ré te r avec b eau co u p
O b stacles s u r 200 m è tre s
cl a r t des pièces ou la note rélisriGuse
(p u p ille s 8 à 11 an s)
se m a ria it trè s b ie n avec le re ste e t les
,1. D um oulin (41” ). U n réveil b le u , a s s is ta n ts ne m é n a g è re n t p a s le u rs
offert p a r la V ille de S en lis.
a p p la u d isse m e n ts à toute cette je u n e s ­
2. L a p ie rre . U ne b o u te ille B a n y u ls
se rev êtu e p o u r la c irc o n sta n c e de cosofferte p a r le « R éveil ».
tum es a u x c o u le u rs les p lu s div erses
3. V érité. U ne b o u teille C assis, offerte
et les p lu s c h a to y a n te s, dont l’effet é ta it
p a r le « R éveil ».
encore re n d u p lu s m e rv e ille u x p a r les
p ro je c tio n s é le ctriq u e s.
100 m è tre s (a d u lte s)
c o n se ille r d ’arro n d is(se m en t ; H e n n e -’
q u in , L es âgé e t H allo, a d jo in ts a u m a i­
re ; B a rd o u , G azeau, E scavy, R o g e r Lev a s s e u r, R o u sseau , D o cteu r A udy, B u nel, P ie rra rd , c o n se ille rs m u n ic ip a u x ;
H ulot, p ré s id e n t du T rib u n a l ; Chev a lh ê r, P ro c u r e u r de la R ép u b liq u e ;
Cette nom ination sera accueillie avec e t MM. les M a g istra ts ; M. l ’a rc h ip rê trë
le plus g ra n d p laisir, non seulem ent D u p u îs ; M ichel, re c e v e u r dés F in a n ­
p a r les S apeurs-P om piers, pour les­ cé s; C o m m a n d a n t M audélonde ; Hoff,
quels Ju les T arcy est lé m eilleur des c o m m issaire de police ; M. l’I n s p e c te u r
cam arades, m ais aussi p a r la popula­ des E a u x e t F o rê ts ; C olonna, ju g e de
tion.
p a ix ; les m e m b re s de l ’e n se ig n e m e n t
E ntré à la Com pagnie le 15 jan v ier e t u n g ra n d n o m b re de fo n c tio n n a ire s
1929, M. T arcy s’y fait au ssitô t re m a r­ e t de p e rs o n n a lité s de la V ille. S u r les
q u er p a r ses b rillan tes qualités, ce qui côtés, des d é lé g a tio n s des S ociétés
lui v au t d ’être nom m é serg en t-fo u r­ d ’A n cien s C o m b attan ts de la V ille avec
rie r ; le 19 avril 1936, il obtien t la mé
le u rs d ra p é a u x , les, Officierfe de rée
daiile de l’U nion D épartem entale et serv e, M édaillés M ilitaires, etc., etc.
to ut récem m ent à, l ’occasion d ’un acte
A v a n t le défilé des tro u p e s, M. le
de dévouem ent, il se voit d é c ern e r p a r
le G ouvernem ent, la m édaille des belles Colonel de D a n ré m o n t p ro c éd a , avec le
actions. C ourageux et profondém ent c érém o n ia l h a b itu e l à la re m ise de p lu ­
dévoué, il a su s ’a ttire r la confiance de s ie u rs d éc o ra tio n s, il é p in g la a u x a p ­
ses su p érieu rs et la prom otion dont il p la u d isse m e n ts de l’a ssista n c e , la Croix
est l’objet a u jo u rd ’hui, est la juste ré ­ d ’O ffieier de la L égion d ’h o n n e u r s u r
la p o itrin e de M. le C o m m an d an t
com pense de ses m érites.
P en d an t la guerre, il accom plit cou­ R o u y e r e t fit C h e v alier de la L égion
rag eusem ent son devoir, trois fois cité d ’h o n n e u r, n o tre sy m p a th iq u e co n ci­
toyen M. F olliot, d ire c te u r de l’école
et deux fois blessé, il fit la cam pagne
des g a rç o n s, s e rg e n t d ’in fa n te rie , p u is
comme pilote dans l’aviation, après il
d é c o ra p lu s ie u rs c a v a lie rs in d ig è n e s,
a v o ir se rv i d a n s l’in fa n te rie .
1. L efèvre R. (12” ). U n c o u v e rt a r ­
E x tr a it d u P a l m a r è s
A joutons q u ’unë gravé blessure du ce fu t e n su ite le défilé im p eccab le du g e n t, offert p a r la V ille de S enlis.
i
ré
g
im
e
n
t
q
u
i
fit
u
n
e
fois
de
p
lu
s
l’a
d
­
PR IX D’HONNEUR
travail lui a fa it p erd re une p artie de
2. L eclerc. U n ra s o ir G illette, offert
ses facultés visuelles, ce qui ne l’em ­ m ira tio n du p u b lic ; u n lâ c h e r de pi
C ours S u p é rie u r
p
a
r
le
«
R
éveil
».
g e o n s-v o y a g e u rs o rg a n is é p a r la So
pêche pas d ’être un bon ouvrier consi
3. L ongue R. U n é tu i à C igarettes
2“ an n ée . Mlle M.-T. E douin.
ciété
«
Le
M
a
rtin
e
t
S
e
n
lisie
n
»
com
­
déré et estim é.
g a rn i, offert p a r le « R éveil ».
i T‘ antrée. M lle M onique de MariLe « C ourrier de l’Oise » adresse à p lé ta cette p re m iè re p a rtie du p ro
court.
g ram m e.
80 m è tre s (p u p ille s 12 à 16 a n s)
M. le lieu ten an t Jules T arcy, ses cor
Cours Moyen
Les d e rn ie rs c a v a lie rs s ’é ta ie h t à
diales félicitations.
1. L efèvre. U n rév eil b la n c , offert p a r
p ein e élo ig n és q u ’a p p a r u r e n t nos b r a ­ la Ville de S en lis.
2e a n n ée . Mlle Ja c q u e lin e M artin ,
-» o « a n n é e . M lle Y vonne Le B ras.
ves S a p e u rs-P o m p ie rs, d a n s u n o rd re
2. V érité. U n e n c rie r s u je t J e a n n e
p a r f a it sous le co m m a n d e m e n t de le u r
CONFRERIE DE SAINT-FIACRE
d ’A rc, offert p a r M. B riziou.
C ours E lé m e n ta ire
officier le c a p ita in e P o n t, ils v in r e n t
3. L ev asseu r. Un ta b le a u , offert p a r
En raison du peu d ’em pressem ent se p la c e r face à la trib u n e . P a ssé s en
i"e division. M lle Y vette C laret.
le « Réveil ».
m anifesté p a r les m em bres de la
rev u e p a r M. le S o u s-P ré fe t e t p a r la
PR IX D’EXCELLENCE
Confrérie de S aint-F iacre, pour assis­ M u n icip alité, ils r e ç u r e n t des co m p li­
60 m è tre s (p u p ille s 8 à 11 a n s)
M
ite
T
h é rè se L an g let.
te r aux réunions, lès M embres du B u­ m en ts m é rité s p o u r le u r b elle te n u e et
1. L a p ie rre . U n réveil ja u n e , offert
2° division. M lle G eneviève P rév o st.
reau inform ent les ad h éren ts q u ’ils
p a r la Ville de S enlis.
p o u r l ’e x c e lle n t é ta t de le u r m atériel.
so n t dém issionnaires.
C ours P ré p a ra to ire
« O uvrez le b a n ! » e t la m éd aille
2. B riziou S. Un cach e-n ez, offert n a r
d h o n n e u r des S a p e u rs-P o m p ie rs est le « R eveil ».
F e division. J e a n in e M arin.
2" division. D enise F réville.
e p in g lée p a r M. le S o u s-P ré fe t s u r la
3. J e a n Ja c q u e s. U ne bo îte de sa v o n ­
LA COUR D’A PPB L D’AM IENS
n ettes, offerte p a r le « R éveil ».
p o itrin e du c a p ita in e P o n t e t la m é d a il­
C lasse E n fa n tin e
le des b elles a c tio n s s u r celle du s e r­
d o n t fa it p a rtie le T rib u n a l Civil
SYLVANECTES
F
illes.
M
icheline M artin .
g e n t-fo u rrie r J u le s T a rc y , p ro m u de­
de S e n lis
G arçons. M ichel B ouxin.
p
u
is
s
o
ü
s
-lie
u
te
n
a
n
t
de
la
C
om
pagnie,
S
a
u
t
com
biné
(a
u
-d
e
ssu
s
de
11
a
n
s)
e st la six ièm e de F ra n c e
p o u r le u r c o n d u ite co u ra g e u se lo rs de
J a r d in d ’E n fa n ts
1. D e ch a ttre Sim one. Un c o u v e rt a r ­
Si nous consultons le tab leau géné­ l ’in c en d ie de la m a n u fa c tu re de c a o u t­
g en t, offert p a r la V ille de S en lis.
Colette
P
ie rd o n , S im o n n e D esprez
ral de classem ent des Cours, nous ch ouc ; M. F ra n c is R en ie r, d ire c te u r
’
2. M agniez Y vonne. U ne boîte de A rth u r D ehaine.
voyons que la Cour d ’Am iens est la si­ de l ’u sin e se v o it a ttr ib u e r é g a le m e n t
xièm e de F ran ce p a r le nom bre des la m éd aille d ’h o n n e u r des b e lles a c ­ p o u d re de riz, offerte p a r le « Réveil ».
3. L e g ra n d G. D eux v e rre s ballon
arrê ts rendus : 1.471.
tio n s, u n v é té ra n d u tra v a il, le p a p a
En term in an t ce b ref com pte rendu
offerts p a r le « R éveil ».
Mais là n ’est pas le point essentiel, T rib q jjlet, re ç o it la m éd aille de v erm eil
« .
,
noUs u n issa n t aux p aren ts des élèves
p o u r la Cour d ’Am iens, de cette statis- des v ie u x se rv ite u rs p o u r ses 50 a n aut com bine (au-dessous de ^ a i ^ I d o l ’école félicitons respectueusem ent
T ' 11 f a u t l i r e q u e c e s a r r ê t s o n t é té
n é e s d e b o n s et lo y a u x s e r v ic e s d a n s
D e c h a t t r e J a c qq uu ee lli n e . U ____
ne c o u s ^ ,^
d ir e c tr ic e e t c o lla b o ra tri
r e n d u s p a r le s d e u x C h a m b r e s d e la
u ne e n tr e p r is e S e n lis ie n n e .
se, offerte p a r la Ville de S en lis.
K
Cés de l’école lib re p o u r l e s ' résifi lais
c o u r.
P u is sous la d ire c tio n d u m o n itë ü r2. L ouchez A n to in ette. U n p o rte -c a r­ pbtenus qui le u r font le u r plus gran d
S ignalons en outré quë la Cour clas­ ch ef D um oulin, « le R éveil de S e n lis »
honneur.
sée la prem ière est celle d ’Aix • 5 su c c é d a a u x S a p e u rs -P o m p ie rs , c h a r ­ te, offert p a r le « R éveil ».
3. R oussel R aym onde. U ne boîte do
L.
