paraissant tous les samedis - Site en travaux, le week

Comments

Transcription

paraissant tous les samedis - Site en travaux, le week
Samedi,
1 « Décembre
188sN
UN
N i a zo bepred Bretounet,
B r e t o u n e t tud k a l e t !
ON
S'ABONNE
Ah ! perac paourkeazez poitrinaire.
Beza eat du-ze d'ober la guerre.'
welloc'h oa deoc'h beza choumet er gœr,
ta klasket medisin: et c'était moins cher.'
Piou ar paourkeazez poitrinaire?
Ar Republik.
Da beleac'h eo eat d'ober la guerre ?
D'ann Tonkin ( 2 5 0 0 leo !)
9
E peleac'h oa evit-hi ar geer ?
Er Monarchi (koz ha nevez.)
Piou eo ar medisin ?
Ar Roue (Philippe V U , abaoue maro
erry V . )
Mœz, siouas! poitrinaire peurvuia he
eus bep seurt faltazi, ha muioc'h re fall
gel re vad.
Faltazi ar Republik, hi poitrinaire dilolo he eskern, digiged he c'hroc'henn,
[lemmuz he alan ha
Treusteuliek he zroad
Evel killorou eun alar koad
A ugent vloaz oad,
|iltazi ar Republik a zo bet ober brezell,
Brezell en Tonkin.
Oc'h ar Chin,
En tu all d'ar C'hochinchin.
Hervez ar c'helou diveza, ar faltazi-ze
gomans beza eur gwall dra evit ar
aourkeazez poitrinaire.
Dajgenta oa en Tonkin 1,500 den : peara da jomm trankil.
Goude zo bet kasset 1,500 all : c'hoari.
Daou viz-zo zo bet kasset 4 , 5 0 0 : ar
#:^jc'h a goumanao.
1 Brema emear o vont da gass 5 , 4 0 0 hag
nr jeneral division (MillotJ : ne ket eur
[wall dra e teu da veza ar faltazi?
Ia, eur gwall dra e teu da veza : bre»11 zo diskleriet deomp gant ar Chin
eur vro a 350 millioun a dud da viana.)
Ar Chin, sur, am' eus dija lavaret, a
:o gwall bounner he c'hof ha lent da
liblass.
Maez coulscoude ! 350 millioun a dud!
Jag hi taost ha nin pell 1...
I A r Republik, o komans he biezell en
•Tonkin, na c'houie ket pelra oa ann
pfer-ze.
N'he deus ket preparet mad ar breJell-ze.
N'he deus great c'hoas eno nemet gla»ussat dour.
Faltazi terziennek ar baourkeazez poit-inairc a hello kousta ker deomp en
Jrc'hant hag e goad.
COAT-HALEK.
К EL EIER A R Z I Z I X
( n i V A R
XU. )
FRANC
Senad.— Waldeck-Rousseau, ministr
fcin intérieur, en deus lakeat var ann daol
lezenn nevez divar-benn ann associatioЩои.
Ma ia al lezenn-ze da benn, ar Gongreptionou relijiuz ho devezo oll poan о
ИсЪег.
Rae, evit kenderc'hell, e rankint caout
yotre ar Gambr. Sonjit : eur Gambr dibafet e mesk ar franc-maçouned sentussa
pus ann diaoul !
— A r Senad en deus d'he dro votet ar
•"hon ven tionou gant ann hentchou-houarn.
Ar Gambr. — Pasket, dibasket ha disbnket he deus, en eunn taol-count, eul
ezennik bilimuz ha diz-honest
Evit serra dor ar Gambr, A . eskop Anp r s a zispleg dezho, gant kernen t a
Ш houiziegez hag a nerz, gwirioneziou ken
toaniuz dezho da glevet, er franc-maçouPBd lach ha vil ho deus decidet na vezo
uni pennetet beza Eskop ha députe as«mblez.
Ann dra-ze a zell ive onzomp-ni Leonis.
iosz n'ho deus ket c'hoas ar francnaçouned bourre t deomp-ni ho c'habest !
— Oc'h ober ar budget, ar Gambr,
•onlzet, egiz beb bloaz, gant Jul Roche ha
пш! Bert, he deus rabotet c'hoek ar
budget de* cultes.
Eun taol rabod en deus tennet 30 mil
гот da arc'hescop Paris.
... .
Eun taol rabod all en deus touzet ar 400
mm
1
D o u e hag- a r
ABONNEMENTS
Brest, Finistère, Côtes-du-Nord, Morbihan. . .
Départements
Colonne» d'annoot-ss
UlitMl
lOoaal
Colonnes Intérieures
SO OUI
LeaBureauxsonlouvprtedetOheuresdumatln Ii heures du soir.
mil lur, lakeat a ziagent evit soutenn d'ar
seminœriou.
« A r seminaristcd, eme ar francmaçouned eus ar Gambr, n'int ket savete
fœsoun da veza divezatoe'h beleienn republiken. »
Var ann digarez-ze eo ho deus laëret ar
seminœriou, bet ho danvez oli kemeret
gwech-all gant ar gouarnamant.
Kureed Franc oli ho deus bet chanç :
varnet eun draïk, ho 4 5 0 lur oil oa en
traon.
— Divar-ben budget al Légion-d'honneur, ann A . Villiers en deus dizoloet
troiou-truch ar gouarnamant, na ro kasi
mui ar c'hroaziou-henor nemet da republikaned.
— Dilun 2(3 e z'eus bet daou ziskours
bras divar-ben ann dispignou jeneral,
hirri Ribot, rapporter jeneral ar budjet er
bloas passeed, hag liini Bouvier, rapporter
jeneral er bla-ma.
Ribot, republikan, mœz den gwiziek
meurbed var draou ar finanç, a lavar n'eus
ket da glemm eus stad finançou ar Franc,
Mœz e zor koulscoude cals re ardix. da
voti ato dispignou nevez, dreistoll evitar
skoliou (da 135 million e sav brema budget ann instruction publique.)
Ï Ma savfe eur brezell, evel ma c'hell
« sevel e stad ma ema ann Europ, eme
« ann A . Ribot, e ve danjer evit hor
« finanç. »
Banqueroute, en effet, he!fe dont, pe
da viana ditezamant ha beac'h. Sonjit e
gwirionez 1 caout eur brezell vraz, he
c'hell marteze, gant 2 6 pe 2 7 milliard a
c'hle dija, ha gant passe 3 milliard a zispign ar bloaz, ha zoken 4 milliard gant
dispign ann deparlamantchou hag ar
c'homuniou ! Brezell 1 8 7 0 - 7 1 he deus
koustet deomp, en arc'hant ebken, 1 0 pe
1 2 milliard.
Ar republikaned, m'eus douet, na raint
ket cals a skouarn da guzuliou fur ann
A. Ribot.
Ferry dreisl oli na brotant ket e ve diminuet dez-han netra eus ar pez a c'houlenn evit he skolioudigristen : he 135 millioun a faot dez-han evit 1884.
K E M P E R . — A r préfet Gragnon a zo
hanvet abaoue deac'henl, 2 8 , sekretourjeneral gant Camescasse, e Paris.
Pebeuz dizamm evit ar Finister ! Dizamm eur c'hanaill. Gragnon, egiz préfet,
oa eur guir c'hanaill.
Reboul, préfet ann Indre, a deu d'ar
Finister.
TONKIN,
Vardro ann 20 a viz du, kear HaîDzuong, dija kemeret ganeomp, a zo bet
altaket gant ar Chinoad.
Eus ar 160 soudard hon doa eno, euz
bet unann bennac lazet ha 1 8 pe 2 0 gouliet. Kear zo chomet deomp coulscoude.
A r Chin he deus diskleriet, pegwir na
gui ket ar Franc, e raio brezel deomp.
Brema, coulscoude. n'hellomp ket kuli,
anez dilezel da eur maro sur krislenienn
ann Tonkin hag ar missionerienn, hag
anez ko il hon enor.
EGYPT
Arme ann Egypt, eat da vrezelli er
Soudan, e kreiz ann Afrik, dindan eur
jeneral Saoz (Hicks), a zo bet, var-dro
hanter ar miz- ma , anean tisse t oil
(10,000 den) en eur goumbat,
Aг
3 fr.
-4
Roue !
ANNONCES
I AN.
•;ut ee qnl concerne la rédaction et l'Administration du
Jonrnal, doit être adressé franc de port, au PropriétaireGérant, rae Kléber. 11.
Brest, 3 » a viz Du 1883.
CENTIMES.
P A R A I S S A N T T O U S L E S SAMEDIS
k Brest, au Bureau de l'Administration du Journal J
rue Kléber, 11.
D'
ve
N* : 5
Skoliou
a
c'hîz
POLITIK.
nevez
Ann holl a lavar eo fall ar skoliou a rear
brema : n'euz fors; mont a reont enn dro
ha mont a raint keit ha ma padoP. Bert,
Ferry hag ar franmasounet all.
Pell e zaint c'hoas ?
Perak ne daffent ket? A r Frans a zo
eur vro hanter-vrein, hanter-gollet. N e
rear mui netra enn-hi nemet ober brezel
d'ar relijion ha dispign arc'hant ann dud
a-dreuz hag a-hed.
PoRT-Locis. — Eunn toer, L e Gallo
a rear anez-han, a rank awechou mont
pell diodz ar gear evit gounit bara dez-han
ha d'he vugale.
He brjed a gouez klanv.
Petra-T^ann den keaz-ze ? Derc'hel he
vab hena er gear, e leac'h he gas d'ar
skol, evit entont ouz he vamm.
Ann tad a zo galvet dirag ar gommission-skol; lavaret a ra perag en deuz
dalc.'het he vab er gear.
— Digareziou fall, eme ar republikanel.
Ann tad keaz a zo kondaonet d'ober
eunn dervez prisoun I
Ann dra-ma a ioa e miz gouere.
Epad tri miz, grik ebet.
D'ar 2 7 a viz here, daou archer a deu
da zifrarama anez-han euz he di, gwasket
eo he zaouarn ha kaset eo d'ar prizoun
etre ann daou archer.
Stlapet eo er prizoun, e kichenn eur
muntrer, e kichenn Jan, muntrer Langwidik !
Setu aze al lezennou nevez great gant
ar franmasounet dizoue ha digristen.
Enn eur vro c'houez, etouez ar baianet
ne vez ket guelet traou mezus evelse.
Evit gwelet moc'herez evelse eo red
dont e bro Frans, enn amzerar Republik.
Ar Republik a gaso ac'hanomp evel
chatal.
Evelato, gant aoun da veza tapet. bezomp fur, votomp atao evit republikanet
ha kriomp betek raouli :
V I V E PTJBLIIIIIIK I
Eni Lezenn nevez таг ann
Republikanet ar Gambr a zo lakeat
nec'het gant ann Aoutrou n'Eskop Freppel
Hen-ma a lorgn varn-ho hag a stank
ho bek dez-ho ken aliez ha bemdez.
Brema ema-int o farda eul lezenn ne­
vez, eul lezenn espres evit kas anez-han
er meaz euz ar G8mbr :
« N e c'heller ket. emez-ho, beza Eskop
ha depute assamblez ! » hag int republi­
kanet a zo depute, ministr, mear, konseillour, etc., etc., assamblez !
Oh ! mez ann dud ! Levenez a r moc'h
K o u ë r ac ar R e p a b i i k
Eus ar bloaz 1827 betec 1878, da laret eo
e daou vloaz ac anterkant, eus deut e
Frans 9 4 million poezellat ed eus ar broiou
all. Adalec 1879 betec 1883, da laret eo e
pemp bloas, eus deut 1 1 0 million poezel­
lat. Muioc'h e pemp bloas eget e 5 2 vloaz !
Penaus ne ve ket paour kouer e Frans ?
(Caseten l'Univers.)
Ervez an A . Pouyer-Quertier, senatour
evit Bouen, ez eus e departamant l'Aisne,
147 tieges eb tud d'o labourât, a 123 lie­
ges all differm. Republikou evel ouma a
rivino ar vro. Gouskoude var ar meas e
kaver tud a du ganlhi; gant ma vint mear
pe adjoint, pe gonseillour, ne reont fors
penaus e zal an traou.
Pegement a dal hirió un tieges da fermi? Douar a douar a z o ; mez deomp
d'oc'h ar priz guerza. Ann arc'hant plasel
a ro hirió var dro 3 dre 1 0 0 . Neb a bren
douar gant he arc'hant, mar tenu vardro
2 dre 100 anezo, aso aoualc'h. Rac-se, un
devez arat a goustfe mil lur, so fermet
aoualc'h 2 0 lur ; un tieges a 20 devez arat
a goustfe 20 mil lur, so e bris ferm hirió
400 lur. Nebeud eo, a laro Iod. Mes pe­
rac ne laront ket d'ar Republik kass guelloc'h ar c'homers en dro, a diminuí ar
c'honlributionou. V a r ar meas eus ear
vad, mes n'hellont ket beva gant an
ear-se.
DODE A R M E S T R
Ar c'hatekiz a lavar e z'eo Done kroner
an En hag an douar, hag eo mestr var
gement tra zo.
Souezus e ve ma ve g w i r ar pez a lavar
ar Republikanet : Doue, emezho, n'hen
deuz netra da welet er bed-man, ispisial
er politik.
Chechin-ta ! daoust ha penaos ? Mez
Doue ar mestr.
Mestrawalac'h, eme ar Republik; ar
mestr eo ar Republik.
Holla ! holla ! hounnez ar vestrez, mez
n'eo ked ar mestr.
Ha penaos ? ar glaouaer zo mestr en
he d i ; hag an Aoutrou Doue ne ve ked
mestr var an douar? Goulskoude, mechans, mar d'co he di d'ar glaouaer, da
biou eo an En hag an douar, nemet da
Zoue.
Ha mar d'eo ar glaouaer mestr en he
di, abalamour m eo dezhan he lochen, penaos-ta ne ve ked Doue mestr var an
douar, pe gwir eo dezhan an douar ?
Da viana, eme ar Republik, mar deo
mestr, ne ziskuez ked beza, pe g w i r he
lez ac'hanomp-ni da ober her reuz.
Ar ganaillez 1 klevit anezho. Anzao a
reont int enebourien da Zoue.
N'ho deuz mez ebet o wal goums euz
he ano santel.
Ouspen-ze ar republikanet a zerro ktöz
ho daoulagad atao pa welint dourn Doue
en tu bennag.
Doue ne zoursi ked gant ar politik, ha
n'hen deuz netra da velet eno.
Tardit eur momedik mar plij, kribelgillok I
Sounj ho peuz breman e z'euz eun ncbeut blavesiou, e z'oa eun den iaouank, a
gounted varnezhan evid ho tiskar, hag
a grenae'h gand aoun razhan ? Napo­
leon I V .
Skubet e bet en he 2 0 vloas pe var dro.
Skubet gant piou?
Ganl ar mestr.
Eun all a ioa a ze maro n'euz ked pell,
hag da hennez kement den mad ha krfeten a zo hen deuz bet keuz braz : arRoue kristen Herri V en devoa tremeaet
he 6 0 vloas, mez" a- ioa kren c'hoaz ; hagouskoude e bet skubet.
Gant piou ?
Gant ar mestr.
Eun all, hennez oa ho mignoan, ho
Toue, abalamour m'hen devoa diskleriet
brezel da Zoue. A r Gambetta, mean fount
ho Republik, agreiz m'edo o pourchas
rei deoc'h eur c'hovat plijadur dre lezen­
nou digristen a aoze, a zo bet digofiet gand
eur c'hoezaden!
Er memez tra evel eur pez soroc'hel e
z'eo bed awalac'h eun taolik adoz evid hen
dic'hoeza hag her plada.
E kreiz he vrud e d o ; vardro 40 vloaz I
Skubet e bet... gand urs piou?
Urs ar mestr.
Ia! i a ! paotred r u z ! kaer ho pevezo,
Doue ar mestr.
Abalamour da-ze, hag evid hen digas
da sounj deomp-ni kouls a deoe'h-hu eo
hen deuz lernet diganeomp ar re, da viana
ann hini a fisiemp varnezhan da rei d'hor
bro peoc'h hag eurusted.
Mez choum a ra ganthan tud awoalc'h
var an douar da ober h e labour evel ma
sounjo; hag a dra-zur, kaer ho pevezo
fringal.bransugellat ha pilgammat, lamet
a renkoz'h a ben ar fin er bail
Saio
deoc'h ne guesfae'h ked er bilik da ober
tri laden!
N'her souetan ked deoc'h.
KRISTBS.
ABADENN SANT-AJLAR
(Eil
pennod.)
Kenta tro ma oue lakeat dirag daoulagad ann Aoutrou persoun ann dispignou
merket ha sinet evit servi eh ann Diz, eo
chommel souezet-maro о welet pegement
a zispignet enn eur barrez vihan evel
Sant-Alar.
Setu ama pelra a ioa merket :
Bara-kan,201ur; koar ha gonion,2501.;
eol-devi evitkleuzeurarZakramant(meulet ra vezo ! ) , 60 1. ; ezans, 10 1. ; glaou,
51. (ugent real) ; kaner, 40 lur ; gwiriou
ha kargou etre ugent real ha tregont lur,
da lavaret eo 15 lur bep bloaz, ann eä dre
egile.
Ann Aoutrou persoun en deuz taolel
evez, konntet ann holl dispignou ha da
benn eur frappad amzer eo deuet da c*houzout ne zispignet, e gwirionez, bep bloaz, ,
evit ann iüz, nemet kernent-ma :
Bara-kan, 5 lur pe ugent real ; koar ha
gonion, 401. ; eol-devi evit kleuzeur ann
iliz (lampe du sanctuaire), 281. ; ezans,
2 lur (eiz real) ; evit ar glaou, ar c'haner.
ar gwiriou, aetra.
'-.
:—-
_
!ШЦШШШШШ>!
üiflffl
.<...........
illllllilllmlll'li
лил.
1......
LE COUBBTEü OU FINISTEhft.
Ann Aoutrou persoun a ro euz he c'hcdel ugent real er bloaz d'he blac'h evit
preña glaou.
Ar c'haner a zo pinvidik ha n'en deuz
morsa touchet liara ebet ; mestr a r g w i riou (percepteur des contributions) netra
keu nebeut : in'he deuz fablik Sant-Alar
eunn lamtnik danvez, a n a ann danvez-ze
enn eur barrez all hag ann tiek en deuz
îennet ann douar eo a bae ar gwiriou,
neket fablik Sant-Alar eo.
Ënn eur lakaat ann daou zournad arc'hanl ann eil dirag egile e vezo gwelet
ar c'hounidegez great var ann dispignou,
bep bloaz, abalamour m'eo bet ann Aoutrou persoun evesiant, piz ha kempenn
var draou ann iliz :
Arc'bant dl zispign Archant dispign.
Koar ha g o u l o u . .
Eol-devi
Glaou
20 lur.
250 —
60 —
10 —
5 —
40 —
15 —
5
40
28
2
0
0
0
400
75
lur.
—
—
—
—
—
—
E leac'h dispign 400 lur evit ann iliz,
ann Aoutrou persoun ne zispign nemet
pemzek lur ha iri-ugent (75 lur) ; chomm
a r a età,bep bloaz,3251. gounidegezsklear
evit a r fablik.
E r bloaveziou tremcnet, kefou bihan
ann iliz a gavet enn-ho, о kounta ann eil
bloaz dre egile, var-dro 60 lur. E r bloaz
tremenet, 1882, ann Autrou persoun en
deuz gallet tostaat gwelloc'h euz a r o'hefou hag en deuz kavet enn-ho tri lur nao
ugent (183 lur) evit 1882. Kentoc'h ann
tenzorier h a g a r presidant a vije atao ho
unan о c'houlloui ar c'hefou.
Setu aze eunn tammik kemm, ha neket ?
Gounidegez adarre evit ann iliz : tri lur
ha c'hueac'h ugent (123 lur) !
Ann 123 lur-zo lakeat var ann 325 lur
all merket a-ze a-ziarog a ra pevar c'hant
a eiz lur ha daou-ugent gounidegez bep
bloaz evit a r fablik (448 lur)
Piou a r a a r c'hounidegez-ze evit ann
iliz?
Ann holler goar : ann Aoutrou persoun.
Mad ! kredit pe ne gredit, a r vad-ze a
ra d'he iliz-parrez eo a r penn-kaoz euz ar
rendaci, euz a r vrezel a ra dez-han ar
fabliket, daou pe uri bloaz 'zo, ar vad-ze
a zo kiriek euz a r velkoni, euz ann ankenn
h a g ann dristidigez en deuz en he gozni.
Kement-se a vezo gwelet sklear bremasoudenn.
Ann Aoutrou persoun о c'houzoul e rea
448 lur gounidegez bep bloaz evit a r
fablik a zonje d 3 z - h a n e vijent chommet
ha kavet enn tenzor pegef adri alc'houez.
Dont a ra ar fabliket d'ar presbital
d'ober a r c'hountchou, da viz ebrei, er
bloaz 1881.
Ann Aoutrou persoun a zo v a r evez :
ober a ra lenn ar paperiou, ar skridou,
kounta a n n arc'hant, etc., h a d a benn
eunn nebeut e chomm saouzanet holl,
mantret, sabatuet о welet e vanke var-dro
mil lur (1,000 lur) er c'hef a dri alc'houez.
Neuze, neket souez, ann Aoutrou persoun
a zavas h e vouez : « Ne c'hell ket ann
traou m o n t e n n hent-ma..., petra eo deuet
a n n arc'hant-ze da veza ? Red eo kaout
a r p e z a vank ama... G'houi eo a douch,
a gount, a grabanat ann arc'hant... »
— Aoutrou persoun, e m e a r fabliket,
en em fazia a rit. Kredit ac'hanomp, mad
ec'h en em gav a r gount.
— Nann, nann, eme ann Aoutrou per­
soun, gwelet a ranker...
— Aoutrou personn, eme a r fabliket,
n'en em emeiiit ket euz hon afferiou ; ni a
zo fabliket kerkouls ha c'houi h a g a c'hoar
ober hon labour,' lezit ac'hanomp, n'en era
emellit ket euz hon afferiou « ma felldeoch
beva e peodh ganeomp » (sic).
Ann Aoutrou persoun enn deiz-ze hag
enn derveziou varlerc'h a ioa diez he
benn.
Neket souez.
Awechon e zonje mont da Gemper evit
rei da anaout dioc'h-tu d'ann Aoutrou
n'Eskop h a d'ami Aoutrou Prefet ann
traou k ä m m a gave dez-han a reat ann he
barrez. Awechou ali e sonje enn-han he
unan : « U n a n bennag a zo dievez m a r teze, aoun a vezo brema, klasket e vezo
ann arc'hant h a donetuz e vezo rentet
araok nebeut da vihana, araog a r bloaz a
zen. Gwelloc'h eo gedal c'hoaz chomm
didrouz, didrabas ; red eo beza s o r , surtre araoc tamall ann dud. »
Nec'het-maro oa a r paourkeaz Aoutrou
persoun koz.
Berr, gortoz a rcas betek mia g e n ­
der 1882.
Kaer en deuz bet gedal, n'en deuz gounezet netra evel ema-oumpo vont da welet.
Neket d'ar znl kenta euz a viz genver
1882, mez d'ann 13 euz a r miz-ze eo e
tea a r fabliket assamblez d'ar presbital.
Gwelomp a r c'hountchou.
Ar c'hountchou a zo great таг baper
h a g a r fabliket a lavar n'euz ket izomm
da gounta ann arc'hant I
Atao a r a e m e s e b o a r i .
Red eo kounta, eme ann Aoutrou per­
soun.
— N a n n ! d'ober petra 7 eme a n n tenzo­
r i e r ; m e a s o chommet ra alc'houez er
gear (unan euz a alc'houeziou a r c'hef a
dri alc'houez a zo être daouarn ann tenzorier, eunn all être daouarn ann Aoutrou
persoun, a n n trede être daouarn presidant ar fablik : al lezenn eo).
— It d'he gerc'hat, eme ann Aoutrou
persoun.
Mont a ra, h a g eur weach dislro e kount
v a r ann daol daou c'hant tri lur h a tregont (233 lur), deuet gant-han assamblez
gant ann alc'houez... (!).
Ann 233 l u r a zo lakeat e r c'hef-braz.
Digeri a rear ar c'hef ha kounta a rear
ann arc'hant.
Daou c'hant lur, da nebeuta, a vank
c'hoaz er c'hef!
O welet kement-se,ann Aoutrou persoun
a zavas enn he zav hag a lavaras :
c Ne fell kel d'in pelloc'h chomm enn
eur c'honseil fablik evel hen-ma na kaout
affer, dreist-holl, euz eunn tenzorier hag
eur presidant evel a zo ama. »
Ha kerkent ann Aoutrou persoun mont
er meaz euz ann ti.
Enn e u r o b e r eunn nebeut troioirjardin
eteuaz, douetuz, arzonj-maenn he speret :
Gwelloc'h e vije bet d'in ober ann taol-ma
kenloc'h.
Prestik ann Aoutrou persoun a deu
enn distro d'ar presbital : e u r g e r bennag
a zo adarre etrez-ban h a g ar fabliket,
alc'houeza a rear ar c'hof braz, ha pep
hini dao kuit mar gouie.
Ann Aoutrou persoun a jommas kaier
a r fablik (cahier des délibérations du
conseil de fabrique) être he zaouarn.
Enn eur ober eur bern sonjou, ec'h en
em gavas dazigeri ha dafurcha ar c'haier,
ha setu hen o chomm souezet-maro. sabatuet o welettri villcd a 501ur erc'haier.
Daoust petra 'zinifî ann d r a m a ? eme
ann Aoutrou Pouliquen.
Daoust piou en deuz lakeat a r re-ma
ama 7 Daoust perag int l a k e a t ?
Brema eo poent skrabat : poent eo en
zonjal.
N'oue ket lezet pell amzer gant-han
d'en em zonjal.
P e m p pe c'hueac'h dervez goude o teu
kelou d'ann Aoutrou persoun eo en em
gavet e bourg Sant-Alar, archerien Daoulas, galvet gant ar fabliket. Lavaret a rear
dez-han e zeuz sonj da lakaat anez-han
da veza laer h a d'he gas d'ar prisoun.
Eur pennad ail disadorn.
«sM*IHe>
I
CHRONIQUE LOCALE
AVIS
A NOS
ABONNÉS
Nous prions nos abonnés de se bien
rappeler la date de leur abonnement et
de se r é a b o n n e r a temps s'ils veulent éviter toute interruption dans l'envoi du
journal.
Nous avons l'habitude d'indiquer, trois
semaines d'avance, sur la bande même
du journal, la date précise de l'expiration
de l'abonnement.
MUTATIONS DANS LI CHR#E 6» BIOOWI
M. Fily, vicaire de Querrien, est nommé recteur de Laz, en remplacement de
M. Lehir, décédé.
M. Goraguer, jeune prêtre, est nommé
vicaire de Querrien.
A Douarnenez, une domestique ayant
soustrait, pendant l'absence de son maître,
un billet de mille fr. dans un sac contenant 3,000 fr. de valeurs, a essayé de se
donner la mort et s'est fait d'horribles
blessures. Son état n'est pas désespéré.
La malheureuse a été arrêtée. La somme
volée a été, d'ailleurs, retrouvée presque
intacte.
UN NOUVEL IMPÔT. — On lit dans le
Temps :
a En présence de l'extension de la fabrication des vins de raisins secs, le ministre a déposé aujourd'hui un projet de
loi tendant à imposer les fruits secs d e s tinés à cet usage.
> Ces fruits seront taxés dans les villes
et communes sujettes à des taxes locales,
au profit du Trésor, à raison de cent k i logrammes de fruits pour trois hectolitres
de vin. »
L e s pauvres et les ouvriers qui ne peuvent se donner le luxe d'acheter du vin et
du cidre, fabriquent avec des fruits secs
une boisson saine, rafraîchissante et peu
coûteuse.
E n m e t t a n t une taxe sur les fruits secs
le gouvernement impose uniquement les
petits ménages et vient augmenter les
charges si lourdes qui pèsent sur eux.
C'est ainsi que nos habiles et tendres
législateurs prennent les intérêts des pauvres gens.
On ne sait plus où dénicher des matièr e s imposables. Dam ! ces messieurs gaspillent si bien notre argent.
Un malin que ce chasseur de Lambert
qui, en juin dernier, avait pris à la main,
au village de Kerguan, quatre petits louveteaux. Il en présenta trois a u maire,
ui les fit abattre, et lui fil verser la prime
e 40 fr., soit 120 fr. pour les trois. Le
quatrième étant plus fort, il le garda chez
lui et l'engraissa; ces j o u r s derniers il alla
le porter au maire de Lanrivoaré en réclamant la prime pour destruction d'un
loup, en raison du poids de l'animal, soit
100 fr. a toucher. La loi dit : Est considéré comme louveteau l'animal dont lo
poids est inférieur à 8 kil. Il parait donc
tout simple d'engraisser convenablement
un louveteau pendant quelque temps
pour toucher une prime de 100 fr. au lieu
de 40. Malheureusement le règlement a
prévu le cas, et notro homme, dont la
supercherie a été découverte, en sera pour
ses frais d'élevage.
3
ARZANO. — Mort d'un porc enragé. —
Rien de plus curieux q u i l'histoire de ce
porc. Il était déjà suffis imment dodu etson propriétaire l'esûmait valoir tout prés
de 30 «eus. Tout à coup, un beau jour,—
c'était le 10 octobre dernier, — il se pri;
de querelh avec un chioti du voisinaget
depuis ce jour, le paavre porc refusait
obstinément toute nourriture, ses yeux,
déjà petits, se fermaient tristement, il ne
manifestait son existence que par quelques grognements plaintifs.
Son maître désolé, ne sachant que
faire, courut à la gendarmerie. Quand las
gendarmes arrivèrent, lo pauvre hydrophobe expirait.
{Union
monarchique.)
CATASTROPHE DE DODARNEHEZ. — Mercredi dernier ont eu lieu les touchantes
funérailles des dix-huit victimes de Tréboul. Deux convois ont été formés sur le
vœu des familles, à cause de l'exiguitéde
l'église paroissiale. Le premier, composé
de 7 personnes, comprend les victimes
de Tréboul même ; la levée des corps faite
dans chaque maison, par M. le chanoine
Théphany,qui avait tenua joindre son deuil
à celui des paroissiens, de ses irères, a
commencé vers 9 heures. A ce moment,
un premier service avec grand'messe a
été célébré avec le concours des clergés
de Douarnenez et de Poullan.
Un second service a été alebró à onze
heures et demie pour les onze autres victimes appartenant à divers villages.
Au cimetière, les scènes les plus attendrissantes se sont produites.
Vers une heure, la foule, 2,000 personnes au moi ns, s'écoulait silencieuse et
en larmes. Un service d'octave sera célébré au nom de la fabrique pour le repos
d e l'âme de ces malheureuses victimes.
(Extrait de Y Union monarchique.)
Les personnes qui voudraient prendre
part au deuil qui frappe Tréboul et venir
en aide a u x parents des victimes, pourront adresser leurs offrandes directement
à M. le recteur de Tréboul.
On annonce l'élévation de Mgr Place,
archevêque de Rennes, à la dignité de
cardinal.
Nous rappelons de nouveau à nos
lecteurs que les souscriptions en faveur
des victimes de la terrible catastrophe de
Douarnenez, doivent être envoyées à M.
le recteur de Tréboul. Nous nous ferons
un devoir de transmettre à cet honorable
ecclésiastique les sommes qui nous
seraient remises.
Bourg-Blanc,
le 23 novembre 1883.
Monsieur le Directeur,
Le dernier numéro du Courrier a publié,
au sujet de la restitution de mon traitement, deux articles, l'un breton, l'autre
français, qui demandent une petite rectification :
D'abord, il n'est pas vrai qu'il y ait
plus d'un an que je suis privé de mon
traitement ; le ministre l'a suspendu le
15 janvier dernier ;
De plus, il n'est pas encore vrai que les
arrérages des deux premiers trimestres
m'aient été rendus, le gouvernement s'est
contenté de me payer le troisième trimestre, restent donc dus les deux premiers
trimestres, moins les 14 premiers jours
de janvier.
Veuillez agréer, Monsieur le Directeur,
l'expression^e mes meilleurs sentiments.
STRICOT,
Recteur du Bourg-Blanc.
PI.OOZANÉ. — Klevet hor beuz he deuz
labouret a r gommission-ìkol e Plouzane.
N a g a nevez ?
Gortoz a reomp kelou euz ann traou a
zo bel.
E r memez tra, lavaret a rear e zeuz bet
c ' h o a r i divar benn ar skol, al leoriou e
P . . . S.... P . . . . G... (Grouanek), etc., e t .
P e r a g ne skriver ket deomp eunn n e beut roudennon berr, mes g w i r ?
Ma vez red, skrivanier a r Chourrier a
lakaio ann dra-ze var ar stern h a g a
labouro varn-han.
PLABENNEK
Ar pagan.—Ac'hanta,
kamarad, penaos
ema ar stal ganest ?
Ar plabennegad.
— Braoik aoualc'h,
Lan ; aliez e teuez ive da Lesneven evit
doare koulz ha me.
Ar pagan. — Malí aoualc'h am boa
d'az guelet, Iann, abalamour da glevet
kelou euz a Julián. Koulzkoude-zur eo
bouzared aoualc'h va diouskouarn gant
ann hano-ze eur pennad-zo. Dre m'az
zan ha ma teuan, er foariou, er marc'hajou, e touez a r gagnou zoken, ne glevan
ken kaoz nemet divar ben ann urupail-ze.
Daoust ha guir eo, Iann, en doa Julián
lakeat ober eur pron divar a r groaz a eneb
ar veleien, d'ann eil sul euz a r miz-ma ?
Labour divalo ann dra-ze.
.4r plabennegad. — Guir eo, Lan ;
mes evit Julián n'euz labour divalo ebet
gant ma c'hello kaout gouriz ann tit e a r , abalamour da-ze e c'hoari he gi
muioc'h mui. Mes santout a ra ema oc h
ober he dalarou hag o vezo dizale t'ourrej
er zac'h, hen hag he zeiz konseiller.
Ar pagan. — Lavaret a rear e ral eur
pron bennag c'hoaz a eneb ar veleien.
Ar plabennegad. Ma en deuz c'hoant e
vs torred he-benn dezhan.
Ar pagan. — Mont a ra ato da di ar
juge d'ar gouzperou ?
Ar plabennegad. — N'ouzoun ket, evit
enn iliz na vez guelet morse goude kreiz
deiz, kennebeut nag ar juge hag he
zimezellet.
Ar pagan.—Oh! evit ar juge avad n'oun
ket souezet, p'eo guir eo franmasson; me
hezimezellet 1!!.. Unan anezho koulzkoud
'zo skolaerez !
Ar rlabennegad.—la
bet!.. mesn'eo muí,
a d r u g a r e Doue ; n'oun ket evit lavaret
did perag, mes divezatoc'h e vezo guezet.
Ar pagan. — Herri Loaec a c'hello
teleur he justin h i r r , dioc'h ma klevan,
m'ar gell derc'hel J u l i á n enn he za beteg
morlarjez.
Ar plabennegad. — V a r g o r f he roched
e c'hello mont zoken, ha c'hoaz e ve mad
dezhan kaout d'he zikour Jean-ik ar
C'hraveur ha Pirón zoken.
Enn dez-all avad, Lan, oan bet paket
Ar pagan. — Penaoz-la, Iann ?
Ar plabennegad. — E feiz kleo; edon o
lavaret da unan euz a Blouzeniel
« Assa, va den mad, » eme ve, « eunnj
• tam cudeau brao o peuz roet deomp ol
с tigassal Loaec da Blabennec.» «G'hui.aB
« respountas paot Plouzéniel, o peurj
« klasket ober eunn tam tadeau deomp
« ni ive o tigass ar C'hraveur du-ma ¡
•i koulzkoude ama n'euz ket a bodezoa
« faout, mes deut oa da lakaat voti evit
с ar Saout: ni a folie deomp kaout ann
« aoutrou Lunven ; bet on euz anezhan
« h a g on euz kasset ar mec'hioc'h-ze da|
с c'hueza he fri d'ar gear. »
Ar pagan. — A la bonne heure ! Vive|
potred Plouzeniel !!!
Ar plabennegad. — Mad, guelit a ri
ni rai evel Plouzeniel iz, ni gasso an¡
divroidi d'ho bro hag a lakal Julián d
jom er bod fao. Pari mar kerez.
KENAVEZO KAMARAD.
3
C'hoarielierez-Marvaillou
L E S TRENTE-SIX ZÉROS
Meur a hini ho deuz kavet a r respountj
pe, evit lavaret gwelloc'h, ann doare di
lammet pe da zua 6 lizerenn 0.
Ouspenn e tregont doare e c'heller donl
a-benn euz a gement-se ; evelato, red tjÊ
lakaat evez : awechou e lammer eunn m
h a g e dao he lakaat adarre, abalamoul
ne c'houezer ket a r reolenn pe al lezena
a ranker atao da viret enn eur lammet
c'hueac'h O.
Kals, evel Kristen, Hoang-Ly, KenavM
Buzuger, XX Plabennec, XIX Ker-Ber
Z... Konk-Leon. — H. L. Tréhou.
I. Lannilis, X Monlroulez. X Kerope:
XXX Kastellin, K. Roc'h-Morvan, etc.
etc., h e deuz duet ha duet mad, mez diouj
tro ho dourn hep-ken.
Piou a roio eur reolenn, piou a lavaii
penaos labourât var a r 36 lizerenn O, hel
en em fazia ?
Setu a.-oa eunn doare, être 20, da lara
met 6 lizerenn O.
О
О
О
О
Renkenn. 1 — О
2 — О
О
о
О
О
О
О
О
>
3 — О
О
О
4 — О
О
о
О
О
5 — О
О
в
6 — О
• о О
Lammet pe zua ann eil h a g a r chueacl
ved O, enn eil renkenn, o vont euz a ¡"
da zeou.
Lammet pe zua ann eil h a g ann dr*¡
O e r bedervet renkenn.
Lammet ann drede h a g a r c'hueacl
ved O, er c'hueac'h ved renkenn.
Kountit brema euz ann eac'h d'anf
traon hag euz a gleiz da zeou :
Kavout a rit eunn niver par, e
hent.
•
• •
L E uotttUHBn D O FINISTERE.
Brem a, setu araa eur reolenn evit miret
d'en em fazia :
1° Choaz leir renkenn dishenvel, o vont
euz a gleiz da zeou.
2° Var a r renkennou-ze, a-benn teir
gweach, lammet pe zua diou lizerenn O
hag ho devezo ar meniez renk e diou renkenn dishenvel, da lavaret eo : lammet
diou O a eil renk, diou 0 a drede renk,
diou O a c'hueac'hved ronk, etc., etc.
3° Miret ne deufle al lezerennou 0 lammet kuit pe zuet d'ober etre-z-ho a r pez a
c'halver, e gallek, carré • pe rectangle \ZZZ\1° Choisir trois lignes différentes dans
le sens horizontal (ou vertical) ;
2* S u r ces lignes, à 3 reprises, effacer
2 zéros ayant le môme numéro d ordre
dans le sens horizontal ;
3* Eviter que les zéros effacés ne
forment entr'eux un carré ou un rectangle.
P e n a o s gounid are'hant gant eur
werennad zour
Leunit eur werenn a z o u r ; lakit-hi
reaz. (Kemeret eur werenn a eur c'hart
litrad.)
Neuze, c'houi a lavaro d'ho lad koz pe
d'hoc'h eontr, etc. : t Tad koz, sellit,
» leun-chek, reaz eo ar werenn.... c'houi
» a ve kountant da rei d'in evit va c'ha» lanna ann holl besiou a wennek a
» c'hellin da lakaat er werenn hep skuill
» beradenn ebet var a n n daol ? »
— Oh 1 ia-da, eme ann tad koz, ne
vezinn ket rivinet.
E leac'h pesiou a wennek lavarit pesiou
a zek gwennek, pesiou a bevar real, pe
besiou a ugent real, pe besiou a 20 lur....
Daoust ha gwall flemmet e vezo ann
tad koz, a gav deoc'h ?
P e r a g e c'heller evelse taoler arc'hant
enn eur werennad zour, hep skuiil, eur
pennadik ?
PETITE CORRESPONDANCE, à Hoang-Ly.
— Epigramme M.... trop violente; corrigez, pas d'insultes, pas d'outrages. —
Votre problème sera inséré plus tard. —
Merci. Continuez.
Il nous revient de tous cotés que les
enfants fréquentant les écoles laïques ou
laïcisées deviennent de plus en plus méchants et insurbordonnés. C'est l'effet
tout naturel des lois scolaires aujourd'hui
en vigueur. On a enlevé à l'enfant le crucifix, le catéchisme, la prière : il ne craint
plus rien.
Ses parents, ses maîtres d'école sont
des hommes comme lui, rien de plus. S'il
peut se débarrasser da leur joug, il le fait.
C'est logique.
Et voilà pourquoi nous voyons cette
insubordination et cette insolence qui
mettent s u r les dents et parents et maîtres
d'écoles. Quand on ne craint plus Dieu, il
serait stupide de craindre les hommes.
Chaque jour, nous entendons dire que
les enfants des écoles laïques ont commis
quelque méfait à Lambézellec, à SaintMartin, à Brest et ailleurs.
A Saint-Pierre, un enfant a été à moitié
assommé par d'autres enfants.
A Recouvrance, dit-on, quatre ou cinq
enfants ont mis tout en sang un enfant de
l'école des Frères. Ce n'est pas étonnant.
D'un côté, on apprend a u x enfants â
maudire les F r è r e s ; d'un autre côté, il
n'y a presque pas de police dans ce quartier de la ville. C'est un fait avéré.
L a doctrine des Ferry et des Bert porte
ses fruits : c'est la première récolte, les
récoltes suivantes seront encore plus
abondantes.
m
4 * RÉFLEXION DU MANDARIN A GLOBULE
Hélas, Confucius ! mes cheveux ont blanchi.'
o La liberté, c'est l'or », disais-tu.... J'ai subi,
En parcourant la France, un immense déboire....
Car ici, le lettré, l'homme à la robe noire
Est honni, bafoué, chassé...., e t l'inspecteur
A v e c l e s Mandarins rivalise d'ardeur
Pour ravir à l'enfant la divine espérance,
Empoisonner son cœur, détruire sa croyance,
Et lui faire adorer ce que tu blâmes, Toi !
D'un Bert ou J'un Ferry, c'est, dit-on, une L o i . . .
Je ne puis retenir celte plainte humble et franche.
— Hélas, Confucius ! ma tresse est toute blanche
Hoaxg-Ly.
CHRONIQUE
AGRICOLE
Nous attendons la publication des
conférences faites au Congrès pomologique de Rennes, pour réunir dans un
seul article, autant que possible, les r e n seignements complémentaires qu'il nous
semblerait utile d'y puiser s u r la fabrication d u cidre, et aussi s u r l'élève des
pommiers.
Nous appelons l'attention sur le TABLEAU des MERCURIALES des MARCHÉS, que
nous avions promit. et qne nous publions
ci-aprés :
F r . G. d. 1. B .
S i l o pour la conservation des R a c i n e s
et P o m m e s de terre
P o u r établir un silo, on choisit une
pièce d e terre voisine de la ferme, à pro-
ximité d'un chemin, en terre saine, et pas
trop argileuse autant que possible. (Ajoutons : à la partie la plus élevée du champ
autant qu'il se peut.)
L'emplacement choisi,on trace d'abord,
en enfonçant en terre de petits piquets,
un rectangle ou carré long ayant en largeur 1 mètre 50 centimètres, pas d'avantage, et une longueur proportionnée, à la
quantité de racines à y loger, 50 mètres,
100 mètres môme. Ce tracé est remplacement de la fosse. A GO centimètres en dehors on eu plante d'autres formant un second rectangle du fossé qui entourera le
silo.
Après avoir établi le double tracé, on
creuse la fosse en lui donnant une profondeur de 60 ou 80 centimètres, si le soussol est pernijable, 3(1 ou 40 centimètres
seulement si le terrain est humide.
Dès que l'on a creusé, sur une vingtaine
de mètres de long, on peut commencer a
emmagasiner les betteraves ou|pommes de
terre; puis on prolonge la fosse à mesure
des besoins; et, s'il esl nécessaire, on fait
plusieurs silos parallèles en ménageant
entre eux une largeur suffisante pour le
passage des voitures.
Les racines amenées des champs sont
déchargées dans la fosse, et entassées de
manière à bien la remplir, et à former en
outre au-dessus du niveau du sol un monceau en forme de toit.
A mesure que le silo se remplit, on recouvre les racines d'une couche de terre
d'environ 20 centimètres en ayant soin de
ménager à la partie supérieure, de 2 mètres en 2 mètres, une cheminée formée
avec un gros tuyau en poterie ou deux
tuiles tanières dressées bord à bord. On
conseille souvent de placer un lit de paille
sur les racines avant de les recouvrir de
terre ; je ne l'ai jamais fait et je n'en ai
pas éprouvé d'inconvénient. A la fin de
la journée, on ferme avecquelques bottes
de paille le bout du silo qui doit êlre continué le lendemain.
La rentrée des racines terminée on recharge les silos avec la terre 'extraite de
la fosse et des fossés creusés tout autour.
L'épaisseur de cette terre doit être de 40
ou 50 centimètres, pas moins, afin d'abriter les racines contre les grandes gelées ;
j'ai vu la geléa atteindre une épaisseur de
terre de 35 centimètres sans que l'hiver
fut très rigoureux.
