télécharger l`Infolettre CECI Afrique

Transcription

télécharger l`Infolettre CECI Afrique
INFOLETTRE CECI AFRIQUE | NUMERO 2
INFOLETTRE CECI AFRIQUE
Numéro 2
Septembre-novembre 2014
Édition spéciale XVe SOMMET DE LA FRANCOPHONIE
Crédit photo : Oksana Lysenko
1
INFOLETTRE CECI AFRIQUE | NUMERO 2
2
Le mot de la direction régionale Afrique
Bonjour à toutes et à tous!
Sans contredit, le dernier trimestre aura été le plus marquant pour le CECI Afrique au cours de
l’année 2014. Avec les célébrations et les activités entourant le XVe Sommet de la Francophonie à
Dakar, les employés du CECI Sénégal et des volontaires du programme Uniterra ont été fort
occupés.
Tout au long de la préparation du Sommet, et pendant celui-ci, le CECI a eu le plaisir de travailler
en collaboration avec le ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec
(MRIF) quant à l’organisation de plusieurs panels, forums, tables rondes et ateliers reliés aux
femmes et aux jeunes, ainsi qu’à la mise en œuvre de projets novateurs.
Le CECI a accompagné entre autres le Forum international « Jeunes, paix et développement durable
en francophonie : l’avenir en face », le Forum « Femmes, paix et développement en francophonie »,
le Panel sur l’adoption d’un acte additionnel pour l’Égalité des droits Femmes/Hommes pour le
développement durable en Afrique de l’Ouest, et l’Atelier international des observatoires
nationaux de l’égalité de genre institutions assimilées d’Afrique francophone.
Les recommandations découlant de ces différentes rencontres portent essentiellement sur
l’emploi, le développement économique et la sécurité. Elles ont par la suite été acheminées au
Comité Scientifique du XVe Sommet de la Francophonie afin d’être examinées.
Tel que vous le verrez, cette édition contient une section « SPÉCIAL SOMMET DE LA FRANCOPHONIE
2014 » dédiée aux nombreux événements tenus avant et pendant le XVe Sommet de la
Francophonie. Cette section vous permettra de connaître tous les faits saillants de cette grande
rencontre internationale.
Pour terminer, je profite de l’occasion pour vous souhaiter un très joyeux temps des Fêtes et une
merveilleuse année 2015 remplie de bonheur, de paix et de projets porteurs pour l’Afrique.
Carine Guidicelli, directrice régionale CECI Afrique
Crédit photo : Oksana Lysenko
INFOLETTRE CECI AFRIQUE | NUMERO 2
3
SPÉCIAL SOMMET DE LA FRANCOPHONIE 2014
Lors des activités entourant la tenue du XVe Sommet de la Francophonie à Dakar, le
CECI a eu le privilège de participer à plusieurs événements en partenariat avec le
Ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec (MRIF) ainsi
qu’avec des partenaires locaux. Voici donc un résumé des principaux faits saillants.
Kiosque Espace Québec au Village de la francophonie
Par Nadia Berger, conseillère en communication, ALPHADEV, Malika, Sénégal
Les activités battaient leur plein au Village de la Francophonie du 24 au 30
novembre dernier, dans le cadre du XVe Sommet de la Francophonie à Dakar.
Pendant que les femmes et les hommes d’État discutaient au Centre
International de Conférence Abdou Diouf (CICAD) en périphérie de Dakar, le
Village de la Francophonie, situé au cœur de Dakar près du Grand Théâtre,
bouillonnait d’activités.
À gauche, Claudia Black, directrice
générale du CECI, accompagnée de
Carine Guidicelli, directrice régionale
CECI Afrique, au kiosque de l’Espace
Québec.
Le Kiosque Espace Québec du ministère des Relations internationales et de la
Francophonie du Québec, situé entre les kiosques du Nouveau-Brunswick et du
Canada, a reçu pas moins de 3 000 visiteurs en 7 jours, faisant de ce dernier l’un
des plus achalandés.
Les volontaires CECI-Uniterra sont venus donner de leur temps au kiosque pour
répondre aux questions des visiteurs, et de plus, valoriser les activités de leur
partenaire local à l’aide de dépliants, cartes postales et affiches.
De façon générale, les visiteurs s’informaient sur les procédures d’immigration
et sur les possibilités d’étudier au Canada. D’ailleurs, un représentant local de
l’Université Laval de Québec était présent sur les lieux afin de répondre aux
nombreuses questions des visiteurs.
Une multitude de visiteurs s’est rendue à
l’Espace Québec dont de nombreux écoliers.
Le kiosque a reçu la visite de plusieurs personnalités, dont la ministre des
Relations Internationales et de la Francophonie du Québec, Christine St-Pierre,
le Premier ministre du Nouveau-Brunswick Brian Gallant, la ministre de
l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail; ministre responsable
de la Francophonie du Nouveau-Brunswick Francine Landry, la ministre du
Patrimoine canadien Sheila Glover ainsi que la ministre Ivoirienne de
l’Éducation nationale et de l’Enseignement technique Kandia Kamissoko
Camara.
