Gebet zum heiligen Vinzenz von Paul Ô Dieu Sauveur…

Comments

Transcription

Gebet zum heiligen Vinzenz von Paul Ô Dieu Sauveur…
Église de Liège
P R I È R E
–
G E B E T
Gebet zum heiligen
Vinzenz von Paul
Herr,
mach mich nach dem Vorbild des heiligen Vinzenz von Paul
zu einem guten Freund aller.
Hilf mir,
dem Vertrauen zu vermitteln, der leidet und unzufrieden ist;
dem, der das Licht nicht bei Dir sucht;
dem, der neu beginnen möchte, aber nicht weiß wie;
dem, der Gott vertrauen möchte, es aber nicht schafft.
Heiliger Vinzenz, gib,
dass ich an niemandem gleichgültig vorübergehe,
mit verschlossenem Herzen und eiligem Schritt.
Ô Dieu Sauveur…
… je vous en prie,
donnez-nous l’humilité,
vous qui avez toujours cherché
la gloire de votre Père
aux dépens de votre propre gloire,
aidez-nous à renoncer une fois pour toutes
à nous complaire en vain dans les succès.
Délivrez-nous de l’orgueil caché
et du désir que les autres nous estiment.
Nous vous supplions, Seigneur miséricordieux,
de nous donner l’esprit de pauvreté.
Et si nous devons avoir des biens,
faites que notre esprit n’en soit pas contaminé,
ni la justice blessée,
ni nos cœurs embarrassés.
Saint Vincent de Paul
2
Hilf mir diejenigen zu sehen,
die besorgt und orientierungslos sind,
diejenigen, die leiden ohne es zu zeigen,
diejenigen, die alleingelassen sind.
Herr, gib mir die Sensibilität und Güte,
die der heilige Vinzenz besaß,
damit ich den Armen entgegengehe
und die Leidenden mit Deiner Kraft liebe.
Gib, o Herr, dass ich Dein Wort höre, Dir folge, Dich liebe
und Dir in meinen Brüdern und Schwestern diene,
die mir heute begegnen.
Heiliger Vinzenz von Paul, bitte für uns!
Gemeinschaft Cenacolo
7-8 • 2012
N O T R E
É V Ê Q U E
N O U S
P A R L E
Oser repartir Den Aufbruch wagen
Le Concile Vatican II a débuté en octobre 1962. Il y a déjà
50 ans que, poussé par l’Esprit, le pape Jean XXIII a osé le
mettre en route. Qu’en pensent ceux qui sont nés après le
Concile? Et ceux qui l’ont vécu, qu’en ont-ils retenu? Que
disent-ils de l’évolution de l’Église depuis lors? Sont-ils
encore en attente? Le Concile les travaille-t-il aujourd’hui?
Ordonné prêtre trois mois avant l’ouverture du Concile, je
me rappelle avec joie et gratitude les années qui ont suivi.
Partout, des conférences furent organisées pour présenter
les grandes idées novatrices: l’Église, Peuple de Dieu où
les clercs et les laïcs sont ensemble en marche; l’Église
à l’écoute et au service du monde; l’œcuménisme et la
reconnaissance des religions non-chrétiennes; la liberté
religieuse; la redécouverte de la Bible et surtout, comme
renouveau le plus visible, la liturgie en langue du peuple.
Qu’en avons-nous fait? En vivons-nous encore aujourd’hui? Y
puisons-nous un éclairage, une perspective? Certes, on peut
aussi faire une lecture sur le mode de la résignation ou de
la déception, parce que, à nos yeux, les Papes ne prennent
pas les décisions structurelles tant de fois proposées et
réclamées. Et même s’il y a des questions, je préfère
m’interroger d’abord et principalement sur ma manière
de mettre en pratique ce que le Concile a rendu possible
et souhaitable depuis que je suis prêtre et maintenant
Das II. Vatikanische Konzil wurde im Oktober 1962 einberufen.
Es sind schon 50 Jahre vergangen, seit der Heilige Geist
Papst Johannes XXIII. zu diesem Schritt antrieb. Wie denken
die nach dem Konzil Geborenen darüber? Und was haben
wir, die wir es miterlebten, davon behalten? Was kann man
von der Entwicklung der Kirche seit 1962 sagen? Erwarten
wir noch etwas? Beschäftigt uns das Konzil heute noch?
Drei Monate vor der Eröffnung des Konzils wurde ich
zum Priester geweiht und erinnere mich mit Freude
und Dankbarkeit an die darauffolgenden Jahre. Überall
wurden Veranstaltungen angeboten, um die neuen Ideen
vorzustellen: die Kirche als Volk Gottes, in dem Kleriker
und Laien gemeinsam unterwegs sind; die Kirche lebt
in der Welt und steht im Dienst der Welt; die Ökumene
und die Anerkennung nichtchristlicher Religionen; die
Religionsfreiheit; die Wiederentdeckung der Bibel und vor
allem, als meist sichtbare Neuerung, die Liturgie in der
Sprache des Volkes.
Was haben wir daraus gemacht? Leben wir heute noch
daraus? Suchen und finden wir Klärung und Perspektiven?
Sicherlich könnten wir auch resigniert oder enttäuscht sein,
weil unseres Erachtens die Päpste nicht die strukturellen
Entscheidungen treffen, die schon so oft vorgeschlagen und
gefordert wurden. Es mag offene Fragen geben; dennoch
3
Église de Liège
U N S E R
évêque. Il est vrai que le monde et la situation de l’Église
et de la foi dans nos régions sont en pleine évolution. Tant
de changements se sont imposés, surtout ces dix dernières
années. Le nombre des pratiquants et des prêtres a diminué
de manière sensible. L’influence des chrétiens et de l’Église
dans la société belge se sont affaiblies. Et pourtant l’Esprit
de Dieu est à l’œuvre comme une brise légère. Il suffit de
visiter le diocèse, les paroisses et les autres lieux d’Église
pour s’en rendre compte.
Dites-nous qui vous êtes
Vatican II n’a pas proclamé de dogme. Pourtant, en lisant
les 17 documents que les Pères du Concile ont approuvés,
on apprend énormément de choses sur la foi chrétienne
et sur les chrétiens. À de nombreuses reprises, le Concile
nous rappelle notre dignité et notre vocation de baptisés
et de confirmés. Il le fait, e. a., en développant tout ce qui
découle de cette dignité qui est à la fois don et mission, qui
est grâce et responsabilité. Ce lien apparaît très clairement
dans les deux Constitutions sur l’Église. Il serait intéressant
de les relire sous l’angle de l’invitation à la collaboration
responsable dans l’Église et à l’engagement dans le monde.
Le Concile m’a fait découvrir un nouveau visage de l’Église
et une vision renouvelée de sa mission. Le Peuple de Dieu,
le Corps du Christ, le Temple de l’Esprit est appelé par Dieu
à être le sacrement, le signe et le moyen de la communion
entre Lui et les hommes. Cette mission sera vécue dans le
monde, au milieu des hommes. L’Église n’est donc pas là
pour elle-même, mais pour le monde.
Montrez-nous ce que vous en faites
Je suggère d’interroger les personnes qui ont vécu le Concile
comme jeunes adultes et celles qui ont connu l’immédiat
après-Concile (autour des années 70). Quelles évolutions
ont-elles remarqué et quels changements concrets? Dans
le contexte actuel, la lecture et l’étude de la Constitution
pastorale Gaudium et Spes, du Décret sur l’œcuménisme, et
des Déclarations sur la liberté religieuse et sur les religions
non-chrétiennes pourraient être éclairantes. Le Concile a
voulu donner des impulsions qui devraient encore inspirer
nos actions et nos attitudes. Nous devons nous demander
et dire ce que ses enseignements ont provoqué dans notre
vie, quelles en sont les répercutions concrètes.
Les Constitutions sur la Sainte Liturgie et sur la Révélation
divine ont des effets durables dans la pratique, autant sur
le plan personnel qu’ecclésial. Elles ont été à l’origine d’une
réelle renaissance de la vie liturgique et de la lecture de
4
B I S C H O F
S P R I C H T
Z U
U N S
frage ich mich lieber zuerst und vor allem selbst, wie ich
als Priester und jetzt als Bischof das vom Konzil Ermöglichte
und Gewünschte in die Tat umgesetzt habe. Es stimmt, dass
die Welt und die Situation der Kirche und des Glaubens
bei uns im Umbruch sind. Besonders in den letzten zehn
Jahren hat es so viele Veränderungen gegeben. Die Zahl
der Praktizierenden und Priester ist deutlich gesunken.
Der Einfluss von Christen und von Kirche ist immer
unbedeutender in der belgischen Gesellschaft. Und doch
ist Gottes Geist wie ein leiser Windhauch am Werk. Man
braucht nur das Bistum, die Pfarren und andere kirchliche
Orte zu besuchen, um dies festzustellen.
Sagt uns, wer ihr seid
Vatikanum II hat keine neuen Dogmen verkündet. Doch
wenn man die 17 von den Konzilsvätern verabschiedeten
Dokumente liest, erfährt man viele Dinge über den
christlichen Glauben und über das Christsein. Immer
wieder erinnert uns das Konzil an unsere Würde und unsere
Berufung als Getaufte und Gefirmte. Es tut dies u.a., indem
es all das entfaltet, was sich aus dieser Würde ergibt, die
zugleich Geschenk und Verantwortung, Gabe und Aufgabe
darstellt. Dieser Zusammenhang kommt sehr deutlich in
den beiden Konstitutionen über die Kirche zum Ausdruck.
Es wäre aufschlussreich, diese unter dem Blickwinkel der
Aufforderung zu verantwortlicher Mitarbeit in der Kirche
und zum Engagement in der Welt neu zu lesen. Das Konzil
hat mich ein neues Gesicht der Kirche entdecken lassen und
eine erneuerte Sicht ihres Auftrags. Das Volk Gottes, der
Leib Christi, der Tempel des Heiligen Geistes ist von Gott
berufen, das Sakrament, das Zeichen und das Werkzeug der
Gemeinschaft zwischen Gott und den Menschen zu sein.
Dieser Auftrag wird in der Welt, mitten unter den Menschen
gelebt. Die Kirche ist also kein Selbstzweck, sondern ist da
für die Welt.
Zeigt uns, was ihr daraus macht
Ich möchte die Menschen befragen, die als junge Erwachsene
das Konzil erlebt haben und jene, die in der unmittelbaren
nachkonziliaren Zeit (um die 70er Jahre) gelebt haben.
Welche Entwicklung und welche konkreten Veränderungen
haben sie feststellen können? Im heutigen Kontext könnten
die Lektüre und das Studium der Pastoralkonstitution
Gaudium et Spes, des Dekrets über den Ökumenismus, der
Erklärung über die Religionsfreiheit und über das Verhältnis
der Kirche zu den nichtchristlichen Religionen erhellend
sein. Das Konzil wollte Impulse für unser Handeln und unser
Denken geben. Wir müssen uns fragen und sagen, was
9 • 2012
N O T R E
É V Ê Q U E
N O U S
P A R L E
l’Écriture Sainte. Et nous sommes loin d’avoir dégagé l’esprit
et la profondeur du renouveau que le Concile a suscité dans
ces deux Constitutions.
Un nouveau souffle
L’Esprit a inspiré les Pères du Concile. Il continue à souffler
aujourd’hui dans nos voiles. Hissons celles-ci pour avancer
au large, en eau profonde. La parole de Simon résonne
dans nos cœurs: Puisque tu me dis de le faire, je jetterai
les filets! Nous n’avons pas besoin d’un Vatican III tant que
nous n’aurons pas découvert et mis en œuvre tout ce que
le Seigneur a voulu nous donner par Vatican II. Aujourd’hui
encore, il nous dit: N’ayez pas peur. Comme les disciples,
nous devons lâcher du lest, abandonner des certitudes,
changer des habitudes et nous interroger sur des «droits»
(cf. Lc 5, 1-11).
Les évêques de Belgique publient une Lettre pastorale Être
chrétien aujourd’hui pour encourager les chrétiens à vivre
la foi, et à la vivre dans l’esprit du Concile. J’invite mes
frères et sœurs dans la foi à vivre -chacun et ensemblede telle manière qu’un jour des curieux leur demandent:
Pouvons-nous venir voir? Qu’est-ce qui vous habite?
En suivant le Christ, en devenant ses disciples, en vivant
notre foi, nous serons des messagers de sa Bonne Nouvelle
pour l’homme d’aujourd’hui.
Osons repartir ou tout simplement partir, personnellement
et tous ensemble, en Église! Bonne année pastorale!
diese Lehren in unserem Leben bewirkt haben und welche
konkreten Auswirkungen sie haben.
Die Konstitutionen über die heilige Liturgie und über die
göttliche Offenbarung haben dauerhafte Folgen in unserem
konkreten Leben, sowohl auf persönlicher als auch auf
kirchlicher Ebene. Sie haben eine wahre Erneuerung des
liturgischen Lebens und des Umgangs mit der Heiligen
Schrift ausgelöst: Wir haben den Geiste und die Tiefe der
Erneuerung, die das Konzil in diesen beiden Konstitutionen
bewirkt hat, noch nicht ausgeschöpft.
Ein neuer Wind
Der Heilige Geist hat die Konzilsväter inspiriert. Er bläst
auch heute in unsere Segel. Ziehen wir die Segel hoch, um
auf die offene See, in tiefe Gewässer hinauszufahren. Die
Worte des Simon klingen in unseren Herzen nach: Auf dein
Wort hin, will ich die Netze auswerfen! Wir brauchen kein
III. Vatikanisches Konzil, solange wir nicht alles, was der
Herr uns durch das II. hat entdecken lassen, verwirklicht
haben. Auch heute sagt er uns: Fürchtet euch nicht! Wie die
Jünger müssen wir Ballast loslassen, Sicherheiten aufgeben,
Gewohnheiten ändern und uns über die sogenannten
‚Ansprüche‘ hinterfragen (vgl. Lk 5,1-11).
Die belgischen Bischöfe veröffentlichen einen Hirtenbrief
Christ sein heute, um die Christen zu ermutigen, den
Glauben zu leben und ihn im Sinne des Konzils zu leben.
Ich lade meine Brüder und Schwestern im Glauben ein,
– allein oder gemeinsam – so zu leben, dass eines Tages
Neugierige sie fragen: Dürfen wir schauen kommen? Was
lebt in euch?
Wenn wir in der Nachfolge Jesu leben, wenn wir seine
Jünger werden, werden wir zu Boten seiner Frohbotschaft
für den Menschen von heute.
Wagen wir aufs Neue den Aufbruch, allein und gemeinsam,
als Kirche! Allen Mitchristen und Mitchristinnen ein gutes
Arbeitsjahr.
De tout cœur, je remercie tous ceux et toutes celles qui
m’ont fait parvenir leurs félicitations à l’occasion de
mon jubilé d’or sacerdotal.
Votre évêque
Herzlich danke ich allen, die mir zum goldenen
Priesterjubiläum ihre Glück- und Segenswünsche
übermittelt haben.