Il importede battre fortement la couverture du silo avec le dos de la pelle, afin
que l'eau des pluies glisse entièrement.
La largeur du fossé est peu importante,
ressentie', est d'avoir toujours, entre le
fossé et les racines, un m u r de terre de
G0 centimètres, épaisseur nécessbire pour
prévenir l'infiltration des eaux et soutenir la couver ure de terre.
Lorsque le terrain est humide, les fossés doivent avoir un peu plus de profondeur que le silo.
Au bout de quelques semaines, c'est-àdire vers la fin de novembre, on visite les
silos, on bouche les fissures provenantdu
tassement de la terre ; on ferme les cheminées en y introduisant un tampon de
paille et en les recouvrant avec delà terre
ou une plaque de gazon.
Le moment de la consommation venu,
on enlève la terre seulement s u r la quantité de betteraves que l'on veut extraire en
quelques heures ; puis on ferme avec de
la terre du silo restant. C'est dans cette
opération que l'on éprouve de l'embarras
lorsque les silos sont en terre argileuse.
En prenant exactement les précautions
que je viens d'indiquer, les betteraves et
les pommes de terresôconserventfort bien,
je n'ai jamais éprouvé la moindre perte. Si
l'on négligeait les cheminées d'aérage ou
si l'on donnait plus de largeur au silo, on
s'exposerait à la pourriture, surtout avec
les pommes de terre.
A la seconde quinzaine de mars il est
temps de sortir des silos le reste des racines parce qu'elles y végètent trop activement ; au reste la place ne manque pas à
cette époque dans les bâtiments de la ferme
{Gazette des Campagnes.)
A NOS LECTEURS
Le Magazine, journal de lecture, illustré,
qui parait depuis deux années, forme tous
les a n s un beau volume de 400 pages avec
200 gravures, dans le genre du Magasin
Pittoresque et du Musée des Famill'S. Il est
d'une nature très attrayante et 1res variée.
Il donne des romans, des nouvelles, des
anecdotes, des articles de sciences, d'art,
de modes, de sport, de la musigue, etc. Il
a institué des concours mensuels de littérature, de musique, de dessins, de jeux
divers et d'ouvrages de dames, avec des
récompenses diverses. Le Magazine coûte
8 fr. p a r a n .
L'administration de ce journal accorde
une réduction considérable s u r l'abonnement (3 francs au Heu de 8 fr.) à toute
personne qui enverra le présent avis découpé avec 3 francs, à M . BELL, DIRECTEUR
du Magazine, 12, rue Sainte-Anne.à P a r i s .
De môme, l'administration de ce journal
accorde une réduction considérable à
toute personne qui, avant le 1 " janvier
1884, s'abonnera au Grand
Magazine,
journal de lecture, illustré, qui sera fait
c o m m e le Magazine, mais qui paraîtra
toutes les semaines.
Le Grand Magazine formera tous les
ans 4 volumes de 400 pages et 200
gravures, soit 1,600 pages par a n et 800
gravures.
Abonnements : Un a n : 32 fr. — Six
mois': 16 fr. — Trois mois : 8 fr.
Nos lecteurs l'auront auy prix suivants:
Un an : 12 fr.— Six mois : 6 fr. — Trois
mois : 3 fr.
Adresser les demandes à M. A. BELL,
12, rue Sainte-Anne,
Paris.
PLOUARZEL. — M. Ed. Laé, négociant
au bourg.
SAINT-PIERRE-QUILBIGNON.—Guyomard,
P i e r r e , chantre.
G o u E S N O U . - - M ' veuve Rious, au bourg.
PLOURIN-PLOUDALMEZEAU. — M . A m broise Le Coz, négociant.
PLOUMOGUER.— M. Cariou, aubergiste.
SAINT-PABU. — M. Sérès, cordonnier.
mi
Revue
GOUELIOU AR ZIZUN A ZEU
Financière
P a n s , 26 novembre 1883.
Ditul, 2 a gerzu, 4 " d. 1. — Kenta suivez euz ann Asvent. (Glaz-îluz.)
Dilun, 3 a gerzu, 5 " d. 1. — Sant
Fransez-Xavier, patroun Breuriez Propagasion ar Feiz. (Gwenn.)
Dimeurs, 4 a gerzu, 6 " d. 1. — Sant
P e r Krisolog, eskop ha doktor euz ann
Iliz. (Gwenn.)
Ditnerc'lier, 5 a gerzu, 7 " d. 1. — Ofis
ann deiz. (Glaz-Ruz.)
Diziou, 6 a gerzu, 8 " d. 1. — Sant Nicolas, eskop. (Gwenn.)
Diryivener, 7 a gerzu, 9 " d. 1. — Sant
Ambros, eskop (Miian, enn Itali) ha doktor euz ann Iliz. (Gwenn.)
Disadorn, 8 a gerzu, 10" d. 1. — Gouel
ar Werc'hez glorius Van konsevet hep
perc'het. (G. a. 1 renk, Gwenn.)
Disul, 9 a gerzu, 11°' d. 1. — Ann cil
sul euz ann Assetn. (Glaz-Ruz.)
1
KRAOZON. — Echu eo a r mission braz :
kaer eo bet meurbet.
Rouez eo a r re n'int ket losteat ouz ann
Aoutrou Doue, e Kraozon : eur pennfall
bennag a zo e pep leac'h.
Er zizun dremenet, var-dro daou vil
pevar c'hant ho deuz great ho mission ;
eunn drederenn e ioa muioe'h a voazed
eget ar verc'hod. Bennos Doue var Graozon !
M1RVAÏLLOU
Un plaisant entre dans une boutique de
blanchisseuse.
— C'est ici qu'on repasse ?
— Oui, Monsieur.
— Très-bien, je repasserai demain.
¡BU
Le comble du manque de soin pour un
maçon : gâcher du plâtre.
Le comble de la gracieuseté pour un
ministre : décorer son appartement.
La semaine qui vient de s'écouler n'a
pas amené de modifications dans l'état du
marché. L'indécision et la faiblesse sont
des signes distinctifs deprosque toutes les
séances et les reprises qui se manifestent
parfois, ne proviennent que de la situation
de place : les vendeurs à découvert, intimidés par les acheteurs rachètent forcément aux prix élevés que ces derniers
font coter. Il ne faut pas croire alors que
c'est là le début d'une véritable reprise et
ceux qui se leurrent de cet espoir, sont
cruellement déçus le lendemain, lorsque
la cote se présente en nouvelle baisse.
Nous avons d'ailleurs maintes fois expliqué, ce mouvement de bascule provenant
de la situation de place, et avons toujours
essayé do mettre nos lecteurs en garde
contre l'enthousiasme qui gagae certains spéculateurs lors de ces éphémères mouvements en avant. Peut-on sérieusement compter s u r une hausse durable,
lorsque nous avons tant de préoccupations
du toutes sortes et tant de difficultés a
vaincre V Nous ne saurions mieux faire
comprendre la situation que le Financier
des Communes qui, chaque semaine, consai-so une page a en étudier le caractère
et les remèdes à y apporter. Dans son dernier numéro il expose nettement la question du Tonkin qu'il considère comme
très embrouillée. 11 émet également des
craintes à l'égard de la Chine : si nous
passons le Fleuve-Rouge, qui peut prévoir les conséquences que cela peut entraîner les Chinois se vengent sur les européens : Anglais et Allemands ; que feront
alors l'Angleterre et l'Allemagne? Malheureusement tout cela est trés-vrai ;
nous sommes d'avis que notre situation
est passablement sombre et nousne voyons
pas la possibilité d'une reprise ; nouscraiguons au contraire, que la baisse ne
s'accentue. Nos Rentes se relrouvent,après
quelques variations, à peu prés au même
niveau qu'il y a huit jours. Le 3 °/o à
77,825, l'Amortissable à 78,95, le 4 1/2°/.
1883 à 106,975. L a Banque de P a r i s termine à 807,50. La Banque Ottomane à
658,75, la Rente Espagnole 4 °/ à 5529/32
Ces cours nous paraissent encore trop
élevés et nous maintenons nos précédents
avis à l'égard de cestrois valeurs. Le Crédit Foncier est trésTerme à 1,215 et 1.220.
L a souscription aux 600.000 obligations
foncières, qui a lieu aujourd'hui, s'est annoncée dans les meilleures conditions -, il
y a tout lieu d'espérer que le public les
accueillera aussi bien quecelles de l'émission de janvier dernier, qui ont rapidement gagné vingt francs de prime et qui
ont servi exactement de modèle à celles
que Ton émet aujourd'hui. Les chemins
français sont généralement fermes : le
Lyon à 1.282,50; le Nord à 1.748,75;
l'Orléans à 1,270 ; le Midi à 1.117,50 ;
l'Est à 707,50 ; l'Ouest à 772,50. L e Suez
clôture à 2.135 après 2.050 et 2.010. L e
P a n a m a demeure à 495. L'Italien 5 •/•
termine à 90,70 après 90,30 et 90,80.
L'Unifiée d'Egypte à 325 après335 et320.
Le Turc 5 °j, à 9,20 après 9,45. La Banque
des Pays-Autrichiens cote 481,25. L a
Banque des Pays-Hongrois 395. L e C r é dit Mobilier Espagnol 202,50. Les Chem i n s Autrichiens sont à 655. Les Lombards à 300 et 305. Le Nord de l'Espagne
à 497,50. Le Madrid-Saragosse à 423,75.
Pour terminer, nous ne pouvons qne répéter une fois de plus nos précédents avis :
il importe de se tenir s u r la plus grande
réserve.
0
CHARADE
Mon premier est une descente.
Mon second est une descente.
Mon tout est une descente
PENTECÔTE.
Pourquoi appelle t-on les allumettes,
les aiiumettes de ia compagnie?
Parce qu'il en faut toujours plusieurs
avant qu'elles se décident à prendre feu.
A NOS A B O N N E S
Comme nous n'avons pas encore dans
chaque commune un correspondant chez
qui MM. les abonnés au Co irrier du Finistéi e puissent renouveler leur abonnement, nous donnons ici les n o m s de tous
nos correspondants actuels, et nous en
publierons la liste chaque mois, afin que
chacun sache à qui s'adresser suivant sa
convenance et la proximité de sa résidence.
GUIPAVAS. — Jaouen, cordonnier, au
bourg. — Morvan, Jean, au bourg du
Relecq ou au Cosquer.
PLABENNEC. — Kériel, commerçant au
bourg.
PLOUZANÉ. — Le Gac, propriétaire, au
bourg. — Allégot, forgeron, au bourg.
SAINT-RENAN. — Mme veuve Guéguen,
commerçante, près de la Halle.
LOC-MARIA-PLOUZANB.— Allégot, forgeron, au bourg. — Quinquis, menuisier,
au bourg.
LE CONQUET. — Poullaouec, négociant.
PLOUGASTEL. — M. Théophile, N i c o l ,
négociant.
LAMBÉZELLEC. — M. Lefaivre, au bourg.
PLOCGONVELTN. — M. Jean Le Coz, à
Saint-Aouen.
MERCURIALES
MARCHÉS
Exiftz le Mow
JOSEPHBARDOU*
seáis i27Kt?5re-íí*p»n>srs,
W , T K Z
FUMEURS,i lem « Coutrafmço
et le C a c h e t da G a r a n t i e .
D E S
FROMENT
M A R C H É S
BLÉ-NOIR
AVOINE
ORGE
DATES
les 100 kilogr. les 100 kilogr. les 100 kilogr. les 100 kilogr.
de
Landern eau
Id
Lesneven
Landivisiau
•
Châteaulin
Quimper
Morlaix(l'hectoL).
Vrai P a p i . r
GOUDRON^
10 nov.
17nov.
12 nov.
14 nov.
24
24
23
23
!»•»
17 nov.,10
17 nov. 18
»» à
»» à
50 à
50 à
»» à
20 à
75 à
24 50
24 50
24 »»
24 50
»» »»
»» »»
»» »»
15
17
15
14
>»
»»
m
»»
à
à
â
à
»» » t à
16 »» à
11 21 à
»» »» 13
18 »» 14
14
15 50 14
» »» m
»» »» 15
»» » 7
n B
n n
50 à
» á
»» à
•» à
>» à
50 à
27 à
14 »»
14 50
14 50
14 50
»• »»
»» «
t»
•»
19
19
17
17
•»
16
7
»
»
»»
»>
»»
50
81
à 20 »
á 20 •>
à 18 »»'
à 19 »»
À »» »>
I M» • «
à »» »»
lili lililí lililí
de téte, j'étais dégoûté dé la vie. Un jour
il me vint dans l'idée d'essayer de vos
Pilules Suisses; je les pris d'abord, je
l'avoue, sans beaucoup d'espoir, car j'avais
tant drogué; mais je fus bientôt surpris de
ressentir mes douleurs moins souvent, et
finalement de ne plus les sentir du tout.
J e continuerai néanmoins de prendre vos
Pilules Suisses de temps en temps, afin
d'être radicalement guéri. J e vous prie de
vouloir bien donner à ma lettre une grande
publicité afin de propager le plus possible
ces Pilules merveilleuses.
L e R h u m e le plus opiniâtre est g u é r i
rapidement
et sans frais en avalant
S capsules Gùvbt à c h a q u e repas. Autrefois ces capsules étaient noires et désaréables à avaler, a u j o u r d ' h u i elles sont
lanclies et ressemblent à u n b o n b o n .
S u r cjiaquo capsule e s t i m p r i m é e la
s i g n a t a i r e E. Gùyot. E x i g e r s u r l'étiq u e t t e la s i g n a t u r e Guyot e n trois couleurs et l'adresse, 19, r u e J a c o b , P a r i s .
Les enfants et les personnes qui n è
euvent avaler ces capsules feront usage
e la pâte R e g n a u l d , la meilleure d e s
pâtes pectorales.
606
f
S
PïiATTFÏ I i r i I F
liUyUIjLUullu
I
G Ü É R I S 0 N
Le Propriétaire-Gérant
: F . HALEGOUET
Demande d'AGENTS
S
Vins et Cognacs
S-adresser à M. L E N O R M A N D , médecin pharmacien, à Tournan (Seine-etMarne). — Consultations gratuites par
correspondance.
500
U n e i m p o r t a n t e maison de Bordeaux,
propriétaire de g r a n d s vins et de cog n a c s très estimes, v o u d r a i t ê t r e sérieus e m e n t représentée p a r des agents ou
des h o m m e s r é p a n d u s , désireux d'occuper leurs loisirs. E c r i r e à M . Raymond,
41, r u e Constantin, Bordeaux. '
617
6
PATE
distribuent beaucoup d'images, l'Office de
la Presse Catholique vient de mettre en
vente un lot considérable de très jolies
images variées, à des prix vraiment exceptionnels. Le cent varié : 3 fr. et 6 fr.
(franco par la pòste, dans toute l'Union
postale) ; imagés en solde, le cent : 2 f r .
franco. — Nous engageons vivement nos
lecteurs à profiter de l'occasion rare qui
leur est offerte de faire leur - provision
d'images, pour plusieurs années. — On
peut demander plusieurs cents à la fois
aux mêmes conditions. — Adresser les
demandes accompagnées d'un mandat on
timbres, au Directeur de l'Office de la
Presse Catholique, rue Bonaparte, 59, à
Paris.
x
si v o u s s u c e z q u e l q u e s
V O U S N E T O U S S E R E Z
P L U Si B O N B O N S G R A M O N T
goudron. Agréables
Agréables àà la
bouche,
ils portent
portent de suite
l'arôme précieux du Goudron
a
u les
goudron.
laaussitôt
bouche,lails
suite on
sur
poumons et arrêtent
Toux. Par de
le passé
buvait de l'Eau de Goudron,
mais le goût répugnait. Depuis peu on fait des Capsules de Goudron recouvertes de
gélatine pour en masquer lasaveur:ici l'inconvénient est grand, car l'enveloppe dure qui
recouvre le goudron l'empêche d'agir comme calmant immédiat, tandis que le Bonbon.
Gramont fond de suite et soulage immédiatement. Prix: la boite,!'75; demi-botte, lfx.
Se méfier dea Contrefaçons.
— Exiger
la Signatare
du S*
GRAMONT.
Dépôts à Brest, pharm. BARON, Grand'Rue 13, et toutes les pharmacies.
600
D'ARGENT
à toute personne h o n o r a b l e . 6 0/0 l'an.
O u v e r t u r e de Crédit — Commandites.
Discrétion et célérité. — Central office,
34, Passage de l'Opéra (boulovard des
Gl6
Italiens), P a r i s .
certaine, et radicale de toutes h s afL-c.ions
de la P E A U : dartres, eczémas, psoriasis,
acné, etc., même des P L A I E S et ULCERES V A R I Q U E U X ,
considérées
comme incurables par les plU3 célèbres
médecins. — L e traitement n'etige aucun
régime particulier, il ne dérange nulle*
ment du travail, il peut être suivi partout,
même en voyage : il est à la portée des
petites bourses et dès le deuxième jour
il produit une amélioration sensible..
u
Dans un but de propagande et pour
favoriser les personnes qui, chaque année,
i...
¿•V
o
Belles IMAGES de Piété
A M . Uertzog, pharm., 2 8 , rue de
Grammont, Paris. — Pilules Suisses à
4 fr. 8 9 la boîte. — Envoi FRANCO par la
poste.
587
PRÊTS
t
AFFAIRE EXCEPTIONNELLE
» Ferrières, près Maubeuge (Nord).
D é g o û t é d e l a V i e . — « Vous oies
véritablement mon sauveur, vous m'avex
rendu la vie. Depuis très longtemps je
ressentais constamment de fortes douleurs
d'estomac, j'avais aussi de fréquents maux
e t
nerveuse
chez les enfants.
Comme pectoral et c a l m a n t on p e u t
d o n n e r sans c r a i n t e a u x enfants le Sirop
de Nafé de Delangrenier, car il n e contient
n i o p i u m , ni sels d ' o p i u m , tels q u e
m o r p h i n e ou codéine, d o n t les d a n g e r s
sont signalés par lo corps médical entier. Le Sirop et la Pâle de Nafé so v e n d e n t dans les p h a r m a c i e s .
G09
> Alphonse LOITAKT. »
is - -,
•
LE COURRIER DU FINSTERE
I
il
lili!
A
I
S
O
N
D
'
H
I
V
E
R
GUIDES J0ÀNNE
Stations
d'hiver de la Méditerranée. — Provence.
Corse. — Pyrénées. — Algérie. — Espagne. — Italie. — Turquie.
c GEORGE
Grèce. — Egypte. — Syrie et
Palestine.
î t f D l I L X S D'OU WS - M É a U L I . » D M n e i ï T IMS
BOMKBQM PKOTORAL A LA RÉCLISSE
ReeomvADÀe pu son efficacité par 1« Médecins
fties m*Ud» corn» 1-ASTHME, l a CATARRHES
liant*UÉStiimia
VOIES RESPIRATOIRES.
PAS 13,2», m Tslttoirt 6c mt dit ArtMTts, i l .
feAWMSK«WflA««à*£ate delt. parla lnlimlara
. , . ,
-.CjEflUCHB,,-;,,.
.
S
•
I
R
O
P
H
.
F
L
0
VICHY
BREST
Administration — PA RIS, 22, Boulevart Montmartre
PASTILLES DIGESTIVES fabriquées* Vichy avec les
Sels extraits des Baux. Elles Bont prescrites contre le»
digestions difficiles.
SELS de YICHl Pour BAINS-—TJn Rouleau pour nn Bain:
SUCRE D'ORGE DE VICHY. - Bonbon très digestif.
Pour éviter les contrefaçons, exiger sur tous les Produits
let marques de LA COMPAGNIE
N
Lénitif-Pectoral
Spécifique usuel dopuis un.demi-.
ì contre les UM VUE s et les
runatioM des B f i
OXCHES,
tenant < à-une cause nerveuse.
M M , M , m TiKtoBt i r a , te Archlm,«.
» o » T U № W M qa» atizaaa Bacon dt î f r . B O carta
ta alttêtura : F X . O B T
It It E S T
II, n e Kleber, II
18, roe St-Yîes, 18
TYPOGRAPHIQUE ft LITHOGRAPHIQUE
F.
H A L É . G O U Ë T
à Brest, chez M. JDVENT1N, 48, rue de la Rampe,
et chez fous les droguistes, et pharmaciens.
GRAVÉES
IMPRIMEES
r
№ 1. Le cent
S I R O Piacisir D E H Ä B
ET
Altì BU
Ri
PATE
PECTORALE
CENT YDFT ANS DE SUCCES
—
2 .
—
3 .
— 4.
— S.
— 6.
i Prouvent qu'il ett le meilleur remède peur
'mérir les naladiaa ia poitrine, tatturhu, auOtmet
R h u m e s , T o u x , GOaTJELTJCHJB.
Ece8iiDl-ll»rtln,3ît, «Perte.
L
Prix : flacon, 1 fr. 60. Boîte, 1 fr. 50.
Se trouve dans les bonnes phatm. 611
—
'M
y .
— 8.
2
2
Pocelaine.. . . 3
Mat.. . . . . . . 3
Mat supérieur. 4
Bristol fin. . . 4
Mat doub. force 5
Ivoire anglais. 5
25
75
50
50
Petit format, le cent.
2
*
Grand format
3. i
»
50
»
50
Les Cartes imprimées seron
livrées dans les 24 heures.
Rne Kléber, 11 (ancienne rue des Malchausses), près la veie du Ponl
SOCIÉTÉ AROimiE
SOCIÉTÉ ANONYME
IMPRIMERIE TYPOGRAPHIQUE
à capital variable
E
T
L
I
T
H
O
G
R
A
P
H
I
Q
U
à capital
variable
¿'OVÉ A Hf
E
Siège social, rne St-ÏTes, 4 8
Siège acial, me SI-Ytés, 18
ADMINISTRATEUR-GERANT
Exécuta
prompte de tous
1
^
^
^
le Commerce, les Administrations et les Particuliers
A t f e e ï et Placards de tous formats, F a c t u r e s , Teles de let res Cartes
S
C a K e r des charges pour là m a n n e , Pnx-Courants, États de
D
La plus grande célérité et la plus g r a n d e régularité seront apportées
à l'exécution des Travaux.
CARTES DE VISITE IMPRIMÉES, livrées dans les deux heures
Grand
format
: le cent,
A
R
T
E
3
S
D
E
V
I
S
I
T
E
GRAVÉES
c a
!
toute espèce, t e t t r f . de Faire-part, d e Naissance, Mariage, Décès,
Menus, Programmes d e soirees, Lettres d e convocation, Cartes de
visite', e t c . , e t c .
Impression des Labeurs et Ouvrages d'auteurs, pour lesquels la
Maison a toujours o c c u p é le premier
rang
dans le Département.
i
C
№
№
№
№
4.
2.
3.
4.
5.
№ 6.
№ 7.
№ 8.
s
Mal ordinaire
Bristol
Porcelaine extra-fine.,
Mat ordinaire
Double-Mal supérieur,
Carton ivoire
Mat extra-fin
Carton ivoire double force.
a
s a
le cent
id.
id.
id.
id.
id.
id.
id.
â
2
3
3
4
4
5
5
25
75
>
i
5Û
50
fr. — Petit format : le cent, 2 fr
d ' I M P R I M E R I E et.de L I T H O G R A P H I E sont reçues a u x Ateliers, r u e Kléber, i l
et a u x B u r e a u x du J o u r n a l , r u e Saint-Yves, 18.
^^^^J^^BX)
c
!*É
commandes
Brest. -Imprimerie F . HALEGOUET, rue Kléber, 11, près la voiedu Pont.
.,....,... . . . „ .
v
. . . . .
......
'ww\:.rr.v.vr
J}|J|ÌÌitìJ'°!!'i]
itV'lVi'iilll'iiJ!!'
i lui ! liitl H
цщицищщиш
Samedi, 8 Décembre 1885.
UN
N i a zo b e p r e d B r e t o u n e t ,
Bretounet tud kalet !
D'hor gwir vignoned,
Eus mignoned piou e gomzan ?
~E\i3 mignoned C o a l - H a l e k ? — Kus mignoned Politik?—Eu3 mignoned Kenavo?
Nan.
E u r m i g n o n , sur, a zo tra vad da gaout.
ha Coat-Halek, Politik, Kenavo zoken a
drugareka a r re a ra dezho a r vadelez da
veza ho mignoned, pe tost, pe pell.
Ia, a greis kaloun 1
Mes, ama, e komzan evit mignoned ar
C'hourrier.
Evit gwir vignoned ar C'hourrier.
Holl lennerienn ar C'hourricr zo he mignoned, ma na fazian ket.
Ha na fazian ket, neketa ?
MtEs.er mignoned e ze'us,evelen dour,
tomm ha y ien.
D'ar vignoned ien a r Cfhourrier n'en
deus ket kemens a drugarekat] da lavarat.
Evit ho arc'hanl ho deus, marluze zoken ouspenn.
S a p r i s t i ! cur skoed a r blousl, . O h !
ia, evit eur skoed ar bloa a roomp 1
Ha, coulscoude, trugarekat ive dez-ho,
d'ann oll lennerienn, a galoun vad I
Moez, d'ar vignoned tomm ,
D'ar r e a hanvan hör gwir mignoned,
Da lavarat eo,
D'ar re h ö r zikour o skriva deomp keleier.
D'ar re a bae ar Journal evitho ha re
all,
D'ar re a gelenn, a zoug, a bed re all
d'en em aboni,
D'ar re na reont ket ebken hör meuli,
mces hör zikour,
D'ar re (hac e.veent persoun pe.sacriat,
nobl pe gouer),
D'ar re, a lavaran, a ro sikour da L ..
pe da X . . . pa za da glask perc'hen (des
abonncments) d'ar Piti Court ier,
D'ar re-ze.
— Nan abalamour d'ar skoedik a deufe
stankoc'h d'ar Pili Courrier,
Meez abalamour ar Pili Courrier, dre
a r skoedik keaz-ze, a helfe mont da ober
vad ha plijadur da vuioc h a dud e pevar
c'horn Breiz-Izell.
D'ar re-ze,
E leveromp.
— N a n eun trugarekat ebken,
Meez mil bennoz ha mil t r u g a r e k a t !
Salo ! e ve cals da veritout hör mil bennos h a mil d r u g a r e k a t !
COAT-HALEE.
k e l e i e r
( DIVAR
a r
m
m
1*1 J . )
FRANC
D'ar baolred yaouank (rac a n n dra,
»mechans, na zeli ket cals ous armerc'hed
yaouank). — Ann tenn a gomanso er
F r a n c oll d ' a n n 23 a viz kenver.
Evelse en deus decidetar minislr dilun.
Kik sal ann Amerik. — Eizdez bennac
so, eo a d a r r e digoret ar F r a n c d'ar chig
empoesonet-ze.
Ann trichin a gendalc'h ato e kig sal
ann Amerik.
Moez, Republik F r a n c , n'he deus mignon na m ignoriez ebet en Eu гор, evit
caont mignonaich Republik vraz a n n
Amerik, a gav mad roi dor d'ar poeson.
Lavarat a r a deomp coulscoude e sello
mad ha piz, gant pevar lagad, pa deue ar
c b i g - s e er porzou-mor, « hag, emezhi,
c'hit anezhan belec k a n t degred (dour
ro) a n n trichin neuze, m ' a r z'eus, a
vezo deved m i k , ha na vezo ket a zanjer. »
Eo, danjer a vezo re alies.
H a nenze, perac, evit plijout d'ann Ame­
r i k h a roi k i g gwelloc'h marc'had da lakipoted kear, perac lakat adarre diskar
var moc'h a r vro ?
N'eus ket dija monslret awalc'h var
kouzouk a r paourkeaz kouer ? miguet e
vezo ta ?
H e c'hreun na verz nemet gant koll
pell-zo.
H e chetai ive ta a r a n k o guerza gant
koll?
Bastardez Republik, ke ! sklerac'haklear eo, na garez nemet keriz.
Da dud ar c'hargou (d'ar r e ho fae, e
Celi din laverei).
K
^_ _
CENTIMES.
8- Année. — N* 204
PARAISSANT TOUS LES SAMEDIS
ON S ' A B O N N E
k Breit, au Bureau de l'Administration du Journal,
rue Kléber, 11.
Tout ce qui concerne la redaction et l'Administration du
Jonrnal, doit être adressé franc de port, au PropriétaireGérant, me Kléber. 11.
Brest, 7 a viz kerzu 1883
N« : 5
Doue hag ar Boue
ABONNEMENTS
ANNONCES
I AN.
Brest, Finistère, Côtes-du-Nord, Morbihan
Départements
3 fr.
4
CoIODneS d'tnnODbO
Colonnes intérieures.
la UgMi
1 0 cent
90
Mat
Les Bureaux sontouverUdetftheures du maUn à 1 heures du soir.
Eun nebeut chiffr :
Budget a r skoliou digrisitcn oa, e 1875,
37 millioun ; e 1881, oa 63 millioun ; evit
1884, e savo da 134,900;00àïttr.
Setu ama tammou anezhan :
1° Tretamant ar ministr hag he gomisset : 729,106 l u r ;
2* Traou ezommevitar ministr (plum,
lion, paper, etc.) : 172,900 I. ;
3° Conseil supérieur hag inspektourienn
jeneral : 425,700 1. ;
4° Evit ann zervichou o jeneral : 409,000
lur ;
5" Evit ann Academiou (excuzit ganin) :
1,851,650 1. ;
0* Evit ar skoliou braz (facultés), evel
P a r i s Roazoun, ha 14 ail bennac :
5,609.525 1. ;
7" Evit ar mêmes skoliou braz (ann
traouchou hian anezho] : 2,714,075 1. ;
S . 9', 10' Evit ar mêmes r<» c'hoaz :
2,069,005, h a g 1.099,750, ha 300.000 1. ;
5
•V'>° Evit al lyceou : 7,780,800 1. ;
47° Evit ar c'holachou communal :
2.S00.000 I.
Eun nebf?ut chiffrou ail c'hoaz :
Tretamant présidant ar Republik : 600
mi! lur :
Entretien he di : 300 mil lur (he di ta
zo fournisset dezhan dija (palaez Elysée)
ha fournisset meubl hag oil) ;
Evit he veachou : 300 mil lur (Grévy
ela na weach morse, ha pa ra eun draic
diblas. ann hentchou-houarn a ra dezhan
evit netra.)
Setu aze ela 1200 cent mil lur fourret
beb bloaz e godell Grevy goz, ne zispign
ket marteze 40 mil lur.
Kounta a rear partout eo piz-maign.
TONKIN
Souezet hor : kelou cbet na deu abaoue
eiz-dez.
Gwir, ann amiral Courbet, me gred, a
ra gwell o labourai da gass mad he vrezell eget koll he amzer o kass depechou
evit plijadur J. Ferry. Ann t e l e g r a f a z o
200 leo diouz-han.
Etretant, aun dra vad en deus g r e a t :
ann trabasser Harmand, komisser civil
ar Republik, en Tonkin, en deus kasset
da bourmen. Harmand na ree nemst embarrassi ar vrezell : hen oa bet kaoz d'ar
jeneral Bouëlda fâcha hadazizroi e Franc.
Mad en deus great ann amira) Courbet
rai e stai d'ar fou<;asser civil-ze.
SPAGN
Fritz P r u s s a zo c'hoaz e Spago, ar
vro domm.
Vardro a r 14 pe ar 15 ebken e lizroo
d'he vro ien, ar P r u s s .
POULIE.
nerien eus ar re honesta ; kals deus
ar re zo chomet, a gav eo eun dismegans
ev thobeza bet kuvet mad da zervichà eur
gouarnamand evel an hjni a zo e penn a r
vro. C'hoant e deus bet a r Republik da
gaout barnerien eus e dorn. Gwcchal ne
hallet ket torri eur barner anc-z kals a
reuz ; a r Republik en deus taolet anez'ho
er meaz a garradou. Chuec'h kant a zo
lezel eb plas ebet, oli ini eus ar re velia.
Mar emeus amzer divezatoc'h e tiskuezin
deoc'h peseurt tra fall eo beza laket er
mraz a r varnerien velia.
IAN AN TI ALL.
;
An Aotrou Bonamy, barner e tribunal
ar Chaslellin, en deus roet ho ziskarg.
Mont a ra da alvokacl d'an Naonet.
Eur m e a r h a g eun archer a c'hiz nevez.
Chis'r a zo e Renie cr bloaz ma da
eve dioe'h ar zec'hed h a g a r c'hiz zo gant
ar baotred a gar slaçu ar skudel deus ho
fenn, mont da zul da c'haloupal var ar
meaz, da velet e pelefcc'h ema ar chistr
gwella Mes a forsdaeva e teuer avechou
da veza diraezoun. setu ar pez zo c'hoarvezet en dez ail gant unan e u s a r g a n f a r led e komzan anezho. Goude beza evet
e gont, e felle dez'han kaout c'hoaz, ober
a ree e vestr en ti ma voaennhan. Allas!
dizonjet en doa ar paotr fin e vede e ti an
Aotrou Mear, marplij ganeoe'h. Ar meariou, isp.sial dindau ar Republik, a anavez al lezen,n'eus ket davont a dreuz ganttho. Setu nmarrel e zaouarn hag e dreid
d'ar paotr a felle dezan kaout chistr en
despet da vesfr an ti ha laket klask an
archerien da zont d'er c'herc'hat. Pa zigouezasjendann, a r p t o u r k e a z m a l e u r u s
a voa c'hoaz kraouiet mad ; nies eur
banne chistr a ra vad d'an archer ivez
koulsha d'ar re ail ; abred aouaic'h e vije
goudeze da gemeret krog en e breiz. Se u
ama eur c'hoari ail : unan bennakadeuaz
da ziliamma ar prisonnier epad ma vede
an archer hag an Aotrou Mear ho lonka
chopinadou ha pa deujont da glask a r
paotr brao, ne gavont mui den ei.et. Ar
c'hraoune voa sklerijennetka r,' agafors
da furchalan archer a g a v a z u n a n beunak
être e dreid. Ah ! en taol ma ema dm,
emezhan. Mes nan, eme egile, lezit ac'hanon, en em drompla a rit, me eo an Aotrou Mear. Tromplete voa ivez daoulagad
ann eil hag egile. N'eus fors, c'hoarzadek
zo bel anternoz pa zeo bet kontet an histor gant ar prisonnier kavet ganLhan e
liberté. Ac'hanla, paolred, h i n'eo ket
eno meariou hag archerien evel ma llecr
kaout dindan ar gouarnamand a z o hirio?
Vive Publiiik !
FAKO.
BOUED ABI DIA0UL
HAG A N N
DIVAR BENN AR VARNERIEN
Kals a dorfejou e deus great a r Republik vras a zo hirio a enep a r Relijion, a
enep a r (amili, a enep ar justis ; gouzout
mad a reonl an dud a (eli d'ezho diskar
ar F r a n s hag с c'hass da netra, eo eno
an tri men fount a c'hell delc'ber eur vro
en e za. Rabad eo koll kourach ; au enebourien a zo hirio ho stourm nint ket
deus a r r c voassa. An eneou dinerz a
c'hall kemeret aoun, mes a r sperejou
ferm ho deus a r fizians vrassa evit an
amzer da zont.
Guir eo, troet eo peb tra var an tu a
enep ; eb dale na vo mui lezen ebet evit
difen an dud vad. Mes bezit dienkrez, a r
Relijion a raio ato ar vad dre a r bed ; eur
pennaii marteze a renko evel pa la varíen
en em guzat : hirio meur a hini ne g r e donl mui prônons hano Doue, kassaat a
rer a r vertu/, an droad a renk piega aliez
dirak an hini a zo krenoe'h.
Boulvers zo er famill. c'boant a ve da
ober eu', lezen evit lezer a r priej ж da ciror.vi ; an lad neo mui mestr de graouadur ; kass a renk en despet dezhan e vugale d'ar skoliou dizoue eleac'h ma tesker
d'ezho traou euzus.
Ar justis a zo i usui tel abaoue pevar
bloaz, h a g hirio zo met d'ar varnerien
cur fasad mezus ; laolet zo er meaz bar-
'•' I
AOÜTROD
N'ESEOP
FREPPEL
Ann dud difeiz ha dizoue, ar franmasounet a zo kouezet evel bleizi naounuz
var a r vro gaer a rea>* ar Frans anez-hi.
Diskouezet ho deuz dre ho c'homsou
hag ho oberou e feil dez-ho diskara ann
IÜz katolik hag ann Aoutrcu Doue hcunan
0 welet kernent-se, lud hag a zo c'hoaz
feiz enn ho c'haloun, spered enn ho fenn
ha goad enn ho goazied.ho deuz lavarel :
< Kasomp eunn eskop out-ho! »
Ann dud-ze a zo o chomm enn eur
c'hornadik douar a Vreiz-Izel, e bro Lesneven, Lannilis, Lokournan ha Gwitalmeze.
A-benn diou weach, enn despet da
c'hourdrouzou ar republikanet, enn despet da vevelien disleal ha da arc'hant
Iura n i a r c'houarnamant, enn despet d'ann
ivern ho deuz käset d'ar Gambr, ann A
n'Escop Freppel gant eunn niver braz
meurbed a voueziou. Hag a r Frans, hag
ar bublou estrenn hag a r bed hotl sebezet,
sabatuet, ho deuz gwelet eunn eskop.
epad m e u r a vloaz, o tont da Gambr ann
deputeed, da Baris, evit derc'hel penn da
vrassa enebourieu Doue.
Great en deuz he zever, h a g enoret en
deuz Bro-C'hail ha Breiz hag ar bed-holl
dre he zanteiez, he ze?kadurez h a g he
furnez. Bepred hep aonn, hep zenipladurez. bepred mestr anez nan he-unan ;
at ao aketuz da zifenn gwiriou he elektourien ha. gwiriou ar vro, ann eskop-ze en
deuz roet eur skouer ar c'haera da gement
hini a zo lakeat a r challoud être h e
zaouarn.
— Di fen net en deuz, noz-deiz, mad a r
Frans, mad ar gristenien, gwiriou ann
Iliz ha gwiriou Doue. Enn hano al lezenn
skrivet e kaloun pop den, enn h a n o a r
C'lionkordat, enn \\ano al lczennou great
gant ann dud, enn hano hon tadou koz
en deuz bepred dit ennet ar wirionez ha
milliget ar gevier.
Вер tro ma deue enebourien Doue da
skei eunn taol bennag var ar relijion, var
ann Iliz; bep tro, Hen ive, a zave he
vouez, hag .to he lavar, leal ha dispount :
n'en deuz kaillet тогча gant den.
Ne glaske kel beza meulet gant ann
dud, ha goulskoude bep tro ma komse,
bep tro he vouez a dregarne dre a r bed
boll hag a roe da anuout, diouz eunn tu,
ar wirionez, al lezennou, al lealdet ; diouz
eunn tu all,dislealdet ha gevier mezuz ar
republikaned difeiz.
Nec'het oa lokeut gant-han a r Republik
hag ann dud dizoue.
Eunn deiz, skuiz о klevct eunn eskop
helavar ha gwiziek var bep tra о tizolei
ho mennoziou fall hag о tiskleria ar wi­
rionez dirag a r bobl, skuiz о welet n'oant
ket goest na da respount dez-han na da
lakaat anez-han da devel, eunn deiz (o
moz ann dud !) ar republikanet ruz a zo
er Gambr ho deuz lavaret etrez-ho :
« Sllapomp anez-han er meaz euz ar
Gambr. »
Neuze, ann dud-ze, m'ar d'eo tud int,
ho deuz great eul lezenn a enep eunn den
hep-кбп, ha, var zigareziou disleal, ho
deuz diskleriet ne c'hell ket eunn eskop
beza elouez republikanet !
Da genta ho deuz lavaret : « Ne vezo
ket paet evel eskop hag evel depute. »
Goulskoude kals deputeed, er Gambr,
a zo paet evit diou, teir g a r g : Hen, hen
n'eo pael nemet evel depute.' Rag ar pez
en deuz evel eskop eo levé ann Iliz laeret
gant ar Republik gwechal! ha rentet eunn
tammik anez-han, bep" bloaz, hervez le­
zenn a r C'honkordat. Daoustpegen disleal
eo ar rendael a reat dez-han,ann Aoutrou
n' Eskop Freppel a vije chommet er Gambr
hep dic'haou na рае : ne labour ket ovit
ann arc'hant,mez evit mad ar relijion ha
mad a r vro.
Ar franraasounet ho deuz santet arm
dra-ze,
Neuze int eat larkoc'h : greomp, emezho, eul lezenn enn hent-maevit h e r c ' h a s
er meaz : « Ann eskibien, ar veleien ne
c'hellint ket beza lakeat da zeputeed. »
Dioc'h-tu ann dra-ze a zo votet e k a m b r
ann deputeed, na petra 'ta.
C'hui a gav deoc'h e c'hcller kounta
vsr ar zenalourien evit mi ret ouz al lezennze da gemerel buez ?
Da vihana, a lavaro ann dud fur, a r
pez a zo great 'zo great : Depute eo ha
depute e chommo : n'oar ket evit terri
voterez ar bùbl !
Voterez a r bobl ! Daoust hag ar гзриblikanet a ra van euz voterez a r bobl pa
ne blij ket dez-ho? Tud berr a speret,kit 1
Ah ! er broiou gouez zoken ne vez ket
gwelfct ober evelse fae var a r bobl ; mez
brenaa, e bro Frans, n'eo ket a r memez
tra : ama, klevit, n'euzmni na gwir, na
lealdet, ne respeter ket voterez a r bobl
muioc'h eget ann teil diouz a r bouton pa
ne blij ket d'ar franmasouneU
Eizdez en devezo ann Aoutrou Freppel
evit choaz : rei he zilez a zepute, pe rei h e
zilez a eskop
Sklear eo : chomm a raio da vexa eskop
Angers : lezennou ann Riz a zo aze.
Ha setu great ar stal ! Seta dibennet,
er Gambr. a r gostezenn a zifenn gwiriou
ar wirionez, gwiriou a r vro, gwiriou a n n
Iliz, gwiriou Doue.
Aned eo e tie beza eunn Doue gallouduz
e barr ann Envou : paneve-ze, gant tad
evel a zo brema e penn a r F r a n s , e clieljet ober kaon d'ar wirionez, d'al lealdet,
d'ar relijion, da bep tra vad.
Brema, petra c'hoarvezo ?
Den ne c'hoar : emichans, a r pez a garo
gant a r re a ra goap euz pep g w i r ha pep
lealdet.
Marteze, ni Breiziz, ni goazed Lesneven, Lannilis, Lokournon ha Gwitalmeie,
LE COURRIER DU FINISTERE.
• vezo lakeat da voti evit eunn ail e leac'h
a n n Aoutrou n ' E s k o p Freppel.
Oh I Laoskit da vont : n'oump ket dibennet c'hoaz, na zoken troc'het hon
dourn ouzotnp. Mad 1 keit h e ma vezo
penu var hou chouk,dourn ouz hon breac'h,
ni a zavo huel hor penn h a g a astenno
hon dourn evit voti evit eur Freppel ail.
N e vez ket great aoun da Vretouned,
dreist-holl da Yretouned kalounek ha
kristen.
Ni nekotchas oump.
Hag e ve ranket lakaat eur billed Freppel e penn eur falc'h pe eur fals-strob
l e m m e t m a d , great e vezo. Mar d'eo deuet
a r c'hiz da en em zifenn evelseouz gwall
dud, e vezo great. Arabat ober goab ac'hanomp, na kemeretac'hanompevit tud diot.
Entendit mad, franmasounet, republikanet ha ieuet a bep liou : ni a fell deomp
gwelet er Gambr, enn hon hano, eur
Freppel, pe Keller, pe Baragnon bennak.
N'euz lors piou, gant ma vezo kristen heunan, gwiziek ha goest da zifenn hon
gwiriou, hor feiz, (eiz hon tadou koz ha
feiz hor bugale.
Ra deuio eunn den evelse diraz-omp ;
ni a respoun t : mont a raio da Gambr ann
deputeed, hag h e n a z i g a s o bepred deomp
da zonj eunn ann Aoutrou n'Eskop Freppel,
hon depute muia-karet.
Brezeliou
Brema e lsverer eo échu ar vrezel enn
Tunisi ; evelato di e kaser tud c'hoaz. E
Madagascar e zeuz eunn tammik trouz
ive. Neuze, e klevan, e zeuz trabas ha
brezelenn Tonkin, du-hont, er penn ail,
h a g ema a r Zaoz o klask fourra he fri
être a r Ghin h a g a r F r a n s gant aoun ne
Te penefiet unan bennag.
K a s a rearivemartolodedhazoudarded
du-ze var listri braz h a g hirr : ne gousto
deomp nemet eunn nebeut milionou ha
neuze gloar h a g e n o r a vezo, ken a zaono,
a lavar Iod. Ha neuze ar Republik a vezo
koant ha deread.
l a , mez Iann ann ti-all en deuz lennet
er c'hazetennou ema brema a r P r u s o
vernia soudardedekostez Metz hagevelse,
h a g e zeuz aoun n'en deffa ar Bismark
c'hoant da zailla var a r F r a n s d'ann nevez
amzer var eunn digarez bennag.
Aliaz ! neuze e vije eur c'hoari ail :
kouls e vije dioc'h-tu lavaret d'ar P r u s :
« Prenez tout, monsieur, s'il vous plaîl,
tout de suite, car la Republique elle a usé
toutes ses batteries depuis dix ans contre
un grand ennemi qu'elle n'a pas encore
vaincu : le cléricalisme ; il est encore debout, et nous n'avons plus d'armée ; mais
cependant nous disons toujours : vive
publiiiiiik !
