i.\y - Bibliothèque municipale de Senlis

Comments

Transcription

i.\y - Bibliothèque municipale de Senlis
•<
!«r(
<
*I. '
if&'i '>ui'j>ft< ntt
UB-tD
'• ('
• .y.y^--'' ■ . ■ ‘y .
. v .* ; U 'f r
mmnMi». .’^ . . .
f
I r t ^ r o ^ 'p H t . ; . ...■ ,
.4
4
TM v
m
H.
U D iO lS Ü I^ gN CHET:
K « ;c a û a ti£ ft
A K ?1Ü
V>«vi
,.
. ' « l i J ü W i fr
A vK iW W ü
L abonnemenl Ml
•ItlAd'itMRCç; J i b ’Mi j i i u i » iflUti:ompuet « I coMidéré comme
rf>nouvdésiài'ei|H m ll»a> oor< édo nepa»d*dvi&conlrl{É«.
h
■ . - U .
nif i:; »Ni'?.' H »
fciter I c ii n Ù r â d q i '.g m ^ l ^ b n r i q n e s .q a r
• le fle u te .-d e Ja d é m o e ra tié . .N M ais il
p 'e s t
m a u v a U d W d ig n e d é le iit
m a is l'p x em p le.e st fu n e s te , s u r t o u t q n a n d
M a is f a i t ^ d p q c co m p ire n d re c e s Vé- ;IU i4 U d > li« e iw l d«.!’« n i N . w b ltlli» .! »ré»i ; « t e e l l e m ain > 4 i i ' . 4 M d à 4 * N i f
il v ie n t d e h a u t.
les nquvelles fàvprabjM qûl arrivenldA toui jW f'èA Ii*-,;
n t l s à d ès h om m es q u i tro u v e n t beau de
çy.;„ &L'oinéoCl.cétés s u r le i4 su H atd M ê tê w ô d iia v -M n a f.
' U n e d is p o s itio n Ae lé lo i 4 q p u e a u ; v e rs e r le s â n g j’s q u s p ré te x te d é l.b e rté o u
Q uelques jo u m a ttx u o B d u e n t qui» l'figila*
b o lè re e t l c u c h a in e e s t en c o re u n e ré c o m *
p o u v o ir e x é c u tif le d r o it d e n o m m e r les |d e fra n c h is e s m iin ic ip a le s t
ho n d ^ baitdes. c a riisté s -a u rait é té e x a -,
|pensei'i- .
.
'
gérée d an s un but électoràl.
' '
m a ire s d a n s c e rta in e s v ille s ; b ie à . M ais : L e p ré fe t d e ,M arseille , M . d e K é fS try ,
En tout c a s , U «M 'certain giie c u tteu g itu -.
. ^ 'â H le tÀ é U s e in ra t'to u s lé s c o n s e ils gé* le co n se il m u n ic ip a l d e L y o n p ré s e n te
:a c a s s é la d éc isio n d u conseil. Il a fa it lion, en efllrayaDt le s g e n s d ’o rd rq , n ’a . p as
^ f à u i ' n e s e ’so h V p à s b o rn é s ' à fa ir e d e s u n e liste d e c a n d id a ts , e t d éc lare avec';
son devoir^ L é conseil m u q ic ip à l a 'm a ­ eu s u r le s élections u n e ' infliiéncé tfiüp
contraire au x vœ u x d u gouvem em enli
p w tfW tirv lM O B in iM n a 'iiU ilcm ah é iio 6 -^ i e m ^ i d e ré o rg a o is â tio n ; ils o n t au s s i
U t f d e s f i ___
a rro g a n c e q u e si o n n e c h o is it p a s p a r m i n ifesté K in tèh tio n d e ré s is te r . M a is il
W o « ls ,lë e o 4 «
p m is d é e v œ w tp ô iitiq u e s .
e u x , il se m e ttra e n g u e rre o u v e rte av e c s e ra vaincu^ ^ a n s la lu tte . C a r M . d e K é e t v à ÿ m uénifi
■
l®',î?<>litique Se f p u r r ^ .u n
M. Gam betta. qui av ait réscdu d*alUr^
l’a d m in is tr a tio n .
r a tr y e s t u n p ré fe t à p o ig n e .
d an s p lu sie u rs gra n d es v ille s d é
n a ie , p ii^ ^ 'à -d ire l'A sse m b lé e , n o u s inter*'
-ipaT toutf.'L es .c o n se illers ; g é n é ra u x
E n c o re une-m U nière d e to u r n e r la loi.
D e rn iè re m e n t, le té n o r M ich o t r é v o ­ i ü u e s t l e d is ra u rs qu’il vient de p rononcer
d is a it j u s 9 u % à kattdii{|bn
'f
'f a f t
p ’otat p a s s u r é s is te r à; la t e n t a t i o n ^ e s'oc>
D a n s ce c a s , c’e s t p a r in tim id a tio n . M ais lu tio n n a it la ville. L e té n o r M ic h o t a v a it ^ A ngem ,hésiteraitinaiD tenantà|pour8uivre
Sott'élodueH éa N fd'M riM M N M lIfadittM 'i
?*5 ï« ? ,r 5 ^ * 'd a itp Q i N o u s
q u ’en p e n s e M . B artb é le m y -S a in t-H ila ireT jo u é u n r é le m ilita ire d a n s la C o m m u n e
li^ f ^ ^ u l ’avis, q u p .d an sq u e lq u e s-u n eé d e
t r o p !rrai. L e p ro c è s - soqM néa t9 m o u iA ;)(ee F r a n ç a i s d*outreQ u ’o n re m a rq u e bien q u e ce co n se il d e P a r i s . C e f u t asse z p o u f q u e le s < c i­ c e s vffles, les ovations s u r le«itte&es' U
[m a.'' } - ■ • . • . '
com ptait o n t toute
dp s e c h a n g s r en
v e r b a l d e l à dcm ièvoM éance d e la co m m u n ic ip a l d e L y o n a , d e p u is d ix -h u it to y e n s » fissen è u n e m a n ife s ta tio n e n 's a
de sim ples charivâris.
o .- l ' ­
m i é ^ o n e n Üait foi. O n n p * ' ^ p a s re fu s é
ïllijr à b l ^ , i l e s t yrb^
la loi d éil a oonc rois Son éloquénoe d ans s a poobe I U'dbàSrivUilMfi
m o is, ru in é la v ille 'et l’a m ise d a n s u n e
faveur. C e u x q u i n 'a v a ie n t q u 'u n g o ^ t
e
t
voyage
incqgnito,
c
o
s
a
m
e
le
p
lu
s
&
in to
le s in g u lie r p a 1j M I w p l i i y o c c u p e r des.
p e t i t airtide» l!artic le5 1 ,
rtebuitria
p è r cotovenaficb'
s o rte d ’é ta t d e b a n q u e ro u te . L és ra d ic a u x
m édiocrp p o u r la C o m m u n e , fire n t u n e
des souverains.
p ro m e n a d e s d e M . T h i e r s à P a r i s . & iz e
m d éfen d a tti;ç o n a e il^ g é n é ra u x d ’ém et- p ré s o m p tu e u x e t ig n o ra n ts y d o m in e n t,
co n tre -m a n ife sta tio n . L 'a g ita tio n a v a it
m e m b re s o n ! i h d d ] ^ 'A i» A > à i^ é ^ ÿÀdR
que
c o m m e ils d o m in e n t d a n s le conseil
gag n é d a n s le s ate lie rs. O n p a r la it d e
U n cororouneux récem m ent condam né, a'
e o ô a id é r « « t4 d r ir iia « ^ è lf e ii.’8al'K d*À 4
'Sfijlfs^fre A h M ,.i^ ,âsseiQ b léei^ d é p a rte - ' m u n ic ip a l d e M arseille.
hÉ>W
tir e r les c o u te a u x . O n s e s e r a it ég o rg é p o u r ^ n t u n e le ttre A V ietorH ugb, p o ü r le
Jl LU Ufcqo:
de lui en v o y e r le s M M r q ^ . .
.
d ’in te r v e n ir d a n s le s q u e s tio n s
A M arseille , le p e rs o n n e l ra d ic al d u ' -un tén o r,
Ce
çom
m
uneux
infortuné
n
'â
p
a
s
Mictwe
■'JJJjt^® M oèllesi fl’é t a it a ’e x p o s e r à v o ir
a(iwiiiilwi;i»i)i| ,M >ia t * i ! i » u
e u ,ie b é o lie tir d e lire d e s dix v t i u m e a r n
conseil v ie n t d e p re n d re u n e décisio n q u i .v-Apjfès. t r o i s j o u r s d é t r o u b l e s , M . d e
à ra in a rc h ie e t à
esp è re q u e qeite lec tu re le constdera d ans
l’h o n o re
K é r a tr y p r é v in t la p o p u la tio n q u e to u te
son exil forcé.
l8 W j|^ .c ,iv ile fÀ -t* o n e u t o r t o u ra iso n ?
M. H ugo a répondu qu’il en v e rra it à son
Il a v o té q u ’u n e b o u rs e a u lycée d e la 1 m a n ife s ta tio n , p o u r o u c o n tre M ic h o t,
O n d it q u e 'H .
C0‘impiorte< T o u jo h ra est-il. q u e la lo i
ad m ira te u r u n exem plaire -du
d 'y w m ' M t i i o M 4 > y w > M s iiin ita ih tK
B erlin, ou te s ib‘
v ille s e r a it d o n n n é e a u fils d e G a s to n j s e r a it s é v è re m e n t ré p rim é e . E n m êm e dem andé.
ix is ^ e ...
•• tié n i!'‘j»f*i'| si .ap iii * - - ' j » ; ;
L ettré e t ré | Kinse on t été publiées to u t au toutes sehleé.
C ré m ie u x , ex é c u té ré c e m m e n t p o u r a y o ir | te m p s il fît ch a u ffe r tr o is v a p e u rs d a n s
11. d e B ism arck, imm
BMlt lé'
lo n g d an s I0 .
:
d é jrd g én é ra tio n ,
in C o m m u n e^ ^d ___
le p o rt
ooriyfini«%A
rg a n is é e t c o m m a n d é la
ans
g éeh a d te, pousdéfoir
SEUS'
E n passant, fe*, jo u rn al HugoUque a fait dra
1 itA us-sem bleique,- d e t o u s le s progrès^
Sidéra pas la g u e rre c o a
le M idi.
P o u rq u o i ce s t r o i s v a p e u r s ? Ils étaient^ e g e ém u du ch e f-d 'œ u v re du m aître. ’V o udm t, av à n l’q u e f a o
': puU ii^pecdi ip ra u ra o d e ^ 'io rà tc u rs 'q irii ek' j e ^ t h i e r A a c c o m p lir e s t le re s p e c t de
11
m
ut
toujours-soigner
la
réclam
e.
A p r è s d e lo n g s e t d’h o n o ra b le s scrvicesi^ d estin és à e m m e n e r le s ré c a lc itra n ts
se s foràes, û n é s é è e tà é
p a a<lhHi Kb k > f l< !fe ^
y adroi^
. E s t-c e l a
•%
•
u n b o n cito y e n p e u t o b te n ir q u e s o n fils
a u c h â te a u d ’If, p o u r y p a s s e r la n u it
£ .;â s ti« u s si ü a T is id e M . B a rth é le m j^ L ’Allem agne v e u t ■la p a ix . L’em p e reu r
s o it élevé e t e n tre te n u g r a tu ite m e n t d a n s
■
■ rie t y ré fléc h ir a u x d e s tin é e s d e M o n teG udlajune i ’a d i t l l t a ï U b i e a l e c r o i r i ^ , .
^ f n t ^ f f il a i r e ; le p h i s â n t i e n , le p lu s fidèle u n lycée.
C h ris to .
>
Q uelques faits à l’appui d e cette a s s e r­
ét^’iy |i ! u s ' fn m p > o m è tts n t d é s a m is de
M a is l'E t a t e t le s c o m m u n e s , q u i d is ­
C es tr o is b a te a u x à v a p e u r s p ro d u is i­ tion.
M . 'T h ierp , .
• L es officiers A llem ands ap p ren n en t puPi B’em b a ra a ri* e tn
p o s e n t d e s b o u rs e s , en s o n t ju s te m e n t r e n t le u r p e tit effet. L a re p ré s e n ta tio n , o rd re le ru s s e .
■
les ÿ etités fiettî^
J ^ ' ^ ’B a M h é lc m ^ - S a in t - H ila ire v e u t
d < W ^ W tW W
« é » n r ttl«
a v a re s .
L’étude do l'ihvaslôn e n R ussie «et A Torf u t calm e e t o n n e s e b a ttit p a s à ca u se
si la Landwéhl* ’'
q u 6 n r ë « { ^ é l à loi.
d re du jo u r dans les écoles m ilitaires P iu a r•’iîbyifsq
E lle s n e s o n t ac co rd é es q u 'a u x e n fa n ts
d u té n o r M ic h o t.
m
enues
com
m
e
l’était
autrefois
l’in'vasion
en
ftlaoH
; !Ce co n se il g é n é ra l d es B a sses-A lp es
F
ra
n
c
e
.
y
/
r
••
,
d e s p lu s p a u v r e s e t d es p lu s m é r ita n ts
P o u r c o n ju re r l’é m e u te e t p o q r é m o u s ­
■
loi
â v a it- e n ro T é u n e a d re s s e d e fé lic ita tio n s
l.e s chem ins .de fe r B u s s e s o u i é té tous
p irm i les v ie u x s e r v ite u rs d e l’E ta t.
s e r les c o u te a u x , il n ’e n a c o û te q u 'u iv p e u construits avec u n ,érarte m e n t de rail» plus
d e c h a rb o n à l’E t a t .
; O r , d é c id e r q u e le fu s d e G a s to n
considérable qu'en A f ie m é ^ e . li en ré su lte le» ..
S S ÎS S S B b
p a a a ^ ;ii
^ A q s s itô i, M .B a rth é le m y - S a in t- IlÜ a irc
les w a gons A llem ands ne peuvent c ir­ m ilitaire.
C ré m ie u x j o u ir a it d u n e b o u rs e en tière
11 f a u d r a i t , d a n s p lu s ie u rs g ra n d e s cque
u le r s u r le s lignes R qsses.
'C c ^ b â s n it'^ t^ f U lii'’c 1 i^ A f{'^ ù r i é q u ^ ^ p re n d s â p l a m ^ x è t t e b o n n e p lu m e q u i a
a u ly cé e, c’e s t u n e s b r te de g a g e u re c e n tre
v illes de F r a n c e , q u e lq u e s p ré fe ts éco­ : Les R usses re g ard a ien t celte conslrifiÿ-'
g é jà ^ o m m is t a n t d e m a la d re s s e s , e t éc rit
tion com m e une g arantie de sécurité én-caM
re lle i^ r H d ra i:p è tite a > id m M s ; I b f ^ ^ a
la c o p s c ie n c e p u b liq u e .
n o m e s à la fa ç o n d e M . d e K é ra try .
« w a w -i
dinvasion.
*iq p ré s id e n t,..A u co n se il g é n é ra i des.
O u s a it q u e ls s erv ic es a re n d u s s o n
M ais le gouvernem ent PriissiéH’ viêiit
—
E . C.
la is e s -A lp e s }■ '
d
^
n
v
e
n
te
ru
n
m
o
y
e
n
.fo
rt
rapide
«faugm
o».
▼ eiïiB eicienaidéndiéa da^V oM iérè'è p npr^
I
b
e
u
re
a
u
x
e
n
ih
n
ts
la
g
o
à
td
s
la
d
is
c
fa lfa is .
p è r e ; le s m êm es,- o u a p e u p rè s , q u e
—
^
te r en cas d e bqsoin l’éc arte m e n t d es ro u a s . R ien d e m ieux.
f
e s t to u c h a n te ! R ig a u tt e t F e r r é o n t' re n d u s à P a r i s .
d o s e s w ü ç o n s /d e façon à pouvoir le s
" 'S ^ ^ w c s t . 'é i À ^A sieini^éé A ^ t b c M in
L’n p p u i queiT D us d o n n e s 4 la p o litiq u e
.pl^er<«uii Tes chem iné d e foriRtoshB.'! »! ■
C ’e s t uUe s o rte d e p rim e d ’en c o u ra g e ­
iM M icM m
d é ‘M r:T b ie rd e s t t r è s intelH geiit, e t p o u r
m e n t d o n n ée à r in s u rr e c tio n .
T outes le s nou v elles:q u i a rriv en t-d 'fis^
eU «n.énrM bqls iC O M ttJierile« v œ u i ê q u è ’
licite.
v o tre
igno rojin^.sentenl ce pays com m e en proio ; O n :serait éinu à ittoihs.
A in s i le co n se il m u n ic ip a l d e M arseille ,
une véritablcinsurrootion càriiste, s arlo til
ia ^ tt^ jM ;é b i^ il8 ;]^ ^ ^
àd re« M e s t jU À gaier V o te z d e s a d re s s e s & g lo rifie l ’é m e u te . T o u s le s jo u r n a u x r a ­ dan-i lo::« provinces dq Nord. •' ’
a v a n f Ae M ^ p d re r.-V Is o n t in d iq u é clatd ' M . T h ié r s , m a is votÿif^les a p r è s la se s- ' d ic a u x d e F r a n c e l’a p p r o u v e n t, bien . Il e s t vrai q u e l e s . déi>ôciies offlcielles , Les jo u rn au x A llem ands «MrAteiff^’b té h ”
m
ontrent
p a rto u t les in s u i^ é s on tüito e t les nqtendu, q u e jam ais le s re )q tio iM p râra la s
è si ,«4'(o/iivJ9,-»nattt
re ^ ^ t^
d o n t , l é u t s , é li^ te u rp 'ï i o n cIosé*éi h o ^ ^ s é a ^ c e r » •
e n te n d u . Il e s t c o n v e n u q u ’u n crim e poli
troui >08 ré g u liè re s à lotir poursuite. •
lieux p ay s ijo n l été si e o ^ a l r a , ni si
v M Îp ié a 4 ia é ^ id a ia tp .r a c c ô m p U s ic i^
• '
■■■
Mais on s a it «luo^ uno p q rl lu , iêlégrapho.., ten d re s.
tiq u e n 'e s t p a s q n c rim e e t q u 'u n h o m m e ,
L e m a n u e l'd e M .' B a rth é lé m y p o u r' ne
i*st loujoui’s favorable 'au x gouveriieinèius
c o n d a m n é p o u r in s u rre c tio n , e s t u n
p a S 'V fe lè rld 'Io i, t q u t 'en la to u r n a n t , a eu
ÿ que d ’a u tre part, il y a cliez le^ in su rg és
'ik iill
, <On a pu cro ire en PrilViee «u'iÿpliflié M I stfpcès; L à sé a n c e une,fois. m a r t y r . S ort s e u l t o r t , c’e s ! d ’a v o ir voulu' Es^nigpols/m io Incliquo Iroditionnello.
t>e m o n tre r parlojit, é%’ilc rlo 3 ongoge- jcm nnd blond, »entiraenial,.'{aüîu^4n^';ieti
vtqqW ilib d a 4 e u h < i« ffl'‘^ illtruçtion!,obU -, lev é e p o u r la ! o r m e , le s c o n se ils g é n é ra u x
s a u v e r le p e u p le .
finlo
oXni/ii,V
..k,;........
1.....
_P
...
..
m ents sérioiix, lutiguor le s soldats, g a g n e r
g a tp ire iio n f p i A f ^ A ' A ussi q p
e rd e .
Ce l}Tiè Im aginaire h ’u p h fo 'b b A rtfa^ d à i^
q n jçyofé lAs A dresses e n q u e s tio n e t t o u t
Q u a n d d o n c r e c o n n a ! tra - t- o n q u e les du lemp.s, gu o llo r les occasions; c^esl la
m anière lu plus s û re dnns'èo p ays de décon­
■
.
IV
(
le i ^ o ^ e ^ A é té s a t j ^ à i t .. L a lo i a été c rim e s p o litiq u e s s o n t b e a u c o u p p lu s ,fu ­ sidérer le.pouvoir o td ’éb riin ler U fidélité do
1
arm
ée.
.