Ihr Bischof
5
Église de Liège
A U
F I L
D U
T E M P S
Au cœur du mois de septembre, la liturgie nous offre une
fête qui passe presque inaperçue, mais qui pourtant nous invite
à porter un autre regard sur le Mystère pascal: la Croix glorieuse,
le 14 septembre.
Un autre regard…
En effet, lors de la fête appelée aussi
de «l’exaltation de la Croix», nous
méditons sur la royauté du Christ.
Dans l’évangile de Jean, Jésus déclare
à Pilate: «Je suis Roi, tout homme qui
appartient à la vérité écoute ma voix»
(Jn 18, 37). Ainsi, célébrer le ChristRoi ne veut pas dire sortir bannières
et trompettes, mais adopter toute
une manière de vivre. Écouter la voix
du Seigneur ne signifie pas d’abord
recevoir un enseignement abstrait,
mais prendre le temps de découvrir
une personne, de la fréquenter dans le
silence, l’accueil, l’ouverture. L’écoute
est indissociable du cœur à cœur de la
prière nourrie aux sources de la Parole.
En ce mois de septembre où l’année
recommence et où les rythmes sont
stressés et stressants, le Seigneur nous
invite à garder un cœur attentif pour
l’écouter et nous laisser guider par lui
tout au long de l’année.
Au Sanctuaire de Tancrémont, le visiteur
qui poussera la porte (ce 14 septembre
ou un autre jour…) admirera un Christ
glorieux, royal et en même temps si
paisible. En effet, la gloire de Dieu ne
se manifeste pas dans la puissance
extérieure, les tonnerres et les fracas.
Lorsque Moïse demande au Seigneur:
«Fais-moi de grâce voir ta gloire!»
(Ex 33, 18). Celui-ci lui répond faisant
passer sa beauté près de lui et en
criant: «Je suis le Seigneur, lent à la
6
colère, plein d’amour et de miséricorde» (Ex 34, 6). Dans nos quotidiens
marqués par les soucis, les questions
et les détresses, chacun d’entre nous
a besoin de faire cette expérience de
la beauté, de la tendresse et de la
miséricorde de Dieu. Peut-être cette
période de rentrée pourrait-elle être
l’occasion d’un pèlerinage au «Vi Bon
Dju», pour lui confier nos vies, notre
avenir et celui de tous les jeunes et
les enfants qui reprennent le chemin
de l’université ou de l’école.
Ceci nous amène à porter un troisième
regard sur cette fête: pour nous,
chrétiens, célébrer la Croix glorieuse,
c’est vouloir proclamer la victoire de
la vie sur la mort. Dans le quatrième
évangile, le disciple affirme: «de son
côté transpercé ont jailli l’eau et le
sang. Nous en rendons témoignage»
(Jn 19, 34-35). Cette eau rappelle celle
que le prophète Ézéchiel a vue couler
du côté droit du temple, irriguer la
vallée, faire foisonner la vie (Ez 47,
1-12).
Notre monde, notre Église, nos
institutions, nos familles, nos proches,
nous-mêmes
connaissons
crises,
angoisses, difficultés qui semblent
parfois insurmontables. Au cœur de la
détresse, nous avons besoin de porter
un regard d’espérance et de nous
appuyer sur la certitude de la victoire
Le Vieux Bon Dieu de Tancrémont – © Asbl Vieux Bon Dieu de
Tancrémont – Reproduction interdite.
du Christ. Le Seigneur n’a pas supprimé
la souffrance, il ne l’a pas niée, il en a
fait un passage… une pâque. Il a luimême transformé la trahison en amour,
la haine en pardon et il invite chaque
chrétien à le suivre sur ce chemin.
Que cette année soit pour chacun un
chemin d’espérance, enraciné dans la
victoire de la vie sur la mort. Apprendre
à traverser les tempêtes de la vie pour
devenir plus homme est sans doute la
chose la plus belle et la plus difficile
qu’il nous soit donné de vivre.
Fr. Gonzague de LONGCAMP,
Communauté Saint-Jean, Banneux
9 • 2012
S U R
L E
T E R R A I N
Joie pour notre diocèse! Le dimanche 23 septembre prochain, notre évêque imposera les mains sur
Jean-Luc Alexandre et sur Christian Ledy et leur conférera ainsi le sacrement de l’ordre «pour qu’ils
servent à l’autel et accomplissent la fonction diaconale» comme le dit la prière d’ordination.
Le 23 septembre,
notre évêque ordonnera deux
nouveaux diacres permanents
Avec notre évêque, l’assemblée sera
donc invitée à prier «pour qu’ils
soient animés d’une charité sincère,
qu’ils prennent soin des malades et
des pauvres, qu’ils fassent preuve
d’une autorité pleine de mesure et
d’une grande pureté de cœur, qu’ils
s’efforcent d’être dociles à l’Esprit.»
C’est bien le souci des plus pauvres qui
est au cœur de la fonction de diacre. Il
est heureux que des hommes répondent
à l’appel du Seigneur et s’engagent
pour toute leur vie dans le service.
Arrivés au terme de leur formation,
vécue bien souvent en commun avec
d’autres futurs agents pastoraux,
Christian et Jean-Luc vont prononcer
le «oui» solennel à l’appel de Dieu
et de l’Église. Ils vont entrer dans
la communauté diaconale de notre
diocèse qui compte à ce jour septante
diacres permanents.
l’enseignement spécial. Ils sont très
engagés dans la catéchèse auprès des
jeunes de leur Unité pastorale. Christian
est un passionné, il possède cet art de
transmettre avec enthousiasme les
convictions qui l’animent.
Heureuse coïncidence: tous deux sont
issus de la même Unité pastorale
«Magnificat Verviers sud»: le doyenné
de Verviers est en ce moment une
terre féconde puisque, l’an dernier,
un nouveau diacre en provenait et
qu’un candidat en formation y réside
également!
Pour nous rejoindre
Qui sont-ils?
Jean-Luc Alexandre est né en 1951, il est
célibataire. Pensionné d’un centre PMS
libre, Jean-Luc habite Verviers; jusqu’à
présent, il s’est engagé principalement
dans la pastorale de la santé. Sa
profession et ses qualités naturelles
en ont fait un homme d’écoute et de
compassion.
Christian Ledy est né en 1957. Il est
l’époux de Francine Moxhet. Ils sont
parents de deux garçons et d’une fille,
et grands-parents d’un petit garçon.
Leur famille habite sur les hauteurs de
Mangombroux. Christian est superviseur
auprès de la firme Hexcel à Welkenraedt
et Francine est pré-pensionnée de
Rendez-vous à la Cathédrale à Liège
le dimanche 23 septembre 2012.
L’eucharistie commence à 15 h, mais
il est utile de venir un peu plus tôt:
une brève répétition des chants et la
présentation des rites de la célébration
introduisent en effet ce grand moment
toujours vécu par une assemblée très
nombreuse.
Les prêtres et les diacres se muniront
de leur aube et de leur étole blanche.
Pour discerner un appel
possible au diaconat
Nous ne serons jamais assez nombreux
pour nous mettre en tenue de service
dans le diaconat permanent! Ceux
qui se sentiraient appelés à ce beau
ministère peuvent prendre contact au
04 220 53 61 ou avec un prêtre ou un
diacre du diocèse.
Henri THIMISTER,
Responsable du Diaconat permanent
7
Église de Liège
P E R S P E C T I V E S
Cela fait un bon bout de temps qu’on y pense… Cela fait quelque temps qu’on en parle… Cette fois
ça y est! L’équipe Catéchèse du Service diocésain de la Catéchèse et du Catéchuménat (SDCC) prend
son bâton de pèlerin et se met en route vers les quatre coins du diocèse!
Le SDCC en «Visitations»
L’équipe Catéchèse, de gauche à droite: Nadine Cession, Yvon Remacle, Mercedes Ficapal,
Olivier Windels, Anne-Marie Delvenne, Françoise Renier, Audrey Geron, Armand Franssen.
Le but de ces grandes manœuvres qui
commencent? Tout d’abord rencontrer
les Unités pastorales, et ceux et celles
qui, en leur sein, s’occupent ou se
préoccupent de catéchèse, histoire de
renouer le contact, d’apprendre à les
connaître, à identifier leurs difficultés
et défis pour pouvoir mieux les soutenir
dans ces tâches délicates et décisives
aujourd’hui que sont l’annonce et
la maturation de la foi. Le slogan du
Service Aidez-nous à vous aider! reste
plus que jamais d’actualité et il motive
pour une bonne part cette démarche
que nous entreprenons!
Un autre versant de ces «Visitations»
consiste à faire ensemble le point
sur l’état de la catéchèse dans notre
diocèse près de huit ans après la
promulgation du Projet catéchétique
diocésain (2004). Qu’en est-il des
orientations prises alors? Depuis,
8
les circonstances ont changé dans le
monde comme dans l’Église! Le projet
garde-t-il toute sa pertinence? Doit-il
trouver un nouvel élan dans sa mise en
œuvre? Ou mérite-t-il des ajustements?
Dès sa parution, le projet lui-même
prévoyait déjà un délai d’évaluation et
d’éventuelles mises à jour.
Une double préoccupation particulière
retiendra notre attention lors de ces
rencontres: la recherche d’une cohérence
de la proposition catéchétique dans
ses différents lieux et l’articulation de
la catéchèse avec les autres secteurs
de la vie de nos communautés dans le
cadre d’une pastorale globale.
L’initiative du Service est soutenue
sans réserve par notre évêque qui écrit
à ce propos: «L’objectif du SDCC est
avant tout de reprendre contact avec
les acteurs du terrain, de se mettre à
l’écoute de leurs préoccupations, soucis
et initiatives; puis de réfléchir avec eux
sur les défis nouveaux de l’annonce
de la foi aujourd’hui et les moyens
les plus adéquats pour y répondre…
J’encourage donc l’initiative du SDCC
et demande à chacun d’y apporter
l’attention et le souci qu’elle mérite.»
Concrètement, dans les mois qui
viennent, et progressivement, toutes
les Unités pastorales du diocèse seront
contactées pour mettre sur pied, en
concertation, une soirée de rencontre
où sera convié par le curé un petit
groupe de personnes susceptibles
d’être intéressées par notre proposition,
catéchistes de tous ordres mais aussi
membres des équipes-relais, de
l’équipe pastorale ou du Conseil d’Unité
pastorale, porteurs du projet pastoral
global. L’ensemble de la démarche
pourrait s’étaler sur une grosse année
et aboutir à l’organisation d’une journée
diocésaine de la catéchèse où les
problématiques, pistes et découvertes
pourraient être partagées, confrontées
et approfondies.
Septembre 2012! L’opération est lancée:
les premiers contacts ont été pris,
d’autres suivront dans les semaines
qui viennent… Espérons que cette
initiative soit reçue favorablement
et qu’elle porte des fruits tangibles
pour nos communautés. C’est en tout
cas l’objectif et le vœu le plus cher de
toute l’équipe Catéchèse du SDCC.
Olivier WINDELS,
Directeur du SDCC
Service diocésain de
la Catéchèse et du Catéchuménat
Rue des Prémontrés 40 à 4000 Liège
04 / 220 53 82
[email protected] – www.sdcc.be
9 • 2012
U N
S A I N T
P O U R
L E
M O I S
Le 27 septembre, nous fêtons cet homme (1581-1660) d’une
charité universellement reconnue envers les pauvres, les enfants
et les handicapés mentaux, si méprisés à son époque.
Saint Vincent de Paul,
la charité faite homme
Troisième enfant d’une fratrie de
six, Vincent naît dans une famille de
modestes paysans, à Pouy (près de
Dax, dans les Landes). Remarquant
son ouverture d’esprit, son père
l’oriente vers la prêtrise, y voyant la
possibilité de s’élever socialement
et de s’assurer des revenus. Vincent
entreprend des études élémentaires,
puis de théologie à l’Université de
Toulouse. Il est ordonné prêtre en
1600. Suit une période de sa vie
dont on sait peu, sauf qu’il aurait été
capturé par des pirates et emmené en
captivité à Tunis, d’où il se serait enfui
deux ans plus tard.
En 1610, il est aumônier à la cour
de la reine Marguerite, première
épouse d’Henri IV; il entre en 1613
comme précepteur dans la famille
de Philippe-Emmanuel de Gondi,
Lieutenant général des Galères,
famille qui exerçait une activité
caritative et qui sensibilise Vincent
de Paul à son action.
Pendant toutes ces années, Vincent de
Paul évolue dans un monde bourgeois
et de nantis. On le dit honteux de ses
origines modestes, il aurait même
refusé de rencontrer son propre père!
Serait-ce bien ce même homme qui
popularisa l’expression: «Les pauvres
sont nos maîtres»?
En 1617, «Monsieur Vincent» traverse
une grave crise spirituelle et morale:
deux événements vont le bousculer
et redonner sens à sa vie. Appelé
auprès d’un mourant «honorable»,
celui-ci lui confesse des péchés qu’il
n’a jamais osé confier auparavant.
Vincent de Paul voit en lui un «pauvre»
homme qui, de sa vie, n’a pu faire
l’expérience de la tendresse de Dieu.
Peu après, une visite dans une famille,
dont tous les membres sont malades
et vivent dans une indescriptible
misère, lui fait prendre conscience de
l’extrême dénuement d’une grande
partie de la population, et de la
nécessité urgente de lui apporter
une aide efficace et organisée. Cette
rencontre avec la pauvreté morale
et matérielle est déterminante:
un véritable retournement, une
conversion radicale.
Cette même année, il fonde les
Dames de la Charité. François de
Sales, devenu ami de Vincent, aura
sur lui une influence spirituelle
majeure. Nommé aumônier général
des galères, Vincent fait tout ce qui
est en son pouvoir pour améliorer le
sort des forçats.
En 1625, avec le soutien financier
de Mme de Gondi, il fonde la
Congrégation de la Mission (les
«Lazaristes») pour l’évangélisation
des pauvres des campagnes. En 1633,
ce sera la Compagnie des Filles de la
Charité (sœurs de saint Vincent de
Paul) vouée au service des malades
Statue de Saint Vincent de Paul
dans l’église de Battice
et au service corporel et spirituel des
pauvres, confiée à Louise de Marillac.
Suit alors l’ouverture de plusieurs
hôpitaux à Paris.
Les actions dont Vincent est à
l’origine en vue de l’évangélisation
et du soutien des miséreux de son
temps sont nombreuses; citons, par
exemple, l’organisation de retraites
spirituelles au cours desquelles se
retrouvaient des gens de toutes
conditions, le pauvre et le riche, le
laquais et le seigneur, priant ensemble
et partageant le même repas!
L’œuvre entreprise par «Monsieur
Vincent» se poursuit aujourd’hui
notamment
par
l’action
des
Conférences de Saint-Vincent de Paul
qui, elles, ont été mises sur pied en
1833 par Frédéric Ozanam.
Jacques DELCOUR,
diacre permanent
9
Église de Liège
D O S S I E R
La Société de SaintVincent de Paul
Un homme n’est vraiment digne de ce nom que lorsqu’il est
capable d’avoir le souci de son semblable, disait Frédéric
Ozanam, le fondateur de la Société de Saint-Vincent de Paul.