Un grand merci à tous les volontaires CECI-Uniterra pour leur soutien durant
cette semaine!
Crédit photos : Nadia Berger
La ministre des Relations internationales et de la
Francophonie du Québec, Christine St-Pierre, (au
centre) est venue saluer les gens du kiosque
Espace Québec.
INFOLETTRE CECI AFRIQUE | NUMERO 2
4
La ministre québécoise des Relations internationales et de la
Francophonie visite un nouveau projet du CECI au Sénégal
Par Mélanie Derail, conseillère en communication régionale Afrique au CECI, Dakar, Sénégal
Vendredi le 28 novembre dernier, la ministre québécoise des Relations
internationales et de la Francophonie, Mme Christine St-Pierre, a inauguré le
Programme Québécois de Développement International (PQDI). Le
programme intitulé Centre incubateur de développement de métiers
avicoles pour les femmes et les jeunes au Sénégal formera 100 jeunes, sur
une période de 12 mois, en agriculture semi-industrielle.
La ministre St-Pierre entourée des
jeunes bénéficiaires du PQDI.
Le PQDI est le fruit d'un partenariat entre le secteur privé québécois (Olymel),
le monde rural (Conseil National de Coopération et de Concertation des
Ruraux), le monde universitaire (Université de Thiès) et est mis en œuvre par
le CECI.
À son arrivée à l’Université de Thiès, la ministre St-Pierre a été
chaleureusement accueillie par le Directeur de l’École Nationale Supérieure
d’Agriculture (ENSA), M. Abdoulaye Dieng et par le Recteur de l’Université
de Thiès, le Pr. Matar Mour Seck.
Ils ont ensuite rencontré la ministre sénégalaise de l’Élevage et des
Productions animales, Aminata Mbengue Ndiaye, le ministre sénégalais de
la Jeunesse, de l’Emploi et de la construction citoyenne, Mame Mbaye Niang,
Claudia Black, directrice générale du CECI, Carine Guidicelli, directrice
régionale CECI Afrique, Samba Gueye, président du CNCR ainsi que plusieurs
autres dignitaires invités pour l’occasion.
La ministre St-Pierre lors de son
discours à l’École Nationale
Supérieure
de
l’Agriculture
(ENSA) à Thiès.
Le cortège s’est par la suite dirigé vers la salle de rencontre où les attendaient
bénéficiaires, journalistes, partenaires du projet et de nombreux professeurs
et étudiants de l’Université de Thiès.
Lors des prises de paroles officielles, la ministre québécoise a livré un discours
touchant en faisant le récit de son enfance passée sur une ferme et a souligné
l’importance de l’agriculture, qui dit-elle « peut contribuer à nourrir un pays
tout entier ».
Du côté des jeunes, Papis Bakary Coly, entrepreneur et aviculteur sénégalais,
a témoigné de son parcours de l’immigration, en Italie et au Portugal, et à son
choix de revenir au Sénégal pour s’engager dans la croissance de son pays.
La rencontre s’est terminée en période de discussions entre les ministres
présents et les jeunes bénéficiaires du projet ainsi qu’avec les partenaires du
CECI impliqués dans la mise en œuvre de ce projet d’aviculture novateur.
Claudia Black, directrice générale du
CECI, a attiré l’attention sur
l’importance de miser sur la jeunesse
sénégalaise qui représente plus de
60% de la population.
Crédit photos : Oksana Lysenko
INFOLETTRE CECI AFRIQUE | NUMERO 2
5
FORUM « Femmes, paix et développement en francophonie »
Par Fatoumata Traoré, chargée d’appui technique et développement d’affaires
OSC/RSJ, Dakar, Sénégal
Le Forum des Femmes sous le thème « Femmes, Paix et Développement
en Francophonie », s’est tenu les 26 et 27 novembre 2014, à Dakar.
L’ambition de cette rencontre était de s’approprier la quintessence de la
thématique du XVe Sommet des Chefs d’État et de Gouvernement du
monde francophone : « Femmes et jeunes en Francophonie : Vecteurs de
paix, acteurs de développement ».
Il s’agissait surtout de dégager, par consensus, les enjeux relevant des
contextes socio-économique, politique et culturel marqués
essentiellement par la volonté d’aller vers un développement durable qui
prenne en compte les femmes dans son processus.
Les participantes étaient nombreuses lors du Forum
des Femmes les 26 et 27 novembre dernier.
Il convient de rappeler que le Forum, dans sa phase préparatoire, a
impliqué de nombreux acteurs durant de longs mois : la société civile et
ses différents démembrements et associations, tous regroupés autour
d’un Cadre de Concertation en partenariat avec le Ministère de la Femme,
de la Famille et de l’Enfance du Sénégal, le Comité Scientifique du XVe
Sommet, le Réseau Francophone pour l’Égalité Femmes-Hommes, le
CECI, le CRDI et le CRES.
Quatre axes thématiques étaient à l’ordre du jour :




Famille productive et autonomisation des Femmes
Emploi et pouvoir économique des Femmes francophones
Femmes, Citoyenneté et Droits humains en Francophonie
Femmes, Paix et Sécurité en Francophonie.
