courrier de l`oise - Bibliothèque municipale de Senlis

Comments

Transcription

courrier de l`oise - Bibliothèque municipale de Senlis
K
m
-
vr
P a n tm R l b 8h i«
18.
f t i z l a rA k )B D « n e it
r o v m SBN I.M «
U n a n ................ . .
U f ir .
S ix m e i i .
Slx'moii
T n i i m ù ii.........
COURRIER DE L’OISE
P B IX »B B inS U T IB R IH
>JB|Æ Rf tiCTc%i«ldéré c e a m t MtaoaT«M
doDBt f>^« (faTia coatrairc
I
0*
L'AnnisÜe.
L « n p p o r t lu jeudi à la trib u n e, au nom de
la com iaission d 'am n istie, p a r M. Â ndrieux,
a'ouvre p a r c e lte c o n s lau tto n ,qu’a u c u n e.d e s
propositions relatives 4 r a u n is l i e , d ’où
qu’elles viennent, ne c o n tien t un root qui
laisse supposer rin leo tio n de ré b ab llite r la
Com m une. C ette coosiaiatlon est im portante.
E lle place la questien d’am nistie s u r son véri­
tab le te rra in , qui est celui d u p ardon, de rou>
b ll, e t non d e la justification ou d e la ré b ab illta tie n . Elle rooetre que, so u s la diversité
des propositions, subsiste une m êm e pen.sée,
u n e pensée d e clémence. P ersonae, m ême
p arm i ceux qui o n t réclam é l'ara n isiie pleine
e t entière, n 'a son^é 4 aller au -d elè. L a Com­
m une e t les crim es qui ont m arqué sa durée
e t sa fin re ste n t condam nés p a r tous. A ucune
question d e principe ne se trouve donc engac é e d ans la ouesiion d ’am nistie. C’e s t un
p o in t que le ra p p o rteu r a eu raison d e luire
ressortir.
Qqel est te m ode employé pour arriv er 4 la
réalisation la plus large possible de cette pen­
sée d e clém ence qui est la pensée d e tous?
Voil4 su r quoi d es opinions difTérentes, qui
o n t am ené des proposition» m ultiples, s e s o iit
produites. L e rap p o rt passe en revue toutes
eeltes d e c e propositions qui se rapprochent
p lu s ou m oins de l'am uisiie pleine e t e n tière,
e t il dém ontre aisém ent que leurs auteurs,
soucieux eux-iném es d ’é ta b lir d es calégeries,
personne, en eiïet, n 'a jam ais eu iiu seul
in sta n t, la pensée d’étendre le bénéfice de
l'am nistle aux crim es de d ro it com m un, ~
n'avaient pu a rriv er 4 une dém arcation surtisan te e n tre ces individus qui devaient é ire
com pris dans l'am nistie e t ceux qui devaient
ê tre laissés dehors
C'est eette difficulté, on peut même dire
ce tte im p ssibililé d'éta b lir, p a r voie législa­
tiv e, des catégories qui est la raison d 'é irc du
p ro jet du gouvernem ent am ondé p ar la lo m m ission. En procédant p a r le m ode des
g râ ces, ayant p our les graciés tous les ellets
d e l’am nistie, il est possible d e faire celte
délim itation qu'aucune loi générale, s’a p p li­
q u an t 4 tous les cas, em brassant <oiis les
faits, n e sau rait éta b lir. Incontestablem ent
ce tte façon de procéder donne au gouverne­
m en t une ce rtain e latitude; elle lui constitue
u n pouvoir a rb itra ire en ce qui touche i'ap
plication 4 in terv e n ir de la loi. C’est là un
inconvénient, m ais un inconvénient moins
g ra v e assurém ent que celui qui ré su lte rait
d 'u n e loi d’am nistie établissant d e fausses ca ­
tégories ou n’en é u b iissan t|au c u n e.
D’ailleurs, com m e l'a justem ent fait obser­
v e r le ra p p o rteu r, le gouvernem ent est un
gouvernem ent parlem entaire, e t le pouvoir
arb itraire q u ’on lui d o in e il l ’exercera sous
s a responsabilité devant les C ham bres. Cette
responsabilité e s t .la g arantie que ce que
v eulent le P arlem ent e t le pays, à savoir que
les m esures de clémence atteignent tous ceux
qui n e sont pas indignes de pardon, sera obtenti.
L a Commission s'associe donc com plète­
m en t aux idées générales qui ont présidé à
l'élaboration du projet de loi présenté p ar le
gouvernem ent. Toutefois elle a modifié ce
p rojet d ans quelques-unes de ses disposition»
accessoires. P arm i ces m odifications, la plus
justifiée, en m êm e tem ps que la plus libérale,
e s t celle qui a tra it 4 la cessation définitive
d e toutes poursuites com m encées ou non.
FEUILLETON (H)
Celte cessation se trouvait bien im pliquée
dans le projet prim itif, m ais elle n 'é ta it pas
nettem ent spécifiée. O r, en de telles m atières,
le doute est fâcheux. L a Commission a eu,
p a r conséquent, raison d 'inscrire, 4 ce sujet,
dans la loi une disposition fo rm e lle, par­
faitem ent acceptée, d’ailleurs, p ar le gouver­
nem ent.
L a discussion du rapport et des conclusions
de la Commission viendra dem ain jeudi. Quel­
ques points de détail pou rro n t donner lieu 4
uue controverse; m ais on peut ten ir pourcerta ia , dès 4 présent, que s u r tous les points
principaux et surtout s u r le principe d e la loi
il y a accord entre le gouvernem ent et la ma­
jo rité A p iès de lOBgs lâtonneroents, ca r la
que.siion d e l'am nistie est agitée depuis plu­
sieurs années, on est arriv é 4 une conciliation
aussi exacte que possible de l'idée de justice
et de l'idée de pardon t-i d'apaisem ent.
La conscience publique ne sera pas troublée
p»r un* rëttablliiiuii, mfime apparent*-, d e la
C om inniieet p ar l'oub i de crim es inonbliables. D’un a u tre côté, salislaction aura été
donnée aux scnlim eiiis d'hum anité et 4 celle
nécessité de l'effacem ent des fauie.s, laqu*-lie
a toujours été , aux divers m om ents de l’his­
toire, et sous tous les gouveri.cm eiits, uue
nécessité politique.
Ces deux aspects de l’é ta l de choses résul­
tant des disposiiiona du projet de loi d am ­
nistie seront certainém eiii m is en lum ière
dans la di.scu'Sion qui va s’oiivrir, e t il n'est
pas douteux que ceux qui auraient voulu plus
ou m oins que ce que proposent le gouverne­
m ent e t la Commission, ne «e rendent com )de
qu'à vouloir faire plus on « ûi outragé la ju.stice, m éconnu les tous éternelles de la m orale,
e t <iu'4 vouloir taire m oins on eût froissé les
sentim ents généreux d 'u n e naiiou toujours
ardente au pardon, ei qn on eû t, chose plus
g riv e eneore, lai>-Ȏ e(i s u s .e u s une qiiesiiun
qu'il était devenu .•b oluniem indi.'jiensabio
de résoudre deliniiivem ont.
LA C H A M B R E
Liin II. V le m oii'ire de l'tntérieiir a ràpnndti .-pc e sivime l a 'eux q e tior:s que lui
a d ie -a i'n i deu.v inembres d*- la droiie. t i-s
que-liü sa«ai>-rl trait à e X oi'j Ih qui occnp ni lori l opinion ; r ’uiuiii.iie ei l'enquèle sur
la prelpcltiie «te pulice.
XI. Louis Le Pruvo-l de Lannay, qui a posé
la première question, inteir»ipMii lRiuini>tre au
sujet de »eu e somme de 100,(100 fr. qui v.ent
d ’étre votée par lei ou-eil niun <i al de P.iriseu
fav. ur lies coriiLiiin"s -ic 1^71 ipie rjm uistic
va ramener -la s la caïutale.
L'a .tre question, aiire.-see par M. Blaelière,
était reiaiive a ee8 .grH.< Ions iinrturne' dans les
rues iie l'an s, qui oui ému si (on l'opimun en
ces dein'ers lemjo.
Niw letleiir> lironi plus loin le« réponsefaiie- |Mi XI. df. Xl.iri ère.
lÆ r-steile I, s é 'i i e
*le .eiUj'é p r *1-1
première dél ber.ilii.ii -nr u , roj i le loi d
Bi>i.veriieiiieiil r* iin< pr- pusiii n le Xt. |».,u
Beri, OUi-lia I iiuga isatiuu 'un ei.8 eigi.uiii nsupérieur m Aigene.
M. Ouvaux a d>len u lo gnem eutet avee ta­
lent Un aim nd meni qui n'a pas été adopie.
M. P.1UI B ri lui a rejm m lu; M. I« m inistre de
iin -lru 'iiu n puhliq.ie avait do.nné auiaravant
»on adliesmn à une rélorn e (|ui aurait nieii ê
d é ire ex-mi ée plu- aiieulivem -nt par i
Clia bre. Il e-l vrai q l'il s’a^ff-eatl Beuieiiieut
(l'uiie première délibération.
El puis l'on atteiidiit un pru impati«'nimeul la lecture du raj.port de M. Aiidiieux sur
la question da rani'ii--t;e. M. Andrieux a lu co
I brillante, un public enthousiaste, pour contrarier
un amoureux qui vous a déplu.
— Elle n'a pas lai8sé de lettres? demaiida-t-il
enfin.
rapport. La diseu^alon de la loi d'am nistie a été
fixée 4 jeudi prochain.
H ie r m a rd i, la C h a m b re s 'e s t tro u v é e saisie,
a u d é b u t d e là s é a i' ft, d ’u n e q u e s tio n d e p ro cé­
d u r e p a rle m e n ta ire q u i o lfra it, c o m m e en g én é­
ra l les q u e s tio n s d e c v tle u a iu r e , u n e soliitio ii
d é lic a te et «louteuse au m o in s t u ap p a re n c e .
La corom ivsiaD d ’«i q u ô iu h u r les a c ic s d u
1 6 m ai a p e n lu u n ct-ilain n o m b re d e se.-*
m e m b re s [lar d iv e r-e s c au ses, n o la iriiiie n t p a r
l ’e n tré e a u ■ n n is lè ie d * p lu sie u rs |*arm i e u x . 11
y a v a it d o n c lieu ces jo u rs-c i d e proc*Hler ;i le u r
re m p la c e m e n t. Les b u re a u x d e v a -e u t c o m b le r
le- v illes. M ais q u e ls b u re a u x î O u i q u i » on i actu flle r a e n t en ex ercic e? N o n , m ais, sM ivanl la
ju ris p ru d e n c e o rd m a ire , les a n c ie n s b u re a u x ,
«eux q u i se tro u v a ie n t fo rm és en n o v e m b re
1 8 7 7 , q u a n d ils c lu re iil les m e m b re s *ie la cu m on.'si- 0
O r , n e t * rriv é lu n d i q u 'u n d*> <e< b iirfa iix
• clieisi u n m e m b re d e la iiro iie , H Del los*e.
M. D elsIO fse Hsi u n -tes é lu - d e la caiiiii fa tu ie
« ffin e ile ijiii o n t é té l'a n d e rn ie r, in v sli *és,
i-uis re n v o y és S la C h a m b re p a r ls.« eie< le u rs .
Seul- m e n t, M. D> latn -se elaii à la veille -le ,o ,i
■nvrilbiation q a n i les b-> iesux p ro c e d è ie n i, en
1 8 7 7 , a la iiem nie iioH du la c u m n iis ioi>. H a
la it p a rtie d ’u n d e ces b u re a u x -^oit; m ais à
'itr e p ro v iso ire , c o n d iiio u n e l, e t en d éfin itiv e
in d iim e n t, p u i-q u e , b ie n tô t a p iè -, la C h a m b re
evaii a n n u le r .-on électio n . 11 > uit -le la q u e
M , Del-tfo-ise n e p e u t ê tre «on-'idér-- co m in e
..y a'-l e ie val blem --iit m e iiitire d e l à C ham ioH
e n 1K 77. DoiH’. il n e l.«ua<t p a sié e lle m e n t p a iiie
ii’u n 'le s b u re a u x , e t p a r cu n-pq u cni il n e n
s a u ra it ê tie auj<*u il’liu i l'c lu .
_T e lle est |.- ju n > p ru < leiire, c o n io : m e a u x p re• étleiiis. XI. V icior P le -sie r a o o rie c e lle qm -s
tiv n à la trib u n e , et M . le {•rcr-i-teut G a u .b -lia ,
p re n a n t la p a ro le , l’a e x jilH |ije e itr -8 u m .e a v e c
u n e g ra iid e c la rté . rd |ip e la n t les p réco d u n ls pa<lem en tairv a e t r-d u is a iit la q iiestiu n a se»
ii-rm e» v én ia h le* . 1 ^ m a jn riié a a n n u lé l'éle ciio n d e H . Dtialos.Ne d a n s le 10* b u re a u .
L'ordre du jour appelait la suite «le U jrcmièie deiil ératioii sur ir p ro jtt de Un reiaiit 4
la rréatio. d un eusi-igueftn-nt rupérnur en Al­
gérie ü i am*-ndem«Hi a été eout-nii par M.
Chevandier, à qui It rai-jioitcür, M. Pa 1 B -rl,
ii répondu. Ajiiès quelques ol-servotions pré•enlées j>ar M. le ministre de l’iiDlruction jiublique, le jirojet a été adopté en première déli­
bération.
BONNE-MARIE
I
Une lettre sigiV de pluaieurs membres de la
commis-ion d'eiiqutte sur la préfecture de po­
lice, apparleuanl a\ Parlem ent et au conseil
mun'Cipal de Paris, inuonce qu’iU se retirent ;
leur mission ayant étoputravée par les réservi s
nue pl«Me*trs léinoiiisXoi cru devoir apporter
dans leurs ilépo.-itions j y resjiect pour le secret
proD-S'iunnel, iia ne crAeiit pas. pouvoir con­
tinuer i aiiquét*' dans des\unditioas qui ne m u.
raient leur convenir.
La Commision d 'e n q u ê te u r les atissementa
élecieiaux du tabinetdu 16 mai avait à reropl.o
ccr -ept de sesiiiHiiibres «lus sénateurs ou app- lés a faire paj-iie -lu m inotère ai luet.
Un LOI lait, ioinbre de bureaux (lormalioo
do iiovenibr.' In77) eiaie,.! convoques jeudi 4
c l eff'-J. Dans quelques-uns seulem ent, oit
s est tr.iuve en nuinb.e. Dans le I0« bureau
grâce i la négligent e de q«elq,.r* dé,•un», .m
commissaire b Od|>arii8te a éie élu : AL D>—
Lfos-e, en rcm|ilaccmeiii du U. B obrrl d«
Ma-sy.
Ont été élus : MM. Loïkroy, en remrdacement da M. du Lur-Saïuc's ; N urot «i Bethitioiii, an rempldc* ment de UM. Paye et Laussedai.
M V . Noiro' et Bethmont s’étalent i>i#entés
om ne opuoses a lar mise en accusation des im iiifitreu'lu l6 mai.
L i <omimssion d'Hoquète électorale s'est réu­
nie hier iiiaii-i a Parux. Elle .i enten-iu la lecture
du rai'poit de réle< lion de M G*vini.
Le rapport oenciol 4 la validatiau.
Cvs G«*ii(-lu-ions ont eié ado|<t*-e8.
M D-’iaf-s.-e, le député réaciioniiaire nommé
jeudi, assi-taii à a aéai.ce. H a demandé qu’on
lui cuiiimiiiii(|ii4t >e- procès-v-ibsux de la ceinmissieu pour qu'il pûi ae mettre au courant de
8>8 travaux.
Al. e p r-sideiit b.i a répondu qu'il mettait r> s
pro'ë -ve bai.x leMjueUsont lous irauscritssur
I - '^e^^^lll^ .1 sa iifpo*iiion.
L'aouiildiion -le relrciion de M. Del.ifos.-e,
proiioi.cee quel ]iie» heuies plus lard par la
(Chambre, lin évitera c« travail de depouilbm ent
qu’il annonçait l'initntion du « imposer.
V en ail cm o iito u n » ftrapA aU ii.n d « U . U - r t in
Nadaiid, trudant à piuroger lea cerlili-.-ais de
liarantie provisoires accordés aux invecteurs
qui ont pri-i j>art 4 la récente exposition uuviière de Paris.
M. le inmiBlre de l'agriculture et du com­
merce a coinbaliu la projm^iiion de M. Narlaud.
1 y a. observe M. Lepèrc, un einpècliement
j- ndique : le délai qu’il s'agirait de proroger e>t
expire depuis le 10 février. Les inv- ntiona sont
onc, depui4 ce jo u r, lombées dans le domaii-e
publie. Une loi peut-elle maintenaiit, par un
• fl'et rélroaclil', les ioustratre à celte co.idilion
■•ouvell- ?
L* Chambre a repoussé la propesilion.
M. ISddaud en était lorl ém u, et il s'est écrié
nvec un accent d'indgnatien : • On n’aurait
> point fait cela dans une Chambre des Lords? >
A quoi le président, M. Gimlietia, lui a réot.d I : • A la Cli..mDie des Lords, le verdict
- d e là Cil ii-bri--ei.«t iuMieilli par ses iiiein» lues avec n-.-peci, c r ce verdict esi la loi. •
L’élection de M. Del..fosie, comme commisMir**» * élé. en elfel, aniiuiée en seance.
Voici à la suite «le quellu circonstance :
Lr* bureau de la Chambre avait élé saisi
d une jiroteslation contre celle élection, faite,
di-'Ctil la plainte, dans des conditions irrégu­
lières.
En eff-'l, H. Delafosse. en 1877, faisait parlie
du 10* bureau, mais, à la suite de l'invalidaiion
pionoiicée par la Chambre, ne peuvaiirsiueiidre
sou po»'e a ce bureau.
Du seul fdii de l'invalidation de son élection,
il n'etaii pas lépul'*, et sa rééleciion ne pouvait
lui doiiiier li- d r-it de sir^er dans un bureau de
la formation de novembie 1877.
Le bureau de la Chambre a reconnu la justp.'s6 de la proipstatioii et s’est prononcée l'our
I aunula'ion.
Ou sait qiieli Ch m bre, saisie de la question,
l a liai ch 'laiis le mèiiie seii.-.
Le lü* luir-iu auia d<-nc à piocéd< r à l'ilecluiii d'un niiiiveau commis-airc, rt cette fois
M. D« af.-». ne -era ,.lu. .aiiiis H lisrlici.ci- indulueui au vote.
« N S'ABORNB
B o ru o d a Jodraai, I f . p1tc« de" rHAtêl-de-VHIe,
et chei toua lea Librefrea du dépeiteiaeot.
Les bureaux du Sénat se sont ré an ii hier
peur nommer leurs présidente et secrélairee et
les commissions mensuelles.
Voici les noms des préèideots at secrétaires
élue :
1" bureau : UH. Uasson de Morfonlaine,
président, et Gazagne.
2* bureau : MM. Adam et Ilonnoré.
3* bureau : MM. Lvblond, Chaumontel et
Dutilleul.
4* bureau : U . Massot.
5« bureau: M U . Barthélémy Sainl-Ililaira et
Mangini.
G*bureau : MU. Duraiireel CamBaran.
7* bureau ; MM. K<db Bernard et Clément,
8« bureau : MM. de Lur-Salucee et de Rém uiat.
^ bureau : MM. Boiro. Arago et Vivanot.
Sur neuf bureaux, les presidenu et lecrélaires du 7* bureau apj'artieanent seuls à la
droite.
Voici, d’après une lettre de Bf. Antoina Zanelii, avoué jirés le tribunal civd de Savone,
quelle serait la véritablv origine de la famille
M. Gai»b«iia n ue H. oaniueua lu i-m e u e :
> Léon Gamhetti est fils de Joseph. Son
grand-père, qui s’appelait Jean-Bapti«ie, est
m o itc n 1 ^ 4 I. 4 Cflle-Ligure, sa ville natale,
ap è.s avi ir fait un tesiauieiiten date du 27 séplombre de cette nièine année, reçu par le notaire
Bldl^e tVccctUi.
« J an Baptiste Gaiiibetla lais.<ait trais fils et
deux fiiDs; Joseph, Michel, Paul, Véronique
inaiiee a A<ii»iue Uoiiiian, Tliérese mariee 4
S'-ha>tiej.Gtiezzi, tous les i iuq lies d Cede-Ligure.
Ju^c^di ei Ml. liüi dileieiit s’eidblir a (^hurs, où
ils-el vierciii aucoiiuiurce; et. danscetm ville,
le premier se maria et eut roii file Léon, qui esi
v«nu plusieurs luis avec lui à Ohe-Ligure, où In
lamille po?aède encore quelques immeublt»
pruvenaiit de la sucoe.-sion de Jean-Baptiste.
* Paul ei Théiese ont toujours vécu au pays
natil.
• Je puis vous aitciter ces détails, parce que,
en ma qualité d'avoué, j'ai représenté Joseph,
Michel ei Tlierès* devant le tribunal civil de
Savoiie, dans i’insiance en parlaxs de l'hoirie
pdt'iiielle, concurreiniiieni avec Paul et Véro­
nique. ■
La cour de cassation, saisie par M. le garde
dos -ccaux d'une poursuite' disciplinaire contre
U. (J u illet de la Salle, j résideul du tribunal
civil de Quimperlé, a rendu hier, sous la j^résidence de M. le prtm ier pre.'ident Mercier at sur
le rapport de AI. le coiis.-iller Paul P ont, un
arië tq u i fixe au 24 mars prochain le jo u r où
ce iiiagistrat sera cité a comparai re devant elle
pour s'expliquer sur lea faits dénoncés par M. le
garde des sceaux.
V*
S ju s ce titre « le s Journalistes policiers » , l a
Pttite Itépublique a publié la note suivante :
t Nous apprenons que M. G. Puissant n’est
pa** t. seul qui a it émarge aux fonds secrets de la
préfecture de jiolice, où il était attache, nous
dit-on, au bureau de M. Lombard, avccceits
désignation ; numJro 5.