Comment, sinon en permettant le témoignage d’acteurs de la
«Saint-Vincent de Paul», honorer Monsieur Vincent, ce grand
monsieur de l’action caritative, qui est fêté le 27 septembre?
Si aujourd’hui la charité s’est muée en solidarité, les aides
ponctuelles ou récurrentes des Conférences viennent soulager
la misère qu’un nombre croissant de personnes connaissent.
Les galériens, dont l’abbé Vincent de Paul était l’aumônier, sont
devenus des gens qui galèrent dans leur vie. Les enfants trouvés
qu’il recueillait sont les enfants qui participent aux écoles de
devoir des Conférences locales. Enfin, le monde rural en grande
précarité du XVIIe siècle s’est délocalisé vers les villes où les
Vincentiens sont à l’œuvre.
Les réflexions qui suivent nous montrent combien l’action des
Conférences de Saint-Vincent de Paul s’avère aujourd’hui encore
plus que nécessaire.
Pour en savoir plus: http://www.vincentdepaul.be
et http://echos.vincentdepaul.be/
Die Vinzenzvereine
„Ein Mensch ist dieses Namens erst dann wirklich würdig,
wenn er bereit ist, sich um seinesgleichen zu kümmern“, sagte
Frédéric Ozanam, der Gründer der Vinzenzvereine. Wie könnte
man den heiligen Vinzenz von Paul, diesen großen Mann der
karitativen Einrichtungen, dessen Gedenktag wir jedes Jahr am
27. September begehen, besser würdigen und verehren, als
durch die Zeugnisse der vielen Mitarbeiter der Vinzenzvereine?
Barmherzigkeit äußert sich heute in der Solidarität. Die
punktuellen oder regelmäßigen Beihilfen der Vinzenzvereine
lindern die Not einer wachsenden Anzahl von bedürftigen
Menschen.
Weitere Informationen: http://www.vincentdepaul.be
Dominique SERVAIS
10
Les conférences de Saint-Vincent de Paul ne
sont pas les seules institutions présentes
dans notre diocèse à se réclamer de lui:
des instituts féminins de vie consacrée
perpétuent chez nous les inspirations de cet
apôtre de la charité.
Les Filles de saint Vincent de Paul: voyez
l’encadré page 14.
Deux congrégations religieuses portent le
nom de Sœurs de saint Vincent de Paul:
l’une de Gijzegem travaille au sanctuaire
de Banneux (belle présence en communion
avec la Vierge des Pauvres!); l’autre de
Deftinge, à la maternité du nom de leur
fondateur, située à Rocourt (Liège).
Ces congrégations, nées au XIXe siècle pour
répondre à l’appel de Jésus: Tout ce que
vous ferez à l’un des plus petits d’entre les
miens, c’est à moi que vous le ferez, suivent
les conseils prophétiques de Vincent de Paul,
page vivante de l’Évangile, en se dévouant
radicalement auprès des plus démunis et
des plus fragiles de notre humanité.
Père Patrick BONTE
Délégué épiscopal
pour la Vie consacrée
9 • 2012
D O S S I E R
Avec la volonté d’aller au-delà de l’aide matérielle pour
rencontrer tout homme et tout l’homme, la Société de SaintVincent de Paul est active dans l’accompagnement de personnes
en situation de précarité dans notre province. Le président du
Conseil provincial nous donne ici un aperçu de sa nature et de
son fonctionnement.
La Société de Saint-Vincent de
Paul (SSVP), reliquat des œuvres
charitables du XIX e siècle ou
société intégrée dans son époque?
Le Conseil provincial de Liège
(7 administrateurs volontaires) est
l’organisation faîtière des 85 entités
(Centres et Conférences) vincentiennes
de la province comprenant environ 1.200
volontaires (bénévoles) qui aident plus
de 20.000 personnes démunies. Ce ne
sont pas moins de 600.000 € d’aide
annuelle directe qui sont consacrés à
ces familles. Au-delà de ces chiffres,
quelles sont les principales aides
fournies par ces entités?
Visites
La visite régulière des volontaires
auprès des personnes défavorisées, là
où elles résident, a toujours été une
activité fondamentale de la SSVP et,
si elles ne sont pas toujours possibles,
elles demeurent essentielles afin de
mieux cerner les besoins.
Aide matérielle, sociale,
au logement
Principalement alimentaire, vestimentaire ou mobilière, quoiqu’utiles,
voire indispensables, ces aides ne
permettent habituellement pas de
sortir les familles démunies de la
précarité. Dans les entités les plus
importantes, des employés formés
gèrent cette matière souvent complexe
et de nature très diverse. Quand il n’y
a que des volontaires, certains servent
d’intermédiaires entre les personnes
en difficulté et les professionnels de
tout bord, rôle indispensable dans
notre société. Certaines entités sont
centrées sur l’hébergement de transit
ou fonctionnent comme Maisons
d’Accueil. Plus ponctuellement, des
appartements en bon état sont
proposés; des personnes démunies
sont aidées dans la recherche d’une
habitation.
Aide à la formation
et aux jeunes
Plusieurs écoles de devoirs sont
organisées, de même que d’autres
activités
de
formation,
telles
qu’alphabétisation, ateliers, visites
culturelles, table d’hôtes, à côté
d’activités essentiellement récréatives
mais aussi axées sur le «vivre
ensemble».
Fonctionnement
De nombreuses équipes vincentiennes
sont des associations de fait dont les
plus importantes se sont constituées
en asbl, certaines également intégrées
dans d’autres réseaux d’associations.
Toutes ces entités, si elles fonctionnent
de façon relativement autonome, sont
en étroite relation avec le Conseil
puisqu’elles en sont les membres.
Le Conseil aide à la gestion de biens
immobiliers occupés par les équipes
vincentiennes, et leur assure conseils
et avis. Il facilite le travail en réseau
et dynamise la solidarité entre les
différentes antennes de la province,
notamment via le bimestriel Le
Cramignon et un blog. Le Conseil a
aussi des activités propres envers les
démunis et, outre la collaboration avec
l’Institut de denturologie (facilitant la
fourniture de prothèses dentaires à
des démunis), il organise une école de
devoirs à Herstal.
Fonds
Rappelons que le Conseil et la
plupart des équipes fonctionnent
uniquement sur la base de dons et
legs. Heureusement, dans certains cas,
les institutions publiques interviennent
dans le paiement d’employés ou pour
des actions ciblées.
Jean GRANDJEAN,
Président provincial
11
Église de Liège
D O S S I E R
Prolongeant l’héritage du service aux plus
pauvres initié par les Pères Capucins, dans
le quartier socialement vulnérable de PrésJavais, le CMK, depuis 1983, joint sa «petite
musique» au cœur (chœur) du réseau de lutte
contre toutes les formes de pauvreté.
Un centre vincentien:
le Centre Maximilien
Kolbe (CMK) à Verviers
Les membres du CMK partagent les
valeurs fondamentales de la famille
vincentienne: la foi dans la dignité de
tous les êtres humains, la participation
à la promotion, la formation et la
défense des plus fragilisés.
Dans l’urgence des
besoins premiers
Une vingtaine de bénévoles se mettent
au service d’environ 500 bénéficiaires,
soit 200 familles, tant dans la
distribution de produits alimentaires
que dans une boutique de vêtements
de seconde main. Ainsi, chaque année,
plus de 30 tonnes d’aliments sont
distribuées.
En près de 30 années d’existence, le CMK
a dû trouver les réponses adéquates à
bien des problèmes: normes de sécurité
alimentaire (AFSCA), législations et
exigences administratives, formation
des bénévoles à l’écoute et à l’accueil,
recherche de moyens financiers, etc.
Hors du partenariat,
pas de salut!
Par conviction profonde et par volonté
d’efficacité, l’équipe du CMK est
partenaire affirmé des réseaux qu’elle
a aidés, parfois à construire, souvent à
renforcer, notamment:
– le Réseau chrétien de Solidarité qui
réunit, depuis près de 20 ans, les
12
associations du doyenné de Verviers
actives dans le domaine social,
– le Réseau verviétois d’Accompagnement alimentaire (REVERVAL), secteur
du Relais social urbain, qui organise
et stimule la collaboration Pouvoirs
Publics/Associations.
– La bibliothèque du CMK, en
collaboration avec des Écoles de
Devoirs, propose des ateliers de
lecture et d’écriture, du soutien
pédagogique, des initiations au
français, à l’outil informatique.
Les espaces de concertation et de
collaboration ont permis des évolutions
déterminantes dans les échanges
d’expériences, la mise au point de pratiques
communes, la professionnalisation des
interventions favorisant la (ré-)insertion
sociale, le renforcement du poids de la
voix des sans voix.
Lors du Congrès Bruxelles-Toussaint
2006, le Cardinal Danneels lançait
un appel à la réaffectation de biens
d’Église inoccupés en logements
sociaux. Dans cet objectif et après une
étude de faisabilité, le CMK a décidé de
développer un partenariat avec la Ville
de Verviers et Logivesdre, prévoyant la
rénovation de ses locaux inoccupés en
6 appartements sociaux.
Des difficultés matérielles
aux chemins d’insertion
Et plus encore
Le 5 octobre 2010 (Année européenne
de la lutte contre l’exclusion),
l’interpellation de Jean-Guilhem Xerri,
«Si on ne dépasse pas l’aide immédiate,
on n’en sortira pas» nous a confortés
dans notre volonté de consacrer du
temps et des moyens à des actions
dépassant le soutien matériel pour
toucher à l’éducation permanente.
Le pari du CMK, dans son intuition
mobilisatrice, rejoint la conviction
de Jean-François Bernardini 1: «Si
vous n’aidez pas chacun à devenir un
être transformé et transformant, c’est
mal parti. Je crois en un peuple nouveau.
Qu’il pleuve sur le monde une inquiétude
spirituelle.»
– Un écrivain public se met à la
disposition de toute personne qui
ne maîtrise pas la langue française
et/ou les formulaires administratifs
de plus en plus indéchiffrables.
Jean Marie DELOBEL
Administrateur-Délégué
du CMK
1 L’Avenir, 05/07/2012, p. 13.
9 • 2012
D O S S I E R
Je fais partie de la société Saint-Vincent de Paul depuis maintenant quatre ans. À l’époque, le prêtre
de notre paroisse m’avait contacté en me proposant de venir rejoindre leur équipe car, disait-il:
«Nous avons besoin de sang neuf!»
Un jeune Vincentien témoigne
de son engagement dans la Conférence de
Saint-Vincent de Paul de Welkenraedt
unit renforce notre désir d’être proches
des plus démunis de notre société.
Ce service nous pousse, d’une part, à
être porteurs de joie et d’espérance
et, d’autre part, il nous sensibilise à la
vie rude, dure et souvent bouleversante
d’autrui. Quand on rencontre ces
hommes, ces femmes, blessés et
appauvris par la vie, on ne peut
s’empêcher de réfléchir à notre propre
vie, à notre façon de consommer, à
notre façon de donner, de partager, …
Faire partie d’une conférence de SaintVincent de Paul, c’est retourner à
l’essentiel, c’est aller à la rencontre de
Dieu.
Faire partie d’une conférence,
c’est apprendre à …
Je n’ai pas hésité longtemps… À
côté d’un boulot dans lequel je
m’investissais beaucoup mais qui faisait
peu de place à la relation humaine,
j’étais à la recherche d’une activité
qui me permettrait d’être au service
du plus faible (désir qui m’habite
depuis longtemps) et qui, avant tout,
m’ouvrirait à d’autres réalités que trop
souvent nous oublions: la pauvreté, la
solitude, l’abandon, l’indifférence… Le
coup de fil reçu ce soir de septembre
ne fut pas un hasard mais une réponse
à une attente! Le Seigneur me donnait
l’occasion de joindre l’action à la parole,
et d’affirmer par des gestes concrets la
vitalité de ma foi.
Notre conférence se compose d’une
dizaine de bénévoles. L’amitié qui nous
• Donner du temps et être disponible
pour les rencontres à domicile afin
de créer un climat de confiance et
d’écoute.
• Trouver les mots qui réconfortent,
qui rassurent… ou simplement être
à l’écoute… et établir peut-être
une véritable relation d’amitié.
• Être attentif à l’apparition de
nouvelles formes de pauvreté
qui vont bien au-delà de l’aspect
purement économique. Je pense
plus particulièrement aux difficultés
d’ordre social, psychologique, moral
et relationnel.
• Respecter celui qui est différent de
moi.
• Ne pas porter de jugement de
valeur.
C’est vrai, même si parfois nos moyens
sont limités ou si certains points peuvent
freiner notre action, notre conférence
reste dynamique et elle n’hésite pas à
mettre en place certains projets comme
le réveillon de Noël 2011. Ce réveillon,
nous l’avions souhaité «Solidaire plutôt
que solitaire».
En sollicitant l’intervention d’amis, de
connaissances, de tiers, de commerçants
locaux, de services clubs ou autres,
nous avons organisé un repas convivial
destiné à toute personne seule et/ou
en marge de la société (immigrants,
personnes âgées isolées, handicapés,
détenus ou ex-détenus, chômeurs,
blessés de la vie, …).
L’objectif était de vivre cette soirée
dans un esprit de partage, de service,
de disponibilité et de gratuité. Ce Noël
2011 fut magique, il restera longtemps
gravé dans nos mémoires…
Saint Vincent de Paul s’est consacré
entièrement aux démunis qu’il appelait:
«Nos seigneurs et maîtres». Faire
partie d’une conférence, c’est aussi être
porte-parole des pauvres, en particulier
de ceux qui ne parviennent pas à
se faire entendre et dont personne ne
se soucie!
Fort de ces convictions, vivons
pleinement
nos
engagements.
Raphaël FAFCHAMPS
L’icône qui illustre cet article provient
du site http://ilm.free.fr
13
Église de Liège
D O S S I E R
Anne-Marie, fille de Vincentiens, et
Jacques, diacre, membres de la Conférence
de Saint-Vincent de Paul à Theux,
évoquent ce service, dans la droite ligne
d’un engagement chrétien.
Le service,
témoignage chrétien
Les Conférences de Saint-Vincent de
Paul sont nées à Paris au XIXe siècle,
sous l’impulsion de Frédéric Ozanam,
étudiant en droit puis avocat à Paris:
il a convaincu ses amis assistant à
des conférences, c’est-à-dire des
moments de réflexion, de joindre
l’action à la formation. Depuis 1832,
en référence à l’un des saints les plus
populaires de France, ces groupes
locaux visitent, assistent, conseillent,
aident, matériellement, moralement,
spirituellement,
toute
personne
démunie qui en fait la demande.
Que fait la Conférence à Theux?
Concrètement à Theux, la Conférence
compte une bonne quinzaine de
membres dont plusieurs y consacrent
une bonne partie de leur temps.