C ham bres, 3.427 arrêts.
m a n te société p le in e d ’a r d e u r e t de
A l’assem blée générale de la Cour b o n n e volonté, d o n t le c o u ra g e u x nao- p o u d re , offerte p a r 1e « R éveil ».
a Am iens, qui s’èst tenue il y a quel­ | m te u r D u m o u lin , q u i, on s ’en so u v ie n t
60 m è tre s (a u -d e ssu s de 11 a n s )'
Chocolats de la “ C O U PE D’OR ”
ques jours, M. le P ro c u re u r général I a etc victim e d ’u n affreu x a c c id e n t lo rs
1. H e rlin J e a n n in ë . Un co u v e rt a r
* * * * *
A lard a fait connaître les chiffres con­ de 1 in c e n d ie de l ’u sin e de cao u tch o u c
gen t, offert p a r la V ille de S enlis.
c e rn a n t l’âhnéè 1935, non eompHse e t a u jo u r d ’h u i co m p lè te m e n t r é ta b li’
C O N F IS E R IE
2 . D e ch a ttre Sim one. U n n éc essa ire
dans ladite statistiq u e : 1.547 arrêts
re ç u t les e n c o u ra g e m e n ts de M le’ de co u tu re , offert p a r le « R éveil ».
rendus.
S o u s-P ré fe t e t de la M u n icip a lité avec
3. L e g ra n d G. Un n a p p e ro n , offert
On c o m p re n d ra a is é m e n t com bien
p a r te « Réveil ».
’
rt
de c h a le u re u se s fé licita tio n s.
C h o c o la t s fins
V e r r e r i e de B o h ê m e
é ta it p eu fondé le p r o je t de S u p p rim e r
L a m éd a ille de la F a m ille F ra n ç a is e
- Bonbons -:- F antaisies a ssorties 50
m
è
tre
s
(au
-d
esso
u
s
de
11
a
n
s)
la C our d A m ien s, a in s i que le b r u it en
fu t e n su ite re m ise à u n e b ra v e m ère de
- — S p é c ia lité s p o u r B a p tê m e s - •• a v a it c o u rq il y a d e u x ang.
fam ille, Mme J a n qqi re ç u t les ç o m p lb
Et Je c la sse m e n t de la Cour d ’Am iens
S A L O N
P S
T H É
CHEZ' NOS SA PE U R S-PO M PIER S
P a r d é c re t en d ate d u 10 ju ille t 1936,
p a r u au « J o u r n a l Officiel » le 14 ju il­
le t, M. J u le s T a rc y , s e rg e n t- f o u rr ie r à
la C om pagnie de S a p e u rs -P o m p ie rs de
S e n lis, a été nom m é s o u s -lie u te n a n t.
Au Duc de Saint=Simon
wmmmn
fflü i r a
d w ii w fc ftiik , '
p n f
du {jQuveiiJe,
«
4 ® S f e u,!W?WM!
Tarlawt - « i d o à is jjfjjf ?
-
is à t a i f f l a ?»» i* i - â a J s
- m
VELODROME DE SENLIS
L a ré u n io n de b ie n fa isa n c e q u i d e ­
v a it a v o ir lieu te sa m e d i 18 ju ille t en
n o c tu rn e , e st re p o rté e , en ra is o n d u
C o n cert a n n u e l de l’H a rm o n ie M u n ici­
pale, a u sam ed i 25 ju ille t oh n o c tu rn e
à 21 h eu res.
U n su p e rb e p ro g ra m m e de co u rse s
c o m p o rta n t u n g ra n d m a tc h o m n iu m
en 'q u a tre m a n c h e s ■avec les éq u ip es
F ay a rd -L io n net, G a llard -L etellic r, H e rb a in -S a u v a g e e t L a u re n t-M a n g in . U ne
co u rse p a r é lim in a tio n p o u r les co u ­
re u rs q u a triè m e c atég o rie et d é b u ta n ts.
Le g ra n d P r ix dos R o u tie rs, in d iv id u e l­
le de 15 k ilo m è tre s, ré se rv é e a u x c o u ­
r e u r s n e p a r tic ip a n t p a s à l’o m n iu m ,
e t d e Grand^ P r ix de 1’ « I n t r a n s i­
g e a n t », a m é ric a in e u n e h e u re avec 12
é q u ip es, so n t à l’affiche de cette so i­
rée.
Le D ire c te u r s p o rtif e s t é g a le m e n t on
p o u rp a r le rs avec d eu x g ra n d s c h a m ­
p io n s d o n t la v en u e c o rs e ra le p r o ­
g ra m m e de cette belle ré u n io n .
T ous a u vélodrom e sa m e d i p ro c h a in
25 ju ille t, c’e st p o u r u n e b o n n e œ u v re.
»o«--------A TTENTION II!
Le 27 J u ille t e st p ro c h e ! Avezvous re te n u v o tre p la ce p o u r v is ite r
« NORMANDIE », ce jo li c h e f-d ’œ u v re.
P a r a u to c a r : d é p a rt 5 h e u re s 30, r e ­
to u r v ers 24 h e u res.
P rix d u voyage : 50 fra n c s.
S ’a d re s s e r à M. DECOCK, 20, a v en u e
du M aréch al Foch, à S en lis. T é lé ­
p h o n e : 317.
E t à M. HUYGHE, à M o rtefo n ta in e .
T élé p h o n e : 11.
1869
»o«--------CONCOURS DE TIR 1936
S ta n d d u M o n tau b an
L ’A sso ciatio n A m icale des A n cien s
E lèves de l ’Ecole P u b liq u e des G a r­
çons de S e n lis, o rg a n ise ac tu e lle m e n t,
avec le co n co u rs dès S ociétés S. A. G.
de S en lis, sa c o m p étitio n a n n u e lle de
tir, q u i a u r a lieu p e n d a n t te s jo u rn é e s
des 2, 9, 10 et 23 août.
ETAT CIVIL DE SENLIS
d u 9 au 12 J u ille t 1936
N a issa n c e
(N é a n t).
|!
P u b lic a tio n de M ariag e
E n tre M. G erm ain M ag n io r, m aço n
d e m e u ra n t à S e n lis, 8, f a u b o u r g ’s t M a rtin , e t M lle H élène J a b in , m à n o u v n e r c , a S e n lis, 17, ru e S a in t-H ila îre .
Décès
9. D em ek K a ta rz y n a , 39 a n s , o u v rie r
a g ric o le , d e m e u ra n t à E ta v ig n y (Oise)
décédé 1, fa u b o u rg S a in t-M a rtin .
9. A Ip b o n se-L o u is C olin, 72 a n s, d e­
m e u r a n t à V in e u il-S a in t-F irm in , d écé­
dé, 1, fa u b o u rg S a in t-M a rtin .
IL R ic h a rd D enolf, 67 a n s, d é b ita n t,
d e m e u r a n t a F re s n o y -le -L u a t, d é c éd é 1 ,
fa u b o u r g S a in t-M a rtin .
12. M arth e D ésonnoy, ép o u se F le u r,
49 a n s, 3, p la c e S a in t-M a u ric e .
C A R N E T
REM ERCIEM ENTS
— M adam e G aston J u lie n , M lle S u ­
z a n n e Ju lie n , les fam illes F r a ig n e a u J u lie n , C o rd ie r-Ju lie n e t P a u l J u lie n ,
trè s to u ch ées des m a rq u e s de s y m p a ­
th ie q u ’ils o n t re ç u e s lo rs d u décès de
M. G aston J u lie n , r e m e rc ie n t les p e r ­
so n n e s qui les le u r o n t tém o ig n ées.
1870
?°
desm aràis
.f r è r e s
est-désignée par
sa VISCOSITÉ en
.
THEATRE MUNICIPAL CINEMA
DE S E N L I S
Nous? Éjiii-ons l'o c c a s i o n d e pub lier*
p ro e lra m o m e n t, le r è g le m e n t, e t l a l i s ­
(T é lép h o n e
: 360)
te des p rix . D isons dès a u jo u rd ’h u i que
le, com ité d ’o rg a n is a tio n a te n u à ce
que le co n co u rs de 1936 so it u n v é r ita ­
ble succès.
A. M.
--------- »o «---------
D im an ch e 19 ju ille t 1936
m a tin é e à 15 h e u re s , so irée à 21 h e u re s
L u n d i 20 ju ille t, so irée à 21 h e u re s
...........
G eorges MILTON d a n s
IN STITU TIO N N.-D. DE LA VICTOIRE
JÉ R Ô M E PE R R E A U
D istrib u tio n des P rix
L a d istrib u tio n so len n elle des p r ix a
e u lien à l’In s titu tio n , le m e rc re d i 8
ju ille t, au m ilieu d ’u n e g ra n d e a fflu e n ­
ce de p a re n ts e t d ’am is, sous la p r é s i­
dence de M. LOUAT, m a ire de S en lis.
A près le c o m p lim e n t d ’u sag e , M.
L ouât, d a n s u n la n g a g e p le in de C har­
m e e t dé d istin c tio n a e n tre te n u son
je u n e a u d ito ire du Rôle Social e t Ci­
vique de la Fem m e.
P u is v in t la le c tu re du p a lm a rè s e n ­
tre c o u p é de c h a n ts e t dé m o rc e a u x de
m u siq u e du m e ille u r g o û t e t des m ieu x
ré u ssis.
h x tra it du Pcûiiïurcs. *— A n o te r p a r ­
ti c u li è r e m e n t : le s s u c c è s a u Brevet
élém entaire (s e ssio n d e ju ille t) de :
Le jo y eu x fro n d e u r d e s H alles
avec T a n ia F é d o r, V a le n tin e T e s s ie r
Ire n e B rilla n t, de la Com édie F ra n ç a is e
Sam son F a in s ilb e r, Le V igan
A bel T a rrid e , G eorges M auloy
et F e r n a n d F a b re .
»
.
CONCURRENCE
avec J e a n n e H e lb lin g
e t C h arles L em o n tier.
Conseil d’Ârrondissenient
de Senlis
SESSION DE 1936
M lles M a rie -T h é rè s e C é l e s t in ,
M a rie F r é m in ,
P ie r r o tto JtrujeN (do P a r is ) ,
B rig itte R o i.a n d ,
et, â la Licence de P hilosophie, le s u c ­
cès d é M lle M a ric -M a g d e le in e C h e n e t,
p r o f e s s e u r à l ’I n s titu tio n , q u i v ie n t d ’o b ­
t e n i r le C e rtific a t d ’Ë fu d e s S u p é r ie u r e s
d e P s y c h o lo g ie .
T o u tes nos fé lic ita tio n s à ces h e u r e u ­
ses la u ré a te s , à le u rs h o n o ra b le s fa m iltes et à l’In s titu tio n N otre-D am e de
la V ictoire to u t e n tière .
-»o « -
CHAMPIONNATS
DE TEN N IS DE SENLIS
Los c h a m p io n n a ts de S e n lis o rg a n i­
sés p a r le T e n n is C lub de S e n lis s u r
son te r r a in de la ro u te de C reil, fu re n t
■commencés les 27 e t 28 ju in , à ca u sé d u
m a u v a is tem p s, les fin ales f u r e n t r e ­
ta rd é e s ju s q u ’a u 13 e t 14 ju ille t. Ces
ch a m p io n n a ts fu re n t jo u és avec b e a u ­
coup d ’e n tra in .
Voici les ré s u lta ts des- d ifféren ts
to u rs :
P re m ie r to u r
P ic a rd b a t L. C ousin, 6-0, 6-3.
Sim plot b a t de L a B édoyère, 6-2,
7-5.
’
P ie rre B o u c h e r b a t A lb e rt P u s t, 6-1
(>- 0 .
’
L o ir b a t B erth elo t, 6-0, 6-3.
B e rth e lo t b a t C. C ousin, 6-3, 8-6.
A n d ré B o u ch e r b a t B rico u t, 6-1. 6-0.
^ P ie r r a r d b a t A n d ré B o u ch er, 3-6, 6-4,
P e rn e y b a t d ’H a rc o u rt, 6-4, 6-1.
F o u rn io l b a t C orpechot, 3-6, 6-4, 8-6.
L o u ât b a t Em ile B o u ch er, 6-2, 6-L
D euxièm e to u r
P ic a rd b a t S im p lo t, 6-4, 6-3.
P ie rre B o u c h e r b a t L oir, 6-6 6-2
R ie n !rd b a t P e rn e y , 3-6, 6-2’, 6-4.