« Plusieurs autres journalistes, ainsi que des
orateurs de reunions publiques connus par leur
langage exalté et leur» opinions violentes, sont à
celle heure très gravement compromis. Nous
lonnaiMioiis leur- noins et on nous promet des
révélations curieuses sur le compte de ces m oui h j id s q u i o n t abu e tant d'hunnêlcs républi«aiiis. lii Itçon profilera à beaucoup, nousl'e»peiona. ■
ECHOS
Une élection sénatoriale a au lieu dimanche
<aii8 If dé|>ariement de la Charente. XL legé« ral «te B «moud d'Ais. candidi al de la coaii ioii réact'Oiiuaire, l'a em poné su r le candidat
publii-ain. Ce résultat ét,vit pi cvu. Les réptiI ubbcains eut en revaiirhe olitenu deux succès
I. ii> les scrutins de ballotage rendus iiéi-evaired
par les électiofis l^ isl-tives du 2 février. Dans
semblait 4 tonies les autres... Il .sembla 4 Xiorin
qu'on avait ainsi chassé Boiiue-Blatiedc sa vie,
désormais banale et moiiotone.. Le jeune peintre
s’on al'a chez liii 4 jia.s lents
L’atelier était .Mtmhre ; le reflet des becs de gai
La concierge n’en savait rien; mais, dans l'es­ n'y jiénétrail que faibletm-nt; pomtatit, ça et 14.
poir de gagner une autre jiiec*- d*- cerii sous, elle dans l’ombre, une blancheur vague sedéiachait
projKisa d'aller vuir « 4 rapi>arienieiit > si iiia- 4|>ritie sensible : d'ailleurs, Xloiiti avait riiabiliide
deiiioi>ellc n'avait jias laiiȎ <|uclquf i hosc'. viurin
de.s êtres ; il ar iva jiist|u’4 koii divan sans rien
accepta avec empre»»eiiiern, et coiiimi- elle »e renverser, et s'y lais>a loitiher
t.'&si 11 qu’elle était ce malin, si louchante
mettait en niaicliedaiKs I escalier, il la suivit saus
qu'elle parût y trouver 4 redire.
dans sa grâce Mmjile, là i|tr<-lle loi avait adie.s.s6
I.a jHirte de < rap|tarienirnt • s'ouvrii devant cet adieu mouillé de laime.s... H n’avait pas
HENfiY 6RÉVILLE
eux i le»fenêtres battirent lugubrement ; la vieille compris qu'elle l'amiait vraiiiieiil, assez jiour
vouloir rester une honnête fille 4 si-sycux, trop
femme referma la porte • jMiur éviter le courant
d a ir ■, et, tirant une alluirieite de sa (xiclie, la |Niur accejiier de n'être qu'une aventure dans la
frotta contre le papier du salon, afin de trouver vie du jeune homme... et elle était |)arite!
une boui,ie. I.a bougie était 14, m >u s sa main, et
— Üh! mai» je la retrouverai, sc dit Xlorin,
uue lueur tiembUiite éclaira bientôt le tapis fané qui n’aimait pas le» idées noires ; demain, il fau­
et les meuble.» vulgaires que Buiiiie-Alarie avait dra bien que jciciiouve sa iiace.
— feDe a négligé de n e le dire, monsieur. Si
H voulait allumer de la lumière pour regarder
trouvés si jolis daus sa Joie eiifaiiiine, lors de sa
vons sviei l'obligeaace de fermer la porte en vous prise de posM'ssIun de logis nouveau pour
le portrait déjà avancé... Une hésitation qu'il
en alUat, n'est-ce pas? ça fait un vilain petit
elle.
n'avait jamais rea.<ienlie l'eu cmjiécha ; il craignait
conrant d’air.
iiélas! c'était bien un départ définitif! Les de s'attendrir.
An lieu de se rendre 4 cette manière polie de
— Dcm.vin, au jour, se dit-il; au jour on est
tiroirs d*' la commode restés ouverts étaient vides,
te renvoyer, Aturiu s'avança d ’on pis, mit une l'armoire aussi ; des |>aplcni chifTonnésjonchaient
plu» brave !
pièce de cinq francs su r la table devant ta concier- I le tajiis,... mai» Bonne Marie n'avait point laissé
I.c ietideinain, il venait d'cnlrcrdan» son atelier
^ et insiiia :
I de lettre... ils cherchèrant vainement partout,
et n'avait pas enr/jre eu le temps de regarder le
— voua ne savex pas où elle est allée... sans I ju ^ u e sur le lit suigheiisemeiil range... elle n'a­
portrait, loisqu'o» lui monta une lettre, avec son
qu'elle vous .Tait dit? Bile est donc partie 4
vait point Voulu être suivie.
premier rojvas.
— Qur veulez-vüu», mon gentil monsieur, fit
U lettre était de Luclane; il le sut tout de
U vue de la pièce ronde avait, parait-il, suffi ta concierge, une de perdue, dix de retrouvée» t
suite. L'écriture était Hinijili*. peu ex rcée, trèspour anéanllr le conrant d’air, car la vénérable . Avant mademoiselle Luclane, It^cait ici une soignée, ronime relie des gens nui érrivm t ra re­
dame n'y fit pins d'slluslon.
. jolie petite dame biuiie, avec d is yrux longs ment et font de ce fait uni* afTaire d'inijioriance.
> Elle est partie en voiiore, roonsirnr, ditcomme çal — elle indli|uaii sou bras. — t e
Il l'ouvrii, la lut, et. ro ta lotigiem|w initnobilc,
elle d’an ton rempli de prévenaiira' ; si i'avais su
n'cHt pas «Ile qui se serait tntaui ée sauii donner comme frapjté d'un coup iiréinéthablo.
an e c rla ponvait intéresser monsieur, bit» sûr,
son adresse 1
• VcMiH lie m'aimi'Z pas assez, monsieur M«n in,
Janraif écouté l’adresse... C'est le riiHier qui a
,l.e gros rire de la roncterge, la pensée que la écrivait la jeniie fille, et moi. je vuii» aime tant
éhi v^é sa malle t elle a payé tout ce qn'elle devait,
ieiiie dame aux yeux long» runinin le bras avait qm* je finit ai.» iHJui-fitre jvar me mépri-er. Je suis
et elle eat partie toni tranquillement.
labiié ce h ^ id f désormais triste et vénérab'e
une hotméie fille, je vons l'ai dit, et c'est vrai.
— i r e c sa malle! pensa Morin. A quelle
pour Ini comiitf la chambri' d ’une morte, tout J'avais l'ambition de me marier au de».sti8 de mon
heure?,dit-il tout haut.
cela fil mal au rœ tir de .Xtoriii; il se hâta d 'aétal, de ma nauviclé. du monde simple où je
— ll pbuvait être sept heures et demie, huit juntcr 4 sa graciruM-té piemiérc u ie seconde
devais vivre. Le n oy«'U que j'ai pris n’était pa»
heures moins te quart...
gracieuseté dti même |Hiid», cl redescendit
bon, puisque vous ti<> m'avi-z pas donné votre
Idorin rêflécbisaaitj elle était partie, pour le rapidement, laiss«ut la conciiTue dans l’csraestim e; mais, en «titrant au café'concert, je ne
fuir, fànadoutej mais ce ne pouvait être qu'un
litr.
savaivqia» que je pasttct ais pour ce que je ne suis
tap ric et O n ne qnitte p u ainsi n n e position
Dehors il traversa la ru e ... la fenêtre était PW.
* farnêa par las aoiii de la vitlUe femme, et res­
I
l’arrondisW fiit d’Uxès, M. Bosc a été élu
contre M .xiuroont, et dans l’arrondis'em enl
d'Ys-ingeaui»^ Binacban a battu M. Malartre.
"«■*r
Deax autres m em brw de la commission d'enqi'èie oni été élus tuer :
M. B uyat,d.nsici**bureau,en remplacement
de .XI. GoDlei ;
M. Boys-et, dans le 8* bureau, en remplacemem .J. XI. Jules Ferry, jf. Bnysget a ohlenu
14 VOIX 27. Son concurrent était M. de Choi8eul.
• Si vous m’aviez aimée assez, monsieur
Morin, j'aurais élé jiour vous une femiui* bien
dévoué*': le ciel ne le voulant pas, je reiotirne
à mon village jiour n'en pit» sortir Ne tne cher
chez pas; car ai même tous melrouviez, ce n'est
plus Luciiine. c'est Itoniie-Marie qu êto n s jioiirriez reiicooifcr. et ce n’est pa» elle, c'est i.nciane
que vous avez aitnee. Inciane est 'm»rte et ne
chameia plus |H)ur pcrmnnc. *
I e bruit léger d'une fi uille flétrie tombée d'on
ai bre voisin tira le jeune peintre de sa rêverie; il
i sc dirigea vers le |H.rlrait et enleva la serge verte
( i|ui le leronvrait. avec un resjvect involontaire
I Lirciane était uio te en effet, et ce jtortrail était
tout ce qui resuii d'elle.
I
t.'eiaii bien elle! «mrianie, un peu pâle, les
1 lèvre» légèi«snent contractée» jvar cette émotion
; loucbani.' qui la rendait idéalement belle lors­
qu’elle chantait. La dcini-édncation de BtmiteMat^ie iafaisail pin» accessible que toute autre aux
plaiitutlcs sentiinentaics desc» romances, et puis,
elle, elle n'avait pasélé habituée dè»son enfance
4 tüurntr tout en plaisanterie coinnie les Pari­
siennes; elle cliaiiiait ce» pauvre» ver» avec son
cœur et son âmr, elle pleurait avec les pativics
fill*'» trompées, avec les inèn.s inquiète.», avec les
fiancées de matin» et de soldai», fo u s ces .senti­
ment» simjtle», qui sont ridicules dans le» ro­
mance», parce qu'on les a longtemiji ‘ xprlmé.»
d ’une façon ridicule, prenaient dan» sa Ixiuchc
de |*ay»annc mieux élevée uue expression sincère
cl touchante.
1 Slorin la regarda longlemp.»; il l’avait bien
rendu** vlvanic *'t tout entièie, jusqu'aux tmiins
un |H*u rouges, un peu fiirtes, qn'il n’avaii pas
voulu ganiei, p'élcndant, non sans raison, que
le» main» ont une physionomie tout comme la
figuiv; cv visage, dont l’exprcsdon de mélancolie
ne l'avait pas frappé d'almrd, lui apparaissait
mainiensni plus résigné qucsotiriaiii ; il avait cru
lui donner l'expression tle la ch.iuieuse de ro­
mances? Non, c'était bien lionne-tiarie qn'il
avait iH'Iuie, Itonne-viarie qui craignait <lo n'êirc
pas «Ituêe, «le n'être jM» esiiiiitV, et qui s'exile­
rait le jour où elle en aurait acquis la triste ccr^ titudel
D là r ^ i r d a loogtèmpe, émn, plein de regret,
Déclaration dn Hiniitro de l’intérienr
L e vot* dn C aasell m onlelpal.
M. le m intsfre de l’inlérieur. — Lorsque
M. Le Provosl de Laiiiiay m’a prévenu, jeudi
dernier, de son intention da me poser une ques­
tion au sujet du vote du conseil municipal de
de reproche» (tour lui-même, pour sa brutalité
de la veille ; il sentit qu'il avait froissé cette Jeutie
fille; »an» doute il ne devait jatnai» connaître la
profondeur de la blessure qu'elle emjiortait dans
son cœur navré! Les bons garçons comme Louis
.Morin ne coiioaisseni en fait de plaie» que celles
qui attaquent l'épiderme seult-metU ; tnaisil sentit
qu'il I avait affligée, qn’elle lui avait pardonné,
— et qu'il ne la reverrait jamais.
— t.'est pourtant mon chef-d'œuvre! se dit-il
en regardant son ouvrage avec le.» veux de l'arlisie; et il prit sa palette pour achever cette tête
qui devait lui faire un nom.
Pauvre lionne-Marie ( Elle pleurait 4 cette
heure, réftigiée dans une église de (.herbonrg où
elle était outrée jiour «e garder de la curiosité des
passant» en àttendaut l'heure de la voilure. Elle
pleurait et envovaii à iMorin toute l'effusion de sa
ti'iidi esse m.'connue, toute l'ardeur de scs regrets,
sans colère ni rancune. Elle était brisée, mais ré­
signée. Je l'ai voulu! sc disait-elle, et comme je
suis punie!
La nuit était tombée depuis longtemps quand
la voiture jaune s’arrêta dans le foud d'Omotiville.
Les voj ageurS s'étalent tons disjversés sur la route ;
nui n g ird curieux no chercha 4 percer l'épais
voile de crêjie qui recouvrait le petit chapeau et
le visage tic Bonne-AIatic. Sa voix était si chan­
gée que le voiturier ne l'avait jvas reconnue; elle
le pria de garder sa malle jusqu’au lendemain ; il
y consentit, la prenant ,mur dame de la ville en
visite chez quelqu'un du pays, et Bonne Marie
se dirigea seule, dans la nuit noire, vers la iietite
maison de son |>èrc.
\
Elle ouvrit la jHn te d ’une main tremblante et
entra... Bien des souvenirs lui montèrent \ la
gorge et aux yeux, lorhqiie-l'odeur familière de
cette humble demeuic la saisit à son entrée. Son
vis.igc ruisselait de latines; elle ne s'en apcrcevsit pa». Machinalcntcni. elle mit ta main sur Ica
objets nécessaire.»... le j/rnsiel tapissé de poussiétc n'avait plu» d'huile, la méclie de jonc rata­
tinée et desséchée de cette jietitc lamjtc antique
ne jvnuvait'plu» biiMcr; elle lira uue bougie de
son sac de voyage et l'alluma.
•
— Ahl s'écria-i cllc tout haut, tant son cœur
débordait, pourquoi l'ai-js quittée, cotte m aboa
Paris, je n'avais pas entro les mains le texte de
fa délibération. Je n'ai rcço qu'avant-hier la co>
pisautbentique dn procès-verbal. Le gouverne*
m ent a dû se préeccuper de la légalité de en
vole, avant d’exaaaioer la qneslion de savoir s’il
devait l’appreiver.
Quant 4 l’intentien du conseil, elle est excel­
lente. (Très-bien? très-bienI 4 gauche).
Le conseil municipal a «u en vue des misères
qui vont probabism ent se jproduiie bientôt sebs
ses yeux; il a «u, comme ^ u c o u p d ü citoyens,
la pensée de leur veoir en aide. H a songé que
beaucoup dos individus qui vont revenir dans
lenr patrie n'y retrouveront peut-être plus ni
foyers ni ateliers, et il a pensé que lui, le repré*
«entant de la grande ville, ild*fvait être le pre­
m ier 4 préparer des seceur& Il n’a pas songé un
seul instant, j'en suis convaincu, 4 oublier la
Commune, dont nous allons elTacer, dans quel­
ques jours, les derniers souvenirs ; ce n'est paa
lui, assurément, qui pouvait l'oublier, lui qui
vu au milieu d ’une population sous les yeux de
laquelle sont encore les traces de la barbariequi
a «oufllé sur Paris il y a huit ans.
Voilà pour son inlenlieo.
^
^ Le conseil municipal n ’est pas le seul, d ’ailgouver<i«ment, lui au-si, se préoccupe des m l»èr«s qu’il jirévoit. (Très-bient très-bien! b
gauche). Il y a la un m téiêt public, un intérêt
d Eiat, et, dans peu de jours, nous demande­
rons aux Chambres un crédit peur sectfurs.
(Ap(ilaudi»ement» à gauche).
Q'iant a la question de légalité, eUe se pré­
sente sous deux fdcc». Les con»eiU m unicipaux
out-ils le droit de voter des fonds communaux
pour venir en aide aux indigent»? Cala est i r cuiilestablê. Mais, pour di>tribuer ces foiidiy
quels procédés employer? Les conseils m u n itijiaux doivcnt-ils en faire eux-mêmes la répariitio iiîN o n .
^
Ils sont, à cet égard, soumis à certainea
règles, et leurs attribuiions ont des limites.
Quand ii s'agit de fonds de secours 4 distri­
buer, la loi a institué un oiganisme rpécial : >ea
bur--aux de bienfaisance dans les départements,
l'assistance publique 4 Paris.
11 est évident que, lors de son vole, le con­
seil municipal de Paris a oublié ces r^ le s . \a
devoir du gouvernement e«t de l’y faire rentrer.
J ai donc écrit à H. le préfet do la S-iue que ri
le but du conseil municipal était utile, sou vuta
avait méconnu les formes, et que le gouverne­
ment no pouvait l'approuver. (Très-bien 1 trèsbien I à gauche).
Voilà quelle a élérattiludedu gouvernement*
Elle est justifiée par la loi, par la juri^p^ud?n(•
d u conseil d’Elat et par celle de U ( ^ u r de cas*
sation, par la nature même des choses.
Les rooyens.''de distribution oigaoiiüé.^ p a r 'i
'oi sont, en effet, la garantie des contribuabhf
et la raison d'être de la respon^bilité d u gou­
vernement et des conseils muuicipaux.
Il faut que l'on connaisse l’emploi des fondi
volê«, il faut que le geuvemement pulsae la
suivre de l'œil et de la m ain. (Très-bien I très*;
bien I 4 gauche).
Dans cette circonstance, comme dans to u t« les autres, nous resterons fidèles 4 la loi, qui art
notre sauvegarde 4 tous. (Très-bien I très-bien !)
Le gouvernement est fermement résolu 4 suivra
la loi dans son esprit et dans sa lettre.
E l, 4 l'occasion de cette question, piiisqua
c'est pour la première que depuis l’inalitation
du nouveau gouvernement j'ai l'honneur do
m’expliquer 4 rette tribune, que la Ôliambro
me permette de faire appel 4 sa confiance.
Nous en avons besoin, car dans ces derniers
tem p s sous l'iofluence de je ne sais quel dé­
sarroi mtelleclufl, il règne un certain trouble,
quelque inquiétude dans les esprits (Très>bien!
très-bien I 4 droite. — Dénégations s u r d is e »
bancs 4 gauche).
Au moment où ho is avons 4 faire U liquida­
tion d ’un pas.<é récsut, je demande 4 la Ghainbre, au début de celte session, d'accorder son
concours à ungouvernem eitdontles intenlionv
ne sont pas douteuses, et dans un m om ent où,
quoique sans aucune cause sérieu>e, il rxisio
certaines inquiétudes. (Nouvelles dénégalioniA
gauche).
Avec l'accord des pouvoirs publics, cette prei.
miére période de difiicultés sera facilement tra­
versée, et alors la France entrera définilivsrotrjg,
(le mon père? pourquoi ai-jo rêvé an auti«
destin ? Vie brisé.-, vte perdue ! sans am our, s in i
famille...
Elle jeta sur le lit les vêtements de vovage qui
l'embarrassaient, et, succombant 4 son chagrin,
elle s'agenouilla sut l'âtre, les coudes appuyés s u r
le vieux fauteuil de sou père, la tête dans ses
deux mains, et pleura.
Tous les soirs, avant de se coucher, quand 11
n était pas 4 la mer, Jean-Baptiste venait regarder
la maison de Boniie-.àlarie; il en faisait le tour,
restait parfois pensif un moment devant lesfe-*
nôtres, puis s'en retournait, un peu moins triste,
dans sa demeure solitaire. L'était quelque choso
que d'avoir vu la maison.
Ce »oir-l4, il vint comme de coutume et cru t
rêver en voyant de la lumière dans la salle ^ s s e ,
Stupéfait, il s'approcha, se frotunt les yeux...
La fenêtre était vraiment éclairée, et sans la sltituation de la maison, dont la façade touroalt !•
dos au village, tout Omouville se fût aperçu d«
cette singularité.
Jcan-Bajnistc no croyait pas aux revenants ni
aux apparitions, et pourtant c'est avec une sorto
de terreur superstitieuse qu'il mit la main sur le
loquet. .. La porte céda, et il vit la jeune ûll«
agenouillée devant le vieux fauteuil. •
Elle pleurait amèremenL La force nerveosd
qui la veille lui avait donné le courage de partir
rabandoiioait maintenant. Faible\ cl m eurtrie,
elle se laissait aller douloureusement, comme no«
éjiavc, dans cette iem|)éte de la vie; ellen 'eiw
tendit pas le bruit du loquet.
Jean-Baptisic reforma la porte et se tint debout
derrière elle; une sorte de joie sauvage, unejoi»
qui re.-<semblait 4 une rancune enfin aaiouvie, Ink
éiicignaii le cœur.
'
— Je savais bien, pensait-il aveç nn senti­
ment de triomphe farouclie prcsqoe roécbaot,
je savais bien qu'elle reviendrait moins Otoi I Noo»
n'étions pas assez bons pour elle; il lui fallait le*
gi ns do la ville.., elle ne lea ain e pins tant II
présenti
(A n ù n j .
Im
f r 'i% "
M '
m
tttth
^ e a de la p ro n é rité pulliqua. Ira étrangers qni
c o d a n t d ’e r d (B t^ *
époqee da
L'élémMt dom inant da U p<mulatlon du ira ri- dite < la ploa Jeuie clarae de la n ^ r v e de T'ar­ éclalré sur le mérite de eee ■uxillsirea récom(•Il c m i l i r . <|»1l J • dio. « h li u n . in iw M - '
_________
,o td ebaauco«pmée active,
\
laira civil, c'ua* raicora,
en effiA,
l ensait par le
U ^roix
wol de ia Légion d honneur 1«
ranlUM*d« UMduI»1^
l'indigène Busulm an. lU u ifit, pour a’en
.•ÏÏ*
rernteréels. — Chiisea do 1965, servirveot ledévottem enldeco niSgiBlrat, cette
Je vans pria,
r, de décamposer cette papulation.
k com m lraiira, da
. ;
1868, cotte dernièM étant dits «la
r>'Voca>ioB surprend e t attristé tout* i« monde,
sigMisr ê m on alteniii I tons las écrits m snsunAux 1,816,517 habilaab«. y compris rii
dasso de l'armée lerrilprral-, »
'*
«i’I i M n m - l l n i U «t nous avons regardé comme «n devoir de
gars, qui «e rapport
Bt è da prAandues aoree* qu’elle comprenait eu 1876, tas i s b lr a u t . _
^
territorM e,"~ C lm as
ta nnicm util, Mnilirapporter Id le aealiment lénéral quo nous t!îl£^.
a im . A
iMMis dont votio qi
k aorait été I9 théâtre., liais ajoutant, malheurausaroenl, les 8 6 ,1 1
ée m o . 1 8 60.1861.1963, IHi'A. 1864, cotte avoua en triid i exprimer Autour de nous. »
I dctbniuqui Il m t y avoir là .< npablas
m anauvres que
a sédeotairra • qni sa comptaient alors dann I
• “ * légtoiwair «, qnl
‘ DM . H. te J ’adim iw intion a" devoir d a déjouer, e t le papnlaiian du territoire de romiiiandrmenL 0 ' ^ l ê r p étant dite * la plus jeune clame do la
raw vo de l’armée lerriioriale, *
i ë i M i t t o ailir
t i b u iir u
n’h fsftm is pas
Ipajar sur las auiaurs les ee> arrive aiaai è un nom bre tatal da 1,853,181 hi
tuia
IW dro
• “»
N ot a . — L te eiuegée 'eeiontuirrt les •■ ■w 0 0 rordro.
, , ** *
-----B M rw i q o t la qn««tj«D véritéo4qla jus
_________
r dl*A«»«lnr«
ic
bilants, sur Irqual reposant presque loua laéca
* ôoaiiiie*Cf un imonf
éfdram Eli»ntp-ul,’d
n r , i , ‘*0
d,rtatan
u
i»J | t Mcéa pH ir fo ira if
kI UOO
Tiiu
À tocuani,
ociam
o
Rocevai, moi
ir le commissaire, l'asauraBco culü da natra siatisiique. Sur ce peint eni-on , pkedi ou qui se trouvent, pour quvlqu* ro<Mif . Liste dte Jurée dx Premier Trimestre 4s 1879.