H u m ! ne lavarann ket ne ve ket a
c'houez fall. Ar Bismark a zo eur gwall
den, daoust ma lavar lod eo ar penn kenta
anez-han euz a Witalmeze h a ma zeo paet
ugent real bemdez gant ar jesuisted hag
ar veleien evit ober gaou ouc'h a r Republik.
ABADENN SANT-ALAR
Dissadorn diveza, e leac'h lakaat 9 5 lur
evit koar ha goulou, oar en em faziel enn
eur lakaat 4 0 lur. Er memez tra, e leac'h
moulla a n n 1 8 a viz genver, e zeuz moull't a n n 1 3 : givelloc'h eo difazia, red eo
beza . v u . hag eün.
TREDE PENNAD
D'ar iaou, 1 8 a viz genver 1 8 8 2 , oa bet
a r gonseillerien e r présbita! h a g oa
c'hoarvezet a r pez hor beuz kountet a
ziaraok.
A n n aoutrou persoun a ioa nec'het :
< Daoust, emez-han, petra a zinifî ar tri
> villed a banter-kant lur-ma laosket
> gant-ho er c'haier? >
D'ar zul varlerc'h, i l a c'henver, a r
gonseillerien a d e u a d a r r e d a r preabitai :
r e d eo hen lavaret, kals n'oant ket diabaf.
Ar mear, tomm b r a z dez-han, a lavar :
« Deuet oump da welet piou eo al laer,
> h a kavet e vezo. »
Daou gonseillour a jomm er gegin h a g
a ia da zellet h a da grabanata armel a r
c'hef a dri alc'houez : goulou a gerceront,
iman a fourr he benn enn armel b a g a
zao a r goolc'her goude fismigat k a l s .
* Epad ann amzer-ze a n n aoutrou persoun
en devoa peadra d'ober o telc'her penn
d'ar r è all v a r seul a r g a m b r .
Seta kloc'h a r gousperou ; a n n aoutrou
persoun a ia var eün d'an iliz hep dont
etrezek ar c'hef. Pevar euz a r gonseillerien a ia d'ann davarn ; a r mear a ia da
Hanvek b a g a zistro goude d'ann davarn
d a gaout ar r e ail ; Salaun a ia d'ar gousperou.
Goude ar gousperou, araok mont er
sakreteri, a n n aontrou persoun, dirak
testoa, a lavar d'ann aontrou Salaun :
•a I t d'ann davarn da gaout a r re ail h a
• l a v a n t dez-ho dont d'ar presbital da
m gerc'het a r c'hef a dri alc'houez, r a g
» me ne respountan mui anez-han em
si. »
N e deuas den var dro a r presbital :
armel a r c'hef, a r c'hef a iommas enn
doars m'oa bet krabanatet ha patouillet
araog a r gousperou.... Ar gonseillerien a
ioa en davarn : noz-sac'h pa zejont kuit.
Abaoue ann 1 8 eta n'oa ket bet digoret
n a g eveseatar c'hef D'ar meurs varlerc'h,
2 3 a viz genver 1 8 8 2 , var-dro nao heur
diouz ar mintiu , archerien Daoulas a en
e m gav enn ti kear. Eno e zeuz bet amzer
d'ober ar pod evit galloud tapa ann aoutrou persoun el las, eno e zeuz bet livet ha
berniet gevier.
E mare kreiz-deiz ann aoutrou persoun
a ia d'ann ti-kear da welet petra 'zo a
nevez : santout a rea edot o varn anez-han
h a g o kave brao beza selaouet.
Kaout a ra, enn ti-kear, ar mear, a r
gonseillerien hag ann archerien. Ema
c'hoaz kasi var ann treujou pa lavar
dez-han ar c'henta archer (brigadier) :
« Vous n'avez qu'à sortir, Monsieur, à
» 3 heures nous serons chez vous pour vè» ri fier la caisse. »
Ne ioa ken d'ober nemet senti.
Ann aoutrou persoun a deuas var' he
zres d'he brespital : neket mank e sonje
e meur a dra, evelato, n'oa ket evit dont
a-benn da c'houzout da-vad pe seurt abadenn a vije. Goulskoude e c'houie edot o
klask banna anez-han er prizoun, hag
kement-se a ioa bet lavaret dez-han araok
ma zeaz d'ann ti-kear.
N'en em fazie ket var ar poent-ma.
Ema échu , enn ti-kear , ann enklask a
enep ann aoutrou Pouliquen , persoun
Sant-Alar. great eo al lodenn vrassa euz
ar vroces-verbal.
Da deir heur goude
kreiz-deiz, archerien ha konseillerien a
weler o tout a herr etrezeg ar presbital.
A r c'hoazet a zell, a r merc'hed a gren.
Brema-soudenn, kraban ar archer a
gouezo didruez var skoaz ar persoun koz;
brema soudenn e vezo ejet lie vleo gwenn
(75 vloaz); brema-soudenn e vezokasetda
Zaoulas être daou archer ha stlapet er
prisoun evel eunn torfetour.
Dija a r gonseillerien h a g ar republikanet ruz tro-var-dro a vouz-c'hoarz hag a
lip ho mourrou : pebez fest ! gwelet kas
eur persoun laer d'ar prisoun ! ! . . .
E n em gaout a ra ar ganfarted er presbital.
Ar persoun koz a zo diraz-ho.
Ann archerien a jom enn ho zav. •
Ar gonseillerien a lavar holl assemblez :
« tri villed a hanter-kant lur a dleer da
» gavout er c'hef-bras ; gwelomp ha
' beza ema-int. *
Klask a rear : n'ho c'haver ket er c'hef.
— a Nann, n'ema-int ket er c'hef, eme
» a n n aoutrou persoun, r a g fourr«t int
» bet e kaier a r Fablik gant unan bennag
» ac'hanoc'h. Ar c'haier a zo chommet
» aze var ho lerc'h enn deiz ail : enn-han
» em beuz ho c'havet, enn-han em beuz
» ho lezet, evel just ; n'ho c'havot ket eta
» er c'hef. »
Ar gonseillerien a jomm manlrel.
sabatuet, da zellet ann eil ouz egile.
Ann archerien a jomm bolc'h.
— « Da greiz-deiz, eme ann aoutrou
» persoun, me a c'houie edoe'h o klask
§ kaout pleg varn-hon ha lakaat ac'hanon
> da veza laer. Mez penaos oar deuet da
» baka al laer, araok ma z'eo anavezet al
» laerounsi ? N ' e s ket bet digoret a r
» c'hef abaoue diziou : ne c'hellec'h ket
» eta gouzout oa bet tennet tri villed a
» hanter-kant lur euz ar c'hef, h a g e
» kavann souezuz klevet ac'hanoc'h o Ia» varet dioc'h-tu, enn eur antrenn :
« Tri villed a oOjlnra die beza er c'hef 1 »
» M'ema-hint er meaz, neket me em beuz
» ho zennet, r a g n'ema ket ann alc'houe» ziou ganen, a c'houezit. M'am hije,
» lakeomp, ho zennet, n'oa netra eassoe'h
» d'in eget ho fourra adarre ebars :
» amzer em beuz bet abaoue kreiz-deiz.
» Mez nann, neket me em beuz lakeat
» ann tri villed er c'haier, neket me a zo
» eat da douch out-ho, r a g ne c'houzon
» ket petra glasker. Eunn dra. etouez a r
> re ail, a gavann souezuz braz ; penaos
» e zeuz ama tri villed a 50 lur » n'ema
» ket a r c'hiz, e Sant-Alar, kaout billigi
» a 5 0 lur e prof... Tenval-zac'h e kavann
» a r stal.... »
E gwirionnez diez eo gouzout petra a
glaske a r gonseillerien gant ann tri villedze : dre heur-vad, ann aoutrou persoun
en devoa ho c'havet er c'haier...
Red eo lavaret, da gonseillerien evel da
r e Sant-Alar eo dao beza tavantok evit
m o n t da glask d r e droion k a m m , biskorn
h a diot lakaat a n n aoutrou Pouliquen d a
veza laer.
Ann aoutrou Pouliquen n'en deuz ket
izomm da laerez evil beva ; n'en deuz k e t
izomm zoken enz he bae a bersonn : ann
holl a c'hoar eo euz eur rumm dud honest,
leal ha pinvidik : chommet e zeuz levé
gant-han varlerc'h h e dad hag h e vamm,
hen diskuez en deuz great aliez awalc'h
d r e h e aluzennou h a g he oberou mad.
Maioc'h a arc'hant en deuz dispignet eget
touchet e Sant-Alar.
Ah sa ! mez red eo beza diot, kollet
n e a t a r penn evit antell lazou er mod-se,
h a g en em luia e r giz-ze el lasou anlellet
da baka re all. Goulskoude e leverer eo
bet konseiilerien Sant-Alar e skol a r
baotred fin !
Daoust pefcez penn a ioa ouz ann
archerien epad a n n tammik abadenn-ma ?
N'ema ket a r c'hiz gant ann archerien
paka soubennou evelse... Eur veach ail e
zaint dressoe'h. E u r veach ail, int hag ar
barner a beoe'h (juge de paix de Daoulas),
ne daint ketda gredi re vuan na da fourra
enn eur procès-verbal traou faos evel-hen :
t Goulc'her armel ar c'hef s zo eaz da
» lammet kuit, n'euz ket, enn diabars.
» klikedou ovel hen derc'hel... » Ma
karjent beza sellctouz an armel hodivije
gwelet pechou klikedou teo, stag enn
diabars evit derc'hel ar goulc'her stard.
Ar gonseillerien ha re ail e Sant-Alar
(Morvan, etc., euz a r bourg), a c'hoar e
zeuz klikedou hag ar c'hlikedou-ze gant
piou int bet dibrennet nemet gant ar re a
zo bet o fismigat, o krabanata hag o
fistou'.at var-dro ar c'hef. Ann aoutrou
persoun n'en deuz nemet eunn alc'houez
na gant eunn alc'houez ne dal ket a r b o a n
essea digeri na diglikeda.
Ann dra-ma ha traou ail a zo bet
k< untet ha displeget gant ann aoutrou
persound arbarner-enklasker(juge d'instructions ha da brokuror ar Republik :
divezatos'h, marteze, er varnedigez e vezo
gallet gwelet sklear e troidellerez ann tri
villed, a r chef, a r goulc'her, a r c'hlikedou.
Neuze e vezo gouezet piou eo ann digorer,
ann diglikeder, al laer... Mez gortozomp
varc'hoaz e vezo dervez adarre... Ann
abadenn-ma a ielo larkoe'h.
Biskoaz, nann, biskoaz abaoue ma zeo
ann douar douar,n'euz gwelet kement ail.
Mey distroomp adarre da gounta ar stal.
Archerien ha konseillerien ne c'houzon t
ket e pe du trei.
Ann aoutrou persoun a dro da genta he
deod enn he c'hinou : « Ama, emez-han,
dirag ann archerien, e zeuz kalounou
hag a lamm. »
— < Aoutrou persoun, eme ann archer
kenta, ni a zo ama enn hano ar vro, lavarit ar pez a c'houezit.... »
— « Archerien, a respountas ann
aoutrou Pouliquen, dalc'hit sonj
ne
damallann nikun euz va farresionis, me
ne garan ket kaout trouz... lezit.. »
Perag eo eat ann aoutrou persoun da
goms evel-se ? Ama en deuz manket !
P e r a k klask miret ouz ann archerien
d'ober ho dever, d'ober enklask ?... Ah !
her gouzout a reomp : ar peoc'h, a r
gozni, aoun rag droulanz ar barresionis.. ! !
Eur ger bennag a-dreuz hag a-hed a
leverer c'hoaz. Ar mear a gas gant-han
kef-bras an iliz, h a g ar ganfarted da zila
kuit assemblez gant-han.
Ann archerien a ia kuit, eunn dourn
goullo hag eunn ail hep ket.
Ann aoutrou persoun a jomm.
(Eur pennad ail disadorn.)
CHRONIQUE
POLITIQUE
Les rapports se détendent entre
l'Allemagne et la Russie, s'il faut en croire
ce qui est annoncé depuis quelques jours.
Berlin, 4 décembre, 10 h .
En réponse à la lettre de l'empereur
Alexandre, remise par M. de Giers a
l'empereur Guillaume, celui-ci vient de
charger son ambassadeur a Saint-Pétersbourg, le général de Schweinitz, qui
s'était rendu à Friedrichsruhe auprès du
prince de Bismarck avant de retourner à
son poste, de remettre une nouvelle lettre
à l'empereur Alexandre.
Les relations entre les cours d'Allemagne et de Russie deviennent chaque
jour plus cordiales
(Gaulois.)
L'ISLAM
Les musulmans africains, égyptiens et
indiens, réclament la mise en liberté d'Arabi-Pacha.
AUTRICHE-ITALIE
Vienne, 3 décembre.
On ne peut p l u 3 reculer l'entrevue avec
le roi d'Italie. L'Allemagne elle-même la
conseille. C'était pour esquiver cette difficulté que le prince d'Allemagne, entre
autres motifs, voulait revenir par la
France, mais l'empereur Guillaume en a
décidé autrement, et il désire que le retour
de son fils à Gènes soit l'occasion d'une
entrevue de l'empereur François-Joseph
et du roi Humberl. On ne sait pas encore
si le roi d'Italie accepterait cette combinaison. Il tient essentiellement à recevoir
François-Joseph, non pas â Gènes, mais
à Rome.
Dublin, 3 décembre.
Le cardinal Mac-Cabe a adressé au clergé
de Dublin une lettre pastorale dans laquelle
il flétrit énergiquement les seciétés secrètes. Il croit que la passion des boissons
est le principal mobile qui amène la j e u nesse à s'enrôler dans ces sociétés maudites, et exhorte le clergé à user de son
influence auprès des fidèles pour remédier
au mal.
— L'ambassadeur d'Angleterre a eu
une entrevue avec M . J u l e s F e r r y , aux
affaires étrangères, samedi,aussilôlaprès
la séance de la Chambre.
CHRONIQUE LOCALE
MUTATIONS DANS LE CLERGÉ DU DIOCKSB
M. Le Bras, recteur de Guilers (Quiraper), a donné sa démission.
— M. Poulhazan, vicaire à LampaulGuimilian, est nommé recteur de Guilers.
— M. Féroc, vicaire à Rosporden, est
nommé vicaire, à Lampaul-Guimilian.
— M. Tandé, jeune prêtre, est nommé
vicaire à Rosporden.
P a r décret du 30 novembre, M . Bertic,
j uge de paix du canton do Pont-Scon
(Morbihan), est nommé juge de paix du
à' canton de Brest, en remplacement de
M. Fleuriot, qui a été nommé juge de
paix du 1 canton de Brest.
e r
Dans l'éloquent discours que notre
honorable ami M . Villiers, député de la
2* circonscription, a prononcée l'occasion
de la discussion du budget de la Légion
d'honneur, nous relevons cette saillie r e lative à la création de la décoration du
mérite agricole.
U. Villiers. € M . le ministre de l'agri> culture, voulant témoigner sa sollicitude
» en faveur des intérêts qui lui sont con» fiés, a récemment institué l'ordre des
» chevaliers du mérite agricole. (Rires à
» droite.) »
M. Iloëntjens. « Le moindre grain de
mil ferai t mieux l'affaire des agricul leurs. »
M. Villiers. « J e ne répéterai pas le
» nom irrespectuex qu'on lui a donné. Les
» agriculteurs ont été sans doute fort lou» chés de cette marque de sympathie mi» nistérielle. Mais je crois qu'ils l'eussent
» été bien plus encore, si le gouvernement
» eût apporté un projet de loi tendant à
» a'iéger l'agriculture des lourdes char» ges qui l'écrasent, au lieu de s'en tenir
» à de belles promesses dont nous atten» dons déjà depuis longtemps la réalisa» tion. » Très-bien à droite.
Exclamations
àg auche.)
Le Courrier de Rennes d'hier nous a p portait cette triste nouvelle :
« SAINT-MÉBN. — Notre pays est plongé
dans la plus g r a n d e consternation par
suite de 1 épouvantable accident survenu
jeudi soir sur la ligne de la Brohiniére, à
Ploërmel. Vers sept heures du soir, deux
trains, l'un de ballast, l'autre d'aménagement, se sont rencontrés près de SaintMéen. Le choc a été terrible. Dix-huit
hommes ont été tués et quinze blessés
très grièvement.
» Nous espérons pouvoir donner, dans
le numéro du Journal de Rennes, des détails complémentaires sur ce triste accident qui parait être un des plus graves
que nous ayons eu à enregistrer depuis
longtemps. »
L'Agence Hâtas publie la dépèche s u i vante sur la catastrophe arrivée a SaintMéen (Ille-et-Vilaine.)
Rennes, l '
décembre. — « Voici
quelques détails s u r la catastrophe arrivée
avant-hier prés de Saint-Méen. Un train
montant qui poussait devant lui un wagon
de ballots contenant 3 8 ouvriers, trouva
près de la briquerie de Saint-Judicaèl, sur
la même voie et venant en sens-inverse,
un train forma de deux locomotives, et
de nombreux wagons vides. Le wagon
qui contenait les 3 8 ouvriers fut broyé
entre les trois locomotives, un enfant seul
put sauter sur la voie avant le choc.
Tous les autres furent tués ou blessés,
l'enterrement des victimes aura lieu
demain dimanec à Saint-Méen.
r
"L'Union bretonne, de Nantes, sans nul
doute mal informée, prétend que M. le
maire de l'île d'Ouessant prend 3 francs
d'épingles pour chaque mariage qu'il fait.
Nous n'en croyons rien et nous sommes
disposé a publier la rectification que M.
le maire jugerait nécessaire de faire insér e r , pour démentir une assertion erronée
que VUnion Bretonne a sans doute trop
facilement accueillie.
Leconseil départemental de Tins traction
publique, dans sa dernière séance, a
nommé délégués cantonaux :
MM. Morvan, propriétaire a Brindaouez, en Guissény.
Riou, huissier à Lannilis.
Loaec, propriétaire à Plouguorneau.
Ruard, propriétaire à Plouguerneau.
Gentilhomme, juge de paix à Brest.
Huet, négociant à Brest.
Le Journal Officiel vient de publier la
liste des 3 3 5 candidats reconnus, à la
suite du concours d e 1 8 8 3 , admissibles au
grade de conducteur des ponts et chaussées. Voici les noms des admissibles dit
Finistère et leur numéro de classement
par ordre de mérite.
IHHHHHlwttHwttw
1
-
.<ti'.i!l!Ul! tlllMIli i
L E GOURMEE 110 FINISTERE.
e
12 Delozanne, agent-voyer cantonnai,
à Morlaix.
56 Jaffrès, agent temporaire des ponts
et chaussés à Brest.
6 5 ' Guesnouin, employé secondaire
des ponts et chaussées à Carhaix.
80° Legent, surveillant au chemin de
fer à St-Pol.
149* Cotty, agent temporaire des ponts
et chaussées, à St-Pol.
213« Le Morvan, agent temporaire des
ponts et chaussées, à Morlaix.
152' Ménard, agent temporaire des
ponts et chaussées à Morlaix.
334' Nicol, employé au port, à Brest.
e
CHRONIQUE
AGRICOLE
Les glands el les feuilles mortes
Le mois de novembre est l'époque où on
fait la récolte des fduilles mortes et des
glands. Notre confrère la Vendée donne
à ce sujet les conseils suivants, qui sont
d'une grande utilité dans les contrées bocagères où abondent les chênes :
«Voici le moment où losîglands arrivés à
maturité tombent sous les chênes. Ce sont
des fruits précieux dont les habitants des
campagnes méconnaissent trop souvent
la valeur. Ceux qui ont des porcs les ramassent très superficiellement ; les a u tres, c'est le cas de le dire, no se donnent
pas la peine de se baisser pour en prendre. Le gland a cependant une valeur alimentaire très appréciable. Il ne convient
pas seulement aux pores, mais aux chevaux, a u x moutons et aux volailles. Quelques auteurs affirment que, pour les chevaux, un sac de glands vaut largement un
sac d'avoine, ils donnent à ces animaux lu
force et l'énergie.
Quant aux volailles, quelques-unes
comme les canards et les dindons les a v a lent en entier ; les poules s'en montrent
très friandes quand ils sont coupés ou
concassés. C'est pour ia basse-cour une
nourriture fort hygiénique. Le gland a
des vertus astringentes depuis longtemps
reconnues; et bien des maladies qui su
manifestent chez les poules épuisées par
uno ponte trop longue seraien' écartées
par la consommation de ce fruit.
D'après de nombreuses expériences, la
farine de glands contient 17, 5 p. 1:0
d'eau, 5 p. 100 d'azote, et 5 p 100 matières non azotées, el surtout de l'amidon.
Les glands frais, qui contiennent encore
un tiers de leur poids, donnent une nourriture deux fois plus riche que les pommes
de terre. Il faut cependant fournir aux
porcs u n e nourriture plus azotée pour
avoir u n rendement tout à fait profitable.
Rhode recommande de bien abreuver les
porcs qui pâturent dans les forêts de
glands.
Si le gland coûtait 30 francs le sac. on
le rechercherait avec empressement, mais
comme il ne coûte ni peines, ni soins, et
que la Providence le fournit gratuitement
et parfois en abondance, on le laisse pourrir dans la bouc et l'humidité. »
On ne saurait trop recommander aux
cultivateurs de récoller soigneusement les
glands. Dans une ferme bien tenue, il ne
devrait s'en perdre aucun.
Quant aux feuilles mortes, on sait qu'elles sont bonnes à ramasser pour en faire
l'ingrédient principal des composts, qui
sont l'engrais par excellence des prés et
des jardins.
Le ratelage des feuilles mortes est une
opération très utile dans les praire*, surtout dans celles qui ont des arbres dont
les feuilles contiennent des acides caustiques tels que l'aune, le chêne, le peuplier,
et principalement le noyer. Au reste, l'effet nuisible de ces feuilles est aisé à constater, lorsqu'elles pourrissent sur place
pendant l'hiver. L'herbe noircie et corrodée par l'acidiié de ces feuilles ne repousse
qu'après que les pluies de printemps ont
nettoyé le sol.
C'est donc une opération utile de r a masser ces feuilles en novembre, et d e les
entasser avec les autres détritus végétaux
et animaux, avec les terres et cururesdes
fossés et des chemins. On saupoudre le
tout avec de la chaux et de la cendre ; on
l'arrose avec du purin ; on remanie deux
fois le tout pour en mélanger intimement
toutes les parties ; et vers la fin de mars
on a un très bon compost à étendre s u r
les champs destinés aux plantes racines.
Une notion capitale qui manque à la
plupart de nos cultivateurs, c'est la notion
des matières d'une valeur sérieuse qu'ils
laissent perdre, ou dédaignent de recueil lir. Les purins et les feuilles mortes sont
au premier r a n g de cette catégorie.
(Gazette des Campagnrs.)
KE1EIER
MUNUT
LANDIVISIAU. — D'ann 28 a viz du,
var-dro 10 heur diouz a r mintin, eur
vamm a famill, 42 vloaz.a zo enem daolet
dre a r prenestr var a r r u . Eunn heur
goude oa maro.
P e r a g he deuz great eur seurt laol ?
Den ne c'hoar mad. Kals a lavar n'oa
ket eaz hefenn, abalamour he devoa aoun
da vont da glask he bara.
Chomra a rea gant-hi eunn toullad
boufeier-lor n'he deuz ket gallet ho
gwerza ; fall, fall ki eo bet ar c'honverz.
En ein gavoul a zo great gant a r vaouez
keaz-ze evel g a n t a r vac'hadourien ail e
Landi. Abaoue ma rear brezel da freret
Landivisio o' za falloc'h falla ar c bon vois.
P a zea mad enn-dro skol a r frer t, neuze
e vije tud o prena, neuze e vijo gwerzet.
Brema eo fall a r stal, e pep hent.
Hogen, mear Landi, e leac'h klask
gwellaatai c'honverz o chomrn hep obor
brezel d'ar freret, a zo gwelloc'h gant-han
ober friko gant paolred ar republik, beza
mignoun d'ar franmasounet ha d'ann dud
diteiz, ha sikour obar rendue! ouz a r
freret.
Da viz genver e vezo gwelet.
dre ann or-ma a rank da genta rei he vaz
d'ann den a zo aze e kever.
Digoue/.oul a ra eunn Aoulrau ha n'euz
baz ebet ganl-han.
— Ho paz, eme Iannik.
—Va baz,gwelet a rit n'euz hiui ganen.
— Gwaz a-ze evidoc'h ! kit da gerc'hat
{Ar Wirionez.)
u ian.
Arit a-dreuz, arit a-hed,
Temzel ervad hag e teui ed.
Nep a zo sot hag a c'hoar
Na vez sot nemet pa g a r .
Neket diez gortoz peli
Pa vear sur da gaout gwell.
PLOUZANE. — — Disadorn diveza e lavaromp eo bet argomission-skol olabouiat e Pleuzane hag e c'hortozomp kelou
euz ann traou a zo bet dibunet.
Kaer hor beuz bet gortoz n'euz deuet
kelou ebel deoir.p euz ar gomission-skol,
nemet ar pez a c'hoar hag a lavar pep
hini e panez Plouzane hag er parreziou
tr.i-vai'-dro : <c Setu aze traou ! gelver
» tadou ha mammou evit ho skandalat
» ma vaiik ho bugkle d'ar skol, hep di» garez vad, biskoaz n'euzgwelet kemenl
>- ail..., piou a zo o fisloulat evelse ?... »
Eo ! Arabat lavaret gevier ; al lizer-ma
a zo bet digaset deomp a-berzann loulrou
Favennec, mestr-skol, e Plouzane :
« Monsieur le Rédacteur du Courrier
du Fin istère,
» Veuillez me fnire connaître le nom,
prénom, te domicile du la personne qui a
voulu vous communiquer la note insérée
é.ans les colonnes de votre journal, en date
du 1" décembre 1883. (Note concernant
l'école communale.)
» Veuillez .agréer, monsieur le Rédacteur, mes sentiments respecteux.
— Le comble de la distraction chez un
astronome.
R. Confondre l'étoile polaire avec tes
t nies d'araignée !
— Le comble de la rapacité pour un
juif.
R. Exiger vingt pour cent (20 •/••) pour
avoir seulement prêté l'oreille....
» FAVENNEC fils. »
Ah sa ! petra 'zo krogete skolaer Plouza:.i!'.'
Eur kelienenn-vors bennag?
Komzet hor beuz euz a r gomissionskol : daoust hag ann dra-ze a zell outhan ? Hen, n'en deuz netrada zoursial or
goniissioti-sko' : ann dra-ze, horvez al
Lzeun, ne zell lamm ebet ouz ar meslrskol.
Daoust pe seurt ibil a zo o vigourrat
enn he garr ?
Haaua I Setu ama marteze :
Da genta, hen a o'hell beza fourrel he
fri el leac'h m'en devoa ket izomm d'hen
ober : douetuz en deuz soubel e viz e soubenn ar gomission-skol hag eo bet
skaotel.
D'ann eil, iaouank ha divarvek e lie
beza, diouz ann doare : mont a ra a-bennherr d'ar c"hae evel eur marc'h-dall.
Petra ? Beza tavantok awalc'h evit goulenn piou en deuz m e t kelou deomp e zeuz
bet komission-skol e Plouzane, lavaret
dez-han epeleac'h ema hennezochomm'l!
O h ! dressik', dressik, paotriaouank ! P e rag ne c'houlennit ket ive piou a ro d'ar
C'Iiourrier ann holl geleier ail?
Nann ! krennadik, n'ema ket ar c'hiz
lavarel traou tvelse : ma vije, kement
mec'hiok a zo er vro a raffe deomp goulennou diot.
Mar tisplij dooe'h ar C'fiOurrier, galvit
ar rener dirag ar varnerien : marteze e
c'hounezoc'h seiz ialc'had aour hag istim
ar vro : ann dra-ze a zo mad da c'hounid.
Ma tigaserdeompeuz a Blouzane keleier
gwirion divar-benn a r gomraission skol,
e vezint moullelhag hano arskrivanier a
vezo tavet : rener a r Phourrieir a r e s pounto euz ann traou moullet.
Eur vestrez-skol euz a arrondissamant
Ambert a ieaz da bardouna da ItrounVaria-ar-Roc'h assemblez ganl pelerinet
ail. Ar c'houarnamant a rebechss ann
dra-ze d'ezhi evel eur pec'hed ha n'euz
ket a barJoun evit-han. Mes hi. evit
trouc'ha berr da hiskinerez an inspecteur,
a skrivaz dezhan al lizer-ma :
« Ambert, 22 du 1883.
« Aoutrou inspecteur,
Ann henor em euz da gemenn d'ehoc'h
ne c'hellan mui chom mesirez skol laïk :
va renk, va henor ha va feiz hen difen
ouzin. Rag-seekassan d'ehoc'h va demission en cur bedi ac'hanoc'h da denna va
hano divar gaier a r skola^rezet.
SEPTŒR, bel skolaerez.
(Extrait de VUnivers.)
e
Reflexion d'an Mandarin à Globale
I
gauche
A l'extrême
perchés,
Des oiseaux fort désagréables,
Par l'es|>rit d'orgueil inspirés.
Tenaient des discours pitoyables
Pendant qu'ils tenaient ces discours.
ibi*.
Papa Grèvy ronflait toujours.
II
Frère Naquet disait : n Amis,
» Je aie suis vu dans une glace,
» Mon tailleur m'a vraiment bien m i s . . .
u Jugez mon pcliult! mon v l a n ! ma grâce ! »
Pendant qu'il tenait ce discours,
'¡bis.
l'apa Grèvy ronflait toujours.
III
IV
a Je picore par ci par là, —
Disait Tirard, — mais sans scandale,
u J'espère que ça me vaudra
» Une recette générale. »
Pendant qu'il tenait ce discours,!..
Papa Grèvy ronflait toujours.
I '
l s
V
« Egalité ! Fraternité ! » —
— Disait Ferry, — o c'est ma devise !
» E t sous ma griffe, en liberté,
» J'entends qu'on s'instruise à sa guise !!! » —
Pendant qu'il tenait ce d i s c a u r s , , , .
Papa Grèvy ronflait toujours.
| '
l s
VI
Mon Dieu ! sous cette République,
Qu'ils sont nombreux les misérables
Dont le cteur égoïste, iuque,
Nourrit ces pensers détestables !
Et pendant qu'ils font ces d i s c o u r s , ' . . .
Le vieux Grèvy ruulle toujours !
* '
HOANG-LY.
GOUELIOU AR ZIZUN A ZEU
e
Disul, 9 a gerzu, 1 1 ' d. I. — Ann eil
sul euz ann Asvent, eil renk, glaz-ruz.
Dilun, 10 a gerzu, 1 2 " d. I. — Euz a
eizvetez gouel a r Werc'htz, gwenn.
Dimeurs, l i a gerzu, 13" d. I. — Sant
Damas, pap, gwenn.
Dimerc'her, 12 a gerzu, 1 4 " d. I. —
Sant Korintin, eskop, g. a 1 renk gwenn.
Sant Korintin a zo ganet e Breiz-fzel
var-dro a r bloaz 375. Enn he iaouankiz
ec'h en em dennas da bedi Douo enn eul
leac'h gouez ha distro, hirrio e parrez
Plomodiern, leir leo diouz a r C'hastellin.
Gralon, roue Breiz-Izel, o veza cat da
chaseal e koajou Piornodiern ha MeneHom, a en em gavas gant sant Korintin.
O welet eun den ker sanlel ha ken g w i ziek e sonjaz lakaat anez-han da veza e s kop e Kemper; lakaat a reas he boan evit
kement-se ha sant Kaorinlin a oue great
eskop ganl sant Martin, e Tours. Gralon a
roas dez-han he baleze keaJ Gemper. Sant
Korintin, kenta eskop a Gemp?r, a brezegas a r feiz dre Gere, sevel a reas parreziou. ilizou ha lakaat a reas bele en e pep
parrez evitkelenn ar bob!. Eat eo he eue
gant Doue var-dro a r bloaz 454.
Dizioit, 13 a gerzu, 1 5 " d. I. — Sanlez
Lusia, gwerc'hez ha merzerez, gwenn.
Dirgwentr, 14 a gerzu, kann-loar. —
Euz a eizvetez gouel a r Wérc'hez, gwenn.
Disadorn, 15 a gerzu, 17 ' d. I. — Eizvetez gouel a r Wérc'hez Vari konsevet
hep pec'het, gwenn.
Disid, 16 a gerzu, 18 d. I. — Ann
drede suivez euz ann Asvent. glaz-ruz.
1
M 1RVA1LLOU
E dor ann theatrou e vez lakeat e u r
zoudard d'ober gwrd ha kemennet dezhan lakaat a r r e ho deuz bizier da rei
anezho être daouarn eunn den karget
d'ho c'hemeret ha d'ho restaol pa zear
kuit.
Eunn nozvez, epad m'edo soudard e
Paris, Iannik al (eue a oue lakeat e gward
evelse. Ar serjant en devoa lavaret dezhan :
— Kement hini a fello dez-ho tremen
-t
Ile vue Financière
P o r t a , îa 3 décembre 1883.
5
Clemenceau, docteur et bouclier,
Hurlant, criant à pleine tète,
l e u r déclarait que :.on gosier
Est plus doux qu'une clarinette. Pendant qu'il tenait ce discours.i
'.Ids.
l'apa Grèvy ronflait toujours.
>• Le directeur Je l'école communale de
garçons, à l'iouzené,
r
P a r son numéro 153, du samedi l * décembre, le Jeune Age illustré commence
la quatrième année de sa publication. On
t'ouve, à l'administration du Journal les
trois premières années, formant chacune .
un très-beau volume de plus de 600 pages,
et orné de 200 gravures au moins. Chacun de ces volumes es,t un superbe livre
d'étrennes, bien propre à être offert en
présent. C'est un mélange de romans
écrits pour les enfants et d'articles destinés à les instruire, sans leur faire la leçon,
ou à les divertir.
Avec le numéro 133. premier de la quatrième année, commence une histoire nouvelle el de nouvelles séries d'articles. Le
moment est propice pour l'abonnement.
L'année destinée à composer le volume se
comptant du 1 " décembre a u 30 novembre suivant, on aura le commencement
du volutre de 1884, en prenant l'abonnement dès à présent. Pour un'an : 10 fr.,
chez M. Palmé, 70, rue des Saints-Pères.
Un numéro : 15 centimes.
AVIS
A NOS ABONNÉS
Nous prions nos abonnés de se bien
rappeler la date de leur abonnement et
de se réabonnera temps s'ils veulent évi
1er toute interruption dans l'envoi du
journal.
Nous avons l'habitude d'indiquer, trois
semaines d'avance, s u r la bande même
du journal, la date précise de l'expiration
de l'abonnement.
~r"
—
La situation reste toujours tendue et
les dispositions du marché hésitantes.
Nous avons eu à enregistrer au d>!but de
la huitaine une baisse rapide et notable
de nos Rentes ; le seul motif de leur reprise
de ces jours derniers est la liquidation et
ses exigences de rachats. D'ailleurs, dès
que les positions sont régularisées et le
découvert comblé, les cours fléchissentde
nouveau. Les valeurs n'ont pas réagi dans
les mêmes proportions, mais elles ne peuvent certainement se maintenir longtemps
aux cours où nous les trouvons encore
lorsque les Rentes leur donnent l'exemple
de la,;,retraite. Aussi croyons-nous prudent de réaliser dés maintenant, de p n i r
de voir sous peu la cote enregistrer des
prix bien inférieurs. Nous attirerons particulièrement l'attention de n o s lec'.eui's
sur l'Extéric-ur-Espagno! : nous n'avons
pas à revenir s u r les couses qui mehneeut
d'abaisser sensiblement les cours de ce
fonds : nous avons maintes fois dit notre
opinion à ce sujet, aussi bien, lorsqu'il
cotait 64 que lorsqu'il a commencé de fléchir avant et pendantl'insurrect ion de Barcelone. Aujourd'hui il est à huit francs
au-dessous des cours du mois de mars,
nous croyons qu'il ne s'arrêtera p a s là.
Une autre valeur cotée trop cher, c'est le
Lyon : nous avons sous les yeux deschiffres dont chacune peut tirer comme conclusion la baisse de celte valeur : diminution de 4 millions dans les receltes depuis
le commencement de l'exercice, charges
considérables du chef de travaux à i ffecluer sur des lignes dont on n'a pas à a t tendre grand profit dans l'avenir. Voilà
sur quoi se basent les baissiers et nous
nous rangeons sans hésiter, de leur coté ;
le dividende distribué pour l'exercice dernier était déjà inférieur à ceux des précédentes années de 10 et 15 francs et l'on
affirma dans les cercles bien informés que
larépartilionattcndue pour l'exercice courant ne sera que de 50 fr. Dans ces conditions le Lyon pourrait bien rejoindre le
cours de mille francs. Voilà ce qui se dit
non sans raison en Bourse et nous avons
tenu a en prévenir nos lecteurs.
Le o °/„ a reculé de 77,925 à 76,925
pour reprendre et clôturer à 77,495. L'Amortissable de 79,05 à 78 puis il se relève
sans l'influence des rachats e t termine à
78,50. Le 4 1/2% 1883 n'a^pas été moins
éprouvé : de 107,075 i tombe à 106,625
puis à 106.10 et 105.675 et termine
106,40. La Banque de France réagit de
5.400 à 5.350. La Banque de P a r i s est a
«20. L- B inque Ottomane à 657 50 L'extérieure Espagnol à 56,20. Ces dernières
valeurs sont appeléesà tomber lourdement
au premier signal. Le Crédit Foncier est
ferme a u x environs de 1.210. L'émssion
d'Obligations foncières du 26 novembre,
a réussi au-delàde toute prévision: 900.000
obligations libérées et 450.000 non-libérées ont été demandées s n r 600 000 offertes a u x so-scripteurs.
L<-s chemins français se retrouvent a u x
cours suivants : Le Lyon en baisse à
1.255 : le Nord à 1.745 ;*le Midi, à 1.115;
l'Orléans, à 1.260; l'Ouest, à 707,50:
l'Est, à 707,50. Le Suez, ciôlureà2.152,50
après une assez vive réaction au-dessous
de 2.100 provoquée par le néantdes résultats du voyage d e M. de Lesseps- en Angleterre. S u r ia nouvelle que M. Charles
Lesseps aurait conclu un arrangement
avec les a r m a t e u r s anglais, le Suez s'est
relevé en elôture au cours auquel nous le
laissons. — 91.20 rita;ien5*/o: 325l'Unifiée d'Egypte; 9.35 le T u r c 5 % .
Nous ne croyons pas que les cours a c tuels se maintiennent long emps à la cote
et nous engageons nos lecteurs a prendre
leurs précautions en conséquence.
Vpai P a p i s r
GOUDRON, i PAPIER.
friîe?teHorn
J SOUCÄON
JGSEPEBiRDQUiFùV
FUMEURS les
eoVJelfco..
Le Gérant : F. H A L K G O U R T .
lllttlMl
m
•
;
•••iiiiin ilnii li) i mi ili i r m i ì i m * " ^
LE COURRIER DU FINSTERE
>
>
»
•
>
»
Recommander e n cette saison derAwmes, grippes et bronchites, le SIROP et la
PATS d e NAFÉ d e DELANQRENIER, c'est
p a r t a g e r l'opinion d e s plus célèbres
médecins.
L e P U R G A T I F le p l u s a g r é a b l e et le
p l u s efficace est le CHOCOLAT d e DESBRIÈRE, pharmacien-chimiste. — Dépôts
d a n s les pharmacies. (Se méfier des contrefaçons).
ment malade, je repris les Pilules
Suisses, et aussitôt je sentis ces maux
repartir comme si on me les relirait
avec la main, ma'g-é mes six enfants,
et maintenant j ' a i toujours ce mAdicament sous la main. » — Les Pilules
Suisses coûtent i fr. 50 la botlf'.
587
Noussommes heureux de signaler à n o s .
lecteurs la Femme et la Famille, Journal
des Jeunes Personne?. D'après les témoignages que lui rend la presse parisienne
et d'apiès ce que nous en savons nousmêmes, c'est l'un des plus complets, des
moins coûteux et des mieux rédigés parmi
les journaux de ee genre. I l ne laisse rien
ignorer des choses de la mode, mais, consulter bienveillant et expérimenté, il
s'applique à en signaler les écarts, à en
rectifier les excentricités, en un mot, à
substituir au luxe eflréné et dispendieux
le bon goût élégant et modeste.
Indépendamment de ce mérite, malheureusement trop peu recherché par les
j ou ni aux de modes, la Femme et la Famille
donne des soins tout particuliers à sa
rédaction. Rien d'inutile, rien de frivole.
Aussi le recommandons-nous sans restrio-
M A L DE D E N T S . — L'EAU du D '
O m é a r a calme à l'instant la plus vive
d o u l e u r et arrête la carie. — Vente d a n s
les pharmacies.
609
R e n d u e a u t r a v a i l . — Sur le désir
de Madame Thomas, à Verneuil, on nous
prie de reproduire ta lettre, elle écrit :
< Depuis l'âge de vingt ans, enfin depuis
> mon troisième enfant, l'avais des dou» leura, maux de tête, lait répandu,
» manque d'appétit, ébloui-sements, et
» bien des fois je ne pouvais pas travailler.
> J'ai fait usage des Pilules Suisses, tout
» de suite je redevins en parfaite santé.
> Quelque temps après j e tombai grave-
Demande <TAGENTS
L e R h u m e le plus opiniâtre est guéri
r a p i d e m e n t et s a n s t r a i s on avalant
2 capsules Guyot à c h a q u e repas. Autrefois ces capsules étaient noires et désagréables àavalor, a u j o u r d ' h u i elles sont
blanches et ressemblent à u n bonbon.
S u r c h a q u e capsule est i m p r i m é e la
s i g n a t u r e E. Guyot. E x i g e r s u r l'étiquette la s i g n a t u r e (luyot en trois couleurs et l'adresse, 19, rue Jacob, P a r i s .
Les enfants et les personnes qui ne
peuvent avaler ces capsules feront usage
do la pâte R e g n a u l d , la meilleure des
pâtes pectorales.
606
des
MM. L E BLANC G E O R G i e t C* (Société
o n commandite) propriétaires actuels
d o s Usines de Marquise (hauts fourneaux
ot fonderies) o n t l'honneur d'informer
l o public qu'ils n ' o n t rien d e c o m m u n
a v e c la Société anonyme
de Marquise,
déclarée en faillite le 24 Novembre
dernier.
618
BBBBBBBEBBBSSBBBB8BBBSBBB
Éviter les contrefaçons
CHOCOLAT
RENIER
Officia votiva per annum a Sanctissimo
Domino nostro Leone Papa XIII, per
decretum Die 5 Juin 1883, concessa, u n e
b r o c h u r e , p o u r bréviaire in-12 et in-18.
P r i x net, 0 fr. 30 c. ; franco-poste, 35 c.
Exiger le véritable noi
LE PLUS BEAU L E P L U S U T I L E , LE P L U S AGRÉABLE
MBDj.ii.La D'oa lus — atioarLU B'Aseaar 1S4S
BONBON PEOTORAL A LA RÉGLISSE
Recommandée par son efficacité par les Médecins
et les milides contre I ASTHME, les CATARRHES
et tentes Maladies des VOIES RESPIRATOIRES.
Ml
& ru
arehiïes,
SOITtila-TOB gut cks 3 a e ko!te de 1 f. co rti là lltmttrt
- G E O R G E -
PARS
I , 28, TaU
i tant
Avis important
Avis au Clergé
Pharmacien rlEpiival (Vosges)
U n e importante m a i s o n d e Bordeaux,
propriétaire de g r a n d s v i n s et de c o g n a c s très estimes, v o u d r a i t ê t r e sérieus e m e n t représentée p a r d e s agents ou
des h o m m e s r é p a n d u s , désireux d'occ u p e r l e u r s loisirs. E c r i r e à M. R a y m o n d ,
4 1 , r u e Constantin, B o r d e a u x .
617
!9alaaaVa«aaaWaMaaa«a«aaBaBaani
.
85
JOURNAL Ti.ÈS RRCOMJIANDÉ AU* FAMILLES ET AUX PENSIONNATS
PATE,GEORGE
Vins et Cognacs
Les mêmes Offices, p o u r missels in-4*.
P r i x net, 0 fr. 20 c ; franco-poste, 25 c.
Ë£So t r o u v e n t à Brest, à la Librairio
J . - B . et A. Lofournier; à Q u i m p é r , à la
Librairie J . S a l a u n .
Adresser mandats-posto ou timbres
p o u r paiement des d e m a n d e s .
tion à toutes les mères de famille et aux
diverses institutions dirigéespar des dames
ou des religieuses. (Voir l'annonce.)
19.
C A D E A U
P O U R
UNE
D A M E
OU
U N E
J E U N E
P E R S O N N E
c ' e s t u.n a b o n n e m e n t
SIROP H . F L 0 N
GUÉRIS 0 N
L 6 n i t i £ - P e c t o r a l
Le Spécifique usuel depuis un demlslecle contre les B.MVME8
et les
uSummations des
BRONCHES,
tenant à une cause nerveuse.
PARIS, 26, rw Taitooat & rat des Arthtvw, 19.
Sonvenex-Toos g us cAaaiMftrcondi Itr. 50 ports
certaine et radicale de toutes lf s affections
de la P E A U : dartres, eczémas, psoriasis,
acné, etc., même des P L A I E S et U L C E R E S V A R I Q U E U X , considérées
comme incurables par les pins célèbres
médecins. — L e traitement n'exige aucun
régime particulier, il ne dérange nullement du travail, il pentêtre suivi partout,
m ê m e en voyage : il est à la portée dps
petites bourses et dès le deuxième jour
il produit une amélioration sensible.