L o u ât b a t F o u rn ia l, 6-1, 6-0.
D em i-F in ale
P ie rre B o u ch er b a t P ic a rd , 6-4 6-3
P ie r r a r d b a t L ouât, 5-7, 7-5, 6-4.
F in ale
P ie rre B o u c h e r b a t
/ “O, 0—
4.
P ie rr a rd ,
5-7,
CeS to u rn o is o n t m o n tré que S en lis
p o u v a it m e ttre en lig n e cette a n n é e ,
u n e b o n n e éq u ip e de te n n is, qui trè s
p ro b a b le m e n t lu i p e r m e ttr a de lu tte r
h o n o ra b le m e n t c o n tre tes clu b s de la
rég io n .
L a fin ale du c h a m p io n n a t fu t fo rt
b ie n jo uée et le m a tc h ne fu t g a g n é
q u ’a p rè s u n e lu tte trè s s e rré e et de
trè s b e a u x é c h a n g e s de baltes.
R o g e r Sim plot.
Les Membres du Conseil d ’ârrondiss®.
m ent de Senlis se sont réu n is le lun d i f
ju illet 1936 à 10 heures, à la Sous-Pré­
lectu re de Senlis, p our la p rem ière p a r­
tie de la session de 1936, sous la p ré si­
dence de M. Génie.
E ta ie n t présen ts :
M
f n ^ étr0yG.d
u Betz m
; aire
Génie’
aire fle
MoJî
ontataire
; M ichaux,
demMorienval ; Lais 1er, de Crépy-en-Valois ; Souh e r, m aire de L ian co u rt; Flam m e, de
Mouy ; Bacquet, m aire de Nanteuil-IeH audouiii; Delisle, m aire de Balàgnysur-T h eram ; F irm in , m aire de Verben e ; I ro n rin . m aire de Chamant
A bsent : M. Véret, m aire de Noqentsur-Oise.
*
M. E ugène D um oulin, sous-préfet, as­
siste a la seance.
„ 3 i ¥ n ie’ .cl° y en d’âge de l’Assemblée,
p ren d la présidence.
Il donne lecture du d écret de convo­
cation des Conseils d ’arrondissem ent.
Form ation du Bureau
tin ï
Pro c é d e r à la nom ina­
tion du B ureau. Sont élus :
l résid en t : M. Génie, 9 voix
Vice-Président : M. Bacquet, 9 voix.
Secrétaire : M. T ro n cin , 9 voix.
m tri G énie’ au. nom des m em bres du
B ureau, rem ercie ses Collègues de leu r
m arque de confiance.
M. le Souis-Préfet donne lecture de la
ém is
ee
aUX
v<r‘ux
préeéH em m ont
Réponses aux voeux émis ou renouvelés
•par lo Conseil d’arrondissement
dans ses ssesions antérieures
Routes Nationales et daemins
de grande communication
Vœu n ° ' 3 tendant à la rem ise en état du
d iv e r s
C' n ° 51 dans !a lrrwerx€
Les crédits alloués p o u r 1936à M l ’Im
igenieur en chef du service vicinal lui
p erm ettro n t d ’effectuer, dans le courant
de la dite année, la réfection de la tra ­
verse d Ivors.
Le Conseil d ’arron d issem en t recevra
donc satisfaction.
Vœu n" 5 tendant à ta rem ise en état de
sections des chem ins de G. C. n 0” 29
59 et 75.
Satisfaction sera donnée au vœu du
Conseil d’arron d issem en t p a r la rem ise
en état, au cours de la p rem ière année,
A) de la
section du -chemin G.C»
elltrie ù a b ru y è re et Sacy-le-Grand;
B) de la
section du -chemin G.C
n° 29 entre L iancourt et le ham eau de
T ourteaucourt ;
C) de la section du chem in G. C. n° 75
sur 1.500 m ètres de C inqueux à Sacvle-Grand.
.
> Lés autres sections seront traitées p a r
l’em ploi de m atières à assu rer uné via-
b ilité
convenable.
{A suivre).
Pour vos Réunions fam iliales
MINAGES - BINÇUEIS de SOCIÉTÉS
Soirées d o n o le s on toiles M m i e s
les élégants grands et petits
Salons de
no tel
c r r n r ’gs l’NôtsI du Grand Cerf
b U G J^A N D C F T p ir ^ ^ S S *
3 E N L 5|Q
HaÀii* WAMnnAir
« « p n •»«.
.
^ '
S01R à la disposition de sa nom breuse
C lientèle
C U IS IN E E T C A V E S O IG N É E
8 E B V IC 8 P A R F A IT
n t
F Q
w
p A
t f
O R R Y -L A -V IL L E
C H A N T I L L Y
1 1 i
Don
Si. Masurel, p ro p rié ta ire de Mi'etixé,
a fait p a rv e n ir à la M airie de Chantilly
la som m e de 5.000 fran cs p o u r le bureau
de B ienfaisance, à l’occasion de la vic­
to ire de son cheval.
M. le M aire a im m édiatem ent exprim é
à M. Masurel sa plus vive gratitude p our
son geste géhéi*cüx, qui perm ettra, en
des heures p articu lièrem en t pénibles,
de soulager les plus douloureuses in fo r­
tunes.
A ccidents
Le 10 c o u r a n t, v e rs 16 h e u re s , u n ac•oiclont s ’est p r o d u i t e n tr e la v o itu re de
la P rinoesse Orlolî, dem eurant G rande
Avenue au Lÿs-G hantilly et la voiture
de M. F aichaut, à P aris. Ce d e rn ie r c ir ­
cu lait su r le chem in de grande com m u­
nicatio n n° 162 à Gouvieux et la P r in ­
cesse débouchait d’un ch em in de terre.
Dégâts m atériels et blessures tsans gra­
vite à Mlle OrlofT.
— Route dès Agiles entre le m otocy­
cliste D evillers, de Gouvieux, et Louism et, cycliste, dom icilié à L a Chapelleen-Serval. Blessures superficielles et dé­
gâts m atériels.
Maternité de Chantilly
SAG E-FEM M E
de la Faculté de ^Médecine de ‘Paris
3 4 , ru e d u C o n n é ta b le , C H A N T IL L Y
Téléphone 231
P r e n d des P en sio n n a ires
C onsultations tous les jours, tous soins
et accouchem ents à dom icile
dans la région
870
F ilouterie de taxi
La dam e L eclercq, de P aris, s’ést
faite conduire en taxi à C hantilly, et a
déclaré au chauffeur : .Te n ’ai pas d’a r­
gent. La m alheureuse n ’avait plus sa r a i­
son.
Grand P rix Cycliste
L’annonce du G rand P rix Cycliste de
Chantilly qui va se d isp u ter le 9 août,
a provoqué chez tous les am ateurs de
sp o rt cycliste et ils sont nom breux dans
notre région, une vive satisfaction, c ’est
que l’épreuve que nous devons à la sp o r­
tive M unicipalité C antilienne et son
sym pathique Maire, peut com pter à
juste titre comme la plus belle épreuve
de la région.
Sur la dem ande instante des sportifs
d* Coye, Orry-la-Ville, l’itin éaire passe­
ra encore p a r ces coquettes localités
ap rès avoir gagné M ontgrésin, les co n ­
c u rren ts p assero n t une p rem ière fois à
C hantilly, puis se d irig ero n t sur Senlis,
Pont-Sainte-M axence et, cette année,
p re n d ro n t la route de V erberie, rev ien ­
d ro n t à Senlis après avo ir grim pé là
côte fameuse, re p re n d ro n t le chem in de
C hantilly. Ils au ro n t à accom plir une
deuxièm e fois ce c irc u it et fero n t p our
fin ir une troisièm e fois la boucle. Chan­
tilly, O rry, M ontgrésin, C hantilly, l ’a r­
rivée se fera avenue du M àréchal-Joffre.
Le Comité d ’organisation a déjà rcçti
de nom breux dons de personnalités
qu’on a toujours p la is ir à v o ir au p re ­
m ie r ran g lo rsq u ’il s’agit d ’encourager
le sport. Citons MM. Claude Halsey, W.
,P a rk e r, F ran ck C arter, Ë lijah "Cûnhington, M aurice Louvet, Pauw els, T irm ont,
Gibbs, H enrion, l’U nion Sportive de
C hantilly, la l r<’ Compagnie d ’Arc ont
égalem ent fait p a rv e n ir leu r am icale
C ontribution et c ’est un com m encem ent.
R appelons à tous lès généreux dona­
te u rs que les envois doivent ê tre adres­
sés à M. H enry H équette, d irecteu r de la
course, 15, avenue Aumont, à Chantilly.
Les engagem ents sont ouverts dès à
p résen t, la course est in tern atio n ale
toutes catégories, sauf am ateurs. D roit:
5 francs.
E t m ain ten an t la parole est aux fines
pédales de l’Oise qui ne m anqueront pais
de s’in sc rire bien vite.
m
C H A .a S T T X L I L .- Y
HOTEL DU PARO
NOCES
BANQUETS
GRANDES SALLES ET SALONS
Concours hippiqUè
Le Concours h ip p iq u e de Chantilly
au ra lieu au te rra in de Bois L arrîs, lès
26-27 septem bre, avec épreuves d ’obstafcles p o u r dames, officiers, gentlem en et
enfants. P résen tatio n de chevaux de
selle, attractio n s équestres. Un rallye
sera co u ru le 28, dans îâ m atinée.
Les en traîn eu rs et p ro p rié ta ire s dé
boxes à louer soit à C hantilly ou à Lam orlaye Sont p rié s d ’en in d iq u er le
nom bre à M. L azard. Le p rix fixé est de
5 fran cs le boX hu p a r jo u r et p a f fchévâl.
ÉTAT CIVIL
du 15 au 30 juin 193(1
Naissances
24., Meikîe R ichard, 16, n ie des Cas­
cades.
29. Thys Marie-M adeleine, 2, rue de
I H ôpital.
30. P o td ev in Georges-Léon, 4, rue de
là M achine.
Décès
18. Chauvain MaUHcé-Léon, 70 ans,
avenue lofFre.
_ 20. Germ ain André-Fernand-Ange-M arie, 5 ans, 16, rue de COuvieUX.
20. T ouzard François-E ugène, 82 ans,
47, rue du Connétable.
22. B oucher
A rteim inè-À hloinètte,
veuve V acher, 78 ans, 2, rue de l’H ôpi­
tal.
.
22. Ja c q M arie-Louise, véuvë Le Bourhis, 77 ans, 2, rue de l’H ôpital.
23. H ullin Jean-Baptiste-Gustav», 89
âhs, 23, rue de Gouvieux.
27. D ubois D enis-À iexandre, 78 ans,
2, rue de l’H ôpital.
P ublications de mariages
16. Codegrand
C harlesdlené-Jèàh,
b o u ch er à Livry-G argan et V inet Mariejban n e, sans profession, 5, avenue Joffre.
22. Coel G ilbert-M arcel, bijoutier, 93,
Vue du Connétable et Som decoste DeniSe-Céline-Jeanne, sans profession, 4,
place Omer-Vallon.