Ces axes, animés par des expertes de haut niveau en la matière, ont
présenté une assiette d’opportunités aux femmes pour revisiter les
acquis, les contraintes et les défis quant à l’effectivité de leurs rôles dans
les sphères socio-économiques, politiques et culturelles au sein de
l’espace francophone.
Carine Guidicelli, directrice régionale du CECI Afrique, a attiré l’attention
sur le fait que les gouvernants Ouest Africain et de la francophonie en
général, ont la responsabilité de placer les femmes et les jeunes au cœur
du développement et ajoute : « Si les États ne s’occupent pas des jeunes et
des femmes, ce sont les jeunes et les femmes qui vont s’occuper des États ».
Les recommandations fortes, issues du Forum, ont été formulées par les
femmes à l’attention des Chefs d'État et de Gouvernement et dont la
mise en application fera des femmes et des jeunes de véritables vecteurs
de paix et acteurs du développement.
Crédit photos : Oksana Lysenko
Carine Guidicelli, directrice régionale
CECI Afrique, lors de son intervention.
INFOLETTRE CECI AFRIQUE | NUMERO 2
6
FORUM international « Jeunes, paix et développement durable en
francophonie : l’avenir en face »
Par El Hadj Babacar Samb, conseiller en développement agricole et d’affaires,
CNCR, Dakar
Le Collège des jeunes du Conseil National de Concertation et de
Coopération des Ruraux (CNCR), avec un appui conséquent du Centre
d’Étude et de Coopération Internationale (CECI), a organisé un forum
international sous la thématique « Jeunes, paix et développement
durable en francophonie : l’avenir en face ».
Deux déclarations finales ont été rédigées à l’issu
des activités du Forum international.
Plusieurs organisations de la société civile ont aussi appuyé et collaboré
à ce Forum dont le Comité Scientifique Préparatoire, l’Initiative
Prospective Agricole et Rurale (IPAR), le Conseil National de la
Jeunesse, Conférences des Ministres de la Jeunesse et des Sports de la
Francophonie (CONFEJES) et le Ministère de la jeunesse,
Cette activité Pré-Sommet de la Francophonie a réunie plus de quatre
cent jeunes, venus de vingt-trois pays de l’espace francophone. À
travers les sessions parallèles et les panels, ils ont échangé sur
différentes thématiques en relation avec l’insertion et l’employabilité
des jeunes.
Les trois sessions parallèles ont été des occasions d’échanges
intéressantes entre jeunes entrepreneurs et jeunes aspirants
entrepreneurs. Quarante jeunes venant des différents pays de l’espace
francophone ont présenté des projets innovants dans le domaine de
l’agriculture, des TIC, des services, etc.
Les participants du Forum ont soumis, suite aux
panels, des contributions concrètes au Comité
Scientifique du Sommet de la Francophonie.
Les quatre panels organisés à cet effet ont permis de pousser la
réflexion sur des sujets sensibles et de sortir avec des contributions
concrètes soumises au Comité Scientifique du Sommet de la
Francophonie.
Le panel intitulé « L’installation des jeunes en agriculture, quelle stratégie
politique d’accompagnement des jeunes ? », organisé par le Collège des
jeunes du CNCR, a été la dernière étape d’un processus de réflexion
commencé deux jours plus tôt avec l’atelier intitulé « L’installation des
jeunes en agriculture : vision et attentes des jeunes ruraux ».
Deux déclarations finales ont été rédigées à l’issu de ces activités pour
affirmer davantage l’importance de l’installation des jeunes en
agriculture pour l’emploi des jeunes, le renouvellement des générations
en agriculture et le développement agricole au Sénégal et dans l’espace
francophone.
Plus de 400 jeunes venus de 23 pays de l’espace
francophone étaient présents au Forum.
Les axes stratégiques dégagés des discussions serviront de base pour la
finalisation de la stratégie nationale d’installation des jeunes en
agriculture, point sur lequel le Collège des jeunes du CNCR s’engage à
poursuivre la réflexion, en collaboration avec tous les acteurs impliqués
et ses partenaires institutionnels tel que le CECI.
INFOLETTRE CECI AFRIQUE | NUMERO 2
7
Colloque international «Femmes et jeunes, forces montantes :
Enjeux, défis et perspectives francophones »
Par Tarik Marc, chargé de programme, Comité Scientifique du Sommet de la
Francophonie, Dakar
Du 17 au 19 septembre 2014, le Comité Scientifique a organisé
un colloque international, en partenariat avec le CECI, dont
l’objectif était de formuler des propositions opérationnelles à
destination des décideurs de la francophonie.
Des participantes au Colloque discutent en groupe
durant les ateliers.
Cette rencontre visait aussi à positionner les femmes et les
jeunes comme des acteurs incontournables des mutations
positives de l’espace francophone.
Cinq axes thématiques étaient à l’ordre du jour :
• Problématiques de l’emploi des jeunes et des femmes dans
l’espace francophone
• Les économies
développement
alternatives
comme
leviers
de
• Femmes et jeunes dans la nouvelle culture numérique
• Mobilités en Francophonie : enjeux et opportunités
• Sport et santé : perspectives francophones
De nombreux invités venus de toute l’Afrique
francophone étaient présents au Colloque.