• u n «m
i aailM
,i i M el
,i (no.ira*.^^
b u r tr a i r t^ 4a4 w ndulU d r a l
• ncirtiin <•*
■*“ da ma pariaile
Idératipn.
une améliaration serait paut*êtra aisée; é 1 que ce soit, dons «ne st'fMfion epéciêle, inar- I
«II. • r « o m |» r .d 7 in ..n ln ir .
.
iq w V M taU cB la v o ir» II» .
même il serait è M utuiter que l’on ml de c ê I <*™i « « . n , t a
J U fr é fk t de poUee,
1 a„| £
u
-d
V
.
T
o
n
i,c
«
n
in
«
o
tio
n
*
c
c
tu
in
lerdiclitn
«
a
j * l W aid e n f a e d i w e l ad rk iu . ^btem ipUooa
l'armée qui, p j r sas mouvements euq<êche pa > çeyoroiém tnf e u s indkations de i u r livret I
A u u v Gioot.
,
fois da discerner las variations réelle* da* bab ■ MiueidiML
>
(François Détiré), rult. et maire à Bu-sy,
îd ir r iK "
“ ‘ '*
"fl «At ^4U BlUa q H U. B lacbka, an lion dé
tante. Mais servons-nous des chiffres qui noi 1
Di'CMuy (Nil olay-Msrc), propnét. A Clprmoiit.
idpdtar na i m a a Vifuaa daa tra ite vaf uea é|a>
sont donnés. O s 1,353,881 habitants, do t
! Prudhutnine (U eirij. proiiri»t«ire  8 >niK
Iiim M , a t l apporté à oeUa tribuao daa 0 ^ pré*
plus de 9 7 0/0 en territoire civil, sa diviuia i
Deraay (Lira-ph-lleuri), propr. a 8 o a m r
ë a . (lU a t i w I b b bieo! k gauche.)
da la m jn ère suivante : 191.733 F raitçaj,
1 j« s O ffM e in m
I Denrux (Eugène), marciei a B*au*ai*.
L ’I i i f a t t g I V l a F r i f i o t v i d « p a l l o i .
®noi(W nitioDil,d’E du«lioii de Lyon d.a>
11 Q’eo • a p M ^ aneon» et la chw e, en ëlel»
dont 64,613 nés eu Algérie; 37.526 israebd s
L« niQuIra d , I , iiu crn Tii til d 'id i,H n I, S”" '" '!', l ® * ™ - * ''! .- » ) . propr.él à No,on,
Ü ïl
I'" » d . au » fr. au n e illw r
U d o h lé té dUOcila. J'ai U aona Ira y««x la ralw e
I m membres da la commission d'anquètasur au étrang-rs naturalisés: 158 387 etiangers 1 »
Fraucelljer(Alfi -Alex.) pr. a hruibsur-B Ah*.
circulaire
suivante
aux
chrl*
île
corps
t
4 a loua k a procèe»vcrbaax drra éa depuia la
la préfoclura de police viaimant d'adresser la aidant au Algéna; enfin 963.146 mdigènrs m Toiinallier, roi cv-'ur «i eu h ^ iiir. A R-lw» uuri.
. M i a da Janviar aur lea scènes plua ou moina In- lelira suivante fc H . de Uarcèra :
sulm aïa. Si l'on déduit, d a iiaïubrA de.* FrsJi• Terrailira, Ie31 jjovier 1879.
U lr«ni (Berth. At'g ),a n c. grelfierè Sengeons.
f o u r , t o i , dam l a écola d i a n e b iu a « « .
Malluqaaaa qui aa aoot pradaitra à Paris le soir
Çai* implanté.* en Algérie, l'arméa da terra al de
Paris, 16 février 1879.
Thuure;. (SlanisUs-lSimie). culliv.ii. * AvMchy.
• Mon cher général, '
M d a n a la B u U
■
mer, an ne voit que trop eoinbirn nous sommas
Legratid (Fiaire Al-x.), propi. A 8 l-J«*irani-Cfi,'
Monsieur le ministre.
• Le v o te de la loi du 22 juin 1878, qui
la pTsmier février, quinst alhires oat
loin d ’avoir tiré de notre msgnifi |ue coinois o b lig e le s o ffic ii'rs retraité* A c o n tin u e r A *ei v ir
Laquv<iie (Aiiiacid-tiaspard). propr. Boinei.
Nous avons été désigné par vous pour fiire
M U w ü é a i c o n m a attaqura m cturora, doute
allois(Churlra'j. iii|é
taut le parti désirable au point de vue dai'*eX‘ p s a d e n i c in q a n s .rao * In rés-rve.*, ip ’a rom luit G
' nivurA
i F r - .i_è f r a .
conséquences des deux systèmes.
M ot déa r i u a entra geoa ivres au iadividua partie de la cummissioB d'auquéie sur la préft:C*
FiaiiÇ
.), r-~i
pro,>riei. abrenitei.!.
ta'isii.n de notre lace at da notre influenr*.
lure de police.
im oil.fiei, en ce fliii cofireine las oifiiier* on M
u ahi'ii (
’/i
•oik-J.ilH
ftéqnaotant de manvaia lieux. Lee coupables
Celle réflexion vifnt d’autant mieux a 'osi'nt,
En acceplant cette mission nous avions espéré
d e ï 'f i '’ " "
r-lraile. Ira .h-,..,„i.ons des rfp.i*mn* des 20,
aoot ooBnuBi Us sont arrêtés; restent trois afb r i e , t (U u iv Ariiuiiie), pr.-pr. » Diralu. un
pouvoir arriver à faire la lumière sur las faits que l’on «nviNiga de (-lus près la répaiiitioti dt< 3 0 n o v e m •b re -1-8 -7 5 r t tu 1 6 fé v r ie r 1 8 7 6 , rela la population en lurritoirerivil, A ta fti de 1876
V** (lu Puget (Jean-Eim e), pio;-. a G<>ini lègOe.
' î ™ " ' * '«
Ir a n m ,
iiv c » a u liio .le d e cU»* n e a i d e s u f ü i « s d * léAlla aortia d 'o n bal public, un petsani a été signalés à voire at'.antion et à celle de la jus*
an comptait, il rat vtai, 5s,7 babit'ut* par ki­ serve Ht de l’rtrrace tenitufw lf.
(LcopoM
* Gb*«|uenra.
tice.
" I I " r ...
* * • W u d , .i.1 b ur /h
• . ViiHeoi)
•\
'prop<.
- - r -------------1—
-•
frappé a t volé. Le voleur a 4né arrête,
ü iairr, rua «le la Bourse, u «4. A Lvoo. lU o o rlomètre carré dan* la province l'Alger; mai*
Cette
p
e
n
^
s
était
évidemment
la
vôtre.
llia mia
....i ___ ________
no lieu écarté,
hom m e a été
(teruui
.- o n .-«Il
., (é,.
a
n
n
’an
can»tatait
que
27.1
dari
la
provi-ce
Cette lumière nous l'avons obtenue an ce qui
seua Un pliI C.U
co.uci
I par no individu qui lui a pria m o
bcie ruwfAruiaai le nom et l'a d’Üran, et 23.7 dans celle de Onslaninia. Or,
. 1- L r , « n i u f r . . r . t r » t a , l , „ , | „ c o n d i l i . . , .
‘
iuIpiip .
poftÔHDannaia cootenant 78 caotimas. (Riras.) concerna le service da sûreté et l'affaire de l'bu* en France, la densité de la pop-latioii. qui est
dresse de l’auteur.
notable M. Reuvier, dans laqurlle nous avens
d i I , 10. d i, ,S J„|„ 1 8 7 8 .1 ,.o i „ ,o .i i o f f l c O T
H
r
J
..
. Enfin, las journaux ont parlé d ’un nam m e
Lra
manuscrite
ooseroni pas rendus. La 8 0 loin
d'èire
exceptionnillem
rn
élevée,
atteint,
pu constater le parti évideat de la police.
de r a x e rv e ou d e l'a r m é e i r r n t o r i a l e c o n s e r v e - K
fE d o ^
qni aurait reçu trais coups de couteau. L’ea*
a e e 80 r « . . v . J. droit d ’i n i j ï m e r i M i ; £ !
Halbeareuseroeut, en préMuce da secret pre* on la sait, 70 habitant.^ par kibnièlru lairé. D s r o n t l 'a n c le n n e lé d u g r a d e d o n t Ils é ta ïa u l p o u r quête n’est pastan n in é e; mais il a étécaas*
■ ,•
B -lM c u x qu’d l t aura eonïo.oés, « n s ^ ^ ^
progrès
*emblenl
donc
pctssdles.
Ils
peuvent
se
frasionnri derrière lequel plnsieurs fooclion*
v u s d a n * la im e e a c lir a ;
t® “ r - A ü i i l |p ) . p i o p i i é l . A H arm sI.
laté que le plaigaant n’avait qne trois égratinaires ont cru devoir se ratrancbar, devant les voir antftfver par des obsU<tra locaux, perdra
priûtli
P™"
. a- X.-S üllici.rs TCirailé. anléri.ur.iii.nl i
i
ir» .
'
difficulté* prim ordiairs conme celte da la pro­
Q w n t anx antrra fû ts sigoalés par Ira jonr> craintes de destitution manifestées par plusieurs
1, , r t a „ , d . I. ,0 . „rd ci,« .
. r c h i . « „ » Sonli,.
priété
dra
terres
ou
celle
(û
régime
administra­
agents, il ne nous parait pas possible, pour las
laux, j 'a i an mains las procee-vsrbaux qui a i t
depui. I oigaiiisation des «adrra de réserve e id e r „ u f i-w r.» .. é T
" T 'i ," " .’ " ........
autres questions qui aeus élaieat soumises, d ’ar* tif de l’A'gérie ; mais c’e>t au législaUur, c'est 1 armee territoriale, reprendront rang également Oudaîd f ï î f h & m l I*
é t é d r r a s é s .b v<Hci on :
river è la lumière complète. La coniiiiualion de è tous ctux qu’intéresseit Ira dratmeas da ceiie d-i jonr de leur aominalioD A leur grade dans i î ï ï e m ^ l & . l ï ^ ! v
Tendroli a eu lieu, par les équipagef di
Le 16 février, un « a u r N ^ n a , se d iu n t a t­
aouvalla France <ie a’u a r pour 1rs surmomer.
l’armé* active, déduition faite du temps i.aB>é H / V Æ , S
'•'* * ''[ i
taché an F f g V t a déclaré avoir été arrêté rua l’anquête dans ces conditions ae a u r a it couvoC’est dans la provinte d ’Alger qu’il y a pro%UHi A Murro***’ ****
nir
i
aucun
de
nous.
dass
ia
porinoii
de
retraite
jusqu’A
l’époque
da
n
ltÜ
n
\
^^0“y'*''““Th*lle.
S aintFfiaerg* p ar no homme an blausa. La
Neus «vbns, en cons^uence, l'hanaeur da poriiODuelleiiieot ia pLs de Français; dans ce’la leur admi sion dan* ta cadre dra officiers da ré- î!®,
U vauimii avril fait débucher un oarf d ix lo
' l ' P‘‘‘'P'*risire a S.mli*.
ë a n r Négrao aurait c n é et l’a m illa a t aurait
de (^n*tantii>e le plus d'indigènes nusiilmaus,
cor» qui s Ml L u battre daa* le* Grands-Monte.
îî Î!î“ *
'); cultivât. A Noirémont.
n r ô ta faite. Il résulta da l'enquête qui a été vous prier d« vouloir bien nous relever de la et dans la province d'Oran le plus c’élranger’i. serve ou dra* celui de l'arm ée terriioria e.
mission
que nous aviois aceeptée.
aux environs doSaiat-ieiB et deV audnm pent!
Il NI d’aillaurs entandu que calte dernière
'I'"'
m ita qn*an han m è l'haura indiqués parle sieur
Dans
celte
dernière
province,
les
étringeis
l’amVauilirx agréer, monsieur le ministre, l’assu*
Pouieuivi par Ja n * u ie. le ctd fs’oal j e t é ^ u
dhpoiilion ne s’applique pas aux officiers dé- Îj'**'*^r(A-;B.)>l‘'b r .d eveuUil*jbt»^G*.itviève.
il j avait un agent de police et un sousportent même sur les Français. S ar le nombre
rance de nosw atim ente les plus distingué^.
I etai.g de & inu-P érine cl s’asi réfugié s a r l'ilo
aissionnairos. attendu qu'il ne peut y avoir Gouvarcbel (L.0 UI* GuilL). rentier A laim.H.tier!
frràa d iir.
total des élrangen* résidant an Algérie, q û rat
qui a olève au milieu des eaux. Los ossistenio
UCHAS assimilation entre la posiiion de 1 officier
Ue o*iiat
0*111 rien v u , riao antM dn. (Riras à gau
SCHSLCBBR, TBOLII, ToLâUf,
J U a tS SDPPLBilTTS
.
.
.
.
.
.
.
.
.
de 158,387, 4.668 *euleraent dem«uraiaut^aa
I " n t i « u d w » c o i i . o m e Q U ’u a i r è e b a i U 8 p « t i d e .
^ ) . - U y a lien de y a ir a que le f û t n 'a an lieu
Liouvilli, T irabd.
on relraile qui ceiiserVe toujours la propriété da
/i 1
»
.
tern ta ired a cam mandem eut. Faut-il en
1^ magnifique dix-cors émoigoaii iéo *a ersad*
■on grade et celle de
clure q u e ls légliur spécial da cette paitie le
_________ ________
taille la lurute loul entierv qui puliu ltil autouf
On a fiut du bruit an sujel d'une affaire dite
qul l . p .rd u .
d .n s I.
K l * ; ' I (Ain
l'Algéne
rat
lODirairs
a
l'immigraiiun,
et
q
^
de-iui et le iiarceiail de toutes parts, ueodaol
M a b u n (K ra iiç o ») b o u ia r g e i A B ra u v a (» .
eflàire Bogel. Il s’agit simplemeut d ’un bomVie civile.
la restreindrs c'est favoriser Ira progrès d _
que-la nobio bêle faisait lête aux c h i ^ f »
m e qui a rié bousculé par un individu en état
« J ai l'henneur de voue prier de vouloir bien D a g e ( A u g u b le - G a b r ta ) , r a r r c i o r a B o tu v a i*
population européenne et ceux de la civil: arenvoyait de sa ram ure pour 1m k ncor d i t »
d ’ivreme.
deoi<er Ira ordre* necrasairra pour assurer, rn
tien
7
11
suffit
d>t
poser
la
question.
1 eau du lac. atieudai»( le m om eol da m faire
S o in , M a parlé d 'u n profraseur de Ghaptal
ce qui vous concerne, l'execulion de cm dispoLra Espagnols sont ira plue uombreux :
un PéfMgi au milieu de sM acharnés onotm u.
«i'ions.
Oi aurait été an ê té perd ra malfaiteurs. CeproLn S«>«lë4ë dr« A|*rlciallcuiqs
sent au nombre de 94.038. I^esliatiaiis viann iit
Toui A coup le momeol so présente; il croit
A L f iÉ R lE
f assui
I -a rentrait
........................
c h » lui, an compagnie da son
■ Recevez, mou ch'rgé.iéral, l’assurance de
Me l 'r a n M .
au deuxième rang, avec 26,323 coloii.<; puis
voir un'» Jatuue dans le cercle m eoscaiit. a v
fils, Igé da 15 ans, e t d ’un autre jeune homme.
La recensement de la population de l’Algérie Aflglo-Maffais, que notre biatistiquedésignesaus ma haute coitsiderelion.
piecipile al Hi fait rapidement ■■ pasm ie au
La
Société
cenlr*lf
de*
-giiiU'tMirs
d
eP
rin
re
,
S a route, il n a c o a ira trois canscnts en état d’i« a été efTectué è la fin de l'année 1876. Lra ré­
I L f ffliAiiIre de le gutr e
le nom d Anglais et d’Eco&raiis : ils suoi au
oiiiiau de la meiite giouiliaute o ia b o y a u te n
qui (umple 4.000 ii.embr.», tici.t, «aitt année,
vrame d e n t l'im bouscula un de ceo jtu n ts gens.
sultats viennent d’en être publiés. Us représen­
• 11 G rg -let. ■
■ombre du 14.313..
IKiursuil ru nageant ver» la rivo. Hai* m dur*a erasioii aiinuriit ao firai d U ô i'l, du 17 a i
I l n’f ■'a p u an de rixe i proprement parier,
tent an rcel intérêt.
11
y
a
IU.Ü54
€
autres
étrangers
»
:
n’au­
m êle heure était venue. Le c e rfé iaii aux aboie.
22
février.
Le*
sactiuiiss’y
reuni*>oiit
le
malin
n a i s échange de q u e lq u u coups.
C'est la première fois que l’on appliquait en
L lidllali toune, al le cuiuto Robert do l ’Autlo.
«t i'auembiéa gaBérala lap iè -m idi. Lseeanca
V ëlè ce qu’on appelle des attaques aoc- Algérie les r ^ l r a et las cadras en usage pour les rait->■■ point, par busard, engubé »au* «-et a
denomiBstioii un peu faiiiai»uia ira Marocain»
da sa boule teille, I qjuate de sa carabine 01 le
d’ouverture s eu li< u lundi.
dennmbremi-nu da la m étropole; cette innova­
l a c * e u |c s ig : e n i« a B % v * l * n l a l r c n
et le* Tunisiens qae nou-i ne va;o<>s pa» sur la
ra rl eu carde dra cba-seure, qui était fort brUM. le marquis de D.«mpieire. ’aiicieu député,
Haihenreaswaent, H . Blachèra e ’rat pas seul
tion permet de faire avec la France de curieux ! liste da* étrangers désignés sprciaiem m lf Leu
em Ite ê O .
proNideiit de ia Suciéte, a prononcé un discour»
è attribuer d e l’im portance à ces faits, et des rapprochements da chiffres, qui, juiqu'i i,
' Ailem ai'ls ne uoat q u au nam bra de 6,S13: li
— Chas
_...w ..e» .v
u N iio uHi
u siM
Go»
A courre
o i t iiv
lieuu ie
tous
1m l_____
m ardii
H. le général GrC'iey, rnini*tre de la guerre, dan* lequel il a rappelé le congrès agricoe «le
jonrfiaux de Paria Ira a n t racontée dans des arti* éiaieiit plus que difficiles. 11 laot bien dira, touy a 3,748 Sui-ses, «.hiflre relativement élevé.
leus tes v .u d re iu , «i ,o n l suiviis p t r de
. sur ie*qu*ln
...... l’ExpoNilion
de 18*8. It a appels l'aliraiiou sur
de desiguer Ira corp.*
d. vroad e s portant des titres è seii&itien : e V è r e d u
lelois. que Ira avantages da cette reforme sa fe­
H*ntu<niiun> aucore 3.673 Tares ci Egyptien». il 0 dirigés ira engage* qui m piésenterout du l>qura:ioo de rdmenagi-ment de* eauxi-tdm
mifireux «hai«eurs si dra sporlraen de U Ville
f tv o lv e r . ~ P a r i s eoups-^orpe. — Les as* ront su rtaa l sentir dans l'aveuir, alor» que l’on
Quant aux Cfaiiiaiu, dont uo s'e»l si souvent oc­
t a ,.v ir,n » . U p h i,a it d u uffieien m o a ta
l** au 31 mars 1879, c’est--dire dan* la iiiigxi'ona et sur ceibsdu Crédit egruole, que*ëo m m eu rs de P a r is , etc. >
paurra preadie comme peint da comparaisan, cupé, le dénuiubrem-ni du 1876 n'aii ascurait
I inntilriXil
_______
érux âme pénole le daiit Isquelie dtiivciil être lions i|ui oi<t proraque I* nom iii*lio. de deux
Lé nm pie exposé que je viens de présenter paur buivra les développements de i.oire colo­
que 35 dans toute I Algérie: e n a ra étairoi-ils o e v 'n s lra «'iigagenieut» viifoi>Utie* ou sxéiu- oonimi»»ioD-p«r ira ministéra» «ira travaux pusuffit à m a n lrrr ce qu’il y a de fondé dass to it
nie, la travail actuel de l’administration. Four portés aeus la rubt iqua g>.-ner*iu < Chiuou, |n liuB
du
decreldu
28
juin
1878.
hli<*
e
ld
u
eumer-e.
!■
a
lerminé
eu
«xpurant
ce b n iit. Ce qui est vrai, c'est qu’à la suite d ’un
la m om ent, ira éléments similaires se trouvent dicna et auifrs Asiatiques. » L’mvasioii dra
L.a circulaire adrrasfle s c«i elf-t aux commanm o tiL d 'ip ie e c t uptttoiisa tuelle* de l'agnh iv er rigonnox, il y a de grandes misères. On
faire défaut dans la passé, et I on rat «n face coolies ii’éteit pas encore bien seniible, oa le
dant* de cvrps d’arm re par M. le miuislre de la '
malière d«-* tarif- duu 4 Qier*. 1>
rencontra dans bm ruas, plus qu'oa ne la vou- d’une statistique à sas débuts. Vainement vouvoit.
gurrre fixe en oair<-, la «hiffie oi. xiii/um dra * rraume la* vœux de I agm ulture vn deiuandraiC dra gens qui dem andent l’aumône, des drait-on demander aux documeuts antérieurs
Répartie entra les deux sexes, la population eiigagementsA lecevuir pour chaque corps.
dant
pour
«
11* le duubie prui«-ipe de l’t'gaiiie
MalBêoreux que la clôture de lExpositioa
quelques éclaircibsements ou quelques indica­
sédentaire de l’Algeriu pié'enU il 735.497
Ce ('hdlre roax mero rsi ittt 2 0 pour chacun <nir* l’agnculiur* eU indu-lne, 01 de la reci« privée de petitra induairiss qui Ira disaient
tions camplémeiitairra : dressés su r un plan dif­ hommes cem re 617,344 femuies. Cette répar­
dra 144 rigiaieiiis d'inrafitm e, «te 10 pour ira proi'ilo antie la Fra (ce *1 u« autr«* pays
S A ÏED I M FÉVRIER 187*.
vivrd. Atout cela, U est facile de porter rc - férent, les rensaignemeets qui ont aie offic ielletition n'a aucune aiirtUgia avec celle da la m é- baiaillon* d* ch^uvxr* A pief. de 40 puur le*
m eut groupés n'offrent plus qu’une clarté insuf­ tiafiole où lesex* féminin l'em parle, au coaréglaient» é* xonaves, de 10 p.iui Ira tM iiûfnis .
discus iva s’ral ensuite en^egée eur l’euLfîgeuvernement if vst préoccupé des iu q u i^ fisant».
t traire rur Vautra, dans ta rappuri a a lo a .o o h
c
i
R A .v b
c o n ic e u T
«trsiiicun aliérini-, n ds 2 0 dans la rèft- ■ «••e»«»n»*>iil dép«rUm*i.UI «t «.ouiiuuiui
tndaa qui ont été répandues, et a pris des m eTout au plus pourra t-on noter que, d’après 10t>. Il faut tenir ram pte de la présence d’aoe
d o n n é p a r l a d i u x S o c i i i ù M n n c a ta
anref]
.jfp e n rla’ sc a lm
‘—a r. *'
Ürarandea
j - -plus
i
fréquentes- le receaw intnl lait eu 18W , la nombre des ha- ; àrmae proporlioiinaliemaut plus considérable meni de «apeurs-porapier- de Pari*. Il esl d f T s l'sgriculturo. Après «liver*«5s obraivations prepojjr
le*
réginieniB
ae
fuir*»'ierel
de
dra,:,«'ins,
8
«*'lé«**
p»r
.MM.