Grâce à eux, dans cette commune de
12.000 habitants, cinquante à soixante
familles sont aidées tout au long de
l’année. Un lieu d’accueil est ouvert
tous les mercredis: chacun peut y
trouver, non seulement une tasse de
café, mais surtout une oreille attentive,
un cœur compatissant et une aide
active. L’expérience et les conseils
d’une assistante sociale bénévole,
membre de l’équipe, sont précieux
pour guider et orienter. Des colis de
vivres sont distribués, moyennant une
participation financière minime pour
respecter la dignité de chacun, insiste
Anne-Marie. Quand c’est nécessaire,
l’association fournit médicaments, voire
prêt sans intérêt, ainsi que vêtements,
via la conférence de Pepinster, petite
ville voisine.
14
Les bénéficiaires sont également
invités à participer à un goûter des
Rois et à un déjeuner à Pâques; leurs
enfants peuvent profiter d’une journée
à la mer au mois d’août.
Une particularité belge: la Société de
Saint-Vincent de Paul a fait sien le
principe d’aide universelle: dans ce
contexte, la Conférence de Theux aide
une cantine scolaire en Haïti.
Remettre les gens debout!
L’objectif des conférences est de
remettre les gens debout, confirme
Jacques. Quelle joie de recevoir
désormais de l’aide d’une personne jadis
aidée elle-même! Avec quelle fierté
certains nous disent-ils: «Maintenant,
je peux me débrouiller seul, mais estce que je peux encore venir prendre le
café le mercredi matin?»
Appel aux bénévoles et aux dons!
Les ressources suffisent tout juste à
assurer les dépenses: dons exonérés
d’impôt (au niveau national), activités
diverses, collectes ou apports de
magasins locaux et de la Banque
alimentaire. Inutile de dire que les
dons, en nature ou en espèces, sont les
bienvenus, tout comme les bénévoles!
Pour Anne-Marie et Jacques Delcour,
le service à des frères démunis est
constitutif d’une vie chrétienne. Ce
service est, pour Jacques, le signe
parfait de la diaconie; ils le confient à
Marie, la Vierge des Pauvres apparue
à Banneux par qui, disent-ils, nous
sommes toujours exaucés!
Anne-Élisabeth NÈVE
Filles de la Charité
«Dès les origines, saint Vincent
de Paul et sainte Louise de
Marillac, répondant aux appels
de leur temps, ont envoyé les
Filles de la Charité à la rencontre
des pauvres. Ainsi pouvaientelles garder la mobilité et la
disponibilité nécessaires et
vivre au milieu de ceux qu’elles
servaient.» (Constitution 12a).
Cette intuition des Fondateurs,
qui date de 1633, est encore
vraie aujourd’hui. Par des vœux
renouvelés de façon annuelle,
les Filles de la Charité vivent en
communauté et veulent garder
cet élan pour aller partout, vers
ceux qui en ont le plus besoin.
Dans notre diocèse, les sœurs
ont actuellement une mission de
présence et de proximité auprès
des personnes âgées en maison
de repos (au Balloir à Liège, à
Banneux et à Membach), des
détenus (à l’aumônerie de la
prison de Lantin), des enfants
et des familles en difficulté (à
Ans, au Berleur à Grâce-Hollogne
et à Verviers) et des malades
hospitalisés (à l’aumônerie du
CHR de la Citadelle).
Sœur Bérengère NOËL, FDLC
9 • 2012
C U L T U R E
E T
F O I
«Silence et Parole»:
chemin d’évangélisation 1
Dimanche des Médias: 30 septembre 2012
Médias, radio, télévision, journaux,
films, livres, BD, sites internet, courrier
électronique, réseaux sociaux, tout
nous pousse à communiquer. Nous
voyons, nous lisons, nous écoutons, et
recevons des centaines d’informations
si nous le voulons. Et l’Église n’est pas
en reste chez nous: site www.info.
catho.be, Cathobel, journal Dimanche,
émissions «Il était une foi», messes
radio-télévisées, radios RCF, sites
internet et revues diocésaines, … Et
on pourrait encore ajouter les blogs,
newsletters et autres sites internet qui,
de près ou de loin, concernent la vie
de l’Église, la vie des croyants. On ne
compte plus les paroisses qui ont leur
site, ou les services de catéchèse ou de
la liaison des pastorales des jeunes, ou
d’autres encore… Certaines initiatives
émanent de l’Église, d’autres émanent
de particuliers ou de groupes.
ainsi se doter de quelques normes que
nous nous donnons, où nous essayons
que les médias non seulement nous
divertissent ou nous informent, mais
encore qu’ils rendent possible la vie
intérieure, la contemplation, et cela
demande parfois de l’énergie!
S’éduquer à la communication veut
dire apprendre à écouter, à contempler,
bien plus qu’à parler. Silence et parole:
deux éléments essentiels de l’action
de communiquer de l’Église, pour un
renouveau de l’annonce du Christ dans
le monde contemporain.
Internet offre des espaces qui aident
l’homme à vivre des moments
de réflexion et d’interrogation
authentique, voire des espaces de
silence, des occasions de prière, ou de
méditation. Cela vaut la peine!
Tout cela a un prix… Merci de soutenir
les Médias Catholiques!
La vie des médias nous prend énormément
de temps. On parle de deux heures de
TV quotidienne pour les habitants de la
Belgique, et certains disent consacrer
deux heures en moyenne par jour à
leurs réseaux sociaux.
Silence et parole… Toutefois le silence
n’est pas fréquent quand nous sommes
«branchés». Pour Benoît XVI, le
silence fait partie intégrante de la
communication: il met en valeur les
paroles. Benoît XVI n’hésite pas à
écrire qu’il est nécessaire de créer une
atmosphère propice, comme une sorte
d’«écosystème» qui équilibre silence,
paroles, images et sons. La culture
chrétienne, pleinement enracinée dans
la vie agitée qui est la nôtre peut
Le «Dimanche des médias», s’il est
un moment pour réfléchir à la place
que tiennent les médias parmi nous,
est aussi un moment de prière pour
tous ceux et celles qui œuvrent dans
le domaine des médias. C’est aussi un
moment de solidarité pour assurer le
soutien et la promotion des Médias
Catholiques, qui vivent en grande
partie grâce à votre générosité. La
collecte du Dimanche des Médias
tient donc une grande place pour
eux… Alors, soutenez-les et soyez-en
chaleureusement remerciés!
Tommy SCHOLTES sj
Service de Presse et de
Communication de la
conférence épiscopale
Soutenons les
Les dons exprimant votre soutien
sont
particulièrement
bienvenus
durant toute l’année et à l’occasion
du Dimanche des Médias au compte
BE 54 7320 1579 6297 des Médias
Catholiques (Communication: Dimanche
des Médias). Merci de tout cœur!
1 Message de Benoît XVI pour la Journée
Mondiale des Communications sociales 2012
15
Église de Liège
P R Ê T R E S
F I D E I
D O N U M
Depuis 42 ans, ce prêtre liégeois, originaire d’Avennes (Braives),
officie au Guatemala, petit pays d’Amérique centrale, peuplé
comme la Belgique, mais bien plus croyant, où il défend bec et
ongles la culture des Mayas. Comme l’Église, ces derniers ont été
longtemps rejetés dans le pays.
«Juan Maria» Boxus ou
le secret du bonheur
Il fait frisquounet devant cette gare
des Guillemins où le Père Juan Maria
Boxus attend, gsm à l’oreille. Chemise
à manches courtes, il est venu à la
rencontre d’Église de Liège en bus
depuis Huy. «Ma vie, dit-il, est là bas.
Je viens en Belgique pour revoir ma
famille à qui je dois beaucoup, mais
je veux retourner au Guatemala pour
dire merci aux gens pour tout ce qu’ils
m’ont donné.» Le cœur sur la main
ouverte, il a apporté ce souffle de Dieu
qui l’a poussé à l’autre bout du monde
vers un peuple démuni, coupé un
moment de ses racines, et lui apporter
la tendresse, la force de sa présence et
de son amour.
Quel événement vous a conduit à
partir servir l’Église où vous êtes?
Dans les années 1950, l’expérience
de Radio Sutatenza en Colombie
pour l’alphabétisation des masses
m’a profondément touché. Un prêtre
utilisait un hélicoptère pour visiter les
villages répartis dans la montagne. Au
collège Saint-Servais à Liège où j’étais
pensionnaire, nous allions à la messe
tous les jours et, dans mon missel,
j’avais une image de la Vierge de
Guadalupe avec une prière que je lisais
comme action de grâces chaque fois
que je communiais. Tout naturellement
naissait en moi le désir de venir en
aide aux populations déshéritées
d’Amérique latine. Ma grand-mère
16
recevait des revues missionnaires
– comme celle des Scheutistes – mais
il y eut aussi l’appel de Pie XII avec
Fidei donum qui demandait que les
évêques d’Europe envoient des prêtres
en pays de mission.
Comment caractérisez-vous les étapes
spirituelles de votre engagement
envers cette Église?
J’ai été ordonné prêtre en 1962, l’année
de l’ouverture du Concile Vatican II qui
appelait l’Église à ouvrir ses fenêtres
et à prendre le large. J’étais rempli
d’espoir et l’Église ne m’a pas déçu. Je
suis au Guatemala depuis 42 ans et le
contact avec les gens, leur foi en Dieu
et l’Église, leur lutte pour apprendre à
lire et écrire, à créer des écoles, des
routes pour sortir de l’isolement et de
l’ignorance, les persécutions subies
parce qu’ils voulaient défendre leur
culture et leur foi, m’ont décidé à
continuer le sacerdoce et à trouver les
moyens pour appuyer leur travail et
leurs efforts. Ils m’ont aidé à grandir
dans ma foi et mon engagement.
Nous avons essayé de réaliser, bien
imparfaitement, les décisions du
Concile Vatican II et des Conférences des
évêques d’Amérique latine (CELAM).
Quelles transformations repérez-vous
dans l’Église du Guatemala?
Au XXe siècle, elle a été privée de ce
qui était sa vie après l’indépendance
en 1821. Pendant presque cent ans, les
archevêques et prêtres du Guatemala
ont été bannis, les écoles appartenant
à l’Église fermées, ses propriétés
enlevées. Ce n’est qu’à partir des
années 1945 que les missionnaires ont
été réadmis et que l’Église a retrouvé
son indépendance. Elle s’est réorganisée
grâce à des petites communautés de
base. Le Séminaire s’est rouvert, les
écoles ont suivi. La transformation s’est
faite petit à petit d’une Église où seul
le prêtre avait quelque chose à dire
à une Église «Peuple de Dieu», selon
Vatican II. Dans les années 1970/1980,
il y a eu une grande persécution contre
les catéchistes principalement chez les
indiens mayas. De nombreux martyrs
ont témoigné de leur foi et l’Église a
redécouvert son visage indigène maya.
Il reste beaucoup à faire dans ce sens.
9 • 2012
P R Ê T R E S
F I D E I
Vos relations avec l’Église de Liège
ont-elles évolué et dans quel sens?
L’Église de Liège a toujours soutenu
notre travail. Jamais on ne m’a dit:
«Revenez dans notre diocèse car il
y a beaucoup de besoins.» J’ai reçu
la visite de Mgr van Zuylen et celle
d’Aloys Jousten (confrère ordonné la
même année que moi!) qui venait, avec
d’autres évêques, appuyer le travail de
l’Église en ce qui concerne les valeurs
des communautés qui s’affrontaient
aux grandes sociétés néocoloniales qui
détruisaient leur région pour y chercher
et exploiter l’or. Les paroisses de la
région où je suis né – Avennes, Ville-enHesbaye, Marneffe, Huy Saint Pierre… –
et des parents et amis, me fournissent
leur appui financier et moral en faveur
de notre région de Jocotán. Avec les
intentions de messes, nous aidons des
prêtres autochtones qui n’ont d’autres
ressources que ce que les pauvres de
leur paroisse peuvent offrir.
Considérez-vous que votre apostolat
dans l’Église que vous servez
contribue à nouer des liens entre elle
et celle de Liège?
Il est toujours bon de savoir ce qui
se passe dans d’autres Églises. Les
situations sont différentes, il n’y a
aucune recette qu’on puisse appliquer
telle quelle. Je pense tous les jours à
l’Église de Liège et je prie pour que
tous les chrétiens de Liège s’engagent
D O N U M
ouvertement sur la voie du renouveau
indiqué par le Concile Vatican II. Ma vie
au milieu de la population indienne
maya a changé totalement ma vision
du travail pastoral. Sa foi, et le travail
au milieu de tant de difficultés, m’ont
affermi et empêché de ne pas être
seulement un administrateur mais un
«être avec» la population maya-chorti
du Guatemala.
Quel souhait pour l’Église de Liège
feriez-vous?
Que les jeunes retrouvent leur place
dans tout le travail pastoral et que les
laïcs ne se contentent pas de seconder
leurs prêtres mais qu’ils prennent bien
en main tout le travail du renouveau de
la société nationale et internationale.
Thierry DE GYNS
REPÈRES
• Avril 1970: départ pour le Guatemala comme vicaire des paroisses de
Jocotán, Concotán et San Juan Ermite.
• 1980-1990: responsable de la radio chorti pour l’alphabétisation de la région
et la récupération de la culture maya-chorti.
• 1985-1990: président de la Fédération guatémaltèque des Écoles
Radiophoniques (FGER).
• Depuis 1990: curé des paroisses de Jocotán, Concotán et San Juan Ermite.
• 2007-2011: président de la Caritas diocésaine de Zacopa.
• Depuis 2009: vicaire général du diocèse de Zacopa.
LE GUATEMALA
Religion: 65% de catholiques, 30% de protestants avec beaucoup de
Pentecôtistes. Forte rotation parmi les protestants, et grande influence des
Églises évangéliques des États-Unis. L’Église possède 6 radios dans le pays
avec un taux d’écoute de 80%. Dans le diocèse de Zacopa – 180 villages répartis
dans un territoire de montagnes de 70 km sur 40 quasiment sans routes:
80% de catholiques, 10% de protestants.
Enseignement: 14 écoles primaires catholiques dans les villages sont
subsidiées par l’État. Ce n’est pas le cas des deux collèges catholiques mixtes
(mille élèves environ) accueillant notamment 70 orphelins: l’un est consacré à
l’enseignement primaire, l’autre au secondaire avec une section technique.
17
Église de Liège
C U L T U R E
Nous sommes ton Église
Propositions pour une catéchèse en communauté
À la demande des évêques, la Commission interdiocésaine de Catéchèse cherche à promouvoir
une pastorale catéchétique d’ensemble dans
les diocèses francophones belges. À l’intérieur
de cette Commission, un groupe a travaillé pour
proposer des outils catéchétiques destinés aux
paroisses et Unités pastorales.
Le premier outil vient de paraître aux éditions
Lumen vitae. Il contient diverses pistes (deux
portes d’entrée et deux parcours au choix) pour
une catéchèse communautaire sur le thème de
l’Église. Un thème approprié pour débuter une nouvelle
année pastorale! Petits et grands, paroissiens habituels et
occasionnels, enfants de la catéchèse et parents pourront
(re)découvrir que tous ensemble, ils forment l’Église du
Christ!
Ce premier cahier fait partie d’un ensemble de cinq
catéchèses communautaires à paraître dans les deux
prochaines années. Il est disponible à la librairie Siloë à
Liège au prix de 17,50 €.