Il liflturt : F L O N
à
LA FEMME et LA FAMILLE, Journal des Jeunes Personnes
CIKQa-'AlfTE I T VXaÈSIE AlCIfKK
Sous la direction de M " " J u l i e G O U R A U D
m
i K i
J u i n Gouiaud, Julie Livergnn, de Stolz, Jean
Principales rédactrices : M " et M
LanHer, Sizerac de F o r ^ s . Henri Beaulien, J . d'Engreva!, Barb¿, Co'omb, Pauline
do Thibert, Léruda Geofroy, Valen'ine Vattier, Henri Langlois, Lucie des Ag^s,
Véronique, Louise Deiville, etc., etc.
Modes et travaux.
m
— M " Agnès Verboom, baronne de Spaile, Angèleet Sarah Cretté.
ÉDITIONS DIVERSES
DBS
S'adresser à M. L E N O R M A N D , médecin pharmacien, à Tournan (Seine-etMarne). — Consultations gratuites par
correspondance.
500
•at
composé
das
meilleures
aortes
Il ne contient
ancón
mélange
de Chicorée
ou
svlrei substances
analogues.
Jsiirat «r» sertîtes ji'ffll Älfil f i l
tir dea bules partis» I» twrj : HgjaJjgiSl
ÉVITER LES IMITATIONS DU TITRE OU DE L'ÉTiaU'TT;
Mensuelle, sans annexes : 6 fr. ; étianger, 7 fr. — La même, avec annexes et gravures :
42 fr. ; Union postal-, 14 fr.
Bi-Mensuelle, sans annexes : 10 fr. ; Union postale, 12 ir. — La môme, avec annexes
et gravures, 18 fr. ; Union postale, 20 fr.
Pour s'abonner, envoyer un mandat-poste à l'adresse du Gérant, M. A. Viton, 76,
rue des Sainis-Pères, Paris. — Bien spécifier l'édition qu'on demande.
r
B.AU MUTERALE NATTJREUJ
Bodxom d» l'État. Applications en médecine :
MAUDE-GRILLE.— Affections lympbathlqnca,maladies
dea toi wdigestives, engorgements dn foie et de la rate,
obstructions Ttscerales, calculs biliaire*, etc.
HOPITAL — Affections des voies digestives, pesanteur
d'estomac, digestios difficile, inappétence, gastralgie.
CÉLESTINS. — Affections des reins, de la vessie, graTelle, calculs urlnalres, goutte, diabète, albuminurie.
HAUTERiVE- — Prescrite comme l'Eau des Celestina.
Administration de la Compagnie concessionnaire :
PüñlS. 22, Bou le, art Montmartre
B B B I 1 « NOM de la SOURCE sirria CAPSULE
à Brest, cbec M. JuïENTIN, 4 8 , rue de la Rampe,
ches tons les droguistes et pharmaciens. 496
SIROP,,,,-OEHARAMBÜBÍ
ET
PATE
PECTORALE
CENT VINT ANS DE SUCCÈS
, Prouvent qu'il e i t le meilleur remède
guérir iea maladie* it poitrine, catarrh**, <
X&axnez. T o u x , GOQTJELTJCHB.
Bue Salnl-Harlir., 3U, » Part».
:
MtiuSt-Y.es, I ,
Bit
SAISON
E S T
D'HIVER
II, nie Kleber. II
TYPOGRAPHIQUE ft LITHOGRAPHIQUE
F.
!
Prix : flacon, 1 fr. 60. Boîte, 1 fr. 50.
S» trouve da^s les bonnes phaim. 611
1
uni'.nT
P R I M E S P O U R L ' A N N É E 1884
*• Toute personne qui s'abonnera avant le V* Janvier 1 8 8 4 recevra gratuitement les
numéros de N o v e m b r e et de D é c e m b r e 1 8 8 3 correspondant à l'édition qu'elle aura choisie
2° Toutes les abonnées recevront, dans le courant de l'année, plusieurs gravures
(sujets divers).
3 ° Pour Êtrennes 1 8 8 4 , la Voyageuse Bâcle, n. S, charmants machine h coudre, à
navette, riqûre solide et sans envers, va'eiir réelle 1 0 0 fr., sera ivrêe aux abonnées au
prix exceptionnel de 5 5 fr. S'adresser uniquement à la maison D . B â c l e . 4 6 , rue du B . i c ,
a Paris. — Ces grands avantages et la rédaction vraiment choisie que son éminente
directrice. Mil» Julie Gouraud, a su doun<T et consrrv-r à la Femme et la Famille depuis
vingt-cinq acs, justifient d'avance !a préférence qu'on lui accordera sur tcus les journaux
analogues.
HALÉGOUËT
GUIDES JOANNE
Stations
d'hiver de la Méditerranée. — Provence.
Corse. — Pyrénées. — Algerie. — Espagne. — Italie. — Turquie.
Grèce. — Egypte. — Syrie et Palestine.
CARTES DE ÎISITE
SE DÉFIER
DES IMITATIONS
&
CONTREFAÇONS
J u g e m e n t d n Tribunal c i v i l d e l a S e i n e d n 8 m a i 1 8 7 5 .
IMPRIMEES
GRAVÉES
№
—
—
—
—
—
—
—
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
Le cent
Bristol
Pocelaine.. . .
Mat
Mat supérieur.
Bristol fin. . .
Mat doub. force
Ivoire anglais.
2 ' 2 5 Petit format, le cent. 2 *
2 75
3. i
3 5 0 Grand format
3 50
4
»
4 50
Les Cartes imprimées seron
5 »
5 5 0 livrées dans les 24 heures.
aavr u n s
• ^*a,^a;
» a n d r e de B i s s p é c i a l e p r é p a r é e a n B l s œ a U j
"^5ét
PAR CONSÉQUENT D'UNE ACTION SALUTAIRE SUR LA PEAU
Q* Mt tuerait» et iiróiHt. assi doiae-t-eiie n Uni n e traldnr utsrtfl*.
PARIS
« ;
Ch. F A T , Inventeur
j » .
9. rat de la Faix
sucez
quelques
ONT
VOUS NE TOUSSEREZ P L U S ™ :ieux
» G RduA MGoudron
asur
n les
goudron.
Agréables
à laaussitôt
bouche,lails
suite on
l'arôme
poumons
et arrêtent
T oportent
u x . Par de
le passé
buvaitprécie
de l'Eau de Goudron,
mais le goût répugnait. Depuis peu on fait des Capsules de Goudron recouvertes de
gélatine pour en masquer la saveur: ici l'inconvénient est grand, car l'enveloppe dure qui
recouvre le goudron l'empêche d'agir comme calmant immédiat, tandis que le B o n b o n
C r a m e n t fond de suite et soulage immédiatement. Prix, la boite,! f75 ; d«nii-bol te, I f r .
ADRESSER LES COMMANDES
8e
meéOer dee Contrefaçons.
— Exiger
l a Signature
du If
ORAJtONT.
Dépôts à Brest, pharm. BARON, Grand'Rue 13, et toutes les pharmacies.
rue
Saint-
Yveí,
Í8,
ou
rue
Kleber,
il,
Brest.
Brost. -Imprimerie F . HA LÉGOUET, .rue Kleber, 11, près le voiedu Pont
£00
ЦЦЦ1ЩШШ
•
.
'
•
.
'
.
.
•
„
.
'
•
'
,
l
'
.
'
,
M
,
„
l
l
,
.
l
.
.
Samedi, 15 Décembre 1883
UN
óñ funi
¡«••¡O ¡i.
ii
IMES.
UK ¡L
3* Année. s N* 305
io ми'оэпо íuél в *¡')
.: • •
¡¡ii
.
» m s ,9<лот
ï —
:
'
ifeiBILL .'ALLERTI •"
В
1
9
• i щ_ЛР-pi ' '
ВВ
Hi
mm
<
TAT
ШОЧ
гагт •.
I
щшч
LORRRGBI
• I fe tai i.i-.rf .'od
N i a zo b e p r e d B r e t o u n e t ,
Bretounet tud kalet !
PARAISSANT ТОЩ LES SAMEDIS
ON S'ABONNE
i Breit, au Bureen de I'Administration da Journal I
rue Kleber, 11.
1
da
Tout «e qui concerne la rédaction et l'Administration
UD
Journal, doit être adressé frane de pori, tu Proprie'-' reGérant, rue Kléber , l t .
!
B9b ?•••:<:••.;.as lonu si fining I N J
Brest, 14 a viz kerzu 1883.
Ar wenn, a leverer, a jomm ato. An aer
T I B E R , kaer a ve ober lazik dezhi, na deuo
morse da zilienn-,- nag a r bleiz, kaer e ve
he larda, da veza a r c'hi kc antik Loulik
p e a r c'hi mignoun Penn-du.Kv Republik,
ken nebeut, kaer en devezo eur Yan
bervel pe eur Jakez sot bennac gortoz
vad|diganlhi. a r Republik ken nebeut na
deuo morse d a veza eur gouarnamant
mad evil kristenienn Franc.
Ar w e n n a jomm ato, hag ar Republik
a zo ganet e F r a n c gant wenn fall.
Divar revolution ato eo e deus en em
zavet e F r a n c . He dour badiziani dezhi a
zo bet goad ar roue santel Lois XVI, e
1793, skuillel varnezhogant Robespierre;
e 1830, e 1848, e z'eo en em zavet eus e u r
revolution, o skuilla ar goad ; e 1870, e
z'eo en em daolet var a r Franc keaz, pa
rede puill goad a r Francizienn en eur brezel) terrubl.
Na penos, e gwiriopez, adversourienn
d'ar relijioun eyel Jul Ferry, J u l Roche, "Waldeck-Rousseau, Cleraenceau, Cazot, etc., si rofe eur gouarnamant mad
deomp nin kristenien.
Dalc'homp ato slard da enebi oe'h ar
Republik. N'hon eus vad ebet da c'hortoz digant-hi: g a n e t eo aer-viber,bag aerv i b e r e c h o m m o . Dalc'hompätardevit g w i riou hör relijioun h a g da goulenn a r roue.
Ar broiou all ho deus roued : nin a r a n k
caout ive. En deizall, hör pevar senatour
h a g hon deputeed katolik a zo eat da
ober vizit d a r c'hount a Baris. Greomp
evel 8r senatourien hag an deputeed-ze
hon eus h a n v e t : bountornp a r Republik,
a. zo dizoue, ha bezomp a du gant a r
roue, a zo kristen mad.
COAT-HALEK.
KELEIER Ali
( DIVAR
IMJ. )
FRANC
. Aotrou arc'heskop Tours a zo maro er
zizun dremeuet.
Debad er Garnir. — Dirgwener, dissadorn ha dilun diveza e z'eus bet diskourzou bras divar benn ann Tonkin.
Argouamarnant a c'boulenne 9,000,000
evit a r c'hampagn-ze. Mez, neket an dispign-ze oa : an oll c hoar vad eo red
brema h e ober.
Ar faolou great gant ar gouarnamant,
à zo en em fourret en Tonkin eb gouzout
petra deuze de veza a r stai, a r faolou-ze eo
a zo stlapet deza e faç.
Ar F e r r y en deus en em zifennet. A r
aotr-se a c ' h o a r brema manea superb h e
eod : 308 mouez en deus tennet ganthan dilun da noz d'ar vot. Mez, h e wirioneziou en deus tapet ive, dreist oll digant Delafosse ens an lu deo ba digant
Ribot, a r gwizieka h a g an honesla den
eus a n tu kleiz.
201 mouez ho deus volet eneb Ferry ;
ennho oa 85 eus an tu deo, 116 «us a n ta
kleiz.
Brema a r Gambr a vot adarre ar budget.
§
B r u d zo, evel ma touaten h a g a m eus
dija her lavaret deoe'h, brud zo e vezo
empellet an electionou evit a r c'homuniou
da. viz ebrel pe da viz mac.
Ar Senad, ha c'haign goz, a boez ato
ive muioe'h mui var an ta kleiz. Goade
Pressasse, ar paslor protestant, en deus
disadom 8, hanvet da senaiour a vuez ar
fr„nç-raassouna eus ar franc-masse uned,
J e a n Macé.
Jean Macé a zo présidant a r vreuriezifern la iigue de i'enseignement, he deas
labouret h a poalzet ar goassa d a deuler
a a Aotrou Doue, a r c'halekiz h a kroaz
hor . Salver benniguet er meaz eus ar
skoliou.
BRO-Z4.0Z
Sonch zo ive e Bro-Zaoz da chench
eun lammik a r votadek : varzu a r suffraj
universel e fell da C'hlads'one, a r ministr
braz, kass ive Bro-Zaoz. Mez evit c'hoas
Bro-Zaoz a zo pell eus an toull omp-nin
kotzetannha.
-oq et» er.c.
w
>
*
ABONNEMENTS
'
Brest, Finistère, Côtes-du-Nord, Morbihan.
Départements.
j. . •
4
Л
3 fr.
4
во'лгйвЫ«а»1в
Doue h a g ar R o a s !
<!«.'>
ANNONCES
!
Colonne s
lai
lernt
Colóme* lalerleurw..
Lu Bureaux sont ou vert» de (Obtures du natta к a heures du soir.
SPAGN
Ministred Spagn, ar re nevez, ho deus
ar mêmes sonj ha Gladstone e Bro-Zaoz:
da boulza a r vro-ze d'ar suffraj universel.
Mez, beac'h ho devezo : douet zo e
kouezint ho-unan kentoe'h.
Friz Pruss a zo eat da valet kear Séville,
keara k e i r eus a r Spagu. Kaer ho deus
hor republik-uied glaboussat, mignoniach
a jomo etro Spa^n ba Pruss divar ar
yeaih-ze great gant mab roue P r u s s e
Sp.gn.
P a lavaran deoc h ; ar c'helc'h a raio
d'ar fin Bismark en dro d'ar F r a n c , m'ar
chom e Republik.
ALLEMAGN
Bismark a laka souez an oll, dreist tout
begen-braz hor Republik : setu hon,
adversour koz a r P a b , o vont d'en em
unani tre ganthan. Ha na ket hanter-ober
eo a ra : mab an impalaer he-unan, Friz,
ha taostda veza impalaer, peguir Guillou,
a zo 83 bloaz. eo a gassda vel t a r Pab.
Dilun pe zimeurs, 17 pe 18, Friz a
vezo er Vatican, o renta vizitda Leon X I I I .
Pebez kentel ! 12 vloaz zo Bismark a
ra brezell d'an Ilizkalo.like Pruss : kailla
a renk, ha gwelet a rit, n'en deus ket mez
oe'h he ober.
E gwirionez, neket ann dra-ze a glaskont.
Petra a glaskont eta?
> Klask a reont kaout pleg var ar veleien
evit-galtout laerez ho fae, pe o stlapa er
prizoun. Mont a reont da gavout a r pennou bras etouez ar republikanel ha neuze
e reont goulenhou evel-hen :
Daoust h a g ann Aoutrou persoun ne
goms morse a enep ar c'houarnainant, al
leoriou (Bert, etc.)?
Pe seurt journal a deu dcz-han ?
Karet eo er barrez ? Ne c'houezit ket
hag eur pleg benuag a ve galle' da gaout
varn-han?
Awechou e zeont da gaout ann domestiket, ar vugaligou.
Drouk eo ann Aoutrou persoun ?
Pet gweach ar miz e vez er gador-zarmoun V Ne goms ket rust pa vez ebars.
E miz hère, bez 'ezeuz bet iveganeoc'h
chapeled ha pedennou ail e v i t a r Rosera ?
Eur vreunez bennag a zo bet nevezsavet er barrez ?
Setu aze, goazsd, e pe stad eo kouezet
hor bro.
Ha n'eo ket poent e ve skubet al lorgnez
a zo brema e penn ar vro ? Poent eo e ve
eur mestr bennak.
BELGIK
Palez an deputeed a zo bat er zizun
diveza devet neat-raz.
ABABENN SANT-ALAR
EGYPT
E r Soudan e za ato fall a n traou evit
an Egypt. ArjMahdi pe ar profet nevez var
he veno, a chench an oll mahometaned
d'he heul.
Enn deiz varlerc'h, d'ar merc'her, 24 A
viz genver 1882, ann aoutrou persoun ne
varc'hatas ket moni da Gemper da gavout
ann aoutrou n'Eskop evit dispiega dirazhan kement tra a ioa nevez-c'hoarvezet.
Douetuz n'oa ket ann dro genta d'ann
aoutrou Pouliquen da vont da c'houlenn
kuzul ha sklerijenn. Mez enn amzer ma
vevomp ennhi n'eo ket awalc'h kaout ar
wirionez h a g al lealdet euz hon kostez :
r e d e v i j e ive kaout ann nerz, a r c h a l l o u d .
Hogen, n'hor beuz ket : ann nerz hag a r
c'halloud a zo muioc'hgant enebourien ar
relijion.
Ann aoutrou n'Eskop a lavaras d'ann
aoulrou Pouliquen : a Dalc'hit mad, ara• bad lezel laerez ann iliz; iit, poulzit
» larkoc'h m'ar d'eo red, ha lakit evez da
» veza luiet el lasou a anleller bemdez a
» zindan ho treid »
Dislrei a ra dioc'h-tu ann aoulrou persoun da Sant-Alar. Mad en deuz great :
rak ma vijc chommet eunn tammik
muioc'h e Kemper, gant ann aotrou n ' E s kop, douetuz e vije bet digaset d'ar gear
gant ann archerien.
Ann dra-ma n'eo ket kaosiou, nann !
P a zigouezas ann aoutrou Pouliquen e
gare Hanvek, e klevas lavaret oa bet var
a r poent da g a s ann archerien d'hen diambroug h a da dapa krog enn-han.
Bah! eunn dro zivalo muioc'h pe nebeutoc'h n'eo ket kals A d r a . Ouspenn решр
gweach varn'ugent e zeuz bet roes kellien
dez-han da lounka : perak ne vije ket
bronstet eur weach c'hoaz a r persoun
koz araog ben stlapa er prizoun ? R a g esper ho devoa c'hoaz a r gonseillerien d'hen
taoler er prizoun. Eur weach er prizoun,
ne lammo mui, A zonjent-hi ; ni hon de­
vezo amzer d'en em drei h a d a zibunahon
k u d e n n ; m a c'hell en em denna goude,
gwell aze evil-han, evelato eunn nebeut
misiou e vezo bet ebars ha neket enor a
c'hounezo.
E gwirionez, e broiou gouez ne vez ket
gwelet kement a zislealdet h a g a gasoni.
D'ar bobl kristen eo barn konseillerien
Sant-Alar.
Distroomp d'ar gaoz.
Ema diskennet ann aoutrou persoun er
gare, digouezet eo e S a n t - A L A R . E no ema,
pell ' z o , e u z hec'hortoz, a r barner a b e o c h
e a z a Z a o u I a s . Dcueteo, hen ive, evit ober
enklask d'he dro. Tri dervez eo bet о furcha, h a g ann aoutrou persoun a zo bet
epad pemp heur diraz-han.
Pemp heur ! Emichans en deuz bet am­
zer da drei ha da zistrei ann aoutrou per­
soun, da glask luia anez-han enn h e gomsou, d a welet H A gwir pe c'haou a lavare
ar gonseillerien. Goude-ze ann aoutrou
persoun a zo bet dirak prokuror ar Republik, dirak ar barner-enklaaker, juga
TONKIN
An amiral Courbet a vale var Song-Tay,
ma n'ema ket dija ebars.
POLÎTES.
Ar Skoliou a c'hiz nevez
KER-BER. — Targaz Ker-Ber ne c'hoar
doare e pe leac'h mont kement a fouge a
zo enn-han, abalamour m'eo bet torret
prokuror a r Republik, e Brest, a n n Aoutrou Terrier de Laistre.
Terrier de Laistre a zo eunn den a rclijion, eunn den leal, evit beza m'edo e
servich ar Republik.
Ar seurl tud-ze a vez torret brema.
Goulskoude, ann targaz a zo bet flammet h a flemmet mad e kreiz he fouge.
Petra 'la 'zo a nevez ?
Enn despet dez-han, skol ar freret a
zigoro près ti k e Ker-Ber.
Ar pez en deyoa lavaret ann Aoutrou a
ioa gevier ; a r gomision a zo bet enn deiz
all o welet ann ti-nevezhe deuz rente i. lestent d'ar wirionez.
Deuet eo a n n u r s da lezel digeri skol
ar freret.
Ann targaz a c'hello miniaoual leiz he
gof.
SAHÎT-CLER (Gers). — Eunn inspektour
o welet eur groaz enn eunn ti-skol, a la •
varas d'ar ekolaer, o tiskouez a r groaz :
— Taolit ann dra-ze er meaz ; gouzout
a rit n e c nouzanver mui ann traouechouze.
— P a zaio ar groaz-ze er meaz, eme a r
mestr-skol, me a ielo ive.
Ann inspektour ne lavaras g r i k .
Seta azo eur mestr-skol kristen h a k a lounek. Skouer vsd d'ar vistri-skol laïk.
A r c ' h a l s euz a r re-ma a vezo prestik, m a
kendalc'hont, gwasa enebourien Doue h a
gwasa enebourien a r gèrent k n s t e n . E
meur a barrez ema-her o vont da starda
a r c'henn dez-ho.
Mad a vezo g r e a t .
Treiiellerei futreá ir С lounusait
E p e p k o r n euz a r F r a n s , ha dreist-hell,
e kostez ar C'hreiz deiz, a leverer e zeuz
tad о troidellat таг zigarez guelet h a mad
eo bat ann t e s t , ar foann, ar rann.
.£S3^sjB"{3<J ar.a
r . A « S S I O SSR< eiatüm
Bet
d'instruction : troet ha dislroet eo bet,
gourdrouzet ha pedet da anzao eo l a e r l
— Me laer I eme ann aoulrou persoun;
nann, nann I neket me eo al laer. Bikan
ne anzavinn ounn laer p'eo g w t r n ' ó u h a
ket.
' :
Souezuz eo gwelet ann archerien, ar
barner a beoc'h ha dreist-hpU.ar barnerenklasker, etc., tud a renki U a e k a r g ,
o tifìziout ker buan euz eur belek karet
hag enoret gant ann boli, hag o taoler
kement a evez h a g o priza kement tamallerez tud atiavezet evit beza Iounkerlen.
ar c'hals anez-ho. Doare *zo oyijent bet
evuruz meur bet m'ho di v i j e gallet kaout
pleg var eur beleg hag hen stlapa er prizoun. Enn eunn amzer evel hon hi ni, keroent-se martez- a lakafe anez-ho da veza
deuet mad gant ar c'houarnamanl ha da
gaout hirroc'h pae.
Red eo trouc'ha berroc'h, r a g eul leor
e ve renkel da skriva evit kounta abadenn
Sant-Alar.
Goude eur bern enklaskou ha troidellerez e leu a n n urz da Iezel a n n traou svelse
(ordonnance de non-lieu).
la, kement-se à ióa mad e kenver a n n
aoutrou persoun, mez daóust h a g ann
traou a dlie chorara evelse ? P e r a k n'euz
k e t , dioc'h-tu, digoret enklask a enep ar
gonseillerien? Daoust h a g ann traou a
jommo evelse? Daoust hag ar varnerien ne
glaskint ket al laer? Daoust h a g ann aoutrou persoun ne Jboulzo ket i a r k p c ' ^ j
Respount a v e z o da benn nebeut amzer.
Epad ouspenn e u r bloaz, ann holj f.rjk
ar maro bihan.
Kelou ebet euz ar gonseillerien, kelou
ebet euz ann enklask, kelou ebet euz a
Ber nag euz a Baol.
Ar gonseillerien n'int ket bet var-dro
ann aoutrou persoun, na da viz genver
1883, n a da zul a r C'hasimodo varlerc'h.
Kontchou a r bloaz 1882 a zo c h o n m e t
a-dreuz ; kontchou ar bloaz 1883 h'^uiz
meneg ebet anez-ho.
Hen lavaret hor beuz, abaouè miz genver 1882, arc'hef-bras a zo e tre daouarn
a r mear.
'' ' ". ' .
Abaoue miz genver 1883, alc'boueziou
kefou bihan ann iliz a zo ive, neket etra
daouarn ann aoutrou persoun, harvez m e o
merket gant al lezenn, mez etre daouarn
ar mear.
'
n
Ann aoutrou persoun n'eo m u i nètra
enn ho iliz.
°
Evelalo, kounje en deuz da welet mòht
zigeri kefou bihan ann iliz. Er blòa-ina,
1883, evit miz ebrei, mae h a g even, -e
zeuz kavet, e r c'hefou bihan, daouzek lur
dek gwennek, 12 lurlOgwennek : aoutrou
persoun Sizun a zo test ; er bloaz tremenet, evit a r memez miziou, e zana kavet
trizek lux h a tri-ngent h a g eur gwennek
bennag.
i * ijJscTS
Ar miziou-ze co a r r e welia, abalamour
da foar vae. E r bloa-ma, meur a hini euz
Briek ha leac'hiou ali a zo bet o kinnig
peziou a ugent real e prof, d'ann aontrou
persoun. « It d'ho lakaat er c ' h e t ama
> a n n aoutrou persoun, m e ne goumeran
» k e t enn d o u r n . . . . » Meur a b e a u r a o t
real a zo bet gwelet o koueza er c'het da
foar vae. Penaos eta ne gaver nemot 12 lur
10 gwennek ebars? Daoust ha loull eo ar
c h e f ? D a o u s t b a g alutouezioafaozazo?
Daoust e pe leac'h b a gant piou e za aaa
arc'hant?
rosa e .imirio IÀ
Dea n e c'hoar : evit c'hoas n e damaiter
den netnet a n a aoutrou persona. M i r t i »
divezatoc'h ar varnerien a raio —Étnh
h a g a da mallo unan bennag ali; Vii- o indo
Hen esperout a reomp.
" •• . ' "
Salo, evit pep bini er barrez, a va kavat
al laer.
sc
Tri iec'h miz eo chommet ar stai «valse ;
trivec'h miz eo bal ar gonseUlerian hep
dont d'ober kount ebet! I .
Evelato, n'oat ket evit chomm evelse.
D'ann deiziou diveza a viz gomera peer
penn kenta euz a viz eost 1883, ann aoutrou Pouliquen a bea ana aoutrou Robic,
persona Daoalas, da zontda zikour anezhan da zi luia eur gudenn ken rouestlet ha
da veza test euz ar pez a en eoi gavje.
Dont a ra ar gonseillerien dar presbital
evit renta kountchoa 1882 ha 1883. Poent
oa !
Ann aoutrou Robic a c'houlenn digant
ar mear ha renavexet eo bet ar chonaeil
harvez al lezaao, lazann 1809 ha 1 $ $ ,
(
(PEVABE rr.NV»D!
&&i en E i . sierioa ее! эьеяпв lamioie.
u
[H}
LE COÜRBIER Dü FINISTE tit
— c Nann, morsa, eme a r mear, ni a
so h a g a jommo ! » Ann aoutrou Robic a
c'houlennas d i s a n t ann taazorier e peJ eac'b edo a r c'huittansou a rente testeni
e«z ann dispignou douget. Dibaot eo a r
a'huitiausou h a g a r roudannou a zo kavet, ma zeuz kavet.
Goude eunn nebeu». goulennou ha m pountchou, aoutrou persoun Daoulas a
w e l a s sklear n'oa ket bel heuillel al lezenn
evit henvel ar gonseillerien e Sant-Alar,
ne d e a ket ar gonseillerien eeunn gant al
lezenn
Tri bloaz hag ouspenn a ioa
abaoue ma n'oa ket bet a voterez, da zul
ar C'hasimodo, evit chench pe henvel anevez ann tri gonseillour a ia, bep tri
bloaz, cr ineaz euz ar c'honseil.
Ouspenn-ze, er c'honseil a ioa, ma
c'heller ober koaseil anaz-han !... n'euz
klevet biskoas koras euz ar bureau (bureau des inarguilliers), nag euz a gale
traou ali evelso : al labour a iea enn-dro
evel a zo bel mei ket a-ziaraok : ar gonseillerien a rea ho fenn hag a roe keillenn da
bloumma d'ar parsoun koz, keraent ha
keiuent ali ; van ebet euz al lozenn. nag
euz a guziiliou ha klemmpu ann aoutrou
pei soun. Ar stai a vije great elre ar gonseillerien, neket er presbital ah e/., na
dirag a n n aoutrou porsoun ; mez atao pe
gazi atao enn davarn, ken etre-z-ho, enn
• u r èva banneou, hag eno ive var daol a r
banneou, e vite paet servicherien ann iliz,
a r c'hloc'her h a g a r re ali.
O klevet h a g o welel keraent-se, ann
aoutrou Robic, persoun Daoula9, a ieas
raktaì da Gemper, da gaout ann aoutrou
n'Eskop h a da c'houlenn ma vije torret
konseillourien a n n ilis, e Sant-Alar, ha
lakeat re ali enn ho lcac'h.
' Penaos età, kazetennou kenteliet fall
evel ann Union républicaine, a lavar eo
bet ann aoutrou Pouliquen o liva gevier e
Kemper hag o lakaat, ciré he c'hevier,
terri ar c'honseil?
Ann aoutrou Robic n'eo ket bet diez
dez-han diskouez d'ann aoutrou n'Eskop
e ioa kant digarez vad e leac'h unan da
derri konseil Sant-Alar.
Divezatoc'h, ann coutrou Pouliquen a zo
bet e Kemper evit renia testeni d'ar wirionez displeget gant ann aoutrou Robic.
Ann aoutrou n'Eskop hag ann aoutrou
Préfet a zo en em ententel divar-benn
abadenn Sant-Alar : ar gonseillerien goz
a zo bet torret.
D'ar-7 pe d'ann 8 a viz gwengolo 18:3,
a tigouez,abers a r préfet, eul iizer (arrêté),
h a g a hanv da gonseillerien nevez, Crenn
h a l a a n Boguennec.
Ann aoutrou n'Eskop a hanv tri gonseillour ali.
Ar gonseillerien goz n'ho deuz età,
sklear eo, neraet renta kount euz ann
traou d ' a r r e nevez hag en emdenna kuit.
Ia-da ! ne c'houezit doare pe seurt paotred eo a r gonseillerien torret.
Torret ini daou v z 'zo hag ouspenn ha
ne flachont ket muioc'h eget eur inean er
c'hae !
Torret i n t , h a g atao ema-int, enn iliz,
var skaon a r gonseillerien ! ar gonseillerien nevez ne c'iieilont toslaal n a g ouz ho
skaon, nag ouz ho c'htfou !
Kredit, pe ne g r e d i t , evelse ema hirrio
e'hoaz a r stai.
Douetuz , a r gonseillerien torret a zo
unan bennag o piaula poulsennadou ennho, o rei skoazcl dez-ho.
Kament-se a welimp dissadorn ken ta.
Mcur a v e a c h zeus klevet lavaret ar
zo guella pobl euz ar bed, ma
na vijent mesverien.
N oar ket evil nac'h na deu bemdez da
greeki ar passion evit ar boesson, noazout
a га ouz icc'het ar c'horf, ouz icc'het ar
sperei; an d u i di var ar meas, koulz a re
ar keariou. Ar soioni, ar follentez, pere a
ioa guechall ken rail, a zeu bruma evel
klenvejou peg us. A veac'h ma zeuz baro
Ouz о bel^uez, ann dut iaouank en em
тоая da èva; dèuet da bemp vloas var
n'ugent e zint mesvierien роит, kollet
gaìho о skiant, guest! a b-p follentez, a
bep drouk. Ar scridou euz a lez-varnou,
ann hospilaliou tud feu aziskouez spiana
mearbel ann traou euz-iz-ze.
Ar chimi, e ken ver ar servi chou a rent
d'an dud. e deux iva guail-eurusamant
sicourat skigna ar gouli euz ar vesventi,
an ear rei da dut diskrupul ann doare da
ober odici, gant traou avechou noazus.
Ear chimiste. euz laboratoire P a r i s ,
«a deuz dixoioet n'euz ket pei), en eun
odivi m oa di gasset dezan evel kognac a
e x real a litrat, e zoa greatgant troaseuz
ar kazernoa. Entent mat a reel, an odivi
a ioa great gat staot !
с L'orine avait été transformée en glu> cose, et la giocose en alcool qui,
» moyennant une légère addition de ca» rame!, de cachou et de vitriol, était dé• bité sous le nom de bon cognac à 2 fr.
» le litre. »
Cheta aze eun échantillon enz ann odivi
ve evel e kalz tavarnou.
Evit achui da ampoezoni ar bobl e
vezver he ene, gal skridou louz, gat
skoiiou dizooe a zo d'he sperei, ar pez ma
no ann edwi at«ot 4 > *«omoc a d'he
V;etoup.at
Chctu azekognacar voterez a ro d'eomp
ann depulel zo ouz hor gouarn.
Nac en devoa rœson ann A. de Bismarck
pa lavare en deuz ar bobl a Fr.inç eun
agoni foll.
X.
(Extrait de h Gaulle dts Campagnes.)
CHRONIQUE LOCALE
Il nous revient de diverses sources qu'il règne une assez grande
fermentalion dans la 3 * circonscription électorale de l'arrondissement de Brest. Les électeurs de
Mgr Freppel sont dans un état de
surexcitation qu'explique le vote
de la Chambre sur les incompatibilités parlementaires. Leur indignation se manifeste par les propos
les plus vifs contre cette Chambre
qui a la prétention de mutiler l'expression du suffrage universel, et
qui sans respect pour la liberté des
électeurs, porte une très-grave atteinte à la Constitution en s'arrogeant le droit de modifier le? conditions d'éligibilité. Cette modification aux lois constitutionnelles est
de la compétence du Congrès et
non de celle de la Chambre. Il est
regrettable qu'aucun membre du
Parlement ne l'ait fait ressortir;
mais les têtes s'échauffent à la pensée de voir expulser iMgr Freppel
de la Chambre.
Sur la domande d'un grand nombre de
royalistes, lo général baron de Chareite a
bien voulu accepter la présidence d'unComité pour l'érection d'un monument à
M. le comte de Chain bord dans l'église
de Saint-Anne d'Auray.
ALandivisiau, la femmeGuéguen Etienne, âgée de 42 ans, s'est suicidée le 28 novembre dernier, en se précipitant de la
fenêtre de sa mansarde sur la rue, où elle
s'est brisée le crâne. Ce suicide est attribué à un accès mental déterminé par
l'ivresse. Quelle lorrible leçon pour les
ivrognes des deux sexes.
Dimanche dernier, un nouveau scandale
s'est produit à Brest.
Un père de famille, ouvrier du port,
rue Retour-David, à Reeouvrance, a fait
enterrer civilement son enfant, âgé de 4
ou 5 ans.
Nous plaignons sincèrement ceux qui
ont perJu le sens religieux et le respect
dû à l'enfance au point qu'ils préparent
ou encouragent de parailles manifestations.
Ce ne sont pas seulement les parents
qui sont coupables, mais aussi tous ceux
qui assistent à ces enfouissements : ils
coopèrent à une chose mauvaise que le
bon sens et la religion condamnent
également.
Sont nommes par décret :
Suppléant du juge de paix du canton dt
Plouigneau (Finistère), M. Auffret, Hyacinthe • Guillaume - Céleslin, conseiller
d'arrondissement, en remplacement de M.
Le Saoul, décelé.
Suppléant du juge de paix du canton
de Quimperlé (Finistère), M. Richard,
C h a r l e s - F r a n ç o i s , notaire, conseiller municipal, en remplacement de M. Lorans,
qui a été nommé juge au tribunal de première instance de Lisieux.
P a r arrêté de M. le préfet du Finistère
en date du 1 " décembre 1883, Mlle Lo
Brtrzic (Marie-Henriette-Reine-, est nommée receveuse des postes â Plouzévédé,
en remplacement deM- Le Férec,appelée
à Chevry-Cossigny.
;t
—————
CHRONIQUE
AGRICOLE
L'art i'ackeler ni eleni
:
Il est donné à très peu d horames de
connaître parfaitement, même après examen, la valeur et les défauts des chevaux
exposés sur les marchés, et l'on sait que
les marchands, nommés maquignons,
possèdent de nombreux trucs pour donner
le change aux acheteurs, sur les tares
les plus graves des chevaux qu'ils mettent
en vente.
Nous ne voulons pas décrire ici les procédés plus ou moins inconnus dont l'acheteur est très souvent la dupe. Nous nous
bornons à reproJuire les conseils donnés
aux acheteurs do chevaux par le journal
spécial la France chevaline.
Pour les chevaux offerts sur an marché,
ce journal engage les acheteurs à ne pas
тштмщт
se fier à leur encolure et à leur Hère attitude qui n'est due qu'à la crainte du
maître, mais à mettre eux-mêmes leurs
allures à l'essai, en ayant soin d'observer
tous leurs mouvements, de les placer sur
un terrain horizontal, contrairement aux
marchands qui les montrent sur un plan
incliné où leur encolure est plus élevée et
plus droite et leursdéfaulsde forme moins
accusés. Bien examiner les aplombs
pendant la marche et au repos, puis inspecter le eheval dans tous les sens, voir si
sa poitrine est bien descendue, son poitrail
large, si ses jambes ne sont ni trop écartées ni trop proches, s'il n'est ni cagneux
ni panard, si ses sabots n'ont pasde tare ;
si les mouvements ne sont ni trop raides
ni trop mous ; si les boulets ne sont ni trop
serrés ni trop lâches ; si sou trot est dur ou
lé»er, ses mouvements flexibles et aisés.
Prendre garde surtout à la boitirie, en
faisant pivoter le cheval sur lui-même en
deux sens opposés.
Après avoir vu le cheval au trot, on
l'examine au repos; il faut s'assurer s'il
n'est pas atteint de la pousse, si la respiration est aisée et régulière ; oa lui serre
la gorge pour provoquer la toux. Si la
tour est sèche et courte, le cheval est
poussif. Monter soi-même le cheval ou le
soumettre à l'examen d'un connaisseur
éprouvé.
Avec les marchands routeurs, on ne
saurait trop se tenir sur ses gardes ;
presque tous les chevaux qu'ils offrent sur
les marchés ont été achetés par eux à bas
prix, à raison de leurs tares ou de leurs
infirmités, dont ia trace est invisible au
moment de la mise en vente, et qui ne se
révèlent * l'acheteur qu'au bout d'un certain laps de temps.
Les marchands sédentaires eux-mêmes
ne peuvent on'rir à garantie la plupart de
leurs chevaux, qu'ils ne possèdent souvent
que depuis peu de jours, et qu'ils ne soumettent pas à un examen assez sévère
pour s'assurer qu'ils sont exempts de
graves défauts. Quelquefois même ils
avouent un petit défaut pour inspirer
confiance à l'acheteur, et l'empêcher de
voir un défaut plus grave. Leurs chevaux
sont b en soignés, nourris avec un aliment qui leur donne un poil brillant, dans
des écuries de luxe, où tous les artifices
sont réunis pour donner aux plus médiocres sujets l'aspect et l'encolure du cheval
de race.
Le plus prudent est d'acheter les chevaux à l'es>>ai, en se réservant la faculté
de rendre dans un court délai, de huit
jours au moins, le cheval qui n'avait d un
sujet de choix qu'une apparence momentanée.
Mais, lorsqu'on a été déçu et que les
vices du cheval acheté ne sont pas de
ceux qui donnent droit à annuler le marché, le seul partie prendre est de demander la résiliation du marché, même au
prix d'un sacrifice. Par-dessus tout, il
faut éviter tout procès ; le meilleur procès
en cette matière, est le plus ruineux des
chevaux à l'écurie. Le plus mauvais
arrangement est moins onéreux que le
meilleur procès de ce genre.
(La France chevaline.)
Où so a t les V a m p i r e s ?
Nous lisons dans le Petit Brcstois, n u méro du 12 décembre 1883, un long article contre les prêtres, les religieux, 1rs
écoles congréganistes et en particulier
contre l'école congréganiste de Reeouvrance, dirigée par les S œ u r s de SaintJoseph de Cluny. L'esprit méchant et le
ton grossier de cet article, rentrent parfaitement du reste dans le caractère et les
habitudes de cette f.-uille.
Il y a, parait-il, des g-'-ns dont toute la
bravoure consiste à insulter, à outrager
et à poursuivre méchamment et sans relâche toutes les honnêtes femmes qu'ils
rencontrent. Nous avons vu dernièrement
outrager Mlle Lannuzel (Brest-, Mlle
Cloatre (Reeouvrance), et d'autres insUtutrices chrétiennes et estimées de tous.
Aujourd'hui, c'est le tour des S œ u r s
de Saint-Joseph de Cluny, de Reeouvrance.
Ecou.cz o M. Pastel, Emile (?) » :
« J e crie haro sur les femmes qui di* rigent cet établissement (Reeouvrance),
• pieuses personnes à qui les pratiques
> religieuses ont donné assez de richesse
» de c œ u r pour qu'il ne leur en coule
» point de torturer de toutes les façons
» le cœur et l'âme des malheureuses en» fants qui ont eu la malchance de tom» ber entre leurs mains. *
La main qui a écrit ces lignes e t une
main infâme, et le cœur qui les a dictées
est corrompu.
Il n'y a, à Reeouvrance, qu'une voix
pour le dire.
On se demandera, s a n s doute, qnel est
le .crime dont les S œ u r s de Saint-Joseph
se seraient rendues coupables a u x yeux
de l'auteur de l'article préciti I
Ce crime consistée faire sortir de l'établissement scolaire, par des portes différentes, les enfants des classes payantes
et les enfants des classes non payantas.
a
D'abord, le crime, si crime il y a, est
purement imaginaire.
Les enfants des écoles payantes et les
enfants de l'asile non payant sortent par
la porte n° 8 de la rue Vauban, parce que '
la disposition des classes, des cours et d u
terrain l'exige.
*
Lei enfants des classes non payantes
sortent par la porte n° 14 pour les mêmes
raisons.
On peut se rendre sur les lieux : Madame la supérieure des Sœurs de SaintJoseph se fera un plaisir de donner aux
visiteurs
les renseignements désirables.
Les parents des onze cents enfants qui
fréquentent l école des S œ u r s de SaintJoseph, sont unanimes â rendre témoignage au dévouement des bonnes religieuses, qui se sacrifient pour donner à
leurs enfants une instruction solide et uno
éducation chrétienne.
T o u s les enfants sont entourés des
mêmes soins et de la même affection.
El malgré les perfides insinuations et
les odieux mensonges du Petit Brestois,
les S œ u r s de Saint-Joseph (le Cluny continueront à se dévouer constamment â la
bonne instruction e t â la bonne éducation
des enfants de Reeouvrance, et les parents, nous n'en doutons nullement, continueront également â honorer ces excellentes religieuses de leur estime et do
leur confiance.
UN PÈRE DE FAMILL»
tou3
de Reeouvrance.
Le 3 décembre s'est ouverte à Guipavas une école libre de filles, tenue par les
Sœurs de la Sagesse, à côté de leur école
communale, dans une propriété achetée
par M. le curé. De plus, aujourd'hui
même, commencent les travaux de la
construction d'une grande école libre dans
cette même propriété. Aussi espère-t-on
être en mesure d'y recevoir, pour leur
donner un enseignement libre et chrétien,
trois ents filles au moins, le. 1«* septembre 1884. C'est le 3 décembre, fête de
saint François de Xavier, que s'ouvra
celte ère de liberté ; n'est-ce pas d'un bon
augure?
SAINT-PIERRE-QCILBIGNON. — On écrit
de celle commune, au Bulletin de l'Enseignement chrétien du Finistère :
a Nous avons d'heurduses nouvelles a
vous annoncer, nos classes sont terP.iinées depuis plus de trois mois. La Commission nommée par le conseil départe*
mental est venue les visiter, le mardi, 20
novembre. Son rapport ne peut qu'être
favorable, les membres ayant avoué euxmêmes qu'il n'y avait, à Brest, aucun
local comparable au nôtre.
» M. le maire dit que nos classes ayant
été construites avec une extrême rapidité,
doivent être humides. Il oublie sans
doute que cette construction, commencée
lo l* juin, a été achevée vers le 14 juillet,
c'est-à-dire dans la meilleure saison pour
avoir des murs secs. On dit que les écoles
communales de filles, construites à grands
frais cl lentement, sont d u -e telle humidité, qu'on ne peut rien laisser contre les
m u r s . Est-ce pour cela que M. le maire
veut que nos classes soient également h u mides?
> Le dimanche, 14 octobre, a u beau
milieu de la grand'messe, M. Jeslin,
notre maire, el M. Estienne, notre inspecteur primaire, sont venus visiter nos
classes par une pluie torrentielle. Ils ont
pu constater qu'il n'y avait d'humide que
quelques tablettes de croisée. Nous voudrions bien s ivoir si ce fait ne se produira
pas partout dans les mêmes circonstances, même chez ces Messieurs.
* L'ouverture des classes est attendue
avec impatience, la plupart des enfants
sont restés chez eux et quelques-uns de
ceux qui suivent les écoles communales,
doivent les quitter dès l'ouverture des
nôtres On raconte que quelques mères
de familles ont été appelées à la mairie ;
quand elles ont demandé i our quel motif
o > les dérangeait ainsi, M. le maire aurait répondu qu'il voulait' savoir si elles
étaient obéissantes.
» Quelques autres ont vu afficher leurs
noms à la mairie, mais illégal- meut, sans
qu'on ait eu recours a u x avertissements
indiqués p a r l a loi. Grâce a c e i t o hostilité,
les inscriptions pour nos classes sont déjà
faites, c a r il fallait se presser; nous n'avons que deux classes, magnifiques, il
est vrai, mais il en faudrait quatre.
