embauche manœuvres

Comments

Transcription

embauche manœuvres
ZiGi
Z*6l " ^ u u v «.t* " uaïP!ï°"ô
Paire 2 . — « C h e r b o u r g - Eclair
J e u d i 3 S e p t e m b r e 1942
EN TROIS ANS,
30°| o du tonnage
mondial
t a été cou'é
Tokio. — U n e enquête eSectuée
p a r la compagnie de navigation
nlpponc « Yusenika
Sha » app r e n d q u ' e n v i r o n 30 % d u t o n n a ge mondial existant
avant
la
g u e r r e , q u i s'élevait à 66 m i l l i o n s
de tonnes, a été coulé au cours
d e s t r o i s a n n é e s q u i o n t p r i s fin
l e 31 août.
Les pertes subies par la marin e britannique se m o n t e n t à plus
d e 45 % d e c e s 30 %, 21 m i l lions de tonnes a u total o n t été
ainsi coulés depuis le début de
la guerre en Europe,
dont un
million p e n d a n t le m o i s d'août
de cette année.
Plusieurs navires américains
sont coulés
Berlin. — Le D. lî. B. apprend
de source militaire qu'un bâtim e n t de commerce américain de
tonnage m o y e n qui voulait quitt e r vin p o r t d e l a c ô t e o r i e n t a l e
des Etats-Unis a été attaqué et
coulé par un sous-marin dès sa
sortie d u port. Le navire atteint
e n plein par u n e torpille a éclaté
e t a coulé e n deux minutes. U n e
partie de l'équipage a coulé avec
le bateau.
U n autre transport américain a
coulé au large du cap Hatteras,
après avoir essayé, bien que grav e m e n t e n d o m m a g é par l'artillerie d'un sous-marin, de
gagner
u n port voisin. Ce navire faisait
p a r t i e d'une n o u v e l l e série d u t y p e « Liberty » qui avait été term i n é il y a à p e i n e d e u x m o i s .
L'équipage dont une grande partie a p u se réfugier d a n s les c a nots de sauvetage se
composait
surtout de marins norvégiens et
grecs obligés par le
gouvernem e n t des Etats-Unis à naviguer
d a n s la zone dangereuse.
Ceux navires
américains
de
petit tonnage ont
été
victimes
d'attaques de sous-marins
dans
la m e r des Caraïbes.
LES RECEPTIONS
D E M. LAVAL
Paris. — Le Président
Pierre
Laval, chef du Gouvernement, a
r e ç u h i e r m a t i n , à l ' H ô t e l SÏP.tignon, M. Marc Chevalier, p r K e t
de
S e i n e - e r t - O l s e ; M . B-J3rtYrs,
piCIet d e p o l i c e ; e t M . B o i H j t ,
piCIe1 régional' de R o u e n .
UN TRAIN DE"PRIS0NNIERS
MALADES RAPATRIÉS
EST ARRIVÉ HIER MATIN
A PARIS
Paris. — G a r e d e L y o n 8 h. 30
a u q u a i 19, l e t r a i n s a n i t a i r e 528.
L5 Friedrich est attendu.
B i e n a v a n t l'heure prévue, des
infirmières de
la
Croix-Bouge,
des membres ,du service sanitaire, d e s délégués de la m a i s o n d u
prisonnier, e t enfin des « J e u n e s
d u M a r é c h a l » s o n t là. S u r d ' i m menses plateaux, des
collations
o n t été préparées, collations qui
consistent en
tartines, café
et
fruits.
L e train arrive
ayant
quitté
C h a l o n - s u r - S a ô n e à 2 h . 30. D e u x
officiers g é n é r a u x d u
service de
s a n t é a c c o m p a g n é s d e leurs officiers, s'avancent, ils v o n t r e c e voir 395
prisonniers
malades,
d o n t 98 c o u c h é s v e n a n t d e S i lésle (Stalags V i n A; V m B ;
V H I D , S a g a n et Galitz) et de
Westphalie (Stalags I X A et I X n
Cassai). Tous sont aux fenêtres
des w a g o n s et déjà des exclamat i o n s d e Joie
retentissent.
Plusieurs f e m m e s rompant les forces
imposantes, mais peu sévères du
s e r v i c e d'ordre, v i e n n e n t d e r e trouver l'être
cher, depuis
si
l o n g t e m p s a b s e n t . . M a i s 11 f a u t
s e s é p a r e r c a r l e c o n t r ô l e v a s'effectuer. Lorsque cette
formalité
est accomplie, * ceux qui peuvent
m a r c h e r se r a n g e n t sur le quai,
le long des
wagons.
Beaucoup
n o u s parlent alors de la « relèv e » e t n o u s disent l'espoir qui
a n i m e ceux qui sont restés d a n s
les camps et ou sont déjà désignés, ceux qui rentreront
proc h a i n e m e n t libérés par les d é p a r t s d'ouvriers.
M a i s il f a u t r e p a r t i r , u n e v i n g taine de camions et d'automobiles sanitaires sont là qui les e m mèneront a u Val de Grâce o ù ils
doivent être hospitalisés. L a dernière voiture quitte la gare de
L y o n e m p o r t a n t ces h o m m e s qui,
d a n s auelaues lours vont retrouv e r leur foyer.
—:
x%
GEiNDE
ACTIVITE
MILIT/WRE A GIBRALTAR
Algésiras. — Depuis mardi m a tin, d e grandes m a n œ u v r e s
de
débarquement
se
déroulent
à
nouveau à Gibraltar. Les garnisons de la place ainsi que les unit é s d e l a flotte e t d e l ' a v i a t i o n y
participent. Les avions de reconnaissance' e t les bombardiers o n t
s u r v o l é f » " * - *- 4
*"• 1 « f r t i t e -
COMMUNIQUË ITALIEN
DU 2
SEPTEMBRE
i-agc s. — « t-itemourr - Eciair
J e u d i 3 S e p t e m b r e 1942
CEUX DE LA RELEVE
Une trentaine de chars
QUEL PROCESSUS
britann ques défruits
sur le fiont d'Eqypte emp oient es ouvriers
Le grand quartier général
de
fronças travaillant
l'armée italienne communique :
D a n s l a j o u r n é e d ' h i e r d e s d é - en Allemagne pour faire
tachements motorisés
allemands
i ^ ^ " ^ ^ *
parvenir eur gain
à leur tamii e
et italiens
ont
effectué, sur le
f r o n t d'Ecrvnfe n v ' n i u " ' a t t . i o a u e s ,
an cours
desquelles
l'ennemi a
perdu une trentaine de chars.
L'aviation de l'Axe a déployé
une intense activité
contre les
avant-postes et
les
arrières d e
l'ennemi.
Au cours des combats aériens
d e s d e u x d e r n i è r e s j o u r n é e s , 51
appareils ennemis ont été abattus par la chasse allemande, et
italienne. Quatre
autres
appareils, a t t e i n t s p a r 'le tir d e l a D .
C. A. s e s o n t é c r a s é s a u sol.
Des avions
britanniques
ont
accompli des incursions a u - d e s sus d e la Sicile,
mitraillant e n
rafales, différents centres habités
et u n train de voyageurs.
U n de nos
sous-marins n'est
pas rentré à sa base. Les familles
des m e m b r e s de l'équipage
ont
été prévenues.
Nos unités navales ont coulé
un sous-marin ennemi.
v»
Vichy. — Les mouvements
de
fonds sont, actuellement, d a n s la
plupart des pays européens, soum i s a u régime restrictif du « c o n trôle
des
changes »
c'est-à-diire
que, en principe, l'exportation des
devises est interdite ou tout
au
moins limitée à certains cas strictement définis.
Quel processus emploient
donc
n o s ouvriers pour faire parvenir
leur gain à leur famille restée e n
France ? P a r suite d'un
accord
conclu entre les
gouvernements
f r a n ç a i s et a l l e m a n d , le R e i c h a u torise u n e sortie mensuelle m a x i m u m d e 2.400 f r a n c s p a r
mois
p o u r l e s o u v r i e r s c é l i b a t a i r e s , 3.2O0
îr. par mois pour les ouvriers m a r i é s e t 5.000 f r a n c s p a r m o i s p o u r
les employés ou agents d e maîtrise.
C o m m e n t se fait
cet envoi d'argent ?