Di-.»aigUB»
«'I
Oupoi.l,
af(Ci
6
<
i<
<k la v ille de Senlie.
__rait faites, et Je service delà sûreté va êtrerabiünts de 1 Algé rie s tdevait, non compris l'a r- ; qu’en France. Cet élément joueeucore un grand
Je 2o puur Ira régiments do cba-seurs, de bus- “ <*pulé.'. M. Richard (lu C n o ) ei de Moni-Bouv'dé complètement dans la personne da son
dans u SA
IJ.Ebu THÉÂTRE
jc w ’i i
descendu, en rôle dan* cet autre fait qu'
. en A g é n a it y a troi* •anl»ei «rarullene, il«! 45 imur le* régimi*ni«de ■
te Suuélé a adople le pr«»j«l d.* loi iim
11872,
R 72. A
.A IttQ O Ji. et
lit qu'il
n ii il s'était relevé,
.>aI..wâ ...
I
..
ii-.i
chef at da son personnel.
à Q
3,416.225;
lois plus da célibataire* du *cx« roaicuiiii que chüsseursd'al'nqu.'. en lindeG p«i.rie»> pjlilj. ! a
.
t u ; l i concodu k
v..t« p ;r !«■Séi.al i l qui ral soumis A I*
Lee icqeiétudra vont donc disparaître. La rû- décembre 1876, a 2 816,575. Efrcoie ces varia­
de l'antre s»xe. Evidt-minent, lie* disiinclioi.s
Gn d crei d.. 8 se) teinbie 1 8 7 8 _____ _
Ghdiiibie de.s oéputés.
M
n
é
e
ra
e
lw
lte
A
O
A
I
i
■» «VlfHLIIV»
fe té d ra citoyens sera donc aussi entière demain
tion*, celle de 1872 surtout, peuveiil-ûlra s<ra- 8<raient ici de* plus utiles : élira l e sont p.is
récpiioii, *11 dehor^s dw |.fnod.t,( Jéi«iiiii-ié'*
Toiteiois, «lie a a te p lé un ameiid meni de
J m iVoitMaMia*.
te* COrvte 0 —tote..
qn'elle l'était hier. (Très bien I T ièt bien.)
b!tr M.jclies è caution. Veut-on recherclit-r fjiie.». Sur 2 8 8 842 hummra Biarm en terri­ par le lie- ral du 28 juin pret cdeid. dra u.'>8 iiK*M. Aiiit'Iiiie, q n deiiM udeque la loi on a,<pii»
que's oui été les pn g iès de la population eu
>
.
P
a
u
l
L
A
I
U
O
A
U
,
toire civil, 19,464s(u:eni(iit ctaieni polygame*.
ni. cMAHpa.etiiia,
ni*ni* vuloiitaii*.- tpi«' U* e6 f..nt*de ironpe, àgrà cabie dan» le nelai de deux aiine«'6 , au heu de
territoire civil : en 1869, cetie pupuUliun ne La pelyg iiiie e>t donc bien loiii ü’êire auianl
S«i TMitr* d$ (a Moniun.
«iolMtete.
de 18 ans n vului, peuvent tou racler po .r Ira MX aniiee*. Eue a iiiaintciiu larilc le q u i m êla
comprenait que 478.432 individus; en 1874.
dan» b« mœurs qu’un le suppUfie parfoi.». A corps «u lis *oDi inscriis.
U. Ké. HALVACX,
la «haige des budgrU «lei deux iiimi.» ère* de
H . a iiK n iN B .
elle atteigoaii 992 368 personnes; d'aprè* le chaque marié polygame currrspoii'l en moyenne
Qi'diJt eux eiifa.;U de iroupe d* te garde ré- J'agnculiure el de tin slru d iu u p ildique
(tel Am8« «ad.‘«rt.
nouveau deiiuiiibiaiuent. ellectait parvenue, en un peu plus de deux lemœes.
pubh.aiiieei ue |a g.-rulai m«n« inobde, corps IraiiemeiiU des piufe seurs d'agrtcu.tüie, el
487b, à l ,3 0 i , 18 O iiidivitlu*. Crat une augiuenM
. I . . VELUT,
Puur la p ’'ra iè :e fois, ia pcpiilation iédeiiqui ne riçoivent pas d'eng gra vuluiilaires, ils jfie ia proposiiioii qui a é e tailo et kuuieuue de
taiid.ni taiia contredit raiisfaisanle; elle parait taire de l’Algerie a été recen-ée par Agra. L-s
/ftllttl*.
I>u / 0 fé v rie r é870.
sont aJmi&sibIrs a s'Migagsr daus leui autre payer eiitiareiiieiii ces professeurs »ur la seul
telle, du moins, à première vue. Mais quelle rat tableaux que nous avuns sous tes yeux comcorps d» iroupe «lu inonienl qu ii* rcunis^nt bu igct du miiitsière de l'agnculiure.
ta aigtiificstion véiilal'le? Pour que l'on pût la : jprennantdes
. , „ r . „ femmes
. nariéra d» moins de cinq
le» c>.n.liliiious d aptitude. Coiniiie le* a u lrn
Ou
auiioocr
pour
sujourd
but
<
na
di-cussiun
p
r
o
o
r a m m s
préciser, il uardil indispensable que les terri- I ans et deshomiiira marié* de moins de .rapt an-.
A ffo n d is te m e n i d ’Oxès.
entent* de troupe, ti-ur- eiigagonieiiis sont re­ sur la qutistion de» traiie* de comuivice,
rniniÈ ns r s t f i n
toirra comparés fu œ n t les mêmes : or, rien de Celle Situation lient a certHior* umans uiusiiiçu* a toute epuque de J'auués.
m f.B o a e , caadidat républicain.. . 9,403 Elu.
1
Faiilaisif
sur
la
r
r
e e i u l e ...
variable comme cet élemeai rasenliei.
Tnnni.
nianes contracléra avaiii l’Age et non ciinsumIl ««-ste «(utuiidu, duiilsurs, d'une manière
D n m o n t................................. 7,623
/<ar la S ’ciéié mu-icale.
Chaque aimée, lult-rnloire civil s’accroît, et
niée*. La puisi le plu» iiitéi rasant do ce ran-ve,
générale, qu aucun ei gagenieal danlaiil de
■ M le - L a lre .
2. TVral à le Joie, pisika..............
parfois dan* des prepurtions considérable». De c'e.-t l'âge moyen de la population algérienne :
F à u u u c i.
iroupe II est compn dans I* chiffr maximum
L r s 4 ik u e o H ra i «1rs A i i i a i x a n x R rM Scrutin da ballottage.
cliaidee pS; N'** .cdam.
1869 > 1874, il s’est élevé de 1,234,371 bec- li n’e»i qu ad e vingt-quatre ans et iiiiio moi*. Il
di * engog«mcül» A r«H:evoii par ■baque corps.
A fT o n d û sem m f d 'Y stin g e a u x.
Samedi, le concours de* animaux gras, Jo
J. Andnnte t f P tnele, quatuor
terra A 3.960,111 h n tare s. A la fin de 1876, il NI ainsi inférieur de six ju s et onxj mois A ce­
MM. BioM ban, candidat ré p u b .. . 9,411 Elu.
I palai* d* l Industrie, a ete ouvert au pubnu
embrassait 4,159,955 bectarra. Au 1*' oitobrv
pour vi-loii. flûte, viutoncelte
lui de la métropole. Hais la présenta de i'ariiiée
MaUrtra, conterv. ^invalidé). 9,108
I
Voici Its qukir* grand* prix d ’hunnaui qui
et p t i ii o ... i ........................... Snonn.
dernier, il s'éiendait *ur 4 ,8 3 9 ,^ 5 hectares. A na coiitribue-t-ellepas A rom pre l'équilibre nor­
oui été remporté* :
par MM. üreune, L. Velul,
cette dernière date, ia population soumira A mal 711 e t A désirer que le-stalisliuoes pro­
Le prix d’honoeur pour le* bœute a élé rem
Uoirrne ilc E*«rb,
Charpentier el Q uinurd.
l'sdminisfration civils montait A 1,312,980 îiachaines perniettcui de kvrrer la réalité de plus
(L>*^«oh« TkUsrapiuqo»).
porté par te n* 17 (durliam-ibaroiate, rouan)
4 . (kvatine de Faust.................... GoDjiqp,
bitanli'. Comment démêler, A travers ce* chan- prA
pfSdiiibfiS kilug. et asitartenaiil A H . fieliaid,
lt'tatala larriiuriaux, Ira fluctutliona lèellra de
p ir H. Faul Landau.
Trrmiiions cette trop rapld* analyse par la
CUiun*
do 18.
da 19.
élevaui A Si-Aiibiu-le* Forgw (Nièvre).
1 population? La |T<im.ère condition da toute
5 . i e héelin du Jour, chm ur.
mention d u ii fait suez rt-marquable. Si I on ne
M omatinn.
■'/.amrtiittbb 79 8 7 j 79 91) » 0 3 ) » . «
Le pnx d hiiiiiieur pour Ira vacii»s a été n instati.'-iique est l'ailuption de bases immuables : s’occqfe que de la populaiioii européeniiv de
I ar la S«'iiii»ieane.
poilra p ir le ■* 167 (charoteUe blanche), p.^».ini
6 J eas lies bougé, chansonnelie.
* 7 ...............
77 20
77 30 • 10 .
H r la préfet d e police • adressé aux commis- elle n’a pas été observée jusqu’ici, et, si l’on n’y l'Algéris, en trouva qu’il y a 3,7 par 1U6 bab 851
kil.
el
apparteiiaul
A
M.
L
E
gneu
fil
..
rend garde, aile ue le sera pas davantage a tasts. Eu Fiance la proporiiun des nairaancra
/ um PU P a n s, chansoontlU ..
4 1/2V . . . . . 109 80 109 90 • 1 0 • >»
lû rM d a ptfiice la cjc u ta ire n iv a n te :
I Tnenaudle (Allier).
avenir. En effet, tant qne l'on n’adopiera pas, n’w t que d:! 3,7 eofauts par iOO habitants.
par H. Edmond Hilvacx.
112 25 113 35 » » • » >•
#
ParTs. 15 février 1879.
Le prix d’henneur lœur Trapèr* ovin* a été
pour Ira ratenaemeDls, dra cercles r^ionaux
Ainsi, la populaliun aigérianna esi d'un tiersenDBoxiènn PiniiB
a llrilu é a u ■* 358 (dishley-br richen), lande
fixeSÿ des circonscriptions constaritM, 0 0 en­ viron plus féconde que c«lle da la mélropule
M aoncnr le com m isuire de police.
1.
Faritaieie
su r
.............. V m ei.
peranl 1,071 kil. el apparlcDdot a M. Gmdre, A
L a récR d 'a n certain nom bre d ’atlentate courra le même reproche de confuBion cl d’obs- VoilA un symptôme excellant pour l'avenir de la
par ia Société musicale.
LdVsrdiBS
(Gber),
eurilé.
CertM,
iLw
t
déûrablo
que
les
terriloirN
colonisation.
nocturnea qui aaraient eu lieu dans Paris de3
.
Â'ur
les
Remporte,
clioaur..
.,
Le prix d'hoonaur allribué à i'eipè«e porcine
S s o m t.
pnis qualqoes jonra a jc4é l'alarm e dans la po- de comroandomeot soient de plus en plus ré­
par la S iiiisienne.
a éié decvrué au n* 434 (normand-yoïk-ahire
duira au profit des territoires civils; mais l’adpolaliao. .
. . . . . .
■fursiv-CsiinM,
pour
i
3
.
FcNfmiis-CsjinM
.pourvloloB.
n nB éiiO f.
blanc)
pesant
317
k
d
.,
appartenant
A
M.
Le
L » r M à ^ a m a n t s qtM j ai fait immédiate* jonction A ceux-ci de nouvelles poraesaion* peut
jiar M. Gliarpeiitier.
poux, A Ariemic«>un (Sriue-ei-Oira).
m e n t racociUir m 'ont donné l’assurance que 1a se faire sans qu’cticua 'rouble ne soit apporté A
4 . Air des M oittoustairN
IlAiév»
Lra
pnx
d'lieiin«-iir
pour
le*
volaille»
oui
Me
l’urganisatioD
gérgMpbiqua
spéciale
qui
servi­
On h t dâi * le i/eurntf de l'Aisne :
plupart da ces r ûtaétaianiabsolumerit inexacts
pai a P . temdau.
r mt'oné* p .r le n»347 («oqsracedeteF èfhe)
rait de base aux deaoiobreméO's périudiqt es de
a n eiiialièrem M t e x a g ^ . Ainsi, en vous raa Le éeirvt retelH aux p o< ur#urr-?é.jéranx
J . i.liP .» M n ,,ç h ( B u r
s .l m B .
e p«r Ir n 431 (puul »j. Ce* iteux lois »,.pai .
la population.
com M O dant de redoubler de vigilance pour réH ii - g a i r e parmi ceux quisuni revotpjé- te i.o
par la bvidiMeniKi
•e
lient
A
M.
D,.tey
(J.«i,),
A
C
<
‘rai.-Fouiitel..i,.
Suivant
Ira
i'idii'jtions
*ffi
bp--*
Boriiooi-nous, en attendant mieux, à l|axaprim er lea faite da cette nature qui vîModraient è
de I ho lerabte M. üabled, nOTe comiSlriut.
Une drôle de soirée scène
■(.• (.Sanhe).
dans toutes les mairira de Frauca, 0 0
lu 'au
lueii dra lableaux qui nous sont offerts. E e dee prodaira dans vôtre quartier, «t pour g a ra iciivl du parq-rai de la cour d - Niine*.
printemps da la présente annie, on ScpellHia,
ir M aéeuritédeacitoyen.*, il m’a paru Mécrasaire e c m biol876, la population recenséu élai% on
• La^disgrè e de N. f i t b i e é va raueerdan»
p t r 'j M t a B i i ü ,
pour la période d in»lruciit.n, tes hommes d»
d e vans n p p û a r les instructions donnée* da: s Algérie, de 2,816,575 habitaiiia. Ajouti<oi-y
P<^»‘ble surprise,
toutes arme* de l'armée terriionale éra l’Iasse* notre
pour l'aru ié ad eta rru e td a m erb f.O S l hommes,
des diooMtaDoea analogues, le 4 o'.tobre 1815,
L r v n i r s de cbaaalare de liede»«
L*C«lxrm > lingue.
«
On
y
sait
nue
es
iiiagjria(
ou airive A une populaliou totale de 2,867,626
1866 ei 1867, a l'exca|ition de ceux qui oiildei.t
p ar o n de mes prédéccraeurs.
o p éa m s.
diriinguuava.t gravi
le* iityre
L-s prouriéiaire*. frrmiers uu lucalairra *«'nt
habitants. La siatistiquo office le L it ici uuu été coiivuquM en 1878.
g i* û remarqué, écrivait U. Delersert que distinction : suivant que celte population est en
Parole- ^e Lionav, m usique d'O . lU sn a
’iKii «récheiiiiter ou we faire «-ch iiilier, avaiii
Les inleroMOs sn prauccupeit vivement de la de »a carrière judiciaire, p«r si'n *êwl O eriir ■
ploaianra d'entre vous ont parfois qualifié d a ipar
»uite
de*
rarvii
es
qu'il
ava
t
m
i
lus.
Eira
28
février
ceuraiit,
Ira
arbre-,
arbu-te*,
haielerntoiro civil ou en Urmoire de cummaodcdate exacte de celle convoiaton; j isqu’a pré­
Juuee par H“* A lam et M. Quéim,
I m m b nectainaa, de aimplea nxrasorvaouea, la m ent, elle l'étudie ou la passe auaiitôi sous si­
vu buisaoxB pxisiaai »ui Ira lerrra qui leur Sfisent elle n'est pas srrêlee. A uuilôt qu «Ue sera  r aux IuUm de* ;iani*. se renfeimanl excuisi
d’ ccumpagnsinenl sera tenu na»
plapeH d e MMpe* «otra gens ivres, par la seul
vement Jai* era feiciioiis. M. B abué Mmbls’^ ps'Menn-nt ou doul ils jouisseul A qurl«|ue tiir<- .9.UQ piam»
filée, nous la ler<>ns connaître a nos lecteurs.
lo u rd .
F*r
lence. Ainsi, 1,316,517 hab iu n ieae trouvaient
kR qne coa
an lien 'la nuit.
W
MT rixea
" avaient
‘
*
placé
au-de»susdw
oiagea
dv
te
poiitiqua.
N.iiis
que Cê soit,
Jusque-ls toute denisuda de retiseigneinoute
en territoire civil, y compris nue partie de l’ar­
a V iM p o rte d a bannir de votre corrrapenP r ix des places :
le croyons du moins avN nem bre d’autie
rail a i'auturtté m ilitaire, soit A nuus, « t
MM. ira MaircK sent chAr^jés de faire procéder
mée, et 1,551.109 étaient répartis sur le rraie
Aaew (rapporte 0 0 pNcès-verbaux) c tiie qualipersoMoM; il parait que noua nous éüon* A celle opération pour Ira arbrra exisiaol su r le»
du ternioire. P our tout ce dernier groupe «te inulile.
ic n tte n praeqtH eoMUmaMot employée dans
terrains communs ou lea proOienadm publique*.
Four ce qui concarne la réserve de l’armée immpé.
popnlaUeo, M uf 36,314 individus « séden­
« n iw a M ptepve. Bile ne peut être, en effet,
• No
lou s v e n o n s de d ir e q u e M. B r b te d m r « n Puur Im atbrM uu planiaiieiis de rouiM et eb>taires e , qui forment eu m ^euro partie le sur- active, la clsasa 1872 doit êire appelée, soit as
niipllniiéi q n 'a ix l û i s réunissant Ira clrconsfe r m a il e x c lu iiv e m e u i d a n s im f e o c tio n s do
miris, M. l'ingénieur en chef charge dn «ervice
printamps< Mit A l’autom ne, suivant ira ré­
la tè ilW e v m d ’n n véritable guet-apens arcom - |dua dM troupes d’occupation, aucun détail
•ici< al devra faire
la
procéder, s’il y t lieu, à te
n'ratdoonA Go sont d w « nomades », nous g i e s , d’après Iss termes dM cemmueicatioBs m a g istr a l, a e u s d e v o n s a jo u te r q u ’a u b -so m
d e vmliiMM et da vol on de tenlatire da
Il t a r a il e u c o m p r e n d r e lo u s 1m d e v o ir s e t
officielles.
mém» opération.
dit-on. Suit, mais pnisqae l'on réussit à consta­
to u te la g ia n d e u r .
I»e» b o ü tsM e t lo Ü N lir éM dM arbrra, h a ie s
Nous devons sjoular que cette distinction
« C stteexpreasioo d'atteqaa nactom a qui n*a ter d ’une fa ^ n si uréctse leur nom bre, ne pour­
T h * * tra t a ( k a ib .
« Eu 1870, au lendemalu du 4 sec.Umbie.
0.1 b u isso n s d e v r o n t ê tr e im m é d ia ie m e u t b r û lée s
rait-on réunir quslq u n autres raoseignementef d’appel-au printemps ou A l’autom ne ne cons­
« o n é n M d iie peint d'application rérileè F a ri|
1 boiiurable II. Bibied é'ait chef du parquet de
titue pas un droit pour 1m horuma* de la darae
•lans u n lie u n e pré e u la n i a u c u n danger au
Lundi 24 léT rier I 8 W , p«ur l i cIM a ra d t k
Ou b n i-il conv'nir que l’iudicaiion générale
;a tre V « U i
n d « d û i t judiciaire, a qui set fournie n ’a elle-ii.éme de mathématique
1872. La date réelle da l'appel m i fixes en au­ Sailli Q u.nliu. Celle ville se irouvait aan* p o m i de v u s de ia c o m iu u a i c s li e n d u f-u.
uuoM , I . iro u ,« , to u . la dinclion d . M. A |.
d*ailM M naeM ivéaieot fort grave d ’alarmgr l i
A partir du l " m ars, une visite »er. IsitM par
tomne, au raomvot dm granées msticsuvrea. ■arAi-L» ; la populaiioo euvrAre qui repréaeole
M ë i i f i l i e l d e frire croira è des dangers im a- que t’apparence? Celte detnièra version risqi.e
" f '* * " '* ''* » t * V
J'au.orilé rauiiicipale, la aeiniaraierie e t le» ! * * . î ;
P our obtenir l'autori.-*tion de faire la période la Ui0 iliédekeH h 4biiaiil8 . était aaiis euvraxe
d être ia plus vrauembUble.
l’agilaiiOQ uxtrême «t rinquialude génsraV
d ’insiruciieii au print<rops, il faut, aux r ^ r ga ües-clianitdin», pour sa<surer que l’écheDaus Tun dra derniers ducumente officiels qui
a . a x « r , h , | l B „ , dram a » m u d
iBfals trop voua ract'm m andsr la r ivistM de la classe 1873, (lesmoliLexcepliui q«$ Lautoriié lo.a;e M m bl.ii faiblir et prrdre ia iidiag a ele parhiul lOiive HiibmeNi eiécxté «i
concernent l'Algérie, il est d u préciserociii q iir
■ î
»rrière-i«ii*, 6 ,
iièeetieo d a era sagas inûm ctioiis. Il
•trerasr proci's-veibal «oiiCe le* aeliiiquaiil-.
d'iutsrètf (l’affairM ou d’mterête de f*m>lle.
les regisires de 1 état civil musulman présentvni
i.r u r ; ï! ! .r r „ .“
Babieu se n u .>la ui pnai>iuu du g invenieroeitt
llA ep M éftfer ropm ioneo appliquant d e s lu u D ttp Iu s ou moins lonsidérablee; que,
Voici la tableau exact de la répailition d »
nouveau. fiiAc* A buu ériergiv, giAce a lO*
i*e M«p eilUUe de l'evrmip ,
g | n m d s i qoaliflcaliana qui an
dans 1n tn b u s placées en dehors des villes et cla**M dans 1m arméto active, territoriale et
effüriNj.iiiiUa
ceux
de
l'a.immistraliwn
m
uni(llïmiin
a la iia.l) UanuTa
i l " ,imIvIM
" i î ^ " dde
à
—>» iiur M
w iir,
des cenlrN do colonisation, il u’exnte, en réa­
leurs réteives.