» Le Comité vient do se réunir p o u r .
terminer l'ameublement de la maison des
F r è r e s , mettre tout en ordre et prendre
ses dernières dispositions.
» Vous apprendrez avec bonheur que :
l'école libre des filles va parfaitement, et
grâce é cette concurrence do bon aloi,
les institutrices communales se sont m i ses à faire la prière dan» les classes. »
r
Q и IMPER. — M Mairibus, inspecteur
primaire à Quimper, nous quitte; il a
lui-même demandé son départ. Il a compris que son seul soutien étant parti pour
se faire lui-même â la préfecture de рок'
•
-"'.".'•'."•".•W.V
HimiHiii
т.
^¡•iil-i.l'MCil'i'V.':''.''.'!
I rond de cuir, il n'était plus possible
is r-os m u r s . M. Matribus tombe du
ut de sa petite personne dans le vide
il a réussi à faire autour de lui'.
Bon voyage M. Matribus, pour l'école
rmale, où tendent vos vœux et vos
ppliques.
Mais nous reviendrons à vous, nous
jus le promettons, et nous serons, nous,
parole.
[Extrait du Bulletin.)
QUIMPERLÉ. — Le t'ublicateur
deQuimrlé a reçu d e l'honorable M. Orvoén la
ire suivante :
Quimperlé, le 7 décembre 1883.
Monsieur,
J'ai l'honneur de vous prier de vouloir
ta insérer la note ci-jointe dans votre
irnal.
.Veudlez agréer, Monsieur le Rédacteur,
les sincères salutations.
ORVOKN.
Ancien maire de Vuèiun, conseiller
d'arrondissement.
« A 7 heures ce malin, je suis sorti de
maison d'arrêt de Quimperlé où j ' a i
bbi la peine d'un mois de prison, à laiielle j ' a i été condamné le 27 octobre
trnier par arrêt de la Cour d'appel de
ennes qui a reformé, E N C E Q U I
i E C O N C E R N E , le jugement du
ibunalde Quiinperléqui m'avait acquitté,
t me trouvant pas complice des voies de
il exercées envers M. Castel, lors de la
irisation illégale de l'école communale
з Mi élan.
» Dans votre prochain numéro, j'aurai
.remercier tous ceux qui ont bien voulu
Jenir au devant de moi et m'ont témoigné
|oute leur sympathie. »
PLABENNEK
Brema zeuz eur pennadik amzer oa bet
hoant da zevel eunu tamm hostaleri e
iiehen Milin-ar-Vouden, v a r hent Plou:eniel, être al Leuhan ha bourg Plabenlek. Julian, na petra-ta, a roaz he assant
ib lamour da ober adai re he baotr chenil hag abalamour ive, marteze, ma kav
l'ezhan ema a r bot-fao re h i r diouz a r
xrt-illao.
Holl dud honest a r c'harter-ze a ioa
Iroug aoualc'h ennho pa glevjont meneg
euz ann hostaleri nevez-ze. Atin hostaleri
a vije bel brema enn lie za peuefe ma
leuaz daou zen mad cuz a r barrez da viret
ho zevel ; ann daou zen-ze eo ann Aoutrou
Briat, h a François Bernicot, Doue her
pardouno !
A r c'harteriz о deuz lavaret kanlbennoz
Doue dezho abalamour da-ze, r a g gouzout
i reont petraeo cunu hostaleri pell diouz
ir bourk.
KKMPER. — N'émet bel e vcac'h e Lourd,
c'heul eur pelerinach benag, n'oe'h eus
morse guelet nelra ken kaer h a g argouel
a voa dissadorn diveza e ilis kathedral
Sant-Korantin. Abaoue a r merc'her, bep
nos da seiz heur antor,]persoun Karmez
(Brest), a n n Aotrou Fleiter, gant e u r
vouez sklear hag a iea eun d'ar galoun, a
rea e u r brezegen, divarben an Itronar a Lourd. Oc'h e glevel о tisplega tro
. tro komzou a r Verc'hez ha komzou Bernadett, e souje d'an dud beza du-honl e
kenver a r roe'h santel, ha guelet gant ho
daoulagal a r burzudou c'hoarvezet eno.
Evelsc an ilis a veze leun b.'p abardaez ;
bag a n nep a c'hoantca kaoul kadoriou, a
ranke mont abred d'ho arrezhi pe zoken
d'ho derc he . Doiz a r gouel oue ret b e r nia a r chadoriou a gostezevit kaout plas
d'an oll. Aotrou persoun Saul-Koraniin
en devna lavaret deomp e vije goude a r
zarmoun procession gant goulou en d r o
'an ilis; hag evil rei muioe'h mui a sked
-'an Iraou, eu devoa IaKeat digas goulou
koar gueu gant kornejou paper, uioullet
varnezho imaj an Ilron-Vaiia, egiz a r r e
a zoug a r belerinel e Lourd. Var boez en
em starda oue great eun taraik hent, h a
neuzo a r merc'het yaouanq gant baniel
ar Verc'hez h a g imaj a u Itron-Varia
Lourd, a ieas var diou reng er penn araoc.
Goude e teue a r voazed gant baniel t a n t
Korantin h a g eun oriflam merkel varaezha e lizerer.nou aour a r mareou m eo
bet tud eskopti Keniper, abenn seiz guech,
о pardouna e Lourd ; varlerc'h a r voazet
edo beleien a r barrez ha beluien ail divardro.hagarjchalou met, lien veloc'heskibien
gant ho mantellou r u z h a g ho c h a b o u
giK-n. Sa eur echuiann dro, a r procession
• jomas a za e traon an ilis, dirag skeuden
au Itron-Varia Lourd. E m a hi eno var
eun tron huel, eun dudi sellet outhan,
hag a ra henor d a vouiziegez an Aotrou
Daoulas,ken anavezetdija die allabourou
dispar en deus great evil kals ilizou eus
•n eskopti. Ebars treid a r Verc'hez, Bernadelt a zo daoulinet, eur c'houlaouen en
eun dourn, h a g be japeled en eun dourn
ail. Dru douez a r goulou bag a r bokedou
a c'hoio an tron, e vêler skrivet en aour,
kozuliou ha goulennou an Itron-Varia.
bridai a rt-a hor с halonou. A p'oue kounraiisetegalleuunan eus kanlikou Lourd,
an oll en eur vouez a respouias dre au dtskan-ma :
Birvi a rea a r goad ; h a daelou a deue
en daoulatrat <> klevetarganaoucn-ze. l a ,
eleiz a dud deuet d'an ilis dre guriosite, a
zalc'ho sonj pell amzer eus a r pez ho
Ueveus guelet ha kluvet eno.
Evit guir, n'eo ket diez, gant an d i s terra nevezenli dastum bagadou merc'het
en ilizou. Ar goazet avad u'int ket eas da
gabesla. Hogen eus a dri mil den benag
sioa en ilizsaniKorentindissedornda nos,
e oa da nebeuta eun dredercn a voazed. A
bep seurl a oa anezho : artisanet, marc'hadourien, lud chentil ; bourc'hisien ha tud
divar a r m e a z ; tud pinvidik ha peorien.
Edont eno oll mesk ha niesk, e j r c'houlaouen en h o d o u r n o k a n a a g r e i z kaloun.
An Ilron-Varia Lourde devezo silaouet
ho feden, hag a zalc'ho bepred en ho
zouez a r feiz koz ha doujans Doue. An
Aoiiou Penfetenyo, persoun San -Korantin, a vezo neuze digollet mad eus arbo-m
a gemer evit kaeraat alo he ilis, ha kelen
he barresiouiz.
EUR GI.AZIK.
GOUELIOU AR ZIZUN A ZEÜ
Disul, 16 a viz kerzu, 18-' d. 1. — Ann
d'eJe suloez >uz ann Ascent, 2 r e r k , glazruz. — D'ann oferenn-bred : gouel sant
Korinlin.
Diiitn, 17 a g e r z n , 19*' d. 1. Sant Judikael, roue Breiz.
Saut Judikael pe Jikel pe Jezekel, ganet
e bro Leon var-dio ar bloaz 590, a ioa
euz lignez Rouanet Breiz. Da genla, en
em c'iireas inanac'h. Goude eunn nebeut
bloaveziou Ireu.enel er goiient, e pignas
var dron Breiz. A r c'hallaoued o veza
deuet d'ober brezel d.i Vreiziz, sant Judikael a ieuas gant he Vretouned d'en em
ganna oul-lio ;. trec'hi a reas anez-ho ha
m o n t a reas var ho lerc'h belek Laval hag
ar Mans. Saut Judikael a zo bel о choinni,
awechou e kastel Brest, awechou e keariou ail euz a Vreiz. Aruok fin he vuez e
tilezas he gurunenn h a g e zeas adarre
enu eur gouont : eno e varvas, evel m a
varv a r zent d'ann oad a 52 vloaz. '
Duneurs, 18 a gerzu, 2 0 " d. 1. —
Gouel a r Werc'hez Vari o c'hortoz beza
niamm da Zalver ar bed, gwenn.
Ü. mere'lier, 19 a jgerzu, 21"' d. 1. —
Ofis ann deiz, glaz-ruz. — Kotuerou
nedelek ; iun ha vijil.
Diziuu, 20 a gerzu, 2 2 " d. 1. — Ofis
ann deiz, glaz ruz.
Üirywetier, 21 a gerzu, 2 3 " d. 1. —
Sanl Thomas, abostol, gouel a 2 renk,
ruz. — luu ha vijil.
Disidorn, 22 a gerzu, 2 4 " d. I. — Ofis
ann leiz, glaz-ruz. — Iun ha vijil.
Dùsul, 23 a gerzu, 2 5 " d. I.— Arbcdervet suivez euz ann Asvent, glaz-ruz.
DIVIZOU
u
J
О Marie, о Mire chérie.
Garde au cœur des Bretons la foi des anciens
[jours ;
Entends, du haut da Ciel, le cri de la Patrie :
Catholique e t Breton toujours !
Lcmel, hep Iakaat :
N'ema ket da bad.
Nep 'zo laouen gant bara zec'h,
A gav da beuri e pep lec'h.
G'HOARIELLEREZ
M ARVAÏLLOU
Репаоз ober seiz l u r dek gwennek
gant eur pcz a eiz real ?
R . — Sktiill eur Wireunad zour vo.r
e u r piad h a Iakaat enu-han eur pez a eiz
real.
Goude, Iakaat a n n tan enn eunn lammiii paper, ha foui ra a r paper iutanel e
goeled ar werenn c'houllo ; trei ar werenn
Var be tenu hag h e Iakaat var c'horre a r
pez a eiz real.
Moged ha dour a vezo e r werenn.
Goude. sellit divar-c'horre, seilit eunn,
selliL a-dreuz, sellit a-visach , sellit e
pep hent, h a g e welol eur pez a ugent
real, euz pez a eiz real h a g eur pez a zek
gwennek.
Setu great 7 lur 10 gwennek gant e u r
pez a 8 real.
Ка'аш gouezít gut at vereiul « i r
Diouz ma skriver deomp, led ho deuz
lakeat betek 40 lur, e peziou gwenn, enn
eur werennad zour reaz.
Ann lad koz a zo bet gwall flemmet.
Daoust ha n oa ket bet lakeat eur vera
dennik eol tto-var-dro d a c'hinou a r w e enn?
Les Bossus
Un bossu a fait u n e statistique assez
curieuse.
Il a compté qu'il y a, à peu prés, un
bossu par 1.000 individus, et, par conséquent, environ un million de IKSSUS s u r
la terre.
Chaque bosse a u n e hauteur moyenne
de 0 20 centimètres : ce chiffre multiplié
par u u million de bosses, donnerait une
colonne de bosses qui, taises les unes sur
m
DU
FlUlSTERK.
es autres, aurait u m hauteur de deux
cent mille mètres (200,000 mètres.)
Cet original a fait graver s u r sa tombe
l'épitaphe suivante :
Ci glt un boswi
Qui de la bosse eut
Le goû , et sur la bosse sut
IA,.. Plusqu'aucuu bossu.
1
On raconte qu'il y a quelques années,
un bossu de Morlaix s'avisa déjouer un
tour de sa façon à tous ses collègues des
environs.
Il adressa è chacun une leltre particulière, l'invitant à se trouver à tel jour, à
telle heure, dans un hôtel de Morlaix,
pour traiter d'une affaire importante.
Aucun ne manqua au rendez-vous.
Nos bossus s'aperçurent bien vite qu'ils
étaient victimes d'une mystification, mai?
ils pardonnèrent à leur camarade, p robablemeiil en raison de l'excellent diner
qu'il leur fit servir et qu'il présida luimôme. |
Après le dîner, quelques-uns avaient
deux bosses.
1 Jamais on ne vit tant de boises à Mor(Un Bossu.)
aix.
6' REFLEXION DU MANDARIN
Matribus vous surprend ?..— Vous m'étonnez
[mon bon
Au même sac on doit une même farine. —
Tons les républicains font preuve de raison ;
ItépuMicauiser est une œuvre divine !
Il faut luer l'es rit pour mieux tuer le cœur ;
Bert vous l'a diclaré : « s'il veut être bien sage,
Un inspecteur devra sans lionte, sans pudeur ,
Sur le nez de Ferry composer-son visage !
HOASQ-LY.
Pensée de Hoang-Ly.
« L'aumône est lo sel qui préserve la
richesse de la corruption ; la main de
l'indigent est le coffre de Dieu. »
HOANO-LY.
— Comble pour un priseur.
R. Donner une prise à la critique.
A NOS A B O N N E S
Comme nous n'avons pas encore dans
chaque commune un correspondant chez
qui M M . Ie3 abonnés au Courrier du Finistè'e puissent renouveler leur abonnement, nous donnons ici les noms de tous
nos correspondants actuels, et nous en
publierons la li^te chaque mois, iifin que
chacun sache à qui s'adresser suivant sa
convenance et la proximité de sa résidence.
(JUIPAVAS. — Jaouen, cordonnier, au
bourg. — Morvan, J e a n , au bourg du
Relecq ou au Cosquer.
PLABENNEC. — Kériel, commerçant au
bourg.
PLOTJZANÊ. — Le Gac, propriétaire, au
bourg. — Allégol, forgeron, au bourg.
SAINT-RENAN. — Mme veuve Guéguen,
commerçante, prés de la Halle.
LOC-MARIA-PLOCZAXÉ.— Allégot, forgeron, au bourg. — Quinquis, menuis er,
au bourg.
LE CONQUET. — Poullaouec, négociant.
PLOUGASTEL. — M. Théophile, Nicol,
négociant.
LAMBÉZELLEC — M. Lefaivre, au bourg.
PLOOGONVELIU. — M. Jean Le (Joz, à
Saint-AoUen.
PLOCAKZEL. — M. Ed. Laé, négociant
au bourg.
SAINT- PIERRE-QDILBIGNON.—Guyomard,
P i e r r e , chanlre.
GQCESNOU.—M veuve Rious, au bourg.
PLOURIN-PLODDALMÉZEAU. — M . Ainbroise Le Coz, négociant.
PLOTJMOGUER.— M. Cariou, aubergiste.
SAINI-PABD. — M . Sérés, cordonnier.
affaires reprennent, il faudra non-seule*
ment que nos problèmes politiques soient
résolus favorablement, il faudra Dou-eealcmeiit que les inqui'Mu te) qui nous viennent d'Allemagne, d'Italie, d'Angleterre,
d'Espagne, de Chine et d'ailleurs, disparaissent, — il faudra aussi et surtout que
la confiance et l'entrain renaissent ; il faudra que l'épuisement et l'anémie ¡morales
dont nous souffrons, fassent place à la vie
et à l'activité. Pour cela, ilf u.etdu temps
et des réformes énergiques.
Voilà deux ans bientôt que la grande
crise financière de 1882, le Krach, a éclaté. Nous n'avons pas encore pu nous éta»
blir, de ce rude coups; bien loin de la,
nous sommes plus malades aujourd'hui
qu'au lendemain de la ciise, et tous les
jours, nous faisons un pas de plus qui
nous éloignedela guérison.
Nous n'en voulons pour preuve quedes
chiffres irréfutiblcs : les établissements
de crédit ont des diminutions de bénéfices
considérables s u r l'exercice dernier qui
était déjà mauvais en comparaison de*
précédents Nous avons eu l'occasion da
citer dernièrement le chiffre de» diminutions d'un denos premiers établissements.
Le Comptoir d'Escompte; on a vu que ses
bénéfices actuels étaient de moi lié inférieurs
à ceux de l'an dernier.
Voilà, qui donne bien la note de l'état
aeluel du commerce c> des affaires.
Même preuve dans les recettes des chemins de fer qui sont des moins satisfaisantes, particulièrement celles du Lyon
qui sont de 4.560.000 fr. en arrière depuis
le commencement de l'année, sur celles de
1832. Nous rappelons à ce propos ce que
nous avons dit précédemment do cette G'* :
ou ire ses recolles médiocres, les travaux
onéreux qu'elle est tenue d'effectuer font
craindre une sensible diminution des dividendes et la baisse que nous prévoyions, il y a huit jours, a commencé de se manifester.
L'Extérieure Espagnole menace également de tomber d'un jour à l'autre; un
parti intéressé essaye de la maintenir,
mais il est à craindre qu'il soit bientôt
débordé, et que la baisse se produise sans
qu'il soil possible de l'enrayer.
Le Suez est également faible; les a c cords intervenus entre M. de Lesseps at
les amateurs anglais ne sont pas du goût
de tous; — ils consomment l'œuvred'ingérance de nos voisins dans l'administration du Canal.
Presque seul le Crédit Foncier est ferme aux environs de 1200. Les obligations
foncières émises le 26 novembre, sont
1res-demandées à quatre et six francs au»
dessus de leur prix d'émission.
Nous avous toujours conseillé nos lecteurs dans leur propre intérêt; ils ont vu
par la suite des événements que nos vues
étaient justes et se sont bien trouvés de
s'être conformés à nos avis : nous leur
renouvelons nos conseils de prudence et
de rserve.car la baissa na nous parait pas
terminée.
AVIS
A NOS
ABONNÉS
Nous prions nos abonnés de s e bien
rappeler la date de leur abonnement et
de se réabonnera temps s'ils veulent éviter toute interruption dans l'envoi du
journal.
Nous avons l'habitude d'indiquer, trois
semaines d'avance, s u r la bande môme
du journal, la date précise de l'expiration
de l'abonnement.
mt
E n adoptant lo parchemin comme e n veloppa d'un pipitr à cigarettes, M.
Ga»mn d'A'gy (54, rue de Duikerque,
Péris) vient de réaliser une idée tiès
pratique, car cette couverture par aa
résistance, protège le contenu dn cahier
j'i«q>i'â la dernière feui 1P. Le Pirata
F R A N Ç O I S (10 r . le cahier dans tous le*
but-aux deiabit) joint à cet avantage o n
aspect origioa* qui esl ciractéiiaé par na
dessin rmv-c-âge et une légende eo vieux
franc us. Rtppelons que non? devO: a déjà
à l'auteur de cette nouveauté la créa iun
du pape" Aussi q>i vient d'être raie *M-*
usage par h s manufictur. s de l'E at. 611
Revue Financière
P a n s , le 10 décembre 1883.
La Bourse ne s'est p a s démentie pendant toute la huitaine écoulée; elle est
restée faible en dépit des tentatives faites
par le parti de la hausse. Les rangs de ce
parti s'eclai rcissen t de j o u r en jour, chacun reconnaissant enfin qu'il n'y a p a s
grand espoir 4 conserver : pour que les
MERCURIALES
MARCHÉS
de
Lesneven
Lannilis
Saint-Renan..
Landivisiau..
Morlaix
Chàteaulin..
Quint p e r . . . . .
MESURES
LUS G o u s u u n i
l h e c t . •»
100 kil. 24
24
id.
l'hect. 19
22
id.
100 kil. 24
>
a»
в
•*
100 k i l . »»
D E S
FROMENT
i
»» à >>
>» à 2Î 50 16
« à 2d » » 15
9
47 à »»
»» à >» »» 10
»» à 26 » 15
D*
»» à »»
s» & »» n >•
» à »» M» »»
ORGE
»» à
»B à
90 à
50 à
»• à
»» à
»» à
»» a
M A R C H E S
Bii-яоа
AVOINE
8 44
17 »»14 »»
16 »* 14 »•'•
»» »» 50
»» »» 50
16 «»14 »»
»» »»Iba >>
»» »• »» » »
» >*
tuli
à >» я»|П
à 14 50 18
à 14 50 17
12
à *»
à •»> »* 14
à 14 20 16
à « »? >»
à »» • а e»
i »
»»
а» & Я * a a
a» à » » a a
»» à 18 » a
»» à a a a a
а» а aa a a
»» à 17 a »
»» à » a » a
a» à • в ев
a a à aa » a
HUIR*
DE SUITE
oar
DAMES
à
e impórtánreV
-
AinoffS'iíaHBíser
50 m é d e c i n s d o a . h v p t o u x d e P a r í s
o n t a m i l a t é c . q u e ^ e l A R p í ? eVJa^PAXK d o
••
i
DU FINISTÈRR
Bméïtï,«cWt^éflë,, et fêtais à là p ô r W f "
»' du tombeau ; ayant enti» fut usage des
» Pilule* Suisie», j ' e n ai obtenu un grand
» soulagement, et je pui» maintenant va» quer à mes affaires, ma'eré m«*6Ta»*. »
Fortifiant l ' e m m a e , purifiant le sabg, dégageant le corps d>s matières corrompues
at nuisibles, les Pilules Suisses sont devenues rapidement populaires, et leu»"
prix, 1 fr. 50, les met à la portée d" tout
le monde.
587
ÎÏAFÉ d e DELANOREMER, étaient les
pectoraux les plus ë/^coces contra les
m û m e s , grippes, bronchites, irritations
de poitrine et de gorge ; sans sels d'ol u m , tels que morphine o u codéine, on
js donnera sans crainte a u x enfants
tteints de toux ou coqueluche. Dépôts
ans les Pharmacies.
609
A l a P o r t e d u T o m b e a u . — U ne
faut jamais désespérer, la lettré suivante
écrite par Madame D i p i r s e , c o est noe
nouvelle preuve : « J'ai suivi divers trei-
ris cos capaujes .étaient n o i r e s ci d é s a . I
réabîos n
a'ijtiurçffiul eflèrfsoht
Îblanches
et ressemblent a u n bonbon.
L e R h u m e le plus opiniâtre est guéri
r a p i d e m e n t et sans frais on avalant
Avaler,
S u r chaque capsule e s t i m p r i m é e la
s i g n a t u r e ^ G u y o t . E&igpr s t i f l V e quotte l a sièrhataro'tïuytjt ith trois ©pill e u r s e t l'adresse, 19, riid J a c o b , ' P a r i s .
Les eniants, étales personnes qui me
peuvent avaler ces capsules feront ûsago
d e ta pâte R e g n a ù l d , l a m e i l l e u r e des
pâtes pectorales.
00$
f
}
Le Propriétaire-Gérant
:F. HALKGOIJEI
J—-
Loterie d'AMSTERDAM
Demande d'AGENTS
Le' tirage des dix premières séries
a ÊUilwu.lp,3Q ^çvcmbrp dernier, soit
un.mil}idn attribué aux 2 , 6 5 0 NUMÉROS
• L e s vingt autres séries mises en vente
actuellement donneront liou à un t r è s
prochain tirage de 5 , 3 0 0 l o t s , soit
S.QOO.OOO.
Do plus t o u s l e s n u m é r o s d e s
3 0 s é r i e s , même ceux ayant gagné
au tirage du 3 0 Novembro PARTICIPEr o n t au tirage définitif des s i x g r o s
l o t s , d'une valeur de 5 0 0 , 0 0 0 fr.
En conséquence, les propriétaires
de ibïllëts' Nhtfrohf l e s conserver précieffifeiteftit!
§ ^ d 4 e i / s e r à MM. BORTOLI FRÈRES,
2 | : j P ^ e ' l'Enbepôt, à Paris, et 23,
:
j
ruw V ^ é o n ^ a ^ M à r s é i i r o .
U
SI ROP..c,s.r DEH AR Am BURE
Vins et Cognacs
U n e i m p o r t a n t e maison d e Bordeaux,
propriétaire de g r a n d s v i n s et de c o gnacs t r è s estimes, v o u d r a i t ê t r e sérieusement représentée p a r d e s agents ou
des h o m m e s r é p a n d u s , d é s i r e u x d'occ u p e r l e u r s loisirs. E c r i r e à M. Raymond,
41, r u e Constantin, Bordeaux.
617
COMPAGNIE
f A S S U R A N C E S
EnrbVIE
iuuruéi fit dient h GxnratBMt
Plaça Ventadonr, à P A R I S
Capital s o c i a l ; ^
;
ET
MILLIONS
PAT É
P E CT
OR AI* B
CENT VLNT ANS DE SltXÉS
Prooren' qu'il c i l la meilleur rernêd» M « r ,
guérir les maleJiti it poitrine, rctawAw, i<\mm\
Rhumes, ï o u x , COQUELDCEB,
Hu« Ssiut-UsrtlD. U<* k fafsa.
,j
Prix : flicon, 1 .fr. 60. Boîte, 1 fr. 50.
S i trouve da»s les bonnes pharm. 611
A S S U R A N C E S
VIE ENTIÈRE — MXTE — TERHE FIXE
i u * rAWlCffiTHIi. O U / 0 t, h
VOUS NE TOUSSEREZ P L U S I V M ' S B Â M O S ?
tapoii*
i m m m h Taaajwraiiaa.—4 tunnn t* Smrrta
i l i n r u m di Capitaux difffrraa.
RENTES
a u g o u d r o n . Agréables à la bouche, ils portent de suite l'arôme précieux du Goudron
sur les poumons et arrêtent aussitôt.la T o u x . Par le passé on buvait de l'Eau de Goudron,
mais le goût répugnait. Depuis peu on fait des Capsulés de Goudron recouvertes da
gélatine pour en masquer la saveur: ici l'inconvénient est grand,car l'enveloppe dure qui
recouvre le goudron l'empêche d'agir comme calmant immédiat, tandis que le Bonbon
G r a m o n t fond de suite et soulage immédiatement. Prix: la bolte,l 75; derni-bolte, 1 £f»
S a méÙT de* Contrefuçone. — Exige- la Signature du Xr GRAMOJXI.
Dépôts à Brest, pharm. B a r o n , Grand'Rue 1 3 , et toutes les pharmacies.' COO
VIAGERES
S'adresser à Brest, à MM. UZEL <t
B l ' r l e , agent généraux, 26, rue de Siam,
et 4, place de la Tour d'Auvergne. 610
r
B $ t a $ Ç j U ^ u x de tabac et libraires.
Pour l'Etranger : a u Palais, d e l'Industrie, à Amsterdam.
1
SAISON D'HIVER
1
'-
~ iti Iw'
_ -,
GDÊRISON
tttaineet
r
radicate de toutes hsáffr-cions
i dartres, èrzéma», psoriasis,
rn¿rh'¿ dés P L A I E S et U L ES ' V № Q Ü E Ü X , considérées
incurubies. par 1. s plus célèbres
\L*4- Lé'tràiffmént h'ejigèaticoh
MuctaieV, fl'fa'è: dëiange nulle.
Il peiifêftrë soivï patïofit,
fpyage : il e s t à la portée des
petites bourses et dès' fè deuxième jour
ü produit une améuoraùon sensible.
S'adresaer à'M. L E N O R M A N D , médecin phsrm.acien,, a T o u m a a (Seine-etMarie). — Consultations gratuites par
correspondance.
500
Adr&liksWiHiSHtt- Pi RIS, 22,fiouferartMontmartre
PASTILLES DIGESTIVES fabriquées à Vichy avec le»
Sel, extraits des Katii. Elles sont prescrites contre les
digestions difficiles. >
.,
r;
SELS °<s VICHY pour BAINS— Un Konleau poar un Bain:
SUCRE D'ORGE DE VICHV- — Bonbon très digestif.
Pour éviter les coiilrf.'açons. txiyer sur lou> les Produit*
GUIDES JOANNE
la marqua de LA COMPAGNIE
Stations
à Brest, clitz M. JliVfcMlS, i » , rue Oe la Rampe,
et chez tous les droguistes et pharmaciens.
d'hiver
de la Méditerranée.
— Provence.
Corse. — Pyrénées. — Algerie. — Espagne. — Italie. —
Grèce. — Egypte. — Syrie et
PÂTE, GEORGE
— J
Turquie.
Palestine.
!•'
**-U!*S 1]. .6.1 Xlflt
r!..ini id'.'n rf£j*îii:il (V-jsasjl
Imprimerie F .
BONBON PECTORAL A LA RSQLI38C
Rwommandéc yar-soB <fficaciU pu lu Melensi
«1rs milsdM ccnlr» r ASTHME, les CATABRKJCS
as ffjOtt mismastasVOIE» RESÏIRATOIRË».
. HaiS.iS.rjsTiltbiMitiniiin Arcairet, 1».
fl\LEGOUET,
(ancienne
rue des
M, r u e Kléber
Malchaussés)
iMtttO-TOHiril, ci S3 m txiiiäei t. porli li tiflUn
— G E O R G E —
cartesTe VISITE
SÏROPHFLON
L é n i t i f - P e c t o r a l
Le Spécifique usuel depuis u n demiftxÛXJEa^-jes
siècle contre l e s
InflaïamaUoua .dca b b
IMPRIMÉES
ojsches,
tenant S'une cause nerveuse. ' -— .
f a l B , H. m Tiltiost * r » d» ArriiTii, 11.
tAvreem
St-, tr.tqti tectn di îfr. io serlt
a a**» te» 94
Jaexrea
P e t i t f o r m a t , 2 f. — G r a n d f o r m a t . 3 f r .
It («satura : 3 s F " I * 0 W
Roe Kléber. 1 1 (ancienne rue des Malchaussés), près la voie du Pont
SOCIÉTÉ ASO.NÏME
à capital
t^OCÉ
"i il "•
variable
ATT
¿z": SÌ ' io;
Mà»ì
f
E T
n e St-ÏTes, 18
Siège social, me St-ftes, 48
L I T H O G R A P H I Q U E
«a
ADMINISTRATEUR-GERANT
C A R T E S
Exécution
prompte d e tous les Travaux concernant les Officiers
ministériels, le Commerce, lés Administrations et les Particuliers :
Afiobes e t PJacards def t o u s formats^ F a c t u r e s , Têtes d e lettres, Cartes
d ' a ^ ^ s C T . Cahier des charges pour lia m a r i n e , Prix-Courants, Étals d e
toute espece^Tfêttrtr o ^ y a i r e - p a r t , d e Naissance, Mariage, Décès,
Menus, Programmes d e soirers, Lettres d e convocation, Caries d e
=
• i J i t B î ^ t e ï y -Ctc.~-^—sr. -- -
.
GRAVÉES
^
a
Impression d e s Labeurs et Ouvrages d'auteurs, pour lesquels Ta
rang
dans
le Département.
^grande célérité et la plus g r a n d e régularité seront apportées
l ' e x é c u t i o n d e s Travaux.
~~
^ Û f . J T E ^ © E iVISfÏE IMPRIMÉES, livrées d a n s les deux h e u r e s
' t j r a n d format
^ l e c e n t , 3 fr. — Petit format : le cent, 2 fr
—La.nlus
à
te.
TT*
o
№
№
Aj
N°
N*
№
№
№
.
M a i s o b â l o u j o u r s Occupé le premier
D E V I S I T E
« a ? < x >
*
w
s a c*^
1 . Mat ordinaire
2 . Bristol...
3 . Porcelaine extra-fine
4 . Mat ordinaire
5 . Double-Mal supérieur
6 . Carlon ivoire
7 . Mat extra-fin.
8 . Carton ivoire double force
s^r ç a
,
,
le
le cent %
id. %
id. 3
id. 3
id. 4
id. 4
id. 5
id. 5
s i
25
75
j
»
50
c o i0 i u n a ^ e s ^ o u r l è s T a v a u x d ' I M P R I M E i U E e t ^ L I T H O G R A P H I E n t r e ç u e s a u x A t e l i e r s , r u e K l é b e r , 1 1
Äcietme rtie d e s Malchanssés) e t a u x Bureaux d u Journal, r u e Samt-Yves, 1 8 .
r
8 0
^ ™
I
-- -
g
B r e s t - -layrâieri*
F..U^ei^uiff'
K
l
é
b
e
r
'
ffi
er«iti<l e! M- HtS "1 J o H
ss rósi)
»
50
UlUU'i'ÏU. I \ t • 11 í. t - ï t » i í =• î ; Í Ш * ï í • t. í 11 ï f t\i ! -1 > I'Mu^l' !i|.|.¡i|i ! üi !•:;:•!.;;•..! !•: :•: :•!•!.•.:•:
illlllìll.'lllillllllllìllll.'.lt
¡ :
•
ù,ì.i,,.-,:uh,,:
<.;.<,.: ..л ...
N i a zo b e p r e d B r e t o u n e t ,
Bretounet tud kalet !
PARAISSANT TOUS LES SAMEDIS
ON S'ABONNE
ABONNEMENTS
k Brest, au Bureau de l'Administration du Journal,
rue Kleber, 11.
Bezit loinm pe ien, navezit ket klouar,
a zo lavaret er Skrilur.
Kemerit an dra-ze evit gwir, zoken en
traou politik.
Sot eo ar re aglask tuvad er Republik.
Kassaat anez-hi mad, n'eus nemet an
dra-ze da ober evit cur c'hrislen.
Perac ? eme c'hui. •
Abalamour n'eus netra krislen er Republik-se.
N a l a v a r i l vad ebet anez-hi din.
Penaos? Jean Macé eo he deus choazct
en deiz all da senatour a vuez! Jean
Macé n'en'doa ket muioc'h a berz da veza
senatour eget a r m'orian a stlap glaoudouar e gouzouk marc'li-du (locomotive)
an hent-houarn, pe ar Jop divesker-kroazellet a zo var hent Sant-Marc o klask he
vennek pe ho daram-bara.
Nan, Jean Macé n'en deus netra evit
meritout da veza dibabet evit eur seurt
henor. Dibabet eo bet, abalamour ma z'eo
anavezet da veza al libre-penseur par
excellence eus a Franc, da lavaret eo, an
den a r muia anavezet da veza eb Doue na
diaoul, eb relijioun.
P a ra exprès mad ar Republik traou a
saurl-se, e tiskuez deomp he zanlimant
he-unan : evel Jean Macé, eo eb Doue na
diaoul, eb relijioun.
Evit-se e lavaren da bep krislen n'eus
nemet da gassaat anez-hi.
N'eus ket da veza klouar gant- hi ; n'eus
ket d'ober lazik ebet dez-hi. N'eus nemet
d'he c'hassaat.
E u r c'hrislen n'hell ket beza taram ebet
gant eun dra digristen.
COAT-HAUEK.
RELEIEfi AR
'MVAR
M J
1\Ш
)
Ar G a m b r e deus echuetda voti an dispignou evit 1884 ; an dispignou ordinal a
vezo a tri milliard pevar varn'ugent mil •
lioun (3,024,000,000). An dispignou ex­
traordinal a dsuo goude.
— Evel pa ne ve ket pounner avoalc'h
ar zomm-ze, demeurs diveza e z'eus votet
10,000 lur evit frejou anteramanl eur
franc-massoun ail, Henri Martin.
Al lampoun koz-ze, goude beza bet
ganet katolik, goude beza stlapet ar
greden katolik en dour pe el lagen, a
c'houlen var he destamant beza anterret
g a n t eur pastor prolestant. Evit ar goapaer-ze eus hor relijioun, eo a vezo
kemeret divar hor c'housl 10,000 lur.
Raezoun en deus Coat-Halek da lavaret
na z'eus mui netra kristen er Republik :
eat eo da baïanez-tre.
Henri Martin, var ho meno, en deus
skrivet eun histor vraz eus a r Franc : ia
sur, msez eun histor skrivet evit meuli ar
revolusioun h a g ar franç-massounet.
— Gouzout a reoc'h : pevar devez oa,
ar Gambr e doa votet 9 millioun nevez
evit an Tonkin : ma, dilun diveza 17, en
deusgoulennet20 millioun ail; 35 millioun
a zo dija dispignet eno : e'hoas eur veach,
ret eo brema dispign ha kass tud,
n'ellompketkailla : maez ar gouarnamant
en'deus kunduetar stalen eur fesoun sotmaign.
Erfin, d'an 12, hervez eun depech, an
amiral Courbet a zo eat varzu Son-Tay,
gant 7 pe 8 mil dm ; 20 mil chinoad, a
leverer, zo e Son-Tay.
— Dcac'hent 18, Grevy goz en deus
hanvetarjeneralMillot, jenera) divisioun,
evit mont da gomendi en Tonkin ; ar
jeneral Briére de l'isle h a g a r jeneral
Négrier a goumando dindanna an diou
vrigaden. An amiral Courbet a zalc'ho ato
koumandamant an eseadr.
— Roue ar C'hochinchin pe an Annam,
Hiep-Hoa, a zo bel pe ampœzounet pe
grouget en Hue, he gear-veur, dre
gassouni, a leverer, evit a r pcz en deus
great o sina eun traite gant a r Franc.
Led a lavar eo eur vaouez en deus he
grouget pe he viget.
Penos e ielo brema eno an traou evit ar
F r a n c ? . . Al letanant a lestr de Champsaux coulscoude, karget da chorn evit
elet ho aferiou en Hue, n'eus great
uk ebet dez-ban, e'hoas d a viana.
S
ANNONCES
t AS.
Tout 8« qui concerne la rédaction et rAdrr.inistratioa du
Journal, doit être adressé franc de port, au PropriétaireGérant, rue Kléber. 1!.
Brest, 21 a vis Kersu 1883.
Doue hag ar Roue !
Brest, Finistère, Côtes-du-Nord, Morbihan
Départements
,
3 fr«.
4
о'.опвев d'anncDcce
la Ugo*»
lOceoi
Colonnes Intérieures
0 0 mai
Le»Kur>MilX8OUtouverts<]el0.hbiiree du mutin S 4 heures du sol.-.
BRO-ZAOZ
O 'Donnai, en doa lazet Garey, flatter
an hlauted, a z o L^L krouget diluu e
Londres.'
IÏAL1
Fritz Prus z o on eni gavet o Rom dilun
da vizita ar roue Ilumbert, an excumu:met.
Eat eo ivo coulscoude da velet non
T. S. ar Pab domeurs.
Bismarck sur a sonj ober ar peoc'h
gant kaloliket Pruss. Poent mad a gsr :
pa gomans ganeomp-nin ar Republik, ar
P r u s s protestant ne deus nemet avantach
o toslaate ksnver katolilcetan Allemagn.
Poi.lTIK..
ABADENN SANT-ALAR
PEV.UII-; PEXXADl
Eut* vez eo evil j arrez Sant-Alar kaout
konseillerien evel ar re a zo bet torret, eur
vez co d'ar re a zo galloud être ho
daouarn, enn hano ar vro, enn hano ar
bobl, difenn seurt tud, rei skoazel dez-ho.
Diouz kostez ann A. persoun hag ar
c'honseil nevez ema ar gwir, a r wirionez,
al lealdet : ober a roar goap anez-ho
beteg el leac'h ma vez tamaliet ha koundaouel ar gevier, al learounsi, beteg e tj
ar varnedigez (prétoire du juge de paix.)
Diouz kostez ar gonseillerien dorret
n'euz nemet trubarJerez, gevier, kasoni :
a r re-ma a ra ho mistri evel pa ne vet
mui, e Bro-Chall, na juslis na netra evit
difenn ann dud leai.
Goude kement a rear, red eo diskleriâ
huel ar wirionez ; re hirr oar chommet
hep herpel ouz tud digaloun hagabalamour
da-ze ho deuz savet ho c'hribell.
Ma ne varn ket justis ar vro, ar bobl a
varno.
Setu ama a r wirionez :
Var-dro ar 7 pe ann 8 a viz gwengolo
1883, ar préfet en deuz h an vet daou
gonseillour nevez, hagjann A. n'Eskopen
deuz hanvet tri ail, herver lezenn 1809.
E peb bro, er broiou gouez zoken, eo
sklear evit peb hini, eo dre-ze torret ar
gonseillerien goz h a g e lleont renta kount
d'ar re nevez euz ann aferiou, rei dez-ho
a r paperiou, annalc'boueziou. ann arc'hant
h a g e 1 em zacha kuit.
_vel hor beuz lavaret dija, a r gonseillerien dorret a ra ho mislri enn iliz hag e
kement leac'h 'zo : gant-ho ema ann
alc'houeziou, ar c hef-braz, a r paperiou,
etc. Lavaret a reont ne ziskrogint biken.
Ar gonseillerien nevez ne c'hellont ket
tostaat.
Lavaret e ve e zeuz bet ama eunn dourn
o rei a-wel hag e zeuz eunn all o tenna
kuit a-zindan-guz.
Trubarderez a zo : malloz d'ann hini a
ra liubarderez !
Kavet e vezo ann trubard pe ann drubarded.
Ar gonseillerien nevez o welet oant
lakes', e karg, hervez al lezenn, gant ann
A. n'Eskop hag ann A.|Prefet ha ne c'hellont ket, kaer ho deuz, tostaat ouz ar
fablik abalamour da benn fall a r gonseillerien dorret, ho deuz galvet a r re-ma
dirag ar barner a beoe'h, eDaoulas.
Mad, mad-tre ho deuz great ; ann holl
ho meul : n o a ken d'ober.
Petra c'houlenne a r gonseillerien nevez
diganl ar re goz ?
Setu ama : « Renlit kount deomp euz an
arc'iiant toucheter bloaz-ma, 1883, abaoue
dek miz, roit ann arc'hanl-ze d'ann
c tenzorier nevez evit ma c'hellorenka he
: go înlchou ; ne c'houlennomp ken evit
brema. a
Er penn ken ta a viz du eo bet ann laol
barnedigez.
Ar gonse.Uerien goz hag ar r e nevez a
en em gav e Daoulas. Ar barner a beoe'h
a zo enn he gador enn hano a r bobl.
Goulenna r e a r : Pegementa zo touchet
er bloaz-ma, beteg hirio, evit iliz SantAlar ?
— Unekkantlurhagugentlurouspenn
(1120 lur), eme a n n tenzorier koz.
— Nann, eme ann tenzorier nevez
(Morvanl, unek kant ha daou ugent lur
ouspenn (1140 lur) eo a zo bet touchet.
— N'euz nemet 1120 lur, eme ann
tenzorier koz.
— Ar persoun en deuz eta laeret ann
arc hant-ze adarre (20 lur) I eme a r b a r u e r
a beo;'h»v
Oh ! a lavaro lod, emichans, n'eo ket
eat a r barner a beoe'h da zigeri hec'hinou
da lavaret traou welse 1
Mad ! ho lavaret en deuz dirag testou,
dirag ar gonseillerien goz Poulmarc'h,
Nedeiek, dirag ar re nevez, Morvan, etc.
Ar barner en deuz lennet dirag a r
memez testou eur c'helou prim (dépêche)
digaset, emez'han, tvit freuzaar pez a ioa
bet goure'hemennet gant lizerar préfet euz
ann 8 a riz gwengolo.
D'ann 8 H viz du, hervez ar barner, ann
A. préfet a freuz neat ar pez en devoa
great d'ann S a viz gwengolo.
Ni ne giedomp ket en deffe evelse en
em zislavaret ar prefe!.
N e gredomp ket e ve deuet kelou-prim
ebet evclso na dre ann neud orchal nag
enn hent-all.
Kals tud, e k a r g huel, a gred eveld'omp
hag a i>redo batek kaout eunn desteni.
а г barner a beoe'h on deuz lavaret
c'hoaz ar c'homsou-ma, atao dirag ar
memez testou : « N'oar ket evit terri ar
» gonseillerien goz nemet respount a rafe
ar re nevez euz a gement Ira à zo bel great
gant ar regos... »
Setu aze e pe c'hiz eo betbleinet ha kaset enn-dro ar varnedigez. Ann hini en
deuz gal, en em skrabal brema.
Ann dud leal, ar bobl a-bez a varno.
Morvan hag he genseurt a zo distroet
d'ar gear evel ni'oant eat : n'eo ket eat
araok ganl'ho al labour treuz eunn bro,
treuz eur volez.
Abaoue с c'hortozonl ma vezo goullouet
ho skaon enn iliz, ma vezo rentet dez-ho
ar paperiou, ar c'hef, etc.
Chomm a rankont a-dren
Ar gonseillerien dorret, sounn ho
c'hribell, a ra ho mistri ; eantouta reont
e zeuz lud gallcudus a-du ganl-ho.
Ann A. n'Eskop a lavar d'an A. Pouliquen kas ar stal dabenn,poulza larkoe'h,
arabat argua na kailla. Hogen ann A.
persoun a gar ar peoc'h hag a gavfe diez
lakaat kcundaoni he barresioniz. Aba­
lamour da-ze e karje e vije bst troet mad
ann taol-barnedigez, e Daoulas. Neuze,
emjz-han, e vije bet échu ann abadenn.
Ann A. Pouliquen en deuz he zanlimant :
hogen kals tud ne zonjont ket aveld'han
hag a c'houlenn ma vezo great sklerijenn
ha dibunet ar guden.
Piou eo al laer? Ra vezo great enklask,
emez-ho.
Marteze e vezo diez lakaat ann dourn
var ann arc'hant lipet : eur weach eat
ann amenn e gouzoug ar c'hi,eo diez he
baka, a leverer. N'euz fors, al lealdet a
drec'ho ann dislealded.