A s o n d é p a r t , le t r a v a i l l e u r e s t
m u n i d'une sorte
de carnet
de
chèques portant
l'indication
de
son identité e t celle des bénéficiaires éventuels
de ses
envois
d e fonds. Lorsqu'il a d e l'argent
à e n v o y e r , 11 é t a b l i t u n c h è q u e , l e
r e m e t a u caissier de la
maison
qui l'emploie et le p a i e m e n t est
fait en France, par une banque
d û m e n t accréditée par la R e l c h s [ S U I T E DE LA PREMIÈRE PAOE!
bank. e n l'espèce le Crédit L y o n Berlin. — Les milieux diploma- nais.
tiques et politiques de Berlin e u x
L'opération de c h a n g e e s t
efaussi, prêtent une vive attention fectuée en m ê m e t e m p s que
le
aux commentaires publiés e n E u - virement de compte, au cours d é rope et Outre-Mer, à l'occasion fini par les accords conclus a c d u t r o i s i è m e a n n i v e r s a i r e d e l ' o u - t u e l l e m e n t e n t r e l a F r a n c e e t "le
verture
des
hostilités avec
la R e i c h et qui n'ont pas varié. D'ailGrande-Bretagne.
leurs, depuis la convention d'arO n s o u l i g n e q u e c e t t e g u e r r e m i s t i c e , d u 23 j u i n 1940, s o i t 2 0
qui a été provoquée par Londres, francs franaçais pour u n R M . Si
pas laissé
en
pour u n e question d'autostrade à le travailleur n'a
t r a v e r s l ' a n c i e n c o r r i d o r p o l o n a i s , F r a n c e d e s p e r s o n n e s à q u i il d é e t à p r o p o s d e l a ville a l l e m a n - sire e n v o y e r d e l ' a r g e n t , il l u i e s t
d e d e D a n t z l g , s e pr4sente m a i n - loisible, a v a n t s o n départ, de se
t e n a n t sous u n aspect bien diffé- faire ouvrir au Crédit Lyonnais,
rent Les adversaires de
l ' A l l e - u n c o m p t e à s o n n o m , a u q u e l 11
les
m a g n e e t d e s e s alliés le r e c o n - pourra verser m e n s u e l l e m e n t
sommes épargnées
jusqu'à
connaissent
eux-mêmes.
currence
des
limites
indiquées
« C'est l a t a c h e d e l a p r e s s e , a p l u s h a u t .
déclaré le porte-parole de la Wilhelmstrasse, Se placer dès aujourAttention an voyage
d'hui c e s é v é n e m e n t s
dans
leur
O n ne peut plus franchir
de
p e r s p e c t i v e historique, de l e u r d o n ner, d è s a p r é s e n t , l e u r s i g n i f i c a - f r o n t i è r e
maintenant,
avec
de
tion r é e l l e e t d'apporter a i n s i u n e l ' a r g e n t d a n s s e s p o c h e s . D e s t o r é p o n s e , a u x p e u p l e s qui c h e r c h e n t l é r a n c e s s o n t c e p e n d a n t
prévues
à c o n n a î t r e l e s e n s v é r i t a b l e de c e t - p o u r p e r m e t t r e a u x v o y a g e u r s d e
te guerre.
^ Pour l'Allemagne, cette répon- s u b v e n i r à l e u r s p r e m i e r s b e s o i n s .
Pour ce oui concerne n o s tras e e s t s i m p l e : 11 s ' a g i t d'un c o m b a t p o u r s a l i b e r t é et p o u r c e l l e de v a i l l e u r s , 11 l e u r e s t p e r m i s d ' e m ses alliés,
contre
l'asservissement p o r t e r a v e c e u x jusqu'à 10 R M .
né du t r a i t é d e V e r s a i l l e s .
(200 f r a n c s ) , qui l e u r s o n t r e m i s
> P o u r l e J a p o n , 11 s ' â c l t d e l'or- c o n t r e v e r s e m e n t d e c e t t e s o m ganisation de son espace vital. Pour m e a u m o m e n t d e l e u r d é p a r t e n
l e s a u t r e s n a t i o n s a l l i é e s 11. s ' a g i t
de f r a y e r un c h e m i n à l e u r i n d é - b i l l e t s d e l a R e i c h s k r e d i t k a s s e q u i
p e n d a n c e n a t i o n a l e et a u d é v e l o p - s o n t d e s s o r t e s d e c h è q u e s a u p o r en Allemagne
p e m e n t de l e u r s i d é a u x n a t i o n a u x t e u r , é c h a n g e a b l e s
et culturels.
contre de la m o n n a i e courante de
» M a i s , p o u r l'Europe, c o n s i d é r é e l a R e i c h s b a n k .
c o m m e u n tout, o n d e v r a i t p o u v o i r
E n e f f e t , il e s t f o r m e l l e m e n t i n dire qu'il s ' a g i t d'une g u e r r e d'uniterdit de franchir la frontière alfication. C e t t e g u e r r e s ' e s t i m p o s é e
l
e
m
a n d e avec sur soi des devises
c o m m e le d e v o i r d u s i è c l e à l a g é de la R e i c h s b a n k . Celles-ci n'ont
n é r a t i o n e u r o p é e n n e a c t u e l l e ».
d
r
o
i
t qu'à la circulation intérieure.
La presse européenne
a
été
presque u n a n i m e hier à l'occa- Cette interdiction n'est d'ailleurs
p
a
s
nouvelle et avait vigueur en
sion de l'anniversaire de l'ouverture des hostilités, à m e t t r e e n Allemagne bien a v a n t la guerre.
E
l
l
e
est
valable
pour
llentrée
évidence le fait que la victoire
finale
n e p e u t plus é c h a p p e r a u x c o m m e pour la sortie d u territoire
d
u
R
e
i
c
h
.
D
e
s
g
e
n
s
s
e
c
royant
p u i s s a n c e s d e l'Axe et à leurs alliés, et q u e c e t t e victoire doit être p l u s m a l i n s que d'autres o n t v o u l
u
l
'
e
n
f
r
e
i
n
d
r
e
.
L
a
d
o
u
a
n
e
l
eur a
jugée comme
une
victoire de
l'Europe. L a plupart des j o u r n a u x confisqué leur argent. Encore h e u r
e
u
x
p
o
u
r
e
u
x
q
u
e
l
a
s
a
n
ction
ont également fait valoir quel r e doutable adversaire l'Europe a v a i t n'ait é t é qu'une confiscation, car
i
l
s
t
o
m
b
a
i
e
n
t
p
a
r
l
à
m
ê
m
e
,
sous
eu d a n s l'union
des républiques
s o v i é t i q u e s L*U. B . s . s . s ' é t a i t l ' a c c u s a t i o n d ' e x p o r t a t i o n d e c a p
i
t
a
u
x
,
f
a
u
t
e
q
u
i
e
s
t
t
r
è
s
s
é
vèlonguement préparée
à
se ruer
r e m e n t p u n i e p a r la loi a l l e m a n sur le continent occidental
au
d
e
.
m o m e n t le m i e u x choisi, elle e s S'ils a v a i e n t é c o u t é les
conpérait l'anéantir
avec u n raffin e m e n t et des m é t h o d e s inspirés seils oui leur a v a l e n t été do-inés
a
v
a
n
t
l
e
u
r
d
é
p
a
r
t
,
Ils
n
e
s'?
sep a r l'esprit juif.
raient pas exposés. Il Importe de
C'est a v e c s a t i s f a c t i o n qu'on a préciser ce point, car u n bobard
v u la grande majorité des jour- a couru disant que certains o u n a u x européens prendre position
vriers à leur retour, s'étaient vu
d a n s c e sens. E n face d e cette confisquer à la frontière le m o n j u s t e f a ç o n d e v o i r q u i s ' e s t h e u - t a n t rte l e u r s é c o n o m i e s .
reusement généralisée et
de
la
N o u s répétons que cela n'a p u
certitude parfaite de la victoire,
q u e p e u v e n t les rares
voix
d e s e p r o d ! i r e q u e s'Ut c h e r c h a i e n t
à
emporter des devises
de
la
c e u x qui, e n
cet
anniversaire,
R e i c h s b a n k . S ils
avalent
pris
croient devoir se livrer à q u e l s
o
i
n
d
e
p
r
o
c
é
d
e
r
l
é
g
a
l
e
m
e
n
t,
que» remarques plus bu
moins
c'est-à-dire de faire virer a ieur
désobligeantes
?
c o m p t e e r F r a n c e le m o n t a n t d e
A titre d'exemple le p o r t e - p a - leurs é c o n o m i e s , ils auraient p u
role d e la Wilhelmstrasse a cité les €mporter intégralement.
quelques
passages
du
journal
D'ailieurs, ceci, est
précise a
suédois « Dagens Nyheter » ditous les travailleurs d a n s des Insrigés c o n t r e l a volonté d'affran- tructions écrites qu'ils reçoivent
chissement
des
peuples euroavant leur départ pour l'Allemapéens
et
l'établisesment
d'une gne. N o u s ajouterons qu'afin de
Nouvelle Europe.
faciliter les voyages, les ouvriers
U n autre
exemple
de
c e t t e qui v i e n n e n t soit e n p e r m i s s i o n ,
m e n t a l i t é e s t f o u r n i p a r l e € B e r - s o i t e n fin d e c o n t r a t o n t l e d r o i t
n e r T a g e b l a t t > d o n t la h a r g n e d'acquérir d a n s u n établissement
persistante
et
particulièrement bancaire de leur lieu de travail
grossière en ces
derniers temps, et a v a n t leur départ une s o m m e
e x i g e d e l a p a r t d e l a p r e s s a a l - d e 6.000 f r a n c s f r a n ç a i s e n é c h a n l e m a n d e , a c o n c l u le p o r t e - p a r o - g e d e 300 R M , s o m m e qu'ils s o n t
le d e l a W i l h e l m s t r a s s e u n e pvl- autorisés à porter sur eux.