L’Évangile de tout son corps!
Des expressions gestuelles au service de la catéchèse
Le samedi 6 octobre 2012 de 9h30 à 16h30
au Centre diocésain de formation à Liège.
Une journée sur un mode participatif et joyeux pour
découvrir les intérêts de l’expression gestuelle en catéchèse
et les modalités de son bon usage.
En matinée, une mise en bouche et un apport de fond
par Luc Aerens (professeur à Lumen Vitae et homme de
théâtre), un parcours de découverte de modes d’expression
multiples mettant en jeu le corps.
L’après-midi, la participation à un atelier au choix
permettant d’approfondir un texte biblique à partir d’une
des techniques suivantes: le théâtre; l’expression gestuelle
et chorégraphique; les marionnettes; la sculpture sur terre;
l’arrêt sur image; la mise en actes liturgiques. Ensuite, une
mise en commun priante au terme de laquelle les ateliers
rouvriront leur porte pour une découverte plus succincte
des mêmes techniques.
P.A.F. (sur place): 8 €. Emporter son pique-nique. Inscriptions
nécessaires avant le 30 septembre auprès du SDCC par
téléphone (04 220 53 82), par mail ([email protected]) ou
via notre site (www.sdcc.be).
18
E T
F O I
Vatican II: un texte, un esprit,
un style, un événement
Un cycle de 8 conférences
durant l’année
académique 2012-2013
au Centre diocésain
de Formation
C’est à l’occasion de l’ouverture du 50 e anniversaire
du Concile Vatican II (1962-1965), qui a profondément
renouvelé la vie ecclésiale et qui demeure comme
une «boussole» pour s’orienter dans le vaste océan
du troisième millénaire, que nous proposons ce cycle
inédit de 8 conférences grand public: (re)découvrir,
comprendre et interpréter ces textes du Concile
et voir en quoi ils peuvent encore nous inspirer
aujourd’hui.
Jeudi 25 octobre à 20h: Les grands mouvements
(liturgique, œcuménique, biblique,…) qui ont
préparé Vatican II, par l’abbé Jean-Pierre Delville,
professeur à l’UCL.
Jeudi 22 novembre à 20h: Le déroulement de
concile, vu notamment à travers le rôle des Belges,
par l’abbé Jean-Pierre Delville.
Jeudi 13 décembre à 20h: L’ecclésiologie de Vatican II:
un bilan, par l’abbé Alphonse Borras, vicaire général
du diocèse de Liège.
Jeudi 28 février à 20h: Richesses de la réforme
liturgique de Vatican II, par l’abbé Patrick Willocq,
secrétaire général de la Commission interdiocésaine
de Pastorale liturgique (CIPL).
Jeudi 21 mars à 20h: La réforme liturgique: ce qui
reste à faire, par l’abbé Paul De Clerck, professeur
émérite de liturgie à l’Institut catholique de Paris.
Jeudi 25 avril à 20h: Questions de société: 50 ans après
Gaudium et Spes, par M. Michel Hansenne, directeur
général émérite du Bureau international du Travail.
Jeudi 23 mai à 20h: Le dialogue œcuménique et
interreligieux à Vatican II: les ouvertures, les fruits et
le chemin qui reste à parcourir, par Mgr Johan Bonny,
évêque d’Anvers et membre du Conseil pontifical
pour la promotion de l’unité des chrétiens.
Jeudi 20 juin à 20h: Le Concile: un texte, un esprit,
un style, un événement, par l’abbé Jean-Pierre
Delville.
Prix: 5 €/conférence – 32 €/cycle complet.
Inscription souhaitée au secrétariat du CDF.
9 • 2012
C U L T U R E
E T
F O I
La vie des hommes et des institutions est
rythmée par divers moments qui marquent le
temps. L’être humain a besoin de rites comme
de pain. Ils signifient le désir d’exprimer le
sens de nos existences.
Si une année nouvelle procède d’un genre
particulier avec des codes, des répétitions, du
déjà-vu, elle n’en reste pas moins, avec sa
dimension académique, un moment de joie,
festif et d’espérance que l’on souhaite fécond.
Un beau pari pour l’avenir!
Cette rentrée académique 2012 est l’occasion pour tous les
acteurs du Vicariat de la formation et aussi pour le diocèse,
d’inscrire dans le temps, à la fois un début, un nouveau
commencement et un moment de louange. Rendre grâce
et ouverture à l’inconnu vont de pair. Louange pour une
année terminée et ouverture à du nouveau, n’est-ce pas ce
qui fait le cœur de l’existence humaine et des institutions
qui se veulent portées par une espérance parfois indicible?
L’eucharistie de rentrée est plus que symbolique. Elle est
nourriture, un essentiel qui oriente ce que nous réaliserons
et découvrons dans les diverses formations proposées.
Elle nous engage à porter tout ce que nous entreprenons
en vue de suivre une mission confiée dans les divers lieux
d’Église.
Avec la célébration du ministère de la Parole et l’envoi
des finalistes du Centre diocésain de Formation, nous nous
mettons sous le regard de Dieu pour annoncer, proclamer,
aider à entrer dans le mystère de la foi chrétienne, tout en
nous laissant questionner par les défis de la société et de
la culture dont nous sommes participants. Quel beau pari
pour l’avenir!
Rentrée académique
Lundi 24 septembre 2012
18h: Eucharistie présidée par Mgr A. Jousten,
Admission, lectorat, bénédiction des finalistes
Verre de l’amitié et petite restauration
Exposition des sculptures de Thierry Papart
Cette année 2012-2013 sera marquée par le lancement du
50 e anniversaire du Concile Vatican II. Grâce au cycle inédit
de huit conférences grand public, Vatican II: un texte, un
esprit, un style, un événement, nous découvrirons que
l’œuvre de ce grand Concile se poursuit encore de nos jours
(voir page 18).
Le 24 septembre, nous accueillerons, en l’Espace Prémontrés,
l’exposition du sculpteur Thierry Papart. S’ouvrir à la beauté
de la matière, à l’œuvre travaillée de l’artiste est un appel à
regarder au-delà, à décentrer notre regard en nous laissant
interroger. Nous ouvrant ainsi à une des dimensions qui fait
l’être humain.
Le 29 septembre à 12h30, nous
aurons la joie de vivre un autre
temps fort: la bénédiction de la
nouvelle chapelle du Séminaire.
Elle sera, au cœur de notre
maison, un lieu de recueillement,
de prière, de célébration mais
aussi de silence, favorisé par
sa tonalité martelée par le
dépouillement et la beauté qui
en émane.
Bienvenue à chacun et chacune.
Lambert WERS
Programme du Vicariat de la
formation disponible sur le site
www.formations-chretiennes.be
19
Église de Liège
C U L T U R E
E T
F O I
51e Rencontre sacerdotale internationale
Le lundi 24 septembre 2012 de 9h30 à 19h
à la Bischof Hemmerle-Haus
Friedlandstrasse 2 – 52064 Aachen (D)
Les cérémonies des funérailles en pleine mutation
(échanges, informations, visite de «l’église d’urnes»)
PAF: 30 €
(dîner et souper compris).
Inscription avant le 17 septembre.
Informations et inscription:
Albert Brodel – rue Defuisseaux 5
4630 Soumagne – 04 377 10 71 et 0476 21 77 28
Fax 04/377.10.69 – [email protected]
60e anniversaire de l’érection
du Calvaire de Vottem
le vendredi 14 septembre
Catéchèse et
Coup d’envoi de la
campagne de Missio
Dans le cadre du mois de la mission,
Missio vous invite cordialement au «coup
d’envoi» de la campagne le 2 octobre à
20h, à la Maison des Bruyères, Rue des
Bruyères 127, 4000 Liège.
M. l’abbé Claude Theiss présentera une
catéchèse adaptée aux catéchistes,
professeurs, acteurs pastoraux et accompagnateurs des «Chanteurs à l’étoile».
Suivront la présentation de la campagne
et du Guatemala, ainsi que la distribution
du matériel.
Inscription souhaitée jusqu’au
25 septembre à [email protected]
ou par tél.: lundi, jeudi au 04 229 79 40
ou mardi, mercredi au 087 55 25 03.
Bienvenue à chacun!
Lundi 17 septembre à 18h
Fête de saint Lambert,
patron de notre diocèse
Ce calvaire fut érigé en 1952, à l’initiative du curé de l’époque, l’abbé
H. Spinosa. Le bois qui servira à réaliser la croix fut transporté depuis
Banneux par les routiers de l’Unité scoute de Vottem. De là est née
la marche nocturne annuelle de Vottem à Banneux, le dernier weekend d’octobre. La célébration du 60e anniversaire commencera à 19h
par l’eucharistie à l’église paroissiale, Saint-Etienne, célébrée par notre
évêque et, de là, les participants iront en procession jusqu’au calvaire
pour s’y recueillir, puis rejoindront l’église pour la bénédiction finale.
Informations: M. le Curé Joseph Collignon 04 227 62 04
20
Invitation cordiale à participer
à l’Eucharistie solennelle,
présidée par notre évêque,
en la cathédrale Saint-Paul à Liège.
9 • 2012
C U L T U R E
E T
F O I
Invitation
à tous les prêtres!
Communiqué de la Fraternité
sacerdotale diocésaine de Liège
L’abbé Joseph de Metz-Noblat assurera
l’animation spirituelle de la retraite
destinée aux prêtres, du 18 au 23
novembre 2012. Actuel vicaire général
du diocèse français de Verdun, il était
précédemment formateur des futurs
prêtres à Nancy. Il est aussi responsable
de l’Union apostolique du Clergé qui
regroupe les Fraternités sacerdotales
en France notamment. Chargé de
l’organisation de la retraite d’Orval qui
a lieu tous les deux ans (en 2013, du 24
au 28 juin), Joseph de Metz-Noblat nous
devient plus proche en collaboration.
Joseph a choisi de pénétrer les Lettres
aux Églises qui sont dans l’Apocalypse
mais aussi qui sont dans l’actualité de
nos vies. Actualité: que nous dit l’Église
aujourd’hui? Que dit le monde à l’Église?
Un échange de courrier qui passe par
nos cœurs de prêtres.
Attention! Contrairement à ce qui
est indiqué sur le folder du Foyer de
Charité de Nivezé-Spa, notre retraite
aura lieu…
du dimanche 18
au vendredi 23 novembre.
Le dimanche, les inscrits sont attendus
au plus tard pour le souper et le
vendredi, le départ se fait après le repas
de midi. Aube, étole, Bible, bréviaire
sont importants dans les bagages. Draps
à louer sur place, si souhaité.
Les inscriptions se font directement au
Foyer, auprès de Marie-José. Mais c’est
utile de prévenir aussi Joseph Bodeson
([email protected]).
Foyer de Charité – avenue Peltzer de
Clermont 7 – 4900 Spa-Nivezé
Tél: 087/79 30 90 – Fax: 087/77 56 69
[email protected] – www.foyerspa.be
Saison 2012-2013 des «Grandes Conférences
du lundi au pays de Herve»
Pour la cinquième saison, les Grandes Conférences vont accueillir,
exceptionnellement cette année, cinq personnalités, fortement différentes
les unes des autres, mais toutes d’une très grande richesse humaine et
spirituelle. En voici le programme:
Lundi 15 octobre: Frigide Barjot: De Saint-Tropez au
Saint-Esprit, de Laurent Ruquier à Jésus-Christ. Ancienne
gloire de l’actualité «people», habituée des émissions
«chaudes» à la télévision française, Frigide Barjot est
devenue aujourd’hui une véritable militante de la foi
chrétienne. Avec son dynamisme et sa jovialité, elle nous
partagera son étonnant parcours de vie et nous invitera
à la suivre sur les chemins de Jésus-Christ.
Lundi 19 novembre: Lytta Basset: Violences, blessures, Frigide Barjot à la cathédrale
Saints-Michel-et-Gudule
injustices: où est le Bon Dieu? Théologienne protestante,
pasteur de communautés en Suisse, Lytta Basset ne cesse, à (Bruxelles) en mars 2012.
© Claire Jonard.
travers ses nombreux livres et ses cours et conférences, de
révéler un Dieu proche de l’homme en souffrance, un Dieu dont le bonheur
est de pardonner, de relever, de sauver. Ayant connu elle-même le suicide
d’un de ses enfants, elle saura rejoindre les blessures dont, souvent, nous
portons en nous tant de cicatrices.
Lundi 28 janvier: Philippe Maystadt: Europe: le continent perdu? Ancien
ministre, homme politique respecté de tous, président durant plus de dix
ans de la Banque Européenne d’Investissement, Philippe Maystadt connaît
bien la situation économique et sociale de notre continent. À l’heure où
celui-ci est en crise, il nous partagera sa vision d’une Europe qui, plus que
jamais, doit tenir bon et prendre sa place dans un monde dur, où les autres
continents risquent parfois de nous engloutir.
Lundi 11 mars: André-Joseph Léonard: La résurrection du Christ et la nôtre:
mythe ou réalité? Homme d’Église controversé, souvent mis à mal dans les
médias, Monseigneur Léonard est un théologien et un croyant de haut vol.
Avec simplicité et beaucoup de conviction, il nous proposera une réflexion
autour du «mystère» de la résurrection du Christ et de «l’au-delà» de notre
vie et de notre mort. Autant s’y intéresser quand on est vivant…
Vendredi 31 mai: Guy Gilbert: Vieillir dans la sérénité et la confiance.
Toujours bien en verve, au risque parfois de choquer, le «prêtre des
loubards» nous rejoindra pour tout un week-end. La conférence qu’il nous
offrira parlera de ce qu’il vit comme «vieux» au milieu de «ses» jeunes et
nous invitera à regarder les troisième et quatrième âges de la vie comme
un appel à toujours rayonner la tendresse et le bonheur dont tous les
jeunes ont un immense besoin.
Toutes ces conférences se donnent au Cercle Saint-Vincent (rue du Centre,
30 à 4651 Battice). Elles commencent à 20 heures et se terminent au plus
tard à 22h15. Le prix de la participation aux frais est fixé à 5 euros (gratuit
pour les jeunes), et il n’y a pas de réservation. C’est une organisation
du Doyenné de Herve, avec le soutien des «Médias Catholiques».
Renseignements: 0477/345431.
21
Église de Liège
C U L T U R E
E T
F O I
Pendant l’été, nous avons lu pour vous…
Marie-Christine BARE
Fleurs de détresse, fleurs de tendresse
Poèmes
éd. Baudelaire, Lyon, 2012,
231 pp. 18,33 €.
Notre présence au monde peut nous paraître
banale et mystérieuse. Cela dépend de la
sensibilité de chacun. Une fois plongé dans
ce qui fait le fond de notre être humain tel
qu’il s’offre à nous, nous désirons exprimer
en de multiples langages ce que nous
vivons, ce qui nous touche, nous blesse.
La poésie est un de ces langages. Elle permet d’exprimer
grâce à la magie d’un mot ce que nous ressentons avec des
rimes diversifiées.