En plus des représentants des institutions de la Francophonie,
cet événement a rassemblé des représentants d’institutions
nationales et internationales de plusieurs pays membres de la
Francophonie.
Des universitaires et des représentants de la société civile du
Sénégal et d’autres pays membres étaient également présents
et ont pu participer aux débats.
Ce colloque a permis de définir une série de recommandations
qui ont été proposées aux Chefs d’État et de gouvernement de
la Francophonie.
Crédit photos : Oksana Lysenko
À gauche, Odette McCarthy, chargée de
projet et spécialiste en ÉFH au siège du CECI à
Montréal, accompagnée de Carine Guidicelli,
directrice régionale CECI Afrique.
INFOLETTRE CECI AFRIQUE | NUMERO 2
8
Douze jeunes de Kédougou participent au XVe Sommet de la Francophonie
Par Mamadou Made Dramé, porte-parole du Forum international des jeunes leaders en développement
minier responsable et volontaire national du CECI-Uniterra.
Du 27 au 30 Novembre 2014, une délégation de douze jeunes professionnels francophones,
soutenue par l'OFQJ, a pris part au Sommet de la Francophonie à Dakar dont le thème était :
« Femmes et jeunes en francophonie : vecteurs de paix et acteurs de développement ».
Ils ont pu ainsi participer à des rencontres officielles, favoriser des échanges professionnels et
consolider les réseaux de coopération francophones. Quatre jeunes entrepreneurs sénégalais
ont ainsi été sélectionnés. Il s’agit de la franco sénégalaise Khady Cissé qui a travaillé à la Banque
mondiale, de Elimane Forster , chef d’entreprise, Seydou Badji doctorant chercheur, assistant
de projet au programme Millenium Challenge Account (MCA) et de Mamadou Made Dramé,
porte-parole du Forum international des jeunes leaders en développement minier responsable
et volontaire national au Centre d’Étude et de Coopération internationale (CECI).
La délégation a rencontré d’importantes personnalités de l’OIF et proposé des projets
structurants pour une meilleure implication des jeunes dans les actions de développement.
Parmi les personnes rencontrées : M. François Hollande, Président de la république Française,
avec qui des échanges ont tourné autour des opportunités offerts par l’OFQJ aux jeunes porteurs
de projets que nous représentions à l’occasion. Mme Annick Girardin, Secrétaire d’État au
développement et à la Francophonie, a pris le temps de nous encourager sur les initiatives que
nous proposons pour le développement durable dans l’espace francophone et Mme Yamina
Benguigui, qui avait donné la parole aux jeunes femmes lors du 1er Forum mondial des femmes
francophones.
Mamadou Made Dramé, volontaire national
du CECI et porte-parole du forum
international des jeunes leaders en
développement
minier
responsable
accompagné de Marine Eleck.
La délégation a par ailleurs effectué une séance de travail avec le ministre sénégalais de
l’Éducation M. Serigne Mbaye Thiam. Il a été question d’échanger autour de projets innovants
sur l’éducation et la citoyenneté sans lesquelles aucun développement n’est possible. Ces jeunes
se sont accordés avec les autorités sur l’idée que la mobilité jeunesse en francophonie doit être
intensifiée et structurée.
APPUI DU CECI AU RÉSEAU DES FEMMES POUR LE DÉVELOPPEMENT DE KÉDOUGOU
Le réseau des femmes pour le développement de Kédougou (REFDEV) a été créé en janvier
2013. Il regroupe à ce jour 126 Groupements d’Intérêt Économique (GIE) répartis dans les
différents départements de la région. Le REFDEV poursuit trois objectifs majeurs : L’appui à la
structuration et à la formalisation des groupements de femmes pour leur faciliter l’accès au
financement, le déploiement de formations qualitatives adaptées aux besoins des femmes pour
renforcer la production et la promotion de la sécurité alimentaire, gage du développement
socioéconomique.
Avec le ministre de l’éducation, Monsieur
Serigne Mbaye Thiam.
Compte tenu du rôle de premier plan qu’il joue dans le dispositif économique de la région de
Kédougou et face aux limites/retards accusés au niveau organisationnel et institutionnel, le
REFDEV travaille à l’amélioration de ses capacités d’organisation et l’appropriation des
approches de développement économique local pour être plus proche des besoins de ses
membres.
C’est dans ce sens qu’il a sollicité et obtenu l’appui du CECI qui propose un accompagnement
afin de contribuer au renforcement des capacités organisationnelles et institutionnelles du
réseau. Cet appui s’est matérialisé par mon affectation en tant que personne volontaire chargé
d’appuyer le développement organisationnel et institutionnel du réseau pour une durée de cinq
mois.
Quelques résultats ont marqué notre présence en moins d’un mois. Il s’agit notamment de la
publication du rapport de diagnostic organisationnel et institutionnel du réseau, de la rédaction
des textes organiques pour garantir le bon fonctionnement du réseau et la création d’un
répertoire des membres selon les zones, les potentialités et les activités.