Mariages
16. Calvaire
R aym ond-A lphonse-A n
m ând, et S inneti M;aç-dçleiPe>GeQrgctte
Elysée Chantilly
« M a x en ee
Pharrhacie de Service
tern e des H ôpitaux de P a ris, avec Mlle
M adeleine Legros
E t vous p rie n t de bien vouloir assister
a la bénédiction nuptiale qui le u r sera
_
y
Conseil
M
unicipal
V e n d re d i 17, S am ed i 18, so irée
donnée le samedi 25 juillet 1936, en
D im anche 19 ju ille t 1930
L bghse de Pont-Sainte-M axence, à 11
M“xc«cen* W M}u lT ,P nl «le Pont-Sainteh
eures précises.
m a tin é e e t so irée
l'ét
rullm le ven d red i 10 juilLes personnes qui n ’auraient pas rècii
dc
M
’
à
20
h
’
30’
soüs
la
p
résid
en
ce
LES TROIS LANCIERS DU BENGALE
de faire-p art sont priées de se considé­
conspiu Cl0ze’ sénateur-m aire Tous les
r e r com m e invitées à cette cérém onie.
de M v -n so,lt Présents à l ’exception
Le Courrier de l’Oise est très heureux
L a se m a in e p ro c h a in e :
M lu ' i 1*’ ex eusé.
de p résen ter à Mme et au D octeur Gi­
S p ectacle de Gala
ce. ■ma chou est élu secrétaire de séanrod, conseiller m unicipal de Pont-StcL<yProcès-verbal de la d ern ière Séan- M axegce; à M. et Mme Alfred Legros,
LE M A IT R E D E S F O R G E S
ses plus sincères félicitations ; et aux
approuvé.
et
wrûpiëx
futurs époux ses meilleurs: vœ ux de bon­
ohrptes et budgets du B ureau de
LE VOYAGE DE M. PERRICHON
Bienfaisance : M. le M aire cède la p ré ­ heur.
Fête du 14 Juillet
sidence à M. Lalouette, doyen d’à<*e. Les
comptes et budgets sont approuvés à l’u­
On ,a rarem en t vu à Poht-Ste-MaxenC H A N T IL L Y (près de l’Eglise)
nanimité.
ce, autant de drapeaux que m ard i d er­
■■■■M»
M. Blâchon présente le R ap p o rt finan­ nier. D/ans les eircohstances difficiles le
cier qui est approuvé p a r le Conseil. En
vieux fond patrio te se retrôuvè. E t m ar­
recettes et dépenses, le m ontant est de
di les Pontois, pavoisant aüx tro is cou­
1.247.243 fr. 43.
leurs nationales, ont voulu m o ntrer aux
M. Dlecroze, sénateur-m aire, annonce
p artisan s de la révolution sanglante, aux
•■■■■■■■■■■■■■■a
qu’il a pu obtenir une im p o rtan te boni­ esclaves de Moscou, que le .drapeau ro u ­
fication d ’intérêts, relative à l’em prunt
ge n ’avait pas chez nous droit de cité.
S a lo n s de T hé chinois et m arocains
de l.lOO'.OOfi franod que la Ville a émis
Seuls tro is jeunes gens avaient garni
p o h r travaux divers.
Les plus jolis, les. plus agréables
leur fenêtre du chiffon écarlate. Quel­
Goudronnage des routes et nies en
ques m ilitants d’extrêm e-gàuche, rép o n ­
Salons de F am ille de la région
1936. — La Ville a acquis dans ce but,
dant à l’appel de Thorez s’étaient con­
une péniche de cailloux. M. Bigot de­ tentés de nouer ail sOmmet de la ham pe
m ande à t e que le goudronnage corres­ du drapeau national un petit bout de
BORAN
ponde, autant que possible, avec l’ârriru ban rouge.
vée des cailloux.
Collision. ;— Une collision s’est p ro ­
Le m atin, la section S. F. I. O. orga­
Im m euble Roussel' — É n raison de
nisa sa petite m anifestation de p ro p a ­
duite entre la m otocyclette pilotée p a r
l’augm entation de la m ain-d’œ uvre, le gande. Le soir, ver/si 5 h 30, ce fut le
M. Paul Seerières, de P aris, et l’autô
Conseil se voit dans l’obligation de m a­ to u r de la cellule com m uniste. Il faut
conduite p a r M. P ercy Girod, de Chamjo rer légèrem ent l ’indem nité Rousset
croire qeu tontes les ligues factieuses
pagnc-isur-Oise.
pour dém olition de l’im m euble de la rue
ne sont pas encore dissoutes, c a r les
M. Serrières', grièvem ent blessé, a été
Boütry.
P ontois viren t passer avec étonnem ent
tran sp o rté à l’hôpital de Creil.
Demandes de subventions. — Le Con­ un groupe d ’üne soixantaine de person­
CRAMANT
seil alloue :
nes conduites p a r le g ran d serlii qui a
50 fr. au Comité du Monument au Ma­ la_ préten tio n d’être un m ilitan t « con­
Pèlerinage de Notre-Dame de Bon-Se­
réchal Foch ;
scient et organisé ». Jeunes gens et jeu­
cours. — La pieuse N euvaine à Notre50 fr. an Comité du M onument aux In ­ nes filles dé m oins de vingt ans, le buste
Dame de Bon-Secours avait lieu la se­
firm ières françaises ;
moul dans une chem ise bleu clair re ­
m aine dernière. Commencée le jo u r de
300 fr. à l’A. S. P . pour son p rochain
haussée de la cravate rouge. Milice fas­
la V isitation, cette Neuvaine prêchée
Tournoi de Sixte;
ciste qui doit tom ber sous la loi du sei­
p a r le R. P. Burlot, m issionnaire du
300 fr. au C. S. M. à l’occasion de sa
gneur du moment. M. Blum. Poings le­
Diocèse rte C hartres, a été vraim ent co n ­
vés, voix éraillées. Internationale. Jeune
rm-hysarc. avec Charleville.
solante et belle. Klïe a été consolante
su ccès.
A dduction d’eau. — M. Decroze dônne
Garde. Le tout dans le désordre spécial
puisque p en dant éeis jours de p rières
Les nouvelles grandes illum inations
led u re d ’une lettre de M. le P réfet. M.
aux organisations du F ro n t P opulaire.
p rès de 2.000 com m unions 6ht été disdu Comité d’in itia tiv e o b tinrent la fa­
J ’ai paraît-il, été voué au poteau, quel­
triubéès aux P èlerins ; elle a été belle, veur du public e t le /superbe feu d’a rti­ BdUet soulève quelques objections au
sujet de/s frais à p rév o ir.
ques dizaines de fois de plus. Mais je fi­
si p a r beauté on entend une Neuvaine
fice qu’il nous offrit fut tout sim plem ent
Travaux. — L’ad judication des tr a ­ nis p a r en avoir l’habitude. Menacé qua­
bien suivie, m algré l'inclém ence
du
pierveilleux. Le bal qui term ina la fête
vaux à' effectuer à la F ontaine Couverte
torze fois dè m ort p a r lès com m unistes,
tem ps : p en d a n t neuf jours, en effet, la fut un peu icontrarié vers une h eu re du
a été faite. MM. H enry père et fils sont
à dem i âàsoinnré l’autre jour p a r les séi­
petite chapelle regorgeait, du m atin au
m atin p a r les flots du ciel qui vinrent
adjudicataires p o u r la somme de 43.735
des de « l’infirm e du cerveau » Garonne
soir d’une foule réoueillie, heureusè
s’h arm o n isèr avec les flots d’harm onie
francs.
fils, je me contente de sourire p o u r le
d ’entendre la parole si profondém ent
du jaz, m ais l’accueillant p ro p riétaire
Logements des Instituieurs-adjoints et m om ent.
religieuse du P ère P réd icateu r, désireu­ du Mugeut, m it sa .salle à la disposition
Garage. — Ces travaux, dont les projets
A 15 heures, M. le sénateur-m aire De­
se avant tout de se re tre m p e r dans Un de la M unicipalité et la jeunesse de 10 à
ne sont pas encore au point, vont être
croze rem it à M. et Mme F ern an d Le­
peu plus de ferveur, et de p u ise r un
70 ans to u rn o y a ju/squ’à 4 heures du ma­ grevés d ’une ce rta in e augm entation due
sage le p rix de la donation Bèrtaud-Ëoncourage nouveau p o u r les luttes de de­ tin .
à l’élévation du coût de la m ain-d’œ u­ net.
m ain. Aux pieds de là Vierge de. BonTout le m onde p artic ip a à la réussite
vre.
Puis fen cortège d erriè re la F anfare
Secours Chacun co m p ren ait que l’heure
de la fête, l ’union et la fratern ité ré­
M. Rey signale l’urgence de l’installa­ M unicipale, et encadrés p a r lès SapfeurSest sérieuse et que plus que jam ais, il
gnaient, les opinions, les consciences
de l’eau dans les u rin o irs dè la
P om piers: les C onseillers M unicipaux,
faut m o n te r vers ce qui est noblé et éle­ s’un iren t, chacun fêtait à sa m anière, tion
Ville.
les Anciens om battàhts, les Membres des
vé, c’est-à-dire vers le Bon DieU et sa
pas le m oindre h eurt ni in cid en t ne vint
Le Conseil vote des félicitations
et
Sociétés locales, sè re n d ire n t au Monu­
divine Mère. Nul doute que Notre-Dame
tro u b ler cette belle Fête N ationale de
m ent aux Morts du Champ de Mars, Où
de Bon-Secours n ’ait été contente et 1936 qui n ’élit jam ais un pareil succès. une somme de 100 francs à M. Dubret,
rue Charles-Lescot, qui a récem m ent
M. Decroze rem it des récom penses à M.
q u ’en re to u r elle ne rép an d e su r ChaQu’il soit perm is à l’hum ble re p o rte r
sauvé un enfant tom bé dans l’OiSe.
Chéry, d ire cteu r de l’H ôpital, et M. Piétnant, Senlis et les environs ses plus
que je suis d’adres/ser des félicitations
Le legs Bertaud-Bonnet, de 750 francs,
ra rd , m em bre de la Fanfare M unicipale.
abondantes et ses. plus m aternelles bé­ m éritées à la M unicipalité, à nos Pom ­
est attribué à la fam ille Lesage.
À l’issiie de cette cérém onie, un vin
nédictions.
piers, nos Anciens Com battants, Comité
d ’h o n n eu r fut servi à l’Hôtel de Ville, et
Un mot aussi de reconnaissance émue
d’in itiativ e, U nion Sportive, A rchers et
Nous avonsi reçu, la sem aine dernière,
un Bal public clôtard bette belle jo u r­
p o u r les personnes si dévouées — c h a ­ Com m erçants et à tous ceux q u i perm i ­
trop tard pour être publié, l’article de
née.
y. 0.
cun les connaît bien —, qui, chaque
ren t à tous, sans distihctîoii dè p arti,
Succès scolaires
jour, o rn aien t la chapelle de fleurs tou­ de fêter la liberté, avec joie, dans l’u­ S. R. que nous reproduisons ci-après :
jours fraîches, toujours délicatem ent nion et la concorde [générale.
Ecole secondaire Saiht-Joseph
F um isteries
choisies et qui, insouciantes des p iq û ­
de Pont-Sainte-M axence
Béhoni.
Je
n’avais
jam
ais
eu
l’occasion
de
lire
res de la rose, tran sfo rm aien t artisteOnt
été
reljüs aux épreuves du Brevet
L ’Echo Républicain. Je le cro y ais un
P. S. — Echos de la Fête. — Dans
m ent le sanctuaire de la Vierge bénie en
Eiéihfehtairë :
une roseraie oü il faisait bon s’a rrê te r m on jeune tem ps, une scie [générale cou­ journal sérieux. Mais c’ast un second
Claude G rattepanche, de Venbera it p a r toute notre F rance : « As-tu vu M ezL 'rM m e-J
! rieMM.
p o u r se reposer, m éditer et p rie r.