Marie-Christine Bare, forte de son expérience, s’adresse à
cet art avec délicatesse, émotions et une musicalité qui
font germer des fleurs qui sont autant de signes d’un
dépassement du réel.
En effet, c’est la perte d’un grand amour qui a suscité en elle
ce désir d’écrire. Elle griffonne des phrases, des mots, en
laissant sa plume couvrir la page. Elle tire de son désespoir
l’expression d’une solitude et fait vivre des objets, des
souvenirs. Elle écrit dans l’émotion pure avec la beauté
d’une grâce qui transfigure le vécu. Ses poèmes émeuvent
le lecteur et le porte au-delà de lui-même, comme par
exemple, le dernier de ce recueil: Le savon de Marcel.
Lambert WERS
Jacques GALLOY et Anne JUNKER
La petite Julienne et le Pain de Vie
éd. de l’Emmanuel, 10 €.
La Fête-Dieu, c’est aussi pour
les enfants! Ce charmant petit
livre, écrit par le premier et
illustré par la seconde, raconte
aux enfants comment la
petite Julienne (de Cornillon),
accueillie enfant au domaine
de Cornillon, est devenue une
grande amie de Jésus, en le
fréquentant notamment dans
l’Eucharistie.
C’est grâce à cette amitié si forte que Julienne recevra
de Jésus la demande d’instaurer une fête spécifique pour
le Saint-Sacrement, qui connaîtra les développements que
l’on sait.
Ce livre est destiné prioritairement aux enfants de 6 à
10 ans, et à tous ceux qui souhaitent ouvrir le cœur d’un
enfant à la présence réelle de Jésus dans son Eucharistie,
(grands-)parents, catéchistes et autres parrains-marraines!
Les illustrations raviront tous les amoureux de la ligne
claire, même s’il ne s’agit pas d’une bande dessinée…
Anne-Élisabeth NÈVE
La librairie Siloë vous propose sa sélection
de rentrée, pour une nouvelle année pastorale,
de réflexion et d’action!
Nathalie BAUER
Des garçons d’avenir
éd. Philippe Rey, 2011,
20,30 €.
Prix des Écrivains croyants
2012, ce roman écrit par
l’historienne Nathalie Bauer
est un des plus beaux
romans consacrés à la Grande
Guerre. Superbement écrit,
solidement documenté, il se
22
base sur le carnet de route ayant appartenu au grand-père
de l’auteur, Raymond Bonnefous. Cet étudiant en médecine
passera près de quatre ans dans l’enfer des tranchées. Avec
les autres médecins, ils tentent, jour après jour et souvent
au péril de leur vie, de soulager la souffrance qui afflue
vers eux. Mais aussi d’oublier… Car ces garçons d’avenir ont
envie de vivre et de trouver le bonheur.
Ce livre est un hommage à tous ces hommes courageux qui
se sont battus malgré la peur, qui sont demeurés fidèles
à leurs convictions, qui ont refusé de renoncer face à la
menace pour gagner leur liberté, notre liberté.
Laurence HENDRIX
9 • 2012
C U L T U R E
E T
F O I
Timothy RADCLIFFE
Faites le plongeon
Cerf, 2012. 17 €
Livre magnifique qui donne
le goût du plongeon:
vivre le baptême, «cette
aventure qui consiste à
devenir vivant en Dieu»!
Ne
sommes-nous
pas
ignorants, oublieux de ce
beau geste qui inaugure
notre
vie
croyante?
Pour
l’auteur,
revenir
à l’intelligence de ce
geste permettra que se développe chez les croyants une
authentique et intense vie de foi; ainsi seulement les
immenses défis auquel le christianisme est confronté seront
rencontrés.
Avec l’humour et la liberté qu’on lui connait, l’ancien
maître de l’Ordre des Dominicains s’arrête et médite sur
les différents gestes liturgiques qui constituent le rituel du
baptême. Ce livre répondra par exemple aux questions que
se posent beaucoup de parents sur le baptême de leurs
enfants: «Chaque enfant est inconnu à sa naissance, même
pour ses parents. Nous pouvons seulement essayer de
deviner à quoi il ou elle ressemblera (…). Nous baptisons
des enfants pour que, en tant que membres du Corps
du Christ, ils puissent faire face à des défis que nous ne
pouvons anticiper et bâtir une Église que nous ne pouvons
imaginer. Nous baptisons des enfants pour qu’ils ne soient
pas comme nous.»
Après la pause de l’été, belle invitation à «plonger»… pour
vivre!
Brigitte HARDY
Tous ces livres sont bien sûr disponibles à la
Librairie Siloë
Rue des Prémontrés 40
4000 Liège
Tél 04 223 20 55
l i e g e @ s i l o e - l i b ra i r i e s . co m
www.siloe-librairies.com
Horaire:
• le lundi de 13 à 18h
• du mardi au vendredi de 10 à 18h
• le samedi de 10 à 13h.
Isabelle PARMENTIER
Grâce au dimanche
fiches pastorales
pour vivre «autrement»
le dimanche,
éd. Crer, 2012. 14,90 €
Excellent livre de théologie
pratique qui s’adresse
à tous ceux qui ont à
cœur de renouveler les
pratiques communautaires
du dimanche. Dans l’esprit
d’Ecclésia 2007, une équipe
«interservices» du diocèse
de Poitiers propose 14 fiches pédagogiques, qui s’insèrent
dans une démarche en 5 étapes, pour soutenir la créativité
des communautés qui cherchent à vivre «autrement» le
dimanche. Quelle place tient le dimanche dans la société
actuelle? Quel sens les chrétiens lui donnent-ils? Comment
avancer ensemble dans ce contexte? Ce livre nous y aidera
grandement en ce début d’année!
Brigitte HARDY
Mgr Claude DAGENS
Catholiques et présents
dans la société française
Bayard, 2012. 6,50 €.
Écrit à l’approche des
élections françaises, ce
petit livre vient à point…
même pour les Belges!
L’auteur, évêque français
bien connu, porte depuis
très longtemps le souci de la
présence des chrétiens dans
la société. Ces quelques
pages sont un vibrant appel
au discernement des chrétiens dans la période d’incertitude
que nous traversons. Lire les signes des temps, développer
sans relâche le respect de la dignité de la personne humaine
et en particulier des personnes les plus fragiles… Il faut
bien reconnaitre que, pendant longtemps, les catholiques
ont préféré prendre des engagements dans le domaine
syndical ou associatif. Aujourd’hui, n’ont-ils pas le devoir
d’apporter leur participation à la construction des sociétés
démocratiques?
Brigitte HARDY
23
Église de Liège
C U L T U R E
Quelques échos du 50 e Congrès
eucharistique international
(Dublin, 10-17 juin 2012)
Les participants des cinq continents
venus au Congrès eucharistique de
Dublin ont apprécié la gentillesse des
habitants de la capitale et des 2000
volontaires qui se sont mobilisés tout
au long de la semaine. Le symposium
théologique des 6 au 9 juin a eu pour
sujet «L’ecclésiologie de communion.
Cinquante années après l’ouverture
de Vatican II»; il s’est efforcé de poser
les bases de la communion ecclésiale
et son rapport avec la communion
eucharistique.
C’est dans l’espace de la Royal Dublin
Society que cette semaine s’est déroulée,
à commencer par la célébration
d’ouverture où l’archevêque de Dublin
D. Martin a exprimé sa gratitude aux
chrétiens venus afin de vivre un grand
moment de foi et de fraternité, mais
aussi d’encouragement à une Église
éprouvée de multiples façons. Une
pierre sur laquelle est gravée la «prière
de repentance» de l’Église d’Irlande a
été bénite le premier jour. Cette prière,
marquée par l’humilité et la solidarité
avec les nombreuses victimes, peut se
traduire comme suit: «Seigneur, nous
sommes profondément affligés pour ce
que certains d’entre nous ont fait subir à
tes enfants en les traitant si cruellement,
alors que ceux-ci avaient besoin de
soutien. Nous les avons abandonnés à la
souffrance pour toute leur vie. Ceci était
contraire à ton projet non seulement sur
eux mais aussi sur nous. Aide-nous à leur
venir en aide et guide-nous, Seigneur,
nous t’en prions. Amen».
Chacune des journées de ce «pèlerinage»
a été consacrée à la communion en
rapport avec la mission de l’Église et les
sacrements. Voici les grands axes des
différentes journées: Vocation commune
au baptême et œcuménisme; Mariage
et famille; Sacerdoce et ministères
au service de la communion; Réconciliation sacramentelle et réconciliation
au quotidien; Communion dans la
souffrance et la guérison; La communion
à l’écoute de la Parole. L’eucharistie
E T
F O I
festive de chaque jour a été au cœur des
nombreuses activités et rencontres. De
grandes catéchèses ont été proposées
en début d’après-midi à l’ensemble des
25.000 participants: des responsables
d’Église des diverses parties du monde
ont pu exposer la foi chrétienne de
manière adaptée et rejoindre les
préoccupations de chacune des journées.
Parmi ces intervenants, on peut citer un
archevêque venu d’Irak, le Fr. Aloys de
Taizé, les archevêques de Kinshasa et de
Paris, le patriarche latin de Jérusalem.
Des témoins ont aussi pris la parole
chaque jour, et plus de 150 ateliers et
groupes de réflexion ont été proposés.
Le congrès de Dublin, c’est aussi ce
que chacun des participants en a fait:
rencontres informelles et échanges,
démarches d’amitié et de partage,
paroles d’encouragement, cheminement
de foi, redécouverte des sacrements,
bref mille événements qui n’entreront
pas dans les archives mais qui cependant
construisent l’avenir de chacun et de
nos communautés.
La célébration finale à Croke Park,
véritable Statio Orbis, a rassemblé
environ 80.000 chrétiens qui ont pris
le temps de l’action de grâce et de la
supplication, ont reçu le message de
Benoît XVI sur grand écran et l’annonce
que le prochain Congrès eucharistique
aura lieu aux Philippines en 2016.
André HAQUIN,
Président de la Commission
interdiocésaine de
Pastorale liturgique (CIPL)
« “Dieu a tant aimé le monde”.
Le Concile Vatican II, une boussole pour aujourd’hui »
Cette brochure sera envoyée à tous les abonnés à Acta dans le courant septembre. «50 ans déjà – et pourtant beaucoup
d’enseignements et de perspectives de Vatican II n’ont pas encore été exploités. À nous de relire et d’appliquer les
documents conciliaires, aujourd’hui, car à travers eux l’Esprit nous aide à intérioriser ce que le Seigneur a dit (cf. Jn 16, 13).
Éditée par les trois diocèses du Jura (Saint-Claude – Belfort/Montbéliard – Besançon), elle est d’excellente qualité tant
pour son contenu qui nous introduit à l’essentiel des documents conciliaires que par sa valeur pédagogique. Elle sera
de ce fait un instrument de travail très approprié pour une étude et une réflexion en groupes dans les différents lieux
d’Église. Il y a là un trésor à découvrir» nous indique notre évêque au sujet de la brochure. Bon travail!
La brochure est en vente chez Siloë.
24
9 • 2012
I M P U L S E
U N D
I N F O R M A T I O N E N
Manderfeld nach 17 Jahren
wieder „im Dienst der Königin“
Maria als „Mutter
des guten Rates“
entdecken
Ein großes Schild weist am Dorfeingang
in Manderfeld auf die Marienfeier hin
Nachdem im vergangenen Jahr die Pilger ihre Schritte nach Born gelenkt
haben, wird Anfang September eine Pfarre im Dekanat Büllingen,
nämlich die Pfarrgemeinde St. Lambertus Manderfeld-Krewinkel nach
1976 und 1995 erneut Ausrichterin der Marienfeier sein.
Mit dem Glaubensfest „Im Dienst der Königin“ ist seit fast
sechs Jahrzehnten etwas gewachsen, was sich ungeachtet
kirchlicher und gesellschaftlicher Turbulenzen unumstößlich
in der Eifel gehalten hat. Ein Termin, der historisch
gewachsen und nicht nur in Ostbelgien beispiellos ist.
Die Ortschaft Manderfeld wird am 2. September Gastgeberin
der 57. Marienfeier „Im Dienst der Königin“ sein, zu der auch
in diesem Jahr wieder über 1000 Pilger erwartet werden.
Die 70-jährige Vorsitzende der Vereinigung „Im Dienste
der Königin“, Maria Simons aus Manderfeld, bei der seit
1987 die Fäden zusammenlaufen, feiert zudem in diesem
Jahr in ihrer Heimatpfarre das silberne „Dienstjubiläum“ als
Leiterin.
„Maria, Mutter des guten Rates“. Unter diesem Motto
stehen die Feierlichkeiten in Manderfeld. Innerhalb der
Kontaktguppe hat sich eine Liturgie-Gruppe um Marlene
Peters und Pastor Rudi Schumacher gebildet, die sich mit
dem Thema näher befasst und in Gebeten und Meditationen
in einem Pilgerheft entfaltet hat. „Die Menschheit lebt in
einer Zeit der Krise. Auch Maria hat Krisen gekannt. Sie
hat jedoch auf Gott und ihren Sohn vertraut“, erklärt Pastor
Schumacher die Wahl des diesjährigen Leitgedankens.
„Auch wir dürfen in unserer Ratlosigkeit vertrauensvoll zu
Maria gehen, deshalb nennen wir sie auch ‚Mutter vom
guten Rat‘“. Maria sei da, wenn Kinder und Jugendliche auf
Irrwegen geraten oder Menschen mutlos werden. Sie sei da,
wenn Menschen unter dem Druck und den Anforderungen
der Zeit leiden oder in Ehe und Familie in ausweglosen
Situationen. Schließlich sei sie auch da, wenn es an Liebe
und Einfühlungsvermögen im Umgang mit kranken und alten
Menschen fehlt. An den einzelnen Stationen wird das Thema
aus verschiedenen Blickwinkeln betrachtet. An der ersten
Station (Plattes) wird auf die Begegnung zwischen Maria und
Elisabeth geschaut. An der zweiten Station (Missionskreuz)
wird auf die Hochzeit zu Kana verwiesen. An der dritten
Station, dem Jugendkreuz am alten Marktplatz, blicken die
Pilger auf Maria, Mutter der Schmerzen. Den Abschluss des
Pilgerweges bildet der Hauptaltar vor dem Pfarrheim, wo
der Gedanke „Maria, Mutter der Eucharistie“ betont wird.
PROGRAMM
Die Feiern „Im Dienste der Königin“ beginnen bereits am
Freitag. Nachstehend eine Übersicht des Programms des
Marienfestes in Manderfeld.
• Freitag, 31. August: 19.30 Uhr
Abendgottesdienst mit Predigt in Manderfeld
• Samstag, 1. September: 19.30 Uhr
Abendgottesdienst mit Predigt in Krewinkel
• Sonntag, 2. September:
10.15 Uhr – Feierlicher Gottesdienst in Manderfeld,
anschließend Generalversammlung der Vereinigung „Im
Dienste der Königin“ mit Mittagessen im Pfarrheim.