Au centre, Mamadou Made Dramé en
compagnie de la présidente du REFDEV à
droite et la chargée de la formation du Bureau
Exécutif à gauche.
INFOLETTRE CECI AFRIQUE | NUMERO 2
9
Projet d’urgence en sécurité alimentaire au Nord Sénégal :
Tournage sur la mise en place de la phase 3
Par Mélanie Derail, conseillère en communication régionale Afrique au CECI, Dakar,
Sénégal
Du 9 au 12 septembre dernier, l’équipe de tournage composée de Bruno
Deméocq, vidéaste et photographe, et de son assistant, El Hadji Daouda
Traoré, s’est rendue dans les régions de Matam et de Podor afin de
procéder au tournage du documentaire sur la phase 3 du Projet d’urgence
et de sécurité alimentaire au Nord Sénégal. Le projet est soutenu par
USAID/OFDA et mis en place par le CECI et la Fédération des
Associations du Fouta pour le Développement (FAFD).
Pour l’occasion, six villages bénéficiaires du projet d’aide ont été visités :
Tekenguele, Bokki Mbarodi, Hodioldou et Siyabé dans la région
d’Ourossogui ainsi que Bély Birome et Belel Thieddo dans la région de StLouis. Plusieurs images ont été tournées dont les champs où poussent
mil, maïs et sorgo, les jardins maraîchers avec pastèques, courges,
haricots et parfois gombos, les travaux d’entretien desdits jardins, le
bétail dans les champs (moutons, chèvres et bœufs), la distribution des
semences aux paysans, les formations théoriques et pratiques en
agriculture ainsi que la distribution d’aliments au bétail.
Rappelons que la phase 3, débutée en juin 2014, est axée sur des activités
visant à augmenter l’aspect de résilience : formation sur les semences
résistantes à la sécheresse, techniques de conservation d’eau,
développement de ressources d’eau et le réseautage en affaires. Ces
activités permettent d’accroître les capacités des bénéficiaires du projet
en matière de prévention et de redressement suite à des catastrophes
climatiques.
Bruno Deméocq se prépare à filmer les villageois
qui travaillent au champ.
Des villageoises Peules avec leurs enfants.
Des distributions de semences de céréales, de légumes, de nourriture
pour le bétail et plusieurs formations sur des aspects techniques de
l’agriculture sont aussi des activités prévues. Cette troisième phase
devrait toucher directement 45 000 bénéficiaires, et 90 000 de façon
indirecte, dans des hameaux situés près des grands villages de la région
de St-Louis, de la région Nord de Matam ainsi que la partie Est du
Sénégal.
Pour visionner les deux documentaires précédents sur le Projet
d’urgence et de sécurité alimentaire au Nord Sénégal, cliquez ici.
Les hommes et les femmes du village de Bély
Birome assistent à une formation dite « sous
pluie » intitulée Entretien des cultures.
INFOLETTRE CECI AFRIQUE | NUMERO 2
10
ALPHADEV : Journée Internationale de l’Alphabétisation
et formations en marketing et communication
Par Nadia Berger, conseillère en communication chez ALPHADEV, Malika, Sénégal
Les derniers mois ont été fort occupés chez ALPHADEV. En plus de célébrer à sa
manière la Journée Internationale de l’Alphabétisation, l’organisation a formé plus
de 50 personnes dans les domaines du marketing commercial et de la
communication. Voici en photos, un petit résumé de nos activités.
ALPHADEV célèbre la journée Internationale de l’Alphabétisation
« L’Alphabétisation c’est plus que savoir lire et écrire, c’est un levier indispensable du
développement. » Tel était le message lancé le dimanche 7 septembre dernier, par
le directeur exécutif d’ALPHADEV, Mor DIAKHATÉ, lors d’une conférence de
presse organisée par des acteurs du secteur de l’alphabétisation à la veille de
Journée Internationale de l’Alphabétisation. C’était l’occasion de lancer un
plaidoyer en faveur d’un meilleur financement des programmes d’alphabétisation.
« On ne peut pas avoir plus de 50% d’analphabètes et y consacrer moins de 1% du
budget [de l’éducation] », a déclaré DIAKHATÉ lors de la conférence de presse.
Mor
Diakhaté,
directeur
exécutif
d’ALPHADEV, livre ses impressions aux
journalistes locaux.
Pour consulter la nouvelle complète sur la conférence de presse du lancement de
la Semaine de l’alphabétisation sur le site Web d’ALPHADEV, cliquez ici:
http://www.ongalphadev.org/journee-internationale-de-lalphabetisationlalphabetisation-cest-plus-que-de-savoir-lire-et-ecrire-cest-un-levierindispensable-du-developpement/
Marie-Josée Simard, volontaire
programme Congé Solidaire du CECI.
du
Formation en marketing commercial
Les 14 et 15 octobre dernier, plus de 25 participantes de la Chambre des Métiers
Artisans ont assistés à une formation en Marketing commercial offerte par la
volontaire du programme de Congé Solidaire, Marie-Josée Simard. Au cours de la
formation les participantes ont pu se familiariser avec les notions de base du
marketing et développer quelques outils tel logos et promotions, qui les aideront à
mieux commercialiser leurs produits.