‘
n
e
s
te
s
q
u
e
le
s
c
rim
e
s
p
riv
é
s
?
r e q ^ é e < « a a p p a re n c e , M . T h ie r s à eu
ils éta
èlaU
flS T n O n h
ie nnlt v»i.lLSni'r&
id M P
savant et sauvage, s a n s e è rtro e le 'de.ibB B té o n ra h e u re s . Us
S ese o M p lim e b ts io t M.‘ B a rth é le m y -S a in tL e c rim e p riv é viole les lo is, m a is en
pu mémo de v u lra ire prqbité. ir 1 •
Mais le roi' Aniédôo e s t s a n s ifiduiétudo j On a vu «tcpiiis dix a n s , e u DaheàUinif, ’é n
H ilq ire p'e^t c r u ù n h ab ile ho m m e .
défin itiv e, il n ’a t t e i n t q u 'u n h o m m e o u
s u r lu so idité do son Ir ô n e ,.
A utriche e t en P n a c & n o .'n e .v a la it'lé 'B é t■ i Q i ù n l , , 'n p r t e t t i M f s .fc o u lç h ji d s n c
V o ilà , c o m m e n t o n s e m e t à l'aise,
u n e fa m ille.
l i a éc rit ré c e m in o n tâ son p ère, en lui rolo Allem ande.
.
envoyant dos cigm*cs :
l a v o i ^ i ï â '^ ^ f ^ i t ') i ''M ^ 'm e f t ê n V f r a i l q ^ é ^ t m h d b i f p s t t r o p é tro it e t g èn e a u x
L e s a c te s p o litiq u e s, a u x q u e ls u n
d u n A ïf
l a n t ’ M 'I a i s v r
Quand vous fum erez ces cig a res, pensez
1 U ne rix e violente a éclaté ê Rome e n tre
e n t p ^ ^ n t i i ^ S a l e m e n t il e s t b ien p erm is jé s u itis m e d é m o c ra fiq u e re fu s e le n o m de
fie» g en d a rm es pontificaux e t un B ronoe As
i à t a r p il d e s é d e m a n d e r ce q u ’a u r a it d it M . B a rc rim e s , f r a p p e n t p a r c e n ta in e s , p a r
Citoyens.Rom ains...
01 .
seront élevés au -ilo ssu s do votre tôto, do
U üo n v ftjla
i|a la t h i l e B y ' a i la s a d re s s e s n 'a v i i t n t p as
Un d e ce s gendarittes a été tu é s u r 'l e
m illie rs , le s v ie s e t les fo r tu n e s et d e p lu s
mémo vous v e rre z prom ptem ent se dissiper
b?e£i
a u tre s ont é té -trè s ;^ ié v eig » tit
co n te n u d e s v œ U * (à v o ra b lc s à la polia i^ ç ssu ^ d o
a tte ig n e n t la so ciété d a n s s e s b a se s
Queffiè
X «iÙW d » p r ^ l ù ^ t , ai ces y m u , n-aY aleat esse n tie lle s. L 'in s u rre c tio n la p lu s m o ­
Vous cro y ez que le» jo u rn a u x Italiens
ni-i'j toj 8
On n 'e s t p a s plus poétique.
laignent la^ g e n d a n p e a f E m u r . Ils s*at-i
'
^ p M é t é o r Æ o d o x c s e t p a r fu m é s suffîsam - d e s te , n e fê t-c llô g ro s s e q u e co m m e le
6T«v:;oaMb sor-j
indnasent s p r le s o rt (lep patriotes q u ip n i
m é iit à l’eà sèn cé d e la R é p u b l i q u e r e itc e tn e u re u x c o u p d è m a ra . ‘
b o u t d u d o ig t, s e ch iffre p a r u n e p e rte de
iJil8;iihni'i Ju.iin j |;i ejfo
r C’est un sym ptôm e d e l ’é ta t des e s p rits à
D'ailleui’s les d e rn iè re s d é p ê c h e s. nous R om e e t com m e u n com m entaire d’u n e
‘‘.'WüMt
p lu s ie u rs m illio n s e t p a r u n e p e r tu r b a ­
annoncent que l’o rd re e s t rétabli.
M Ü téorie B a rth é le tn ÿ est in g én ieu se ; tio n d e j e n e s a is co m b ie ù d 'ex isten c es.
chanson qui sé Ch&hlé ptibliquèméAt e t dum
On Voudra b ie n 'rà m o iq u c r q u e l ’afiribrice lo poflrein e s t :
’n .
ObYl, SJitVOlITUOaj
si hnsiiQ
i h «îi-rl
bl « iias I
jj^is fiwoqjil-fîub'n
S S S S . ' S M ' # ! ■W''?*
,v .. . 1.
C ela nott$se>nbIâUM OfM VM tti|>our n é '
!
A 8B fai8< MrBéMMl d i
B tc b M to M lm U h n iM
-
___
■.i.\y•■-:•'■ ■•-■<;'
ECHOS
r
i
m m
E
. ‘ .
t. • •
t '" ’J ' -.Wo.^Aur
• ï ï ô r J i î? M r > ^ ’'
.viw :ipli» lis iu e 'o f !»*• .'.i j p l
.
-
e;*'i€*S’»!n;.-5;u-v'i * l>
■.•*I‘ ;o éa 'jiM
i x û te l s
. -' ï e b '««■ '
••
l'•.•x;na^4•*^
r'.y««rau'*' y ,
.« J iü
{V'I-Vs
*«
Rusta-
.
l a l a suisÿ répondit A rthur en tombant que le ,'A/Hrior é'ait en fu ite .—.npsiail è sa­
é p t M é N D u n ^ e .' i k6.
voir ftoiinpioi lu vrai sir Arihnr éliilt jalti .!»•
j ^.i?û?»ièteB b M I d it Bronet, qui vil du
mil.nly, .111 im'jqdiccdi- milnnl. Le roititonil
éntg è ^ m m h e l l e d i i j é u n e com te; — blessé besoin, i^tiir prouver son inuooenc», trnflirnu’r
ti M l i i i ^ 9 e e ...i A h J q u 'i l V a m e payer cher ,qiie c’était umqiieniepl l/iin liere t imti pas liidy
Opholia qu’il .ivail r(^.irdé si assidiriiieul iiii
I ^ fiséM ivsiiaqael est le bol de son voyage? raotil de la vrille.
4rin»M li Atthgpavéc une Inquiète vivacité. ■
M ilonl.conviunru enfin. pré.«rnla le doigià
w -à te M w p liM qu'il n’en faut poor le faire Arthur. E iiSiiitcde(|iioi, il rr(iril.
M (te frip llq n l'» n c le ft:s(v v ite u rd e Carrier;
^
'T e vêlé irie batler couler ri> sir lonslèfrlie
fa vais vous m ontrer tout è l’heure un chtfTon
I^intciy 1 — Rico que je d.if;i|j(li; è mil.idv do
Auiivow ti^ifeiid n , jeü'w père. où noua pou^
r ^ d u c e l gentlèman : mdady r'-gèdé fiitè de
fOM'MjnlsoBVert^;;
môme... manif(i>»leineiit, le treiiblo élé dans le
tfo n tre siiiM h tn s! d it Arthur.
jnénô<lgede m nà!
’
-H! farièaps ÿaboéd votre b1«BMr>.%.
— Loinlier, un genlleman ! se récria Driinel ;
vHilloBïjlèéim olififaâ sar«le4haàip, jeVoM allons donc, milan), vous .avez la lirrliie...
— M o'tblgévosevp'i'^biom, gn'xim I
i — Ixlinlleresl un fils de manant, un filou,
un eà roc, u n...
B ilord serra ses épi''os r | tas pislolets.
[U pM w lï^-aiH lB jN I»valiM us le braedraii'
~ On piivé jioxer confei tiite le monde I dit■ i y ^ k e e r 'I e 'l w e 'W i K l i e oiw p iirtd e
il
en
fermant lés yeux.
éleUgeinlSL A rthur, cependant, mahirrelail énergiqueInl demandé b rb ^ u e tnenlsnn iiii|Mllence.' Comme Drunet sentait
waAMHhas,, grnm, réhondil lorrl Rorir parfaitomenl qu’il était de l'intérèl de sa ven‘ é ir ’ -’
• ■ pi'ancti de luvcer lu ipunecoinle sur Ire traces
(lu Loinlier. il coii)ia court è son enirriim avec
d U h la lb fa i^ v o a fa e h b l....
'
lIiM M tâ iN ^ u u e m a ln IfSéniîp», dfl'I’aiil.v milord ei suriil de ki |H)ch<' iin p p ie r imprimé.
i-pnlolrts,
,,,
— Voie- ce clullun ilnni je vuns p-irlaîs, dit-il
k Alllliir. J e l’ai |»ri»dan9,lîi |K)i’he«l’Euslarhe...
th e .« fla N g d m a c e fa i nw’rraiwi^î'dil 1^
ipfaMâAflé*i-hjiAi.ut''>'uii'..
Viuillea lin> ctslignpsile h (|iialrièine paj^.
-irtillF y ei|t. è |ieine jel('> les yonx qu il chan.«te IrichéA rtéhéia m ilord, '>
j((« dpux ou trois fois de coulem.
I S!?*'
ne^Toüs connlik!pis I ■
iparqnisl m urtm ira-l-il enfin : — Ifar^
I l l il a iy l l M f ^ i l o r r i l l L ll-a a -te v a it lio p fi
gentleman Iho t .Qh ! je 10 rcipei^'ie lhau* M'» mo.mal enflq rqr s-4 trace l-..' Ils pénseiii è moi ! Ils se
emtv|'nucii\ île iiiol..., G ' moment du bonheur
I « tfM l enroreqitcfaue M a i n e daceccqnio paipiin bien Ipnuiies (mufi'ranci'si.,
Mais lui, dit Druuel, — EuMarho...
iflaê*»b?haqèhnuni.Bm lneiînih
■'
■- Innsièche I. prononça milord puiir sebien
^ « i * * ^ ^ n j^ » U d o r a t * c b e ,'n o ... cfétê A ^
m e|tro cb q q m d y n n s ta môniuiro,
I •b- >y»wpotehB'écri» Ifcïclimlft avéo im i» -'
f*-tRiistnché 1 répéta A rthur; — c'est vrail
Jiiljk-.'lk ( im-.cIIj ■[((„]( „ I 1 '
Il te t'i^ rrih d is d e rroraura sur in o it'ih a : rms
|iSpierafL'(T^fatdlsiNHéul)bUuniilc: élrUeut
J .
q » Brew* 81 compiwi. ju o je parts! (|us je fa rts »Qr-)«*vhamp pour
i M l M l M q i 'O x i f t l l B M i l ,1, AMkw, M
I < lM iW 3 iaiIlrin ltl> tU |w c h iig nMhi m M
hm nM iJa])H t.> 1nititd«iM U irM ui M la Do--
...
N W P
W b M 'fu!
."Ij
w g»?
iniîèfi.’f Jn'-ii te
«niPimrriHMfoft
-U -
Il s'ébnç.i vers la porte, mais, h moitié che«
m in, il s'arrêta. , , .
.— Jivn'ai, pas d'grgènt, m urm urs-t-il avêc
nornbli-mcnl.
'
'
— Poiirça, moDsieiirlecomto. d it Brunei,
j« vous en ollroautaol'
Lpnl Ihipg prit dans sa poche une bourse de
soie Inn^niccommenno peau d’énguille.- '
— Jü voiéprétéè vos dé l'Iàgent, dit-il ; prc-I
nez. If y«*u plai.se. pour oliiygu moè.
llesi des in sta n b o ù la courtoisie n'a poînt
dexipencps. A dhur fil ùn gwlo de reiir^i(^'<
ment jiassiunné. saiKit la li^urse et m rlU .sqas
m at dire. — Un quart d heure après |1 brûlait
le pavé sur la roule de Glasgow.
' — A nous deiig.^miloni, ' d it Brunet, qdaixl
ArIJjur fut sorti ; voulpz-voys qpe jo vous fasiA
n'ti-onvei* cet EuRlache.
'
,
— lbuslèfrlie..'.' ye*...jeT olé.
- i'
•— Teina-voùs prèèà p artir c re o ir ponr l'Ev
. . .
— Yes, (lidhol ! je fénéprètô pâMrri
La riipil!cded«'V êyreéu)t h filaigow-depuls
un an, et habilnit im.antiiiuq hôieli»^peariaL>
dont les deux ailes on saillie qv.inçaient id r lo
squam appelé la croix dè Saint^Dmislin, fftins
Izwlio-Hoiintjp. Le namiiisavaitipaqsé-pai- U n div« sans vouloir s'y, arrêter, peni-ôtm était-il
attire èeW l’Ecosse p ir cc vieux p lilbm d e’
loyaulé qn’exhnfonl I(« tra d ltlo irt'd l'hisloiro
de « ^ -h rp d q n o pays. Proscrit do la cause.
W k W h iM n liM il» ,y m |H lhiw rfif retlandM o
lerreo u |(^ Stnartsprascril;, trouvèivnt si Mil*'
xrrihun.Milo e t dr« d élo n w w . -A.qMpi.bon
o ailleurs
,
expliquer
ptiquer ce choix? Toüt
Tolit rovaTisJe
royaii
n’.l-H poaiti fond dii'(-mur une corilo éitl' vihro
ft eu seul nom d'Ecossel L 'E o iW o û 'c ô m b allit
M .onniS|,,l'Ecow où cliania Sflu|L.)« i.oèl» des
iniortunes m y iU . - Oh !
y a un. Ik n
veut d honneur et du éhevatcrir qui, WCiHè éft'
'’lÎ''*'
fait hruiri» h>s dtênès usina
dw II g h ja n ^ • t carotse le uoirgranit des w cul.iiM*s pilais d Antil-ljpi-ky^ \ rheiim où nous
c» rivtms ces lignes, ITcc^mi se sonvunail des lis
mil flpuronneut le dmdile IreMheur de son
4 -iS'.':
1 tl t ol'.;, m uniT « Jnw)3non«i
TOOr <l«'fU« r ,iî.« ill« .ü l» de F n n » . n o d w t
^
-
r i a .v r le w v .r td e s f le u r iiM 'iM iM I t^ f i t T eàn t e f ilit'te S ^ ô â ü î
H V p n q u tt
ppii|ifa,} f e f - H é h w l f a p t d e
tous a m chnaieut aveopq .n e p e d lR n i sm M r
h afW M l
(duksi^'Bient leàg^ildsteQVMW dStn'm isSyd^ ïA m û r i v à i ï r a ÿ ^ " ^ ^ ^
Iqnmié-sièclHi et ImqiremHM sii’tiii b iM lte g lé -'
piçuj avenir,
•
' '%
|9 sih ; 'i-jünoli
^.w gsgns’a înp .A 3nl‘rq’ RU‘ 'i
' cR w ftiw ’fim k'iw df-'............
W fik
lanie jeunetee,’etsoo è lfa riu s t''riiU A
p o u i l b n t^ g r tc t t in d te b te d è l’éBftBeoiite^tfj
iUin8i*',MMI,dikiiM
«ilV o riè l 'a t a 1 t % ^ s l ^ ? ^ î i i ^
juure dé sang et dettrM efi
Rte, pour elle, l’époqua (ULd'ordinaire les jeunes
Itlles se donnent aux frivolM plaisirs du^nonds,
avaient m ii dank sa d d u m r uliè r t e % i S ^
bcrteuae é t tiiéfaeeoliqu<v«lB sin»ièiëteoneik
MulTrjr.
..............
^
_
C id 'l ''
.nlo»»?f4aq
P endant ces cin q a n n é rà W é lle ù 'v a ith M m 'jloin d ’A rth iif,^ ilb 'a v a h '.'ti^ ie u ^ M s ià jw w è '
M BOuvcnlr.^Sh' tte U n te è -ik a h 'è M te ^ jH H ,
fralftho e ty iv p , com m e audiOA- tem pR -4* fa u te r
naïves rausefies «Wjs Brovwte d(l U Ri w m ' v
»r. (To L i V e y re /d o n t Ira é e h l l m t ^ W u T î i
ram ilte\fA ri)M rt» é> v èlteT te M t e r t t e ^
lio n , apprO livsit l'a m à iin d e fa filfa ‘#1^ i i M t ' '
rrim épargné. d w .w i so n ,siriv te i-Q .A ^ fa te rte ,
...........
|inH
r rn ..fln a îlro |e T O rld ii jfu n o c o m to ., Toutes ,
ikiiSi dIémnn-liM
tnenllnuliles..''
'
•.'••ilLi
«II-*!
•* ■! •
X1I >P>>ÙilJj(i'éi.UySlblÇ'l
nv lusl l i à .-n iq W lo b s J u d s Si
L A " M
A
T Ï M
V-JT''* lAnHèh’i
;
_____
I 'JL .ètisrus teA K JU lllH
»{
riifaXaiojLs^
h e u te doùi
bvaieni diqnpté jtte ^ 'èiy n .èfitete rlw M fa lu » '.
|i|m tw rK 'pM M iffpoM ., I n M ,
i|i a ti im if jl g r:M > iM A rillraM F «iM i’
sa« d i
\
A
li ^
mU'
•suoT .n»lv}<t ih
fit .(i; .‘'ijpl ê(jio.T •
fiq nâ'h é!f#v
»!I .tel'Jifl *
's »tr«t
> » h 9 ) w ù i v e te i;-]
•IH h S à W M M y f e
Ji.vgrl. .fl.'jjp
> Un roqlin» Uarthe so promertalf’ItftfeM }!^
M
liJiloq n o ln u h » e ^ 5 e m 7 'w s b
#
JO U B U I, S B SB N U Si
K'
4aiUar h
^ ' q‘u e•• CImL
........
i)>.
<Q >itf>^M i n h ^ y 4 «iiipi w > y
rt)>l.
D E D R O IT E E T n r C l U C H E .
I O O R N A e « » è i '3 É W t e » > '
i r s 'i '/ .n
: ■ ,.
RHitn«Ml4(Mk<abnM|>« in i r i x l
ili i i p i UwlM W i « |i » n t U k <lly» *
■ q jB B in g ^ B y ia ^ ^
,<i»»
g l î t o M l ii * |i t r i w
k
j f f u t V » r« k i » a i « k .- i i * i |» M
,,
n eA
î? ]lS e N ? ^ 6 lî^ ^ S ^ &
i ï ’ ’c i ^ '
kfi. T î-i»'' :
*-r-C h te v n <t0 IMMW p q M tii q u e le ' ^ é t r é '
d P O n u a u n e ré a is le n iW p e s /e u m o n e n t du
8 i ^ « :w w W l e e ma» 4 a m C « t q a tapu*
4m i w . q a a i i M . Q M
t t n ^ m e l e d o a t la4gN liU e> »'«w rteie p«s
—“ — •~*^*~‘ ‘‘~ ^ ~ a f l é w w 6îe .-H e u 8 ne
) e ïtt« m ||M i qui n’evait
— iBt M ju ^ m e n l qui le
t^qaepteaeeU 4e ual^ir
.. .••M K teerenw çlnae,
l^fNt IronceuHA r W t ^ n
l U adressés p ar loi au
^ JBjfiiéoi.lafin jlUjemands,
n n u t e r ni le p(Hit d'iéoa, hi
Mj^riale « pW a Jq ar, m an4 11 fifiM i le J t e t f i e 4e
tM e n e ( e n d |||a r a a t a u 'Dejs q a * ii pMeeme
d 'u M Irlle «nliÉRHii «Hé ibeedoivMill volontiiiwiiMit UMt p oafoir, dans le b u t 4e préveak '
W d iio e id M ia N r ie u n e f e llliis lit 4 U m Uoa.
le eoia.de • • n i e t e r eUe^rotae. • Un penU'
eefe. Madame, «jouta le d ip lo n a te , remplira la
VV em H l*Bu(pfieÿd'édi(iiratleii, Votre çhute
sera digne d’une wuv«raine, «I. on jour bu
l’autre, votre fib lecoetllera b b o it de votre
aecriflce. • L'iropératrtee fut frappée de cette
idée et p irp t dbpoeée 4 h m ettre 4 eiéculion,
i b ses céurtieans l’en détoum èrrat.