Abaoue miz du, Morvan. unan euz ar
gonseillerien nevez, en deuz skrivet da
brokuror ar Republik, e Brest, evit goulenn petra vezo great, petra c'hoarvezo...
N'en deuz bet respount ebet, rag,
douetuz, he lizer a zo en em gavet er mare
m'eo bet torret prokuror ar Republik.
Daoust petra 'raio a r prokuror nevez ?
Savet eo bet ar gaoz e Sant-Alar e t'ïe
a n n A. persoun rei e zilez abalamour
d'ann abadennestlammuz-ma. Dioc'h-tu a r
barresioniz, gant ioun da goll ho fersoun,
h o deuz sinet eur roudenn da gas d'ann
A. n'Eskop. Er roudenn ze e rentont lesleni d h e fumez, d he lealded, d he garantez evit »r bobl ; lavaret a reont e fell
dez-ho e chomfe gant-ho ho fersoun koz,
ho fersoun muia-kareL..
Piou. e Sant-Alar, ho deuz sinet a r
roudenn-ze ?
Piou ? Ann holl barresionis a c'hoar
sina. betek kerenttosta. batek bugalegaer
ar gonseillerien dorret.
Hen lavaret a c'heller. n'euz nemet ar
gonseillerien goz ha n'ho dîfe ket sinet.
H a brema, krislenien, barnit hoe'h unan
abadenn Sant-Alar, da c'hedal ma vezo
barnet gant Doue.
Barnedigez Doue' a deuio, h a g a r
varnedigez-ze a >ezo leal.
Dismegans
Landi
Abaoue eunn nebeul miziou, n'euz ken
kaoz nemet euz a Landivisio er journal iou
/
ruz raoullet e Brest h a g e Montroulez.
Landi, Landi, atap Landi I
Beleien, freret, bugale Mari, konseillerien anh ti kear, „b_erien hà marc'hadourien a stad, kement hini a ia var-dro
ann iliz, kement hini a ziskouez kaout
doujans Doue,a zo lakeat gant-ho var ann
anne.
Souezuz eo ne vent ket pladet c'hoaz !
Nann, n'int ket pladet, rag daou bez
diadres a zo lakeat da skei var ann tomm :
n'euz ket out-ho !
la, bez'e zeuz e Landi daou wall-ibil
hag a ra labour ar journaliou ruz.
Unan a skriv, gwella ma c'hell, a
leverer.
Eunn ail a ia hag a deu dre ar vro.
Ann daou dammik aoutrou-ze a ve
dere.d dez-ho chomm sioul enn ho c'horntro, rak ma karfe unan bennag e kouesfe
truez ouz ho c'horf. Hogen, ar re-ma ho
deuz trouc'het var ho gwenn, n'int karet
nag istimet gant den, ha neuze int en em
roet da skriva a-dreuz hag a-hed gallek
saoul, da liva gevier ken a : n'euz ket
eunn ncudenn eeun enn-ho.
Ne dalv ket ar boan respount dez-ho.
Ann holl ho deuz truez out-ho hag a zao
ho dioaskoaz, neket ni hepken, mez ive
a r re a gav dez-ho a zo ho mignounet.
Evelkent, n'euz c'hoaz nemet eunn
nebeut derveziou hor beuz gwelet skrivet,
e skritur molili, var a r c'hazetennou ruz,
eur roudenn aozet ha fardet gant tud e
k a r g (une pièce officielle).
Etre-z-omp-ni, klevit, a r roudenn-ze
n'euz roet tamm anaoudegpz ebet anez-hi
d'ar re a vije bel mad dez-ho he anaout da
genta.
Pébez lealded ! Ha neket ? " •
Ouspenn-ze, varlerc'h ar roudsnn-ze e
zeuz eur bern bommou gallek divadez
hag a zo, mar plij, evit rei sklerijenn d'ar
re a zo berr ho speret : meneg'zo enn-h»
euz a r skol libr, hag, etouez eur berniad
lorgnez, e tisklerier eo konseillerien ann
ti-kear eur vandenn grec'hign, ha tud
Landi, rnesk ha mesk, pennou divoedet.
Mont a reont betek lavaret : —pardounit,
kristenien — « anevaled race îhèrham. »
Ah ! ann dra-ma 'zo mont re hirr.
Nann, tud Landi, neket evelse e vez
komzet anez-ho. Nann-da ! me 'lavar.
Ha pe z'eo gwir e fell d'ar republikanet
e tapfemp krog er bluenn d'hon tro, ni a
dapo krog.
Ho trugarekaat, aoutrounez, da veza
roet deomp ann dro da goms euz ar skol
libr hag euz a droidellerez a r mear e kenver ar skol-ze.
Betek miz here 1882, e ioa, e Landivisio, eur skol-baotred euz ar r e wella hag
euz ar^re gaera. Bugale a r barrez, azalek
a r c'henta beteg ann diveza, a zaremprede
a r skol-ze ; bez 'e ioa c'hoaz enn-hi kals
vugale euz ar parresiou tro-var-dro.
Marc'hadourien kear n'en em glemment
ket, peli diouz eno : ar vngale a brene
marc hadourez a bep seurt hag ar gèrent,
deiz a r marc'hajou , pa deuent da wele^
ho bugale, ne d'ea ket goullo ho faner
gant-ho d'ar gear. Oh ! n a n n .
Ar mear a gavet a ioa laouen-meur o
welet ann traou o vont er gis-ze, hag
hen, he-unan, en deuz diskleriet e rojehe
zilez ma vije kaset kuit ar Freret. Brema
e c'houezer pegement e talv promessa
mear Landi : eat eo enn eur zac'h toull
evel kals re ali eveld'hi.
Klevit, aoutrou mear, n'ho peuz ket
troet ho teod enn ho kinou evit difenn
mad a r barresionis ; n a n n . Ouspenn-se,
lezet ho peuz divroidi, lakipoted a bep
seurt, epael mear a zervez, da zarempredi
kear Landi enn eur iouc'hal fallagrîez
goest da lakaat arbobl da heagi. E Brest
hag e Montroulez, ann dud divergont-ze
a vije daslumet pe great dez-ho tec'het ;
e Landi, msz ar vro ! e Landi ho devoa
aotre da zislounka a bep seurt moe'hach.
Ha neuze. pa deue grage/. fur. kounnar
enn-ho o welet seurt traou, da regi var
ann hent kazetennou hudur prenet gantho. neuze eur c'henta-archer (brigadier)
h a g eunn ajant-mear, k a r g ar polis être
he zaouarn, a zo bet gwelet o tougenn
tesleni a enep ar gragez-ze bag o lakaat
flemma anez ho.
Enn despel d'ar rendael-ma ha da gais
re ail, eur maread tud a zo en em vodet
hag en em aaanet evit sevel eur skol
gris tan.
m u
Lu
N'euz ket bet u.. ,IB da lavaret eur
grik enn iliz.
Tri-ugent mil lur h a g ouspenn a zo
savet enn eunn dervez bennak.
Preña a rear eunn tarara douar var ar
grec'henn liuela, e kielten kear. E u r pennadik goude e weler enn he zav eunn tikaer hag a c'heller renka kempenn ennhan tri runam vugale evit ar skol [trois
das tes).
Harvez al lezenn, diskleria a rear emaher o vont da zigori ar skol.
Ar mear a ia a enep !
« Nevez-c'hreateo ar vansounerez.emez* han, marteze ann ti a c'helfe beza noa' zuz d'ar iec'hed. >
Goulskoude ar mear, kerkouls h a g a r
re all, a c'hoar eo bet savet ann ti epad
ann amzer gaer, gouzout a ra brao eo
seae'h ar raz hag a r vansounerez, gouzout a ra n'eo aned e nep leae'h e ve leiz
a r mogariou. Konseil ann departamant
an deuz karget lud gwiziekda vont d'ober
eur seil ouz aun ti : ann aoutrounez-ma
ho deuz gwolet sklear eo mad ann ti ha
n'ho deuz great van ebet euz a gement
en devna diskloriet a r mear.
Evelato, ar mear, o c'hober rendael
evelse, a zo kaoz ne vezo ket digoret ken
trumm ar skol : nec'het eo lakeat ganthan ar vugale. a r gerent hag ar varc'hadourienn. Hen a zo deuet a-benn euz he
froudenn, ne glaske k e n : polotrez evit a r
re all I
Etretant, e zeuz, e miz du, konseil ti
kear e Landi, evel ar c'hiz.
Eur weach dibuaet ann aferiou, unan
•uz ar gonseilierien a c'houlenn lavaret
eur ger bennag d'ar mear diwar-benn a r
skol libr. Enn he w i r edo, na petra 'ta.
Setu eur c'honseillour all — h i n - m t
a-vad n'eo ket bet o steki he benn ouz ar
wezenn bella h a g en divije poan-gof ma
ne c'helfe ket lavaret eunn diotach bennak
pa gav aun tu ; — satu, eme-t-hu, eur
c'honseillour all ho tigeri he c'hinou evit
lavaret ne c'heljet ket ober goulennou er
giz-ze.
Red eo diskleria a r wirionez : a r mear
en deuz anzavet e seil ar seurt traou-ma
ouz ar gonseilierien, h a g w i r eo kementB9 enn despet m'en deuz ar prefet lavaret
n'eo ket.
c Mad 1 eme ar c'honseillour (ann hini
»> für), enn hano ann darn-vuia euz a r
> gonseilierien, h a g a m a ema-int, enn
» hano ann holt dadou ha mammou, enn
» hano a r c'honvarz chommet a-zav
i abaoue eunn nebeut miziou, ni a c'hou» lenn diganeoe'h, aoutrou mear, perag
» e viril ne ve digoret ar skol nevez. E
> leae'h all, e Kastel, hep mont larkoe'h,
* eo nevesoe'h ann ti-skol eget a m a , ha>
* goulskoude eo digor a r skol daou viz
» 'zo h a g ouspenn. P e r a k ne vije ket di* göret ama ? Daoust ha bez' e zeuz daou
>J seurt pouez ha daou seurt muzul ? »
(Gwir-beo I e Kastel ,eo digor eur skolnevez-flamm, e Kastel e leverer ar pedeniiou.e rear katekis er skoliou laik zoken,
e Kastel a r mear a zo evit ma vezo skol
gristen
)
— « Ar pez a rear e Kastel, eme ar
» mear, ne zell ket ouz-in-me. hogen ama
» ema-ornp e Landi, hag evit miret ne
» vije digoret a r skol-nevez e Landi, em
s beuz savet va mouez ha kendelc'her a
» rin d'hen ober. N'em beuz ket izomm
» da lavaret deoe'h p e r a k — »
{Sie volo, sie jubeo, sil pro
ratione
voluntas!)
— « Neket a r pez ho peuz skrivel
» hepken. aoutrou mear, eme eur c'hon» seiliour aii. eo a vir Re ve digoret a r
i skol, mez, nervez a r Frer, eur c'hlemm
» all a zo bet douget c'hoaz, h a g a r
» c'hlemm-ze a zo gwasoc'h. Lavaret e
* zeuz great eo laiz-dour-teil al leae'h
» m'eo savet vara h a n ann ti-skol, ha ne
» c'hello den dont a-benn da zizec'ha
* anez-han. Ni 'garfe gouzout, aoutrou
» mear, ha c'houi ho peuz ive great a r
» c'hlemm-ze. »
Dioc'h-tu ar mear, ken tavantok ha
biskoaz, a lavar « n e c'hoar dáre piou en
> deuz great klemm e r giz-ze. Evid'hon» m e , emaz-han. n'emaoun evit netra
» a kement-se.»
— < Neuze », eme eur c'honseillour all
d'he dro, « e talc'homp sonj euz a r pez a
> ziskleriit : N'em beuz, eme c'houi,
» lavaret netra divar-benn m'eo leiz ann
» diazaz. Goulskoude m'ho pije hen lavat rat, ha lakeomp ho pije, ho peuz en
o em drouc'het enn ho komsou. Daoust
» ha nek t c'houi, e gwirionez, aotrou
* mear, ho peuz, e miz c'houevrer d i veza,
• diskleriet da gonseil ann ti-kear e vije
> mad divestra unan bennag «uz h e bark
» h a prena a r p a r k - z e ? . . . . •
(Eur pennad all divexaloch.)
AR
SKOLIOU
Sevel a rar ato liez skol nevez d'ar
vuez; revina a rer ar Franz, ar parraziou ; na ve nemet anter drouk m a vefe
great skol vad goudeze en tiez-ze.
Lod a lavar : mechans neo ket red beza
frer pe saurez evit ober skol gristen ; eun
aatrou hag eun dimezel a с hall ivez des-
uUOtJìUU
o u W i k k UV KlNlSTßEB
ki ho c'hreansou d'ar vugale. Gwir eo a r
pez a lavar a n dud-ze, mes être hallout
ober eun dra hag ober an dra-ze, ez aus
kern vraz:
Me lavaro muiou'h, mar kirit¿ beza
ez euz c'hoaz unan benag dre c'hras Doue
etouëz a r mistri h a g ar mestrezet skol
laik hag a ra ho dever a gristenien ; santout a reonte tleont i akut abred .sant ¡manchón a feiz e spered h a g e kalon ar vugale; diez bras eo anes kernen t-ze ho lakat
da zeski ha da zenti. Kals muioch a ve
ivez eus ar vistri hag eus a r vestrezet-ze,
ma na rafe ket brezel dez-ho bemdez ar
vanden ganfarted ho deus tout mouget
a r foiz en hor bro ; dre ar vugale e l'eli
dezo kommanz. Difen a rer e kement
leac'h ma c'heller, lavaret ar peiennou
hag ober katekis er skoliou ; eleac'h avad
ez euz frered ha seurezed e lezer ar vistri
skol laìk en ho liberte evid an traou-ze.
Perag daou bouêz ha daou vuzul ? Gouzout aoualc'h a ra a r ganfarted difeiz ho
devezo kaer ober liez nevez, meuli ho
skoliou laik, eleac'h ma zeus skol gristen.
ne zafer ket choaz er vro-man d'ar skol
neus enn'hi na katekis, na peden. Мез
taolit avez, kerent kristen, lavaret a r
pedennou araog ha goude a r skol a zo eun
dra vad tre, deski eun tam katekis d'ar
vugale da c'houde, netra gwelloc'h, mes
neo ket aoualc'hkement-ze evit ober kristenien vad anezho, mar klevont var lerc'h
a bep seurt traou a enep ar relijion, an
Iiis, an honestiz. Me anavez ouspen eur
skol laìk hai; a vez lavarot ar pedennou
enn'ho, kalrkis a ve great ivez; aoun zo
о velet ar skolerien ho kuilaat, red eo
kontanti ar gerent. Petra ve desket goudeze d'ar vugale? En deiz-all, e u r s k o u a r n
fin a selaoue ar pez a ganet en eur skol
verc'hed ; mantret e voa kalon an den
paour ha disitrod'an tie lavarazd'he bried:
Nan bike:!, va merc'hed ne lakin or sko­
liou laik, mez err.eus ho lavaret ar pez a
gane bremaik merc'hedigou ar skolerez.
N'eus ket peli c'hoaz zo bel kavet eur
c'haier skrivet en eur skol laik, mezus eo
an traou a voa varnez'han. E kichen
Roazon, n'euskel peli amzer, eun aotrou a
roe da vugale ar skol levriou evit netra.
G'hoanl ho peus da c'houzout peseurt
levriou a voa ganthan ? BuezJ.-C. skri­
vet gant Léo Taxi!, arskrivagner divaloa
zo hirió: n'eus el levr ze ncmet blssphemoua eoephor Zalver. Mad eo lavaret ho
fater, mad eo deski katekis d'ar vugale.
gwelloc'h eo c'hoaz tnirel oulho da velet
ha da glev»t netra a enep I)oue, a enep
an Iiis, a enep an honestiz. lièrent kristen,
bezit var evez ; eleac'h ma zeus skoliou
mad, iakit eun'ho ho pu traie, ha pa ve
red dccc'h dispigu eur gwsnnek bennag
deus ho kodel ; eleac'h ne zeus nemet skoliou laïk.gouleimit digant ho pugale petra
ve desket dezho ; re zivezad vo keuzi pa
vo eet an ampoesoun en ho c'halon. Dalc'homp mad d'hor feiz. ennez eo an tenzor kaera du rji d'hor bugale var hon
lerc'h.
Kjerxeot.
BDELE
Brema e zeuz 1882 bloaz, Jesus, Salver
a r bed, a zo ganet e kraou Bethléem, e
m3re an hanter-noz.
Nauze ann aelez ho deuz kanet : •< Gloria
in excelsis Deo ... gloar da Zoue e barr
s ann envou ha peoc'h var ann douar
» d'ann dud a voiontez vad. > Ncuze tud
ar gear a Vethlaem hag ar mesaerien a
ioa tro-var-dro o tiouall ann denved er
meneziou.adeuas da azeuli 'adorn ar mabik Jésus, e kichen Joseph ha Mari.
Ni, ive, deomp, dre spered da graou
Bathleem evit stoui dirag hor Zalver hag
hon Doue. Deomp gant eur galoun neat
diouz pep pec'hed h a leun a feiz, a esper
h a a garantez.
Eur gredenn eo e ioa er c'hraou-ze
cunn ejenn hag eunn azenn : ho halan ho
deus tommet treid a r Mabik Jésus.
Epad ann nozvez ien-ze, Mari ha Joseph
n'ho devoa ket eun lamik tan.... Brema,
e pop ti, elouez a r gristenien, s vez klasket eur c'hef braz h a g a vez lakeat enn
tan da noz Nedalek : hennez eo kef Nedelek, kef ar mabik Jésus.
Kraou Bethléem a zo bat abaoue great
eur chapel kaer anez-han : meur a gleuzeur aour h a g arc'hant a jomm elum
enn-han noz-deiz. Unan euz ar re gacra
a zo bat roet e prof gant Lois XIII. roue
Bro-rhall.
Lod a lavar a r chatal ho-unan a gustum iun da genver noz ar Pelgent, h a
chomm a reont dihun ive enn enor d'ar
mabik Jesus : ken te! vad da gais tud h a g
a dlefe iun enn enor d'hor Zalver h a g eva
neOeutoc'h a vanneou gwin ardant (odivi)
da c'houeliou Nadelek ha d'ar bloaz-nevez!
E u r vez eo gwelet kristenien 'zo oe'h en
em rei d'ar vesventi da genver a r g o u e liou brasa.
KE.EIEB
EXN
MUNUT
EtJSSA KO KER AR SPILLOt;
Setu ama petra 'skrivemp disadorn,
8 a gerzu : « L'Union bretonne, sans nul
» doute mal informée, prétend que le
« maire d'Ouessant prend 3 francs d'é-
Вер mare e roi eunn dournad arc'hant
bennag, ha ma рае buan ann dleourien.
prestik e roio a d a r r e .
Fizians a zo ne gollint ket kals, mar
kollont, ar re ho deuz lakeat arc'hant da
c'hounid er C'homptoir.
Red e vezo gouzout gortoz : arabat ke­
inen't re a nec'h ; tud leal a zo о renka
aforiou ar C'homptoir.
»
>
«
»
pingles pour chaque mariage qu'il fait.
Nous n'en croyons rien et nous sommes
prêts à insérer le démenti que M. le
Maire ne manquera pas d'infliger à cette
assertion. »
Mad ! mear Eussa n'en deuz ket skrivet
eur ger deomp.
Neuze hor beuz klasket gouzout pe
seurt renkou a ra enn ti-kear hag er
gommun mear enez Eussa.
Traou kaer hor beuz klevet. Ah sa ! rod
eo beza sioul, habask ha tnarleze aounik
evel tud Eussa evit gouzanv eur mear
evelse ! Biskoas n'euz gwelet suna tud
evel ma suner tud Eussa.
Gwir, re wir eo e kemer inear Eussa
eur skoued evit ober pep euDud enn tikear; eur skoued, 3 francs 1
Goulskoude eo skrivet e! lezenn, artikl 171 (code pénal),ne d l e a r mear touch
liard ebet evit eureujou ann ti-kfar,a-zindan.boan da baka amand. la. kement-se
a zo skrivet sklear el lezenn, lia ma teufe
eur mear kristen d'ober kement ail ne
vije ket pell ar Ropublik evit lakaat sao
a-zindan he gillourou.
MearEussaagemer(pebezg(.ro2r,haan!)
eur skoued hep eureud, ha den n e lavar
grik dez-han.
Vouf comprenez.... Mear Eussa a zo
republik:in, ha c'houi a c'hoar...
— la, ia, al lezenn ne rlemm ket a r
seurt-ze.
Sator-goae ! Eo, al lezenn a d\p beza
evit ann holl. Evelse enn deuzsonjeteunn
den sparedek enn Eassa : Hen-ma en deuz
galvet ar mear dirag ar barner a beoe'h
(juge de paix) hag ar mear a zo bet koundaonet da renta he skoued d'ar goaz
nevez.
Kement-ma a zo c'hoar vezet d'ar bemp
a viz kerzu 1883. N'euz nemet mont da
welet da di ar barner a beoe'h : Skrivet eo.
Eunn tri-ugent ail bennag a dlefe ober
ar memez tra, rag pevar po bemp bloaz
'zo ema ar mear repnblikan o c'hober ar
vicher-ze.
Ma kar ann tammik Republik slrakellik
kaout testeni euz ann holl dra >u-zee vezo
kavet meur a g a n t enn Eussa evit sina :
ouspenn tri-ugenl ho deuzsinH dija.
Goazed Eussa! c'houi a zo dispount dirag ann arne, a r gwall-vor, -ov vrezel, ar
buuliji, ar inaro : ann h o l l h r goar. Hag
ho pefe aoun r a g eur mear republikan ?
Hag e selaouit ar gourdrotizou diot a
ra (leoc'h ?
Allons donc ! laoskit enn-hez da werza
spillou ha ne roit morse mui ho mouez
dez-han evit beza mear, na konseillour,
netra evelse.
Da viz inae, a leverer, e vezo a r volerez
evit konseil ann ti-kear.
Daoust hag a r spillaouer a hanvoe'h
adarre ?
Gwelet a vezo pe seurt tud e viol. Ni
grad e ftemmoc'h anezhan.
MOELAN.— Ann Aoutrou Orvoen, mear
koz Moëlan, eur mear kristen, dispount
hakalounek, konseillour arrondissamanl,
kristen ha Breizad bepred, ann A. Orvoen
a zeu deuet er meaz euz ar prizoun.
Ann Aoulrou de Beaumont, mear
Moëlan, a zo bet gant he garros kaera
beteg a r prizoun, e Kemperle, evit hen
diambroug h a g evit renta enor dez-han.
Kais tud, euz Moëlan ha var-dro, a zo
bet var varc'h h a g e karr, evit diambroug
ha k a s d'ar gear ar c'hristen brevet abalamour d'he feiz ha d'he lealded.
Lavaret e vije edo ann Aoutrou n'Eskop o tont er barrez.
Enor da Voelaniz !
Leoniz, arabat biken mui ober goap
euz ar Gerneviz a g03tez Keinperle : ar
re-ze a zo feiz enn ho c'haloun ha goad
enn ho goazied. Roit ann dourn dez-ho
ha mouslrit. .
Pa deuio Kerneviz Kemper h a g a r
C'hastellin, h a g a r parreziou tro-var-dro
da ziskouez int kristenien ha Breiziz,
neuze ive c'houi a dasdo d'ober goap
anez-ho.
Ni a ga^e deomp evije bet, da viz genver kenta, a r voterez evit konseil ann tikear, e peb parrez. Al lezenn oa.
Mez nann ! c'hoant he deuz ar Republik
da gaout, enn Tonkin pe el leac h all.
eunn tammik victoire da deuler deomp
ouz hor ginou, evit ober deomp aukounac'haat a r mizou ha lakaat ac'hanomp da
voti evit republikanet.
N'oump ket diot. Ann Orvoen hag he
genseurt ebars, spern ru !!!
GEVRET HA GOURNAOUEK. Araog ar saoheol ha goude ar c'huz-heol e vez brema
ruz-tan ar c'hevret hag ar c'hournaouek :
Kasi bemdez о weler kement-se, souezuz eo.
Daoust pe seurt merk a zo gant ann
ainzer?
Ne gaver den da reisklerijenn var ann
dra-ze.
Araog ar Gommun, e zeuz ive gwelet
ruzder evelse.
SANT-THEGOX.NEK.— N'euz persoun ebet
c'hoaz e Sant-Thegonnek !
Ar c'houarnamant no gav belek ebet
mad (?) awalc'h evit mont da bersoun da
Zant-Thegonnek !!!
Daoust ha dont a rafe da wir a r c'homsou pounner lakeat var g o u s t a n n A. Kerdsniel, ar c'honseillour jeneral manket :
; N'oar ket prent Ua gaout tur persoun
» e Sant-Thegonnek...
»
Ar pez 'zo sur, ann Aoutrou Kerdaniel
a c'hoari he dargaz evitgounid moueziou
e konseil ann iliz, evit gallout lammet e
konseil ann ti-kear da viz mao.
Evez goazed Sant-Thegonnek !
C'houi ho peuz da lakaat evez ouz bourc'hisien Landi ha Montroulez. Daoust hag
ar seurt-ze a raio al lezenn da dud evel
tud Sant-Thegonnek.
LANNILIS. — Piou a vezo kavet da veza
persoun e Lannilis?
Histor Sant-Thegonnek, quoi !
Piou eo ann targaz marellet a flair ke­
ment beleg a glask henvelda bersoun ann
Aoutrou n'Eskop ?
Ah! ma vije kavet eur balek republi­
kan, eme ar c'houarnamant.
Ne vezo ket kavet, kaer en devezo ai*
c'houarnamant argila, lammet, kounnari,
pec'hi ha tonneri, r e d e vezo dez-han evelalo henvel eur belek dispount ha kalolik
bennak.
Da viz mae ar republikanet a vezo tenval ho fenn, e Lannilis, da zeiz ar vote­
rez evit konseil ann ti-kear.
Petra 'zervich dez-ho klask derc'hel
penn da dud dispount ha kristen?
Ar republikanet a zo flammet ha Hem­
r
met e vezint.
FREPPEL.— Vive Monseigneur Freppel!
C'est notre homme à nous, habitants de
Lannilis. Lesneven, Saint-Renan et Ploudalmézeau.
Grevez-nous d'impôts, insultez-nous,
tas de républicains éhontés, tuez-nous (si
vous pouvez, attention, hein!). Nous voulons Mgr Freppel encore, et nous l'aurons
encore !
Pour qui nous prenez-vous, tyrans et
despotes ?
Vive Monseigneur Freppel !
DODARNENEZ. — Pont ann hent-houarn,
e Douarnenez, a zo kouezeí. eur pechad
anoz-han, eul luavaz. Arc'hant koUet, tud
gouliet. Labouret e ioa varn-han er zul
araok... Al labour zul a zo benniget gant
Doue.
CHRONIQUE POLITIQUE
LA
KER-BER. — Ti-skcl nevez a r freret a
zo bet benniget disul diveza, e m a r e diou
heur, goude kreiz-deiz. Da benn eunn
neubeut derveziou e vezo digoret ha leunet a vugale.N'eo ket braz awalc'h. Kreskel e vezo.
Ann Aoutrou Jest in. m ear Ker-Ber,
eunn den brudet dre he feiz krenv h a g he
atapi evit mad a r barrez, n'eo ket bet
var-dro.
Ann holl a zo souezet-maro.
BREST. — Komptoir ar Finister en deuz
roet a r baemant kenta, dek evit kant, d'ar
re ho deuz lakeat arc'hant varn-han. N'en
deuz ket roet kals, mar kirit, gwir eo,
mez ne fell ket dez-han derc'hel ann a r c'kant dastumet.
VERITE
Ce n'est plus seulement une vagua
inquiétude qui pèse sur l'opinion, c'est
la panique qui vient da s'emparer d'elle.
D'où qu'il arrive.à quelque parti qu'il a i t
donné ses préférences, le français voit
aujourd'hui dans l'affaire du Tonkin...
non plus un incident ou u n accident,
mais une entreprise pouvant conduira i
des sacrifices considérables en hommes et
en argent et nous mettant en lutte dés à
présent avec le plus puissant empire
de l'Asie. Cette conviction s'est faite
lentement dans le public. L e s assurances
du gouvernement, les affirmations t é méraires de la presse officieuse, la
molesse de la Chambre, tout avait contribué à endormir la nation, à lui fermer
les yeux s u r les dangers que lui fait
courir la plus aventureuse des politiques,
et à l'heure présente, la vérité commence
à apparaître dans tout son éclat, et on
n'entend plus que cette phrase : « nous
voilà revenus a l'expédition de Mexique.
( Moniteur.)
.
Le bruit court que le baron des Michels
aurait envoyé sa démission d'ambassadeur de F r a n c e en Espagne. On ajoute,
mais cette nouvelle mérite confirmation,
que le baron des Michels serait décidé à
abandonner la carrière diplomatique à
cause du profond ridicule que l'incident
d'Iran a jeté s u r sa personne.
Itìlini illìfflì I И М Ш ш И Я Ш И
— L e général de division prince Jérôme
Bonaparte ayant accepté la candidature
législative à lui offerte dans l'arrondissement de Barbeiieux, le gouvernement a
décidé de reculer jusqu'aux plus extrêmes
limites légales la date de convocation des
électeurs, afin de préparer la campagne
officielle.
(Tablettes d'un Spectateur.)
— U n sous-préfet, de passage à Marceille, aurait provoqué dans un li?u public
un tel scandale que les agents ont tlù le
mettre en état d'arrestation.
Le commissaire de police l'a fait mettre
en liberté quelques instants après.
— Aden 16 septembre. — Le Pêiho, des
messageries maritimes, est arrivé hier à
Aden, avec ses machines cassées.
— Shong-llaï, Il septembre. — Quoiqu'on
en dise, rien n'est venu confirmer
officiellea;ent le bruit de la révolution de
palais à Pékin, et pas une des nouvelles
reçues ici n'annonce que des trouble»
quelconques aie\t eu lieu dans la capitale
de la Chine.
HAVAS.
CHRONIQUE LOCALE
L'Union républicaine publie dans son
numéro d'hier la leltre suivante qu'elle a
reçu de M. Victor Saliou, ancien secrétaire de la mairie de Guipavas. L'Union
républicaine a jugé devoir supprimer le
dernier paragraphe de cette lettre que
nous insérons intégralement :
« Guipavas, 9 décembre 1S83.
» Monsieur le Rédacteur,
» On vient de me communiquer le numéro de votre journal en date du 0 courant. J e me fais un devoir de vous transmettre mes remerciements les plus sincères pour un article que vous avez bieu
voulu y insérer, et qui concerne la commune de Guipavas.
» Les quelques mots que votre sorrespondant laisse échapper à mon adresse
me décernent vraiment un grand hotTneur
que je n'aurais jamais osé m'attribuer ;
et, quoi qu'il en dise, je suis encore éloigné de me croire capable de faire à Guipavas l'office « d'un véritable potentat,
menant tout le monde à sa guise : maire,
conseil, aussi bien que les paysans, etc. »
» La commune do Guipavas a toujours
su se donner des représentants capables
et dignes de la diriger, sachant ce qu'ils
font quand ils prennent une décision quelconque; et, tant que les libertés municipales ne seront pas supprimées, elle ne
reconnaîtra jamais d'autre autorité locale
quecelledesmandalaires qu'elle aura choisis librement. Si cela contrarie l'ambition
de votre correspondant, tant pis pour lui;
il faudra bien qu'il en fasse son deuil.
» Dans tous les cas, s'il eût été vrai que
j'aie pu acquérir l'influence dominatrice
et absorbante que ce citoyen, trop bénévoie, veut bien m'imputer, ii doit penser
que ce n'est pas ma rupture avec un pauvre diable comme M. Jestin qui aurait pu
me l'enlever. Il n'ignore pas sans doute
que ce magistrat, unique dans son genre,
a été condamné et renié pius d'une fois,
et d'une façon éclatante, par les électeurs
de Guipavas et par tous ses collègues du
conseil municipal.
» Ce même citoyen peut croire aussi que
ses doléances trop intéressées ne m'empêcheront pas d'user à l'avenir de mes faibles facultés pour répondre de mon mieux
à la confiance de mes compatriotes. Quoi
qu'il arrive, j'en userai toujours pour servir les intérêts des habitants de Guipavas, autant qu'il dépend de moi, et faire
irévaloir leurs légitimes aspirations sur
es velléités hétérodoxes de quelques intrus qui n'ont pas encore acquis le droit
de se dire Guipavasiens.
» J e relève un autre mot que j'ai remarqué dans cet article Votre correspondant
affirme que M. Jestin ne feit aucune dépense qui ne soit pleinement justifiée.
J'en serai Irés-enchante pour lui. Il est
bien évident toutefois, que s'il s'est permis de mandater quelque dépense contraire aux décisions du conseil municipal, elle sera laiseée à sa charge lorsqu'il devra rendre compte de sa gestion.
Je lui souhaite, pour son avantage, de
n'avoir pas commis celte bévue
» Une dernière observation avant de
finir. Votre correspondant vous fait dire
que j ' a i été renvoyé par M. Jestin, de la
mairie de Guipavas. C'est la troisième
fois qu'on me signale cette phrase dans
l'Union répubÀcaiw. J e vous prie, Monsieur le rédacteur, de ne plus donner crédit de cette assertion erronée, que je considère comme une diffamation. J e m e s u i s
retiré de moi-même, me faisant un devoir
de refuser tout service à M. Jestin, en
présence de sa conduite envers notre défunt et excellent maire, M. Ségalen. S'il
en eût été autrement, j'aurais cité M. J e s tin devant les tribunaux, et je lui aurais
demandé compte de mon renvoi, qui n'était
justifié par aucun motif.
Î
» J'ose espérer, Monsieur le Rédacteur,
que vous aurez l'obligeance d'insérer cette
rectification dans voire prochain numéro.
» En attendant, veuillez agréer l'expression de ma reconnaissance anticipée.
» Voire très humble servileur.
» V. SALIOU,
•> Secrétaire de la Mairie de Guipavas. »
L'Union fait suivre la publication partielle de la iettre de M. Victor-, Saliou de
réflexions que n o u 3 ne saurions reproduire. M. Saliou y est attaqué avec une
inqualifiable virulence.
DOUARNENEZ. — Lundi, à I heure 1 5
du soir, nous avons reçu la dépêche suivante :
« Extrémité travée 5 8 mètres pont chemin de 1er tombée dans la mer, entraînant
quatre ouvr ers dont un tué, au moment
d'atteindre pile. »
N011« a vonsôiiijourd'hui quelques détails
sur cette nouvelle catastrophe.
Lundi malin, vers 10 heures, la C'' des
Chantiers de la Loire procédait ou lancement de la seconde travéodu pont qui doit
relier Douarnenez à Tréboul, à quelques
métrés au-dessus de l'oiidroit où l'épouventable accident qui a amené la mort de
dix-huil victimes s'est produit, il y a une
quinzaine de jours. L'énorme masse de
fonto, dont le poids n'est pas moindre de
¡¿00 000kilog.,ellalongueurde58 mètres,
glissait sur la travée déjà posée, et elle
n'était plus qu'a 2 mètres environ de la
pile sur laquelle son extrémité allait se
reposer, lorsque tout à coup la masse céda
dans le vide et la fonte se rompit.écornant
la pile et entraînant dans sa chute quatre
ouvriers ; celui qui a été iué avait été projeté contre la pile du pont, les trois autres
ont été retirés à peu prés sains et situfsde
la mer.
On ne sait encore exactement à quelle
cause attribuer cette catastrophe : la fonte
était-elle de mauvaise qualité? Les engins
dont on se servait pour faire rouler la travée étaient-ils en nombre suffisant ou
étaient-ils suffisamment solides ? D'un
autre coté, le contre-poids avait-il été assez exactement calculé? Voilà ce que nous
ignorons encore à l'heure qu'il est. et ce
qu'une enquête nous apprendra.
»
Quoi qu'il en soit, la conséquence de
cet accident est forcément un nouveau r e tard pour l'ouverture de la ligne.
(Union Monarchique.)
AVIS
A NOS ABONNÉS
Nous prions nos abonnés de se bien
rappeler la date de leur abonnement et
de se réabonnera temps s'ils veulent éviter toute inlemiption dans l'envoi du
journal.
Nous avons l'habitude d'indiquer, trois
semaines d'avance, sur la bando même
du journal, la date précise de l'expiration
de l'abonnement.
A NOS A B O N N E S
Comme nous n'avons pas encore dans
chaque commune un correspondant chez
qui M M . les abonnés au Courrier du Finislè e puissent renouveler leur abonnement, nous donnons ici les noms de tous
nos correspondants actuels, et nous en
publierons la liste chaque mois, afin que
chacun sache à qui s'adresser suivant sa
convenanceet ia proximité desa résidence.
GUIPAVAS. — Jaouen, cordonnier, au
bourg. — Morvan, Jean, au bourg du
Relecq ou au Ccsquer.
PLABENXEC. — Kériel, commerçant au
bourg.
PLOUZAXÉ. — Le Gac, propriétaire, au
bourg. — Allégot, forgeron, au bourg.
SAINT-RENAN. — Mme veuve Guéguen,
commerçante, prés de la Halle.
LOC-MAP.IA-PLOUZANÉ.— Allégot, forgeron, au bourg.— Quinquis, menuis er,
au bourg.
LE CONQCET. — Poullaouec, négociant.
PI.OUGASTEL. — M. Théophile, Nicol,
négociant.
LAMBÉZELLEC— M. Lefaivre, au bourg.
PLOLGONVELIN. — M. Jean Le Coz, à
Saint-Aouen.
PLOUARZEL. — M. Ed. Laé, négociant
au bourg.
SAINT-PfERRE-QuiLBiGîtoN.—Guyomard,
Pierre, chantre.
GOUESXOU.—M™' c u ve Rious, au bourg.
PLOURIN'-PLOCDALMÊZEAU. — M. Arabroise Le Coz, négociant.
PLOUMOGUER.— M. Cariou, aubergiste.
SAIXT-PABC — M. Sérés, cordonnier.
LANDIVISIAU. — Mlle Morvan.
dero Breiz, b a g a sko, evel mouez eur
profet, v a r boull ar c'halonou kaledet.
Meuleudi d'an abostol ha d'ar profet
kristen-ze !
Daou pe dri mil den a vêler bodennet
bep abardaes dirac kador-zarmoun iliz
caêr Sant-Martin ha dirag a r zakramant
adorabl (meulet ra vezo). M'ar d'eo ien
an amzer, eno, hervez ar gwel, eo tomrn
an oll galonou.
Decoret kaôr eo an aoter. Sur, hor
Zalver e n o a z o k o u n t a n t , hag an Driuded
santal en Ee a zo kountant ive : rae pal 1
zo, adorasioun ebet, e Brest keaz, n'he
deus roet kement a trouez. Diskarg an
eneou er govessionou co gwella frouez eur
mission hag eun adorasion : kovessionou
a zo puill e Sant-Martin.
Predicatoret, persoun, kureed, pobl,
oll int kountant hag euruz er zizun-ma
e Sant-Martin. Doue ho bennigo.
Tud Lambézellec, Sant-Marc, Guipavas, deuil da velel ha da glevet dissul, ha,
m'ar keroe'h, varc'hoaz dissadorn.
Lavaret a rin deoch gwesladik : kador
zo evit nelra (betec varc'hoas da noz, inclusivement), sarmoun msd evit netra,
hag, evidoe'hui mêmes marteze,... graç
PEDIT EVIDOU.N.
Doue, ato evit netra !
1
7 -- RÉFLEXION DU MANDARIN
I
Je veux vous conter une histoire
Que je lisais tout récemment,
(C'est véridique, il faut m'en croire),
Au sujet du Gouvernement.
Il
Sur la place du Chàteau-d'Eau
S'élève une ignoble mégère ;
D'après Bert et W a l d e c k - R o u 3 s e a u ,
— « C'est Marianne, notre mère ! »
III
Les yeux respirant la vengeance,
La dexlre prêchant l'union,
L'androyyne, en son impuissance,
Prétend unir Metz et Canton.
IV
Brùlanl la Minerve de Grèce,
Le Conseil du a bon vieux Paris •,
Pour déesse de la Sagesse,
Nous offre aujourd'hui Némésis I
V
Or, ce que vaut cette statue ?
(Payez, Français, petits et grands ;
Ne redoutez point la berlue.)
Total : SIX CENT VINGT MILLE FRANCS.
VI
Et voilà la petite histoire
Que je lisais tout récemment,
(C'est véridique, il faut m'en croire),
Au sujet du Gouvernement.
HOANC-LÏ.
GOUELIOU AR ZIZUN A ZEU
ûisul, 23 a gerzu, 25" d. 1. — Ar bedervet suivez euz ann Asvent. (Sul a 2
renk, glaz-ruz.)
Dilun, 24 a gerzu, 2 6 " d. 1. — Derc'hent gouel Nedelek. (Glaz-ruz). lun ha
viyil.
Dimeurs, 25 a gerzu, 2 7 d. 1. — Ginivelez hor Zalver Jesus-Krist. (Gouel miret,
g. a 1 renk. Gwenn).
Dimerc'her, 26 a gerzu, 2 8 d. 1. —
Sant Stefan, kenta merzer. (Gouel a 2
renk, ruz.)
Diziou, 27 a j e r z a , 2 9 d. 1. — Sant
Iann, avieler. (a. a 2 renk, gwenn.)
D'gwener, 28 a gerzu, 30" d. 1. — Gouel
ar Vugaligou merzeriet dre urz Herodes.
(Gouel a 2 renk, ruz.)
Disadoin, 29 a gerzu. — Loar-nevez.
Sant Thomas, eskop ha merzer. (Ruz).
Disut, 30 a gerzu, eil d. 1. — Suivez
enn eizvetez gouel Nedelek. fgwenn).
,t
et
et
M
ARVAÏLLOU
Eur paotrik a zo var ar meaz, e ti enr
mignoun d'he dad. Eur c'hi droug a zo
stag enn he doull ; ar bugel a ia var-zu
enn-han.
— Ne dosta ket re, vafaotrbihan, eme
unan bennak. Kregi a rafe enn-out.
— N a perak 'ta?
— Abalamour ne anavaz ket ac'hanod.
— Mad ! n'euz remet lavaret dez-han
eo Renanik va hano.
[Ar Wirionez.)
v
SANT-MARTIN BREST. — Dissui 1 6 en
deus komanset e Sant-Martin eun adorasioun a eizdez. An Tad Norbert, capucin, eus Lorient, a brezeg e gallek, da
zeiz heur hanter diuuz an noz : he goroz
a zo nerzuz ha beo, evel comz eur gwir
abos'ol. M ' a r pize he glevet dimerc'her o
komz eus a vrankou seac'h a r vinien,
m?.d ebken da zevi en ifernl
An Aolrou Kervella, eus Plougerne, a
brezeg e brezounek, da bernp heur hanter
dious a r mintin : he gomz a zo stard evel
11
Dirag a r vamerien :
Ar présidant gant eur vouez garo :
— Roit peoc'h ! ne c'hallit ket nac'h...
Tapet ouc'h bet ann dourn er zac'h
— Al laer. — Gortozit, Aoutrou, arabat
lavaret gevier. Tapet ounn bel a r zac'h
ein dourn ! Gwclet road a rit n'eo ket eur
meniez t r a . . .
(Ar Wirionex)
DIVIZOTJ
Gournaouek karget, gsvret sklear :
Lakil ho sae da vont euz ar gear.
Gant kolo bag amzer,
E teu boug ar mesper.
Awechou eo mad gouzout gortoz ha
gouzanv ; arabat eo kl ask mont re vu an.
mont a flao, pep tra en deux he amzer, ha
Paris n'eo ket bet great enn eunn deiz
Patience et longueur de temps font plus
que force ni rage.
Pa dro ann denved e saout,
Neuze e vez glao da gaout.
Awechou, eun oabl, ar c'houmoulennou
a zo henvel ouz oanigou gwenn, eunn
dudi ho gwelet. Pa weler 8 n n denved
bihan-ze o kreski, o tont da veza kement
ha saout : evez ! tost eo ar glao.
Divinadennou
— P e r a g e vez tokou gwenn gaut ar
vilinerien ?
R. Evit goloi ho fenn.
— Eur vioc'h treut, petra 'ra da genta
eur weach eat enn eur park?
R. Trei he zablenn d'an oade I
— B pe seurt miz e koms ar merc'hed
an nebeuta ?
B. E miz c'huevrer (ar miz berra \ )
4
Comble de la sensibilité ?
R. — Pleurer en voyant fouetter la
crème.
— Quel est le comble de la voracité ?
R. Dévorer l'espace ; dévorer quelqu'un
des yeux ; avaler sa gaffe, etc
— Quoi est le comble de la tendresse
paternelle ?
R. Croquer le marmot.
Da c'houel Santez-Luz ( 1 * a gerzu) e
kresk ann deiz keit ma vez eur c'hoanen
o lammet er puns.
Revue Financière
P a n s , le 17 décembre 1883.
La semaine qui vient de s'écouler a vu
un véritable effondrement se produire à
la Bourse sur nos Rentes et sur les Valeurs contre lesquelles nous nous efforçons
depuis plusieurs mois, de mettre nos lecteurs en garde. Jusqu'alors nous avions
assisté à une baisse lente ; mais aujourd'hui, ce n'est plus la baisse, c'est la débâcle, c'est une déroute complète. Les
porteurs veulent vendre à n'importe quel
prix et comme les contre-parties sont rares, il s'ensuit des écarts considérables
en quelques instants.