6 .. Maurice
Maurice Lumon,
tfiiiaintta.(.U
ci|»te, 1 ordre fui mau.tenu partoul. I.a ponu..11
i/im o n ,m
u siq u ed eM laouiklii«a.
A l i s n é g ^ e e la n le d é e e r ë e .
i ifaat prodnite a d'aillenra lité, quant aux a c t« de l’éiat civil, ancun muyen
Du l** janvier an 30 juin 1879, le* claasrs
cliai.tee
par
M“*
Elise
Lelebvrel
*
tlipu eiiiière de Sam -Qu ul,n n’a pas onblié
réelle inexacte qui, a ils de cuotiôle; que, par suite, l a iroimstraUon ne
L* Jeurnel officiel publie ia iiute suivante :
sstri'iniM au service m ilitaire soal ainii ré­
laliilu ü e le im e e t ai vciiiablenient patriotique
. Mnl penr « ffs td e je te rte
Dra piaiulni tiumbreuRM ont «té puitée- A la
coonatt ni les chiffre* d « n^issancra ni eaux d is
L- *pecl»i te sera terminé par I , i i O m e e .
partira :
de I h o n o r a b le M. Babied en c m ditficilra cir­
Éanvarnament de la Ré* déote. i M imperlectiom du travail que nous
grande
chancellerie
cuiitre
Im
iiiduatrivlDdw
oH
mm
d
'O
r
l
e
a
i
l
,
opértiie
d'adualiié.
paroles
I. <rmée aeiive. — OassM de 1873.1874
e r a lancM.
— n p i c i o » l'aeiiviié et le analysons s'expliquent a i n n : il «at A crauidre
rra A la aune de diversea expo*iliuu*, et qui
1875, 1876, 1377.
«nw'iquede N .^ ie lo r
• Nuus le radisonsdoncavcc cenviLlioii: It
i q e e j'a i rh o o n a e r de ^ e M t q u 'e l l « M s * a r r è t e a t p M aux limites
ineitenl sur le pro«)u«l de teurctnitmeice ou *uaII Aèsarsa de ferm é e êeliee. — Clasae^ da r é v o c a iiu n de M . O ab ted, a u le o d e m a in d u j o u i
f p P k k i, à i g n a d p r^ o a n VAlUb^ei dis^ territoires de eom naodem eni.
lW 9 i 1979.19744 1973, cette dernière élin i 9 1 W tttiotaira ripubueiia e t p i i j à i u * i i | pendeiil I ladevaiituiedc leuis magasin* la croix
6 t lè Légion é b e m e iir. Le granéweàueeUéf
ir tT Î iM M t ü r t
S
fi
S
Beceisemenl de la Popolalion
Î
Eleeliois iégislalives
Les agressioBs noetarnes.
f
P
i«|jVElLESl)KI'4l{TEaE\TUlN
jullelin niliiaire.
ArooQM ieliéeni
B iréét ittaïqaé, le
S a ^ S 5 ftv n e r*
■■
'
j P o l l M
Ce
DB
Présléence
M. L i C ii v é u ju i ,
d u mi
Sseroquerie. — 1
dem eiluiue k Parie,
isl aonarinculpaiie
tonsl ’il
la prévenue aveue li
a t agi condamnée et
Coups aolontâires
, 19 èiisi ouvn
cendam oé peur
m ir e s , i ’e d , d<
d e ee d é lit; 4 )»a c
d ’eap rieo n n e n eo l e
3
Tranchant
Ü diM d iU t — I
collivateiir è Baron,
sons Tinculpalioo d
p e n d est condamné
eenoMBeat.
I Fol. -* Uony (Bu
rier è N aièùitesui-0
connu coupable d * c
en six ju u rs d 'e m p r i
Fols. — Basierd (
Bouvner au He*niM
vont le tribunal sju i
c o o d a m o a tio A en u
Okt prononcée contre
Coups oelenfoirM.
tele), 33 s o i, hûcber
a’Ml rendu coupable
outee v o le n la ir M sur
connu coupable de o
on quinie jours d ’e o i
Oulrejfes 4 ogeut\
jardins (Ivau-Bapii
(Adelphe),' tnaiiouvri
ont ou tn ^ é le gardedans l'exercicê de r *
la, nuit, d a g s J a
tribunal |>our npond
veotwo, Im .deux
n v o ir : D«aijardiad, j
d ’am eade, el Tignon,
ttpage, en vingt uu
doux se)klaireD<uil ai
Fol. te. Rouge
fMaJM Gayant, 6 6 ai
cois), 03 an*, m»)
Juxeoco, soul alé» d
c u i^ lio n d e vol ; Im
aenunt pas è raudiea
défèul en chacun un i
selidaireaieat aux fra
P r iB
DANS U VI
depuis le 1
„ blanc ou de I**
lin bis blanc ou de 3
Clwa^tlllp - (
« Le b a r d u COHI
donné samedi dernier
un su cè* compi
bien A le voir rêus
l ’étant chargé* de liir
succès a d''pasBé loub
une fonle de danseur
costnm M originaux qi
dci-voas.
« Le* costumes éi
d'u n .lu x e itioiite. 0
dam<« travestie-, une
Vue Folie, un» Bouqti
cheér Mapoliiam et
trèi réussie: parmi te
Marquis, hq peiil Cl
Mignon d’Henri III.
.» On ne saurait aui
Hsurtaveni, ch*f d’un
«hèstrodu imL
Nous nie pouvons
coraiion de te salle,
Travail, Science* et Ai
pbéM anx couleur*
couronné d ’un pont n
cbeilre, el d ’où l'eau
ir|istem cnl parées.
• Nos sincère* cei
leurs ë aux ionstrùct
• Dimanche procbi
d e 1 heure A 6 heures
etinvMtt Nous nedi
celle après-midi, el sa
lion, d ’après t e qué
du commerce, Ira par
h N faire reprocher pi
CIlABBlIllj. —
Concert de bieiifaiM
ni
Fantere de (^autilly,
le Samedi 1** Mars, A
p M n ii
I . ijsP o u le a u x Πi
Fanfare.
L e Chie d Chicot,
Lucie de Lemmer
r u f Ballon, jai
Queluor de Sslxoi
Delapra»lièrN, Ü
6 . Le CemmùiwnNc
7 . L a Chaste Susan
lards, par MM. i
5.
6.
4.
5.
DEDXli
6 . Les N o a s de Jé
Fsbfiire.
Jkm uùm m m J
An.
ll u d e de II * A s i f a i
avoué h Sm IÎs , Ik
n e Neuve-dé-Pari
Buccesseur de
Vcmtc 9«r I
•Nvan nAraoRs
M A Ifl
Jardins, Terri
Sis
ASBNLI9 (Oi**),
Aproxim ité du I
el d«* la
ttt p ro p res
KX
lh*UN
Si* A AUHONT
L'adjudiraiion aiin
« l.m ^ iu a U<
■ * l« l 4
i
.
m
r p w iiiip f
» A ré« M » .
fT M , H rand 6 à l d « D ttit,
' ^ « t (ttn q aé , U dim tnelie S8 fv r n tr f t l«
tik in U n tm , /
jP o llM
o o i* re o tlo im e U e
DB 8 E N L I 8
P rélid m ct d t II* Baociak».
M. L i C iirA U JU i, lu b iititil,, occup* le ^ ^ e
d a m iDi-lire itublic.
Sieroqutriê. — OerM (ft« M > l« le ). 38 en»,
den e ilu iu e k P erii, com pânli d e v in t le trib u M leo u rio c n lfM tie ii ireecroquerir k C h in tillr:
le préveoue aveue le delii qm lui eet reproche
e te k tc o ad am a ie eo q a iiM J e u n d’em|tfiioQ>
M L
C n m eetoNM tm . — T n n c h in t (Julee-TiclerL il èiUf ouvrier bouliuger k Ou rergHO»«
d w c e o d a m o ip e u r d 4 il d i coup.4 e t bler«ure>
vM fltkireet l ’a rt, de nouveau, rendu coui>ibl«
d e ce d d l ( t ; 4»ne Gea«lam|ietioa .ea e ii J<iuia
d ’e a p rieo o n e n eal «et prraoacde contre le eieur
T raocbent
Ü diM 4itit — L c fn n d (Auguete), 3 3 anx.
eolüvataiif k B aroa. eei ciié devant le tribuitel
iOM l'inculpaliOD de coupe k u femme i Le-^
p i n d eet condamné eo i i i eetneinee d'em pn-
eenoenent.
I Fol. ** lio n ; (Bugènc-Aoiélée), 87 an*, car­
rier k NaièùiUsui-Ourcqi préveou de vol et re­
connu coupable d*- ce d â i t , s'entend condam ner
en six jo u rs d'eBpnM nnrm< n t.
fo lr.
B aiiard (TIctor-Jales), 16 ans, m abOHvner au Hevoil-Saini-Owii*, com patalt de­
vant le tribunal eiua riaculpalien de voL : une
coodamnatioÉ en un ibois d'em prisonnement
t»i prononcée cenire B u ta rd .
CSeuM p^H ta iru . — Leroy (Augustf-Aoa'
tele),33aQ a, bùcberon k B éibisj-Sainl-Pierre,
a’eit rendu coupabte'du délit de tto u p s et b i« e u r e e volenlairee su r un d e ses camarades; re­
connu coupable de ce délit, E,er»y rat condamne
en quinie jours d ’em pritonneaieut e t aux frxia,
Outnlfet à pgeati lapag» npetunu. - Dm
ja r d ia a (Jvan-Bapiuie}, 3 9 ans, et Vig-<oii
(Adelphe),- t u n e u v r i e r ' , dem eurant i Verbuiie,
ont outragé legariJo-:bam péire d e là commi^n»
dans I e x e r c ic e de sas fonctions et lait du tapage
k o u i t , d a s i J a XQPUBUoe; appelés dfvaid le
t n b u n a l |>our répondre dé~ o a r a t l it e t centra*
veotion, lue .deux prévenus sont conlam aés,
n v o ir : Di»Jardiaii, pour tapage, en 11 nâncs
d ’am eede, et Vigoon, pour outragera a u gardr- et
ta p a g e , en vingt un francs d'am ende, et tous
d e u x io i i d a i r e D e o l aux frais.
Fol. ^
Rouge (Uarie-Augilstjne-Rr)!iine),
fMiJM Gsyant, 66 ans, h Garon (t»ui<»Frauiis), 08 ans, manuuvriers à Poni-Sdinioa e n ee , sont até» devant le iribuusl ovu:* I tiicuipalien d e vol ; les deux prévenus ne m p r ^
eeni«nt pas k l’audience «t sont condamnés par
d é b u t en chacun un mois d ’emprisouut-ment «t
•olidaireateat aux frais.
S
P r i s d u P a in .
DANS U TILLE DE 8 EN U S
depuM le iG février 1870.
„ blanc ou de l** qualité, le kilog. 0 3 5
;in bis blanc ou de 2 * 'qualité le kilog, 0 3(i c.
— On nous écrit :
• t e bal du com m srte, paré et travfsti,
donné samedi dernier dans la salle du tiiékire, a
M un su cès complet. Gertes,* on s'at'endait
bien k le voir réussir, quinze comiocrçauts
•'étant chargés de fiire quelque chuie; mai» le
euccèsa ^rpassé louti-s les «epéiancea, grâce à
une foule de danseurs et de jolies femn.es en
costumes originaux qui s’y étaient donné rendti-veus.
« Les costumes é u iiu l d'une élég^mce et
d un .lu x e iciouK On rem arquait, parmi ledames travestie*, une Algérienni*, une Ecuyér#,
Vne Folie, une Bouqueiikn*, un beau («tit Pè*
cheur Mapoliiam et surtout m.e BuhéHiienne
UAs réussie: parmi 1rs hom m es, un P ure, un
Marquis, bq petit Cbailes IX et un heureux
Mignon d Hénri III.
,« On ne saurait aussi trop féliciter M. Jules
Heurteveut, c h rf d'oribcstre, qui dirigeait i’or>
•U streduiM L
R oiu iw pouvons passer s iu s silence la dé*
ç m tio n de la salle, où 1rs ecur^oos Paix et
m v a il, Sciences et ^ t s , se mêlaient k des tro­
phées anx couleuni nationales, et un rocher
ceurenné d'un pont rustique où était place l'orchaitre, et d ’où l'eau jailli»sait su r des pianiM
•riistenienl parées.
Bos siBcéren cempllmonts aux erganisa*
leurs M aux ionstrùcteurs..
Biroanche prochain, dans la m êm e salle,
d e 1 heure k 6 bsiires, grand bal d'en la n u paré
et travastL Nous ne doutons pas du surcès de
cette apris*midi, et m m com m stire d'inJi.*crétion, d'après t e qué nous entendions au bal
du commerce. Ira pan-nis ne veulent rien avoir
k salaire reprocher par lea rseolants. a
— Voici le programme du
Concert du bienfaiM nce q ui sera dunné par la
Fanfore de (^ an tilly , dans la eelte du T nA tre,
le Samedi 1 " B ars, k 8 heures du soir t
patniU B PiRTie
I . I m fùkU ê v x Œ ufi d'O r, ouverture, par la
Fanlare.
S. Le Chic à Chicot, gaudriole, p a r M. Bilch.
8 . iMciê i» Lommerwmr, iiar kl. G. N< iU
4. V U rH a/fon, jiar M. Gondfl.
5 . (jusldor de SeUniplunee, p ar MB. Legrand,
Delapra>*lièrrs, Üm h vi Deuin^
6. Le Cemmiitionnaire, par If. Baron.
7 . Le Chette Suiem ie, duo «li s deux V>éil
lards, par MM. Allard cl G. Nuëi.
DEDSikn PAiTia
i , Lee ifocri de Jeaneette, (antahie, par- L
Fsaliire.
9: O ù s V h m te pensée, rom anis, (lar 11. Lam olle,
10. f e e fd fre à M am an, par M. Goodel.
11, Air du (h ife t, p r M. Allard.
13. Le C m te O rp ,, faniaisie pour piano et
violon, pai'BM . Jules et Georges Ileùrtevent.
18. Le Suicide im pw ihte, «rêne, par M. Bilch.
14. LES b S Ü X AVEUGLES, oi.uretteen un
« el^ par MM. Baron et Bitch.
16, Cod eeve tke queen.
— Une lielle Mge du la vie du
duc d'Aumalu ; c'e»t lu CéurW er de le Gironde
qui parle :
• Le duc d’Orléans chéripHit leiis ara ùèrrs,
mais il avait pariiculièri roent une profende tendresee et une haute estim e pour le duc d'Au*
maie. Il voulut que celui-ci û t » ses côtés ses
pre iiiérra armes, il voulut 4ire le témoin et le
guide de cette jeune vaLur. De sorte que le Jour
•>ù il reçut te bap'êm e du b u , le duc d'Aumale
«ut un piince royal puut parrain.
• G'éiail eur les bor>la de la (^iffa II y avait
un .engagement acha né entre les Français ei
les Arabes. Leduc d'O léMOx avait envoyé s u o
ces'ivement plusieurs sides-de-cam p porier des
«rdie.4. Un nouvel ordre devenait argent, la r
cela même que le coinbii devenait plus terri­
ble; il se retuurna vers son étal-m ajor et de­
manda quel était celui dont le tour était venu
de indTch-r,
« — Nui, répondit le duc d'Aumale en s'avauçhOi :
« Le duc d'O rléanr jeta un rapid*» cou • d'œil
sur I" cha">p ds bataille; il vu à quel danger
il allait eiporar son frir.-, A cette époque, le
duc d'Aumale était très jeune. Bai" si c’était
un entant par l'ège, c'était un hom m e par le
cœur.
< — Tu te trompes, d’Aumale, ce n 'tst pas
k toi, dit le duc d Orléans.
« Le duc dA um ate so u rd ; il avait compris.
« — Où faut-il aller, et que faut-ii direi réondit le jeune prince en rarat roblaiit les réii&s
e son clievtl.
' a Le duc d'0< léans pous.<a un profond «oup ir, mars II sentit qu'on i a luarchandail pas
avf-c I honneur et qu*- celui dra pru.cra est plus
précioiix encore k ménager qu» celui d -s auires
hoinii>es. 11 len-lit la main k siin jeune frère, la
lui serra foilt-menl et lui denaa l'ordre qu’il
attendait.
« Le duc d'Aumale partil ventre k terre, s’rnroiif < dan> (a fumée et disparut dans la mêlée,
Le-'iuc d Orléans l’avait s-nvi dei y-ua tant que
ses yeux avaient pn le suivre, puis il était n s ié
le regard 6zé sur I endroit où il avait cessé de le
voir.
Ï
« Tout k coup..., un tbevsl sans cavalbr re­
parut. .
• Le prince royal se *cntit frémir des pieds à
la iê e. G“ <hvval galn}iani d -n - la | laine eiail
■lu nième poil que lelui du duc d'Aumal.-I
Due idra terr bl - lut travrrsf l'esi.rit : nuii l'rè e
était tué, et tué »n p a n a n t un erdra donné uar
l u i!!!..
/• Il se drra<a su r ses élrfrrs, les mains craro*
pcnnéraau poinm rande -a s e U D<*ux folro•'^,
deux grosse» larme* jaillirent de ses yeu e t roulèter.l sur srs jouoH pklt^,.. quand, soudain, une
voit m urm ure k son oreille :
— M oiisrigiisur, il a une cbabradue
ronge.
^
• Lf prince royal respira. L*- cheval du due
d'Aumale avait uiiecliabiat]ue bleue.
• Il se retourna, et jetant ses bras uiot.r du
cou de celui qui l'avait si bien deviné, il aiiira
Btir *en cœur la téie de capitaine de Ciiabaud
Latour...
Dix m nuies aprA*. le duc d Aumale, sain
et sauf, 8 étant aiquilié de son message avec le
courage ei le calme d’un vieux suldat, était de
retour près du duc d Oiiéaiis. >
— NoU'îapprenon.s la m ort
de M. JuiesH .iron. ancien président du tribunal
de coininerce de Goinpièg le.
M. Jules l l ’iron éiaii ne a L^gny (Seine-et0<se), le 8 jiiillei 1820 I fut peiidai.t un certain
noihbri d’atinera niaich.m ddecuira à La F e ri^
soHs-Jüuarre. En 1844 d vint a Corapiégiie, où
il prit un etablis-semeut de tanneur auquel il
donna une grande evtensiun.
M. Iliiroii e>ilraaiirx)ii-<eil muniri al de CompiAti.e le 30 avril 1871. Il y re.*ta pendant sept
sM iiérasansifilernipiion. Rt> 1K78 il déclara, au
inoiiient des dernière» électiOBs, décliner tout
m an lat municipal.
En outre de ces funclions, M. Huron fut pen­
dant très luMgtemp-^ juge au tribun 1 de com m eico; d<-18 /3 k 1877, il occupa le siéce pré­
sidentiel.
Cette iliiation lui va'ui d’èire anm m é préf>id rn t de la commission chargé,* d ’organiser I expositio • de Goiiipiëgiie de 1877.
M. Iluruii egt décédé a P ans,
r
C ra M a » l« y r. — Le sieur pem i he, ègé de
34 ans, a vie vendredi, victime d ’un accident
lernble. En descendant ilu irain 85, venant de
Crvil, il a été atteioi, en voulant Iravereer la
voie — d'après ce q u - l'on suppose — par la
machine du train 40 venant de Beauvai». les
deux traina arrivant pre>que en même temps k
Gramoi>y.
L** ai-ur Péroche est m ort k la suite de nombrvu»es blessures,
F « is ta la ie - lr s > C « * * p i« - N u d « . — Un
;raiid Ooncerl vocai et u airument-il donné par
a fanfare aura beu le dima- r h - 3 n ais. Nuus
publierons le programme dans nuire proibaiH
numéro.
P « n t- S a i t n t e - l l « x t e » < e r . — On nous
écrit de Pont, k la date «lu 18 lévrier :
< La Socii té muricSie de notre ville, sous la
directiun de U. M euui'r, nous a donne d imaiH-be dernier, avec le concuuis de plusieurs
jeonrs gens uu paye, une chaimaiilv soirse.
< On y a «h<nte plus sur* clianihiiiBettes qui
uot été fort guûtces. H. Eduuard Rcgnault a
nue vuixsymBaihique; il cb/ute ideu «t juriu.
B . Billot a beau oop d ’am pleur dans la veix;
SI j'ai un petit couseil .< lui dum irr, c'eat de ne
pas h-Mit*r k (ce qu'on appelle en p ro p re
term es de tbiàtr») développer tout son uigane.
de première insiance de Senlis,
Palais de Justice.
I t a d e de H * A r a y a iM e T i» m ts> œ j« ,
aveué k Sm IIs , Iteeoclé en droiL
f t e Neave-de-Paris, num éro 17,
iucccssear de M* FniMT.
V c m tc s i i r L ile ilm lU ii
• m a ■ksioRs n m natias,
M A X 80N S
Ju d h u , Terres et Marais
Sis k SENLIS (Oi»»), Heu d u Villevrrt.
k proxim ité du chem in de irr
et d«* la gare,
ttt p r o p r e s à b â t i r , .
H T
IP U IV
U O I»
Bis k AURONT, piès firnli».
L'kdjiid«raiion aura heu le MisB>«lk
U m tm
beare d e m i d t
CANTON DE
OiRiminl m'y prendre pour (aire voire éloge
j.* Q.. sfO l ménis pas y essayer. Ce que je po r
rais dlfiÿ de vous, c o m n e viriuoee et corom'
SCI o m ^ M le u r , tout le m onde le «ait.
' '
€ f/in Specleleer. e
au
En exécullon d'un jugem ent rendu
par le tribunal civil depn-m ière instance
de 8enlis, en date d u dix-huitdécem bre
t l 7 8 , «nregiKtré e t signifié;
El aux req .ète, peursuite et dili^a ire de :
1* Madame Loui*eRi ném t, jard iiièram ard c h tra dem -iirant a Viiiev*rt, faiiboBrg da Nenlis, veuve de M. Dra réEiiiile Gom|ilègne:
• Agissant au nom et camm» lu
• trtiv iiatiiriile «•( ligiii»«fo : |*Dt*• iirOiin|ii<-K>ir,2*JuliaCoiup cgiip,
« 3 * Ùegiieeine lA>üi*e (.••m,iègiie,
• 4 ' ft V iiinr Jeui Ba|iii»ie (k>in« |iiègi.e. ses quatre eiilanls iiinnurs
• iA*uB ifo s«>n lirai lags av« c le ut b-u
• *ienr U«'»iié E m ie foiiiiiiiègne; »
2* Ma-lam» Lu ie A-lèe T em ps j« rdin ère-iuai»lcher«*, ifriin-iiriiiK au iréinH
h eu, Vfuve en pienneps iiu.es de M.