Si ce récit «et vrai, ajoute le correspondant
d u fïaiM , il prouve que ce n’est pas le génkai
;^ l^ l i u , maie U capitulation d r Sedan qui a été
^ ^ im 4 } \|i^ é jia it de rim péralrice, puisque,
d ie leio t aoùU.elle eentait qu'elle devait quitter
b'T huice. •
^ a T C o a M H 4 ta le a w a ti dans cette roi^me
réunion politique, qu'un diplomate étranger,
qui a*j<Hié un grand réte daus l'histoire récente
d ’un ^ t presque allemand, était allé, ces
jo u is derniers, 4 Chislehurst, A qu’en quittant
lVx>e'mpereur il lui avait eiprim é l’espoir de
voir birotM les haines apaisées et le prince im p k ia l rappelé r a Frana*. A ces mots Na|>oiléon II! se serait levé et se serait écrié :
■Pourquoi mon fils? Pourquoi pas moi-mémo? >
Il p a n it que le diplomate au q u d ce propos a
été tenu n'est autre que H- de Beusi.
l i , ï ï a “ ù .J ? Æ S m t
U com xission chargée de faire une enquête
su r les b its im putés 4 M< bolbeau a terminé
e î n d S S r n ^ S l f i r « S u & n l’bbmme qui son examen et eu voici le résultat ;
Le sieur Brédmi, Uoutenanl des vengeurs de
^ I ^ r e e é t ^ f î s e & Fkrârens, se trouvait parmi b e malades de
Vhôpital Deaujon au moment de l'entrée dans
impuiien^ te formule du règle- Paris des troupes de Versailles. Comme on an.
i ^ à m e n t j u t eu îre &oH
ireeonnn an juiy' que célui de juger nmiçait l'arrivée de blessés nombreux. U. DolS(Â ao\il devoir ces! beau, chirurgien en chef de Vhôpital, le cor^é^ 'd e s ouvrages qui liii
un principe-qui nous dia. Hais la pancarte de sortie désignait Brédon
p a ^ « Nettement défini, que nous ne comme t-biron de chasseurs. H. Dolheau,
pouvons admettre qu’aueun membre du jury
dqivff. péaM -eoi^ullre tee signatures, av.orti du cbangomont, recommande à la reli­
nmrpfff.ùii.liaa'dtm toiles. Tout.ce qui peut gieuse de faire rectifier b pancarte.
étrem ne atteinte, tm bülra^e aux mœ.urs,
Jusque-là on ne peut qu'approuver la con­
•'* '
tt- réservé à Tappréciatioo de
duite de H. Dolbrau. Mais voici qui était au
U B'en a jamai*
jpcwt iêi .seulement pour le delà de l'obligation du chirurgien de l’hôpital.
ces p b n i i^ e r qui ae' pfcésehte aujourd’hui, Apprenant le soir que b rectificatipn recom­
n ^ je p a ,i^ 1 a ia B e r .|ia a e e r , s a rà la rele­
mandée p lr lui n'a pas été. faite, et que Brédon,
v e r j%marc<Niunise m i le& iugesàrendroit
de ledrè ittia u U Q f^ ^ ; leur mdignation, protoogesonsi'jourdanarhôpibl e t s’y cache,
caractère H.-Dolbeau va trouver b chef de poste, rignale
ï s m r z s » «-VétsâViur interoiBajit la m a^ « a i o p l ^ i te ; ita.oot qé'dé4 Brédon et sa qualité réeHe, et le m et en garde
Ht'qui coqdamae le ju g e, car ctm ire la pancarte fausse rignée le m atin.
W f d n ^ ê e l ù i qui avait oien
e te profit à tiiu rd ’p iÿ.Aidte. ! S ur cette déclaration, Brédon est arrêté et
I^
f
râ^tiu lB re i^ ù r fa pumose ne p as ae nùre oudHw I
ie,— S i t ^ u b l i c d m te x c u s e r
p a r Mjtt'-'d’effron
b o a n o Justice du
r te 'e t 10
‘. m i c m x q ^ -a p n im lle a té i d 'o lb r groasir
to’ddédrM b a ttÿ é fM M 'iiM lIjtré l^ tK ^ iM vi>
iité é i idn nhiliilifin rnrtirrr’iV *
. a i i u r . U ; jii,6.-, ;i;-Â
■
ik :» r* a k i
..
..
^ .é té
'----------
te q p » « o n o j ^ I , 4
gères « r b m p i r è .'
k m d»!
•
J a M s iE iT
'• S I
C m N là « n c M < d é ç ta n c , b ra it t o l i
éurat
Il w
i M »,rTlT1I‘. ‘ T l .- n .- '- '- ^
i .H i b i k dMjiwlMia
Lbà^il a m i t i o n à en
_ __
n t té a e o ta iiU dO PAu*
I t n lj a n liin iw d ila ie n t e n -4 mm
" l * M '^ c f i l f e 'l a - n l ^
quelbs bases b rembourasdtSDt asia f o ( j .% a - b soiU iiS inSssfrf
MM'kOwrlMktM'
t-ll frit 4 raison de deux m o b aeolanienld'so--------C H psU oii^l^ b i Alf e n i« W «t*««t'4 dire , 4s
84 m s s d u • nar/f.
quatre dsiiri^snas im ur.lib cfM ributlsas q u 'lb
n w < ) y M « ,« ,k -M M k iM ,iiiS M d iT iiiit»
Ouverture de b séance 4 deux beurm un ont perçue*su au e o n tiib s «ü érsn au t b i cinq
d * «i»
quart.
S M bpaodaol lèsqoéb b 4 é p $ tm e e l s été oc­
cupé p m .reo n e in ifO stb quèsUon et d'autres
Adoption du procès-verbal de b aéaiice de b
veille.
«nrors ont été tout récemment soulevées 4 l’AsGomiqunicalkMi par H . le président H par semblés n atisn ab et sent eaim inéss au m lobM. le secrétaire d’un certain nom bre de bro* tèrs dae financvs.
churee, rapports, documents concernant Vérol ^ n r i n b l f a i i o a supérieurs a pfcscrit de ne
U C ow «l|M t*M w U , kirlM iM k H. '
norow poruique ou l'sdm inislration, dont les p a rb ire |n H iW dans b c o m n b M r é ^ l t i m i
bw d»
w M w u l r t «lUMüMikii* k
Huber renonça en effet 4 b politique vers auleors font hommage au conseil.
tout ce qui est poetétieur au 1 m ais; après ce
AutoriMtion acqorriée 4 M. Ladiré, lltho* iour-14, les Allemands n’avalent m s b droit de
b commencement de l’em pire, et Ibt gracié de
grapbè 4 Beeuvais, de livrer au public b carte frire des réqubilioim ; pour cales qu’i b ont
rH nIW a p r t, 17 M » d ,i« T lc t.
b d^)o rb iio n .
m utière du département, qn’il a exécutée, sous exrrréN , dm réclamations ont été portées «n
Il H t RÇUOII , |i r t i M n w d e k C o am liQ u'rtlt donc dit Huber de la génération ac­ b direction de M. l'ingénietir en chef, pour les AHemagne ^ r vole diplomatique; çertainra doD, i)M , le , rillM e d l,' k d iH ljM n ti
vi*.
tuelle de nos radicaux, parmi b sq u e b HoUu roembresdû conseil.
......
^trées.
t p a r iiw U w lk d a lÛ M ra H a p K k M i^
Dé plus, rintem bnco entre aujourd’hui en
Re.ivol aux commbuions eonmélentco de
• V ï - I M k M h d ild iiw id p é t* . k T l «et une fleur, lui qui n'avait pas d'UlnakMi sur
Irtlres des maires de LUncoiirl, & int-J(ist et compte avec Ira pariicuhenqiiinnt logé d«s m i­ o o m u .d , T u c ,ii« d ik p a g r k r ^ m e i M d « i k «
un génie relatif comme B bnqui e t un héros,
Noyon, et ajournement au lendemain d e Vexs- litaires A partir du 3 mars 1873. R nfin,aux ter^ r k o l u d t .d a u c n b t u H . de k edlMfiuUoo deren son genre, comme Ibrbës ?
men de celles des questions d’octroi pour les- mes d u traitéavec b* Allemands, les communes en u -U iiU im p ii « n i i H , « u w U w n M « |.iH .
• K m a l j .i k .H w - q ^ t e s d e nouveaux renaeignemenb sont devaient leur fournir des corps d ejra'd e, des . — ------------------cham ps de tir, d e iu D U M v re s .e tc /'ll^ lriirL ^ iilO lS e j^ iÏÏK • 'r r r - r — ^ .-n -M a g a g f y
Lecture d'un rapport adressé 4 H . le préfet sulté d e noiivrilra ^ r g s s ^ un' coiApke «st t)ts>
Dimanche, lés amU de M. P is m Leroux,
par M. Goeein, prolesMur d’agriculture, su r le* vert de ce chiif entra les communes e l -TédOib ' û Consed rvgreW d e ira jwavoify^ eg j * ^ .
b philosophe démocrate, se sont iéu n b autour léeullab des cours qu’il d i r i ^ dans le dépar­ mslratioD m ilitaire ftançais^ e t il sa
.4n «4hi48 sI | 4isM qs«.'^aaetn«alhcM 4iitM plv^
tement.
’ nicilemriiL
veur d e b S o rié ié a id ig .n e d 'liilé
d’IiilérM
rM ddeepearail'
eepem '
de M tom be pour célébrer 4 leur façon l'annides
flll— ^
Ces
dédommagements
ne
devaient
pas
être
Le
conseil
témoigne
sa
aatisfaclion
et
espère
versairedeaa m ort.
que cet enseigoement coulinuera 4 se dé­ com pris dansstotra répartit’ioh.
L'enterrem ent civil de Pierre Leroux, pen­ velopper.
Les d ^ b , les réquisitibns. d e toate aatuM, d a b C om m iraiil^d’âgriailtiin^
d’adroîaittratioq, indompéteni p a t t . a o u . ^ ^ .
dant la Commune fui un drsépiaodM les plut
Renvoi au consetlacadéroique d'une demande sont cotres en com pte. Les logements o u t M
*
d e là rfr^ m atlo o d é pluaieon caltjn taiart «ride subrtenter b commune de U ancourt, qui a adm is pour un cvrtain quMtoe».
tii>temenl grotesques de cette période tragiOntétéconsidéréee.corom eétait les pins Dra rins de b forêt 4 ’H abtle, b q M b fsM ievrit'
voté b m t u it é de ses école* primaires.
comique.
Avis.ravorable émis p ar le conseil pour l'a ­ cessiieuses les communes qui avaient 4 nourrir dans b d ro it cooH iM i.'
U** BlanchecôUe, daus ses Fséfettei, b ra­ doption de b délibération du conseil munici|>al
une partie de leur popubtton; celle*44 auront
Il ( M i l ^ 'é u r u n a u l n n p p q ft'd q lR n èoM ..
Comânitimi) su r lé voenfrirôulê par a n '4 e sas '
deC lerm ontdu 10 février 1873, au sujet de un traitem ent un peu plus avantageux q u e '^
conte d ’une frçon intéressante.
m einbrro, rabttVMDint aux aéM ides 4 I m p ^
l’établissement d'une surtaxe sur les vin* cl al­ antres d ans b répartition.
il y eut un discours du citoyen Ostyn sur b
P our le départ entre les communes et ms pw^ aux titahâras d» issietissis grataitesniil n t sont
cools.
tombe ;
ticuliera, les t^onseib municipaux asBtstéu des pas exacts anitiépii’iqns, e t ssliiaa qoerappU rth
Approbation d'une délibération du conseil
tioD de cette rneaitrè itoposés (Tuim m anière
plus imposés sieoat consultés. La CommiMon
municipal
de
Breteuil
relative
4
b
modification
• Moi-i-aussi, citoyennes, moi-x-aussi, ci­
de répartition se réunira de nonvean, aum inera o é a é n ta e e n itd ’â iiii 'r t e l t e a t ^ p r é ^ â e ’ llrep
toyens, oui, moi-i-auMi, j ’ai voulu, au nom de d u tarif d'octroi de retle ville.
liffidle.
. .
b M us-répaitition, et, suivant son ' uviè, seront
S ur le rapport de b commission des finance,
b t^omniune de Paris, apporter mon hommage
mandatées les sommes pour sécounr k s p t ^
Laséai)os «rt|eyéa44.b«àriSBl/8.. •
au philosophe notre maître, qui repose 4 pra- désignation ne la villede Beauvais poursiégede
culiere ou les communes. — Gette o p é r â t ^
sent S0 0 8 nos pieds. L'hum anité te salue, Pierre rétablissement de la succursale projetée de b
pourra être term inée avant le miMs de mai.
Leroux... Hoi-x-ausri, je tiens 4 un enterre- Banque de France dans l'0.se.
Certaines rittutions individitriles sont «xcepNTOilMr CMtmf. ‘
Fixation d » contingents communaux pour le
roenteivil, comme ça, entre soi. Eh b im l ce
chemin de moyenne communication n* 49 de tionnellement d ig n n d 'in té ré t; il est des pMnts
n’est p u plus difficile que cela ! •
où les ravages de l’enuemi et rjDcencUeoqt tout
Fréloy à b route nationale n* 32.
Adoption, ' après délibération, du projet détru it; les victimes de ctu exactions seront
Au citoyen 0.-<tyn 8iiocûl;i 1« citoyen H ard'acquisition du pont de Francportet du classe­ soulagées d ’abord, cria sera frit avec anlant
teh-t :
d'équité que possible après enquête.
ment d'un chemin sous le n* 81 bis
M. LS paérsT en term inant m réponse, trand
Rapport de la- commission des routes con­
Citoyenne*, ce n'ei<l |i.isque. malgré mon
0 > U t d w k l - d ^ :0 l) td â ^ ii,
, '
.
jeune âge. nui, messicnrs et mesdamis, à cause cernant l'amélioralion. la modifinalion el l'en­ hommage au xèle r t au dévouementdes pttwÇ^
ikM M w M I , n n io i k '
ne* qui ont contribué 4 amener 4 ce pm ni le
dém onjenix-âge.!que la Commune de Paris tretien des chemins n* 1 3 ,1 0 et 1 5 ,1 4 .3 6 .
| w k cM ^ . m i i o jc ÿ ü d« B o n n ik ,. .(tW a ,travail de répartiti<H). .
m 'abili'insigim honneur de me déléguer à la 3 9 ,6 8 .7 3 ,8 1 .9 1 ,1 0 0 ,1 0 3 , 1 0 1, 130 et b
M. LU BAUOM DB conoé rem ense M. leptélitt
représenter un son sisiêiiin arrondissement, su r
ligne de grande communication de Libermonlà
.. j ces explications; Il ajoute qu’il est lié s déricelle tombe JVn sens tout l'honneur: je sens,
.>ovon parErcloy. — Adoptioiisdes'cnncliiHions.
rnble que les communes connaissent Ira r ritqra
malgré mon jeune .^ge. le prix de cette faveur
Approliation d u lrav .illd e H l'ingénieur en
lion et le prem ier régiement d'indem nité itiéBt_
immense. Ce n'est pas que j'aie encore pu lire chef fixant défmiiivemeul les conlingenis à
se J e râ |q « W , qHn
e b i i v e r die.feoc«paUeA.
d
fournir par les communes, en 1873. |>our les la session dem ai d an sh q iirile rilesM itèaiTèlm '
les livres dont auxquels que je voudrais vous
leur budget
parler, nol.amnient le côlêhre Circulus... *
dépensesdescheminsdegrande communication.
C
ed
d
rire
tle
s
c
d
jiÿ
d
é
ro
n
is
q
a
i le précèdent
P
our
répondre
aux
questions
plus
particuliè­
Renvoi à l'exumvn de l'administration d’une
F.nliii, le citoyen llabH'k, brandissant son lettre du coiiFi‘ii mimici|tai de Sainl-Jiisl, près res qui lut ont été adressées, M. le préfet ajoute
■Kfrsacqions^
képi comme un sabre, termina dignement celte Be.'nivais, .’i l'elTel d'obtenir le tlassenienl de que, dans le canton de Bréteuil, csrUins m ai­
J to o s ifrlb s _________ _
petite fête en rugissant d'nne voix do tonnerre deux voies comme chemin du grande communi- res, investis d'une situation prépondérante par d e là rastitultMi d è J a coQ lributieâ .
tes Allemands, ont frit l'office de percept^uraet,
: cation.
q u e b ville de Péris a
1
sur la fosse :.
LecJiiredn rapport d'ensemble de M. l'ingé­ ont pu obtenir ainsi un sort un peu meilleur
restitution que M ^ n i é r â n ^ b l e B
Adieu, P ierre! T'as été pour le peuple, nieur en rliel'siir les d<''gr;)ilHlionsqu'ont subies, pour leurs communes ou p our u n e ‘f a rli« d «
4
appuyer,
le
Ceqrtiatei
[
i
s
i
t
t
r
i
^
'^
*
les chemins de grande cumimication pend.inl canton. E quitablfinent, te rembonipsosenl
loi. C'est bien. — Ainsi soil-il! •
aura lieu, seulement, bien entendu,, selon ce
l'hiver 1871-1873.
a’11 élrt^ta'poalBillda o im I m déi
ee er^
E l voilà comment on enterrait un philosophe,
Ajournement des travaux à exr-cuter sur les que les communes auront payé. Las ritultions t a i n s ’d é a artâ m e tfia'ên a rÉ iiéa w 3 |, f u e r r e
sont individuelles, il n'y a passolidarifé.'’ ■- '
chem ins n* 54 et 80.
qui avait voulu changer le monde.
M. âUBaBucQUB deipanoe qu’il soit OfdOMié
Approbation des projets de réparations u r­
Pierre Leroux était le plus étrange el le plus gentes sur les chemins de grande communie.)fu p p o r té ^ }
«uAlânae
aux agents des finances de ne pas exercer
auj» cq aw t tn ae n tiiD ra t 4 e *
.T o ate a
violent des révolutionnaires, mais au*si le plus tion n - 1 3 ,1 5 ,1 6 .3 6 .3 6 , 47, 5 8 ,7 9 ,9 8 , 100,
poursuites contre Ira peraonne* q u i'o n td ^ è
p é N a e d e la F ra n c e m__
|uyé l'impôt exigé par l'ennemi.
101 et 105, projets dont les dé|»enses seront
convaincu, il est mort pauvre.
A -« b d e l’4 t i w B g è K f l * « |« t î S i ? à u t ^ * ,
M. L i «BéPET repond qu’on ne peut suspen­ e a rten H in b froiH teroa -^
couvertes au moyen des ressources de 1H73,
Ce rêveur a'passé à travers b vie comme un
indemuilcs industrielles et .d es subventions d re la perception de l’im pôt, mais que H. b
aveugle 4 travers les rues, sans rien voir de la commit maies.
lré*orier-payeur-généra1 sera prié dé donner d«s
in^t^uctions
modérées 4 ses’flubordonnés, en ce t o n l n l-anneini. C M r .i t d i l r u l N lâ-.lhin
Le conseil renouvelle instamment te vieu
réalité.
(« to o U q u . j u ,
qui concerne Ira personnes dont b atluatiofi
Il ignorait l'usage des essuie-mains, et son qu'une taxe s|)ériale à b réparation des roules
et chemins de tonte nature détériores p r l'in­ réellement digne d'intérêt. ^ ... 0<<IO k n M - > ^ ,- d 'H l k « r i ; : il ) 'i n V M >
immense chevelure no connaissait pas le peigne.
S
ur
b
communication
qui
est
faite
par
M.
le
dustrie sucrièro soit établie sur la fauricalion
S to n n e « ’ealj>ap
^
ircfel. Ira dossiers concernant les modification*
Quant 4 ses livres, ils ne sont pas bien dan­ du sucre e l b distillation de l'olcool, el demanda^
v a in t'd â n r n
lemandéra aux tanfé d'octroi des comitiuoes de
nue
l’appr^alion
do
la
disposition
contenue
«n
s;
•/
gereux. |>ersonne ae s'avisait de le* lire.
Noyon Sainl-Just-en-^haussce. sont renvoyé)
I article 14 de la loi du 31 mai 1836 m itétendue
Il ne se comprenait pas Irien lui-mème.
pour délégation s p éd a b d U 'C o o ^ général 1
o u ra o u i le aiidi e t le c e n t r e toAeortntûSA toutes les voies de communication mises en
---------”
n n è te «erv4oe:.(|iii.tea^ à rttéhiaaliut fat
Ou peut donner cbmme exemple de sa ma-, état régulier el cnnlihu d'entretien, quelles que l’examen d e l à
soient leur catégorie el leur dénomination :
ue l'on ne soit pas obligé d étie n d ra b ; . . . .
nière. b définition de l'amour :
'août pour, b ü o lu tio n d a .rraaffrireaqui ne
chemins vicinaux de petite, moyenne ou grande
nauonaie,
on risqueraii
nationale, op
ria q in ro it <ie
de aeooora
d é ^ é à l ^ 'p v i f r C'ett l'idéalité de la réalité d ’une partie de vicinalité, u.utes départementales ou nationales,
sont pas actiii'lfemêht complélemimt inAlrùilra.