11 faut bien reconnaître que ce mouvement n'est pas le résultat des manœuvres
des baissiers, mais bien la conséquence
fatale de la tension exercice depuis plusieurs mois sur nos Rentes par le parti
de la hausse.
Ce dernier, en effet, devenant chaque
jour plus faible, n'a pas pu contenir plus
longtemps la baisse qu'il redoutait et elle
s'est produite d'une façon d'autant plus
intense qu'elle avait été longtemps retardée.
C'est ce qui menace d'arriver à l'Extérieure Espagnole, que l'on soutient au
prix de grands efforts, au-dessus du cours
de 56.
Malheureusement le mouvement rétrograde ne nous parait pas terminé ; les dispositions sont très mauvaises ; quelques
haussiers tenaces ne veulent voir dans
celte baisse qu'un nouvel élément de hausse comme nous voyions dans la fermeté
relative des mois derniers, un élément de
baisse. Les événements nous ont donné
raison ; quant aux haussiers qui espèrent
encore, nous croyons que de grandes désillusions leur sont réservées. Avec de
telles dispositions, vienne la nouvelle de
la guerre avec la Chine, que deviendra le
marché ? — Nous aimerons mieux no
pas nous le figurer, mais comme il importe de se mettre à l'abri le plus tôt possible
contre tout danger, nous conseillons de
ne pas attendre la perte que l'on essuyerait et de réaliser a u x cours actuels, de
peur de perdre beaucoup plus encore en
attendant ; Le 3 •/. tombe de 77,20 a 75,90.
l'Amortissable, de 78,50 à 77, le 4 1/2 •/.
1883, de 106,15 à 105,10 â la petite bourse
du soir de samedi; ce fonds perd encore
0,50 centimes. — Le Suez tombe de 2070
à 1990, 1950, 1900 et 1842,50.—Les porteurs n'ont pas goûté les conventions intervenues entre M. de Lesseps et le commerce anglais ; la limitation à cent francs
des dividendesn'esl pas ce qu'ils espéraient
et les ordres de vente se sont présentas en
foule. Le mouvement de baisse parait lancé,
quand et comment pourra-t-on l'arrêter.
La Banque Ottomane, recule à S27.50.La
Banque de Paris, 4 787,50. Le Lyon con
Ire lequel nous avions également prémuni
nos lecteurs, réagit vivement i 1212,50.
L'Italien 5 •/. est à 90,80. L'Unifiée
d'Egypte, à 313,75. Le Turc 5 •/., * 8,60.
On voit que nous n'étions pas trop pessimistes,lorsque noua annoncions une crise :
elle s'est déclarée, et tout nous fait craindre qu'elle ne continue ses ravagea. Avec
les complications qui sont i redouter da
toutes parts et les conséquences d'une
guerre avec la Chine, tout contribuerait
& accélérer le mouvement et l'affollenient
déjà grand, ne connaîtrait plus de berne.
Brest. — Imp. F. Halegouôt.
/ '• ,
\i:\\\/..\v-:..\/...-:-:<-:-:i<\\<<\<.-.-:<y.^
1
1
¡
iiíiii([((i{HiimiUH(HHvH\l,i
IUI........V.iX.ii\....,.........,^..,
• ni. i...... lili.
LE COÜRMBR DU FINISTÈRE
Si maître Rabelais dé joyeuse et exhilarante mémoire vivait de nos jour* et
qu'il fumât la cigaret te, il n'emploierait
pas d'autre papier que te Papier Fiançais
(10 c. te cahier dan» tous les bureaux de
ubac), dont la pureté, la finesse et la
solidité ne laissent rien à désirer. Ce nouveau papier', style moyen-âge, présente
à|ia fois un aspect original et élégant oui
le désignent à l'attention de tous les fumeurs:
Vente en gros, M M . Gaston d'Argy
et CV54; rue de Dunkerque, Paris. 619
D e l a Frontière d'Espagne.
St-Laurent-de-la-Salanque (Pyr.-Or.)
« Monsieur, c h a q u e j o u r jo m e porte
m i e u x , grâce à vos Pilules Suisses. Il y
avait cinq mois q u e j e souffrais d ' h o r riblos douleurs a u x r e i n s , à la vessie e t
a u c œ u r ; j e n e pouvais rester assis
longtemps ; la n u i t p a s d e sommeil e t
Etude de M- B R I A N T ,
à Plabenneo.
l'appétit m e m a n q u a i t . Lorsque j e v i s
les g u é r i s o n s o b t e n u e s p a r los P i l u l e s
Suisses, j e m e hâtai d e vous écrire e t
a u j o u r d ' h u i j e s u i s p o u r ainsi d i r e
g u é r i . Aussi, Monsieur, j e m e fais u n
plaisir d e vous a u t o r i s e r à publier m a
iguérison. — VIDAL LAURENT. »
A M. HERTZOG, p h a r m a c i e n , 28, r u e
d e G r a m m o n t , P a r i s . — Pilules Suisses
à 1 fr. 50 la boite d e 50 pilules.
587
Nous sommes heureux de signaler à nos
lecteurs la Femme et la Famille, Journal
des Jeunes Personnes. D'après les témoignages que lui rend la presse parisienne
et d'après e que nous en savons nousmêmes, c'est l'un des plus complets, des
moins coûteux et des mieux rédigés parmi
les journaux deee genre. I l ne laisse tien
ignorer des choses de la mode, mais, conseiller bienveillant et expérimenté, il
s'applique à en signaler les éea-ts, à en
Notaire
rectifier les excentricités, en un mot, à
substituer an luxe efiréné et dispendieux
lé bon goût élégant et modeste.
Indépendamment de ce méri te, malheureusement trop pen recherché par les
journaux de modes, la Femmeetla Famille
donne des s o i n s tout particuliers à sa
rédaction. Rien d'inutile, rien de frivole.
Aussi le recommandons-nous sans restriction à toutes les mères de famille et aux
diverses institutions dirigées par des dames
ou des religieuses. (Voir l'annonce.)
Éviter
Sa
l'Etude de M* B R I A N T ,
Notaire,
Le Mercredi, 26 Décembre 4883,
a u a heure de l'iprès-midi,
En Plouvien, terroir de Kergroas : un
C H A M P nommé P a r d a r - G r o a s - V e n ,
contenant 61 ares 50 centiares, el loué à
M . Raguénèj,de Locbiévalaire, jusqu'au
29 Septembre 1889, moyennant 38 fr. par
an et 'es impôts.
Le Samedi, 29 Décembre 4883,
à u n e heure
I N C I T A T I O N
JUDICIAIRE
M " R O L L A N D et D E L O B E A U ,
Avoués,
D'une Portion divise de F E R M E , à
Keraigon, pn Piabennec , comprenant
Bâiime.its d'habitation et d'exploitation,
Terras;diverse ; l e tout d'une couten'aùcè
de 6 h< itères 49 ares 90centiares.'
Jouissance immédiate par niait s.
à 1 heure 1/2.
les contrefaçons
_
/fx
V
Le Dima/iehe 30 Décembre 1883
à nne heure
Dépendant de la F r m e de Kermoïsan,
en Plabànnec, terroir de Kérvézèf, près
Kerigoûàlch:
Premier Lot. — Dn C H A M P bordant
la route deGuipavas, contenant 1 hectare.
IhuxitmeLot.
— Au midi du précédent,
un autre CHAMP à l'angle de la route de
KerTerrit, contenant 1 hectare 18 a. 20 c.
Troisième Lot. — An ter oir de Gcar e m - C r t ô : un C H A M P dit Taeh n GoarenJ-Vras, n» 867, cOatenant 25 arc3
2tf centiares.
QfaHèinè
Lot. — En Kersaint-PIabennte, -Wriage de Sâint-EWen, un'CHAMP
loué a Nicolas Pellicant jusqu'au 5 9 S^pXerahr-i 1886, d'une contenance d'environ
2 5 are*.
S'adresser pour tous renseignements à
M* BRIA?,T, Notaire à Plâbènhec. 621
!
: F . HALÉGOUET.
E
L
9
tWe*
O
U
T
V e n d r e d e 8.1 x s p é c i a l e p r é p a r é e a n a i s m u t h
PAR CONSÉClUENT D'UNE ACTION SALUTAIRE SUR LA PEAU
Ella «it adhimlt et invisible, aussi deaae-t-elle ai teint u e (ralthiu naturelle.
PARIS
-•—!• Ch. I T A Y , J n v e i j f e u r
•-
9. rue de h Paii
f
SAISON
D'HIVER
GUIDES JOANNE
Stations
d'hiver de la Méditerranée. — Provence.
Corse. — Pyrénées. — Algérie. — Espagne. — Italie. — Turquie.
Grèce. — Egypte. •— Syrie et Palestine.
PATE,GEORGE
Pli.inañcicn rl'Efiinil (Vosses)
MiDXlLLï b'Ol i t o — VXDA2U.E D'ASeS-TT 1M5
BONBON PECTORAL A LA RÉCLISSE
Recommandée par son efficacité par les Médecins
et les malades cor.-.re r ASTHME, tea CATARRHES
et tontes Maladies des VOIES RESPIRATOIRES^
PARIS, 28, rat Taittont & m du Lnilm, 11.
JOURNAL THÉS RECOMMANDE A l \ FA3IILLES ET AUX PENSIONNATS
L E P L U S B E A U . L E P L U S U T I L E , L E P L U S AGRÉABLE
C A D E A U
VOLONTAIRE
VOLONTAIRE
Le Propriétaire-Gérant
CST UNI
ADJUDICATION
ADJUDICATION
h ii m wbwri
P o u r fortifier les enfants et los personnes faibles d e la poitrine, d e ïeslomac, o u atteintes d e chlorose, d'an^mte,
le meilleur et le plus agréable déjeuner
est le RACAHOUT des arabes, aliment
nutritif et reconstituant, préparé p a r
DELANGREMER, à P a r i s . (Se défier des
contrefaçons.) — Dépôts d a n s chaque
villo. '
609
^—T j . £ï^h**
leaTtfllz-YOBS que chique boite de 1 f. porta li tigrature
De T E R R E S dépendantdecetie même
Ferme de K rsrgon, en trois lots :
L e premier* numéros 1168, 4169, 1170.
1171, 1172. U 7 3 , i l 93 de la section K,
eontenan 3 bec a es 13 ares 36 centiares.
Le deuxième, numéros 622 et 636 de la
même section, contenant 1 h. 99 a. 60 c.
S t le troisième lot, numéros 624, 629,
630, 632, 662 en partie, 652 en autre
partie; 052, 653, 651, contenant 2 hect.
36 a. 10 c.
La jouissance par mains de ces tiois
lots ast immédiate.
i
SE DÉFIER DES IMITATIONS & CONTREFAÇONS
Jugement du Tribunal civil de la Seine du 8 mai 1875.
& L o Conseil d'administration a l'honn e u r de p r é v e n i r MM. los actionnaires
et obligataires do là Compagnie g é n é rale T r a n s a t l a n t i q u e qu'il leur sera
payé, à dater d u 2 j a n v i e r prochain :
P a r action n o m i n a t i v e (acompte s u r
le dividendo de 1883)
20 »
P a r action au porleur(acompte
s u r le dividende de 1883)
10.502
P a r obligation n o m i n a t i v e ,
12.125
coupon n* 8
P a r obligation a u Iporteur,
coupon n° 8
11.63
Les paiements a u r o n t lieu, sans frais,
à la Banque T r a n s a t l a n t i q u e , à la Société
Générale, a u Crédit Lyonnais, à l e u r s
sièges respectifs, à P a r i s , et dans l e u r s
succursales d e s d é p a r t e m e n t s et d e
l'étranger.
Le Président de la Compagnie générale
transatlantique,
E u g è n e PEREIRE.
i
Le même jour,
i
ALIMENT d e s ENFANTS
Exiger le veritable nom
COMPAGNIE GENERALE
1
• • s
M E N I E R
TRANSATLANTIQUE
V E N D R E
CONFISEUR
Boulevard des Capucines, 7 , a Paris,
n'a ni dépôt ni succursale en province, ni
à l'étranger.
Elle expédie directement aux personnes
qui lui en font la demande.
621
C H O C O L A T
5, rue Halévy, 5 , Paris.
A
La maison BOISSIEK
SIROP HPIjON
Léaitif-Pectoral
Le Spécifique usuel depuis un demisiècle contre les B-HÛ2IE8
et les
lnnammations d e s
BSOXCBOES,
tenant à u n e cause nerveuse.
PàHÎS, K, ru Initient & r u du Arcbives, 19.
P O U R
U N E
D A M E
O U
U N E
J E U N E
P E R S O N N E
C'EST UN ABONNEMENT
à
Bouvenex-vcQS que chaque tlicon da 2fr. 50 port*
la Hiatture : P L O N
L^l FEMME et LA FAMILLE, Journal des Jenocs Personnes
mgi'MTK a i c*ikhe amisée
Sous la direction de M
1 U
JULIE G O U R A U D
ile
SIRflrSDEHAMBURE
ET
PÂTE
PECTORALE
GOT VINT ANS DE SUCCÈS
Prouvent ga'll e i t le meilleur remede eewr
goSrir le* шеаШЦг it poitrine, catarrhal,
R h tun e«, T o u x , COQTTEIiUGHB.
Вое Sainl-Mertln, i l i , è Parte.
Principales rédactrices : M."** et M * J u i n Gouraud, Julie L*vergne, da Stolz, Jean
Lander, Sazerac de Forges, Henri B>aulieu, J . d Engreval, Baibé, Colomb, Pauline
de Thibert, Lérirda Geofroy, Valen<iae Vatti •»", Henri Langlois, Lucie des Ages,
Véronique, Louise Delville, etc., e t c .
Modes et travaux. — M " Agnès Verboom, baronne de Sparre, Angèleel SarahCretté.
a
<
Prix : flacon, 1 fr. 60. B%îte, 1 fr. 50.
Se trouve dans les bonnes pharm. 611
EAU MINÉRALE NATURELLE
v i e
Sources de PÈtat. iSSU --xA
6RAHDE-SRILLE.—Affeí-tions iympîiatbkjnes,maladies
des rotesdlgesv. -, ecçorg'.-aitnt- du foie et de la rate).
Obstrcctforjs viverales, calcnls f>:!iaire¿i, «te.
HOPITAL — Affections dés voies digestive-s. pesanteur
d'estomac, digestion difiicilc, Ina]
eastraJgle.
CÉLESTINS. — Affection- des reins, de la vessie, g n Tellc, calculs urinaire*, goutte,flfatiète,albuminurie.
HAUTEB1YE- — Prescrite comme l'Eau des Celestina.
Administration du la C ¡n
. ' -:- .j.naire :
PAR'S. 22. Éou.'êwt Jfonfma.l.-e
EXIGER le NOM da ht SOURCS sur la CAPSULB
:
i Brest, chez M. JDTEST1N, 48, rue de la Rampe,
chez tous les*droguistes et pharmaciens. 4M
ÉDITIONS DIVERSES
Mensuelle, sans annexes : 6 fr. ; étranger, 7 fr. — La mêuia, avec annexes et gravures :
12 fr. ; Union postale, 14 fr.
Bi-Mensuelle, sans annexes : 10 fr. ; Union postale, 12 Ir. — La même, avec anexes
et gravures, 18 fr. ; Union postale, 20 fr.
Pour «'abonner, envoyer un mandat-poste à l'adresse du Gérant, M . A . Viton, 76,
rue des Saims-Pères, Paris. — Bien spécifier l'édition qu'on demande.
P R I M E S P O U R L ' A N N É E 1884
1 Toute peiïonne qui s'abonnera avant le l ' r Janvier 1884 recevra gratuitement les
numéros de NOVEMBRE e: de DÉCEMBRE 1833 correspondant à l'édition qu'elle aura choisie.
2" Toutes les abonnées recevront, dans le courant de l'année, plusieurs gravures
(sujets divers)
3* Pour Etrennes 1884, la Voyageuse Bâcle, n. 5, charmant^ michine à coudre, à
navette, piqûre solide et san? e D v e r * , va'eur réelle 100 fr., s e r a i v r é e aux abonnées au
prix exceptionnel d e 35 fr. S'adresser uniquement à la maison D . BÂCLE, 46, rue du B * c ,
à Paris. — C M grands avantages et la rédaction vraiment choisie q u e son émmente
directrice, Mlle Julie Gouraud, a su donner et conserv r à la Femme et la Famille depuis
vingt-cinq ans, justifient d'avance la préférence qu'on lui accordera sur tous les journaux
analogues.
e
GUÊRISOH
certaine et radicale de toutes h s affections
de la P E A U : dartres, eczéma.*, psoriasis,
acné, e i c , même des PLAIES et U L CERES V A R I Q U E U X , considérées
omnie incurables par les pins célèbres
jiédecins. — Le traitement n'eiige aucun
régime particulier, il ne dérange nullt ment du travail, il petit être suivi partout,
même en voyage : il « s t à la portée des
petites bourses et dès le deuxième jour
I eaUtì<Ml£ âoCŒD
il produit une amélioration sensible.
"aiMauiOto <*» C h i d e * * *
S'adresser à M. LENORMAXD, médecin pharmacien, à Tournant (Seine-etP.iüilCttti
Marnt). — Consulta'ions gratuites pa*
pmz шшж шшшее шшйаЛ ш кем . ащЩдЗмщ
correspondance.
500
i m a tafjijWjflpjg pu Wt«ê ou de l ' é t i q u e t u
Imprimerie F . flALCGOüET, M, r u e Kleber
(ancienne
rue des Malchausses) -
CARTESde visite
IMPRIMÉES
lArrree
P e t i t f o r m a t , 2 f. -
Mém 9* e%mmrmm
G r a n d f o r m a i . 3 fr.
,.„..,.„.,.,JM.HH.Mll.MIMI.HI
Il
I
I ¡I
I
I
t
3" Aimée. ^
I
:
^
:
^
N^SO?
flv
WW
1
SSO-,
N i a zo b e p r e d B r e t o u n e t ,
Bretounet tud kalet !
PARAISSANT TOUß LES SAMEDIS
ON S ' A B O N N E
< an.
Brest, Finistère, Côtes-du-Nord, Morbihan.
Tout te qni concerne la rédaction et l'Administration da
Jonrnal, doit être adressé fane de port, au Propriélaire-
Départements
Ar,Skoliou a c'hiz
n e v e z
Kemper. — Brud a zo ne feil ket d'ann
inspectour Matribus chomm er vro-ma
Tarieren he gomper Gragnon. Var a leverér zóken. Matribus a.c'houlen beza
rener en eur skolach merc'het iaouank
(école normale de filles). Eur vidier vrao
•vit, eur c'hanfart eveld'han, n'eo ket
gwir, Douärncneziz î Deski a oufe meur
a lizerenn d'ar skolaerezet. Neus fors,
evidomp-ni hen divouero a galoun vad,
hag a lavaro bennos Doue da nep a gemero ar galanna-ze diganeomp. Ia, avel
grenv var he lerc'h, ma zaio pelloc'h a
ze. - Evelkent, araoe kimiada dioe'h a r
Finister, en deus great c'hoas eun taol
kaer, hag a raio d'an dud karet muioc'h
vui ar Republik,
Eur pennad-zo, ann aotrou-ma en em
gavas e Plonéour-Lanvern da welet a r
skoliouw Evit doare, al lean.cz a ioa bat
diskuliet gant eun den aviset mad benag,
evel ma kaver e pep leae'h. Matribus a
zeuas er c h í a s abenn-her, hag hep lavaret na boijour, na bonsoir, en em lakeas
da furcha beleg zoken an armel a ioa
enn-hi dillatar skolaerez. A fors da boania e ka vas, etouez leoriou ar vugale, eur
c'hatekis brezounek, hagen eur vont k u i t
a lavaras d'ar seurez : «C'hui ho pezo eus
va a'helou. » Dalc'het en deus d'he c'her
avad enn dro-ma. Preslik goude e lennet
e kazelenn er Prefectur : « Ar seurez J . ,
skolaerez e Ploneour-Lanvern.azo torret
ca»4i<j- «*horc¡ «-tì^momez amzer o a assinet dervez evit lakaat dïmezellët e plas al
leanez paour. Matribus he-unan a due
mont d'ho c h a s gant eur c h a r r o s eus a
Gemper, h B g he gamaradet d var dro
Ploneour a reas farda eul lein a zoare
evit a r gompagnunez.- la, mes goazet
Ploneour,. pe ma livirin mad, ar merc'hed, a lavaras ne iaze kèt ann traou
evel-se. M a n e c ' h e l ket al leanez J . . . kenderc'hel d'ober skol, nifell deomp, emezho, kaout en he ñas eun all eus ar memez
urâ. Hag hi en e m glevel da zonl a vandenn da zigeraerel Matribus hag hezimezellet koant. Digasset oue rakiai kemenadurez a gement-se da Gemper, h a
Matribus a jomas er gear. Abaoue ema
lein o iena N a g ar Bigou dennet. enn
aoun na vc great eun dro gamm benag e
kuz, a zo noz-deiz ann eil rumm goude
egile o tioual ho skolaerez. Er sizuu dremenet edo c'hoas an traou var a r gountse. Penaos ec'h echuo an abadenn ? No
ouzon ket (1).
D I S M E G 4 N S
L A N D I
t . è Si i i. .' ¿
Y/h
Da viz c'houevrer diveza, ann aoutrou
mear a lavaree vije mad, marteze, diyestra ha prena eur park bennag da zevel
enn-han eunn ti-skol evit ar merc'hedigou. ,
''
E peleac'h ema ar park-ze ?
E kichen ar park m'eo savet varn-han
ann ti-skol libr! Izeloc'h c'hoaz eget ar
park-ze! !
Gwelet a rit ? Eno e vezo mad sevel
eunn ti-skol laik : ann li-ma a vezo seae'h,
iac'huz; n'en de vezo ket a gounje da
veza leiz. Mez ann ti-skol libr savet var
eunn dachenn hucloc'h, a h ! hennez a
vezo feiz, hennez a c'helfe beza noazuz
d'ar iec'het....
Mar d'eo c'houi eta, aoutrou mear, a zo
bet o flatra hep digarez hag o lavaret eo
leiz tachenn ha diazez ann ti-skol nevez,
ha ne c'hello den ho dizec'ha, eo sklear
ho peuz en em drouc'het mezuz enu ho
lavarou.
Evelse, dem-dost, e komse eur c'honseillour.
Ar. mear a ioa nec'het-maro, ne c'houie
mui e pe du troi : aned oa da bep hini.
Klaska rea trouc'ha berr hag a liez e
lavare tido ar gonseilierien evit ann dro
zi veza enn ti-kear.
(t) Inn abadenn '«J ecbn : eul leanez ail e u
ar même* ouata lakeat d'obar skol e Ploneour.
. M i l
III
i
l
P
3
. . . .j.
— Ah sa ! eme eurc'honseillour, daoust
ha n'ho peuz mui sonj da zistrei ama,
aoutrou m e a r ? Koms a rit evel eunn den
lakeat dija sao a Zindan he gillonrou.
Lavaret e ve co krog ann dersienn ennhoc'li.... ha ma ve klasket a r medisin I . . .
Etretaot, mignouned ar mear a en em
zile kuit ann eil goude egile, m a r gouient !
Dua a reant gant a r vez o welet o vont
da baka ho stal, ha marteze ive abalamour ho c'habiten a jomme re hirr da
zelc'her f e i n ouz lud evel ar re-ze. Ann
d r a z e n'en deuz ket miret ouz ann darnvuin euz a r gonseilierien da c'houlenn
ma vije digoret ar skol nevez kenta ma
vije gallet.
Ama eo mad evesaal ha seilet piz : a r
gonseilierien ho deuz goulennct ma vezo
digoret a* skol libr kenta ma vezo gaUet.
C'houi a zivino penaos eo bet troet ar
goulenn-ze ? Ema henl-ma : « Ra vezo
digoret DIOC'II TU. » Lizerar préfet a zoug
ar ger-ze « dioc'h-tu. » Perag ? Abalamour n'euz ket seilet zoken ouz a r roudenn sinet gant ar gonseilierien ! Awalc'h
eo bet d'ar préfet seilet ouz paper a r msar
hag a r paper-ma a zouge « immédiatement, dioe'h-tu, ha neket kenta ma vezo
yatlet,e doare roudenn a r gonseilierien.
Hag evelse, ludou , e vez tamolodet ann
traou, enn deiz hirrio. H a ç échu a r stal :
taisez-vous, las de cléricaux !
Setu aze eunn draik bennag euz ar pez
a zo bet penefiet d'ann 12 a viz du. E Ical I
E pe du a gav deoe'h edo a r c'hrec'hign
h a g a r c'hakouzienl
Gortozit. c'hoaz 'zo!
Eunn dervez bennag goude e sao ar gaoz
eo mear Landi en deuz ive, crin eil dro
o n n tim
/mnta_ l n w j j p p t «ri
UcpLn.iio h a
leiz ann diazez, ne c'hello den dizec'ha...
Testeni sklear 'zo eo hen ar flairer.
Gevipr eta en devoa lavaret, e miz du,
da gonseilierien ann ti-kear.
Ar paour keaz den I r e i eo bet dez-han
hen anzao ha great en deuz.
C'houi 'c'hoar, tudou, penaos en deuz
troet he grampoezenn var ar billik ? Selaouit mad !
a P'en deuz, emez-han, disk'eriet ar
» Frer edo o vont da zigeri skol libr,
» neuze am beuz skrivet, eve! mear, d'ar
i préfet evit miret digeri ; goude, p'am
» beuz skrivet divar benn leizder ann t i ,
» neuze neket mui evel mear, mez em
» hano va unan hepken eo a skriven. »
La ! g v e ü t nag a sperel !
la, mes ar re ail ho deuz speret ive h a g
a c'houzo barn seurt komsou troidelluz.
Goazed Landi, setu aze pebez mear ho
peuz! Ne lavarann ket n'en deffe great
netra vad enn he amzer ; mez, cvclato,
être ann dra-ze hag en em lakaat da veza
, ann den leal dispar, e zeuz kalzik kemm,
i ha neket gwir? Hen-ma neket r e a Iealded
; a goll anez-han, ann dra-ze eo a r gwirra.
Nag a draou a c'helfemp da lakaat
! c'hoaz var ann daol, ma karfemp !
Ar paour keaz den a gav diez, a leverer,
abalamour ma rear ann h e g out-han.
î Ia-da, e gwirionez, gallout a rear kaout
j tniez ouzoe'h, aoutrou mear, ha douetuz,
! ho trugarekaat da veza senklennet ken
i aliez ar chelp goude beza lavaret, var bep
; ton, edoe'h o vont da rei h o liiez.
Goulskoude, goazeu, ma weljecTi a n n
aoutrou-ze, deiziou 'zo, o varvaillat g a n t
ann dud divar a r meaz, gant ar meariou
euz ann amezegez : sapristi ! klevet a rafe.-'h ansz-ban o tekoni a enep a r Republik hag ann diaoulerez ail. Var he
veno, n'euz den ken diampech h a g hen
diouz ann holl. Sellit piz goude h a g e
welot anez-han o tostennat ouz mevelhen
ar C'houarnamant?
Lezomp da vont : neket evelse e rear
mignouned e Landi. Eveiato, unan a jomm
c'hoaz gant-han o u z a r z u g e l , unan enz
ar re ho deuz a r muia fri etouez republikanet Landi, bezit s u r ! Hennez en deuz
doare da veza deuel mad gant a r mear.
Perak ne ve ket?
Ha neket hennez eo a c'halv a r m e a r
f Mon petit bon Dieu! va I)ouik-me\ ! »
evit beza negred n a g e Doue n a g e d i a o u l ?
Gonië hement ail, arabat beza souezet o
klevet ar mear o c'hober anez-han : « Mon
petit Coco ! va moutik-me ! ! ! — Ah, sa !
piou a lipo ann darbod?
Aoutrou mear, selaouit, mar plij, enr
gerik ban"ffc : Kma-ouc'h bemdez o c'ha-
•
fr.
4
donnes d'ann c a t «s
lOotat
Colonnes lateritiuM
S O »tat
loupât gant hennez dre gpar ha var meaz,
p kountaeurbern rimadeller.'z d'ann dud.
Prédit ac'hanon : ne d'il ket da c'hoan ar
bricfwn-evelse. Ann d u d divar j a r m e a i ^
n'int ket berr a speret evel m a kav deoe'h.
Perag ema ouc'h ive o c'hober ho teil abalamour d'ann hentehou braz a zo bat digoret pe veinet enn hoe'h amzer. Ah, sa !
lavaret e v e , diouz ho klevet, ho pije
great ann nentehou-zo divar ho k o u 3 t .
Ne c'houezit dure eta e zauz great hentehou enn ho raok h a g e vezo great c'hoaz
enn ho koude? Sikour ar re ail d'ober
eunn dra vad bennag ho psuz great, netra
ken, ha bep tro m'euz bet meneg euz mad
ar barrez, bep tro ar gonseilierien fur ha
kristen a zo bet a-unangan e-os'h, ha neket
o klask ober rendael ouzoe'h, evel ma rit
dez-ho re aliez, siouaz !
Knn hanv 'Doue, aoutrou mear, ne gendalc'hit ket da glask flastra ar c'hreansou
kristen na d'ober rendael ouz ar gristenien : ama ar bobl a zo kristen , ha kaer
ho pezo fistoulat, e rankot kaout afer ouz
kristenien.
Da viz genver, nann, da viz mae o vezo
gwelet.
Ac'hann-di, pep hini difenn he gorn-tro,
ha neket? Neuze a vad e vezi tmgann
ha c'houi hag ho mignouned a j o m u i o a
slrons-korf var ann dachenn.
FREPPEL. — Daoust hag ar zenatourien
a zino al lezenn great gant ann deputeed
ovit stlapa ann aoutrou n'Eskop Freppel
er meaz euz ar Gampr?
Lod a lavar è zaiut a enep ! Souezuz e
ve. Goulskoude, gortozomp. Ma ne zinont
ket e chommo ann aoutrou n'Eskop Frep—l.
3
:
1
Le» Bureaux sop.touvcrlstleiftliwi"» du mmln ï I heures du soir.
Oérant, r u e Kléber. H .
29 a viz Kerzu 1883.
ANNONCES
A B O N N E M E N T S
A Brest, an Bureau i!e l'Administration da Journal,
rue Klctier, 1 t .
J
Brest,
Douo h a g ar Roue !
vraïUDL'.
KELEIER
:
B4UNUT
AR GAN FARTEZ RUZ
Diouz ma klevann, enn eur barrez bennag, e goeled Leon, e zeuz erntet eur
vestrez-skol hag a laka kals parlant
anez-hi.
Setu a m a eur ganfartez hag a c'boari
a-vad, double !
Kerkent ha m'he deuz lakeat he zreid
enn ti-skol he deuz diframmet diouz ar
voger a r groaz sakr, imaeh ar Werc'hez
saulel hagimach sant Joseph, hag edeuz
taolel anez-ho enn oaled, eleuez ann
uzuil hag al ludu. Sant Joseph zoken, a
gounter, a zo bet torret he bann out-han.
Ar merc'hedigou paour a ioa mantret o
welet seurt pec'het-dirciz h a g a skrije
gant a r spount. Ha kerent a r vugale-ma
eta, e pe leac'h ema ho fenn, pa lezont
hep lavaret ger, ho hugale- être daouarn
eunn damez irefiez evelse ?Kounta a rear
a r gèrent ho deuz savet ho diouskoaz ha
lava etganttristidigezhaglac'har: ïSkrijuz eo, va Doue ! da be leac'h e zear? »
Mez n'ho deuz ket flachet ha diouz ann
doare, ne flachint ket muioc'h pa deuer
da zifrararna a r zent euz bo iliz ha d'ho
devi var a r plas-ker. Petra ? N'ouc'h mui
kristenien eta ? N'euz ta m m goad a-zindan hoe'h ivinou? P e t r a ? Ne c'houiec'h
ket petra d'ober? Allon donc ! Derc'hel ar
vugale er gear ken ne vije lakeat, gant
enor, c leac'h m'cdonl kent, a r groaz,
skeudeun a r Werc'hez, skeudenn sant
Joseph. Mont da gavout ar mear. ar vestrez-skol, en em entent evit difenn ho peu
gale ouz a n n diaoul. Na p tra 'ta ?
Oh! diez e kavomp kredi ho deffe
Leoniz, kristenien euz goeled Leon, lezet
eur stnnkel evelse d'ober al lezenn enn ho
zouez, hep trei bo zeod enn ho ginou, hep
ober kämmet ebet ! Eur vez e ve evit ar
barrez, ma en em ziskouezont ket tud kalounek h a kristenien dispount.
Ha c'houi, kanfartez ruz, petra ho peuz
c'hoant d'ober?
Oh ! sklear h a g aned eo ! Ober al lez
da Varianna-fri-iouz, ho mamm; kaout
eur groaz diouz tro e dourn, ha paka a r
groaz a enor ! Ah ! tan-foelir a-vad, kenteret hoe'h euz ann hent-mad I Mille
noms d'une pipe ! Vous ne perdrez pas
votre temps
Ar préfet, ha Grevy kozho de vezo soursi
ac'hanoc'h hag a skrivo hoe'h hano gant
lion ruz var ho c'haiarou. Prastik o peso
kroaz Marianna-fri-louz evit beza breaet
kroaz ho Toue ha faoutet pen sant Joseph.
Gwelet vezo ive o tont d'ho koulenn eunn
druillen a republikîn bennak m o u 3 t a c h e d
mad ha levitennet hirr, eul lakez" trtfftèz
diouz ho toare ! Mez belegebet, emichans,
ne raio ann eureud ? Kanfartazed eveldoe'h n'ho deuz ket izomm da veza eurejet enn iliz. E u r c'hivizer, eur c'higner
chas bennag, evel P . Bert, ho mek&, a
raio brao ho stal.
Kenavo, kanfartez ruz : gwelet e vezó
pegeit e lammoc'h ; marteze,' douetuz, a
viot diarbannet gant kerent a r mers'hedigou a zo kouezet être ho taouarn.
STÀON-DU.
EUR MEAR REPUBLICAN
Eur gommun a zo ha n'he deuz mear
ebet. Labour a r mear a zo great gant eun
ajant, da c'hortoz ma vezo hanvet eur
mear nevez. An ajant-se a zisko'uez hag
a lavar a vouez-hue!, dirag ann holl.e zeo
repuklican euz he holl galoun, euz he holl
ene hac euz h e holl nerz.
N'eus ket pell, pemp pe c'huecli mansou ner ho deuz sonjet tenna eun dro
vrao d'ar pabor-zo.
Kemeret a rejont pep a dach hoz dastumet divar ann hent-bras pe eus el leac'h
ail hag e iejont enn eur vanden etrëzàk ti
ann ajanl-mear. Ann Aotrou à ioa juèt o
tont euz he bark, a zo var ribl an hentbras. Unan euz al labourerien a dostà.
outhan, hag a lavar deza heb ç'hoarzin :
« Sellit, Aotrou mear, m'em b e t o kavet
eun tach ama var ann hent. N'em beus ket
izoum anez-han, ha nikun euz va c'hàinaladel ne fell dez-han hi geraereL C'houi
vicho deoe'h — ^ ! ia-da, eme au'À'olrOuT
ann ear en deaz da veza mad awalc'h
c'hoaz. »
Hag hen tapa crogenn tach.Kerkont ar
vansounerien ail a zispak ive ho zachou,
pep a hini gan'.ho en.ho dourn, hac int-hi
da lavaret : « Mad ! Aotrou mear, ni bot
beuz ama ive pep a hini, h a n'hor beuz
kel izoum anez-ho, c'houi ho c'hemero iva
diganeomp? » Ann Aotrou a vêlas nauza
ann taol farserez a reat dez-han, ha? a
droas kein en eur lavaret : 0 1 nan, ban*
noz deoc h , va mignounet, awalc'h em
beuz gant unan brema. —Penaos ! Aotrou
m e t r , eme al labourerien, ne vank nemet
eun tach deoe'h en ho poutou ? » Ar
pabor ne choumas ket da silaou hac a
ziredas buan d'he di.
N'em beus ket affer da ziscleria deoe'h
ar c'hoarza zirollas c touez ar vansoune- rien. Meur a hini a ioa tro-var-dro hag o
doa gwelet ann taol, ha ne c'hoarzint ket
nebeutoe'h.
Ann histor-ma neket gevier eo. Kemantse a so c'hoarvezet penn-da-bénn evel ma
kounlan d e o e ' h .
Ha c'hoaz e livirit, paolret Marianna,
kement hini a zo anezo, ne c'houzont nemet fouilleza ha debri arc'hant, ha ne
denjo birviken ar F r a n s da veza pinvidik
gantho ?—Aïo-la ! teodou fall, roit peoc'h
Sa vihana pelloc'h.
Kenatexo eur week
ail.
GWIPAVAS
Disul e zeuz bet eizdez, azalak eiz heur
dioe'h ann noz betek unnek hear, eo bet
torret penn an dud, e, bourk Gwiparas, •
gant enn toullad aillounet, a ioa o vont
hac o tont euz an ail penn d'egile-d'ar
bourk en eur gana, pe kenloc'h, en eur
iouc'hal Marseillaise; ha kals traou ail
evelse. Ne ket moueziou tud eo, a sounjo
deomp klevet, mez iouc'hadeanoa chatal
gouez.
An talabas-ze a c'hoarvaz alies, abaoue
eun neubeut amzer 'so. Ar janfotrtret a zo
1 see ket ho c'habest gantho,'da c'hoari ho
fenn evel ma keront, ha den ne grêd mui
sortisi enz he di, ear weach sounet klot'h
ann digoliera, goude m'en deffe ar brass*
izoum. Ne glevear ken hano nemet euz a
dud alta ket, bac'hatet ha laeret var an
hentehou.
Ann archerien ho unan a lavar h o doua
teir guech muioc'h a labour gant commua
G wi pavas hebken , eget gant ann holl
gommuniou ail euz ar c'hanton.
M
i
ÚL
»
*>
•.
FINISTERE.
*
k « o z a 10 • vezo dizale eur vrigaden
archerien e Gwipavas; ne ve ket re abred.
Ma reont da vihana ho devor, ann dud
honest a c'hello marteze konsket dizour•ioc'h, hag a vezo liproc'h ann hantchou
ëaz-ho da vale.
Kanaillez, it d'ober ho safar ha da
iouc'hal ho Marseillaise d'an Tonkin ; it
da ziskarga ho kounnar var ar Chiaoaet,
ha lezit an dud didrouz e peoc'h, e bro
Frans.
En dez ail or beuz klevet eul lastez
bourc'hizolavaret eundrazrol kenadivarbann ar zoun divalo-ze a gleveur o tont
euz a c'hinou kement lounker, kement
laer ha kement torfetour a zo enn hon
louez.
Var ha veno, ma ve great dek mil follien papar, ha moullet varnez-ho souri ar
Marseillaise, an dek mit tam paper-se a
dalfe keit hag eun arme a xek mil den, e
n'eus fors pe seurt brezel.
Poent eo "dez han, neket 'ta, en em
lakaat var gorf he roched da fabrika
deomp ar zoudardet nevez-se ; neuze, da
vihana, ne vo ket izoum da gass kement
a Francizien da zispenn, du-ze,da gostez
ar Sao-Heol.
Aotrou, digassit deomp buan ho soudardet nevez. Gril anezo a gant milierou,
beteg m'or bezo peadra da garga leun
barr kement lestr hor beuz e Frans.
Neuze, emichans, e c'hellimp difiout,
heb aoun ebet, ann oll rouanteleziou 'zo
var an douar, gant ho holl arnieou. la.
holl assambles, pa girint.
G'houi, avad, Aotrou, a vo renket rei
deoc'h eur brevet inventeur euz ar seurt
n'euz ket bet roet da zen bet biskoas,
abaoue m'eo krouet ar bed.
V. S.
PLOXJOBRNE. — E Plougerne e c'hoarvez
ar marnez tra evel e Plouezoc'h.
Hon inspektour madelezuza gavdez-han
n'euz ket awalc'h gant eur skol Freret hag
•ur skol Leanezet er bourg, gant diou
skol (daou-hantar être paotred ha merc'hed), er Grouanek hag e Lilia, red eo
ive, eme-z-han, kaout eur skol laïk er
bourg.
Evit-se en deuz fermet eunn ti 550 lur 1...
digant ann intanvez L....; ann ti-ze kentoc'h n'oa fermet nemet 60 skoued. Mez
brama ar gommun a baeo, ha Plougerneviz a zo pmvidik-mor, ne zellont ket ouz
• n n aro'hant. Allonl mad! 550 lur II Ma
n'eo ket eur vez !
O welel c'hoari evelse gant hon arc'hant,
• teu da zonj d'in euz ar c'homsou-ma lav a n t gant ann inspektour da unan ben» "maison 3'écoTe pour uno institutrice, na
» vous occupez pas du prix, ce sera payé.»
Ce sera payé l l a , eaz eo lavaret. Ca
sera payé gant hoc'h arc'hant, goazed
Plougerne.
Eaz e o servicha ar zant divar he goust !
Ann inspektour an deuz kinniget eunn
dournad mad a arc'hant da berc'henn eunn
ti evit farmi ann ti-ze. a Nann, biken,
» eme ar mestr kristen, biken, evit pris
» ebet, na roin va zi d'ober skol laïk enn» han! »
Enor h a bennos Doue d'ar c'hristen
kalounek-ze. Enor ive da gonseillerien
Plougerne. N'eo ket falvezetgant-hosina
al lizer-marc'had evit ann li-skol laïk. Ar
préfet an deuz sinet anez-han.
Daoust penaosec'h echuo ann abadenn?
Da c'hedal, ann ti a zo gonllo abaoue
gonal Mikeal.
EUR PLOUGERXIAD.
Penaos ec'h echuo a n s abadenn, va
mignoun? Sklear eo : ann ti a c'hello
chômai goullo, mez Plouiskerne hen paeo,
•nn daspet dez-ho. Keit ha ma vezo ar rapublikanetepenn ar vro, e raint ho mistri
a-dreuz hag a-hed. N e zalc'hint kount ebet
euz bolontez armeariou,arparreziou, nemet pa vez evel ho hini. Er poent ail,
komsit, padit, aspedit; gwasketha breset
a viot ma ne zuaouit. Brema, al lezenn
gren va eo bolontez ann inspektour, bolontez ar préfet. Kranv e rank beza eul lezenn ail ma c'harp ouz ar re-ma.
KEHAVO.
Meslrez-skol ar Grouanek n'eo ket eur
gwall-gristanez : abalamourda-zee devezo
besc'h o vexa denet mad gant ann inspektour. Mestrez-skol Lilia a-vad, houn-nez a
z o republikanez. Rekoumpanset e vezo...
K.
•rbed-ma.
—-Ann aoutrou Le Mogn, rener seminer
bihan Ponta-Kroas, zo c'hanvet chalouni
• katedral Kamper, e plas ann aoutrou
Pouliquen, nevez maro.
— A n n aoutrou Belbéoc'h, professor e
klouer-di bras Kemper, a zo kasset da
truperior da Ponte-Kroas. Er memez amxar a n aoutrou n'Eskopen deus he hanvet
thit "* "* a henor.
1
jîUUKft n u
1
— Dergwener oa anter-kant vloas
abaoue m'eo beleget ann aoutrou Bolore,
pcrsoun Kerfaunteun, anavezet ha karet
gant holl veleïen ann Eskopti.
— A n n aoutrou Vikel eKannez (Brest)
a zo hanvat professor er c'hlour-di braz,
e Kemper.
ABADENN
SANT-i^Aft
CHRONIQUE LOCALE
(Cimc'ivET rniiMD)
Dre u r z ann Aoutrou n'Eskop, a r gonseillerien nevez a zo bet assamblez e
bourg Sant-Alar evit ober ha sina eur
rouden da gas d'ann Aoutrou n'Eskop ha
d'ann Aoutrou Préfet. Diskleria ho deuz
great ne c'hallont ket tostaat ouz ann iliz
nag ober labour ebet evit ar fablik, abalamour a r gonseillerien dorret ne fell ket
dez-ho diskregi euz a r paperiou, ann
arc'hant, ann alc'houeziou.
Goulenn a reont vezo great fin d'ann
abadenn vezuz-ma.
Ar goulenn-ze a zo bet great var-dro ar
17 pe ann 18 a viz kerzu.
Brema ema ar stal être daouarn ann
Aoutrou n'Eskop h a g anu Aoutrou Préfet.
Dont a raint a-benn, emichans, da lakaat
tro e kanfarted Sant-Alar. Moustra a
ranker varn-ho.
Ma ne vezont ket galvot dirag ar varnerien. e c'hcllint lavaret bennoz Doue
d'ar persoun koz ho deuz klasket dizenori
ha taoler er prizoun.
Re vad eo ann Aoutrou persoun, e
gwirionez.
CHRONIQUE
POLITIQUE
ENCORE UN MOT
Il est absolument inexact que l'éminent
évèque d'Àngers.dans l'affaire des crédits,
ait sacrifié l'intérêt politique à un intérêt
religieux. Le cas échéant, il eût bien fait;
u n devoir supérieur primant toujours un
devoir subordonné ; l'occasion ne s'est
môme pas présentée. Mgr Freppel a agi
en homme d'Etat et en grand politique, il
a su pressentir le sens intime du pays et
y correspondre, qu'il laisse crier quelques
parlementaires ; l'âme de la nation est
avec lui.