•f» ri" n o s i r i o n s a n s écruivr.rm^
Mais nous répétons «"e
cette
LE TROISIEME ANNIVERSAIRE
DE LA GUERRE
Une décoration
du porîe-paioe
de io W he ms(rasse
'
.^fflgaFi..>rtMsw.«»w.T,.a^^
AVEC
»
acquisition doit être faite a v a n t
le d é p a r t e t qu'en a u c u n c a s u n
v o y a g e u r quelconque n'a le droit
de se présenter à la frontière allemande en emportant sur soi
des devises de la Reichsbank.
Ceci est d'ailleurs c o m m e n o u s
l'avons dit, u n e loi qui n'est plus
spéciale à l'Allemagne m a i s s'est
généralisée
à
presque tous les
p a y s d'Europe. Il est a b s o l u m e n t
impossible actuellement de franchir une frontière avec des d e v i s e s d a n s s a p o c h e , e t il e n s e ra ainsi t a n t que les c i r c o n s t a n ces économiques n e permettront
p a s u n libre jeu des é c h a n g e s et
des m o n n a i e s et ceci n'est p a s
près de revenir...
T e r m i n o n s par
ces
chiffres
symptomatiques : les envois
effectués d'Allemagne par les o u vriers f r a n ç a i s jusqu'au 22 a o û t
1942, s e m o n t a i e n t à u n t o t a l d e
5 2 4 . 2 0 0 . 7 0 0 f r a n c s . La,
moyenne
des envois quotidiens entre le 23
j u i n e t le 22 a o û t a
atteint :
1.468.040 f r a n c s .
CHERBOURG
L'ACTIOW
MUNICIPALE
ET
LE
G©UVEKWEMENT
Les séances de travaux qui se
sont déroulées à Vichy a u congrès de l'association des m a i r e s
de F r a n c e ont pris une i m p o r t a n ce particulière en cette période
o ù se prépare l'organisation a d ministrative de la F r a n c e f u t u re.
Les maires des zones côtières
et des régions bombardées étaient
présents,
entourant
M.
Pierre
Courant, m a i r e d u H a v r e qui s'est
signalé par ses initiatives à la
suite des épreuves dont
s a ville
est à tout m o m e n t accablée.
M. le D r R e n a u l t ,
maire
de
Cherbourg, qui se
proposait de
p a r t i c i p e r a u c o n g r è s , n ' a p u s'y
rendre par suite de circonstances
indépendantes de sa volonté.
Le département de la Manche
était représenté par
M . Perler,
m a i r e de la ville chef-lieu, qui put
avoir avec
le
Maréchal Pétaln
un entretien au cours duquel le
chef de l'Etat lui rappela la v i -
s i t e qu'il fit à S a i n t - L ô . M . P e r l e r
était déjà secrétaire d u bureau de
l'association des maires, fonction
q u i v i e n t d e l u i Être r e n o u v e l é e .
Indépendamment
des
questions particulières intéressant la
zone occupée,
les
congressistes
o n t eu à s'occuper d e
questions
générales. Ils ont p u étudier les
problèmes du
ravitaillement et
l'effroyable
complication
que
créent d a n s toutes les mairies les
continuelles a v a l a n c h e s d'arrêtés
d e règlements, d'ordres d e distribution de cartes de toutes sortes
Les mairies doivent faire face
a des complications bureaucratiques Inouïes. Aussi n e s e r a - t - o n
pas étonné d'apprendre que les
maires o n t agi e n vue d'obtenir
i m e simplification de toute cette
paperasse sans cesse renaissante
dont le public se passerait si v o lontiers.
L'intérêt d u congrès est d'avoir
permis aux maires, chargés d'appliquer des règlements multiples
et parfois peu cohérents, d'exam i n e r ensemble les r e m è d e s à a p porter à la situation.
Car les maires sont du m a t i n
a u soir plongés d a n s la
réalité
administrative. Ils sont à m ê m e
de juger ce qui dans l'administration d u p a y s conserve u n caractère théorique e t irréalisable,
e t ce qui est viable et r e c o m m a n dable. T o u s ont fort à faire à e x pliquer a u public l'utilité d e s m e sures adoptées par le
gouvernem e n t . N e sont-ils p a s , e n fait, les
véritables agents de liaison existant entre
l'opinion et les p o u voirs publics ? N'ont-ils pas d e puis le début de l'occupation a p porté leur
loyale
adhésion
au
chef d e l'Etat et
n'ont-ils
pas
sans cesse depuis donné des preuves d'un loyalisme qui constitue
en faveur
des
populations
la
meilleure garantie que la sollicitude gouvernementale leur est
et leur d e m e u r e acquise ?
D'intéressants témoignages
sur les conditions de travail
faites a u x ouvriers de la relève
Vichy. — Les lettres de traGRAND THEATRE
vailleurs de la relève à leurs f a La représentation de la tourmilles, restées e n France, apportent d'outre-Rhin
d'intéressants n é e Marcel L a m y , avec le c o n cours de ' Marcel Vallée,
prévue
t é m o i g n a g e s sur les conditions de
cette
semaine n'aura pas
travail faites e n Allemagne a u x pour
lieu.
ouvriers français.
C'est
ainsi
que
M.
Jacques
***
Monneret, métallurgiste
travailD i m a n c h e 6 s e p t e m b r e à 14 h .
l a n t à Dessau, e n qualité d'ou3 0 e t 19 h . 3 0 s e r o n t d o n n é e s a u
vrier volontaire, et qui h a b i t a i t à T h é â t r e M u n i c i p a l d e u x
repréM o n t r o u g e , 107, r o u t e d e C h â t i l sentations de music-hall et v a l o n , v i e n t d ' a d r e s s e r à s o n p è r e , riétés
a v e c le c o n c o u r s d u c é l è ouvrier c o m m e lui, u n e lettre v é bre fakir hindou Ynaleb.
cue dont nous extrayons les pasLocation a u théâtre à partir
sages suivants :
d e v e n d r e d i d e 10 h . à 12 h. e t
« A midi et le soir, à 6 heures, nous d e 1 4 h . à 1 9 h . T é l é p h o n e 4 - 3 2 .
avons une ffrosse soupe. Avec noB tickets de ravitaillement, nous achetons
UNE CYCLISTE
tout le supplément : pain, gâteaux,
beurre, fromage, confitures, pommes de
EST RENVERSÉE
terre, viande, oranges, et malgré les
PAR UNE AUTO
restrictions, nouB mangeons à notre
V e r s 18 h . 1 5 , l a r u e L o y s e l a
suffisance.
» A l'usine, c'eBt la que j'ai trouvé é t é l e t h é â t r e d ' u n a c c i d e n t d e l a
circulation.
les meilleures choses et que l'ai eu la
plus grande satisfaction : un atelier
L'auto d'une
entreprise
cherimmense, clair, aéré ; des chefs, ingébourjîeoise c o n d u i t e p a r le c h a u f nieurs, contremaîtres familiers et pa- f e u r H e n r i B e u r t l e r . d e m e u r a n t à
Sud-Amério>ue.
se
diriL e g o u v e r n e m e n t s a i t qu'il d o i t
tients : des camarades allemands très l ' H ô t e l
geant vers la rue Montebello. a pouvoir compter sur la collaborac chics ».
» Personnellement, je m'entends très h e u r t é e t r e n v e r s é u n e i e u n e c y - t i o n
entière
des
maires.
En
c
l
i
s
t
e
M
l
l
e
A
u
e
u
s
t
i
n
e
L
e
c
o
i
n
t
e
.
18
bien avec eux. Chaque fois que j'ai
d e - é c h a n g e 11 d o i t é c o u t e r l e u r s v œ u x
un ennui dans mon travail, j'ai pu, a n s . e m p l o y é e d e c o m m e r c e
compter Bur l'un ou l'autre pour me m e u r a n t r u e E m i l e - Z o l a , o u i e l l e e t d o l é a n c e s e t s ' e n i n s p i r e r d a n s
a u s s i , p r e n a i t l a d i r e c t i o n d e la t o u t e l a m e s u r e d u p o s s i b l e .