Faypnir.lé^wf
sé«l%
>nt de. p a ^
‘
‘
Renvoi 4 redtdinislration d'une deftiaildei
l'être inflhi, réuni 4 l'objuctif du moi et du
saufù déterminer le mode de répartition de b
anime gênérelemeni -lee nopufàlic
ilàltoos d e la
N . le rosiredu Ril)éçoitrt,au s iy rt d ^ riia t'd r
non-mof; car le moi et le «O N -m o i, c'est lui. ■ taxe perçue entre les dinérenls chemins.
frontière, s
Renouvellement du vmmi émis dans la dernière mobilier pour b justice de paix. ,c( -iy>ur Ira éta­
|l y a dix volumes, écrits de ce styb. On session,, que l’Assemblée nationale complète blissements scobirt’’s.
4féié,’s'ilV»( îU/fiM (te‘ rafr«''^lpjidrtW ')W
éeutei dépmrtemeoU
oràupéiAd**
comprend que de telles phra.<tra aient- toujours l'muvre dé réparation-qu’elle a com m encé en
Communication par H. le i préfet d'une d é »
. .. .-------------nou* Ira
sion de M. le ministre, de l'infériiDf anqpo^iit.
portant àu budget de l'Etat une sommo milfi
tenu le lecteur àdistance.
ile h ’avol
santé pour indemniser les départements envahis l’allocation au département d’une somme de
X . Y . Z.
|u ê M d « i D i k M M V Ü S M é H .'ith ià ilk n : ’
31,000 fr.. applicable aux travaux d râ ré à trâ
«I les personnes dont tes propriétés ont été dé.o i 4 h (» r I Jk w n b M , iulioiMlB i l m i , M u, d .
nationales numéros 1 6 ,1 7 .3 1 ,
et S8c-;
v aslé^ par l'ennemi
Deux mémoires adressés p ar-H , ;Daudin.
Voeux 1* |K>ur la création d'une brigade de
E n réponse à. n o tr e a r tic le in ti­ gendarmerie
Les cultivateurs le aentedl bteo, «t un c e tte k
relatifii, l’un auxélagagraopéns parle* qrd iy td e
ù Ans.)iiviUcrs ;
tu lé : U N E E X P L I C A T IO N , nous
tto ttb ro d '^ riro lte u râ d A û h ^ l t e dé'
3* Pour qu'à l'avenir le service mlliUiire soit l’administration des ponts-et-chauMDes, l’autre,
€iàon» reçu une le ttr e r e m a rq u a b le obligatoire pour tous les Français avec suppres­ auram araage dés càilloux; sont ra iro y te 4^Mï^ ont^adrasrt^aa'eoaiNil «èoéiàL
q u e V çthondancc d es m a tiè re s nous sion du rem nbcem ent;
préfet avec prière de frire cpmpléter I étude d s i P ^ U i'M T ^jjya.ep «tefM P f^ftenparr^te « w < tem cm ent au regleacnl de cm imkauutésk
oblige à n e p u b lie r q u e d a n s n o tr e
3* Qiie la foi sur l'instruction primaire ren­ ces questions.
.• ; '
Le CouKil général stcepte, ' avec rèm ércie- ' Voici, d ’ailleurs, b texte OT te‘p W t m : '
ferme les dis)Ksitions suivantes :
p r o c h a in n u m éro .
V
. .-,i
akViiÉ'f.'
L'enseignement agricole et horticole est obli­ m ent, l'offre de M. lalourtto d r contril-aer,
gatoire, dans les (‘cloes normales cl dans les pour une romme du 6,000 fr., aux dépeqroa 4«
écoles primaires rurales. Nul ne peut obtenir le réparation du chemin n,iiméro 100, puuçjequri
• ..i. .
'- s
brevet de capacité s'il ne justifie qu’il possède lin crédit a été voté su r les tonds aépartetarn-
T iM 4 tc 'm tn o tte e tB b » q u l, b n lé t Albert
• U b f M il qui a i pnoD M t au coUet. B «|n« il f
M T O b h t i e i . que R a ï ^ « s « p « b a « 4
Isa c o f te a n ia 'A lb ir l au dire de ce lu M .
toQ h notasexbtence, mon bon a m i; oomma
tu v o k s l b est honteuse e t ffiiaéraUe; c'est 4
B ^ r i j ' o s e t 'q ) frire b i é d t , s l U .frutuD e
Ibroe m o rsb comme b tienne pour ne pas w
déoounner. Heureux ceux qui cooserveot « •
9 0 r e quriques illusions ! Ne perds pas lestManes
s i lu paux; je n’en ai plus.
Onvoyé 4 b place.
Enjra une connivence coupable, une espèce
decom pircilé bvorisant b fuite, et l’apreté
passionnée^ ardente de H. Dolbeau, il y avait
une conduite intermédiaire, conciliant les
devoirs de l'hom me et b responsabilité du
cbimigien.
Ce term e moyen, M. Dolbeau s’y était m ain'teim en. aigôabnt l'erreur Intentionnrilement
iCdinhini8«. .iU'a outre passé en b dénonçant au
icW fdê peeteieleo liv ran tain riu a malheureux.
Ifélllvüts Brédon n’était pas un com m uneui
enragé, puL«qu’il se cachait 4 l'hôpital pour
[jéviter de se battre contrà 1» troupes récem­
m ent lentrém 4 Paris.
Quant ' aux étudiants. phMieiirs, d’entre eux
p ar une pancarte alfichée 4 b porte de l'école,
avaientlnvité b u r t camarades a rester «calmes*
jakà «0 ; cpoteoter de faire le v'ide autour de b
cbrire d e H. Dolbeau.
L pndivbrifblbeau a recommencé son cours.
O n est resté calme en effet. Une centaine
d ’étudiapts y «aaiatait. Les autres, suivant b
recounhTRbtMMisfficbée, faisaient levideautour
de b cla ire de H . JDoIbmu.
W t « i t c a s ,'H b a t m’ieux fiiire le vide que
frire des manifestalions.
H . Ch. de Saint-ChéroD rédige une corres*
h plusieurs
jouthaux de>rovince.
| a dernière était une véritable réquisitoire
dir%é contre les princes d'Orléans.
L T n tM l’a reproduite, l'acceptant <-onime
unieflBuvfedn parti.
de Saint-Chéron r^w ocbe aux princes
d'briéaas de n’avoir p u oublié Ica prégugb de
leur édocation, certainae traditions de leur
fid M lo èM 'fA m b b e,'' poodaooe légitimiate, qu'il envoie
ità dé’’ in c to if -r a m n -.
-% Ctoen« dn«M «mités était o p q n itM a rfr d a s e l portait riodK ation d s i pdtnts d e b.frqptièéa n ar o4 b s :4WséM affiéth d e v a b d t cétrér
sap y fiiM d W b q B K tiH ^
^ M n a i i t b tm
la b n te n iiiin s
w
^
•
« Q iig d b M f b âfnÀMÇO* eés mèces
ùmm$, >èi ' iwJwxiia - d’two frona-popnti»
fw o aeè rart A venir en û d e 4 b France. Ccst
(!■ !> • w IW M M Im À K f A m tin #
T - . t l H i O M w S 'i i 'w 't » '
q t ifengagMit asns donner b a r
dèiâf
I> t
■ a iâ w a ili . M Im
i W
P V
lii » W , n i
r< r
la n i ii e a im i a . C m»
d M l iiii É W ( M n v i M
S i ^ . S Æ
'* ^
£,
i M d a n , « ■ l a a m , | M m M a r «M M
V * ' *1
f à l l M I l a . ''
■
•• . « « i . »
^pglçg uçç d o tas , 1 ^
u i i i î n i « c ro iie ie eor»
l 'V ^ » S h O * .
'
» , que â è t k
■
lü iir irl.
k.'akjw a»-* « a n ittt»
b i l a O M j t l 'n k i « H k a n .
r l 'i »
n ié.
Selon lui. noha vivons sons «ne république
qom ipab, in cà p ^s.d e sn rv iv re 4 H. Thiers, et
cclm ci est b aaol espédienl qni ajotrha
d lM ia re M Q ^ n to dé l ’intém atism ab », 4 b*
i q p ^ n ô u s sommes fét^l^oeot voués, 4 moins
d'oM .rilotir sao v a arà b m o n a rd iie traditionneUe.
'li:;4«$aint-C IM ron accuM particulièrem ent
le 4s*.ii’A9W>b-; i l l û reproche d ’amtHti'Hiner
b préstdaMséi vie. V
1 b ^ |d < d q M rto a t co û M lui Iss term es vloI s itfs ^ b s m ip rsisibos aw irsa.
;.V e^ M eri « it b Ihsioo.
{ O r aitèeb- In ib s s iio t 4 a C sw K M ew iH
m o t preaye qne les princes d e b révotution no
b'efll(b|4Éi|l pss DM) ploa entre eug.
I
t m m w t k M Sri b titra de l’a r tk b
qoisibMf Miontre p ar des Ikib com m ent, m ême
diM léi.j^ l4qM d el'K l'a t.b condlbtion démojci|ij|iqMÀ;McUle, qne aerem et 4 noOa prêcher
lO.O am belb, n’a jan m s été q u 'a n s chimère.
Lorl(b(!lêur d o Osiwft’b ffM o ri remonte
Marbès
tta n q u i, e t nous peint lo irs U u i l ,lsi 4 B 4b>Iab m ê o s t p a b , il nous in tred a it
« M l ta i r é i d l* o hs MriWM e t b ag tie b ttro de
H i W . r « f d m ifM jp M q itt
'i é i f i ^ d i i t e d « jji.HBy w ÿ ni l i w . H absr é b h
,a le » ip r b e m iir '-A b ritadiHa i » io a lb n s v
» O q a « H U a |i r .
lé M i. T in a k ^
ta lk ,
I k U k r . l i r i M , ■kiic|«<. « » « « .
Csiseil géséral
l'Oi^
l i éée
e
C
rt
S
N O U V E L L I iS D f ir A I T E I E m L E S
f i.
LE
D U C D ’ A U f iA L E
ET L'ADRESSE A M. TH IERS.
A v a n t la d e r n iè re s é a n c e d u C onseil
g é n é ra l d e l’O ise, M .' B oudeviU e, c o n ­
s e ille r d u c a n to n d e M é ru , d e m a n d a à
M . le d u c d 'A u m a le p ré s id e n t d u C o n seil,
d e v o te r u n e a d re s s e d e fé lic ita tio n s A
M . T h ie r s .
H . le d u c d ’A u m a le ré p o n d it q u ’il
s ’a g is s a it 14 d ’u n a c te a u q u e l l'A ssem b lée
d e v a it lé g a le m e n t r e s te r é tra n g è r e , la loi
d é f e n d a n t le s voeux p o litiq u e s.
— J e s u is l'a m i p a r tic u lie r d e M .
T h ie r s ,a u ra K d itM . le d u c d ’A u m a lc , m a is
c o m m e p ré s id e n t d u C o n seil, j e n e p u is
p e r m e ttr e ce q u e la lo i d éfen d .
L '/ n d é p e n d a n t d e {'O ise c r itiq u e v iv e ­
m e n t t« c o n d u ite d e M . le d u c d 'A u m a le .
S e lo n r / n d é ^ n d a n t , il a u r a i t dA s u iv re
le s c o n s e ils d e M . B a r t h é b m j S a iq tH ila ire , fa ir e v o te r l’a d re s s e h o rs séa n ce,
c’e e t-frd ir e n e p o e v k d e r la to i o u v e r te ­
m e n t, m a b l’é lu d e r a v e c ad re s s e .
L e re p ro c lie e s t é tra n g e s o u s la p lu m e
d ’u n j o u m a t ré p u b lic a in .
L e s m e ille u rs ré p u b lic a in s s o n t c e u x
q u i re s p e c te n t s c ru p u le u s e m e n t la lo i,
q u i c r a ig n e n t d e sort'u* d e le u rs a t t r i b u ­
tio n s , q u i re m p lis s e n t le u rs fo n c tio n s
s o ig n e u s e m e n t, s tric te m e n t, lé g a le m e n t.
O r , c’e s t c e q u 'a fa it M , le d u c d 'A u ­
m ale.
O n n e c o m p re n d d o n c g u è re q u e T /n*
d é p e n d a n t l ’a tta q u e p a r c e q u ’il n ’a p a a
v p n iu é lu d e r la lo i.
th ra n p n s g a r d e q u 'o n n e p u is s e r e to u r n d r w» m o t C am auz e t d ir e :
e iJ s lIé g a lité n o u s tu e . »
£ . C.
dre notions elémenbires d'agriculture el d'hor­
ticulture.
4* Renouvellement du v œ u émis dans la pré­
cédente session pour que l'Assemblée ne sc
borne pas aux 100 millions votés pour dé­
dommager ceux des déparlem enb qui ont eu
à sotifTnr plus parliculièrerornl par suite de b
guerre.
Demain, séance publique à une heure.
La séance est levée 4 6 heiires et demie.
CorkpU-rendH tnmmaire de la téance du
10 asril 1873.
l a séance est ouverte à une heure xous b
présidence de M. le duc d'Aumale.
M. LE sKcsÉTAïaB donue Icclure du procèsverbal de la vedie, qui est adopté.
M. I.R raisiosxT, après avoir communiqué
iuelqiies mémoires elé tu d m dont les auteurs
ont nommage au Conseil général, donno b pa­
role 4 M. le baron de Cou Té, quidem ande à H.
te Préfet s'il |>eut, en
qualité de président
légal des Commis-duns instituées-pour la révi­
sion et la répartition des ind 'mnités accordéM
par l'As^mblén naliniale pour dommages, ré­
quisitions «t côniribut ons de gusive «ux corom iinrs r t aux |>aitirullKrs les iiius éprouvés, te­
nir le Conseil au courant du travail de ces Com­
missions et lui aiMio'irer b résultat auquel on
estarrivé.
Indépend iroment dn celte question
principale, il y a relie du cinqiiième douxième
que l'administration des fi a ce* parait refbsw
aujourd’hui de reconnaître; il y a cellf des em ­
prunts oontracté* M r M u c o u p de cpfnm un^
pour solder les reqtiisiiloiM, em prunta d(M)l,
Jusqu’4 présent, on ne leu rs pas tenu compte.
U a communes el les popubtions attendent
«ncora avec anxiété le r e l i â t du travail dés
fbmmlsaions.
ou. vicToa «aiaxtn, custavk ls vavaeyioa
et plusieurs membres appuient vivement eetVe
demande et y ajoutent quelques autres questions
de détails dasquellrs il M entendu que l’on
s’occupera sacreraivemenl,
\ Répondant d'abord aux queslisne générales
posées parM . de Otndé, M. le préfet explique
qne dans b département de l'Oise, le* GMamlsnoqs cantonalrâ n'ont pas toutes opéré difil
‘ i esprit; quriqHestunes pn; été très larges
n allocations,
allôcations, dd'autres
üAM b ut ite
'au tn ont été srès
strictra. C W pôurqüri il i fclluarrlverd'al
4 établir une base uniforme, « l a a été b t
de b Commission de révision Instituée psi te|bl
du 11 septenbra 1871 : b composition de petto
Comm ision pré*en|blt toute garantie.
Bn ce qui concerne le cinquième douzième et
les em prunte, le* ciroonsUnrea e t b s silustii a '
éte n tlited iv asa es. on ne a i t pas encore poeili-
Î
•NIwIfM M M il'M •«* bÛifrtU,Mi*r
-.a:» si
j - L h f h n ': . n
- 5,
rt il-
• ’ 11» *
Î
taux.
S u r l'avis de b <leuxième Commisiiioa e t vu
son incom pélencequant aux.quesjîpos. relatives
au chemin de frr 4 traction de chevaux drC om piègne à Pierrefonds, 4 travers b forêti le Con­
seil général invite b sieur Lenwr « ‘>C8»e
ressionnaire, ou ses ayant-cauWf à
devant qui de droit en ce qui touche aa'.dilficultés soulevées au sujet de cette voie.
Sur le rapport de ladeaxièate-OomiDbAiaB^
conforme qux propositions de M, b p r t f r t , le
Conseil général .vote,
Klùs s e s ^ u i , m ,8 0 9 ^ fr.' 10 c. p o d rr a n ra iK
4 de* dépenses pour des chem ins vicinaux o rdb
nairra auxquels dni ciédlte ont déjA étéaécerd é e s e n l8 6 9 , 1870 el 1871, e t a o e s o m s ia d e
31,389 francs comme allocations néUvriIca, 4
de* communes qui ont. frit de nouveaux sacre-»
fiera el se trouvent daiis les conditions voulueu'
par la loi.
■ ■ i./- ■
’
En ce qui concerne les oom m uass d a Villera8t-Gene*l r t Trum illy. le Conseil . suraN il è)
toute allocation, et renvoie les queatioaal ta
Commission départtmentale pour ÿ l É p '- a a ^
inforroatiofl.,
:
> • .• ?
E t pour pourvoir aux dépenses ctriessas, la'
Conseil vote Ira 3 centimes consacrés annurilt»
ment su réseau de te petite vkm alité;i!(- '
11 autorise les comrauora d a la CI«palliMba»Gerberoy, U te o d e e tte tte llrt,4 ip p lM |a a rle a n
re*k)urcM virinSle* 4 l'améliorplion de .teiiro
chemins ruraux, et II approuve lesChéageneala
indiqués par te deuxième Geramisaiqp* p o a r la
cteraefqeut, dans .te rte M u ia p b v iih H a ^ d t »
chpntii» iotertw ipi Ite cM fr«»is«- driiBj w ^
Loooayille, Aray, Autièchea, rten»|Kel, P ièbllM
et Béry-Mkgneval.
Vu lé ta l financierdtt dépsrtam ènt t e flp ü e il
énéral émet le v a u que, sous moi
iT'Iiroadmin'istfatioo ait plus de l’atitodem oar'li
vision du réseau sunveationné d w - « a « m ^
cinaux, afin d e venir plus «fficaoem saliofiU i
aux communes qui coossntiratenl 4 frise :dè
nouveaux sacriflcee.
Rom approuvés, oonbrm énrtnt aux rapports
de b deuxième (tenimiarion, te* p ro i^ d 'an g M »
m ent n b t i b aux ch e m iu n** w , 3 7 ,7 1 , I M ,
« « A i l s 119,
di
Poni^teii répantions.eur
' m tions.èar tes reotes dépeêlte
m euulsa numéros 4» 7.17* 19* 9 L »99A « » f
________________
teOnnsail votedraoréditsm oateisl
M.3ÎM) fr. et il autorise la m iseM a4jii4teàtite|
insmédlatedcatravauR.
’
.
B n c e q u I conceroe.te roate.dipaitMlMWilD
num éro 1^, sont approavéats»
tauritim ) de chauinée entre leaoiiufiit d a if côté
d e G ra d e t te fbrêtd'HsteUe, a i d e ' ~
d ’ErmeaMiville.«a y a l f r e l ^ .
, la côte------------------------------------------' d i^ ib lM .H .k fiÎM A m W M I
L1 IdEdèlThclptiembre l871i ''W lè U v 4 'ét^
in ^ m v ite a ra w C é é ÿ a u fc d é n a iIs p g M M a ti^ ;
flnai»eee:poairaf»ate;nM«AiP tesi'a
avajl pria
............
r|>rinninliTrtnVt4i>|ii“ dif ■
k J
• _ , - . - . : ^ S i ë n t t b W ^ S ‘jo ^
d e d o m m a M in d ir,e lM « u - u n i t M M niid,.
d a n s u n e eertairie n— -----------oue no u a adireason
g é n é ra
vous, ‘U a a s te a n
«m e tem p s quo
par M
ntotre d e s finnaneee^ ai. fréro; reaaeW fr
èom bieii J o u a ce s
t .n o t r e
tu atio n , s t v o u t
.doTO oM r
en t a t e t t r e l e j v t e a d e
n itlative p a r u n pfw nieF vota À 106 miUioos.
,teqp A I
F
d 'n r'M M M fW
q a ila iH id iM l
C . n 'H n d i k l
«I q«e I w é i
p a s te d N il|i« r
r w d M 'te 'N liW f W
vïcj!:)
cu m
i
■ B pu.M u MnUe.