; D rouard Jean, de Vanves ; CartiLe cifoyen Loire Uls raconte dàris te
L am bert », p a r ci; « Às-tü vu Lam ­
CHÀMBLY
num éro du sam edi 4 juillet, lé m eeting ,gnÿ R'eiié, dé Nbÿoii; M arin André, dé
bert », p a r là. Depuis le 14 juillet, dans
Senlis ; P oreaux Louis, dè G ilocoürt ;
Collision. — Une collision s’est p ro ­ O rry, pas une personne rencontrée, con­ du F ro n t P opulaire du 21 juin. Il a eu R ichard Georges, dé Clerm oht ; Crapez
le temps de ru m in e r son article ! Et
nue ou inconnue ne passera près de
duite entre la m otocyclette pilotée p ar
cela ne lu i fait guère ho n n èu r.
j H enri, de M ontdidier; Dëjean Jacques,
M. Joseph N oury, de Puteaux, et l’auto­ vous sans vous la n c e r le mot d ’o rd re :
Loire
a
vu
2.000/
personnes
rassem
' de T hourotte; Fiévez P ie rre de T ricot ;
mobile conduite p a r M. P ie rre Coppens,
« As-tü vu Man-dell »
blées
place
du
Marché.
Deux
m
ille
!
! Lechaveiois André, de tlë rm o n t.
de Payillon-sOus-BOi s.
P a r suite d’èrretlr, ces élèves ont été
et, po u r votre gouverne sachez que,
Pourquoip as 20.0001 ? A 15 heures, on '
M. N oury, grièvémtent blessé, a été
désignés, la sem aine dern ière, copime
comme chaque fête a sa p artie com ique, com ptait 200 personnes. Au défilé,
tra n sp o rté à l'hospice de Beaumont.
ap jlartenant à une autre école que l’Ins- l
il fut perm is à tous le 14 juillet, au m i­ quand la ho rd e rouge s’est répahdue
lieu de l’h ilarité générale de voir et
dans la ville, on a dénom bré Six à sept titu tio n Secondaire Saiht-Joseph, de !
d ’applaudir le fam eux Man-dell qui fut
cents personnes : hommes, fem m es et Pont-ScÜhfë-Maxence.
O nt été reçus aux épreuves d*i C erti­
un facteur puissant p o u r sem er et cnenfants. Deux m ille përsonrtes ! que
ficat S upérieur lib re :
tre te n ir la gaité et les sourires m alicieux
A venue de la G are
diable ! ça sa voit ! Les P ontois Ont dû
MM, Noël Jean, de R eim s; Dièlormel
d’une foule qui le vit voici quelques an­ bien rire en lisan t la prose de Loire !
L ocation g ra tu ite . — T élép h o n e : 51
nées rem p lir d ’autres rôles sur l’affiche
« Défilé im peccable ! » Non, saûs bla­ B ernard, de Ravenel; Chauvin Jean, de
d’un program m e différent.
gue ? Mais Loire a-t-il vu les photogra­ VillërS-Udtterêts; W arm é Re.né, de Montgeyairt ; Choquet IL, de Villërs-ÙdtïëV e n d re d i 17, S am edi 18, so irée
phies qui ont été prises à cette màriifeisPLA ILLY
rêts ; C àrrion Louis, dé Roqiiferdllës ;
tation ? Croit-il que les Pontois, .m algré
D im an ch e 19 ju ille t 1936
Bas tard Jacques, de C hâm bly ; R ateau
D im anche dern ier, M. l’abbé Albert
leurs persiennes closes, n ’ont pds vu
m a tin é e e t so irée
P ierre, d ’A rpajon; B onvillain B ernard,
Cardine, récem m ent ordonné p rêtre par
passer la meute m enaçante, et n ’ont pas
LES MEMOIRES
de Creil ; Renaud Jacques, de CompièSon Excellence Mgr Piciaud, évêque d» entendu c rier : « A m ort » « LeS Croix
gne; Sylvestre A ndré, d ’E rm ont ; DeviD’UN AGENT BRITANNIQUE
Bayêux et Lisieux, a célébré sa deu­ de Feu au Poteau ht»
iheüx Jfeân, dé Nogent-sûr-OiSe; Roisin j
xièm e messe solennelle en l’église SaintCe pauvre Loire déménage! Il est vrai
L en in e - La G heka
Michel, de Pont-Saintè-Mlâxencè ; Sîllans i
M artin de Plàilly.
qu’il a de bonnes raisons de se hiettre
UNE FEMME CHIPEE
Très belle cérém onie; assistance nom ­ en vedette actuellem ent : il y a de si Roger, de COhipiègné ; Pfeiffet Ba/sile; I
d’Andèest ; P o rtier Em ile, de Gerlhevilbreuse ; très boûne m usiqpe avec le bonne,s places à p ren d re ! lEt le bequ
lifers ; L èclereq Lticlen; dè Brèuil-le-Sec;
concouns de la m aîtrise de l’fetble apos­ Paul Faüre doit dédom m ager Ldir.è de
C R EPY -EN -V A LO IS
Patenotte Jean, de Senlis ; C harles Au- i
tolique de M ontmélian.
la noire in g ratitu d e des citoyens tlh ry
gustin de Pont-Sainte-M àxence ; RohiRappelons que M. l’abbé Cardine, fils
et Vassal.
Coups et m enaces de m ort. — La gen­
chë PrahçOiS, dè Cbm piêgne; JSIazart Mi- .
de Mme H enri C ardine, dont les trois
darm erie a arrêté au ham eau de MërRétablissons les faits. Le 21 jtiih, le
chel, de Roiglise ; Robiche P h ilip p e, de ;
fils sont prêtées, est le petit-fils de Mme F ront P opulaire était m aître de la ville.
m ont, l ’ou v rier agricole A lexandre BerCompièghe; Sâihtë-Bëtlve, de W arm avilBenoist, dont le pieux souvenir reste O rdre était donné aux rcprésenj.'ihts de
toh, 41 ans, originaire d’Atilly. (Aisne),
présent aux vieux habitants de la Com­ l ’aï U o r i ic de n é pas p ara ître. Dés re n ­ iers.
qui étan t en état d ’ivresse, a exercé
forts révolutionnaires étaient veritiS des : O nt été reçus au Certificat com plé­
des Viblehfeè's sû r sa femme, née Ga- m une et le neveu de M. Jean Benoist qui
m entaire lib re :
fut p en d an t plusieurs années le dévoué villes voisines. E n gare de Pont, un
brielle Gaudiaux, 38 ans, et, en outre,
. MM. B ârbâüx Marcel, de Poht-Sàiritèl’a m enacée elle et ses enfants d’un ra ­ adjoint de M. B ouchard, prédécesseur groupe de « salopards » obligea mi sol­
de M. T huillier à la m airie de Plailly.
soir.
dat perm issionnaire à lever le poing ; le Mdxeiicé [(mention très bien); Rescuÿer
P ierre, de ITsle-Adam (t. b.); Gosse An­
même groupe insulta un p rê tre süi- les
Il a été écroué à Sfenlis.
SAINTINES
quais. Un citoyen français fut violem ­ dré, de N oyon (t. b.); T exier Jack, ,de
E R M E N O N V ILLE
m ent frappé dans la rue. Les cofitmis- | (Boulôgnë-sur-Seine (b.); F ontaine E u ­
Tué par uiie automobile. .— Alors qu’il
saires
établissaient des barrages; arrê- ' gène, de N éry (b.); G arhier H enri, de
se
trouvait
silr
le
bo
rd
de
la
route,
l’alL« sam edi 18 jttilifet, à 21 heures, les
Creil !([£>.-); N azart M aurièe, de Roiglise
lu n ettier Paül Lëm aire; 50 fins, veuf taient les autos dans les riibs; se CbhduiCosaques D jiguittés présen tero n t leurs
avec tro is enfants, cjui loiilait une c i­ saient en m aîtres iricciritestés, efi vain­ /(b.); Lagache Jean, de Pont-Sainte-M a­
exercices équestres Sur le te rra in route
xence (b.); L aruë Julien, de Méry-là-Bagarette, la tête baissée, ne vit pas a rri­ queurs.
de Mbhtâgny, à l’entrée du village, soüs
taille (b.); Prévost H enri, d ’Ecbuen (S.Mais tout n ’a qu’un tem ps. Le süfrrage
ver l’auto conduite p a r M. R obert Berle patronage des Anciens Com battants.
et-O.) (b.); P apillon Jean, d ’Aulnay-soqsuniversel s’eist prononcé p o u r l'o rd re "à
geron;
46
ans,
m
arch
an
d
de
porcs
à
StTom bola de la Caisse de Secours Mu­ Vaast-de-Longmont.
Pont-Sainte-M axence. Ces scènes d’é­ Bolis (h.); Gdt-ges RBbeH, de Paris, (b);
tuels de VU. N. C., n 0 515. —- Numéros
meute ne doivent plus revenir. Les m ili­ Bal tus. Joseph, de Compiègne (b.); IsamH eürté p a r le m arche-pied, côté droit,
gagnants :
b a rt Roger, dé Labosse (h.); Faroux
tants socialistes eux-mêmes cdhimenil tom ba et se fra c tu ra le crâne sur la
Jacques; d ’A ttichy (b.); Domet P ierre,
1/4
16 3766' 70
79 105 136 144 pierre.
ceht à avoir assez dfes'excès de cëftaih s
dé F lavàcourt (à. b.); Fleury René, de
162
185 193 220 225 245 249 264 268
de leurs alliés.
I l a succombé presq u ’ahSisiiôt.
Sehlis (à. b.); Boilet Louis, de Pont-Ste299
300 308 316 325 333 349 365 388
Lé Pain ! la Daix ! la L iberté !
La gend,ariherie de V erberie a ouvert
Maxencè (a. b.); Domet Michel, de Fla401
409 414 425 438 447
Le P ain ! Mais le Front P o p u M re en
une enqüêtfe.
vacourt (a. b.); R qbijlard P., de Neuitlyimposarit
la
loi
de
40
heures
ailatne
t-À G N f-L E -S E C
v iLl e n e u v e - s u r - v e r b e r i e
l’ouvrier ! En créant de n o u v ea u i fonc­ en-Thelle (a, b.); P alout Em ile, de ClerAc'ci'ochage. — Un accrochage s’est
m ont (a, h.); C om paret Jean, de P aris
Vagabondage. — On a arrêté le m a­ tionnaires, de nouveaux m inistfës, il
pro d u it au licu d it La Bonne Rencontre,
(a. b.) ; D escuyer Roger, de B gàurepâire
grève le budget !
n o u v rier Achille Courtecuisse, 31 ans,
entré l’auto conduite p ar M. Lucien Le(a. b.); W allerant J., de Neuilly-eh-Thelqui a été écroué à Senlis.
La P aix ! S’obtient-elle avëb des
febvrc. 25 ans, employé; 7 bis riie Bi­
le (a. b.); Guyot Jean-MaHe, de P aris (a.
poings m enaçants ? Le F ro n t P opulaire
V IN EU IL-SA IN T-FIR M IN
que!, à P a ris, et l’auto de M. Lucieri
a-t-il affermi notre situation européen­ b.); R iquier R„ de G oufnay-sur-A ronde
F ray, .41 ans, chef de service com m er­
(à. b.); Votât M., de Pont, <a. b.) ; Brine ?
Prom otion violette. — Madame Renée
cial, 89, rue Dübiifeshe, à P aris, qui ve­ P rivât, d itcclrio e d ’école publique, est
fcogrte R., de Porit (âssêz bien) ;,.B erLa liberté ; Hélas ! elle n ’est .féservéë
nant de Senlis se dirigeait vers Meaux.
qu’aux partisans. La liberté d ’associa- tfa n d M.,. de Compiègne (a. h ,); Ràbùs
nommée Officier d ’Académie.