< dépanner ». Bien sûr, 11 y a des
Il entre d a n s les vues d u c a Français qui vous diront : « Impossi- r u e M o n t e b e l l o .
Le choc fut violent et dans sa binet Laval de compléter la réble de s'entendre avec eux, travail trop
chute. Mlle L e c o i n t e s'est c o u t u - f o r m e d u d é p a r t e m e n t . C e t t e m e dur, mal payé, mauvaise nourriture,
e t c . . ». Crois, mon cher papa, que ce s i o n n é e a u x m a i n s e t a u x g e n o u x
Elle a r e ç u les s o i n s d u D r . B a r - s u r e d e v r a s'Inspirer a v a n t t o u t
sont, en général, des paresseux et des
mauvais ouvriers. Moi, j e t e dis en- r o s q u i p a s s a i t a u m o m e n t o ù d e s v œ u x d e s p o p u l a t i o n s . D e c e s
v œ u x les maires sont les meilcore : « Nourriture excellente et tra- 1 a c c i d e n t , v e n a i t d e s e p r o d u i r e .
"
'
—<TT«~—.!•• • •
•
•^
leurs
Interprètes.
Aussi
est-il
vail bien rémunéré ».
souhaitable d e voir s'instaurer le
» Ici, ajoute M. Monneret, les mœurs
plus s o u v e n t possible, des é c h a n BOTt assez différentes des nôtres. Mais
nous jouissons d'une liberté très granges de vues entre les chefs des
Tous les ressortissants bréside, et il remarque : « Pour d'anciens
municipales,
liens résidant e n
zone occupée, administrations
ennemis, nous n e trouvons, entre eux
association déâ g é s d e pins d e 15 a n s d e v r o n t groupées soit e n
et nous, aucune trace de haine ».
avait
s'inscrire jusqu'au 3
septembre partementale c o m m e cela
L e s l « t r e s d e c e u x qui s e m o n - 1942, a v a n t 18 h e u r e s , a n c o m - Heu n a g u è r e d a n s la M a n c h e , s o i t
trent disposés à partir pour l'Al- missariat de police, o n à l a m a i - e n association régionale, c o m m e
lemagne ne sont pas moins frappar exemple d a n s le
Nord
et
rie d e leur résidence actuelle.
pantes que celles des ouvriers qui
Tous les
ressortissants
b r é s i - l'Est.
ont déjà r é p o n d u ' à l'appel
du
l
i
e
n
s
â
g
é
s
d
e
m
o
i
n
s
d
e
15
a
n
s
,
e
t
Q
u
a
n
d
v
e
r
r
o
n
s
n
o
u
s
s
e
c
r
é
e
r
chef du Gouvernement. D a n s le
des
maires de
infirmes
devront une association
courrier de celui-ci, elles
a b o n - les personnes
Normandie ?
é
g
a
l
e
m
e
n
t
a
v
a
n
t
c
e
t
t
e
d
a
t
e
,
s
e
dent. Ce sont des dizaines, des
faire inscrire p a r écrit o n oralecentaines
de
nos
compatriotes,
qui, c h a q u e
jour, s e
déclarent m e n t par leur représentant léSTÉNO-DACTYLOGRAPHIE
prêts à se rendre d a n s les usi- gal.
Les m ê m e s prescriptions s'apnes
d'Allemagne. . Tous
témoiBonvalet
g n e n t de la confiance qu'ont leurs pliquent a n x apatrides qui p o s - Cours d e Mlle Andrée
auteurs en l'issue de l a g é n é r e u - s é d a i e n t e n dernier lieu l a n a Professeur
diplômé
de
l'Association
et
à c e u x Sténogravhiquo
se croisade entreprise e t d e
la tionalité brésilienne
Unitaire
et de l'Ecole
certitude que, grâce à
e l l e , d e s d o n t l a n a t i o n a l i t é b r é s i l i e n n e e s t Préparatoire
d'Administration
de Paris
prisonniers
reviendront
n o m - douteuse.
•RESULTATS DES
EXAMENS
Tous les
ressortissants
brésibreux.
D U J E U D I 11 J U I L L E T
liens de m ê m e que les apatrides
A i n s i , daii.' l ' I n d r e , à J e u - M a Ont été reçues :
loches,
pyoo
de
Chàteaùroux, ci-dessus mentionnés, ne devront
q
u
i
t
t
e
r
l
e
H
e
u
o
ù
i
l
s
h
a
b
i
t
a
i
e
n
t
S
t
énographie
Préparatoire,
M m e de M e n o n , « bien que n'éa u m o m e n t d e l a p u b l i c a t i o n d e Mlles Denise Llot
(mention
très
tant pas ouvrière et n e connaisb
i
e
n
)
;
O
d
e
t
t
e
B
l
g
a
r
d (mention très
c
e
t
a
v
i
s
,
q
u
'
a
v
e
c
l
'
a
u
t
o
r
i
s
a
t
i
o
n
d
u
s a n t p a s l e t r a v a i l d ' u s i n e », v o u (mention
b u r e a u de la
sûreté
a l l e m a n d e bien) ; Maillard Simone
drait elle aussi partir pour l'Altrès- b i e n ) ;
Jacqueline
Gosselin
(S. D.)
compétent).
l e m a g n e , n n e lui r e s t e q u ' u n e n (mention bien) ;
Hélène Lecappon
Les
ressortissants
brésiliens
f a n t , qui, j e u n e e n g a g é v o l o n t a i (mention b i e n ) ;
Pierrette Prével
â g é s d e p l u s d e 15 . a n s , d e v r o n t ,
( m e n t i o n b i e n ) ; A n d r é JL.ovallots
re,
est prisonniei
depuis
deux
a p r è s s ' ê t r e i n s c r i t s , s e p r é s e n t e r Marguerite Quentin, Simone Dolaa n s . E l l e s a i t qu'i' s e r a l e d e r p e r s o n n e l l e m e n t , u n e f o i s p a r s e - cour, M a r i e L e c a r p e n t i e r , M a u r l c e t nier à rentrer... mais elle sait e n m a i n e , a u c o m m i s s a r i a t d e p o l i c e te D e l a h a y e , Jacqueline Lhôtellier,
core que, d a n s sa petite c o m m u o u à l a m a i r i e d e l e u r r é s i d e n c e . Jeanine Lachesnée, Micheline Casn e a g r i c o l e , il y a 22 p r i s o n n i e r s
Jacqueline Matelot.
P a r i s , l e 1 e r s e p t e m b r e 1 9 4 2 . tllle,
qui m a n q u e n t be*;rcoup à la terS t é n o g r a p h i e ( v i t e s s e 80 m o t s ) . —
D e r h o e h e r e S. S. u n d p o l i re.
Mlles Paulette Lecourt
(mention
zcifuhrer i m bereich des Militiirbien) ; Marie-Madeleine
Lemoigne,
« J ' a i u n e san'ué e x c e l l e n t e , e t
befehlshabers in Frankreich.
Cïilberte N e v e u ( m e n t i o n t r è s b i e n ) .
nos braves paysans m e jugent i n V i t e s s e 70 m o t s . — M l l e s R e n é e
f a t i g a b l e »,
répond-elle
à
ceux
<%%
:—
Corfdir ( m e n t i o n t r è s b i e n ) ; B e r qui s ' é t o n n e n t de s o n i n t e n t i o n .
L'ATJ'rOllISATlON D B O U I C U L E B nadette Béai (mention bien) ; Irène
POUR LES
VE1IICU1.ES
A l ' a u t r e Oout d e l a
France
Pozzi (mention bien) ;
Jacqueline
D E TOURISME
non-occupée,
danj, le Vax,
au
Leblond (mention très bien).
V i c h y . — U n a r r ê t é ' qui p a r a î V i t e s s e 80 m o t s . — Mlle P a u l e t t e
Luc, u n cauilor.neur de 59 a n s
t r a a u « J o u r n a l o f f i c i e l » modifie S é b i r e ( m e n t i o n t r è s b i e n ) .
M . C o r b e t , I P d t m a n d e q u ' à r e - l ' a r r ê t é i n t e r m i n i s t é r i e l du 11 a o û t
V i t e s s e 100 m o t s . — M l l e J a n i n e
j o i n d r e « l e s ^ a i s Qe l a r e l è v e » . 1041.
Frigout.