N o t t i i y o t t ^ t ^ d e é S o d é iés corre*pen-
cHNN «(HM-mi i ^ W > A <
Il « M U lflll l# u tW < M lé ir M I « tV « u n » ri
-
U Soeiélé Miiihaonlottiie.
- T l ^ i i ip l r ii s lie M Sociéié d'sgrk'utiun*,
e t m a d e Ouuui.
jn,
— ,'BiilletiD d e la Société sicbrolugique du
nt qn«. I d«- VendômiAi.
— fiiillelhi de lé S^rtéié duQoise.
y i l BuV' qu elÏB'
— fiulteli I de la S oriélé d'bui liculi u re de
Senlta. — Qttlleiin d e la Société frauçaiMi de aecottra a n bleaaéë.
>*;*V !|i».PeigttM lelaco«irtôfi«deax nagiriflqac* volumM iwbUéa pur ses aoiua, e t cuuU »»ni 1 ^ rppfodttctlÔM d e 168 pla'ucbea de
e . n t r l - - vbea b p o jm p b lq o e eM p ré aeo ia u tle a moiiaa-
i r u n d i « i r ! Ü Ï 4 ^ Ü r $ W M i ti«<l<n |* * H '
b té .'riiliiln i
W qq'rllm I n
M ln lir t* ^
an,:«i»iiçbirt>\gônéfiü li^ur U
ser«.ouvdrt la mariil^’l i Juîîw 8 « . "M®
'
*
s s ï;
_. . 1— ^ d A p a H é m o n l de
L d e l e DitVkstiOtf, à
. d e tbâa ôena qüt désirerunt lé côn-
N . Verboia, ta i.c o n ra tl tout particulièrem éni les lerraloa' avuléloant les aréuea, rap*
p elle j^ a ll.exlate au b u d u coteau s u r lequel
à htt.il baiifott'dtf m "
i l ia|,tn d Ï9 p e M ^ lf;q ti* e i(« n t
, Ï Ï . . î r S ^ W .f r o n p 'fifHré'. moniimenl,' une source qui
la lrè u ÿ dha
e . p o rte le b o n d e fontaine des A réoea, ou par
d d le itfe .M u a ttr,le «ee iu èce s
••P
ra
^
A
^
r
î^
*
"
^
k
«
;::r
iL
rîf’i:ïiiri5»
" I» ” " 1 -»
a Bpmli -d ttM N d é le i:ie u r
JHdPl’W Ç>tl à»hl v»
la
lealNiIaa aalm lts à ré p o q u e rom
aine
iw tjiirfdd BiqUVdU,. I ^ W u l & u s-D iÿ ® ^ . r a ie n t * é i |« r_____________
e t r q u ^ dans _____
cette_pariiê, où
i S
d r C o « p l è i « e .e l a » SenliB, M il d la
j'iHi a n n d eM fé kdlp en e aëp o q u e sd eeresIe s
R é S iB â ^ E iilî^ fi^ Çlephlom.
iaw nruiA a d e eeaurqôioiiA '
■■ P eiraé-O elacoun dit que les Rem eliis
a n l r i i l q j S b l i o t d ’eau cbaude e t d es bains
j_n fltuwiflfiîflH d'etif|udte .co n o a raa n t un
tfajp «baud (uideriniii!, qne dans ee n ain es
loealllds ob T n u eal n r e , ces d ern ie rs seuls
eixIslaleDIi b C haaiplieu, p a r eaeulple. d eu l
M u L S '
;m , le Ob a retrouvé rbypocauate.
La aiiaai|on,dp Senlla p r ia d’une rivière,
PO Stf. ana vaaaaw,
7
f -.A it idApoaer q u il a dû ex ister des baina
gèném l^yicd-Pi^Idénl; «oam le d ^ l’Aigle. •d’e a u ccbb a nnddet
e r m ais il i
t possible qu’il y
eonM iller> |l«M nd rrAObHiliequa: id aira de
a i t e n - é g a l e ^ n t , e t peqt-élrê d ans le m ême
Comnièjgne, oo n ariller ■.gdae™ l i Bôcûi* mOnémefil, des béina d 'àir chaud.
m airâ & riOTôiK pdpauteî'IW airt do- M o u j ;
iHÿ. B i Ibipoia o b ilin n e ses études s u r les
B arluel, m a i V « 'd » e i : r i l f f ÿ “!"»J; « » ^ ^
lieux dita^ -etpalgoale quelques nom s des ter*
teuOdea aablfes do l’O iaeiiàÇ reilblleribQ uU ,
dipocWirde».Msii»W d e k lp n lalefrç; P o iret,
rôira d e T biera, L a Ghapellepen-Scrval e t
n ia to u E d . B alegnir
.m onetaotupiep ; P lallly.i
A lavoine, dipecloup d u ï ^ t d B eauveiq. A ir 1 i^.La «éanee«at levée-à 4 faenres.
b a ra l, e a n atm cIa arsn q é aq w ie q A BanUgny.
L e Secrétaire,
EegdPOMi q » ’U ||» ÿ 0 B l » i m « . a u w
E . O upuis.
'^contribuaca à a m e rieu se m en t conal *
dfinC bénéficieront’
‘n o tre d é p a r.iDea artiates dramatiques .Parisiens, du
’budpvilte et des Douires, sous la direction de
H . PM bi^, artiste du Vaudeville, donneront
i j S î i i i i S M 'i M S w
gionî.d'adpes^
lundi proGhain'uae.représentatinnè Senlis.
il, j ^ f u e r o n t plusieurs opérHtes d ’Oirenbsch
V ’t o l â litÿea 'ba'huréB U K . eLdescom édiis du répertoire du Gymnase.
’ Nqus verrons la jolie loadamu Peyron, d(«
dTtebttBVM IBun n ^ o r l ô b t é u r d c d o h ! ^ .
BnolTra, dans un de srs rôles è sucoôs : Jeanne
aû iH lttla ire fl actûèlB.
q ui f frare.
’ ■ IV- V-ifc
•ilfldfâ
•*
s ïs M u iïs a ::
_
... •■.
.
1.
^
ri-
•'•■
P « U d c . « • r a v c l i M m c l I e d e S e a ltM .
• PlléSIDXKGI D l M . B a u c u a rt .
dtKMrnçe^d u J fe ro y d i 10 A tr il.
'Chaste en t m ^ p r o k M . — Cüchfl, Jules*
Gusiave, icliarretier k Aeuvilte, prévenu de
ç l^ e.a n tem p ajb v h il^é ,re co n n u coupablede
q â itf.'e rt coM amné par défaut en quinze
jours de prisoù et par.cmpa en wO francs d'a*
P a ris , s o n t de
m r a d ^ t aimjfrais.
’nçed e t 4,j00^ •
.i
' Fel d r lu a e .
Thibaut, ttianouvrier à Ba*
iM nr^ur'Thérain* prévenu de to i d® laine,
reconnu coopabl^ est condamné en un mots de
p r s M •l'a u x ftiis.
a é e s .rl’é ta t
. Oâfrnpe 4 f« peadsmiMfr.iMi Vignon, Emilel’o rg a n iDeuis; pem iquler à Verberie, prévenu d’ouira*
no tre
m g u b g e p d ird lé * , est coinUim é en liuii jours
de prison et aux frais.
n chés
ré p ara tio n
rm atipn de
Fdi é u n e p m . - ^ Frelax, épicier ii Chantilly,
ettenfln
r^ v e ô h 'd èA o f rPuneVipeau préjudroedu sieur
nitio(iSp
IhxgMlfq rpcvnnu cqupab|e,a'e(itoud condamner
pàpbéqiaaB dfrfranco d ’âmonde'el aux frais.
n e .s e r a plus
tiè re frai
. Coupset b J e ttip ^ ^ .Ç a a A f^ , manouvrier h
MohliithirevVi^timb de cqiips et blessures, >»•
p o rts a(
___
f avoirap p o ]ié:4 eu r« ig iiatu re, a u m o m èh t:d e
r a r r Î Y ^ ou du départe s u r u n e feiiille^qüotid & iï
, do
-^GMtjU'él êlrintrei. ^ ‘Lindcr, Michel, ma*
rioovneeéiSenlisj prévenu de coups< et blés-
* îM J ilir j «I
S e m lU ri'
titrer Paria. ;
m
Q
u
r iroia
deSM.OOO
4^ t e u i i .
o s ''ao a L 'b u t>
doiibvParis «st. là
Pàlto' dTAtasion'
xféiNeBu ne
p rn ie t^ fr^ o ro « d N 9 |p ill« |^ » -i* l *\
À b i i t iÀ i( ir t q « s « i |i » " l T O ; ; ;
• o ù ^ Â y ^ u dff ifM
sto im a
■MélaS ^ J S i P ^ 'c o a rttp .
Vbün, y p t ü » ,
LePprbqta-^
«éfiiHia . m i l |a p r
'
.*•
.« e.tt
E U ^ d e M * Jk
AvottlA'BMIirarite
ai « • n i .i iM e tf e i r
A
h
VMMn «rù
& riv M V ,^ p io itV ^ tt n i o W W 'd e .
NolaviMi t Awlmlar A Scalis, en date do
d i x - i ^ Avri) 1872, «iregiMré^’lielèri
---------------' rè
uitqiM
nÜCiy
« ¥ . iib»><A-.Tr Boncher, E u ^ n le,
fpmme y i t ^ o . coulunère à la chapcIItven-Serv o h i l w ^ d d’d u & i ^ .a u m u re de lacnm mufte» reconnue Goupab|ie„s'enleud condamner
f î r T i S J f . r é r ' . f ' f K i ”; . '
tiHaris a mU en ayant, e t q ui. as8ure-l*on,
• u n H j u â q n e chance d'être exécutée
« pj^ -a-'ae.
ni*) » le rille d e
.
P « n t- $ 9 iiiM te - M M x e n e r . — 1.e sieur
Duriez (Frariçuis-Joscph-Emile), 20 ans, cétiri^
lielainv ouvrier chariHuitier, est allé avec un
coiiipflgnim, le 12 avril, scier des Iravrrses
pour filtre d ej chantier.,, che;i M. PônctH. mar-,
chonddo vins en gros; tout en travaillarl i l '
allait dans le magasin de ce dernier et pro­
fitant de ce qu’il avait un foudre d’eaunte-vie :
en vid.'mge, il buvait jum prau moment où se i
plaisnant de coliques ou le conduisit chez lui
où il expira par suite de ses ex c ^ Iréqueioiheot
répétés.
■ '
__
'A p f ^ bien dea
ia transcription
a u r-lo s re g is tre s d e s - m a irie s 'd e s ac te s de
l’étaUciviU re ç u s d e n d a n t b C oinoiunef.est
'U 'te rm ln é o ; ' .
-------------- - ^ ‘*nei>seiDblede't8,ÛQÛ
\ n p i r p e ü am i
•'* iQura
,
,
7V;400; d ééès,
m oyonusg p a r
'O ^ndjaB ancés
m
■
dre Fleury, 2 fr. -r Vtclor. Patin, 10 fr. — P4*
cbon, 1 IV.
. :
. Hreûtuirs : André Drocbiiu, n u ire, 200 fr.
— Viuienl Brochon, 2t> fr. -r* Eugène Bro*
«•hon, 10 fr. — L«‘ou Caudcl, curé, 20 fr. —
J.iin-FM nçoisGulllot,.2 fr. — Emile Meignan,
liU âlué, 1(0 l’r . — liéoii Meignan, fils, 20 Tr. —
Jai'qui'f'riiriiuropt Tarb'uson, 40 fr. — Jean*
F n u ç'iis Aiibry, 5 fr.—GiTiimin Harchois,2 fr.
— Bê*i<.iux, 2 fr — Isii'on- llurier, I fr. —
Cbristophe II mrî. flurii.isa^.i'lroup''allemande,
2.. fr.
■
.
Total : 2,207 fr. 50 c. dont 35 fr. sur réqui­
sitions. „
’
’
Ceûpael bkÉtum . -^ T h ieu x , L o u is-^ f^ n l),
aé.i^M tt> O oi)uyrierft'S enlis. reconnu co u p ab le,
s 'e n te o a c o o d aib n er mi 2 0 jo u rs d e prison.
i v A i l ^ é q j r i é . •« Toici le résultat de
la aouscriptioD paUiotique pour l.i libération du
territoire:
Mesdames: Baronne de Ponlalba, l'.ÔOO Ir.
«^'^baromw de Navry, 100 fr. — Brochon,
m ère, lOOfr.'— Meignan, U o n , 100 fr. — Leelerc, P ie rre ^ é|iz,’10 fr. — Moquel, Adrien,
90(rfr.'-i-:C lM bé.'20fr.
Mlle Eugénie B:orhon, fQ .fr.-»• Mlle Parant, 25 fr. — Charles
GuilloLâO fr. — Prançois-Félix Leclerc, 20 fr.
I i'llariaattd|-20>fr. >«-Pélix Hurier, 5 fr. —
"'«ij
Caudel, 5 fr. —
^ T im m Denis, 4 fr. — Veuve Oecat, 5 fr. —
n ile Pnorgè^t,'£ fr.—- 6 lurdet, 10 fr. — Wa_ ly fB IfV w 'ré ^ is ilio n 10 f r . — VeufeM ar■t o i ^ S 'fr. ~ Eraeet Leclerc, 5 fr. — CharlesFélix Labreot, 5 fr. ^ Veuve' Charfemagne
Léüreni, & fr. — Hubert Mercier, 5 fr. —
Aglpf^’ P nnoolin, 5 fr. — Rieul-Tbéodore
;â|f|(M ,2Q fir. — Môrel. 5 fr. - Gustavepdouant Francolin, 5 fr. — Hiibert Frincolin,
5 fr,-ri-P etit, 5 fr.v*-Bonnaquin, 2 fr. SOjc.
— Âvart^ 1 fr. M c. — Mlle Eléonore Lebm all frfr; ri- Beautort, 1 fr. 50 c. — Jeen-BaptMMPleury, M r . — P oirée,2 fr. — Mlle
A d m LMhyie, 2 fr. — Grimberl, 2 fr. — Jules
P é s V ÿ i t m ,.! fr. - fille Marie Piloigesl, Ifr.
~ Pendche Duvy, 2 fr. —. Veuve François
TrovU lfi, 8 fr. — Veuve Bonnefoy. 2 fr. t
jH )llJ Ù iU f« 4 f r'
Micota»riAiiguste Pdoraest,
Bfrri «TaMUo M arcboi^ t fr. — Elisa Petit,
'- ^ • ^ l i l r D i e e d ô a n é , 2 fr. — Veuve
2 f r , — Antdine Rémy, 1 fr.
..flilM l,
ri-Hubert L ^ ra n d ,
____ ,11, t fr.]j— J bui Théroine, 3 fr.
. . iDittfili, 80 e. — tounecHs, I fr. — Alfrédl " 8 l Ü l i t H '^ w io M lli;'2 W - s Ptèrre-Alexan-
Le Gheniin de fer du Nord
pendant
la
g ;u e rre
d e * îf S M O
|«DC aller axerccr rapoMoIal dè la Défroaa,
avait, là une belle occasTon do prèclier d'exo!))*
(lié, i iimmo avaient Diil les Merlin de Thionyllle, les SalnlriJust, lo « de la première Itépu^Ijqiie. Mais la nouvelle école a sans doute
changl tout cela e t placé le c a u r * lop.oosite,.
Comi.no le jtfrifrc/N tAal9 r^ hii. Aussitôt arrivé
à Amiens, M. Gambetta se Idila de coroquiKler
un tfiiiii t^piicial. comme .un slmplo monarque
eût pu Ihlrc, et partit h toute vapeur du côté
0 |ipo>!.* à «'«'lui où l’on se battait On sait que le»
Prus icns sa retirèivQt a p r ■ un e. gagemeutde
six heures,empottiinlOIliquaraotwiiodes leurs,
tués ou blessés, et nous laissant six pniouiiiers
qui furent tiunsportés à Lille par un train spé­
cial.
La 'circulation fut rétablie ■immé;lialemeiil
8urls.gran.lo ligiio de Tergnier à Amiens, mais.
CH n afq tn q e p o u r bien peu de jours Qto I q l l ,
on arqjiérÿU. la. certitude que 1» PiiiasiiiBe vien­
draient prendre leur wvanche avec dw forces
supérif'ures, aussitôt après la réduction de Soi|k
{Wms L’autorité militaire avait d’abérd résolu
de'ne pas abandonner la ville qui venait de
donnCMinsi 4»el exemide, et plusieurs milliers
dlhotqmes avaient été transporlés, le IL r i le
'1 2 , à Saint-Qucniin Mais le 12, un conseil de
imeiM, tenu h Lille, adopta, h la majorité'dé
six voix contre quatre, une résolution con­
traire. Le. 17, dès que l’on connut la capitula*
tion de Soissons, l’ordre fut donné d’évacuer de
suite Saint-Quentiu Toutes Im troup«« furent
embnr.‘,uérs la'nuit suivante A la gare etdirigées8ur Lille, Douai et Valenciennes.
Baijit-Quentin demeura à la jnerci des enne­
mis qui ne parurent que lo 21. moins nom»
hreiix qu'on ne l'avait cru. 11 fallut en passer
par toulee les exigences de rrovahisseUr, d'au­
tant plus dur.es que précédemment on avait osé
bnrrlsi«ler.
I,fti Priissieus ne restèrent cette folvquo deux
jours: Us disparurent dans la nuit du Û an 23,
hiss.int la'villn livrée à une anarchie-morale
non moins triste que l’ocruiiation étrangère.
Pendant ce premier séjour, ils enlovèrent etem (Mirlèrent une grande quantité de rails ; à la
même époque ils en faisairnt autant du côté de
S.iint-Jii8t et de Brotcuil sur la ligne d’Amiens.
Célait une nnuvrile commande de l’inévitable
Glaser, pour ses ligms de ravitaillement.
Cette expôlilion sur SainlriQiientin avait ré­
pandu aq loin h terreur On s’attendait à une
attaque cornbinéo sur Amiens, et les servicixi
l'iircnt fiispi'hiliis pendant quelques jours dans
Icri'dciit dircciions IL» furent néanmoins repris
apré.» i’évanialioh de S.iipt-Quontin et l’on
co'i'i.riiifnfrlduaussi la destruction du pont de
ITngoa, .ouvrage d ’art im|iorlant sur la ligne
d’Amiens .à Tcrgnier, qu’un avak voulu faire
sàiitvr tout d ’abord, mais où les mèches n'a­
vaient pas pris feu
Il rf^^iiait une telle incertiliiile sur les mou­
vements de l’ennemi, qu’on n'osa rétablir d&i
dépiris rfwilinrs ; la m.nrrhe des trains était
n'^léii au jour lejour. Dans les derniers jours
d'oi;tobre, toutes les corhmuncations étaient
iriierei'piéis avec les pays envahis: • Il n’en
arrivait plus personne, et personne n’osak y
aller. »
L<* 27, les Prussiens p,irurenl inopinément à
la slaiiuii du Pormurie, gaM éepar une centai­
nes d'hanimes d’infanterie de marine. Le bâti­
ment principal avait été crénelé, comme à toutus les autres g.*ires d« la ligne d'Amiens à
Rouen. Hais on se gardait .si négliffemment
qu’une quarantaine .d'éclairéurs, débouchant
par la rue du village qui ahotiiil ô la station,
arrivèrent au galop jusqu'à la b irrière. Le com­
mandant, cnicior énergique, courut aux ar­
mes. salua ce.» intrus d’une décharge qui leur
fit lusl'ment tourner bride, et les poursuivit à
travers le pays, jiiàqu’.à la place ou la petite
troupe française so trouva en face d'un détache­
ment d ’jnfunlcrio fort de plusieurs centaines
d ’hommes avec deux canons.
On »o'Retrancha de part et d'autre dans b s
maisons dcsdcux côtés de cette place, et les nôIreei qiaigrô;la grande inrériorité dh'dém bfc,
Mutirirenl avec avantage le feu de l’ennemi,
ju-squ’à rinlervinitioii initteridiie de deux pièces
do canon fraitçaisi's venant de Grandvillier)*,
nui urirmit lu.» Pru.'isien.» d'ccliarpe, et (bùdroyoreut ilc $i ,pf%j l'une de leurs compagnies,
plicée en soûtlèrtt • qn’ou en votait sauter les
morceaux. » suivant roxoréssioi?d'un témoinoculaire. L'ennemi naturellement n’en derpandà
pas davantage; il s'allendnii hi-pelf à ccIfeHi-version. qu'on aurait pu facilement tourner
tout à làil sa position, prendre ses canons à
revers, cl probablement s’cn.emparer.