Fardiisad • Viatar CampiégRO al afi
C éU lt b rairao apparente de fat e tO to n d e o ei
X(«>iitnRsaaDuelles; mais la raiaon réelle éU tt
q u e le ib ib iiio n franûiee, prraqus uniquem ent
■oinpo éa d'm uvrra d a rt eu d e produitafooesr'
oant I iiiduririe arlisii«|ue, tel» q u t Is M q i l S e ,
e< bro les. la joailtraie. la céram ique; lea ùiw ble» d a rt, «te., faisait une conrurraneaeoiuidé*
ram eaux P'oduitssirollairM anglais, R é i a n it
^**^f*^^'nercs industriel anglais un i t t y StAve
< P . & — U : irou|>e Robba, qui no.i
doiins (fis repréwniations thtk raies une f<i*
par semaine, mérite qu’oo se déia gs pour elle;
je dub le dire, j'ai été enlhou*ia»mé. CumiiM
critique, jl n'y a riin k dire.
< J'engiige mes concileyens k y aller; il forait
m dheureux que dra arlistra d« t-l«ut ne fubseui
pas ré com p^ 'és d t leurs efforts.
< S i m. R tbba peut se precurer un petit o rchssire, je lui i rédfr salle comble «t succès
complet. A diinancbel x
la »
■•»a, OD le sait, la roncurreeee « t l'âm e du
•’ > 'w . sur l’m itiativo du prince de
frallee. frappé des av-m latesqui ont été lé réauL
!i
**'*
**• * viposilion universelle
ne 1878, un nouveau com ité erganise-t-il une
I ouvells série d'exhibilious aniuelles iotarnationalas, arti<<tiquea et industrielles, qui seront
la centiouation de celles interrom pues co 1873.
Dès que M comité aura ariété w » projet de
t^ le m en t, il se m ettra en rapport avec le mini»1ère du commerce et las chambre» de commerce
a s Paris et dra grandes villes de France p our le
leur soum elira et leur dem ander leur coopéral'oa.
M B a m c t é r e deim m m ■aM B «« d e r a r s N * n d i M e e e c M 4
d e S trM lle .
■ J' 6 « ARTICLE
On se rar>p«le que les T ebleaux etali tiques
de» cariions d e ^ ^ e lU , «<e Bete, de Creii, de
Crépy-en V a lo U \t de N anleuil-le-H audoum
ont carii s u a 'e s d i^ e n t sous Ira yeux des I n leurs, Gonforniém m k la prnmaera faite dani
le numéro du 9 févrW courant, nous donnons
aujourd’hui i*aTablfiaV*de8caDlon»deiVMiiHiien-rA lie «*1 de PonfoSoinfa-Maireiice.
fo* proiham ariicle ^ p r e n d r a le Tableau
rée a p itu ttb f de le S itu e th n finandire deeSept
i'anlont de lu r r o n d iu tm M de Senti», établi
d a p rè* le duvumenia m p \ n i é s au B ini/ière
de I liiiérieur, ainsi que le Rajevé du nombre
de» corouiuneasubventieoiiéeHypur Vhetruction
prim aire.
'
NOMS
K
0
S ?
CA
nd
g
e
DKS
S a
!
COMMUNES
1
B.
O
a.
drame d Centlanlinople — le harem et
la mort (fun sufU n, par Lelia-Hanoum.
Les ouvrage» publiés su r l'O rient m anquent
p<)ur la plupart d ’rxactitude dans l u faits qu’ils
relatent ; teufo une leinm e, sachant la langue et
vivant dans le pays, pouvait nous initier aux
mœurs des harem s. Dans le livra que nous an nOi.çonskoos leileur», Leila Hanoum raconte
d une façon trè»-intéreasarite la. double catastrOf‘be qui a mis Qn, k peu de distance, au
lègne et à la vie d'Abdul Aziz.
P ar sa forme ce livre est nouveau; il l'est
au»»i par quantité» de détail» singuliers, iiiconni.s jusqu'ici en Eui. pe et pour lesquels on
voit bien que l'auieur a reçu fes confidences les
plu» m tim ra et le» plu» délnaies.
(1) Un joli volume in-18. Prix : 3 fr. E Pion et
Cie, éditeurs, rue Oaraucière, 10, Paris.
â E
â
B al^y-ar-Tbéraia'’.
B elléglise * ...........
B o ran ......................
1 .0 3 1
392
725
680
783
1 .1 4 8
2 .1 6 8
727
2 .7 1 2
9 0 .1 1
5 6 .3 8
9 8 .0 2
,C ham bly................
1 .5 1 3
1 .2 9 0
5 .1 9 8
2 2 8 .3 1
Cires-les-M ello * .
Crouy-«i-Tkelle*...
1 .5 7 7
418
1 .6 7 3
5 87
1 .1 3 9
422
1 4 4 .8 8
5 4 .9 6
1091
D i e u d o n n e * ... .
375
1 .0 3 8
461
4 4 .5 5
139[
E rc u is * ..................
Poulangues *.........
Presnoy-«*-TWIIe *..
Hesnil-Si-iieih (Lr) *.
1 .0 1 5
137
302
436
438
513
608
599
928
140
313
351
6 7 .8 7
2 0 .5 2
4 6 .3 0
5 7 .0 5
102
95
109
104
M orangles *...........
2 60
593
309
4 3 .6 7
Neuilly-ea-Tbelle * ..
1 8 69
1 .5 9 3
3 .6 5 6
1 9 6 .0 4
PflistoI•I^Rukeqer * ..
Ully-Ül-C«or|es
461
877
53 7
1 .8 7 1
268
63 4
3 7 .5 5
1 2 1 .8 4
1 1 .4 8 8
1 3 .9 5 1 .
1 9 .4 2 6
,S
» ge
ta
CINTIHBS
pur dcyrsHt «rdiaoires
et fitjatfd aairci.
>
J
Q
1
n
» âS ^
I--- 2 S
o * -a |
L E P E T I T J tO U lIN A l.
comiiteiicera le »am«-di 23 lévrier 1879,
1898
1885
1886
1878
1882
1878
1881
LES ETRANGLEURS
dernier Idy»lire parisien',
par ÀDOLPDii BELüT.
R c v iie seio'nlifiquo.
1882
1880
1879
1878
1889
1878
3 3 (15 FÉVRIER 1879;.
L -' kg s de la pieir»*. d'aprè* M. J Evan«,
par M. Gartullac. — Le» célibataire.*, le» veufs
• t i'-sdivorcra, au pnir.t -le vue dn mariagi*,
par M. J. B*'etlilon. — Necrolo^iie Discoun* de
M. B:anchard aux fuiieraille de Paul Gervais.
— Acadé'mie des >ciences de P.;ris. — Bulletin
de» publicailoi.8 Douvelk-8 . — Chronique scien­
tifique.
SOMHttRË DU NUMÉRO
1881
■ levu e p o litiq u e c i liU c r a ire .
CANTON DE PONT-SAINTE-MAXENCE
NOMS
DES
J
M
U^
h S
al
Z
u .£
n
O
1
,
' pA.
S; X
O
Al
COMMUNES
g 'E
I
S
m3
p H
K
5
la
P
s
o
u
B e a u re p a ire .........
B rasseuse *...........
P leurines...............
P o^t-St^l»(a(e. . . .
P o n tp o in t..............
R aray * ..................
R huis * ..................
R oberval *.............
R uily *....................
il-\aas(-«le-Lwg»il . . .
V erberie ................
V e rn e u il................
lillescamU'Verbtrie *.
80
145
7 02
2 .4 0 7
8 74
199
126
271
6 82
199
1 .4 9 3
1 .0 3 5
491
507
831
1 .1 9 5
8 29
1 .9 1 0
6 72
2 70
483
1 .3 4 5
490
1 .5 0 5
2 .2 2 6
8 16
1 .0 2 1
405
6 .7 2 4
1 0 .6 6 9
2 .1 5 0
6 09
136
907
9 09
2 .3 5 8
9 .4 4 4
1 .4 0 6
632
8 .7 0 4
1 3 .2 7 9
3 7 .3 7 0
INFORMATIGNS
Voici que!(iue» détails sur le. moi vement
ceium en ial a l'an», pe dant la quiiiiam e qui
vient des'écduler.
Il a été vende sur le marché <iux bestiaux :
7,184 i>œulB; 1.646 vache»; 394 taureaux;
3,267 veaux; 45,538 m outon»; 3,315 iiorcs.
Il a été amené su r le marché aux chevaux i
29 <bevaux.
Il e*l entré dan» le bassin d>* la Villelte :
2 06 bateaux de m<rihaudisvs diveises et 15
bat«-aux de ch rlien.
Il e*t eiiiié k la Ha le aux cuir» : 207 927
k logi de praux. «i d n e»t sorti 310 453 ku.
Au m aro é lUx louMsge*. le fuiu »’e«i veu>'u
46 f t . i<8 500 kil. droits ceiii|iris, la luzeine
47 Ir
la |>aille 38 Ir.
A B rcy. b s allairr» en vins et apiriturux
sont iqujnHrs bonnes l-a v .n te aux détaillant*
de Pari* a été d 4 400 hec'ohirra pnr j» u r <n
moyenne, et de 600 h>-« tuiiirs» puur ceux du la
ball.lelio.
A ia g a re aux m a r c h a n d i s e s d u c h e m m d e fe
de Lyon, le s i-X |>éditinn» et le s a r n v a g n <>nt
une Kè- g r a n d e a> i iv té Le tonnage de j a n v ie r
a eié * U |<érie«r d e 600 tu i .n r a a c e lu i d u m é m o
mois de l aunée d e r n i è r e .
I.SS seiouis k demictie organisé» par le» soins
d - rassistance publique et tout k fait indspenuaiits d u acceurs m>dicaux de unit al»orbcol
deux.èmea nncra de M. Philip|>«- Wellat:
Ayant M* Vantroya pour avaué;
11 »era procédé, contre :
B . François Gompiègne. jardinier,
dem eurant k laB igué, faubourg de SvnUs;
« Agissant au nom et comme sut brogAluteur dra mineurs Gempiè• gne, «i-dessua nommés; a
Ayant H* Pelbois poar avoué;
A la vrote aux enchères tiubliaiie», le
M a rd i d tx -A u i'f M arc 1879, A eure
de m t'd t, eu i'eudienca dra cnéra du
tribunal civil de Seiih», au plus oR raii
et di'niier anchér sseur, et k l'exlincnon
dra feux, ilei imme iblra dent iad é -igiiatiun suit :
DÉMIGIV/lTlOIV
P re m ie r Lot.
Trente sept art'S anriron de terre et
marais, si» a VilleviTi, entre la rue du
Pont «le Pioire» cl la rur[ieSaiiite-Prothai»/*, leiLint «l’aii «éio du noid le
•tiuiièm i lot, d'aulre côié la rue de
ViUevert au Moulla da daiut-Ricul, d'an
yov dtyti«s eriiuires
(t eilraordiurts.
Il
a"
2 3 .4 4
4 8 .7 9
6 5 .2 5
2 5 8 .5 8
1 2 0 .9 8
3 9 .0 0
1 7 .9 6
2 5 .6 6
112.31
2 6 .6 8
1 6 1 .3 8
1 1 0 .6 3
6 4 .0 5
1
o |
« à-l
t Eo k
Q
^
27
66
78
38
60
71
84
92
44
88
33
69
71
19
1887
15
1880
821
47
13
»
1879
w ^
P
as Q S
u
u s s
a
a
i
601
5 .5 6 3
62 4
SOMMaiBE ou NUMÉRO 33 (15 FÉVRIER 1878).
Le l'rojel de loi su r l'enseignement primaire
suiérieur, par M. Eraibi Beau»sire.
La
G èce à I Exposition internationale de 1878,
par M. Eiîg r (do l'Insliim . — M. le Uaréchal
•le llai-M .ihoii, par M. Chartes Bigni. — L’his­
toire en provice. — Le m ouvemeot littéraire k
l'élraiger. — Bulfrhn.
(On s'abonne au bureau du journal, 108. boulevsrd Saint'G ennain, d F a rjl).
811 mois. Un so.
Paris . . . . 121. 20
Chaque journal .
, D éparbm ents 15
25
Lra deux journaux j P ans . . . . 20
36
réuni».
| Départeroenis 25
42
P rix du numéro : 50 c e n tim e s .
137
Ep i l e p s i e
6 .0 6 5
651
271
1 3 .9 .1 2
chaque année dra sommes considérables. Hais
c e sl la prsimère fois que l'oB voit figunr dan*
le budgei de 1878 une somme spéiialamenl
^(r>-clée aux phihfriqnos ind'gciit». Le» dépense»
envixi'esd iné<le<ins et en médicaments ont
•t e i 't en effei 2 0 0 .0 U0 fr.
Il «>t mémo question d’augm enter cette
somme et de créer dans le Bidi< k Cannes, k
Nice et sur dlffarents points de» bords de la
m er, dans le M idi, des maisous hospitalièfc*
peur Ira malades atteints de cette ternbia ma­
ladie.
En 1878 d’après le rapport officiel que nota
avuiis sou» Ir* yenx, les dcpans s du ««-ivice de
Nccour* k domicile »e sont ch véra k 1 million
70.500 Ir.. dont 890.000 fr. pour Ira roah-te*
de iliver>es ^urt'8 . iraitra k domicile. 2 0 0 ,0 0 0
fr. pour le> I hthi»ique» et aut>e.* m.tlade* at­
teints d’iiffi ctioiis chroniques. 306.500 fr. pour
le» leniiiira accoui hé« s a •lumicue, et 174 OOOIr.
• n imiemi.itésaiix malades.
(mal caduc) et toute.» les maladies nerveusee
guéries par correspondance. Le médecin rpécial,
docteur Killisck, k Dresde-Nnusiadt (Saxr). —
Plus de 8 ,(KM) S'iccès. — Adresser la correspondaiice directement ou k MM. Saroier et
Stigraayer, 6 , ru e d e l’Echiquier, Paris, sous
initiale. K. 100.
MÉDECINE
I. Maladies de la Gorge, «le la Foi’a: et de la
Bouche, accident» causes par le mercure et le
tab'ic, — Faire u>age dra PisTitXEs db DsTSiN,
au S--1 >e Berilinilel : 2 fr. 50 la bulle.
II. M M i t . d - I E-lomoc el d u h l a l i i u ,
dijM fton, p éa iU a , manque d appélil, aigreurs,
renvo», vomiurmen/s. Cio. — Faire us:ge dra
Pastilles el dcv Poudres ub P atebson, au bisiiiu'h et mngnésie. — Pastilles : 5 fr. 50. >—
Poudre» : 2 fr.
III. Appauvrissemenf di< sanp. fièvre», maladtes nerveuses — L e V in d e B f.l l i n i a u q u in quina et colombo. fortifiant, fébrifuge, nnti*
ner»rM«, convient a u x enfants, a u x femmes déliiatrs. a u x personnci affaiblies par l'dge, la
maladie ou les excès, — la bou'eille : 4 francs.
D<‘pô a la pliarmaeie D etban, faubourg StDeiii». 9 0 , Pan», et dan» lo- principales pharniaiie* «te France et de l'Etrangcr.
On n'a pas nubllé qu’il y a eu k Loadres,
pen laiit qnatr- anner» ioiiS<rcnt.ve*, de.» ex|His>
p h o t o g r a p h ie
tio»s .inonell s iiileriialionalra, dont la di-ruière
d aie d e1 8 .3 .
Nous recommandons 4 nas lecteurs les porLa i-érie di* ces exhibitions, dont la durée de­
lrau»*canté«‘ émail de M. Roblin; nous avons
vait éire de d-x années, avait 't é bru queme d
vi*ilésa snccuisao de Senlis, rue Bellon, 24,
interiom pue par le comité organisateur suu» el aven» cooslaté que la galerie photographique
prétext-* que le» m<r< hBn<li»>i françifrra, adrra- I u il a fait construire ici lui donne au moins
sécs à i’ex|)09i ion, et qu>, prraqne toutes, trou­
beaux résuliais que ceux qu’il obtient
vaient des aiquireuis à Luudrra, entrant en
habituellement k sa m ison centrale de Pari»;
toute frdR hise de dr«ut. occasionnaient par ce du r**»le, tout lo fini du travail s’exécute eben
fait une i^irtaiiie perte pour le Q»c anglais.
lui,, rue de l’Eiilrepôt, 12, piè.t la Douane.
haut orient la ruvile fi-init-î'reihaisa,
d'aulre bout madame W.«bet. — Le
teu t cadastré atction 6 , numéroâ 277,
278 at 379.
D eu x ièm e Lot.
Qnaranto et un arra quarante centia­
res da maraïa-legumit r , au m ime heu.
tenant d'un côte nord a la rivière d'A unette, d ’autre cèié m adame Waliet et la
premier lot, d'un bout ia rue du Pout
de Pierres, d’autre bout le» Daroee >ie
SaInt-JtM 'ph. — Cadastré section D,
num éro 381 pour pniiie
T ro isiè m e Lot.
Vingt huit arra quarantr-rinq ceiitiarw de teire, a ViileV' r t , Iihu du l’Ornieni-Kate, tenant d’un côté M. Robert,
autre «ôté madcnioiaele D lbourse,
d'un bout la rue d>' Vtltnve(t,d antre
bout le cluroi'i «te l'Oim>*-qni-Baie «m
di* Lerquibayc Seciinn B, numéros 2M
ei 261 du cads»tre, et nuiiiéM 197 du
boriia^Hi pour trente- leux ar«v> quarante-quixivceiitiarra, r«« uiis a Ircntfliiw
d ouie centitrae par auUe de l’expropria­
a
S
CENTIMES
3
tion de diu x ares trentc-dpux cenliarf,s
r la Compagnie du chem in de fer du
ord.
K
Nom ivons d ose la bo o ia
i in s dérangMM^t, profiler 4k
eet artiste d iM notre vHte.'oar II
.ce t étiblifiM M iii lufomême «
tèm ps, joaqu'k ce qu 'il sa
fkîi
p ar un de ses opérateors.
/■ "
io«w
(le marcrecu excepté) de 9 neturea dit nulfai à <
3 he*—^
P our 1» B«M ., la p w . ert i M u U o i a , 11» .
q t r i midi Molement.
la vaille du jo u r où l'an dérira ptMia*
B a « B e U o B K » ! , à lB « a U i«
P .-S . A» Une erreu r généralemant répasdaa.'
qu en ne peut avoir d a baonea photogra*
d'avoir u n costum e noir;
cette (liloculté, ainsi que celle des yeux bleua* a
4 é vaincue, ü y a plus de dix ana, par, la p b a^ r a p h e Roblin ; en peat eo ju g w p ar Isa
épreuves cooteiiura dans ses U bleaux;
ItR
enfants, la contraire est la vérité.
BULLETIN COMMERCIAL
S ur la demande du conseil de lalubrlté, H. la
roioistye de la guerre a désigné le docteur
AutMr, médecin-major «le 3* classe, agrégé du
cours des épidémies k l’EÎcole de médecine mili­
taire, pour se rendre su r ie Volga, k l'effet de
suivre et d ’étudiar Ira progrès da la peete.
N E üIL L Y -E N -T H E U E
ca
Bn I audience des criéra du tnbunal civil
Art. 1.
c M. Labarre.. O h l m oirieur L barre, je
vous
demande p ar ion; mais vous surira >lù
voue a b 'le n ir... voue lu n q u ie i de voix... et de
mém oire, et puis' la, vraim ent, vous nuus avra
fredonné une eh.in-0D qui p’étati pas du m rilleur e u û i; ça seoiait trop le café-concert.
a
Fanfare de B . Meunier q fait dra pro­
grès. j'ai «té heutsux de le conslaier; encore
un peu detraivsil, et elle sera digne de concdbrir avec les mellleutes Sociétés muHicales de
nos environs; du teate,elle eit an boones mains
puur y arriver.
>
• MainteniDl, p as^ n s du sérieux au co­
m ique.
< La charge des musiciens de Nonancourt a
eu un siHaèa de fou*rire; rien ds plus comlifue
en effet que cette sayoète excentrique »t dérOpilante.
f Le Tour de Babtl a été ai-es bien in t r prêtés ; j ai remarqué surtuut le jeune Biet, qui
s'rst révélé comédien conaummé; l'Auglais Juhn
a aussi beaucoup plu.
« La bouffonnerie des Deux Merit Gafoeni
a été le beiiqui‘t de la soirra; Ira deux ariùlra
am ateurs Piquoiseau et GerniÛHt e'«n sont tirés
k merveille; les dues ont été parfaiiémeot c o n ­
tés. Aussi le public a -t-il chaleureusement applauilt leu iiierprèies.
< Somme toute, bonne soirée e t bonne re­
cette.
« Merci donc k vous tous, musiciens et am a­
teurs; nous som mra cenients de veui<.
c Si vous nous dotinra bii'O'ôt, ce que
j ’espère, un d*-uxième couceri. jonez-iiosN e e «or- la charge de ftoeanceurt et l'upéreiie des
Deux Sieiit Ca'ÇOAS, vou* é es sùr* du suicès.
c (lue cliaiisuu-painulique ne nuiiaii pas non
plue.
c Veuillez m e pardonner si jè vous donne
Ci s a v u ; c'e»t pour le bien que je le lais.
• B . Octave P oix... j'allai» vous e u b le r...
Q u a triè m e L o t.
Une MAISON sise k Villevarl, s u rle
chemin qui conduit au Moulin de SalntRicùl. (iivera bktimcnla, basse-cour,
petit jardin légumier, dairière la maison
aulrt) ja n h n , el marai» ensuite, conte­
nant environ quatre-viiigt-dfux ares;
section B, numéros 343, 343 e l3 4 4 ;
b n an t d'un côté orieni k M. From ent «t
au cinqu'èm» lot, d ’autn* côté k M. Labourrix, d ’un bout nerd k la rivière de
l’Aimetia. et u'autie bout h u n terrain
di> la ville de Senli» longeant la rue de
Villi'veit au B oulin de Saint-RieuL
C in q u iè m e L o t.
Vingt-cinq ares vingt-deux centiares
de maïaU. k Villevert. prè* du Pont de
Pierre», tenant d'un bout du nord à B .
From ent, d'un bout du sud la rue de
Villevert et le Moulin de Saint-Rieul,
d un rô 'é occident l« quatrièm e lot,
d aiilre le ruo dn Pont de Pierrra. Cedlkitré aection B, num éro 841 partie.
HALLE DE PARIS 01^18 FÉV R IE R 1879.
eo u a a c o im a u n x in t P ar 100 k.
Farines de eomsemmutisu,
Msrque D « W .,. 59
à* .
Biiu et B e sa c e ., 5 6 > k 5 8
Autres M rq s e s. 84 * k 55
ra rio e de seigle..........................
J,
37 « r k * ï ; »
8S 66a3693
84 40 k 15 08
g j >s k 93 50
® * * * * ttàM »nH o 0 H eure»)
HMi^Hsrques..............................
bupéncuw s..................................
58 75 k 58 80
56 75 A 86 50
u aiL ia iT M A i i it o u k a iK U s ta
18 février.