Ce texte disposait d a n s son arIl dirige actuellement u n e petiComptabilité. — Diplôme de l'Ecode
t e e n t r e v i s e , m s i i . e s t i m e q u ' e l l e ticle 9 q u ' a u c u n e a u t o r i s a t i o n
le P r é p a r a t o i r e d ' A d m i n i s t r a t i o n d e
être
délivrée
p e u t b i e n s e pa'x.er d e l u i , « p u i s - c i r c u l e r ne p o u v a i t
Paris : '
a
u
x
v
é
h
i
c
u
l
e
s
d
e
t
o
u
r
i
s
m
e
a
y
a
n
t
u
n
e
q u e l e fils a î n é d e s f f e m m e v a
1er d e g r é t
Mlles Irène Pozzl,
puissance
fiscale
déclarée
supéBernadette Real,
Marie-Madeleine
pouvoir s'en occuper. J e suis e n r i e u r e à 14 " c h e v a u x .
emolgne (mention bien), Paulette
c o r e r o b u s t e e t j-'ort, p r o c l a m e - t D e s dérogations a cette disposi- L
Marie Si11, a p t e à d e s t r a v a u x m a n u e l s e t tion p o u v a i e n t ê t r e a c c o r d é e s e x - S é b i r e ( m e n t i o n b i e n ) ,
mon.
d e b u r e a u ».
c e p t i o n n e l l e m e n t p a r le S e c r é t a i r e
2 m e d e g r é : M l l e s R e n é e Qontler,
d
'
E
t
a
t
a
u
x
C
o
m
m
u
n
i
c
a
t
i
o
n
s
.
D e telles cltaùlons, qu'on p o u r R e n é e Corfdir, D e n i s e B a r r a u x , J a n e , de 14 a
r a i t m u l t i p l i e r à p l a i s i r , p e r m e t - 12L ec hneovua vuexa u lat e xlti em irt ae m ède
rjne Fouquet, Lucienne Leporcq,
puissaneulles
(mention bien),
tent de mesurer ia
profondeur
c e f i s c a l e a u - d e l à de l a q u e l l e a u - JMaandi enlee i nDee s m
ay (mention bien),
jusqu'à laquelle a su atteindre, le
cune autorisation
de circuler
n e S i m o n n e A nAt zu v(rm
e
n
t
i
, Yvet22 j u i n , d a n s 1 â m e g é n é r e u s e d u
p o u r r a i t ê t r e d é l i v r é e a u x v é h i c u l e s t e G o a s d o u é , J a n i n eo n Fbri ei gno) u
peuple
français,
le
pathétique
de tourisme sauf une
d é r o g a t i o n J e a n W a r l o p ( m e n t i o n b i e n ) . t , M.
o
x
c
e
p
i
t
i
o
n
n
e
l
l
o
a
c
c
o
r
d
é
e
p
a
r
l
e
S
e
appel du Président Laval.
crétaire d'Etat
aux
CommunicaMlle
Bonvalet
reprendra
ses
tions.
A Ankara. —
Les
autorités
cours d e
Sténographie-Dactylocompétentes
turques
déclarent
CAMOUFLAGE
graphie-Comptablllté
Corresponinexactes l'information du jourJ e u d i 3 s e p t e m b r e d e 2 0 h . 2 9 ; d a n c e c o m m e r c i a l e l e 15 S e p t e m n a l ' de Sofia « Pradnitchni V e s j u s q u ' a u v e n d r e d i m a t i n 7 h . 12. bre.
tl » c o n c e r n a n t l'arrivée e t l'inHEURES DES MAREES
Cherbourg, 41, rue G u i l l a u m e t e r n e m e n t d'un s o u s - m a r i n
soP l e i n e s m e r s : l e m a t i n : 2 II. 5 3 F o u a c e ,
viétique à Trébizonde.
l e soir 15 h. 23.
T
...
"
:
-
•
•
ajquiwjflas * i p a j p n o A
'-'•-'*•
.-.
•
AVIS AUX BOUILLEURS
DEJJRU
Les nlamlilcs n ' a y a n t p a s servi
depuis d e u x a n s doivent être tenus
A la disposition
des m é t a u x
du Commissariat
n o n ferreux
La pénurie des matières
premières est, c o m m e o n le sait, u n e
entrave à la marche des Industries
françaises ;
aussi,
après
avoir procédé à la
récupération
de nombreux m é t a u x et alliages,
le Commissariat à l a
mobilisation des m é t a u x n o n ferreux d e m a n d e que soient tenues à sa disposition les installations de distillation qui n'ont p a s été utilisées durant les
deux
dernières
campagnes.
B i e n que très a t t a c h é s à leur
qualité d e bouilleurs d e cru, n o s
producteurs de p o m m e s n'hésiteront pas à répondre à la note du
Commissariat à la
mobilisation
des m é t a u x n o n ferreux. Il y va,
e n effet, d e l'avenir d e l'industrie française. E n livrant
leurs
Installations, nos paysans
éviter o n t le c h ô m a g e
aux
ouvriers
français.
Voici la note du Commissariat
à la mobilisation des métaux non
ferreux :
E n e x é c u t i o n d u d é c r e t n" 2.632
d u 28 a o û t 1942 q u i v i e n t d'être
publié a u « J o u r n a l Officiel » le
cuivre e t les
alliages de cuivre,
des installations
de distillation
s e r v a n t à la p r o d u c t i o n d'alcool
ou de repassage des eaux-de-vie
et n'ayant pas
été utilisés
au
cours des deux dernières campagnes de distillation, soit depuis
le 1 e r a o û t 1940, d o i v e n t ê t r e
ten u s à la disposition du C o m m i s sariat à la Mobilisation des M é taux Ferreux.
Toutefois, les détenteurs d'appareils qui établiront d'une m a nière indiscutable qu'ils o n t été
e m p ê c h é s d e distiUer par les é v é n e m e n t s de guerre, n e seront pas
touchés par la mobilisation.
En
conséquence, les distillateurs, coopératives d e distillation, bouilleurs
de crus e t loueurs a m b u l a n t s , qui
estimeraient pouvoir se prévaloir
de cette disposition, devront faire p a r v e n i r leur r e q u ê t e a p p u y é s
de
toutes
justifications
utiles,
a v a n t l e 15 s e p t e m b r e à M . l e D é légué Régional d u Commissariat
à la Mobilisation des Métaux n o n
F e r r e u x , 4, r u e d e F o n t e n e l l e , à
Rouen.
P a s s é c e t t e date, il n e s e r a
donné suite aux demandes.
pas
w
COMITÉ D'ASSISTANCE
AUX PRISONNIERS
DE GUERRE
« Le
Comité
Départemental
d'Assistance a u x prisonniers
de
guerre nous communique
ce qui
suit :
HABII,I,EMENT
DES PRISONNIERS DE GUERRE
L e p r i s o n n i e r qui a b e s o i n d e v ê tements, de soua-vetemants
ou de
chaussures, doit
faire
connaître
lui-même sa situation a l'homme
de c o n f i a n c e d e s o n k o m m a n d o qui
à s o n tour, s a i s i r a l ' h o m m e d e c o n fiance d u c a m p d e b a s e . S i c e d e r n i e r p o s s è d e a u m a g a s i n du c a m p
ce qui m a n q u e a u p r i s o n n i e r , il l e
lui e x p é d i e r a d a n s l e p l u s bref d é liai p o s s i b l e . Si a u c o n t r a i r e , il n'a
p a s e n m a g a s i n l a p o s s i b i l i t é de
d o n n e r s a t i s f a c t i o n a la d e m a n d e ,
il e n a v i s e r a l a D i r e c t i o n d e s P r i s o n n i e r s d e g u e r r e qui s ' e m p l o i e e n
tout temps a constituer les approvisionnements d a n s les - c a m p s et dirige les ressources disponibles conformément aux indications reçues
d e s h o m m e s de confiance.
A i n s i donc, l e s p r i s o n n i e r s n ' o n t
p a s a faire connaître leurs besoins
a leur f a m i l l e , l e s f a m i l l e s n'ont
p a s a f a i r e c o n n a î t r e l e s b e s o i n s du
prisonnier à la Direction des pris o n n i e r s de g u e r r e . C'est a u p r i s o n nier l u i - m ê m e qu'il a p p a r t i e n t d'écrire a l ' h o m m e de confiance d e s o n
camp par l'intermédiaire de l'homm e de c o n f i a n c e ' d e s o n k o m m a n d o .
P a r contre, l e s f a m i l l e s o n t i n térêt a u t i l i s e r u n . c o u p o n - r é p o n s e
p'our f a i r e c o n n a î t r e l a n o u v e l l e o r g a n i s a t i o n n. l e u r p r i s o n n i e r e n l'inv i t a n t a s i g n a l e r , e n c a s d e besoin,
sa situation a l'homme de confiance
de son camp.
,
N COLIS D E N O Ë L
A l ' o c c a s i o n de N o ë l u n c o l i s g r a t u i t d e 5 leilogs s e r a o f f e r t a c h a que prisonnier.