A ta (iii. du mois rj oelobrc, l’inva&ion avait
fait de nouveaux progrès; de J2S4 kilomètres,
le réseau encore .e.\plmlé était tqpilié.à 1052.
la lin de sepiffobré» la
o r qu'en argent et ciiin
disparu. On y suppléa, àite dans d’afitn s villeu du
imounaibde2l>, 1 0 ,5 e l l / h » oofflmt
ou a fait plus réeemmenl à Paris.- f^e (M é|iiédli
(knnilé ne prAla, dans une certaine SMsiire,' à
i-irculation «le celle m«uinaio lldociaii^ m tusea devoir.^
sauvegiirdsnlavtf unecircoiispiü^oq p i e a t- ^ ^
L eM L dtoM ixl
excessive en pareille drconslanoe. les In lé rm w
j ioftiaa'ii A üaM
la Compasnie. Conformément à sss instmori
dons, ces Dons
bons funsDi
funsnt admis par les
tes r«cevM
re
rs,' B klki ■
mais seulement
daos les localitts
localités et dattjli l^i
em eat dans
proportion9 eoù.........
l’échange pouvait s^i^Arér elMUfiiit
jour contre
re des billets de'.banque» qui seuls
avaient accès
cès daos la. caisfe'eeolrile. ’ '
’lensam
Dès le mois d’o c t o ^ , toutes les
lai 'meriirês m haU lade a «am éA üiA
avainnt'étéé prises pour
aséordr la vepriiu
vepriae Idnoé- àlfrîe d'miÉ d w i o i A I
pottraséordr
diate des services,
l'hypoUiêse
(Faii prompt l’enoaiiiieofiiltoattr
' - dans
------------" ‘sefriioi
arrangement ou de grands soecès:militait
militaires.
_ Des
ponts provisiiirasAvàleot été p r ^ r À pour
placer, le cas éc|»éan(, ceux qui « v a in l 4l4 siéritruits su r roive «t su r l'Aisne, ù ponlorMalion de la guerre à outrance rendit ces p n ^ w il’iiitt InliliiM, fii arli M U M i
ratifs iouldee ; on d u t même, au m m de h nrad'ADiiaa île bM etMÉvOi
janvier suivant, trsnsporter en B elÿqae ces dm »! itn a n n lle
ponts provisoires, quand il y ent lieu d e c o u ­ . I 0 b . 3 a { ï b . > i l ,
'
dre que lu d ^ 'rte m e n t du Nord ne rat*'A son eut plueioin nélMii «_________
tour «ovahi. Parmi les autres prescrip^oiis
transitoires qu’ezigeajt la situation,.nous signa­
lerons celle qui assurait la priorité de Irtnaqii^ lwblUeMiU(Uhiliiie».nJ,
'
aux armes, munitions et objets d'équipameot et m t iombëiHr b n ie .d a i U,
leur livraiaon immédiate aux. destinataires, et
un ordre judicieux qui a dû empêcher bieo 2î“
« diî S S L ‘‘ê ïï2? ! S .'
des malheurs, celui'de doubler, pouf, les tiaitts d e , <ailleni brieit qei'nbd)
en détresse, les signaux Cidînairés par des si­ Apiie diicrae eHenMieeddeî
gnaux détonnants.
enni eifëini«AMlie'...l d m
1^ journal (m u à Lille ne npus fournit, ett logne eoaemie, peeme d'dei
novembre nu’àn-petit nombre de faits saillaiil|h lilMle. a dëbaii|bd aee tlieilleanrdai
jusqu’aux démiere jours de ce' m i^» où és cblteeu de Bovee, et prie pei "
ronnnce le mouvement décisif sur Amiens et dearaiMeetlet baelaeHn, __
ouen.
Ce moueeneai..., et Ik m lbtr«d«'C -.__
Le 6 , un train spécial du Nord transpoHait aui traepee e o # ^ ont fottdllée)***
vers l ^ e s t le grand tioandsrdu 4 septembre,
battreeonlniieinrtiéiené. I' rtl .!-.” ''
U. Laurier, qui vem it (to conclure A ^m dtee
• Aon de potriciir. egip
son fameux emprunt. 'D epuis que l’ennemi béure, l’enie borieeddla.poili dnM ÜipK
avait di brusquement évaciié Saint-Quentin, avec
casier et en nalebe...
____ _____________
ec les
le, euien
Wlen»i1i»,1 _A
XC n - î lA l «■— - j A .
Celte secUon de la grande ligne d’Eràuelioes se 2 hk . 45,
j'a i été forcé de ajsitCtr rnoo bI___
nnu
trouvait momentanément dégagéy. On es bAta ;par les B orabrrai pi *
d ’en profiler pour reprendreleserrice deB iuî- D ucôtédofo-gM ttrP
gny jusqu’à Chauhy (4 novembre), cè qui per­
faisant un foa>tràefif, «Am a M
m it de recevoir quelques nouveUfa généralenient
assez Relieuses; du pays envahi,. On ' apprit
ainsi, |iar exemple, qu’A-la station dç Grouy, déenitivement m oq. poète avec noe d e n i i n e
la première apiès Soissons.'dn côté de Lami, i m p e s . e o e m p « â i n « r # M i A è i m f i b é
toutes b s marchandises qui se Irouvaient en (2). Ma reiraitesealm-''-*'
■----------------- ”
gare à l'arrivée des Prussiens avainit été pillées vaut la voie {Modant t ,
ar eux el revendue à vil'yrix. Non loin de-là,
belles de qtritter.cette v m é ll
ennemi s’occupait activemMt, surtout depuis travers champs où je n’ai été
la chute de Meu, de réparer le tunnel du Vi«*zy, des obus, d p n ''
entre SbisMOfls el Villprs-Cotterêts, efrondré et très de m o i l t ________
obstrué su r une longueur de 80 mètres. A dé­ pé, ils n'ôelklèniit p ts e b d é A l n f qn g ll
faut d’ouvriers français, ces travaux étaient bousser. •
-• i
elTticlués, sous la direction de m in ^rs.w estLa belle oonduite de M. G d t ; i k i ^ Alt
phaliens, par des condamné» aux travaux forcés par trois b
qui '*«' I—
amenés tout expiés d’A U e m à ^ .
riM , le géoérri Dérreia, hlecolopél
On sait que les deux armées* employées au- e l l e c h ^ de betaiHonflUandier Mt
tour d j H>:U avaient été séparées aitsritôt après ment, qui avait été « t t ^ d A c e '<
lafuue^le.capitiilation. Tandis que l’ane était *■-— ' i joum éet G’aace .m taM ,!....,^
dirigée sur la Loire, l’autre, celle de Maoléaffel,
passer par Bovesao fort d a périt
^
avait pour mission de combattre l’armée fran­
ehérslqne^ A a ld é temr^iuifAVlM d ir.
çaise du Nord. On s'abusa d’abord sur les pro^
I homme»! De» «rdrm (tt.!;:
.
jets do ce général ; on lui attribuait l’idée d une
.ftad a p t toute ca|iteipqriié8«. mMgMi U h t t i t
entreprise contre Lille.
du cahon qui se rapprochait dlw ar» e s .haivK
Pourtant, dès le milieu de n o v e m ^ , on l « frains de voyanenra avrienr c iic a lé A irlS
avait des Indices significatif^ sur ses projets iitf- tiifférentss HgpMtfiiMiXjd»
• • .ta n h r ie lM f A M
m ûtiats. Üjpui» p1u.ûcurs semaines, 1 ennemi bien qu'ils. nuBsot A piràtit
e epréa
p S T:dtt
i h ithébttvsde
t r ’*
*
travaillait sans relâche A la reslaUralloQ de rem - 1 action. n’éprw vA nttl aboib ao ridealJO naa
branchement de Reimi à Laon: craignant ùne fut redevable au courageux-sangfroid d a m ailaquQ de francs-tireurs contie le pont intaet vefllaat Philippe, de g v 4 p A Ip-Jubreation de
de Guigoicourt, l’ouvr^n le plus im portant de G ^ . ’G e b ^ V f b
cette ligne, il y avait installé linc' garni^ n péi;-. dù s o irà c ç D
y ,ip (M > u p
mancnte, aux frais des communes voisinas^ batterjes, ' n u . ^ —“V
,j,,_____
U .com m i—
Le 13, une locomotive d’essai allemande venant graphique a v e c ' e l . i
dçR ' im», entra dans la gare de Lyon. Cetlfl ) ment ou le pasnge’é lrii Mpiuble^ "
(ùfre; remise en communication'avec-Réinis. fut
On c o rn fiS e m ià ^ a 'a M W n U la It
anssitôt transforméeen magasIàsd’apiprÀVisIdnesiUon des cbpftjde m t'te fil ’idMte W n J teires
nnmnii» pour l’armée qui allait marcnor Vers te
é crise où,*'----------*^ ------ ■*— '*—
Norrl-4)uesl. Sur son refus pcrsifUnt d o ^ v iê fÿ t lions jte \
le rhcf de celte station fui rèmptacé m r un ^ e n a , A craindre
Allemand.
ï- a J •
v i e i P ‘éinoonrs
Du 15 au& 5, d e grands trains- MüiUiiiKf pAj b n n »{>
rurcnt. 'sDcctieivemenl en gare dç Xaon. .Uite
(lartio le ces troupes fut dirigée sur .Là
ennhifli tenait à s’ê m p a ^ ,; lauifrê au'r
commeocar l u
Noyon et R->ye; pour prendre (àitàrex M allio n
co Ara .Amiens. Le h o m b a rd ^ a n t de. La- Fèrè
commença le 2 5 . et dès l^ le i
capituler pour sàhver la ‘Ville d
complète. Avec leurs pièces à
„
.
d ’ailKurx fort habilement installées, les Prus­
sien! pranafent nosoanom A rew rs, t a h r i s a m t '
' du £Ôté d*9 la culasse. C '^àit enporo un de ces
succès techniques, dus uniqùetpenl à la'supé­
militaire
riorité écrasante des ^ngins de guéire, succès
éCdàns
aussi inévilablé. partant aussi peu glorieux que
celui des premières armes à feu contre celles de leUnl tttùlÜteàiMt
____
.
qel. Mais qu’importe aux Prùmiens, pourvu qué fort honenblo da.M j P»altt.iri#ey« 4 ÜbMib«il
le but soit atteint t lit vieille ÿoire militaire ès( piravoireLvoubit r p c o e m e n * * hilte le b d pour eux un fétiche de re b u t; « nne valeur demain. Ce fut je q l« M a t,iL 4 k U |b e iirs i'e t
qui n'est plus cqtù» en Mlsmagne, .• comme demie du matiii q d i ( ■ . i f l r r i M B f
disait M. de Bism aii à Perlières.
mandé A la préfhdture, e( qu’il 'le c u n K e iié ra l
Il y eut, après cette capitulation, de tristes Lecoi|ite(»psidW ir!te e ô n ^ d e i Ü f i Ë 'ô i i t
scènes d’adieux à la gjire de Lion, où les pri­ veoait d e id i o d iM f tr in M m i i M
sonnière élaipnt emM rqdér'poUr l’Alleroigiws' <Me retraile,- l’ordra-de- éteVèrile'nM mM 'd la
L’un de ces départs fut signale par no incident Compagnie (4).--’ '^
' ,7«i*
bizarre : au dernier mnmcnt, des soldats pnis*.
nt et emballèrent dp force, en wagon.
(i) Ce fut «ee 4«h t r o p ____
malgré ses protestations el ses cris, un pauvre trouva, pendaDt cette guerre, I’
hanp*»
diable venu là en am aleur, qi[ui' se Irouya
'
^ r t é Mi'Allfmagnc àvint que'rlè màlenteiiau tût '
_______
Suite.
C'est è l'époquedo cet incident que se rappor­
tent plusiaiirs ncles odieux de violence, commis
contredes hommes qui n’étaient coupables que
d ’avoir refusé de servir contre leur pays.
M G ueshsciiefdelastalion deLaon,soupço'nné
particulièrement de transmettre des informa­
tions à Lille, fut obligé de se sauver. Il en fut
de môme de c<‘ux de quelques autres gares, que
Glascr avait voulu forcer de reprendre leurs
fonct'ons. M. Piquol, chef è Senlis, fut moins
heureux;em prisonnéaum ois d ’octobre, il ne
recouvra sa liberté qu'après la paix. Un méca­
nicien du Greil, qu’on avait su rp rs • seyant un
pistolet, fut transporté ou Allemagne comme
irisonnier de guerre. Enfin on fiisitla un m alleureux garde-barrière, nommé Dupré, soup­
çonné de coiiniveore avec les .Dmrgds de la
vallée de l’Uise.
Glaser, travaillant toujours c pour le roi de
Prusse, • mais désormais h visage découvert,
coiitiiiudit de déployer une grande activité. D(>s
les premiers jours d'uclnbru, 'ics trains alle­
mands circulaient de Creil h CImnniit.
' La journéu du 4 octobre est une date néfjsle
dans les diinaies du la Compagnie du Nord.
C'est celle d’un accidi'iit cousidérabli*, le .«i-ul
qui se soit pru luit sur ce r/se-iu, è une époque
où les 0113110*3 de siiùMris étaient si effroyablemenl augmentées. Celui-là eut ben a|irèsSinnterolier (Buchy), en arruMiit à Critnl; sur tn petit
em brandiem eiil qui relie la tigtiu d'Amirn’i à
celle de Dieppe, et que cc train avait prise pour
éviter un encombrement sur la voie directe.
Celte liane transversale d'Amiens a Rouen,
qui li a qii une seule voie, sufiis.'iit à peine au
transpoit des soldats iV^Inppés de Sedan, qu on
dirigeait vers l’armce d e l à Loiro par Rouen,
Scnfuigny et le M.ms. Ce tut un <le ces trains
qurdéraiila en approchant de Crilot; le- méca­
nicien. mal renseigné et trop peu attentif,
s’engagea dan.s une voie do girage sans issue.
Dans le premier moment, ou |kir}ailà Rouen de
tout un n^im ent broyé, anéaiili; un attribuait'
déjà cet accident comme tout le reste, à li trahisun. VénlicJtioii fiite, il se trouva en tout
onze morts, dont un employé de la Coro|iagnie,
«HD7 blessés, dont 17 uVec fractures
C'était encore beaucoup trop, mais on est
surpris qu'il ne soit pas arrivé plus do malheiim
semblables et de plus grands, quand on se rend
compte des incidents nombreux et variés qu| se
reprotluisaient alors sans relâche sur tout le
roseau : encombrement des votes, des gares, des
ehlassemènls de marclian'dises en retard de
chai'gement ou de livraison; enlèvements ou
replacements de rails qu’il fallait exécuter d’urgenci* {retraites ou ré.nslallalions précipitées dp
matériel ; maiiOBiivrcM mu|liphéi;s, com pliqui.^,,
se succédant sans trêve, s'eoehevéfranl nuit < t'
jour. A toutes ces dinicull& s ajoutait celle de
' sullire aux exigences croissantes du service, avec
un personnel •lécimé par le départ des mobiles
et mobilisés, et dont les vides n'étaient qu’iraparfaitement comblés au moyen des réfugiés do
la poriion envahie du réseau : puis encore te
mat.-nel sUimené.corame le personnel, et jiar
cunséi]ueiildesavaries plus fréquentes, réparées
imjKirfjiteiiient, eu tuutu hàle. Eulin, il ne faul
pas oublier le relàcheiiiHiit forcé dt^ hâbitud<‘s
de .surveillance urdiiiaires, qui occa-slonuait su r
'
IV
,
'bien dés {lomts des cohuesaiix arrivées comme
Cependant fa bàclie dnsnmployés île la Compa­
aux dépails, et encore le iKissagé et le séjour do
personnes étrang-'j‘es au service sur les voies, gnie devenait plus (xhiibla de jour en jour, mônw
dans les dé|iendaiices des gares et jusque parmi dans la région qui n’était pas encore monacce,
les maiKBUvrcs. Aiissivroii trouve dans lejour- à cause des orgabisatious continiielli^ dç trains
militaires, et de rafllucncii croissante des raarual tenu a Lille.-des luenlioiis fréquentes d'ac­
chahdisea <qu’on expédiait''.au loin poiir les
cidents isid s, do tra*ns restés • en. détrcs^
mpllre à l’abri. Dan.» ces ciri-on.»Iances, les plus
par tiU lod'avaries de wagons ou de machines,
b 's miunes incidentsae l'eproduisaicut d'ailleurs, diiticilrs que la'Compigmodu Nord ait trayerpour i63 mômes causes, sur lee autres diem .ns stvs depuis son origine, elle demeura fidèle b
.»c3 ti^ ilid n s de di»ciplino et d'humanité. Le
de fer
Parm i ces causes du détresse, on-renurquo un s(‘rvice sanitaire du personnel fut continué
exempte ruriuiix de patinage d’iiiie macliuie |iar avec une sbllicitudèÿ' une régularité remarqua­
ble!. Dans les moments les plus critiques, le
suite de la chute des feuilles. t>;l accident était
dû à la p r i n c e d une cuucheepuisse de téiiilles joHcpal tenu à Lille ne cessaitdem onlioniier.ls
mortes sur une partie de la vuiO' non déblayée bl(^i|vé,inéiQ eleA plus libères, des moindive
ikuledecantoiiuieis. Cufait eut heu le 8 no­ ageni». In cause de chaque accident, le nombre
vembre, entre Arras et Lille. M.iis les causes les de jours d errp o s jiresi-riis par les médecini, les
liis ordinaires de ces arrêts étaieiil les ruptures gratifications accordées, comme aussi les piiniUons infligées. Nous avons remarqué qu’à tours iro .h ets duwagorfrVdu tiges de tiroirs dans
i(i|u e la F è r e se rendait, la hilaille
le. inaciiincs, l’insuilisauce du pression quand la t!« li>s é(ioqiri>s et sur tous les points, les faits qui allait décider du sort d’Amiens était d q l
d’ivresso furent notés cl punis Ce maintien de cominoncée. Nous étions A peinedetti««ontre
locomotive avait une charge li op lourde, ce qui
la disciplinif, dans dos temps-si profondément trois, et' encore bien autrement inférieurs en
arrivditsouvent; eiilin le déplorable état des
troiibU», C il digne dra plu.» grands éloges.
-VüÎjs, auxquelles ou im pouvait fau-e les répaaartillerie. Pourtant la lu tle se prokmgeaipentioiis indis|wnsal>les, |Mix*e que les bras luanNuus devons dire aassi quelque chose des danldeux jours, qt le succès fo ljo à ig te im
(juaieut Pour le môme motif, il so piodiiiMt diniculléi financières qui. là comme partout,se douteux. Quelque tett^RprèsAlmofBGMrùnte*
paie m e n t eu p.usieurs eiulroit.s, nutammeul' présciitaieiil en première ligne. Il fallait, avant sien qui avait ass'isté A celte balailte aisalt
près du la station de Uoaipieriv, sur la ligne tout et iuilgré tout, [murvoir ù la solde des devant m o i, en frappant on piur dn fourreau
■d’Hiiuoii, des ed'oiiJremenls de. t.dus qtn, ju r
cmpliiyV*», itiéme de ceux qui ayaii'iil dù interd u s o n s a lirc : 4 A qaitiu.F ruafsuocpA tfaM A 'l
iHUdieur, ii’eureiild auires cunsaqueiicesipie des runipru leur service, so'cacher on s'enfuir. Tous On ne saurait trop regretter que le cohiraanretards et des iraii.-ibardemunis plus ou inouïs
fiirenl payi’is comme s'ils xi'avaicnl pas quitlé danè miérimaite de l’armée dir ^ o i^
m
prolongi’s.
leurs postes, cl ceux qui Iransm ollaientdesm i- attiré d’avance A lui une bonne partie ddk trouDans ces sombres jo u rs là ri'*giün du Nord st'igmnnrnL» iilik*s reçurent en plus des gratiliilo Rouen par l'embranchement d ’JbdiiènsA,
fut illuiiiiiiét' un mumeul pae l'apiiariliou d'un
cujiuns. Il lallail aussi desfonds («urlesavanoee
e n , ligne intacte et pourvue de tous Ira
m étéori'.je veux diredoM . Gambetta lui-môuiu,
indispensables au.v fournisseurs et entrepte- moyans nécessaires pour tcanapoiter en .vingtévadé de Paris en ballon. Eu hummo avisé, il
nenrs. Ces besoins n’auraient pas occasioniié quatre heure», d’une exirécoité A l’Airtre; 15
a-aitpréléré courir le risque île tomber entre d omliarras, si 1<^ recetti*8 dp la partie libra du
mille hommra el même dayaut.>9 e , On avait
les mains do ses ennemis, plutôt que de rester
réseau avaient été réalisées en numéraire, car le
pliM que le temps nécessàrre pour operér ce
entre cellm do ses amis. Sa pféAmcu dans le tot.il de ces reçoit s, depuis’ le 15 ncptemhre lùouvement, pbisque dès Iç 23 il n'y avait plus
Nurd coïncidait justem ent avec la première
1870ju!^prau 2Q mars 1871. cxoéifr de près A'dôiiiar qu'Amiens ne Rit ronjecRf de renne-,
'attaque de Saiut-tjuenlin (8 octobre).