M. LefebVre à été blessé au frq n t et à
Jean, du P a rc Saint-M aur (a. Ib.j ; de Santioii n ’existe plus ; le droit de pro p riété
Cy Alain, de P aris (a. b.) ; Patenotte
la jam be gauche, sa femmfe â été com ­
bst pratiquem ent àboli.
m otionnée. M. F ray a été blessé au front,
Qrdyëz-tottë, fcittiÿèti Ldirè, que
la P ierre, de Senlis (a. b.); M drançais Ber­
nard, de Com piègne; Tdbary Guy, dé
au cuir clheyélu et à la cuisse droite.
masse de la population française, qUi est
Labruyère ; Garçon P ie rte , de .MairnbeU n e e n q u ê te e s t o u v e rte p d u r s itu e r
éniînemmcnj s a i n e , n e U n i r a p ds p a r Se
ville ; LatrèiUe Claude, dé PaulS; Goiiles responsabilités.
-h ssise c -c o iître les illégalités de vos
teirat Gabriel, de M ontm orency ; Beàûamis ? Interrogez les petits ren tiers, lés
M O NTATAÎRE
vàis Paul, de Foiiilleu.se; Lanvin Lionel,
petits com m erçants. Demandez aux ®ü- de F rârisart (Somme ; Corbie Raym ond,
Oh à volé dàhs la gtifa, — Un ihcorinu
vriens ce qu’ils pensent de la loi de M)
de Rouville ; Godcfroy Louis, de DamO c s FR A N C S
a pénétré la nuit dans la cour de la gare
imnosée : ils n en
heures quiri lentleur na été imposée
rtiartih-ëh-Goëlë (S.-et-M.).
et a réussi vraisem blablem ent avec une
O
O
DE LIV R ES
veulent pas ! Pas plus qu’ils n
t-.—j;faiisse clé à Ouvrir le fcàdëti&s d ’tut War
La Fortune nous a soiiri
de igaîté de cœ ur la dictature de la L.
gon qui y stationnait et a soustrait 7
Au d e rn ie r tirage de la Loterie des
kilos de pëitiflirë en plusieurs pots.
(r Alfofâ, soÿez moins fum istes ! y o u s
R égions Libérées, la Fo’rturiè a daigné
La Compagnie du chem in de fer du
Loire, et vous Echo R epubhcm n / Toute
sourire aux Pontois. Dcûx habitants de
Tous ceux qui veulent être
N ord a porté plainte.
notre ville ont, en effet, gagné un lot
d ictature n ’a qu’un temps. Celle de vos
"
à
la
p
age
"
Blum cl Salengro passera com m e les
de 100.000 frahCs; aveb lé n° 118.322;
M O RIEN VA L
doivent s'abonner à.
Cç num éro leur avait été vendu p àr
autreis
.:
puisse-t-elle
ne
P?s
“
Suicide. — Le m anouvrier MbïSë
■M. Lésuëur; Café-tabac du Pdrit-Nëùf, à
rléfé elle trop de fuihës èt de mi lans.
Houel, 28 ans, célibataire, qui souffrait
Pont-Sainte-axence.
Un m ilitant de lu région.
d’une m aladie d’estomac, s’est pendu à
Naissance
S. R.
un poteau du jard in de ses papents,
1 an-. 38 francs
Mme
et
M
L
René
Braqbet, a rb itre offi­
Carnet
de
mariage.
—
Mihe
Joseph
P É R O Y -L £ S -G d « B R lE S
Envoy.TCTtt. annonce avec 38 (r. ü je sais -fOUT.
Bideaux, M, et Mme Elysée . Girod, le ciel de football, ifiëihbre du G. S. M.,
T è yj* Champs-Elysées, Paris, et vous recevre?
Double arrestation.
La gendarme*
sont lës hetifetix p arèiit; d ’une c h a r­
Docteur el Mme Fernand Gir «m ; Mme
W? “v? 37 fi**?» «s» Siélllèaù auwtjfy moderne» a u
ri(! à hffçté en
tiélH d ’itlfrac.
m ante fillette Nicole; venuê au m bnde le
Desabliaux, M, et Mme Alfred Legros,
U&ji à irrité d’exauhioa. deux luiets
Vp et Mîpy p é fn fth fi id-H’-’d'v ittdUM ficij sam edi l i juillet,
A tii. }i9llf‘El!h îhtfljfiis et (ji’iindS'j)»»
éufjSHlitfii tiu
ÉfctéWçW t!S !«
de ifi jip c li tin p t
im , ï\
îïSfïiktïttiS) ék èàlis emîSrt&ïiit
tefits, iè S itf k u dû Ù, B. ’M.
W8
i
t
.
i
i
.
e
e
.
tmi
l
'
t
t
ü
i
j
n
e
f
tiê
'p
i
i
ans( 6t Giovanni Dattrimo,
I* * !-! «
wmmmtwmmm
du üiaHagë üé Mi iiiiyfiiûüti ütrous ëX* siïicêîesl ïéllJBitatiôîiSi
L ocation g ra tu ite . — T é lé p h o n e : 454.
L'Hôtellerie du Cype Royal
et du Grand Cerf
Eden dê Creil
P R I M
P O U R RIEN!
J e sa is tout
m m m mu a la îM’fm&n
c i p ï ? ^
: P h arm acie P rin e M itouard, rue Charles-Lescot.
Club Sainte-M axence
L ’équipe du C. S. M. a rem p o rté d i­
m anche d ern ier, à Saintines, le to u rn o i
de sixte organisé p a r l’A. S. Saintines,
a p rè s avoir b a ttu les team s de Chanterein e (2) et (1), Saint-Sauveur et Béthisy.
L équipe pontoisc avait la form ation
suivante ;
Goal : Lesage; A rrières : Job René et
G eretti ; Avants : Leroy, Knus (c a p ), et
Lom bard.
Tous les sportifs de la région de PontSainte-M axence, désireux de p ratiq u er
fc football, peuvent, dès m aintenant se
faire in sc rire au C. S. M. près de MMi.
D utertre, rue P e rro n e t; Pellion, rue
Charles-Lescot ; Ollivier, 77, rue de Cavillé. II sera constitué autant d’équipes
que le nom bre de joueurs le perm ettra.
T rois déléguéisi seront chargés de chn-
cime des formations.
Cinéma-Palace
Sam edi 18 juillet, en SOirée ; dim an­
che 19, en m atinée et en soirée.
Paul Muni, dans Ville Frontière.
E t Jam es Cagnëy, dans Tout an Vain­
queur.
La sem aine p ro ch ain e : 300 à l’h eufe,
et L ’A m o u r en Cage.
LACHAUX
R u fis q u in
A
m
/a u A
re n d
e n ^ e é ...
en les assei&onnanf à
L'HUILE D'ARACHIDES
CRÈME DE RUFISQUE
HUILERIES DESMARAIS FRÈRES •
DIMANgtE ILLUSTRÉ
Magazlna familial llluatré an ooulaura
M'ottm trm SammtttSlM
A m usant
*t Instructif
50
ctak
-1 6
RACES
Ù pins complet pou h prb b pim modique
3 .0 9 0 llgstos d * tax««
7 0 p h o to g ra p iilss « t d M sIns
Les n o m b reu x échos, tes réflexlous du dlmaach*.
Les contes d ’ac tio n , les romans d e la v ie. Les
pages : J t poudrais bien savoir et Pour rions In traire un peu, Bric-à-Brae ; d ’o rd re d o cum entaire
OU p ra tiq u e s u r les sujets les plus veillés, f h isto ­
riques, géographiques, économiques, etc., et les
pages com iques.
D eu x su p e r b e s p a g e s m o o u lea rs
p ou r le s en fanta i
BIGOT, présidant do elnb
Los Hésavantaros do^MOMSIEOR P0GHB
S P É C I M E N FK A j Tc O S U R D E M A N D É
Itamantii 0IMAKCHC ffi-tjSTBÉ, H.n»na*il«,HM
Trm m », C elo ales
s S.
a
9
• nwts üa sa
ia «
a« »
■S MS»
! Avis très inortant ’
i
♦
:
Toute com m unication nous p a r ­
venant après le JEUDI A MIDI,
sera reportée d’office au num éro
suivant.
s
■
t
♦sa
»
a
♦
LOTERIE DES
R IC IO M S
LIBER EES
E
A N O S LECTEURS:
»
beHe-Àlfrédiiié.
Les exam ens. — Dans les examens,
Orry-la-Ville
continue
rt’dbtcïiir (le
beaux succès. C’est aussi qu aux, coin s
com plém entaires de Chantilly, Mlles Su­
zanne Hufet et Jacqueline Dlubloc, M.
F au ch er Claude viennent d ’obtenir le
certificat d’études com plénientaires.
Félicitations aux lauréats. Compli­
m ents aux heureux parents.
La Fête Nationale. — Eclatante, solen­
nelle, joyeuse, fraternelle, calme, *.el’c
peut être qualifiée la belle et grandiose
journée que vient dé vivre nôtre Retl:
ville, com m ém orant l ’anniversaire de la
conquête des libertés publiques. Pm s de
509 drapeaux, de la v erdure, des déco­
rations, des illum inations donnaient a
nos rues et à nos m aisons, un aspect
chatoyant et égrillard
Le 13 juillet, à 22 heures, une r etraite
des plus réussies, organisée pn’r nos' déT-1
voués pom piers entraînés p ar leur Lieu­
tenant Savouret Roger, toujours ën
avant po u r le dévouem ent, p a re ijiru t
les grandes artères, suivie d’une mule
enthousiaste qui vint en fin de retraite
term in er une h u it agréable au bal cham ­
pêtre organisé p a r le Coq H ardi et le
Muguet, rue dè la Chapelle.
Le 14 ,à 15 heures, le cortège officiel
fut plus hoiïibreux que de coutume, la
longue file des sociétés locales, com bat­
tants et des personnalités entourant le
Conseil M unicipal, se ren d it au rnônurirèfit aux m orts où le Maire déposa une
gerbe et une m inute de silence observée
après les sonneries « Aux Champs » èt
« Au D rapeau ». Puis sur la plapè fies
fêtes, après la revue, Clotaire Rivet,
m aire, nous fit un de ses m eilleurs discours, qui souleva de longs applaudis­
sem ents. Après le vin d’honneur, au
cours duquel M. Gaiston Lefèvre, p rési­
dent fies Combattants, rem ercia le Maire
de son évolution, au point de vue des
réform es sociales et de son patriotism e.
Le Comité d’initiativ e, p a r l’interm é­
d iaire de son actif président M. Testaux, fit une ample distribution de dra­
peaux, chapeaux et objets de fêtes. Les
jeux com m encèrent, les rires fu/sèrent,
l’allégresse èt la joie furent m aîtresses
des lieux pendant 3 h eures, au m ilieu
d’une foule im m ense. P endant les jeux,
l’Union Sportive avait organisé une m ar­
che de 22 km., qui obtint un très beau
Un Traitement efficace
_ A t o u te s les p è r s o n n e s q u i o n t la r e s p i r a ­
tio n c o u rte , q u i o n t de l 'o p p r e s s i o n , nouS coîlsfellfonS r e t a p l o i de la P o u d r a L o u is L é g r a s ,
q u i a o b t e n u là p l u s h a u t e ré c o m p e n s e à
l’E x p o s i ti o n U n i v e r s e l 'e de t q o o . 11 n ’e x is te
p a s .d e m e i l l e u r t r a i t e r n è n t . C ’e st le seul re­
m ède q u i d is s ip e i n s t a n t a n é m e n t les p l u s Vio­
le n ts accès d ’a s t h m e , de c à t a r r h e , d ’essouffle­
m e n t , de toux de vieille s b r o n c h it e s e: g u é r i t
p r o g r e s s i v e m e n t , U n e bo îte est
e x pédiée
crlntre m a n d a t de c fr. 2 5 (i m p ô t c o m p ri s )
a d r e s s é à L o u is L e g r a s , | t , Bd H e n r i - i V , à
Paris.
Imprim eries Réunies de Senlis
9, plsoe Henrt-ÜV, 9
U v J m ii ! 1, S àŸ M L ;
LE GOIJRRJER dr L’OISE
ANNONCES
d e M® DEWASMES, notaire
Etude de M® M aurice LENOIR I Jïtude
au Plessis-B clleville (Oise).
h u issier à Senlis (Oise).