Les familles doivent se faire inscrire a v a n t le 15 s e p t e m b r e d a n s l e s
c o m i t é s l o c a u x d u C o m i t é d e s pris o n n i e r s de g u e r r e ,
elles devront
être possesseurs
d'une
étiquettea d r e s s e p e n d a n t l a période . du 15
o c t o b r e a u 10 n o v e m b r e .
E l l e s d e v r o n t en c o n s é q u e n c e r é gler
l'utilisation
des
étiquettesa d r e s s e q u ' e l l e s r e ç o i v e n t d e s prisonniers.
D E N R E E S P O U R L E S COLIS
D e s instructions ont été données
a u x C o m i t é s l o c a u x pour q u e p e n dant le mois de
septembre,
les
d e n r é e s n é c e s s a i r e s p o u r l ' e n v o i d'un
deuxième colis soient mises à l a disposition des familles.
Le Comité départemental, Carref o u r d e l ' H ô p i t a l à Saint-LO, r e c e vra toutes les communications verbales ou
écrites
quelles
qu'elles
soient concernant la situation m a térielle ou m o r a l e d e s p r i s o n n i e r s
o n c a p t i v i t é ; 11 s ' e f f o r c e r a d e l e u r
donner satisfaction ou transmettra
a u x autorités compétentes, les demandes des familles intéressées.
LE FEU
ST-GERMAIN-LE-GAILLARD
L'IMPRUDENCE D'UN ENFANT
P R O V O O U E LA D E S T R U C T I O N
D'UNE FERME
L e 2 8 a o û t , v e r s 17 h ; 30,
M
A l b e r t Maumer. 41 a n s . laitier a u
villaKC d e F r i t o t . s e t r o u v a i t d a n s
s a c u i s i n e , lorsqu'il f u t
informé
par s o n fils J e a n a u e le f e u venall
de se déclarer d a n s l'écurie c o n tiguë à la dite cuisine.
, D e la paille et des fagots
S
llambnient.
M. M a u c e r
alerta
rapidement
les voisins ainsi aue les pompiers
des Pieux.
Le. f e u s e nropaKeait a v e c u n e
e x t r ê m e rapidité e t bientôt tonte
l a m a i s o n d'habitation et les d é pendances ne formaient plus qu'un
brasier.
L e s p o m p i e r s s ' a t t a c h è r e n t à la
«réservation des maisons voisines
Mais l'incendie e a e n a un i m m e u ble couvert en chaume, à
usage
d'étable. oui anDnrtenait à M. A u guste Lerouvillois. cultivateur et
qui fut entièrement consumé.
A p r è s d e u x h e u r e s d e l u t t e 1er
sauveteurs
étaient
maîtres
dv
fléau.
Les Immeubles
appartenant
à
M. M a u a e r . ainsi a u e t o u t le m o bilier o n t été détruits. Le
ororjriétaire e s t n a r v e n u à s a u v e r de?
paniers
et des valeurs
oui
se
trouvaient dans la cuisine.
L e D r é i n d i c e e s t é v a l u é à 140.00r
rranrs. H v a
assurance
pour
partie.
Les dommnores c a u s é s à l'imm e u b l e d e M . T-erouvÙlols. n e s o n t
pas encore évalués.
***
DES «AS»
DIMANCHE PROCHAIN
AU VÉLODROME
JEAN-JAURÈS
Le public u toujours répondu à l'appel du l'Union Sportive Ôhcrboursooise
pour eo qui concerne len ortranisntions
sur piste. Dimanche prochain, pour in
réunion de clôture, il ne saurait être
autrement car pour que ce fiiiùlc public se retire satisfait, un programme
copieux a été miB sur pied et il doit
donner toute satisfaction.
D e gros frais ont été engagés pour
faire venir sur la piste Enueurdrcvillaiflc des « A s » de la capitale, des coureurs tant pintards que routiers qui
ont remporté des succès notoires. Demain, nous donnerons le palmarès de
chacun des coureurs engagés.
Pour aujourd'hui, il convient de noter que Emile Ignat n gagné de très
nombreuses « américaines » en compagnie du regretté Emile Dîot, notamment des Six Jours de New-York et de
Chicago, Arthur Sérès a gagné cet hiver au Vélodrome d'Hiver la granrlc
américaine de 100 kilomètreR.
René Debenno est un routier de valeur puisqu'il fut vainqueur de ParisCncn 1941. Pédrnll égnlemeat. imisque
la mOmc
année, il décrocha
ParisAleaçon et que cette saison il eoliecAU PROFIT DES
DE
PRISONNIERS
GUERRE
L'HEURE BLEUE
tionna les pinces d'honneur.
Lnmoureux et d'Andréa sont plutôt
des pintards. Le premier s'est attribué
récemment le Grand P r i x de Montccau-les-Mincs et le second
s'attribua
avec Jules Itossi l'épreuve de la Roue
d'Or ù Lyon.
/
Ces six « as » disputeront dimanche
un omnium par équipes qui comprendra trois épreuves : vitesse, poursuite
et individuelle. De plun, nous aurons nu
programme une vitesse régionale et
une course par élimination/ et naturellement une « américaine » de f!0 kilomètres intitulée Grand Prix de l'Union
Sportive ChorbourgcoÎHc.
Vous p.mvoz donc constater que cette réunion do clôture i-st appulée à un
certain
retentissement et que nombreux sont ceux qui se promettent d'y
assister.
« V.
S. C H E R B O I T R . G E O I S E »
Section
d? Athlétisme
L'entraincment sur piste est terminé
pour cette anison. Bien entendu, ceux
qui veulent
encore courir et
sauter
peuvent
toujours s'adonner à
leur
sport favori jusqu'au 13 septembre.
Nous leur conseillons cependant, en
attendant l'ouverture de la saison de
cross-country, de donner leur adhésion
soit à la section de gymnastique ou de
basket-lmll, soit à celle du football.
Prochainement, une réunion de toua
les athlètes de la saison 1942 aura Heu
Le
Président,
SECTION
GYMNASTIQUE
Tous les adultes et les
moniteurs
sont convoqués tout spécialement vendredi soir à 19 heures à la salle Chantereyne.
^ Présence indispensable pour répétition du « cercle de fer » et de nouvelles pyramides pour le déplacement de
Brix.
L a cause de l'incendie a pu être
DES VALSES CÉLÈBRES
d é t e r m i n é e ; il s ' a g i t d e l ' i m p r u dence d'un enfant.
Eille e s t
vraiment
charmante
M m e MauKer, s e trouvait d a n s
s o n j a r d i n , à e n v i r o n 100 m è t r e s c o t t e
présentation
musicale
et
B U R E A U ARTISANAL
de la m a i s o n d'habitation, lors- chorégraphique, qui fut
donnée
DES MATIERES
qu'elle e n v o y a s o n j e u n e fils. A l - d i m a n c h e e t s e r a r é é d i t é e d e m a i n
L
e
s
retardataires c o n bert, â g é de cinq ans.
c h e r c h e r e t a p r è s - d e m a i n , à l a s a l l e d e l a v o q u e s apr at irs al en s « C
d e s a l l u m e t t e s à l a c u i s i n e p o u r r u e d e l a D u c h é , p a r l e g r o u p e d u 2 7 a o û t , s o n t h eprrbi éosu rdg e- E crleat ii rr e»r
brûler u n tas d'ordures.
de
Mme
Bouchard- sans faute leur monnaie matière
Interrogé par son père, l'enfant artistique
samedi prochain chez le délégué
a. r e c o n n u a v o i r f l a m b é u n e a l - A b b a d i e .
c a n t o n a l , d e 9 h. à m i d i et d e 14
l u m e t t e d a n s l'étable
et l'avoir
O n y entend, présentées
p a r h e u r e s à 18 h e u r e s , 77, r u e E m laissée tomber.
l'élégant baryton, M. J e a n M a r - manuel-Liais.
Ce
n'est
que
quelque
temrr" g u e t , l a v a l s e d e B e e t h o v e n , j o u é e
a p r è s que, s o n f r è r « J e a n d o n n a i t p a r M l l e L i l i a n e
Avis aux couturières
Laurent,
«La
l'alarme à M. Mauger.
M o n n a i e m a t i è r e : fils d e c o u Valse de
l'Adieu i
de
Chopin,
v*
l
e
u
r
b
l
anche, elle est valable Juspar Mlle Jeanne Avoine ;
« La
SocourB N a t i o n a l
u ' a u 15 s e p t e m b r e e t n o n J u s Valse d'Amour » de Moszkowski » q
qu'au 31 juillet.
par Mlle Odette Lendormy ; la
M o n n a i e - m a t i è r e , fil d e c o u l e u r
LA F A M I L L E D U P R I S O N N I E R Ire valse brillante » de
Chopin, rose, elle e s t valable jusqu'au 30
Marie-Madeleine
Des- septembre.