Formation en communication
Les 21 et 22 octobre, 25 personnes ont participé une formation sur les
techniques de communication offerte par la conseillère en communication
Nadia Berger. Parmi les participants on retrouvait le personnel d’ALPHADEV,
des représentantes des groupements de femmes membre d’ALPHADEV, ainsi
que différents partenaires locaux des communes de Malika, Keur Massar et
Yeumbeul Nord et Sud (mairies, associations communautaires œuvrant auprès
des jeunes, des femmes et des handicapés moteur).
Des participantes de la formation en
marketing commercial.
À travers différentes activités participatives, les participants ont pu acquérir des
notions sur l’élaboration d’une stratégie de communication, l’élaboration de
messages de communication, la préparation de plan de communication et les
techniques de relations avec les médias.
Crédit photos : Nadia Berger
Nadia
Berger,
conseillère
en
communication dans le cadre du
programme de volontariat CECIUniterra, donne une formation en
communication.
INFOLETTRE CECI AFRIQUE | NUMERO
11
Partenaires et volontaires du programme UNITERRA se rencontrent
lors de la Réunion sectorielle biannuelle
Par Abdoulaye Tandia, chargé de programme sectoriel au CECI, Dakar, Sénégal
Dans le cadre des rencontres semestrielles du programme UNITERRA Sénégal, les
membres du comité sectoriel se sont réunis le 22 septembre 2014 à Dakar.
Cette rencontre a réuni une cinquantaine de participants composés de volontaires,
partenaires (anciens et nouveaux) et trois représentants du programme Uniterra :
le coordinateur national, le chargé de programme sectoriel et la chargée de
programme régional EFH.
La rencontre avait pour objet le bilan d’exécution des projets de coopération des
partenaires, le bilan d’exécution du plan de travail annuel (2014-2015) et des
questions diverses. Au cours des présentations, les partenaires ont exposé les
activités réalisées au cours de l’année et les résultats des actions réalisées par les
différents volontaires. Parmi ces résultats, on peut citer entre autres :
Les partenaires du programme UNITERRA
présentent à tour de rôle les activités
accomplies au cours des six derniers mois.
- La mise œuvre d’outils de bonne gouvernance et de transparence a permis aux
organisations partenaires de prendre conscience des exigences et ainsi de
développer une plus grande sensibilité face aux ressources environnementales.
- La motivation et la valorisation des femmes au sein de leurs organisations afin
d’améliorer la qualité des initiatives de gestion participatives.
- Les initiatives de diversification des activités ont contribué à l’accroissement des
revenus agricoles des membres des organisations, et surtout des femmes,
conformément aux priorités d’action des projets de coopération. L’amélioration de
la qualité et la diversification des services envers les membres des OP partenaires
(accès au crédit semences et engrais, vente de la production à des prix très
rémunérateurs) sont ainsi renforcées.
- La majorité des organisations partenaires (CCPA, FPA, RSJ, AUMN, CNCR) ont
renforcé leur visibilité et accru l’efficacité de leurs communications grâce à leurs
nouvelles politiques de communication mises en place avec l’appui des volontaires
(site Web, médias sociaux, bulletin d’information électronique et formation d’une
vingtaine de leaders en communication)
Debout, Abdoulaye Tandia, chargé de
programme sectoriel, accompagné de
Mariame
Coulibaly,
chargée
de
programme régional ÉFH et Mouhamadou
Leye, directeur pays.
- Une dynamique de plaidoyer dans le cadre d’un forum international en faveur de
la reconnaissance et de la valorisation des exploitations agricoles familiales. Forum
engagé par des représentants des organisations paysannes, et des producteurs
agricoles, membres du CNCR. Ceux-ci accompagnés de d’autres plates-formes
nationales membres du ROPPA (Réseau des organisations paysannes et de
producteurs de l'Afrique de l'Ouest).
Le plan de travail annuel 2014-2015 avait pour objectif le recrutement de 55
volontaires, tous mandats confondus. Au cours de l’exécution, le bilan de ce plan
de travail annuel fait état d’un taux de mobilisation de plus de 80%. Parmi les 45
volontaires recrutés, 50% sont actuellement en poste, 18% ont vu leur mandat
annulé en raison du virus Ebola. 16% ont des mandats déjà programmés et 16%
sont en fin de mandat. Le taux de recrutement le plus important a été réalisé par
les volontaires long-termes nord-sud.
Le programme UNITERRA
1
1
INFOLETTRE CECI AFRIQUE | NUMERO 2
12
Portrait d’un jeune entrepreneur sénégalais : Papis
Bakary Coly, propriétaire d’une ferme avicole au Sénégal
Par Mélanie Derail, conseillère en communication régionale Afrique au CECI,
Dakar, Sénégal
Située à Bambylore, en banlieue de Dakar, la ferme avicole de Papis
Bakary Coly grouille d’activités. Ce jeune entrepreneur de 34 ans
produit 24 000 poulets de chair et plus de 3, 4 millions d’œufs par
année. En plus de prendre soin de son entreprise, Papis est
secrétaire général des aviculteurs de Dakar, chargé de
communications à la Fédération des Acteurs de la Filière Agricole
(FAFA), président du Collège des jeunes du CNCR et président des
jeunes de l’Afrique pour le mouvement paysan international La Via
Campesina.