JU D IC IA IR E »
A r t i c l e 1er.
Etude de M* GAZEAU, notaire
à Senlis.
D EU X IEM E IN SER T IO N
Suivant acte reçu par M® Gazeau, notaire à Senlis, le 25 juin
1936, enregistré à Senlis, le 27
ju in 1936, folio 50, case 280, M.
Paul-Louis-Marie-M aurice MON
NIER, négociant en vins, et Mme
S u zan n e-Jo sép h in e-L éo n ie DUCRET, son épouse, dem eurant
ensem ble à Senlis, im passe Beautné, ont vendu à la Société com ­
m erciale à responsabilité lim itée
P ierre DELMAS et Compagnie,
« to u t
e s t à
G r e i l .
l'ia e
ti c
la Itépufblique, n" 47, le fo n d s de
c o m m e rc e de n é g o c ia n t en v in s
e t s p iritu e u x , exploité à Senlis
im passe Beaumé.
Les oppositions, s’il y a lieu,
sont reçues ju sq u ’au dixièm e jour
après la présente publication, à
Senlis, en l’Etude de M® Gazeau,
notaire.
L’in sertion au Bulletin Officiel
des Vemtes et Cessions de Fonds
de Commerce a eu lieu dans le
num éro du 10 ju illet 1936.
P o u r deuxièm e insertion :
1824
GAZEAU, notaire.
l
Vente aux enchères publiques
par autorité de justice
M A T É R IE L
Il e
D’HOTEL-BESTAUM HT
20
ju il l e t
e n l'H ôtel Jea n -Ja cq fu es
193e
à 14 heures
A R M E S - M U N IT IO N S
BELLE PETITE
Malson fondéajen 1892
Huissier- à S e n l i s
DÉSIGNATION
MÉCANICIEN
Etude de M® PICARD, avoué
à Senlis.
LA VENTE su r licitation, fixée
au 31 Juillet 1936, à 14 h eures, à
la Mairie d’Acy-en-Multien, par
le m inistère de M® DUHAUTAS,
notaire à Acy-en-Multien,
EST
RÉPARATIONS I
PR IX
M
mettra.
C entre S enlis
Bonne Fruiterie
Agence Régionale
«LACSTS
A R T IC L E S DR L IT R R IR
TAPIS
—
RI DBAUX
18171
O l a g n o n - P a l h i è r e
Bonne à tout faire
Pnililiniànoc
uIHIUiIIcIdo
mandées.
i.^Sadresser
- -• <,<»
2, Rue Mertian, à MONTATAIRE
connaissant bien la
co u tu re, sont de­
Q uincaillerie - Ménage
Tôles O ndulées
M eubles et L ite rie
Personnes sérieuses cs°aTuD
A SENLIS
L ivraison à dom icile
Catalogue s u r dem ande
Bonne à tout faire edéedePour
O uvert le dim anche
ju sq u ’à midi
N°271. Belle V illa, tout confort,
7 pièces. Garage. Jardin. P are de ménage et enfant ; sachant faire
cuisine.
1.200 m2. Loyer : 6.800 fr.
S’sdr. au Bureau du Journal. 1871
Reçoit les bons de
N“ 252. M aison confortable, 6
pièces ppales, m ansarde. Buaniderie. Gd garage. Cour. Loyer :
5.850 fr.
Paris plusieurs jours p ar sem ai­
ne, est demandée.
N» 247 bis. B eau P av illo n sur
S’adresser : 14, rue de Beausous-sol. 5 pièces princip. Salle vais, Senlis.
1872
de bains. Tout confort. Jardin.
Loyer : 5.500 fr. nets.
La SEM EU SE
et de D U FA Y EL
Bonne à tout faire Œ fe r
Miracle du G O D I N -, merveilleux appareil
Une Cuisinière GODIN placée en fait vendre dix semblables
37 CHEVAUX & JUMENTS
Pour
( Fonds de Commerce
Acheter 1
Fermes
ou
|
Propriétés
Vendre l
Terrains
A nnE issE Jz- v o u s a .
g r a n d c h o ix d e c u is in iè r e s d e la r é g io n
850
?
Messagerie Senlis-Paris-Pont-Sainte-MaxenGe
Aller et R eto u r to u s les Lundis et Jeudis
A lb e rt
EX-PRINCIPAL
T R O U T
CLERC
Grande Rne
à D A M M A R T IN -E N -G O E L E (S .-et M.)
801
ifrlMlîïMGWIMAIiï»^
Pour vos D â M â N A G B M B N T S , T R A N S P O R T S
demandes nos prix les plus avantageux
A vendre à l’am iable, B ois de
a r e s avec petite cabane, com­
m une d ’Aumont, lieu dit « La
Brosse », à proxim ité de la route
de Creil à Senlis. — S’adresser à
M® Gazeau, notaire.
Pour renseign em en ts, s ’adresser : BUREAU SENLIS ou
téléphoner au 2 2 7 S e n lis.
Etude de M® TÊTARD, notaire
à Senlis.
Réparation de Sommiers et Matelas
en
A louer à l’am iable, E c u rie R em ise, sise à Senlis. ru e de
Meaux, n® 9. — S’adr. à M®Têtard,
notaire.
V I D AN GE S I N O D O R E S
P A R PROCÉDÉS MODERNES
N a n te u il, A
-to n »
c jo n ro »
TRAVAIL A DOMICILE
PRIX }MODÉRÉS
G eo rg es
E Æ R O Y
F er m e de la S a n té, SEN LIS (O ise)
A louer, M aison B o u rg eo ise
sise à Seulis, rue de Nanteuil,
n® 7. — S’ad resser à M® Têtard,
notaire.
I M DELGORGE Fils
de
I
SENLIS i M. AUGER, impasse du Tour-de-Yiile.
PONT-SAINTE-M AXENCE i 6, rue des Vendredis.
6, rue Jean-Lantier.
6 bis, rue du Pasteur-Wagner
PA R IS 21, rue du Faubourg-Saint-Denii.
19, rue Davai.
42
NOTAIRE
DE
B U R E A U X
A louer, M aison B o u rgeoise,
avec Jardin, à Senlis, ru e Nouvelle-Saint-Etienne. Confort mo­
derne. — S’ad resser à M®Gazeau,
notaire.
S’a d r e s s e r a u CAFÉ DU THÉÂTRE, à S en lis
868
Un livre que vous aurez
à consulter journellem ent
S C N U S
▼
T E E E E O O JV E
3 0 »
LE CATALOGUE GÉNÉRAL
de la Librairie Agricole et Horticole de la Maison Rustique
vous est offert GRATUITEMENT
Il contient les m eilleurs livres d ’agriculture écrits par les m eilleurs auteurs agricoles.
C haque ouvrage est accom pagné d ’une analyse succincte et du prix. U ne classificatioft par
S ’adresser pour les renseigjie| m ents A :
c a t é g o r i e s , d e s ta b le s d e
a v e z b e s o in -
1» M° L . C H A S T A IN G , a v o u é
BBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBB
qui a confirmé la valeur de cette marque.
Etude de M® GAZEAU, notaire
à Senlis.
TRÈS BEAU
là Senlis, p o ursuivant et p rê te n t
T rès beau buffet de cuisine avec
la vente ;
table et chaises. Deux bergères C h a m b re s à C o ucher
S alle à M anger
Régence. Fauteuils. Chaises. Chai-1
2° E t à M8 Jean FOURNIER,
ses de salle à m anger. Tables.
Salon, S alle de B illa rd
notaire à M archiennes (Nord),
Buffet de cuisine. S ecrétaire. S u je ts en b ro n z e e t p o rc e la in e réd acteu r et dépositaire du ca­
Petites arm oires. Bureaux. Fau­
h ier des charges.
B ro d e rie s d ’A m eublem ent
teuil de bureau. T oilettes.
fa ite s à la m ain
Piano. A ccordéon. Machine à
coudre. Glaces. P endules. T a -|
A V E N D F * !^
■■■■■■■■BSSUUSBUBSSBSB
bleaux. Lam pes. Chandeliers.
aux enchères publiques
Lits. Somm iers. Divan.M atelas.
A V I S
L U Z A R C H E S
O reillers. T rav ersin s. C ouvertu­
rue Vivier, n® 25 bis
res. E dredons.
Réchauds à gaz. Poêles. Batte­
p our cause de départ
A toute dem ande de rensei­
rie de cuisine cuivre et émail.
le
D
im
a n ch e 2 6 J u ille t 1 9 3 6 1 gnements, il ne sera repondu
Et autres nom breux objets.
à 1 heure 1/2 précise
que si la lettre est accompagnée
Envoi
de la notice su r dem ande d ’u n t i m b r a pou r la r é p o n s e .
Frais on sus à l’Officier
Au Comptant.
vendeur.
1860
1862
P ar l’effort continu,
Affoûdlssemeüis de SEtyMS et de JïEfiUX
9, R o u te
—
sont livrées au prix de fabrique chez :
: A la Belle Fei
Ho la Halle, Senlis.
g e : r v a i s a c r iê p - in
1857
6 2 , ru e de la R épublique, 6 2
SENLIS
Téléphone : 179
peu le repassage, sont dem andées
à la Blanchisserie PELLÉ, rue
du Lion, Senlis.
1868
A . L O lü T E F t
rue d’Hamage à Y verchies
ou rue Jean-Jaurès
dépendant de la faillite du sieur
A
S E N L I S
E v ra rd D ésiré, ex-entrepre­
P o u r renseignem ents, s’adresser
eu r de louage de voitures à
â l’Hôtel les Ventes, 14, rue le Beauvats Ià M® GUETIN, huissier vendeur, nCreil
(Oise).
34, rue d ’Aumale, C hantilly. —
(entrée rue du Four)
Téléphone 85.
1S66I
le D im a n c h e 1 9 J u ille t 1 9 3 6
L’adjudication au ra lieu le
LUNIDII 27 JUILLET 1936, à 14
à 14 heures
heures, en la M airie de W anEtude de M® POTDEVIN
p ar le m inistère de M' CORNET I
dignies (N ord), p a r le m inis­
com m issaire-priseur
1 Greffier de la Justice de Paix tère de M8 FOURNIER, notaire
à Luzarches (S.-et-O ).
à M archiennes, commis à cet
effet.
DE
|
La marque à renommée MONDIALE
av ec 1 5 . 0 0 0 f r .
dem andée. Sérieuses références.
Interm édiaires s’abstenir.
S’ad resser à M“ ® BABA, Villa
S’adr. au Bureau du Journal. 1858 Fusain, Chantilly.
1856
EXPOSITION : la veille de l à ]
[vente, de 14 à 16 heures.
M O B IL IE R
H d t* fmr- ® t oni-vx®*
|
Les cuisinières en fonte émaillée G O D I N
Cie d’tarances %‘>u'ïae„',rt‘
E crire avec références à M.
DÉSACCORD — CÉDONS COUTARD,
au Journal, qui tra n s­
[BEAU MOBILIER]
com prenant n o ta m m e n t :
C ham bre à c o u c h e r m o d ern e.
U
ET
I p l fiénéral sérleux el actlt.
| Fonds de Commerce
BEAU lO B U IB I
S S E A
DEM ANDES
ayant p e tit p o rte fe u ille dans’la
région de Senlis, recherche
Suivant acte sous signatures
privées en date à Creil (Oise), du
deux ju illet m il neuf cent trentesix, enregistré à Creil, le dix
ju illet mil neuf cent trente-six,
folio 79, case 1, Madame M aneJulie BARBE, dem eurant à Creil
(Oise), rue de l’Abattoir, n® 23,
veuve de M onsieur H enri DELAUX, a vendu à Madame Octavie
CADOUX, épouse assistée et aurisée de M onsieur Georges LAMOTTE, avec qui elle dem eure à
Houilles (Seine-et-Oise), Cité des
Blanches, n° 13, le fo n d s de c o m ­
m e rc e d ’é p ic e rie , v in s, ta b a c s ,
q u ’elle exploitait à Creil (Oise),
Venteaux enchères publiques
ru e de l’A battoir, n® 23.