, d'ud tiers ses di^urnses. En elfet, (lendani œ lU
m i. L’intervenHdn xTuBr- tal’ renfort stir nôtre
H . Gambetta, qui disait avoir quiUé Paris ériode, le chiflre de 1« ■solde e'^eva qu’Ap- droite qui plia le 27 «NiAieQomh^'‘vA t«^V Ih '
I
Ï
R
P
C
^ Oa&e^_
m été «lïcôrô,’
bre dq
’'
.
..
—
la w la d '
été obligée d’
___________
R f t hira<vealrdïaaAMiiAAa ï b U f M Ï A d f j D t
tbm a^e; «saqMliM 4’âillwra làiûe S tta e S U w
imUtaii«aétaAMapl«ibab»ttt&kV->ft
>
« - P K - d *
U n‘ proteL
thode d’une
q aellè rtA Ü j|.____
s u d enftm ts e t hiA( >__________
franco, ndrewisp S fr. 'A d.*»ti
**
k :V q n lro |s ,iv q ^ é ,d e la copie collaUonnM ’é l «bregistrée, d’gn procèsVertMl dressé p at H* Beiwisl et son
'
ne, nolairça A ^ l i i , ' |a yiilat
r:i870« «oregi^fd, contenant A ^
js d n t
. 'M. Gttstevr-Albert Allain, mar*
^ f t i é dittohveaôléi, «ttiatfam e MarieBylvie L bérondem apa Ipouie, d p lui
d e i^ ^
cPsebM a à
n S T * . *Uod 'Alirin, distiHaleor, «t
l^ uise-V iclortne-E niestinv
w t, 'éùb ^ u s c v encore Ininfure,
t il-s’qsl porté fort et par U qnellell
’ « é a d ira ratifier U *vente Ion
f o jllh m ajociû, demeuiaiit
té O M u a y t .
.............
MbdiftM iÛkmfllo^OnWiM
.Allain»
dian d lAilleur, aVec lequel elle demeure
A Seplh, et dudit sieur Uadlardin pour
autoriser et assister sou épouse ;
f r Madame Lom 8e*QHéxim0 Allain,
épouse Ue^.4Aéun Olivier, reniier. avec
lequel eite dem eure A Paris, rue de
Turenne, n*25, e td u d it sieur Olivier,
pour assister el autoriser la dame sou
épouse ; •
5* Et M. Paul-Emilo Allàin, distilla­
teur, deméiiraut A Senlis cl-dvvani et
actuellemeiilA P ans, rue do Turuiini*,
I I ' - 25, m ineur euianci|>é, assisté de
H. friirve Denis Duchautlour, propnétaire,üero<fitrauta Puut-tîaiiiteiAlaxeure,
son cürateur.
Adjudu'iiiiun au (frofit do plusieurs,
notfi|)m éol-'au piotit des u - a p r è s
, nommes,
6llllW”^«|'w ^^^ ' O yW iiiwlilii,
i»wr*A srt-- *tvAii.1 ts «'rvvriivqie^ \
ei'^47-»è-4»«W8'i
À
*
.*
•
.idmdkh
bwjMoli’t-
olitro les charges, les prix principaux ciaprès énoncés, savoir : ; .
A M. Eusèbe Fasqucl^ propriclairo,
deiiieiiraiit à 8eo|ie, uiie' maison, située
A Sentis, rue du Carrefoîfr' Saiiit-Rieul,
II* 10, ayauldetix <*nlréw.»*l une sur la
ru é du U rrifô u r Sainl-ltieul, et l’autre
sur la ruD Saint-Pierre ; le tout tenant
du midi A M. ,cl madame Bernior, du
levantàlaruèSaiiit-P ierèe, du nord à
la rue du Carrefour Saint-Ritul. et du
couchant qu jardin de là maison du
niailaïuv HèrUet. fniur ci/if «liffe six
re n( rinpi-rynq firanc$.
A M. Juloi'-itieul Clianibélanl, culti­
vateur demeurant à Senlis, vingt ares
qualru-vmut-trois centiares do terre,
iiiiidlU w ^ F dùni A CliauxV lerèôlr du
brtibs, sei-tioti F , ii. 122 du cadastra, et
Quroéro 54 d a lûm ugat pour «tuf m ri
J ix fia n e t.
A M. François Doré, carrier 'demevraiU .à Senlis, treple-septqres trois ccntiarcsdaterrO, traversés de l'est A l’oue.»t
par la roule départementale do 8enlls
à Chantil y, livii dit Ira Terres de la
Qilflière, terroir du Senlis, ' section G,
u 47 du cadastre, et n . 88 du bornage,
pvur iloNse eenl vingt fr u n a .
A M. Julien Lcfèvre.grainetierdemeuraul à Senlis; un hoc lara soixanto^euo
lires dix centiares de bois, lieu dit les
l oiigiies-Raies, (efrolr deSenlis, section
E, U; 74 du cad.iAtre,et numifrq SI du
bornage, pourirei» mille cent fn n e» .
A iHb lëpiiis-Frinçoia Dcllainy' flis.
cultivateur ilepiourunt A Neufmoùlins,
commune do Plailly, 1* soltante tmis
ares ioixanlé-seiM crntiaits de- bois,
isrrç lrd e
If?
faisant moitié A prendra pu Io m dd cô té
dn biitli dans une pièce ' 'éônlM)aol''tto
hectare v i n g t ^ t çrpf t ^ a ^ t e - d c ù t
mi(Urra,ca(MHitis M tfôn.C * jium'érp
39M), pour H x m k té o i ià f i à ^ d U 'W ^ ;
2*’tfn hectaréirante-dèujfalW q n r n t f
centiares de luiis, lieu dit ira P u u À
môme térriiTf, 'cadfslf&t* a c ^ n .0 ,
n.' ttffi et 617,'p<ùtr Mjlf ceai tdngf
/Vanrs.
A MM Jaçqoei-Vlnfmt-AiffléHonod.
et Denis-I-DratrA T héro^e, çiibivateurs
ni ^ Tbiert.'cbact^D pmiy —
tren te
tr è s qdaraiite«(ÿ|
de bids, su lieu d itle chrâoin <
même terroir, cadastrés soclifnn fiO 6(«O 7nQ 0r( .p e ttr . H è ^ U t e
. "IrttbcpVi r* '.'k rt»
y ilf
ra p àl
rrAUbdiS
A Penta
tiM f rritA étrar
»tRv tA bh - vam
. .v» .ïkljiil
•A.«î*ra1 A vAten^a
0
l;Uti • '!i
ra « «
.% .M
J d U M N M i‘ D C '8 B N U 8 .
Glnde d« R n t e i l l M
-, .
■I f ^
Ti ^
’¥ « ■ < •
le H C h è r w
lliïè r s
lin in e n lile s
Exprqtnéqttnt
eoaaplaaî,
I E n M h in d « T E R R S . P R ao(B O IS ,
P ar suite de olgingentent de domicile,
Anx terriloirce d e Mofrlllers, GrandH
. .
.
A
Sralia,
rue
dm
Vétérans,
o* I ,
cfzéei d«i iritw nal civil
Freenoy, lee Ageax, FVmtpotnl, SaiDU
iiM(«Qvaeé»Dt A Senlis,
Au domicile de H. GODEFROY.
Gervais ri lV)nt-Saiine4laxence, a r ^ n ■luUice,
propriétaire.
diasements de Senlis, Compiègne et
Le D lm an c h eil Avril 1873, h une heure
CleroKint,
M a is o n
de relevée,
B » v la |B 4 - ilv a ll4 « lJ ta '
P a r I t m inittèrt de M* BtixdKNT,
qui pourront étro réunit anrIielUment
fM M M n
ceMmiaMrire-prtteur à Senlis.
f U i r « t $ , , |r ( w c < i È T À B L ss
eu en tolidité.
.,
« B S « lJ U « B W .
L’Adjudication aura lieu le t e i m à n e l w
D’UN BON
A V lL U lV ^ T t CiatMHirg d e SeoUa,
v I m IJI s b I i
A v r i l f S t t e , fe
midi, en l'étude de H* PATRN, notaire M o l i i l i e r l i o o r g c o l s
à P o iit^inle-llaxence.
B m A c ta )» é
' d | i| e k i i f l E i t i s o i
_Smdret»tr pour let rtn te tg n m en tt:
V M fM , «raa«< <1 i l t i U , m r
« iiO m iv
I* A M* GilAUllN, avoué h Senlis, rue Etude de M « t e a l l é t i c a é , «ommiailfh '
8air»pri8eur ASra tii.
Saint-llilaire numéro 10;
de Sentis,
A H* PAYEN, nolaireAPonl-Sainle*
l«A4iediea|ioR aura lieq le M a iN li
V E N T & V O L O N T A IR E
Haxeure.
'
f
S
*
*
i
É
i
d
I
S
M
ÿ
Ijeurade
midi.
• ü w k t ^ K t e ottlra(
Aux enchères et pur lots,
---------P o t SRile de f u de éotf.
Etude do M * E ra a c M i d u i l a i l m ,
Au chantier de H ILniaki, à SENUS,
' ! • lA.lfr iÎEIÆOVE, avoud poursulavoué il Sentis, rue Saint-llilaire, 10,
rue
Nruve>de>Pans. n* 36,
^ Sentis, rue du
surcftweur de il* Hen ri DUPAY.
Le D inunche 5 Mai 1879, A une heure
■ M e S w K ttlM
avoué codicilani,
Uès p r é ( ^ de rrievée.
V EH 1TB
P a r le « r i e t i t ^ . de M* B iu énxNT,
, ^ I U , nie Saial*llilaire,
l'ar tuite lie toUie immobiliàren
CemMÙMire-pnVru à 5ea/is,
En l'audience dre ( riées du Tribunal civil
' ^ k l ( 'B E .V p I S T ,n a U in i i i Senlis.
de Senli.^ au Palais do Justice de ladite
D'UNE GRANDE QUANTITÉ
ville, rue Neuve-de-Paris,
,4* lÊt au GfvffiD du Tribunal où le
d
e B o is d e rlic n e
DE .
I d t-.ite U . c a b ^ des cbarges est déposé.
U n
M fiin te lilL
ai’ nMdiBw
llà te w s e de S ù o t, M l% ;c M
ta q ie U il p o ar
M p M U im rtio B o> ii«>nB *otoi*‘ta
jpîta’r'.i.'.ikiiVl .. «r- tf: ‘ ‘il ?•
uiüiü'.i t.'-,.- iB te riite rtw D .tuaityj-nESitef
f^ n y w .
C o rp s
(le
F e rn ir
vi IS
7iij Strp ’»!
1iîUIii'*! l
I ,.* e r r e e ,4 .
..
Avril 1873, deuK
é îT o t r r è
}t cAm te ffo if «id V M I O l l â l ,’éaMbti
-■l'.i
‘fjti.t â g ÿ W i a ) j ’ -
•
iWodgeA p a rle
liuoiM re d e ■* AOlIRx* notaim k La
.M A I û l i E 4 A i * ^ . -«
'
‘ -E^délmÊtéitf'^ptttoy&Êoir'^Stk ntntet'
" '■ -ic'Vl
»:• ••
iÿ;liy(Nié'' ÿjMiiriai-
M riis o n
« m
tw ia v u ir
t ; ’ ttilUM 'Ji t a ' r « K -
M P
L le iln lS e a
Le piro arù lié '
P ar lé miuisii
e l J a ic d in
K tbés h Oiry-la-Vitle, en la rue de La
Chapelle^n-Serral,
A V 0 M d i* é p a r a i M a ^ l a a l l o « <
P a r le m inulèr* dé W BAiAoIvx,
notaire d SeaHt,’
Le Dimanche 91 Avril 1879, h uneheure
A.Orry-la-Ville, en la maismi d'école.
S'adresser audit M* Balkzkaox, ootoire.
Etude de M* 8 « l d A e â i s x , notaire k
Senlis.
Bciei M aiac
r
4 9
.5 8
U s im -
Ave force hydraulique. Transmissions et
Mouveincitls. vastes BàtîmetiLseï
Jardin,
Sis è f^ye, slallon du chemin de fer du
Nord, à 45 minutes de Paris,
Par le m iiiislérede iV M o re l, flulotre
A C"yi*. en la s.dle d'ccole.
Le Dimanche 98 Avril 1879, k une heure
S'iidi exsttr aiidil M* MurXl. na/nire.
f B 0 . notaire
(a lu )
' V lle ù ï
V a ste s E c i r i e s e t R e n i s e s
A o ee G rfn iera p iem u t
•Le*
. . I» Boriété ' n « M t
kidîBiMte'-idiMJBMifd»éteadi
pertMMeMbi', ' <> . ' .
Lea’thiMreèidèMBeéeA U SobUté pea(Lwt i'ia à e a 'tS te te i é tW k l'l
Le Dimanche 91 avril 4879, k mi«(i,.
A Glaigncs, en la n l l e d ’école, I
Par le m im tlire de M* Franche,
y o d rv a e r A Jf* fte n c k e , nofairé.
" l i A 'r a l M M f i " . ,
Compagne aaeay n e d 'A n u fte e n A
P n a e t flxea coM r*' FIneendit,
COiNONE DE V E l i s i ^ ' .
C i^ o o d iifT S u ^
A d jié ie ilIs B le s T m i r i
teB w fé ien tén A SeoUà fM idea'Cotdê^'
iS n O , p o rte- LBBAIOUB, A gM t'tténérol.
Ob doBuade d n roprénàtonki dàoa lea
De toute natùréA ’exécûtèr p o u f l à , c ^ '
truclioh d e n iu rs pour T aa n d ttse ment du cim elière rorom uoil* .■
LeDimaneheQB AvrÙ 1879, àm id i.
E n la salle .de la Mairie de
GRANDE
M il r a i s
M ii is o i i I t O i l i 'è c o i S é
^ E S c Ô Û .tS S l'A C O K Ç
E tudede .H*'4B«iiolMt,iHiItiirrkS(*i>Hv,
b c c la rc M I H a r é s ^ O te
DE
M * 'A n M
et
Elude d r M* D redM >*diili«,
k R fi* iO isf) '
noV airr
A T E IIV D R b
Par adjudication voloiilaire, '
U n
U n e MtaitaiHi
è r4 ,.a v b d é k Se'Alia,
n n .]^ e fli- iC 9 le r è j
D é É rid é n
, notaire k ^ l i a ,
, D È a iïtv b B
.''' '
lia 'S « $ o id ;;lC lb i;v iijiiÿ ilÿ Ie
Bliida
W
O n ile n n n n d é am ''C ^ r è t
' . MMenalatede'i'--
H9
A re»
5 9
C e n ila re »
Dépe'i'è
CH EV A U X
'
■fc, n^ v-iin X
.Ull'J
R e p p ô s e n ié e '-5 S e n t i» ,- r u e !dê'
V lllo V e tli.1 6 ;.
! ,
P flp M . A f O N N É R E A U ^ ''8 c in ;\
ÉHpik
te édai7/ e ^ 0M R W iéffl^D ^^^j
.
.. ^ :
...
Loestion de chevaux
et 'oxjiiaditioâ^ ^
Le Lundi de l i peyd^*'®.- 3P.<Ho« IR j 9»
k dra k b y y r i'd s frievéf,, - ,
im.r
U 'o i t a i è i i t t * C l e r c
^ a ç l iu i i t fuii't) le s
I
................
V-..
—
t
p L iX -Û t w t e A t e b i w f r J l t *
• t i 4 : * l é e j 6 lgevih
m
Chevaux de
U chsMé «k U pn»mi^,'*p««rioB, rienpdon
’riturw,
reun'ea'^
J’s i l'hoohe^- de Wük'
U nio de Boùidgnéj^Or
iShlSMtmelït^qb' m a t 'e q ^
pour, l'aohst e t hf-veutet qéiliwik -eheiraéxbdav s f r
.
M ax toute» 1m «A ires o(M( JimmH VriMateeM |Mo4kBf,é4ha>rtk loi ,
'Nous.
itaidÉÂHariLa#
[t e w j ikrihiftiiiite^*te W l
T W -et.iqç
inott*,cb»reeo
si fetibàs Alà
.
i« ineîllpurà
Tt
ITVTrflr< W fflSm k V ’W t î - s W 9t '•
yioiq 9,1
IRMAi/
bàôilq
Antfq
'4 -
mé.
Iq
te«arêéBd*»^SMlteè|g«m4èMèiai*
...................
M
«<Uil II 47 — Ikigl* I l 40. —
M 41.
UÀÎî"’î3^ 'Il H.'j
lta^L^
C ff
« ü .'w .i.’.wit'.'!
j». Sptdm u-'
~ O r |< 4 4X
M00,l*qMti»it4
Pü
..vsî.a
yygg?
nniéoB kMtsi^m)
w a isc
-OOnlB.'^f. i,-'l(A-,v.'.Ur.i .K -t
teWg4WJ^'|8''«é»ill-f
?”'ÎP
VrotoJlitflM-t. t ’tklMtM « I 0 4 .^ « te < f
1 95 00. S* «Naiilé i l 00 — « elcil 4004: lè
K«i(U 14’tW.i— ÜVgO/|0,(taS.-t-
N * l l r i A i a , notaire k Préey,
lle n ia ire ile
U n
<SO,K¥
F B A jN G Ii;
Compagnie d'.AaniHincè 'édAtre'l’Ineéhdiil '
Autorisée par ordonnknre'dU' 97!
février' IB37...
»'
; ' '
Etablie A'Parit, fu e de Gmmmont, 14V
e«
Situére k Veri'ignj, canton dA n’^oléinl, '.
Le Uimaiiché 91 Avril 1 8 / i .k I heure.
.En la nMiMin d'é^oie tie Verrigny, P ar le luiliislère de M* LKnicuii,
notaire k Nanleuil,
S m U e tte r audit N* LtM cgoi, «aetobv.
lira v i
A PX
liA
M s ie o ii ia v cc J a r d i n
A T«M«lro|>iiramHtlI«ÂlÜ«ir
’
A N Q L<U& >
t. h lli iil'M d ïit, i M t f i M t a '''
m u im i
cH H i» u i U i i n a . k
S'adresser k Mi' Q. ‘GARNfER, \
;Portc Compiègne, k Sehiis. '
< lt’ T « ‘ r r c !
Eu quatre pièces au Icrroir d« FresnoyIc-Ltial, section de Diicy,
A v c n s ir c p a r a tiju v if e e n iio n
i-ar leiitiiiitlê red e H ' V r a m ik t , tto / n i r a
ô Itarnn,
Le Dimanche 98 Avril 1879, k drax
. heures,
En ladem eure.n Diu-y.dcM. TairuiiaR
S'adresser audit M' Viiah.xxt, notaire.
l l
R, S i » t » ' S i l À » i r i ù ; ï ; k X R t I t r i
i0»rteeti'OetatA
L \ V I L L E D E ;C H A N T I L lf c Ÿ
C À iir p s il« ' F c r t i M
Etude de
K rn c tw i V a ^ te M li t
notaire à Baron (Oise).'
I
’M*<D«a4bMÿ iràfttNfli'.^hlif,
e t 4 P ic e e s île T e r r e
i i B o i i i M i * . 'i : i i t e I
Commune et terroirs de Thufy-eii-Valois
Subvention, allouée ahmieUiéiiiili
cl Ciivergnon, i
Le Dimanche 91 Av i) lK79.|k 9 heures
En la maison d'ikxileddTliury,
P nr / r m iniutcix d» M* DfAjsbpiks,
( i U 'A î N i D '* B i 4 t i i v i <
niilaire à Bet»\
■ d ç ta M .lC IT S é t^ ÿ lk n V W ;
S’adresser audit .M* Dcsj*naixs. notaire.