Pourtant, bien avant que son projet d’entreprise ne fleurisse, Papis
avait porté son regard sur le vieux continent. « J’ai été victime d’une
folie de l’immigration comme je l’appelle souvent et j’ai tenté
l’aventure vers l’Europe. » En 2006, il s’installe d’abord en Italie puis
au Portugal, et pendant trois ans, il occupe de multiples emplois.
Papis Bakary Coly s’entretient avec Bruno
Deméocq, réalisateur du documentaire portrait.
En 2009, il revient au bercail pour se concentrer sur son projet de
ferme avicole et encourager les autres jeunes à en faire autant.
« C’est une filière jeune. Au niveau de la FAFA, les statistiques
démontrent que nous sommes représentés à 80%. »
De plus, Papis ajoute que la filière agricole, qui inclue l’aviculture,
présente un énorme potentiel qu’il ne faut pas négliger: « Dans le
marché agricole il reste beaucoup à faire. Pour moi, il n’est exploité
qu’au dixième de sa capacité. La demande croît d’année en année. De
2005 à 2012, le Sénégal a quintuplé sa capacité de production de
poussins. »
Selon Papis Bakary Coly, la filière avicole
représente un énorme potentiel pour le Sénégal.
Lorsqu’on lui demande ce qu’il entrevoit pour l’avenir, Papis est
plein d’espoir pour la jeunesse sénégalaise, qui soit dit en passant,
représente plus de 60% de la population du pays : « Mes projets pour
l’avenir sont d’accroître ma production mais aussi de rassembler le
maximum de jeunes autour de la filière avicole et de mettre en place
un cadre de concertation pour la prise en compte de nos
préoccupations. »
Pour voir le documentaire portrait sur le parcours de Papis Bakary
Coly, cliquez ici.
La ferme avicole de Papis produit 24 ooo poulets de
chair et plus de 3 millions d’œufs par année.
INFOLETTRE CECI AFRIQUE | NUMERO 2
13
Évolution de la Coopérative des Acteurs de la Filière Avicole (CAFA)
Par Prosper Bimangou, coopérant CECI-Uniterra au CNCR/FAFA et conseiller en
gestion de coopérative.
La mise en œuvre des activités de la coopérative prend une dimension
plus que réaliste malgré les contraintes qu’impose l’implantation
d’une nouvelle coopérative. L’issue à l’une des contraintes dont les
membres sont l’objet est en vue avec la signature prochaine d’une
convention tripartite entre la Coopérative des Acteurs de la Filière
Avicole, les Industriels (provendiers et accouveurs) et le Crédit
Mutuelle du Sénégal, sur l’approvisionnement en intrants.
À cette réussite s’ajoutent les accords de principe de financement sur
les activités de la coopérative qui seront effectives au courant de
l’année 2015. À ce propos, des contacts avec les bailleurs de fonds se
poursuivent pour harmoniser les plans d’affaires avec leur politique de
financement. Des dossiers de demande de financement ont été
déposés, cela va se poursuivre, la dimension du projet l’y obligeant.
Le directeur Afrique de la Maison Bayle, spécialisée
dans la construction des abattoirs, est venu
s’entretenir avec les membres de la coopérative.
Concernant la construction des abattoirs, les membres de la
coopérative ont reçu la visite du Directeur Afrique de la Maison Bayle,
spécialisée dans la construction d’abattoirs. Celui-ci est venu
spécialement de France pour les circonstances et l’entente de principe
est basée sur la volonté de construire les abattoirs. Toutefois, une
contrainte s’impose : l’acquisition des terrains avec permis
d’occupation.
Dans la logique de réussir, des démarches ont été amorcées dans
toutes les régions qui nécessitent un abattoir. Une rencontre est
prévue sous peu pour l’acquisition d’un demi hectare de terrain, dans
la banlieue de Dakar et à Tambacounda, avec accord de principe des
autorités municipales.
La participation de la coopérative au lancement du Programme
Québécois de Développement International (PQDI) intitulé Centre
incubateur de développement de métiers avicoles pour les femmes et les
jeunes au Sénégal, lors des assises de la Francophonie, a été
remarquable.
Plus de 30% des participants au projet proviennent de la FAFA / CAFA,
organisation avicole faitière non négligeable. La Commission
d’Économie Sociale et Environnementale l’a reçue pour parler de la
production avicole lors de la session ordinaire 2014.
Le groupe de bénéficiaires du projet de « Centre
incubateur de développement des métiers avicoles pour
les femmes et les jeunes au Sénégal ».
INFOLETTRE CECI AFRIQUE | NUMERO 2
14
Vers un plan stratégique 2015-2019 grâce au programme UNITERRA
Par Fatou Seck, conseillère en planification stratégique, POPAS, Dakar, Sénégal
La POPAS est une organisation interprofessionnelle mise en place en
décembre 2010 à l’issu d’une assemblée générale.