GO» o m o iu i
da taor.
da 1» TolUa
85 • »
83 - •
93 •»
70 •»
œ ••
C o lu disp. en tonne . . . 85 » •
— Tout fût disponible. 83 »»
— E p n ré e .................... 93 • •
Lin - ’sponible en tonne . 71 • »
— en lût ....................... 69 » •
^ . c o n c u iiiiu u A i.a
Celca.
t,^^
Pisponible . . . . 83 s • Dlspouifale. .
69 2>
F évrier
W . , Février............. 69 25
«a*;’.................... 83
2 5 'M ars 69
..........
SA
Avril................... 83
50 j Avril............
69 25
A E té
8* 25 h E té.
71 50
4 derniers 1879 85 ~
derniers t'879 71
Li» i«)ü ^ ^ n e u , l u tl Lee toi) lüt."M U , fûi
eonip., esc. 1 0 / 0 entr.•. 1 er—
- - i 0 /u « u r
eoinp., esc.
s a a a is
Paris, 18 février,
c o » o rric in i,i,i
Sojaw.
a*ls«aUia.
88* s a c c lu r i f f l.7 - 9 .
5 7 25aà»
57 25k. .»
—
tO -13 à l » • » SA 51 .B .» . .
B la u c s , ty p e u* 3 . .
6 <: S 61
tO 78 61 •*
P oune so r te
139 / O »
139 0 . . . .
B c li, t u r ie
1 .0 5j . . , i ï ü »
..
i^ eruHcat d » s o r tie .
7 5 »• • .
75 » . „ „
V é ta k s e d e la b r iq u e .
11 .50 » . > . j j 50
d e r a a tn e n e .
135Û > » a iS 50 s» a»
»,
»»
COTM(M M n n n ciA L t
i 7 J 5 4 » . 4.
M d i s p o ü b ' e ...................................
B l a n c i . - 3 , F é v r ie r .
.
Mar8; a v r il..............................................
61 î j
61 S 6
61 SS » . . »
„ „
„ „
...........................................
6J J S
6 1 »
H a f llu e . d u p . ( M t r . )
139 , 0
140 60
a s iR iT u io x
1 8 fév r ier .
^ C d r a COMMBRtUALI
F f a I - j U , 9 0 - , ekeeUUtre, es,. 9
S ;* n ? " '6l e ............................................
î / ' ’™ ' : , ...............................................
i ’f
..............................................
H ai-aoU t
..........................................
H é la s s e d i s p o u lb le ..........................
4 I . W 4 8 7 9 ......................
V IITC a LA e a iiK
0 0 o lM d i
65 75 4 \ ; » .
557 5
. . . .
5 i 75
».
5g
11 50
a.
11»
"
a i t v iA a iit.
1 6 F é v r ie r 1 8 7 0 . 3 5 . 0 5 4 k il.
so a o r ou ta c h s
i
« «4 0
, , y î “ é u ‘ 1 2 .5 8 5 k il.
V e n d u : 9 .1 6 lk i?
L ê d e m è r e . 1 0 6 1 1 8 ill* * q u a lit é .. 1 9 6 4 2 3 0
1 / 4 d e v a n t .. » 9 6 k l 5 8 ' 2 * q a a l i t é . . . 1 5ü a l 94
A lo y a n
1 41* à î 7 0 i3 * o n t l lt é 4 .
i M i i ia
B a ss e b o iic h » 3 0 4 1 2 6 iP a n , e u lis o t 1 44 à t s n
H O u in n
I
’
* » « » Dw
, V *“ d t i ; 7 . 8 i 6 k l l . I V e n d n : 5 .4 5 4 k fi.
1 q u a it t é .. i 7 j 4 I S f ij E n t i e r o n l/ S 1 « a k 1*30
2* q u a l i t é . . . 1 4 0 4 1 7 6 E n q u a r ü .^ 1 1 6 4 1 5 0
S * q iia U ié ... 1 1 0 k l 3 8 S a l ^ . . . . . T
. .k .; ;
G if O U
1 4 0 4 3 s - Fum é
* T U sî
IB o a rs * d e P e v U dm I S r ë v r i e r .
VOIfDS D'ÉTAT — A CT IW ie
S 0 /0 ..............
8 0/0 amorUs.
4 l i i (lit)
5 0 / 0 ..............
Banq. de F r..
Banq. d. Paris
Gompt. d’esc.
Creditagricoie
Grédit foncier.
,Gr. industfiel.
Créd. lyonnais
c fS i, Π|
' ' 'ép.etcom pt.
D
Société géoÉr.
! ; " l 'r . - % p .
C tiarentes.. . .
E st
.
Midi.
N ord
77
80
I(i9
Hi
30.10
7(10
760
765
670
7(0
482
67'*
477
30
692
83t)
1393
80 Orléans
80 O u e s t.....
*.
J 5 Par.-Lyon-M .
C oB n.M r.gas
Ifociete inuB..
. G onp. tran s..
I Hnss-niaritira.
GaMsi de Suez
x lu K e...............
« Fonc.d’A uir..
* l 'r . n iebilesp.
50 Cbein.aatrich.
50 Société fluane.
68 S .-A nl.-Loab.
Nord de l'E sp.
»■' P aiap e ln n e ...
50 P ortogais. . . .
16 Ch. fer. Rem.
Saragosse..
1197 7 5
775
lU'O
1297
14
*—
403
«35
698
74
»i
>.
50
so
a
f
75
80
738 5Î
w.» D
.w
S3S
492-5fr
150
,
287 50
305 7S
77 50
341 2»
O
lLIO
A
TlM
ia
Obi. dn Trésor
D. <le la twine.
Paris, 1855-60
1 865...
1869...
1871...
1/41871
B onsliq.50/0.
500 4 0|0
10* 4 0 |0
500 3 0(0
10* S0|0
500 4 0|0
com.30{0
S’ 30|0
dép. 5 0i0
S.a1g.f50l.6*i,
Gauaux agric.
S ix iè m e L o t.
Vingt et u n ares soixante-dix-sept
centiares un tiers «le terre, terroir de
Senlis, lieu d it le Cheval Roege, tenant
d un côté M. Fossier, d’autre côté et
d un bout M. Ghamhellant, d ’antre bout
la chaussée B runehaut. Cadastré lection
G, numéro 160 partie, et nem éro 33 du
boriiaga, pour une contenance de vingtdeux arra quarante-cinq centiares.
S e p tiè m e L o t.
Qiialrc-vingi-daux ares cinq centiares
de terra, beu dit l’AHéedea Prèlresou
le Clos du G'iapitre, tenant d ’un bout
noM H. Mancheron, d 'an tre bout M.
i.abourt, d 'u n côté orient Ira héritiers
l)elaun<y, d'autre côté 1 hôpital général
de Senlis. Cadastré se«dion C, num ^ o
41 partie, et numéro 50 4lu bornage,
pour qu.dre-vingt-deux ares vingt-deux
ccntiaies.
H u itiè m e Lot.
Tr«>nta erra soixante-dix-sept centia­
res de b lis, au terroir d’Aum ent, lieu
d it le Gros Buiraoa, tenant d'uo bout
504 7.3 ■Gharentes.
242 rO Est 5 OjO... . ’
521 50 E s t 3 o |o ! ! ! i!
534
A ntennes. . . .
4 0
40i
Bourbon. 8 OjO
107 75 D iiip b lii6 ....
534 »• H M t . ( M , a )
5i8 . . 11*111.1866..
1 0 2 » . Viewr-Em m ..
530 »• Hid]................
107 50 N o r d r r ..ç ,li.
509 «. Orléans..........
465 a» Grand eraitral.
94 75 O a e s t.............
l i 8 * . Vendée ........
>• .» M é d o c .......
276 25 Canal de Sues
39 50
580 .»
3^1
..
367 59
J6 J„
5 6 1 ,5
361 6»
363 »
959 t .
366 »»
364 .»
361 25
188 7S
272 »»
367 a»
U Propriétaire-diérant : E rnrat P a u n .
du nord H .gli> (G (m is). û i l lM ,( H i p R? ü"*’.
.(Victor) e t Dupont
|Ëug6ne). d aiilre I . boii. d 'u n c A té l.
chem in d A u m o n I. S«nli., d 'i u i n cétA
C iilleui (Uippolile). C hdnlrd H clinn B .
num éro 6 4
M IS E S
A
P R IX
Ind«pandamroenl d n c h iru M , c l i n M
el condilioM iniér< « lu c ih ier d « r h i r .
ges, I idjudlcaiion . u n lira m r Ira
>“ '■ '• i “8cniM t n u anencé, savoir :
P our le prem ier lot,,
sur la mise a prix d e . . . .
1 (MO fr
P our le deuxième lot,
*
s u r celle d e . , ......................
|
P our le troisième lot,
’
s u r celle d e..................... ..
kaa
Pour le quatrièm e ioV,
lu r (Mlle d e . ......................
•
P our le cinquièmê l o t
s u r celle d e .. . ............. ..
j« i
P our le aixième let,
s u r oalle d e .
800
A n p e rfo r
’m
r r .
qaa
qaa
Ita d ed e M» Amjw u r tg I fm m é r m y ,
IM,
! 1,100
L t i r t 'o » '
i^ in r n m d * ....
T W d M ia ^ tp r ii.
^ V ^t té rédIflA par IV a o i M ursuinot
|T l .,
b n a U M tS S n r
firalif, qaioM fén iv r 1879.
8 i|a « : 1. VANTROTS.
‘ B u « i a t r i à S to lii, la 4iz>h«il réviier
1878, loU oM , caM 8 . Ravu un fianc
quatrâi> rô|M iuit canlim as, dédiooi
Signé : BooLAiifiiB.
• ^«IrciM fjM M raaoirdM rM M ^*
g netiM ib;
t* A K* VANTROTS, «voué à Sanlis,
M u to ir a p t U vm U ;
8* A H* PBLB013, avoué k Senhs,
fré ta n t A la vente.
8* A H* H O R IL , n o lû ra fc Saolit;
•* E t au Greffe du Tribunal civil d«
prem ièninslaDce deSeoUa, on le'cahiw
dut cbargoi eai dépw é.
Ponr ioeertiA.
Signé : A. V a n n o ia .
ArL %.
Etude de ■ * B n a e « a C h a l a e i n ,
iTOué k Senlis, rue S unt-U ilaire,
n u méro 10 .
P V R O E
VENTE
A v o e E o u rle »
S ’ad rm irr a H. HACRET, 3 1 , rue
Vieillediie-Pa^s.
*
H r atitte ^ eoMMrtioN de soiim
.
iqM ^kiftére,
De Vaxpédiüon d’o n acte dressé au
■rrefib d u tribunal civil de üentie, le
tiim t'h n it janvier 1879, constaunt le
gXj ^
an grefle ledit jo u r, de la
copie collaliènnce, o’un contrat passé
devant M* Vram ant, notaire k Baron,
l e treota et un octobre 1878, enregistré,
le par M. Julto Zactiane
j charron, dem eurant k
«ville, au profit du notifiant d e:
json située k kim enonville, can>
tSB de Nantauil-le-Haudouin, sur une
place et près du cimetière, avec circoostances, dépendances et jardin, tenant le
tout d ’un côté nord à ü ip p o l|ie Aubry,
d’autre côté m idi à Matins, par devant
k la place, et par derrière à une ruelle.
Laquelle veute a eu lieu niojeunant
o n z e cents fr a n c $ de .prix principal,
outre les chaiges.
Avec déclaration à Monsieur le Pro<
curenr de la République :
1* Que ladite nouûcatien lui était
ainsi laite en cenloiiuité d e l'article
8194 du code civil, afin qu’il eût k
prendre sa r l’immeuble vendu, au pro*
fit de qui de droit, dans le délai de
deux mois, telle inscription d’bypoihëqve Mgale qu 'il aviserait, et que iaute
p ar lui d e « e faire dans ledit dilai riin>
D M ibledont s’agit serait, et demeure■nü (Uftaitivemeut purgé et libéré entre
les mains de l'acquereur do toutes dettes
«t hypothèques de cette nature.
S* Que les anciens propriétaires du*
d it immeuble étaient, indépendamment
d t veodenr : Alexandrine*Josépbioe
Mary, épouse de H . Alexandre-Adolphe
Oameron; Mane-Kogéifie Mary; Aiexao*
d re Mary s i dam e Eugénie M u rse t, sa
{emme; tfiaode-FerdinandBaiin et dame
Mane*Vtctoire Tbiercelia, ea ,femm e;
Hippalyte Aubry e t dame Sopbie>Üenise
Boquet sa femme,
S* EX que ceux du chef desquels il
p o u m it être pris inscription pour cau^e
d'hypotbèque légale n'eiant pas connus
d e M. i^ucbois, acquéreur, il ferait
i n s ^ ladite notification dans le Jour­
n a l de S eslit, conformément à la loi.
F our insertion.
Signé :E .C U A U jlN .
A rt. A
Etude d e H- * ■ » » « •
n o u é Ï B e n lit (One),
n e H e n f» .l» P a ris , a* 17,
saceeeseur d e H* F am n .
de corp s
e4 de ’BîenSé
D'on jogameot rendu par défaut par
l« tribonal rivil de première instance de
Eenlia, en date do vingt-buit janvier
1879, enregistré.
E ntre Madame Adèle LiNBEBT, épouse de
H . C teviaB nea.m anoavrier, dem eurant
k C reil;
.
E l ledit Biear G o v u B e^è;
11 appert:
Qqe ladite dam e Berge, k été séparée
dé corps et de biens d'avec le sieur son
m ari.
a 4« i u l i quinse février 1879; •
Signé : A. VANTROYS.
Tisépourtim breelsiiregistré k Seniisf
le À x -b u it février 1879, folio
case
débet soixante cmitimee pour tim bre, et
on (^ n c q u a tre -v ii^ -h u it centimes pour
SorrgislremeDt, décimes compris.
Signé : B o d u n o n .
P oor msertion,
ftg n é : A. Y iim oTs.
A rt. 4 .
aeté reçu par M« H o m ,
« T s e o lis , le qoiDM février 1879,
m ir.
^ h a S S w d e r , M. PauM>org> s iaiisois,
.« 1
Jisiiki»*Han« Jsiisoib,
éM O si. tous dèmeoraiit k Senlis. — ont
• S o k l l . Bdooard-Florentia L n a m ,
m m i r if f n iîB . e t Madame a ro lin o -
ItaiMtea hiUlM , io» épww, dm™n a t t SM iM IieoU i, — L« fomU d .
i h Ui , , M i lc i il l w
w r c h i o d de cou' S S G M m ,M n li» u lid « q iie
j s ^ ^ l s la diéo W eT l’schalaodage, «t
g i’stj^oltalion du
Etude de M* D m l é x e a u x ,
notaire k Chantilly.
< D 'U N E GRAN D E
P R 0 iP B IÉ T É
S is e k ’S E M iS , hubourg 8aint*liartin,
numéros 85 et 87,
COMPRENANT :
D eux M aisons
i« D
G R Ak N
J A R D I N
T a t U i l a E A s i n s , D i s t U l ir i e y i t o .
A
L’adjudication aura lieu le l l it i * r i l
vlm g^A 'eim qi F é v r i e r 1M 8M |
heuio de midi.
En l’audience des criées du tribunal civil
do première instance de Senlis,
au Palais de Justice, rue Neuve-de-Paris.
S’adresser pour k i renteignenunU :
1* A U* VANTROYS, avoué k Senlis,
poursuivant la vente;
S* A M* LASSERRE, avoué k Senlis,
présenta la vente;
3* A U* HOREL, notaire à Sentis;
4* E t au gretlé du tribunal civil de
première instance de Senlis, ou la
cahier des chargée eat dépoté.
Etude de H* E r m c o t C h a l a i t m ,
avoué k Senlis, rue Saint-Uilaire,
num fao 10.
VENTE
S u r sa ts te tm m o b tliè ro .
En l'audience d u criées du tribunal civil
de première instance de Senlis,
ris au Palais do Justice de ladite ville,
rue Neuve-de<Pari8,
C M « r d e s u ite
P our causti de »anlé,
d e. T e r r e
Bd 9 Pièces, aux tm e irs ' de Barbery,
Honlépilloy «t Bal gny«urAtmvtte,
A
M r u d ln d le u lU B
U fliibanrhe SS Février, kdeux heures,
A Barbery, en la eaUe d’écele,
jh tr k m niêtér* ds H* Moaix,
Hoteirs d Ssnfii.
S’adrcFser audit H* Mo m l , notaire.
L ’U N D E S M E I L L E U R S
A vcudre pur «mudicaliuM
Fonds (le C om m erce
d’lpicerle,Vins&Liaaenr8,
4 1P i è c e s d e T e r r e
D E C H A N T IL L Y .
C h if l r e d ’aflTaires : 0 0 , 0 0 0 fir.
Mise A P rix : 20,000 fr.
L E G A L E
Suivant a p l o i l du miuiatère de De*
lafoUe, h u u ô tf k NaotcuiMe-Uaudouin,
m date du q u in u février 1879, eure*
riatié;
^
la requête de M. Alaxandre-Félix
CanchM», charron, dem eurant k Hen*'
lageï«Saüite-Félicité ci>davant, al a o
tnaltanent k Ermenonville;
P our qui domicile est élu en Tétude
de H* Ernest Ghalmin, avoué k Senlis,
m e Saint-Uilaire, numéro 10;
Notification a été laila à Monsieur le
ireur de la République près le tri>
1 civil de première instance de
V ilMtarc* 8 A a re s 0 4 c.
L O U B R
PlosiehTs Logempts
MO
MOOfr.
A
avoué k <8eofla, rue NenvoKia*
Paria, a* 17, ëuccamaur
'd a N * ra é ffv .'
S'adresser à H* UALtZEA lX , notaire.
A CEDER
Sises au tarroir de Ruily,
Le Dimanche 9 Mars, k drux heures.
En la salle d'école de Itully,
P a r k ministère de H* H o rel,
r
aofatraàSen/M .
S’adresser audit Al* H obsl, notaire.
U n
lArflrikiie,
Ëtijde d e ^ *
Pour'cause de ccesaiion d'affaires,
E ta lilis s e in c n l
le CARRIER et HARBRIBR
Uü n s I nT A M
Pierres eu grum e sur les formes des
Carrières du Valoiiu (donnant droit au
bail pour 1 exploitation).
Un Etabli Je pierres dorciage en tors
genie<, pour perron, bation, marchis,
dallfsde louii'H dimeiisiuns et carrebge.
OutiU et Ustensiles, crics, pirces,
outils en tous genres.
Trois voilures k pierres, hsquA pou*
vaut «h irger de G à lO.OUO kiUs, voi­
tures et bards.
L e t o u t d a n s de b o n n e s co n d itio n s.
S’adresser au Bureau du Journal.
notaire
i Verberie,
! M a is o n a v e c J a r d in
Sisek Samtiiies, rue du' Pailldid»,
El
3 P iè c e s de T erre« Bois*
P r é e t L a r r is ,
AVEi. C a r r i è i ' i r a .
Située' terroirs de Si-Sduveur, Oélhisy*
St-Pierre et iNoèl-Ssint-Martiii,
A v e n d r e p a r a d ju d ie a lio u
A V e n d r e a u x e u c b é re s
S u r les lie u x , en t o ta lité ou p a r lo ts
Le Diiii.iiiclie 10 Mdi's, a mu- Ir uio,
Par le ministère tU >1* LErnAnc,
notaire à Verberie.
On se réunira a 1 >gn h e du château.
S'adresser audit >1* LirnAMc, uoiaire.
A V endre «u
à
L ouer
.MOULIN A EAU
d e F o n tc n o y
A l'itltR hFO .N uS,
M o n té d e d e u x p a ir e s d e m e u le s .
A v e c T e rd o ir, S c ie rie rie d e
B o i s , g i 'a u d . K t a n g t r à s
p o is s o n n e u x
U ne
lla is u ii
A u s a g e d ’A u b e r g e e t d e C u ltu r e ,
Sise a ViLLEKS-SAlN 1-PAUL, sur
le bord de la nvièie d'Oi»e,
en face le bac,
RVEC DROIT AU BAIL DU BEC
e t 5 lle e t a r e s d e T e r r e
Sis au même lieu et au lerntuirs
de Veriieuil,
O n u c n d r a i f o u lo u era it s é p a r é m e n t
la M a is o n e t les T erres.
S’adree-er à M. HABUNCOüRT, k
Villere-Saiiit-Paui, pièsCreil.
J M a is o ii
B o u i^ r e o is e
A
L O L L It
A Senli-, rue de Ueauvai", n* i l .
S’adre?ser à Mad iDui.'elId VIOLET,
ru e au x Fiumigeÿ.
A
Etude de M* Auguste V i'u n ittiié ,
DOtairu a liaruii (Oise).
Jolie Maison bonrgeoise
E n tiè r e m e n t m i e a l u u f ,
E n tfe C o u rs, a v e c P a rte rre »
e t Juruiii,
Comprend .t irz*de.ihtu!i.<ée. premier
étagt*, grenier et caves, avec tiource
.d'eau vive,
SiSe k Baron (0>se), rua aux Fou.trres,
F a i l l i t e d u s i e u r C la v é r o l l e ,
n ^ o cian l an vius k Seulis (Oise).
A L O L E H
S’adressera M. LEMA1UE, maréihal
k Senlis.
Etude de M* U r e t i e , notaire a Acy,
caotun de Uctx (Oise).
V e n le a u x E n c h è re s
A L o u e r |iré»ieutenaent
A v e n d re p a ra d ju d ie a lie n
E n l'étude et par te imnistere de
M* ÜRKTTC, notaire à Acy,
Le Diinanclie 2 .Mars, a deux heure'),
5 adresser .*
A H* FRANÇOIS, notaire à Pierrefonds,
E t k M* Dc.ilEbDlN, notaire k (^ m p i^ n e .
Expressément où cofiiptanl,
En vertu d'uneordeiinauieiiekl. ieJugo
com m i'saire de la faillite du s'eur
Jacques Clavérolle, iiégoc aiit eu vins,
et a la requêie de kl* Lxsskure, avoué
à Svulis, ejnJic de ladite laitiiie.
A S o s t l i H . fa u b o u r g S t - M a r t i n
a u d o m ic ile d u f a i l l i .
Les Diroanchu 9 , L iim i 10 Mais 1879,
à une heure très précise de reltvée,
e t jours suivants, s'il y a lieu.
P ar le ministère de &1* B allêdeitt,
commissaire-priseur à iSen/û,
commis a cet effet,
U n
DEUX GHËTAUX EÜN&RËS
DË 7 ANS,
A V EN D R E
A la Brasserie de O e il, c lu i MM
BfUNCE Frèn».
A VENDRE
DEUX BONS FURETS
4»0't;«S TR È S GRANDE QUANTITÉ
VINS, EÂUX DE-YIE
S’adrekSi-r au Bureau du Journal ds
Senlis.
B la lé r ic l
c o m p le t
à u s a g e d e M a rc h a n d d e V in s
e n g ro s,
3 ' et de DIVERS HURLES
G a r n i s s a n t le lo g e m e n t d u s ie u r
C la v é r o lle .
Le public p o u rra visite r le M atériel
e t M obilier le S am edi 8 M ars, de
9 h eu res du m a tia à 6 heures d u soir.