Située k Pari», rue Monge, 9 5 , r i m e
d'Arras. 10,
en ftre l'Ecole Polytechnique,
A v eia4 re
ËM EXlOSAKt".'
,
D c i« iiii|d c . n n .S I é r c
T e i ’i 't * « i
p r é
En Treize Pièces,
Aux terroirs de PoiitariiTéeijl'Ony’-la-Villo,
L O U E » l ’.tR A D i U b l C ,\ t.O ^
A Poiitarmé. on la maison d'école,
L eD im anche9l Avril 1879, ù une heure.
Entrée en joiiis.<anrc après c^lie nicoile
S'ttdrester audit AT* Bcnot'tl, notoire.
OHOCOlrATHÉBNIBR
Sise a 81LLY-LE-LÔ'N62 s n e ia place
publique et eh la MéanifWhe,'
Pieisds-Didlévllle
i
Lw làdMMitéa i te V é e e --------------H «Mt ttorééà'éH ^A »*- M 'IM tléü i'tr.
W e r a t .^ '“ !
• ■>■■■■■>■
v e n d r e p a r a d ja d ie a Ü e n
U n
S'adresser: I* A M* AUBERT, avoué k
*A A te è rm e r
Senl'is, poursuivant la vente;
Par adjudiciliort.
9* A M* aiA LM IN , avoué k Senlis. Le Dimanche 91 Avril 8 j9 ; une heure,
En la maison d'écolcde MonlIévNine,
présent k la venle;
8* A M* FRANCUR, notaire k C i^ v .
Par le minitUre de U^BOUCHEZ*
notaire A Senlit.
dépositaire d n l i | \ i ^ propriétéel du
S'adretecr audit M 'B oucna» notkiée.
cahier tdee chsiges.
A li* « « r
U aM tttèéaM tre Ite -AOrlaMé
det' fin rio u a .
P i è c e s d è i H c r i 'c
P r é , I I mÙ .: P r é |MMbk«é
A v M i d r e p t e r n d ( | t e a l d a 4 l b n ‘*
Sis k Villcvert. faiihtiurg de: Sentis, en
la n ie du Pont de Pieère,
Le Mardi 30 Avril 1879, k une hrarc,'
A'n l’élude el p ar le minislèèe de
M* M orel, notaire à Senlii
S'adresser audit M' M orel,| notaire,
tT a d n a t r p t u r p h i a m plnrrnirionr- : E i „ ,l e d .S I - W i u - l il , nola.re à Sacj-
Pour entrer en jQuiiaance de auite,
fiàaeMkb oii Séparément
P r o v in r e
L a ' u é r t M w i i i , . ÿ - i C i S 'i t i l a
Sodétéi’winynw.-d'AwMeeiBea I e»
Aux te rro ita d e ^ S lÇ g iW fa lv B é th a n courtetuiliocoorlli'.id'^l ;
A T e n d r e p n r a d |u d î e A l s o n
(■ i-iio g c
,1'fibir
L é
Société d'AMittOMMa BBtttMHM’MMl
Of/to pour Mot* la FMMMijlée-'ah 1814, élU à iâdi
- -------------- ______ n . .
De Terres el Tridies
am ^ u
" P iè c !P «
Elude d e M* t e r a i a é i h C t notaite
i Crepy. •
Anx enchères puldiqnes,
f o r If m iu ittir t de H ' Vn«HsnT, notaire
I* A M* CODIN, avoué k Senlis
l e - G ^ d (Oiw)^___
A Baron,
h e e t a m 3 0 «P «« 4 te c .
rue Neuve-de-Paris. o* 99, poursuivant
Etude de M* L e a l r ( | i i c i notaire
i
m :
vente;
à Nanleuil-le-llaudouin.
lie T c i-rt'
ÿ A M* DELGOVR. avoué k Sentis, rue]
D e u x M a is o n s
En 6 Pièces
9 h e c l a i * e « 9 5 a r e » O i 9 e*
Steeek ilÔNTLOGNON. caqton de Nan- du Chktel n* 93. colicitant;
Aux terroir* de Choisy-la-Vii^toii
3* A N* MOREL. notaire k Senlis ;
' teusU elIaiidouin, arroodinem eoi de
Saint-M ariin-l/mguau.
l i e 'l 'e r r « - e l B o i.s
4* A M* BDDIN, notaire k Précy-sur* SeéVi*, 4éparfem eot d e l 'Oise,
En dix pièces terroir de Boissy-Frcnuiy,
A v E .'v i i u i! :
Oûui;
5*
E
t
k
M'
OAILLEUX,
notaire
k
Hérou-'
P.ir ad.Hilitatioii volontaire,
JA R D IN ,
ville (Seine-et-Oi*>‘), chargé de la vente et A Saiiil-Mai tiii-Uiigiiau, en la salle
dépositaire du cahier des charges.
dn la uiairio.
P a rte miniKlère de .tf* IY4BLV,
Par le ministère do H* L^ncQt'ànotaire
ri Sanj-le-Graïul.
Etude
de
91*
P
i
e
r
r
r
A
n
i
i
e
r
é
,
S'adn'fiscr audit M’ LEXiCQtix, niulaire.
$ in audit HONTU)GNO."l,
U Dimaiithn 98 Avril 1879, k deux
licencié en droit, avoué, dem eurant k
prufriété d u '
hnim-s de rnlcvcc,
Senlis, place Lavarande, n* 4.
t>shleni:(|iii iipp-irliniiuenl à M. Jossc.M a U u ii '
Im .sont luiii^|i.ir i).iit notarié iînissaut
V à o te ; M n r l i r i t k t i o n
Situi'>e H Nantraihle-llaudouin. rne du
P iè i^ À
tic T iT iT
en 1K75, inoynniiMiil un fcraiage de
Entre Majeurs el Mineure,
Gué, n* 191,
1,646 fr. 3 5 1:., iin|i«'jt* compris.
ip p é c d B n i*
A v « n « l r e |» a r i s i y i i i i l l i e i i 4 l i o i i
t * D ’A l i n e M a i s o n
L'adjudication sn fera en gros, demidtf'MONTLÛGNON « td e
En
l’ctude
cl par le tniniijtère dé
gros et en détail au gré dré amateure.
A x rr« € « é r é t i
'^F0N TA IN E4fifta>lPG N U D S, can«
M* l»FJ«icuue, notaire,;'
,
On traiterait orunl Cadjudication tu r
SituéekDUVlTjOise).
i t M Ok NteWül-la* Uaudouio;
Le
Diin'unche
91 Avril 1879, k midi.
det offre* taffitOnte*,
6 n «M têui Lot:
E te ' f H ' f j r i à i
S'adresser .uidit M'LFJticuoa, hotairé; ^
S'adresser pour tou* renseignement»,
9* ET PAR SUITE DE PAILf»lTE
Obi ppühohl N f t
ou divlséa en
audd M' WiRto, notaire. '
U»ui6u
S i’ T l t B l U A I S O l f
A VK N Ü H E A L > M ( A iliL e
. .1 .
avic
Eluda de M * te « M c h c B , notaire k
Pour entrer en joiilalnc.
C M i r , J M s ^ n - ^ I N p e w â A n e r » Senlis, suce'dé M- SctLURnet Dbhodv.
ao i une dre Maitonak vendre.
Située k W O R S (Oise),
9 ^ ü c c l . 4 0 ~ A r w 9 1 . € . D IE I t l S O R OE C k i e t e E .
E n j t n j e u i L ft.
Appelée la Cataeoiat,
ALVIN, avoué k I.^M^iiiêailoo aura lira le tete A v r i l
Siso k NanteuiUe-Haudouin.
.
I
w
t
t
e
f
k
midi
en
l'étude
e
t
par
le
la vante
Situés stir le terroir de Montlévéqtie, ot
'
Uédil te* LàVi^Ç.j.fjtoteW. ’
m iniitère de H* P iuucuc, notaire k
aj^partenant k la communs de Honl«_
U t •v te d k Seolia,
Grépy (Oitt).
iilie i) Bareq,
.4 é - ,a e s „ -,-,
la n s ie » -o a n l
ta h ts .
d o ’ le » -l* c
:
Terroir de lierieavalr Fpéenoy-la-Rivierée.et.GiMpflouri^.;.- .
S'adresser audit H* GRISON OQtéifé
Etude de M*-* M o o r r l, nnlidre à Senl'u<.
successeur du M* Fo.wiiNR.
\
On
-
U ne g r a s d e P r o p r ié té
(■ ra n ilc
CompagMt.i'aiitirûndtè à t f fàète.'Vt
R e p ré ite tU ailiM t^ ^ M .
A v e p lrilli^
A Élincouri, qn.ilai4sfiM M é.de
• f 48TiM9ip,.;i.p>«( • »
iL vD im aniilieS i^.A R T S t .1 h u ii^
P a r lè r n w H im m - ^ i'^ Q u m i'n o ln ir f
4 0é0iiilf*S!tinitltierrtn
Sise ^ Verneuil-snr-Oiso. m e des Granges,
dans laquelle s'rxploite un commerce
de vins en gros,
9* e l e n v i r o n 5 h e e la a re o
d e l e r r e * pa*é e l b o i s .
Situés terroir de Verneuil,
iOccun«^e T)or m ic I m p r im e r ie ,
R e p ré iw ilte àS M d b ip trill. Viw w w .
teeieiflpptif.ra^riJin^irt teMenln i
Etude d e H*<iGBlSGN, éoU ire A
’ .BdUüey-aajnt-Jiecées
A VENDRE
VAN Anji'DinAnoN voLOTraiiiB.
Le Dimanche 19 dai 1879, à une heure
En la maison d'école de Veraeuil,
f a r le minisfére de M* B ilû U O x ,
1* À N* DEIJGOVE, avoué
poursuivant;
E T 2 è lÈ C E S D E B O IS ! U 15 11. M A 1 8 0 ^
ASefdisc
9 * ^ M* RELBOIS, avoué Le tout situé aulri commune et terroir{
Située VieiIle-nje-dc'.Pans, n * 8 l.
présenté la vente;
de NESLES. canton de l'Isle-Adam;
|
Âi'udreASrt’ d Madame DupillE
; .fit k Villers-CoUeréts. k IP TURQUIN,
E n v | i i | r t - j c n x L « ti«
;
“
défOMliim d a cahier de« charp».
Qui pourront dire réunit en tout
O n d é c irc a c ia c tc r
w ie» partie.
\
des
Etude de K* B r n eoit - C A o l o a l n ,
L'Adjudication nurê lira le D l s w a n r i s r i P i m l i t a s I ^ I I I S A I I f S »
avoué k Senlis, rue Saint... n u r..u d .
d.
IIHaire, n* 10.
heure de relevée, en la salle d'i
S rah i
commtinaIe|de N«slc8(Scinc-et-0i?e).
_____
; V r a ie
V e n lO '
à Sentit, et en ton é lm d o \f.
Le D in u n c h e ^ Avril 1879,<A A hrares.
S'adresM^ audit M* DaLÙBiux, nolairt.
MAISON DE CAMPAGNE
Il
.
S 'ad fe è ^fp R u rte id t i^ n ik l. ,
teivde'S M ilis.
Greflhde In'JttsU n
Par lemÎHÛrérede H*Baiin^DVnel«trc
1*XII* DELGOVR, avoué à Senlis,
lic a a x .\|ip a i1 c R ie n ts
A v ec JA R D IN d e m ^ f e ,
raf^ini CliAlel, numéro 31, poursuivant
Occup»'"» par madame veuve Dut-Fot,
Sise à GONDREVILLE,
’ te h le ;
Rue Nciive-dft-Pavùi.
9* A H* U S SE R R E. avoué à Sentie te* « 1 d e n M P i è c e s d e T e r r e
S'adrcs-ser à M. COHBIE-GROM-ARDk y w lte n H p m r a e rtrid w rum üçne- rue yieille^e-Paris. num éro, colicitant;
Sises lerritnirçs de GONDREViLLE
W»tklt9
'‘ >'
D» * ' '
3* |E1 à M* FRANCHE. notaire I
et LÉViG.NEN\
A L o u e r à r « iu i« M e
•
4 ^’te*nVAMTR0 T8 V e t'‘fi0 DlN, C répn dépositaire du cahier des charL'Adjudication aura lieu le n iM i» i a c l i c
•voiriB.àSenlUi
JULIE
v a a |;C c é n e i A v r i l I t e f t e , k une
l i ^ f A ^ m iU f O U l T , ûO U in l Tau^
heure de relevée.
Etude de M * P a u l D c lf;< » v e,
W!
VH'. i f t '
âvbiié à Sentis, rue du übàtel, o*
A dix minutes de la station de
S'adresser pour let renseionemenls ;
Pont-Sainic-Mavcnce.
I* A M' VAYTROYS, avoue poursuivant
• tavoii-A S eU iaï w o 1ieHir»4M>aris,
VENTTE
Jouiisance de luite.
la vente;
V. b M T , teoM ssenrda » F R B if T .
' Aux enchères publiques.
9* A M* RinOUS. notaire i Crépy. dé­ S'adresser à SP PAYEN. notaire audit
• • • ’ M î. -iiinc— r+f‘ai.:n^ . .
Sur eontertion de laitie immobilière. positaire du cahier de* charge*.
Pont.
■ ■■■
En la Idem ràre de M. Emile BLE5S0N,
' f a f k A e tÙ Mtféé^ ê d A rixiéme,
A vp : n u r k
cnilivateùr
au
bas
de
la
montagne
de
Etude de H ' J G miI îss, avoué à ScnILs!
BA' f t o f i a b iè i 'w i ^ f c i ^ ^ d o tribunal
Vaucirâncs, com m une de Cnyolles,
(Oise).
;
'
ioiuiieé, ' ^ t À
U n In in S îilla r d
c a n t o n ^ Villers-Cotterèts, arrondisS'adresser au Bureau du Journal.
aeinrnt d e Soissor» (Aisne),
V e n te 8 u r lic ita tio n
IN ia i VAiBUa.* RT MIMRURS,
itaiJta a i i i ù U » de I t T V B Q i m .
A K O iü c n
môl4iM m ViUert-Collerétt (Amm),
P a rle miniitèYe de M 'C aiilkcz, molaire'
pour entrer en Jnlli^sJnce de suite,
' Hérourillr. canton de fhle-À dam
B ’n n c i t L 'i s o i i
UNE
(Seine-et-Oise).
« W V A N T R -A U e e R C F .
os :
M a is o n
iM M irg e o is e
tfiM idifellIfflU w n 11làtTf• te é t e r i v A i
À n iie r A V B B » e B S À IN T - N I C O L A S , U n ( 2 o è j » s < l c F e r m e
Située rue dw Pigeoiis-Blancs, n* 7,
canton de Crépy^
Composée
de
:
cuisine,
salle \ manger
\ ArPSLÊ :
KiSUAdMriINMir* «dejr: dM"#Méei-<
.amn^iséemjeïit de Senlis, su r je bord P E R N B D E F O M T E M E I .L E A , el salon au rez-de-chausséc ;
«M aqàat v>i
i-fc*
' dé I l î ‘ ro|ité de Vjllers-Coltcréts i
Trois c.hainhrea au iirtunier étage;
AVEC
J a rd in s , C o u r e t Dc^pendancos, Grenier et chambre mansarde.
En'Rd se^l lét^
Un beau jardin.
jicsflipriaup lico le OlaRMWf fc f Situé commiiiie de NP^SLES, canton dr
S 'adres-^ràM . ROBERT-POI'PART,
l'I*le-Adam, Arrondissement de PonA ü » 4 | l a t t e , A quatre iieures
place Billon, k Senlis.
_______
toise,
.
4 e é e t e » ^ '■
1
4
P
%
s
d
e
T
r
r
r
.
yaitn taM rp M r Jm mur^MiMeMis :
lioteunijfcnm i
M >JnvI|Q tet e Ȏl|rfMiy^
B u i s i f f é i j i w M e k ,,
G IË
lilSOR D ^ e àul M liM
Rue Ni'uv^Hle-Pans, ii* 9.
Etude de M* A u p u M l e V anii*o}«ta;
S'adresse^ « M. COltBiE-GUüMARD,
I ' A B E 1 1 P IÈ C E S d e TER B E
avuué à Seidis, rue Neuvt~de>
Paris, n* 17,
P r é s c l A n n a ic ft successeur de M' F iikmt.
A J .O U B Ü R
Aux .terroin de GRËPY. BON.XEÜIL,
pour le 4 5 Juui prochain.
FftESNOY-U*RIVlËHK el MORIENVAL, cànloB de ‘Crépf :
Ai'x EM'.nr.Hi^:s rim iu i r.-s,
l u b e l A |)pai1cm eD t
E n ire lM r tm i»
En ’é/Mdr c /p ,ir /c i»if'»i»s/èrc (/c
Occupé par .'I. t^üLvrx,
Oui fomrroHt.étre réunit en totaliU
M* Itiuovs. iiiilttirr li t.Vrpi/.
;
Hue .Nciivp-de-Paris.
OR ce partie.
De la nue-|rroprii‘l*'‘. iwiir y réiniir l'iisu-j S'adresser a M. l.t)ltHlli*LHOMAItD.
t/Adjudira'.ionaura tira le ID lM aM aclie
fruit au décès de M. Luim-nl-Di-uis
,
v l r i |r l > h « t t A v r i l l A 9 t 8 , heure
HoRiNEtvx. de Goiidreviile.
A L O r 'R K
de midi.
de:
pour le 13 Septeiiibve prochain,
yodrester poer let rtnteignemenU :
U n i'
d e
D ite la a iA N TTIE R l i
S iw A Saint-Nicolvi, commune
m mune de Courteuil, prés Seulia (Oiie), . ;
A V riM ire m ii *
i
I*
y s q v & i0 te d à4 9 t« » >
Mt, q te q .n » |iW te H '
w K i i n i B M ji.tî.
E lu d ed e H* t e n l d » t e s e |4 o o taiïeà
-Il Senlis.
SE C E T D É B IT É
Klùdl de tte* ■ *««1 Û ë l M v e , avoué
U à llm ieM éie e U a r d l m fN ste a re c
H v r v a w A A l* lN ila i* < rit«
' A SéuKs, rue du Gb&tèTn^SI,
Sis H UERMONT, dép e n d an t'd o w p y ,, tels que dos.«rs, enirevous de 9 7 ,3 5
. successeur di- U ' T hemsv.
errondissoment do ^ n lis , département 4 0 ,4 5 , 50, 55 et 60 mille d’épaisseur,
de l'Oisr,
V B M T B W U n L IC IT A T IO sM
chevrons, chantiers, canliberts, etc.
: B.VTM MAJEURS ET MINEURS,
EN VN SEUL LOT.
.. 0m félmde, él
le miRisIére de
i L'Adjudication aura lieu le M isp ell
H* J^&NCMB, iiofatre à Crépp>etHle(of«,!
A v r il
.NOTA : 11 sera accordé une délai ponr
- orroiMiu
•irondisieM efll de & «//*,
Amidi.
le paiement aux personnes reconnues
S^adrew r pour let reNsei^ncfflenlJ
|s<ilvabtes.
i * D ^' i i i n * M a i s o n
1* A M' E bskst CilAI.MIN. avoué p o u r - |
^
-----d A t.tn
n r iÙ
i i tB S ' R A T i M K . v r s ,
suivant, dem eurant-« Senlis, vue } ^ in t-‘
A
I j O m.< E R
' '
' AÀrtcC om ,
■
lliiaire, n* 10;
p our le f*' Juillot prochain,
Sta t C R ÉPr, C n n d e Rue, ii9* E t augrelTe du Tribunal, où lo cahieri ^ l ’l î ^ O I I
de* charges est déporé.
1 ! D 'i i e a n ir e l a i s e ï
Au m âm é iieu, rue Gaston, n* 4;
W jm iÊ , f w p U t e i t a d i M
d
DOUAlNtt-DK cha ntilly | '
en P fifw tacljMirr /taé nwtaisMrc
ri
slM re.;
'.t a HIf
I, no ta ire,
S 'adrreiera
commis
aalie-priaewr A
làqvrH' ,A':8I liivta
rfsiwMii I iwfI 1. niini^v,v»jnta|i,AWinm,
..I.u u w .«-
am i
t e t e . 'H
y. nh- ^.i
" A x J i i ir ü i ! ^ ! x S F b t f l 3 uku.aLalaaO:!

Similar documents