En fonction des résultats de cette étude, et avec
l’appui de la volontaire Uniterra, la POPAS promet
de mettre sur pied un plan d’action.
Au sein de la plateforme, cinq filières sont représentées avec comme
dénominateur commun d’être toutes dans le processus qui va de la
matière première à l’assiette (de la fourche à la fourchette).
Il s’agit des filières : céréales locales, lait, produits halieutiques, fruits et
légumes, restauration de rue. Les organisations paysannes (OP) qui la
composent représentent près de 25 000 micro et petites entreprises
agroalimentaires (MPEA), composées majoritairement de femmes à
90%.
Grace à l’appui du programme Uniterra, par Mme Fatou seck comme
volontaire en planification stratégique et à une aide financière pour la
prise en charge des participants(e), la POPAS a organisé pour la première
fois une journée diagnostic le 20 octobre 2014.
L’objectif global de ce diagnostic était l’élaboration d’un plan
d’orientation stratégique afin de permettre à la POPAS de jouer son rôle
de défense des intérêts de ses membres et d’offrir des services pertinents
d’interlocutrice. De plus, la POPAS joue le rôle de représentation de
toutes les organisations professionnelles de l’agroalimentaire de façon
durable face aux autorités administratives, politiques et autres
partenaires.
Les leaders des organisations membres ont analysé la méthode de
gouvernance de la POPAS, identifié ses moyens, ses mécanismes de
prise de décisions et les difficultés rencontrées par les membres des
organes de gestion.
Fatou Seck, volontaire CECI-Uniterra, anime
les focus group avec des membres
représentatifs de chaque filière mise en place.
Les travaux de ces groupes ont été complétés
par des interviews individuelles auprès de
quelques leaders et membres.
Cela a permis d’identifier les contraintes rencontrées par les
organisations membres qui affectent leur accès aux services de la POPAS
ainsi que d’analyser la représentativité des hommes et des femmes dans
les instances de décisions au sein de la POPAS.
Cette journée a de plus permis à la POPAS d’avoir une compréhension
détaillée des besoins et attentes de ses membres.
INFOLETTRE CECI AFRIQUE | NUMERO 2
15
Bienvenue aux nouvelles et nouveaux volontaires!
Sénégal
Kim Rousseau, conseillère en gestion des organisations à la Chambre de commerce de Kédougou.
Jean-Guy Hamel, conseiller en développement local à l’Agence Régionale de Développement (ARD) de
la région de Kédougou.
Francine Nolin, conseillère en planification stratégique chez ALPHADEV à Malika.
Jihane Lamouri, conseillère en dialogue politique au Réseau Siggil Jigeen à Dakar.
Marie-Soleil Gagné, conseillère en politique d’emploi des jeunes au Regroupement des Diplômés sans
emploi du Sénégal (RDSES) à Dakar.
CECI
AFRIQUE
5, Boulevard du
Sud Point E, rue de
Ziguinchor
BP : 611211524
Dakar, Sénégal
Téléphone
+221 33 825 6414
Courriel
[email protected]
Jean Oriol Dezzema, conseiller en développement des affaires au CECI et au Conseil National de
Concertation et de Coopération des Ruraux (CNCR).
Mali
Jolianne Lequin, conseillère en gestion organisationnelle auprès du Réseau National pour la promotion
de l'économie sociale et solidaire (RENAPESS).
Marie-Gil Thibault, conseillère en vie associative auprès du Groupe pivot droit et citoyenneté (GP/DCF).
SUIVEZ LE CECI
SUR LES
MÉDIAS
SOCIAUX
TWITTER.COM/
TWITTER.COM/
CECI_CANADA
Burkina Faso
Aoua B. LY-Tall, conseillère EFH à la Coalition Burkinabé pour les Droits des Femmes (CBDF)
Véronique Guérard, conseillère en gestion administrative et financière à la Confédération Paysanne du
Faso (CPF)
FACEBOOK.COM/
CECICOOPERATION
Caroline Ainsley, conseillère en gestion d’entreprise pour le Groupe Vélègda /table Filière Karité (TFK)
Véronique Levasseur, conseillère en communication au Projet d’Appui aux Étuveuses de Riz (PAERIZ)
Jonatnan Self, conseillère en évaluation communautaire au BURCASO
Margaret Duck, conseillère voûte nubienne à l’Association Solidarité et Entraide Mutuelle au Sahel
(SEMUS)
Issoufou Mahamadou Soumana, conseiller en gouvernance locale à l’Association Solidarité et Entraide
Mutuelle au Sahel (SEMUS)
Mahamadou Mourtala Mijiyawa, conseiller en planification stratégique pour Responsabilité – Espoir –
Vie – Solidarité (REVS+)
Thaciana Mutinwina, conseillère en opportunités économiques pour les jeunes et les femmes à la
Fondation pour le Développement Communautaire FDC
Dès le 15 janvier, un nouveau Blogue des volontaires du CECI sera mis en ligne. Pour
participer au blogue cliquez ici.
YOUTUBE.COM/
COMMCECI

Similar documents