14.00 Uhr – Aufstellung der Prozession am Pfarrheim,
gegenüber dem Friedhof
14.15 Uhr – Marienprozession
15.15 Uhr – Abschlussfeier mit Festansprache vor dem
Pfarrheim. Danach: Frohes Beisammensein. Bei schlechter
Witterung entfällt die Prozession und die Andacht findet
direkt in der Sporthalle, hinter dem Pfarrheim, statt.
Infos bei Horst Reiter, Krewinkel 5, 4760 Büllingen, Tel.
080/548651, E-Mail: [email protected]
Lothar KLINGES
25
Église de Liège
I M P U L S E
U N D
I N F O R M A T I O N E N
„Mir ist etwas mitgegeben worden,
was nicht verloren gegangen ist“
Unser Bischof, erster Ehrenbürger
der Gemeinde Amel
Sein Goldenes Priesterjubiläum feierte
unser Bischof am 8. Juli 2012, genau
50 Jahre nach seiner Weihe, in seiner
Heimatpfarre Amel, wo seine Wurzeln
liegen und die Menschen leben, die
dazu beigetragen haben, dass er
Priester (und Bischof) geworden ist.
Mit der Wahl des Ortes für sein
Jubiläum hat der Bischof den Menschen
in Amel nicht nur eine große Freude
bereitet, sondern auch selbst seine
tiefe Dankbarkeit für seine Berufung
ausgedrückt, die auf heimatlicher Erde
gewachsen ist.
„Unsere Pfarren feiern. Wir sind dabei!“
Dieses Motto des Pfarrverbandsfestes
ist für viele Menschen zu einer
Selbstverständlichkeit geworden.
Bereits im Vorfeld hatten sich
viele Pfarrgruppen, Vereine und
Privatpersonen bereitgefunden, ihrem
Priester Aloys Jousten mit einem
Glaubensfest ihre Dankbarkeit und
Verbundenheit zu bekunden.
Im
Rahmen
des
goldenen
Priesterjubiläums teilte Bürgermeister
Klaus Schumacher am Ende der
Lichterfeier mit, dass unser Bischof zum
ersten Ehrenbürger in der Geschichte
der Gemeinde Amel ernannt wurde.
Für den Bischof war es ein sehr
bewegender Augenblick.
Am Ende der Feier fragte sich
unser Bischof mit Blick auf sein 50.
Priesterjubiläum, wo die Zeit nur
hin ist. „Mein Wunsch war es, das
Beerdigungskultur im Wandel
51. internationales Priestertreffen
Europax
Am Montag, dem 24. September, findet ab 9.30 Uhr im Bischof Hemmerle-Haus
in Aachen das nächste internationale Priestertreffen (IPT) der Grenzbistümer
Aachen, Hasselt, Lüttich, Luxemburg und Roermond statt. Das diesjährige
Tagungsthema lautet: „Beerdigungskultur im Wandel“.
Im Laufe des Tages wird durch Informationen und Austausch das Thema aus
unterschiedlichen Blickwinkeln betrachtet. Außerdem wird die Grabeskirche
in Aachen besichtigt.
Die Tagungskosten belaufen sich auf 30 € (Mittag- und Abendessen,
Pausenkaffee einbegriffen). Nähere Informationen und Anmeldung bis
spätestens 1. September beim Vorsitzenden des IPT, Pfarrer Albert Brodel,
rue Defuisseaux 5, 4630 Soumagne, Tel. 04/3771071, e-mail: [email protected]
skynet.be, Fax: 04/3771069
An der IPT-Wiege stand Europax, eine Laienbewegung, die sich nach dem
Zweiten Weltlkrieg um eine schnelle Integration besonders der deutschen
Priester in die Gemeinschaft der Grenzbistümer bemüht hat. (kli)
26
Bischof Aloys Jousten und der
Ameler Bürgermeister Klaus Schumacher
Jubiläum in Amel zu feiern, denn von
den Wurzeln geht alles aus, hier bin
ich geprägt worden und hier hat alles
seinen Anfang genommen.“ Ihm sei
hier etwas mitgegeben worden, was
nicht verloren gegangen sei. Unser
Bischof brachte seine tiefe Freude und
seinen Glauben zum Ausdruck, von
Gott beschenkt worden zu sein. „Seit
der Taufe will Gott unser Licht sein.“
Auch sein Wahlspruch als Bischof
bringt diese Freude zum Ausdruck.
„Viele Menschen haben uns die Liebe
Gottes geschenkt und deshalb haben
wir allen Grund zum Dank.“ Er sei
sehr froh gewesen, dass sein Jubiläum
mit einem Pfarrverbandsfest gefeiert
werde, um die Christen und die Pfarren
zusammenzuführen. Und sein Wort am
Ende der sehr persönlichen Ansprache
war der Ausdruck seiner tiefen
Dankbarkeit den Menschen gegenüber:
„Ich möchte auch Euch etwas geben,
aber ich bin arm.“
Lothar KLINGES
9 • 2012
O F F I C I E L
Agenda de l’évêque: septembre 2012
2
Moresnet, 10h30
Eucharistie: clôture de la saison de
pèlerinages
Manderfeld, 14.15 Uhr Prozession Marienfeier
3
Liège, 10h
Rentrée judiciaire
Bruxelles, 17h
CIL
4
Liège, 10h
Rentrée Cour du travail
5
Rixensart
Assemblée de la SAM
6/10 Butare (Rwanda)
100e anniversaire du diocèse
12
Bruxelles, 12h
Caritas
13
Malines
Conférence épiscopale
14
Liège
Conseil épiscopal
Vottem, 19h
Eucharistie: 60e anniversaire du Calvaire
15
Banneux, 17h
Eucharistie: Triduum liégeois
17
CDF, 15h
Rencontre des équipes des Vicariats et
Services
Cathédrale, 18h
Eucharistie: fête de Saint-Lambert
18
Namur, 18h
Eucharistie: rentrée au Séminaire
19
Leuven, 15h30
Commission épiscopale
Église et service au monde
20
Liège, CDF, 9h30
Réunion des Doyens
23
Flémalle, 11h
Eucharistie: 250 e anniversaire église
St-Mathias
Cathédrale, 15h
Ordinations diaconales
24
Aachen
Rencontre Europax
Liège, 18h
Eucharistie: rentrée CDF
25
Brialmont
Conseil presbytéral
Liège, 20h
SDJ: soirée de lancement des JMJ 2013
26
Liège, 16h
Commission diaconale
27
St. Vith, 18 Uhr
Landfrauen
28
Erpent, 14h
CIPS
29
Liège, 12h30
Séminaire: bénédiction chapelle
30
Banneux, 10h
Chapelle orthodoxe
Collecte prescrite
Vorgeschriebene Kollekte
29-30 septembre:
Médias catholiques
29.-30. September:
Kirchliche Medienarbeit
Ce week-end, nous sommes invités à
réfléchir à notre usage des médias. Les
médias forgent l’opinion et ont un très
grand retentissement dans notre société
et sur chaque citoyen. Une présence
de l’Église s’avère très importante.
Soutenez-la! La collecte est destinée à
soutenir l’action de l’Église au sein des
médias: voyez la page 15!
Die Medien haben einen gewaltigen
Einfluss auf die Menschen und die
Gesellschaft. Die kirchliche Medienarbeit braucht unsere Unterstützung!
An diesem Wochenende wird eine
Kollekte gehalten zugunsten dieser
Arbeit im Bereich der Medien
(Fernsehen, Rundfunk, Presse, Film…).
Décès
M. l’abbé Jan RUTTEN, né en 1916,
ordonné à Liège en 1940, est décédé à
St-Trond le 23 juin. Il a été professeur
au Petit Séminaire St-Roch à Ferrières,
vicaire à Ste-Véronique, curé de SteMarie-Ans, curé de St-Remacle à
Liège, puis curé-doyen à St-Trond. Ses
funérailles ont été célébrées le 1 er
juillet à St-Trond.
M. l’abbé François MEESSEN est né à
Clermont-sur-Berwinne le 19 février
1936 et y a été baptisé le 21 février.
Voué au Seigneur à Leuven le 16
octobre 1955, il y a été ordonné
prêtre le 11 juillet 1960. Entré au
service du diocèse en 1971, il a
rempli successivement les fonctions
de vicaire, curé, prêtre auxiliaire, et
archiviste diocésain-adjoint. Il est
décédé à Dolhain-Limbourg le 21
mai 2012. Comme d’autres avant lui,
l’abbé François Meessen a demandé
qu’aucun éloge funèbre ne soit écrit ou
prononcé à son sujet. Il respectait ainsi
l’inscription qui se trouve au sommet
du retable qui domine l’autel central
de l’église de sa jeunesse, à Clermont:
Soli Deo honor et gloria – À Dieu seul
honneur et gloire.
M. l’abbé Léon ISTAZ est décédé le 19
juillet 2012 à Ostende. Il est né à Ans
le 16 décembre 1941 et a été ordonné
à Liège le 27 juin 1971. Ses funérailles
ont eu lieu à Ostende le 1er août.
Il a été professeur à Theux de 1971
à 1987; vicaire à Verviers SainteJulienne, Liège Saint-Vincent et Liège
Sainte-Marguerite, de 1987 à 1791; et
admis à la pension en 1991.
Glaube und Kirche
Jeden Sonntag um 8.30 Uhr und
18.30 Uhr auf BRF 2 – UKW 93,2 und
98,4 (Norden) und 104,1 (Eifel)
sowie Lüttich Stadtgebiet 91,0
27
Église de Liège
O F F I C I E L
Nominations septembre 2012
• M. l’abbé Étienne BARUSANZE, vicaire
dans l’Unité pastorale de SoumagneOlne, est nommé vicaire dans l’Unité
pastorale Notre-Dame aux portes du
Condroz.
• M. l’abbé Henri BASTIN, doyen du
doyenné de Malmedy et curé de l’Unité
pastorale de Malmedy, devient doyen
du nouveau doyenné de l’Ardenne,
intégrant les anciens doyennés de
Malmedy, Spa et Stavelot.
• M. l’abbé Albert BRODEL est déchargé
de l’Unité pastorale de Soumagne et
est nommé curé in solidum de l’Unité
pastorale de Montzen-Plombières.
• Le Père Albert BUCHET, administrateur paroissial des paroisses
de l’Assomption de la Vierge
à Plombières, de Saint-Brice à
Hombourg et de Saint-Lambert à
Sippenaeken, devient curé in solidum
avec Monsieur l’abbé Albert Brodel
de l’Unité pastorale de MontzenPlombières.
• Mme Béatrice CALIOUW est nommée
assistante paroissiale dans l’Unité
pastorale de Montegnée-Grâce.
• Le Père Laurent CAPART sj est nommé
vicaire dans l’Unité pastorale de
Saint-Martin à Liège.
• M. l’abbé Joseph COLLIGNON, curé des
paroisses des Saints Victor et Léonard
au Thier-à-Liège et de Saint-Étienne
à Vottem, devient curé in solidum
de ces paroisses ainsi que de celles
de Sainte-Foy à Liège et de SaintGeorges à Jolivet. L’ensemble de ces
paroisses constitue l’Unité pastorale
Liège-Nord.
• M. Francis DAWANT, diacre permanent,
est nommé membre de l’équipe
d’aumônerie du CHC en ses cliniques
Saint-Joseph à Liège et l’Espérance à
28
Montegnée; il est en outre en service
dans l’Unité pastorale Jean XXIII Val
de Vesdre.
cesse cette fonction et est nommé
vicaire dans cette même Unité
pastorale.
• M. Jacques DELCOUR est nommé
adjoint du doyen dans le doyenné
de l’Ardenne ; il est en outre affecté
comme diacre dans les Unités
pastorales de Theux et de NotreDame des Sources de Spa.
• Monsieur l’abbé Jean-Jacques MAUC,
vicaire dans les Unités pastorales
de Beyne-Heusay et de Fléron, est
déchargé de cette fonction et est
nommé curé de l’Unité pastorale de
Soumagne.
• Le Père Thierry DOBBELSTEIN sj est
nommé vicaire dans l’Unité pastorale
de Saint-Martin à Liège.
• M. l’abbé Épiphanie MOSONGO, prêtre
du diocèse de Mbandaka-Bikoro
(RDC), est nommé vicaire dans l’Unité
pastorale d’Aywaille-Sprimont.
• Mme Bénédicte FLORENT, épouse
KROONEN, est nommée assistante
paroissiale dans l’Unité pastorale de
Blegny.
• M. l’abbé Pierre HANNOSSET, curé de
la paroisse Saint-François à Louvainla-Neuve, cesse cette fonction et
est nommé curé de l’Unité pastorale
de Notre-Dame des Sources de
Chaudfontaine-Trooz.
• M. l’abbé Floribert KALENG KAKEZ,
curé des paroisses de Notre-Dame
à Stockay, de Sainte-Barbe à la
Mallieue, de Saint-Georges à SaintGeorges, de Saint-Léonard à Sur-lesBois et de Saint-Martin à Dommartin
cesse cette fonction et est nommé
curé des Unités pastorales de Theux
et de Notre-Dame des Sources de
Spa.
• Le Père André de L’ARBRE sj est
nommé curé de l’Unité pastorale de
Saint-Martin à Liège.
• Mme Martine LETESSON, épouse
LEWIS, est nommée assistante
paroissiale dans les Unités pastorales
de Theux et de Notre-Dame des
Sources de Spa.
• Le Père Paul MALVAUX sj, curé de
l’Unité pastorale Saint-Martin à Liège,
• Mme Marie-Louise NKÉZABÉRA,
assistante paroissiale dans l’Unité
pastorale de Montegnée-Grâce,
cesse cette fonction et est nommée
assistante paroissiale dans les
Unités pastorales d’Alleur-LoncinXhendremael et d’Awans.
• M. l’abbé Ignace NZIYOMAZE, prêtre
du diocèse de Butare (Rwanda), curé
de l’Unité pastorale de Theux, cesse
cette fonction et est nommé curé des
paroisses de Notre-Dame à Stockay,
de Sainte-Barbe à la Mallieue, de
Saint-Georges à Saint-Georges, de
Saint-Léonard à Sur-les-Bois et de
Saint-Martin à Dommartin.
• M. l’abbé Emil PIRONT, curé de l’Unité
pastorale Notre-Dame des Sources
Chaudfontaine-Trooz, cesse cette
fonction et est nommé aumônier
national de la CSC/ACV.
• M. l’abbé Denis RUNEZERWA, vicaire
dans l’Unité pastorale Emmaüs
Hoëgne & Vesdre de Pepinster, cesse
cette fonction et est nommé vicaire
pour les Unités pastorales d’AlleurLoncin-Xhendremael et d’Awans.
• M. l’abbé Benoît SADZOT est déchargé
des paroisses Saint-Étienne à Montzen,
de Saint-Hubert à Gemmenich et de
9 • 2012
O F F I C I E L
Saint-Remy à Moresnet et est nommé
curé de l’Unité pastorale d’Aubel.
• M. l’abbé Heinz SCHNEIDER est
nommé curé de l’Unité pastorale de
Herve.
• M. l’abbé Charles-André SOHIER,
doyen du doyenné de Stavelot et
curé de l’Unité pastorale de TroisPonts–Stavelot, cesse ces fonctions et
accède à la retraite.