P o u r p lu s a m p le s re n s e ig n e m e n ts ,
s adresser :
A M* L A S S E R R E , avoué à Senlis,
V ieille-R ue-dc-P aris, syndic d e la
Ihillite C lavérolle;
E t à U* BALLEDENT, com m issair»p riseu r.
\
221 A rb res
Dont les |:>erte*graiiie5 ont été primAt
k l’Exposilisn de Compièene 1877.
L e c a n f , 4 f r . — L e m ille , 35 f r .
Une réduction sera accordée pour plus
grande quantité.
S’adres.'-er au Bure.iu du Journal et k
M. HAUPAS, cultivateur, graiiiier k
Pont|ioint (Oise).
J iH
T A I Ï .Z .I S
Etude de H* Edhom» l ^ a y e x i , iioiaiie
k Poot-Sainle-Maxeiice.
W e i i d r e p a r a d ju d ie a li< » n
En l’élude et par k ministère de
M* P atiji, notaire à PantSte-Narence.
Le Diinaurbe 23 Février, <deux heures,
E l i d e d e M 'F è t U i m , notaire a Sentis.
MAISON
Etude de M* R i v h m r d , notiire a
Pont-Sainte-Maxence.
4 lieetares 03 aros 39 e*
Biluds k Bray, com m une de Ruily.
S’adresser audit M* F étizox notaire.
Etude de M* B l a r e l , nelaire k Senlis,
succeoMur de M' FenTams.
SALON D E S O C IÉ T É
T48LE D'HOTE. ~ REPAS A LI CARTE.
Bureau dw i err«)|iunilaiicee de PontSamtc-Maxerice.
M . B . .D e sv lig n e N .
marrhand de uoovoatités k Senlis.
d sem m n d e d e s d e m o t*
•e lle M débutantes ou lu x 'p r e m M r t
ippoiaiemeau do 3 k600 fraocx
( J i i lio m m e m e r té ,
enfant, kgé do 45 aM,.déylr«M
p lsrer comme ( ontre.|Dallre de ointure,
ffA V
<‘*’i trc*décorateur de ou garde particulier, ou garde ohampg• i i l U i l i ■hékli(*,irifnnnol(>|,i)hlir ire, ou voncieigc.
B onnes références.
qu il fait (lc> im itn lio n s d e ta p isse rie s
S'ailresser au tiureau du Jounw f.
a n c ie n n e s (v e rd u re s e t a u tr e s ) peur
ronirinsiit duE
Solidité garantie.— Prix t r ^ modérée.
^ 9 ^ 81 R . A r b o n n to i* ,
carrossier a Srniis, place Samt-M artio,
S'adrcS'er au Omcau du Journal.
sans
I
« l« > in H n fln
a p p r e n t i»
A V IS
M . R / V N Ç O N , tailleur k
Fotihs,. rapiioilc a ^a clientèle qu’il a
lo'ijoiirs un g g r a n ' l a a n w o r U i i i e s i l « l e c o M t u i n e » fraîche*
ment restaurée, et que boii .domicile int
Iraiiïléré r u e S a in te -G e n e v iè v e . n* 6.
fc
A v r a d r r p a r a d ju d ie a é io i*
En Fitudé et par le ministère de
kl* Ralgxcadx. fiotdire d ( hantdly
Le Dimanche 2 V a i> lK 7 9 ... ym- lu u re .
S'adrsssar audit M' BAt,éaBAUi, notaire
UNE M AISON
vi\ jx n u iiv
ly
«le « u l t e u n
d e c u lt u r e « non m arié, âgé de
47 aii>, muni de boiia curliflcata, désira
sd placer.
S'adivs.'er au Bureau du Journal.
lll* T a r r a lle « négociant
k Senlis,
«■ ('m andi' d e « u t e u n
J c u ia e h o m m e au courant du
en épicerie, nlace Lavamiide.
PAPIER WLINSI
.
commerce.
L* grandtaeeètdarT rvâîèd^M aàa»
U is o b m p t u h le marié
n o p n M d’atiircr 4 l'axtèrimr da eoim
PifriMtMi qai Mad toqloar» 4 sa d i ^ n r i 25 a n s . pouvant fournir d» bonnes
1m oriu M MMMitI» 4 la vW: il dèâhw
léiTcncfH. d é c i r e u n e m p l o i
*ia*l Mmal «n raxdani là gairiMn fSefl* «S
caisse <iu >criiure-).
'
LMprwBiaramXdMiulat*
S adresser k U. PAYEN, imprimaur
»
• Iw «Vlom .o r o » e M M f c
<u pprp», gHppm,
k Seidis.
rtiumatisnvee, lomboffo», doilettr».Son «mpiot M* 4m fias simi-lM t ans on 4 n s s f
'"'S M « G h n v m i n . a v o u e %
p*ieaiioa« •nniMnt Is plot MQvant «t aa
S iilis, 4|« m u ., d e u n p e t i t
«aawnt qa’uB'' l4'èNdéaung«aiMii*0B b
eies'O .
troMTsibn» loaMi Iw phannaeiM.Prii ibla
W tbdalO P» :l,CO.M(fèAff'(iMao*ifr4H
eèBSt Al* D é m e iln * avoué k
Senlis, d e u s u n d e u n p e t i t
J U S
O E
4*iere.
T A B A C
C o n t r e l a g A le d u B é t a i l .
I ^ r i x s ? £ 6 c « ' n i . Ic>> li«r«*>.
S’adresser chez M. Aktbck UiLLA>.
a Ni'geiii-le.'-Viciges ^Oisc).
^ 3 T " M * P r o I a « « i e i * , h u ilie r
k C ieil, « le iu a stsie «le a u l t e
••n c l e r c ssa u jcu r et au cou­
rant de la |iioc«'duif.
N o u rritu re c f a p p o tn f e m e n h . ,
Par suite
D 'u n
de
B on
'
depari,
M o b ilie r
C A FÉ D Ë G LA N D S DO UX
<Ja*«‘ i l ( r o u i e d e iV lu n f a t a ir e ) ,
Au ijoiuicile de li. Uo;,viiT, iiia:<.h.nl
de viii.
Li- Ü i . aiiclie 23 I'cv-i-'T, à mi'- h ure.
Cl ](iur.-< >ui>ari>,8’d y a heu.
A
Dl l'OmtEUOT fXKTIUL BE nUGL
Ce Café est très-efUcace dans les
maux de téte et d esumac. il est fortifiant pour
les enfants el détruit les propriétés irrilantas da
Café des Iles, auquel on peut uiileneot le miler.
Il calme les irritatkws et donne de l’eiabODpdot.
— Afin d'éviter les contrefaçoos qui sont mm»breme», comme pour tout ce qui réussit. 11 liât
exiger la marque do fabrique d-oontre k VoB dse
bouU du paquet et k l'autre U sifoiune t
LECOQ ET EARGOIN.
Maison LECLë RT,
M a rc h a n d h p ic ie r à S e a lis .
^ D é p ô ^ h e ^ e ^ rin n ^ ^ é p ie to t^ ra flM u ra e tn ^ ^ d e e o a ^ ^ U ^ ^
coiiiiuFri.e,
D ’U N E G R A N D E
H. P A V O U E T
Ouafliilé de lUarcliandisés
d'L|>ie4‘fÀe, f*Jaux*de- k ie
e l L iq ii ur»,
Brosserie, Coaleors e t Articles
de Peiotres.
. R u < ‘ d e
à
Panaiakle
P e u r caus*- ,1c ^allll*,
bun
C re il
P lâ tr e c l S a b le d e r iv iè r e .
A u C lo in p la iit.
A C éd er
lIo n tn tR lre »
Chau! el Ciments. — Tuiles n iè aniquea. — Lattes el Bardeaux. — Briqura
ordinaires el creuses. — Briques el Carreaux réfractaire9. — Carreaux de Beauvais,
— Tuyaux et Jonctions |iour conduits d ’eau, — Wagons, Boiæeaux ronds et
carrés pour cheminces.
F on d s
de Charronnage
A Viihrs-Sami'GiiKS' cantoii d* D 'z
S a d r m e r /«mr toui renseignements
et pour tra ite r ;
A .11. U BETZ, qui exptoito ledit fonds;
Ou k M* L hC ülM R E . hiiissurk Betz.
H. HAUPAS, de Fontpoint.
X T iy
1 3
n
t A
C e
x v r o
IR o n ite n r
|S
nlcitvs à Coli
.
PARAIS8AM *! TO U S L E S DIM A NC HES
be seul jonra^JInancisr qui puUic U1tU ofilciells Sa Uiigt) de lontti la Vtlan fnacilMltMMaiM.
LE PLUS COMPLET
(10 paS
' ->
L
E
T(10
MdsM
xM
)lÆmSDXR
EN
B
ZaO
N
S
Snineim pw 7 . B aron I.OÜ18 ; nae iU fse ds tootss
ta
1m Vilsne : la lr>
iLDONHEsET"
ttlsgeac. It l^ it n a c l dM Coopon*; tes* Isi Tin
Htiliti; la cols elfleiellsds U Banqw et d s is Boiuw.
..b o M n e 4 ■ • r i s : e v . r u a 4 a ■ .•■ 4 ra * .
^OTA^t# prix de t aSonneiiital ptui etrt s/ivoys «n timbres-poste ou «R Tnfnhf.
V ente e t échange de Gibier
vivant de tu u l e es(>cue.
D épôt
de Booteilles a Champagne
D U
N O H D
Calme loi miftnraUona, mus pnKliiIro'nt âcrclé à ts «rortte. n.
pcsaiiicurdc tèto. Pitix: 5 va. —Fart0.TilUÛAS. 4t.
à 22 fr. le c e n t,
CliHS M. MILLIÉRET. porto de ('«m*
piégne, k Senlis.
: vlMPPlbAo flei Ik é p a ra rM iC M la
t , 15Fèvrl««
|nû7
e...— . I« "9 U r c rlliS
~ s « « > s r . 0 6 1»
Psiii (tt»«
.:*i|ual)lr a9 '
*<»«'■ -
hiin '«
c a a iflri.-
I I A l o l «ftu C o m m e r c e *
C A F É -R E S T A U R A N T
v < o r j» x j8
A 'T ( 0 '4 O n 'iA
iu G . Y D E L O T
A v e n u e d e la G a re , n * 7 , A C K E II .
S A L O IT S
*'• ■
Sia k Loisy, cumiiiuiie de Ver,
IT
h e e la re s 4 3 aro o 9 3 o.
14 Février.
ai 5
M e.
d e T e r r e e t B o is
Sis aax terroirs de Ver, l»isy commune
de Ver, Plailly. kiortefontaiiie,
M a rq u e te rie e t c u iv re s ,
.
M a r b r e r o u g e r o y a l.
» MonUbis, commune de Murlefontaine,
etO lh is, canton de Damniarlin.
S'adresaer chex M. GOuLAS pkai,
ffodrasM f audit H* Mohkl , fwiotré.
ébéoiite, rue dé Meaux, n* 81, k Seolia.
ilr é A fa s ik
ORFÈVRERIE ARuENTÉE Cf DORÉE
V| 51) — u 11
■f*. 2i»‘0
(U.. l i s *
n .io en t le . h.w ..i,
'«■B -
^
COUVERTS
ni J . ’i .
ü rio v ie r io )
CliaiSTOFLE
AKUK.NTI.S 8UU M, I.VI. lll.ANC
95 è..,
18 5.
•
^ s a m ,. 2 4 9 0 .
,ua>il( 93 I>1, .|ualii. 98O'i, Ôriéte
•55
.tu*.' i~'quKl>(, 16il) 9»«aas
16 5ii
’
■
r..lll.Cl.I' l-a .U,t7»,
16 53.
'(ualitr '4 95 - iM-igie 10 84 —
iiualiU7*JU -lualK- 9 66
Récompenses obtenues à l'Exposition universelle de 1878
' ^ ‘*
Un.
160i>
•8 0') ^*(|uai . 17 0
SA BH TSTS
i.ÉD.,u«7 at.NTio.VB IIONOIIADI.IS
, ï f c.
et (fli) k il. ) " qua
IBS'. Orgt 17 01
»ois. '» lusliié
19 »'>,
q u a liU 11 u <
e,in )>Urr - ’ 3C • . '^0
• 3* t..
IB Février.
p a ie I s k i l - ' ' i')»'»»* 3*
C r e p r t.** F é vrier.
FOUR Rcs COULAIoiiATEURS
D A I L L E D ’O R
. •
35
g
t t l l i a o o a .)
SURT0UT8 ET SERVICES DE DESSERT
Toujours fidèles au principe auquel nous devons lo succès de notre iudiislrio, D O N N C R L E R TEIL L E Ü R P R O D U IT A U P L U S B A S
P f U Z P O S S IB L E , nous avoua cori'tam nicnt niuiiitcuii et souvent iiméliuré lu quahiu d udm | rDiiiiiis, suus noue préoccuper d e la concurrença
de prix qui n e peut nous être faite qu'au détrim ent )le la qiiuHté du luodiiii.
Lu seule garuiitio pour le public e s t d e n'acheter que les prodaéli
tev éU u 00 U m arque ci-dossu& 9 t d u nom de O U IU S T O F L B on toutes leltros.
(UllUS'i'üFLiî n 0*.
.« lé
J
*V eJee
v S n r a .r } >i k il. f ' ^
35
, VS .V,
- Srinl.,
IS 0-
14 F é v rie r.
^
■»i-.
t 90
93 C<i, ' t
5 M
- .lit- 16 >
16 SO
■ ' *'
I^ Fé'rier
Sis Ir, ton kil t qu, I r.O
|UV •» >• — M*) ' -I '
ift 5 , _ n t f
•’ 4 . 17 '10
i»
Ole Isa 1 0 0 k it. 1''q u a l i t é X40 ’.
.iH altU
9^00
|* a l- t - 9 Z (II)
U e lfliia s s s . M
A v e n d r a p a r a d |n d i e a l f i o n
Le D im aniha2 Mars, k m iii préiis.
A Morlefontaine, en la Maison d'école,
^
k m iautéra de M* Moaei.,
Notaire d Sentis,
n
» l é»iM»sila«:^ h i jn n h w êa
Osmuées et O f ik
V e n te a u x Ë n ch ère»
Etude de M* l t a l é i e e > a « i i x , nouire
k Q untilly.
G r a n d s P r o p r ié lé
One Commode LonisXIII
A % k v 4 U i4 E
Par suite de (O'saiioii de commerce,
A l l r u y , com m une de liu lly .
En la dem eure de inadauie veuve i laux,
. m aa 'tu iid rd e vins.
Le Diinaiiclie 2 Maib. k uns heure.
P a r le Miinistèr* dudit M *Lollab NtiiT,
huissier à Senlis.
E n l'etuile ei pur te miRMtert de
M* Ricuabd notoire d Pont,
Le Dimanche 2 Maii, a lieux heurso.
S'adresseï audit M* Ricdard. notoue.
Située Chantilly, k l'aiiKle de la ru t
de Paris et de la rue de Gouvieux,
A V cm dro A T am U lilA
Matériel de M* de Tins
Ueubles; et Objets Mebiliers
AVendre |»aradjudiewiion
T e r r e e t (lo is
e t d e u x M a is o n s
Etude ds M* O o l l < » a > N é a * ^ , huissier priscur «I S euls, ru( Ueiiuti, 11.
de T erre
LB
il o o lin d e C o u r le u il
•l'CCKiSKUa
A S E N L I S , p o r te d e C o m p iè g n e .
d«‘ T e r r e
Au terroir de Choity-'a-Vicloire.
S’adresser audit M* Pave:!, notaire.
A u s a g e d ’A u b e r g e ,
Sises k Gourteuil,
L’une de ces Maisons comporte en
' s des bkliments d'habitation, ans
rie avec remise.
S’a d r e s ^ k M. FA8QCEL, propriélairs k Gourteuil.
4 V en d re à ra m ia r ile
yodrcAior /tour tou» renseignements,
Atidii M* CAIlHlLLO.N, nelaire.
En 3 pièces situées au i<rri(o reo de
Bn-riuuille et de^ Ag ux,
A V e m d r e p a r a d ju d Ie a O io m
Le Diminche 9 M.ir.'. a deux heuroii,
A 8ray.coii.m unedp R 'lly .e n la Maison
m iseen vu'iie,
Par k ministère de .M* F iiizon,
notaire d Sen/ii,
AaoieiM l a i i o n iUBBBT,
P ro p re au co m m erce,
Situve .i Moraugies, rue ae Chauiblj,
U n
T .rro iisd e lioullar* >i Kiavig iy
S'adresser audit M* UnbTTB. iiuUKe
EntrtpAt d« Cbubons,
U n o o n ti* e -m a fta 'e
Etude de M* C arillua, notaire
k tdiaiiiliiy (Oise),
Successeur de M* MAiTRi>DEVAiia>R.
a r c s 4 9 c.
A L e n e r à r im iia b le
Situé su r la r i v i ^ d e Nonetle et com*
{K)eé de 7 paires de meules,
JM^onfé à l ’a n g la is e ,
4TBC
C ir c o n s ta n c e s e t D é p e n d a n c e s
Entrée en jouissance de suite.
Le Ihinanulie 0 .Ua>H, .< une lieuiopie,*
E a la Mairie de M dreuibsur-Ourci),
P a r ie miNittère (te M* (Iksjabdins,
notaire d P ets,
S adresser audii a r ulsaxhuibs, notaire.
s u r p ie d
rr
7 h c t-la re s
v ic n d h e ;
Fluit d’Asperges de 2 ans
A^ e n d r e p a r a d liid ic a lio n
y i «
P o r t , C o m p i^ ,à , à :S m lit,
G DELAM OTTE
Ecuries et Remises.
Contenant un riche gis -iiirn. ,j« i.,u be,
e t plantés de 1350 peoiJiHi- ri d'- i.a
lrè<-giaiide quantité de sRii’re. IgiIIis,
tièiiRi, poiiiniirrs et p o irim .
E n 27 p a r c e lle s ,
Sises sur M arruil-sui-Ourcq,
G R O S ET D É T A I L .
9 bce:'arc8 19 a re» 3 9 c.
CkisaMe e t L iq u e u r s ,
2* D UN
L o ( r c m i ‘i i t
A v e c C av e e t G re n ie r.
' S’adre8»er au Bureau >iu Juiiriial,
QS p a ù
D A le l d u N o r d
A proxim ité de la ville «t de U «tare.
gietli' r H Cd'II.
A t'cc C o u r e t J a r d i n ,
Si>e a Uj I uii. iuc iie Go..r.-sc, en la<«
le (.lià'eau,
L o g fn iu e n t
e t 4 k e e ta r ee d e T er r e .
Si.' à Senhs,
C o n te n a n t 10 a r e s e t r e n f e r m a n t
b ea u c o u p d ’a r b r e s fr u itie r s .
S'adresser au buieau du J o u r n a l de
S e n lis .
9 h e e fa r es 9 3 a r e» 6 3 «•
A
S c h m i d t - P p H l e i i xX .
OROS ET DÉTAIL. , :
^ C h a rb o n a p o i t r f o j e r s d o m et*
t iq u e s , C h a rb o n s d e fo rg ea e t C h tr ^
b o n s 'p b u r u s in e s .
GRANDS AGRANDISSEMENTS.
l*ai le n i n i'ltT e d e 11 l l U i .L E T ,
E n l'étude ei par te inimstere de
.11* Vüamakt. notaire d Aaron,
Le Üiina (lu* 23 Fevii>.r, a une hum e
Le niêitic jviir. à Oeux h-iin-s, il sera
proie ti < Idiij 'iKaliuii d
« l e diÉ 4 i* ro iiu û u « s expl.iit*
dans ladite Mai u>. .iVl-c i«s uuiiis t
Urteiibilts en dvp< ndaot.
s ’adresser aiMid U' Vkana>t, notaire.
UN J A Itn iN
E tude d e M* D e ^ a i N l l M , nata ire
4 B aU jO lM ).
V I A I .S t t 'V
A vends*!* pur Mtljitiiieuiiooii
LOUER
Le Dimanche f 6 Février, k une heure,
en la Maison d’école de Boiray,
E t le Dimanche 23 Février, k uné heure,
en la Maison d’école de Peroy,
P a rie m intstère de M *Luiic«ui,
««faire d iYanfeuit.
S’adresser audij M* L inicqui , notaire
4 %'en4li'e|»ttr4iiilJu«lic«iÉon
E n l'ituilt et par le ministère de
M* Vrémikt, fiolatre d Baron,
Le Üiniani'heG AvrJ. a une heure.
On (luurra iiaiter avant l’adjudii atum
s'il est l'dildc.<olTr s>ulli.'ititr-s.
S 'adresnraH dit Ai Vn<MA>T.(ii/iuifV
Avec sBika d ’mhafation d« guudron do
Nnrvégo, dtehaiix viv*, otc,'
R u e N e u v a -d a -P a r U , w e t i , à
S tn lis ,
A v e m d r e n a r a d ju ilie a U o N
M A I S O N
A W iV D ttE ; à S e n li*
V ie ille c lie n tû le d e 20 a n s ,
b o u rg e o is e t p a r tic u lie r s ,
P la c é a u c e n tre d u C o m m e t e e d ê
eienli*.
S'adress^’r au Hiire.«u du Journal, et à
v iv e : P I É C Ë d e T C t t R E
M. UELPEUCIIE, 18, rue Turbigo, k
Sises commune ei terroir duBETUlSY- > Paris,
SAINT'MARÎIN,
'
LT
Sises au terroir de FRESNOY-LA*
m v ÊRG,
Le tout canton de tIrépy-en-Valois,
arrondissement de Senlis (Oise).
L'adjudication aura lieu le M a n l i
• ■ s e ■ • ! * • 88180,
heure de raidi.
S’adresser jw ur les renseignements :
1* A U* E rnest CHaLMIN, avoué
poursuivant la vente, demeurant k Senlis, rue Saint-Ililaire, numéro 10;
2* A M* ROUTIER, notaire à BéthisjSaint-Pierra ;
3* Et au gretTe du tribunal civil de
S enlb, où le cahier des charges est dé>
posé.
da 'Terre et Boiis
Sia (erroirscle BuiMy*Ffet>noy, Macquelin ti, Villers-Sainl^GvnMi et Peitiylea-Gomhriea,
F A G O T S
Se trouvant dan» le psrcde C ippy,
dépendance de Sl-Vaast-Je-LoigiiiuQt,
7 Pièces ée Terre et Bois
B y d r o th ir flp ia compléta,
ENVIRON
Commerce de Vins en gros
A 4 endre ou à L ouer
B A U S de totttn sortes
9 laacé^re» 01 mre 93 ••
En l'étude t l p ar It m inutere de
H* LirEâRc, notaire à Verberie,
Le Dimanche 9 Mars, > une heure,
ffadraiser audtl il* LiriiARC, notaire.
4 ,0 0 0
UNE MAISON
Etude d* M* l< M a lM |« e , n tta irt
k Miikl^U-Ié*Uaudauiii.
,
4