La famille du prisonnier est une par Mlle
s e c t i o n d u . S e c o u r s N a t i o n a l g r â - f e u x . 1er prix d e s o l f è g e d e l ' E ce à laquelle
plus du
tiers des cole municipale de musique.
familles des captifs ont reçu u n e
D e plus, u n e chorale
féminine
aide morale et matérielle. D u travail a é t é procuré à de n o m b r e u - c h a n t e o u reprend e n choeur des
ses femnies de prisonniers:
l e s valses célèbres, les soli é t a n t e x é OCTEVILLE
J.
frais a é t u d e s o u d'apprentissage' c u t é s p a r Mlles J. H a m e l ,
d e m i l l i e r s d ' a d o l e s c e n t s o n t é t é A v o i n e , S. Olivier, D . G r e p p é , R .
CONSEIL MUNICIPAL. — Subassurés : des dizaines de milliers P r o d h o m m e , M. C
Catelaln.
v e n t i o n d e l'Etat nour i n d e m n i t é
d'enfants ont été envoyés e n v a « Le Beau Danube bleu » com- de bombardement
au
personnel
c a n c e s a u g r a n d air.
plète cette évocation musicale et c o m m u n a l . — U n e subvention de
P o u r le s e u l d é p a r t e m e n t de la féerique.
l'Etat est demandée pour venir en
M a n c h e , voici l'état m e n s u e l des
A ce joli divertissement, s'ajou- aide à le c o m m u n e à c e . s u l e t .
secours apportés aux familles de
. .Avance de -trésorerie.-Unf
p r i s o n n i e r s d e p u i s le 1er l a n v i e r t e r o n t u n e p a r t i e d e c h a n t , p a r d e m a n d e d ' a v a n c e d e T r é s o r e r i e
M
m e Bouchard-Abbadie. u n réci- est d e m a n d é e pour remboursement
1942 :
tal de p i a n o p a r M M .
E u g è n e a n t i c i p é d e l ' e m p r u n t d e 172.68C
J a n v i e r : 120 p o u r 40.775 fr.
F é v r i e r : 205
57.140 fr.
G a i n . L u c i e n K e m b l i n s k y , e t M l l e fr. c o n t r a c t é p o u r p a i e m e n t d'une
Mars
:
248
85.397 fr.
Claire
Coquoin
ainsi
que
la amende.
Avril
;
272
82.980 fr
b e l l e s é l e c t i o n d u «t B a r b i e r
de
A c o u i s i t i o n d ' u n t e r r a i n . — TJr
Mal
:
308
9 0 . 6 7 5 îr.
S
é
v
i
l
l
e
o
ù
s
e
d
i
s
t
i
n
g
u
è
r
e
n
t
M
M
. terrain ayant été acquis rue PasJuin
:
266
83.980 fr.
J e a n M a r g u e t , M a u r i c e P o s t a i r e , t e u r , u n e s o m m e d e 76.000 fr. e s t
Juillet :
269
86.710 fr.
Jean Hamel, Pierre Roemer, L u - votée pour règlement.
C e s t l à « o u v a l ' a r e e n t ».
Mais d où vient l'argent ? S i n o n cien Pignot, Mlle Roig-Martà e t
Enlèvement des boues et ordudu Secours
National.
H é s l t e r e z - M m e M . C. C a t e l i n , e t c L ' a c c o m - res. — Il e s t décide q u e les s o u vous donc à souscrire u n bon p a g n e m e n t
et
le
commentaire missions
pour l'adjudication
de
de solidarité ?
sont confiés à
Mme
B o u c h a r d - l'entreprise d'enlèvement des bouef
e t ordures ménagères, seront o u A
b
b
a
d
i
e
,
a
n
i
m
a
t
r
i
c
e
d
e
c
e
b
e
a
u
**
s e p t e m b r e à 15 h e u r e r
s p e c t a c l e d o n n é a u p r o f i t d e s p r i - ve enr tpe rs é scee n21
COMITE
D'ORGANISATION
ce d e M. l e M a i r e e t de
s o n n i e r s de g u e r r e e t d e leurs f a - M M . M a r i e Gouellain. Mlossec el
DU
BATIMENT
milles.
ET DES TRAVAUX PUBLICS
Lecouvev. Le marché en
cours
SECRETARIAT
L a l o c a t i o n d e s p l a c e s p o u r d e - e x p i r a n t r? 31 o c t o b r e 1 9 4 2
DEPARTEMENTAL
m
a
i
n
e
t
a
p
r
è
s
d
e
m
a
i
n
à
19
h
.
3
0
,
D
o
n
a
n
b
n
r
e
a
u
d
e
b
i
e
n
f
a
i
s
ance
D E LA M A N C H E
L e C o n s e i l d e s D i r e c t e u r s d e la
L e D é l é g u é Départemental du Co- a H e u à l a s a l l e M a g n e , p l a c e d u —
C
a
i
s
s
e
d"Ertarffne
a
v
a
n
t
a
t
t
r
ibue
M
a
r
é
c
h
a
l
P
é
t
a
i
n
.
m i t é d ' O r g a n i s a t i o n du
Bâtiment
1.000 f r . a u B u r e a u d e B i e n f a i et d e s t r a v a u x publics, porte a l a
s a n c e d'Octevllle. la
Municipaliconnaissance des intéressés que les
-*%t é se fait l'Interprète des pauvre'
c a r t e s d ' a c h e t e u r de
métaux non
de la c o m m u n e p o u r remercier le
MEDAILLE DE LA FAMILLE
f e r r e u x p é r i m é e s d e s 2 m e e t 3me
Conseil des directeurs de son gest r i m e s t r e s 1942, d e v r o n t ê t r e a d r e s te généreux et lui exprimer leur
FRANÇAISE
sées à la Délégation départementareconnaissance.
le, 46, rue d e l a P a i x , a Cherbourg,
L e M a i r e de la Ville de C h e r a v a n t l e 23 s e p t e m b r e , e n v u e d e
HAINNEVILLE
bourg, invite les mères de F a m i l - •
leur renouvellement.
Il l e u r e s t e x p r e s s é m e n t " r e c o m - l e d é s i r e u s e s d ' o b t e n i r l a M é d a i l RYNDŒCAT
COEPORATIF
m a n d é de ne pas omettre de signa- l e d e l a F a m i l l e F r a n ç a i s e , à s e A G R I C O L E . — L e s
cultivateurs
l e r s u r le q u e s t i o n n a i r e
porte a u p r é s e n t e r d è s m a i n t e n a n t a u b u - e f f e c t u a n t ' d e s batta<Jes, s o n t I n r
e
a
u
d
e
s
œ
u
v
r
e
s
s
o
c
i
a
l
e
s
,
8.
r
u
e
verso de ces cartes les indications
formés qu'une distribution
d'esc o n c e r n a n t l e u r a c t i v i t é de p l o m - N o t r e - D a m e - d u - V o e u , d e 9 h . 3 0 s e n c e e t d ' a l c o o l s e r a f a i t e s a m e b i e r - z i n g u e u r et l e u r s o u v r i e r s s p é - a 12 h e u r e s e t d e 15 h e u r e s à 17 d i p r o c h a i n 6 s e p t e m b r e , d e 14 h
h
e
u
r
e
s
p
o
u
r
c
o
n
s
t
i
t
u
t
i
o
n
d
e
l
e
u
r
à 16 h . , c h e z l e s y n d i c . L e s I n t é cialisés dans ces activités.
dossier et renseignements.
ressés s o n t priés de se eonror~«w
a u x heures indlouées.
D ç s instructions qui
viennent
d e n o u s p a r v e n i r , il r é s u l t e q u e
TOURLAVILLF
les dossiers pour la promotion du
1er j a n v i e r 1943
doivent
être
ARRACHAGE DES
POMMES
adressés à la Préfecture a v a n t le
2 0 _ s e p t e m b r e 1942. d e r n i e r d é l a i . D E T E R R E D E C O N S E R V A T I O N
— Suivant les Instructions du CoSALAIRES
DV
TARIF
C o n d i t i o n à r e m p l i r : M é d a i l l e m i t é c e n t r a l d e r a v i t a i l l e m e n t , der
COMPTOIR CHERBOXIKGEOIS
d e b r o n z e : avoir e u 5 e n f a n t s l é - p o m m e s d e terre, l e s c u l t i v a t e u r s
gitimes vivant
simultanément.