La manière la plus efficace de combattre un gouvernement serait certainement
de le renverser ; c'est bientôt dit, et la
vérité n'est pas neuve; c'est encore de lui
refuser les moyens de poursuivre son
œuvre. Ici une distinction, s'agit-il d'un
intérêt patriotique, quel que soit le gouvernement, il faut bien lui accorder le
concours nécessaire pour sauver l'honneur du pays; cette considération est trésplatonique, l'impuissance de la droite à
pouvoir accorder ou refuser quelque
chose étant, hélas 1 trop manifeste. A DÎUS
lorio-raison, ia'question de lè renverser
ne saurait être posée. Tout ce que peut
faire la droite, c'est de parier au pays du
haut de la tribune et de lui signaler les
fautes du gouvernement ; voilà la mission
dont elle n'abuse pas et dont s'acquitte
héroïquement chaque jour l'éminent prélat qui fait rejaillir sur ses amis assez
d'honneur pour mériter quelque grati tude.
En signalant l'étendue des sacrifices que
l'impéritie du pouvoir imposait au patriotisme des représentants du pays, et
en se résignant à les voter, Mgr Freppel
a rendu un éminent service à la cause
catholique et royaliste. Les fanfaronnades
de maître Ferry n e feront prendre le
change à personne. Les déclarations énergiques de l'éminent prélat et sa résignation patriotique sont une semence féconde
qui portera ses fruits dans le cœur de la
nation ; Mgr a fait preuve d'un sens politique aussi sage qu'élevé.
Nous espérons bien que nos honorables
mis cesseront de lui tenir rigueur.
MM. Floquet et Madier ont rédigé une
proposition tendant à interdira le port du
costume religieux a u x frères de la doctrine chrétienne.
— LA COMPÉTENCE DES JUGES DE PAIX.—
La commission|de la Chambre, chargée
d'examiner le projet concernant las réformes judiciaires, a entendu ce malin
les explications fournies par H . Dreyfus,
membre d'une sous-commission, au sujet
de l'extension delà compétence des juges
de paix.
D'après le projet, dont M. Dreyfus est
rapporteur, les conditions d'admissibilité
pour les jnges de paix, sont :
Vingt-cinq ans d'âge, être licencié en
droit, on avoir été pendant cinq ans notaire oa avoué.
Les traitements sont :
Pour les juges do paix de chef-lieu
d'arrondissement, équivalents [à celui de
juge de première instance, pour les autres
juges de paix, de 2,500 fr.
Les juges de paix do Parisjne sont pas
compris dans ces catégories.
— Plusieurs ministres, dépotés, sénateurs et hommes politiques se rendront,
le 6 janvier, sur la tombe de M. Gambetla, à Nice.
— Le ministre des cultes a été avisé
qu'on signait dans certaines régions, sous
1 initiative d'ecclésiastiques actifs, des
pétitions nombreuses pour le maintien du
privilège exemptant le clergé da service
militaire.
Monseigneur l'Évéque ie Quimper a
nommé M. l'abbé Befbéoc'h, professeur
au grand séminaire de Quimper, supérieur
du petit séminaire de Pont-Croix. C'est
assez dire que le choix fait par notre
vénéré prélat, offre toutes les garanties
voulues pour la direction de cet important
établissement.
M. Belbéoc'h, élevé en même temps à
la dignité de chanoino honoraire, a été
installé au chapitre, lundi dernier, à l'oifice du soir.
Nous recevons d'Ouessant la note suivante :
« Dans un de vos derniers numéros, vous
avez rapporté une note do l'Union Bretonne, que vous avez présumé mal informée; cette feuille annonçait que le représentant de la R. F . à Ouessant prélevait
une taxe extraordinaire d e 3 f r . par mariage. — Eh bien! ne vous attendez à
aucun démenti et pour cause. Depuis le
rintemps do 1878 jusqu'au mois d'août
883, la taxe de 3 fr. par mariage a été
régulièrement appliquée. Les mécontents
prétendent qu'il existe bien un article 174
du code pénal français qui prohibe ces
perceptions-là sur le continent; mais notre
île est considérée sans doute comme une
colonie. Quoi qu'il en soit, le juge de paix,
un magistral do la fronde, n'a pas voulu
reconnaître l'édit colonial et a cru dsvoir,
sur la réclamation de l'un des contribuables, ordonner la restitution de cette taxe
qu'une pièce signée de soixante personnes
assure être en vigueur dans l'île.— Le
gouvernement de la Métropole aura donc
a trancher cette grave question. L'Ile
d'Ouessant doit-elle être régie par les lois
de la mère-patrie, ou celle-ci n'exerce-telle qu'un simple droit de protectorat, l'île
devant s'administrer elle-même, ou plutôt
étant administrée suivant le bon plaisir
du préposé à l'exécutif, investi de ce qu'on
appelait autrefois les droits régaliens? —
La solution mérite urgence — car on prétend que le parti autonomiste est bien
décidé à revendiquer toutes les franchises
qu'il prétend avoir existé autrefois.— On
attend l'arrivée prochaine du matériel spécial pour le frappage de la monnaie insulaire, à l'empreinte de Stéphan I " . »
(Océan.)
Î
Voici la liste des jurés pour la première
Manach, Pierre, propriétaire à Plouigneau.
Moy,Albert-Jules.maStre-d'hôtel A Quimper.
Cadour, Ambroise, notaire à Plouescat.
Loussault, Guillaume, cultivateur à Plougoulra.
Le Guellec, Auguste, cultivateur à Plozévet.
Bonneau, Paul, agent-comptable principal à Brest.
Jurés
suppléants.
MM.
Villard, Jean-Marie,photographeà Quimper.
Le Guillou-Créisquer,Julien, propriétaire
à Quimper.
Alix, Pierre-Louis, capitaine desdouanes,
en retraite, à Quimper.
Delaville, Pierre-Marie, contre-maltra, à
Quimper.
Noël
Il y a 1883 ans, le Divin Sauveur des
hommes venait au monde. Quel est l'événement de la politique humaine qui ne
s'efface devant un tel souvenir.
La fureur de l'esclavage antique r e m plissait le monde livré au sang, la luxure,
à tous les vices. Un pelit enfant est né A
Bethléem, et tout a été changéIl est venu apporter la paix et une parole de salut s est fait entendre dans tout
l'univers :
Noël I Noël I
Au milieu de toutes les défaillances de
l'heure présente, c'est encore le seul vrai
cri de joie qui retentisse d a n s le monde.
Hier, ce cri sauveur était répété danstoutes les familles catholiques, depuis les
palais jusqu'aux chaumières.
Hier les temples étaient envahis p a r les
foules pieuses et recueillies, venant adorer
le Divin enfant.
Dans notre ville, la fête de Noël a toujours été célébrée avec une grande solennité et la journée d'hier ne démentira pas
ses aînées.
Les Messes de minuit ont été très pompeuses. Les communions ont élé très
nombreuses dans toutes les paroisses et
chapelles de notre ville, à la messe de
minuit et a u x messes matinales.
Allons! grâce à Dieu, la foi n'est pas
morte et, pour nous consoler de toutes n o s
épreuves et de l'avortement de tant d'espérances, nous pouvons dire qu'heureusement Dieu nous reste.
-EVft*«ui tust.encore.dais-> l ' i n t i m i t é d e
s'ouvrir à Quimper, le lundi 7 janvier 1884,
sous la présidence de M. HAMEL, conseiller à la cour d'appel de Rennes :
Jurés titulaires.
MM.
Le Guillou, Eugène, secrétaire en chef de
la mairie de Quimper.
Gouyec,Paul-Marie,cultivateur ACloharsCarnoët.
Borgne, Michel-Guillaume, cultivateur à
Plouyé.
Castel, Gustave, commerçant à Brest.
Cornée, Jean-Marie, cultivateur à Plouôdern.
De Kerau'em, Alfred-Joseph-Marie, propriétaire à Morlaix.
Goff, François-Marie, propriétaire à Audierne.
Gahagnon, Augustin, com mis au comptoir
à Brest.
Barrier, Edouard, entrepreneur de travaux publics à Brest.
Le Jeune, Ernest Pierre-Marie, maîtremenuisier à Douarnenez.
'"-.iSS
Flochlay, Yves, boulangera Pleyben.
Henriot, Pierre-Jule^-Ulysse, manufacturier à Quimper.
Cazin d'Honincthon, Ferdinand, maire à
Taulé.
Vallée,François-Marie-EmiIe,propriélaire
à Pleyber-Christ.
Ollivier, François, médecin à Pont-Aven.
Le Teurnier, Laurent, receveur des d o maines, en retraite, à Lesnevsn.
Martin, Joseph-Marie, propriétaire-meunier, à Commana.
Mével, Hervé-Armand, contre-maître r e traité à Saint-Pierre.
Le Roux, Jean-Yve3, cultivateur à Pleyben.
Courtois, Alain, négociant à Pont-l'Abbé.
Guérard, François-Albert, propriétaire à
Riec.
Abgrall,Louis-Gabriel-Marie,propiéta irecultivateur à Lampaul-Guimiliau.
Nicolas, Pierre-Auguste, commerçant à
Pont-l'Abbé.
Jacob, Jean-François, propriétaire à Plourin.
Le Jeune, Auguste, propriétaire à Ploumoguer.
Chevance, Louis, propriétaire à Rosporden.
Blain, Adolphe, capitaine en retraite, à
Landerneau.
Lerran,GuiUaume,négociant A St-Martind es-Champs.
Chatalic, Arthur, commis de direction à
Brest
Le CoatdeSain t-Haouen, Alexandre-JulesMarie, greffier de paix a S t-Thégonnec.
son cœur et de son être, la nation très
chrétienne !
Elle peut défier les persécuteurs.
UNE
INFAMIE
Sous le titre : MONSEIGNEUR FBEPPXL,
le Gaulois de lundi, arrivé hier matin en
irovince, publiait l'information suivante;
a lettre du vénérable M. Pessard, vicaire
général d'Angers, a déjà répondu A l'avance à l'allégation principale da cette information :
Î
« Mgr Freppel, avant de retourner dans
son diocèse d'Angers, a eu une entrevue
avec le président du conseil, qui iui aurait
donné l'assurance que la gouvernement lui
ferait remise du montant de son indemnité
de député, qu'un arrêt da eonseil d'Etat
avait supprimé en vertu de la loi qui interdit le cumul de traitement de représentant et de fonctionnaire public.
» On assure toujours que la nomination
de Mgr Freppel A l'archevêché de Tours
est certaine.
t Mgr Freppel qui, en vertu de la récente loi sur les incompatibilités, aurait
du opter A bref délai entre son évéché et
son siège de député, abandonnera celui-ci
lorsqu'il sera élevé au rang d'archevêque.»
On ne comprend guère l'attitude du
Gaulois A l'égard de Mgr Freppel. On so
demande en Bretagne quelle peut être
l'origine de ce revirement, car le Gaulois,
non-seulement avait défendu la même
thèse que Mgr Freppel, an point de vue
des crédits, mais il avait soutenu e n core cette autre thèse que les évèques
n'étaient pas des fonctionnaires publics
et désapprouvé l'arrêt da conseil d Etat
rendu contre le député de la 3* circonscription. Serait-il aujourd'hui d'an avis
contraire? Dans tons les cas, nous
croyons pouvoir donner à l'avance on démenti A l'entrevue prétendue de Mgr
Freppel avec M. Ferry et notamment
A l'objet de celte entrevue. Mgr Freppel,
même pour la réparation d'une iniquité,
ne saurait se réclamer de l'indulgence da
gouvernement; dans tous les cas, l'éminent prélat n'en aurait nul besoin !
Saint-Elot. — Les légendaires fabriciens de St-Eloy continuent leurs frasques,
ils refusent de céder la place aux successeurs régulièrement désignés pour
les remplacer; ils refusent également
de rendre des comptes au nouveau trésorier et de lui remettre la caisse de la fitbrique. U n monsieur Morvan, récemment
nommé membre du Conseil de fabrique et
LE COÜRRIEÄ DU
trésorier, nous écrit que c'est en vain
qu'il a sollicité de M. le Maire do Sainlisloy et de l'ancien trésorier, la remise
du nouveau Conseil de la caisse et de son
contenu ; le même correspondant revelo
bien d'autres choses fort curieuses. On se
croirait en Amérique, dans quelque lie
infestée de boucaniers. Il faut espérer que
le nouveau préfet, que l'on dit animé de
sentiments d'apaisement et d'équité, voudra bien mettre ordre à un pareil gâchis.
Les conseillers remplacés ont fait les
1 0 0 coups ; on ne comprendrait vraiment
pas que l'administration parut avoir, à
un point de vue quelconque, intérêt à couvrir de pareils personnages. La politique
n'est en cause à aucun degré dans cette
histoire, elle est toute de moralité publique. Il est vrai q u e l'on a affaire à do
rudes gaillards, qui savent mettre en pratique la maxime : «Les battus paient l'amende » , et n'avaient rien trouvé de
mieux, pour couvrir leurs exploits, quo
d'intervertir les rôles et de charger un
malheureux vieillard de 7 5 anh du poids
de tous.leurs méfaits! C'est Robert Macaire essayant de faire emprisonner ses
actionnaires.
Nous insistons ; il ne s'agit nullement
de
politique. Notre
correspondant,
M. Morvan. le nouveau trésorier, ancien
maire do Saint-Eloy, fut même remercié au 16 mai, comme suspect de républicanisme. On ne peut donc pas dire
que cet honnête homme qui jouit de la
réputation la plus intégre, soit un suppôt
de la réaction, et il crie justice 1 justice ! à
tous les échos.
LE MONUMENT DU COMTE DE CHAMBORD
, A SAINTE-ANNE D'AURAY
M. le comte Gabriel de Lambilly, a n cien président du Comité Royaliste du
Morbihan, vient d'être nommé vice-président du Comité, dont le général de
Charelte a bien voulu accepter la présidence, pour l'érection d'un monument à
M. le Comte de Chambord à Sainte-Anne
d'Auray.
Ce n'est pas dans la basilique de SainteAnne quo ce mausolée sera placé, mais
dans un terrain acquis à cet effet à SainteAnne d A u r a y , et absolument distinct de
l'église.
Au temps où nous vivons, il ne serait
peut-être pas prudent de placer dans une
église un monument destiné à rappeler la
fidélité aux principes monarchiques.
La prise de Son-Tay a produit en A n lelerre l'effet attendu. Nos confrères des
ords de la Tamise tiennent compte de ce
beau fait d'armes, et expriment le désir
que nous en piofilions pour conclure au
plus vite un arrangement avec la Chine.
P o u r le Daily-News, c'est là le point
de départ d'une négociation pour une paix
honorable. Ce journal ajoute :
f
c L'unique sentiment dont l'Angleterre
se sente animée pour la France, est celui
de la plus cordiale amitié. Nous désirons
voir cette nation prospère à l'intérieur et
respectée au dehors. On ne saurait élever
de doute s u r l'issue de la guerre, s u point
de vue militaire; mais la France ne gagnerait que peu de choses, après avoir
dépensé beaucoup. De plus, d'autres nations pouvant se trouver menacées dans
leurs intérêts, elle s'expose à des complications ultérieures. »
« De son côté, le Times dément la nouvelle d'un projet de médiation européenne
entre la F r a n c e et la Chine. Puis il e x prime l'espoir que M. Jules Ferry ne se
propose pas de pousser les avantages
qu'il a remportés au point de vouloir
substituer le monopole français s u r le
fleuve Rouge, à celui exercé jusqu'ici
p a r les Chinois. >
« Le Standard espère que la France
saura profiter de l'occasion pour conclure
un accord avec la Chine. Son intérêt n'est
pas de g a g n e r de nouvelles victoires,
mais de conclure rapidement la paix. >
On le voit, le beau succès de l'amiral
Courbet a déjà produit un excellent résultat aux yeux de nos voisins; il nous donna
le bénéfice du a fait accompli. >
Espérons maintenant qu'à plus forte
raison il en sera ainsi a u x yeux des
Chambres.
La célébration des fêtes de Noël a
commencé lundi par le chant des Vêpres,
àdeax heures, à Notre-Dame. Cette cérémonie a été présidée par Mgr R-chard,
. coadjuleur dn cardinal-archevêque. Les
offices de la nuit ont commencé dans la
plupart des églises, à onze heures du soir.
De grands préparatifs avaient été faits
dana les églises de Paris, pour célébrer
avec beaucoup de solennité la messe de
minuit. En tête des églises, il convient de
citer : Saint-Eustache, la Madeleine et
Saint-Sulpice. A Saint-Roch, NolreDame-des-Victoires, Saint-Germain d e s
, Prés, Saint-Fortuit, uñe foule pressée et
recueillie inondait les portiques sacrés.
La foi est de plus en plus vivace en
France, malgré les efforts des laicisateurs.
Nous apprenons que M g r l'Evêque de
Quimper vient de nommer chanoine titulaire M. l'abbé Le Moign, supérieur d u
Séminaire de Pont-Croix, en remplacement de M. Pouliquen, récemment d é cédé.
Ce choix sera accueilli, dans tout le
diocèse, avec la plus vive satisfaction. M.
Le Moign est le neveu de Mgr Graveran,
dont la mémoire est restée en si grande
vénération dans toute la Bretagne. C'est
une physionomie sympathique au premier
chef, et sa nomination fera le plus grand
plaisir à ses nombreux amis, c'est-à-dire
à tous ceux qui ont eu des rapports avec
cet excellent prêtre.
PLONÉOUR. — Nous apprenons que
l'incident soulevé par l'unique maladresse
de M. Malribus est à l'heure présente
terminé.
M. le Préfet, qui est arrivé dans nos
m u r s depuis deux jours seulement, n ' a
point cru devoir rapporter l'arrêté de son
prédécesseur. Nous» le regrettons vivement; mais, enfin, il a donné, dans u n e
certaine mesure, satisfaction aux excellents habitants de Plonéour, et nous félicitons ceux-ci de ce résu'tat, quelque
insuffisant qu'il soit. Nous les félicitons,
parce que c'est grâce à leur énergique
protestation etjà leur attitude, que la haine
de M. Malribus se trouvera pour cette
fois impuissante.
La bonne Soeur Marie, do l'Enfant J é sus, ne sera pas réinstallée dans son
école; mais elle sera remplacée p a r une
religieuse du même ordre, qui continuera, n o u 3 en sommes certains, l'œuvre
de bien dont la commune de Plonéour se
montre si justement reconnaissant.
On mande de Vannes :
c Un cas de fécondité fort rare vient de
se produire au hameau de Velour, commune de Muzillac : une jeune fermière a
mis au monde 4 gros garçons bien portants. »
A l'approche des étrennes, nous r e commandons le Musée des Familles comme
un des plus appréciés et des plus luxueux
quoique le moins cher des périodiques
illustrés. Il convient à tous les âges des
périodiques illustrés. Il convient à tous
les âges et s'adresse à tous les membres
de la famille. Histoire, voyages, mémoires, biographies, poésies, romans, nouvelles, fantaisies, chronique des arts, de
la science, d e la curiosité, des inventions,
reproductions artistiques des œuvres dés
longtemps célèbres et de celles qui viennent d'attirer l'attention, vues de sites
de monuments, d'objets rares, portraits
croquis humoristiques, musique de maît r e s ; voilà ce que donne le Musée. Il publiera dans l'année 1884 un grand nombre d'œuvres diverses, deux romans de
Ferdinand FABRE et de Louis TJLLACH
(16 fr. par an).
Demaner à la librairie Ch. DELAGRAVE,
15, rue Soufflot, à P a r i s , un numéro spécimen du Musée des Familles.
Le Conseil supérieur de l'instruction
publique s'est réuni lundi en session ordinaire. Cette session sera la dernière
tenue par le Conseil qui a été élu en 1 8 8 0 .
Conformément à la loi du 2 7 février 1 8 8 0 ,
les membres élus devront être soumis à la
réélection, et les membr.is nommes p a r
le Président de la République, devront
recevoir une nouvelle investiture avant la
session de juillet 1 8 8 4 .
CULTURE DES CHOUX
Ann tieien en em glem, ann oll anzao o
deuz guir d'en ober; a r c'hargou z'o bemdez var gresk a zeu da gueskel ; a r priz
izel cuz o marc'hadourez adeui d'ho ri vi na
Ma en deuz a r galloud public a n n de ver
da ober lezennou a sikouro a i labourerien
douar, a r rema a die ivez kemerct ioareou
a ziminui o mizou, a gresko o gounide*
gueziou.
C'hueac'h b'.oas zo e plan tan kaol saout a
blean, b a c ez oun kontant-meur a gemenl-ze; brenia e m beuz sonjet scriva
divar ben an dra-ze d'ar Ch'ourrier.
Ar c'haol-saout zo unan euz a r hrouskou founnussa a hälfet da gavout ; lalvbudus b r a s eo eta evit a n n attanchou v e
maguet enno calz loennet.
Daou seurt kaol zo anavezet e Leon ;
eur r u m glas, kalet ouz a r goanv, ve
founnus e treujou ; e u r r u m a i l , hanvet
kaol me en, pe kaol Lannilis, zo leneroc'h
ouz a r skorn ; e dreujen zo berroe'h, mez
h e delio'.i ve puilloc'h. Argueila ve planta
an eil r u m a c eguile, a roi d a r chatal a r
c'haol melcn d a guenta.
Klasket em beuz gouzout perac ve
plantet a r c'haol a irvi e mesk a r benguennou panez. Calz tud a gred vezont
founnussoe'h en doare-ze, mes na evesaer
ket avoalc'h o reont calz. drouk d ' a r
panez a bep lu dezo.
Chetu a m a penaoz e kredan eo deuet
ar guiz-ze : guechall goz, veze palet ann
oll douar da hada panez ; en am gavout a
I
reas eun dèWijinok, a gavas e zoa difreoe'h arat a irvi, ac o douara goude,
eguet palat ; nebeut a nebeut a r guiz-ze
en em skignas.
Brema a r palarerez en deuz rompljcet
a r palat, a goulscoude rear alao irvi
kaol etouez a r benguennou. An irvi-ze
zo mizus da zouara, mizussoc'h c'hoas
da c'houennat ; en doare-ze a r parkeier
panez a r e n k chom epad tri pe pevar
miz heb o feuri ; kement-ze a laka a n
douar da k r i z a ; ouspen, dre bloaveziou
sec'hor a r c'haol ve dister meurbet.
Skoet o velet an dra-ze, en em lakejon
da blanta t>r c'haol a venguennadou a
bez ; peurliessa en douar skanv, ve diez
cavout enno panez pe betterabes ; lakeat
ve uguent karat teil mad pe vardro, ha
daou kaiat bezin dre zevez arat.
Ann douar ve palaret e miz k e r z u pe
guenver, g a t a r poumpet p a ve doun
avoalc'h ann douar ; ma ne ve ket, gat a r
var. Goude-ze ve laket ar freuz d'he
plona, ha gret gat eur ragouner roudennou ve entrezo daou troatat h a n t e r ; a
hed a r rouden ve lakeat eun troatat h a n ter être peb kaolen; plantet e vezont g a t
pikejou ; en doare ze ve lakeat 1 2 pe
1 5 millier e peb devez arat.
(Da heul.)
LETNEUQ.
GOUELIOU AR ZIZUN A ZEU
DISCL, 3 0 a gerzu, eil dervez loar. Suivez enn cizvetez Ginivelez hor Zalver
Jésus-Krist, gwenn.
DILUN, 3 1 a gerzu, 3 ' d . l . SantSilvestr,
P a b , gwenn.
1884
Ar bloavez 1 8 8 1 abaoue DONEDIQEZ hor
Zalver
Jcsus-Krist
DIMEURS, 1 a viz genver, 4* d. 1. Gouel
ann hano a Jésus, roet d'hor Zalver,
gwenn.
DIMERC'HER, 2 a viz'genver, 5 " d. 1.
Eizvetez saut Stefan, ruz.
Diziou, 3 a c'henver, 6 " d. 1. Eisvelez
sant lann, gwenn.
DIQWENER, 4 a c'henvor, 7 " d. loar.
Eizvetez ar vugaligou merzeriet gant
Herodes, r u z .
DISADORN, 5 a c'henver, 8 " d. 1. Derc'hent gouel a r Rouanez, gwenn.
DISCL, 6 a c'henver, 9 " d. I. GOUEL AR
ROUANEZ.
(Lid-meur, gouel a geuta renk, gwenn.)
Iimillon — Rimadelkrcz — C'hoariellertz
Er c'hatekismou :
•ma Don«,
Peíik*^P*
Peri/c (enn eur c'hoenin). — Oh'
Aou rou kure choui a c'hoar . u n dra-ae
gwelloc'h evid'hon-me 1
«™-w
E
,
в
а
с
Ъ
W—Quel est le comble de la prudence
chez un député ? I IJJTTfflirf i)iMBM.>i.
— R. C'est d'élever un mur pour appuyer ses opinions 1
DA LENNKRIEN AR PITI COURRIER
Eur bloavez mad a zouetan deoe'h
Kuls avantach, iac'het, prospérité,
Hag ar baradoz da fin ho pue I
JABADAO.
Etouez honn lennerien e zeuz kalt hag
a c'hoar ober gwerziou e gallek kerkoula
hag e brezounek. Perak ne raflsnt ket,
da zigas deomp, eunn tammik g w e n
deread ha kempenn evit goulenn bloavez
mad d'hon kerent, etc....
Traou kaer a zo er c'homsou aze
a-ziaraok, mez n'int ket renket mad ha
lakeat int e brezounsk saout. Alloal
barzed, starna d'al labour I
Lod, e Kerne, a lavar er mod-ma :
Bloavez mad ganeoe'h digant Done
Ha ti dilogod I
JABADAO.
Se tu ama eur ganaouenn digaset deomp
euz a gostez bro Lann-Dreger. Great eo
gant eur mignoun d'ar Pili
Courrier.
Bennos Doue dez han
•
Dalc'h mad eta, • Pili, • ne goll ket a gonrach,
Hak n'ouï ket c'boaz erra er ûn euz da T e a e b ;
Labouriou niverux ha stard ez peaz d'ober.
Neiiz fors . krenv t o da galon ha da zorn brexelier.
Goas ont lia, muioc'li guas e teui da »ea.
Ha karfe kristenieo eun d i o did, u'em starda,
E ve gweiel Breiz-liel o sa» huel uo fenn,
Ha mai teze gaut-ni ar Frans peun da benn.
Ea e m zikuuromp holl, laik ba beleien,
Ha paour ba pinvidic, lia dnklor bag axeo.
Ken aliez liegez a zalc'li c'noas euuu u m m fe
A dlefe 'u'em abonni d'ar Piti, heb date.
Labourer ba mieberour, tud a boan n o s b a d e ,
Poent e z'eo d'ho tiouskonarn klevet a r x r i n o n e ;
l'a n ' b o d e u s k e t great marc'bad da chômai b o m r
[tudall,
Anavefont evel kent ar mad démens ar fait.
Da labour did-he, Piti, eo ho sklerijenna.
Eus a greiz ma c'halou blavez mad d'id brema.
Ra deuio da gazeten etouez ar Vrelounet
Da akigna ar wirionex hag hor bro 'vo salvet,
[EUNN TREGERIAD.
Bez' e ioa eur mourian enn eur rejimant
soudarded, e P a r i s . •
N'oa hini du ail ebet nemet-han.
Ar zoudardet a rea a bep seurt brichinerezdez-han : evel eunn horelledo gantho a r paour kcaz mourian.
E u n n deiz Mac-Mahon a en em gavas
da zonl d'ober a r revu var zoudarded a r
rejimsnt.
Ar c'habilen a gountas dez-han e reat
a bep seurt troiou d'ar mourian h a g e
wenne hen-ma koil he benn. a Eur gerik
lavaret dez-han ganeuc'h-hu, eme a r
c'habiten, a r a i o k a i s vad dez-han. J>
— Mad ! eme a r maréchal Mac-Mahon.
Mac-Mahon a ia hag a deu dirag a r
zoudarded, h a se tu heu gwelct a r mourian. Dont a r a da zonj dez-han euz a
gomzou a r c'habiUn.
— Petra, amez-han,'te eo a r mourian?
— la, eme egile.
— Mad 1 paotr, kendalc'h. Continue,
mon garçon 1!!
Daou giger a zo bet o preña denved e
foar a r Pont.
— Ro unan d'in-me euz da re h a g em
bezo kement h a te, eme unan euz a r
gigerien.
— Ro unan d'in-mc ive euz da re, eme
egile, h a g em bezo eunn hanter muioe'h
eged'out.
Pet en devoa pep hini ?
— R. Ar c'benta en devoa pemp ; a n n
eil en devoa eiz : n'euz nemet gwelet.
PROBLÈME DES BARRIQUES
Etant données 15 barriques, dont cinq
vides, cinq demi-vides et cinq pleines
rangées les unes sur les autres, comme
il suit :
1
2
3
1
2
3
1
1
2
3
1
2
3
2
3
'vides)
(demi-vides)
(pleines)
Comment, tout en traçant d'un trait
continu, sur les barriques ainsi disposées,
une figure de géométrie, obtenir trois lots
ayant la même quantité de liquide et la
même quantité de fûts ?
DIVIZOU
Abaoue m'eo beuzet kér I s ,
N'euz kavet kér par da Baris.
Deu ne dre menas ar Raz,
N'en dévoue aoun pe c'hlaz.
Ann hini no zent ket ouc'h ar siur
i>uc'h/ar garrek a zaio sur.
/
DIVIZOU
Dibaot lez-vamm ntfve caret
A galon vad gant minorât.
Dibaot lez-vamm na gar ive
Bugale 'r'all keit hag he re.
La France de Clovis e3t notre seule mers ;
Nous ta répudions, République-Mégère,
Car, de l'antique France abhorrant le*
[enfants,
Aux gommeux de ton sein tu présentes las
frangs...
KOUNO-TRI-FJ.
LY-UNG au STJ-TCHUKN.
AVIS A NOS
ABONNÉS
Nous prions nos abonnés de se bien
rappeler la date de leur abonnement et
de se réabonner à temps s'ils veulent éviter toute interruption dans l'envoi dn
journal.
Nous avons l'habitude d'indiquer, trois
semaines d'avance, sur la bande même
du journal, la date précise de l'expiration
de l'abonnement.
A NOS LECTEURS
Le M ago zine, journal de lecture, illustré, '
qui parait depuis deux années, forma tous
les ans un beau volume de 4 0 0 pages avec
2 0 0 gravures, dans le genre dn Magasin
Pittoresque etdn Musée des Familles. Il est
d'une nature très attrayante et très varié*.
Il donne des romans, des nouvelles, des
anecdotes, des articles de sciences, d'art,
de modes, de sport, de la musigue, etc. O
a institué des concours mensuels da littérature, de musique, de dessins, de jeux
divers et d'ouvrages de dames, avec des
récompenses diverses. Le Magazine conte
8 fr. par an.
comme le Magazine, mais qui paraîtra
toutes les semaines.
Le Grand Magazine formera tons l e s
ans 4 volumes de 400 pages et 200
gravures, soit 1,600 pages par an et 800
gravures.
Abonnements : Un an : 3 2fr.— S i x
mois : 16 fr. — Trois mois : 8 fr.
Nos lecteurs l'auront any prix suivants :
Un an : 12 fr.—Six mois: 6 fr.—Trots
mois : 3 fr.
Adresser les démunies à M. A. BXLL,
12, rue Sainte-Anne. Paris.
LEGUMI;
NOS
ABONNES
M. La Toucho l'adresse gratuitement
asthmatiques, omphysémux, et
" i toute personne qui lui e n fait la d e général aux personnes attxes do c a - '
mande. Il suffit do joindra ¿ sa lettre
tarrh.es ot de bronchites, neue'" - u s , u n
30 centimes ^ n timbres-posto pour los
service inappréciable e n résumant c i frais d'envoi (1). On y trouvera tous les
aprés un intéressant articlo que conéclaircissements désirables et aussi tousacre le Petit Moniteur a u x résultats
es les preuves d e nature à convaincre
raiment extraordinaires obtenus par
es plus incrédulos.
[. La Toucho dans le traitement de ces
Nous ajouterons quo l e s porsonnes
diverses maladies,
qui, pour uno raison ou pour uneautro,
Cet honorable praticien, déjà bien
ne pourraient se rendre à Paris, peuvent
connu à Paris, est l'élèvo ot le successo lairo traiter par correspondance. U n
seur de M°" Pau, à qui l'on doit la d é petit questionnaire place à la fin d u
couvcrle du traitement à la fois si
Volume, permet au malado do fournir
simple et si rationnel do l'asthmo et d e s
à distance les éléments d u diagnostic
effections catarrhales. Voici vingt a n s
do sa maladie.
environ que ce traitoment fonctionne ot
C'est donc a u n e épreuve de tous points
c'est par milliers déjà que se comptent
facile que nous convions les malades
les guérisons.
désireux do so guérir : nous ajouterons
Durant cette longuo période, bien des
que c'est à uno épreuve décisive. Dè3 les
catégories de malados s e sont présentremieres applications d u traitement
tées au cabinet do M * P a u et do M.
'amélioration est sonsiblo ; le malado
\j& Toucho. On peut dire quo tous los
ilccouvro prosquo instantanément lo
âges, toutes les variétés d'affections des
sommeil et l'appétit et il est bien rare
voies respiratoires ont fourni leur con«
qu'on dix jours la guérison ne soit pas
tingent. Des vieillads qui souffraient
complète.
627
depuis trento ou quaranto ans s'y sont
rencontrés avec des jeunes gens prématurément frappés et déjà "désespérés.
T o u s yj ont échangé leurs douloureuses
. U u É c h o d e l a C o r s e . — « Jo viens
confidences sur l'inutilité des précédents
de faire une euro avec les Pilules Suisremèdes et sur l'impuissanco de la m é ses, j'en suis très satisfait. J'avais do
decine !
fréquonts vertiges, étourdissements à
Eh bien ! nous pouvons le dire haum e faire tomber à terre, et depuis que
tement, sans crainte de démentis, sauf
j'ai fait usago des Pilules Suisses, tous
de très rares exceptions, tous ceux qui
ces inconvénients ont complètement
ont essayé le traitement de M ' Pau ont
disparus ; et puis encore j e souffrais,,
été guéris dans un délai moyen de dix
depuis do longues années, d'un rhujours.
matisme articulaire à l'épaulo qui n o m o
Nous disons « guéris », parce que co
laissait pas dormir, il a complètement
n'est pas d'une amélioration éphémère
disparu ; aussi j'en félicite do tout cœur
u'il s'agit, mais d'une cure effective et
les bienfaisantes Pilules Suisses et j e
éfinitivo. Qu'il s'agisse do maladies
vous autorise parfaitement de faire
anciennes et invétérées ou d'affections
mention du b o n résultat.
récentes, d e vieillards ou de jeunes
» BARÈRE, capitaino on retraite, à
g e n s , lo succès a été le même ot 1 appliBastia. »
cation du traitement toujours heureuse.
A M. Hertzog, pharmacien, 28, rue do
Le cadre de cet articlo ne nous permet
Grammont, Paris.
587
pas do citer mémo les plus curieux
exemples d e s guérisons obtenues par
¡1) Le cabinet de M. La Touche, précédemment
M. La Touche. N o u s renvoyons donc
48, Avenue Montaigne, Paris, est transféré depuis
nos lecteurs à la très intéressante broquelques jours, 3 , r u e Bayard, Paris iprès le
chure publiée par l'éditeur Dcntu, à la
Cours-Ia-Reine).
suite des premiers succès de M P a u .
H
-•e nous n'avons pas encore dans
.naqua commune un correspondant chez
• u i MM. les abonnés au Courrier du Finistère puissent renouveler leur abonnem e n t nous donnons ici les noms de tous
nos correspondants actuels, et nous en
publierons la liste chaque mois, afin que
chacun sache à qui s'adresser suivant sa
convenance et la proximité de sa résidence.
Quipavas. — Jaouen, cordonnier, au
kourg^.'"^ Morvan, Jean, au bourg du
Relecq ou au Cosquer.
P l a b e n n e c . —-Kériel, commerçant a u
bourg.
Ploczané. — Le Gac, propriétaire, au
bourg. — Allégot, forgeron, au bourg.
S a i n t - R e n a n . — Mme veuve Guôguen,
commerçante,' prés de la Halle;
L o c - M a r u - P l o u z a n è . -— Allégot, forgeron, au bourg. — Quinquis, menuisier,
au bourg..- -.t,
Lx Gonquet. — P o u l l a o u e c , négociant.
Plouqasteo. — M. Théophile, Nicol,
négociant.
LikéÉiBtLKc.—M: Lefaivre, au bourg.
PiiJttbtfRVÈtiN. —< M. J e a n Le Coz, à
Saint-Aouen.
Plotarzel. — M. Ed. Laé, négociant
nu bourg.
SATNt-PiWtM-QmxBiQitoN.—Guyomard,
Pierre, chantre,
Gbtfisrlou.—M"* veuve Rioua, au bourg.
Plocbjn-Ploudalmézêac. — M. Ambroisa Le Coz; négociant.
Plodmoguer. — M. Gariou, aubergiste.
Sadjt-Pabu. — Mi Sérés, cordonnier.
L a n d j v i s u u . — Mlle M o r v a n .
1
(ER D û FINISTÈRE
CAUSERIE MÉDICALE
ASTÉMB'— CATARRHE — BRONCHITE.
Parmi l e s récentes découvertes do la
science médicale et thérapeutique, il en
est peu d'aussi importantes que celle
qui regarde la guerison d e certaines
maladies réputées jusqu'ici incurables,
telles que T asthme, le\ catarrhe, la bronles différentes affecchite catarrhalèet
tions qui s'y rattachent.
A ce titre, nous croyons rendre a u x
bOiSSÏÈif
i L
CONFISEUR
—
Boulevard des Capucines, 7, a Paris.
n'a ni dépôt ni succursale en province, n i
à l'étranger.
; oat
Elle expédie directement aux personnes
qui loi en font la demande.
628
Î
1
ÉTRENNES UTILES 1 ^ 5 4 ^ ;
— —
I
1
-i iiii
MAGNIFIQUE
CARTE DE FRANCE
km h u i t c o l l e v h »
E
m
maison
à
Illustrée de
)ne l a
nombreuses'vignettes
Gravée par R. Hacserhamm
Membre de plusieurs Sociétés de Géographie
— — —
Cette Carte mesure 4 mètre sur 74 centimètres ; elle indique d'une façon précise
les Routes, Canaux, Chemins de Fer, etc.
Prix : 2 fr. en feuille; — ÍS fr.
pliée et cartonnée ; — 5 fr. appliquée sur
toile, vernie et montée sur bâtons.
Expédition franco contre mandat oa
timbres-poste.
Ecrire à MM. P A R E N T et C \ éditeurs,
60, rue Saint-Andié-des-Arts, Paris.
:
m
Si pour faire un civet, il faut un lièvre,
pour fumer une bonne cigarette il faut se
servir du P a p i e r F r a n ç a i s (10 cent
le cahier dans tous les bureaux de tabac).
Ce papier est fio, souple et solide ; joignez
\ cela qu'il n'adhère pas aux lèvres, que sa
combustion ne lais e rien après elle, si
ce n'est le regret d'avoir trop peu dure,
que son enveloppe élégante est en parchemin. Tous ces avantages font du
Français le roi des papiers à cigarettes.
Vente en gros, M M . Gas'on d'Argy
et C*, 54, rue de Dunkerque, Paris. 619
3
Le Propriétaire-Gérant
: F . Halégoukî.
n a
et, par conséquent, < ; ,
Supprirr.«
LEAU
mÈm&mm
H IW W* 1 1 3 1 ^%
ti H £ H » f F I r a l u i % #
fin
JTMTMÉMEHT.
e tB'TOUJOUBSfes
v T O U J O U R »T
^
*
? ¿
,
b S t ü S M I C H E , pharm.
d e j a R a m p e ; M. GAÜSSARD',. M . L # J > L U U A , ai. *> .>
U
JU.VERTING,rue
L
l'Extraction S i l a M i É »
S'adresser à H. Sue*,
i 0 ,
Rue Ampère, P a u s .
U
626
L
.«iii-;«î bïb bum ï »8fldftPB^e, H Ç r e s t , c h e z M .
(
SIX
; i
PATE
F R A N C S par A N
Les Rentiers et. les, Capitalistes
reçoivent chaque Dimanche
G A Z E T T E DE P A R I S
Journal financier- de grand format
et l e
BUUÉTIN
AUTHENTIQUE
des Tirages
Finariciers
iiiu&m]
et des
. .Valeurs
à Lots
{13 année)
Adresser l e a demandes d'abonnements, 49, rue Taitbout, Paris, et
dans tous l e s bureaux d e poste.
e
-ïhiv inp gelisi) s b la ei
GEORGE
Pliarmaqen ct'Efi'mnl (VoSäe>;
rtDAILL» D'OSIÎUΗMTNTLJXT »UMCIT1M5
BONBON PECTORAL A LA REÇUSSE
Recoimnsndee vu son effianti pir I« MMwmi
çt 1« c t e contre r ASTHME, le. CAT^RHES
é' toctes Maladies des VOIES RESPIRATOIRES.
PARIS, 28,raTaitboat & «a te akUtb, 1). :
SAISON
•
SWTUUI-TMI QU« d-.te UI t» Ile de I f. ¡x rte ¡i Hir.sturt
—
'.
'
L ^äi-iq
>Î5 nh;T'tîi; t-TÍ-4'i fl¡-|
G E O R G E
• :
'
GUIDES JOAME
. : Stations
SIROPitPtOTÎ
D'HIVER
d'hiver
delà
Méditerranée.
— Provence.'
Corse. — Pyrénées. — Algérie. — Espagne. — Italie. —
Lénitif-Pectoral
Grèce. — Egypte. — Syrie et
stècle contre ^ BUMES
et les
inflammationa -des B B O ï c s i î a ,
tenant à u n e cause nerveuse.
VOS, 28, ni Taittoit h me des ArUtcs, 19.
Turquie,
Palestine.
!
Il•*,:•) Btil liÊ">i
• iß
It tigntun : P L Ö N
- : s 7 i - . . : > t'
;<iHVfirt»j
« is s a x
II, rae KlílHr, II
IS, mìtAm.
||Pß|
18
TYPOGRAPHIQUE ft LITHOGRAPHIQUE
F.
matoiafttfttfön — PA KS; 22, SÀVFENRT KOCTMÀRTN
•Vf' Jf-
H A L É G O U Ë T
—
PlSTilLES BWESTIÏK fabriquées i VJchj awe LET
Sebertralu des Kara Elles soot prescrites coctre lei "
digesti OSA difficiles.
SELS de YICHY poor BAINS-—Un BoeJesm pour nn Bals:
SUCRE D'ORGE DE ÏICHY- — Bonbon très digestif.
POUR ÉVIUR LA CONTRTFAÇOM. EXIGER EUR TOUT LA PRODUIT»
LA MARQUA DE LA COMPAGNIE .
GOÉUlSiUL
certame et radicale de toutes les afiectiona
**• la P E A U : uaftS.'^èzémas, tnoriasis,
•cné, ««e., m t e é d e * PLAIES et U L CERES V A R 1 Q U E U X , considérées
Camme ineurabie» par k s plus' eélèbret
médecin$-— Le traitement n'esige aocua
regima particnlier, il ne déraoge nullementda iravaii. i l peni otre s o m partout,
mérae euvojug»
: il est à la portóe dea
petiu* booraes et dèa le deuxième tour
U prodait aneaméiioration aensible.
S'adpwer à M. LENORMAND, méde« n pharaacien, à Touman (Seine-etMarae). — Coasattaùona gramites par
rnrrmpnniliiniii'
à Brest, chez M. Jl'YKSThN, 4 8 , m e de la Rampe,
et cüei toas les droga i stes et pharmaciens.
iß- if: .
SI ROP raltf
DEH
AR AMBU R£ _
—
"
ti
ORT TUR MB Dl SCCCä
N*
—
—
—
Prix : flscon, 1 fr. 6 0 . Boîte, 1 fr. 5 0 .
Sa trouve dans le* bonnes-pharm. 6 1 1
500
—
—
—
—
GRAVÉES
1. Le cent. . . .
2 . Bristol. . . . .
3 . Pocelaine.. . .
i . Mat.. . . . . .
5. Mat supérieur.
6 . Bristol fin. . .
7 . Mat doub. force
8. Ivoire anglais.
*th -±,Vi\S- usa?? *i i »v «f
IMPRIMÉES
2'25
2 75
3 50
3 50
4 »
4 50
5 >
5 50
Petit format; lé cent.-
2
Grand format. . .
3. i
t
a
I
•
' - — —
!
•
;•
t
e s b n.>:l£'fdi'
A
•
Les Cartes imprimées seron
livrées dans les 24 heures.
s
i
PLUW
S BoÎraÔNS^JEAMONT
• t i a a s S l a T ^ S . T
S m U i
,
r
a
r
ò
m
e
' «
i il s ,ot
»
,
P^cieux du Goudron
ADRESSER LES COMMANDES
gélaünei
rue
« f p o t s n » , m m t pharm,tÄBojfi Grand-Rue 13, et toutes les plsMmacteT: COO
W
Saint-Yves,
i8
tes;
t
-Iinprimatié F . HALÉGOUËT, n i e l U é b w J l l . près la voie P « t .
ou rue
KUber,
.-
lï,
i:
Brett.
:
-

Similar documents

Mai 1923 - Site en travaux, le week

Mai 1923 - Site en travaux, le week Owcll eo doiijan.-j Donc, bon hcul 0 pcb Icao'h, e peb moment. Gwclloc'h lia gwelloc'h-niarc'had, N'co k e l awaie'b bepred cvit delc'her an oll enn hcnt cenn. Da vian.i an den a feiz en devczo keu...

More information