• M. l’abbé Francis TRIBOLET, curé de
l’Unité pastorale d’Aywaille-Sprimont,
est nommé curé de l’Unité pastorale
de Trois-Ponts–Stavelot.
• M. Hubert VALKENERS, diacre
permanent, est nommé adjoint
du doyen dans le doyenné de
l’Ardenne.
• M. l’abbé Gérard TUMUSABYIMBABAZI,
prêtre du diocèse de Nyundo
(Rwanda), vicaire dans l’Unité
pastorale de Saint-Martin à Liège,
cesse cette fonction et est nommé
vicaire dans l’Unité pastorale Emmaüs
Hoëgne & Vesdre de Pepinster.
• M. l’abbé Jacques VANDENBOSCH,
doyen du doyenné de Spa et curé
de l’Unité pastorale Notre-Dame des
Sources de Spa, cesse ces fonctions
et devient prêtre auxiliaire dans
l’Unité pastorale de la Sainte-Famille
Hamoir-Ferrières.
Ernennungen
• Herrn Albert BRODEL, Pfarrer des
Pfarrverbandes Soumagne-Olne, zum
Pfarrer im Pfarrverband MontzenBleyberg
• Pfarrer Batty HACK, Pfarrer im Pfarrverband Burg-Reuland, zum Pfarrer
des Pfarrverbandes Burg-Reuland
• Herrn Walter HEYEN zum Kaplan im
Pfarrverband Amel und Hilfspriester
im Dekanat St. Vith
• Herrn Ludwig HILGER, Rektor im
Pfarrverband Reuland, zum Pfarrer im
Pfarrverband Büllingen
• Pfarrer Willy KESSEL zum Hilfspriester
im Pfarrverband Burg-Reuland
• Herrn Heinz SCHNEIDER zum Pfarrer
des Pfarrverbandes Herve-Battice
• Pfarrer Willy MARGRAFF zum
Hilfspriester im Pfarrverband Amel
und im Dekanat St. Vith
• Herrn Claude THEISS, Pfarrer im
Pfarrverband St. Vith, zum Pfarrer
des Pfarrverbandes St. Vith und zum
Dechanten von St. Vith
• Pfarrer Prof. Emil PIRONT zum
Nationalpräses
der
Christlichen
Gewerkschaft CSC/ACV
• Herrn Günter WEINAND, Hilfspriester
im Pfarrverband Kelmis-Hergenrath,
zum Pfarrer des Pfarrverbandes Amel
• Bischofsvikar Jean POHLEN, Pfarrer
im Pfarrverband St. Vith und Dechant
von St. Vith, zum Pfarrer des
Pfarrverbandes Kelmis-Hergenrath
Fabriques d’église
Location de biens ruraux – bail à ferme
En août 2005, le Collège provincial décidait de charger le
service de la Direction générale des Pouvoirs locaux, en
collaboration avec les services agricoles de la Province et le
service juridique provincial, de procéder à une actualisation
du cahier des charges pour la location de biens ruraux.
La situation est spécifique à la Province de Liège puisque
seule la Députation permanente du conseil provincial de Liège
a usé de la faculté, qui lui était reconnue dans la loi (art. 6
alinéa 3 de la loi du 4 novembre 1969 limitant les fermages),
pour élaborer un cahier des charges-type avec des critères
de détermination du choix du locataire au cas où l’offre la
plus élevée est égale ou dépasse le fermage maximum légal
(arrêté de la Députation permanente du 6 décembre 1990).
Tout en reconnaissant le bien fondé de pouvoir disposer d’un
tel document, un nombre de plus en plus grand d’utilisateurs
(fabriques d’église et communes) se plaignaient de la
difficulté d’interprétation et d’application de certains
critères et du caractère totalement désuet d’autres.
29
Église de Liège
O F F I C I E L
Un groupe de travail s’est mis à la tâche, il était composé de
représentants du Gouvernement provincial, de l’Évêché, du
Service provincial agricole et d’un délégué du Gouvernement
provincial pour les CPAS. Malgré la volonté de toutes les
parties d’aboutir à proposer un cahier des charges-type,
cela n’a pu être concrétisé.
Le Collège provincial a, en date du 31 mai 2012, abrogé
son arrêté du 6 décembre 1990 établissant le règlement
provincial déterminant les critères préférentiels et un
cahier des charges-type dans le cadre de la procédure de
location de biens ruraux.
Cette abrogation a pour conséquence que, tant les communes
que les établissements publics vont retrouver leur autonomie
pour procéder à la mise en location des biens ruraux.
Cependant, la législation sur le bail à ferme, et en
particulier l’article 18, reste d’application, de même que
la loi limitant les fermages: la soumission demeure la
procédure par laquelle il faut d’abord passer, mais l’offre
la plus élevée ne pouvant être retenue pour arrêter le choix
du preneur, il s’impose de trouver des critères de sélection
permettant de départager les offres.
PROCÉDURE EN MATIÈRE
DE BAIL À FERME
I. Obligation de procéder par soumission,
ce qui suppose:
1) Adoption d’un cahier des charges par le bureau
des marguilliers. L’article 60 du décret impérial du
30/12/1809 impose aux fabriques d’affermer et régir
leurs biens «dans la forme déterminée pour les biens
communaux». On conseille donc à chaque fabrique de
s’informer auprès de son administration communale pour
connaître les conditions dans lesquelles celle-ci met ses
biens ruraux en location.
2) Approbation par le conseil de fabrique du cahier des
charges et transmission à l’autorité diocésaine pour avis.
3) Transmission du dossier:
– au Gouverneur si le montant cumulé des locations sur
le nombre d’années est < à 10.000 €
– au Ministre des Pouvoirs locaux si le montant cumulé
des locations sur le nombre d’année est > à 10.000 €.
Composition du dossier:
1. Délibération du conseil de fabrique approuvant le
cahier des charges et sollicitant l’avis de l’Évêque.
30
2. Cahier des charges avec critères permettant de
départager les candidats + détermination du fermage
légal (revenu cadastral multiplié par le coefficient
établi par les commissions de fermages variant
suivant les zones concernées (voir EDL 1/2012).
3. Preuve que la terre est libre d’occupation.
4. Extrait de la matrice cadastrale du bien.
II. Attribution du bail à ferme
Après que la fabrique a obtenu l’approbation ou l’admission
de sa délibération adoptant le cahier des charges:
1) Publicité sur le terrain, aux valves de l’église et/ou à
la Commune avec indications précises de la parcelle, de
l’endroit où les soumissions doivent être déposées, de la
date limite du dépôt, de l’endroit où on peut se procurer
le cahier des charges.
2) Ouverture des soumissions par le bureau des marguilliers
en séance publique.
3) Détermination par le bureau des marguilliers de
l’adjudicataire en fonction des critères repris au cahier
des charges sous réserve de la décision de la tutelle
(avis de l’Évêque et tutelle générale du Gouverneur de
la Province).
4) Transmission du dossier d’attribution au Gouvernement
provincial via l’Évêché.
Composition du dossier:
1. Délibération du conseil de fabrique attribuant le bail
à ferme sous réserve de la décision de la tutelle.
2. Cahier des charges avec approbation du Ministre ou
admission du Gouverneur.
3. Matrice cadastrale du ou des biens mis en location.
4. Preuve que la mise en location a fait l’objet d’une
publicité suffisante.
5. Les soumissions accompagnées des pièces justificatives.
5) Obligation d’information par la fabrique aux candidats
non choisis avec mention de l’adjudicataire.
Isabelle LECLERCQ
Le Service des Fabriques d’église est accessible
du lundi au vendredi, de préférence de 9 à 12h:
au 04 223 42 12, par fax au 04 223 42 72
et par courriel à [email protected]
Pour une entrevue, veuillez prendre rendez-vous.
9 • 2012
D I V E R S
Autour du manuscrit
Animation à la bibliothèque du Séminaire
La bibliothèque du Séminaire de Liège est une des
plus anciennes bibliothèques de Belgique.
Reconnue «publique» par la Communauté française,
elle a, entre autres missions, de mettre sur pied
des animations pour le jeune public.
Dès septembre 2012, nous proposons une nouvelle animation intitulée Autour du manuscrit à
destination (spécialement, mais pas uniquement!)
des élèves de fin de primaire et de fin de secondaire.
Ceux-ci sont conviés à un voyage au cœur de
l’histoire du livre: découverte de manuscrits,
enluminures, colophons, antiphonaires, lettrines,
incunables, parchemins… des mots qui respirent
l’histoire du livre, des mots sur lesquels on a envie
de mettre des images et surtout, des documents
que l’on rêve de découvrir dans leur écrin.
L’animation veillera à replacer ces pratiques de scriptorium dans l’histoire
religieuse et culturelle de l’Occident: histoire du monachisme, diffusion des
savoirs et de la foi, histoire du livre.
Programme de l’activité:
L’accueil se fait avec la découverte des rayonnages de l’ancienne bibliothèque.
Quelques minutes de partage et de commentaires quant à la rareté, la valeur,
le contenu, et la conservation des ouvrages.
L’activité se poursuit dans une crypte aménagée en scriptorium. À travers
des extraits de film ou de dessin animé, le groupe peut prendre la parole,
commenter les passages vus, développer et approfondir les sujets abordés.
Tout une série de supports permettent d’illustrer de manière concrète ce qui
est donné à voir dans le DVD (ex.: toucher du parchemin, d’un papyrus…).
Ensuite les participants se retrouvent face à d’authentiques manuscrits de
plusieurs époques, parfois très anciens et dont le contenu ou la valeur
artistique est exceptionnelle.
Nous terminons sur un atelier pratique invitant à s’imprégner du métier
de copiste. On découvre la recette de l’encre, s’essaie à la confection des
couleurs, se concentre sur des portées de calligraphie à la plume d’oie pour
enfin réaliser un travail complet et fini selon des méthodes millénaires.
L’imprimerie peut aussi être envisagée de manière succincte ou approfondie.
Durée: au minimum 2h (en 1 ou 2 séances). Groupes de 15 à 30 personnes.
Prix: 1,50 € / élève (sans le dossier pédagogique pour le professeur) ou 2,50 €
(avec le dossier).
Yves CHARLIER
Directeur de la Bibliothèque
Contact et réservation:
Bibliothèque du Séminaire – Rue des Prémontrés 40 – 4000 Liège
[email protected] – 04/220 53 62 de 9h à 18h.
Mention
légale
Vos communiqués
pour
lesillustrations
documents
et vos
émanant d’une ASBL
N’oubliez pas que les textes et
leurs illustrations doivent rentrer
Tous
les documents
d’ASBL
au plus
tard le lundiémanant
24 septembre
mentionnent:
la
dénomination
pour le numéro de novembre 2012de
l’association
suivie
au Service deprécédée
Presse et ou
de Communi cation du diocèse
de «AssoLiège
immédiatement
des mots
([email protected]).
ciation
sans but lucratif» ou du
sigle «ASBL» ainsi que le siège de
l’association.
http://www.diocesedeliege.be
Si l’association a fait l’objet d’une
ÉGLISE DE
90e année
décision
de LIÈGE
dissolution, les documents
mentionnent
la dénomination
sociale
RÉDACTEUR EN
CHEF
Anne-Élisabeth
NÈVE
précédée ou suivie immédiatement
d’«Association
sans but lucratif en
COMITÉ DE RÉDACTION
Alphonse BORRAS
liquidation»
ou du sigle et des mots
ThierryenDEliquidation».
GYNS
«ASBL
Lothar KLINGES
Isabelle LECLERCQ
Tous
les documents
rédigés par
Anne-Marie
LIMME
Laurence
PLUMIER aux tiers doivent
l’ASBL
et transmis
Ralph SCHMEDER
reprendre
ces mentions légales (par
Dominique SERVAIS
exemple: tous les actes, factures,
Michel TEHEUX
annonces,
publications, courriers,
Marcel VILLERS
fax,
cartes
de
Lambert WERS visite, e-mail, procès
verbaux,
contrats, …)
COLLABORATEURS
Dieudonné COENEGRACHTS
Marylène LAFFINEUR-CRÉPIN
Gilbert MUYTJENS
Sanction
du défaut
– ADMINISTRATION
deRÉDACTION
ces mentions
Service de Presse et de Communication
rue de l’Évêché 10, 4000 Liège
Toute
personne qui intervient pour
Tél. 04 223 15 26 – Fax 04 223 21 18
une
ASBL
un document, visé
Rédaction:dans
[email protected]
par
la loi où l’une
de ces mentions
Administration:
[email protected]
neABONNEMENTS
figure pas, peut être déclarée
personnellement
responsable
de
• 11 numéros (ne paraît
pas en août)
• ordinaire:
30 €
tout
ou partie des engagements
qui
• depris
soutien:
50 €
sont
par l’association.
• pour l’étranger: 35 €
Par virement sur le compte
Il BE33
s’agit1960
d’une
1105faculté
7146 dont le juge
(BIC:usage
CREGBEBB)
du Bureau
diocésain.
fera
en tenant
compte
des
circonstances;
ISSN: 0770-6243la sanction n’est
donc pas automatique. Le juge aura
MISE EN PAGE ET IMPRESSION
égard
KLIEMOà – cet
Hütteeffet
53 – de
4700savoir
Eupen si le
tiers
a été
l’identité
du
Tél. 087
59 trompé
50 00 – sur
Fax 087
55 57 81
E-mail: [email protected]
31
9 • 2012
PRIÈRE - GEBET
Ô Dieu Sauveur - Gebet zum heiligen Vinzenz von Paul
2
NOTRE ÉVÊQUE NOUS PARLE – UNSER BISCHOF SPRICHT ZU UNS
Oser repartir! – Den Aufbruch wagen!
3
AU FIL DU TEMPS
La Croix glorieuse
6
SUR LE TERRAIN
Ordinations diaconales
7
PERSPECTIVES
«Visitation» des Unités pastorales
8
UN SAINT POUR LE MOIS
Saint Vincent de Paul
9
DOSSIER
Les conférences de Saint-Vincent de Paul dans notre diocèse
10
PRÊTRES FIDEI DONUM
L’abbé Jean-Marie Boxus au Guatemala
16
CULTURE ET FOI
Dimanche des Médias catholiques
15
L’évangile de tout son corps – Conférences sur Vatican II – Nous sommes ton Église
18
Rentrée au Centre diocésain de Formation
19
IPT Europax – 60 ans du Calvaire de Vottem – «Missio» – Invitation à la Saint-Lambert
20
Retraite sacerdotale – Grandes conférences de Herve
21
Nous avons lu pour vous
22
Coups de cœur de rentrée
23
Échos du congrès eucharistique – Brochure sur Vatican II
24
IMPULSE UND INFORMATIONEN
Manderfeld nach 17 Jahren wieder „im Dienst der Königin“
25
Unser Bischof zum Ehrenbürger der Gemeinde Amel ernannt
26
51. Internationales Priestertreffen Europax
26
OFFICIEL
Agenda – Collecte – Décès
27
Nominations
28
Fabriques d’église
29
DIVERS
Animations à la bibliothèque du Séminaire
31