87 bis. quai de l'Entrcpfît
d? Tourlavllle. doivent dès m a i n M é d a i l l e d'argent: avoir e u 8 t e n a n t , procéder à l'arrachage dej
enfants légitimes vivant
simul- p o m m e s de terre de conservation
tanément.
et faire la livraison de leur impoMédaille de vermeil: Avoir eu sition, à leur collecteur habituel
10 e n f a n t s
l é g i t i m e s v i v a n t , s i - d a n s l e -plus b r e f d é l a i .
multanément.
S e m u n i r a u m o m e n t d e l a liL e Maire de Cherbourg: vraison, d u bon d'imposition, afin
de pouvoir toucher la demi-prime
P. Renault.
restée imrmvée.
Conseil aux femmes
affaiblies, amaigries
OUR doubler l a
forco d e s m u s cles » nerfs e t o s ,
a y e z l e sang g é n é reux, en mangeant
du "fer-alunont".
grand donneur
de
sano ( c o m m e l e 1er d e s
épinaras o u lentilles) c o n centré danB les célèbres
pitules P i n k s o u s u n e forme médicinale)
si a c t i v e qu'après 30 Jours l e s a n g e s t
p l u s riche d e 5 0 0 a 600 millions do g l o bules rouges t a u t a n t d o p e t i t s accumuNOURRITURE ASSUREE - CANTINE ENTREPRISE
lateurs de farce qui v o n t p o r t e r d o n s
t o u t e s les cellules do l'organismo les s u p p l é m e n t s d'énergie puisés d a n s v o s a l i LOGEMENT P O U R OUVRIERS D E L'EXTERIEUR
m e n t s . Cliaque Jour la vigueur a u g m e n t e s
les organes s o n t s t i m u l e s i l e s m u s c l e s s o
Salaires d'après tarif
raffermissent; v o u s reprenez d u p o i d s , d u
nerf, d u " o r o u " . 2 pilules P t a k p a r repas.
'•Toutes fjiuuroacles. Commence/, d e m a i n I
S O C I E T E OËNJ311ALB
pour favoriser le développement
du C o m m e r c e et d e l ' I n d u s t r i e
en France
Société a n o n y m e
a n cnpltul do <;iï!>.m>o.ouo d e f r a n c s
Siège social :
A P a r i s , 20, o o n l e v a r d H a u s s m a n n
B a n q u e f r a n ç a i s e i n s c r i t e n* 83
R. C. : S e i n e n» 64.4G2
C o n f o r m é m e n t a u x d é c i s i o n s pris e s p a r le Conseil d ' a d m i n i s t r a t i o n
d a n s s a s é a n c e du 20 a o û t e n v e r t u
de l ' a u t o r i s a t i o n
et des
pouvoirs
q u e lui c o n f è r e n t les s t a t u t s . Il e s t
p r o c é d é à la double o p é r a t i o n s u i vante :
L i b é r a t i o n t o t a l e du c a p i t a l a c tuel : l e s 250 f r a n c s r e s t a n t à v e r ser s u r l e s a c t i o n s a c t u e l l e m e n t l i bérées de moitié sont appelés pour
le 15 o c t o b r e 1942.
-^--^_
A u g m e n t a t i o n du c a p i t a l s o c i a l :
d e 625.000.000 a 750.000.000 d e f r a n c s
p a r l ' é m i s s i o n d o 250.000
actions
n o u v e l l e s d e t>iiO f r a n c s n o m i n a l .
l'rlx d'émission
:
540
francs
p a y a b l e s en s o u s c r i v a n t .
J o u i s s a n c e : 1er j a n v i e r 1913.
D r o i t de s o u s c r i p t i o n h t i t r e Irréductible
:
une action nouvelle
pour cinq a n c i e n n e s , s u r p r é s e n t a tion d e s certificats
nominatifs ou
c o n t r e r e m i s e du c o u p o n n° 27 d e s
t i t r è s a u porteur.
Les actionnaires peuvent, en outre d é p o s e r d e s d e m a n d e s t e n d a n t
a o b t e n i r la c e s s i o n ultérieure d'un
nombre
supplémentaire
d'actions
n o u v e l l e s a titre é v e n t u e l e t r é ductible.
D e s dispositions sont prévues conf o r m é m e n t à la loi d u 14 a o û t 1941,
réservant les droits d e s actionnaires
< e m p ê c h é s ».
D u r é e de l a s o u s c r i p t i o n : du 2
s e p t e m b r e a u 15 o c t o b r e 1942 i n c l u s .
D a n s toutes les a g e n c e s
et bur e a u x de la S O C I E T E G E N E R A L E .
Notice publiée a u « Bulletin des
Annonces Légales
obligatoires du
24 a o û t , n» 34.
TEINTURERIE
LYONNAISE
M. PAUL TROUDE
TEINTURIER
8, r u e d e l ' A b a t t o i r , V a l o g n c s
A n c i e n n e m e n t 37, r u e
FrançolsL a Vieille. Cherbourg, I n v i t e les
p e r s o n n e s qui n e s o n t p a s e n c o r e
venues
reconnaître
leurs
vêtem e n t s , à p a s s e r a v a n t l e 1" O c tobre chez
M"" H É B E R T .
Cité
A v o i n e . 24. rue A l b e r t - M a h l e u ,
DANS LA R E G I O N
ON EMBAUCHE
MANŒUVRES
TERRASSIERS
L'ENTRAIN DES FORTS
au Mk saut du lit —
P
SOCIÉTÉ «T.H.E.G.» 3 ^ J S t ™
EMBAUCHE MANŒUVRES
TOURLAVUXE
C A R T E D E TEXTELE. — Lt
M a i r e d e T o u r l a v l l l e p r é v i e n t les
h a b i t a n t s cm'en r a i s o n d ' u n e r é u nion du Conseil
Municroa.1. au!
a u r a . . l i e u v e n d r e d i a p r è s - m i d i , la
délivrance des cartes de
De^dles
est suspendue de vendredi, a m i di, a u s a m e d i m a t i n .
L e M i i r e : J. L E M O I G N E .
St-PIERRE-EGLISI
BREVET
SPORTIF • NATIO.
NAL. — D i m a n c h e 6 septembrt
s u r l e terrain d e l a M a s s e , s e d é roulera la
d e r n i è r e -session
diB r e v e t Sportif N a t i o n a l . L e s cand i d a t s e t tes c a n d i d a t e s déslranpasser ces épreuves,
doivent
a
f a i r e i n s c r i r e a u P l u s v i t e c h e z 1<
secrétaire de l'Union Sportive : P
Dahvot. à
Saint-Pierre-Eglise.
SYNDICAT AGRICOLE
COR
PORATD?. — Tous les
cultiva
teurs de la c o m m u n e sont Invite
à assister- à l a r é u n i o n q u i aur»
lieu dimanche prochain 6 s e p t e m
bre. à 2 h e u r e s 30 (solalrel
sali'
de la Mairie.
O r d r e d u 1our : a s s e m b l é e g é nérale, paiement- des
cotisations
c p m p t e - r e n d u financier, élections
répartition des engrais, question:
diverses.
BRETTEVXLLI
• ACTE D E DESESPOIR. — M
Auguste Charles
Agnez, journal i e r a g r i c o l e , â g é d e 6 3 a n s . a éU
t r o u v é p e n d u a u h a m e a u d e s Cordéliera d a n s l a g r a n g e attenant"
à sa maison.
Le malheur accablait cet
in
' f o r t u n é : 11 a v a i t p e r d u s a f e m m i
l e 14 l u i l l c t d e r n i e r . D e p l u s , i
a v a i t e u s a m a i s o n a n é a n t i e pat
.un bombardement anglais.
C'est l'un d e s e s q u a t r e fils oui
passant près du logis d e M . Agnez
voulut entrer e t découvrit le m a l
heureux pendu. La
gendarmerli
p r o c é d a a u x tristes,
ronstatatlorat
[LlKE U SUITE BN OUATniEME PAfSfJ
CENTRAL-WNÉMA
Films a paraître en
octobre 1942 :
septembre
. .
e
I
FEMMES '
POUR GOLDEN HILL
LE PARADIS DES VOLEUP
ROSES ECARLATES
RAMUNCHO RIVALITES
LE PAVILLON BRULE
JENNY JEUNE PROF.
L'EMBUSCADE
L'ORCHIDEE ROUGE
PALACE-CINÉMA
EQTJEUKDREVJJuLE
Samedi, à 19 h. 16 ; Dimanche, à
14 h. 16 et 17 heures. — Ouverture <ta
la eaiEon 1042-43 p a r u n spectacle Uo
folle s a l e t é :
LE CHASSEUR
DE CHEZ MAXIHTS
avec notre grand comique BACH, B o tter de Tiéville et Geneviève Felbc —
Prencs vos places & l'avance elles la
conclersre de la Mairie»