DE VINS E T LIQUEURS
P o u r les oppositions, s’il y a
D’UN
lieu, s’ad resser dans les dix jo u rs
ex p lo ité à DUVY (O ise)
de la deuxièm e insertion à Mon­
route de Crépy-en-Valois.
sieur LABOURET, 89, boulevard
de Sébastopol, à P aris, et p o u r la
comprenant notamment :
validité au fonds à l’acquéreur.
S ’adresser pour les renseigneBelle salle à m anger style an­ | m ents à :
1863
LABOURET.
glais. Salon m oderne. Sellettes.
M* CHASTAING, avoué à Sen­
Bar Table à jeu m arqueterie
style Louis XV. Canapé cuir. Cosy lis ;
Art. 4.
M® PILLEBOUT, notaire à
corner. Glaces. T a b lea u x . T apis.
L iv re s. A rg e n te rie . Belle cham ­ | Crépy-en-Valois, réd acteu r et
Liquidation Jud iciaire b re m arqueterie style Louis XVI. dépositaire du c a h ie r des c h ar­
Cham bres m odernes laquées et ges.
de la
chêne clair.
Société YALEX Frères
P o u d re u s e e t co m m ode m a r ­
q u e te rie sty le L ouis XV.
E tudes de M8 L. CHASTAING,
Les créan ciers de la Société à
A ppareils d’éclairage. Gramoavoué à Senlis ((Oise)
responsabilité lim itée « VALEX phone. Banquette acajou. Dou­
et
de M* Jean FOURNIER,
F rères », m a n u fa c tu r e de m eu­ bles rideaux.
do’cteur en droit, notaire
bles, dont le siège social est à
P ian o à q u eu e « E ra rd ».
à M archiennes (Nord)
S enlis,route de Creil, sont invités
Meubles et outils de jard in .
(Successeur de M“ Theyls).
à rem ettre dans la quinzaine, leur
titre de créance avec bordereau à I Le tout appartenant à M. GARNERI
jockey-entraîneur
l’appui, à M” Georges MORAND,
a v o u é -a g ré é , liquidateur judiV E N T E
Ln A 1 V I O F t L . A . Y E |
ciaiM à Senlis, 10, rue Samtaprès faillite
Hilame.
1873
Hold Ilouse
su
r
surenchère
d’un dixièm e
Route Nationale
D’UN
| le s S a m ed i 2 5 e t D im a n ch e 2 6 ]
J u ille t 1 9 3 6
IM M E U B L E
Et«de de M® J e a n CORNET
à 13 heures 30
C o m m issaire-P riseu r des Ville
A USAGE DE FERME
p ar le m inistère de M® GUÉTIN
et A rrondissem ent de Senlis
h u issier à Chantilly
T éléphone 384.
situ é à WANDIGNIES
VENTE MOBILIERE
U
T O U S S T T L S ffl
N» 273. Villa su r s/sol, 2 p. et A VENDRE A L’AMIABLE
cuisine au rez-de-ch., 2 cham bres
c’est le temps
Au Comptant - Frais ordinaires E tudes de Me L. CHASTAING, et salle de bains au l ,r. Confort.
avoué à Senlis
| Jardin potager et agrém . Loyer :
On pourra visiter la veille de | et de M® PILLEBOUT, notaire 15.000 fr. nets.
à Crépy-en-Valois.
5 à 7 ans
la oente de 14 à 16 heures.
E n m a g a s in le p l u s
B eaux A p p a rte m e n ts ; 3 500 f.. traits et lim ons, harnais voitures
I 2.700 fr., 2.520 fr., ot pefCL *A>P o u r to u s r e n s e ig n e m e n t s , s ’a- i
2 . 0 0 0 à 3 . 0 0 0 ft».
d resser à M® GUETIN, huissier Vente aux enchères publiques I g em en ts.
Crédit à cultivateur.
v e n d e u r, 34, rue d’Aumale à |
L E SAM EDI 8 AOUT 1936
Voir tous les jo u rs, M. FONTE,
Chantilly. Télép. 85.
1847
N o m b re u ses V entes à Senlis transport, 12, rue B ruant, Paris
à 15 heures
I et environs.
832 (Métro Italie).
1861
en l’E tude et p a r le m inistère
Etude de M®F élix LOUAT, notaire
de M0 PILLEBOUT, notaire
à Senlis.
Etude de M® L ouis GUÉTIN
à Crépy-en-Valois
gradué en droit
com m is à cet effet
A vendre à l’am iable, M aison
h u issier à Chantfilly.
de R a p p o rt, sise à Senlis, 19, rue
D’UN
du Châtel et 1, rue de la Treille.
P a r suite de départ
S’ad resser à M®Louât, notaire.
B o u le v a rd S éb asto p o l, 8 9
PARIS
S a lle à m a n g e r g e n r e r u s t iq u e
R O
A
OFFRES
MODÉRÉS
Mmo AUFFRAY, 17, rue
du Châtel, S enlis.
^
lUNE PROPRIETE
89,
G o u o tu s* - — Saille»*
lidtaiaBiw» o t iBiÀgj-e»*
DIATET-* TRÈS SOIGNÉES
BRODERIE - LINGERIE
E
LA B0U RET
DECORATION
13, rue du Châtel, SENLIS - Typhon, i
—:
E tude de Me Georges MORAND
avoué à Senlis.
Y.
|MAU MOBILIER
-
COMPLETS
TÉLÉPHONE 9 7
1867
V E IV T
R a a l
ARMURIER
A JO U R N É E
En vertu d ’un acte s. s. p. en
sur saisie im m obilière
date à Mortefontaine (Oise), du
vingt-neuf ju in 1936, enregistré à Conditions ordinaires. Au Comptant]
DE
Senlis (Oise), le onze ju illet 1936,
folio 51, case 12, p ar le Receveur
P o u r tous renseignem ents, s’a­
qii a perçu les droits, M onsieur
d re sse r à M® M aurice LENOIR,
Victor ANDRÉ, débitant, dem eu­ huissier, 18,rue Sainte-Geneviève,
ran t à M ortefontaine (Oise), a i à Senlis. Téléphone 59.
1851
situ ée à LAMORLAYE
vendu à M onsieur Georges MÔNTALANT et Madame Blanche
ro u te d e s Vignes
LOMBARDIN, son épouse, demeu
ran t ensem ble à Vineuil-Saint
Etude de M® L o u i s G U E T I N
Firm in (Oise), rue Poissonnière,
gradué en droit
i
L’ad ju d icatio n au ra lieu le
le fo n d s de c o m m e rc e de d é b it
h u issier à Chantilly
| MBRGRjE O I 29 JU ILLET 1936,
d e v in s et é p ic e rie , exploité à
à 14 heures, en l’au d ien ce des
M ortefontaine (Oise), rue de
G I I A iN T T I ^ Y
criées du T rib u n al de prem ière
l’Eglise.
instance de Senlis, au P alais de
route de Senlis
La p rise de possession a eu
Justice de la dite ville, place
(près l’Eglise)
lieu le 29 ju in 1936.
Notre-Dame, B âtim ent de l’EvêLes oppasitions, s’il y a lieu, le D im a n c h e 1 9 J u ille t 1 9 3 6 ché.
sero n t reçues dans les dix jo u rs
à 13 heures 30
quj suivront la seconde in se r­
tion, en l’Etude de M- L enoir, Vsnteaux enchères publiques
{S’adresser pour les renseigneh u issier à Senlis (Oise), 18, rue
| m ents :
Sainte-Geneviève
D’UN
A Me Georges MORAND, avoué
P o u r prem ière insertion :
à Senlis; po u rsu iv an t la vente ;
1865
M. LENOIR.
A M® Marcel- VIDY, notaire à
C hantilly ;
comprenant notamment :
A M” Louis GUETIN, huissier
A r t . 3.
. T rois salles à manger. Salon. à C hantilly ;
T rois cham bres. Bicyclettes dame
E t au g reffe du T rib u n a l de
et enfant. V oiture d’enfant. Deux prem
ière in stance de Senlis, où
| pianos.
le c ah ie r des charges est dé
FONDS DE COMMERCE
p a rle m inistère de M® GUÉTIN
posé.
huissier à Chantilly
S e r v ic e S p é c ia l P ro v in c e
GiiAaafcfcaro* *
16-18, Place Henri-lV, S E N L IS (Oise)
P a r te r r e d e v a n t a v e c g r ille s et
b e a u j a r d in d e 11 a r e s d e r r iè r e .
P e tite s d é p e n d a n c e s .
E a u , é le c t r i c i t é , c h a u ffa g e c e n | Irai
1864
230 fourchettes et 140 cuillères,
. louches, 120 cuillères à café,
110 fourchettes et couteaux pour
service à poisson, 250 couteaux,
le tout en métal argenté.
T reize tables diverses, desserte
dessus m arbre.
C om ptoir de bar en bois avec
glace , quatre ta b o u re ts , deux
tables, u-n canapé, caisse enre-|
gistreuse « Nationale ».
Bureau, ch aise, petite table
Japonaise, standard téléphonique
« G ram m ont ».
Salon, jard in ière en bronze,
guéridon Chinois, porte-potiche
ébène, quatre tables, quatre chai-'
ses, deux colonnes m arbre.
90 tables et fauteuils de restau-1
ran t en rotin.
TAPISSERIE
Maurice CHEVAUX
le D im a n ch e 2 6 J u ille t 1 8 3 6 | d e-ch a u ssée, 2 cham bres à l’étage
Ici cabinet de toilette.
d
heures
p ar le m inistère de M® LENOIR
AMEUBLEMENTS
ARTICLES DE CHASSE
s i s t a PISSIS-BELLEYILLE
ru e du Vert-Buisson
C om prenant : 3 p ièces au rez-
à ERMENONVILLE <Oise)|
E tude de M* LENOIR, huissier
à Senlis (Oise).
lundi
VOITURES D’E N F A N T S - MACHINES A COUDRE
Maison de] Campagne
A R G E N T E R IE
Art. 2.
CYCLES - MOTOS T E R R O T
A D J U G E R
en l’Etude
m
a t i è r e s
p e r m e t t e n t d e t r o u v e r i n s t a n t a n é m e n le l i v r e d o n t v o u s
E n r e t o u r n a n t c e b o n v o u s le r e c e v r e z im m é d ia t e m e n t
^ P o ttr
to tm
v o s
im p rim é s
LIBRAIRIE AGRICOLE & HORTICOLE DE LA MAISON RUSTIQUE
2 6 , r u e Jacob , 2 6
— P A R I S (6®)
Je s o u s s ig n é .
Imprimeries Réunies de Senlis
dem euran t
d é s ire
Bfwr®
à ............
recevoir le
C atalogue
G énéral
de la L ib r a ir ie A g rico le d e la M aison R u s tiq u e .
c o. s.

Similar documents

stephane bulan

stephane bulan choke m anifold, un groupe com posé de dessinateurs, techniciens et secrétaires de D.D.E. et FA, est allé co u rir les champs de Châteaurenard (champs de pétrole, bien entendu). La visite com m enç...

More information

é - Bibliothèque municipale de Senlis

é - Bibliothèque municipale de Senlis L e jeune vicom te se m it à sangloter. P e u r — Ce n’e s t pas votre faute si nous n ’avons lui donner le tem ps de se re m e ttre, son cou­ qu’un train p a r vingt^quatre heures. N atnrelsin co ...

More information